Téléchargez le document en pdf - Réparation d`ordinateur JC Gagnon

Commentaires

Transcription

Téléchargez le document en pdf - Réparation d`ordinateur JC Gagnon
Apprenez à utiliser Google
Table des matières
1
2
3
4
Alphabet (société)
1
1.1
Historique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
1
1.1.1
2015 : création de la holding . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
1
1.2
Produits . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
1
1.3
Polémique sur sa création . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
2
1.4
Notes et références . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
2
1.5
Liens externes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
3
AdSense
4
2.1
Fonctionnement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
4
2.1.1
Adsense pour les recherches . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
4
2.1.2
Origine des annonces . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
4
2.1.3
Annonces contextuelles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
4
2.2
Limitations . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
5
2.3
Google Ad Manager
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
5
2.4
Notes et références . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
5
2.5
Voir aussi . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
5
2.5.1
Articles connexes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
5
2.5.2
Liens externes
6
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
AdWords
7
3.1
Fonctionnement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
7
3.2
Annonces et Gmail . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
8
3.3
Comment bloquer les publicités AdWords
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
8
3.4
Comment connaître les publicités AdWords diffusées par un annonceur . . . . . . . . . . . . . . .
8
3.5
Jurisprudence . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
8
3.6
Notes et références . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
9
3.7
Voir aussi . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
9
3.7.1
Articles connexes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
9
3.7.2
Liens externes
9
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Android
10
4.1
10
Caractéristiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
i
ii
TABLE DES MATIÈRES
4.1.1
Android et la plateforme Java
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
11
4.1.2
Android Runtime (ART) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
12
4.1.3
Logo . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
12
Histoire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
12
4.2.1
Versions
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
12
4.2.2
Appel à la communauté open source . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
14
Utilisation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
14
4.3.1
Applications incorporées . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
15
4.4
Google Play . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
15
4.5
Versions alternatives
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
16
4.5.1
Développement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
17
4.5.2
Évolution . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
17
4.2
4.3
4.6
6
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
17
4.6.1
Règles communes
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
17
4.6.2
Smartphones . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
18
4.6.3
Téléviseurs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
18
4.6.4
Tablettes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
19
4.6.5
Console de jeux vidéo
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
19
4.6.6
Montres
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
19
Stratégie de Google . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
20
4.7.1
Avancement
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
20
4.7.2
Alliances et concurrence . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
20
4.7.3
Android Device Manager . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
20
4.7.4
Android Wear
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
21
4.8
Litige Oracle-Java . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
21
4.9
Rentabilité
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
21
4.10 Notes et références . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
21
4.11 Voir aussi . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
24
4.11.1 Articles connexes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
24
4.11.2 Liens externes
24
4.7
5
Différents supports
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Barre d'outils Google
30
5.1
Bogue et vie privée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
30
5.2
Notes et références . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
30
5.3
Voir aussi . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
30
5.3.1
31
Lien externe
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Calculatrice Google
32
6.1
Syntaxe des expressions . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
32
6.2
Constantes
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
32
6.2.1
Constantes mathématiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
32
6.2.2
Constantes physiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
33
TABLE DES MATIÈRES
6.3
6.4
7
8
iii
6.2.3
Constantes astronomiques
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
33
6.2.4
Constantes diverses . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
34
Fonctions . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
34
6.3.1
Fonctions de base . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
34
6.3.2
Fonctions arithmétiques
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
35
6.3.3
Fonctions trigonométriques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
35
6.3.4
Fonctions hyperboliques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
36
6.3.5
Fonctions probabilistes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
36
6.3.6
Fonctions spéciales . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
36
6.3.7
Fonctions complexes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
36
Langage, bases et unités
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
36
6.4.1
Langage naturel
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
36
6.4.2
Bases numériques
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
37
6.4.3
Changements de base . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
38
6.4.4
Unités de mesures
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
38
6.4.5
Équivalences d'unités . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
38
6.4.6
Conversion de devises
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
39
6.5
Limites techniques
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
39
6.6
Autres opérations . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
39
6.7
Notes et références . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
39
Chrome OS
40
7.1
Histoire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
40
7.2
Aperçu des travaux en cours
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
40
7.3
Chromebook
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
41
7.4
Distribution . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
41
7.5
Les partenaires de Google Chrome OS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
41
7.6
Stratégie commerciale de Chrome OS
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
41
7.7
Chrome Web Store . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
42
7.8
Critiques
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
42
7.9
Notes et références . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
42
7.10 Annexes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
43
7.10.1 Articles connexes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
43
7.10.2 Liens externes
43
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Chromebook
44
8.1
Présentation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
44
8.2
Produits . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
44
8.2.1
Chromebooks
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
44
8.2.2
Chromeboxes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
44
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
44
8.3
Galerie
8.4
Références
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
45
iv
9
TABLE DES MATIÈRES
Compte Google
47
9.1
Voir aussi . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
47
9.2
Liens Externes
47
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
10 Garage Google
48
10.1 Historique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
49
10.2 Autres garages mythiques voisins de la Silicon Valley
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
49
10.3 Notes et références . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
49
10.4 Voir aussi . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
49
10.4.1 Liens externes
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
11 Gmail
49
51
11.1 Le service . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
11.1.1 L'interface
51
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
51
11.1.2 Filtres et libellés et onglets . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
51
11.1.3 Agrégateur de courrier . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
53
11.1.4 Les fonctionnalités supplémentaires[8]
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
53
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
53
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
54
11.2 Histoire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
55
11.2.1 Genèse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
55
11.2.2 Évolutions
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
55
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
55
11.2.4 Développement des services . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
56
11.3 Sécurité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
56
11.3.1 Vérification en deux étapes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
57
11.3.2 Blocage de 24 heures . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
57
11.3.3 Pornographie infantile sur Gmail . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
58
11.4 Utilisateurs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
58
11.5 Stratégie de marque de Google Apps . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
58
11.6 Notes et références . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
58
11.7 Voir aussi . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
60
11.7.1 Articles connexes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
60
11.7.2 Lien externe
60
11.1.5 Les protocoles supportés par Gmail
11.1.6 Capacité
11.2.3 Publicité
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
12 Gmail Drive
61
12.1 Fonctionnement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
61
12.2 Voir aussi . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
61
12.2.1 Articles connexes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
61
12.2.2 Lien externe
61
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
13 Google Actualités
13.1 Identité visuelle (logo)
62
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
62
TABLE DES MATIÈRES
v
13.2 Fonctionnement général . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
62
13.2.1 Collecte de l'information . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
62
13.2.2 Diffusion . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
62
13.3 Contestations . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
63
13.3.1 En France
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
13.3.2 En Allemagne
63
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
63
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
63
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
63
13.3.5 Au Brésil . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
63
13.3.6 En Espagne . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
64
13.3.7 En Chine . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
64
13.4 Évolutions . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
64
13.5 Notes et références . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
64
13.6 Lien externe . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
65
13.3.3 En Belgique
13.3.4 En Irlande
14 Google Agenda
66
14.1 Fonctionnalités . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
66
14.2 Références
66
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
14.2.1 Liens externes
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
15 Google Alerts
67
68
15.1 Notes et références . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
16 Google Analytics
68
69
16.1 Historique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
69
16.2 Stratégie commerciale
69
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
16.3 Fonctionnalités (liste partielle)
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
69
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
70
16.5 Liaison avec d'autres outils . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
70
16.6 Blocage de Google Analytics
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
70
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
70
16.8 Notes et références . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
70
16.9 Voir aussi . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
71
16.9.1 Articles connexes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
71
16.9.2 Autres outils de mesure d'audience . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
71
16.9.3 Liens externes
71
16.4 Service Web
16.7 Utilisation des cookies
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
17 Google Answers
72
17.1 Fermeture . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
72
17.2 Notes et références . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
72
17.3 Lien interne . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
72
17.4 Liens externes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
73
vi
TABLE DES MATIÈRES
18 Google Drive
74
18.1 Sécurité et confidentialité des fichiers stockés . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
74
18.2 Spécificités . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
74
18.2.1 Accès aux données . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
75
18.2.2 Espace de stockage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
75
18.2.3 Types de fichiers supportés . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
75
18.3 Éditions professionnelles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
76
18.3.1 Google Drive for Work . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
76
18.3.2 Google Drive for Education . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
76
18.4 Concurrents . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
76
18.5 Références
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
77
18.5.1 Articles connexes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
77
19 Google Earth
19.1 Généralités
78
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
78
19.2 Spécifications . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
79
19.2.1 Versions disponibles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
79
19.2.2 Version Mac OS X . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
79
19.2.3 Version Linux
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
79
19.2.4 Version mobile . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
79
19.2.5 Résolution
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
80
19.3 Fonctionnalités . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
80
19.3.1 Bâtiments en 3D . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
80
19.3.2 Modélisation 3D automatisée
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
81
19.3.3 Simulateur de vol . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
81
19.3.4 Navigateur web interne . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
81
19.4 Polémiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
81
19.5 Découvertes liées à Google Earth . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
81
19.6 Apparitions . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
82
19.6.1 Dans les œuvres de fiction
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
82
19.6.2 Utilisation dans les médias . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
82
19.7 Notes et références . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
82
19.7.1 Notes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
82
19.7.2 Références . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
82
19.8 Voir aussi . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
82
19.8.1 Logiciels similaires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
82
19.8.2 Articles connexes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
83
19.8.3 Liens externes
83
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
20 Google Glass
84
20.1 Historique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
85
20.2 Description . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
86
TABLE DES MATIÈRES
vii
20.3 Technologie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
86
20.4 Guide d'usage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
86
20.5 Applications . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
86
20.5.1 Secteur médical
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
87
20.6 Jeux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
87
20.7 Commandes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
87
20.8 Date par date . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
87
20.9 Anecdotes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
88
20.10Notes et références . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
88
20.11Voir aussi . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
89
20.11.1 Liens externes
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
21 Google Hangouts
89
90
21.1 Histoire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
90
21.2 Fonctionnalités . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
90
21.3 Notes et références . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
90
21.4 Annexes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
90
21.4.1 Articles connexes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
91
21.4.2 Liens externes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
91
22 Google Images
22.1 Interface
92
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
92
22.2 Options de recherche . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
92
22.2.1 Identité visuelle (logo) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
92
22.3 Notes et références . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
93
22.4 Voir aussi . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
93
22.4.1 Liens externes
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
23 Google Livres
94
23.1 Chronologie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
23.1.1 Origines
93
94
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
94
23.1.2 2002/3 : Naissance du projet . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
94
23.1.3 2004 : « Project Ocean » et Google Print
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
95
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
95
23.1.5 2006 : Partenariats . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
96
23.1.6 2007 : Extension et évolution du service . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
96
23.1.7 2008 : Premier partenariat en France
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
97
23.1.8 2009 : Print On Demand . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
99
23.1.4 2005 : Google Book Search
23.1.9 2010 : Google Editions . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 100
23.1.10 2011 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 101
23.1.11 2012 : Google Play . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 101
23.1.12 2013 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 102
viii
TABLE DES MATIÈRES
23.2 Actions en justice . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 102
23.2.1 Class action aux États-Unis . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 102
23.2.2 En France
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 107
23.3 Réception et critiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 109
23.3.1 « Quand Google défie l'Europe » . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 109
23.3.2 Robert Darnton . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 111
23.4 Services concurrents
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 111
23.5 Notes et références . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 112
23.6 Voir aussi . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 116
23.6.1 Bibliographie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 116
23.6.2 Filmographie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 117
23.6.3 Articles connexes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 117
23.6.4 Liens externes
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 117
24 Google Maps
118
24.1 Logos . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 118
24.2 Images satellite . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 118
24.3 Différents services de cartographie en ligne . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 119
24.4 Versions mobiles
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 119
24.4.1 Fonctionnalités . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 119
24.5 Popularité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 119
24.6 Easter eggs et lieux insolites
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 119
24.7 Choix politiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 120
24.8 Notes et références . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 120
24.9 Voir aussi . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 120
24.9.1 Articles connexes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 120
24.9.2 Liens externes
25 Google Mars
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 121
122
25.1 Voir aussi . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 122
25.1.1 Articles connexes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 122
25.1.2 Lien externe
26 Google Moon
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 122
123
26.1 Référence . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 123
26.2 Voir aussi . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 123
26.2.1 Articles connexes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 123
26.2.2 Lien externe
27 Google Search Console
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 123
124
27.1 Voir aussi . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 124
27.1.1 Lien externe
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 124
27.1.2 Références . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 125
TABLE DES MATIÈRES
ix
28 Google Shopping
126
28.1 Historique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 126
28.1.1 Google Product Search . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 126
28.1.2 Google Shopping . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 126
28.1.3 En France
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 127
28.2 API . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 127
28.3 Notes et références . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 127
28.4 Voir aussi . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 127
28.4.1 Liens externes
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 127
29 Google Sites
128
29.1 Voir aussi . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 128
29.1.1 Liens externes
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 128
30 Google SMS
129
30.1 Références externes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 129
31 Google Street View
130
31.1 Historique de Google Street View
31.1.1 En France
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 131
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 131
31.1.2 En Belgique
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 132
31.2 Événements concernant Street View
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 132
31.3 Territoires couverts . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 133
31.4 Futurs territoires
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 135
31.5 Villes accessibles par ce service . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 135
31.6 Vie privée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 135
31.6.1 Actions réalisées contre Street View . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 136
31.6.2 Sanction de la CNIL . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 136
31.6.3 Systèmes similaires dans le monde . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 137
31.6.4 Afrique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 137
31.6.5 Asie
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 137
31.6.6 Amérique du Nord . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 138
31.6.7 Amérique du Sud . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 138
31.6.8 Europe . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 138
31.7 Notes et références . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 138
31.8 Voir aussi . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 140
31.8.1 Articles connexes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 140
31.8.2 Liens externes
32 Google Traduction
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 140
141
32.1 Fonctions . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 141
32.2 Approche . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 141
32.3 Interface
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 142
x
TABLE DES MATIÈRES
32.3.1 Logos . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 142
32.4 Langues supportées . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 142
32.4.1 Par ordre chronologique
32.4.2 Mi-2015
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 142
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 144
32.5 Google Translator Toolkit . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 148
32.6 Notes et références . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 148
32.7 Voir aussi . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 149
32.7.1 Articles connexes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 149
32.7.2 Liens externes
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 149
33 Google Vidéos
150
33.1 Services Vidéos (2006-2011) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 150
33.2 Notes et références . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 151
33.3 Voir aussi . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 151
33.3.1 Liens externes
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 151
34 Google+
152
34.1 Historique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 152
34.1.1 Genèse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 152
34.1.2 Lancement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 152
34.2 Caractéristiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 153
34.3 Application pour smartphones
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 153
34.4 Réactions . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 154
34.5 Notes et références . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 154
34.6 Annexes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 155
34.6.1 Articles connexes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 155
34.6.2 Liens externes
35 Googlebot
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 155
156
35.1 Version mobile . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 156
35.2 Maîtrise du crawl . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 156
35.3 Voir aussi . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 157
35.3.1 Articles connexes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 157
35.3.2 Lien externe
35.4 Références
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 157
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 157
36 Googlefight
158
36.1 Site web . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 158
36.2 Voir aussi . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 158
36.2.1 Article connexe . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 158
36.2.2 Liens externes
37 J'ai de la chance
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 158
159
TABLE DES MATIÈRES
xi
37.1 Une question de confiance
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 159
37.2 Accès . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 160
37.3 Intégration
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 160
37.3.1 Dans Firefox . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 160
37.3.2 Dans la Google Toolbar[6]
37.4 URL
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 160
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 160
37.5 Dérivés autour de ce mème . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 160
37.6 Popularité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 161
37.7 Statut légal
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 161
37.8 Dans les différentes langues . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 162
37.9 Problèmes posés
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 162
37.10Pseudo-protocole . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 162
37.11Caricatures . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 162
37.12Équivalent sur d'autres moteurs de recherche . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 163
37.13Références
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 163
38 Knowledge Graph
165
38.1 Recherche conversationnelle
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 165
38.2 Notes et références . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 165
39 Logo de Google
168
39.1 Histoire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 168
39.2 Doodles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 169
39.3 Favicon . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 169
39.4 Notes et références . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 170
39.5 Annexes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 170
39.5.1 Articles connexes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 170
39.5.2 Liens externes
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 171
39.6 Sources, contributeurs et licences du texte et de l’image . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 172
39.6.1 Texte . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 172
39.6.2 Images . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 176
39.6.3 Licence du contenu . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 184
Chapitre 1
Alphabet (société)
Pour les articles homonymes, voir Alphabet (homonymie).
Alphabet Inc.
Alphabet Inc. est une holding basée en Californie, créée à partir de la société Google, dans le but de décharger
la société historique de ses activités ne représentant pas son cœur de métier (l'indexation de pages internet et ses
différents services comme YouTube et Gmail). Selon l'entreprise, les comptes de Google en ressortent clarifiés et les
risques sont désormais répartis entre les filiales. Elle est dirigée par les deux cofondateurs du moteur de recherche,
Larry Page (CEO) et Sergueï Brin (président).
1.1 Historique
1.1.1
2015 : création de la holding
Alphabet est créée à l'occasion de la restructuration de Google, afin de recentrer les activités du moteur de recherche,
tout en explorant d'autres domaines via des filiales au sein d'Alphabet. Le but n'est pas d'en faire une marque forte
mais de regrouper plusieurs marques indépendantes[1] . Le groupe est constitué initialement de Google Inc., Nest Labs,
Calico, ainsi que Google X, Google Capital (en) et Google Ventures[2] .
Le nom de la société Alphabet a été choisi car il représente le langage, l'innovation la plus importante de l'humanité
qui est au cœur de l'outil de recherche Google, selon les fondateurs. Larry Page évoque également que le nom de la
société représente un jeu de mots avec alpha et bet, qui signifie « pari » en anglais[1] .
La société est immatriculée dans l'État du Delaware, un paradis fiscal au sein des États-Unis, ce qui se traduit par
une simple boîte aux lettres au nom d'Alphabet dans un immeuble de Wilmington. Les observateurs voient ce choix
comme faisant partie de la stratégie d'optimisation fiscale de Google[3],[4] .
À la suite de cette restructuration, Alphabet va désormais compter sur plusieurs dirigeants pour gérer les différentes
filiales du groupe. Les deux fondateurs de Google : Larry Page et Sergueï Brin prennent alors la tête de la nouvelle entreprise. Néanmoins ce-dernier supervise également le fameux labo Google X Lab. Et c'est l'ancien dirigeant
d'Android et Chrome, Sundar Pichai, qui devient le nouveau PDG du moteur de recherche[5] .
1.2 Produits
Cette section est vide, insuffisamment détaillée ou incomplète. Votre aide est la bienvenue !
La holding possède les entreprises suivantes :
• Google Inc : moteur de recherche et ses filiales actives sur le web telles que YouTube ou Gmail ;
• Nest Labs : filiale domotique du groupe ;
• Calico : société de Biotechnologie ;
1
2
CHAPITRE 1. ALPHABET (SOCIÉTÉ)
Répartitions des différentes filiales d'Alphabet
• Verily (anciennement Google Life Science) : société de Biotechnologie
• Google X : laboratoire de recherche, à l'origine notamment de la voiture sans conducteur Google Car ;
• Google Capital (en) ;
• Google Ventures : fonds de placement destiné à investir dans les startups ;
• Google Fiber : projet de construction d'un réseau filaire utilisant la fibre optique.
1.3 Polémique sur sa création
Le lendemain de l'annonce de la création de la société, plusieurs journaux pointent que cette restructuration masquerait
en réalité une opération visant à faire tomber les procès antitrust en cours, lancés par l'Union européenne. En éclatant
son activité en plusieurs sociétés, Alphabet souhaite atténuer l'abus de position dominante qu'il exerçait en concentrant
toutes ses activités dans une seule entité. Quelques heures après ces articles, plusieurs juristes estiment cette piste
cependant peu probable comme le fait remarquer Christophe Benavent : « si une partie de l’activité est filialisée, les
litiges resteront dans l’entité ou seront transférés »[6] .
1.4 Notes et références
[1] (en) « Google Announces Plans for New Operating Structure », sur google.com, 10 août 2015 (consulté le 10 août 2015)
1.5. LIENS EXTERNES
3
[2] (en) Brian Womack, « Google Creates New Company Called Alphabet, Restructures Stock », sur bloomberg.com, 10 août
2015 (consulté le 10 août 2015)
[3] Jamal Henni, « Google immatricule d'office Alphabet dans un paradis fiscal », sur bfmbusiness.fr, 11 août 2015 (consulté
le 22 août 2015)
[4] « Alphabet, trop fort en Google », Le Canard enchaîné, no 4947, 19 août 2015, p. 1
[5] “Qui sont les dirgieants d'Alphabet, la nouvelle société de Google”, Le Figaro
[6] Olivier Ertzscheid, « Si Google change de nom, c'est par ce qu'il a chaud au cul », sur Rue89, 11 août 2015 (consulté le 11
août 2015).
1.5 Liens externes
• (en) Site officiel
•
Portail des entreprises
•
Portail de Google
Chapitre 2
AdSense
AdSense est la régie publicitaire de Google utilisant les sites web ou les vidéos YouTube comme support pour ses
annonces. Pour qu'un webmaster devienne partenaire Adsense et génère des revenus publicitaires pour son propre
compte, il devra publier du contenu sur son propre site et y faire figurer le code Adsense fourni par Google.
Par opposition à Google Adwords qui permet d'acheter du trafic, Adsense permet de vendre du trafic. Ces deux
programmes vont donc main dans la main et la valeur unitaire d'un clic sur une annonce est déterminé sur la base de
l'offre de trafic (Adsense) et de la demande de trafic (Adwords).
L'utilisateur Adsense pourra aussi publier du contenu sur sa chaine YouTube et souscrire au programme Adsense
pour générer l'impression de messages publicitaires dont il partagera le bénéfice avec Google.
Les annonces sont le plus souvent contextuelles, mais plusieurs formules sont offertes, et aussi plusieurs types d'annonces
incluant les parrainages de produits Google et le champ de recherche. Les annonces sont des textes, des images ou
des vidéos.
2.1 Fonctionnement
2.1.1
Adsense pour les recherches
Dans le cadre d'une recherche utilisant le Moteur de recherche personnalisé Google (en anglais, Google Custom Search
Engine ou Google CSE) , les pages des résultats comportent des annonces publicitaires, sous le terme “liens sponsorisés”, et choisies en fonction des mots-clés tapés. Ces annonces proviennent de campagnes AdWords et permettent
au webmaster de générer des revenus publicitaires tout en offrant un moteur de recherche personnalisé aux visiteurs
de son site.
2.1.2
Origine des annonces
Les annonces proviennent des campagnes AdWords. Une campagne publicitaire est faite par un compte pour une
ou plusieurs annonces. Le client définit une liste de mots-clés ou groupes de mots-clés pour déterminer les pages où
apparaîtront les annonces.
De plus, on peut allouer différents coûts au clic par mot-clé. Les annonceurs sont donc en compétition pour voir
apparaître leur message en premier. Plus les montants sont élevés (coût au clic alloué au mot-clé et budget maximum
alloué à la campagne), plus souvent et en meilleure position le message publicitaire sera affiché.
2.1.3
Annonces contextuelles
Contrairement à d'autres services d'annonces contextuelles AdSense ne se base pas sur un seul mot, mais sur plusieurs
et cherche à trouver le point commun entre eux pour déterminer le sens du contenu d'un texte[2] .
Par exemple, imaginons que le robot d'AdSense, Mediabot, veuille analyser le contenu suivant :
Python vous permettra facilement de développer des applications multi-plateformes.
4
2.2. LIMITATIONS
5
Mediabot va détecter les expressions principales que sont Python, développer, et applications multiplate-formes, pour
lesquels il déterminera avec quels domaines ils sont en rapport :
• Python : Mythologie, Reptile, et Informatique
• développer : Informatique, Physique, et Moral
• applications multiplateformes : Informatique
Dans cet exemple le point commun est l'appartenance au domaine de l'informatique, et donc l'analyse se refera en
sens inverse, ce qui permettra à AdSense d'associer ici Python à langage informatique et donc de retenir les annonces
liées au langage de programmation Python. C'est si les mots-clés ont plusieurs points communs qu'AdSense ne saura
pas quel sujet sélectionner, et il affichera donc des annonces à partir d'un sujet plus général, pouvant attirer le plus
d'internautes.
Les webmasters qui fournissent un espace publicitaire aux annonceurs, par l'intermédiaire de Google, peuvent percevoir, soit un revenu pour mille impressions de page, soit un revenu pour chaque clic d'un visiteur du site sur une
annonce. Le revenu au clic dépend du montant que l'annonceur est prêt à donner pour cela, défini évidemment au
moment où il fournit l'annonce.
2.2 Limitations
Google Adsense utilise la technologie JavaScript. Par conséquent, les annonces ne s’affichent pas quand le Javascript
est désactivé sur le navigateur de l'internaute. En outre, il existe également des systèmes bloquant les publicités, comme
des extensions pour navigateur ou des logiciels spécifiques.
C'est interdit par les conditions générales d'utilisation de Google[3] , mais la proportion de clics sur les publicités par
des robots est importante. En effet, il existe des logiciels à télécharger permettant d'automatiser les clics. Cela menace
la publicité dont le paiement dépend du nombre de clics[4] .
2.3 Google Ad Manager
Google Ad Manager est un gestionnaire de campagnes publicitaires en ligne pour sites Web permettant aux éditeurs
de site de gérer leurs différentes campagnes publicitaires - propres Google AdSense - en définissant des zones sur
leurs sites Web et en permettant la sélection et la rotation des meilleures publicités.
2.4 Notes et références
[1] « Google Expands Advertising Monetization Program for Websites », sur Google Press, 2009 (consulté le 16 août 2012)
[2] Dinero por internet usando Google Adsense (es)
[3] https://www.google.com/adsense/support/bin/answer.py?answer=48182&sourceid=aso&subid=ww-ww-et-resourcestab&
medium=link
[4] Fraude aux clics et liens commerciaux ? - Blog sur La fraude aux clics
2.5 Voir aussi
2.5.1
Articles connexes
• AdWords
• Fraude au clic
6
CHAPITRE 2. ADSENSE
2.5.2
Liens externes
• Modèle :En us Le blog officiel de Adsense
• (fr) Le site officiel de Adsense
• (en) Le Site officiel d’Ad Manager
• Google Adsense App
•
Portail de Google
Chapitre 3
AdWords
Google AdWords ou AdWords est la régie publicitaire de Google créée le 23 octobre 2000 aux États-Unis. Celui-ci
affiche des annonces ou bannières publicitaires soit sur Google soit sur le réseau partenaires Display, qui sont ciblées
en fonction des mots-clés que tape l'internaute ou en fonction de son comportement de navigation.
Les annonceurs paient lorsque l'internaute clique sur la publicité selon un système d'enchère et de qualité : plus
l'annonce sera pertinente pour l'utilisateur, plus le prix au clic sera bas et l'annonce en évidence. Ceci afin d'inciter
les publicitaires à fournir des renseignements pertinents par rapport à la demande de l'utilisateur.
« AdWords » provient de « Ad » pour Advertising : Publicité et Words : mots.
3.1 Fonctionnement
Lorsqu'un internaute utilise Google, deux listes de résultats sont affichées : au centre de la page, les résultats du
moteur de recherche lui-même, classé selon des critères « objectifs » - nommés résultats naturels (cf. Googlebot et le
système PageRank) ; et en haut de page et sur le côté droit, les résultats provenant de la régie AdWords, nommés liens
commandités. Google tire ainsi profit de son moteur de recherche en vendant cet espace publicitaire sous la forme de
clic aux annonceurs souhaitant apparaître suite à une “recherche” effectuée par un internaute.
Avec AdWords, les publicités sont affichées :
• sur les pages de recherche Google (si vous tapez le mot-clé « voiture », des publicités ciblées pour voitures
apparaissent) ;
• sur Gmail (avec AdSense : vous dites par courriel à un ami que vous cherchez une voiture, des publicités ciblées
pour voitures apparaissent ; le ciblage se fait automatiquement et aucun humain ne lit votre courriel) ;
• sur le moteur de recherche des partenaires de Google (AOL, Free, Amazon, etc.) ;
• sur le réseau Display (des sites personnels ou d'entreprises tierces avec AdSense : Google parcourt votre site
avec Mediabot, et si votre site personnel parle de voiture, des publicités ciblées pour voitures apparaissent et
Google vous paye un pourcentage du clic payé par l'annonceur qui vend des voitures ; si votre site critique les
fast-foods, l'encart de publicité pourrait afficher des publicités vantant les mérites de tel ou tel hamburger) ;
Depuis le 19 Février 2015, la sélection de site de niche en sous-domaine n'est plus proposée dans Adwords. Il
existe toutefois une option avancée d'Adwords (“Ajout de plusieurs sites simultanément”) qui permet de cibler
des sous-domaines, ou une page précise, ou un répertoire d'un site pour que l'annonceur puisse diffuser ses
publicités Adwords sur ce réseau Display.
• sur des applis de smartphones (via sa filiale AdMob).
Cette publicité serait très efficace, car elle permet de cibler les internautes en fonction de la recherche effectuée. Il
reste toutefois à démontrer d'une part le lien et les probabilités existant entre le fait de taper un mot-clé et celui de
cliquer sur la publicité, et d'autre part entre le fait de cliquer sur la publicité puis d'acheter le produit.
7
8
CHAPITRE 3. ADWORDS
Néanmoins une étude menée par l'Institut français d'opinion publique (IFOP) pour l'agence AdWords Ad’s up en
Juin 2013 précise que 52% des internautes cliquent sur les liens commandités lorsqu'ils effectuent une recherche sur
Google. 36% des internautes ne font pas la distinction entre les résultats naturels et les liens commandités[1] .
L'intérêt commercial principal des Adwords, outre l'aspect publicité directe, est de permettre à l'utilisateur des Adwords de se fixer un budget journalier pour ses diffusions Adwords. Cela permet une maîtrise totale de son budget
publicitaire. Lorsque le nombre de clics a engendré un coût égal au budget fixé, l'annonce ne sera alors plus diffusée
jusqu'au lendemain, dans la limite de + 20 %[2] .
Il est possible, par ailleurs, de détourner AdSense (fraude au clic), tandis que les publicitaires eux-mêmes ont pu payer
des sites Paid to click, où ils proposaient à des gens de gagner de l'argent en cliquant sur des publicités (escomptant
que ces personnes allaient ensuite acheter leurs produits, bien que leur motif premier soit de gagner de l'argent, non
d'en dépenser).
3.2 Annonces et Gmail
Le courrier des utilisateurs Gmail est analysé par un robot et des publicités sont ajoutées à côté des messages en
fonction de leur contenu. Ainsi, un courrier parlant de « cours », de « TD » ou encore de « professeur » se verra
accompagné d'une publicité pour des sites de soutien scolaire, plutôt que d'une publicité pour un sujet complètement
différent.
3.3 Comment bloquer les publicités AdWords
Il existe des systèmes pour bloquer les publicités sur internet, comme Adblock ou Ghostery, qui fonctionnent avec
les navigateurs Mozilla Firefox et Google Chrome.
3.4 Comment connaître les publicités AdWords diffusées par un annonceur
Des logiciels ou services en ligne permettent de connaître les mots achetés par un annonceur ainsi qu'une évaluation
du budget et les résultats des campagnes Adwords. Cela permet ainsi d'optimiser les campagnes en fonction des
concurrents et de mieux connaître l'audience d'un site web.
Systèmes des services en ligne d'analyse de la concurrence sur AdWords :
• Semrush
• KeywordSpy
• PPC Web
• Searchmetrics
3.5 Jurisprudence
Plusieurs marques ont intenté des procès en France contre Google, estimant qu'il n'avait pas le droit de vendre des
mots-clés contenant le nom de ces marques à des tiers. En effet, cela peut avoir pour résultat qu'à côté de la marque
en question, qui s’affiche parmi les résultats de la recherche, d'autres marques, voire des contrefaçons, soient affichées
par le logiciel AdWords. En 2005, déjà, Google avait été condamné solidairement avec Espace 2001 à verser des
dommages et intérêts à la société Amen (entreprise), les défendeurs n'ayant pas fait appel[3] . En 2006, la Cour d'appel
de Paris a ainsi condamné Google à payer 300 000 euros de dommages et intérêt à Louis Vuitton[4] . Google a formé
un pourvoi, et la Cour de cassation a posé une question préjudicielle à la Cour de justice de l'Union européenne[5] .
En septembre 2009, l'avocat général de la Cour européenne a proposé que cette Cour réponde aux questions préjudicielles dans un sens favorable à Google[6] . Selon le communiqué de la Cour :
3.6. NOTES ET RÉFÉRENCES
9
« les utilisateurs d’Internet sont conscients du fait que le site du titulaire de la marque ne sera pas
le seul à apparaître en réponse à une recherche effectuée sur le moteur de recherche de Google et ils
peuvent même parfois ne pas être à la recherche de ce site. (...) les droits de marque ne peuvent pas
s’entendre comme des droits de propriété classiques permettant aux titulaires d’exclure tout autre usage.
(...) Il estime que, au lieu de pouvoir empêcher, par le biais de la protection de la marque, tout usage
concevable – y compris de nombreux usages licites et même souhaitables – les titulaires de marques
devraient se concentrer sur les cas spécifiques susceptibles d’engager la responsabilité de Google au titre
de préjudices indûment causés à leurs marques[7] . »
La Cour européenne a rendu son arrêt le 23 mars 2010[8] .
