Télécharger - SQY entreprises.com

Commentaires

Transcription

Télécharger - SQY entreprises.com
Économie
Sport
Culture
Les robes de mariées
de Caroline Houy
p. 19
Daïkii Bouba,
ceinture noire à 15 ans
p. 40
L’actualité de Saint-Quentin-en-Yvelines
Mohamed el-Ayoubi
entre boxe et
littérature p. 29
o
1,07  - Février 2012 - n
272
www.saint-quentin-en-yvelines.fr
à Saint-quentin-en-yvelines
élancourt
Guyancourt
Magny-les-Hameaux
Montigny-le-Bretonneux
Trappes
La Verrière
Voisins-le-Bretonneux
Mobilisés pour l’emploi
Sans titre-1 1
création casqy
s titre-1 1
22/12/2011 12:05:53
18/10/2011 17:29:12
à Saint-Quentin
© C. Lauté
Un jour, une heure
Chapeaux !
© C. Lauté
© C. Lauté
Chapeau à la Maison de la poésie pour sa Semaine belge qui, avec Soyez belge envers les animaux (en haut), a tissé un patchwork de
mots d’auteur drôles et tendres, le 14/01. Dans le cadre des Pulsations urbaines, Le Prisme a pris la route d’Asphalte sur les chapeaux
de roue pour suivre un road movie chorégraphique de Pierre Rigal où les corps sont cristallisés en plein vol, le 20/01 (en bas, à
droite). Et après toutes ces émotions, la petite Maïwen (en bas, à gauche) a coiffé sa toque de marmiton pour participer à PianoPanier, un atelier de design culinaire proposé par Magali Werhung à la maison de quartier Théodore-Monod, à Guyancourt le 21/01.
L E P E T I T Q U E N T I N - n 2 7 2 - f é v r ie r 2 0 1 2
o I3I
édito
sommaire
culture mémoire vive sport Mobilisés pour l’emploi
© C. Lauté
Saint-Quentin-en-Yvelines a été récemment
classé second territoire, après Paris, pour
ses performances en
matière de création
de richesse (PIB territorial)1. Cette richesse
doit profiter à tous, et
en particulier développer les emplois sur
notre territoire. Depuis toujours, l’emploi
est pour notre agglomération une priorité.
Pour parvenir à cela, nous avons travaillé
à rendre notre territoire attractif, par son
cadre de vie, ses logements, ses transports et
ses services publics. Si nous voulons attirer
les entreprises, c’est pour l’emploi qu’elles
génèrent sur le territoire. Nous privilégions
aujourd’hui, avec nos pôles de compétitivité
et l’OIN Paris-Saclay, le développement des
emplois de demain tournés vers la recherche
et l’innovation, mais aussi vers les nouveaux
besoins liés aux services à la personne. Notre
structure pilote, Gérondicap, a déjà permis la
formation de 500 futurs employés en auxiliaires de vie. Parler emploi c’est aussi parler
formation et, dans ce domaine encore, SaintQuentin-en-Yvelines agit. Son université
accueille aujourd’hui 18 000 étudiants et
continue son développement. Elle ouvre
cette année sa faculté de médecine et elle
se tourne, depuis quelques années, vers la
formation par alternance en lien avec le
milieu économique local. Parler emploi
c’est enfin, et c’est essentiel, parler insertion
et aide aux demandeurs d’emploi. Après la
Maison de l’emploi et de la formation, nous
avons ouvert l’an dernier la Cité des métiers.
Nous disposons depuis plusieurs années
d’un Plan local pour l’insertion et l’emploi
permettant chaque année à des personnes
éloignées du monde du travail de retrouver un emploi ou une formation. L’emploi
est un domaine sensible, sa question reste
préoccupante et réclame un véritable engagement. Ensemble, notre agglomération,
l’État, les entreprises, les associations et le
réseau de professionnels, nous créons cette
chaîne dont tous les maillons sont interdépendants et doivent être solidaires.
Enquête Insee/AMGVF portant sur 100 grandes
collectivités de plus de 100 000 habitants.
1
Robert Cadalbert
Président de la communauté d’agglomération
www.robertcadalbert.sqy.fr
I4I
L E P E T I T Q U E N T I N - n 2 7 2 - f é v r ie r 2 0 1 2
o 37
Un jour, une heure
à Saint-quentin
3 L’actualité en images.
actualités
Saint-Quentin-en-Yvelines
6 Questions aux associations.
8 Vœux 2012.
Communes
9 Descartes dans l’espace.
10 Le Bois-de-l’Étang s’expose.
culture
13 V
oir le monde autrement
Les 10 ans de la Maison
de la poésie.
14 La chronique littéraire
de Pol-Jean Mervillon
15 Coup de jeune
à Aimé-Césaire
Quatre semaines pour les ados.
16 En bref
Théâtre amateur, poésie…
économie
17 Une plate-forme
en pleine croissance
Un bilan très positif pour le
financement des entreprises.
© T. Deketelaere
© C. Lauté
13
© M. Lemoine
44
à Saint-quentin-en-yvelines
actualités
élancourt
Guyancourt
Magny-les-Hameaux
Montigny-le-Bretonneux
Trappes
La Verrière
Voisins-le-Bretonneux
© C. Lauté
© DR
© C. Lauté
9
18 L e Fongecif à vos côtés
Un des partenaires
de la Cité des métiers.
19 E n bref
Stylisme, chef à domicile…
itinéraire
29 B
oxeur à la lettre
Entre littérature et boxe, le
chemin de Mohamed el-Ayoubi.
39 Trouver la voie
Lauriane Beauvisage vise
les championnats du monde.
40 L es beaux katas de Bouba
Daïkii Bouba, 15 ans,
un judoka qui fait sensation.
société
41 Une offre de soin
redéployée
L’Institut Marcel-Rivière
prépare sa mutation pour 2018.
Loisirs
30 L es Monty-Chars
à la fête
42 E n bref
Défilé en préparation.
43 Une aide très classe
31 F aites le plein
d’activités !
Profitez des vacances d’hiver…
32 A
genda
Le Pallium, Alzheimer…
Le soutien scolaire plébiscité
à l’Espace jeunes de Trappes.
mémoire vive
Vos rendez-vous loisirs
du 11/02 au 10/03.
44 C
hanger la vie
en changeant la ville
34 S
ortir avec le Kiosq
Rencontre avec
Yves Draussin, architecte.
Vos idées de sorties
du 8/02 au 10/03.
sport
36 A
genda
Vos rendez-vous sportifs
du 4/02 au 26/02.
38 E n bref
Tribune libre
46 Divers droite,
PC et apparentés,
PS et apparentés
Les groupes politiques de
l’agglomération s’expriment.
Triathlon, boxe, handball…
Mobilisés
pour l’emploi
Promopole, Cité des métiers, mission locale…,
grâce aux nombreux dispositifs qu’elle a initiés ou
qu’elle soutient, la Casqy permet aux personnes qui
en ont besoin de retrouver le chemin de l’emploi
ou de la formation. C’est ce qui permet à SaintQuentin-en-Yvelines de mieux résister à la crise.
Solidarité
22 16e Semaine
de l’emploi
Du 10 au 17/02, le rendezvous des entreprises et
des acteurs de l’emploi.
23 L’École de la 2e chance
Une pédagogie innovante
fondée sur l’alternance.
Dév-Éco
24 R
ésister à la crise,
une priorité
L’emploi est au cœur des
préoccupations de la Casqy.
25 Un espace pour
trouver des solutions
La Maison de l’emploi
et de la formation propose
de nouvelles actions.
26 Les entreprises
se mobilisent
Un investissement
actif contre l’exclusion.
agenda
27 Vos rendez-vous avec
le développement
durable
Vous ne recevez pas Le Petit Quentin ?
Contactez-nous au 01 39 44 76 10 ou par
courriel : [email protected]
Vous pouvez aussi le télécharger sur :
www.sqy.fr/petit-quentin
L E P E T I T Q U E N T I N - n 2 7 2 - f é v r ie r 2 0 1 2
o I5I
Saint-Quentin
actualités
Vie associative
Questions aux associations
Portes ouvertes
10, 17 et 24/02
■ Cedefi Lidec (Institut des études
comptables) – De 13 h 30 à 16 h
15, place de Bel-Ébat à Guyancourt
Tél. : 01 39 44 99 47
www.institut-etudescomptables.com
© S. Blondeau
11/02
«
N
ous disposons actuellement d’un fichier
répertoriant 1 700 associations en fonction de leur commune et de leur domaine
d’intervention. Dans le cadre des 40 ans de
Saint-Quentin-en-Yvelines, nous souhaitons
aller plus loin, car le tissu associatif a joué
un rôle majeur lors de la création de la ville
nouvelle », explique Anne Rousseau, du
service vie associative de la Casqy. Profil
des bénéficiaires, ressources, niveaux d’intervention, appartenance éventuelle à un
réseau, nombre de salariés…, tous ces éléments seront étudiés par une série de questions auxquelles les dirigeants associatifs
pourront répondre via un document disponible sur le site de l’agglomération.
Formations pour les bénévoles
« Cette enquête, copilotée par l’Observatoire
de la ville, fait aussi partie de notre démarche
d’adhésion au réseau national des Maisons des
associations », complète Anne Rousseau.
Les résultats de cette consultation seront
rendus publics lors de la fête des dirigeants
associatifs, en juin, « qui aura cette année une
dimension particulière », confie notre interlocutrice. Un centre de ressources a ouvert
en décembre 2011 dans les locaux du service vie associative de l’avenue Joseph-Kessel : poste informatique, ouvrages et périodiques sont à la disposition de tous pour
aider à la création et à la bonne marche des
associations. Depuis l’an dernier, des formations gratuites sont également dispensées aux bénévoles. Au programme : dix
modules sur la comptabilité, l’éducation
au développement durable, la méthodologie de projet, etc. ■
Service vie associative de la Casqy
52 bis, av. Joseph-Kessel, à Montigny
Tél. : 01 30 96 96 94
Formations le samedi de 10 h à 12 h 30
Tél. : 01 30 13 05 90 ou 01 30 13 06 01
Pour remplir le formulaire d’enquête :
www.sqy.fr/associations
■ 3IS (Institut international de l’image
et du son) – De 10 h à 18 h – parc de
Pissaloup – 7, rue Descartes à Trappes
Tél. : 01 30 69 00 17 – www.3is.fr
■ IGTS (Institut général des
techniques du spectacle)
3, av. Jean-d’Alembert à Trappes
Tél. : 0 810 00 30 50 – www.igts.org
■ UVSQ : UFR des Sciences - Staps – De 14 h
à 17 h 30 – 45, av. des États-Unis à Versailles
Tél. : 01 39 25 41 12 – www.sciences.uvsq.fr
■ UVSQ : IUT de Mantes-en-Yvelines
De 10 h à 17 h – 7, rue Jean-Hoët à Mantesla-Jolie – Tél. : 01 30 98 13 62
www.iut-mantes.uvsq.fr
2 et 10/03
■ RISE SQY (Réseau des instituts
supérieurs de l’entreprise) – À 15 h 30,
atelier d’information – 23, place Wicklow
à Montigny – Tél. : 01 30 57 90 74
www.risefrance.com
7/03
■ UVSQ : faculté de droit et de science
politique – De 14 h à 17 h 30 – 3, rue
de la Division-Leclerc à Guyancourt
Tél. : 01 39 25 53 13
www.facdroit-sciencepo.uvsq.fr
Enquêtes publiques
© Casqy/TN/Coup d’éclat
Pas-du-Lac & Carré gare
I6I
L E P E T I T Q U E N T I N - n 2 7 2 - f é v r ie r 2 0 1 2
o D
u 13 février au 16 mars, à la mairie de
Montigny-le-Bretonneux et à la Casqy,
les dossiers et registres des enquêtes
publiques concernant l’aménagement de
l’avenue du Pas-du-Lac et du Carré gare
(photo, La Diagonale) seront tenus à la
disposition du public. Un commissaire
enquêteur assurera des permanences à
la mairie de Montigny pour recueillir vos
remarques les : 13/02 de 9 h à 12 h ; 22/02
de 17 h à 20 h ; 1/03 de 9 h à 12 h ; 6/03
de 17 h à 20 h ; et 16/03 de 14 h à 17 h. ■
Retrouvez les cahiers du Bien vivre sur
TV Fil 78 jusqu’au mois de mars :
Du 10 février au 8 mars :
- Mobilisés pour l’emploi : lundi 12 h 15
et 22 h 15 ; mardi 12 h 15, 13 h 45 et
22 h 15 ; mercredi 21 h ; samedi 13 h 45,
17 h 15 et 22 h 15 ; dimanche 12 h 15,
18 h 15 et 22 h 15.
Saint-Quentin
actualités
Vœux 2012
< 89 >
Quarante ans d’échanges
et de solidarité
C’est le nombre d’établissements
de plus de 200 salariés implantés
à Saint-Quentin-en-Yvelines.
Ils représentent plus du quart
des établissements de plus de
200 salariés du département. ■
Robert Cadalbert a présenté, mardi 10 janvier au Théâtre, les vœux
de la communauté d’agglomération à l’ensemble des partenaires.
Source : Insee, Clap 2009
I8I
Q
uarante ans de rêve, d’utopie, de drome, la rénovation de la gare de Saint-Quenconquêtes, quarante ans de construc- tin –, Robert Cadalbert a exposé les réalisations
tion, de conception, de mouve- qui marqueront 2012 : la création d’une uniment, d’action. Et surtout quarante ans de versité des savoirs, qui renforcera la politique
vie, d’échanges, de partage et de solidarité », culturelle de la Casqy et mettra en avant la
a déclaré Robert Cadalbert lors de la céré- citoyenneté ; les projets d’aménagement de
monie des vœux, le 10 janvier au Théâtre l’Aérostat à Trappes, des Réaux à Élancourt
de Saint-Quentin-en-Yvelines. Quarante ou encore des Bécannes à La Verrière et de
ans, c’est l’âge de la maturité, le temps idéal La Remise à Voisins. Autant d’initiatives qui
pour dresser un bilan et expliquer la raison proposeront à terme plusieurs milliers de logede son succès : la recherche constante d’un ments, en privilégiant un habitat diversifié et
équilibre entre le développement écono- respectueux de l’environnement.
mique, le cadre de vie et la solidarité.
« Sans le dire, Saint-Quentin s’est construit Une autre vision
dans le développement durable, avec l’idée de 2012 sera une année importante pour l’OIN
rapprocher l’emploi et l’habitat, en portant un Paris-Saclay, dont Saint-Quentin fait partie,
projet qui fait rimer activité économique et ser- et qui avec le développement du futur métro
vice public. Ainsi, en quarante ans nous avons automatique représente un potentiel majeur
construit une ville à vivre. À
en matière d’emploi et de
« Il
n’y
aura
pas
vivre ensemble ! » a précisé
retombées économiques.
de sortie de crise
Robert Cadalbert. En période
Cependant, « les coups durs du
sans une plus
de crise, la notion du « vivre
gouvernement envers les collecgrande équité et
ensemble » est plus que
tivités locales – en augmentant
sans services publics
les charges et en réduisant les
jamais d’actualité, et c’est
forts. »
cette qualité de vie que rendotations – les privent des fruits
dent possible les services publics commu- de leur propre croissance et nous entraînent dans
nautaires. Car si la Casqy a beaucoup investi un cercle vicieux : plan de rigueur, récession,
pour doter les communes d’équipements baisse de l’investissement et donc de l’emploi »,
publics de qualité, elle doit aussi financer les a tenu à rappeler Robert Cadalbert. 2012 sera
services à la population et aux entreprises. donc l’année d’une autre vision, celle du par« Il n’y aura pas de sortie de crise sans une plus tage, préservant notre dynamisme et notre
grande équité et sans services publics forts », a modèle social pour que les projets puissent
aboutir et que Saint-Quentin reste nouvelle
rappelé le président de la Casqy.
Après avoir présenté plusieurs réalisations de encore longtemps. ■
2011 – construction de nouveaux logements,
de la faculté de médecine, les travaux du vélo- www.sqy.fr
L E P E T I T Q U E N T I N - n 2 7 2 - f é v r ie r 2 0 1 2
o Une exposition sur le plateau
urbain de la RN10 à Trappes est
actuellement présentée à l’hôtel
d’agglomération. Maquette
et panneaux d’informations
vous détaillent les opérations
de recouvrement partiel de
la RN10 destinées à redéfinir
le centre-ville, améliorer la
circulation et la qualité de vie.
Du lundi au vendredi de 8 h 30 à 19 h
1, rue Eugène-Hénaff, à Trappes
Office
de tourisme
L’Office de tourisme de SaintQuentin-en-Yvelines vous
propose d’exposer votre vision de
l’agglomération : espaces verts,
monuments d’art urbain, bâtiments,
rues… À l’occasion des 40 ans de
la « ville nouvelle », laissez parler
votre curiosité ! Pour participer
à ce concours en ligne, il vous
suffit de créer un compte Flickr
où poster votre cliché. Matériel
photo, bons d’achat et sorties
culturelles… les gagnants recevront
leur prix en octobre prochain. ■
© C. Lauté
«
© C. Lauté
Plateau urbain
www.officedetourisme.sqy.fr
www.flickr.com/groups/concourstourisme-sqy
communes
actualités
Descartes dans l’espace
Guyancourt
© C. Lauté
Le Temps
des femmes
I
ls sont plus de 300 à s’être rassemblés ce
lundi 9 janvier dans le lycée Descartes
de Montigny-le-Bretonneux pour assister
en direct à un événement préparé depuis
presque deux ans. À 11 h 14 précises, la
connexion est établie et l’assemblée médusée écoute en direct la voix de Daniel Burbank, le commandant de la station spatiale
internationale (ISS) placée en orbite autour
de la Terre à la vitesse de 28 000 km/h.
« C’est merveilleux d’être dans l’espace »,
déclare l’astronaute en répondant aux
questions de Jeoffroy Vidalot, membre du
club de radioamateurs saint-quentinois
F6KRK, organisateur de cette liaison hors
du commun. Un événement rendu possible
grâce à Jean-François Le Saux, professeur de
physique, qui a convaincu tout le monde
de relever ce pari un peu fou.
L’entretien s’est terminé par un dialogue amical entre le spationaute français,
Léopold Eyharts, présent sur place, et
son homologue américain, puis par des
applaudissements soutenus. Beaucoup sont
repartis la tête encore dans les étoiles, avec
l’impression d’avoir vécu, comme Jeoffroy,
« une aventure unique ». ■
Écoutez le dialogue avec l’ISS sur www.sqy.fry
www.f6krk.org
Trappes
Élection des comités
de quartier
L
a campagne électorale a débuté ! Suite à l’appel à candidatures mené jusqu’à fin janvier,
les habitants qui se présentent à l’élection des
comités de quartier entrent désormais en campagne. Une réunion d’information organisée par
la mairie, le 3 février, permet aux candidats d’enregistrer une vidéo destinée à être publiée sur
la page Facebook de la ville. Le vote se déroule
ensuite du 10 au 17 février dans une camionnette
qui sillonnera les différents quartiers, donnant
ainsi tout son sens au principe de dialogue de
proximité instauré par les comités de quartier.
2012 est une année particulièrement importante
puisqu’elle marque les dix ans de cette instance
de démocratie locale. ■
Tél. : 01 30 69 19 54 – www.villedetrappes.com
www.facebook.com/siteofficieltrappes
Placée sous le thème « Les
femmes et le travail », la
2e édition du Temps des femmes
vous réserve, du 3 au 11 mars,
un temps fort chaque jour.
We Want Sex Equality, film de
Nigel Cole, Si Cendrillon était un
garçon (spectacle réservé aux
8-10 ans), Femmes et pouvoir sous
la Ve République, dernier ouvrage
de Mariette Sineau (directrice de
recherche au CNRS), etc. Cinéclub, débats, conférences et visite
au musée du Louvre, concert
de piano, danse, théâtre, et,
pour la bonne bouche, un dîner
convivial préparé par des hommes
coachés par un chef au féminin.
© DR
Montigny-le-Bretonneux
Une dynamique boostée par un
partenariat entre la Ferme de
Bel-Ébat, la Maison de la poésie,
la Batterie, l’École des parents,
la médiathèque Jean-Rousselot,
l’association CréActives
(femmes chefs d’entreprise),
l’action culturelle, les maisons
de quartier et des habitants
amateurs de découvertes. L’École
des parents, quant à elle, vous
propose, le 9 mars à 20 h 30, une
rencontre-débat sur le thème
« Travail et vie de famille, les
mères sont-elles les seules à
chercher l’équilibre ? », avec
l’intervention de François Fatoux,
délégué général de l’Observatoire
de la responsabilité sociétale des
entreprises. Maison de quartier
Théodore-Monod (Villaroy) –
gratuit, réservation conseillée
Tél. : 01 30 48 33 90 ■
www.ville-guyancourt.fr
L E P E T I T Q U E N T I N - n 2 7 2 - f é v r ie r 2 0 1 2
o I9I
communes
actualités
La Verrière
Le Bois-de-l’Étang s’expose
Cultures urbaines
© Agence Daquin
C
onstruction de nouveaux logements
pour répondre aux besoins démographiques, aménagements et création d’un
cadre de vie de qualité : voici les objectifs
que s’est fixés la ville en lançant un nouveau
projet dans le quartier du Bois-de-l’Étang.
