L`essence de la Féminité - Jan Renette

Commentaires

Transcription

L`essence de la Féminité - Jan Renette
L’essence de la Féminité
L’alliance de la volupté et de la poésie, du désir et de la pudeur,
Une redécouverte de la féminité originelle et des émotions premières...
Une rencontre avec des femmes comme on les aime,
Une approche sans provocation ni manipulation,
qui vous invitent à une nouvelle sensualité,
à la fois troublante et charnelle, discrète et mesurée.
Open your eyes to discover this beautiful world of “feminity” around you,
Then... close your eyes to smell its delicate perfume !
Photographies & textes de Jan Renette
L’essence de la Féminité
L’essence de la Féminité
Photographies & textes de Jan Renette
A Isa, ma belle
source de mon inspiration.
Il y a quelques années déjà...
L’essence de la Féminité
Jan Renette
Edition : Jan Renette, Artiste Photographe sans Frontières
Création graphique, couverture, photographies et textes : Jan Renette
Droit réservés - photos / textes : © Jan Renette-2011/2012
La reproduction ou l’utilisation des images et textes sont strictement interdites.
Site web: http://j.renette.free.fr
Jan Renette 2012
1
L’essence de la Féminité
Photographies et textes
de Jan Renette
L’alliance de la volupté et de la poésie, du désir et de la pudeur,
Une redécouverte de la féminité originelle et des émotions premières...
Une rencontre avec des femmes comme on les aime,
Une approche sans provocation ni manipulation,
qui vous invitent à une nouvelle sensualité,
à la fois troublante et charnelle, discrète et mesurée.
Open your eyes to discover this beautiful world of “feminity” around you,
Then... close your eyes to smell its delicate perfume !
3
SOMMAIRE
6 Introduction...
8 Ière partie : Voyage dans le temps...
10
- La monte en amazone
14
- Les jardins du château de Versailles - Paris
18
- La Féminité au XIXème, en images stéréoscopiques
22
- Le théâtre d’ombres du Chat Noir, Paris
24
- Jambes et fesses durant des siècles
26
- The Kodak Girls
28
- Les quatre parties du monde soutenant la sphère céleste
30
- Les aviatrices, pas moins femmes
34
- Les Wingwalkers - “Les filles du ciel”
40
II partie :
e
Nouvelle génération de femme...
Vue par les Créateurs
42
- La mode
44
- Mariage “Smart-Dior” & L’aubade à la femme
46
- Paris fait la mode - Collection 2012.
48
- La mode...En Rouge & Noir - Deux visions
52
- Mes cheveux, mon miroir.
56
- Mes chaussures, mon miroir
60
- Mon Breitling, mon miroir
62
- Le Parfum, origines et senteurs
64
- L’Air du Temps - NINA RICCI
66
- De l’Art du Fard
70
- Fashion à l’orientale...Le kimono,
78
- La ceinture
80
- Vin rime avec Féminin
82
- La Femme...à la reconquête de la brasserie
84
IIIe partie - Dessine-moi...
86 - Tes courbes... en Rouge & Noir
92 - Tes Bijoux
94 - La Sensualité
102 - La Beauté
108 - La salle de bain
110 - Ton sourire... joie de vivre
112 - Les cinq sens
Sommaire...
118IVème partie - Beaux-Arts & Féminité...
Architecture, Danse, Musique, Peinture, Poésie et Sculpture
120 - Salle des Illustres - Toulouse
122 - Les fresques d’Akrotiri
124 - Ligne de Myr
126 - Le marin, son bateau - la féminité
128 - Les Chefs-d’oeuvre du sculpteur Jean-Paul Baurens
130 - Mon amour “Vénus de Santorin”
132 - Bouteille à la mer...Où es-tu ?
134 - Cabaret de Broadway
136 - Danse - Musique...Cabaret de Broadway
138 - Peinture - Art of Body Painting
142 - Beaux-Arts & Féminité... Mémoires d’une Geisha
146 - Les Bulles de la Féminité
148 - Proverbes sur la beauté féminine... Le Robert dit...
150Remerciements & Repères...
152Bibliographie sélective & Crédits textes...
154 Commentaires...
5
Introduction...
Introduction
J
e m’appelle Jan Renette, je suis Artiste Photographe.
Hollandais d’origine, je suis installé, depuis déjà 18 ans, sur les côteaux surplombant la ville de Toulouse (France).
C
et ouvrage est le résultat d’un long travail d’harmonisation,
de rapprochement et de fusion entre mes photographies
et des mots, des textes.
Je souhaite vous faire partager les émotions que j’ai ressenties,
l’espace d’un instant, face à un lieu, une personne ou une image…
J’ai sollicité plusieurs artistes (écrivains, photographes, comédiennes), rencontrés au cours de mes pérégrinations, pour la rédaction de la préface.
Ces pistes n’ont pas abouti et alors que je suis en train de me prêter
à ce rôle je réalise combien il m’est difficile de trouver les bons mots
pour vous expliquer mes émotions, mes envies…et tous ces sentiments plus subtilement retranscriptibles dans une vision créative,
comme la photographie.
Récemment, j’ai lu une citation de Boris Vian ; « Cette histoire est
vraie, puisque je l’ai inventée ». Elle m’a fait réfléchir et finalement
me semble aujourd’hui déclinable pour tout artiste, toute œuvre,
pas seulement pour un roman.
Un (artiste) écrivain ou poète n’invente pas les ‘mots’, ils existent
déjà mais il sait les associer pour créer des phrases, une histoire,
un livre et son œuvre devient réelle.
Pour un peintre, c’est la même chose…il mémorise ce qu’il voit,
retranscrit le réel avec sa vision d’artiste qu’elle soit irréaliste, contemporaine... et la peinture qu’il a inventée devient vraie…
Que vous soyez, musicien, sculpteur, comédien, chanteur, couturier, parfumeur, architecte, danseur, coiffeur..., quel que soit votre
domaine artistique, je vous invite à imaginer et compléter cette
partie de la préface.
Pour revenir sur « l’essence de la féminité », je voudrais aussi faire
référence à une citation de Lucien Tendret :
« Pour réaliser le beau, le peintre et le photographe emploient la
gamme des couleurs, le musicien celle des sons, le cuisinier celle
des saveurs, et il est très remarquable de noter qu’il existe sept
couleurs, sept sons, sept saveurs. ».
Dans mon livre, j’ai essayé de relever les ‘sept’ essences de la féminité :
une alliance entre…
- la volupté,
- la poésie,
- le désir, la séduction et la libération de la femme,
- la pudeur,
- la sensualité, l’érotisme dans les formes, courbes, lignes
et le regard,
- la grâce, le charme et l’élégance, mais aussi,
- le fard et les larmes.
J’ai dédié le livre, que vous avez entre vos mains, à une femme
charmante, ‘Isa’, rencontrée il y a environ cinq ans. Elle a été ma
source d’inspiration.
Depuis cinq ans, j’ai pris plusieurs centaines de photographies pour
illustrer ces ‘sept’ essences de la féminité. J’ai aussi sélectionné les
textes qui m’ont inspiré, les commentaires de mes amis… pour
compléter mes photos.
Un photographe ‘n’invente pas une image’, il capture le moment
instantané qui lui a été offert. Je n’ai pas créé cette belle femme, ce
parfum, cette coiffure, cette statue, cette peinture, cette mode…
J’ai seulement mémorisé, sur le capteur de 12mb de mon Nikon
D300, les créations d’autres artistes et je leur rends à tous hommage
à travers mes photographies.
Ma contribution artistique est la composition de mes œuvres dans
ce livre… Composer, c’est réaliser un ensemble harmonieux avec
les différents éléments (photographies & textes)… La composition
s’inspire de ma sensibilité, mon regard sur les sept essences de la
féminité. A travers ce livre j’ai voulu exprimer mes envies, ma
solitude, mes sentiments et ma vision créative sur la thématique
de la ‘féminité’.
Ma touche artistique est très bien résumée par une amie chère :
« ce qui m’a frappé d’abord, c’est cette impression de ta présence, de
ta proximité et ton intimité avec tes images. Comme s’ils étaient
des amis chers »…
Pour moi, un artiste photographe allie l’émotion de l’artiste et la
maîtrise de la technique argentique ou numérique. Je prends de
temps en temps la liberté d’utiliser certains logiciels pour retravailler/combiner des images, prises sur mon capteur pour donner
naissance à une nouvelle image plus performante, plus expressive.
Dans le chapitre « Oser sa féminité…dans la Publicité », j’ai photographié mes modèles, les flacons de parfum, les voitures...pour
alimenter et laisse s’exprimer ma créativité.
Cette histoire “l’essence de la féminité” est vraie, parce que je n’ai
pas inventé les images sources, je les ai utilisées, fusionnées avec
des textes en suivant un fil conducteur. J’ai mis en forme des pages,
et finalement j’ai créé un livre avec une histoire…mon histoire...
Cette œuvre est vraie et unique, je l’ai inventée avec ma sensibilité
d’artiste photographe.
Et maintenant….je vous invite à la découvrir et vous souhaite un
bon voyage…
Open your eyes to discover this beautiful world of « feminity »
around you,... Then…close your eyes to smell its delicate
perfume !
Jan Renette
7
Ière partie...
Voyage
dans le temps...
Double page :
La Mode Illustrée, N° 7 (Avec patrons)
Quarantième Année, dimanche 12 février 1899
Sommaire : Costume d’amazone genre anglais...
9
La monte en amazone
La monte en amazone
Tradition élégante et féminine...
E
lle semblait tombée en désuétude, mais de
nombreuses cavalières renouent aujourd’hui
avec cette technique de monte très particulière, en tenue traditionnelle : veste cintrée / jupe
longue.
La monte en amazone, nécessitant une selle spéciale, exigeait d’être bien assise, pas trop en avant, la
hanche droite reculée pour placer les deux épaules
dans la même ligne, les deux jambes du même côté
du cheval. Une cravache tenue dans la main droite
remplaçait l’action de la jambe droite.
L’ancêtre de la selle d’amazone remonte au XIIème siècle, améliorée au cours des siècles pour aboutir à la
selle que nous connaissons aujourd’hui, une fourche
inférieure augmentant la stabilité de la cavalière.
D’équitation «passive», il devint possible de chasser en amazone, conjuguant féminité et sportivité.
C’est ainsi que la Princesse de Conti ou la Duchesse
de Longueville chassaient le cerf en amazone avec
leurs homologues masculins. Toutefois, les chevaux
étaient choisis pour leur calme et dressés avec soin,
les dames suivant la chasse à allure modérée.
Jusqu’au XXème siècle, presque toutes les femmes
continuèrent de monter en amazone, leurs jupes
longues les empêchant de chevaucher à califourchon sans montrer leurs jambes. L’autre raison de
la monte en amazone pour les femmes, venait de
l’importance accordée à leur virginité. On a considéré pendant longtemps que la monte à califourchon
pouvait provoquer une déchirure de l’hymen...
Page de droite et pages suivantes :
Aujourd’hui, la monte en amazone (qu’on appelle
aussi «monte dans les fourches») dynamisée par de
nombreuses associations de cavalières, revient à la
mode en particulier en Angleterre, en France, mais
aussi en Espagne et en Belgique. Loin d’être un retour en arrière, elle est une autre manière de monter
à cheval, une autre approche de la relation cheval/
cavalier, un moyen d’associer féminité, élégance et
équitation …
10
Emilie Buret sur son cheval
Falcao - un lusitanien
(Escalquens, Haute Garonne)
11
La monte en amazone
1
2
3
Photo 1 :
La mode Illustrée, “Amazones,” 1893
Photo 3 :
Supplément de la mode Illustrée N° 7 1899
Costume d’amazone (genre anglais) avec patrons.
Photo 2 et page de droite :
Château de Bonrepos-Riquet – juin 2009
“400e Anniversaire de Pierre Paul Riquet”
Une animation équestre dans le cadre magnifique du parc, des
terrasses et du château, que cavaliers et spectateurs ont beaucoup
appréciée. Des cavaliers revêtus de longues capes parcouraient les allées
dans l’attente du ballet éblouissant, alliant vitesse et précision, orchestré
par trois amazones en costume traditionnel…
13
Les jardins du château de Versailles - Paris
Bassin de Latone Château de Versailles
Inspiré par Les Métamorphoses
d’Ovide, le bassin de Latone illustre
la légende de la mère d’Apollon et de
Diane protégeant ses enfants contre
les injures des paysans de Lycie, et
demandant à Jupiter de la venger.
Ce qu’il fit en les transformant en
grenouilles et en lézards.
Le groupe central en marbre, sculpté
par les frères Marsy représente
Latone et ses enfants. L’ensemble
se dressait à l’origine, en 1670, sur
un rocher. Il était entouré de six
grenouilles à demi sorties de l’eau,
et vingt-quatre autres disposées
hors du bassin, sur la plate-forme
de gazon. La déesse regardait alors
vers le château. Cet aménagement
fut modifié par Jules HardouinMansart entre 1687 et 1689. Le
rocher fit place à un soubassement
concentrique en marbre et le groupe
de Latone regarde désormais vers le
Grand Canal. Le bassin de Latone
se prolonge par un parterre où sont
placés les deux bassins des lézards.
