Dossier - Compagnie Kat`chaça

Commentaires

Transcription

Dossier - Compagnie Kat`chaça
compagniekat’chaça
compagniekat’chaça
Chorégraphe Natacha Paquignon
www.katchaca.fr / 09 52 08 96 55
éclaboussures
solo danse & arts numériques
sommaire
summary
///////
la compagnie .............................................................. p.5
the company ............................................................... p.5
éclaboussures // mémoire sensorielle ........................ p.6
éclaboussures // sensory memory .............................. p.6
la cabine peau // dispositif numérique ........................ p.7
the skin cabin // digital device ..................................... p.7
distribution // production & diffusion ............................ p.8
the team // production & distribution ........................... p.8
images de éclaboussures // quelques haikus ............. p.9
images of éclaboussures // a few haikus .................... p.9
parcours des artistes ........................................... p.10-12
biography of the artists ........................................ p.10-12
contacts .................................................................... p.13
contacts .................................................................... p.13
///////
la compagnie
the company
La compagnie Kat’chaça est une compagnie de danse
lyonnaise. L’association, créée en 1998 dans une
dynamique collective, évolue vers une compagnie de
danse en 2007, quand Natacha Paquignon en devient
la chorégraphe.
The Kat’chaça company is a dance company from Lyon.
The association, founded in 1998 as a collective structure,
develops into a dance company in 2007, when Natacha
Paquignon becomes its choreographer.
La compagnie travaille sur la notion de frontière. Elle
cherche à rendre poreuse la frontière entre art et société,
à inscrire sa démarche artistique dans son environnement
sensible et social.
The company works on the border issue. The company’s
work is about making the boundaries between art and
society more porous, creating in relation to its sensitive
and social environment.
Cet engagement de la chorégraphe la mène à déplacer
de plus en plus son travail de création dans des espaces
publics, et à chercher des processus d’écriture qui incluent
le public.
This choreographer’s commitment leads her to create
more and more pieces of work for public spaces, and to
look for writing processes in which the public can take
part.
Sa recherche sur les liens entre le corps dansant et son
environnement la conduit depuis quelques années à
développer un langage chorégraphique et numérique, à
partir de dispositifs interactifs pour la danse.
Notre environnement s’est peuplé d’outils technologiques,
au risque de créer une dépendance entre l’être humain et
la machine. Par sa recherche chorégraphique à partir
d’outils numériques, la compagnie place la création,
l’imaginaire, au cœur de ces interfaces homme-machine,
et affirme que si l’environnement nous influence, nous
pouvons aussi agir sur lui.
Certains dispositifs sont imaginés pour le spectacle.
D’autres sont conçus comme des installations numériques
et chorégraphiques interactives, destinées à faire danser
le public dans des espaces inattendus.
La compagnie s’associe en 2013 au lieu hybride Toï Toï
Le Zinc à Villeurbanne : lieu de diffusion de musique et
de danse, c’est aussi un bar, un restaurant, un lieu de
vie. Leur projet commun répond à des valeurs de développement durable et de culture partagée. Il a pour objectif
de développer le projet chorégraphique du lieu. Natacha
Paquignon est en charge de la programmation danse du
lieu, et met en œuvre des expérimentations variées pour
partager la création avec le public.
Cie Kat’chaça // Eclaboussures
p.4 / 13
Cie Kat’chaça // Eclaboussures
For a few years, her research about the links between the
dancing body and its environment has been driving her to
develop a digital and choreographic language based on
interactive devices designed for dance.
The acceleration of technological progress may lead
human beings to become dependant on the machine.
Dancing with digital device, producing art with a manmachine interface, puts creation and imagination at the
center of these technologies. If the environment affects
us, we can also influence it.
Some of these devices are designed for performances.
Others are intended to be interactive, visual and sound
