L`assurancemaladie investit 23 millions pour construire un

Commentaires

Transcription

L`assurancemaladie investit 23 millions pour construire un
4 | SAMEDI 25 JANVIER 2014 | LE DAUPHINÉ LIBÉRÉ
VOTRE RÉGION
BRIANÇON | Le centre médical “Rhône Azur”, spécialisé dans les soins de suite et de réadaptation, va être transféré sur le site du centre hospitalier
L’assurance­maladie investit 23 millions
pour construire un établissement de soins
C’
est un page de l’his­
toire briançonnaise
qui se tourne. Le cen­
tre médical “Rhône Azur”,
ouvert en 1957 pour soigner
les tuberculeux, va fermer.
Devenu obsolète, l’ancien
sanatorium va même être
mis en vente. Car c’est un
pan du patrimoine local qui
s’effrite…
Pour autant, l’engage­
ment de l’Ugecam­Paca,
opérateur de santé de l’as­
surance­maladie, n’est pas
caduc dans le Briançonnais.
Bien au contraire. Un inves­
tissement de 23 millions
d’euros est programmé
pour rebâtir le centre médi­
cal “Rhône Azur”, en con­
trebas du centre hospitalier
des Escartons. Le permis de
construire a été délivré par
la mairie de Briançon le
23 décembre 2013. Les tra­
vaux vont démarrer en
mars 2014. La livraison est
espérée entre fin 2015 et
début 2016.
Comme précédemment, le
centre médical “Rhône
Azur” nouvelle version sera
un établissement de santé
privé d’intérêt collectif à but
non lucratif, spécialisé dans
les soins de suite et de réa­
daptation. Il pourra ac­
cueillir des patients souf­
frant d’affections de l’appa­
reil moteur, du système
nerveux, cardio­vasculai­
res, ou respiratoires. En
hospitalisation et de jour.
« Un tel projet garantit la
proximité des soins et un
parcours de soins adapté
pour les patients. C’est im­
portant dans un territoire de
montagne » souligne Pier­
re­Ange Cervetti, le direc­
teur régional de l’Ugecam.
Améliorer les conditions
de travail et la prise en
charge des patients
Né il y a dix ans, ce projet
s’apprête donc à voir le jour.
Enfin. « Cet investissement
immobilier est vraiment né­
cessaire. L’actuel bâtiment
est vétuste, coûteux à entre­
tenir et peu efficient à cause
d’espaces mal adaptés. Les
conditions de travail ne sont
pas idéales pour les person­
Le nouveau centre médical “Rhône Azur” sera construit en contrebas de l’hôpital, sur des terrains appartenant à l’hôpital. D’une superficie de 5 400 mètres carrés répartis sur six étages, l’établissement de santé devrait se
fondre dans le paysage car il a été demandé à l’architecte marseillais Jean-Michel Battesti de « créer une prolongation de l’hôpital, dans la même veine architecturale », précise Pierre-Ange Cervetti, de l’Ugecam Paca.
nels et les conditions de pri­
ses en charge ne sont pas
confortables pour les pa­
tients. On se dirige à pré­
sent vers un nouvel établis­
sement plus moderne, plus
professionnel, plus techni­
que. Pour “Rhône Azur”,
c’est l’occasion d’aller cher­
cher une patientèle italien­
ne. Pour l’instant, elle est
faible mais on a de bons
espoirs de ce côté­là » com­
mente Jean­Marc Mélis, le
directeur du centre médi­
cal.
Établissement de soins et
de vie, le nouveau “Rhône
Azur” devrait également
engendrer des retombées
économiques dans la vallée
car les 23 millions d’euros
consacrés au chantier se­
ront certainement réinjec­
tés dans le tissu local.
Yoann GAVOILLE
22 000 mètres carrés à vendre
DIMENSIONNEMENT
S
urdimensionné à l’occa­
sion des Jeux olympi­
ques de Turin en 2006, le
centre hospitalier des Es­
cartons à Briançon peine,
depuis, à combler sa dette,
devenue structurelle et
composée d’emprunts toxi­
ques. L’implantation du fu­
tur centre médical “Rhône
Azur” en contrebas de l’hô­
pital pourrait régler une
partie de ces problèmes fi­
nanciers. « Il y a dix ans, le
projet initial devait voir le
jour derrière la maison de
retraite L’Étoile des Nei­
ges : c’était une aberration.
Ce nouveau projet est
beaucoup plus cohérent car
il va permettre de mutuali­
ser des services : c’est un
gage de pérennité pour
l’activité “soins de suite”, et
un gage de sauvegarde des
emplois » analyse le maire
de Briançon Gérard Fromm
(PS) et président du conseil
de surveillance de l’hôpital.
Une synergie logistique,