Ô Versailles, ô bois, ô portiques,
Marbres vivants, berceaux antiques,
Par les dieux et les rois Elysée embelli,
A ton aspect, dans ma pensée,
Comme sur l’herbe aride une fraîche rosée,
Coule un peu de calme et d’oubli.
Paris me semble un autre empire,
Dès que chez toi je vois sourire
Mes pénates secrets couronnés de rameaux,
D’où souvent les monts et les plaines
Vont dirigeant mes pas
aux campagnes prochaines,
Sous de triples cintres d’ormeaux.
(André Chénier)
15
Les jardins du château de Versailles - Paris
“Nymphe allongée sur des coraux et des perles” (1685-1689) - Philippe Magnier
“La Saone” (1685 - 1694) - Jean Baptiste Tuby
Ci-contre :
Double page : Série “Voyages dans le temps, Versailles, le passé”
Roman : ‘L’amour à Versailles’ - Alain Baraton
Les jardins du château de Versailles - Paris
V
oici une visite de Versailles qui ne se trouve dans aucun guide : Louis XV s’y laisse surprendre
dégustant des fraises sur les seins de ses maîtresses. Mme de Maintenon s’y retrouve dans le lit du
confesseur du roi à la faveur d’une chandelle mal éteinte, tandis que le général De Gaulle y demande
pudiquement la main de sa future épouse. Une délicieuse promenade faite d’anecdotes coquines ou cocasses,
des allées aux chambres, des alcôves aux bosquets. A côté de la grande histoire, édifiante, instructive, sérieuse,
la petite histoire de Versailles est savoureuse. C’est elle, intime, pleine de doux soupirs, de secrets charmants,
de fous rires et de quelques larmes, qu’Alain Baraton s’emploie à faire revivre, mêlant des souvenirs personnels
à une documentation précise et souvent inédite.
L
e parterre d’eau situé devant la façade principale du Château la met en valeur. De nombreuses statues de dieux et de
déesses ornent les bords de ces deux grands bassins. Elles représentent respectivement les fleuves et les rivières de
France. Un lieu apaisant où se mêlent nature, raffinement et féminité.
Pour profiter de ce luxe, flânez dans les jardins du château conçus par Le Nôtre. Fontaines, bosquets, topiaires et
sculptures ornent cet immense espace de promenade...
17
La Féminité au XIXème, en images stéréoscopiques
La stéréoscopie est devenue aujourd’hui
une curiosité de musée...
De nombreux appareils de prise de vue ainsi que des visionneuses passionneront
les spécialistes ou les simples curieux. Si vous avez une vue à peu près correcte
des deux yeux, savez-vous que vous pratiquez sans le savoir la vision stéréoscopique ?
D’ingénieux inventeurs cherchaient depuis longtemps à reproduire cette image en relief (qu’on
appelle maintenant 3D) et c’est en 1856 qu’ils y parviennent...
Pour produire cet effet il suffit de photographier le sujet avec un couple d’objectifs écartés d’environ 6,5 cm, comme les yeux humains. On regarde
ensuite les deux images simultanément et... notre cerveau fait le reste. L’impression de relief est bien réelle et, s’il s’agit d’images transparentes,
l’observateur est véritablement transporté dans l’image elle-même.
Ci-contre :
“Four of a kind”... Carré - au poker-
C
e tirage, réalisé au début du XXème siècle et présenté dans un
cadre plus ancien, est un agrandissement de la partie droite
d’un *daguerréotype stéréo colorié. Il représente une main de poker,
constituée de 4 cartes de même rang et d’une autre carte.
* daguerréotype : 1er procédé photographique utilisé commercialement
Double page suivante :
“Souffrir pour être belle...”
C
ette image stéréoscopique *, qui a pour titre “Entre amies ...
tâche difficile”, date de 1902 et illustre la nouvelle silhouette
édouardienne au « wasp-waist corset » - guêpière en français-typique
de la Belle Epoque.
Mais comment lacer son corset ?...
Le laçage de la plupart des corsets classiques se fait dans le dos, partie
du corps difficile à atteindre sans se tordre les bras, et impossible à
voir sans l’artifice d’un miroir.
Se faire aider par une amie était la seule solution qui, en dehors de
la question pratique, pouvait impliquer une relation particulière
avec la personne qui serrait les lacets…
Les corsets, serre-tailles, gaines, guêpières atteignent leur apogée au
XIXème siècle, pour se desserrer dans les années 1960.
Les femmes se doivent alors d’avoir une silhouette en «S» le corset
visant à faire ressortir la poitrine et accentuer la cambrure.
L’expression «taille de guêpe» (wasp-waist) tire son
nom de la similitude entre la silhouette féminine
corsetée mettant en valeur la minceur de la taille
-en contraste avec les hanches larges-, et le corps
segmenté de la guêpe.
Pendant longtemps, les femmes ne portaient
rien sous leurs jupes. La Sainte Eglise très
stricte sur le sujet, leur interdisait le port du
pantalon. La lingerie fermée était rigoureusement réservée aux hommes et la culotte, qui
attire l’œil là où elle ne devrait pas, était l’apanage des prostituées.
En d’autres mots, une fois la barrière de jupons franchie, une nudité
absolue s’offrait aux hommes…
Durant la seconde moitié du XIXème, quelques chutes de cheval ont
démontré l’intérêt du port du pantalon sous les jupes.
Celui-ci devient acceptable, mais se devait néanmoins d’être ouvert
d’une large fente à l’entrejambe. Vers 1900, cette culotte-pantalon
se ferme enfin, pour devenir “petite” quelques années plus tard.
Comme l’expliquent Geneviève Fraisse et Michelle Perrot dans leur
«Histoire des femmes en Occident», cette évolution n’est pas anecdotique ; au XIXème siècle : “La culotte est synonyme de masculinité.
La porter revenait à réclamer des droits égaux à ceux des hommes.”
* Dans la photographie à un seul objectif de prise de vue, Il manque le
relief que, seul, l’œil peut restituer. Aussi, des inventeurs vont recréer
cette vision croisée -la stéréoscopie - qui va permettre aux différents plans
de se détacher. Pour reconstituer le relief à partir de ces deux images, il fallait un appareil proche de celui présenté en haut.
19
La Féminité au XIXème, en images stéréoscopiques
Double page : Image stéréoscopique “N° 5416 - Taking in a difficult reef, dated1902 - The ‘Perfec’ Stereograph”.
21
Les figurines (féminines) permettaient
de créer des ombres pour le théâtre
d’ombres du Chat Noir, un célèbre
cabaret de Montmartre à Paris, fondé
en 1881 par Rodolphe Salis.
23
Jambes et fesses durant des siècles
Jambes et fesses durant des siècles…
En haut : Femme piquée par un serpent, 1847 – Clésinger, Auguste . Aujourd’hui au musée d’Orsay, Paris.
Ce marbre fut, avec “les Romains de la décadence” de Thomas Couture, l’œuvre la plus commentée du Salon de 1847, faisant l’objet d’un double
scandale, artistique et mondain. Pour cette image suggestive d’une femme nue se tordant sous la piqûre d’un serpent symbolique enroulé autour de
son poignet, Clésinger avait réalisé un moulage sur le corps d’Apollonie Sabatier (1822-1890). Muse de Baudelaire, beauté parisienne, celle que ses
amis appelaient “la Présidente” offrit ainsi un succès inespéré à Clésinger.
(Photographie Daguerréotype – procédé découvert en 1835 par Daguerre...)
A gauche : Cartes Postales, début XXème siècle...
Durant des siècles, le cou et la naissance des seins sont les seules parties du corps féminin offertes à la vue des hommes… Ce sont donc les jambes
et les fesses qui cristallisent tous les fantasmes érotiques. Les robes dévoilent les poitrines qui n’ont plus rien à cacher, les fesses sont dissimulées
sous un attirail de paniers déformants. Reste cette cheville que l’on peut apercevoir au hasard d’un mouvement. Lorsque les jupes raccourcissent,
c’est alors le petit morceau de chair laissé nu au-dessus du bas qui ensorcelle tous les hommes…
25
The Kodak Girls
The
Kodak Girls
Vous appuyez sur le bouton,
nous faisons le reste...
L’histoire remarquable de la Kodak Girl, l’une des campagnes de
marketing les plus durables et fructueuses de l’histoire de la publicité...
Page de droite :
E
astman créé le slogan, « you press the button, we do the rest » lors de la présentation de l’appareil photo Kodak en 1888. En moins
d’une année, ce slogan devient l’un des plus connus du public. Plus tard, c’est au tour des chefs de publicité et d’agences spécialisées de
véhiculer les idées d’Eastman, à travers tous les magazines, journaux, affiches et panneaux susceptibles de valoriser la marque Kodak.
Il est amusant de constater que Kodak a presque toujours choisi des femmes comme ambassadrices de son image. Peut-être était-ce une
volonté (délibérée ?) de prouver la simplicité d’utilisation de ses produits...
Ce fut à l’occasion de l’Exposition mondiale de Chicago, en 1893, qu’Eastman fit appel pour la première fois à la “Kodak Girl”, image d’une
femme séduisante tenant le dernier Kodak. Elle apparut tout d’abord sous forme de gravure, puis, avec les perfectionnements des techniques de reproduction dans les journaux et les magazines, comme si elle sortait “tout droit” d’une photo de vacances. Elle donnait l’image
d’une femme ouverte au monde extérieur, incarnant la modernité ; ses tenues, à la dernière mode, étaient destinées à informer et à servir
d’inspiration aux jeunes femmes de l’époque.
Et pas seulement aux femmes... Un article de Cosmopolitan de 1901 cite “L’auteure connaît à titre personnel une demi-douzaine de jeunes
soupirants qui en sont tombés amoureux dès le départ... Jusqu’au dernier des garçons de course, les mâles dans ce bureau ont été mortellement atteints. Il s’agit des mâles célibataires, bien sûr ! “
Tous les étés, la Kodak Girl arborait une nouvelle tenue et présentait un nouveau Kodak ; ce rendez-vous estival dura plus qu’un demi-siècle.
26
Les quatre parties du monde soutenant la sphère céleste
Les quatre parties du monde soutenant la sphère céleste
Par J.B. CARPEAUX, 1827 – 1875
L
e baron Haussmann, Préfet de Paris qui a donné à la ville le visage qu’on lui connait aujourd’hui, commande à Carpeaux en 1867 une fontaine pour les jardins du Luxembourg. Le sculpteur choisit de représenter les quatre parties du monde tournant autour de la sphère céleste.
Les quatre allégories dansent une ronde, mais tournent également sur elles-mêmes.
L’Europe pose à peine les pieds par terre, l’Asie, avec sa longue natte, est presque de dos, l’Afrique est de trois-quarts, l’Amérique, coiffée de
plumes, a le corps de profil et le visage de face. Ce n’est qu’en 1874, un an avant la mort de Carpeaux, que la fontaine, coulée en bronze, est mise
en place. L’enchevêtrement des jambes a beaucoup déplu au public de l’époque. Deux des bustes existent en tant qu’œuvres indépendantes. Carpeaux transforme la Chinoise en Chinois et l’édite en plusieurs matériaux différents. La figure de l’Afrique donne naissance à un buste exposé par
Carpeaux avec l’inscription “Pourquoi naître esclave”. Cette référence à l’abolition de l’esclavage est aussi visible dans la statue : elle porte autour
de la cheville la chaîne brisée de l’esclavage sur laquelle l’Amérique pose son pied… (Musée d’Orsay - Paris)
29
Les aviatrices, pas moins femmes
Voyage dans le temps...
Les Premières Années
de l’Aéronautique...
Les femmes
s’envolent...
Double page :
Le 9 juillet 1908, quelques jours après qu’une suffragette ait lancé des tracts sur la
Chambre des Communes depuis un ballon, Thérèse Peltier devient la première
passagère d’un aéroplane au cours d’un vol en Italie et revendique avec vigueur une
place de premier plan pour les femmes dans l’aviation...
31
Les aviatrices, pas moins femmes
Page de gauche :
La première femme à avoir
piloté un aéroplane...
E
lise Deroche, -dite baronne Raymonde
de Laroche- (artiste lyrique) rencontra, à
Paris, Charles Voisin qui devint son amant et
l’initia au pilotage sur le terrain d’aviation du
camp militaire de Châlons.
Le 22 octobre 1909, elle réussit un vol de
trois cents mètres et devint ainsi la première
femme à avoir piloté un aéroplane ; le
lendemain, elle en parcourut six mille…
Une année après, le 17 mars 1910, à l’âge de
vingt-quatre ans, elle obtint le premier brevet
de pilote délivré à une femme (brevet
numéro 36).
Pendant la seconde grande semaine de
l’aviation de Champagne en juillet 1910 (où
elle fut l’unique participante de l’épreuve
réservée aux dames), elle fut grièvement
blessée, lorsque son aéroplane s’écrasa après
une chute d’une soixantaine de mètres.
Souffrant de multiples fractures, elle dut
être opérée à la clinique rémoise du docteur
Roussel.
Après une longue convalescence, elle
retrouva l’année suivante les terrains
d’aviation et se remit rapidement à
fréquenter les meetings aériens.