3.6 Notes et références
[1] Rapport étude Ifop / Ad’s up - Perception et utilisation des moteurs de recherches en France
[2] Budget quotidien AdWords
[3] http://www.juriscom.net/actu/visu.php?ID=758
[4] Confirmation en appel de la condamnation de Google pour contrefaçon, ZDNet, 22 juin 2006
[5] Google Adwords : la Cour européenne de justice juge légal le commerce des mots clés de marques, ZDNet, 23 septembre
2009
[6] CONCLUSIONS DE L’AVOCAT GÉNÉRAL M. M. POIARES MADURO, 22 septembre 2009, affaires jointes C‑236/08,
C‑237/08 et C‑238/08
[7] Cour européenne de justice (CEJ), COMMUNIQUÉ DE PRESSE n° 75/09, 22 septembre 2009, Conclusions de l’Avocat
Général dans les affaires jointes C-236/08, C-237/08 et C-238/08, Google France & Google Inc./Louis Vuitton Malletier,
Google France/Viaticum & Luteciel et Google France/CNRRH, Bruno Raboin & Tiger, franchisée Unicis.
[8] Arrêt de la Cour de justice du 23 mars 2010
3.7 Voir aussi
3.7.1
Articles connexes
• Google AdSense
• Google Analytics
3.7.2
Liens externes
• Site Officiel Google AdWords
• Blog officiel Google AdWords en français
•
•
Portail de Google
pub
Portail de la publicité
Chapitre 4
Android
Pour l’article ayant un titre homophone, voir Androïde.
Android, prononcé androïde, est un système d'exploitation mobile open source [2],[3] basé sur le noyau Linux et
développé actuellement par Google. Le système a d'abord été conçu pour les smartphones et tablettes tactiles, puis
s’est diversifié dans les objets connectés et ordinateurs comme les télévisions (Android TV), les voitures (Android
Auto), les ordinateurs (Android-x86) et les smartwatch (Android Wear). Le système a été lancé en juin 2007 à la
suite du rachat par Google en 2005 de la startup du même nom[4] . En 2015, Android est le système d'exploitation le
plus utilisé dans le monde avec plus de 80 % de parts de marché dans les smartphones[5] .
4.1 Caractéristiques
Des Smartphones samsung sous Android
10
4.1. CARACTÉRISTIQUES
11
Dans le Guide du développeur, Android est défini comme étant une pile de logiciels, c'est-à-dire un ensemble de logiciels destinés à fournir une solution clé en main pour les appareils mobiles – smartphones et tablettes tactiles[6] . Cette
pile comporte un système d'exploitation (comprenant un noyau Linux), les applications clés telles que le navigateur
web, le téléphone et le carnet d'adresses ainsi que des logiciels intermédiaires entre le système d'exploitation et les
applications[6] . L'ensemble est organisé en cinq couches distinctes[7] :
• le noyau Linux avec les pilotes ;
• des bibliothèques logicielles telles que WebKit, OpenGL, SQLite ou FreeType ;
• une machine virtuelle et des bibliothèques permettant d'exécuter des programmes prévus pour la plate-forme
Java ;
• un framework - kit de développement d'applications ;
• un lot d'applications standard parmi lesquelles il y a un environnement de bureau, un carnet d'adresses, un
navigateur web et un téléphone.
Les services offerts par Android facilitent notamment l'exploitation des réseaux de télécommunications GSM, Bluetooth,
Wi-Fi et UMTS, la manipulation de médias, notamment de la vidéo H.264, de l'audio MP3 et des images JPEG ainsi
que d'autres formats, l'exploitation des senseurs tels que les capteurs de mouvements, la caméra, la boussole et le
récepteur GPS, l'utilisation de l'écran tactile, le stockage en base de données, le rendu d'images en 2D ou 3D en utilisant le processeur graphique, l'affichage de page web, l'exécution multitâche des applications et l'envoi de messages
SMS[7],[6] .
Bien que ne faisant pas partie de la pile de logiciels, l'environnement de développement qui comporte un émulateur
de téléphone et un plugin pour Eclipse peut aussi être considéré comme une fonctionnalité d'Android[6] . Et Google
Play, une boutique en ligne permettant l'achat et le téléchargement d'applications pour Android, joue un rôle essentiel
pour la popularité de ce système d'exploitation[7] .
Android est distribué en open source sous licence Apache. La licence autorise les constructeurs qui intègrent Android
dans leurs appareils à y apporter des modifications leur permettant de se distinguer de leurs concurrents[7] et il a été
adopté par de nombreux constructeurs de produits concurrents de l'iPhone[7] .
Le noyau Linux est utilisé pour les fondations d'Android, les services classiques des systèmes d'exploitation : utilisation
des périphériques, accès aux réseaux de télécommunication, manipulation de la mémoire et des processus et contrôle
d'accès. Il s’agit d'une branche du noyau Linux, modifiée en vue de son utilisation sur des appareils mobiles. Le X
Window System, les outils de GNU, ainsi que certains fichiers de configuration qui se trouvent d'ordinaire dans les
distributions Linux ne sont pas inclus dans Android. L'équipe de développement d'Android a apporté de nombreuses
améliorations au noyau Linux, et la décision a été prise par la communauté de développement de Linux d'incorporer
ces améliorations dans le noyau Linux 3.3[8] .
4.1.1
Android et la plateforme Java
Android comporte une machine virtuelle nommée Dalvik, qui permet d'exécuter des programmes prévus pour la
plate-forme Java. C'est une machine virtuelle conçue dès le départ pour les appareils mobiles et leurs ressources
réduites - peu de puissance de calcul et peu de mémoire[6] . En effet les appareils mobiles contemporains de 2011 ont
la puissance de calcul d'un ordinateur personnel vieux de dix ans[9] . La majorité, voire la totalité des applications est
exécutée par la machine virtuelle Dalvik[9] .
Le bytecode de Dalvik est différent de celui de la machine virtuelle Java de Oracle (JVM), et le processus de construction d'une application est différent : le code source de l'application, en langage Java est tout d'abord compilé avec un
compilateur standard qui produit du bytecode pour JVM (bytecode standard de la plateforme Java) puis ce dernier est
traduit en bytecode pour Dalvik par un programme inclus dans Android, du bytecode qui pourra alors être exécuté[6] .
L'ensemble de la bibliothèque standard d'Android ressemble à J2SE (Java Standard Edition) de la plateforme Java. La principale différence est que les bibliothèques d'interface graphique AWT et Swing sont remplacées par des
bibliothèques d'Android[6] .
Le développement d'applications pour Android s’effectue avec un ordinateur personnel sous Mac OS, Windows ou
Linux en utilisant le JDK de la plate-forme Java et des outils pour Android. Des outils qui permettent de manipuler
le téléphone ou la tablette, de la simuler par une machine virtuelle, de créer des fichiers APK (les fichiers de paquet
12
CHAPITRE 4. ANDROID
d'Android), de déboguer les applications et d'y ajouter une signature numérique. Ces outils sont mis à disposition sous
la forme d'un plugin pour l'environnement de développement Eclipse[7] .
La bibliothèque d'Android permet la création d'interfaces graphiques selon un procédé similaire aux frameworks de
quatrième génération que sont XUL, JavaFX ou Silverlight : l'interface graphique peut être construite par déclaration
et peut être utilisée avec plusieurs skins - chartes graphiques. La programmation consiste à déclarer la composition de
l'interface dans des fichiers XML ; la description peut comporter des ressources (des textes et des pictogrammes). Ces
déclarations sont ensuite transformées en objets tels que des fenêtres et des boutons, qui peuvent être manipulés par
de la programmation Java[9] . Les écrans ou les fenêtres (activités dans le jargon d'Android), sont remplis de plusieurs
vues ; chaque vue étant une pièce d'interface graphique (bouton, liste, case à cocher…). Android 3.0, destiné aux
tablettes, introduit la notion de fragments : des panneaux contenant plusieurs éléments visuels. Une tablette ayant contrairement à un téléphone - généralement suffisamment de place à l'écran pour plusieurs panneaux[9] .
4.1.2
Android Runtime (ART)
Pour pallier le potentiel limité de la machine virtuelle Dalvik, Google développe ART (en) (Android RunTime), un
environnement d'exécution plus performant. ART est d'abord disponible en version beta dans Android 4.4 KitKat
(activable grâce aux options de développeurs, l'utilisateur choisit Dalvik ou ART), puis prend définitivement la place
de Dalvik dans Android 5.0 en 2014. Avec ART, contrairement à la machine virtuelle java, les fichiers .apk ne
sont plus lancés directement, mais décompressés et lancés avec de nouvelles bibliothèques et API ; les applications
prennent ainsi plus de place (+20 %), mais les gains en performance et en autonomie des batteries sont conséquents
(+20 à 30 %).
4.1.3
Logo
Le personnage nommé Bugdroid est le petit robot vert utilisé par Google pour présenter Android. Ce personnage est
sous licence « creative commons by (3.0) » et peut donc être utilisé librement[10] .
Le site Engadget[11] annonce que Bugdroid, le logo d’Android, serait en fait un personnage d’un jeu des années 1990
sur Atari : Gauntlet : The Third Encounter.
4.2 Histoire
Android doit son nom à la startup éponyme spécialisée dans le développement d'applications mobiles rachetée par
Google en août 2005[12] , nom venant lui-même d'« androïde » qui désigne un robot construit à l'image d'un être
humain. Le logiciel, qui avait été surnommé gPhone par les rumeurs de marchés et qui selon un de ses concepteurs
Andy Rubin était initialement prévu pour être un système d'exploitation pour appareil photo[13] , est proposé de façon
gratuite et librement modifiable aux fabricants de téléphones mobiles, ce qui facilite son adoption. Le gPhone a été
lancé en octobre 2008 aux États-Unis dans un partenariat de distribution exclusif entre Google et T-Mobile. Anticipant
les annonces officielles, les marchés financiers se ruent massivement sur les actions Google les faisant monter jusqu'au
plus haut historique de 724 dollars le 5 novembre 2007 (le vendredi 18 octobre 2013, les actions Google franchissent
les 1 000 dollars).
Lors de l'été 2015, Android doit faire face à plusieurs crises. La première concerne la faille Stagefright. Elaborée
par un chercheur en sécurité, elle peut perturber 95% des terminaux fonctionnant avec l'OS de Google par un simple
MMS. Le pirate peut ainsi avoir accès à quasiment toutes les données sur le téléphone[14] . La deuxième est un bug
découvert par des chercheurs Trend Micro qui paralyse téléphones et tablettes[15] .
4.2.1
Versions
Article détaillé : Historique des versions d'Android.
Les différentes versions d'Android ont toutes des noms de desserts ou plus généralement des sucreries (en anglais)
depuis la sortie de la version 1.5 et suivent une logique alphabétique (de A vers Z)
4.2. HISTOIRE
13
Bugdroid, la mascotte représentant Android.
Andy Rubin, le vice-président ingénierie de chez Google, a déclaré après la sortie de Gingerbread que le rythme des
mises à jour d'Android serait plus lent. Ainsi, il devrait y avoir une nouvelle version tous les ans[26] . Une sculpture d'un
bugdroid, accompagnée par une sculpture de chaque pâtisserie utilisée comme nom de code des différentes versions
d'android est placée devant le centre de développement Google. La livraison d'une sculpture est le signe de la sortie
prochaine d'une nouvelle version. La sculpture du gingerbread a été livrée le 22 octobre 2010[27] et celle d'Ice Cream
Sandwich le 12 octobre 2011[28] . Une erreur d'envoi d'e-mail mi-juillet 2008 dévoile qu'il existe des versions cachées
à la communauté, réservées aux vainqueurs de concours de développement. Cette erreur soulève des rumeurs et les
foudres de la communauté[29] .
14
CHAPITRE 4. ANDROID
Répartition des versions
Graphique illustrant la part de chaque version d'Android sur le Google Play Store.
Marshmallow (0,3%)
Lollipop (25,6%)
KitKat (37,8%)
Jelly Bean (29,0%)
Ice Cream Sandwich (3,3%)
Gingerbread (3,8%)
Froyo (0,2%)
Répartition des différentes versions sur le Google Play Store* , au 2 novembre 2015[30]
*
Basée sur le nombre d'appareils Android qui se sont connectés au Google Play Store dans une période de sept jours se terminant
à la date de collecte des données. Les versions avec un pourcentage inférieur à 0,1 % et/ou ne disposant pas du Google Play Store
(disponible à partir d'Android 2.2) ne sont pas représentées ou comptées.
4.2.2
Appel à la communauté open source
Dans le message vidéo de présentation d'Android, Sergueï Brin a indiqué que Google comptait sur la communauté
des développeurs open source pour créer un système d'exploitation novateur grâce au SDK. Il a aussi indiqué qu'une
prime globale de 10 millions de dollars[31] serait attribuée aux développeurs des meilleures applications dans le cadre
de l'Android Developer Challenge.
Le 12 mai 2008, Google annonce la liste des cinquante applications retenues dans le cadre de ce concours. Ces 50
applications font pour la plupart appel à des services de géolocalisation et de réseaux sociaux. Tous les participants se
voient alors remettre la somme de 25 000 dollars par projet afin de poursuivre le développement. La deuxième partie
du défi est alors lancée dans le but de retenir 20 projets finaux en les finançant à hauteur de 275 000 dollars pour les
dix premiers et 100 000 dollars pour les dix autres. Une vidéo de présentation d'Android[32] fut mise en ligne le 23
octobre 2008, jour de la publication du code source par Google[33] et la liste des applications gagnantes du premier
Android Developer Challenge[34] a été publiée par Google.
Les soumissions du deuxième Android Developer Challenge ont pris fin le 31 août 2009 et les résultats finaux ont été
dévoilés en novembre 2009.
4.3 Utilisation
Après l'introduction d'un code personnel (exemple : code PIN), les appareils équipés d'Android affichent un écran
d'accueil qui sert de point de départ à partir duquel l'utilisateur peut accéder aux applications. Le contenu de cet écran
peut être librement personnalisé par l'utilisateur et est souvent personnalisé par les fabricants[35] ; il se comporte
comme une pile de feuilles qui peuvent être glissées l'une sur l'autre avec le doigt. En haut de l'écran d'accueil se
4.4. GOOGLE PLAY
15
trouvent différentes icônes d'avertissement et d'état qui permettent par exemple de contrôler le niveau de la batterie
et la disponibilité des réseaux[36] .
Depuis cet écran d'accueil, une icône permet à l'utilisateur d'accéder à l'écran de launcher : sur cet écran est affichée
la liste de toutes les applications installées dans l'appareil, que l'utilisateur pourra éventuellement ajouter à l'écran
d'accueil. Lorsqu'une application est exécutée, l'écran de l'application sera affiché en lieu et place de l'écran d'accueil
et un bouton permet à l'utilisateur d'y revenir[36] .
Les gestes reconnus par l'écran tactile des appareils Android sont : toucher l'écran, enfoncer (toucher et maintenir le
doigt en contact avec l'écran), déplacer (enfoncer, puis déplacer le doigt en restant en contact avec l'écran), glisser
(déplacer le doigt en contact avec l'écran sans s’arrêter), double frappe (toucher deux fois de suite un dessin à l'écran
dans un délai très court), pincer (mettre deux doigts en contact avec l'écran, puis les rapprocher) et tourner l'écran
(changer la position du téléphone, le poser sur le dessus ou sur le côté)[36] .
Lorsque l'utilisateur doit entrer un texte, Android affiche en bas de l'écran le clavier virtuel - une simulation d'un
clavier d'ordinateur. Ce clavier comporte une fonction de copier-coller ainsi que de reconnaissance vocale - qui
permet à l'utilisateur de dicter le texte par oral plutôt que de se servir des touches[36] .
4.3.1
Applications incorporées
Android comporte une quinzaine d'applications incorporées parmi lesquelles il y a l'application téléphone, qui permet
d'émettre ou de recevoir des appels téléphoniques, les applications contact et accounts, qui sont deux carnets d'adresses,
deux applications Gmail et Mail permettant d'envoyer et de recevoir du courrier électronique, Calendar - un agenda
sur lequel l'utilisateur peut inscrire des événements et être rappelé le moment venu, une application de messagerie
instantanée utilisant le service Google Talk, l'application Messaging pour envoyer des messages SMS ou MMS[36] .
Android comporte également un navigateur web, une application pour consulter des cartes géographiques, une application pour prendre des photos et des vidéos, ainsi que consulter les photos et vidéos enregistrées dans l'appareil, une
application pour accéder au service d'hébergement de vidéos YouTube, des applications pour écouter de la musique,
accéder aux nouvelles ou à la météo, ainsi qu'une horloge et une calculatrice[36] .
Android comporte une application incorporée pour accéder au magasin en ligne Google Play, acheter, télécharger et
installer des applications pour Android, ainsi qu'une application Settings permettant à l'utilisateur d'effectuer différentes opérations de maintenance et de configuration de l'appareil : activer ou non l'exploitation des réseaux Wifi et
Bluetooth, changer le volume et la mélodie de la sonnerie, désinstaller des applications, formater les cartes mémoire,
modifier la disposition du clavier virtuel, régler l'heure, ou obtenir des informations techniques telles que la version
d'Android et le numéro de série de l'appareil[36] .
4.4 Google Play
Article détaillé : Google Play.
Google Play, anciennement dénommé Android Market, est le magasin en ligne de Google. Celui-ci permet de télécharger des logiciels, des livres, des films ou de la musique, payants ou non. Il est aussi possible de les noter et
de les commenter. En septembre 2011, il y avait plus de 520 000 applications sur Android Market, dont 65 % sont
gratuites[37] .
Les applications sont écrites en Java ou en C++ et peuvent être distribuées autrement que par l'Android Market.
Pour simplifier le développement d'applications, Google avait développé une interface web : App Inventor permettant
de développer facilement une application qui pourra ensuite être disponible sur l'Android Market[38] . Ce service est
désormais fermé depuis août 2011, mais repris en version Beta par le MIT.
Archos propose son service Appslib indépendant qui permet également de télécharger et installer des applications sur
ses tablettes.
Sony propose le service PlayStation Suite qui permet de télécharger des jeux vidéo certifiés par l'entreprise uniquement pour les appareils fonctionnant sous Gingerbread[39] .
Les smartphones disposant d'une puce Tegra ont accès à la Tegra Zone, un magasin d'applications permettant de
télécharger des applications dédiées aux téléphones sous Tegra. Il contient notamment des applications THD (Très
Haute Définition).
Les smartphones Samsung disposent eux du Galaxy App (anciennement Samsung Apps). Un magasin d'applications
16
CHAPITRE 4. ANDROID
sécurisé permet de télécharger des applications telles que Gear Manager ou encore S Voice pour les appareils de
Samsung sous Android.
La Free Software Foundation a quant à elle créé le service F-Droid (Android FOSS repository), un marché du libre
ne contenant que des applications libres et gratuites[40] .
D'autres petites marques utilisent leur propre store moins fourni à défaut de ne pouvoir accéder au Play Store.
Android Market a été remplacé par Google Play Store le 6 mars 2012.
4.5 Versions alternatives
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources. Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [Comment
faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.
Android étant un système principalement open source, des versions alternatives aussi appelées ROM Custom (ou
forks) se sont développées.
Les applications qui y sont proposées et les serveurs web qui permettent d'y accéder sont généralement en anglais.
Mais une communauté française réalise aussi des versions très bien conçues
Ces systèmes modifiés proposent de nouvelles fonctions (photos, écran d’accueil, design de l'interface, autonomie,
etc.) mais permettent surtout d'assurer un support. En effet les constructeurs mettent à jour la version du système 2
à 3 fois durant la vie du téléphone. Les ROM alternatives permettent de mettre à jour son téléphone sur la dernière
version d'Android et de bénéficier d'un support étendu.
Avantages :
• disponibles sur un grand nombre de modèles de téléphones la diversité et le volume des ventes des Androphones
étant sans limites ;
• une personnalisation et un choix presque illimités ;
• un téléphone globalement plus rapide puisqu'il est dépossédé des surcouches imposées par les constructeurs ;
• des possibilités de sur-cadencement ou de sous-cadencement des composants afin d'obtenir un téléphone plus
réactif, plus puissant ou plus autonome que la version originale.
• Certains téléphones ne peuvent pas être mis à jour. Les versions alternatives permettent d'utiliser une version
plus récente d'Android afin de rester à jour.
Inconvénients :
• le principal reste la stabilité qui peut poser des conflits entre les processus et conduire au redémarrage intempestif du téléphone, ce problème étant de moins en moins fréquent avec Android 4.4 ;
• certaines fonctionnalités sont plus lentes d'autres plus rapides parfois inexistantes (Appareil photo, touches en
façade, réactivité de l'écran) ;
• du fait du grand choix de ROM disponibles, l'utilisateur risque de perdre beaucoup de temps à sélectionner
celle qui lui convient le mieux ;
• l'utilisateur doit avoir les droits root ce qui entraîne généralement un risque de perte de la garantie du téléphone
(toutefois, l'[Union européenne] a voté des directives protectrices des consommateurs, en rendant illégale les
clauses qui limitent les garanties pour ces raisons).
Les principaux sites qui permettent d'y accéder sont généralement des forums de développeurs regroupant plusieurs
Projets tels que XDA developers[41]
4.6. DIFFÉRENTS SUPPORTS
4.5.1
17
Développement
Ces ROMs ont bien souvent un développement dit participatif où une équipe de développeurs indépendants crée leur
propre système. Ces ROMs évoluent sans cesse et sont mises à jour sur de nombreuses plateformes en tenant compte
des retours des utilisateurs sur des bugs, des fonctionnalités ou paramètres supplémentaires.
Parmi ces ROMs, se trouvent :
• CyanogenMod[42] , compatible avec de nombreux modèles du marché, dont la base est open source (sauf les
drivers/pilotes) et qui offre une alternative épurée de certaines fonctionnalités dites « malveillantes » ;
• Replicant qui est orienté 100 % libre et qui ne contient aucun paquet propriétaire. Replicant offre aussi une
alternative épurée de certaines fonctionnalités dites « malveillantes » mais est compatible avec peu de modèles
sur le marché (par exemple l'OpenMoko) ;
• les ROMs dites AOSP (pour peu ou pas modifiées « Android Open Source Project ») qui conservent le système original proposé par Google en y ajoutant le moins de modifications possibles sauf celles nécessaires à
l'adaptation du système sur un modèle spécifique de téléphones.
4.5.2
Évolution
Ces versions alternatives peuvent même donner lieu à la création d'un téléphone spécialement dédié. C'est le cas par
exemple du OnePlus One[43] de OnePlus qui embarque une version du système développée par l'équipe CyanogenMod.
D'autres téléphones voient le jour ou sont en développement tels que le BlackPhone[44] qui lui est tourné vers une
sécurité accrue du système.
4.6 Différents supports
4.6.1
Règles communes
Le projet Android définit un support compatible comme étant un support capable d'exécuter n'importe quelle application Android[45] . Pour permettre aux fabricants d'y parvenir, le projet Android réalise le Compatibility Program
(programme de compatibilité).
Il détaille ses objectifs ainsi[46] :
• fournir aux développeurs un environnement cohérent quant aux matériels et aux applications,
• fournir aux utilisateurs un environnement applicatif cohérent,
• permettre aux fabricants de se différencier tout en restant compatibles,
• minimiser les coûts associés au respect de la compatibilité.
Les matériels précisés dans ce programme[47] sont :
• écran,
• clavier,
• différents capteurs : accéléromètre, magnétomètre, GPS, gyroscope, baromètre, thermomètre (mais il est déconseillé), et détecteur de proximité,
• différents mode de connexion,
• la caméra,
• carte mémoire,
• USB.
18
CHAPITRE 4. ANDROID
Une fois qu'Android pilote l'équipement, il faut mener ses éventuelles mises à jour.
À titre d'exemple, voici les étapes que cela implique à la société Sony Ericsson[48] , une fois que les sources d'une
nouvelle version d'Android sont disponibles :
• phase de préparation, avec la mise à jour des outils de développement, de la couche d'abstraction matérielle,
des correctifs propres au constructeur, de la localisation, et enfin des tests ;
• phase de certification et d'approbation, avec le respect des règlements des différents pays et contextes d'usage,
et vérifications internes sur les domaines que Sony considère stratégiques ;
• phase opérateurs : enfin, intégrer les personnalisations des diffuseurs et opérateurs, et rendre la mise à jour
disponible auprès des utilisateurs.
4.6.2
Smartphones
Article détaillé : Liste des téléphones sous Android.
Le premier mobile commercialisé sous Android est le HTC G1/Dream produit par la firme Taïwanaise HTC, lancé
aux États-Unis sur le réseau T-Mobile le 22 octobre 2008.
En France, le premier mobile sous Android fut commercialisé par Orange avec le HTC Dream depuis le 12 mars
2009. Le HTC Magic est arrivé début mai 2009 chez SFR, suivi par le Samsung Galaxy (ou i7500) chez Bouygues.
Le HTC Hero, disponible fin juillet 2009 hors abonnement, bénéficie de Sense, un habillage particulier (propre à
HTC) de l'interface. Son successeur : le HTC Legend est commercialisé sur le marché européen en avril 2010 avec
la version 2.1 d'Android et, comme le Hero, il bénéficie de Sense.
En novembre 2009, Motorola a lancé aux États-Unis le Droid (commercialisé ailleurs dans le monde sous le nom de
Motorola Milestone), le premier téléphone muni de la version 2.0 d'Android (nom de code Éclair). L'appareil qui a
trouvé 250 000 acheteurs une semaine après son lancement[49] fut lancé au Canada début février 2010 sur le réseau
de Telus[50] .
Au Canada, les mobiles sous Android sont disponibles chez Rogers Communications, Bell, Telus et Vidéotron, ainsi
que sur certaines de leurs filiales respectives[51] . Le premier opérateur à avoir offert un téléphone muni d'Android a
toutefois été Rogers, avec le HTC Dream et le HTC Magic.
Le 5 janvier 2010 Google annonce le Nexus One, téléphone conçu par la firme de Mountain View et sous-traité par
HTC. Doté de caractéristiques alors assez impressionnantes (écran AMOLED de 3,7 pouces, processeur de 1 GHz,
512 Mo de mémoire RAM et Android 2.1), il devait également avoir l'avantage de recevoir directement ses mises à
jour de Google, c'est-à-dire très rapidement. Il fut en effet le premier smartphone à bénéficier d'Android 2.2 Froyo en
juin 2010. Cependant ses ventes n'ont pas été exceptionnelles : environ 20 000 exemplaires la semaine de sa sortie.
En décembre 2010, Samsung fabrique le Nexus S pensé par Google sous Android 2.3, et le mois de sa sortie celui-ci
est envoyé dans l'espace à plus de 32 000 mètres d'altitude[52] . Google annonce passer les 300 000 activations de
smartphones par jour.
Le 18 octobre 2011, Samsung et Google dévoilent le Galaxy Nexus, premier smartphone sous Android 4 « Ice Cream
Sandwich ». Celui-ci intègre le déverrouillage par reconnaissance faciale, l'utilisation de boutons virtuels et un système
de reconnaissance vocale avancé[53] .
Certains développeurs ont réussi à porter Android sur d'autres smartphones comme le Nokia N9, dont le portage a
été réalisé début 2012[54] , ou l'iPhone dont le portage a été réalisé début mai 2010 par David Wang, le portage ayant
été effectué avec plusieurs versions. Les informaticiens ont alors fait part d'une avancée[55],[56] .
En 2012, Google sort, en partenariat avec LG le Nexus 4, un smartphone haut de gamme qui est le tout premier à
bénéficier de la version 4.2 d'Android[57] .
Le 31 octobre 2013, Google sort le LG Nexus 5 avec Android 4.4 KitKat et supportant la 4G.
En 2014, Google sort, en partenariat avec Motorola le Nexus 6 qui est le premier à avoir la version Android 5 Lollipop.
4.6.3
Téléviseurs
Articles détaillés : Google TV et Android TV.
4.6. DIFFÉRENTS SUPPORTS
19
Le 5 avril 2010, la première télévision sous Android est dévoilée. Celle-ci est développée par l'entreprise suédoise
People of Lava et se nomme Scandinavia. Elle possède les applications Facebook, YouTube, Google Maps et Twitter,
possède un navigateur Web ainsi qu'un client de messagerie électronique[58] .
Le 20 mai 2010, Google présente lors de sa conférence I/O le concept Google TV, les télévisions présentées précédemment ne faisant pas partie du projet en lui-même Google TV [59] .
La conférence I/O 2014 introduit Android TV, nouvel essai de Google dans la télévision après l'échec commercial
du Nexus Q et de la Google TV.
4.6.4
Tablettes
En septembre 2010, Samsung présente à l'IFA de Berlin le Samsung Galaxy Tab, tournant sous Android 2.2 (FroYo)
et sortie fin 2010. Archos avec sa génération 7 de tablettes internet introduit Android (lancée en septembre 2009).
Dans la même lignée, les tablettes Archos de la génération 8 (Gen 8) intègrent Android 2.2 (FroYo).
Motorola présente au CES 2011 la Xoom, première tablette bénéficiant de la nouvelle version du système mobile
de Google, Honeycomb (Android 3.0). Elle y reçoit le prix de la meilleure innovation. S'ensuivent de nombreuses
tablettes sous Android Honeycomb proposées par plusieurs constructeurs, dont Samsung, Acer, Asus, Toshiba et
Sony.
Android est porté sur d'autres appareils comme la HP TouchPad, portage réalisé début 2012 avec la version 9 de
CyanogenMod, basé sur Ice Cream Sandwich[60] et fin 2011 avec la version 7 de CyanogenMod basé sur Gingerbread[61] .
En juillet 2012, Google lance un partenariat avec Asus pour fabriquer la Nexus 7[62] , tablette multimédia low-cost
et première tablette de Google.
Trois mois plus tard, la Nexus 10, tablette 10 pouces fabriquée par Samsung, est présentée en même temps que le
Nexus 4, fabriqué par LG. Elle propose une définition d'écran record pour une tablette (2560 x 1600 pixels) ainsi
qu'un processeur double-cœur Exynos fabriqué par Samsung, cadencé à 1,7 GHz. Comme tous les produits Nexus
2012, la tablette propose un très bon rapport qualité/prix à savoir 399 € pour 16 Go et 499 € pour 32 Go. Elle est
disponible à la vente sur le Play Store depuis le 13 novembre 2012. Cependant à cause d'une demande trop importante
elle se retrouve en rupture de stock très rapidement.
En juillet 2013, Google a présenté, en même temps que Android 4.3 « Jelly Bean », la version 2013 de la Nexus 7,
conçue une nouvelle fois par Asus.
En octobre 2014, Google a présenté en même temps que la version Android 5 Lollipop le Nexus 6 et la tablette Nexus
9 conçue par HTC
4.6.5
Console de jeux vidéo
DEA commercialise à partir de septembre 2012, sous le nom de MyPlay, une console de jeux vidéo portable sous
Android[63] . Archos a aussi commercialisé une tablette/console nommée GamePad[64] . En mars 2013[65] ce sera au
tour de Boxer8 de sortir leur console Ouya, basé sur le free to play. Nvidia a sorti une machine portable, la Nvidia
Shield , qui tourne sous Android et est basée sur son nouveau processeur graphique pour mobile, Tegra 4.
4.6.6
Montres
Cette section est vide, insuffisamment détaillée ou incomplète. Votre aide est la bienvenue !
Article détaillé : Android Wear.
En 2013, le cabinet d'étude Strategy Analytics évalue à 61% les parts de marchés d'Android sur le marché des montres
connectées [66] . Le 18 mars 2014, Google dévoile Android Wear, une version modifiée d'android, dédiée au Smartwatches, le SDK de la première version est disponible depuis la conférence Google I/O 2014, quelques jours plus
tard, LG commercialise sa G Watch et Samsung une Gear Live. Motorola a aussi dévoilé sa montre, la Moto 360,
qui a su faire parler d'elle pour son cadran rond et son design.
20
CHAPITRE 4. ANDROID
4.7 Stratégie de Google
4.7.1
Avancement
En initiant le débat sur l'avenir de l'industrie du mobile, il apparaît que Google souhaite élargir autant que possible
l'accès des utilisateurs à une grande variété de services comme les cartes géographiques, les réseaux sociaux ou le
partage de vidéo. Pour arriver à ses fins, le géant de la recherche sur le net va devoir surmonter les résistances des
opérateurs de téléphonie portable.
Au vu de la concurrence avec Apple, Google a décidé d'iconiser son OS en lançant le Nexus One, fabriqué par HTC.
Il en suivra 5 autres smartphones, le Nexus S, le Galaxy Nexus (qui est le premier smartphone Android Ice Cream
Sandwich en natif), le Nexus 4 et le Nexus 5 fabriqués par LG, et enfin le Nexus 6 fabriqué par Motorola[67] . Ce
sont des smartphones qui bénéficient des dernières versions de l'OS de Google et d'une interface pure dépourvue
d'interfaces constructeur.
Le 27 mai 2010, l'ancien directeur de l'interface de WebOS, Matias Duarte rejoint l'équipe d'Android après le rachat
de Palm par HP[68] .
4.7.2
Alliances et concurrence
Afin de promouvoir ce système d'exploitation, Google a su fédérer autour de lui une trentaine de partenaires réunis
au sein de l'Open Handset Alliance.
Ils ont comme principaux concurrents :
• Apple avec iOS ;
• Microsoft et Nokia avec Windows Phone, ce dernier utilisait aussi Symbian sur la gamme Asha ;
• BlackBerry avec BlackBerry OS ;
• Mozilla avec Firefox OS ;
• Samsung avec Tizen, après l'abandon de Bada (gamme Wave).
Anciens concurrents :
• Jusqu'en août 2011, HP concurrençait Google avec webOS, date où HP a décidé d'arrêter de vendre des appareils avec ce système. Depuis 2013, HP utilise aussi Android sur sa gamme de tablettes Slate.
Android s’impose sur le marché des smartphones, car aux États-Unis, le nombre de téléphones tournant sous Android vendus au premier trimestre 2010 avait dépassé celui d'Apple, se plaçant en deuxième position, derrière
Blackberry[69] .