L’exposition qui se tient à la maison de
quartier présente ce projet prévu pour
2013. Courant 2012, les logements labellisés BBC (bâtiment basse consommation), et
répondant aux normes de développement
Magny-les-Hameaux
durable, seront mis en vente. De superficies
variables – du 2 au 5 pièces, en appartement
ou maison –, ces logements seront proposés
à des prix maîtrisés et en accession sociale.
Cet aménagement se caractérise aussi par
la création d’espaces verts, de commerces
et de services de proximité. ■
Fil rouge de l’année scolaire, les
animations « Styl’U » permettent
aux enfants de découvrir les cultures
urbaines. En février, deux stages
d’initiation au street ball et au street
soccer, variantes du basket et du
foot, sont proposés pour les 7-11 ans
et les 11-17 ans, du 20 au 23/02
– de 4 € à 20 € selon le quotient
familial. Un contest street ball,
gratuit et animé par un DJ (de 17 h
à 20 h), des tournois de tirs et des
démonstrations de professionnels
sont prévus le 24/02. Dans le cadre
des Pulsations urbaines, L’Estaminet
présente un stage gratuit de
percussions corporelles le 8/02
de 14 h 30 à 16 h 30 (à partir de
10 ans), par la compagnie Onstap,
dont le spectacle sera présenté à la
Maison de l’environnement le 10/02
à 19 h 30 (prix : 4 € et 5 €). ■
Stages sportifs
au gymnase Chantal-Mauduit
Inscriptions – Tél. : 01 39 44 71 58
(service sport)
L’Estaminet – Tél. : 01 30 23 44 28
Maison de l’environnement
Maison de quartier du Bois-de-l’Étang
Tél. : 01 30 07 34 34
3, rue Émile-Dureuil
Tél. : 01 30 50 13 00
Élancourt
Services en ligne
Voisins-le-Bretonneux
La Remise en lumière
endez-vous à la mairie pour découvrir les
trois projets issus de l’appel à idées pour
la construction de l’écoquartier de La Remise.
Réalisés par des équipes pluridisciplinaires de
paysagistes, d’architectes et de spécialistes en
qualité environnementale, ces aménagements
mettent en avant différents aspects de la ZAC :
parti pris d’urbanisme, voirie, circulation,
trame verte et bleue… Initiés dans le respect
de la charte élaborée par la population lors des
concertations publiques de 2010, ces projets proposent des logements, des équipements (maison
de quartier, écoles, équipements sportifs, etc.),
des commerces et des services de proximité. Les
panneaux de l’exposition évolueront au fil du
I10I
L E P E T I T Q U E N T I N - n 2 7 2 - f é v r ie r 2 0 1 2
o © S. Joubert
R
temps et deviendront des supports de création
du futur écoquartier ! ■
Exposition « La Remise », à partir du 31/01
à la mairie – 1, place Charles-de-Gaulle – gratuit
Tél. : 01 30 48 58 96 (service urbanisme)
Élancourt, membre du réseau Villes
Internet, propose un nouveau
service qui va vous faciliter la vie :
la Gestion de relation citoyen (GRC).
Formulaires d’état civil, calcul du
quotient familial, signalement
d’un problème aux services
municipaux…, vous gérerez ainsi
directement un grand nombre de
démarches administratives via votre
ordinateur ou votre smartphone.
Outre son aspect pratique, la GRC
permet aussi un traitement plus
rapide des dossiers et un suivi en
temps réel par la consultation du
site GRC (dans l’onglet « Votre
mairie en ligne ») ou par SMS. ■
www.ville-elancourt.fr
comptant pour le championnat d'île de france
LES ÉTANGS DE LA MINIÈRE
78280 GUYANCOURT
LIEU DIT : LA MINIÈRE
DÉPART : 10H
( à partir de 16 ans )
sqy.fr/
Toutes les infos sur : http://www.triathlon-
culture
Maison de la poésie
Voilà dix années déjà que la Maison de la poésie fait rayonner poètes et poèmes à SaintQuentin-en-Yvelines et au-delà. Entretien avec Jacques Fournier, son directeur.
Voir le monde autrement
jazz, et, deux ans plus tard, ils nous ont
proposé un spectacle qui a été créé à Paris
et sera repris au Scarabée ce mois-ci.
Quels sont vos projets ?
Nous ouvrir davantage à toutes les formes
d’écriture. Affirmer notre soutien à l’édition et l’aide à la création. Notre revue va
évoluer, sur le fond comme sur la forme,
et, à partir de septembre, sa périodicité
sera modifiée. Par ailleurs, nous poursuivrons notre travail sur Internet et
nous allons aussi repenser l’évolution
de la biennale. ■
Nuit de la poésie organisée par la Maison de la poésie à la Ferme de Bel-Ébat, en octobre dernier.
Quelles sont les spécificités de
la Maison de la poésie de SaintQuentin-en-Yvelines ?
C’est la seule en France
qui a été créée et valorisée d’un point de
vue institutionnel.
Toutes les autres sont
des associations. Ici, la
communauté d’agglomération nous a donné
la possibilité de touJacques Fournier.
cher directement les
publics. Car si la poésie ne peut pas être
faite par tous, je suis convaincu qu’elle
est faite pour tous. Notre travail est de
prouver à chacun qu’il y a un poète ou
un poème qui peut le concerner.
Deuxième spécificité, cette maison est
placée sous le signe de la résistance à la
pensée unique et aux idées préconçues.
Nous voulons permettre à tous de voir le
monde autrement. Nous sommes dans
la distraction, dans le plaisir, mais aussi
dans le culturel, et donc dans le sociopolitique. Enfin, nous nous intéressons
à toutes les langues, tant d’expression
française qu’étrangères.
Comment avez-vous trouvé votre
place dans le réseau culturel saintquentinois ?
Quand je suis arrivé, en février 2002, j’ai
fait le tour des structures culturelles de
l’agglomération pour me présenter. J’ai
expliqué aux responsables mon désir et
mon besoin de travailler avec eux, sans
quoi en deux ans je mettais la clef sous
la porte. Depuis, nous mettons en place
des partenariats pour valoriser les propositions poétiques partout sur le territoire.
Quels ont été les événements marquants de ces dix dernières années ?
Monter le festival PoésYvelines – La
Semaine des poètes a été un vrai challenge. Il a fallu créer un maillage sur le
département et, au bout de huit éditions, nous touchons désormais une
soixantaine de communes. La création
de notre revue Ici & là est également une
belle aventure : les 13 numéros publiés le
prouvent. Nous avons aussi hébergé de
très belles expositions, comme celle des
œuvres de Jean Bazaine. Je me souviens
d’avoir présenté la compagnie Uppercut
à Philippe Laccarrière, contrebassiste de
Maison de la poésie
de Saint-Quentin-en-Yvelines
10, place Pierre-Bérégovoy, à Guyancourt
Tél. : 01 39 30 08 90
www.maisondelapoesie.sqy.fr
Le Printemps
des poètes
À Saint-Quentin-en-Yvelines, le Printemps
des poètes se tiendra du 7 au 24 mars
sur le thème « Enfances et après ». Au
programme : « Le grand jour du poème
à l’autre » avec une distribution de
cartes postales poétiques mais aussi des
jeux d’écriture, une évocation de García
Lorca par Charles Gonzalès (photo), un
hommage à Mahmoud Darwich, etc. Le
10 mars à 11 h, la place des YvelinesJehan-Despert sera inaugurée en présence
du poète qui lui a donné son nom. ■
© C. Lauté
© C. Lauté
Propos recueillis par Nicolas Gervais
Tout le programme sur :
www.maisondelapoesie.sqy.fr
L E P E T I T Q U E N T I N - n 2 7 2 - f é v r ie r 2 0 1 2
o I 13 I
culture
Les Mille
et UneVies
Chronique littéraire
Mon petit Quentin,
P
our survivre, il faut toujours se
préparer à la saison nouvelle :
nous sommes en hiver, prépare
donc ton printemps avec le très beau Le
Petit Larousse des
plantes vivaces (1).
1 20 0 plantes
pour un jardin
durable. Un livre
i nd ispensable
même au jardinier de balcon. Et
tu continueras,
mais cette fois de
façon littéraire, avec Les Miscellanées du
jardin (2). Si tu as déjà lu une de ces lettres
que je t’adresse depuis des années, tu sais ce
que miscellanées
signifie : choses
mêlées. Eh bien
voici des écrits et
des illustrations
mêlés selon la
fantaisie de leurs
auteurs. Un vrai
régal de sensibilité et de légèreté
érudite – tantôt
une anecdote,
tantôt une histoire merveilleuse ou bouleversante, tantôt un article savant : bref, de
belles miscellanées qu’un amoureux d’une
amoureuse de jardin ne saurait ignorer.
Et maintenant surgit au milieu de cette
chronique florifère
une étonnante Histoire
du poil (3) : un ouvrage
savant et universitaire
– mais passionnant
et drôle. Bien sûr, les
auteurs (coordonnés
par un duo de talent)
sont tous de grandes
pointures, spécialistes
qui de la barbe, qui de la moustache, qui du
tablier de sapeur – ou de la pileuse pelouse.
Mais aussi des cils et des sourcils, des lèvres
d’en haut et des lèvres d’en bas, etc. Il y a
donc très longtemps que l’homme et la
femme s’interrogent parce qu’ils sont des
« singes nus »…
I 14 I
L E P E T I T Q U E N T I N - n 2 7 2 - f é v r ie r 2 0 1 2
o Pour ne pas
oublier ce
qui se passe
chez toi, en ce
40 e anniversaire de SaintQuentin-enYvelines, voici un ouvrage exceptionnel :
Guyancourt mon histoire (4). Liliane Gex et
son (défunt) époux Jean avaient déjà édité
un beau livre d’amour et de photographies
sur Guyancourt. Ici c’est un formidable livre
d’histoire admirablement illustré de photographies et de documents. Ah, comme
j’aimerais que chaque bouquin estampillé
du nom de sa commune ait cette qualité-là !
Rayon poésie, tant de
belles choses parues
ces temps-ci que j’en
suis condamné à n’en
nommer que quelquesunes, façon inventaire.
Au temps du mystère… (5)
de Bernard Grasset :
sacré culot – et mystique – que d’écrire en plusieurs langues,
et directement à la fois ! J’en suis ébloui et
ça nous remet à notre place : un gravillon
d’éternité… Et cette revue belge L’Arbre à
paroles (6) dont le numéro 153 est titré « Strictement hexagonal »
puisqu’il ne présente
que des poètes français contemporains :
quelle générosité !
Avec tout cela, petit
Quentin de mon
réchauffement climatique, passe un bel
hiver et prépare-toi un
beau printemps ! ■
Pol-Jean Mervillon
1) Éd. Larousse ; 24,90 €
2) Éd. Ulmer ; 15 €
3) Éd. Belin ; 29,50 €
4) Yvelines éditions ; 30 €
(Vente au profit de Bouche et Cœur)
5) Éd. de l’Atlantique ; 13 €
6) Éd. Maison de la poésie B-4540 Amay ; 7,50 €
(abonnement 25 €)
Récits et rêves
des gens des quartiers
Il était il y a peu au
Pavé du Canal pour
une rencontre autour
de son ouvrage dans
lequel il se fait le
porte-parole des
laissés-pourcompte. Ludovic
Souliman ne
« travaille »
pas en banlieue et ne représente
aucune institution, il a juste voulu
faire entendre la voix de « ceux qui
vivent là-bas » et dire leur quotidien,
leurs histoires, leur vie. Des récits
qui sont le fruit de cinq années de
collecte. Préface d’Henri Gougaud. ■
Éd. Albin Michel ; 20 e
Contes de la mille
et deuxième nuit
Qu’est-il arrivé à Schéhérazade après
la fin des Mille et Une Nuits ? Comment
donner une suite au fameux cycle
de contes orientaux ? Dans cette
édition commentée (et bilingue
pour les textes en langue étrangère)
Évanghélia Stead, traductrice littéraire
polyglotte et professeure de littérature
comparée à l’UVSQ, a rassemblé
trois auteurs modernes : Théophile
Gautier, Edgar Allan Poe et Nicolae
Davidescu qui s’y sont essayés. ■
Éd. Millon ; 25 e
Nicolas Gervais
médiathèques
culture
Spécial adolescents
© C. Lauté
Coup de jeune à Aimé-Césaire
Jeux vidéo, mangas, santé… La médiathèque Aimé-Césaire a mijoté quatre
semaines sur mesure pour les ados. Demandez le programme !
AGENDA
Du 7/02 au 18/02
« Puceron toi-même »
© C. Lauté
Une exposition qui présente
I
nformer les jeunes sur les sujets sensibles,
leur faire découvrir de nouveaux loisirs et
montrer à ce public qu’il est le bienvenu dans
les bibliothèques, tels sont les objectifs que
s’est fixés la médiathèque Aimé-Césaire, à
La Verrière, durant le mois de février. Quatre
grandes thématiques seront développées
chaque semaine.
Jusqu’au 4 février, la santé sera à l’honneur. En partenariat avec l’Institut de promotion de la santé, dans une optique de
prévention et d’information, deux classes
de collèges participeront à des ateliers sur
« l’appropriation du corps à l’adolescence ».
Du 7 au 11 février, ce sont les jeux vidéo
qui seront sur le devant de la scène avec une
foire au troc et une table rassemblant livres,
films et documents, tandis qu’une grande
fresque proposera aux jeunes gamers de dessiner leur héros favori. Moment charnière de
cette manifestation, Luc Baghadoust, testeur
de jeux chez Dontnod Entertainment, viendra présenter son métier le 15 à 14 h 30.
Du 14 au 18 février, place à l’orientation et à l’environnement dans le cadre de
la Semaine de l’énergie. L’occasion d’obtenir des informations sur les emplois et
les filières, mais également de découvrir le
métier qui vous convient grâce à une borne
interactive. Une machine qui va faire du
bruit ! À l’image de l’expo qui y est consacrée (lire aussi p. 27).
Et pour terminer en beauté, ou plutôt en BD,
la dernière semaine, du 21 au 25 février,
sera consacrée aux mangas avec une exposition, une fresque ouverte aux dessinateurs
en herbe, des projections de films d’animation japonais, une table de BD et de DVD,
une foire au troc et un atelier de réalisation
animé par Damien Chazette, auteur de
manga, le 22 à 13 h 30. ■
Jusqu’au 25/02, à la médiathèque Aimé-Césaire
19, avenue du Général-Leclerc à La Verrière
gratuit – Tél. : 01 30 16 11 60
Dupuis destinées aux tout-petits.
À la Médiathèque Saint-Exupéry,
à Voisins – Tél. : 01 30 60 91 04
10/02
« L’entretien d’embauche »
Soyez spectateurs, mais aussi
acteurs d’une mise en scène
d’entretien d’embauche.
Un atelier réalisé en partenariat
avec la Cie Arc-en-ciel,
de 13 h 30 à 16 h.
Sur inscription uniquement.
Médiathèque Anatole-France,
à Trappes – Tél. : 01 30 50 97 21
11/02
17 h – Speedbooking
Un coup de cœur littéraire
et 5 min pour le faire
découvrir en tête-à-tête.
Médiathèque des 7-Mares,
www.mediatheques.sqy.fr
à Élancourt – gratuit
Le saviez-vous ?
© C. Lauté
les BD sans bulle des éditions
Tél. : 01 30 62 89 39
18/02 à la médiathèque du Canal,
La sitothèque met à votre disposition de nombreux abonnements
électroniques : presse et archives de presse, dont 15 titres pour la
jeunesse et d’autres en langues étrangères, mais aussi de l’autoformation, du soutien scolaire et des conseils pour la préparation
des concours, des aides à l’orientation et à la recherche d’emploi,
des jeux et une collection de plus de 650 ouvrages numériques.
Ces abonnements sont accessibles depuis les postes internet
dans les médiathèques. Ils le seront aussi prochainement, pour
certains d’entre eux, depuis votre domicile.
à Montigny – Tél. : 01 30 96 96 00
www.sitotheque.agglo-sqy.fr
À la Médiathèque Saint-Exupéry,
Jusqu’au 25/02
« Artistes d’ici »
La médiathèque accueille
une expo du sculpteur sur
bois Jean-François Bertrand,
qui sera présent le 4 février.
à Voisins – Tél. : 01 30 60 91 04
Nicolas Gervais
L E P E T I T Q U E N T I N - n 2 7 2 - f é v r ie r 2 0 1 2
o I15 I
en bref
culture
Architecture
& photographie
Théâtre amateur
La Bobine
relève les défis
La compagnie de la Bobine propose des rencontres
en amont de ses spectacles. Une manière
de partager sa passion avec le public.
© L. Vincent
«
La Ferme de Bel-Ébat, la Maison
de la poésie et le Théâtre de
Saint-Quentin-en-Yvelines
s’associent pour présenter
un cycle consacré au grand
poète palestinien Mahmoud
Darwich. Au programme (suite
au Cantique des cantiques
présenté par Rodolphe Burger
en janvier à Bel-Ébat) : un
cabaret poélitique le 7 février
à la Maison de la poésie sur
le thème « Murs, murs écrits »
avec Bluma Finkelstein et Mehdi
Haddad ; Darwich, deux textes,
le 20 mars à la Maison de la
poésie, par le metteur en scène
Mohamed Rouabhi, mais aussi
de la musique avec À l’ombre
des mots, le 4 avril au Théâtre.
Un spectacle où trois joueurs
d’oud du trio Joubran (photo)
dialoguent avec la voix du
poète, enregistrée peu avant
sa disparition, en 2008. ■
Appel à
candidatures
N
ous sommes tous amateurs et nous faisons cela en plus
de notre travail, mais ça nous tient vraiment à cœur »,
explique Pierrick Moigneau, président de la compagnie de
la Bobine, créée en 2005 par des passionnés. Une passion
qui conduit la troupe ignymontaine à ne pas se contenter de jouer les textes contemporains : elle complète ses
représentations par des rencontres avec les auteurs, ou avec
leurs proches. Elle a ainsi créé l’événement en invitant, en
novembre dernier, Rita Gombrowicz, la veuve de Witold,
l’auteur d’Yvonne, princesse de Bourgogne, à la médiathèque
Saint-Exupéry, à Voisins. Pièce que la Bobine a présentée
quelques jours plus tard dans la salle de La Tour.
Un heureux événement en gestation
« C’est l’avantage du théâtre contemporain, explique Pierrick. Il
permet d’aller plus loin sur certaines pièces et d’apporter un éclairage
nouveau grâce à des personnes concernées par l’œuvre. C’est une
richesse que nous voulons partager, c’est pour cela que nous avons
organisé cette rencontre en amont de la représentation. » Un réel
objectif pour cette compagnie qui cherche à partager sa passion
du théâtre et à créer du lien en interprétant ses pièces dans les
espaces culturels de l’agglomération, et en allant voir celles
des autres ! Car la Bobine veut bien qu’on se paye la sienne,
mais l’objectif de cette troupe de dix-huit passionnés est de
faire sortir les gens de chez eux ! Un défi qu’ils relèvent chaque
année et qu’ils s’apprêtent à renouveler puisqu’ils répètent
actuellement La Grande Magie, une pièce d’Eduardo De Filippo,
que vous découvrirez en juin et en novembre, à la salle de La
Tour, à Voisins. « Rien n’est encore calé, mais nous sommes déjà
en contact avec la traductrice de l’auteur. Nous espérons proposer
une rencontre avec elle à la médiathèque Saint-Exupéry, s’ils veulent
bien nous recevoir de nouveau ! » Encore un heureux événement
en gestation… Surveillez les faire-part ! ■
Nicolas Gervais
www.la-compagnie-de-la-bobine.fr
« Le dessin contemporain dans
tous ses états », c’est le titre de
la résidence qui accueillera de 4
à 8 artistes dans 6 lieux culturels
de Saint-Quentin. Date limite
des inscriptions le 2/03. ■
I 16 I
L E P E T I T Q U E N T I N - n 2 7 2 - f é v r ie r 2 0 1 2
o Musée de la ville – quai
François-Truffaut à Montigny
Du mercredi au samedi, de 14 h
à 18 h – Tél. : 01 34 52 28 80
www.museedelaville.sqy.fr
Le couple
par la bande
Tchekhov, Maupassant,
Pirandello ou encore Les Mille
et Une Nuits ont été mis à
contribution pour composer
une « lecture théâtralisée »
sur le thème du couple. Un
spectacle grinçant, souvent
drôle et parfois dramatique de
la vie à deux. Une adaptation
signée Jacques Maréchal et
mise en scène par René Albod,
avec pour la partie musicale :
Sophie Maréchal à la guitare et
Denis Tison à la contrebasse. ■
Les 8 et 9 mars à 20 h 30 ;
le 10 mars à 17 h 30, au Prisme
Toutes les infos pratiques sur :
Réservation – Tél. : 01 30 62 91 49
© DR
www.sqy.fr/residence-dessin
Le Musée de la ville propose,
du 1er février au 4 mars, une
exposition où les photographes
interrogent l’architecture.