Sitôt la guerre terminée, Elise Deroche
se remit à l’aviation et remporta de nombreux records féminins : ceux de la distance
avec trois cent vingt-trois kilomètres et de
l’altitude avec quatre mille huit cents mètres
en juin 1919.
Victime d’un accident aérien à
l’entraînement, elle trouva la mort le 18
juillet 1919 à l’âge de trente-deux ans. Elle
était passagère d’un appareil expérimental de
marque Caudron...
Ci-contre :
E
lles devaient faire preuve
d’imagination et ficelaient leurs jupes...
(magazine “Femina”)
En réalité, au début du
XXème siècle, il était plus
facile aux femmes de devenir
pilote que d’obtenir le droit
de vote.
L’exemple de la dite
“baronne” de Laroche,
première femme à obtenir
une licence de pilote, en
mars 1910, est bientôt suivi
par la Belge Hélène Dutrieu
et l’Américaine Matilde
Moisant.
Ci-contre :
La Belge
HélèneDutrieu.
L
a mode féminine n’était
pas adaptée aux aviatrices, la jupe culotte s’imposa
comme habit de prédilection,
à une époque où les femmes
ne montraient pas leurs
chevilles.
Cet ensemble moderne,
combinaison et casque, leur
permit d’être plus à l’aise
pour piloter.
Après la baronne de Laroche, d’autres
femmes obtinrent une licence de pilotage.
33
Les Wingwalkers - “Les filles du ciel”
Les Wingwalkers - “Les filles du ciel”
S
’il est difficile de traduire le terme “Wingwalker” (wing : aile
et walker : promeneur), il est très aisé de le comprendre, tant
ce qu’il représente est incongru. Le “Wingwalker” est une
personne qui se déplace sur l’aile d’un avion... en vol.
des cascadeurs d’antan et proposent un numéro aérien de wingwalking dans les grands meetings européens. Les avions sont des
antiques Boeing Stearman, biplans des années 1930, qui assuraient
déjà le spectacle il y a 70 ans.
Tout a commencé aux Etats Unis et en Europe dans les années 1920,
avec le développement de l’aviation populaire. Les anciens pilotes et
mécaniciens de la 1ère guerre mondiale se sont pris au jeu (avec les
avions provenant des surplus de guerre) et ont inventé la cascade
aérienne, beaucoup plus extrême que la voltige académique. Les
cascadeurs se sont lancés des défis de plus en plus fous dans le cadre
de spectacles aériens.
En revanche, pour séduire le
public et attirer des sponsors,
les wingwalkers sont désormais
de jolies jeunes filles, sportives et
téméraires. Après avoir été
soutenue par une marque de
margarine, l’équipe a porté les
couleurs d’une marque de cosmétiques et elle est aujourd’hui
financée par un fabricant de
montres de luxe.
La crise de 1929, la Seconde Guerre mondiale, le durcissement de
la règlementation et surtout la banalisation de l’aviation auprès du
public ont finalement eu raison de ces “Jeux du Cirque” modernes.
L’activité des “wingwalkers” est progressivement tombée en désuétude
malgré le remplacement progressif des hommes par des femmes
wingwalkers. Mais cette ultime touche de glamour n’a pas été suffisante pour sauver une profession qui a presque totalement disparu.
Si quelques numéros aériens restent encore aujourd’hui populaires
aux USA, la vieille Europe n’a pas réellement développé le côté ludique
de l’aviation, activité essentiellement orientée vers la performance,
à l’exception toutefois de l’Angleterre...
Depuis près de 30 ans, les “Aerosuperbatics” entretiennent l’héritage
Le spectacle, proposé réellement
attractif, dure de 12 à 20 minutes, en fonction des conditions
météo et du nombre d’avions (de 1 à 3, voire jusqu’à 5 lorsque le
budget le permet).
Cerise sur le gâteau, pour les amateurs de sensations fortes,
Aerosuperbatics propose même des vols d’initiation au wing walking.
Il suffit de s’inscrire sur leur site Internet, de prendre rendez-vous
en Angleterre, et... d’oser monter sur l’aile quelques minutes avant
le décollage...
Moi, je n’ai pas été jusque-là... Je me suis contenté de photographier les charmantes demoiselles Danielle et Stella “les wingwalkers” à l’occasion de leur meeting à Biscarrosse en mai 2010.
Je vous souhaite un bon voyage dans le ciel.
Jan Renette, mai 2010
34
Cette patrouille acrobatique venue de GrandeBretagne a pour particularité de porter sur les
ailes de leurs biplans, deux demoiselles (Danielle et
Stella) aux talents d’acrobates. Les pilotes les embarquent pour un show époustouflant où le public
retient sa respiration. Les wingwalkers exécutent
des séquences à couper le souffle, tandis que les
pilotes enchaînent les manœuvres de haut vol aux
commande de leurs Boeing Stearman. Le bruit de
leurs moteurs emplit l’atmosphère et les fumigènes
zèbrent le ciel...
Sur cette photo, la formation “en Miroir”, où les
wingwalkers essaient de se tenir la main, un avion
volant à l’envers au-dessus de l’autre...
(Biscarrosse - mai 2010)
Wingwalker - Danielle Hughes
Nom : Danielle Hughes
Surnom : Bird (l’oiseau))
D
anielle rêvait de devenir
wingwalker depuis l’âge de 6
ans, après avoir assisté à son
premier meeting aérien en compagnie
de ses parents. C’est ainsi qu’elle a découvert le spectacle époustouflant des
wingwalkers, si glamours lorsqu’elles
sont en action sur leurs biplans vintages aux couleurs chatoyantes. Impressionnée par la prestation, elle n’a
désormais eu de cesse “de marcher”
elle aussi sur les ailes.
Très active, elle aime surtout relever
des défis et adore particulièrement les
frissons procurés par cette activité.
La réalisation des différentes figures et
leurs enchainements exigent une excellente condition physique. En effet,
les wingwalkers luttent souvent contre
des vents de 200 km/h pendant que
l’avion évolue dans les airs !
«Arabesque» est l’acrobatie préférée de
Danielle, debout sur le cockpit arrière
de l’avion, elle fait face au public qu’elle
salue en agitant les bras ! Cette figure
clôture le spectacle avant qu’elle ne retourne dans l’avion pour l’atterrissage.
Passionnée par de nouveaux challenges, Danielle a récemment obtenu sa
propre licence de pilote ! Son prochain
objectif est de rejoindre la Royal Air
Force et de piloter l’avion de chasse
Typhoon !
Les pilotes de l’équipe redoutent désormais qu’elle ne leur prenne leurs jobs !
A suivre...
36
Wingwalker - Stella Guilding
Nom : Stella Guilding
Surnom : Stealth (la furtive)
L
a passion de Stella pour le
wingwalking a débuté il y a
plusieurs années. Mais c’est
en 2009 qu’elle a eu l’opportunité
d’intégrer l’équipe des Aerosuperbatics et de vivre son rêve. Stella
est le membre le plus récent de
l’équipe.
Elle a toujours eu une passion
pour le vol et les activités qui font
“grimper” l’adrénaline. C’est ce qui
l’a également poussée à la pratique
du parachutisme. Elle dit que la
seule sensation procurée par le vol
en chute libre peut se comparer à
celle d’un spectacle de wingwalking. Ces deux activités l’amènent à
évoluer à des vitesses allant jusqu’à
300 km/h avec des forces G négatives et positives.
Son acrobatie de wingwalking préférée consiste à réaliser la position
de «boucle inversée» sur l’aile. Renversée, tête en bas dans sa nacelle
de wingwalker, elle se trouve en
position du poirier tandis que les
pilotes «bouclent la boucle» dans
une formation qui exerce sur eux
des forces multipliant leur masse
par 4 ! Dans le même temps, Stella
vit l’inverse en force négative ce
qui lui donne la sensation la plus
étonnante qui soit, quand elle est au
sommet de la boucle.
Elle a presque le sentiment de porter l’avion à elle toute seule, là-haut!
Elle adore se donner en spectacle
devant de grandes foules où tout le
monde l’acclame en agitant les bras,
mais après l’atterrissage, elle aime
aussi rencontrer les spectateurs au
sol et signer quelques dédicaces !
Son avion de prédilection est en
2ème position et elle suit les mouvements du wingwalker de tête...
37
Les Wingwalkers - “Les filles du ciel”
Danielle, Stella, David and Martin...Breitling Team Biscarrosse- Mai 2010
38
II partie...
e
N
ouvelle génération de femme...
Vue par les Créateurs
« Fashion is about beauty, creativity, energy, and excitement.
It is not about making models look like shop-window mannequins.
It is about movement and vitality, about capturing a
mood, a look, a shape, or a line...»
(Bruce Smith -Liverpool 2008)
41
La Mode
La Mode...
Mélange de matières et de couleurs,selon
que la femme se veuille sophistiquée,
naturelle, sportive... ou juste féminine,
Son évolution a été marquée par
l’émancipation de la femme.
Soie, satin, coton, lin, cuir, cachemire...
déclinés dans une multitude de teintes,
claires ou foncées, unies ou imprimées.
La beauté échappe aux modes éphémères !
A gauche : Santorin - Théra
43
La Mode
Ci-contre :
Mariage “Smart-Dior”
Un matin d’automne dans
l’île de Beauté, au centre
d’Ajaccio, dans un
abribus...
J’admire Vanessa Paradis
sur une publicité Dior.
Un rayon de soleil perce les
nuages...et d’un coup de
baguette magique Dior se
transforme en ‘miroir
Smart’.
Un mariage ‘commercial’,
entre deux marques
symboles de la féminité,
que je baptise aussitôt
« SmartDior ».
Very Smart indeed !
Page de gauche :
L’aubade à la femme
“Le chant qu’un amoureux
interprète à l’aube sous la
fenêtre de sa dulcinée...”
Est-ce qu’elle doit placer
quelques obstacles sur son
chemin ?
Glamour mais soft, ange et
démon à la fois. L’érotisme
à l’état pur et photographié
par un artiste.
Le naturel de la dentelle
plissée, la pudeur devinée
de ces bras qui semblent
protéger, le smock du jupon qui “mord” la douceur
de la peau du dos..., c’est
exactement ce genre de
photo qui m’émeut.
Même retravaillée, le rendu
naturel reste surprenant !
44
Paris fait la mode - Collection 2012
46
La mode...En Rouge & Noir - Deux visions
Double page :
La Mode... deux visions
O
n mésestime souvent la
haute couture que l’on
pense réservée à une
élite fortunée. Mais l’élégance
est à la portée de toute femme,
sans dépense excessive, si elle
adopte les règles de base de la
mode et s’attache à choisir des
vêtements qui conviennent à
sa personnalité. Simplicité, bon
goût et rigueur sont en effet
les règles fondamentales de
l’élégance.
Apprenez tout d’abord à vous
connaître, à savoir ce qui vous
convient et ce dont vous avez
vraiment besoin. Trouvez
ensuite les couleurs qui vous
flattent et sauront vous mettre
en valeur.
Choisissez des vêtements de
ligne simple et seyante. Et
surtout, prenez-en soin, de
cette attention dépendra votre
élégance.
(Petit Dictionnaire de Christian Dior).
S
’habiller, c’est se préparer à jouer un rôle.
Une femme ne devient
émouvante qu’à partir du
moment où elle triche et où
l’artifice commence à jouer.
Je ne suis pas un couturier,
je suis un artisan, un
fabricant de bonheur.
Yves Saint Laurent (1936 - 2008)
49
La mode...En Rouge & Noir - Deux visions
Double page :
En Rouge & Noir...
Le Rouge...
“Une fille ne peut faire son entrée sans
son rouge”.
Le Noir...
C’est la plus prisée, la plus pratique et la
plus élégante des couleurs.
Couleur, en effet, qui peut se révéler
étonnante.
De toutes les couleurs, elle est la plus
amincissante et, à moins d’avoir mauvaise
mine, elle est la plus flatteuse.
Le noir se porte en toutes occasions
et à tout âge.
La petite robe noire est indispensable à
toute garde-robe.
Je pourrais écrire tout un livre sur le
noir…
(Petit Dictionnaire de Christian Dior)
51
Mes cheveux, mon miroir
Mes cheveux, mon miroir...
Ce que cachent nos cheveux…
On les coupe, on les colore, on les coiffe différemment au fil des étapes de notre vie. Teints en rouge ou sagement nattés, nos
cheveux dévoilent notre personnalité. Jusque dans nos désirs inconscients…
Recherche d’identité chez le coiffeur...
Chez le coiffeur, rien ne doit venir troubler l’échange entre la personne qui coiffe et celle qui vient se faire coiffer. Long face-à-face
qui ne tolère aucun tiers. « J’ai besoin de ce dialogue nu pour trouver la quintessence de la femme. Je lui demande de me parler un
peu d’elle, mais je suis surtout gouvernée par ce que je ressens. Je ne lui “vends” pas une coiffure, encore moins une tendance, mais
une identité...»
Ce travail des profondeurs passe évidemment par une technique qu’il faut parfaitement maîtriser pour pouvoir oublier son
métier. « Quand je coupe, je sculpte, et je ne perds jamais de l’œil ce qu’il y a dans le miroir. Je ne regarde rien d’autre. Ce serait
faux de dire que je décide. Je suis en osmose ; je perçois, j’entends, je deviens canal. »
Le résultat ? Une femme embellie, qui a désimprimé ses préjugés ; une femme “épanouie”... Mes cheveux, Mon miroir !
