Chapitre 1 Commerce international et mondialisation des

Commentaires

Transcription

Chapitre 1 Commerce international et mondialisation des
Chapitre 1
Commerce international et mondialisation des entreprises (XIXe – XXe siècles)
I. Croissance et mutations structurelles du commerce mondial
A retenir. Taux d’ouverture. Taux de pénétration. Taux de couverture. Taux d’exportation.
Kenwood et Lougheed (1971, 1ere éd ; 1999, 4e ed), The Growth of International
Economy 1820-2000. Facteurs explicatifs de l’évolution du commerce international.
1) 1800-1913 : La croissance d’un commerce mondial dominé par le Royaume-Uni
A retenir. Suzanne Berger : « Rhétorique politique et nouvelles législations n’empêchèrent pas les
exportations d’augmenter » in Notre première mondialisation. Leçons d’un échec oublié
(2003). O’Rourke et Williamson, « When did Globalization begin?” (2000). Paul Bairoch,
Commerce extérieur et développement économique de l’Europe au XIXe siècle (1976).
2) 1913-1945 : Ralentissement du commerce mondial et perte de suprématie de l’Europe
A retenir. Bairoch (1997), Victoires et déboires : histoire économique et sociale du monde du XVIe
siècle à nos jours. Cairncross (1962), Factors in Economic Development. Frank
Trentmann, (2008), Free Trade Nation : Commerce, Consumption and Civil Society in
Modern Britain.
3) 1945-1990 : essor du commerce mondial et décrue du poids des Etats-Unis
A retenir. Le taux d’exportations mondial retrouve son niveau de 1913 (15%) dans les années
1970 (Bairoch (1976)) ; il est de 19% en 1990. Données issues de la CNUCED, du FMI, du
GATT et de l’OMC pour la période récente.
4) Depuis 1990 : forte croissance du commerce mondial et montée des pays émergents
A retenir. Un taux d’exportation mondial qui dépasse 30% à la fin des années 2000. La régression
de la place des pays développés dans le commerce mondial. La Chine premier
exportateur mondial en 2010. Poursuite des tendances antérieures concernant la
structure du commerce international par produits. Faible croissance de la part des
services. Poursuite de la croissance du commerce intra-branches (indice de Grubel et
Lloyd).
II. Les firmes multinationales et la mondialisation
1) Qu’est-ce que la mondialisation ? Quelles mondialisations ?
A retenir. Krugman, Obstfeld et Melitz (2012), Economie internationale. 2 mondialisations (voire
+). Baldwin et Martin (1999), « Two Waves of Globalization: Superficial Similarities,
Fundamental Differences ». O’Rourke et Williamson (2000), « When did the
globalization begin? ». Suzanne Berger (2003), Notre première mondialisation. Leçons
d’un échec oublié. 5 composantes de la mondialisation (commerciale, financière, firmes,
technologie, travail) voire + (culture). Mouhoud (2011), Mondialisation et délocalisation
des entreprises. Bénichi (2008), Histoire de la Mondialisation. Adda (2007), La
e
Mondialisation de l’économie. La 2 Mondialisation : Rupture ou continuité ?. Bordo,
Eichengreen et Irwin (1999), « Is Globalization Today Really Different than Globalization
a Hundred Years Ago ? ».
2) La Mondialisation des firmes : mesure, formes et déterminants
A retenir. FMN ou firmes transnationales (CNUCED).Investissements directs étrangers (IDE). IDE
greenfield, F&A, joint venture, sous-traitance, licence, alliances. Stratégies de croissance
verticale, horizontale, diversification. Indice de transnationalité. Paradigme éclectique
ou OLI (Ownership, Location, Internalization), Dunning (1977, 1988). Mundell (1957).
Avantages spécifiques transférables internationalement ; Vernon (1966). Marché versus
organisation (Internalisation) : Coase (1937), Williamson (1975,1985).
a) Définitions, mesures et formes
b) Déterminants théoriques de l’internationalisation des firmes
3) Les Firmes Multinationales (FMN) et la première mondialisation (1870-1913)
A retenir. Les deux causes primordiales selon Bairoch (1997), Victoires et déboires (montée du
protectionnisme et nouveau contexte technique). La particularité des petits pays
(Suisse, Pays-Bas…). Les spécificités nationales. L’ampleur des IDE à la fin du XIXe (2%
voire + du PIB mondial selon Bairoch). La domination du Royaume-Uni (50% des IDE
sortants) et du secteur primaire (55% du stock d’IDE).
4) les FMN et la deuxième mondialisation
a) 1949-1973 : croissance des IDE principalement américains
A retenir. Domination des Etats-Unis (IDE sortants). Evolution des pays d’accueil (Canada puis
Europe) et des secteurs concernés (industries extractives puis industries
manufacturières et secteurs de pointe)
b) Depuis 1973 : accélération des IDE et bouleversements de la structure géographique
A retenir. Une accélération dans les années 1980-1990 puis une ampleur historique à partir des
années 2000 (flux d’IDE>2% du PIB). Instabilité croissante des flux. Evolution de la place
des Etats-Unis : poids décroissant pour les IDE sortants, croissant pour les IDE entrants.
Le cas du Japon (de quasi-absent à dominant à la fin des années 1980). La place
croissante des PED dans les IDE entrants (à partir des années 1990 ; part légèrement
supérieure à 50% en 2010 et 2011) et dans les IDE sortants (à partir des années 2000).
Place croissante des PED s’expliquant principalement par le poids croissant de la Chine
et remettant finalement assez peu en cause la domination des flux Nord-Nord.