Présentées sous forme de
panneaux thématiques, les
images – accompagnées de
quelques films – vous feront
découvrir Saint-Quentin-enYvelines sous de nouveaux
angles. Des « regards croisés »
à voir à l’œil, puisque
l’expo est gratuite ! ■
© Musée de la Ville
Mahmoud
Darwich
à l’honneur
prix : 8 € (5 €, 4 €)
économie
Financement
Une plate-forme
en pleine croissance
La plate-forme Saint-Quentin-en-Yvelines initiative affiche un bilan très positif. Elle
contribue à l’implantation d’entreprises et la création d’emplois sur le territoire.
© J.J. Kraemer
d’augmentation du chômage. Ce sont en
effet 63 emplois qui ont été créés dans des
domaines aussi variés que les services,
les commerces, l’artisanat ou les activités innovantes. En 2012, la plate-forme
poursuivra son travail en développant
plusieurs aspects de son dispositif. Pour
Jean-Luc Mairot : « L’objectif principal sera
de solliciter plus d’acteurs privés pour augmenter notre fonds de réserve de prêts et diminuer ainsi la part des structures publiques.
Nous tâcherons également de renforcer le
parrainage des bénéficiaires. »
La plate-forme a accordé une quarantaine de prêts à 0 % à des entreprises saint-quentinoises.
Fonds privés et publics
Lancée en 2009 pour financer les créateurs, repreneurs et dirigeants de jeunes
entreprises (moins de trois ans d’activité)
de l’agglomération, par l’octroi de prêts
d’honneur à taux zéro, la plate-forme
Saint-Quentin-en-Yvelines initiative,
qui mobilise des fonds privés et publics,
connaît depuis un succès croissant. Son
conseil d’administration s’est tenu le
6 décembre dernier. L’occasion de dresser un bilan très positif.
« Des résultats qui vont au-delà de nos prévisions », déclare Jean-Luc Mairot, directeur
de la Maison de l’entreprise, avant d’ajouter : « Ce résultat est riche d’enseignements !
C’est la preuve que cet outil partenarial de
financement répond à un véritable besoin.
Une réussite due en majeure partie à l’implication des acteurs économiques et à sa
complémentarité avec les banques de notre
territoire. » Une bonne nouvelle aussi pour
l’emploi à Saint-Quentin en cette période
Outre son apport financier, la plate-forme
accompagne les bénéficiaires dans la réalisation de leur projet. Chacun d’entre
eux bénéficie d’un parrainage, assuré
par un chef d’entreprise expérimenté
ou un cadre dirigeant. Dans le cadre
d’une convention de parrainage, celui-ci
apporte son savoir-faire pour conseiller
le créateur d’entreprise, à raison d’une
demi-journée par trimestre au minimum.
Un des objectifs de l’année sera d’élargir
le nombre de parrains en les recherchant
dans des secteurs innovants.■
Nouraddine Agne
Un levier important
Nathalie Leborgne (photo) a créé la société Adledge avec le soutien de
la plate-forme Saint-Quentin-en-Yvelines initiative. « Pour créer mon
entreprise, j’ai fait de nombreuses recherches de sources de financement.
Et il est assez difficile, notamment pour les sociétés innovantes,
d’obtenir des prêts bancaires. J’ai trouvé cet outil que proposait la
Maison de l’entreprise sur Internet et, après quelques démarches, j’ai
obtenu un prêt de 10 000 €. Ce prêt, agissant comme un levier, m’a
permis de décrocher des sommes plus importantes dans les banques. » ■
© C. Lauté
C
onnaissez-vous la plate-forme
de financement Saint-Quentin-en-Yvelines initiative ?
Savez-vous qu’en 2011 elle a accordé
une quarantaine de prêts à 0 % à des
entreprises saint-quentinoises pour un
montant moyen de 14 285 € ? Un chiffre
en forte augmentation par rapport à
2010 (11 476 € en moyenne par projet)
et toujours très largement supérieur à la
moyenne nationale des plates-formes de
financement France initiative (7 800 €).
Des parrains expérimentés
Adledge – 7, square Molière à Voisins-le-Bretonneux
Tél. : 01 78 52 03 92 – www.adledge.com
L E P E T I T Q U E N T I N - n 2 7 2 - f é v r ie r 2 0 1 2
o I 17 I
économie
Les partenaires de la Cité des métiers
Le Fongecif à vos côtés
Formation, reconversion professionnelle, validation des acquis… En partenariat avec
la Cité des métiers de Saint-Quentin, le Fongecif vous apporte une aide décisive.
les personnes sont encouragées à venir
se renseigner auprès des conseillers. Il ne
faut jamais hésiter à s’informer ! « Même si
elles n’ont pas encore de projet de formation,
elles seront mises au courant de leurs droits,
car il existe beaucoup de possibilités et trop
de salariés passent à côté. »
© C. Lauté
Pour les CDI et les CDD
La Cité des métiers accueille les conseillers du Fongecif Ile-de-France les mercredis et jeudis.
V
© C. Lauté
ous envisagez de suivre une formation pour élargir vos compétences ? Vous pensez à une
reconversion professionnelle ? Vous
cherchez une oreille attentive près de
chez vous pour vous renseigner ? Rendezvous à la Cité des métiers qui accueille,
deux fois par semaine, les mercredis et
jeudis, des conseillers du Fongecif : ils
sont là pour ça !
François Marie, chargé du développement
territorial au Fongecif Ile-de-France.
« La personne prend rendez-vous en appelant
la Cité des métiers », explique François
Marie, chargé du développement territorial au Fongecif Ile-de-France. « Puis nous
la recevons en entretien et faisons un bilan
I18 I
L E P E T I T Q U E N T I N - n 2 7 2 - f é v r ie r 2 0 1 2
o complet de sa situation et de ses envies. »
À l’issue de ce rendez-vous, le conseiller
peut préconiser un bilan de compétences
ou faire une demande de dossier pour
financer le projet de formation.
N’hésitez pas à vous informer
« Nous avons un deuxième métier qui est
l’accompagnement des salariés, précise
François Marie, nous les informons pour
qu’ils aient accès à ces différents dispositifs. »
C’est dans ce cadre que le Fongecif a développé, depuis 2004, un réseau d’accueil
régional en s’appuyant sur les équipes
des Maisons de l’emploi. Ses conseillers se
déplacent également dans des structures
partenaires, comme à la Cité des métiers
de Saint-Quentin-en-Yvelines.
Pour bénéficier du Fongecif, vous devez
être en CDI ou sortir d’un CDD. La priorité
est donnée aux salariés de 40 ans et plus,
aux personnes peu qualifiées, à celles qui
travaillent dans des PME, aux employés
et aux ouvriers. « Pour faire aboutir un
projet de reconversion, il faut s’y prendre
parfois un an à l’avance. » C’est pourquoi
Le Fongecif (Fonds de gestion des congés
individuels de formation) est une association à statut paritaire créée en 1983.
En collectant de l’argent auprès des
entreprises du secteur privé, le Fongecif
permet aux salariés (les fonctionnaires
et les intérimaires ne sont pas concernés)
de se former dans le cadre d’une reconversion professionnelle choisie. Il intervient aussi dans les congés de formations
pour les personnes en CDI, mais aussi,
et peu le savent, en CDD. Il finance les
bilans de compétence, les validations des
acquis de l’expérience et la formation
hors temps de travail. ■
Nicolas Gervais
Cité des métiers de Saint-Quentin-en-Yvelines
1, rue des Hêtres, ZA du Buisson-de-la-Couldre
à Trappes – Tél. : 01 34 82 82 61
www.citedesmetiers.sqy.fr
Premier rendez-vous
En 2011, 260 personnes ont été reçues
en entretien par le Fongecif à la Cité des
métiers de Saint-Quentin-en-Yvelines. Et
30 % d’entre elles ont fait une demande
de dossier dans les trois mois qui ont
suivi. Avant votre premier rendez-vous,
munissez-vous de votre dernier bulletin de
salaire. Il permettra à votre interlocuteur
de vérifier que votre employeur relève
bien du Fongecif Ile-de-France. ■
www.fongecif-idf.fr
en bref
économie
Stylisme
Le plus beau jour de sa vie
Envie d’épater vos amis ? Un dîner chez
vous mais pas le temps de cuisiner ? Vous
détestez être derrière les fourneaux ?
Appelez Julien Barbot (photo), chef à
domicile. C’est simple : vous décidez d’un
menu (type ou personnalisé) et vous
n’avez plus qu’à choisir votre tenue. Le
chef fait les courses, cuisine, sert, range
et nettoie. Pâtissier de formation, Julien
Barbot peut même vous faire du pain
maison et vous aider dans le choix des
vins. À vous les lauriers de la gloire… sauf
si vous faites passer l’adresse de ce chef
installé depuis novembre à Guyancourt.
Comptez de 50 € à 90 € par personne. ■
Des créations sur mesure
Après avoir travaillé pour des enseignes
renommées, dont Courman Créateur,
elle se lance sur le marché saint-quentinois comme auto-entrepreneuse en
septembre dernier, grâce aux conseils de
la Maison de l’entreprise. « Aucun créateur n’est domicilié sur le département alors
qu’on en dénombre plus de 500 à Paris »,
constate-t-elle.
Ce qui la différencie des boutiques de
prêt-à-porter ? Des robes sur mesure,
uniques, qu’elle crée et ajuste avec la
cliente. Caroline s’adapte en fonction
des styles et des envies des promises,
mais refuse de faire une robe qui n’irait
pas. « Je ne suis pas vendeuse, mais styliste.
Je conseille les futures mariées en fonction
de leur morphologie et de leur caractère. Le
bustier ne va pas à toutes ! Il faut savoir dire
non gentiment, même lorsque la maman
cherche à imposer ses choix », souligne,
amusée, la jeune styliste.
Pour s’offrir ses services, qui comprennent quatre essayages – dont deux sur
toile de coton (faisant office de patron)
et deux sur tissu, et pendant lesquels
les retouches seront réalisées –, il faut
s’y prendre six mois à l’avance. Mais
Caroline doit s’adapter : « Certaines
perdent du poids à l’approche du mariage,
d’autres tombent enceintes ! » Question
tarif : comptez entre 900 € et 1 600 €
la robe – contre 2 500 € en moyenne
pour une robe de créateur à Paris. Une
garantie de plus pour que ce jour-là soit
le plus beau jour de votre vie. ■
Le Centaure, chef à domicile
Caroline Houy Créations,
12, av. des Prés à Montigny-le-Bretonneux
robes de mariée et de soirée
Tél. : 06 72 44 52 80 (Nathalie Leroy,
Sur rendez-vous – Tél. : 06 26 02 53 25
présidente) – www.creactives.org
Tél. : 06 36 91 14 61 – www.cuisine-lecentaure.com
Rencontres CréActives
À l’occasion de la Journée internationale
de la femme, le 8 mars, l’association
CréActives, regroupant des femmes
chefs d’entreprise, organise une journée
de rencontres à Promopole. Tables
rondes, débats, ateliers découverte et
conférences sont au programme de ce
forum qui s’achèvera par une soirée
networking business et un cocktail
dînatoire (sur réservation). ■
© C. Lauté
R
obe bustier, à frous-frous, en fourreau ou à gros nœuds ? Les robes de
mariées ont quelque chose d’unique qui
fait tourner les têtes ! En soie, crinoline,
satin et broderie, elles s’exposent dans
le salon de Caroline Houy (photo), qui
espère ouvrir prochainement sa boutique. « J’ai eu un véritable coup de cœur
pour les robes de mariées à l’occasion d’un
stage chez un créateur. J’aime la broderie,
les matières nobles et le fait main », avoue
Caroline qui, après des études de stylisme
dans de grandes écoles – Olivier de Serres
et Élisa Lemonnier, à Paris –, se consacre
exclusivement aux robes de mariées.
© C. Lauté
© C. Lauté
Caroline Houy a créé sa griffe de robes de mariée. Un rêve de petite
fille pour cette trentenaire conseillée par la Maison de l’entreprise.
Chef à domicile
De 10 h à 22 h à Promopole Montigny
http://carolinehouycreation.free.fr
Élisabeth Charle
L E P E T I T Q U E N T I N - n 2 7 2 - f é v r ie r 2 0 1 2
o I 19 I
en bref
économie
Centre commercial
SQY Ouest joue les marques
Déjà propriétaire de l’Espace Saint-Quentin, la société Hammerson
a racheté SQY Ouest l’an dernier. Rebaptisé Carré Privé Ouest, le
complexe rénové proposera dès 2013 des produits de luxe à prix
réduit. Rencontre avec Hervé Deniau, directeur des deux centres.
Les rendez-vous de
la cité des métiers
Zoom métiers
■ Le 1er/02, de 13 h 30 à 16 h :
l’armée de terre
■ Le 6/02, de 14 h à 16 h 30 : l’aide à domicile
■ Le 8/02, de 14 h à 16 h :
le transport et la logistique
■ Le 15/02, de 14 h à 16 h : l’audiovisuel
Hervé Deniau, directeur de l’Espace Saint-Quentin et de SQY Ouest.
Pourquoi avoir misé sur le luxe pour
donner un nouvel élan à SQY Ouest ?
Nous nous sommes posé la question
suivante : quelle offre commerciale
manque-t-il à Saint-Quentin-enYvelines ? Après réflexion, nous sommes
persuadés que des produits de luxe,
proposés à des prix réduits, rencontreront un grand succès auprès des SaintQuentinois et des Franciliens de l’ouest.
Nous disposons d’un écrin, le centre
SQY Ouest, pourvu de tous les équipements nécessaires. Il ne reste plus qu’à
le valoriser.
Comment va s’organiser la restructuration du site ?
Nous avons déposé les permis de
construire et leur délai d’instruction
devrait être de six à huit mois. Ensuite,
nous commencerons les travaux. Certains commerces, comme le cinéma
UGC dont le taux de fréquentation est
l’un des meilleurs de France, ne bougeront pas. D’autres enseignes, comme
Virgin ou Bowlingstar, devraient
déménager au sein même du centre
commercial ou s’implanter dans l’Espace Saint-Quentin. L’accès au centre,
rebaptisé Carré Privé Ouest, sera amélioré : l’entrée s’effectuera de plain-pied
et les espaces de circulation, intérieurs
I20I
L E P E T I T Q U E N T I N - n 2 7 2 - f é v r ie r 2 0 1 2
o et extérieurs, seront repensés pour un
meilleur agrément des lieux.
Quels types de produits les clients
trouveront-ils ?
À l’instar de l’offre proposée par La
Vallée Village, installée en Seine-etMarne, Carré Privé Ouest réunira des
marques de prestige spécialisées dans le
prêt-à-porter, les produits de beauté ou
encore les arts de la table. Ces enseignes
proposeront des réductions d’au moins
30 % sur les collections de l’année précédente. L’offre de loisirs et de restauration ainsi qu’un nombre important
de services (navettes gratuites de Versailles et de Paris, espace bien-être, etc.)
seront développés en parallèle. In fine,
le centre proposera 80 enseignes sur une
surface de 16 000 m2. Il s’agit d’un projet
cohérent que nous souhaitons développer sur le long terme.
Quel est le coût des travaux ? Quand
le nouvel ensemble ouvrira-t-il ?
Nous allons dépenser 30 millions d’euros pour la restructuration du site. Nous
espérons que les travaux et l’installation des enseignes seront achevés pour
Noël 2013. ■
www.carre-prive-ouest.com
■ Les 3, 10 et 17/02, de 10 h à 12 h :
informatique
■ Les 6, 13, 20 et 27/02, de 14 h à 16 h :
CV et lettre de motivation
■ Les 7, 14, 21 et 28/02, de 13 h 30 à 15 h 30 :
mieux communiquer pour ses entretiens de
recrutement, d’évaluation, d’embauche…,
en utilisant les techniques de théâtre
■ Les 7 et 21/02, de 14 h à 16 h :
les réseaux sociaux sur Internet
■ Le 23/02, de 10 h à 12 h : entretien
de recrutement pour les 45 ans et plus
Journée de recrutement
■ Le 6/02, de 10 h à 12 h et de 14 h à 16 h :
recrutement Autolib’ (100 postes à pourvoir)
Journée d’information
■ Le 7/02, de 9 h 30 à 17 h :
la formation tout au long de sa vie
■ Le 7/02, de 14 h à 17 h :
la fonction publique territoriale
■ Le 6/02, de 14 h à 17 h ; les 7, 14 et 21/02,
de 14 h à 17 h : la formation en alternance
■ Le 9/02, à 10 h : jeudi de l’Association pour
la formation professionnelle des adultes
■ Le 9/02, de 14 h à 16 h :
faire évoluer sa vie professionnelle
■ Le 13/02, de 10 h à 12 h :
le travail en temps partagé
■ Le 14/02, de 11 h à 12 h 30 :
le portage salarial
© C. Lauté
© C. Lauté
Les ateliers
La Cité des métiers – 1, rue des Hêtres
ZA du Buisson-de-la-Couldre, à Trappes
Tél. : 01 34 82 82 61 www.citedesmetiers.sqy.fr
Nicolas Bénard
à Saint-quentin-en-yvelines
Le développement durable en action
De quels moyens dispose la
Casqy pour favoriser l’emploi ?
l’emploi
Robert Cadalbert, président de la
Casqy : En matière d’emploi, il est
important de travailler en anticipant les évolutions du marché du
travail. Si Saint-Quentin obtient de
bons résultats, c’est grâce à notre
action renforçant l’attractivité du
territoire, mais aussi parce que nous
mettons l’accent sur la formation
pour répondre dès aujourd’hui aux
demandes de demain. Avec l’UVSQ
et le pôle de recherche ParisSaclay, nos jeunes acquièrent les
compétences des métiers d’avenir,
notamment ceux du développement
durable. L’agglomération soutient
aussi la formation par alternance et
la formation aux métiers des services
à la personne dont le potentiel en
matière d’emploi est très fort.
Christine Vilain, vice-présidente de la
commission emploi prévention insertion : Favoriser l’emploi à Saint-Quentin, c’est agir pour le développement
économique. Nous accompagnons les
habitants vers l’activité et l’emploi : la
Maison de l’entreprise favorise la création et le développement des entreprises ; SQY Initiative y contribue avec
des prêts aux établissements en vue de
recrutements ; Promopole accompagne
les jeunes PME. D’autre part, la Maison
de l’emploi et de la formation, et la Cité
des métiers rendent les dispositifs de
retour à l’emploi accessibles ; le Plie
et le club Face prennent en charge les
publics défavorisés ; la mission locale,
enfin, accompagne les jeunes dans leurs
recherches.
L’élaboration du plan de développement durable (PDD) de la Casqy entre
dans une nouvelle phase. Pour affiner
les enjeux et les actions à mener, des
ateliers thématiques sont organisés.
Ils rassemblent les acteurs socio-économiques, les services administratifs
et les élus de l’agglomération ainsi
que les membres du Codesqy. Le premier atelier sur le thème de la lutte
contre le changement climatique et la
protection de l’atmosphère s’est tenu
le 1er février. Par ailleurs, les SaintQuentinois sont invités à exprimer
leur point de vue sur le PDD à l’aide
d’un questionnaire disponible sur :
www.sqy.fr/concertation-pdd
L
a Semaine de l’emploi, qui
se tient du 10 au 17 février,
est un des temps forts de
la lutte contre le chômage, mais
c’est toute l’année que la communauté d’agglomération se
mobilise pour l’emploi et pour
renforcer le dynamisme économique du territoire. Maison
de l’emploi et de la formation,
Promopole, Cité des métiers,
mission locale…, grâce aux
dév-éco
nombreux dispositifs qu’elle a
initiés et/ou qu’elle soutient, la
Casqy permet aux personnes
qui en ont besoin de retrouver
le chemin de l’emploi ou de la
formation – tout en soutenant
les entreprises dans leurs projets de développement. C’est
ce qui permet à Saint-Quentinen-Yvelines de mieux résister à
la crise que les autres agglomérations franciliennes.
dév-éco
16e Semaine
de l’emploi.
Résister à la crise,
une priorité.
Les entreprises
se mobilisent.
➜ 22
➜ 24
➜ 26
© C. Lauté
© C. Lauté
Performance
énergétique
© C. Lauté
solidarité
Concertation autour du
développement durable
© C. Lauté
Mobilisés pour
FOCUS
élancourt
Guyancourt
Magny-les-Hameaux
Montigny-le-Bretonneux
Trappes
La Verrière
Voisins-le-Bretonneux
L’UVSQ a signé avec Cofely, filiale
du groupe GDF-Suez, le premier
contrat de partenariat de performance énergétique pour une université française. D’une durée de
vingt-cinq ans et d’un montant de
11 millions d’euros, ce contrat met
en œuvre un programme de travaux
sur l’ensemble du parc immobilier
afin d’optimiser, entre autres, l’ensemble des chaufferies avec la production d’énergies renouvelables :
chaufferie biomasse, panneaux photovoltaïques, éoliennes, etc. Nous y
reviendrons le mois prochain.
www.uvsq.fr
Agenda
Vos rendez-vous avec
le développement
durable.