52
Mes cheveux, mon miroir - journée de la femme
La journée de la femme - 8 mars 2012 - Toulouse…
Q
ui dit “Journée de la femme” dit bonnes résolutions... et peut-être envie de changement. Pourquoi ne pas s’offrir une “nouvelle tête” pour
partir du bon pied ? Pour plaire et se plaire ? Pour s’accorder également un peu de temps.
Changer de coupe de cheveux, c’est tout cela à la fois. ...
54
Les plus timides - ou les plus hésitantes – seront ainsi ravies d’apprendre que le naturel est à l’honneur. Les cheveux bouclés peuvent oublier les
brushings et les cheveux raides s’assumer comme tels. Il faudra toutefois compter avec une exception de taille : les cheveux courts, qui eux misent
sur des coupes ultra structurées ou agrémentées de coques, de banane, d’effet mouillé pour un style résolument connoté années 80.
Concernant la couleur, la tendance joue le quitte ou double. Avec, d’un côté, la consécration du style ‘nude’ : fini le grand écart coloriel, les soins ne
font qu’embellir ou donner de la profondeur à la tonalité naturelle de notre chevelure. De l’autre côté, en revanche, c’est le coup d’éclat assuré avec
des couleurs très assumées dont le meilleur exemple cette saison est le grand retour du blond platine. A décliner en coupe garçonne ou en style
Hollywood pour celles qui n’ont pas froid aux yeux... Voilà, 5 femmes avec leur “nouveau look” devant l’objectif du photographe.
Mes chaussures, mon miroir
Mes chaussures, mon miroir
P
arce qu’elles recouvrent le pied, symbole
de la puissance chez la femme pour
Freud, nos chaussures en disent long sur
notre façon d’avancer dans la vie. Ballerines
ultraplates ou talons hauts ? Entre les deux,
notre corps
balance et notre humeur avec…
Freud...
Pourquoi accorder à cet accessoire une importance telle qu’il finit parfois par dicter le choix
de nos vêtements ? Parce qu’il recouvre le pied,
qui représente le « substitut du ‘sexe masculin’
de la femme », nous explique Freud dans Trois
Essais sur la théorie sexuelle. Autrement dit,
le pied symbolise la puissance de la femme.
En le couvrant, nous le sortons définitivement
de sa fonction organique pour en faire un
objet de désir, signifier aux autres quelle force
nous anime, quelle histoire nous avons envie
de leur raconter. Quand nous pénétrons dans
une boutique, deux grandes préoccupations
nous animent : le confort, qui soulignera notre
démarche, et l’esthétique, qui révélera notre capacité séductrice. Suivant notre humeur, l’une
prend le pas sur l’autre...
Femmes et chaussures...
Femmes et chaussures, c’est toute une histoire.
Nos placards en regorgent : plus de neuf paires
en moyenne selon un sondage en 2008. Elles
fascinent, ont leurs icônes monstrueuses,
risibles, irrésistibles comme Imelda Marcos
ou Céline Dion qui posséderaient plus de
trois mille paires de chaussures de luxe. Elles
reflètent nos états d’âme et les multiples personnalités que nous revêtons au cours d’une
même journée. Camille, ravissante quadra,
avoue choisir ses tenues en fonction de ses
chaussures : « Elles sont essentielles. C’est
d’abord elles que j’ai envie de valoriser. Hier,
mon humeur s’est tournée vers des ballerines
pointues, pour fêter l’arrivée du soleil après
une semaine de grisaille. Et il a fallu que je
déniche le jean idéal et une chemise de lycéenne faussement sage...
56
Mes chaussures, mon miroir
58
Mon Breitling, mon miroir
On peut être très femme tout en étant très Breitling...
U
60
Pour Breitling,
un fabriquant de montres de luxe.
n bel avion, c’est un avion qui vole bien. Un beau bagage, un bagage qui voyage loin. Pour ma montre, je veux aussi le meilleur de deux mondes.
Je veux l’élégance et la performance. Le raffinement et la fiabilité. L’esthétique et la technique. Je veux la beauté du design et l’excellence d’un
mouvement certifié chronomètre. La perfection des finitions et la robustesse à toute épreuve. La classe et l’efficacité.
Tout le portrait de ma Breitling.
Ce slogan témoigne de la volonté de Breitling de se positionner sur un nouveau marché : il vise à infléchir l’opinion courante selon laquelle la marque
est réservée aux hommes.
En fonction d’attribut du sujet, fonction qu’endosse généralement l’adjectif qualificatif féminin, le substantif femme renvoie aux qualités qui sont
doxiquement attribuées aux femmes, qualités dont nous pouvons dresser la liste en mettant en parallèle les deux mondes évoqués dans le rédactionnel :
Monde très Breitling = le meilleur de deux mondes…
- Monde 1, très femme : L’élégance, le raffinement, l’esthétique, la beauté du design, la perfection des finitions et la classe.
- Monde 2, très homme : La performance, la fiabilité, la technique, l’excellence d’un mouvement certifié chronomètre, la robustesse à tout épreuve et l’efficacité.
En associant les univers féminin et masculin, Breitling opère une extension de la catégorie femme qui s’ouvre aux caractéristiques de la catégorie homme.
(Extrait de « Régulation Sociale et Genre » de L. Parini, T.H. Ballmer Cao et S. Durrer.)
Le Parfum, origines et senteurs
Le Parfum, origines et senteurs...
L
e parfum apparaît à l’aube des grandes civilisations, en Egypte, à Sumer, en Chine ou en
Inde. Les origines du mot parfum remonteraient à la plus haute antiquité ; l’étymologie du mot,
du latin perfumum, signifie « à travers la fumée».
Les substances odorantes sont utilisées aussi bien
lors de rites religieux, de rituels ou de sacrements,
que pour les plaisirs (sensualité, séduction) de la
vie quotidienne. Elles apportent un raffinement supplémentaire
en cuisine, leurs vertus trouvent des applications en médecine et
traitements thérapeutiques.
La parfumerie médiévale reste entravée par des moyens techniques
et des produits limités. Au XVème - XVIème siècle, les travaux des botanistes allemands et des ingénieurs vénitiens améliorent l’alambic,
augmentent le nombre des huiles essentielles extraites par distillation
et permettent la naissance de la parfumerie “alcoolique”. L’industrie
de la parfumerie française, née à Grasse au XVIIIème siècle, domine
l’Europe au siècle suivant.
Dans l’univers mystérieux des senteurs, les parfums ont pris des
noms exotiques, souvent liés aux essences principales dont ils sont
issus. On classe ainsi les parfums en sept « familles » : les chyprés,
les fougères, les cuirs, les orientaux ambrés, les hespéridés, les
boisés et les floraux.
Versailles dans ce domaine étaient énormes – bien plus importantes
que celles consacrées à la nourriture – et celles de Joséphine de
Beauharnais font la joie des parfumeurs.
Si, dans les sociétés orientales, le parfum conserve ses valeurs
médicinale, religieuse, ésotérique mais aussi érotique, dans l’Occident
puritain du XIXème et du début du XXème siècle, on tente par contre de
chasser de nos alcôves cette « émanation du diable ». La sensualité
revient avec les «années folles», qui voient la création de grands
classiques comme Chanel n° 5 , Shalimar ou Arpège.
A
ujourd’hui, assujettie aux «effets de mode» - comme le
parfum «androgyne» et les senteurs «ozonales» -, la parfumerie risque de se couper de son histoire. De très grands
parfums ne sont plus commercialisés car jugés démodés. La rose a
aussi presque disparu, alors que le santal est à la hausse…
G
râce à l’alcool (utilisé à partir du XVIème siècle), on peut
utiliser des essences plus fraîches et plus volatiles, des herbes
telles que le romarin, la sauge ou le thym, des fleurs comme
la lavande, ou les hespéridés.
Ainsi sont nées les premières eaux de Cologne, appréciées de
Catherine de Médicis ou de Napoléon Ier. Ces parfums très dilués,
préférés pour se laver aux eaux impures et porteuses des germes des
grandes épidémies servent alors de produits d’hygiène. Napoléon
en utilisait plusieurs litres par jour.
A cette époque, les produits parfumés sont chers et réservés aux
élites. Simon Barbe, parfumeur du Dauphin, écrit en 1699 un
précis qui donne la liste de ceux
qu’un homme bien né se doit
d’utiliser :
“...Il parfumera ses gants, tous
ses accessoires en cuir, ses perruques, ses habits ; il s’enduira de
pommades parfumées, se poudrera et se parfumera ; il boira
des vinaigres et des liqueurs
parfumés, prisera du tabac
parfumé, fera brûler des pastilles
odoriférantes à l’intérieur de sa
maison garnie de pots-pourris,...” etc.
Les dépenses de la cour de
En haut :
Selon Elisabeth de Feydeau «Quand les soldats de Louis XV ont
rapporté pour la première fois l’Eau admirable (son nom d’origine)
de la ville de Cologne (d’où son nom actuel), après la guerre de Sept
Ans, les gens ont commencé à l’utiliser pour ses vertus tonifiantes
et revigorantes». On pouvait s’en frictionner le corps, l’utiliser
pour des ablutions, en mettre dans sa soupe… Certains médecins
la prescrivaient même en injection! Le succès a été incroyable et
d’autres firmes se sont donc lancées dans sa fabrication...
Ci-contre:
Outre Napoléon Bonaparte, Napoléon III et son épouse l’Impératrice
Eugénie en était de grands adeptes. Pour preuve, la récupération
qu’on en a fait par la suite. Le flacon ci-contre date de 1918...
63
Le Parfum... L’Air du Temps de Nina Ricci
I
ndémodable parfum aux colombes… Le premier parfum pour jeunes filles est toujours,
tant d’années après sa naissance, l’un des plus vendus dans le monde...
Histoire de sa création…
A
près la seconde guerre mondiale et les privations, les femmes
aspirent à une féminité empreinte d’insouciance et de
légèreté. Le fils de la créatrice Nina Ricci, Robert, entend
ces revendications et y répond en 1948 par la création d’un parfum
aujourd’hui mythique : l’Air du Temps.
C’est épaulé par le parfumeur Francis Fabron que Robert Ricci se
lance dans l’aventure. Il est le premier à imaginer une fragrance
pure et fraîche dédiée aux jeunes femmes, en rupture totale avec
les senteurs lourdes et capiteuses de l’époque.
La fragrance, le flacon : raisons d’un
succès…
L
e parfum est composé d’un bouquet d’une trentaine
d’ingrédients, avec un accord de bergamote, œillet et rose
épicée.
Francis Fabron utilise pour la première fois dans l’histoire de la
parfumerie le salicylate de benzyle. Ce parfum de synthèse à l’odeur
légère et fleurie met en valeur la note d’œillet et le bouquet floral,
rehaussée par le jasmin et la rose. Le créateur déclare à propos de sa
nouvelle fragrance : “Il faut tenir compte de cette touche mystérieuse
par laquelle un parfum séduit plus qu’un autre : il y a dans L’Air du
Temps un petit miracle qui lui donne sa forte personnalité”. Peutêtre est-ce ce petit miracle qui charmera quelques dizaines d’années
plus tard la Princesse de Galles, Lady Di, fervente admiratrice et
fidèle du parfum, mais aussi Claudia Cardinale...
Une robe aussi raffinée que le sillage...
R
obert Ricci voulait pour son parfum une robe aussi raffinée
que le sillage. Le célèbre flacon aux colombes créé en 1951
est le fruit d’une collaboration étroite entre le créateur et
son ami Marc Lalique. Le symbole des colombes est riche : elles
représentent l’accomplissement amoureux, la douceur et la noblesse.
Des éditions successives ont enrichi au fil du temps le modèle
original, depuis le premier “Flacon Soleil”, sculpté par Jean
Rebull en 1948, jusqu’au “Flacon Monde” créé 50 ans plus
tard. Le flacon incarne depuis sa création le talent et la créativité de la parfumerie traditionnelle française. Son nom, qui
évoque l’intemporalité, contribue à rendre ce parfum indémodable. Près de 60 ans plus tard, les temps ont bien changé, mais
“L’Air du Temps” est toujours sur le devant de la scène ; il se vend
aujourd’hui un flacon toutes les cinq secondes dans le monde.
Pour l’anecdote...
S
on accueil fut très mitigé...et les débuts de l’Air du Temps
furent plutôt difficiles. Le parfum a été boudé pendant deux
ans, la senteur était jugée trop légère par rapport au désir
d’opulence de l’époque...
65
De l’Art du Fard
Double page :
De l’Art du Fard...
Le ‘Fard’, mot masculin dont les origines remontent au
XIIIème siècle, en réalité si féminin…
«Le phare illumine les mers, le fard enlumine les filles»,
disait si joliment Alphonse Allais.
Cette composition destinée à embellir le teint, en
remédiant à ses défauts, se double de la notion de feinte
ou de dissimulation.
«Les femmes ont deux armes terribles à leur
disposition : le fard et les larmes ; fort heureusement
pour les hommes, elles ne peuvent se servir des deux en
même temps»...