La majorité des constructeurs utilisent Android. À l'exception, d'une part de Nokia (même si les Nokia X sont équipés
d'Android depuis début 2014) qui lui préfère d'autres systèmes (Meltemi, Symbian, Windows Phone) et d'autre part
de Blackberry et Apple, qui possèdent leur propre système d'exploitation mobile, tous les autres fabricants ont sorti au
moins un matériel équipé d'Android. Ce sont, entre autres, ZTE, Huawei, Acer, HTC, LG, Samsung, Archos, Sony,
Dell, Motorola, Fujitsu, Sharp…
Steve Jobs, l'ancien patron d'Apple qui voyait d'un mauvais œil la montée d'Android, promis, selon les analystes, à
une domination dans le domaine des smartphones[70] , avait réorienté la question d'un journaliste le 8 avril 2010 à
propos du caractère verrouillé de l'app store[71] en une attaque envers l'Android Market qui contient des applications
à caractère pornographique, aujourd'hui supprimées[72],[73] .
4.7.3
Android Device Manager
Il s’agit d'un service antivol et anti-perte permettant de contrôler à distance les supports mobiles utilisant le système
Android. Lancé à l'été 2013 par les équipes de Google sur le web uniquement, le service existe sous la forme d'une
application mobile depuis décembre 2013[74] .
4.8. LITIGE ORACLE-JAVA
4.7.4
21
Android Wear
Le 18 mars 2014 Sundar Pichai annonce le lancement d'Android Wear, une version du système d'exploitation spécifiquement conçu pour faire fonctionner les technologies mettables, en particulier les montres intelligentes[75] . Les
smartwatch ou android wear fonctionnent avec n'importe quel périphérique android indifféremment de la marque.
4.8 Litige Oracle-Java
Oracle assigne Google en justice à propos de son système d'exploitation mobile pour violation de brevet à propos de
Java. À noter que l'entreprise[76] avait racheté Sun qui possédait ce brevet moins d'un an avant cette annonce.
Diverses tentatives d'accord à l'amiable entre les deux entreprises ont échoué. Oracle réclame à Google 2,6 milliards
de dollars de dédommagements. Aussi, la justice américaine a prévu de tenir un procès, qui a démarré en 2012[77] .
Le procès s’est terminé le 23 mai 2012, Google est reconnu non coupable de violation des brevets Oracle par les dix
jurés du tribunal à San Francisco, mettant un terme à un long procès qui aurait pu se solder par plus d'un milliard de
dollars de dédommagement[78] .
4.9 Rentabilité
Android est rentable pour Google depuis le 5 octobre 2010[79] . Son vice-président sénior considère qu'Android aura
rapporté plus d'un milliard de dollars de revenus à la fin de l'année 2010[80] .
D'après Millennial Media, Android génère plus de revenus publicitaires qu'iOS depuis octobre 2010[81] . Pour David
Lawee, « l’achat d’Android est la meilleure affaire de Google »[82] .
Pour les développeurs d'applications, la rentabilité qu'offre Android est moins nette, surtout si on la compare avec
l'offre de son concurrent l'App Store sur iOS. Si la plate forme Android a aujourd'hui plus de succès, si le nombre
d'appareils est plus important, il est plus difficile de transformer ce potentiel en vente. Il semble que ce soit parce que
les utilisateurs d'Android sont récents, alors que les utilisateurs iOS sont une base établie, que le marché Android est
plus libre alors que chaque compte iOS est directement associé à un moyen de paiement, et que le système Android
souffre d'une plus grande diversité qu'iOS[83],[84] .
4.10 Notes et références
[1] (en) « Licenses » (consulté le 22 octobre 2008)
[2] (en) open source project, android.com
[3] (en)
[4]
[5] http://www.zdnet.fr/actualites/chiffres-cles-les-os-pour-smartphones-39790245.htm
[6] (en)Dave Smith et Jeff Friesen, Android Recipes : A Problem-Solution Approach, Apress - 2012,(ISBN 9781430246145)
[7] (en)Wei-Meng Lee, Beginning Android 4 Application Development, John Wiley & Sons, (ISBN 9781118240670)
[8] (en)Anmol Misra et Abhishek Dubey, Android Security : Attacks and Defenses, CRC Press - 2013,(ISBN 9781439896464)
[9] (en)Satya Komatineni, Dave MacLean, Pro Android 4, Apress - 2012,(ISBN 9781430239307)
[10] Android FAQ - Android Wiki
[11] (en) « Shocker ! Google’s Android logo boosted from Atari Lynx title 'Gauntlet : The Third Encounter' », Engadget.
[12] Toute l'information détaillée sur le nouveau Google Android, Oseox
[13] Edouard Marquez, « Android était initialement prévu pour être un système d’exploitation pour appareil photo », sur frandroid.com, 16 avril 2013
[14] Stagefright sème la terreur sur les terminaux Android
22
CHAPITRE 4. ANDROID
[15] Un bug dans Android plonge les terminaux dans le coma
[16] (en), android.com
[17] http://www.frandroid.com/actualites-generales/79137_android-2-3-6-est-en-cours-denvoi-sur-les-nexus-s/
[18] Honeycomb version d’Android après Gingerbread Android France, 20 août 2010
[19] http://www.echosdunet.net/dossiers/dossier_7397_android+honeycomb+31+se+devoile.html
[20] (en) The Future Version Of Android Isn’t Called Ice Cream. It’s Ice Cream SANDWICH. Techcrunch, 12 janvier 2011
[21] Avec Ice Cream Sandwich, Google unifie son système Android Jean Elyan, Le Monde Informatique, 11 mai 2011
[22] (en)Android “Jelly Bean” up next after Ice Cream Sandwich
[23] « Android 4.4 s’appellera KitKat », Métro, 3 septembre 2013
[24] « Android KitKat », Google, 18 septembre 2013
[25] « Android 5.1 Lollipop : appels HD, antivol et double SIM », sur clubic, 9 mars 2015 (consulté le 10 mars 2015)
[26] (en) « Android – Nous aurons droit à une mise à jour par an », android-france.f, 1er juin 2010
[27] Massive Gingerbread Man Invades Googleplex !
[28] http://www.frandroid.com/actualites-generales/82746_la-sculpture-dice-cream-sandwich-vient-datterrir-devant-le-batiment-44-de-google/
[29] (en) Un des messages sur les versions cachées de Google sur le groupe de développement Android developpers, google
groups, 14 juillet 2008
[30] (en) « Android Platform Versions », Android Developers, 5 octobre 2015 (consulté le 2 novembre 2015).
[31] Lancement de l'Android Developer Challenge, connexion mobile, 15 novembre 2007
[32] Vidéo de présentation d'Android
[33] (en) Google publie le code source, android developpers, 21 octobre 2008
[34] Liste des applications gagnantes du premier Android Developer Challenge
[35] http://applicationsandroidfrance.com/dossiers-android/infographie-les-differentes-surcouches-smartphone-android/#comment-3626.
[36] Google Inc., Android 2.2.1 User’s Guide.
[37] (en) Android Market surpasses 100,000 apps : can't stop, won't stop growing, Darren Murph, engadget, 26 octobre 2010.
[38] « Google propose à tous les internautes de créer leurs propres applications », AFP, mardi 13 juillet 2010.
[39] (en) PlayStation Suite, Sony Computer Entertainment Japan, 17 janvier 2011.
[40] (en) Andfroid FOSS repository.
[41] http://forum.xda-developers.com/index.php
[42] http://www.cyanogenmod.org/
[43] http://oneplus.net/one#cyanogenmod
[44] https://www.blackphone.ch/
[45] What does “compatibility” mean ?
[46] Compatibility Program Overview
[47] Android 4.0 Compatibility Definition Document (CDD) à Android Compatibility Downloads
[48] ICS : du code source à la mise à disposition de la mise à jour
[49] (en) « Report : A Quarter Million Droids Sold In First Week » (consulté en 20130411), MediaPost, 17 novembre 2009
[50] Le très attendu téléphone Motorola Milestone est maintenant disponible chez Telus, telus.com, 16 février 2010
[51] iPhone, Android, Blackberry… Bref les smartphones, de quessé ?, Mobilité Québec, 23 décembre 2009
4.10. NOTES ET RÉFÉRENCES
23
[52] (fr) « Le Nexus S dans l'espace » (Archive • Wikiwix • Archive.is • Google • Que faire ?) , consulté le 20130318 AndroTwist, 15 décembre
2010
[53] (en) Vincent Alzieu, « Android 4 : tout ce qui change ! », Les Numériques, 19 octobre 2011 (consulté le 19 octobre 2011)
[54] Le Nokia N9 sous Android ICS, Le Journal du Geek, 12 mai 2012
[55] L’iPhone 3G désormais sous Android, Le Journal du Geek, 7 mai 2010
[56] Android, maintenant sur iPhone 3G, PointGPhone, 7 mai 2010
[57] « Test Google Nexus 4 », sur Actualité Mobile.com, 26 novembre 2012 (consulté le 30 novembre 2012)
[58] La première télévision sous Android au monde est suédoise, Gizmodo, 5 avril 2010
[59] Google TV officiellement lancé, nouvelObs.fr, 21 mai 2010
[60] Essai : Passer la HP TouchPad sous Android 4.0, une bonne idée ?, PC World, 12 mai 2012
[61] Installation d’Android CM7 sur HP Touchpad, Android Astuces, 12 mai 2012
[62] http://www.frandroid.com/actualites-generales/105178_nexus-7-la-tablette-nexus-de-google-fabriquee-par-asus-est-officielle/
[63] « My Play DEA tablette ou console de jeu portable 7 pouces sous Android », sur Le Monde Numérique, 18 septembre 2012
(consulté le 27 octobre 2012)
[64] Stéphane Ruscher, « Archos GamePad : une tablette 7 pouces doublée d'une console portable », sur Clubic.com, 31 août
2012 (consulté le 27 octobre 2012)
[65] Date de sortie de la console Ouya sur Kickstarter
[66] Nicolas Jaimes Android représente 61% du marché des montres connectées, Journal du Net, 14 février 2014
[67] « Google voit grand avec son nouveau smartphone le Nexus 6 », sur www.lefigaro.fr (consulté le 29 décembre 2014)
[68] (en) « Matias Duarte nouveau venu dans la team Android ! », Frandroid.com, 27 mai 2010
[69] Android passe devant l'iPhone au premier trimestre, Le Figaro, 12 mai 2010
[70] La part de marché des terminaux Android dépassera celle des iPhone en 2012, android France, 7 octobre 2009
[71] De la liberté du Web mobile, standblog, 17 novembre 2009
[72] Steve Jobs : « Il y a un Porn Store pour Android », FrAndroid, 9 avril 2010
[73] Android le souffre douleur d’Apple, FrAndroid, 20 avril 2010
[74] Android Device Manager : L'antivol de Google passe du web au mobile, itespresso.fr, 12 décembre 2013
[75] (en) Sundar Pichai, « Sharing what’s up our sleeve : Android coming to wearables », sur Blog officiel Android, 18 mars
2014 (consulté le 26 mars 2014)
[76] Oracle porte plainte contre Google, Le Monde, 13 août 2010
[77] Le procès entre Oracle et Google repoussé à l'année prochaine
[78] résultats du procès par lemonde.fr
[79] Android génère beaucoup de revenus le 5 octobre 2010 sur lejournaldugeek.com
[80] Google espère atteindre le milliard de dollars cette année avec Android le 16 octobre 2010 sur frandroid.com
[81] Les recettes publicitaires plus fortes sur Android que sur iOS ?, le 21 octobre 2010 sur Numerama
[82] Pour Google, l’achat d’Android est leur « meilleure affaire », le 28 octobre 2010 sur journaldugeek.com
[83] Marché des applications : Les développeurs préfèrent nettement l'App Store à l'Android Market
[84] Rentabilité des développements sur iOs ou Android
[85] 700 000 appareils Android activés chaque jour le 21 décembre 2011 sur AndroidPIT
[86] Google : 400 million Android devices sold - The Verge
[87] « Google annonce 1,3 million d'activations par jour d'appareils Android », sur pcinpact.com, 6 septembre 2012
[88]
24
CHAPITRE 4. ANDROID
4.11 Voir aussi
4.11.1
Articles connexes
• Historique des versions d'Android
• Android Studio
• Système d'exploitation mobile
• OpenMoko
• WeTab
• Processing — langage et IDE open source permettant de produire des applications Android
• CyanogenMod — système d'exploitation open source alternatif basé sur Android
4.11.2
Liens externes
• (en) Site officiel
• (en) Site officiel de l'OHA (Open Handset Alliance)
• (mul) Catégorie Android de l’annuaire DMOZ
•
Portail des télécommunications
•
Portail du logiciel
•
Portail de Google
•
Portail GNU/Linux
4.11. VOIR AUSSI
25
26
Logo de Google Play.
Ancien logo d'Android Market.
Des smartphones sous différentes versions d'Android
CHAPITRE 4. ANDROID
4.11. VOIR AUSSI
Nexus 7.
27
28
Nexus 9.
CHAPITRE 4. ANDROID
4.11. VOIR AUSSI
Mascotte de Android faite avec des canettes à New York.
29
Chapitre 5
Barre d'outils Google
La barre d’outils de Google (Google Toolbar), créée par Google, est un objet optionnel pour deux des navigateurs
Web principaux : celle-ci peut être soit une extension pour Mozilla Firefox, soit un plugin pour Internet Explorer.
Elle contient un champ de remplissage qui permet de lancer une recherche sur Internet, soit en recherche classique
soit en recherche dans les images, les actualités… Elle peut bloquer les fenêtres intruses, afficher le PageRank de la
page, vérifier l’orthographe et aussi traduire automatiquement dans la fenêtre d’aide du pointeur les mots survolés de
l’anglais vers une autre langue.
Dans un premier temps, cette extension n’est disponible que pour Internet Explorer. Des développeurs indépendants,
sans affiliation à Google, lancent le projet Open Source « Googlebar », destiné à être l’équivalent pour Mozilla Firefox
de la barre d’outils de Google. Le 8 juillet 2005, Google lance une version officielle de la barre d’outils pour le
navigateur Mozilla Firefox.
La barre d’outils communique à Google les URL visitées, mais seulement si la fonctionnalité d'historique Web est
activée[1] , ce qui lui permet d'indexer aussi des documents habituellement inconnus. En effet, ordinairement les moteurs suivent chaque hyperlien trouvé dans une page pour indexer les documents ciblés, mais si un document existe
sans être ainsi lié, rien ne mène à lui et le moteur ne le verra pas. Cette technique pour rendre une page confidentielle
est ainsi mise en échec à l'avantage de Google qui a des résultats plus exhaustifs. Cette fonctionnalité est parfois
décriée car elle est perçue comme un outil mouchard, notamment par Benjamin Edelman[2] .
5.1 Bogue et vie privée
En janvier 2010, Benjamin Edelman - chercheur d'Harvard spécialisé dans les logiciels espions - a remarqué que, dans
un ordinateur, même si certaines des fonctions de la Barre d'outils Google étaient désactivés, à savoir « Enhanced
Features » (c'est-à-dire SideWiki et PageRank), ce service de Google continuait toujours de transmettre les données
de navigation à l'entreprise. Le seul moyen d'empêcher l'envoi des données était de désinstaller cette barre d'outils[3] .
Peu après, Google déclare que ce malentendu n'est autre qu'un bogue, avant de sortir une nouvelle version du logiciel[4] .
5.2 Notes et références
[1] Barre d'outils Google - Avis de confidentialité, règles du 9 décembre 2009 : « Si vous avez activé la fonctionnalité d'historique
Web pour enregistrer votre activité sur Internet et si vous êtes connecté à la barre d'outils, cette dernière envoie les URL
des pages visitées à Google qui les stocke dans votre compte Google »
[2] Google : une barre d'outils trop indiscrète ?, le 27 janvier 2010
[3] La Google Toolbar est-elle un spyware ?, le 28 janvier 2010
[4] La Google Toolbar, un spyware ?, le 1er février 2010
5.3 Voir aussi
30
5.3. VOIR AUSSI
5.3.1
Lien externe
• Barre d’outils Google
•
Portail de Google
31
Chapitre 6
Calculatrice Google
La calculatrice Google permet de réaliser des calculs en tapant des expressions mathématiques directement dans le
champ de recherche.
Notez que les expressions ci-dessous fonctionnent dans la version française de Google et peuvent différer de celles
utilisées dans les versions internationales.
6.1 Syntaxe des expressions
• Google connaît les règles de priorité des opérateurs mathématiques. Toutefois il est conseillé d'utiliser des
parenthèses ( ) pour ordonner les opérations.
• En revanche, il ne faut pas utiliser de crochets [ ].
• Il est par ailleurs recommandé d'utiliser une étoile * pour effectuer la multiplication de deux facteurs.
• Le point . ou la virgule, peuvent être utilisés indifféremment (à votre convenance) comme séparateur décimal,
mais il ne faut pas utiliser deux séparateurs différents dans une même expression, sinon on n'obtient pas de
résultat.
• Il ne faut pas utiliser de séparateur de milliers non plus (ni point, ni espace, ni apostrophe).
• La calculatrice distingue les minuscules des MAJUSCULES. À l'exception de certaines constantes, entrez
vos expressions en minuscules, en particulier pour les unités.
• Une fonction peut être appelée soit en utilisant des parenthèses : ln(3), soit en utilisant un espace : ln 3.
• Enfin, on peut forcer Google à évaluer une expression en ajoutant le signe égal = à la fin de cette dernière.
Dans tous les cas, on n'obtient de résultat que si l'expression peut être évaluée (par exemple : 1/0= ou log(0)=
ne retournent rien).
6.2 Constantes
6.2.1
Constantes mathématiques
• π : pi (constante d'Archimède ou pi)
• e : e (constante de Néper ou nombre exponentiel)
• i : i (nombre imaginaire)
• Constante d'Euler-Mascheroni : gamma ou constante d'Euler
32
6.2. CONSTANTES
6.2.2
33
Constantes physiques
• Constante de Boltzmann : k
• Constante des gaz parfaits : R
• Constante gravitationnelle : G
• Constante de Planck : h
• Constante de Planck réduite : hbar
• Électron-volt : eV (en joules)
• Unité astronomique : ua
• Vitesse de la lumière : c
NB : de nombreuses autres constantes sans abréviation sont disponibles. Il suffit d'entrer leur nom complet pour les
exploiter :
• Constante de Boltzmann : k ou constante de Boltzmann
• Constante de Faraday : constante de Faraday
• Constante des gaz parfaits : R ou constante du gaz parfait
• Constante de Planck : h ou constante de Planck
• Constante de Rydberg : constante de Rydberg
• Constante de Stefan-Boltzmann : constante de Stefan-Boltzmann
• Charge élémentaire : charge élémentaire
• Électron-volt : eV ou électron volt
• Masse d'un Électron : masse d'un électron
• Nombre d'Avogadro : nombre d'Avogadro
• Unité de masse atomique : unité de masse atomique
• Permittivité électrique du vide : constante électrique ou permittivité du vide
• Perméabilité magnétique du vide : constante magnétique ou perméabilité du vide
• Vitesse de la lumière : c ou vitesse de la lumière
• Vitesse du son : vitesse du son (au niveau de la mer)
• …
6.2.3
Constantes astronomiques
• Unité astronomique : ua ou unité astronomique
• Masse de la Terre : masse de la Terre
• Masse de la Lune : masse de la Lune
• Masse de Mercure : masse de Mercure
34
CHAPITRE 6. CALCULATRICE GOOGLE
• Masse de Vénus : masse de Vénus
• Masse de Mars : masse de Mars
• Masse de Jupiter : masse de Jupiter
• Masse de Saturne : masse de Saturne
• Masse d'Uranus : masse d'Uranus
• Masse de Neptune : masse de Neptune
• Masse de Pluton : masse de Pluton
• Rayon de la Terre : rayon de la Terre
• Rayon de la Lune : rayon de la Lune
• Rayon de Mercure : rayon de Mercure
• Rayon de Vénus : rayon de Vénus
• Rayon de Mars : rayon de Mars
• Rayon de Jupiter : rayon de Jupiter
• Rayon de Saturne : rayon de Saturne
• Rayon d'Uranus : rayon d'Uranus
• Rayon de Neptune : rayon de Neptune
• Rayon de Pluton : rayon de Pluton
• …
6.2.4
Constantes diverses
• Nombre d'or : phi ou nombre d'or
• Constante d'Adams : answer to life, the universe and everything (fonctionne seulement si vous entrez cette
phrase sans guillemets dans le champ de recherche de la version anglaise : démonstration)
• Nombre de cornes d'une Licorne : number of horns on a unicorn (fonctionne seulement si vous entrez cette
phrase sans guillemets dans le champ de recherche de la version anglaise : démonstration)
NB : Google connaît également… le googol ! (1 googol = 10^100)
6.3 Fonctions
6.3.1
Fonctions de base
• Addition : a + b
• Soustraction : a - b
• Multiplication : a * b
• Division : a / b
• Pourcentage : a % de b
6.3. FONCTIONS
• Modulo : a % b ou a mod b (reste de la Division euclidienne)
• Division par 100 : a% (ex : 2% = 0,02)
• Notation scientifique : ae-k ou a * 10^k (ex : 1 + 2e-1 = 1,2)
NB : 1e-1 = 0.1 est différent de e-1 : E (nombre).
6.3.2
Fonctions arithmétiques
• Puissance : a ^ k ou a ** k ou exp( ln(a)*k )
• Racine carrée : sqr(a) ou sqrt(a) ou racine carrée(a)
• Racine cubique : racine cubique(a)
• Racine k-ième : a ^ (1/k) ou exp( ln(a)/k ) ou (k ème racine de a)
• Exponentielle (naturelle) : e ^ a ou e ** a ou exp(a)
• Logarithme népérien : ln(a) ou log népérien(a)
• Exponentielle de base 10 : 10 ^ a ou 10 ** a
• Logarithme décimal : log(a) ou log base 10(a)
• Exponentielle de base 2 : 2 ^ a ou 2 ** a
• Logarithme binaire : lg(a)
• Inverse : 1 / a ou réciproque(a)
6.3.3
Fonctions trigonométriques
• Cosinus : cos(a)
• Arccosinus : arccos(a)
• Sinus : sin(a)
• Arcsinus : arcsin(a)
• Tangente : tan(a)
• Arctangente : arctan(a)
• Sécante : sec(a) (inverse du cosinus de l'angle a)
• Cosécante : csc(a) (inverse du sinus de l'angle a)
• Cotangente : cot(a) (inverse de la tangente de l'angle a)
NB : Par défaut les angles sont exprimés en radians. Pour travailler avec des degrés, vous devez le préciser :
• cos(a degrés)
• arccos(a) en degrés
Plus d'informations sur les fonctions trigonométriques : Fonction trigonométrique.
35
36
CHAPITRE 6. CALCULATRICE GOOGLE
6.3.4
Fonctions hyperboliques
• Cosinus hyperbolique : cosh(a)
• Sinus hyperbolique : sinh(a)
• Tangente hyperbolique : tanh(a)
Plus d'informations sur les fonctions hyperboliques : Fonction hyperbolique.
6.3.5
Fonctions probabilistes
• Factorielle : k !
• Combinaison : k parmi n
• Arrangement : (k parmi n) * k !
6.3.6
Fonctions spéciales
• Fonction gamma d'Euler : (z - 1) !
• Fonction bêta : ( (x - 1) ! * (y - 1) ! ) / (x + y - 1) !
6.3.7
Fonctions complexes
• Le nombre imaginaire i est défini parmi les constantes de Google, qui connaît donc les nombres complexes.
• Il sait manipuler la forme cartésienne z = a + i*b et peut aussi travailler avec la forme polaire z = r * e^( i*t
).
NB : La Calculatrice Google affiche toujours le résultat d'une opération complexe sous sa forme cartésienne.
• Logarithme complexe : ln(z)
• Le logarithme complexe identifie : ln(z) = ln(r) + i*t dont la partie imaginaire correspond à l'argument t
modulo [2π] de z, appartenant à ]-π ; +π] (en radians) et la partie réelle est le logarithme ln(r) du module r
de z.
• ln(z) en degrés permet d'accéder directement à l'argument de z en degrés. Attention : la partie réelle ne correspond plus à ln(r).
Plus d'informations sur les nombres complexes : Nombre complexe.
6.4 Langage, bases et unités
6.4.1
Langage naturel
Google permet aussi de travailler en langage naturel. Les nombres et opérateurs simples peuvent être rédigés en toutes
lettres, en français :
• zéro, un, deux, mille, quatre-vingt, cent vingt-sept…
NB : Éviter de mettre des traits d'union - entre les mots, ils pourraient être interprétés comme des moins.
6.4. LANGAGE, BASES ET UNITÉS
• Addition : a plus b ou a et b
• Soustraction : a moins b
• Multiplication : a fois b ou a multiplié par b
• Division : a sur b ou a par b ou a divisé par b
• Pourcentage : a pourcents de b
• Modulo : a modulo b
• Carré : a au carré
• Cube : a au cube
• Puissance : a à la puissance k
• Racine carrée : racine carrée de a
• Racine cubique : racine cubique de a
• Racine k-ième : quatrième racine de a, ou cinquième, etc.
• Logarithme népérien : logarithme de a
• Fonction exponentielle (naturelle) : e à la puissance a
• Logarithme de base b : logarithme base b de a
• Exponentielle de base b : b à la puissance a
• Inverse : réciproque de a
• Factorielle : k factorielle
• Fonctions trigonométriques : cosinus de 1 ou sinus, tangente, sécante, cosécante, cotangente
• Fonctions trigonométriques réciproques : arccosinus de 1 ou arcsinus, arctangente
• Fonctions hyperboliques : cosinus hyperbolique de 1 ou sinus hyperbolique, tangente hyperbolique
• …
NB : On peut combiner les formes d'écriture des nombres : cent soixante seize + (2 moins cent) fois 0xA
6.4.2
Bases numériques
La fonction calculatrice peut gérer des bases de numération non décimales. (Exemple)
• Chiffre binaire : préfixe : 0b (ex : 0b110010)
• Chiffre octal : préfixe : 0o (ex : 0o62)
• Chiffre hexadécimal : préfixe : 0x (ex : 0x3B)
• Google connaît même les chiffres romains ! (ex : I V X L C D M) (cf : Numération romaine)
37
38
CHAPITRE 6. CALCULATRICE GOOGLE
6.4.3
Changements de base
• Convertir 50 (décimal) en binaire : 50 en binaire ou 50 en base 2(avec http://google.fr)
• Convertir 50 (décimal) en hexadécimal : 50 en hexadécimal ou 50 en base 16(avec http://google.fr)
• Convertir 50 (décimal) en octal : 50 en octal ou 50 en base 8(avec http://google.fr)
• Convertir 0x50 (hexadécimal) en décimal : 0x50 en décimal (avec http://google.fr)
• Traduire MMVI (chiffres romains) en décimal : MMVI en décimal (avec http://google.fr)
• Écrire 2006 (décimal) en chiffres romains : 2006 en chiffres romains (avec http://google.fr)
• Traduire deux (en toutes lettres) en décimal : deux en décimal (avec http://google.fr)
• Écrire 48 (décimal) en lettres : 48 en lettres (avec http://google.fr)
• Les entiers négatifs peuvent être écrits en complément à deux : −2 en complément à 2 ou −2 en complément
à deux. Le résultat est donné en hexadécimal : 0xFFFFFFFD sur 4 octets (32 bits).
• Le complément à deux sur k bits d'un entier négatif n peut être trouvé de la manière suivante : n+2**k en
binaire (ex : −128+2**12 en binaire = 0b111110000000).
• On peut combiner les bases pour effectuer un calcul : 1 + 0x90 + 0b10 = 147. Le résultat est exprimé dans la
même base que le premier terme, à gauche.
• Cette remarque apporte une méthode simple de conversion en sommant à 0 dans la base d'arrivée : 0+0x12 =
18 tandis que 0x0+12 = 0xC.
6.4.4
Unités de mesures
Google sait manipuler un grand nombre d'unités de mesure. Il connaît les unités du Système international d'unités
(SI), mais également beaucoup d'unités de mesures usuelles et régionales.
• Vous pouvez les exprimer en français (ex : 10 mètres) ou en abrégé (ex : 10 m).
• Les unités peuvent être élevées à une puissance : (ex : 10 mètres^3 ou 10 m**3).
• Unités composées (produits) : 1 newton mètre ou 1 newton * mètre
• Unités composées (quotients) : 1 kilomètre par heure ou 1 kilomètre / heure ou 1 kph
• Si vous ne travaillez pas avec les unités légales, vous devez le préciser (ex : cos( 90 degrés )).
6.4.5
Équivalences d'unités
• On peut formuler des questions en langage naturel plus ou moins élaboré : combien fait 1 kilomètre en
milles ?, combien de mois dans 4 années ?, combien il y a de mois dans une année ?.
• On peut aussi exprimer la demande directement : 3 minutes en secondes, convertir 2 mètres en pieds.
• Convertir 50 mètres en milles : 50 mètres en milles (conversion explicite) (avec http://google.fr)
• Convertir 34 centimètres en pouces : 34 centimètres en pouces (avec http://google.fr)
• Convertir une unité usuelle en son équivalent SI : kilomètre / heure ou kph retourne bien 0,277777778 m /
s. Cette fonctionnalité semble toutefois ne pas fonctionner pour toutes les unités, et il vaut alors mieux utiliser
la conversion explicite.
• Exprimer votre résultat dans les unités SI : (2300 watts) / (230 volts) vous rend 10 ampères
• Cette fonction est une ouverture à la résolution d'équations aux dimensions… (cf : Analyse dimensionnelle)
6.5. LIMITES TECHNIQUES
6.4.6
39
Conversion de devises
Les taux de change des devises sont fréquemment mis à jour.
• Convertir des devises : 50 dollars en euros, en franc suisse, en monnaie de la Russie, en monnaie canadienne, en devise mexicaine, etc.
• Prix à la quantité : 2,2 $ par gallon en euro par litre
6.5 Limites techniques
• Il semble que le plus grand nombre décimal que peut gérer la Calculatrice Google est : 2 ^ 1023,9999999999991473999…
ce qui équivaut à 170,62437695630 ! ou encore 1,79769313 × 10^308. Cela signifierait donc que Google code
les nombres réels sur un format 64 bits en double précision. En conséquence, toute opération nécessitant de
garder une grande précision à plusieurs echelles risquent de donner un résultat incorrect :
• 1 + 10^15 - 10^15 affiche 0 au lieu de 1[1] .
• 120 * 119 ! - 120 ! affiche −3.250565e+185 au lieu de zéro[2] .
Plus d'informations sur le codage IEEE 754 : IEEE floating-point standard (en) (en anglais) ou version traduite (en
français, mais plus succinct).
6.6 Autres opérations
Google Calculator, la version anglophone de la Calculatrice Google, offre de nombreuses autres possibilités. Elle
permet entre autres d'utiliser certaines unités anglo-saxonnes. Vous devez vous rendre sur la version anglophone du
moteur de recherche pour les exploiter. Attention, la syntaxe des expressions de Google Calculator peut varier de celle
de la Calculatrice Google France.
• Google, version francophone : http://www.google.fr/
• Google, version anglophone : http://www.google.com/ncr (en anglais)
• Aide officielle de Google Calculator : http://www.google.com/help/calculator.html (en anglais)
• Un guide plus complet sur Google Calculator : http://www.googleguide.com/calculator.html (en anglais)
6.7 Notes et références
[1] « Google », sur www.google.fr (consulté le 26 octobre 2015)
[2] « 120 * 119 ! - 120 ! - Recherche Google », sur www.google.fr (consulté le 26 octobre 2015)
•
Portail des mathématiques
•
Portail de Google
Chapitre 7
Chrome OS
Pour le navigateur Internet, voir Google Chrome.
Chrome OS est un système d'exploitation développé par Google avec pour objectif de s’appuyer sur des applications
web uniquement (notamment celles développées par Google, comme Google Drive, Gmail, Picasa, etc.). Annoncé le 7
juillet 2009, il repose sur les bases posées par le navigateur Web Chrome et sur un noyau Linux[1],[2],[3] . Contrairement
au projet open source qui lui est associé, Chromium OS, Chrome OS ne peut être installé que sur des machines
construites par Google et ses partenaires (les Chromebooks). Le seul moyen d’utiliser Google Chrome OS est donc
d'acheter un netbook avec Google Chrome OS pré-installé ou de l'installer sur une machine virtuelle.
Le principe de Chrome OS est de mettre Internet au centre de l'expérience utilisateur : l'interface du système
d'exploitation est minimaliste, et consiste principalement en un navigateur accompagné d'un lecteur multimédia et
d'un navigateur de fichiers.
Chrome OS se place en concurrence directe avec le système d'exploitation Windows de Microsoft[4] .
7.1 Histoire
Le développement de Chrome OS a commencé en 2009. Les netbooks étant de plus en plus populaires, les développeurs de Google ont donc décidé de créer un OS permettant de rappeler d'où ces petits ordinateurs tirent leur nom.
Ils voulaient bien sûr parler de l'accès à Internet.
Afin de déterminer les besoins des utilisateurs d'un tel système d'exploitation, la société Google n'a pas effectué
d'enquête ni de sondage, comme d'habitude pour les logiciels de masse. Les responsables du projet ont à la place
étudié l'utilisation de ce système d'exploitation par plus de 200 employés de la société Google. En plus des relevés
effectués sur les employés, chaque développeur a été invité à donner son propre avis sur l'utilisation de Chrome OS.
C'est notamment le cas de Matthew Papakipos directeur de l'ingénierie du projet Chrome OS. Il confiera qu'il avait
placé trois ordinateurs dotés de cet OS chez lui et observa qu'il avait l'habitude de se connecter pour des sessions de
courte durée, pour faire une simple recherche sur Internet ou encore envoyer un e-mail de quelques lignes[5] .
Le 19 novembre 2009, Google a publié le code source de Chrome OS sous le nom de « Chromium OS ». Ce dernier
est disponible sur le site de Chromium OS en licence BSD[6] . Comme pour beaucoup de projets open source, des
développeurs ont commencé à modifier le code source de Chromium OS pour faire leur propre version. Chrome OS,
lui, est uniquement maintenu par la société Google et s’exécute sur des machines prévues à cet effet. Chromium OS
est un projet et Chrome OS un produit. En conséquence, Chrome OS se voit imposer des spécifications industrielles
et un niveau précis de qualité. Chromium OS sert d'« incubateur » pour des idées nouvelles pouvant être intégrées
par la suite à Chrome OS[7] .