➜ 27
22
Cadre de vie dé v-é co
Solidarité
Agenda
16 Semaine de
e
© C. Lauté
Hélios transport – 5, rue Maurice-Thorez,
à Trappes – Tél. : 01 30 13 14 16
Fanny Carrere, Au clair des thés. À
22 ans, Fanny Carrere ne pensait pas
devenir si vite chef d’entreprise. Fraîchement diplômée, son employeur et
la Maison de l’entreprise lui en donnent
l’opportunité. « En apprentissage dans le
magasin Potiron du centre commercial, j’y
ai développé un espace thé qui a très bien
marché. Nous avons ainsi eu l’idée d’ouvrir une boutique spécialisée, explique la
jeune femme. La Maison de l’entreprise
m’a accordé un prêt, m’a conseillée et
guidée vers ses différents partenaires. »
Le magasin, ouvert début décembre,
a pris un bon départ. « Même s’il est
difficile de se lancer et que j’apprends
encore beaucoup, c’est un vrai bonheur »,
déclare Fanny.
Au clair des thés – SQY Ouest
1, av. de la Source-de-la-Bièvre à Montigny
Tél. : 01 30 64 60 45
© C. Lauté
Jacky Farrugia, Hélios transport.
« J’ai bénéficié de l’accompagnement
de la pépinière d’entreprises Promopole
dès le début de mon projet, en 2009. Cela
a facilité mon installation, notamment
par le local que je loue à un tarif avantageux. Promopole m’a aidé à obtenir deux
subventions dans le cadre d’actions de
revitalisation pour recruter de nouveaux
salariés. Quant à la contrainte d’embauche en zone franche urbaine, c’est
devenu un atout ! L’entreprise possède
une richesse humaine très appréciée par
nos clients », explique Jacky Farrugia.
Aujourd’hui, sa société spécialisée dans
le transport de personnes à mobilité
réduite poursuit son développement :
elle compte désormais 38 salariés, dont
10 recrutés en 2011.
Q
ue vous soyez étudiant, jeune
diplômé, à la recherche d’un emploi,
d’une formation ou que vous pensiez à une réorientation professionnelle, cette
semaine de mobilisation est faite pour vous !
Depuis seize ans, la Semaine de l’emploi est un
rendez-vous incontournable des entreprises
et des acteurs de l’emploi. Elle se tient cette
année du 10 au 17 février.
■ Les Forums du recrutement figurent
parmi les moments phare : rendez-vous, CV
en main, le mercredi 15 février de 9 h à 17 h à
SQY Ouest et le vendredi 17 février à la mairie de Trappes pour aller à la rencontre des
entreprises qui embauchent.
■ Les Assises de l’emploi (le mardi 14
février à 17 h au château de la Couldre, à Montigny) proposent un débat sur l’engagement
de l’entreprise citoyenne et le speed jobbing
(au Prisme à Élancourt le lundi 13 février de
13 h à 17 h), un rendez-vous express avec les
recruteurs de l’intérim. Votre objectif : les
convaincre en une dizaine de minutes !
« Cette année, nous avons souhaité mettre l’accent
sur les métiers de demain, liés en partie à l’environnement, à travers une information destinée aux
scolaires », explique Laurent Dumas, directeur de
l’emploi et de la politique de la ville de la Casqy.
■ Un atelier de préparation à l’entretien
d’embauche, un forum des formations, une
projection-débat organisée par la mission
locale et un atelier d’une demi-journée
intitulé « Comment piloter son parcours
professionnel ? » (le jeudi 16 février de
Le Plie et ses réseaux
de minima sociaux, ou en
grande difficulté d’insertion
sociale et professionnelle –,
il s’appuie sur un réseau de
professionnels de l’insertion :
organismes de formation
et associations.
En 2011, le cabinet Stragefi
Carrières, spécialisé dans
les bilans de compétence,
les bilans de carrière et le
placement, a intégré la programmation. Une chargée
de mission spécialisée dans
la captation d’offres d’emploi a rejoint
l’équipe pour renforcer le réseau des entreprises et recenser davantage d’offres. « Mais
concrètement, le fonctionnement du Plie
reste le même, avec notamment un référent
© C. Lauté
© C. Lauté
Témoignages
L
e Plan local pour l’insertion et l’emploi
(Plie) accompagne chaque année près
de 500 personnes. À destination des SaintQuentinois de plus de 26 ans au chômage
depuis plus de 12 mois – ou bénéficiant
Cadre de vie
Solidarité
l’emploi
Repères
23
Cadre de vie dAé m
v-éénco
Agenda
ag em e n t S o lida rité Ag enda
1998 >
© C. Lauté
Création du
Plan local pour
l’insertion et
l’emploi (Plie).
© C. Lauté
1999 >
Création de
la Maison de
l’entreprise, qui a
fait naître près de
100 entreprises
par an.
Le théâtre contre l’exclusion
© C. Lauté
1999 >
14 h à 16 h à la Cité des métiers) font aussi
partie du programme.
Tout le programme sur : www.sqy.fr/semaine-emploi
Le club Face
(Fondation agir
contre l’exclusion)
est créé dans le
cadre du Plie.
Son objectif est
de rapprocher
le monde
économique
des publics en
insertion.
2006 >
Labellisation de la
Maison de l’emploi
et de la formation,
lieu de mise en
réseau des acteurs
du territoire.
Du 23 janvier au 3 février, un atelier de redynamisation par le
théâtre s’est tenu à la Ferme de Bel-Ébat, à Guyancourt. Cette
session a permis à un public en rupture avec le monde du
travail de reprendre confiance grâce à des techniques théâtrales : travail corporel, maîtrise de la voix, improvisation, etc.
« Il s’agissait de donner la parole à ceux qui habituellement
sont dans l’ombre », explique Alain
Ubaldi, initiateur du projet. Cet acteur
La confiance en
et metteur en scène s’est fait remarquer
lors du Festival d’Avignon Off, en 2010, soi est essentielle
avec Au-dehors, une pièce racontant les
pour trouver
dérives d’un homme licencié. En écho
un emploi.
à cette pièce sont nés les ateliers de
redynamisation destinés à un public à
la recherche d’un travail, en partenariat avec le service
emploi de Guyancourt. « La confiance en soi est essentielle
pour trouver un emploi. Se mettre à nu sur une scène permet de
transcender sa peur de l’autre. Le théâtre a ceci de merveilleux
qu’il crée du lien », précise le metteur en scène.
L’École de la 2e chance
Plie
ZA du Buisson-de-la-Couldre
1, rue des Hêtres, à Trappes
Tél. : 01 39 44 80 80
courriel : [email protected]
© DR
À Trappes, l’École de la 2e chance (E2C), soutenue par la Casqy,
permet à des jeunes de 18 à 25 ans sortis du système scolaire
d’accéder à un métier en intégrant une formation qualifiante ou
en trouvant un emploi. Fondée sur le système de l’alternance,
l’E2C offre une formation personnalisée et des méthodes pédagogiques innovantes. Stages en entreprises et rencontres sportives complètent une formation qui s’achève par une remise
d’attestations des compétences acquises (photo de droite).
300 jeunes accueillis par an
© C. Lauté
unique d’accompagnement et les six mois de
suivi obligatoire après le retour à l’emploi »,
explique Xavier Melcus, son directeur.
Parmi les actions emblématiques proposées
tout au long du parcours : des places dans
des chantiers d’insertion, des ateliers de préparation à l’entretien d’embauche, des parrainages avec des cadres en activité, des élaborations de projet professionnel… « Malgré
une situation de l’emploi dégradée, nous avons
toutes les raisons d’espérer : en 2011, nous avons
réussi à remettre la moitié de nos bénéficiaires
en emploi », précise Xavier Melcus.
Ouverture de la
Cité des métiers.
© C. Lauté
2010 >
Un cursus complet, enrichi pour certains par une aventure
avec des formateurs et des marins du Bel-Espoir II (photo de
gauche), pour un périple de quelques jours près des côtes
normandes. L’E2C accueille 300 jeunes par an sur les Yvelines,
dont 100 à Saint-Quentin, avec un taux de 70 % de sorties
positives (accès à l’emploi ou à la formation) en 2011.
École de la 2e chance – 20, av. Roger-Hennequin, à Trappes
Tél. : 01 30 16 17 07 – www.e2c78.fr
24
Cadre de vie
Dév-éco
Solidarité Agenda
© C. Lauté
79 000, c’est le nombre de per- 5
sonnes classées dans la population active
à Saint-Quentin-en-Yvelines. Selon les
estimations de l’Observatoire de la ville,
il y avait 107 000 emplois dans l’agglomération en 2008, dont 38 % de cadres.
secteurs continuent de
recruter : l’hôtellerie-restauration, les services d’aide
à la personne, le transportlogistique, les emplois de
la grande distribution et les
assistantes maternelles.
Résister à la crise, une priorité
Malgré une situation dégradée au niveau national, Saint-Quentin-en-Yvelines
résiste et place l’emploi au cœur de ses préoccupations.
Adresses utiles
Fondation agir contre l’exclusion
club Face : 7-9, rue Denis-Papin,
à Trappes
Tél. : 01 30 16 16 13 – www.face-yvelines.org
Plan local pour l’insertion et l’emploi
Plie : ZA du Buisson-de-la-Couldre
1, rue des Hêtres, à Trappes
Tél. : 01 39 44 80 80 – www.sqy.fr/plie
S
© C. Lauté
Pôle emploi : 130, av. des Bouleaux, à
Trappes ; 4, rue Paul-Langevin, à Trappes ;
5, av. des Chaumes, à Montigny ; parc
Ariane IV-Espace 19 – 1, rue ClémentAder, à Guyancourt –Tél. : 39 49 (numéro
unique) – www.pole-emploi.fr
aint-Quentin-en-Yvelines a
teur du service emploi et politique de la ville.
mieux résisté à la crise même
Avec de nombreuses entreprises de pointe
si le territoire est lui aussi
sur le territoire, plus d’un tiers des emplois
touché. Même si des
à Saint-Quentin-en-Yvelines
disparités existent
concernent des cadres. « Mais
entre les communes,
• 7,5 % : taux de
cela ne correspond pas totalement
le taux de chômage
au profil des Saint-Quentinois »,
chômage dans
reste inférieur à la
explique Vincent Lorendeau.
l’agglomération
moyenne nationale.
« Les acteurs de l’emploi se mobi• 9,8 % : taux de
Les chômeurs de
lisent, dans le cadre de leurs comchômage national pétences, pour faciliter l’accès aux
longue durée et les
seniors sont ceux
emplois par les actifs du territoire,
qui peinent le plus à
grâce notamment à la formation
retrouver un emploi. « Aujourd’hui,
professionnelle », ajoute Laurent Dumas. « Nous
la part d’embauches en CDI est encore
avons de nombreuses raisons de rester positifs,
importante, mais nous observons un
grâce entre autres aux partenaires et organismes
attentisme des entreprises, certaines
qui participent à créer le lien entre les demandeurs
préférant différer leurs recrutements »,
d’emploi et les recruteurs : le Plie, le club Face, la
complète Laurent Dumas, direcMaison de l’emploi, la Cité des métiers, etc. »
En savoir plus sur le site
www.saint-quentin-en-yvelines.fr
Cité des métiers : ZA du Buisson-de-laCouldre – 1, rue des Hêtres, à Trappes
Tél. : 01 34 82 82 61
www.citedesmetiers.sqy.fr
Mission locale (siège) : 3, rue des
Droits-de-l’Homme, à Guyancourt
Tél. : 01 30 57 54 14 – Ouverte au public
tous les matins, sur rendez-vous
Tél. : 01 30 57 54 14 pour les habitants de
Montigny, Voisins, Guyancourt et Magny ;
Tél. : 01 30 66 75 00 pour les habitants
de Trappes ; Tél. : 01 30 69 00 44 pour les
habitants de La Verrière et d’Élancourt
www.mlsqye.org
Maison de l’emploi d’Élancourt : mairie,
place du Général-de-Gaulle, à Élancourt
Tél. : 01 30 66 30 00
www.ville-elancourt.fr
Infodoc : médiathèque du Canal
quai François-Truffaut, à Montigny
Tél. : 01 30 96 96 16
www.mediatheques.sqy.fr
École de la 2e chance – E2C :
20, avenue Roger-Hennequin, à Trappes
Tél. : 01 30 16 17 07 – www.e2c78.fr
Pour suivre les dernières
actualités du territoire.
Dév-éco
25
25
Solidarité Agenda
© C. Lauté
Cadre de vie
© C. Lauté
La mission locale pour
l’insertion des jeunes
Un espace pour
trouver
des solutions
À destination des 16-25 ans sortis du système scolaire, la mission locale propose une aide pour une
insertion professionnelle et sociale réussie : un
accueil et un suivi personnalisé dans les domaines
de l’emploi et de la formation, mais aussi de la santé,
du logement, du droit, avec pour objectif : l’autonomie. Selon les estimations 2009 de la mission
locale de Saint-Quentin-en-Yvelines, la structure a
suivi 3 460 jeunes, avec une augmentation de près
de 15 % des jeunes venus pour la première fois à la
mission locale. C’est un service public et gratuit,
financé principalement par la Casqy.
www.mlsqye.org
«
L
a Maison de l’emploi est un outil
d’observation et de partenariat,
dont l’objectif est de contribuer
au développement de l’emploi local, de
réduire les obstacles culturels ou sociaux
d’accès à l’emploi, de participer à l’anticipation des mutations économiques
et de développer des actions pour les
habitants », résume Catherine Riols,
sa directrice (photo).
Information et orientation
■ L’établissement a par exemple
mis en place, en 2011, une plate-forme
ressources humaines pour les TPE et
les PME pour répondre aux questions
des chefs d’entreprise et leur proposer
des solutions sur le recrutement, la
formation, le droit, etc.
■ Dans les projets de 2012, on
compte une journée d’information
pour les scolaires sur les métiers liés
à l’environnement et aux énergies
renouvelables. « L’une de nos missions est d’encourager les emplois liés
au développement durable », ajoute
Catherine Riols. Autre projet : promouvoir l’opération « Nos quartiers ont du
talent », qui crée des parrainages entre
les jeunes diplômés issus des quartiers
populaires et des salariés.
■ Un diagnostic de mobilité sera
aussi réalisé avec Renault et l’association Voiture & Co pour analyser
les besoins en transports des salariés
saint-quentinois. « Parmi les 196 Maisons de l’emploi, nous sommes l’une
des cinq à porter une Cité des métiers.
Ce lieu d’information et d’orientation,
gratuit pour le grand public, est un
espace supplémentaire pour trouver
des solutions pour sa vie professionnelle », conclut la directrice.
© C. Lauté
La Maison de l’emploi et de la formation continue son
déploiement en 2012 et propose de nouvelles actions.
L’avis du Codesqy
Le conseil de développement de Saint-Quentin-enYvelines (Codesqy) a étudié la situation de l’emploi
et souligne de nombreux atouts : l’agglomération
est un pôle d’emploi majeur en Ile-de-France, le taux
de chômage y est en deçà des moyennes nationale et
régionale, et la politique en faveur des demandeurs
d’emploi et de l’insertion y est dynamique.
Pour l’instance de démocratie participative, des
fragilités concernent une faible part relative des
emplois dans les TPE, des artisans et des commerces, et un décalage marqué entre les fortes
qualifications demandées par les entreprises et les
moindres qualifications disponibles. L’OIN ParisSaclay représente, selon le Codesqy, une opportunité de développement, mais aussi un risque
de concurrence avec les territoires voisins. « Le
développement de l’agglomération devra permettre
de combiner harmonieusement les activités d’innovation et de haute technologie d’une part, les emplois
de proximité d’autre part », conclut-il.
Les avis du Codesqy sont sur : www.sqy.fr/codesqy
26
Cadre de vie
Dév-éco
Solidarité Agenda
Informations en temps réel ! Vous utilisez les
transports en commun et souhaitez être informé en
temps réel de tout changement ? Pensez aux alertes
SMS proposées par Sqybus, sur simple abonnement à www.sqybus.fr ou au point information
voyageurs à la gare de Saint-Quentin-en-Yvelines
(tél. : 0 800 200 476). Et en plus, c’est gratuit !
Besoin de vous déplacer ? Retrouvez toutes les
infos sur le site www.sqy.fr, rubrique « se déplacer » et sur www.vianavigo.com : plans des
réseaux, calcul d’itinéraire, lignes urbaines et
interurbaines, bus de nuit, gares routières, titres
et tarifs, accessibilité…
© C. Lauté
© C. Lauté
© J.J. Kraemer
Bons plans
Les entreprises s
© J.J. Kraemer
Les entreprises ont un rôle à jouer contre l’exclusion.
Et lorsqu’elles s’investissent sur le terrain, ça fonctionne !
Farben à prix réduit. Pièce écrite par Mathieu
Bertholet et mise en scène par Véronique Bellegarde, Farben est le récit de Clara Immerwahr,
première femme chimiste allemande et épouse
de Fritz Haber, qui a inventé les gaz de combat.
En désaccord avec les recherches de son époux,
elle luttera pour la défense de ses idées. La représentation du 7 mars, au Théâtre, sera suivie d’une
rencontre organisée par la Maison de l’environnement avec l’auteur, la metteuse en scène et un
philosophe. Un bon plan à ne pas rater, d’autant
que, sur présentation du programme de la Maison de l’environnement, vous bénéficierez d’un
tarif réduit : 16 € au lieu de 21 €.
Théâtre de Saint-Quentin
Tél. : 01 30 96 99 00
www.theatresqy.org
■ Sqy Quizz et ses jeunes ■ 300 jours pour relever le défi.
pousses. Durant une année, une Le compte à rebours a commencé.
vingtaine d’ados du collège Cour- Les élèves de 3e DP6 du collège Courbet à Trappes ont fabriqué et com- bet inscrits au grand prix, appelé
mercialisé, sur le modèle des Incol- Course en cours, doivent mettre le
lables, un quiz sur Saint-Quentin- turbo pour relever le défi. Ils doivent
en-Yvelines. Plus qu’un simple jeu, inventer, concevoir en 3D et fabriSqy Quizz est une
quer une voiture de
course en utilisant
expérience pilote
portée par le club
Expériences pilotes, les mêmes outils et
Face qui a translutte contre l’échec process que les proformé ces collégiens
fessionnels de la
scolaire, retour à
en graines d’entreformule 1. Comme
l’emploi favorisé… dans un grand prix,
preneurs chargés
leur voiture au forde la conception,
mat 1/14 e et prode la commercialisation, de la comptabilité et de pulsée par un moteur électrique se
la communication du produit. mesurera à d’autres bolides venus
Une aventure qui leur a permis de de toute la France.
découvrir le monde de l’entreprise Conception numérique, simulade l’intérieur. En rupture de stock, tion, identité graphique de l’équipe,
prototype, tests dynamiques, fabriles 900 jeux ont été vendus.
Dév-éco
Le saviez-vous ?
11 février
Gasland en débat
www.face-yvelines.org
© S. Blondeau
18 février
Randonnée bois et énergie
Denis Gobard, technicien forestier à
l’Office national des forêts, un chargé de
mission de l’Agence locale de l’énergie et
du climat ainsi que l’association TrotteSentiers vous emmènent en balade en
forêt pour découvrir comment le bois est
devenu un enjeu majeur. À 14 h
à la Maison de l’environnement
sur réservation – Tél. : 01 30 07 34 34
2
8 janvier
Des expos qui font du bruit
© C. Lauté
cation finale (usinage et peinture) et enfin compétition :
les collégiens partageront les grandes étapes des pros de
la F1. Pour les aider, ils bénéficieront des savoir-faire des
constructeurs Dassault et Renault : un logiciel de conception 3D et un moteur électrique leur sont fournis. Au-delà
des performances techniques, c’est sur leur capacité à
promouvoir un projet que seront jugés les collégiens.
Nom, logo, tenues, stand, décoration de leur F1 : à eux
de défendre les couleurs de leur écurie avec panache…
et à toute vitesse.
■ Face, un réseau d’entreprises pour l’emploi.
À l’instar de SQY Quizz, le club Face (Fondation agir
contre l’exclusion) et ses entreprises partenaires multiplient depuis treize ans les initiatives à Saint-Quentin.
Lutter contre l’échec scolaire, favoriser l’accès et le retour
à l’emploi, encourager l’égalité : autant d’actions qui
placent les entreprises au cœur du dispositif. D’année en
année, le club Face mobilise de plus en plus de sociétés
(plus de 60 sur l’agglomération) dont la Caisse d’épargne,
Thales optronique, GDF Suez, ERDF, Technocentre
Renault, SEVESC, LCL, Ikea… Un club qui bénéficie du
soutien de la communauté d’agglomération, et grâce à
qui plus de 1 200 personnes ont retrouvé un emploi.
Documentaire
américain sorti
en 2010, Gasland
évoque l’impact
environnemental
et sanitaire de
la méthode
d’extraction du gaz
de schiste par fracturation hydraulique.
La projection sera suivie d’un débat.