Marilyn Monroe savait de quoi elle parlait !
66
Le fard, tout un art
Le fard,
tout un art
Un proverbe dit que l’œil est un arc dont les flèches atteignent
toujours leur cible. En maquillage, l’œil est la partie la plus intéressante à maquiller : on peut lui donner des formes, des couleurs,
une intensité différente en fonction du moment ou de l’occasion.
Comment appliquer ces fards à paupières. Réponses de Miky,
Make Up Artist pour une démonstration live et complète...
En bref...Ombre à paupières nacrée - n° 87 et mates - n°26 et30
Couleur Caramel; Fard à paupières, midnight wish, Lollipops
avec crayon yeux longue tenue, midnight wish. Palette 4 ombres
à Paupières, Et Make up forever & Palette Goddess Bronze Estée
Lauder...
Rouge à lèvres - Invincible Kiss Proof - N°102 Satin Pink…L’Oreal
Le 1er rouge à lèvres « à effet tatouage » à garantir un résultat
«zéro-trace». Invincible Kiss Proof illumine le visage pour
longtemps. Satinées, durablement lumineuses, les couleurs ne
ternissent pas.
Blush Nirvana D’Donna - Un blush en duo élégant pour souligner
les pommettes. Présenté dans une boîte élégante avec pinceau
applicateur. 4 teintes disponibles.
Conseils d’utilisation : Avec un gros pinceau, appliquez le blush
sur les pommettes, en souriant légèrement, puis étirez la couleur
vers le haut. Terminez par une petite touche sur les tempes.
Voilà...Le fard, tout un art !
69
Fashion à l’orientale
F
ashion à l’orientale...
Chinese New Year...
Toulouse, février 2010
“L’année du Tigre”
71
Fashion à l’orientale...Le salut asiatique
Le
t
salu
asiatique... “Nam
a st
72
”
C’est à la fois un signe de bienvenue é
et de remerciement. Tirant ses origines
de l’Inde, ce geste élégant est pratiqué
dans toute l’Asie du sud et consiste à
joindre les paumes des mains à
hauteur du visage, en prononçant
“namasté”. La signification très
spirituelle du mot provient du sanskrit,
‘namah’ + ‘te’ … “je m’incline devant toi”.
Cette marque de respect a pour but de
reconnaître la personne saluée comme
égale, habitée par le divin. Les mains
peuvent aussi être jointes en
dessous du menton, en dessous du nez,
au-dessus de la tête, en fonction de la
considération que l’on souhaite
manifester.
Souvent utilisé dans la pratique du
yoga, ce geste a été adopté par de
nombreuses compagnies aériennes asiatiques, en signe de respect pour
l’accueil des passagers...
Fashion à l’orientale
74
Fashion à l’orientale : l’histoire du Kimono - l’habit japonais
Le “kimono”, littéralement “chose que l’on porte”...
Le Kimono
C
L’Hôumongi
Le Yukata (back)
L’Irotomesode
Le Kurotomesode
omposé des idéogrammes kiru et mono, descendant du
‘kosode’ depuis la fin du XIXème siècle et utilisé autrefois
comme sous-vêtement, il est souvent confondu, à tort, avec
les vêtements d’entraînement des arts martiaux, et désignait plus
globalement l’habit japonais, avant l’introduction des vêtements
occidentaux au Japon ; de nos jours il fait référence à la robe traditionnelle japonaise, en forme de T, portée essentiellement pour
les grandes occasions.
Constitué de rectangles de tissus pliés et cousus mais jamais
recoupés, rectilignes, tombant jusqu’aux pieds ou chevilles
suivant la formalité de l’ensemble et la personne qui le porte.
Sa particularité réside dans les manches très longues, pouvant aller jusqu’au sol pour les kimonos des jeunes femmes
(«furisode»... pour les femmes célibataires). Fermé par une large
ceinture nouée dans le dos appelée «obi», il se porte toujours côté
gauche sur côté droit.
Le choix d’un kimono est important, toute une symbolique liée à
la façon de le porter comporte des messages sociaux très précis.
Une femme le choisit généralement selon son statut marital, son
âge et la formalité de l’événement...
Les Kimonos portés lors des cérémonies officielles sont appelés
«iromuji».
Il en existe plusieurs catégories... :
Hômongi...
Kurotomesode...
Le Susohiki se distingue des kimonos dits “classiques” par sa longueur. Beaucoup plus long, il oblige celle qui le porte à le maintenir
légèrement relevé ou à le laisser en traîne. Il n’est utilisé que par
les geishas et lors de certains spectacles de danses traditionnelles.
Le Kurotomesode de couleur noire, imprimé seulement en-dessous
de la taille, est utilisé par les femmes mariées et les geishas. Dans
les mariages, seules les mères des mariés sont autorisées à le porter.
Furisode...
Le Furisode utilisé par les jeunes femmes célibataires, est revêtu
par les amies des mariés ou utilisé le jour de la fête de la majorité Seijin shiki. Coloré et rehaussé de motifs, le signe distinctif
de ce kimono réside dans la longueur des manches : au moins
1 mètre.
Irotomesode...
L’Irotomesode est porté lors des mariages par les membres de la
famille des mariés. Plutôt sombre, de couleur unie (à l’exclusion
du noir), les motifs l’égayant se trouvent en-dessous du niveau des
hanches.
‘Looking into mirror’ ( Kusakabe Kimbei, vers 1880)
Le Furisode
L’Hômongi, moins formel pour les femmes mariées, est sans nul
doute le vêtement le plus élevé dans la hiérarchie pour les célibataires. De couleurs chatoyantes, il est embelli de dessins répartis
sur l’ensemble du vêtement.
Yukata...
Le Yukata se distingue des autres par la légèreté du tissu et la couleur indigo des motifs, géométriques pour les hommes, floraux
pour les femmes. On l’utilise l’été lors de festivals, chez soi pour
se détendre ou comme peignoir de bain.
Un peu particuliers...
Uchikake...
L’Uchikake est porté par la mariée. Il ressemble plus à un manteau qu’à un kimono et se porte par-dessus le kimono. Souvent de
couleur blanche unie, on en trouve aussi avec des couleurs vives
(souvent dans des tons de rouge).
Susohiki...
Le «kitsuke», art de porter le kimono, faisait
autrefois partie intégrante de la bonne éducation d’une femme.
Bien que cette tradition se perde, dépassée par
l’occidentalisation de la mode, l’enseignement
de cet art se perpétue et les établissements spécialisés prolifèrent.
Preuve que toutes les expressions de la féminité
à travers les âges et les cultures ont encore
de beaux jours devant elles...
Le Yukata
77
La ceinture
P
La ceinture
ortée depuis l’Antiquité, elle a toujours été chargée d’un certain sens
érotique. Longtemps, le mari a accompli le soir des noces le geste
symbolique de dénouer la ceinture de son épouse. Elle marque la
séparation entre le haut et le bas du corps - entre le pur et l’impur.
La ceinture, aujourd’hui accessoire de mode incontournable, donne
la touche finale au look de la femme... mais également de l’homme ; elle
révèle la personnalité.
La ceinture,
Un incontournable accessoire de mode et de féminité ...
78
Suivant les traces de couturiers français tel Hermès, les créateurs italiens
de ceintures sont les héritiers d’une longue tradition de travail du cuir
associant créativité et expérience. Il suffit de s’attarder un peu sur des
marques comme Gucci, Versace, Prada, Dolce & Gabbana et bien d’autres
pour trouver le ‘must’, la ceinture qui s’accordera à merveille avec tous les
styles de tenues.
La ceinture japonaise, le “Obi” (photo du haut) sert à garder le kimono
bien croisé. Détail pratique dans le port du obi : il faut savoir en effet, que
le obi noué très serré juste en dessous de la poitrine, maintient le dos droit
et éventuellement aussi le ventre des femmes enceintes mais au XVIIIème
siècle, il était noué de telle façon qu’il écrasait les tailles pourtant fines des
Japonaises !
Vin rime avec Féminin
Double page:
Vin rime avec Féminin...
Féminalise, le concours :
Des dégustatrices professionnelles et
œnophiles se réunissent une fois par an
pour juger les Vins de France. Elles attribuent la distinction Féminalise Or,
Argent ou Bronze à seulement
1/3 des vins présentés.
De la jambe à la cuisse, en passant par la
robe (le glycérol du vin dépose de belles
courbures sur les parois du verre...un petit
clin d’œil aux rondeurs féminines
de l’époque).
Chaque vin est dégusté par 3 femmes.
Présentées et servies par des sommeliers,
dégustées à l’aveugle, les bouteilles, sont
glissées dans des chaussettes opaques de
couleur pour cacher l’étiquette. Le silence
total, la concentration et l’harmonie qui
règnent sont le gage d’un résultat optimal.
Beaune, 22 avril 2010...
Le concours présidé par Anne Caillon,
actrice, regroupait 453 dégustatrices
pour juger 3116 échantillons de toute la
France et remettre :
289 Médailles d’or
331 Médailles d’argent
387 Médailles de bronze
81
La Femme...à la reconquête de la brasserie
La
Femme
C
à la reconquête de la brasserie...
’est une déesse qui, forte de son amour maternel et par
compassion pour tous ses enfants déchus, donna le talent de
brasseuse aux femmes de l’humanité...
Un lien inaliénable unit la femme et la bière...
«Bien avant les dieux patriarches barbus, il y avait les déesses, les esprits féminins de la naissance et de la fertilité. La Terre mère, il y a vingt
mille ans est la déesse qui donna vie et abondance. Forte de de son amour maternel et de sa compassion pour tous ses enfants déchus, elle
offrit le talent de brasseuse aux femmes de l’humanité. Le vase de la félicité, la gourde du pardon temporaire étaient remplis de bière»... rapporte l’historien Alan D. Eames, baptisé aussi «Indiana Jones de la bière».
Découverte il y a 30 000 ans, la fermentation grainière témoigne de ce lien inaliénable qui unit la femme et la bière ! Ce sont en effet les
femmes qui vont exercer le métier de brasseur jusqu’à la fin du Moyen-Âge. Aimée des hommes depuis la nuit des temps, la bière partage
avec la femme le même atout séducteur : la féminité.
Compagnes fidèles de l’histoire de l’humanité, toutes deux se nourrissent à la même saga teintée d’une attirance commune exercée sur l’homme, victime consentante de leurs avances, du chasseur d’antan à l’homme d’affaires actuel.
Blondes, brunes, rousses, noires, auburns, leurs robes défilent, agitant leurs atouts faits de rondeurs divines, d’immaculées conceptions et
de rosée d’abondance...
83
Dessine-moi...
IIIe partie...
D
essine-moi...
ine-moi…tes c
s
s
e
D
o
84
urbe
s ...
en
R
oug
e&
No
i r , la
Se
e
r
i
r
nsu
u
o
S
alité, l
n
a Beauté, to
x
u
o
j
i
B
s
e
l
,
e
r
v
i
v
e
d
e
i
o
j
de
e la F
d
s
n
e
S
q
ém
l, es cin
inité
.. .
Dessine-moi...Tes courbes en Rouge & Noir
D
essine-moi...
Tes courbes
en Rouge & Noir...
Quand je contemple ton profil
J’ai bien de la chance
De ne point perdre le fil
De tes courbes blanches.
Pourquoi est-ce si difficile
De tenter sa chance
Près de cette gracile fille
Et ses courbes blanches ?
87
Dessine-moi...Tes courbes en Rouge & Noir
La
ligne
courbe
est la ligne
la plus jolie
d’un point à
un autre...
(Mae West)
88
Ton corps me fait penser à un doux paysage où j’aime me promener.
Mes yeux caressent tes montagnes, tes vallées,
Mon souffle fait frémir la forêt de ton jardin secret.
En passant près du ruisseau de ton désir,
Mes lèvres s’y désaltèrent, ma bouche s’y attarde...
Le plus bel endroit de la terre, c’est dans tes yeux que je l’ai découvert...
Ma plus belle randonnée c’est sur ton corps que je l’ai réalisée...
Dessine-moi...Tes courbes en Rouge & Noir
“Lady in Red”
(Chris Deburg)
The lady in red is dancing with me cheek to
cheek
There’s nobody here, it’s just you and me,
it’s whereI wanna be
But I hardly know this beauty by my side
Ill never forget the way you look tonight...
I’ve never seen you looking so gorgeous as
you did tonight
I’ve never seen you shine so bright, you
were amazing
I’ve never seen so many people want to be
there by your side
And when you turned to me and smiled it
took my break away
I have never had such a feeling
Such a feeling of complete and ufter love,
as I do tonight...
91
Dessine-moi...Tes Bijoux
« Les Bijoux »
L
a très-chère était nue, et, connaissant mon cœur,
Elle n’avait gardé que ses bijoux sonores,
Dont le riche attirail lui donnait l’air vainqueur
Qu’ont dans leurs jours heureux les esclaves des Mores.
Quand il jette en dansant son bruit vif et moqueur,
Ce monde rayonnant de métal et de pierre
Me ravit en extase, et j’aime à la fureur
Les choses où le son se mêle à la lumière.