7.2 Aperçu des travaux en cours
Lors de la conférence du 19 novembre 2009, Sundar Pichai, le vice-président de Google supervisant Chrome, a
présenté la dernière version de ce système d'exploitation. Elle inclut un bureau très proche du navigateur Google
40
7.3. CHROMEBOOK
41
Chrome, à quelques différences près. En effet, à côté des onglets classiques du navigateur figure un onglet plus petit
contenant des raccourcis vers des applications (voir image).
Les développeurs ont également montré la vitesse de démarrage du système d'exploitation. Google Chrome OS est
capable d'afficher la page de connexion de l'utilisateur en 7 secondes, depuis la mise sous tension de la machine. Les
développeurs ont précisé qu'ils travaillent pour diminuer encore ce temps de démarrage[8] . Dans une vidéo publiée la
veille sur YouTube, on peut voir Martin Bligh, un ingénieur de Google, faire démarrer le système d'exploitation en
quatre secondes[9] .
Du fait que Chrome OS et Chromium OS partagent le même code source de base[10],[7] , la dernière version de Chromium OS peut donner un aperçu des fonctionnalités de Chrome OS. La version alpha de Chromium OS comporte
une page d'applications similaire à l'onglet de Chrome OS. Dans cette page, sont regroupés de nombreuses applications Google, comme Gmail, Google Apps et YouTube. Mais on y trouve également Yahoo ! Mail, Pandora, Hulu,
Facebook et Twitter. Chromium OS fournit également une calculatrice, une horloge, la jauge d'énergie de batterie
ainsi qu'un applet de connexion réseau. La touche F12 permet d'afficher une vue globale de toutes les fenêtres ouvertes. Il est ainsi possible d'ouvrir de nouvelles fenêtres et de naviguer entre les fenêtres existantes (voir image). La
touche F8 permet d'afficher un clavier virtuel contenant tous les raccourcis clavier. Ce dernier est interactif et affiche les différents raccourcis en fonction des touches que l'on presse. Ainsi les raccourcis varient lorsque l'on presse
différentes combinaisons des touches Ctrl, Alt et Maj.
En novembre 2010, la sortie du système d'exploitation, initialement prévu pour fin 2010, est retardée à début 2011[11] .
En décembre 2010, un nombre limité de notebooks pré-équipés de Google Chrome OS sont distribués gratuitement
aux États-Unis auprès de quelques particuliers afin de tester le système[12] . Il nécessite une connexion Internet pour
fonctionner.
7.3 Chromebook
Lors de la conférence annuelle du Google I/O du 11 mai 2011 à San Francisco, Google a présenté deux ordinateurs
portables appelés Chromebook. Samsung et Acer sont les deux premiers constructeurs à sortir un ordinateur sous
Chrome OS. Ces deux premiers exemplaires sont sortis le 15 juin 2011 dans sept pays (aux États-Unis, en France, au
Royaume-Uni, aux Pays-Bas, en Allemagne, en Espagne et en Italie)[13] . Ceux-ci sont vendus à la fois sur Amazon.com
et sur le site de Google.
7.4 Distribution
Ce système d’exploitation de Google est disponible depuis début 2011 et le code source de Chromium OS était
déjà disponible précédemment[14] . Afin de connaître les avis des utilisateurs, Google offre en décembre 2010, des
ordinateurs, les Cr-48, qui « ont pour seule fonction de tester le logiciel » et qui « ne comportent ni marque, ni logo
ni sticker, ni aucun autre signe extérieur »[15] .
7.5 Les partenaires de Google Chrome OS
Les partenaires pour ce projet de Google sont Acer, Adobe, ASUS, Freescale, Hewlett-Packard, Intel, Lenovo,
Qualcomm, Texas Instruments et Toshiba. Des développeurs de Canonical ont participé au développement de Chrome
OS[16] .
7.6 Stratégie commerciale de Chrome OS
Chrome OS cible le marché des appareils électroniques qui ne seront pas des ordinateurs, mais qui auront besoin d'un
système peu coûteux pour accéder à des données en ligne : livre électronique, téléviseur, box Internet, disque dur
multimédia[17] ...
Le cabinet Creative Strategies estime en 2010 que « Chrome OS ne devrait pas représenter une menace pour Microsoft
avant au moins deux ans » du fait des parts de marché de son concurrent Windows[18] .
42
CHAPITRE 7. CHROME OS
7.7 Chrome Web Store
Article détaillé : Chrome Web Store.
Chrome Web Store est la plateforme de téléchargement des applications tournant sous l'OS. Google recevra 5 % du
prix des applications payantes. L'entreprise a ouvert la plateforme aux développeurs en août 2010[19] .
Suite aux différentes annonces de Google lors de l'évènement Google I/O 2011, Microsoft a réagi en annonçant que
sa suite en ligne Office Web Apps sera compatible Chrome OS avant fin juin 2011[20] . Seulement quelques semaines
après la sortie officielle des premiers Chromebooks.
7.8 Critiques
Le concept de Google Chrome OS est critiqué car l'utilisateur est obligé d'héberger ses données sur un serveur distant,
n'étant plus maître de ses fichiers. Richard Stallman a annoncé que Google Chrome OS « est un système qui a été mis
au point pour diriger l'utilisateur vers des solutions hébergées », le privant ainsi d'une partie de sa liberté car une
application en ligne est comme un programme privateur[21] .
7.9 Notes et références
[1] (en) « Google Announces Chrome OS », 8 juillet 2009
[2] (en) « Google targets Microsoft with new operating system », 8 juillet 2009
[3] « Google annonce le lancement d'un système d'exploitation », 8 juillet 2009
[4] « Qui a peur du Google », G.F., Challenges, no 180, 17 septembre 2009, p. 56
[5] (en) Jon Stokes, « Google talks Chrome OS, HTML5, and the future of software », Ars Technica, 19 janvier 2010 (consulté
le 23 janvier 2010)
[6] (en) Caesar Sengupta, « Releasing the Chromium OS open source project », Official Google Blog, Google, Inc., 19 novembre
2009 (consulté le 19 novembre 2009)
[7] (en) Serdar Yegulalp, « Google Chrome OS Previewed », InformationWeek, Google, Inc., 5 décembre 2009 (consulté le 6
décembre 2009)
[8] Miguel Helft, « Google Offers Peek at Operating System, a Potential Challenge to Windows », sur New York Times, 19
novembre 2009 (consulté le 20 novembre 2009)
[9] Martin Bligh, « Chromium OS Fast Boot », sur Chaîne de Google Chrome sur Youtube, 18 novembre 2009 (consulté le 15
janvier 2010)
[10] FAQ des développeurs
[11] Chrome OS prendrait-il du retard ?, le 16 novembre 2010 sur Le Journal du Geek
[12] Google Pilot program
[13] (fr) « Les Chromebooks débarquent le 15 juin ! », sur ChromePlex, 11 mai 2011.
[14] (en) Alex Chitu, « Google Chrome OS Event », 19 novembre 2009
[15] Google : Chrome OS, Chrome Store et le portable de test Cr-48 , le 8 décembre 2010 sur Pcinpact
[16] (en) Chris Kenyon, « Google Chrome OS and Canonical », 19 novembre 2009
[17] Alain McKenna, « Que penser du Chrome OS de Google ? », 21 novembre 2009
[18] Bataille entre Google et Microsoft jusque dans votre ordinateur, le 10 décembre 2010 sur La Tribune
[19] Le Google Chrome Web Store s’ouvre aux développeurs, Clubic, vendredi 20 août 2010 par Antoine Duvauchelle
[20] (fr) « Microsoft officialise le support de Chrome pour sa suite en ligne », sur ChromePlex, 19 mai 2011.
[21] Logiciel libre : 15 minutes avec Richard Stallman, Clubic Pro (Neteco), mercredi 27 janvier 2010 par Guillaume Belfiore
7.10. ANNEXES
7.10 Annexes
7.10.1
Articles connexes
• Android : l'OS pour smartphones et PDA selon Google.
• Google Chrome : le navigateur Web de Google Chrome OS.
• Informatique dans les nuages : le principe de base de Google Chrome OS.
• Jolicloud : un OS libre orienté web.
Autres OS basés sur HTML5
• Chromium OS : version de base open source de Google Chrome OS.
• Firefox OS : Projet initié par la fondation Mozilla
• Tizen : Projet initié par Samsung
7.10.2
Liens externes
• (fr) Site officiel de Google Chrome OS (Chromebooks)
• (en) Annonce de Google Chrome OS
• (en) Blog du projet
•
Portail de Google
•
Portail du logiciel
•
Portail GNU/Linux
43
Chapitre 8
Chromebook
Le Chromebook est le nom donné par Google aux ordinateurs portables fonctionnant sous le système d'exploitation
Google Chrome OS.
8.1 Présentation
Ils ont été présentés officiellement lors de la conférence annuelle I/O de mai 2011, après qu'un modèle, le Cr-48 a été
proposé à des volontaires pendant quelques mois[1] .
Des modèles (Samsung et Acer) sont en vente depuis le 15 juin 2011[2],[3] . En mai 2012, Samsung sort un Chromebox
(un ordinateur de bureau)[4] . Le 4 février 2013, Lenovo et HP rejoignent le groupe[5],[6] .
Le 21 février 2013, Google lance le Chromebook Pixel, ordinateur qui ne porte pas la signature d'un fabricant, et qui
possède un écran tactile[7] .
Le 21 février 2014, le Google Play lance la disponiblité du Chromebook HP 11 pour la France[8] . Après avoir été
lancé puis retiré de la vente aux États-Unis à la fin de l'année 2013, en raison d'un problème de chargeur, le HP 11 a
refait surface au début de l'année 2014. Aujourd'hui, l'ordinateur est disponible, notamment, pour les États-Unis, le
Royaume-Uni, l'Australie, la France.
Le 11 mars 2015, Google dévoile le Chromebook Pixel 2[9] lors du lancement du Google Store. Il est le second
ordinateur au monde à bénéficier du nouveau standard USB, l'USB Type C (3.1).
8.2 Produits
8.2.1
Chromebooks
Chromebook Pixel
Le chromebook pixel est qualifié[Par qui ?] de « Super chromebook » il est basé sur un Intel Core-i5 cadencé à 1.8
Ghz contenant un GPU Intel HD 4000. Son châssis est aluminium, il est épais de 2 cm. Son écran est tactile, a une
résolution de 2560 x 1700 pixels et une densité de 239 pixels par pouces
8.2.2
Chromeboxes
8.3 Galerie
• Le prototype Cr48
• Acer C7
• Samsung Series 3
44
8.4. RÉFÉRENCES
45
8.4 Références
[1] Dan Ackerman, « Google Cr-48 Chrome hardware pilot program : 'Not for the faint of heart' », CNET, décembre 2010
(lire en ligne)
[2] (en) « Google Chromebook : Specifications » (consulté le 15 mai 2011)
[3] Nothing but the web Amazon
[4] (en) « Chromebox device » (consulté le 29 mai 2012)
[5] (en) Ian Paul, « Hewlett-Packard joins Chromebook fray with 14-inch browser-based laptop », PCWorld, 4 février 2013
(lire en ligne)
46
CHAPITRE 8. CHROMEBOOK
[6] (en) « New Chrome OS Devices for Early 2013 », OMG Chrome, 17 janvier 2013 (consulté le 20 janvier 2013)
[7] ZDNet - Le 22 février 2013
[8] Swikr - Le 21 février 2014
[9] Google lance une nouvelle version de son Chromebook Pixel, sur le site Clubic
[10] http://www.chromium.org/chromium-os/developer-information-for-chrome-os-devices
[11] (en) Brad Caris, « Google CR-48 Notebook *FULL* Hardware Specs », novembre 2010 (consulté le 14 mai 2011)
[12] (en) « Official Google Blog : ‘Tis the season for Chromebooks », Googleblog.blogspot.com (consulté le 31 mars 2012)
[13] Introducing the Samsung Series 5 Chromebook
[14] http://www.amazon.com/Samsung-Series-550-Chromebook-Wi-Fi/dp/tech-data/B007Y8DJ22/ref=de_a_smtd
[15] (en) « Next step in the Chrome OS journey », Google Official Blog, 29 mai 2012 (consulté le 6 juin 2012)
[16] (en) « Samsung Series 5 550 », Google (consulté le 6 juin 2012)
[17] (en) Dana Wollman, « Samsung Chromebook Series 5 550 review », Engadget, 29 mai 2012 (lire en ligne)
[18] http://www.samsung.com/global/business/semiconductor/minisite/Exynos/products5dual.html
[19] (en) « Chromebooks : Samsung Chromebook », Google, 18 octobre 2012 (consulté le 18 octobre 2012)
[20] (en) « Samsung Chromebook(XE303C12) », Samsung (consulté le 18 octobre 2012)
[21] Intel Celeron 847 Benchmark
[22] (en) « Chromebooks : Acer C7 Chromebook », Google, 12 novembre 2012 (consulté le 12 novembre 2012)
[23] (en) Clair Cain Miller, « http://bits.blogs.nytimes.com/2013/02/21/google-introduces-a-touchscreen-laptop/ », New York
Times, 21 février 2013 (lire en ligne)
[24] (en) Will Shankin, « Chromebook Pixel vs. MacBook Air », Gizmag, 21 février 2013 (lire en ligne)
[25] (en) « Toshiba CB30-102 », Toshiba.fr (consulté le 18 juillet 2014)
[26] https://www.samsung.com/ca/consumer/office/chrome-devices/chromebooks/XE503C12-K04CA
[27] https://www.samsung.com/ca/consumer/office/chrome-devices/chromebooks/XE503C32-K01CA
[28] (en) « Acer C730, CB5 Chromebooks feature Bay Trail, NVIDA Tegra chips », liliputing.com, 17 juillet 2014 (consulté
le 18 juillet 2014)
[29] http://www.nextinpact.com/news/89037-les-chromebook-c200c300-dasus-arrivent-18-aout-des-249-euros.htm
[30] (en) « Le Google Chromebook Pixel 2 à partir de 999$ ! »
[31] (en) « ASUS Chromebook C201 »
[32] (en) « $149 Rockchip RK3288 Chromebooks by Haier and HiSense Launched », sur cnx-software.com
[33] (en) « Amazon.com » (consulté le 29 mai 2012)
[34] Chrome Story : There Are Two Chromeboxes – Here is the Second – 499,99 $ With Intel Core i5
[35] amazon
[36] googleplus
•
Portail de l’informatique
•
Portail de Google
Chapitre 9
Compte Google
Un compte Google (Google Account en anglais) est un compte utilisateur qui permet l'accès aux services propres
à Google tels que Google Search, Blogger, YouTube et Google Groups, mais qui peut également être utilisé sur des
sites tiers qui l'acceptent comme moyen d'identification.
Un compte Google peut être créé en signant par une adresse email, de type Gmail, ou en utilisant une adresse électronique provenant d'un service de messagerie.
9.1 Voir aussi
• Authentification unique
9.2 Liens Externes
• Google Account
•
Portail de Google
47
Chapitre 10
Garage Google
Garage Google
Google Garage
Garage google et maison attenante, photographie prise en 2011.
Localisation sur la carte de Californie
Localisation sur la carte des États-Unis
Le « garage Google » est le garage loué par Larry Page et Sergueï Brin où débute l'histoire officielle de l'entreprise
Google le 4 septembre 1998.
Attenant à une maison californienne, il est situé au 232 Santa Margarita à Menlo Park, près de l'Université Stanford
dans la Silicon Valley en Californie (États-Unis).
Actuellement propriété de la société Google, il n'est pas un lieu visitable mais attire à l'extérieur de nombreux curieux.
48
10.1. HISTORIQUE
49
10.1 Historique
En 1995, Larry Page et Sergueï Brin, jeunes étudiants en doctorat informatique (respectivement âgés de 22 et 21
ans) et tous deux étudiants à l'Université Stanford dans la Silicon Valley en Californie se rencontrent. En 1996, ils
collaborent sur un robot d'indexation du World Wide Web d'internet, sur l’algorithme d'analyse PageRank et sur le
moteur de recherche nommé BackRub qui deviendra Google en 1997. Ce projet fonctionne sur les serveurs Linux de
l'université durant plus d'un an, rapidement saturés par plus de 75 millions d'URL indexées. [réf. souhaitée]
• Premier Logo de Google Beta.
• Larry Page en 2009.
• Sergueï Brin en 2010.
• Un des premiers serveurs informatiques Google en 1999.
Le nom de domaine www.google.com est enregistré le 15 septembre 1997. Ils abandonnent leurs études avant l’obtention de leur diplôme et lancent leur startup, avec un capital risque de quelques investisseurs financiers de près d'un
million de dollars dont cent mille dollars du cofondateur de Sun Microsystems Andy Bechtolsheim.
Situé au 232 Santa Margarita à Menlo Park, le garage est loué par les deux fondateurs à Susan Wojcicki (copine
d’une copine de Sergueï Brin, jeune étudiante d'école de commerce, huitième employée de Google). Craig Silverstein
(également étudiant de Stanford, actuel directeur de Google Technology) est le premier employé historique. Page et
Brin écrivent sur un tableau blanc du garage « Le siège mondial de Google ».
En 1999, la startup et ses sept employés déménagent après cinq mois pour de nouveaux locaux plus importants au
165 University Avenue à Palo Alto, avant de s’étendre sur l’immense complexe proche de Googleplex de Mountain
View.
En 2006, Google achète la maison de ses origines estimée à environ 1,5 million de dollars, et la conserve non habitée,
à titre de lieu de mémoire et de culture du « mythe fondateur / rêve américain ». Google achète également un espace
pour 319 millions de dollars pour installer son futur siège social, à 9 km au sud du garage.
En 2007, Sergueï Brin épouse Anne Wojcicki, plus jeune sœur de Susan Wojcicki, et investit 3,9 millions de dollars
dans l'entreprise de biotechnologie 23andMe de son épouse.
En 2013, Google ouvre le garage aux médias pour fêter ses 15 ans d'histoire.
10.2 Autres garages mythiques voisins de la Silicon Valley
• 1939 : William Hewlett et David Packard fondent la société Hewlett-Packard dans le garage Hewlett-Packard
de la maison de David Packard, 367 Addison Avenue à Palo Alto.
• 1976 : Steve Jobs et Steve Wozniak fondent la société Apple et commencent l'histoire d'Apple dans le garage
de la maison d'enfance de Steve Jobs, 2066 Crist Drive à Los Altos.
10.3 Notes et références
10.4 Voir aussi
10.4.1
Liens externes
• www.google.fr.
•
Portail de l’architecture et de l’urbanisme
•
Portail de Google
50
CHAPITRE 10. GARAGE GOOGLE
•
•
Portail d’Internet
Portail de San Francisco et sa région
Chapitre 11
Gmail
Gmail est un service de messagerie gratuit proposé par Google. Les messages reçus sur un compte Gmail peuvent
être lus via un client de messagerie ou avec un navigateur web. De nombreuses fonctionnalités du service ne sont
cependant accessibles qu’à travers le navigateur web. En janvier 2012, 425 millions d’internautes utilisent ce service
de messagerie électronique[1] .
À son lancement le 1er avril 2004, l’inscription nécessitait une invitation. Deux ans plus tard, la version bêta fut
ouverte au public. À l’époque, la capacité initiale était de 1 Go, et a augmenté régulièrement jusqu'au 13 mai 2013,
date à laquelle Google décide d'unifier les espaces de stockage de ses différents services. Il est possible, en payant,
d'augmenter son espace de stockage[2] . En mai 2012, le site est annoncé comme ayant dépassé Hotmail et Yahoo !
mail[3] en nombre de comptes.
11.1 Le service
11.1.1
L'interface
L’interface disponible dans 40 langues[5] emploie les technologies JavaScript et AJAX, et est aussi disponible en
« HTML simplifié ».
11.1.2
Filtres et libellés et onglets
Gmail articule son utilisation autour des filtres et des libellés. Des caractères sont utilisés pour effectuer des fonctions
de recherche, un « | » pour ou, un « espace » pour ET, un « - » pour non et des « ( ) » pour regrouper des mots. Le
joker « * » ne fonctionne pas[6]
• Un filtre est un outil d’automatisation de tâches à la réception d’un courrier électronique. Il est possible d’archiver
le courrier ou le laisser dans la boîte de réception et le marquer comme lu.
Un filtre peut être activé par une adresse électronique, un objet ou un contenu particulier.
• Les étiquettes apposées aux courriers électroniques remplacent les dossiers.
Au lieu de ranger physiquement certains courriers dans des dossiers, on leur applique un ou plusieurs libellés
qui leur permettent d’être virtuellement dans plusieurs dossiers (un même message peut appartenir à différents
libellés).
Par défaut, les courriers entrants de plusieurs adresses différentes se voient apposer un libellé en fonction de
leur adresse de provenance. Ensuite, l’utilisateur peut créer et organiser ses propres libellés.
Couplé aux filtres, ce système permet d’archiver et apposer un libellé sans marquer le message comme lu.
L’utilisateur sait ainsi combien de courriers sont non-lus sous un libellé particulier sans pour autant que ces
messages soient présents dans la boîte de réception. Une newsletter d’entreprise, qu’on veut pouvoir lire de
temps en temps mais qu’on souhaite voir archivée immédiatement peut ainsi être rangée à l’aide du libellé
« entreprise » et archivée dès sa réception à l’aide d’un filtre.
La « barre de libellé » sur le côté gauche de l’écran permet la navigation entre ces libellés. La boîte de réception
est en réalité elle-même un libellé apposé par défaut aux courriers entrants avant archivage.
51
52
CHAPITRE 11. GMAIL
Boîte de réception Gmail.com
Email de Gmail en 2015[4]
• Les onglets[7] de la boîte de réception permettent de classer les messages en différentes catégories. Les catégories
de bases sont :
• Principal : message des amis et des proches, ainsi que ceux qui n’apparaissent pas dans les autres onglets.
• Social : regroupe les messages reçus provenant des réseaux sociaux, des sites de partages de fichiers
multimédias, des sites de rencontres en ligne, des plates-formes de jeux et d’autres sites web sociaux.
• Promotions : englobe tous les messages commerciaux, comme les offres spéciales, ainsi que les autres
types de promotions reçues.
• Mise à jour : notifications, telles que des confirmations, des reçus, des factures ou des relevés.
• Forums : messages provenant de groupes en ligne, de forums, de discussions et de listes de diffusions.
À noter que cette nouvelle fonctionnalité a été mise en place en 2013 en France et qu'elle apparait
11.1. LE SERVICE
53
automatiquement. Cependant, il est possible de modifier facilement l'onglet dans lequel se trouve le
mail.
11.1.3
Agrégateur de courrier
Comme beaucoup de clients de messagerie, Gmail se propose de récupérer les courriers hébergés chez d’autres fournisseurs suivant le protocole POP3. Cela signifie que ces courriers seront lisibles dans Gmail comme s’ils avaient été
directement envoyés vers le compte Gmail. Ces courriers sont ensuite différenciés par l’apposition d’un libellé traduisant leur provenance et permettant à l’utilisateur de voir d’un coup d’œil si un courrier a été adressé à son adresse
Gmail personnelle, à son adresse professionnelle ou à toute autre adresse électronique.
Gmail permet également d’envoyer ses courriers en utilisant une autre adresse d’expédition, dès lors qu’il s’agit d’une
adresse possédée par le détenteur du compte. L'adresse du compte gmail apparaîtra par défaut dans les en-têtes du
message. Cependant une configuration SMTP associée à une modification des paramètres permet d'utiliser cette autre
adresse en adresse principale.
11.1.4
Les fonctionnalités supplémentaires[8]
• Regroupement en conversation des courriels ayant le même objet : un courriel et ses multiples réponses, reréponses
• Fonction de suivi permettant de suivre un ou plusieurs messages grâce à une page spéciale
• Possibilité d’effectuer des recherches sur le contenu et le titre des messages
• Reconnaissance automatique des spams et rangement dans un dossier Spam sans besoin de configurer
• Fonction de chat (y compris chat vidéo) depuis février 2006, compatible avec une grande majorité de navigateurs,
quel que soit le système d’exploitation sans avoir à installer de logiciel sur l’ordinateur
• Un affichage des miniatures : lorsque vous recevez une image plus grande que la définition de l’écran, celle-ci
est recadrée pour s’adapter à la taille de l’écran
• Téléchargement des pièces jointes multiples en une fois dans une archive zippée
• Répondeur automatique
• Enregistrement automatique et régulier d’un message en cours de frappe, pour minimiser les pertes lors d’une
éventuelle déconnexion
• Le caractère « . » inséré dans l’adresse principale, permet de se créer de nombreuses adresses (alias) à partir
de son adresse principale[9] . Les alias peuvent recevoir les filtres et libellés[10] . De même la casse permet
d’augmenter les alias[11]
• Une adresse peut indifféremment avoir comme nom de domaine « @gmail.com » ou « @googlemail.com
(Anciennement) »[11] .
• Les alias de l’adresse Gmail peuvent être créés à l’infini[12] en ajoutant le signe « + » après l’adresse principale de
Gmail. Par exemple, l’adresse principale est wikipé[email protected], les alias sont wikipédia+…@gmail.com.
Certaines messageries ne peuvent pas envoyer des courriels à un destinataire possédant une adresse contenant
le signe « + »
11.1.5
Les protocoles supportés par Gmail
• POP3 pour récupérer ses mails sur un logiciel de courrier électronique, de manière sécurisée grâce au protocole
SSL ;
• IMAP pour récupérer ses mails, les réorganiser ou en envoyer d'autres sur son compte Gmail avec un logiciel
de courrier électronique (depuis le 25 octobre 2007) ;
• SMTP pour envoyer des courriers depuis un logiciel de courrier électronique ;
54
CHAPITRE 11. GMAIL
• HTTPS pour sécuriser la connexion à l’interface
Gmail semble être le seul, ou un des seuls, fournisseur de boites aux lettres électronique grand public qui chiffre le
message d'un bout à l'autre de la chaîne. En effet la connexion est chiffrée par une clé de 128 bits entre l'usager et
les serveurs de gmail (que ce soit via l'interface web sécurisée en HTTPS ou via un client de messagerie qui utilisera
du smtps). Puis pour transmettre le message au serveur smtp du destinataire, si celui-ci le permet, gmail utilise un
chiffrement TLS[13] .
Les messages sont cependant en clair à un endroit de leur parcours, le temps de leur analyse statistique par les algorithmes de Google permettant de cerner les centres d'intérêt des correspondants.
11.1.6
Capacité
À sa création en 2004, la capacité de stockage était de 1 Go. La capacité a par la suite été revu à la hausse pour
atteindre jusqu'à 15 Go.
Le 13 mai 2013, Google annonce l'unification des capacités de stockage de ses différents services, avec une capacité
de 15 Go par défaut[14] . La capacité des boites Gmail n'augmente donc plus et dépend désormais également de
l'utilisation des autres services par l'utilisateur.
Évolution de la capacité de Gmail.
Évolution de la capacité :
• 1er avril 2005 : 2 000 Mo
• 1er avril 2007 : 2 835 Mo
• 12 octobre 2007 : 2 912 Mo
• 23 octobre 2007 : 4 321 Mo
• 4 janvier 2008 : 6 283 Mo
• 20 octobre 2008 : 7 254 Mo
• 24 avril 2012 : 7 704 Mo
• 25 avril 2012 : 10 240 Mo
• 14 juin 2013 : 10 366 Mo
• 15 juin 2013 : 15 000 Mo
La taille maximale des pièces jointes est de 25 Mo mais un couplage avec Google Drive permet d'obtenir le même
effet qu'une pièce jointe d'une taille allant jusqu'à 10 Go[15] .
11.2. HISTOIRE
55
11.2 Histoire
11.2.1
Genèse
Google développe son service de messagerie Gmail durant plusieurs années avant de le présenter au public. Le projet,
qui porte le nom de code « Caribou », est confié à Paul Buchheit en août 2001. Celui-ci a déjà travaillé sur un projet
de service de messagerie accessible depuis un navigateur web avant de rejoindre Google en 1999. La fonction de
recherche est la première fonctionnalité mise en place. Buchheit réutilise celle développée pour Google Groupes,
dont les performances pousseront Google à offrir une capacité de stockage de 1 Go aux utilisateurs lors du lancement
de Gmail. Durant sa phase de développement, le service suscite le scepticisme au sein de l'entreprise, la messagerie
n'ayant rien à voir avec le moteur de recherche Google, qui a fait connaître la firme, mais les fondateurs Larry Page
et Sergueï Brin lui apportent leur soutien[16] .
Paul Buchheit est épaulé par l'ingénieur Sanjeev Singh et par une petite équipe comptant au maximum une douzaine
de personnes. À partir de 2003, Kevin Fox élabore l'interface du service. Afin de présenter une interface plus réactive
que celle des services classiques développés en HTML, il tire partie de techniques de développement web qui seront
désignées par le terme Ajax (Asynchronous JavaScript and XML). Google choisit de proposer au public un service
gratuit, financé par de la publicité. La firme ne souhaite pas présenter des bannières publicitaires et opte pour des
annonces textuelles ciblées. Début 2004, le service est utilisé en interne par les employés de Google. Sa date de
lancement est fixée au 1er avril. Gmail est initialement disponible sur invitation, l'entreprise n'ayant pas encore déployé
les serveurs nécessaires afin d'accueillir des millions d'utilisateurs[16] .
11.2.2
Évolutions
Depuis sa création le 1er avril 2004, le service Gmail a évolué plusieurs fois :
En Angleterre, suite au procès intenté par une société exploitant un nom de domaine similaire, Google a été contraint
de modifier sa marque « Gmail » en « Google Mail » dès octobre 2005. Ce fait s’est reproduit en Allemagne en
février 2007.
Lors du lancement du service, il était nécessaire d’être invité par un utilisateur disposant déjà d’un compte. À partir
du 9 août 2006, il fut possible de créer des comptes sans parrainage en Australie et en Nouvelle-Zélande, et au Japon
le 23 août 2006. En Égypte le 3 décembre 2006. Le 7 février 2007 en Europe, en Europe de l’Est, en Afrique, au
Brésil, au Mexique, en Russie, à Hong Kong.
À partir de février 2007, il est possible de s’inscrire à Gmail sans invitation, directement sur la page d’accueil, bien
que Gmail soit encore annoncé comme étant en phase de bêta-test. Il reste possible d’envoyer une invitation type ou
personnalisée depuis le menu de Gmail.
Le 13 septembre 2008, la première version d'Android est publiée et contient une application mobile pour Gmail.
Le 7 juillet 2009, Google annonce la fin du statut de bêta pour Gmail[17] .
Le 22 octobre 2014, Google lance Inbox comme alternative à Gmail, avec comme principal intérêt celui de trier ses
emails automatiquement, de manière « intelligente »[18] .
11.2.3
Publicité
Lors de l’utilisation du webmail, des publicités ciblées AdWords s’affichent en fonction du contenu des messages reçus
et envoyés. Pour cela, des robots analysent le contenu des messages et peuvent le mettre en relation avec les recherches
effectuées sur le moteur de recherche Google grâce à l’utilisation de cookies. Les détracteurs de Gmail estiment qu’il
s’agit là d’une absence de respect de la vie privée[19] . Les défenseurs rétorquent que d’autres sociétés le feraient aussi
et que des anti-spams de services webmail analysent de la même manière les courriels.
La société Microsoft, lors du lancement de son service Office 365, a diffusé un clip satirique montrant un postier
(« mailman », en anglais) lisant le contenu des courriers qu’il transportait et en parlant avec leurs destinataires.
Portant le logo de Google Mail, il y était nommé Gmail Man[20] .
56
11.2.4
CHAPITRE 11. GMAIL
Développement des services
En février 2006, Google Talk, service de messagerie instantanée de Google a bénéficié d’une intégration de ses services
dans Gmail. En effet, il est possible d’utiliser la plupart des fonctions de messagerie instantanée depuis la page Gmail,
ce qui permet de chatter tout en consultant ses courriels ou vice versa. Cependant, pour quelques langues comme
l’arabe, cette option est absente. Gmail offre aussi à présent la possibilité de conserver l’intégralité des conversations
issues de Google Talk. Ces modifications sont symbolisées par l’apparition d’un petit logo Google Talk en dessous de
celui de Gmail.
Depuis avril 2006, Gmail intègre un accès direct à Google Agenda[21] . Une nouvelle amélioration a été ajoutée en
mai, en donnant accès direct à Google Talk depuis Gmail. Désormais cette intégration de Google Talk dans Gmail
est améliorée par un système de vidéo-conférence avec possibilité du mode plein écran.
Gmail existe sous forme d’application Java pour mobile afin d’avoir accès à sa boite de réception de façon rapide.
Le 1er avril 2009, Gmail vient de mettre en place les Labs et thèmes pour la version française de Gmail[22] . Rappelons
que les Gmail Labs sont de petites extensions (56 en septembre 2010) qui permettent d’ajouter des fonctionnalités
au service de courrier électronique. On y trouve de tout, de l’annulation de l’envoi d’un courrier à l’icône bêta sous le
logo GMail, en passant par la prévisualisation des vidéo YouTube, des photos Picasa et Flickr.
Le 9 février 2010, Gmail déploie son nouveau service social sur Gmail : Google Buzz. Le service permet à l’utilisateur
de partager photos, liens et commentaires avec ses contacts. Des suggestions de contenus lui sont aussi proposées.
Google Buzz a été arrêté le 15 décembre 2011 pour laisser la place à Google+.
Depuis le 26 août 2010, Gmail propose un service de téléphonie VoIP intitulé « Call Phone ». À ce jour[Quand ?] , le
service est pleinement fonctionnel pour les utilisateurs américains et canadiens.