installations to make the public dance in unexpected
places.
Since 2013, the company has been associated with Toï
Toï Le Zinc, a theater and a bar and restaurant in
Villeurbanne. Their common project is based on values
of sustainable development and shared culture. It aims
ait enhancing the dance in Toï Toï. Natacha Paquignon
programs dance performances and experiments various
ways to share the creative work with the audience.
p.5 / 13
éclaboussures // mémoire sensorielle
éclaboussures // sensory memory
///////
Eclaboussures est un solo de danse & arts numériques
co-écrit par la chorégraphe Natacha Paquignon, la
danseuse Anita Mauro et l’artiste visuel et programmeur
Raphaël Dupont.
Eclaboussures is a solo dance & digital art performance,
co-written by the choreographer Natacha Paquignon, the
dancer Anita Mauro and the digital and visual artist Raphaël
Dupont.
Eclaboussures est construit à partir de fragments de la
mémoire sensorielle de la danseuse.
Mémoires kinesthésique, visuelle, sonore, olfactive,
émotionnelle, liées à des situations où le corps se risque
à aller au-delà de ses propres limites.
Eclaboussures is built on fragments of the dancer’s sensory
memory. Kinesthetic, visual, auditory, olfactive, emotional
memories, related to situations where the body ventures
beyond its own limitations.
L’écriture de Eclaboussures part de poèmes écrits par
Anita Mauro. Ils sont inspirés des haikus, formes courtes
et codifiées de la poésie japonaise. Même s’ils prennent
quelques libertés par rapport aux codes des haikus
japonais, les haikus d’Anita Mauro en suivent plusieurs
principes.
Ils traduisent une sensation, un sentiment, une émotion.
Un temps présent, passager, une observation, un moment
qui suscite l’étonnement ou l’émerveillement. Ils ne
décrivent pas la situation mais l’évoquent. Ils font
référence à la nature, à la place de l’être humain dans
le monde physique, à son ancrage dans l’environnement.
The writing process is based on poems written by Anita
Mauro. They are inspired from haikus, these short and
codified forms of Japanese poetry. Although she doesn’t
follow all the rules of the traditional haikus, Anita Mauro’s
haikus embrace several of their codes.
Le rythme des haikus donne son rythme à Eclaboussures.
Ils en constituent la matière sonore. La bande sonore de
la pièce est écrite à partir des poèmes enregistrés.
Natacha Paquignon a créé un environnement sonore
uniquement composé de voix. Les haikus créent parfois
une nappe musicale où le sens des mots laisse la place
à la sensation qui se dégage de leur enchevêtrement.
Lorsqu’ils se succèdent, ils donnent à entendre des images
qui, associées à la danse et à la vidéo, laissent à chacun
la liberté d’une interprétation personnelle puisée dans sa
propre mémoire sensorielle.
The haikus’ rhythm gives Eclaboussures its rhythm. They
are the sound material of the play. The soundtrack is
written from the recorded poems. Natacha Paquignon
created a sound environment only composed of voices.
The haikus sometimes create a layer-of-sound music
where the mixed words are not understandable but give
a particular feeling. When they are heard one after the
other, the haikus make the audience hear images which,
together with the dance and the video, they can interpret
freely, according to their own sensory memory.
Cie Kat’chaça // Eclaboussures
They convey a perception, a feeling, an emotion. A present,
temporary time, an observation, a moment that arouses
surprise or wonder. They do not describe the situation but
they evoke it. They refer to nature, human beings’ place in
the physical world, his belonging to his environment.
p.6 / 13
///////
la cabine peau // dispositif numérique
the skin cabin // digital device
La pièce se déroule dans une cabine, la cabine peau.
Cabine de la découverte, ses parois en lycra sont douces
et élastiques comme une peau. La danseuse repousse
cette peau comme elle repousserait les limites de l’inconnu.
La cabine invite à l’expérimentation, au risque de s’enfoncer
dans la matière, de perdre l’équilibre, de chuter ou de
s’égarer.
The solo takes place in a cabin : the skin cabin. It is the
discovery cabin. Its lycra walls are soft and elastic, like a
skin. The dancer pushes this skin as she would push out
the limits of the unknown. It invites to experiment, at risk
of sinking into the walls, losing balance, falling or getting
lost.