Elle était donc couchée et se laissait aimer,
Et du haut du divan elle souriait d’aise
À mon amour profond et doux comme la mer,
Qui vers elle montait comme vers sa falaise.
Les yeux fixés sur moi comme un tigre dompté,
D’un air vague et rêveur elle essayait des poses,
Et la candeur unie à la lubricité
Donnait un charme neuf à ses métamorphoses ;
Et son bras et sa jambe, et sa cuisse et ses reins,
Polis comme de l’huile, onduleux comme un cygne,
Passaient devant mes yeux clairvoyants et sereins ;
Et son ventre et ses seins, ces grappes de ma vigne,
S’avançaient, plus câlins que les Anges du mal,
Pour troubler le repos où mon âme était mise,
Et pour la déranger du rocher de cristal
Où, calme et solitaire, elle s’était assise.
Je croyais voir unis par un nouveau dessin
Les hanches de l’Antiope au buste d’un imberbe,
Tant sa taille faisait ressortir son bassin.
Sur ce teint fauve et brun le fard était superbe !
Et la lampe s’étant résignée à mourir,
Comme le foyer seul illuminait la chambre,
Chaque fois qu’il poussait un flamboyant soupir,
Il inondait de sang cette peau couleur d’ambre !
Baudelaire - Les Fleurs du Mal (1857)
Les
Bijoux
Les Fleurs du Mal
Charles Baudelaire
(1821-1867)
Le thème de la féminité est présent durant tout le recueil : elle s’y fait tour à tour
sensuelle et envoûtante, figure maternelle et aimante, mais aussi beauté inaccessible, allégorie de l’absolu. Les Fleurs du mal sont divisées en quatre cycles, dont les
premiers s’inspirent de trois de ses maîtresses : on distingue ainsi le cycle de Jeanne
Duval, le cycle d’Apollonie Sabatier, semi-mondaine présentée par Baudelaire comme une madone pure et inaccessible, le cycle de la comédienne Marie D’Aubrun, et
un quatrième cycle consacré à des femmes diverses, réelles ou fictives...
93
Dessine-moi...La Sensualité
D
essine-moi...
“La Sensualité”
Il faut savoir prendre son temps,
ralentir, suivre ses instincts et goûter
la sensualité au quotidien.
C’est l’essence même de la vérité.
(Calvin Klein, Styliste américain)
95
Dessine-moi...La Sensualité
Ci-contre :
Waouh !!!!
Le rouge à lèvres rouge,
c’est très glamour.
J’ai l’impression d’être l’égérie
de l’Oréal pour une
campagne publicitaire,
Je suis touchée
en plein cœur...
Page de droite :
“Le déshabiller du regard
Jeter le trouble dans son esprit
Mettre à l’épreuve son self-control
Et jouer avec le feu”
« Petite leçon de séduction »
97
Dessine-moi...La Sensualité
Un seul être vous manque et tout est dépeuplé,
Un seul être vous manque et tout est dispersé,
Je cherche alors la nuit pour m’échapper du jour,
Qui a mis en lumière ton regard qui me suit,
Je remonte à contre-courant la force du torrent qui m’attire à toi,
Je m’agrippe à tout ce que je peux à défaut de m’agripper à tes bras…
98
Je ne sais pas comment tu fais mais elles sont super belles ces photos ;
je les adore et j’ai du mal à croire qu’il s’agit de moi ; tu es magicien.
Le photographe est un artiste et le modèle est ravissant.
Dessine-moi...La Sensualité
L’envie que je ressens si fort de te serrer dans mes bras,
Je ferai sans,
L’espoir de sentir près de moi ta présence et ta chaleur,
Je ferai sans,
Je fais taire au fond de moi les mots d’amour comme on étouffe une rumeur,
J’oublie l’avenir à contrecœur, le présent je ne fais que l’effleurer.
Le courage que tu me révèles quand les forces m’abandonnent,
Je ferai sans,
Tes appels et ta voix que j’entends, que j’entends constamment,
Je ferai sans,
Même si je m’applique à ne pas ignorer tes raisons, tes arguments,
Ton souvenir à la force d’un coup de poing que je prends en plein dedans.
101
Dessine-moi...La Beauté
D
essine-moi...
“La Beauté”
...des courbes,
de la volupté,
de la douceur...
103
Dessine-moi...La Beauté
“La féminité tel un vitrail”
Translucide & colorée,
Chaude et irisée...
(Marrakech, Maroc 2005)
105
Dessine-moi...La Beauté
-La BeautéChaque tirage
est
une œuvre
à exposer...
(*)
(Marrakech, Maroc 2005)
(*)
Tirages imprimés sur imprimante Epson Stylus
Pro 3800 sur Papier d’art 100% Cotton «Epson Velvet».
Cette combinaison imprimante / papier permet une
conservation optimale des impressions à long terme et
donne le label ‘Digigraphie by Epson’. Les tirages sont
en édition limitée (20 exemplaires max) et sont des
pièces uniques. Le tirage ainsi préparé prend toute sa
valeur et sa raison d’être.
107
Dessine-moi... La salle de bain
Dix idées déco pour une salle de bain nature et féminine…
(Trouvé sur le forum de ‘Lili voulait’...)
J
P
e voudrais me faire une salle de bain boudoir très féminine, mais je n’ai qu’une douche et deux vasques avec bandeaux
lumineux. Merci pour les conseils…
our donner à votre salle de bain un esprit nature et féminin, il suffit de ne choisir que des couleurs et des matériaux
qui rappellent la nature. Il est facile de réaliser une décoration nature pour votre salle de bain,
Voici quelques idées…
108
Dessine-moi...Ton sourire...joie de vivre
Ton sourire plein de joie de vivre
La super puissance de ton sourire
Qui peut modifier la trajectoire de ta vie
Ton sourire si radieux
Si doux
Si optimiste, mêlé d’un peu de nostalgie
Si séduisant, comme un cobra dangereux
Pour moi fakir naïf
Si innocent, si sucré et salé
Si désarmant et vainquant
Ton sourire lumineux d ‘étoile filante
Ton sourire angélique d’une belle sœur
Qui oublie sa beauté sous la Croix
Ton sourire invitant et provocant
Ton sourire romantique plein de joie
de vivre
Ton sourire féminin de femme cultivée
Séduction douce aimante...
(‘Hanoi - Paris’)
111
Dessine-moi...Les cinq sens
Page de droite :
L’ODORAT
Une odeur peut, en une seconde, évoquer en nous une sensation
de déjà vu, de déjà vécu, bien avant que le souvenir lui-même ne
refasse surface. L’odorat est le plus instinctif de nos cinq sens.
Les odeurs dialoguent avec nos émotions enfouies, nos souvenirs
cachés. Ecoutons-les, elles ont des choses à nous dire...
112
Dessine-moi...Les cinq sens
Le GOÛT
L’OUÏE
Avance tes lèvres, dit-elle, mes baisers ont le goût d’un fruit qui se fondrait dans ton cœur...
Le goût est le sens le plus ancré dans le cœur du sujet, le sens le plus sensuel, le plus délicat,
Je ne puis écrire en vers, je ne suis pas poète. Je ne puis distribuer les phrases assez artistement pour leur
Parmi les cinq sens, la vue, l’ouïe et l’odorat connaissent moins d’interdits que
Comme l’amour et l’opium, la musique provoque un plaisir intense et libère la dopamine dans le
le sens le plus viscéral...
114
le toucher et le goût...
faire produire des ombres et des lumières, je ne suis pas peintre. Je ne puis non plus exprimer par des signes
et une pantomime mes sentiments et mes pensées, je ne suis pas danseur. Mais je le puis par les sons : je
suis musicien.” (Wolfgang Amadeus Mozart)...
cerveau...
Dessine-moi...Les cinq sens
La VUE
Jaguar 3.8 Litre - mirror image...
Charme et féminité du design.
Les lignes voluptueuses de Jaguar dégagent
une féminité propre à la marque, des hanches
toujours larges, le rétrécissement de la
lunette arrière et un habile effet miroir…
116
Le TOUCHER
O
n a appelé le toucher « le père de tous les sens » car il a été le premier à se développer dans
l’évolution.
Il est pourtant négligé et dévalorisé par sa nature éminemment « charnelle » qui le rend tabou
en occident.
Le bout des doigts, la paume, explorent la forme, la surface, l’élasticité et la texture… du
monde, du corps. Toucher est infiniment nécessaire et apporte chaleur et plaisir.
IV
ème
B
partie...
eaux-Arts
& Féminité...
Ensemble des arts
traditionnellement reconnus :
Architecture, Danse, Musique,
Peinture, Poésie et Sculpture
119
Peinture... Salle des Illustres-Toulouse
Double page précédente :
Ci-contre :
‘La Couronne de Toulouse’ (1894)
par Edouard Debat-Ponsan
(1847-1913)
‘Toulouse coopérant à la
défense nationale’ (1870)
par Jean-André Rixens
(1846-1925)
A
D
u centre d’une composition en spirale, une jeune femme brune vêtue
de rose symbolise la ville de Toulouse. Accoudée sur le blason de la ville,
elle est entourée des figures allégoriques de
tous les arts, facilement identifiables grâce
à leurs
attributs. En bas à gauche, la Poésie tenant
une lyre, à droite et en remontant vers le
haut, la Tragédie et le masque de théâtre, la
Sculpture, l’Architecture et enfin la
Peinture qui couronne la ville de lauriers
d’or.
Avec les nombreuses commandes pour la
décoration des édifices publics sous la IIIe
République, on assiste à un nouvel essor de
la peinture allégorique ; en effet la décoration monumentale se prête plus facilement
aux figures volantes et aux drapés flottants.
ans un char tiré par
deux lions, la figure
allégorique de la République s’apprête à recevoir
le glaive que lui tend la ville
de Toulouse représentée par
une jeune femme couronnée.
Derrière la République, un
groupe de fantassins armés
symbolise l’armée française.
Au-dessus, la Mort brandit
une épée ensanglantée et un
flambeau dévastateur.
Cette œuvre illustre la
participation de la ville de
Toulouse à la guerre de 1870
face aux Prussiens.
Commandée le 19 février 1892 avec le tableau représentant le Cardinal de
Brienne rendant visite au sculpteur François Lucas, cette œuvre est exposée au
salon des Champs Elysées à Paris en 1894.
Un an après, elle est envoyée à Toulouse
pour être marouflée (*) et placée définitivement dans la salle des Illustres au Capitole.
*toile marouflée : peinture sur toile appliquée sur
une surface (mur, plafond) avec une colle forte.
En haut :
‘La Fontaine de Jouvence’ (1908) par Paul Gervais (1859 - 1936)
A
vec des tonalités acidulées, vives et contrastées, l’artiste Paul Gervais a choisi
de peindre le mythe de la fontaine de Jouvence, symbole d’immortalité, issue
de la mythologie biblique et classique, elle prendrait sa source dans le jardin
d’Eden.
Trois femmes, dont l’une entièrement nue, viennent à la source miraculeuse
retrouver leur jeunesse perdue. La fontaine est surmontée de statues en bronze
représentant Mars et l’Amour.
120
Peinture...Les fresques d’Akrotiri
Double page :
’La fresque des Dames’
Akrotiri – Santorin, Grèce
Caractéristiques de l’art minoen, les
fresques d’Akrotiri datées d’environ
1500 avant Jésus Christ, sont presque
grandeur nature, chacune mesurant
près d’1m10.
Des motifs décoratifs, un ciel étoilé et des
frises en haut et en bas, entourent cette
représentation antique de la féminité.
Les femmes sont vêtues du costume traditionnel, jupes à volants, bijoux et poitrines nues, elles ont de longs cheveux,
les lèvres et les joues peintes.
Les visages sont représentés d’un simple
trait, un peu comme les antilopes des
peintures rupestres, et les frises
s’adaptent de manière très gracieuse au
contour du dos des personnages.
On imagine que ces femmes élégantes
portaient sans doute des offrandes à
une déesse.
Peut-être des crocus...
122
Sculpture... Ligne de Myr
“Ligne de Myr”
Elégance et sensualité les corps s’étirent pour une
interprétation très féminine...
Myr est une jeune artiste sculptrice et
peintre professionnelle, en quête perpétuelle de la sensualité des matières,
des formes et des lignes. C’est avec la
faïence, le grès ou la porcelaine qu’elle
travaille le plus souvent, même si
certaines de ces pièces se transforment en bronze. Elle dévoile les
lignes du corps féminin, elle étire
ces lignes pour créer des sculptures
élégantes, qui valorisent le corps de la
femme. Les détails de dentelle embellissent les silhouettes et expriment
la sensualité envoûtante des courbes.
Sa récente collaboration avec Henri
Espié, photographe, lui a donné
l’opportunité de se mettre elle-même
en scène avec ses sculptures. Un
travail sur le corps et la matière en
jouant avec les textures, les contrastes,
les brillances de ses sculptures. Ce
projet présente un résultat original,
un dialogue entre l’artiste et ses
sculptures ou le corps devient
sculpture et les sculptures deviennent
corps. Regards croisés entre matières
vivantes…
à découvrir dans l’exposition
sculptures et photographies :
«Ligne de Myr».