15 h à la Maison de l’environnement
sur réservation – Tél. : 01 30 07 34 34
C’est le nombre de sociétés
créées en 2011 à SaintQuentin qui ont bénéficié
du soutien de la Maison
de l’entreprise. Conseils,
accompagnement de
projet, soutiens financiers,
formations, veille
économique : la Maison de
l’entreprise s’adresse autant
aux porteurs de projet qu’aux
jeunes entreprises. Sa force,
son réseau de partenaires :
chambre de commerce et
d’industrie, chambre des
métiers, experts-comptables,
avocats, clubs de chefs
d’entreprise… « C’est notre
banque qui nous a envoyés vers
la Maison de l’entreprise »,
témoigne Thibaut Sedillot (à
gauche sur la photo), gérant
d’un nouveau Point S et
Securitest à Montigny. « Notre
dossier a été épluché par ses
experts pour voir s’il tenait la
route. Pour la banque, c’était
une garantie supplémentaire. »
La jeune entreprise a pu
en outre bénéficier d’un
prêt de 32 000 € accordé
par la plate-forme SaintQuentin initiative. En 2011,
la Maison de l’entreprise a
effectué 432 permanences,
accordé 3 400 rendez-vous,
organisé 9 petits déjeuners
d’information, un concours de
la jeune entreprise, un Forum
de la création d’entreprise
et des Assises de l’emploi.
www.sqy.fr
Tél. : 01 39 30 51 30
© C. Lauté
© C. Lauté
220
e mobilisent
27
Agenda
Le bruit et le bois sont les deux thèmes
retenus pour la Semaine de l’énergie
qu’organise l’Agence locale de l’énergie
et du climat dans les médiathèques.
Plusieurs rendez-vous à retenir :
Du 7 au 11/02, à la médiathèque
du Canal à Montigny, et du
14 au 18/02, à la médiathèque
Jean-Rousselot à Guyancourt :
« Le bois dans tous ses états ».
Du 14 au 18/02, à la médiathèque
Aimé-Césaire à La Verrière : « Des
décibels à l’appel » et des stands InfoÉnergie : le 11/02 à la médiathèque
du Canal, le 18/02 à Aimé-Césaire et à
Jean-Rousselot.www.energie-sqy.com
www.mediatheques.sqy.fr
Rejoignez-nous sur Facebook pour suivre les événements
www.facebook.com/st.quentin.en.yvelines
itinéraire
Éclectique
Entre rap, boxe américaine et préparation de l’agrégation de lettres modernes, Mohamed
el-Ayoubi n’hésite pas à prendre la vie à bras-le-corps. Round d’observation.
Boxeur à la lettre
M
ohamed el-Ayoubi a gardé
de ses racines orientales une
fierté et un charme dignes
des Mille et Une Nuits. Regard de velours
et paroles savoureuses, il apprivoise son
interlocuteur en douceur. Seules ses
mains aux gestes vifs trahissent une énergie bouillonnante. Jeune issu de l’immigration, bien intégré et plein d’avenir, il
porte en lui une blessure qui remonte à
l’enfance : « J’ai grandi à Trappes, entre
Maurice-Thorez, Stendhal et Léo-Lagrange,
avec pour terrain de jeux la Plaine-de-Neauphle, et pour potes les mômes des cités »,
explique-t-il.
Aîné de cinq enfants, il assume le rôle de
grand frère aux côtés d’une mère qui les
élève seule. « Avant d’ouvrir un petit commerce de prêt-à-porter aux Merisiers, fermé
depuis, elle était secrétaire standardiste. Une
famille modeste comme on dit », précise
Mohamed, en servant un thé à la menthe
aussi parfumé que dans la vallée du Rif,
au Maroc, où sa mère est née.
Quand on s’appelle el-Ayoubi et qu’on
a le sens de l’humour, on devient facilement le comique de la classe. « J’avais
de bons résultats, mais je mettais un boxon
infernal, si bien que mon instit de CM2 a
conseillé à ma mère de m’inscrire dans le
privé », détaille-t-il. Malgré un relent de
racisme, « trop repérable le p’tit beur à Paradise Island », Mohamed s’accroche. « Par
chance, il y a toujours eu des profs pour me
dire que j’avais des capacités, que je devais
bosser plus que les autres, et sans droit à l’erreur. C’est là que, en 5e, George Sand m’a
scotché en me faisant découvrir le plaisir de
lire avec La Mare au diable. »
Dépassement de soi
Une passion pour la littérature qui le
conduira des Essais de Montaigne – « au
départ, je l’ai trouvé pompeux, mais maintenant, je le kiffe à mort » – aux paroles
© J.J. Kraemer
Bosser plus que les autres
acérées du rap. « Ce qui compte pour moi, tions lettrées sans jamais laisser tomber
c’est la digression, ce qui se cache derrière ses copains d’avant. « On se retrouve au
les pensées philosophiques », avoue-t-il. club de boxe (1) que j’ai créé à Guyancourt, où
Malgré son énergie,
je continue à donner
il redouble sa 1re L :
des cours, et autour
« George Sand m’a scotché
« C’était financiède Carcarias Prod (2),
en
me
faisant
découvrir
label de hip-hop
rement difficile à la
fondé pour défendre
maison, alors je bosle plaisir de lire. »
les talents d’artistes
sais au McDonald’s
Mohamed el-Ayoubi.
de Bois-d’Arcy jusqu’à
indépendants, sujet
minuit et demi, avec
du long-métrage que je
des cours qui commençaient à 8 h le lende- monte actuellement. » Sur la table, Mépris
main. J’ai planté. » Mais les cours de boxe de la vie et consolation contre la mort, recueil
américaine qu’il prend depuis l’âge de de sonnets de Jean-Baptiste Chassignet,
7 ans lui ont donné le goût du dépasse- poète baroque du XVIe siècle. « L’orgasme
ment de soi : « Je me suis ressaisi, j’ai eu mon intellectuel, écoute ça ! » ■
bac, puis ma licence et ma maîtrise de lettres
Dominique Ciarlo
modernes. Là, je prépare l’agrégation. »
De l’UVSQ à la Sorbonne, Mohamed, (1) www.boxingart78.com
devenu père de famille, s’est fait des rela- (2) www.carcarias.com
L E P E T I T Q U E N T I N - n 2 7 2 - f é v r ie r 2 0 1 2
o I29I
loisirs
Bricolage créatif
Les Monty-Chars à la fête
Les bénévoles de l’association Monty-Chars fabriquent des chars qui défileront en juin
dans les rues de Montigny. Un travail de titan pour des sourires d’enfants.
remue-méninges collectif : chacun
donne ses idées, puis les croquis du décor
et des personnages se précisent avant
de se concrétiser sur des maquettes au
1/30 e. Arrive la phase de fabrication : des
grillages sont assemblés sur des structures métalliques et reçoivent plusieurs
couches de papier journal enduit de colle
à tapisserie. Cette surface est ensuite
peinte puis vernie. Ces géants de papier
sont enfin montés sur un plateau roulant
pesant près d’une tonne et demie.
© S. Blondeau
Les yeux qui pétillent
C’
est dans un énorme han- l’âge de 17 ans, elle participe à leur fabrigar que la vingtaine de cation et manie aujourd’hui la perceuse à
bénévoles de l’associa- la perfection : « J’ai appris à souder, scier,
percer… et depuis, j’adore
tion Monty-Chars se
le bricolage ! »
retrouvent deux fois
« J’adore
par semaine. Le lieu resEt vous, avez-vous vu
venir
ici,
ça
semble plus à une usine
défiler leurs chars lors
me permet de
qu’à un local associade la fête de la ville, en
décompresser. »
tif : les uns déforment
juin dernier ? Difficile
Éliane.
du grillage, d’autres colde les rater : certains
lent du papier, ici une
atteignent 7 m de long
perceuse, là un poste de soudure, des pour 6 m de haut ! Festifs et colorés, ils
barres métalliques au sol, du polysty- rivalisent d’imagination pour satisfaire
rène sur les établis…
les spectateurs d’un unique défilé. Créée
à l’origine pour animer l’événement La
Remue-méninges collectif
Cavalcade, en 2000, l’association pourCachée derrière des lunettes de protec- suit aujourd’hui son activité pour la
tion, Amélie, 21 ans, découpe des pièces manifestation Ville en fête.
en bois à l’aide d’une scie de précision. Chaque année, le thème change. Après
Pas facile de l’arrêter dans sa lancée. le cirque, les dinosaures, les fables de La
« J’ai eu envie de rejoindre l’association Fontaine et la bande dessinée, l’édition
après avoir vu défiler ses chars : ils étaient 2012 aura pour thème la ville en moumagnifiques », se souvient-elle. Depuis vement. Tout commence par un grand
I30I
L E P E T I T Q U E N T I N - n 2 7 2 - f é v r ie r 2 0 1 2
o Une chose est sûre : il faut aimer le bricolage. Mais pas que. « J’adore venir ici, ça me
permet de décompresser. Et l’ambiance est
super, on se fait des amis. Je ne pourrais pas
m’en passer », témoigne Éliane, mère au
foyer. Pour Roland Fossard, à la retraite,
l’association lui permet de prolonger les
activités manuelles qu’il affectionne :
« Mon boulot me manquait. Là, je m’éclate ! »
Tous travaillent dans la bonne humeur
et se réunissent autant pour s’amuser
que pour faire plaisir aux autres. « Notre
récompense, c’est de voir les yeux des enfants
pétiller lors du défilé », résume Lucien Prat,
le président de l’association. ■
Élisabeth Charle
Embarquez avec eux !
Il n’y a pas d’âge pour rejoindre les
Monty-Chars, l’association est ouverte
à toutes les bonnes volontés et n’hésite
pas à aider les plus jeunes. Embarquez sur
leurs chars et rendez-leur visite, chaque
mardi et vendredi de 20 h à 22 h. ■
Monty-Chars
ZA de l’Observatoire – 1, av. des Frênes
à Montigny-le-Bretonneux
Tél. : 01 30 43 62 75
www.monty-chars.asso.fr
loisirs
Vacances survitaminées
Et aussi…
Faites le plein d’activités !
Salsa cubaine
20 et 21/02, de 18 h 30 à 20 h 30
au centre Alfred-de-Vigny
Profitez des congés d’hiver pour essayer de nouvelles disciplines,
les inscriptions se prennent dès maintenant.
Pour les plus de 16 ans
Tarif adhérent : 25 € le stage ;
non-adhérent de moins de 21 ans : 27 € ;
non-adhérent adulte vicinois : 45 € ;
et non-adhérent adulte non vicinois : 50 €
Tél. : 01 30 43 65 85
Steel-drums et percussions
21 et 22/02 ou 28 et 29/02
à l’école de musique du Manet,
à Montigny-le-Bretonneux
© P. Cibille
Pour les 3-7 ans : de 13 h 30 à 14 h 30
Tarif : 15 €/stage – plus de 8 ans (ados et
adultes) : de 14 h 30 à 16 h – tarif : 22 €/
stage – Tél. : 01 30 43 12 88
Marcher sur un fil
S’initier au kick-boxing
Apprenez à marcher sur un fil avec Marion Collé,
fildefériste, qui a fait ses classes au Centre
national des arts du cirque. Un stage ouvert aux
10-12 ans, à la Ferme de Bel-Ébat, à Guyancourt.
Nul besoin de ressembler à Jean-Claude Van
Damme pour expérimenter ce sport de combat.
Christophe Barbier, diplômé d’État, initiera les
plus de 14 ans aux techniques de base, sans
bobos, au centre Alfred-de-Vigny, à Voisinsle-Bretonneux.
Tour de France gastronomique
Du 28/02 au 2/03, de 17 h à 18 h 30
non-adhérent de moins de 21 ans : 38 €
une entrée pour le spectacle « Blue »,
donné par l’artiste le 29/02 à 20 h 30,
à la Ferme de Bel-Ébat – Tél. : 01 30 48 33 44
Tél. : 01 30 43 65 85 – Gratuit pour les adhérents
Réaliser un manga
Adultes : adhésion obligatoire (20 € pour
Non-adhérent de moins de 21 ans : 1 €/jour
© J.J. Kraemer
Des ateliers qui vous apprendront à créer un
personnage de manga, le dessiner, à écrire un
scénario et réaliser une planche de BD. Un plongeon dans la culture nippone proposé par L’Estaminet à Magny-les-Hameaux. À faire entre amis
ou en famille, à la journée ou toute la semaine.
Du 27/02 au 2/03 – gratuit
Un jour au choix, de 10 h à 12 h : constitution
d’un personnage (en famille, dès 6 ans)
Stage de cinq jours, de 14 h à 16 h : personnage,
scénario, bande dessinée (dès 10 ans)
Vendredi 2/03, de 15 h à 17 h : exposition des
planches de BD autour d’un goûter, et projection
d’un film d’animation
les Vicinois, 25 € pour les non-Vicinois)
Les ateliers du Musée de la ville
22, 23 et 24/02, de 9 h à 14 h
au centre Alfred-de-Vigny
Tarif adhérent : 35 € le stage ;
Tél. : 01 30 43 65 85
Combat de Warhammer
25/02, de 10 h à 19 h 30 – au centre
Alfred-de-Vigny, à Voisins-le-Bretonneux
Cinq ateliers, neuf dates pendant les vacances !
Samedi 18/02 : « Photographier l’architecture », atelier d’initiation à la prise de vue en
extérieur (à partir de 8 ans).Les mercredis 22
et 29/02 : « Plus belle la ville ! », jeu de l’oie
revisité sur le thème de la ville durable (à partir
de 8 ans) ; les jeudis 23/02 et 1/03 : « Des
sculptures dans la ville », atelier - découverte de l’art urbain (à partir de 5 ans) ; les
vendredis 24/02 et 2/03 : « Chouette, la ville
a rétréci ! », puzzle et modules en bois pour
imaginer sa propre ville (à partir de 4 ans) ; et
les samedis 25/02 et 3/03 : « C’est béton ! »
atelier autour du matériau et balade dans le
quartier Saint-Quentin (à partir de 6 ans). Tous
les ateliers sont à 16 h, leur durée 1 h 30 et
leur prix 3 €.
Gratuit pour les adhérents, 1 € pour
Musée de la ville de Saint-Quentin-en-Yvelines
Tél. : 01 30 43 65 85
Tél. : 01 34 52 28 80
© S. Blondeau
Le 24/02 de 14 h à 16 h – prix : 10 e, incluant
Trois matinées de cuisine ouvertes aux
jeunes marmitons de huit ans et plus.
les non-adhérents de moins de 21 ans
Peinture sur porcelaine
À partir de 10 ans, matériel fourni.
27, 28 et 29/02, de 14 h à 17 h
au centre Alfred-de-Vigny
Tarif adhérent : 40 € le stage ;
non-adhérent de moins de 21 ans : 43 €
www.museedelaville.sqy.fr
Élisabeth Charle
L E P E T I T Q U E N T I N - n 2 7 2 - f é v r ie r 2 0 1 2
o I 31 I
agenda
loisirs
pline idéale pour apprendre à
ne plus marcher sur les pieds de
son partenaire. Avec Christine
Guéry, pour débutants et intermédiaires. Stage donnant accès
à un entraînement gratuit pendant les cours du samedi.
De 14 h 30 à 16 h – à partir de 12 ans
© G. LRick
Tarif par ministage : 7 €, tarif
à deux : 10,50 € – au gymnase
Chastanier à Élancourt
Jusqu’au 25/02
Léo, DD et
les écogestes
14 h 30 et 19 h 30 à la Maison de l’environnement – 5 € – à partir de 5 ans
France miniature
11/02
Marche nordique
5 randonnées et 15 € pour
3 randonnées – bâtons fournis
© S. Blondeau
avec l’association café-débat
de Saint-Quentin-en-Yvelines.
Tél. : 06 60 71 39 96
À 16 h 30, à la Brasserie Le Marina
[email protected]
à Montigny-le-Bretonneux
www.coachsports.fr
Entrée libre au prix d’une
consommation – http://
11/02
quentinphilo.over-blog.com
Le nucléaire
en question
11/02
« Après Fukushima, faut-il sortir du nucléaire ? », question
à débattre autour d’un verre
I32I
L E P E T I T Q U E N T I N - n 2 7 2 - f é v r ie r 2 0 1 2
o Valse anglaise
Appelée également valse lente,
la valse anglaise est la disci-
Ça y est, vous pouvez de nouveau profiter des attractions
du parc France miniature
qui ouvre ses portes pour les
vacances d’hiver (du 18/02 au
4/03). L’occasion de découvrir
ce parc qui vous propose un
voyage insolite au travers de
117 maquettes des plus beaux
monuments français, sur 5 ha,
et des attractions (toboggan,
escalade, looping, petites voitures…) qui feront le bonheur
des plus jeunes.
Il n’y a pas d’âge pour sauver
la planète ! C’est ce que vous
montre l’exposition « Les écogestes ou comment protéger la
planète… sans être un super­
héros ! » réalisée par la Maison
de l’environnement et l’Agence
locale de l’énergie et du climat.
Munis d’un carnet de jeu et
aidés par deux personnages,
Léo et DD, les enfants apprendront des gestes simples pour
améliorer l’environnement.
Visite libre du mardi au samedi,
de 14 h à 18 h
© S. Blondeau
18/02
© C. Lauté
L’Odyssée de Rick le Cube est un spectacle multimédia associant un film
d’animation sans parole mettant en scène un drôle de personnage,
Rick, et un concert de musique électronique en live. Mariant différentes techniques d’animation numérique, le duo Sati nous entraîne
dans un road movie qui enchantera petits et grands. ■
ou abonnement : 10 € pour
Un nouvel atelier proposé par
le Musée de la ville pour en
apprendre plus sur ce matériau le plus utilisé au monde.
Après des jeux pédagogiques
au musée et une visite dans le
quartier de Saint-Quentin, vous
fabriquerez votre propre échantillon de béton.
de 6 ans – 3 € sur réservation
17/02
Rick le Cube
en ciné-concert
11 h à 13 h – 20 €/randonnée
C’est béton !
16 h – durée : 1 h 30 – à partir
Tél. : 01 30 66 45 20
Une fois par mois, le coach
sportif Nicolas Prud’hon vous
propose des randonnées de
marche nordique. Équipés de
bâtons et de bonnes chaussures
de marche (basses de préférence), vous partirez pour deux
heures de balade dans la forêt
domaniale de Maurepas.
25/02 et 3/03
Ouvert de 10 h à 18 h
19 €/adulte, 13 €/enfant
contacts
Centre Alfred-de-Vigny
24, avenue du Lycée
à Voisins-le-Bretonneux
Tél. : 01 30 43 65 85
http://chezalfred.info
France miniature
Bd André-Malraux à Élancourt
Tél. : 01 30 16 16 30
www.franceminiature.fr
L’Estaminet
Esplanade Gérard-Philipe
Quartier du Buisson, avenue de
Chevincourt à Magny-les-Hameaux
Tél. : 01 30 23 44 28
www.magny-les-hameaux.fr
MJC Mérantaise
6, rue Hodebourg
à Magny-les-Hameaux
loisirs
Vacances scolaires
9/03
Comment occuper
vos ados ?
Voyage au
planétarium
Manga, kick-boxing, peinture sur
porcelaine, art contemporain,
percussion, sculpture… De nombreux stages et ateliers sont proposés durant les vacances d’hiver par différents équipements
à Saint-Quentin-en-Yvelines.
Inscrivez-vous sans attendre !
Découvrez le monde planétaire
et ses mythologies au cours
d’une séance au planétarium
animée par l’association d’astronomie Magnitude 78. Le
nombre de places étant limité,
ne tardez pas à vous inscrire !
Programme détaillé p. 31
à Magny-les-Hameaux – gratuit
© D. Huchon
21 h à la MJC Mérantaise
Réservation – Tél. : 06 87 86 55 82
ou [email protected]
10/03
2, 3 et 4/03
Poker Open 2012
1 000 joueurs venus de toute
la France et de clubs européens
sont attendus au cours de ce
tournoi de poker associatif organisé par l’association NH Poker
Team. Un événement ouvert
au public qui pourra suivre les
épreuves sur des écrans géants.
Des défis express (un spécialiste
affronte dix joueurs en simultané), des tables d’initiation et
150 tables de jeu sont au programme. À vous de jouer !
Gratuit de 14 h à 18 h,
au centre sportif des Pyramides,
à Voisins-le-Bretonneux
Tél. : 06 60 50 28 75 (Yannick
Kerauffret) – www.nhpokerteam.fr
Maison de l’environnement,
des sciences et
du développement durable
6, rue Haroun-Tazieff
à Magny-les-Hameaux
Tél. : 01 30 07 34 34
www.maisondelenvironnement.sqy.fr
Ouverte du mardi au samedi
de 14 h à 18 h
C’est le moment : il faut tailler
vos arbres fruitiers ! Une coupe
nécessaire si vous voulez obtenir une production abondante.
Où et comment tailler ? Explications avec l’association des
Jardiniers de France.
De 14 h à 17 h à Magny-les-Hameaux
Renseignements et inscriptions
auprès de Hang Defaux
Tél. : 01 30 64 04 07 ou
[email protected]
La photo d’archi
à décrypter
Le Musée de la ville vous aide à comprendre
la photographie d’architecture.