Lorsqu’elle repousse la peau de sa cabine, de son petit
monde, la danseuse interagit avec la matière visuelle
projetée sur les parois.
When she pushes out the skin of her cabin, of her small
world, the dancer interacts with the visual material projected
onto the walls.
Ses mouvements sont captées à l’aide de deux caméras :
une Kinekt et une caméra infrarouge. Ces caméras sont
couplées à un vidéoprojecteur.
Her movements are captured by two cameras : a Kinekt
and an infrared camera. These cameras are associated
with a projector.
La cabine et la danse évoquent à la fois la douceur du
cocon et l’ivresse du vertige, la frontière poreuse et
ambivalente entre le plaisir et la peur, entre le bercement
et la chute, entre l’intérieur et l’extérieur, soi et le monde.
The cabin and the dance bring sensation of both the
softness of a cocoon and the exhilarating dizziness. They
express the porous and ambivalent boundary between
pleasure and fear, cradling and falling, inside and outside,
oneself and the world.
Pour évoquer cette frontière / relation poreuse entre soi
et l’environnement, Raphaël Dupont a créé une matière
visuelle composée de particules qui interagissent avec
les mouvements de la danseuse.
To speak about this border / relationship between oneself
and the environment, Raphaël Dupont created a visual
material composed of particles that interact with the
dancer’s movements.
Le corps laisse sa trace dans les particules autant que les
particules s’impriment dans le corps. Matière à jouer, à
explorer, que l’on ne peut totalement maîtriser mais avec
laquelle on peut créer des relations.
The body leaves its prints into the particles as much as
the particles are engraved onto the body. It is a material
for playing, for exploring, which one cannot totally control
but with which one can create links.
Cie Kat’chaça // Eclaboussures
p.7 / 13
distribution // production & diffusion
the team // production & distribution
///////
///////
images de éclaboussures // quelques haikus
images of éclaboussures // a few haikus
distribution
the team
images de Eclaboussures
images of Eclaboussures
Co-auteurs Raphaël Dupont, Anita Mauro, Natacha
Paquignon
Chorégraphes Anita Mauro, Natacha Paquignon
Danseuse Anita Mauro
Artiste visuel & programmeur Raphaël Dupont
Composition sonore Natacha Paquignon
Création de la cabine Némo
Conception technique de la cabine Nadine Chabannier,
Raphaël Dupont, Valentin Durif, Eric Lombral, Némo
Régie générale Eric Lombral
Co-authors Raphaël Dupont, Anita Mauro, Natacha
Paquignon
Choreographers Anita Mauro, Natacha Paquignon
Dancer Anita Mauro
Visual artist and programmer Raphaël Dupont
Sound creation Natacha Paquignon
Creation of the cabin Némo
Technical conception of the cabin Nadine Chabannier,
Raphaël Dupont, Valentin Durif, Eric Lombral, Némo
Technical coordination Eric Lombral
Photos sur le site internet de la compagnie :
http://www.katchaca.fr/spectacles/eclaboussures/
Photos on the company’s website :
http://www.katchaca.fr/spectacles/eclaboussures/
Teaser : https://vimeo.com/152194239
Video teaser : https://vimeo.com/152194239
Captation complète sur demande.
Video of the whole play is available on request.
Durée 20 minutes
Length 20 minutes
quelques haikus / a few haikus
Eclaboussures
L’air se retire
L’intimité se dévoile
Co-production
Co-production partner
Eclaboussures a été créé en coproduction avec Fées
d’Hiver, centre de création numérique dans les HautesAlpes, qui a accueilli la compagnie en résidence de
création du 12 au 23 octobre 2015.
Eclaboussures has been created in coproduction with
Fées d’Hiver, center for digital creative research in the
Hautes-Alpes from October 12th to October 23rd, 2015.
Tapis de lumière
Le monde se renverse
Le soleil reviendra-t-il ?
Les pieds dans la vase
Rien ne bouge
Tout frémit
Diffusions
Distribution of the play
// 30 mars 2016 : Festival Chaos Danse (Théâtre Astrée)
- soirée Hors-les-murs à Toï Toï Le Zinc, Villeurbanne (69)
// 25 septembre 2016 : Biennale de la Danse - événement
«Autour de la Biennale» - Toï Toï le Zinc
// March 30th, 2016 : Chaos Danse Festival - evening
organized by the Théâtre Astrée outside of its walls, in Toï
Toï Le Zinc, Villeurbanne (Rhône)
// September 25th, 2016 : Dance Biennale in Lyon «Around the Biennale» event in Toï Toï Le Zinc.
Buée sur le verre
La main palpite
Absence
Les paumes respirent
Tout circule
Joie retrouvée
...
Cie Kat’chaça // Eclaboussures
p.8 / 13