En septembre 2010, Google innove en créant une boîte de réception prioritaire. Le but est de faciliter la lecture
des messages lorsqu’ils sont nombreux en mettant en avant les courriels qui sont les plus susceptibles d’avoir de
l’importance. Il s’agit d’un robot sur le serveurs Google qui permet de trier les courriels comme prioritaires ou non
prioritaires, les prioritaires étant marqués d’un rectangle jaune. Il est possible d’améliorer le service en cochant ou en
décochant la notation.
11.3 Sécurité
Auparavant, Gmail utilisait une connexion non cryptée pour récupérer les données des utilisateurs. Seule la page
de connexion était cryptée. Les utilisateurs pouvaient toutefois forcer Gmail à sécuriser la connexion en remplaçant
l'URL http ://mail.google.com/mail/ par https ://mail.google.com/mail/, afin de réduire le risque d'écoute électronique des informations des utilisateurs, comme les e-mails et les contacts, qui sont transmises en texte brut en tant
que données JavaScript dans le code source de la page. Depuis juillet 2008, les utilisateurs pouvaient configurer un
accès HTTPS pour Gmail dans les paramètres afin d'éviter tout accès non sécurisé via HTTP. Les accès via POP3
et IMAP utilisent le protocole Transport Layer Security (TLS). Désormais, Gmail propose par défaut une connexion
HTTPS sécurisée.
Si d'autres clients de messagerie, comme Mozilla Thunderbird, utilisent le protocole TLS lors de l'envoi des e-mails
vers les agents de transfert des messages des domaines de destination, ce n'est pas le cas de Gmail (excepté en cas
de prise en charge), car cela implique qu'à un moment du processus de transmission, les e-mails sont en texte brut et
non cryptés.
Le 20 mars 2014, Google annonce la mise en œuvre d'améliorations de la sécurité dans Gmail suite aux révélations
faites en 2013 par Edward Snowden concernant les menaces sur la vie privée des internautes. L'envoi et la réception
de tous les messages Gmail se font par le biais d'une connexion HTTPS cryptée et « chaque message que vous envoyez
ou recevez en interne, c'est-à-dire 100 % des e-mails, est crypté » sur les systèmes des entreprises[23],[24] .
En 2007, Gmail fait face à de graves failles de sécurité, notamment avec des attaques de type cross-site scripting
visant la page d'accueil google.com, ou encore le piratage d'informations via un fichier stocké sur le serveur de Google
et contenant tous les contacts de l'utilisateur actuellement connecté. Les vulnérabilités révélées sur Internet ont été
rapidement corrigées[25],[26] .
Gmail inclut un système de filtrage antispam qui supprime automatiquement les messages signalés comme spams
après 30 jours. Les utilisateurs peuvent désactiver cette fonction de filtrage en créant une règle dans laquelle tous les
messages ignorent ce filtre. Les utilisateurs du protocole POP3 doivent vérifier le dossier Spam manuellement dans
11.3. SÉCURITÉ
57
l'interface Web puisque seuls les e-mails envoyés vers la Boîte de réception peuvent être récupérés via POP3. C'est
l'un des inconvénients techniques du protocole POP3. En 2008, environ 75 % des e-mails envoyés vers des comptes
Gmail étaient filtrés comme spam[27] .
Afin de garantir la sécurité des comptes, Paul Buchheit, le créateur de Gmail, a pris la décision d'appliquer un système
visant à déguiser les adresses IP des utilisateurs de Gmail[28],[29] .
Gmail analyse automatiquement les pièces jointes de tous les e-mails entrants et sortants à la recherche de virus. Si un
virus est détecté dans une pièce jointe que l'utilisateur tente d'ouvrir, Gmail essaie de supprimer le virus puis ouvre
la pièce jointe nettoyée. Gmail analyse également toutes les pièces jointes des e-mails sortants et empêche l'envoi des
messages contenant un virus. Gmail n'autorise pas les utilisateurs à envoyer ou à recevoir des fichiers exécutables ou
des archives contenant ce type de fichier[30] .
Le 5 juin 2012, une nouvelle fonction de sécurité a été ajoutée pour protéger les utilisateurs contre les cyber-attaques
orchestrées par les gouvernements. Dès qu'une analyse Google signale qu'une autorité gouvernementale a tenté
d'accéder à un compte sans autorisation, Gmail affiche un message d'avertissement à l'attention de l'utilisateur le prévenant que son compte ou son ordinateur est victime d'une cyber-attaque dont l'auteur pourrait être un gouvernement[31],[32] .
Le 11 avril 2013, le gestionnaire de compte inactif permet de paramétrer ou désactiver la suppression du compte
considéré comme inactif. On peut choisir une suppression au bout de 3 mois à 18 mois. On peut aussi désactiver la
suppression du compte inactif [33] .
D'autres services de messagerie se réservent le droit de fermer un compte si celui-ci n'a pas été utilisé pendant une
certaine durée parfois inférieur à neuf mois consécutifs. Yahoo ! Mail désactive les comptes non utilisés après douze
mois d'inactivité[34],[35] .
11.3.1
Vérification en deux étapes
Gmail prend en charge la validation en deux étapes, un type d'authentification à deux facteurs[36] . Lorsque ce processus
est activé, les utilisateurs qui se connectent sur un nouvel ordinateur sont invités à saisir leurs nom d'utilisateur et mot
de passe, puis à valider leur identité à l'aide d'une deuxième méthode. En général, les utilisateurs doivent saisir un code
à 6 chiffres qui leur est envoyé par SMS ou par message vocal[37] . Les utilisateurs peuvent également configurer une
application mobile compatible, comme Google Authenticator, qui génère automatiquement les codes. Cela permet
aux utilisateurs d'accéder à leur compte même si le réseau téléphonique n'est pas disponible[38] .
Le 21 octobre 2014, Google annonce l'intégration de la norme Universal Second Factor (U2F) dans le navigateur
Chrome qui permet l'utilisation d'une clé de sécurité physique pour la validation en deux étapes[39],[40],[41] . Les utilisateurs peuvent choisir d'utiliser la clé de sécurité U2F comme méthode principale pour la validation en deux étapes
au lieu des codes de validation communiqués par SMS ou générés sur leurs téléphones[42] . La clé de sécurité offre
une meilleure protection contre le phishing que les codes à 6 chiffres et ne requiert pas l'utilisation d'un appareil
mobile[43] .
11.3.2
Blocage de 24 heures
Si un algorithme détecte ce que Google désigne comme « une utilisation anormale pouvant indiquer un accès non
autorisé au compte », le compte peut être automatiquement bloqué pendant une période allant de 1 minute à 24
heures, selon le type d'activité détecté. Les principales raisons du blocage d'un compte sont les suivantes[44] :
• « Réception, suppression ou téléchargement d'un important volume d'e-mails via POP ou IMAP dans un délai
assez court. Si le message d'erreur s’affiche « Blocage dans le secteur 4 », cela signifie que vous pourrez de
nouveau accéder à votre compte Gmail sous 24 heures. »[44]
• « Envoi d'un nombre important de messages impossibles à remettre (messages automatiquement renvoyés à
l'expéditeur). »[44]
• « Utilisation de logiciels de partage de fichiers ou de stockage de fichiers, d'extensions de navigateur ou de
logiciels tiers qui se connectent automatiquement à votre compte. »[44]
• « Ouverture de plusieurs instances de Gmail. »[44]
58
CHAPITRE 11. GMAIL
• « Problèmes liés au navigateur. Notez que si votre navigateur recharge sans cesse la page de connexion à votre
compte, le problème provient très probablement du navigateur. Dans ce cas, vous pouvez essayer de résoudre
le problème en supprimant les caches et les cookies. »[44]
11.3.3
Pornographie infantile sur Gmail
Google s’est associé à l'organisation National Center for Missing & Exploited Children (NCMEC) pour lutter contre
la pornographie infantile en recherchant sur les serveurs Gmail tout élément de maltraitance envers les enfants. En
collaboration avec le NCMEC, Google a créé une base de données répertoriant les photos à caractère pédopornographique. Chaque image se voit attribuée une empreinte numérique unique. Google analyse ensuite le contenu Gmail à
la recherche de ces empreintes numériques. Google signale toute image suspecte aux autorités[45] .
11.4 Utilisateurs
Google annonçait 900 millions d'utilisateurs actifs en mai 2015, lors de la conférence Google I/O[46] .
En usage gratuit, 500 messages peuvent être envoyés par jour avec la limite de 500 destinataires (100 destinataires
en utilisant POP ou IMAP) et la limite de 2 000 courriels par jour[47] .
Depuis le 27 décembre 2014, la République populaire de Chine bloque l'accès à Gmail pour des raisons obscures.
Cela est déjà le cas pour Twitter, Facebook et YouTube[48] .
11.5 Stratégie de marque de Google Apps
Le 10 février 2006, Google présente Gmail For Your Domain (Google pour votre domaine). Toutes les entreprises
qui participent au programme (version bêta) peuvent utiliser Gmail sur l'ensemble de leurs domaines. Google a depuis
développé Google Apps qui comprend les versions personnalisables de Google Agenda, Google Page Creator, etc.
Avec plusieurs éditions disponibles, ce service cible aussi bien les PME que les grandes entreprises[49] .
Google Apps Partner Edition, une offre destinée aux fournisseurs d'accès à internet et portails, inclut des comptes
Gmail personnalisables ainsi que d'autres services Google (comme Agenda et Docs)[50] .
11.6 Notes et références
[1] (en) Sundar Pichai, SVP, Chrome & Apps, « Chrome & Apps @ Google I/O : Your web, everywhere », Google, 2012
(consulté le 28 juin 2012).
[2] Espace de stockage Google Drive
[3] « Gmail domine Hotmail et Yahoo ! Mail dans le monde », sur nextinpact.com, 2 novembre 2012
[4] Email de Gmail en 2015
[5] arabe, allemand, bulgare, catalan, chinois, croate, estonien, anglais, danois, espagnol, finnois, français, grec, hébreu, hongrois,
indonésien, italien, islandais, japonais, letton, lituanien, néerlandais, polonais, portugais, roumain, russe, sanskrit, serbe,
slovaque, slovène, suédois, tagalog, tchèque, thaï, turc, ukrainien, vietnamien
[6] Forum Gmail message publié par une salariée en mars 2010.
[7] https://support.google.com/mail/answer/3055016?hl=fr
[8] Page Google Mail informant sur les nouveautés apportées au service Gmail. Nouveautés de Gmail .
[9] Mis à jour le 20 mai 2009 lors de la consultation en novembre 2009, arobase.org.
[10] Mis à jour le 22 avril 2009 lors de la consultation en novembre 2009, arobase.org.
[11] Centre d’aide Gmail, mis à jour le 27 avril 2010.
[12] « Utilisation d'un alias d'adresse », sur support.google.com
11.6. NOTES ET RÉFÉRENCES
59
[13] Vos e-mails sont ils protégés ? Comparatif des principaux fournisseurs de messagerie.
[14] (en) « Bringing it all together : 15 GB now shared between Drive, Gmail, and Google+ Photos », sur googledrive.blogspot.com.au,
13 mai 2013 (consulté le 22 février 2015)
[15]
[16] (en) Harry McCracken, « How Gmail Happened : The Inside Story of Its Launch 10 Years Ago Today », Time, 1er avril
2014
[17]
[18] Inbox by Gmail
[19] L’organisation britannique Privacy International a attaqué Google estimant que Gmail ne respecte pas les lois européennes
sur la vie privée. Source Un groupe de défense de la vie privée porte plainte contre le service Gmail de Google sur ZDnet
France.
[20] http://www.youtube.com/watch?v=J7M3ON2EtHo
[21] Google Calendar.
[22] Gmail : les Labset les thèmes sont disponibles en français, PC INpact, publié le 1er avril 2009.
[23] Christina Warren, « Now Gmail Encrypts Messages Sent to Google Servers », Mashable, Mashable, 20 mars 2014 (consulté
le 21 mars 2014)
[24] Nicolas Lidzborski, « Staying at the forefront of email security and reliability : HTTPS-only and 99.978% availability »,
Official Gmail Blog, Google Inc, 20 mars 2014 (consulté le 21 mars 2014)
[25] Gmail Information Disclosure – mybeNi websecurity
[26] Google closes Gmail cross-site scripting vulnerability – InfoWorld News. Retrieved on September 27, 2007.
[27] « BBC NEWS - Technology - Google’s experimental Gmail toys », bbc.co.uk (consulté le 5 février 2015)
[28] Seeing a sender’s IP address Gmail Help (accessed September 20, 2014)
[29] Mike Hearn : [messaging] Modern anti-spam and E2E crypto. September 5, 2104
[30] « Title Gmail : Help Center - Can I send or receive an executable file ? », Google, 14 octobre 2005 (consulté le 1er juin
2008) : « Gmail does not allow users to receive executable files »
[31] « Google Online Security Blog », Official Gmail Blog (consulté le 5 juin 2012)
[32] CBC News, « Google to warn users of 'state-sponsored attacks’ », Canadian Broadcasting Corporation, 6 juin 2012 (lire
en ligne)
[33] « Google - Gestionnaire de compte inactif », Google.com (consulté le 10 novembre 2015)
[34] Yahoo !, « Do you close accounts due to inactivity ? », 2014 (consulté le 19 décembre 2014)
[35] Microsoft, « About your e-mail service », n.d. (consulté le 26 avril 2009)
[36] « Google 2-Step Authentication », Google Inc. (consulté le 11 mars 2015)
[37] O'Reilly, Dennis, « How to enable two-factor authentication on popular sites », CNET, CBS Interactive Inc., 29 janvier
2013 (consulté le 11 mars 2015)
[38] Hoffman, Chris, « How to Secure Your Google Account with Google Authenticator », How-To Geek, How-To Geek, LLC,
8 février 2012 (consulté le 11 mars 2015)
[39] « Strengthening 2-Step Verification with Security Key », Google Online Security Blog, Google Inc., 21 octobre 2014 (consulté le 11 mars 2015)
[40] Turner, Adam, « Google security keys may offer extra layer of online protection », The Sydney Morning Herald, Fairfax
Media, 5 novembre 2014 (consulté le 28 novembre 2014)
[41] Diallo, Amadou, « Google Wants To Make Your Passwords Obsolete », Forbes, Forbes.com LLC, 30 novembre 2013
(consulté le 28 novembre 2014)
[42] « Google 2-Step Verification - Features », Google Inc. (consulté le 11 mars 2015)
60
CHAPITRE 11. GMAIL
[43] « Using Security Key for 2-Step Verification », Google Inc. (consulté le 28 novembre 2014)
[44] Google, « My account has been locked », 2010 (consulté le 23 mars 2010)
[45] Ian Mutuli, « Why The Gmail Scan That Led To A Man’s Arrest For Child Porn Was Not A Privacy Violation », Techcrunch,
6 août 2014 (consulté le 6 septembre 2014)
[46] Post Google+ Gmail a maintenant plus de 900 millions d'utilisateurs
[47] Gmail : messagerie en ligne par Google, Memoclic, publié le 18 juillet 2008.
[48] Clubic, 29 décembre 2014
[49] Google Introduces Gmail For Your Domain, retrieved June 2007
[50] « Google Apps », Google, 26 mars 2010 (consulté le 8 décembre 2007) : « The Partner Edition comes with APIs that make
it simple for you to provision, customize, and integrate Google Apps into your existing infrastructure. [...] We designed
Google Apps Partner Edition to affordably meet the specific needs of ISP’s [sic] and portals. »
11.7 Voir aussi
11.7.1
Articles connexes
Utilitaires pour Gmail
• Gmail Notifier, Notify, Gmail manager : Notification d’arrivée de courriel
• Google Hangouts : Messagerie instantanée (Avant Google Talk)
• Gmail Backup : Sauvegarde de compte Gmail
Gmail comme espace de stockage
• Gspace : Extension Firefox (Windows, Linux, Mac OS)
• Gmail Drive : Windows
• GmailFS : Linux, Windows
11.7.2
Lien externe
• Site officiel
• Site officiel de Gmail pour les travaux
• Gmail site mobile officielle (plurilingue)
•
Portail de Google
•
Portail d’Internet
Chapitre 12
Gmail Drive
Gmail Drive est un logiciel gratuit d'extension (« add-on ») pour l'explorateur de Windows. Il permet de créer un
nouveau lecteur réseau dans le poste de travail. Il est nécessaire pour cela d'avoir un compte Gmail.
12.1 Fonctionnement
Le compte Gmail est utilisé pour stocker les fichiers. La taille maximale d'un fichier est de 25 Mo, ce qui correspond à
la limite de taille pour les pièces jointes dans Gmail. Il est envisageable de partager des fichiers, en créant par exemple
un compte Gmail, et en en diffusant les codes d'accès.
12.2 Voir aussi
12.2.1
Articles connexes
• Gmail
• GmailFS
• GSpace
• gDisk
12.2.2
Lien externe
• (en) Site officiel
•
Portail de Google
•
Portail du logiciel
61
Chapitre 13
Google Actualités
Google Actualités ou Google News est un service en ligne gratuit de Google qui présente de façon automatisée
des articles d'information en provenance de sources sur le Web. Il fonctionne de la même manière qu'un moteur de
recherche, en n'indexant que les articles de presse. Ce service, disponible dans 22 pays, a été créé en avril 2002. La
partie française du service est sortie de son statut bêta le 14 mai 2009 (le 25 janvier 2006 pour la partie américaine).
13.1 Identité visuelle (logo)
• Ancien logo anglais
• Logo actuel anglais
• Logo actuel français
13.2 Fonctionnement général
13.2.1
Collecte de l'information
Afin de proposer une information qui ne fait (directement en tout cas) appel à aucun journaliste, Google Actualités
sélectionne des sources d'information dans les pays (ou les langues) où le service est proposé. Google Actualités
recense par exemple 500 sources francophones[1] et Google News 4 500 sources anglophones. Chacune des sources
sélectionnées est scrutée plusieurs fois par jour par un robot Google : un Googlebot, qui indexe les nouveaux articles.
Le contenu des articles est ensuite analysé à l'aide d'algorithmes pour déterminer le sujet.
Ensuite les articles sont triés par degré de pertinence. Pour cela, Google prend en compte à la fois de la notoriété
de la source et compare avec d'autres articles publiés sur le même sujet, dans un même laps de temps. En fonction
de cela, l'article va être plus ou moins bien classé sur la page de Google Actualités et lors des requêtes faites par les
utilisateurs.
En 2009, Google News a commencé à répertorier également les pages de Wikipédia. Il s’agit cependant d'une phase
de test uniquement aux États-Unis[2] . Cette phase de test n'a cependant pas abouti à une implantation définitive.
13.2.2
Diffusion
Sur la page principale, les articles sont regroupés parmi les rubriques suivantes : À la une, International, France,
Entreprises, Science/Tech, Sports, Culture et Santé. Une mise à jour de la page est effectuée toutes les 15 minutes (option
paramétrable). Il est possible de créer une page personnalisée avec ses propres rubriques : “Actualités personnalisées”
comprenant les actualités relatives à des mots-clé, mais aussi des localités, le tout, à l'aide d'un compte Google.
Grâce à la technologie de recherche de Google, il est possible de remonter plusieurs années en arrière pour rechercher
dans las archives de Google Actualités, et de calibrer sa recherche sur des périodes très précises.
62
13.3. CONTESTATIONS
63
13.3 Contestations
Depuis sa mise en service, Google News a fait l'objet de procès intentés par des éditeurs de presse concernés, dans
le monde entier. Ces derniers ont remis en cause la possibilité pour le service d'établir des liens hypertextes vers les
sites web de leurs journaux, considérant les liens hypertextes et la reproduction d'extraits de leurs articles comme une
violation du droit d'auteur. D'après eux, Google News aurait entraîné une baisse significative de leur chiffre d'affaire.
13.3.1
En France
En mars 2005, l'Agence France-Presse décide d'attaquer Google en justice au sujet de Google Actualités. L'agence
de presse accusait Google d'avoir enfreint le copyright sur ses dépêches et ses photos, en les diffusant sans son autorisation. L'AFP lui réclame 17,5 millions de dollars de dommages et d'intérêts. Avant le terme de cette affaire, Google
a pris la décision de retirer de son site tout le contenu AFP et de ne plus l'indexer dorénavant[3] . En 2007, les deux
entreprises enterrent la hache de guerre et concluent un accord, resté secret. Les articles de l'AFP sont à nouveau
présents dans Google Actualités[4] .
En 2012, plusieurs groupes de presse d'information politique et générale (IPG) s’associent pour obtenir de Google
un dédommagement, qui autoriserait le géant américain à agréger les liens hypertextes menant aux articles de presse
français. Le conflit est tel que le gouvernement français met à leur disposition un médiateur. La ministre de la Culture
menace Google en affirmant qu'elle n'hésiterait pas à porter un projet de loi devant le parlement « en vue de créer
un mécanisme de rémunération équitable au bénéfice (sic) des éditeurs de presse »[5] . En 2013, Google a trouvé un
accord avec l’État qui a conduit à la création d'un fond de 60 millions d'euros pour « faciliter la transition de la presse
vers le monde numérique »[6] . Des projets seront sélectionnés par l’État et financé sur plusieurs années[7] .
13.3.2
En Allemagne
En 2013, la loi votée par le Bundestag entre en vigueur. Celle-ci prévoit que Google verse une commission aux
journaux dont il référence les articles[8] . Un droit voisin du droit d'auteur est donc reconnu par cette loi. Toutefois la
reprise de « très petits extraits de texte » est autorisée. Aussi, la loi reste floue et ne précise pas de limite entre une
courte citation et la reprise de parties d'articles.
Suite au vote de cette loi, Google laisse le choix aux éditeurs de se retirer du moteur de recherche et de l'agrégateur
d'articles. La firme demande aux éditeurs de presse allemands de remplir une “déclaration de renoncement” à toute
rémunération en échange du référencement de leurs articles. Les éditeurs ont préféré signer le document.
13.3.3
En Belgique
En 2012, après plusieurs années de procès contre Google, la société de gestion de droits des éditeurs de presse
Copiepresse réussit à obtenir le dédommagement des frais de justice par Google et surtout un partenariat privé[9]
visant à développer les titres de presse du groupe et la présence de Google sur les sites du groupe présence de boutons
de partage vers Google+, création de chaines Youtube, monétisation des sites d’actualité grâce à la régie publicitaire
AdSense[10] .
13.3.4
En Irlande
En janvier 2013, l'association des Quotidiens Nationaux d'Irlande (National Newspapers of Ireland) décide de faire
payer l'établissement de liens hypertextes vers leurs sites web. L'association a fixé le coût d'un lien à 300 €, dix liens à
500 €, cinquante liens à 1350 €[11] . Cette initiative ne repose sur aucune base juridique, les liens hypertextes n'étant
théoriquement pas concernés par le droit d'auteur[12] .
13.3.5
Au Brésil
En octobre 2011, 154 quotidiens de la presse brésilienne prennent la décision de se désindexer de Google Actualités
(à l'aide du fichier robots.txt), ces quotidiens jugent qu'il n'est pas rentable d'être présent sur Google Actualités et que
64
CHAPITRE 13. GOOGLE ACTUALITÉS
les quelques lignes affichées sur le service de Google n'incitent pas l'internaute à ensuite visiter leurs sites[13],[14] . Un
an plus tard, l'Association nationale de journalistes estime que le nombre de lecteurs n'a chuté que de 5%[15] .
13.3.6
En Espagne
Le 1er janvier 2015, la “taxe Google” entre en vigueur en Espagne. Elle prévoit le versement d’une compensation
financière aux éditeurs par les sites qui indexent et affichent une partie de leur contenu. Cette taxe n'est pas négociable : même si l'éditeur y consent, les articles de presse ne peuvent pas être affichés gratuitement dans l'agrégateur
d'articles. Google ferme le service Google News en l’Espagne[16] , en invoquant la non-viabilité du projet, Google
News n'affichant pas de publicités[17] .
13.3.7
En Chine
En novembre 2004, Google révéla sur son blogue, à propos de la version chinoise de Google News, qu'il avait décidé
d'exclure toutes les sources auxquelles les autorités chinoises interdisaient déjà l'accès[18] . Cette mesure déclencha des
protestations, notamment de la part de Reporters sans frontières.
13.4 Évolutions
Le 28 octobre 2011 a lieu la mise en place d'une nouvelle interface pour Google Actualités avec un ajout notable
de la catégorie « Les choix des rédactions » présentant les 5 articles proposés par une sélection de média français :
L'Express, Le Monde, Le Figaro, Libération et Ouest-France.
13.5 Notes et références
[1] « Qui a peur du Google », G.F., Challenges, nº 180, 17 septembre 2009, p. 49
[2] Alexandre Laurent, « Wikipedia fait son entrée dans Google News »
NetEco, consulté le 25 juin 2009
(Archive • Wikiwix • Archive.is • Google • Que faire ?)
, 2009, sur
[3] L'AFP attaque Google News, Abundance, avril 2005.
[4] Actualités : l'AFP et Google scellent un accord de licence generation-nt.com.
[5] « Médiation entre Google et les représentants des éditeurs de presse - Ministère de la Culture et de la Communication »,
sur www.culturecommunication.gouv.fr (consulté le 25 novembre 2015)
[6] (fr) « Accord avec Google », sur www.elysee.fr, https://plus.google.com/101228679424639151504 (consulté le 25 novembre 2015)
[7] Google offre 60 M€ à la presse française pour l'aider dans sa transition vers le numérique !, WebRankInfo, 1er février 2013.
[8] « Google met la presse allemande au pas de loi », sur Libération.fr (consulté le 25 novembre 2015)
[9] (fr) « Google se met d'accord avec la presse belge... pour aider Google - Politique - Numerama », sur Numerama (consulté
le 25 novembre 2015)
[10] (fr) « Accord Google-Presse belge : Google+, AdSense, YouTube... favorisés - Politique - Numerama », sur Numerama
(consulté le 25 novembre 2015)
[11] (fr) « 300 euros : le prix d'un lien hypertexte vers un journal - Politique - Numerama », sur Numerama (consulté le 18
novembre 2015)
[12] « Facturation de liens : l'explication ambigue de la presse irlandaise », sur ZDNet France (consulté le 18 novembre 2015)
[13] La presse brésilienne dit au revoir à Google News ! numerama.com, consulté le 22 octobre 2012
[14] (en) Brazilian newspapers pull out of Google News bbc.co.uk, consulté le 22 octobre 2012.
[15] « Au Brésil, des journaux heureux d'avoir quitté Google News », sur lesechos.fr (consulté le 18 novembre 2015)
13.6. LIEN EXTERNE
65
[16] (fr) « Google News España a fermé : un coup dur pour Google et les éditeurs [MàJ] », sur 01net (consulté le 25 novembre
2015)
[17] « Google News quitte l'Espagne », sur Courrier international (consulté le 25 novembre 2015)
[18] (en) « China, Google News and source inclusion », Official Google Blog, 27 septembre 2004
13.6 Lien externe
• Site officiel
•
Portail de la presse écrite
•
Portail de Google
Chapitre 14
Google Agenda
Google Agenda (appelé Google Calendar en anglais) est une application Google qui permet de partager des événements et des agendas et de les publier sur internet ou sur un site Web. Son utilisation nécessite d'ouvrir un compte
Google.Il est disponible sur internet, iOS et Android
L'application est disponible pour le grand public depuis le 13 avril 2006 et est sortie de phase Beta en juillet 2009.
Il est possible d'utiliser certaines de ses fonctionnalités sans connexion internet grâce à Google Gears[1] .
14.1 Fonctionnalités
• Tenue et partage d'agendas. Publication d'événements personnels, pour diffusion à une liste de personnes, ou
pour publication sur Internet.
• Les agendas sont sauvegardés sur internet, ils sont accessibles de n'importe quel navigateur web.
• interface Ajax, permettant notamment les glisser-déplacer
• Envoi de rappels pour des événements
• par courriel
• par popup (nécessite une fenêtre de navigateur avec Google Agenda ouverte)
• Invitations :
• créer des invitations, envoi de celles-ci par courriel
• possibilité de répondre ou de faire des commentaires même sans utiliser Google Agenda.
• Recherche d'événements : dans des agendas personnels ou partagés, possibilité de les ajouter à son propre
agenda. Ajout direct d'évènements via le Gadget Google Agenda de Google Desktop.
• Accès depuis un téléphone mobile : notifications et rappels par SMS.
• importer des événements à partir de Microsoft Outlook ou au format iCalendar.
• ToDo list générale ou affectée à un jour donné
• d'autres fonctions sont accessibles à titre expérimental via Google Labs : Joindre des fichiers Google Documents
à un évènement, compte à rebours jusqu'au rendez-vous suivant, suivre la disponibilité des amis en temps réel…
14.2 Références
[1] (en) View Google Calendar offline blog officiel de Gmail
66
14.2. RÉFÉRENCES
14.2.1
Liens externes
• Site officiel
•
Portail de Google
67
Chapitre 15
Google Alerts
Google Alerts est un service qui envoie un e-mail ou une alerte lorsqu'une nouvelle page web correspondant aux
mots-clés que l'on a choisi, apparaît dans les résultats Google[1],[2] .
15.1 Notes et références
[1] What are Google Alerts ? sur Google.
[2] (en) Christina Warren, « Are Google Alerts Dying ? », sur Mashable, 22 mars 2013 (consulté le 9 février 2015).
•
Portail de Google
68
Chapitre 16
Google Analytics
Google Analytics est un service gratuit d'analyse d'audience d'un site Web ou d'applications utilisé par plus de 10
millions de sites, soit plus de 80 % du marché mondial[1] .
16.1 Historique
En mars 2005, Google rachète la société Urchin Software Corporation et sa suite de logiciels d’études de fréquentation
de site Web.
Le système d'analyse de trafic d'Urchin, nommé Urchin On Demand, qui était proposé au public pour 495 dollars
américains par an (199 dollars juste après le rachat par Google), est mis à disposition gratuitement pour des sites au
trafic inférieur à dix millions de pages vues par mois et par compte[2] .
En décembre 2007, Google passe du script urchin.js à ga.js pour offrir plus de fonctionnalité[3] .
En septembre 2010, le code de suivi évolue pour devenir asynchrone[4] .
En octobre 2012, Google annonce le lancement de Universal Analytics permettant de mesurer plus facilement des
utilisateurs entre appareils et s’adaptant aussi aux nouveaux usages sur Internet, notamment les téléphones mobiles et
les objets connectés[5] .
16.2 Stratégie commerciale
La stratégie commerciale de Google quant à la rentabilisation du produit Analytics réside essentiellement dans la
consommation en parallèle d'un autre service, AdWords, régie publicitaire payante. À titre d'indication, on peut lire
sur le tableau d'administration d'Analytics : « Augmentez le trafic ciblé de votre site, utilisez AdWords avec votre
compte Google Analytics ».
16.3 Fonctionnalités (liste partielle)
• Suivi d'objectifs
• Suivi d'événements
• Suivi des recherches internes
• Suivi en temps réel (lancé en septembre 2011)
• Import de sources de coût externes
• Groupement de contenus
• Groupement de canaux d'acquisition
69
70
CHAPITRE 16. GOOGLE ANALYTICS
• Entonnoirs multicanaux
• Modèles d'attribution
• Analyse des pages web
• Mesure du temps de chargement
• Création de tableau de bord
• Création de rapports personnalisé
• Suivi des transactions e-commerce
16.4 Service Web
Google propose des outils pour les développeurs afin d'accéder aux données de Google Analytics : un service Web
(API)[6] est disponible et permet à chacun de récupérer des informations sur les comptes dont il est propriétaire.
16.5 Liaison avec d'autres outils
Il est possible de lier une propriété Google Analytics avec un ou plusieurs comptes Google AdWords, Google AdSense
ou Google Ad Exchange[7] . Une liaison avec les Google Search Console est aussi proposée, même si ces données ne
peuvent pas réellement être interconnectées avec les autres statistiques récoltées.
16.6 Blocage de Google Analytics
Pour certaines personnes soucieuses de la vie privée, Google Analytics, qui est incorporé à de nombreux sites web,
peut être une cause d'inquiétudes. Il existe différentes manières d'empêcher son navigateur d'envoyer des données
à Google Analytics. On peut citer notamment, sous Firefox, des extensions comme NoScript, Ghostery ou Adblock
Plus. La méthode recommandée par Google, sous Chrome, est l'utilisation de l'extension Désactivation de Google
Analytics[8] .
16.7 Utilisation des cookies
Jusqu'en 2013 et la sortie de Universal Analytics, Google Analytics utilisait par défaut 4 cookies qui expiraient à la
fermeture du navigateur, après 30 minutes, 6 mois ou 2 ans. D'autres cookies pouvaient être enregistrés, notamment
en cas d'utilisation de variables personnalisées.
Depuis la sortie de Universal Analytics, un seul cookie (intitulé _ga) est désormais enregistré pour le suivi du trafic.
Celui-ci comporte uniquement un identifiant appelé ClientId[9] .
16.8 Notes et références
[1] « Classement des services d'analyse de trafic », sur W³Tech (mise à jour quotidienne)
[2] « Conditions générales d'utilisation de Google Analytics », sur Google Analytics
[3] « Le nouveau GATC est arrivé. »
[4] « Le suivi asynchrone de Google Analytics maintenant disponible pour tout le monde »
[5] (en) « Post annonçant la sortie de Universal Analytics »
[6] Google Analytics pour les développeurs
16.9. VOIR AUSSI
[7] https://www.seroundtable.com/google-analytics-adsense-ad-exchange-20710.html
[8] Page intitulée Désactivation de Google Analytics sur le site de Google
[9] « Aide Google sur les cookies »
16.9 Voir aussi
16.9.1
Articles connexes
• Google
• Urchin Software Corporation
16.9.2
Autres outils de mesure d'audience
• Médiamétrie-estat,
• AT Internet
• Piwik
16.9.3
Liens externes
• Lancement de Google Analytics
• Le site de Google Analytics
• Service Web Google Analytics
• Aide sur l'utilisation du Service Web Google Analytics
• Télécharger l'addon NoScript (Firefox)
• Google Analytics : 30 trucs et astuces, outils
•
Portail de Google
•
Portail d’Internet
71
Chapitre 17
Google Answers
Google Answers (de l'anglais signifiant « réponses ») était un service fourni par la société américaine Google, uniquement en anglais, qui permettait à ses utilisateurs de poser des questions en les formulant de manière naturelle, et
non sous forme de mots clés. Les personnes chargées d'y répondre, appelées Researchers, étaient recrutées, testées et
certifiées par l'entreprise Google. Les Researchers recevaient pour chaque réponse la somme fixée au préalable (4 $ et
50 $) par l'utilisateur qui avait posé la question. Google prenait 25% de commission le reste revenant au spécialiste.