Une expérience qui vous permettra,
dès 8 ans, de voir la ville d’un autre œil.
Photographier un bâtiment n’est pas si facile ! Si le sujet reste immobile, la prise de vue contraint le photographe à se déplacer pour
trouver le bon point de vue. Ajuster son cadrage, tenir compte des
perspectives, de la focale utilisée, s’adapter à la lumière et anticiper ses changements en fonction de la météo parfois capricieuse…
Durant une heure et demie, vous serez initié aux techniques de la
photographie d’architecture. Après une explication théorique sur des
appareils conçus pour la photo d’architecture, vous sortirez du musée
pour réaliser vos propres clichés. Une occasion pour contribuer à l’exposition « Architecture et photographie : regards croisés », visible au
musée jusqu’au 4 mars. Chantiers de construction et de démolition,
fantaisies de promoteurs et rêves d’architectes…, ces images vous
feront découvrir Saint-Quentin-en-Yvelines d’une manière inédite. ■
Atelier le 18/02 au Musée de la ville
© S. Blondeau
© S. Blondeau
À vos sécateurs !
Élisabeth Charle
Musée de la ville
Quai François-Truffaut, quartier
Saint-Quentin
à Montigny-le-Bretonneux
Tél. : 01 34 52 28 80
www.museedelaville.sqy.fr
Ouvert de 14 h à 18 h du mercredi
au samedi et le 1er dimanche
de chaque mois
De 14 h à 17 h – prix : 3 € – à partir de 8 ans
(apportez votre appareil photo)
Exposition jusqu’au 4 mars – gratuit
En partenariat avec le Centre interuniversitaire de recherches
en histoire de l’art contemporain de l’université Paris I
Toutes les dates sur
www.sqy.fr/agenda
L E P E T I T Q U E N T I N - n 2 7 2 - f é v r ie r 2 0 1 2
o I33I
avec le Kiosq
Sortir
10/02
Du 8/02 au 25/03
Une question de goût
À partir des rapports entre art
contemporain et cuisine, c’est un
voyage à travers des œuvres de
toutes disciplines (design, photographie, vidéo, peinture, dessin,
infographie, sculpture, etc.) qui
suscitera la curiosité et surtout
l’appétit du spectateur.
Dmitry Baevsky trio
20 h 30 à La Merise – 17 € (14 €)
20 h au Prisme – 10 € (7 €)
Formule jazz club,
dîner + concert à 21 € (18 €)
10/02
Lacca’s Dream’n’Bass
et Uppercut
Opéra miniature pour quatre
chanteurs-marionnettistes, une
contrebasse, un piano et une clarinette. Pour initier les petits aux
plaisirs de l’opéra tout en amusant les grands.
Le 9 à 19 h 30, le 10 à 20 h 30 et
le 11 à 18 h au Théâtre de SaintQuentin-en-Yvelines
Dès 5 ans – 16 € (6 €)
I34I
L E P E T I T Q U E N T I N - n 2 7 2 - f é v r ie r 2 0 1 2
o © DR
11/02
16/02
Le bal de l’Afrique
enchantée
Reggae Jamaïcain :
Fantan Mojah,
I-Wayne, I Jah Man Levi
Soro Solo et Vladimir Cagnolari,
les joyeux trublions de L’Afrique
enchantée, émission culte de
France Inter, baladent le public
dans ce continent musical et
font durer le plaisir avec un bal
haut en couleur.
11/02
Sous la baguette de David Stern,
Opera Fuoco partage l’exaltation
de la redécouverte de Zanaïda,
l’opéra de Johann-Christian Bach
qui avait disparu des répertoires
depuis 250 ans.
La sourde oreille
ou le rêve de Freud
Avec 27 albums à son actif, I Jah
Man Levi est une référence incontournable en matière de reggae
roots mystique, libre et atypique.
20 h 30 à La Batterie
28 € (6 € et 21 €)
Henry Bauchau évoque intimement sa jeunesse dans ce très long
poème (près de 500 versets). Il
se souvient d’un rêve dans lequel
Sigmund Freud le traite…
20 h 30 à la Maison de la poésie
7,5 € (5 €)
14/02
Cette chose-là
[email protected]êves
© J.J. Kraemer
Le 9 à 19 h 30 et le 10 à 20 h 30 à
la Ferme de Bel-Ébat – 10 € (7,5 €)
Les 14 ,15 ,17 & 18 à 20 h 30
et le 16 à 19 h 30 au Théâtre
de Saint-Quentin-en-Yvelines
28 € (6 € et 21 €)
Zanaïda
9 et 10/02
Dérision et tendresse pour cette
comédie effrénée qui nous propulse dans le domaine de la farce,
de l’absurde et du grotesque.
Éric Lacascade monte pour la
première fois Molière, dont il
choisit l’une des pièces les plus
insolentes : Tartuffe.
20 h 30 à La Batterie
12 € (7,5 € et 8 €)
20 h 30 au Théâtre de
Saint-Quentin-en-Yvelines
21 € (de 6 € à 16 €)
19 h 30 à la Ferme de Bel-Ébat
10 € (5 € et 7,50 €)
Tartuffe
20 h 30 au Scarabée – 8 € (6 €)
10 et 11/02
public avec énergie et créativité
chorégraphique. Dès 6 ans.
Du 14 au 18/02
Dans les Cordes, un spectacle
hybride de jazz-fusion et de
pulse-poésie né de la rencontre
des deux groupes.
© DR
La maison
qui chante
Le seul nom de Dmitry Baevsky
provoque une complicité immédiate entre ceux qui connaissent
le prodige du saxophone alto.
© DR
Ionesco a gardé la trame des
destins imaginés par Shakespeare, en y donnant une force
tragi-comique. À voir en famille
dès 13 ans.
Entrée libre sur réservation
Tél. : 01 30 44 50 80
Maison de quartier ThéodoreMonod – 11, place PierreBérégovoy, à Guyancourt
Du 9 au 11/02
11/02
La danse contemporaine, le
hip-hop, l’acrobatie, la danse
classique et le burlesque constituent le langage de ce trio subtil
et drôle, qui s’adresse au jeune
© Reves
© T. Nowak
Macbett de Ionesco
17/02
Solaire
Le chorégraphe Fabrice Lambert
métamorphose les corps de cinq
danseurs par un réseau organisé
de jets lumineux.
20 h 30 à la Ferme de Bel-Ébat
20 € (15 €)
e
àv
oir
en
fam
ille
Mu
siq
ue
Th
éâ
tr
e
Da
ns
e
Re
nc
on
tr
Sortir
9/03
18/02
Une voix rauque et des chansons rock pour l’une, l’humour
et une sacrée personnalité pour
l’autre. Voici deux talents déjà
reconnus par la profession. À ne
pas manquer !
20 h 30 au Scarabée – 8 € (6 €)
© DR
Melissmell &
Mademoiselle Sane
Quintette en en fa mineur.
18 h à l’auditorium de l’école de
musique de Trappes – de 5 € à 18 €
© Y. Orhan
20 h 30 à la Ferme de Bel-Ébat
10 € (5 € et 7,50 €)
6 & 7/03
20 h 30 (sauf le 8/03 à 19 h 30)
au Théâtre de Saint-Quentin-enYvelines – 21 € (de 6 € à 16 €)
Lysistrata
Il y a 2 500 ans, en pleine guerre
du Péloponnèse, Lysistrata
21 h au Prisme – 15 € (9 € et 12 €)
Le Boléro de Ravel version hiphop croisé avec les chants traditionnels d’Houria Aïchi au format
danse contemporaine. Dès 8 ans.
20 h 30 au Théâtre de SaintQuentin-en-Yvelines – 21 € (11 €)
10/03
Tata Milouda
et vive la liberté !
Elle a fait craquer Grand Corps
Malade et Jamel Debbouze.
Le monde du slam fait un joli
ramdam autour de Tata Milouda.
20 h 30 à La Merise – 17 € (14 €)
10/03
Le Gai Mariage
© W. Let
Une comédie dans la pure tradition du théâtre de boulevard.
21 h à l’Espace culturel Decauville
8 € (5 €)
20 h 30 à la Ferme du Manet
33,20 € (28,20 €)
Caroline Junqua
8/03
21/02
Trio Esperança
© Déclic
Les grands romantiques allemands, Schumann : Quatuor en
mi bémol majeur et Brahms :
En trente chansons, le trio de
J’existe (foutez-moi la paix)
cherche sa petite place sur la
Terre. Être quelqu’un parmi
les autres, entre un piano, un
peu de mélancolie et beaucoup
de burlesque.
9 et 11/03
Exaltés par un idéal scientifique
incarné au début du XXe siècle
par Pierre et Marie Curie, Clara
et Fritz, couple de chimistes,
consacrent leurs recherches au
progrès de l’Humanité.
Dernière création professionnelle de la compagnie Garde-Fou,
d’après l’œuvre d’Umberto Eco. Il y
a tant de questions existentielles
à aborder, et si peu de temps...
Les Solistes
de La Villedieu
J’existe
Nya
Farben
Blue
Si le fil est son chemin, la fildefériste Marion Collé choisit le bleu
pour nous demander avec poésie
quel est le nôtre. À partir de 9 ans.
"Comment ? (Nous
avons les réponses)"
20 h 30 à La Merise – 15 € (11 €)
Du 6 au 10/03
& les 13 et 14/03
29/02
18 et 19/02
l’Athénienne propose à toutes les
femmes des provinces grecques
alentour de cesser tout commerce
amoureux avec les hommes,
jusqu’à ce qu’ils signent enfin la
paix ! La mise en scène de Déclic
Théâtre est simple et efficace :
un homme, une femme… et les
poupées Barbie et Ken ! Original
et franchement hilarant.
Trois légendes de la bossa-nova
remontent sur scène vingt ans
après leurs plus grands succès.
20 h 30 au Scarabée – 8 € (6 €)
www.kiosq.sqy.fr
www.facebook.com/kiosq.sqy
contacts
❱ La Batterie – Tél. : 01 39 30 45 90 – www.labatteriedeguyancourt.fr ❱ L’école de musique de Trappes – Tél. : 01 30 16 45 60 – www.villedetrappes.com
❱ L’Espace culturel Decauville – Tél. : 01 30 44 29 28 – www.voisins78.fr ❱ L’Estaminet – Tél. : 01 30 23 44 28 – www.magny-les-hameaux.fr
❱ La Ferme de Bel-Ébat – Tél. : 01 30 48 33 44 – www.lafermedebelebat.fr ❱ La Ferme du Manet – Tél. : 01 30 12 30 30 – www.montigny78.fr
❱ La Ferme du Mousseau – Tél. : 01 30 66 50 26 – www.ville-elancourt.fr ❱ Le Grenier à sel – Tél. : 01 30 13 98 51 – www.cinemagrenierasel.com
❱ La Maison de la poésie – Tél. : 01 39 30 08 90 – www.maisondelapoesie.sqy.fr ❱ La Merise – Tél. : 01 30 13 98 51 – www.lamerise.com
❱ Le musée national de Port-Royal-des-Champs – Tél. : 01 39 30 72 72 – www.port-royal-des-champs.eu ❱ Le Prisme – Tél. : 01 30 51 46 06 – www.leprisme.
sqy.fr ❱ La salle Jacques-Brel – Tél. : 01 30 44 10 ❱ Le Scarabée – Tél. : 01 30 13 87 40 – www.le-scarabee.com ❱ Le Théâtre de Saint-Quentin-en-Yvelines
– Tél. : 01 30 96 99 00 – www.theatresqy.org
L E P E T I T Q U E N T I N - n 2 7 2 - f é v r ie r 2 0 1 2
o I35I
agenda
© S. Blondeau
sport
Boxe
Les Verriérois
à l’honneur
À l’occasion des championnats Ile-de-France de boxe éducative
assaut, le 7 janvier à Gennevilliers, trois jeunes boxeurs de La
Verrière se sont distingués. Avec, de gauche à droite sur la photo :
Walid Rahmani (moins de 48 kg) qui décroche le titre de vicechampion Ile-de-France pour sa 1re année de boxe anglaise, Mouhaz
Mouch (moins de 51 kg) et Amine Medjahed (mois de 33 kg), qui
obtiennent le titre de leur catégorie. Une belle satisfaction pour
le Boxing de La Verrière après sa victoire en départementale aux
Mureaux, en 2010. ■
www.ville-laverriere.com
© C. Lauté
doté de coupes et de prix d’une
valeur de 2 165 €. Gymnase des
Pyramides, mail de Schenefeld
(ex-mail aux Fruits), à Voisins.
Inscriptions sur le site du club
(avtt78.free.fr), 8 € pour un
tableau, 15 € pour deux. ■
Les 4 et 5/02, plus de 800 Yvelinois de tous âges sont attendus
pour le Bernard jeu départemental, organisé par le CTTE au
palais des sports d’Élancourt, de
9 h à 20 h (gratuit).
Le 12/02, le Voisins TT organise un tournoi régional homologué ouvert aux licencié(e)s
FFTT de la ligue Ile-de-France,
I36I
L E P E T I T Q U E N T I N - n 2 7 2 - f é v r ie r 2 0 1 2
o 5/02
Rugby
ESCT – SaintQuentin (N2)/
Calais basket
cheminots JMC
ESCT/ASA Sceaux
ASMB rugby (1re série)/
RCC 78
Ça va bien mieux pour les SaintQuentinois grâce à l’arrivée du
nouvel entraîneur Moustapha elHafidi en novembre dernier (lire
p. 38). Un bilan convaincant :
trois victoires en quatre matchs,
dont une qualification pour les
32es de finale de coupe de France,
le 7 janvier, après une belle performance (85-69) contre Tours.
Les Trappistes reçoivent deux
fois à domicile en février : deux
victoires impératives pour croire
à la remontée ! ■
À l’issue de la phase aller, les
Ignymontains étaient 3es du classement. Match capital contre le 2e
dans l’optique de la montée. ■
Stade Roger-Couderc à Montigny
15 h – entrée gratuite
11 et 25/02
Badminton
Montigny (N3)/
Boulogne-Billancourt
Montigny/Lagardère
Paris-Racing 2
Gymnase Paul-Mahier
Le BCMB est sur la bonne route
pour le maintien malgré une lourde
défaite à Chambly (6-1). Classés
4e, les Ignymontains rencontrent
les 1er et 3e du championnat : deux
matchs difficiles pour le BCMB. ■
à Trappes
Gymnase Jean-Maréchal à Montigny
20 h – 5 € (3 €)
16 h – entrée gratuite
5/02
Rugby
SQY rugby (Honneur)/
RC Mureaux
Les Saint-Quentinois sont derniers du groupe. Ils ont connu une
première partie de saison catastrophique, notamment à cause de
nombreuses blessures. Victoire obligatoire pour se maintenir. ■
Stade du Bout-des-Clos à Maurepas – 15 h – entrée gratuite
4 et 11/02
Handball féminin
Montigny (N2)/
Issy Paris hand
M78H/HBF Aulnoye
Maubeuge VDS
Le maintien sera définitivement
assuré si Montigny s’impose
à domicile. ■
Gymnase Pierre-de-Coubertin
à Montigny
20 h 45 – entrée gratuite
© C. Lauté
4, 5 et 12/02
Tennis de table
4 et 18/02
Basket-ball
sport
11 et 25/02
Football américain
15/02
Football féminin
Objectif :
Templiers d’Élancourt/
Caïmans du Mans
Templiers/Météores de
Fontenay-sous-Bois
AS Montigny-le-Bx
(Division 2)/ Condésur-Noir FCF
Nouvellement promue en D1, la jeune
équipe de triathlon saint-quentinoise compte une
recrue de marque :
Frédéric Belaubre
(photo).
À 32 ans, ce dernier
affiche un palmarès
impressionnant : 5e
aux JO de Sydney,
10e aux JO de Pékin,
trois fois champion
d’Europe et cinq
fois champion de
France ! Le nouveau
leader de l’équipe
évoluer a par mi
l’élite des clubs
français et fera son
retour au Grand Prix
Lyonnaise des Eaux,
les 17 et 18/07, après un an d’absence. Mais le grand rendez-vous
se jouera le 22 avril prochain aux championnats d’Europe, où le
podium sera synonyme de qualification pour les JO de Londres.
Pour y parvenir, il faudra que Frédéric soit au top de sa forme. Il
sait qu’il peut compter sur son club et sur toute l’agglomération
pour le supporter activement.
Pour la Casqy, soutien majeur de l’équipe, le monde du haut niveau
n’est pas une découverte. De 1990 à 1996, le club s’était déjà
distingué avec des triathlètes comme Barel, Lessing, Houseaux,
Henri, Rouchon, Reuze et bien d’autres. Après son ascension
remarquée – de la D3 à la D1 en deux ans –, l’équipe est de retour
dans l’élite nationale. Un dynamisme en phase avec la politique
sportive ambitieuse de Saint-Quentin-en-Yvelines, comme avec
le vélodrome ou la Ryder Cup 2018. ■
Les Templiers joueront deux fois à
domicile en février. Deux occasions
de prendre des points et de marquer son territoire. Avec comme
objectif la remontée en élite. ■
© T. Deketelaere
les JO de Londres !
www.triathlon-sqy.fr
Les Ignymontaines n’y arrivent
plus. Après un début de saison en
fanfare, les joueuses entraînées
par Jean-Luc Bollati traversent
une mauvaise passe et dégringolent à la 5e place du classement. Sans victoire depuis la minovembre, la montée s’éloigne.
Un match à domicile peut inverser la tendance. ■
Complexe sportif de l’Europe
à Élancourt
20 h – entrée gratuite
12/02
Football
AS Montigny/
Plaisirois FO
Avec un match en retard, les
Ignymontains sont 4es du classement. La montée est toujours
possible face à une équipe plaisiroise distancée. Victoire impérative pour reprendre une place
dans le trio de tête. ■
© C. Lauté
Triathlon
Stade de la Couldre à Montigny
15 h – entrée gratuite
Stade de la Couldre à Montigny
15 h – entrée gratuite
26/02
Roller-hockey
14/02
Tennis de table
Shocks d’Élancourt
(N3)/Viry-Châtillon
CTT Élancourt (Pro B)/
Beauchamp
La revanche pour les Shocks qui
s’étaient inclinés 12 à 5 au match
aller en novembre. Après un
manque de réussite au début de
la saison, les Shocks ont enchaîné
trois victoires et sont 4es du championnat. Un match pour confirmer
le regain de forme et assurer définitivement le maintien. ■
Les pongistes de l’entente MarlyÉlancourt auront fort à faire
contre l’équipe de Beauchamp,
mieux classée au général. Après
une belle victoire face à un
concurrent au maintien, fin 2011,
les filles entraînées par Franck
Saulnier peuvent s’éloigner de la
zone rouge. ■
Gymnase Chastanier à Élancourt
14 h – entrée gratuite
Palais des sports d’Élancourt
http://fredbelaubre.com
20 h – entrée gratuite
Nouraddine Agne
contacts
ASMB football
Tél. : 01 30 64 45 15
www.asmbfootball.com
Badminton club de Montigny
Tél. : 06 75 02 95 96 (Julien Cordiez)
http://bcmb-web.fr
ASMB handball
Tél. : 06 08 47 37 23 (Yann Brillouet)
http://handball.montigny78.free.fr
CTT Élancourt (tennis de table)
Tél. : 06 11 37 05 73 (Franck Saulnier)
www.club-tennis-table-elancourt.com
ASMB rugby
Tél. : 01 30 48 92 00 – http://asmb.
rugbyxv.pagesperso-orange.fr
ESC Trappes – Saint-Quentinen-Yvelines (basket-ball)
www.sportimum.net/esct-sqy
Shocks d’Élancourt (roller-hockey)
www.shocks-elancourt.com
Voisins TT (tennis de table)
http://avtt78.free.fr
SQY rugby
www.sqyrugby.fr
Templiers d’Élancourt
(football américain)
www.afc-templiers.net
Triathlon Saint-Quentin
www.triathlon-sqy.fr
Toutes les dates sur
www.sqy.fr/agenda
L E P E T I T Q U E N T I N - n 2 7 2 - f é v r ie r 2 0 1 2
o I 37 I
en bref
sport
Mais cela n’efface
pas les imperfections
accumulées depuis
le début de l’année.
C’est ce qui s’est passé
au match suivant :
nous sommes retombés dans nos travers.
Quand vous perdez
souvent en sport, il y
a une forme de résignation qui s’installe.
© C. Lauté
Sur quels aspects
l’équipe a-t- elle
besoin de progresser ?
La défense : travailler
le un contre un avec
plus d’agressivité
car nous subissons
et nous encaissons
beaucoup de paniers,
notamment dans la
raquette [zone du terMoustapha el-Hafidi, le nouvel entraîneur de l’ESCT-SQY.
rain placée sous chaque
Dans quel état de forme avez- panier et ayant la forme d’un trapèze,
vous trouvé l’équipe ?
ndlr]. La fluidité : le basket c’est avant
Dans une forme plus que moyenne au tout le déplacement de l’équipe et la
vu des résultats. On était quasiment à gestion du ballon dans les temps de
la fin des matchs allers et l’ESCT-SQY possession. Les lancers francs : nous
ne comptait que 3 victoires. Donc avons également des lacunes dans
le groupe n’allait pas bien, même ce domaine. L’objectif premier est
s’il y a beaucoup de circonstances de remobiliser les troupes et de se
atténuantes comme la maladie et le remettre au travail. Et surtout d’être
départ de Jean-Paul Rebatet [l’ancien dans un état d’esprit différent avec
entraîneur, ndlr], ou les nombreuses la volonté de travailler pour gagner !
blessures de joueurs. Mais cela n’explique pas tout.