Cie Kat’chaça // Eclaboussures
p.9 / 13
natacha paquignon, chorégraphe
natacha paquignon, choreographer
///////
Natacha Paquignon débute la pratique du mouvement très
jeune par un biais détourné : son école de musique met
en œuvre un apprentissage de la musique par le corps,
selon une conception proche de la pédagogie de JaquesDalcroze. De là vient sans doute son intérêt pour les liens
entre le son et le mouvement.
Natacha Paquignon begins movement practise in a diverted
way : her music school offers a pedagogy based on body
movements, according to an approach close to JaquesDalcroze’s eurythmics. Her interest in the links between
sound and movement probably came from these times.
Parallèlement à sa formation de danseuse à Toulouse
puis à Lyon, elle suit des études universitaires, d’abord
en anglais, notamment en linguistique, puis mène une
recherche sur l’influence du puritanisme sur la danse et la
littérature américaines du XXe siècle.
As she trained to be a dancer in Toulouse and in Lyon, she
went to university where she first studied English linguistics,
then made a research about the Puritans’ influence over
American dance and litterature in the XXth century.
Tout en commençant son parcours de danseuse avec les
compagnies De Visu In Situ / Marc Neff, La Marelle / Nicole
Topin, Zigrolling Cie / Tony Vighetto, elle fonde en 1998
avec Cathy Pose l’association Kat’chaça, née d’un désir
d’écrire collectivement.
While she started as a dancer with the companies De Visu
In Situ / Marc Neff, La Marelle / Nicole Topin, Zigrolling Cie /
Tony Vighetto, she expressed her desire for collective artistic
research and created the Kat’chaça association in 1998.
En 2007, elle devient la chorégraphe de la Compagnie
Kat’chaça. Elle développe une recherche sur la relation
entre le corps et son environnement.
Il s’agit de mettre le corps en état de disponibilité permanente pour qu’il soit capable à la fois d’agir et de réagir
dans un environnement donné.
Son écriture se nourrit de rencontres et de coopérations
avec des personnes qui se situent en-dehors du champ de
la création artistique, qu’ils soient chercheurs (en neurosciences, sociologie, philosophie, urbanisme) ou citoyens,
habitants d’un quartier, d’une ville, usagers d’un espace
commun...
In 2007, she becomes the Kat’chaça company’s choreographer. She develops a research about the relationship
between body, brain and environment.
She seeks to make the body always alert, able to act and
react in a particular environment.
Ses créations se développent dans la lignée d’une
esthétique relationnelle, où la création artistique devient
le lieu d’une expérience de la relation, et où le public, en
se déplaçant pendant les représentations, peut choisir son
point de vue, son engagement corporel dans son expérience
de spectateur.
The performances of her creative works become places for
a relationship experiment. The audience can move around
and choose its point of vue, its physical involvement in its
spectator’s experience.
Cie Kat’chaça // Eclaboussures
Her creative work is nourished by cooperations with people
who work in different fields : researchers (neuroscience,
sociology, philosophy, urbanism), or citizens, people living
in a city or a specific neighbourhood, users of a common
space...
p.10 / 13
///////
anita mauro, danseuse & chorégraphe
anita mauro, dancer & choreographer
Anita Mauro se forme en danse contemporaine au CNR
de Rouen puis au Conservatoire National Superieur de
Musique et de Danse à Lyon de 2002 à 2005.
Anita Mauro has been trained in the Conservatoire National
de Région in Rouen, then in the Superior National Music
and Dance Conservatoire in Lyon from 2002 to 2005.
Après une formation en pédagogie au CND de Lyon,
elle obtient le Diplôme d’Etat de Professeur de Danse
Contemporaine en 2006, et enseigne depuis dans diverses
structures.
En 2008, elle suit la formation pluridisciplinaire «De l’interprète à l’auteur» au CCN de Rillieux-la-Pape / Maguy
Marin, et obtient une licence d’anthropologie Métiers des
Arts et de la Culture.
In 2006, after a pedagogy training in the National Center for
Dance in Lyon, she gets the Contemporary Dance Teacher
Degree, and has been teaching dance in several structures
since then.
In 2008, she joins Maguy Marin’s «from performer to
author» training in Rillieux-la-Pape CCN, and gets a
bachelor’s degree in anthropology («art and culture professions»).