Les spécialistes avait une heure pour répondre. Les question/réponse étaient ensuite regroupées dans une base de
connaissance [1]
Les autres visiteurs pouvaient également laisser un commentaire, le système s’apparentant alors à un forum.
Ce service a été lancé en 2002 en version beta, puis en version finale en 2003.
17.1 Fermeture
Le 28 novembre 2006, Google annonça la fermeture de Google Answers[2] sans donner d'explication particulière. La
cause de cet échec pourrait être dû au fait que cette fonctionnalité était payante, contrairement à la version concurrente
de Yahoo !, Questions/Réponses, entièrement gratuite[3] .
En 2007, un article[4] (publié sur le site Google Blogoscoped[5] ) rapporte l'analyse d'un ex salarié de Google answers,
qui estime que ce site a cessé d'être soutenu par Google parce qu'il l'estimait pas assez rentable.
En janvier 2011, les archives des Questions/Réponses du service de Google étaient toujours disponibles.
17.2 Notes et références
[1] (fr) « Google Answers », sur WebRankInfo (consulté le 1er mars 2015)
[2] (fr) « Google Answers va fermer ses portes », PC INpact (site web), 29 novembre 2006 (consulté le 27 septembre 2012)
[3] (fr) « Fin de l'aventure Google Answers », Génération Nouvelles Technologies, 29 novembre 2006 (consulté le 27 septembre
2012)
[4] (fr) « Pourquoi avoir fermé Google Anwers US et ouvert Google Answers Russia ? » (Archive • Wikiwix • Archive.is • Google • Que faire ?) ,
www.lemondedublog.com, mis en ligne le 14 août 2007, consulté le 27 septembre 2012
[5] (en) « Why Did Google Answers Shut Down ? », Site “Google Blogoscoped”, 9 août 2007 (consulté le 27 septembre 2012)
17.3 Lien interne
• WolframAlpha, un autre oracle.
72
17.4. LIENS EXTERNES
17.4 Liens externes
• (en) Google answers
• (en) L'annonce officielle de cloture
• (en) Le blog officiel de Google
• (fr) La rivalité Google - Yahoo
•
Portail de Google
73
Chapitre 18
Google Drive
Un exemple de fichier texte avec l'interface en allemand
Google Drive est un service de stockage et de partage de fichiers dans le cloud lancé par la société Google. Google
Drive, qui regroupe Google Docs, Sheets et Slides, est une suite bureautique permettant de modifier des documents,
des feuilles de calcul, des présentations, des dessins, des formulaires, etc. Les utilisateurs peuvent rechercher les
fichiers partagés publiquement sur Google Drive par le biais de moteurs de recherche Web.
Lancé le 24 avril 2012[1] , Google Drive compte 240 millions d'utilisateurs actifs en octobre 2014[2] .
Google Drive remplace Google Docs une fois actif. Les documents existant déjà sur Google Docs sont automatiquement transférés sur Google Drive. Il sert à synchroniser, partager et modifier les données entre plusieurs ordinateurs
et/ou utilisateurs.
18.1 Sécurité et confidentialité des fichiers stockés
18.2 Spécificités
74
18.2. SPÉCIFICITÉS
18.2.1
75
Accès aux données
L'accès aux données stockées sur son espace Google Drive peut être fait soit en ligne via le site de Google, soit via la
synchronisation sur un terminal. Pour synchroniser le dossier Google Drive sur son terminal (ordinateur, tablette ou
smartphone), un logiciel est nécessaire à la synchronisation, et crée un dossier Google Drive dans lequel il suffit de
déposer les dossiers et les documents à synchroniser.
18.2.2
Espace de stockage
À l'origine, Google Docs proposait 1 Go de stockage dans sa version gratuite. Avec l'arrivée de Google Drive, ce
quota est passé à 5 Go[3] ) puis à 15 Go depuis le 14 mai 2011 (en incluant les courriels stockés)[4] . À titre de comparaison, Dropbox en délivre 2 dans sa version gratuite[5] . Il est par ailleurs possible d'acheter jusqu'à 30 To d'espace
supplémentaire — 100 Go coûtent 1,99 $ par mois, 1 To 9,99 $ par mois, et jusqu'à 30 To pour 299,99 $ par mois.
Une fois acheté, cet espace sert aussi sur la messagerie Gmail.
Quelques restrictions sont également appliquées aux fichiers stockés. Chaque fichier ne peut excéder la taille de 5
To[6],[7] et les images intégrées aux documents Google Docs ne peuvent dépasser 2 Mo. Les tableurs sont limités à
256 colonnes, 400 000 cellules et 200 feuilles[8] .
Google applique également des limites sur l'import des fichiers sur Google Docs. Les documents texte ne peuvent
excéder les 2 Mo pour être importés, un tableur doit nécessairement faire moins de 20 Mo, et une présentation, 50
Mo[8] .
18.2.3
Types de fichiers supportés
Le visionneur de fichiers de Google Drive propose de pouvoir visualiser en ligne les formats suivants[9] :
• Fichiers image (.JPEG, .PNG, .GIF, .TIFF, .BMP)
• Fichiers son (MP3, AC4, ATRAC, FLAC, ALAC)
• Fichiers vidéo (WebM, .MPEG4, .3GPP, .MOV, .AVI, .MPEGPS, .WMV, .FLV)
• Balisage/code (.CSS, .HTML, .PHP, .C, .CPP, .H, .HPP, .JS)
• Fichiers texte (.TXT)
• Microsoft Word (.DOC et .DOCX)
• Microsoft Excel (.XLS et .XLSX)
• Microsoft PowerPoint (.PPT et .PPTX)
• Adobe Portable Document Format (.PDF)
• Apple Pages (.PAGES)
• Adobe Illustrator (.AI)
• Adobe Photoshop (.PSD)
• Tagged Image File Format (.TIFF)
• Autodesk AutoCad (.DXF)
• Scalable Vector Graphics (.SVG)
• PostScript (.EPS, .PS)
• TrueType (.TTF)
• XML Paper Specification (.XPS)
• Types de fichiers d'archivage (.ZIP et .RAR)
76
CHAPITRE 18. GOOGLE DRIVE
18.3 Éditions professionnelles
Article connexe : Google Apps for Work.
18.3.1
Google Drive for Work
Google Drive for Work, la version Premium de Google Apps for Work, a été présentée lors de la conférence Google
I/O, le 25 juin 2014, et a été commercialisée dans la foulée. Cette offre inclut un stockage illimité, une fonction avancée
de création de rapports d'audit et un service de divulgation électronique de documents. Selon Google, Google Drive
for Work inclut des « commandes ultra-précises permettant aux administrateurs de personnaliser l'expérience Drive
en déterminant, par exemple, les employés qui peuvent installer le client de synchronisation avec l'ordinateur ». Les
utilisateurs peuvent télécharger des fichiers dont la taille atteint 5 To. Le stockage est limité à 1 To par utilisateur pour
les entreprises comptant moins de 5 utilisateurs. Dans un communiqué de presse publié sur son blog officiel, Google
affirme chiffrer toutes les informations transmises depuis ou à destination des ses serveurs ainsi que les données qui y
sont stockées. Google garantit à ses clients du service Premium une assistance 24 h/24 et 7 j/7, ainsi qu'un temps de
fonctionnement de 99,9 % de ses serveurs[10] .
18.3.2
Google Drive for Education
Google Drive for Education a été annoncé le 30 septembre 2014. Tous les utilisateurs de Google Apps for Education
peuvent accéder gratuitement à ce nouveau service. Il inclut un stockage illimité et offre un stockage individuel de
fichiers jusqu'à 5 To[11] .
18.4 Concurrents
• Box
• CloudMe
• CloudStation
• Dropbox
• Droplr
• Egnyte
• iCloud
• Infinit
• Mega
• OneDrive
• Seafile
• SparkleShare
• SpiderOak
• SugarSync
• Tresorit
• Ubuntu One
• Wuala
• Yandex Disk
• HubiC (OVH)
18.5. RÉFÉRENCES
77
18.5 Références
[1] « Introducing Google Drive... yes, really », Google (consulté le 24 avril 2012)
[2] Emil Protalinski, « Google announces 10% price cut for all Compute Engine instances, Google Drive has passed 240M
active users », sur The Next Web, 1er octobre 2014
[3] Google lance Google Drive : 5 Go gratuits en cloud, Gmail passe à 10 Go, Les numériques, Vincent Alzieu , 25 avril 2012.
[4] https://support.google.com/drive/answer/2736257?hl=fr.
[5] Dropbox.
[6] (en) « OneDrive’s file size limit upped to 10GB, syncing speeds tripled », sur pcworld, 11 septembre 2014 (consulté le 4
septembre 2014).
[7] Cette limite ne concerne que ceux ayant acheté du quota supplémentaire, puisque les utilisateurs n'ont que 5 Go en version
gratuite.
[8] Limites de taille des documents texte, feuilles de calcul et présentations Google sur support.google.com. Consulté le 17
novembre 2012.
[9] À propos de la Visionneuse Google Drive sur support.google.com. Consulté le 17 novembre 2012.
[10] Quinten Plummer, « Google rolls out high-octane Drive for Work offering », TechTimes, 27 juin 2014
[11] Nick Summers, « Google unveils Drive for Education with free, unlimited storage and ‘Classroom’ integration », sur The
Next Web, 30 septembre 2014
18.5.1
Articles connexes
• Cloud computing
• Serveur de stockage en réseau
•
Portail de Google
Chapitre 19
Google Earth
Google Earth est un logiciel, propriété de la société Google, permettant une visualisation de la Terre avec un assemblage de photographies aériennes ou satellitaires. Anciennement produit par Keyhole inc., alors d'accès payant,
ce logiciel permet à tout utilisateur de survoler la Terre et de zoomer sur un lieu de son choix. Selon les régions
géographiques, les informations disponibles sont plus ou moins précises. Ainsi un habitant d'une métropole peut
localiser son restaurant préféré, obtenir une vue en 3D des immeubles de la métropole, alors que la résolution des
photos d'une bonne partie de la Terre est très faible. La couverture, d'après Google, devrait s’améliorer rapidement.
La modélisation en 3 dimensions des constructions, initialement réalisée à l'aide du logiciel SketchUp, est maintenant
créée automatiquement à l'aide d'algorithmes utilisant pour une part les prises de vues Street View et des données
d'altitude.
Le directeur 2007 de « Google Earth and Maps » est John Hanke.
Depuis le 20 janvier 2015, les licences Google Earth Pro sont gratuites.
En octobre 2011, Google annonce que Google Earth a été téléchargé et installé plus d'un milliard de fois à travers la
planète. Cela en fait le SIG le plus utilisé de toute l'histoire[2] .
19.1 Généralités
Initialement connu sous le nom de Earth Viewer, Google Earth a été développé par la société Keyhole Inc., rachetée
par Google en 2004. Le produit, renommé Google Earth en 2005, est désormais disponible pour les ordinateurs
personnels équipés de Windows 2000, XP, Vista, Seven, Mac OS X 10.3.9 ou supérieur, Linux (depuis le 12 juin
2006), et FreeBSD. En plus d'avoir poursuivi le développement du client commencé par Keyhole, Google a également
intégré l'imagerie de la base de données de Earth à leur logiciel de cartographie en ligne (Google Maps).
Plusieurs grandes villes peuvent être observées avec une résolution suffisamment élevée pour pouvoir distinguer individuellement chaque immeuble, maison et même voiture. Dans certaines villes telles que Paris, Londres, Washington
et Seattle, il est même possible de distinguer les gens dans la rue. La résolution d'observation maximale des lieux
géographiques dépend de leur intérêt, cependant toute la surface de la Terre a été photographiée avec une résolution
d'au moins 15 mètres. Les lieux qui ont été photographiés avec la meilleure résolution (6 pouces) sont les suivants :
Las Vegas dans l'État du Nevada, Cambridge dans le Massachusetts et le comté de Fulton (New York) dans l'État de
New York.
Google Earth permet aussi d'aller directement à un lieu en entrant son adresse postale (États-Unis, Canada et Europe
uniquement), ses coordonnées ou bien en naviguant manuellement.
Google Earth est également pourvu des données topographiques rassemblées par la NASA lors de la mission SRTM,
ce qui permet d'afficher la surface de la Terre en 3D. Ainsi, le Grand Canyon et l'Everest peuvent être observés
en 3D contrairement à d'autres logiciels de cartographie ne permettant que des observations 2D, c'est-à-dire depuis
le ciel et perpendiculairement au sol. Google a de plus rajouté une couche sur la surface de la Terre qui modélise
progressivement en 3D la totalité des constructions d'un grand nombre de villes sur toute la planète. Depuis la version
5 il est possible de visionner en 3D les surfaces sous marines[3] .
Beaucoup d'utilisateurs ajoutent leurs propres données, et les rendent disponibles par l'intermédiaire de plusieurs
sources comme le BBS ou les blogs cités dans les liens externes plus bas.
78
19.2. SPÉCIFICATIONS
79
Google Earth est disponible en version gratuite, et versions licenciées à usage commercial. Il est disponible pour
Windows XP, Mac OS X et Linux.
19.2 Spécifications
19.2.1
Versions disponibles
Google Earth est disponible en 3 versions :
• Free Version : version gratuite disponible pour tous.
• Google Earth Plus version sur Windows arrêtée d'être distribué en décembre 2008
• Google Earth Pro : version entreprise à 320 € à l'année, désormais gratuite depuis début février 2015
Le logiciel est présent sur diverses plateformes : Linux, Mac OS X, Windows, Android, Blackberry Storm et iOS.
19.2.2
Version Mac OS X
Le 10 janvier 2006, Google a sorti une version destinée pour le système d'exploitation Mac OS X, téléchargeable à
partir du site web de Google Earth. Excepté les quelques remarques faites un peu plus loin dans cet article, la version
Mac semble être stable et finie, avec pratiquement toutes les mêmes fonctionnalités que la version originale pour
Windows. Le 8 août 2005, une version Mac fonctionnelle ainsi que quelques captures d'écran se sont échappées et
ont été diffusées sur Internet, soit à peu près un mois avant sa sortie. Cependant cette version échappée paraissait
réellement inachevée dû fait qu'entre autres le menu d'aide et l'affichage de la licence n'étaient pas opérationnels,
signe révélateur du fait que cette version était bien destinée uniquement à un usage interne à l'entreprise Google.
Cette dernière n'a pas fait de remarque sur cet événement.
Actuellement, il est nécessaire de posséder la version 10.3.9 ou 10.4 de Mac OS X pour pouvoir utiliser cette version
Mac de Google Earth. De plus actuellement, aucune version « Pro » ou « Plus » n'existe en version stable, et il n'y a
pas non plus de navigateur embarqué (boussole en haut à droite) et ni d'interface directe vers Gmail. Quelques bugs
apparaissent également au niveau de la barre de menu (notamment lors d'un basculement vers d'autres programmes),
au niveau des bulles infos et au niveau de l'impression.
La dernière version (la 4.0.2722, sortie le 5 janvier 2007) est actuellement disponible en tant que version bêta et
apporte de nouvelles fonctionnalités avec entre autres une nouvelle interface utilisateur et la possibilité pour les utilisateurs de Mac OS X de passer à la version « Plus »[4] .
19.2.3
Version Linux
Google Earth est apparu sur Linux avec la version 4 beta, en tant que produit natif utilisant la bibliothèque logicielle
Qt. Il est téléchargeable gratuitement pour une utilisation personnelle[5] .
19.2.4
Version mobile
Le 25 octobre 2008, Google Earth est sorti en version iPhone. Cette version est disponible pour les iPhone et iPod
Touch. Cette version a été grandement critiquée par les utilisateurs à cause de sa difficulté d'utilisation. Par contre,
une fois que l'utilisateur comprend comment utiliser ce logiciel, il se retrouve alors dans une version très complète de
Google Earth. Il suffit de bouger l'appareil afin de voir le relief. On peut aussi dessiner un cercle avec ses doigts afin
de faire changer la direction. Google Earth pour iPhone est gratuit sur l'App Store.
Une version Android est également disponible, gratuitement sur Google Play.
80
CHAPITRE 19. GOOGLE EARTH
19.2.5
Résolution
La résolution de l'image fournie par le programme Google Earth dépend avant tout de l'endroit géographique. En
effet, la résolution n'est pas homogène sur toute la planète et, d'une manière générale, les grandes agglomérations
sont beaucoup plus détaillées que les milieux ruraux. L'endroit précis où l'image a une résolution maximale se trouve
aux coordonnées 37° 25′ 20.35″ N 122° 05′ 06″ O / 37.4223194, −122.085. Il s’agit du Campus Google, le siège
de l'entreprise, où l'on peut observer le logo du moteur de recherche aux abords d'une piscine avec une résolution
d'1 pouce par pixel (environ 2,58 cm/pixel).[réf. nécessaire] . Certains endroits sont encore plus précis, notamment ici en
Afrique du Sud, où l'on peut observer un troupeau d'hippopotames.
19.3 Fonctionnalités
19.3.1
Bâtiments en 3D
Après son acquisition de Keyhole, Google a ajouté au logiciel une fonction permettant d'afficher des bâtiments en 3D
modélisés par des blocs de couleur grise. Ainsi, grâce aux informations fournies par Sanborn Maps[réf. nécessaire] , il était
possible d'observer de nombreuses villes américaines dès septembre 2006. Le 14 mars 2006, Google rachète @Last
Software (entreprise à l'origine du logiciel SketchUp) qui crée un plugin pour permettre d'obtenir un rendu 3D dans
Google Earth[réf. nécessaire] .
À l'origine, seules quelques villes américaines étaient concernées par cette fonction. Par la suite, il devint possible
d'observer en 3D des bâtiments du Japon grâce à l'entreprise japonaise Zenrin qui a fourni les données nécessaires[réf. nécessaire] .
En 2015, un très grand nombre de villes, même de moyenne importance, sont modélisées en 3D. L'intérieur d'un certain nombre de bâtiments célèbres comme le musée du Prado de Madrid est également accessible avec ses principales
œuvres[6] est également modélisé.
De plus, il existe une banque d'images 3D créée par la communauté d'utilisateurs, qui permettait de visualiser directement leurs œuvres dans Google Earth. Cette possibilité a été supprimée par Google le 1er octobre 2013 pour la
raison ci-dessous.
Liste des villes entièrement modélisées en 3D avec texture (selon version de Google Earth)
En France
• Dijon
• La Garenne-Colombes
• Lyon
• Marseille
• Montbéliard
• Mulhouse
• Paris (partiellement), ainsi que le quartier de La Défense et le parc Disneyland Paris
• La Cité médiévale de Pérouges près de Lyon
Dans le reste de l'Europe
• Allemagne : Berlin - Dortmund - Hambourg - Munich - Stuttgart
• Danemark : Copenhague
• Espagne : Barcelone - Madrid - Séville - Valence
• Finlande : Helsinki
19.4. POLÉMIQUES
81
• Grèce : Athènes
• Irlande : Dublin
• Italie : Florence - Milan - Naples (partiellement)
• Norvège : Oslo
• Pays-Bas : Rotterdam
• Pologne : Varsovie
• République tchèque : Prague
• Royaume-Uni : Birmingham - Cardiff
• Suède : Stockholm
• Suisse : Zurich, Le Locle
19.3.2
Modélisation 3D automatisée
En juin 2012, Google a annoncé que les bâtiments en 3D créés par les utilisateurs seraient progressivement remplacés
par une modélisation automatique. Les raisons principales sont l'amélioration de l'homogénéité, et le renforcement
de la compétitivité vis-à-vis de services utilisant cette technologie, tels que Nokia Maps ou Bing Maps.
Les lieux couverts par cette modélisation automatique sont les suivants (liste non exhaustive qui s’agrandit régulièrement) :
La version du logiciel Google Earth 7 au minimum est requise pour visualiser cette modélisation.
19.3.3
Simulateur de vol
Dans la version 4.2 de Google Earth, un simulateur de vol est inclus. La combinaison de touche (Ctrl + Alt. + A) active
cette fonctionnalité. Voir la description sur le site officiel et cet article expliquant comment utiliser cette fonctionnalité
19.3.4
Navigateur web interne
Dans la version 5.2 de Google Earth, un navigateur web est inclus. Ne pas cocher “Afficher les résultats Web dans un
navigateur externe” active cette fonctionnalité. Voir plus de détails sur le site officiel.
19.4 Polémiques
Il existe de nombreuses polémiques vis-à-vis de ce logiciel, quant à la possibilité de visualiser des images de zones
sensibles : installations militaires, nucléaires[7] .
De plus, des cambrioleurs ont utilisé ce logiciel pour dévaliser des maisons dans un quartier chic de la banlieue de
Moscou[8] .
19.5 Découvertes liées à Google Earth
• En décembre 2008, des scientifiques des Jardins botaniques royaux de Kew annoncent la découverte d'un
« monde perdu » abritant plusieurs nouvelles espèces animales grâce à Google Earth[9] .
• Le 8 avril 2010, plusieurs paléontologues de l'université de Wits découvrent deux squelettes partiels d'hominidés,
conservés depuis environ 1,78 à 1,95 million d'années grâce au logiciel de Google[10] .
82
CHAPITRE 19. GOOGLE EARTH
19.6 Apparitions
19.6.1
Dans les œuvres de fiction
• Dans Hyper Tension, un film américain de 2006, des images animées tirées du logiciel Google Earth apparaissent régulièrement à l'écran pour situer l'action.
• Dans l'épisode 17 de la saison 18 des Simpson[11] , Marge Simpson utilise le logiciel Google Earth.
19.6.2
Utilisation dans les médias
• De nombreuses chaînes de télévision (comme CNN, France 2, RTL-TVI ou TF1) utilisent ce logiciel pour
situer un lieu.
19.7 Notes et références
19.7.1
Notes
19.7.2
Références
[1] Disponible en allemand, anglais, espagnol, français, italien et japonais
[2] (en) Brian McClendon, « Google Earth downloaded more than one billion times », sur Google Lat Long, 2011.
[3] (fr) Google earth 5 : toutes les nouveautés, le 3 février 2009 sur paperblog.fr
[4] (en) sur MacUpdate.com, www.macupdate.com
[5] (fr) Télécharger Google Earth pour Windows, Mac ou Linux
[6] (fr) Le Musée du Prado sur Google Earth
[7] (fr) Google Earth inquiète les militaires
[8] (fr)
[9] (en) Lost World discovered (thanks to Google Earth), le 22 décembre 2008 depuis le Daily Mail
[10] (fr) Quand Google Earth aide à la découverte d’un fossile, le 8 avril 2010 sur journaldugeek.com
[11] (en)http://news.softpedia.com/news/The-Simpsons-Are-Using-Google-Earth-53153.shtml
19.8 Voir aussi
19.8.1
Logiciels similaires
D'autres logiciels ou services permettent de naviguer sur des globes virtuels :
• Géoportail (IGN - France)
• Mappy (PagesJaunes)
• World Wind (NASA)
• Bhuvan (ISRO)
• WikiMapia
• Marble
19.8. VOIR AUSSI
19.8.2
83
Articles connexes
• Google Maps
• Google Moon
• Google Mars
• Neven Vision
• Google Street View
• Langage KML
19.8.3
Liens externes
• Site officiel
• geo-trotter.com, Visite guidée et curiosités sur Google Earth.
• tout-sur-google-earth.com, Communauté francophone des utilisateurs de Google Earth.
Critiques et comparaison
• NASA Worldwind, Google Earth, Géoportail à l’école : un monde à portée de clic ?, article de la revue géographique Mappemonde, 20 mars 2007.
• Comparatif Google Earth - GeoPortail, 4 juillet 2006.
• Comparatif Google Earth - GéoPortail - PagesJaunes, juin 2006.
•
Portail de l’information géographique
•
Portail de Google
Chapitre 20
Google Glass
Prototype de Google Glass vu à la conférence Google I/O en juin 2012.
Le projet Google Glass, ou Project Glass (littéralement projet lunette), est un programme de recherche et développement lancé par Google sur la création d’une paire de lunettes avec une réalité augmentée[1] .
À l'automne 2014, les Google Glass « semblent désormais au point mort », par leur manque d'applications et leur
prix élevé[2] .
Le 15 janvier 2015, Google annonce la suspension de la production et des ventes de Google Glass[3] .
Un nouveau modèle de Google Glass à destination des entreprises et optimisées pour une utilisation dans ce cadre
devrait cependant bientôt voir le jour[4] .
84
20.1. HISTORIQUE
85
Loïc Le Meur en train de contrôler les Google Glass au moyen du touchpad intégré dans la branche de lunette
Steve Mann, l'inventeur de l'EyeTap (en), en train de tester divers stades de développement de son invention, qui a été comparée aux
Google Glass
20.1 Historique
Project Glass est un projet issu du Google X Lab[5] , qui entre en phase de test en avril 2012[6] . Sergey Brin est vu
le 5 avril avec un prototype lors d'un événement organisé par la Foundation Fighting Blindness à San Francisco[7] .
Le 23 mai, il en fait une démonstration à la télévision au cours de l'émission The Gavin Newsroom Show dont il est
l'invité ; à cette occasion il permet au lieutenant-gouverneur de Californie Gavin Newsom de les essayer[8] . Le 27
juin, il orchestre une grande démonstration du produit à la conférence Google I/O : des parachutistes, grimpeurs et
professionnels du vélo tout terrain portent les lunettes et se relaient pour en apporter un prototype sur la scène, avec
une retransmission en direct de leur expédition via un Hangout sur Google+[9] .
Le 22 janvier 2013, Sergey Brin, cofondateur de Google, est pris en photo sur la ligne 3 du métro new-yorkais portant
un prototype des lunettes[10] .
Le 20 février 2013, la firme lance un site afin de recruter des volontaires pour tester ces lunettes dont le prototype sera
mis en vente à 1 499 $[11] . Sergey Brin continue dès lors de promouvoir le projet Google Glass et explique notamment
86
CHAPITRE 20. GOOGLE GLASS
lors d'une conférence TED de février 2013 quelles sont les motivations ayant poussées son équipe à développer ce
projet de lunettes connectées[12] .
Il faut noter que le concept date de 2001. En effet la société Minolta – bien connue dans le monde de la photo – a
créé des lunettes proposant ce genre de vision. Elles ne possédaient pas cependant l'interactivité de ce que propose
Google. Un article est paru dans Science et vie no 1001 de février 2001 page 26.
En juillet 2013 pour la première fois deux chirurgiens ont opéré avec des Google Glass : l'occasion pour eux de filmer
l'opération chirurgicale en vue subjective et de partager ainsi leur expérience[13] .
Le 21 mars 2014, Google publie sur sa page officielle 6 photos montrant l'évolution des Google Glass depuis le début
de leur conception jusqu'en 2014[14] .
Début 2015, Google annonce que Glass va bientôt passer par une étape de refonte du projet sous la houlette de Tonny
Fadell.
20.2 Description
Cette paire de lunettes est équipée d'une caméra intégrée, d'un micro, d'un pavé tactile sur l'une des branches, de
mini-écrans, d'un accès à internet par Wi-fi ou Bluetooth[11] et depuis sa version 2 d'un écouteur branché sur la
branche droite des lunettes en mini-USB.
Elle permet d'accéder à la plupart des fonctionnalités de Google : Google Agenda, reconnaissance vocale, Google+,
horloge/alarme, météo, messages (SMS, MMS, courrier électronique), appareil photo, GPS (Google Maps), Google
Latitude, etc.[15] .
Les lunettes Google se déclinent en différents modèles. La collection Titane est la première offrant quatre types
de montures différentes en titane léger avec deux styles de torsions[16] . Avec cette collection, les Google Glass se
rapprochent esthétiquement de montures de lunettes classiques. En mars 2014, Google annonce avoir signé un accord
avec la société Luxottica notamment détentrice des marques Ray-Ban, Oakley ou encore Persol[17] .
20.3 Technologie
Google fournira une API appelée Mirror pour le développement d'applications pour ces lunettes à réalité augmentée.
20.4 Guide d'usage
Afin de sensibiliser les premiers utilisateurs de Google Glass également appelés les Glass Explorers, la société Google
a édicté, en février 2014, un Guide des bonnes pratiques[18] à leur attention. Ce Guide fait notamment suite aux
différents faits divers intervenus aux États-Unis et impliquant des utilisateurs de lunettes Google tels que l'arrestation
d'une personne portant les Google Glass dans un cinéma[19] ou au volant d'une voiture[20] .
Le Guide des bonnes pratiques est scindé en deux parties :
• au titre de Ce qu'il est conseillé de faire, on retrouve notamment le fait de partager ses découvertes avec la
communauté, d'interagir avec le monde environnant tout en répondant aux questions des plus curieux avec
civilité[21] ;
• au titre de Ce qu'il est déconseillé de faire, on retrouve notamment le fait de s’isoler du monde, avoir une attitude
de Glasshole ou encore utiliser les Google Glass lors de la pratique de sports extrêmes.
20.5 Applications
Les applications Google Glass, appelées Glassware sont des applications gratuites développées par des développeurs
tiers. Les Glass utilisent aussi de nombreuses applications Google existantes, comme Google Now, Google Maps,
Google +, Gmail et Google Play. Grâce à cette dernière, il est possible de connaître le titre d'une chanson à l'aide de
20.6. JEUX
87
commandes vocales puis de l'écouter. Les autres applications permettent de rappeler l'horaire d'un vol ou d'un rendezvous, d'envoyer des messages, de faire des traductions, de prendre des photos ou encore d'enregistrer des vidéos[22] .
Les applications tierces annoncées au SXSW (South by Southwest) comprennent Evernote, Skitch, The News York
Times, et Path[23] .
Le 15 avril 2013, Google a rendu public le Mirror API, permettant aux développeurs de commencer à développer
des applications pour les Glass[24],[25] .
Dans les conditions d'utilisation il est mentionné que les développeurs ne pourront pas intégrer de publicité dans leurs
applications ni faire payer ces dernières[26] ; un représentant de Google a déclaré au magazine The Verge que ceci
pourrait changer à l'avenir[27] .
20.5.1
Secteur médical
La réalité augmentée permet l'accès à des informations en temps réel sans contraindre les mouvements et en restant
concentré sur une tâche quelconque (à la différence d'un écran qu'il faut regarder, par exemple), ce qui a permis des
applications médicales à ces lunettes.
Dès janvier 2014, un chirurgien de l'UCSF opérait quotidiennement avec des Google Glass estimant qu'elles lui
apportent un vrai atout dans son métier[28] . En France, le docteur Philippe Collin de Rennes fut le premier français à
opérer avec des Google Glass tout en communiquant avec l'un de ses homologues au Japon à plus de 10 000 kilomètres
de distance[29] .
Le 27 février 2014, des chercheurs de l'université de Californie à Los Angeles publient pour la première fois dans
le domaine de la santé une étude impliquant des Google Glass[30] . L'application qui se base sur les Rapid Diagnostic
Tests (RDT), notamment utilisés pour la détection de la malaria, a pour but de fournir des diagnostics médicaux
quasi instantanés[31] . Ce type d'application pourrait à l'avenir être extrêmement précieux dans des zones faiblement
médicalisées.
Toujours dans le milieu de la santé, l'Australian Breastfeeding Association (en) a développé une application en avril
2014 permettant aux jeunes mères d'être aidées dans l'acte d'allaitement de leurs enfants[32] . Ces dernières peuvent
transmettre en direct la vidéo de leur allaitement grâce à Google Hangouts à des conseillères spécialisées dans ce
domaine qui peuvent commenter les bons usages à adopter.
20.6 Jeux
GlassBattle, développé par BrickSimple, et Escape, développé par Advanced Mobile Applications, sont deux jeux
Google Glass sortis avant la sortie officielle des Glass[33],[34] .
20.7 Commandes
Les lunettes Google glass se commandent actuellement au moyen d'un doigt ou de la voix.
Un projet de contrôle par la pensée existe, avec le système « MindRDR » développé par la start-up « This Place
Ltd. »[35] qui utilise un capteur (Neurosky EEG biosensor) et un logiciel commercial (Neurosky MindWave Mobile[36] )
posé sur le front. Le logiciel à la base de ce système est devenu open source fin 2014[37] .
20.8 Date par date
• 2011 : date de lancement du projet Google Glass par le Google X Lab.
• 2012 : début des phases de test des Google Glass.
• 23 mai 2012 : démonstration à la télévision au cours de l'émission The Gavin Newsroom Show.
• 27 juin 2012 : démonstration du produit à la conférence Google I/O.
• 20 février 2013 : la firme lance un site afin de recruter des volontaires pour tester ces lunettes.
88
CHAPITRE 20. GOOGLE GLASS
• 15 avril 2013 : Google a rendu public le Mirror API, permettant aux développeurs de commencer à développer
des applications pour les Glass.
• Juillet 2013 : deux chirurgiens ont opéré avec des Google Glass.
• 24 octobre 2014 : la SNCF équipe ses contrôleurs pour la première fois de Google Glass afin de les aider dans
leur contrôle des billets des passagers. Elles leur apportent des informations complémentaires sur le passager
après avoir scanné manuellement le billet ce qui leur permet d'assurer un accueil personnalisé des voyageurs
20.9 Anecdotes
Sur le circuit imprimé des Google Glass est inscrit « >9k ! » en référence à la célèbre scène du manga Dragon Ball
Z[38] .