La montée est-elle toujours d’actualité ?
Après une victoire à l’extérieur Il serait présomptueux de penser à la
face à Cherbourg, vous rechu- montée aujourd’hui après le mauvais
tez lourdement à domicile face début de saison et les points perdus en
à Rennes. Comment expliquez- chemin. Ce qui ne veut pas dire qu’on
vous ce revers ?
ne garde pas cet objectif en tête. Je
Quand un nouvel entraîneur arrive, pense qu’il faut de la constance pour
il y a toujours une mobilisation des s’en sortir. ■
joueurs : ils essaient de se montrer.
Nouraddine Agne
I38I
L E P E T I T Q U E N T I N - n 2 7 2 - f é v r ie r 2 0 1 2
o Football
L’ES Guyancourt Saint-Quentin (PH)
C’est une
première partie
de saison
remarquable
qu’ont effectuée
les joueurs
de l’ESG SQY !
Avec une série de neuf matchs consécutifs sans
défaite, les Saint-Quentinois se retrouvent sur
la plus haute marche du podium avec 29 points
et remportent le titre honorifique de champion
d’automne. La montée à l’échelon supérieur
se précise. Attention à ne pas s’enflammer,
la saison est loin d’être terminée… Espérons
qu’après la trêve hivernale les joueurs
entraînés par Christian Thomas auront repris
des forces pour la dernière ligne droite. ■
è Stable
Handball
ASMB handball (N2)
Les Ignymontaines ont su
redresser la barre après
un mois de novembre très
compliqué. Septième sur
12 à l’issue de la 9e journée
de championnat, l’ASMB
poursuit son chemin avec
l’objectif annoncé en début
de saison : le maintien. ■
© C. Lauté
Après avoir officié en Pro A, en Pro B et en N1, Moustapha
el-Hafidi, le nouvel entraîneur de l’ESCT-SQY, a pour mission de
remonter une équipe trappiste mal en point.
ì En hausse
© C. Lauté
La volonté de gagner
Baromètre des clubs
î En baisse
Rugby
SQY rugby (honneur)
Le bilan du
SQY rugby à
mi-saison est
sans appel :
une victoire
seulement
pour cinq
défaites ! Avec 6 points seulement dans leur
escarcelle, les Saint-Quentinois sont bons
derniers du classement. Des défaites qui
s’expliquent notamment par le grand nombre de
blessés en section seniors, jusqu’à 20 joueurs
depuis le début de la saison. Reprise anticipée
des entraînements, le 2 janvier, pour essayer
de sauver la place du SQY rugby en honneur. ■
© C. Lauté
Basket-ball
sport
Course d’orientation
Lauriane Beauvisage, membre de l’équipe junior de Guyancourt Orientation et sélectionnée
en équipe de France depuis novembre, vise désormais les championnats du monde.
Trouver la voie
Du loisir à la passion
En effet, chez les Beauvisage l’orientation
est une affaire de famille : Christophe,
le père, pratique ce sport depuis vingt
ans et a participé à des championnats
de France. Audry, l’aîné, a été vice-champion de France des moins de 16 ans, en
2007. Fabienne, la mère, et Quentin, le
petit dernier de 13 ans, pratiquent eux
aussi en loisirs.
Lauriane, elle, a tout de suite adhéré à
l’esprit qui règne dans ce sport. « C’est très
familial, précise la jeune Ignymontaine
de 17 ans. On part souvent tout le week-end
avec les équipes du GO 78 [Guyancourt
Orientation]. Ça crée des liens, de la solidarité. En plus, comme j’aime la nature et
Le doigt
électronique
Afin de vérifier que l’orienteur est bien
passé par toutes les balises qui jalonnent
le parcours, il dispose d’une sorte de
bague, le « doigt électronique », qu’il
doit introduire dans les boîtiers situés
sur chacune des balises mentionnées
sur la carte. La puce enregistre ainsi
le temps de passage et permet de
délivrer automatiquement classement
et résultats au terme de l’épreuve. ■
la course, cela tombe plutôt
bien ! » C’est d’ailleurs au
sein de son club qu’elle remporte sa 3e coupe de France
en novembre et intègre
dans la foulée l’équipe de
France des moins de 18 ans.
Ce sport, qu’elle pratiquait
par loisir, se transforme très
vite en une passion réclamant un investissement
intensif. Quatre ou cinq
fois par semaine, Lauriane
s’entraîne à raison d’une
heure et demie par séance.
Qu’il pleuve, qu’il vente ou
qu’il neige, la motivation
et l’envie sont toujours au
rendez-vous. « Sa force de
caractère, c’est ce qui m’impressionne le plus, précise
son père. Son courage également. Quand elle a décidé de
gagner une course, en général,
elle la gagne ! »
Bonne condition
physique et surtout
de l’intelligence
La course d’orientation
exige une bonne condition
physique, mais requiert
surtout de l’intelligence,
car il faut réfléchir vite, calculer et prendre les bonnes
décisions. Ce qui correspond bien à
Lauriane qui se distingue aussi bien en
compétition qu’à l’école. Cette brillante
élève de terminale scientifique prépare
son baccalauréat et s’inscrira dans une
école d’ingénieur, à Lyon, afin de pouvoir concilier son sport et ses études. Une
très bonne orientation… dans l’attente
d’autres récompenses. ■
Nouraddine Agne
© C. Lauté
L
auriane Beauvisage est une orienteuse. Chaque week-end de compétition, elle traverse les forêts
de l’Hexagone munie de sa carte, de ses
chaussures à crampons, de sa boussole
et de son doigt électronique (lire l’encadré) avec l’idée de trouver le chemin
le plus court dans un lieu inconnu.
«L’orientation est une discipline que mon
père a découverte lors de son service militaire, explique Lauriane. Par la suite, il a
transmis sa passion à toute la famille, et à
moi en particulier. »
Bio express
■ Née le 8 août 1994 à Clamart
■ Taille : 1,65 m
■ Poids : 52 kg
■ Plat préféré : Salade de pâtes
■ Loisirs : Réseaux sociaux, cinéma
et shopping
L E P E T I T Q U E N T I N - n 2 7 2 - f é v r ie r 2 0 1 2
o I39I
sport
Judo
Membre du Bushido club de Trappes, Daïkii Bouba, 15 ans, est déjà ceinture noire de
judo ! Il se lance désormais à la conquête du titre de champion de France cadet.
© C. Lauté
Les beaux katas de Bouba
A
u cours du tournoi international public apprécie. Son nom : Daïkii Bouba.
de judo organisé par le Bushido Né d’une mère française originaire de
club de Trappes en novembre, Mayenne et d’un père camerounais,
un jeune garçon de 15 ans fait sensation. Daïkii fait ses premiers pas sur un tatami
Il entre sur le tatami,
en 2002. « En fait, je me
battais souvent quand
vêtu de son judogi
« Sa persévérance
j’étais petit. Alors un
blanc, une ceinture
force
le
respect.
»
noire bien serrée autour
jour, mes parents m’ont
Marie Hamel.
de la taille, exécute le
inscrit au judo pour
canaliser mon énergie »,
salut traditionnel, le
ritzureï, et il débute sa démonstration de explique-t-il. C’est au club de Pontkata – enchaînement codifié de figures. chartrain que commence l’ascension
Les gestes sont précis, maîtrisés, et le du jeune garçon, entraîné notamment
par Michel Roux, ceinture noire 9e dan.
« C’est vrai que j’étais à l’aise dès le début et
que j’ai senti ma progression chaque année.
Avec un formateur comme Michel, qui est
■ Né le 18 mars 1996 à Paris
très fort techniquement, c’était un vrai plus
■ Taille : 1,60 m
pour moi », précise Daïkii.
■ Poids : 56 kg
■ S es passions : Le foot, la
Un garçon qui écoute beaucoup
batterie et les mangas
En 2010, il intègre le pôle espoir de
■D
aïkii ? Prénom d’origine camerounaise
Rouen, une section sport-études. Il s’y
signifiant « modeste »
entraîne tous les jours au moins deux
Bio express
I4 0I
L E P E T I T Q U E N T I N - n 2 7 2 - f é v r ie r 2 0 1 2
o heures, du lundi au jeudi, et étudie en
première scientifique. « Il est aussi brillant
sur les tatamis qu’au lycée ! Il aimerait
faire Polytechnique », révèle sa mère avec
fierté. L’an dernier, à tout juste 15 ans,
il obtient sa ceinture noire ! Un sésame
généralement accessible aux judokas à
partir de 16 ans.
Fort de ses bons résultats, il est sélectionné par la Fédération française de
judo pour disputer le tournoi de Berlin,
qualificatif pour le championnat d’Europe cadet, où il terminera 9e en juillet
dernier. Pour Marie Hamel, présidente
du Bushido club de Trappes, la réussite
de Daïkii vient avant tout de son état
d’esprit : « Daïkii est un garçon qui écoute
beaucoup. Il sait se remettre en question,
et, surtout, il en veut énormément. Sa persévérance force le respect. »
Le rêve : participer aux JO
Le rêve de Daïkii Bouba serait de participer un jour aux Jeux olympiques.
À court terme, il souhaiterait devenir
le meilleur judoka de sa catégorie cette
année en gagnant un maximum de
tournois. À commencer par les championnats de France cadet de mars prochain, où il est annoncé comme l’un
des grands favoris. ■
Nouraddine Agne
Palmarès 2011
3 médailles d’or : demi-finale
championnats de France cadet Paris ;
tournoi label A FFJDA cadet Forgesles-Eaux – Seine-Maritime ; tournoi
label A FFJDA cadet Bressuire
1 médaille d’argent : championnats
de France cadet Paris
1 médaille de bronze : tournoi label
A FFJDA cadet Clermont-Ferrand ■
société
Institut Marcel-Rivière
Une offre de soin
redéployée
Le projet d’un établissement de santé unique à La Verrière est en cours de finalisation.
Rencontre avec le Dr Fabien Juan, directeur médical de l’Institut Marcel-Rivière.
G
ériatrie, maladie d’Alzheimer,
soins palliatifs ou psychiatrie, le nouvel établissement
regroupant les services du centre gériatrique Denis-Forestier et de l’Institut
Marcel-Rivière – tous deux gérés par la
Mutuelle générale de l’Éducation nationale (MGEN), à La Verrière – commencera sa construction fin 2013 pour une
livraison en 2018.
© J.J. Kraemer
« L’objectif, fidèle à l’éthique, à la démarche
mutualiste et aux valeurs de la MGEN, est
de renforcer le positionnement de notre
établissement en
consolidant les
activités existantes
par de nouvelles,
qui répondront aux
besoins des Yve- soins de suite et réadaptation) a été créé
lines et de l’Ile-de- dans les années 1960, et l’Institut MarcelFrance », précise Rivière, pôle psychiatrique (adolescents
le Dr Fabien Juan, et adultes), dix ans auparavant. Excludirecteur médi- sivement réservées aux personnels de
Dr Fabien Juan, directeur
cal de l’Institut l’Éducation nationale à leur création, ces
médical de l’Institut
Ma rce l- R iv iè re deux institutions – ouvertes à tous depuis
Marcel-Rivière.
et chef de projet, les années 1990 – seront regroupées en
avant de détailler : « Nous prévoyons un même établissement placé sous une
notamment la mise en place d’un centre gouvernance unique.
de soins de suite et de réadaptation d’addictologie, d’un hôpital de jour territorial Accueil des étudiants
multispécialisé psychiatrique, ainsi que Côté partenaires, on note d’autres étal’ouverture de consultations somatiques. » blissements hospitaliers, mais aussi des
Première mutuelle de santé française, la structures comme le réseau de santé Le
MGEN gère trente-trois établissements Pallium ou l’Institut de promotion de
sanitaires et sociaux
la santé. Sans oublier
dans l’Hexagone, dont
l’ancrage local du pôle
L’Institut de promotion
deux à La Verrière.
formation, enseignede la santé et Le Pallium ment et recherche, qui
Le centre gériatrique
seront partenaires.
Denis-Forestier (médeaccueillera des étucine, soins palliatifs,
diants en médecine de
© C. Lauté
Institutions ouvertes à tous
l’UVSQ et des étudiants de l’Institut de
formation en soins infirmiers.
Forte d’un solide savoir-faire en matière
de culture sanitaire, la MGEN proposera une structure s’inscrivant dans la
politique de l’agence régionale de santé.
« Les spécialistes du Centre national de l’expertise hospitalière ont dressé un état des
lieux des besoins sanitaires gériatriques,
psychiatriques et médico-sociaux sur notre
territoire, et les territoires limitrophes. Une
aide indispensable à la dimension des cinq
pôles et des deux départements mis en place,
et à la structuration de l’établissement, ainsi
qu’à l’élaboration du projet architectural. »
Pôles et départements fonctionneront en
complémentarité pour une offre de soins
plus large et dynamique. ■
Dominique Ciarlo
www.mgen.fr
www.sqy.fr/ips
L E P E T I T Q U E N T I N - n 2 7 2 - f é v r ie r 2 0 1 2
o I 41 I
en bref
société
Devenez
infirmier(ère)
France Alzheimer Yvelines
Une formation gratuite
P
s’épuiser (6 mars de 14 h à 17 h) ; les soutiens
au domicile (13 mars de 14 h à 17 h) ; besoin
et usage des aides techniques dans la vie quotidienne (20 mars de 14 h à 17 h) ; aménagement du logement (27 mars de 14 h à 16 h 30) ;
relations altérées, comment communiquer
(3 avril). Inscriptions – Tél. : 01 34 98 30 40. ■
Un cycle de cinq ateliers
Gérondicap, domaine du Mérantais
En complément, Gérondicap propose un cycle
gratuit de cinq ateliers : accompagner sans
© C. Lauté
our comprendre
la
maladie
d’Alzheimer et mieux
y faire face, l’association France Alzheimer Yvelines propose une formation
gratuite pour les personnes qui accompagnent les malades.
Elle se compose de
six modules de trois
heures : connaître la
maladie d’Alzheimer
et les maladies apparentées ; les aides
possibles (humaines,
sociales, financières et juridiques) ; accompagner le malade au quotidien ; communiquer
avec le malade ; être « l’aidant familial » ;
et l’entrée en institution. Ces modules se
dérouleront les 20 avril, 4 et 18 mai, 1er, 15
et 29 juin. Inscrivez-vous dès à présent (date
limite le 2 mars) – Tél. : 01 30 60 03 63.
415, route de Trappes à Magny-les-Hameaux
www.gerondicap.com
L’Institut de formation
en soins infirmiers (IFSI)
de la Mutuelle générale
de l’Éducation nationale
organise des épreuves
d’admission le 11/04, avec
clôture des inscriptions
au 11/03. Il vous faut être
âgé(e) de 17 ans au moins
le 31/12/2012, sous réserve
de l’obtention du bac, pour
vous inscrire, ou être titulaire
d’un DEAS, d’un DEAP ou
d’un diplôme d’AMP (avec
3 ans d’expérience), ou d’un
JVA – frais d’inscription
87 €. Dossiers disponibles
à l’IFSI, par courrier
(accompagné d’une enveloppe
A4 affranchie à 1,45 € aux
nom et adresse du candidat
– IFSI av. de Montfort,
78320 La Verrière) ou par
courriel ([email protected]). ■
Appel
aux étudiants
Le Pallium
e Pallium, association de promotion des soins
palliatifs à domicile, vous invite à une soirée
théâtre suivie d’un débat. En première partie, vous
assisterez à Meurtre par omission,
pièce écrite par le Dr Jean-Pierre
Klein qui pose la question du
désir de mourir en fin de vie et de
l’attribution à autrui de ce désir sans
que la personne concernée en ait
manifesté la demande.
L’histoire : deux sœurs au chevet de
la troisième, Claire, tombée dans le
coma. Leur père est-il mort de mort
naturelle ? Un secret de famille
insupportable. La respiration, les
gémissements, les mouvements du
corps de Claire scandent le dialogue
I42I
L E P E T I T Q U E N T I N - n 2 7 2 - f é v r ie r 2 0 1 2
o des deux sœurs se rejetant la faute avec une ironie
mordante, entre reproches, justifications malhabiles
et tendresse. En seconde partie, le débat entre la
salle et les actrices portera sur la
question : « A-t-on le droit d’attenter
à la vie d’autrui au prétexte d’alléger
ses souffrances ? » Une soirée de
sensibilisation aux soins palliatifs
et à la question de l’euthanasie qui
s’adresse aussi bien au grand public
qu’aux professionnels de santé. ■
Le 9 février à 20 h 30
Le Scarabée – 7 bis, avenue
du Général-Leclerc à La Verrière
L’Établissement français du
sang organise une collecte
auprès des étudiants et du
personnel de l’UVSQ, du 20
au 22/02, de 12 h à 17 h 30
au bâtiment Vauban (47, bd
Vauban à Guyancourt), et
les 23 et 24/02, de 12 h à
17 h au bâtiment Leclerc
(3, rue de la DivisionLeclerc à Guyancourt). ■
Gratuit – Le Pallium
© DR
L
© C. Lauté
Théâtre & débat
Tél. : 01 30 13 06 33
Dominique Ciarlo
© J.J. Kraemer
société
La jeune Assiya fait ses devoirs sous le regard attentif de David Alves, l’un des deux tuteurs.
Soutien scolaire
Une aide très classe
Un troisième Espace jeunes a ouvert, à Trappes, en novembre dernier. Il accueille les
11-17 ans et propose une aide aux devoirs qui rencontre déjà un grand succès.
E
n ce jeudi soir hivernal, Jérémie,
11 ans, élève de 6 e au collège
Gustave-Courbet, arrive dans
les locaux tout neufs de l’Espace jeunes.
Alors que deux copines, Glaela et Sarah,
discutent dans l’entrée, Melvyn, un
camarade de son âge, est déjà en train
de jouer dans la salle polyvalente équipée
de jeux de société et de fauteuils.
Un lieu plus convivial
Pourtant, après avoir discuté quelques
minutes avec ses copains, c’est vers la
grande salle d’aide aux devoirs qu’il se
dirige. « J’ai été inscrit par ma mère, mais
finalement, j’aime venir ici pour faire mes
devoirs : j’y retrouve des camarades de classe,
et surtout je termine mes exercices bien plus
vite qu’à la maison », explique le collégien.
Comme lui, près d’une trentaine d’adolescents sont inscrits pour l’année à
l’aide aux devoirs. « Ils peuvent bénéficier de deux soirées d’accompagnement par
semaine », précise David Alves, l’un des
deux tuteurs. Ce lieu, plus convivial que
le collège, est apprécié des jeunes comme
des parents : les premiers sont ravis de
disposer d’un endroit où se retrouver,
et les seconds rassurés de voir leurs
enfants encadrés après les cours. Ce soir,
17 jeunes sont attendus pour faire leurs
devoirs. « Nous affichons presque complet »,
se félicite Morgan Guillouët, animateur.
« Après avoir fait les exercices, ils récitent
© J.J. Kraemer
Des loisirs toute l’année
Atelier manga, hip-hop, cinéma, robotique, cuisine, loisirs
créatifs, jeux vidéo, organisation de soirées à thèmes… L’Espace
jeunes propose de nombreuses activités tout au long de l’année.
Le lieu reste ouvert une semaine au cours des vacances scolaires
et propose aussi des sorties et des activités : Koh Lantrappes
(défis sportifs), équitation, improvisation théâtrale, fitness…
Une semaine « Révise ton brevet » sera au programme des
vacances de printemps (participation : 8 € la semaine). ■
leurs leçons. Nous les rassemblons par classe,
ce qui leur permet de travailler en groupe et
d’avoir plus d’autonomie », ajoute David.
