les décomposeurs - Ecole de Moudon

Commentaires

Transcription

les décomposeurs - Ecole de Moudon
introduction
les décomposeurs
Les décomposeurs sont des
petites bêtes qui vivent sur
le sol et dans le sous-sol de
la forêt, c’est à dire la
litière. Ils décomposent ce
qu’ils mangent et
permettent la
transformation de la litière
en sels minéraux.
C’est pour cette raison qu’on les appelle les
décomposeurs .
Les décomposeurs se nourrissent de feuilles
mortes, de débris de végétaux ou d’autres
décomposeurs .
Ex : Le trombidion mange d’ autres acariens, des
collemboles, des pucerons.
Les vers de terre peuvent déplacer jusqu’à mille
tonnes de terre par an.
En effet, les vers de terre mangent la terre, leur
organisme prend ce qui est bon pour lui et rejette
le reste.
On trouve plus d’organismes vivants dans un
hectare de forêt que d’humains sur la terre.
Perce-oreille
Nom : Perce-oreille européen ou forficule
Nom latin : Forficula auricularia
Nom commun anglais : European Earwig
ordre: dermaptère
Résumé :
Les perce-oreilles, aussi appelés forficules, sont facilement
identifiables avec leurs petites pinces. Ces insectes nocturnes
sont de redoutables prédateurs. Ils s’alimentent de larves et
d’insectes nuisibles (pucerons, tétranyques, thrips) mais
aussi de végétaux bien mûrs (fleurs, fruits et légumes) et de
matière organique en décomposition. Bien qu’ils soient peu
populaires, ce sont malgré tout des insectes utiles qui
maintiennent l’équilibre dans l’écosystème.
De couleur brune ou noire, on le reconnaît aux pinces qu'il porte à
l'extrémité de l'abdomen et qui lui servent à saisir sa nourriture.
Originaire d'Europe, le perce-oreille a été observé pour la première fois au
Canada durant les années 1827-1835, à Carbonear sur l'île de Terre-Neuve. En
1911, on le trouvait aussi à Newport au Rhodes Island et, en l'absence de
prédateurs, il ne tarda pas à se propager jusqu'en Californie et à gagner le nord
du continent. Dans beaucoup d'endroits de l'Est du Canada et de la ColombieBritannique, il est devenu un sérieux ennemi des jardins où il s'attaque aux
feuilles, aux fruits, aux légumes et aux fleurs, en particulier quand les plantes sont
jeunes. En phase de pullulement, il envahit à l'occasion les habitations, mais il ne
se reproduit pas à l'intérieur.
Le nom commun de « perce-oreille » remonte à une vieille croyance européenne
voulant que cet insecte pénètre dans les oreilles des personnes endormies. Mais
en dépit de leur aspect et de leur réputation redoutables, les perce-oreilles, ou
forficules, sont inoffensifs pour les humains. Au contraire, ils sont souvent utiles
comme détritivores ou encore comme prédateurs des larves d'insectes, des oeufs
de limace, des pucerons et d'autres ravageurs des jardins.
Description et cycle de développement
Œuf : blanc nacré
Larve : identique à l’adulte mais plus petite
(2 mm) et de couleur grisâtre.
Adulte : de forme allongée et aplatie et mesurant environ 2 cm de long;
carapace luisante de couleur brun roux; six pattes grêles et deux
paires d'ailes discrètes dont il se sert rarement ; corps muni de deux
longues antennes sur la tête et d’appendices (pinces) au bout de
l’abdomen ; le mâle a de grosses pinces recourbées et la femelle, d
es petites pinces presque droites.
Les adultes hivernent dans le sol. La plupart des mâles meurent au
cours d e l'hiver mais les femelles survivent jusqu'au mois de juin.
Au printemps, chaque femelle pond environ 60 œufs dans des
galeries qu’elle creuse dans le sol ou dans la matière organique en
décomposition. Le perce-oreille ne vit qu'un an.
Elle surveille ses œufs jusqu’à leur éclosion (mi-mai) puis s’occupe
maternellement des jeunes larves pendant 2 semaines, jusqu’à leur
première mue. La famille quitte le terrier durant la nuit pour se nourrir
et revient se cacher le jour venu. Environ 20% des femelles pondent
de nouveau en juin et une seconde éclosion a lieu en juillet et en
août.
Les larves subissent mues successives avant de devenir adultes
(août à octobre). À l’automne, dès que les gelées nocturnes
deviennent régulières, la nouvelle génération d’insectes s'enfonce
dans le sol pour l'hiver.
quatre
Conditions favorables :
Les perce-oreilles s’installent et se multiplient dans les endroits frais et sombres,
situés à proximité d’une source de nourriture. Ils sont attirés par les débris
végétaux en décomposition.
Très actifs durant la nuit, on peut aussi les apercevoir tôt le matin ou au