Le dimanche 26 janvier 2014 fut diffusé l'épisode 11 de la saison 25 des Simpson intitulé Specs and the City dans
lequel Homer Simpson porte des lunettes connectées assimilées à des Google Glass[39] .
En avril 2014, les Google Glass furent très médiatisées aux États-Unis car elles auraient permis au docteur Steven
Horng de l’hôpital de Boston Beth Israel Deaconess Medical Center, de sauver la vie de l'un de ses patients[40] .
20.10 Notes et références
[1] (fr) Tony Balt, « Google : Une démonstration technique du Project Couto », sur http://www.frandroid.com/, FrAndroid, 4
avril 2012 (consulté le 7 avril 2012)
[2] Mais où sont donc passées les Google Glass ?, article sur le site lemonde.fr, daté du 18 novembre 2014.
[3] (en) « Today is the last day to buy Google Glass », sur Tech Crunch, 19 janvier 2015
[4] Matt Burns, « Google Glass Is Alive » (consulté le 13 juillet 2015)
[5] Google’s ‘Project Glass’ Augmented Reality Glasses Are Real And In Testing - TechCrunch
[6] Google Glasses Sound As Crazy As Smartphones And Tablets Once Did - Forbes
[7] Sergey Brin wears Project Glass ; Google specs spur fear, punch lines - LA Times
[8] Sergey Brin Finally Lets Someone Else Wear Google Glass - Wired
[9] Google Wins The Internet With A Live Skydiving Demo Of Google Glass (Now With Video !) - TechCrunch
[10] Sergey Brin aperçu avec des Google Glass dans le métro - Androtecks
[11] « Qui veut tester les Google Glass ? », Le Point, 20 février 2013.
[12] « Pourquoi Google a-t-il conçu les Google Glass », sur Goglasses.fr, 4 février 2014
[13] http://www.metronews.fr/high-tech/deux-chirurgiens-operent-avec-des-google-glass/mmgd!KvkakQNil98ec/
[14] « L’évolution des Google Glass en 6 photos », sur Goglasses.fr, 21 mars 2014
[15] (en) [vidéo] Project Glass : One day… sur YouTube
[16] (fr)http://www.goglasses.fr/google-glass/google-glass-nouvelle-collection-titane, GoGlasses.fr, 28 janvier 2014
[17] (fr)« Bientôt des Google Glass Ray-Ban ? » sur http://www.goglasses.fr, GoGlasses.fr, 25 mars 2014
[18] (en) Do’s and Don'ts for Glass Explorers https://sites.google.com/site/glasscomms/glass-explorers, février 2014
[19] (fr)« Un homme arrêté par le FBI pour le port des Google Glass dans un cinéma » sur http://www.goglasses.fr, GoGlasses.fr,
21 janvier 2014
[20] (fr)"Port au volant des Google Glass : une Californienne relaxée" sur http://www.goglasses.fr, GoGlasses.fr, 22 janvier
2014
[21] (fr)"Guide des bonnes pratiques Google Glass traduit en français" sur http://www.goglasses.fr, GoGlasses.fr, février 2014
20.11. VOIR AUSSI
89
[22] lefigaro.fr, 13 novembre 2013
[23] Alexis Santos, « Google shows off Glass apps : New York Times, Gmail, Path, and more », Engadget, 11 mars 2013
(consulté le 15 avril 2013)
[24] « Google Mirror API Overview », Google (consulté le 5 mai 2013)
[25] « Overview », Google (consulté le 18 avril 2013)
[26] « Developer Preview Google Mirror API Terms of Service », Google (consulté le 18 avril 2013)
[27] Jeff Blagdon, « Google Glass developers prohibited from using ads or charging for apps », The Verge, The Verge (consulté
le 18 avril 2013)
[28] (fr)"Des médecins opèrent déjà avec les Google Glass" sur http://www.goglasses.fr, GoGlasses.fr, 8 février 2014
[29] (fr)"La première opération en France avec des Google Glass" sur http://www.goglasses.fr, GoGlasses.fr, 17 février 2014
[30] (en) « Immunochromatographic Diagnostic Test Analysis Using Google Glass » sur http://pubs.acs.org/, 27 février 2014
[31] (fr)"Des chercheurs de l'UCLA développent une application Google Glass de diagnostic médical instantané" sur http://
www.goglasses.fr, GoGlasses.fr, 01 mars 2014
[32] (fr)"Les Google Glass peuvent aussi aider à allaiter" sur http://www.goglasses.fr, GoGlasses.fr, 27 avril 2014
[33] Earnest « Nex » Cavalli, « Battleship Clone Demonstrates Gaming On Google Glass », The Escapist, Alloy Digital, LLC,
9 juillet 2013 (consulté le 29 juillet 2013)
[34] « Le jeu Escape ! porté sur Google Glass, les lunettes Android »
[35] MindRDR / This Place
[36] EEG Hardware (neurosky.com)
[37] Reuters on the Road : Google Glass control through MindRDR This Place CEO Dusan Hamlin takes Reuters taxi to explain
how his device allows users to control Google Glass with their mind., Vidéo Reuters, 2014-11-15
[38] http://www.catwig.com/google-glass-teardown/
[39] (fr)http://www.goglasses.fr/actualites-generales/homer-simpson-porte-des-google-glass-durant-un-episode, GoGlasses, 26
janvier 2014
[40] (fr)« Un médecin sauve la vie de son patient grâce à des Google Glass » sur http://www.goglasses.fr, GoGlasses.fr, 10 avril
2014
20.11 Voir aussi
20.11.1
Liens externes
• (en) Blog officiel
• (en) Site officiel
•
Portail de Google
•
Portail de l’informatique
•
Portail d’Internet
•
Portail de l’imagerie numérique
Chapitre 21
Google Hangouts
Google Hangouts parfois appelée vidéo-bulles est une plate-forme de messagerie instantanée et de visioconférence
développée par Google lancée le 15 mai 2013 lors de la conférence de développement Google I/O. Elle remplace
trois services de messagerie que Google avait développé séparément : Google Talk, Google+ Messenger et Hangouts,
un service de visioconférence intégré dans Google+.
21.1 Histoire
Avant de développer Google Hangouts, Google avait maintenu plusieurs services similaires mais séparés au sein de
différents services et plates-formes développés par l'entreprise. Incluant Google Talk orienté vers les professionnels
et basé sur le protocole XMPP, Google+ Messenger, service de messagerie textuelle de Google+, et Hangouts, fonctionnalité de vidéo conférence intégrée à Google+. Cependant, cette suite de services de messagerie de plus en plus
fragmentée et désorganisée faisait face à la concurrence de plus en plus agressive de Facebook Messenger, Viber
et WhatsApp. Les développeurs prirent la décision d'abandonner le système existant de Google Talk pour coder un
nouveau service de messagerie et de fusionner les différentes équipes de développement des différents services de
messagerie[1] .
21.2 Fonctionnalités
Hangouts permet aux utilisateurs de créer des visioconférences de deux à dix utilisateurs. Le service est accessible
en ligne à travers les sites web de Gmail, et Google+ ou à travers des applications mobiles disponibles pour Android
et iOS (distribuées comme successeur des applications Google Talk). Les historiques de discussion sont conservés
en ligne, leur permettant d'être synchronisés sur les différents appareils. Une watermark est utilisée pour indiquer
jusqu'où l'utilisateur a lu une discussion. Les utilisateurs peuvent s’envoyer des images qui sont automatiquement
importées dans un album privé. Les utilisateurs peuvent également s’envoyer des émoticones au cours d'une discussion.
Durant les Visio-conférences il est possible de s’envoyer des fichiers grâce à Google Drive, diffuser sa conférence sur
YouTube, rajouter des effets visuels et il est aussi possible de partager sa position gràce à Google Maps[2] Le directeur
des communications en temps réel de Google a annoncé que Google Voice sera bientôt intégré à Google Hangouts.
21.3 Notes et références
[1] Exclusive : Inside Hangouts, Google’s big fix for its messaging mess The Verge
[2] http://www.webrankinfo.com/google/hangouts.htm
21.4 Annexes
90
21.4. ANNEXES
21.4.1
Articles connexes
• Google Talk
• Google+
• Visioconférence
21.4.2
Liens externes
• « Google+ Hangouts »
• https://hangouts.google.com/
•
Portail de Google
•
Portail des télécommunications
91
Chapitre 22
Google Images
Google Images est un service proposé depuis 2001 par le moteur de recherche Google pour permettre de trouver sur
le web des images en rapport avec un sujet donné.
La pertinence d'une image vis-à-vis des mots-clés saisis par l'utilisateur est évaluée sur la base de paramètres tels que
le nom du fichier ou le texte encadrant l'image dans la page d'origine.
22.1 Interface
La page de résultats est constituée d'une mosaïque d'images affichées sous la forme de vignettes, avec pour chacune
d'elles des informations complémentaires : la taille de l'image, le poids et le format du fichier, le site d'où elle provient,
et un extrait du texte adjacent, dans lequel les mots-clés recherchés sont mis en gras.
Chacune de ces vignettes est un lien hypertexte vers une page divisée en deux cadres horizontaux ; celui du haut
reprend la vignette avec les informations qui l'accompagnaient dans la page précédente, et celui du bas contient la
page d'origine de l'image, afin de l'apprécier dans son contexte.
En 2007, Google Images a tenté d'introduire une nouvelle interface pour sa page de résultats, dans laquelle les informations accompagnant chacune des images étaient masquées par défaut, et n'apparaissaient qu'au passage de la
souris au-dessus de l'image[1] . L'ancienne version a été restaurée quelques semaines plus tard.
Une nouvelle version a été présentée lors d'une conférence de presse le 20 juillet 2010. Les images forment une
mosaïque qui remplit toute la page à disposition. Lorsque l'on amène la souris sur une image, celle-ci s’agrandit et le
nom du site d'où elle provient apparaît. Si l'on clique sur une image, on atterrit sur le site éditeur, mais contrairement à
l'ancienne version, le bandeau horizontal haut de google donnant des informations sur l'image se retrouve à la verticale
droite et le site est grisé avec l'image au premier plan qui se détache du site. Pour l'instant, cette version n'est disponible
que pour Google anglophone, germanophone, espagnol, japonais, chinois, italien et français.
22.2 Options de recherche
Les options de recherche avancée offrent la possibilité de se limiter aux visages ou aux images d'actualité, de régler la
taille et le format des images recherchées, ou encore de ne chercher que des images en couleurs ou en noir et blanc.
Comme pour toute recherche sur Google, les limitations à un nom de domaine et les opérateurs booléens sont autorisés.
Google Images propose également une option de recherche d'image par le contenu, qui permet de rechercher des
images similaires sur le Web.
Par défaut, les résultats sont filtrés de manière à ne pas afficher d'images de nature pornographique, mais ce filtre peut
être désactivé.
22.2.1
Identité visuelle (logo)
• Ancien logo de Google Images 1999
92
22.3. NOTES ET RÉFÉRENCES
93
• Ancien Logo de Google Images depuis 2013
• Logo de Google Images depuis le 1er septembre 2015
22.3 Notes et références
[1] (en) Kevin C., « Updated Google Images UI », sur Donutey, 24 janvier 2007.
22.4 Voir aussi
• Recherche d'image par le contenu
• TinEye
22.4.1
Liens externes
• (fr) Site officiel
• (fr) Google Images (Recherche avancée)
• (fr) Centre d'aide Google Images
• (en) « Google Image Labeler » (Archive • Wikiwix • Archive.is • Google • Que faire ?) , système permettant de tagger des
images indexées par Google sous forme de jeu en « duel », permettant d'améliorer la recherche d'images
par crowdsourcing
•
•
Portail de Google
Portail de l’imagerie numérique
Chapitre 23
Google Livres
Google Livres, ou Google Books en anglais (anciennement Google Print), est un service en ligne fourni par Google.
Lancé en décembre 2004, il dispose de moyens financiers et techniques considérables, et a vu son champ d'activité
s’élargir progressivement : aujourd'hui, c'est à la fois un outil de recherche intra-texte, de consultation de livres en
ligne ou sur appareil mobile, de constitution de collections personnelles, et de téléchargement d'ouvrages libres de
droits ; c'est aussi une librairie en ligne via la boutique Google Play, un outil permettant de trouver où emprunter un
exemplaire de livre en bibliothèque, et un fournisseur d'informations complémentaires (métadonnées) sur les œuvres.
Le nom du programme Google Books désigne communément plusieurs éléments distincts : le service de recherche
« Google Book Search », le « Google Book Partner Program » qui permet aux éditeurs d'inclure ou non leurs ouvrages
dans la base de données de Google, et le « Google Books Library Project » qui regroupe les partenariats avec les
bibliothèques. En novembre 2008, la bibliothèque virtuelle Books comptait plus de sept millions de livres[1] , contre
15 millions en 2010, dont une partie seulement est consultable directement depuis le site (3 millions aux États-Unis)[2] .
Il s’agit aujourd'hui du plus grand corpus textuel au monde[3] , dont l'histoire mouvementée a donné lieu à d'importantes
batailles judiciaires qui ont marqué le monde de l'édition et façonné le paysage du livre numérique — en France et
aux États-Unis notamment.
23.1 Chronologie
23.1.1
Origines
Comme l'indique son historique officiel (In the beginning, there was Google Books)[4] , le projet fait partie intégrante
de l' « ADN » de Google car il est presque à l'origine de la création de l'entreprise. En 1996, les deux cofondateurs de
l'entreprise (Sergey Brin et Larry Page) travaillent sur un projet de recherche soutenu par le Stanford Digital Library
Technologies Project (projet sur les technologies de bibliothèque numérique), avec comme objectif de pouvoir à terme
construire une bibliothèque numérique. Leur projet se base sur le concept d'un « crawler », un robot à même d'indexer
le contenu des livres et d'analyser les connexions entre eux, en déterminant la pertinence d'un ouvrage et son niveau
d'utilité à partir des citations d'autres ouvrages renvoyant à lui.
Celui qu'ils mettent au point (baptisé BackRub[5] ) servira de base à l'algorithme PageRank qui fait fonctionner le
moteur de recherche.
23.1.2
2002/3 : Naissance du projet
Dès 2002 (soit 4 ans à peine après la création de l'entreprise), le projet « livres » naît à l'initiative d'un petit groupe
de personnes, parmi lesquelles Larry Page et Marissa Mayer (une des premières product manager de Google). Ils
s’inspirent largement des projets préexistants de numérisation dans le monde, auxquels ils rendent visite : entre autres le
projet de mémoire de la Bibliothèque du Congrès, le projet Gutenberg, le Million Book Project (en) et la Bibliothèque
Universelle. Page passe également par l'université du Michigan, où sont nés JSTOR et Making of America (en)
(MoA). Son premier objectif, au vu des progrès réalisés alors, est de réduire drastiquement le temps nécessaire à la
numérisation : lorsqu'il aborde la question avec la présidente de la bibliothèque Mary Sue Coleman, celle-ci estime
qu'il faudra un millier d'années pour numériser ses 7 millions de volumes. Page se fixe comme objectif de le faire en
94
23.1. CHRONOLOGIE
95
6 ans.
En 2003, les équipes de Google mettent au point un ensemble de techniques pour scanner les livres sans détériorer
leur qualité, à un rythme beaucoup plus soutenu qu'auparavant. En parallèles, des ingénieurs de Google planchent sur
un moyen de prendre en compte les diverses tailles, polices de caractères et imperfection que présentent les livres
imprimés, et ce dans 430 langues différentes[4] .
23.1.3
2004 : « Project Ocean » et Google Print
Les premières rumeurs sur une percée du moteur de recherche dans le domaine des livres sont notamment rapportées
par le New York Times en février 2004[6] , qui évoque les efforts de Google pour « trouver de nouvelles sources
d'information à indexer, au-delà des documents déjà stockés sous un format numérique ». En décembre 2003, des
expérimentations auraient ainsi déjà été menées avec des éditeurs pour indexer des parties d'ouvrages, des critiques
et d'autres informations bibliographiques pour les rendre accessibles via un navigateur.
Le projet secret est évoqué sous le nom de code « Project Ocean »[7] , dont la dénomination laissera longtemps croire
à une extension des fonctionnalités offertes par Google Earth[8] (celle-ci aura finalement bien lieu, mais sous le nom
de code « Google Ocean »). C'est Wayne Rosing, vice-présidente en ingénierie chez Google, qui aurait mené des
tractations à travers le monde, se concentrant dans un premier temps sur 12 pays. Mais c'est surtout la bibliothèque
de l'université Stanford, détentrice d'un fonds de plusieurs millions d'ouvrages libres de droits, qui est évoquée comme
première institution partenaire du projet.
Le 6 octobre 2004, Google annonce le lancement d'une initiative baptisée « Google Print » à la Foire du livre de
Francfort. Dans un billet sur le blog officiel[9] , le directeur de produit Adam M. Smith la décrit comme une première
tentative de scanner des documents imprimés et de les mettre en ligne pour qu'ils soient accessibles depuis les résultats
de recherche Google. Il annonce : « nous avons étendu le programme, et nous invitons maintenant les éditeurs à nous
envoyer des livres que nous scannerons et mettrons en ligne gratuitement. » Au moment du lancement, les éditeurs
américains qui rejoignent le programme sont : Blackwell, Cambridge University Press, University of Chicago Press,
Houghton Mifflin, Hyperion, McGraw-Hill, Oxford University Press, Pearson, Penguin Books, Perseus, Princeton
University Press, Springer, Taylor & Francis, Thomson Delmar, Warner Books. L'initiative s’inscrit dans le contexte
plus général du but que s’est fixé Google d'« organiser l'information dans le monde et de la rendre universellement
accessible et utile. »
Le 14 décembre 2004, Adam M. Smith et Joseph O'Sullivan expliquent dans une autre note[10] que beaucoup de
livres à travers le monde ne sont plus édités, et qu'en travaillant en partenariat avec des bibliothèques et des éditeurs
ils souhaitent rendre accessibles des millions de livres au grand public. Ils annoncent alors plusieurs partenariats pour
scanner le contenu de collections issues des universités du Michigan, d'Harvard, de Stanford, Oxford, et de la New
York Public Library. Ce partenariat inédit est baptisé « Google Print Library », et se fixe pour objectif la numérisation
de 15 millions de livres en 10 ans, pour un total de 4,5 milliards de pages et un coût estimé entre 150 et 200 millions
de dollars. Au moment de l'annonce, les éditeurs que Google a contacté lui permettent déjà d’indexer 60 000 livres
(contre 120 000 à la même date pour Amazon.com) ; aucun détail n'est communiqué sur le détail des opérations de
numérisation. L'annonce ne concerne initialement que des ouvrages libres de droit d'auteur (publiés avant 1923) et
choisis par les bibliothèques elles-mêmes.
Fin 2004 est également lancé Google Scholar, qui permet d'effectuer des recherches sur des articles scientifiques,
des thèses universitaires, des citations ou des livres scientifiques. Si Google Books rassemble une quantité bien plus
imposante de revues, ses scans n'incluent pas les métadonnées suffisantes pour trouver les articles traitant de sujets
spécifiques. Les créateurs de Scholar ont donc développé leur propre programme de numérisation des articles (en
accord avec les éditeurs)[11] .
23.1.4
2005 : Google Book Search
En novembre 2005, Google change le nom de son service et opte pour « Google Book Search »[12] . Le choix est
justifié par caractère plus explicite du nouveau nom, et par une légère évolution de la mission attribuée au service :
« quand nous avons lancé Google Print, explique Google, notre but était de rendre facile pour les utilisateurs de
découvrir des livres. Maintenant que nous commençons à atteindre ce but, nous cherchions un nom qui nous aide à
clarifier ce que nos utilisateurs peuvent faire avec : à savoir, chercher dans le texte complet des livres pour trouver
ceux qui les intéressent et découvrir où les acheter ou les emprunter ». Dans les faits, le programme permet désormais
aux éditeurs et aux auteurs d'inclure leurs livres dans le service à travers le « Google Books Partner Program »[13] .
Les partenariats avec les bibliothèques se font quant à eux sous le nom de Google Books Library Project (en).
96
CHAPITRE 23. GOOGLE LIVRES
En septembre de la même année, Google étend son programme aux éditeurs français[14] . Dans un communiqué de
presse, l'entreprise affirme qu'elle « respecte les droits d’auteur et collabore avec les éditeurs pour garantir la protection
de leurs ouvrages », notamment en bloquant les fonctions « imprimer », « couper », « copier » et « enregistrer »
sur les pages affichant le contenu des livres. Les éditeurs choisissent d'eux-mêmes les parties consultables par les
utilisateurs (qui peuvent varier entre 20 et 100 %) et gèrent leur contenu, suivent leurs revenus publicitaires et prennent
connaissance de leurs performances via leur compte Google Print, sans frais additionnels. Pour les livres entrant dans
l’index via le programme Bibliothèques et pour lesquels des droits d’auteurs sont encore applicables, seuls trois courts
extraits contenant quelques citations sont disponibles. Google annonce enfin : « Nous numérisons actuellement les
ouvrages libres de droits des bibliothèques partenaires et, à partir du 1er novembre, l’ensemble des collections de ces
bibliothèques. »
En octobre, le service se décline en plusieurs versions locales pour l'Europe : sont concernées la France, l'Allemagne,
l'Autriche, la Belgique, l'Espagne, la Hollande et l'Italie[15] .
2005 est aussi marquée par le début d'une poursuite en justice de Google Books par un groupement d'éditeurs et
auteurs américains (voir : « Actions en justice »).
23.1.5
2006 : Partenariats
Plusieurs partenariats avec des universités sont annoncés :
• En août avec la University of California System (pour 34 millions de volumes parmi les 100 bibliothèques
qu'elle gère)[16] ,
• En septembre avec l'Université complutense de Madrid (première bibliothèque en langue espagnole à rejoindre
le programme)[17] ,
• En octobre avec l'Université du Wisconsin-Madison ainsi que la Wisconsin Historical Society Library (ensemble 7,2 million d'ouvrages)[18] .
• En décembre avec l'Université de Virginie (5+ millions de volumes, et plus de 17 millions de manuscrits, livres
rares et archives[19] et l'Université de Princeton (300 000 ouvrages)[20] .
• En outre, des négociations sont engagées avec la BNF dans le but d'établir un partenariat de numérisation (le
revirement de la bibliothèque s’explique principalement par les coûts importants engendrés par l'opération).
Le 15 mars 2006, Le Devoir rapporte que Google a contacté des éditeurs québécois, dont le Groupe Ville-Marie,
pour un éventuel partenariat[21] .
Le 30 août, Google dévoile une nouvelle fonction de son service : la possibilité de télécharger en version PDF
l'intégralité de certains ouvrages libres de droits[22] . Une collection de livres du domaine public sont d'ores et déjà accessibles, notamment Hamlet et L'enfer. Les ouvrages concernés peuvent être trouvés en cochant le bouton
« Full view » dans la recherche de Books. Google précise au moment du lancement que les ouvrages sous copyright
ne sont pas concernés :
« Please note that we do not enable downloading of any book currently under copyright. Unless we
have the publisher’s permission to show more, we display only small snippets of text –- at most, two
or three sentences surrounding your search term -– to help you determine if you’ve found what you’re
looking for.) »
23.1.6
2007 : Extension et évolution du service
Une nouvelle vague de partenariats universitaires est annoncée :
• En janvier avec l'Université du Texas à Austin (1+ million d'ouvrages depuis 13 sites) et la Bibliothèque de
Catalogne [23] (ainsi que 4 bibliothèques affiliées)
• En mars avec la Bayerische Staatsbibliothek (1+ million d'ouvrages dans le domaine public ou non édités, en
Allemand, Français, Italien, Latin et Espagnol)[24]
23.1. CHRONOLOGIE
97
• En mai avec la bibliothèque de l'Université de Lausanne (100 000 ouvrages libres de droit du XVIIe et XIXe
siècle), première bibliothèque de langue française à rejoindre le projet
• En mai également avec la bibliothèque Boekentoren (pour des ouvrages du XIXe siècle, en français et en
néerlandais)[25]
• En juin avec les bibliothèques partenaires du Committee on Institutional Cooperation (en) (10 millions d'ouvrages
en 6 ans)[26] ainsi qu'avec la Bibliothèque de Gand[27] (300 000 ouvrages)
• En juillet avec l'Université de Keio (première bibliothèque partenaire au Japon, pour un fonds d'au moins 120
000 œuvres tombées dans le domaine public)[28]
• En août avec la bibliothèque de l'Université Cornell (pour 500 000 œuvres, du domaine public et soumises au
copyright)[29]
• En décembre avec l'université Columbia [30] (œuvres du domaine public uniquement), pour un contrat de 6 ans.
Le fonctionnement est le même dans presque tous les cas de figure : la numérisation est opérée par Google sans frais
pour la bibliothèque concernée, puis une copie est remise à cette dernière. Enfin l'ouvrage est mis à la disposition du
public, par accès payant ou gratuit selon le droit d'auteur applicable, et intégré au système de recherche interne à la
bibliothèque.
En parallèle, de nouvelles fonctionnalités sont ajoutées au service, dont l'interface est revue (notamment la page
d'accueil, qui offre des conseils de lecture) :
• À partir de septembre 2007, il est possible pour les utilisateurs de partager des fragments de livres (snippets),
qui apparaissent soit sous la forme d'une image scannée soit en plein texte[31] .
• Le même mois, une fonctionnalité baptisée My library (« ma bibliothèque ») est lancée[32] , qui permet aux
utilisateurs de créer leurs bibliothèques personnalisées en faisant une sélection de livres qu'ils peuvent étiqueter,
critiquer, noter, et au sein desquels ils peuvent effectuer des recherches.
• Une fonctionnalité intitulée « Places in this Book » permet de trouver des livres à partir des noms de lieux
mentionnés dans le corps du texte (plus tard, une fonction inverse est implantée dans Google Earth : l'utilisateur
saisit un lieu, et trouve des liens qui s’y réfèrent)[33] .
• « Popular Passages » permet de retrouver la mention d'un morceau de phrase ou d'une phrase entière à travers
une collection de livres[34] .
Enfin, en janvier l'équipe derrière Books ouvre un blog dédié aux relations publiques avec les bibliothécaires[35] , pour
diffuser le contenu de sa newsletter (alors suivie par plus de 30 000 personnes), des vidéos, des articles, et répondre
aux questions autour du service.
En février 2007, au cours d'un événement organisé par l'American Association for the Advancement of Science, Larry
Page explique dans une interview[36] que le développement du projet Google Books s’inscrit dans la perspective plus
large de la construction d'une intelligence artificielle par Google, et souligne les difficultés rencontrées par le groupe
dans son entreprise de numérisation à grande échelle :
« I'll give you another quick example ; Google Books. We actually wanted to digitise Stanford’s
library and there’s actually a digital library project there and we tried to convince people and they just
didn't think it was really possible or made sense, and actually we spent probably five years trying to
convince people that it was possible and a good idea. Once we convinced maybe two or three crazy
people, it’s basically happening. We just made a one million… we're going to digitise another million
books in Princeton and it’s sort of routine now which is a great thing, but it shows you how hard it is to
get people going on things that they think maybe aren't that possible. »
23.1.7
2008 : Premier partenariat en France
• Février : l'Université du Michigan fête son millionième livre numérisé[37] .
98
CHAPITRE 23. GOOGLE LIVRES
• Mai : Microsoft réduit la voilure de son projet de numérisation, qui donne alors accès à 750 000 livres et
80 millions d'articles de journaux, et prévoit d'y mettre un terme[38] . Le 10 mai, Google signe une entente
avec le Online Computer Library Center (OCLC), qui fournit les métadonnées bibliographiques issues de
WorldCat pour qu'elles soient utilisées dans le moteur de recherche[39] . Google lance par ailleurs une interface
de programmation fournissant des liens vers les œuvres Google Books à partir des numéros ISBN, LCCN et
OCLC. Elle permet une découverte dans les deux sens : les utilisateurs de WorldCat.org peuvent se lier à des
livres que Google a détecté via le lien « Obtenez ce livre », et si un utilisateur lambda trouve un livre dans
Google Books il peut aussi trouver un lien vers des bibliothèques locales via WorldCat.org.
• Octobre : signature de l'accord entre les éditeurs et Google après deux ans de négociations[40] , qui donne lieu à
une compensation financière.
• Novembre : Google passe la barre des 7 millions de livres numérisés[41] par l'entreprise et ses éditeurs partenaires, dont 1 million en « full preview mode » et 1 million d'œuvres du domaine public entièrement lisible
et téléchargeables. 5 millions sur les 7 sont des œuvres qui ne sont pas disponibles dans le commerce (out of
print).
• Décembre : Google annonce sont intention d'inclure des magazines dans Google Books, notamment le New
York Magazine, Ebony, Popular Mechanics[42],[43] .
Accord avec la bibliothèque municipale de Lyon
Gérard Collomb, maire de lyon (PS), donne son feu vert le 11 juillet 2008 pour que Google engage la numérisation d'ouvrages patrimoniaux de la Bibliothèque municipale de Lyon, qui est la deuxième de France (1,3 million de
titres)[44] . C'est le premier accord avec une bibliothèque française, et le vingt-neuvième dans le monde. D'une durée
de 10 ans, il porte sur les livres tombés dans le domaine public, soit entre 450 et 500 000 ouvrages imprimés entre le
XVIe et la fin du XIXe siècle (ce qui inclut des impressions rares lyonnaises de Maurice Scève ou de Nostradamus,
de grands traités scientifiques, des récits de voyages, etc.) À cette occasion, Google implante son premier site local
de scanner en France, dans la banlieue lyonnaise, pour un investissement qui pourrait s’élever à 60 millions d'euros
- et permettrait d'atteindre le rythme de 2 000 livres scannés par semaine[45] . L'entreprise « s’engage à prendre à sa
charge, sans contrepartie financière, la numérisation et la mise en ligne d'une collection de 450 000 ouvrages imprimés au minimum et de 500 000 ouvrages imprimés au maximum, dans un délai de dix ans au maximum […] Les
ouvrages sont sélectionnés par la Bibliothèque […] uniquement parmi ses ouvrages imprimés et libres de droits »[45] .
L'échange consiste donc en un prêt de livre, en contrepartie d'une copie des fichiers produits, avec à la clé pour Google
une exclusivité commerciale sur les fichiers pour 25 ans.
L'accord fait l'objet de critiques diverses ; le rapport Tessier sur la numérisation du patrimoine écrit souligne ainsi que
« l'autonomie de Lyon ne sera acquise qu'à l'issue de la période d'exclusivité de 25 ans prévue par l'accord »[46] . JeanClaude Guédon, membre de l'Internet Society, condamne plus fermement cette opération qu'il qualifie de « hold-up
culturel »[47] , ce qu'il justifie par les conditions de distribution des fichiers imposées à la bibliothèque (la Ville de
Lyon peut en effet « permettre le téléchargement gratuit des images numérisés d’un ouvrage à partir de sa propre
bibliothèque numérique, en tout ou partie, à condition que ce soit à l’unité, pour un usage individuel ») :
« La numérisation à la Google est un piège. En effet, le document numérisé demeure la propriété
de Google et la bibliothèque impliquée doit empêcher tout autre moteur de recherche autre que Google
d'indexer sa collection numérisée. En d'autres mots, Lyon pourra consulter la version indexée en interne,
et ne pourra exposer au reste du monde que du “papier numérique” (pages images). Il est vrai que nous
aurons ainsi accès à des milliers de livres rares, mais ces ouvrages ne seront disponibles que sous la
forme de pages-images que l'on ne pourra que lire. Toute recherche plein texte devra s’effectuer par le
truchement du site de Google. Toute autre opération sur le texte sera impossible, sauf à refaire le travail
de reconnaissance des caractères. Bref, le « cadeau » de Google, c'est un document numérique aussi
proche du papier que possible. »
Pour Olivier Ertzscheid, cet accord s’inscrit dans l'objectif à long terme pour Google Books de s’imposer comme
éditeur et diffuseur des ouvrages, notamment par la vente de copies numériques[48] . Son analyse, qui voit dans les
formes qu'emprunte le projet Books une forme d'eugénisme documentaire, est en partie soutenue par Lionel Maurel,
auteur du blog S.I.Lex[49] . Ce dernier montre que si dans le contrat (rendu public en décembre 2009) qui unit Google et
la BML rien ne mentionne explicitement une exclusivité d'indexation des contenus numérisés, le CCTP précise que la
mise en ligne des fichiers doit se faire « dans le cadre d’une solution hébergée propre à la Ville de Lyon » qui consistera
23.1. CHRONOLOGIE
99
en « un service distant via Internet que Google hébergera, à ses frais, sur ses serveurs ». Or « les fonctionnalités, le
design et le contenu de ce service restent entièrement sous le contrôle du titulaire. Par design du site, il faut entendre :
l’ergonomie, la présentation, l’interface et les fonctionnalités techniques de la bibliothèque numérique propre à la
ville qui sera hébergée par le titulaire ». Techniquement, rien n'empêche donc Google d'interdire aux autres moteurs
de recherche d'indexer les contenus numérisés. Ainsi, quand bien même le texte prévoit que la ville de Lyon « peut
librement constituer avec les ouvrages imprimés numérisés par le titulaire, au fur et à mesure de la réalisation de
la prestation, sa propre bibliothèque numérique et la rendre consultable par le public gratuitement, sur place ou via
Internet », il est plus que probable que dans les faits la solution clés en main de Google ne devienne la seule et unique
porte d'entrée pour le contenu.
Face à ces critiques, le directeur de la BML Patrick Bazin explique que Google a été la seule entreprise à répondre à
l'appel d'offre lancé par l'établissement en 2006, et ajoute[45] :
« Nous aurions bien aimé que Yahoo !, Microsoft ou France Télécom présentent leur candidature.