technique et humaine
La volonté de réaliser des
économies d’échelle en
rapprochant les deux struc­
tures physiquement, via
L’actuel centre médical “Rhône Azur” sera prochainement mis en vente.
Construit en 1957 pour accueillir les tuberculeux, le bâtiment est
devenu obsolète pour des activités médicales et para-médicales.
L’
expert de France Do­
maines est attendu dans
les prochaines semaines à
Briançon. Avec une mission
exceptionnelle : évaluer le
prix d’une vente éventuelle
des 22 000 mètres carrés du
centre médical “Rhône
Azur”, répartis sur neuf éta­
ges et étalés dans un parc
de 25 000 mètres carrés, fa­
ce au Prorel, plein sud.
L’Ugecam Paca, proprié­
taire de l’emprise, souhaite
céder l’ensemble. « Pour le
moment nous n’avons pas
de repreneur… mais nous
n’avons pas fait de publicité
non plus » commente Pier­
re­Ange Cervetti.
Construit en 1957, l’an­
cien sanatorium pouvait ac­
cueillir à l’époque plus de
300 patients, disposait mê­
me d’une scène de théâtre
et d’une salle de cinéma.
« C’est une ville dans la vil­
le. Autrefois, le personnel
habitait sur place. Et les tu­
berculeux ne sortaient pas
de là donc les couloirs ont
été surdimensionnés pour
favoriser la circulation des
malades à l’intérieur de
l’établissement » rappelle
Jean­Marc Mélis, le direc­
teur de “Rhône Azur”.
Entièrement construit en
béton­armé par Jean Prou­
vé, le bâtiment a su résister
aux épreuves du temps.
Même s’il ne correspond
plus aux besoins médicaux
et para­médicaux d’aujour­
d’hui, l’édifice, lui, demeu­
re en relativement bon état.
Avis aux intéressés…
Y.G.
L’INFO EN +
Vers une mutualisation des moyens avec l’hôpital
Constituée de 90 lits en
hospitalisation complète et
de 25 places en
hospitalisation de jour, cette
nouvelle structure aura une
superficie de 5 400 mètres
carrés (contre 22 000
mètres carrés
précédemment !), répartie
sur 6 niveaux.
ÉQUIPEMENTS
De gauche à droite : Jacques Perrin (directeur du centre hospitalier des Escartons), Gérard Fromm (maire
de Briançon et président du conseil de surveillance du centre hospitalier), Jean-Marc Mélis (directeur de
“Rhône Azur”), Pierre-Ange Cervetti (directeur général de l’Ugecam Paca-Corse)
une passerelle, est claire­
ment affichée. « Nous al­
lons travailler en partena­
riat, en synergie logistique,
médicale, technique, hu­
maine » observe Jean­
Marc Mélis, le directeur du
centre médical spécialisé
dans les soins de suite et de
réadaptation.
Une fois les travaux ache­
vés, “Rhône Azur” utilise­
ra, sous la forme d’une loca­
tion, la moitié d’un étage de
l’hôpital et des bureaux
pour les consultations.
« Nous allons aussi parta­
ger les fluides pour réduire
les coûts de fonctionne­
ment. Aussi, la cuisine cen­
trale de l’hôpital s’occupera
de fabriquer tous les repas,
pour les deux structures »
poursuit Jacques Perrin, le
directeur de l’hôpital, dési­
reux de créer « un véritable
pôle de santé des Escar­
tons ».
En 2016, les deux entités
seront alimentées par la
chaufferie­bois, que la mu­
nicipalité entend implanter
au quartier Berwick. « Jus­
qu’à présent, nous sommes
chauffés au fioul. Et ça re­
présente des dépenses im­
portantes. Là aussi nous al­
lons réaliser des écono­
mies » annoncent de
concert Jacques Perrin et
Jean­Marc Mélis.
Concernant les 119 per­
sonnels actuellement en
poste à “Rhône Azur”,
« tout le monde a bien com­
pris l’enjeu de ce rappro­
chement et de cette mutua­
lisation : pérenniser les em­
plois. Il y aura de la
collaboration mais chacun
gardera son statut. De ce
point de vue­là, le dialogue
avec les partenaires so­
ciaux et les représentants
du personnel est bon » as­
sure Jean­Marc Mélis.
Y.G.
Le centre médical sera
équipé de plateaux
techniques (kinésithérapie,
activité physique adaptée,
ergothérapie,
balnéothérapie), de
services généraux (accueil,
administration, logistique,
social), d’un service de
restauration.
PARKING
Le centre médical sera
agrémenté de 120 places
de stationnement. « Donc
ça ne résoudra pas les
problèmes de
stationnement à l’hôpital. Il
faudra trouver d’autres
solutions. Pourquoi pas
installer des navettes
depuis le centre-ville ? »
s’interroge le maire Gérard
Fromm.