Double page: “Vénus noir” de Myr
124
Sculpture...Le marin, son bateau - la féminité
3 photos - page de droit :
Souvent, la figure de proue orne un
bateau au nom féminin...
La Marie -Thérèse, construite en 1855 à Toulouse est la
dernière barque du Canal du Midi qui a transporté jusqu’en
1960, des tonneaux de vin entre Toulouse et Sète...
Le Thalassa (mer en grec) - Harlingen - Pays-Bas...
Un trois-mâts barque, rénové en 1995, pour devenir un
voilier de croisière.
Construit sur le modèle d’un voilier traditionnel, il a d’abord
servi comme chalutier avant de couler...
Le Somail...Croisière fluviale sur le canal du Midi ...
je m’appelle Mathilde, vous souvenez-vous de moi ?
La figure de proue...
Trait d’union symbolique entre la terre et l’eau, elle assimile le bateau à un être vivant, un animal, dont la tête
serait la proue, le corps la coque et la queue la poupe.
Elle aidait le marin à exorciser sa peur face aux éléments et a été pendant longtemps presque exclusivement
femme ou sirène, peut-être pour permettre aux matelots de ne pas oublier la plastique féminine lors des longues
périodes passées en mer...
Le plus souvent, la figure de proue ornait un bateau au nom féminin, comme «L’espérance», «La Minerve»…et, aucune femme n’étant admise à bord, elle devenait la seule présence féminine sur le navire !
Dans l’esprit du marin, elle est la mère, la Vierge, l’amante…
Pour les chrétiens, bénie par l’église, elle leur offre le salut de l’âme en cas de naufrage.
Photo du haut :
Le bateau de croisière “Soeverein” dans le port “Bataviastad” à Lelystad, Pays-Bas. La Figure de proue
représente une femme libérant de sa main gauche une tourterelle, qui s’envole.
Symbole pour les marins de “Féminité & Liberté”
Ci-contre:
Le Musée maritime à Oia, Santorin-Grèce. Superbe collection de figures de proue, dont une de 1650.
126
Sculpture...Les Chefs-d’œuvre du sculpteur Jean-Paul Baurens
Double page :
Les Chefs-d’œuvre du sculpteur
Jean-Paul Baurens
(Cordes sur Ciel Tarn)
S
culpteur figuratif, il travaille
le bois et aborde le corps humain : de préférence le corps
de la femme. La féminité, la sensualité, l’érotisme, le sens de la
vie, du mouvement, cohabitent
dans ses œuvres…
Sur le deuxième rempart,
entre la porte de la Jane et
la porte des Ormeaux, la
galerie était autrefois le lieu
où le sculpteur Jean-Paul
Baurens exposait ses dessins
et de grandes sculptures de
bois ou d’argile.
Même si désormais le
bruit du maillet sur l’outil
ne résonne plus dans
ces murs, je n’ai pu me
résoudre à fermer la porte
de la maison, remplie de sa
présence.
La galerie est maintenant un lieu d’exposition
pour des sculpteurs sur bois, des céramistes ou
des
peintres, enfin tout ce, qu’ensemble, nous avons
aimé.
(Source : Anna Baurens).
128
Poésie...Vénus de Santorin
Mon amour “Vénus de Santorin”
U
n long chemin pour te retrouver,
mon cœur, sous la Vénus de Santorin,
Cet endroit magnifique et romantique
Où je t’ai rencontrée la première fois,
Il y a longtemps, mais je m’en souviens comme si c’était hier.
Toi, tu me semblais abandonnée, larmes dans tes yeux
Moi, seul, en manque d’amour, un cœur qui ne vibrait plus…
Nous deux, tables séparées, mais proches l’un de l’autre.
Le rouge/jaune du soleil couchant de Fira, beau, mais nous étions
seuls
Tu avais froid, moi en manque d’amour,
Je me suis approché de toi et t’ai serrée dans mes bras.
La bouteille de Blanquette de Limoux, si elle pouvait parler…
Nous deux, si bien ensemble, le froid et le temps n’existaient plus
Seulement nous deux, toi et moi, si heureux.
J
e t’ai épousée trois mois après, même endroit,
La Vénus de Santorin, le ciel et la Méditerranée
étaient nos témoins naturels…
Nos cœurs vibraient enfin au même rythme !
Nous avions du temps, nous n’étions pas pressés,
et avions le rêve d’avoir des enfants plus tard,
Nous avions soif de découvrir la vie, l’amour, le rêve,
Nous deux ensemble, toi et moi.
A
ujourd’hui, vingt ans plus tard,
Même endroit, même date, même heure,
Même Vénus de Santorin, même bouteille, même soleil,
Mais sans toi, mon amour, tu me manques beaucoup...
Deux roses, bleue et rouge, tes préférées,
dans nos verres, encore vides…
Ton parfum fruité et sensuel,
mélant gingembre et jasmin, me manque.
La carte «faire-part» de notre mariage, envoyée à ma mère
se trouve devant moi, vieillie, mais encore belle,
Souvenirs, souvenirs,
Pourquoi m’as-tu quitté si vite sans me laisser un seul message ?
On était heureux, pleins de vie, pleins de projets.
Je reste ici la nuit, nos deux verres vides,
regardant le reflet du soleil couchant dans la mer,
la lune qui monte et se promène dans le ciel,
les étoiles qui brillent dans le ciel pour nous …
Est-ce que cette nuit tu regardes le même soleil,
la même lune, les mêmes étoiles…
Et ailleurs dans un autre monde, penses-tu encore à moi ?
Si oui, cela me rassure et je me sens heureux.
Cette nuit, vingt ans plus tard…
Je sens encore une fois le goût de tes larmes salées sur ma langue,
Je sens encore tes lèvres, ta bouche qui m’embrassent tendrement,
J’entends encore une fois ta voix frêle, dire « Je t’aime »
Je fais encore une fois l’amour avec toi, en rêve,
Mais comme la première fois, presque comme si c’était hier.
D
emain, je rentre chez moi en France pour t’oublier,
Je dois tourner cette page ‘toi’ de ma vie,
Commencer une autre vie, dans un autre endroit, ailleurs dans le
monde
Autres amis, autre vie, un autre amour, avec enfants peut-être ?
Je dois te quitter pour survivre, adieu ma belle, bon courage dans
ta vie !
131
Poésie...Bouteille à la mer - Où es-tu?
Bouteille
Une
Message de la mer...
Où es-tu ?
P
ar une belle matinée d’automne, je me suis promené le long d’une plage et j’ai trouvé une bouteille,
un flacon cylindrique très classique évoquant les années 60. A l’intérieur se trouvait un parchemin roulé. Quand j’ouvre la bouteille, je sens encore légèrement “la féminité”, mise en bouteille...Une
eau de Cologne fraîche et florale, avec son accord classique de Néroli, petit grain, bergamote, citron, une
note verte galbanum assez marquée, et un cœur aromatique boisé avec des notes de cyprès et de genièvre…
Une escale de Portofino, mythique port de pêche au cadre enchanteur de la riviera italienne ?
Je restais de longues heures assis sur la plage, les pieds dans l’eau et le nez dans les nuages. Je rêvassais en récitant aux
mouettes les phrases que je venais de lire. Et parfois, encore aujourd’hui, en écoutant le vent chanter dans les feuilles
d’automne, il me semble entendre une voix murmurer : “ Où es-tu ?”
Ce soir je pense à toi
mon amour inconnu.
J’attends un signe de toi
sur cette terre où es-tu.
J’attends je ne sais quoi
d’infini, d’absolu
mon amour où es-tu.
Je vois la mer immense
le long des avenues.
Et des bateaux qui dansent
Dans tous mes rêves où es-tu.
J’attends dans le silence
ce bonheur défendu,
mon amour où es-tu ?
Où es-tu
au-delà de quel horizon
Qui es-tu, quel est ton nom
Où te chercher je ne sais plus
Parmi tous les hommes.
Où es-tu
Mais où es-tu dans ce monde
Sur une île que l’azur inonde
Au cœur de la nuit, où es-tu”
(Clémence -extrait de l’album “Bewitching” -2008)
Ce soir je t’imagine
Près de moi étendu
Et puis je te devine presque à moi
Mais où es-tu
Dans le palais d’un roi
Ou au coin de ma rue
Mon amour où es-tu
Je regarde une étoile
qui annonce ta venue
Mon ange, mon idéal
Je tremble un peu où es-tu
Dans une boule de cristal
J’ai vu ton cœur à nu
Mon amour où es-tu ...
133
Danse - Musique...Cabaret de Broadway
CABARET
DE
BROADWAY
Mystérieuse légende
de
Charme & Féminité.
...
Art of Body Painting,
Mémoires d’une Geisha,
Contes & Légendes,
...
135
Danse - Musique...Cabaret de Broadway
136
Peinture...Art of Body Painting
138
Peinture...Art of Body Painting
Avertissement
“Déguisement
Moulin Rouge”
Après le french cancan, le
déguisement “musical de
Broadway” ravira toute la
gente féminine pour se
costumer en femme de
cabaret Parisien
des années 1900...
Le déguisement rouge,
Musical
Noir & Blanc est livré sans
formation à la danse de
cabaret, reste à vous y
inscrire séparément…
La Direction
140
Broadway
Mystérieuse
légende de
charme.
Beaux-Arts & Féminité...Mémoires d’une Geisha
143
Beaux-Arts & Féminité...Mémoires d’une Geisha
J
144
“Geisha...”
e pris un bain de très bonne heure, et passai le reste de
la matinée à m’habiller et à poser les dernières touches
à mon maquillage et les derniers ornements dans ma
coiffure. Cette cire et ce blanc sur ma peau me donnaient
l’impression de ne plus sentir mon visage, même quand
j’appuyais mes doigts dessus…
Puis je me regardai dans le miroir et j’eus une impression
bizarre. La jeune fille agenouillée devant la table de
maquillage et l’étrangère que je voyais dans la glace
n’étaient-elles réellement qu’une seule et même personne ?
Je tendis la main pour toucher cette curieuse jeune femme.
Elle était superbement maquillée, comme une geisha. Le
rouge carminé de ses lèvres tranchait avec son visage blanc.
Ses joues étaient légèrement teintées de rose. Dans ses
cheveux, des fleurs en soie et des épis de riz sauvage. Elle
portait un kimono classique, de couleur bleue. Je sentis mes
yeux s’embuer, je dus lever les yeux vers le plafond pour
empêcher mes larmes de couler...
Les Bulles de la Féminité...
Les BULLES...
Les reflets sur
les bulles de savon
sont le monde dans
lequel nous vivons
notre féminité...
146
Quelques proverbes sur la beauté féminine...
Proverbes allemands.
- Louez les beaux jours le soir et les belles femmes le matin.
- Trois choses sont fugitives : l’écho, l’arc-en-ciel, la beauté des femmes.
Proverbes anglais.
- Les femmes et les dentelles paraissent mieux aux chandelles.
- Une jolie femme est anglaise par la tête, hollandaise par le corsage, et française par la ceinture.
Proverbe arabe.
Le soupir d’une jolie fille s’entend plus loin que le rugissement d’un lion.
Proverbe berbère.
Quelle belle fleur que le laurier-rose, et que le laurier-rose est amer !
Proverbe bible.
Un anneau d’or au nez d’un pourceau, telle est la femme belle mais dépourvue de sens.
Proverbe estonien.
Une femme belle est le paradis des yeux, l’enfer de l’âme, et le purgatoire de la bourse.
Proverbes grecs.
- La beauté sans la grâce attire, mais elle ne sait pas retenir ; c’est un appât sans hameçon.
- Ce n’est pas la beauté de la femme qui ensorcelle, mais sa noblesse.
Proverbe espagnol.
Femmes et lévriers doivent avoir la taille fine.
Proverbes français.
- Belle femme a peine à rester chaste.
- A la chandelle, la chèvre semble demoiselle.
- Il y a peu de femmes dont le mérite dure plus que la beauté.
- Il ne sert à rien d’être jeune sans être belle, ni belle sans être jeune.
- La beauté plait aux yeux, la douceur charme l’âme.
- Un beau visage est le plus beau de tous les spectacles.
Proverbe polonais.
Le feu brûle de près, une belle femme brûle de loin et de près.
Proverbe russe.
“Féminité”...
Le dictionnaire ROBERT dit :
“Féminité : caractère féminin : ensemble des caractères
Correspondant à une image biologique et sociale
(charme, douceur...) de la femme.”
Féminité ?
Charme, élégance, grâce...
Une apparence physique, bien-sûr !
Mais aussi...
Douceur, sensibilité...
En un savant mélange
De tendresse et de sensualité !
La féminité, elle émane de soi,
Quelle que soit son apparence !
Après... jupe ou pantalon,
Haut serré ou large,
Grand décolleté ou ras-de-cou sage,
Collants ou bas,
Maquillage ou pas,
Cheveux courts ou cheveux longs,
Affaire de goût, de préférence !
Marylin... si sensuelle, si féminine,
En robe moulante, en pantalon...
La féminité... elle émane de soi..
On l’a, ou on ne l’a pas !
Mais une tenue vestimentaire
Ne l’a jamais donnée,
Et ne la donnera jamais...
A qui ne la possède pas !
La lune brille, mais elle ne chauffe pas.
Proverbe turc.