Discipline et suivi des ados
Malgré une ambiance détendue, les
tuteurs ne transigent ni sur la discipline
ni sur le suivi : en cas d’absence de l’adolescent – chacun doit signer un registre
à son arrivée dans les locaux – ou de
cahier de textes étrangement vide, les
parents sont immédiatement avertis par
un appel téléphonique. Mais le système
fonctionne : les enfants apportent leurs
bonnes notes à leurs tuteurs avec fierté
et sont ravis de profiter d’un espace de
détente pour décompresser après la journée de cours, une fois leurs devoirs finis. ■
Marion Gorisse
Espace jeunes Anatole-France – 34, rue HectorBerlioz, à Trappes – gratuit – de 16 h à 19 h
les mardis, jeudis et vendredis ; de 13 h à 19 h
les mercredis et de 14 h à 19 h les samedis
Tél. : 01 30 51 05 04 – www.trappes-en-yvelines.fr
Aide aux devoirs : de 16 h à 19 h les lundis, mardis,
jeudis et vendredis – participation à l’année en
fonction des revenus des parents (de 4,5 € à 45 €)
L E P E T I T Q U E N T I N - n 2 7 2 - f é v r ie r 2 0 1 2
o I43I
mémoire vive
2012 : 40 ans du territoire [2/12]
Changer la vie en change
Avec une ville où tout est à construire – logements, commerces, écoles, stades, gymnases,
Terrain d’expérimentations architecturales et urbaines de tout premier plan, les quartiers
Les idéaux d'une époque
Un centre
novateur
Le Versailles du peuple
Le quartier du Centre s’est construit
en trois étapes : les abords de
la gare dans les années 1970, le
centre-ville dans les années 1980,
et enfin les équipements culturels
(Théâtre et médiathèque) dans les
années 1990. Contrairement aux
villes nouvelles d’Évry et de Cergy,
Saint-Quentin-en-Yvelines a fondé
son centre en dernier. Plus de quinze
années de négociations entre élus
et aménageurs ont été nécessaires
avant son inauguration, en 1987.
Unique en son genre, un centre
commercial révolutionne l’urbanisme
en s’enracinant dans une série de
rues piétonnes et de galeries, pour
partie enterrées. Une manière de
reconstituer un « morceau de
ville » avec 120 boutiques
et 580 logements.
I44I
L E P E T I T Q U E N T I N - n 2 7 2 - f é v r ie r 2 0 1 2
o Pièce maîtresse du tout nouveau quartier
des 7-Mares, c’est au Prisme, d’abord appelé
Maison pour tous, que les pionniers venaient
se rencontrer et s’initier à tous les arts.
Créées au lendemain de Mai-68, les villes
nouvelles portent en elles les idéaux d’une
époque où l’on pensait changer la vie en
changeant la ville. Fini les tours des grands
ensembles, les aménageurs expérimentent
de nouvelles formes d’urbanisme qui
mélangent logements – individuels et
collectifs – et lieux de vie : commerces,
administration, culture, etc. Le quartier
des 7-Mares à Élancourt, en 1975, reflète
cette innovation. Construit sur une dalle
de 20 000 m2, qui exclut la voiture, et avec
son architecture contemporaine, il est
devenu la vitrine de la ville nouvelle. « On
s’est beaucoup amusé avec les formes, les
couleurs… C’était le “miracle du béton” : on
pouvait tout inventer », expliquait Martine
Deslandes, architecte de
l’ensemble avec son
mari Philippe.
Des maisons avec des toits traditionnels, des
rues, des places : la voiture se refait une place
dans la ville. Là encore, la mixité est de mise :
maisons individuelles et petits immeubles
collectifs cohabitent selon la règle des trois
tiers – accession à la propriété, logement
social et logement aidé. Une période marquée
aussi par la construction du Centre (lire
l’encadré) et par les Arcades du Lac (1981),
une opération monumentale inspirée des
grands châteaux pour bâtir des logements
à vocation sociale. Signées par l’architecte
Ricardo Bofill, les Arcades du Lac seront
surnommées « le Versailles du peuple ».
© C. Lauté
© M. Lemoine
© S. Blondeau
Le plus grand chantier d’Europe,
avec son armée de grues et ses
1 500 ouvriers, devient la place
Georges-Pompidou en 1987 : véritable
symbole du centre de la ville nouvelle.
Les Arcades du Lac
révolutionnent le
logement collectif et
social grâce à Ricardo
Bofill, qui marie
formes historiques et
matériaux modernes
pour « magnifier
le quotidien ».
mémoire vive
ant la ville
théâtre –, Saint-Quentin-en-Yvelines a été assemblé comme un Lego géant. sont sortis de terre avec une préoccupation centrale : la mixité sociale.
Inventer de nouvelles
formes urbaines
La Maison de la communication, à droite, et
La Perspective de Marta Pan, au premier plan,
témoignent des innovations sur tous les fronts.
Novateur, l’urbanisme saint-quentinois
est plein d’audace, et de grands noms de
l’architecture y posent leur empreinte.
De nombreux équipements de facture
contemporaine sortent de terre : le
Théâtre, la Maison de la communication,
l’université (collège Vauban)… Le parc
central s’achève avec les créations
d’artistes de renommée internationale
comme Carré urbain de Dani Karavan
(1990) et La Perspective de Marta Pan
(1998). Attirées par la modernité
du territoire, les entreprises
conçoivent de gigantesques
constructions paysagères : Challenger (le
siège de Bouygues), EADS, le Technocentre
Renault… Juste en face se construit le
quartier de Villaroy, à Guyancourt, un
quartier néo-haussmannien
qui associe architecture
de renom, art public
– avec le jardin
des Gogottes –
et paysage.
Après l’Établissement public
d’aménagement, c’est dorénavant à
la communauté d’agglomération de
Saint-Quentin-en-Yvelines (Casqy), à
partir de 2004, d’aménager une ville
qui, en quarante ans, est passée de
25 000 habitants à près de 150 000 !
Avec un mot d’ordre : poursuivre le
développement urbain de manière durable
et équilibrée. La Casqy encourage la
construction de bâtiments économes en
énergie autour d’une offre de logement
diversifiée, tout en favorisant la mixité
sociale dans un cadre de vie respectueux
de l’environnement. De grands projets,
sous forme de zones d’aménagement
concerté, voient bientôt le jour comme
l’Aérostat à Trappes, La Remise à Voisinsle-Bretonneux ou Les Réaux à Élancourt.
Le quartier de l’Aérostat, à Trappes,
propose une offre de logements diversifiée.
Cette série est réalisée en collaboration avec
le Musée de la ville de Saint-Quentin-en-Yvelines
Tél. : 01 34 52 28 80 – www.museedelaville.sqy.fr
© J.J. Kraemer
© S. Joubert
Un développement
durable et équilibré
Architecte urbaniste, Yves Draussin est
l’un des concepteurs du quartier Centre.
Il en garde un souvenir ému, conscient
d’avoir partagé une aventure unique.
© J.J. Kraemer
Art, architecture
et paysage
« Il s’agissait d’inventer de nouvelles formes
urbaines pour intégrer logements, commerces,
bureaux et équipements : le champ des possibles
était infini et le chantier gigantesque. Si le centre
avait été construit sur dalle surélevée, comme
aux abords de la gare, il aurait fallu 32 escalators
pour y accéder, l’avenue du Centre aurait traversé
un tunnel de 120 m de longueur et de 6 m de
hauteur, et la place Charles-de-Gaulle serait
devenue un échangeur ! La conception du centre
fut une grande bataille, car elle symbolisait le
rapport de force entre les élus (opposés à l’idée
d’un centre unique) et les aménageurs (adeptes
d’un centre à l’échelle du territoire). Celle du
centre commercial fut une prouesse urbanistique
sans précédent : 6 ha d’aménagements
souterrains. L’idée d’un hypermarché enterré
et de boutiques à l’air libre n’a pas été
facile à faire admettre. Pour convaincre les
promoteurs, nous évoquions Le Meilleur des
mondes d’Aldous Huxley en leur demandant
s’ils souhaitaient un monde hyperprotégé ou
ouvert sur la ville. Pas facile de faire oublier la
classique “boîte à chaussures” type Vélizy 2. »
Yves Draussin vient d’écrire Saint-Quentinen-Yvelines, le centre-ville de 1973 à 2003 :
une épopée urbaine, préfacé par Roland
Nadaus. L’ouvrage sera édité prochainement.
Élisabeth Charle
L E P E T I T Q U E N T I N - n 2 7 2 - f é v r ie r 2 0 1 2
o I45I
Tribune libre
Chaque mois, Le Petit Quentin donne la parole aux groupes politiques constitués au sein de la communauté
d’agglomération : Divers droite, Parti communiste et apparentés, Parti socialiste et apparentés.
Divers droite
Parti communiste
et apparentés
n ce début d’année, la note souveraine
de la France se fragilise, résultante inéluctable d’une crise financière de l’euro
qui dure et d’une dette due aux déficits qui
perdurent depuis 1974. Mais cette dérive de
la finance publique ne peut être dissociée du
mode de financement et de fonctionnement
des collectivités locales. Même si la loi a fait
d’elles de bons élèves, leur proscrivant la
possibilité d’établir des budgets déficitaires,
celles-ci sont encore trop dépendantes des
dotations d’État. Pour certaines, elles ont
accumulé une dette colossale, qui dans ces
périodes de crise lorsque les recettes deviennent moins dynamiques, passent du simple
handicap au fardeau insupportable.
Et il faut bien dire que la Casqy n’échappe
malheureusement pas à ce cas de figure.
Après il est vrai des décennies d’aménagement et de construction d’équipements
publics, nous devons aujourd’hui faire face
à une importante dette et si Saint-Quentinen-Yvelines est la plus réussie des villes nouvelles, c’est aussi celle ayant le plus important
taux d’endettement de France.
Aujourd’hui nous peinons à faire face à nos
besoins d’investissements, pourtant essentiels pour garantir le dynamisme et l’attractivité de notre territoire.
Cependant, malgré ce contexte, nous ne
sommes pas sans ressource, avec un produit
intérieur brut (PIB) de 73 312 euros par habitant. Nous nous plaçons sur la seconde marche
du podium national des grandes villes de
France, mais notre époque réclame que nous
adossions à ces importantes ressources économiques, une plus grande rigueur de gestion.
À l’heure où nous recherchons tous une plus
grande rationalisation de nos dépenses, où
l’État s’attaque par la réforme au mille-feuille
administratif qui consiste à ce que tout le
monde fasse tout, au risque que dans certains
secteurs plus personne ne fasse rien. Chaque
maillon de notre organisation territoriale doit
se recentrer sur ses propres missions et compétences. Non pas pour moins de service public,
mais pour mieux servir le public.
Avec un budget « culture » supérieur aux
charges d’intérêts annuels de notre dette
(13,5 millions d’euros), nous persistons à penser qu’il est temps pour la Casqy de se concentrer sur les compétences que nous lui avons
déléguées : aménagement, circulation, transports… et d’abandonner ses dépenses indues.
Et que l’on ne vienne pas nous expliquer, à
nous autres incultes, que toute communauté
digne de ce nom se doit de reposer sur un socle
culturel. Aucune de nos villes n’a jamais
attendu qui que ce soit pour développer sa
propre politique culturelle. ■
e Parisien publiait en janvier un
dossier sur les PPP (Partenariats
publics-privés) qu’il compare à
une bombe à retardement, tandis qu’un
ancien président de la commission des
finances du Sénat s’inquiète à leur propos
d’une « fuite en avant qu’on ne pourrait
plus contrôler ».
Dans un PPP, le partenaire privé construit
un équipement de service public et en
assure un temps donné la gestion en
échange d’un loyer. D’origine anglosaxonne, introduit en France en 2002
pour la construction de prisons et de gendarmeries, le PPP a été généralisé par une
loi de 2008.
Le dossier du Parisien montre qu’il permet
de s’affranchir des règles de l’investissement public : pas de cahier des charges,
pas de jury de concours d’urbanisme
ou d’architecture. Le partenaire privé
cherche à imposer dans la négociation
des éléments de rentabilisation annexes
qui n’ont plus grand-chose à voir avec
l’exercice d’un service public, tandis que
le loyer lui permet de s’en sortir dans tous
les cas. En quelque sorte : le profit est pour
le partenaire privé, les pertes sont pour
le partenaire public. Seule apparence
d’avantage pour la collectivité publique :
la dépense ne s’affiche ni dans le budget d’investissement pour les exercices
concernés ni dans la dette.
Le chercheur en finances sollicité par le
journaliste qualifie cela de « dette masquée ». D’où la tentation chez certains
élus locaux, même issus de formations
qui ont voté contre le texte législatif, d’y
recourir, au motif affiché – très inexact
donc – que « cela ne nous coûte rien ». Il
en va ainsi à Saint-Quentin-en-Yvelines
du futur vélodrome. Il est question maintenant d’un montage de type comparable
pour un aménagement par ailleurs bien
discutable de la colline d’Élancourt.
Nous disons : arrêtons les dégâts ! ■
E
L
L
Parti socialiste
et apparentés
a crise financière et le gouvernement ont mis la France et les
Français dans une spirale infernale que nous pourrions résumer par :
plan de rigueur, récession, diminution
de l’investissement, chômage, et re-plan
de rigueur, récession… Le gouvernement
semble en incapacité de sortir de cette
machine infernale.
Alors que face à cette situation il y a
d’autres solutions, et les difficultés économiques ne sont pas inéluctables, le
gouvernement devrait bien s’inspirer de
ce qui est fait à Saint-Quentin-en-Yvelines
depuis maintenant quarante ans.
À Saint-Quentin-en-Yvelines, nous
avons su mener une politique responsable et équilibrée, capable de répondre
à la fois à la crise économique et sociale,
avec comme maîtres mots la solidarité
et la justice ; faisant de Saint-Quentinen-Yvelines la deuxième agglomération
de France, après Paris, en production
de richesse.
Bien entendu la crise ne nous épargne
pas, et les ponctions de plus en plus
importantes que l’État fait dans les
finances des collectivités locales nous
privent d’une partie importante de nos
capacités à investir durablement pour
l’avenir. Priver les collectivités locales des
moyens de leur croissance pour financer
ses propres déficits tout en les accusant
de dépenser trop, c’est la stratégie inavouée et cynique de ceux qui nous gouvernent aujourd’hui.
À Saint-Quentin-en-Yvelines nous avons
su, depuis la création de la ville nouvelle,
relever les défis du dynamisme économique et de l’investissement public. Et si
nous investissons moins, nous créerons
alors beaucoup moins de croissance ;
donc de l’emploi, dont notre pays a
tant besoin.
Aujourd’hui ce système est cassé et nous
pouvons nous demander s’il est juste de
mettre, comme nous l’impose le gouvernement, les habitants à contribution. ■
Le petiT quentin n° 272 - février 2012 - courriel : [email protected]
Directeur de la publication : Yves Machebœuf DIRECTRice DE LA RÉDACTION : Catherine Cappelaere RÉDACTrice EN CHEF :
Isabelle Suffit RÉDACTrice EN CHEF KioSQ : Caroline Junqua JOURNALISTE : Vincent Leymonie SECRÉTAire DE RÉDACTION : éric
Karsenty DIRECTEUR ARTISTIQUE et RESPONSABLE DU SERVICE PHOTOS : Stéphane Joubert PHOTOS : Serge Blondeau, Stephane Joubert,
Jean-Julien Kraemer, Christian Lauté RESPONSABLE DE RUBRIQUE : élisabeth Charle (Loisirs) - Tél. : 06 09 84 69 02 ASSISTANTE
DES éditions : Sabine Courant - tél. : 01 39 44 76 10 COUVERTURE : Christian Lauté ICONOGRAPHIE : Jean-Julien Kraemer RÉGIE
PUBLICITAIRE : Andrée Durand-Demeure - Tél. : 01 39 44 81 10 CONCEPTION GRAPHIQUE : Scoop Communication - Tél. : 02 38 63 90 00
IMPRESSION : Vincent imprimeries - Tél. : 02 47 39 39 52 DÉPÔT LÉGAL : n° 8050. ISSN 09830936 n° DE COMMISSION PARITAIRE : 2148
ADEP TIRAGE : 62 000 exemplaires ÉDITEUR : communauté d’agglomération de Saint-Quentin-en-Yvelines - 1, rue Eugène-Hénaff - BP
118 - 78192 TRAPPES Cedex - Tél. : 01 39 44 80 80 - FAX : 01 39 44 82 82 - Un supplément de huit pages, extrait de ce numéro, a été tiré à part à
15 000 exemplaires - www.saint-quentin-en-yvelines.fr
I46I
L E P E T I T Q U E N T I N - n 2 7 2 - f é v r ie r 2 0 1 2
o LE
PROGRAMME
FéVRIER 2012
La télé proche de vous !
L’ACTUALITE
le rendez-vous incontournable de l’actualité de votre région.
du lundi au jeudi à 18h, Wilfried
Richy et ses chroniqueurs reçoivent
ceux qui font l’actualité de la région.
le 7/8 : 18h du lundi au jeudi.www
Redif : 19h, 22h30, 00h00, 7h30, 12h30
l’actu : tous les jours à 20h30 et 22h
Chaque Vendredi, le 7/8 weekend présenté par Catherine Zullato
revient sur les informations de la
semaine et les événements du
week-end
le 7/8 week-end : 15h le vendredi. Redif :
ven., sam. et dim., 18h et 19h
VOS SOIREES
CyCle Comedie
40 ANS de SAiNtQueNtiN-eN-yVeliNeS
lA Route
deS FeStiVAlS
Dim.12 : 17h
Lun.13 : 12h30
Raul
Midon
Plongez dans l’univers de la comédie qu’elle soit tragique, comique ou dramatique !
Une musique à la croisée entre la soul et la pop
Illusions Perdues
(Ernst Lubitsch)
La femme d’un homme d’affaires,
souffrante, rencontre un musicien
au contact duquel elle guérit.
Dim. 15 Jan. : 20h30
Santé
La petite Princesse
(W. Lang)
Une Jeune fille choyée en pension
apprend la mort de son père à la
guerre.
Dim. 22 Jan. : 20h30
Culture
La Joyeuse Suicidée
(W. A. Wellman)
Un journaliste apprend qu’une
femme est proche de la mort suite
à un empoisonnement.
Dim. 29 Jan. : 20h30
Les New-yorkais pratiquent une
musique qualifiée de math-rock,
incroyablement libre et ludique.
Sam. 11 : 20h30, mer. 15 : 17h
Dim. 19 : 17h et Lun. 20 : 12h30
Electrane
Influencé par les Velvet Underground, ce quatuor féminin explore les voix de la pop-rock.
Sam. 18 : 20h30, mer. 22 : 17h
Jeu. 26 : 17h et Ven. 27 : 12h30
Mogwai
Après 15 ans d’existence et 7 albums,
Mogwai est l’un des groupes les plus
influents de la scène post rock.
Ven. 21h30,
Urbanisme
Sam. et Dim. 14h 16h30,
mer. 21h30
VOS MAGAZINES
mer. 25 : 20h30,Dim. 29 : 17h
...ET AUSSI
ENTr’ACTE
FiL ÉCO
CULTUrE
> PRiNCiPAleS diFFuSioNS
12h15 (sam),
20h et 22h15 (mer, jeu, ven)
ÉCONOMiE
> PRiNCiPAleS diFFuSioNS
18h30 (dim.), 20h (mar.),
20h15 (mer.)
CHECK-UP
EQUiLiBrES
SANTÉ
> PRiNCiPAleS diFFuSioNS
20h (dim-lun), 23h45 (mar),
13h45 (jeu), 20h15 (ven),
8h30 (sam)
Battle
TVFIL78 vous propose de
revenir sur l’histoire de
Saint-Quentin-en-yvelines à l’occasion de ses
40 ans.
Patrice Carmouze reviendra sur les grands événements passés et à venir, reportages à l’appui, en
présence des principaux
acteurs du territoire.
Au total, 12 thématiques
seront abordées : sport,
culture, emploi, urbanisme,
santé, innovation...
l’Emission qui parle
aux franciliens
P.A.F c’est le nouveau rendezvous politique pour tous les
Franciliens.
Une émission créée par Telif et
6 chaînes locales franciliennes,
durant laquelle P. Carmouze,
O. Zanetta et P. Arditti rencontrent une personnalité politique
de premier plan.
ENvirONNEMENT
> PRiNCiPAleS diFFuSioNS
20h15 (sam., mar., jeu.),
18h45 (dim.), 12h (mer.),
13h45 (ven.)
Ven. 19h, Sam. 22h30 Dim. 19h, 22h30
BiEN vivrE à
Si ON PArLAiT
> PRiNCiPAleS diFFuSioNS
22h15 (sam, dim, lun, mar),
21h (mer),
12h15 (dim, lun, mar)
> PRiNCiPAleS diFFuSioNS
13h30 (du lun. au dim.),
20h45 (du lun. au sam.),
12h00 (sam. et dim.)
20h00 (le sam.)
Canal 214
KiOSQ’
UvSQ & vOUS
Canal 341 Canaux 8, 97, 27 Canal 404
Saint-Quentin-en-YvelineS
le cahier du Petit Quentin
CULTUrE
Ce mois-ci : Declic Théâtre et
Tata Milouda
> PRiNCiPAleS diFFuSioNS
Après chaque «Bien Vivre»
> PRiNCiPAleS diFFuSioNS
18h (sam,dim),
20h15 (lun),
21h (ven,mar)
Canal 218
Canal 373
WWW.TVFIL78.COM
Contacts : [email protected] /
[email protected]
Sans titre-1 1
12/05/2011 17:35:19
Pour toutes vos insertions
publicitaires, contactez :
Le mensuel des Saint-Quentinois
62 000 exemplaires
distribués dans tous les foyers
et lieux publics
Tél. : 01 39 44 81 10 – Fax : 01 30 57 12 64
courriel : [email protected]

Documents pareils

Télécharger - SQY entreprises.com

Télécharger - SQY entreprises.com 17 En bref Maison de l’entreprise, Forum jobs d’été…

Plus en détail