Depuis 2009, elle est interprète pour la Cie Kat’chaça.
En parallèle, elle travaille pour d’autres compagnies : le
Kollectif Mac Guffin, la Cie i2(a) de Mathieu Furgé et la
Cie Pic la Poule à Poitiers.
She has been a dancer in the Kat’chaça company since
2009. She also danced for the companies the Mac Guffin
Collective, Matthieu Furgé’s i2a company, Pic la Poule.
Elle est actuellement danseuse interprète pour la Compagnie Nathalie Pernette, la Cie Kat’chaça et la Cie Tramaluna de Marcelo Sepulveda.
She is currently a dancer for the companies of Nathalie
Pernette in Besançon, Natacha Paquignon (Kat’chaça)
and Marcelo Sepulveda (Tramaluna) in Lyon.
En tant que chorégraphe, une première composition
jouée dans l’amphithéâtre de l’Opéra de Lyon lui donne
le goût de la création. Elle crée un solo en 2009 autour
des maltraitances conjugales pour le festival Brisez le
Silence. En 2014, elle présente un autre solo dans le
cadre de la Biennale off de la Danse, Skjaldmös.
Her first experience as a choreographer for the Lyon
Opéra’s Amphitheatre made her eager to create pieces
of dance work. In 2009, she created a solo about spousal
abuse for the «Break the Silence» festival. In 2014, she
created the solo Skjaldmös for the Off festival of the
Dance Biennale in Lyon.
Cie Kat’chaça // Eclaboussures
p.11 / 13
raphaël dupont, scénographe, vidéaste, programmeur
raphaël dupont, scenographer, video maker, programmer
///////
Après un Diplôme National d’Arts Visuels (DNAP) et un
Diplôme National Supérieur Expression Plastique (DNSEP)
à l’EESI de Poitiers, Raphaël Dupont explore les nouveaux
médias à travers des installations interactives vidéos et
sonores.
After getting a National Degree of Visual Arts (DNAV) and
a Higher National Degree of Visual Expression (DNSEP) at
the EESI in Poitiers, Raphaël Dupont explores new media
in visual and sound interactive installations.
Il collabore également avec différentes compagnies de
théâtre ou de danse et avec des groupes de musique
pour des créations scénographiques.
He also works with different theater and dance companies
or music bands as a scenographer.
Il propose des expériences sensorielles, poétiques et
corporelles aux spectateurs. Ou encore celles qui mettent
en scène la relation du public à l’image, au son et à l’objet.
He offers sensory, poetic and bodily experiences to the
audience. He creates installations which enhance the
relationship between the audience and images, sound and
objects.
Il crée des performances et installations vidéo interactives
dans le cadre de divers événements. En 2014 il crée la
performance CT4C pour le A’Vaulx jazz Festival. Il crée
des vidéos et visuels génératifs programmés pour différents
spectacles, notamment en 2011 pour la pièce Mysuperlover.
com de la compagnie i2a – L’image du corps / Mathieu
Furgé à Poitiers.
Il débute une collaboration avec la compagnie Kat’chaça
en 2014.
He creates performances and video interactive installations
for various events. In 2014 he creates the CT4C
performance for the A’Vaulx Jazz Festival. He also creates
generative videos for dance plays, for example in 2011 for
Mysuperlover.com (Matthieu Furgé’s i2a company - Image
du corps).
He begins working with the Kat’chaça Company in 2014.
Plus d’informations sur le travail de Raphaël Dupont :
http://raphaeldpn.com/
More information about Raphaël Dupont’s work :
http://raphaeldpn.com/
contacts
Compagnie Kat’chaça
Siège social / Head office 1 rue de Nuits, 69004 Lyon
Bureau / Office 82 rue de Château-Gaillard, 69100 Villeurbanne
SIRET 44007334400051 / APE 9001Z / Licences n° 2-1088585 et 3-1088586
[email protected]
CHORÉGRAPHE / CHOREOGRAPHER Natacha Paquignon
[email protected]
PRODUCTION & DIFFUSION / PRODUCTION & DISTRIBUTION Charlotte Auché
[email protected]
http://www.katchaca.fr
Cie Kat’chaça // Eclaboussures
p.12 / 13
Cie Kat’chaça // Eclaboussures
+33 (0)9 52 08 96 55
p.13 / 13

Documents pareils

C`est mieux avec les voisins _communiqué de presse_pdf

C`est mieux avec les voisins _communiqué de presse_pdf Merci à Gismara Gotthardt, Fabien Marquet, Marie Martet, David Michel, Martin Warzywoda, le Centre Social Mermoz, Mission Locale de Lyon...

Plus en détail

Dossier - Compagnie Kat`chaça

Dossier - Compagnie Kat`chaça passoire, c’est lui rendre son dû : give it back its due : it is here to filter. elle est là pour filtrer. Régis Debray, Éloge des frontières

Plus en détail