148
A la vue d’une jeune beauté, il faut bénir le Seigneur.
“L’habit ne fait pas le moine.”
(Une perception de la féminité... qui n’engage que moi...)
Remerciements & Repères...
Remerciements & Repères
Remerciements
J
e voudrais remercier plusieurs personnes pour leur assistance
et leur contribution à la réalisation de cet ouvrage : Tout
d’abord, une femme charmante, ‘Isa ma belle’ rencontrée il y
environ cinq ans. Elle a été ma source d’inspiration pour ce livre.
Depuis cinq ans, j’ai pris plusieurs centaines de photographies
pour illustrer ces ‘sept’ essences de la féminité.
Merci aux membres de l’association “Poussière d’Images” à Toulouse, qui m’ont initié aux techniques de “prises de vue en studio”
et m’ont prodigué de nombreux encouragements.
Merci aux modèles : Anaïs, Anna, Audrey, Chen, Danielle, Emilie, Emanuela, Evelyne, Isa, Isabelle, Kathy, , Laetitia, Li W, Lili,
Laura, Magali, Mascha, Marina (Lady Démise), Mell, Myr, Odile,
Ottavia, Sandrine, Solène, Sophia, Stéfany, Stella, Vera, Vina et
à toutes celles qui se reconnaîtront dans ce livre. Il est clair que
sans elles ce livre ne pourrait exister.
Un grand merci aussi à Ab, Isabelle, Eric, Guadalupe, Martine,
Mercedes et Olivier pour leur soutien et conseilles quand j’en
avais vraiment besoin.
Et pour les textes, tous mes remerciements vont à Isabelle
et Nadine, qui ont beaucoup retravaillé les pages en leur
apportant leur “touche féminine”.
Un grand merci à toutes et à tous !
Jan Renette
150
Repères
H
ollandais d’origine, je suis installé, depuis déjà 18 ans sur
les côteaux surplombant la ville de Toulouse (France) .Je
suis Artiste Photographe et j’aime retranscrire l’émotion
que me procure un lieu tel que je le vois... Vous trouverez dans
mes expositions les voyages dans le monde (Maroc, Inde, les
îles grecques…), la Corse, les îles d’Aix et de Ré, ainsi que mes
balades au cœur des cloîtres et des églises, au bord de la Garonne,
du Tarn et de la Méditerranée... Composer, c’est former un tout
harmonieux à partir de différents éléments... la composition
traduit sans dissimulation une sensibilité, un regard sur le monde
et sur les autres... la photo m’invite donc à laisser s’exprimer mes
envies, ma solitude, mes sentiments et ma vision créative.
Mes autres livres...
• Le beau-livre « Sous le charme de l’île d’Aix »
édition : Jan Renette, Photographe sans frontières,
1000 exemplaires, format 30 x 27 cm, 119 pages,
ISBN 978-2-84561-682-0 - mars 2010.
• Le beau-livre « Sous le soleil des îles Grecques »
édition : Jan Renette, Blurb.com, livre sur commande,
exemplaires uniques !, format 33 x 28 cm,
120 pages – édition 2009
Contact...
Mon site : http://j.renette.free.fr
E-Mail: [email protected]
Un petit mot avec vos impressions à la lecture de cet ouvrage,
d’un autre de mes livres ou suite à la visite de mon site me ferait
plaisir...
Rouge à lèvres, glamour,
tendresse et beauté…
La marque d’un baiser au rouge à lèvres,
c’est la plus intime signature d’une intense
sensualité doublée de tendresse…
Certains hommes la gardent en mémoire
en étant à la fois fiers et émus, d’autres
la recherchent et la vénèrent comme
trophée…
Bibliographie sélective & Crédits textes...
Bibliographie sélective & Crédit textes
•
•
•
•
•
•
•
•
Le rouge à lèvres qui couvre mes joues est
le plus sûr témoignage du succès de ma collection.
D’ailleurs le rouge est ma couleur bénéfique.
(Christian Dior - Dior et moi)
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
Alain Baraton “L’amour à Versailles”, Grasset
Alan D. Eames (“Indiana Jones de la bière”) La femme à la reconquête de la brasserie
Anna Baurens - Cordes sur Ciel - - Galerie : http://www.galerie-annabaurens.com/
Arthur Golden - Mémoires d’une Geisha
Bernhard Schlink, Le Liseur, éditions Gallimard, « Folio », Paris, 1999
Brice Torrecillas, L’Ombre et le Fard, Roman, le Cherche Midi, 2003
Boris Vian L’écume Des Jours - (1947)
Chansons citées :
“Lady in red”, Chris Deburg,
“En rouge et noir “, Jeanne Mas
Charles Baudelaire - Les Fleurs du mal (1857)
Christian Dior, “Dior et Moi”, éditions Amiot-Dumont, 1956
Christian Dior “Le petit Dictionnaire de la Mode”
Corset and Crinolines - http://www.corsetsandcrinolines.com/tidbits.php?index=5
Géneviève Fraisse & Michelle Perrot - Histoire Des femmes en Occident, Tome IV, Plon 1991
Jean Claude Aubry - Portrait de femme
La mode Illustrée, Quarantième Année, 1899 Journal de la Famille
Le vin au Féminin - www.feminalise.com
Ligne de Myr Myriam, http://myr-sculptures;monsite.orange.fr
Maurice Chastrette , L’art des parfums, Paris : Hachette, 1995.
Marie de Toulouse - http://www.jacobins.mairie-toulouse.fr/patrhist/edifices/textes/capitole/
Musée d’Orsay - Oeuvres commentées - http://www.musee-orsay.fr/
Nicolas de Barry, Maïté Turonnet et Georges Vindry L’ABCdaire du Parfum, Paris : Flammarion, 1998.
Nina Ricci - L’Air du temps, 60 ans de Nina Ricci, monographie & http://www.ninaricci.com/#/home
Parfum - http://parfum.emotion.free.fr
Patrick Süskind , Le Parfum, Paris : Le livre de Poche, 2002.
Poèmes : Isa, Isabelle, Emmanuella, Nadine et moi-même
Rosine Lagier, La femme et le cheval - des siècles d’histoire.
Simon Barbe - parfumeur du Dauphin (1699) - http://www.biblioparfum.net/index.php?idauteur=390
Site web modèles :Lady Demise : www.ladydemise.com
Sigmund Freud - Sur la sexualité féminine - http://www.megapsy.com/textes/freud/biblio085.htm
Wikipedia - On-line http://fr.wikipedia.org/
WingWalkers Breitling - http://www.aerosuperbatics.com/ & http://aviation.maisons-champagne.com/
153
Commentaires...
Commentaires
A
A
mazing je reste admirative devant ces “étoiles” et ton talent de
photographe... (Béatrice)
vec plaisir, tu peux utiliser cette photo elle me plait beaucoup !
Il me tarde de voir le résultat....... Aujourd’hui c’est Jan Renette
auteur d’un magnifique livre sur la féminité ! Merci...... Oh félicitations, je suis très contente pour toi ! Tu es bon photographe Français/
Hollandais ! Continue comme ça ! A bientôt ! (Ottavia)
C
e livre est un bouquet de merveilles. Vue belle et sensible qu’elle
soit fragile ou forte la femme est montrée à l’aune de la grâce.
Éternelle dans sa séduction, ses doutes, sa pudeur elle dévoile son
manque de l’autre . Cet autre masculin qui l’admire et la protège.
Qui la désire et la rêve.
Le viseur de Jan Renette nous livre un regard tendre et lucide. Il appréhende tout en sensibilité le mythe et l’énigme du féminin. Il nous
soulage des violences qu’on peut lui imposer, il nous éveille dans ces
jeux de lumière à la conscience féminine. (Chantal)
C
’est un très beau livre..... il y a des pages que j’aime beaucoup plus
que d’autres comme les anciens clichés victoriens pour ne citer que
ça… Dans son ensemble c’est une très belle œuvre dédiée à la féminité
que tu nous offre, et je t’en félicite…(“Lady Demise”)
C
’est vraiment un SUPER boulot que tu as fait. Tu as su saisir de
belles expressions de moi. Je m’y retrouve.
On ressent à travers tes images toute la passion que tu as pour la
photo ! (Sandrine)
C
’est magnifique!!!! Je suis vraiment très flattée de faire partie de
votre livre! Les photos sont très belles et vont à merveille avec les
textes choisis. Je vous remercie. J’aimerai bien le publier sur mon book.
fr, vous me donnez l’autorisation? (Mamz’l So).
C
es quelques pages que tu m’envoies sont magnifiques ! Les photos
et les textes qui les accompagnent racontent de belles histoires, je
ne saurais quoi dire de plus. C’est ok pour moi bien sûr, tu peux mettre
mon nom sans problème. A bientôt et bonne continuation dans ton
ouvrage... (Audrey)
F
élicitations pour le livre que j’ai consulté sur le net. Des mots et
des images qui laissent des souvenirs, où des souvenirs qui laissent
des images et des mots ? La recherche d’esthétisme absolu, les détails
qui exaltent des émotions, la réalité irréelle du photographe… Cela
est ton travail... (Emanuela)
154
La féminité tel un vitrail...
J
M
’aime beaucoup ces photos notre artiste préfère ! Que de choses à
dire sur la sensualité! Le corps parle !... (Nathalie Arquie)
agnifique Jan, comme d’habitude ! Ces photos sont un bel
hommage à ton talent d’artiste ! Tu as su capter le détail, la
lumière, les couleurs, des expressions ..... superbe! et bravo aux modèles
! (Martine)
T
T
ellement bien dit ,.. merci Jan pour cet hymne à la féminité
plein de délicatesse... (Danie)
hat’s great! I will certainly forward your book to Stella and Danielle
as you request and they can look over it. I will encourage them to
give you some feedback with some quotations from themselves as well.
I will also have a closer look when I get a spare moment!
We would certainly be very grateful if we could have a copy on completion. It would take pride of place on our bookshelf. It would also be
really good if Pamela & Breitling were able to have a copy for their
records as well if that’s possible :-)
Yes, I see what you’ve done with Danielle’s watch - it’s very nice.
She’ll like it I’m sure! All the best… (Martyn & the Breitling team)
Translucide et colorée,
Chaude et irisée,
Fragile comme le verre
... Mais solide comme le métal.
Elle brille quand il fait soleil
Et, quand vient l’obscurité,
Sa beauté intérieure apparaît.
Il suffit pour cela d’illuminer
son cœur!
Un grand merci!
Jan Renette
Thank you for your e-mail and the nice attachement. We agreed that
you could publish with adding the following sentence: ... par Breitling,
un fabriquant de montres de luxe.” I hope this helps. Please feel free
to contact me if you have any questions.Kind regards,
(Pamela Ranieri - Aviation Projects Coordinator Breitling. )
U
ne séance extraordinaire, une rencontre fabuleuse Jan, ce fût
magique! Merci à tout le monde! Ce sont ces moments-là qui
me font prendre conscience que l’art est unique et rapproche les gens!
J’espère un jour avoir l’honneur de pouvoir recollaborer avec toi, Jan!
Tu es un photographe de grand talent, avec un œil extraordinaire!
Merci Jan, du fond du cœur: Merci! (Stéfany Bodypainter -Langlois).
V
oilà une approche originale et personnelle de la féminité. Et je suis
satisfaite.....tu n’as pas oublié le lien entre féminité et le monde
sublime du vin! En tant que femme, j’apprécie de voir l’expression d’une
sensibilité masculine à la féminité, célébrer l’amour au sens noble et
sensuel du terme, la beauté émanant d’une courbe (qu’elle soit d’une
femme ou d’une voiture...) d’un parfum ou d’un tissu...
Etant très sensible moi-même à mon environnement et aux autres,
j’apprécie de retrouver de la sensibilité chez les autres et à fortiori chez
les hommes. Et bravo pour le travail de mise en œuvre de ce livre et
ton travail photographique…(Mercedes)
Note au lecteur :
Ce livre “l’essence de la Féminité” est à classer dans la catégorie “Beaux livres
photos’’ ; j’ai apporté le plus grand soin tant aux photos qui le composent qu’à la rédaction des
textes qui les accompagnent. Vous comprendrez que les informations et textes contenus dans ce
livre sont non contractuels et sujets à modifications à la date de parution de ce livre ou à l’avenir...
Edition : Jan Renette, Artiste Photographe sans Frontières
Création graphique, couverture, photographies et textes : ©Jan Renette
Tous droits réservés - photos / textes : © Jan Renette-2012
La reproduction ou l’utilisation des images et textes sont
strictement interdites.
Site web: http://j.renette.free.fr
E-Mail: [email protected]
L’essence de la Féminité
L’alliance de la volupté et de la poésie, du désir et de la pudeur,
Une redécouverte de la féminité originelle et des émotions premières...
Une rencontre avec des femmes comme on les aime,
Une approche sans provocation ni manipulation,
qui vous invitent à une nouvelle sensualité,
à la fois troublante et charnelle, discrète et mesurée.
Open your eyes to discover this beautiful world of “feminity” around you,
Then... close your eyes to smell its delicate perfume !
Photographies & textes de Jan Renette
L’essence de la Féminité
L’essence de la Féminité
Photographies & textes de Jan Renette

Documents pareils