crépuscule. Durat le jour, il faut les chercher dans des recoins humides, à
l’abri du soleil : les dénbris végétaux, les tiges creuses et les boutons
floraux, à l’intérieur des fruits et des légumes mûrs, entre les fissures des
fondations, des trottoirs ou des fenêtres.
Le perce-oreille est un insecte introduit qui peut endommager fortement les
fruits et les légumes du potager. Cet insecte nocturne se réfugie le jour dans
les tiges creuses, les débris végétaux, les fissures dans le bois, les trottoirs,
etc. La nuit, il sort de son abri et consomme de nombreuses plantes du
potager.
René Limoges,
Insectarium de Montréal
On peut capturer les perce-oreilles dans des pièges faits de boîtes de conserve
dans lesquelles on a mis comme appât de l'huile à friture ou de l'huile de
poisson. Du papier journal humide, enroulé, chiffonné, enduit d'appât et déposé
le soir à divers endroits dans le jardin sert de refuge à de nombreux individus à
la levée du jour; on n'aura qu'à brûler les journaux le matin venu. L'utilisation de
terre de diatomées, de savon insecticide ou même de savon à vaisselle dilué
dans de l'eau est efficace pour contrôler ce ravageur. Mais ces substances
doivent entrer en contact direct avec l'insecte, ce qui n'est pas toujours facile.
C'est un animal omnivore, qui se nourrit de débris végétaux, de larves
d'insectes, de cadavres d'animaux parfois même de ses congénères. Il aime
les environnements humides et se loge sous des pierres ou des amas de
végétaux; c'est là que la femelle pond ses oeufs.
Lutte chimique
De nombreux produits sont homologués au Canada pour la lutte contre les perceoreilles. On les trouvera dans tout bon centre de jardinage ou dans une quincaillerie
fiable. La plupart des insecticides de jardin n'agissent que lorsqu'il y a contact direct
avec les insectes. Par ailleurs, de fortes populations d'insectes peuvent acquérir une
tolérance à l'égard de certains produits chimiques.
Appâts empoisonnés
Les appâts au fluosilicate de sodium devront être disposés où on a observé des
perce-oreilles, sur les pelouses, au bas des arbres, le long des clôtures, dans les
haies, les tas de bois, les plates-bandes ainsi qu'autour des fondations des
bâtiments.
Les appâts au carbaryl en boulettes devront être placés en petits tas en guise de
postes d'appâts. Recouvrir chaque tas d'une planche, d'un bardeau ou d'une assiette
d'aluminium alourdie. Ces appâts ainsi recouverts attirent les perce-oreilles tout en
protégeant les animaux domestiques.
TOUJOURS PRENDRE SOIN DE TENIR LES ENFANTS ET LES ANIMAUX DE
COMPAGNIE À DISTANCE DES APPÂTS.
NE PAS EMPLOYER LES APPÂTS DANS LA MAISON.
Piégeage
Utiliser des pièges où les perce-oreilles aiment s'abriter, notamment des pièces
de carton ou des planchettes rainurées réunies au moyen d'un élastique, en
s'assurant que les rainures sont face à face. Les disposer debout, parmi les
arbustes, les haies, autour des arbres et dans tous les endroits où les perceoreilles s'abritent généralement.
On peut bourrer des pots à fleurs de feuilles, de foin ou de papier journal
humides et les empaler la tête en bas sur des piquets enfoncés dans le sol. Des
cannes de bambou creuses qui sont ouvertes aux deux extrémités et des petits
bouts de tuyau d'arrosage, ou de caoutchouc, peuvent être liés en paquets et
disposés parmi la végétation, contre une clôture ou partout où on trouve des
perce-oreilles. Ces pièges doivent être vidés chaque matin dans un seau d'eau
chaude ou d'eau additionnée de kérosène ou de détergent.
Appâts
Attractifs naturels - Le perce-oreille est très attiré par l'huile de poisson et, dans
une moindre mesure, par les huiles végétales autres huiles. Une assiette en
aluminium, une boîte vide de sardines ou tout autre contenant peu profond
partiellement rempli d'huile et enterré jusqu'au bord attirera et piégera de
nombreux perce-oreilles. On peut aussi disposer, près des murs de fondation et
un peu partout dans le jardin, des boîtes vides de jus de fruit congelé NON
RINCÉES remplies au deux tiers d'eau savonneuse.
référence
http://www.ac-grenoble.fr/ecole/grenoble.clemenceau/savoir/colline/ptitbete/ptitbete.htm
http://www.pmra-arla.gc.ca/francais/consum/earwigs-f.html
http://rat.eliminator.free.fr/images/Images%20Animaux/Perce-oreille.jpg
http://www2.ville.montreal.qc.ca/insectarium/toile/nouveau/preview.php?section=articles&p
age=20
http://www.chez.com/louplouve/reponse_a_tout/page7/PAGE7.HTM
http://www2.ville.montreal.qc.ca/jardin2/voirRavageur.do?idMaladie=47

Documents pareils