[...] En 1989, j'ai été appelé par le délégué scientifique de la Bibliothèque de France pour réfléchir avec
d'autres sur la place des nouvelles technologies dans la future BNF. Des amis, à Berkeley, m'avaient
donné un avant-goût d'Internet et, pour moi, il était clair que la révolution numérique se jouerait dans
la connexion des bibliothèques entre elles. Pas dans la construction de bibliothèques gigantesques, un
modèle qui appartient au passé. J'ai donc suggéré, avec d'autres, que sur les 10 milliards alloués à la
BNF, on en mette 8 dans le numérique et le reste dans le ripolinage de la Bibliothèque Richelieu. On
nous a répondu : “Le numérique, c'est du vent, la vraie pensée, c'est la lenteur.” Etonnez-vous qu'on ait
perdu la main, aujourd'hui... »
Il souligne par ailleurs que l'efficacité du modèle économique de Google dépend directement de l'accessibilité des
informations au monde entier, et qu'empêcher d'ajouter au projet Books les publications françaises serait le meilleur
moyen d'offrir à la culture américaine une position dominante. Enfin, dans de nombreux cas les données fournies
par la BML sont également disponibles ailleurs : « Vous trouvez intelligent que la première édition du Gargantua de
Rabelais - un pur patrimoine lyonnais - renvoie à l'université de Californie ? Nous avons la même dans notre fonds ! ».
Le directeur du programme Google Books France, Philippe Colombet, souligne de son côté que l'entreprise ne fera
pas payer l'accès aux livres libres de droits d'auteur, et n'affichera pas de publicité face aux pages demandées ; enfin
Google garantit la pérennité des fichiers produits, dans la mesure où ils sont fournis dans un format standard.
23.1.8
2009 : Print On Demand
L'année 2009 se caractérise par une phase d'entrée de l'ebook sur le marché grand public aux États-Unis[50] , et par
les premières tentatives d'intégration de Google Books dans des offres commerciales.
• Février : Google Book Search sort en version mobile (et non applicative) pour les smartphones[51] .
• Le 20 mars 2009 Sony annonce l'intégration des 500 000 livres du domaine public disponibles sur Google
Books dans sa liseuse Sony Reader[52] .
• Mai : à l'occasion de la BookExpo America (en) (BEA) qui se tient à New-York, Google annonce son intention
de lancer un programme permettant aux éditeurs de vendre les versions digitales de leurs livres les plus récents,
en passant directement par Google[53] .
• Août : Google ajoute une option permettant aux auteurs et éditeurs de rendre leurs œuvres sous Creative Commons disponibles dans Google Books[54] . Les œuvres concernées disposent sur le panneau de gauche d'un logo
explicitant les conditions de leur ré-utilisation et partage.
• Le même mois, la Tribune titre « Livre en ligne : Google a gagné » pour annoncer que la BNF pourrait finalement confier à Google Books la numérisation de ses fonds. Denis Bruckmann (directeur des collections de la
BNF) y justifie ce changement de stratégie par le coût de la numérisation : entre 0,12 € et 0,74 € par page, soit
un budget nécessaire de 50 à 80 millions d'euros pour les fonds de la IIIe République, à mettre en regard avec
les 5 millions d'euros alloués à Gallica via le Centre national du livre (CNL). L'offre de Google permet à ses
yeux « d’aller plus vite et plus loin »[55] . Jean-Noël Jeanneney n'est pas de cet avis, jugeant que le financement
n'est pas essentiel et qu'il faut privilégier la qualité plutôt que l'exhaustivité[56] .
100
CHAPITRE 23. GOOGLE LIVRES
• Le 17 septembre, Google annonce un partenariat avec OnDemandBooks pour imprimer à la demande des livres
libres de droit (soit 2 millions de titres), avec l'Espresso Book Machine[57] . Cette dernière, qui coûte 68 000 €
pièce, permet de fabriquer des livres à une vitesse inédite, à hauteur de 300 pages en moins de 5 minutes[58] .
Pour un ouvrage, les coûts d'impression s’élèvent à 8 € en moyenne, dont 1 € pour OnDemandBooks et 1 €
pour Google.
• Le 3 septembre 2009, Google annonce un accord avec CoolerBooks.com pour distribuer près d'un million
d'ouvrages du domaine public, via le site lui-même via une API ou via le lecteur Cool-er[59] .
• Le 23 septembre 2009, un accord entre Time Inc. et Google est annoncé, qui permet à ce dernier d'ajouter
plus de 1 800 éditions historiques du magazine LIFE à Google Books (pour la période 1936-1972)[60],[61] . En
échange, Life voit son logo apposé à chaque page fournie, ainsi qu'un lien vers sa newsletter. Le contenu des
archives de LIFE est également accessible à partir de Google Images.
• Au cours de la Foire du livre de Francfort, Google annonce son intention de lancer une librairie numérique
l'année suivante, baptisée Google Éditions[62] , qui fonctionnera avec son système de paiement maison Google
Checkout. L'achat d'un livre numérique sur Google se ferait directement auprès de Books, sur le site de l'éditeur
participant au programme, ou chez un cybermarchand partenaire. Tous les ouvrages seraient indexés dans le
moteur Google Books, et le service serait financé par le prélèvement d'une commission comprise entre 37 %
et 55 % du prix total selon le type d’ouvrage. Dans une interview accordée à La Tribune, David Drummond
(directeur du développement et des affaires juridiques) déclare : « L'objectif est que vous puissiez acheter la
version numérique d'un livre où que vous soyez, sur un site partenaire, dans une librairie, etc. ». Il annonce
que Google devrait avoir passé un accord avec les éditeurs américains d'ici la fin de l'année, et espère qu'il sera
transposable partout à l'étranger[63] .
23.1.9
2010 : Google Editions
En France, le rapport Tessier sur la numérisation du patrimoine écrit[46] est publié en janvier, et préconise trois
pistes d'action : changer l'échelle de la numérisation des ouvrages et le mode de fonctionnement de Gallica, établir un
partenariat avec Google Books qui « passerait notamment par un échange de fichiers numérisés, sans exclusivité sur
les fichiers échangés », et relancer les projets européens de numérisation (ainsi que l'initiative Europeana). Frédéric
Mitterrand (alors ministre de la Culture) s’exprimant le 13 janvier dans Le Monde sur le rapport, juge que Google
a été trop « conquérant » en voulant obtenir la numérisation d'une partie des fonds de la Bibliothèque nationale
de France : « Beaucoup lui ont ouvert la porte en signant des accords que je trouve inacceptables. Ils reposent sur
une confidentialité excessive, des exclusivités impossibles, des clauses désinvoltes, voire léonines au regard du droit
d'auteur »[64] . Il estime que « Gallica a fait des progrès et [qu']il faut l’améliorer. Car il est appelé à devenir l’équivalent
de Google Books. Quoi qu’il arrive, le temps du retard est fini. »
En février, le rapport d'information de M. Yann Gaillard[65] précise qu'« avec les moyens actuels de la BnF, il faudrait
environ 750 millions d'euros et 375 ans pour numériser l'ensemble des ouvrages. Selon M. Bruno Racine, la totalité
des fonds de la BnF pourrait être numérisée en 10 ans par Google. »
• Le mercredi 10 mars 2010, l'État italien a signé, à Rome, un accord avec Google afin qu'il numérise et mette en
ligne un million de volumes, publiés avant 1860, appartenant aux bibliothèques de Rome et de Florence. C'est
la première fois que la firme californienne parvient à un tel résultat, qui lui donne également accès à toutes les
bibliothèques nationales de la Péninsule[66] .
• Mai : Google annonce le lancement prochain d'un kiosque numérique nommé « Google Editions », à même de
concurrencer Amazon, Barnes & Noble ou encore Apple. Contrairement à ses concurrents, Google Editions
sera complètement en ligne et n'aura besoin d'aucun appareil spécifique pour la consultation et l'achat d'œuvre
(comme c'est le cas avec le Kindle, le Nook et l'iPad).
• Juin : Google passe la barre des 12 millions de livres scannés. Le mardi 15 juin, Google et la Bibliothèque
nationale d'Autriche signent un accord visant à la numérisation de 400 000 ouvrages libres de droit. Ils totalisent
environ 120 millions de pages. En France, au même moment, le grand emprunt consacre 4,5 milliards d'euros
au numérique dont 750 millions d'euros à la numérisation des contenus (culturels, éducatifs et scientifiques).
• Juillet : Google et la Bibliothèque royale des Pays-Bas annoncent qu'ils ont conclu un accord pour la numérisation de 160 000 titres d'ouvrages hollandais des XVIIIe et XIXe siècles[67] . Les fonds italiens, autrichiens
et hollandais pourront être inclus dans Europeana. Google Books ouvre aussi ses portes en Israël[68] , sur la
23.1. CHRONOLOGIE
101
base d'un accord avec l'éditeur Keter qui autorise Google à scanner ses fonds mais sans les rendre entièrement
disponibles au téléchargement.
• Août : un ingénieur de Google estime que 129 864 880 livres connus ont été publiés dans le monde (soit 4
milliards de pages numériques et 2 trillions de mots), et qu'ils pourraient être numérisés d'ici à la fin de la
décennie[69] .
• Décembre : Google eBooks (en) (nouveau nom de Google Editions) est lancé aux États-Unis. Le service se veut
« ouvert » car accessible depuis n'importe quel appareil (smartphones, e-readers, ordinateur), et dispose d'un
« Web Reader » proche de services comme Gmail ou Picasa, aux capacités étendues (choix de la police et de
sa taille, mode nuit / jour, espacement des caractères, sauvegarde automatique de la progression) et utilisable
avec un compte Google sans limite de stockage. Des applications pour Android et iOS sont prévues. Les livres
seront accessibles depuis le Google eBookstore (en), et le service cohabitera avec le service Google Livres (un
utilisateur pourra donc acheter directement un livre qu'il aura découvert là-bas). Initialement, des partenariats
avec des détaillants étaient prévus (notamment Powell’s (en), Alibris et les membres de la American Booksellers
Association (en)), mais en avril 2012 l'entreprise annonce son intention d'y mettre un terme[70] .
23.1.10
2011
Dans le cadre de la refonte graphiques de ses services, Google dote son projet Livres d'une nouvelle interface[71] .
Celle-ci dégage plus d'espace blanc au détriment de l'affichage des livres : avec une résolution de 800x600 pixels, près
des deux tiers de l'écran sont occupés par des éléments de navigation (et le bouton « plein écran » ne masque ni la
barre de navigation, ni la boîte de recherche, mais cache le titre du livre).
• 20 juillet : Google signe un partenariat avec Pottermore pour rendre compatible le site dédié à l’œuvre de J.K.
Rowling avec Books[72] .
• 20 décembre : Books est intégré à Google Chrome via une application dédiée permettant de lire les livres sans
connexion à Internet - uniquement dans le navigateur développé par l'entreprise[73] .
23.1.11
2012 : Google Play
• Mars : le lancement de Google Play centralise sur une seule plate-forme l'achat d'e-books pour mobile auprès de
Google[74] . Le service propose « la plus large sélection de livres numériques » (4 millions de titres), disponible
pour consultation hors-ligne ainsi qu'avec des fonctionnalités comme le partage d'extraits sur les réseaux sociaux
(Google + en particulier), à condition d'être enregistré avec un compte Google[75] . Aux États-Unis, une semaine
complète de promotions (« 7 Days to Play ») accompagne le lancement avec des prix très bas sur une sélection
de produits (notamment les films préférés de l'équipe Google, ainsi que des ebooks à 25 centimes).
• Google Livres dépasse les 20 millions d'ouvrages numérisés[76] . Depuis 2004, plus de 15 millions de livres
provenant de plus de 35 000 éditeurs, 40 bibliothèques, 100 pays et 400 langues, ont été numérisés[77] .
• Le 27 juin, Google sort sa propre tablette[78] . Baptisée Nexus 7, elle se donne pour objectif de « rassembler le
meilleur de l'expérience Google » et met en particulier l'accent sur la consultation de contenus : les catalogues
de livres et magazines sont mis en avant sur l'écran d'accueil de l'appareil, et une remise temporaire offre un
crédit de 25 dollars à dépenser sur le Play Store[79] . Avec ses 8 à 10 heures d'autonomie, la nexus 7 tient
beaucoup de la liseuse et entre en compétition avec des produits hybrides comme le Kindle Fire d'Amazon.
• Le 25 septembre, l'application Google Books pour Android intègre de nouvelles fonctions : elle permet notamment de rechercher des informations sur des lieux évoqués dans des ouvrages via Maps, de trouver rapidement
la définition d'un mot, de traduire des phrases ou des portions de texte, ou encore de surligner du texte et de
prendre des notes[80] .
• Le 18 décembre, l'application Books pour Android intègre la fonctionnalité « Read Aloud » qui permet
d'écouter le texte consulté[81] . Le pinch-to-zoom (pincer pour zoomer) et le double-tap sont également ajoutés.
Et par ailleurs, les fonctions d'éditeur de texte sont désormais applicables aux annotations, et des recommandations personnelles sont visibles en fin de livres et de bibliothèques.
102
23.1.12
CHAPITRE 23. GOOGLE LIVRES
2013
Le 7 février, Google signe un accord avec le Committee on Institutional Cooperation (CIC), un consortium d'universités
américaines, qui ajoutera à terme près de 50 000 titres supplémentaires au catalogue de Google Books[82],[83] . Le fond
sera également disponible via HathiTrust.
23.2 Actions en justice
23.2.1 Class action aux États-Unis
En septembre et octobre 2005, deux actions en justice sont intentées contre Google. À cette date, les restrictions liées
au fair-use américain font que seules trois pages de chaque ouvrage sont disponibles à la lecture. Sur la gauche des
pages reproduites, sont affichées l'intégralité des références de l'ouvrage, et le copyright afférent (droit de reproduction
notamment), une table des matières et l'index s’il existe[84] . Une grande partie des documents officiels relatifs à cette
affaire sont disponibles sur The Public Index (en anglais).
Plainte de l'Author’s Guild
La première action est une plainte pour violation « massive » du copyright (massive copyright infringement) et manquement à une rétribution juste des auteurs et des éditeurs[85],[86],[87],[88],[89] . Il s’agit d'une class action (recours
collectif) mené auprès de la cour fédérale à Manhattan par trois auteurs (Daniel Hoffman (en), Betty Miles (en) et
Herbert Mitgang (en)) et une société d'auteurs (Authors Guild (en), qui rassemble plus de 8 000 auteurs américains).
Dès le départ, les plaignants affichent la volonté de transformer leur poursuite en recours collectif. La firme se défend
en invoquant le fair-use, et argue que ses résultats de recherche ne présentent jamais qu'une portion du document,
jamais son intégralité (par l'intermédiaire de snippets, que l'on peut traduire par « fragment »). Dans un premier
temps, elle avait tenté de trouver un compromis en annonçant une suspension des numérisations (août 2005), et en
proposant à tout auteur le souhaitant de la contacter pour faire retirer ses œuvres du programme avant la reprise en
novembre[90] . Adam M. Smith déclare ainsi : « « Nous pensons que la plupart des éditeurs et auteurs choisiront de
participer au programme afin de présenter leur œuvre aux innombrables lecteurs de par le monde, mais nous savons
que tout le monde n'est pas d'accord et nous voulons faire de notre mieux pour respecter les opinions. »
Plainte de l'Association of American Publishers
Malgré la première poursuite, Google reprend ses numérisations en novembre 2005, notamment d'œuvres protégées
par le droit d’auteur. La seconde action est un procès au civil à la suite d'une plainte déposée par l’AAP (Association
of American Publishers (en)) à l’initiative de cinq éditeurs (McGraw-Hill, Pearson Education, Penguin Group USA,
Simon & Schuster et John Wiley & Sons) devant la même juridiction (l'APP rejoint donc la class action). Elle fait
suite à plusieurs mois de négociations infructueuses avec Google. Patricia Schroeder, PDG de l'APP, considère en
effet les arguments de Google comme irrecevables : elle déclare à l'agence Reuters que l'opt-out proposé par Google
revient à ses yeux à « faire marcher sur la tête la législation du droit d'auteur »[91] . L'entreprise campe néanmoins
sur ses positions et s’en tient à l'argument du fair use, expliquant défendre le même but que le copyright (augmenter
la popularité et les ventes de livres, contribuer aux bénéfices des détenteurs des œuvres)[92] . Un communiqué de
l'APP souligne que Google a refusé sa proposition d'avoir recours au numéro ISBN « pour identifier les travaux
sous copyright et obtenir la permission des auteurs et des éditeurs de scanner leurs travaux », préférant passer par
les bibliothèques universitaires avec lesquelles elle a signé des accords. Elle déclare aussi sa préférence pour l’Open
Content Alliance (en) (OCA), projet similaire soutenu notamment par Yahoo, HP et Adobe.
Google Book Settlement
Étapes du projet À l'automne 2006, les premières négociations vers un règlement « amendé » (qui ne concerne
que les États-Unis) se mettent en place. Le 28 octobre 2008, ledit règlement est finalisé et présenté à la justice. Il
est validé sur le principe le 17 novembre 2008 par le juge Sprizzo alors chargé du dossier[93] . En novembre 2009,
après de multiples concessions des parties en présence, le jugement débouche sur un accord baptisé « Google Book
Settlement »[94] . Plusieurs points importants s’en dégagent[95],[96] :
23.2. ACTIONS EN JUSTICE
103
• L'accord ne concerne que les livres enregistrés aux États-Unis ou publiés au Canada, au Royaume-Uni ou en
Australie) avant le 5 janvier 2009 (ce qui peut concerner des ayants droit d'autres pays).
• Le juge nommera une personne indépendante qui aura la charge de superviser la gestion des droits découlant
de l'exploitation commerciale des œuvres orphelines. Si une œuvre n'est pas revendiquée pendant 5 ans, 25 %
des sommes collectées sera consacrée à la recherche des ayants droit ; après 10 ans, les fonds seront versés à
des associations caritatives de lutte contre l'illettrisme des 4 pays concernés par l'accord.
• Les œuvres épuisées présentes dans le catalogue Google Books pourront être commercialisés par des librairies
concurrentes (Amazon par exemple). Le pourcentage de 37 % sera réparti entre le vendeur (qui devrait en
conserver la majorité) et Google. La fixation des prix serait plus « flexible » (pas de prix fixe).
• Un registre des droits du livre indépendant (mais administré par Google) est créé pour rechercher les ayants
droit, élaborer une base de données recensant les droits d’auteurs de chaque livre indexé (pour un coût estimé
à 34,5 millions d'euros) et rémunérer auteurs et éditeurs pour l'usage et la vente de leurs travaux. Une partie de
chaque œuvre est mise en libre consultation (sauf pour les œuvres libres de droits, consultables gratuitement),
et les internautes peuvent désormais payer les droits pour devenir pleinement propriétaires de l'œuvre, ou payer
à la page.
• Les éditeurs et auteurs couverts par l'accord disposent désormais d'un programme d' opt-out, c'est-à-dire la
possibilité de sortir du programme à la demande. Ils ont jusqu'au 31 mars 2011 pour réclamer entre 60 et 300
dollars par livre numérisé, et jusqu'au 9 mars 2012 pour exiger la suppression de leur ouvrage de la base de
données de Google. Ceux qui maintiennent leurs œuvres dans Google Books percevront 63 % des sommes
perçues par Google (qui touche les 37 % restants) et pourront définir librement les conditions d'accès à leurs
ouvrages.
• Les snippets d'œuvres soumises aux copyright ne seront plus affichés sans accord des éditeurs : ne subsisteront
que les informations bibliographiques.
• Les négociations hors des 4 pays seront menées indépendamment, mais dès lors que l'accord sera validé par la
justice américaine, tous les éditeurs ou auteurs d'autres pays pourront décider de faire directement partie du
programme.
• Les modèles de rémunération sont limités à l’impression à la demande, le téléchargement de fichier et aux
abonnements.
• Google verse 125 millions de dollars pour dédommager les ayants droit.
L'accord stipule qu'après le 5 mai 2009, tous les titulaires de droits qui ne se seraient pas manifestés sont réputés faire
partie du Règlement et être en accord avec celui-ci[21] . Google dispose d’un budget de 8 millions de dollars pour faire
connaître un Avis concernant le Règlement (en 36 langues et dans plus de cent pays).
Exploitation de la « zone grise » L'accord change la donne pour les ouvrages relevant de la « zone grise » entre le
régime du copyright et l'ouvrage libre de droit : celle des ouvrages toujours couverts par le copyright mais non disponibles dans le commerce. Dans sa version de 2008, il propose en effet les changements suivants les concernant[37],[97] :
• 20 % du texte serait accessible via Google Books, avec jamais plus de 5 pages consécutives, et jamais les
dernières pages.
• Pour la poésie, les encyclopédies, les dictionnaires : une fixed preview serait possible, qui concernerait 10 % de
l'ouvrage.
• Des services payants (fee based services) seraient désormais possibles (« users will be able to purchase online
access to the full text of in-copyright, not commercially available books throught an account established with
Google »), à un prix fixé soit par les ayants droit soit par l'algorithme de Google (avec 12 tranches de prix,
comprises entre 1,99 et 29,99 dollars). Le prix serait susceptible de varier en fonction des chiffres de vente
(sales data que seul Google détient), et sur des critères définis par l'entreprise (« based on aggregate data
collected with respect to similar books »).
• Le partage des revenus se ferait ainsi : 37 % à Google, 63 % aux ayants droit (éditeurs et auteurs). Une partie
serait reversée au Book Rights Registry (10 à 20 % des revenus des ayants droit, 37 % des revenus de Google).
104
CHAPITRE 23. GOOGLE LIVRES
• Dans le cas d'un livre acheté en ligne, Google précise ce que seraient les modalités nouvelles de consultation :
« the user will have perpetual access to view the entire book from any computer », c'est-à-dire que l'achat ne
donnerait pas lieu à la possession d'un fichier correspond à l'œuvre acquise, mais à une simple « consultation
illimitée » (à la manière d'une bibliothèque) via un compte Google et depuis une multitude de terminaux
(tablette, smartphone, liseuse). Il est précisé qu'une copie entière de l'œuvre achetée ne serait pas téléchargeable
autrement que par copier-coller manuel : par défaut, les outils mis à disposition par Google ne permettraient
d'importer que 4 pages de l'œuvre. Sur le même principe, l'utilisateur ne pourrait imprimer en une seule fois que
20 pages d'une œuvre, sauf à copier-coller successivement toutes les pages d'une œuvre pour les rassembler de
lui-même en un seul document. De plus un tatouage numérique (technique de marquage et traçage des œuvres)
serait apposé sur l'œuvre pour identifier l'utilisateur qui imprime le document (et vérifier qu'il est autorisé à le
faire).
• Des annotations seraient possibles sur les œuvres, mais uniquement via le service de Google, et ne seraient
partageables qu'avec 25 personnes au maximum, et à condition qu'elles aient elles aussi acheté le livre sur le
même service, et qu'elles aient été explicitement désignées par l'utilisateur.
• Certains passages du livre, si le détenteur des droits choisissait de ne pas les afficher, ne seraient pas disponible
même dans le cadre d'un achat (« A user who purchases a book will not see an insert if the insert’s rightsholder
chooses to exclude display of the insert. In this situation, a purchaser [...] will not have access to the complete
book as published ») : il pourrait donc y avoir une différence de résultat entre le livre papier et celui au format
numérique disponible sur Google Books.
• Pour les bibliothèques, la possibilité de consulter ces ouvrages se ferait via un « PAS » (Public Access Service)
gratuit pour les bibliothèques publiques permettant à leurs usager de consulter le texte intégral depuis les postes
informatiques sur place. L'impression de pages serait autorisée mais nécessiterait le paiement d'une « somme
raisonnable » (reasonnable per-page fee). Pour la définition d'une « bibliothèque publique » et de ce qui relève
de l'enseignement supérieur, Google se base sur les critères établis par la Carnegie Classification of Institutions
of Higher Education (en). Si ces derniers ne sont pas remplis, un PAS serait valable pour 10 000 étudiants ; dans
le cas contraire, pour 4 000 étudiants. Si les besoins de l'établissement étaient supérieurs, il faudrait négocier
au cas par cas (« Google […] can agree to expand the PAS service by making additional terminals available for
free or an annual fee, but the settlement provides no further details on the terms for this expansion »[97] ).
• À ce premier mode d'accès aux œuvres non disponibles dans le commerce s’ajouterait l'ISD (Institutionnal
Subscription Database), un abonnement institutionnel qui permettrait d'offrir aux usagers l'accès à ces textes.
Calqué sur le modèle des bouquets numériques que contractent les bibliothèques (notamment universitaires)
avec les éditeurs scientifiques, cette souscription aurait une durée limitée et devra être renouvelé. Son coût
serait fixé conjointement par Google et par le BRR. Or dans la version 2008 du texte, c'est Google qui crée et
finance seul le BRR ; de plus aucun détail n'a été donné concernant la nomination de ses membres. Pour ce qui
est de Google, sa détermination du prix se baserait sur les prix d'œuvres similaires auprès de la concurrence
(« the pricing of similar products and services available from third parties »), sur le nombre d'œuvres rendues
accessibles par l'ISD, la qualité des numérisations ( !) et sur les fonctionnalités auxquelles donnerait accès la
souscription. Enfin, un dernier critère serait le « full-time equivalent (FTE) users » (équivalent en utilisateurs à
plein temps), qui correspondrait à un « full-time equivalent students » (équivalent en étudiants à plein temps)
pour les établissements d'enseignement supérieur.
Théoriquement (mais pas dans les faits, puisque l'accord a été refusé sous cette forme), Google deviendrait donc
libraire de facto des livres relevant de cette « zone grise », dont l'exploitation se ferait de manière dématérialisée,
centralisée en ce qui concerne les déclarations des ayants droit (via le registre des livres, ou Book Right Registry
(BRR)), et algorithmique (en ce qui concerne les prix des livres).
Enfin l'accord révèle que Google a procédé, sans autorisation, à la numérisation de livres de partout dans le monde et
écrits en de très nombreuses langues[21] . Sur les sept millions de livres numérisés sans autorisation, un tiers proviendraient des États-Unis, un autre tiers de pays industrialisés et un dernier tiers d'autres pays. En mai 2009, devant le trop
grand nombre de requêtes réclamant du temps pour étudier le Règlement, l'échéance pour présenter une objection
ou s’en retirer sont reportées au mois de septembre.
Critiques émises L'accord a par ailleurs fait d'objet d'un vaste débat à travers le monde, et a été l'objet de critiques fortes. Pour l'Open Book Alliance (en) (qui regroupe Microsoft, Yahoo ! et Amazon), l'accord ne répond pas
« aux défauts fondamentaux » relevés dans sa 1re version. Les éditeurs allemands soulignent qu'il « allait renforcer
23.2. ACTIONS EN JUSTICE
105
la domination de la langue anglaise dans le monde. » L'UNEQ (Union des écrivaines et des écrivains québécois),
qui a pris connaissance du projet en février 2009 via un Avis de 16 pages en français envoie une note informative
à ses membres en mars 2009. Le 22 avril 2009, l’Association nationale des éditeurs de livres au Canada émet un
communiqué recommandant à ses membres de se retirer du Règlement[21] .
Lawrence Lessig le qualifie de « chemin vers la folie » (path to insanity) qui serait « culturellement asphyxiant » en
ce qu'il mène à une certaine « écologie » de l'accès aux objets culturels, proche du traitement réservés à ce qui relève
du documentaire[98] . Ainsi ce n'est pas une « bibliothèque numérique » qui se construit, mais un « digital bookstore »
(« magasin électronique de livres »), voire quelque chose de plus pervers qu'un simple magasin, qui s’octroierait des
libertés comparables à celles que s’octroient les bibliothèques documentaires[99] . Cela relève à ses yeux d'une culture
obsessionnelle de la permission et du contrôle, propre aux oligopoles, et qui se pose en opposition frontale avec les
modes de diffusions traditionnels de la culture. Dans ce nouvel ordre documentaire, le contrôle peut être exercé à
toutes les échelles, depuis le livre lui-même jusqu'à la plus petite citation, jusqu'au mot ou la lettre, en passant par
l'unité technique de la page.
Il propose, une fois l'œuvre produit, de reconnaître une revendication légitime d'une appropriation par la culture.
Ainsi quand l'usage d'une musique dans un film ou d'une illustration dans un livre a été autorisée une fois, et passé
une certaine durée (il suggère 14 ans), le détenteur des droits ne devrait plus être en mesure de « contrôler le tout »
que forme son œuvre. Sa critique porte également sur l'existence d'un registre opéré par des compagnies privées, qu'il
propose de soumettre au même contrôle par la loi que les noms de domaine (gérés par les bureaux d'enregistrement,
ou registrars).
Rejet En juillet 2009, le ministère américain de la Justice (Department of Justice) ouvre une enquête sur le projet
d'accord - dans sa version d'octobre 2008. Le 10 septembre 2009, au cours de son audition par la commission judiciaire de la Chambre des représentants, Google précise qu’il’« hébergera sur internet les livres numériques (épuisés
en librairie), et les détaillants comme Amazon, Barnes & Noble ou le libraire de votre quartier pourront en vendre
l’accès sur tout appareil connecté à internet »[100] . David Drummond, responsable juridique, explique que le groupe
ne cherche pas à obtenir de monopole sur la numérisation d’ouvrages ou sur leur consultation par les internautes et
déclare : « Nous avons toujours eu pour conception de bâtir un service ouvert ».
Le 18 septembre 2009 le Department of Justice, à travers un statement of interest [101] , demande au juge fédéral newyorkais Denny Chin (en) de ne pas valider l'accord, pour trois raisons : vice de procédure, violation de loi antitrust,
atteinte aux droits d'auteurs. Dans son document, le ministère indique que celui-ci soulève des questions en matière
de droits d'auteurs et d'abus de position dominante en particulier pour la zone grise[102],[103] (« de facto exclusivity in
distribution of orphan books, books which are in copyrights but the rights holder cannot be located »).
À l'issue de l'audience tenue jeudi 18 février 2010 à New York, le juge fédéral Denny Chin reporte sa décision afin
de garder « l'esprit clair » pour le rédiger. Le juge reprend l'idée exprimée par une plaignante, Sarah Canzeroni, de
la Guilde (américaine) des livres pour enfants, selon laquelle l'objectif de Google, plutôt que de créer « une grande
bibliothèque » numérique, est en réalité d'ouvrir « un grand magasin » dont il aurait le monopole. Le gouvernement américain et les autres plaignants ne contestent pas le principe de la numérisation des ouvrages, mais la plupart
invoquent le risque monopolistique flagrant de l'accord signé par Google et l'entorse au droit de copyright qu'il comporterait. Par exemple, un juriste de Microsoft explique que Google aurait un accès quasi assuré à tout ouvrage publié
depuis 1923, et bénéficierait, entre autres, d'une connaissance exclusive des goûts des internautes en matière de lecture
- un avantage substantiel aux yeux des annonceurs publicitaires[104] . Le 22 mars 2011, le juge Chin rejette l’accord,
passé entre Google et les éditeurs, qui prévoyait le règlement de leur contentieux sur le projet Google Livres[105],[106] ,
le jugeant « ni équitable, ni adéquat, ni raisonnable » car il donnerait à Google « un avantage significatif (et déloyal)
sur ses concurrents » et parce qu'il présente une portée excessive ainsi qu'un défaut de représentation de certaines
parties (des associations indiquent ne s’estiment pas bien représentés au sein de la class action). Plus précisément, les
motifs de la décision du juge sont les suivants[107] :
• La portée excessive du règlement. Ce dernier comporte en effet deux parties distinctes : les actes de numérisation et l'usage qui en a été fait (les snippets) d'une part, le transferts de droits à Google pour l'exploitation des
œuvres de la « zone grise » si leurs titulaires ne se manifestent pas (opt out) d'autre part. Cette seconde partie,
qui inclut le BRR, va trop loin dans l'appropriation par la firme des unclaimed works et des œuvres orphelines
(respectivement : les œuvres non réclamées par leurs titulaires, et celles dont les titulaires ne peuvent être identifiés ou localisés). Cette question ne peut en effet être réglée par un simple règlement entre parties privées, elle
doit faire l'objet d'un travail du législateur fédéral (il est à noter qu'en 2006 et 2008, le Congrès avait examiné
plusieurs projets relatifs aux œuvres orphelines, mais sans aboutir à une loi). Enfin, le règlement va trop loin en
s’écartant de l'affaire : « There was no allegation that Google was making full books available online, and the
106
CHAPITRE 23. GOOGLE LIVRES
case was not about full access to copyrighted works. The case was about the use of an indexing and searching
tool, not the sale of complete copyrighted works » (le cas ne portait pas sur l'accès à des documents soumis au
copyright, mais sur l'usage d'un outil de recherche et d'indexation).
• Le manque de représentation des intérêts de certains titulaires. Le syndicat des auteurs et l’Association des
éditeurs américains ne peuvent s’octroyer le droit de représenter l’intérêt de l’ensemble des titulaires de droits
potentiellement lésés par Google : d'après le juge c'est vrai en particulier pour les auteurs universitaires (qui
cherchent à maximiser l’accès à la connaissance là où l'accord des parties cherche d'abord à établir le moyen
d'une rémunération) et les titulaires de droits étrangers. Par voie de conséquence, le BRR n'est pas considéré
comme susceptible de représenter adéquatement les intérêts des titulaires d’ouvrages non réclamés et d’œuvres
orphelines.
• Le mécanisme de l’opt out, contraire au copyright. L'opt-out inverse les règles classiques du droit d’auteur
en se passant de l’autorisation préalable des titulaires (principe du « Qui ne dit mot consent ») : pour le juge
c'est une atteinte trop forte au principe des droits exclusifs reconnus aux titulaires par la loi américaine, voire
une forme d'expropriation. Il suggère un retour à l'opt in : « many of the concerns raised in the objections would
be ameliorated if the [Settlement] were converted from an opt-out settlement to an opt-in settlement ».
• Le risque de dérives monopolistiques. Le Règlement conférerait de facto à Google un monopole contraire
aux lois antitrust sur les œuvres non réclamées, non par un transfert de droit mais par le bénéfice unique d'une
possibilité d'action en lieu et place des titulaires de droits, ce qui permet de prendre avance décisive sur la
concurrence (qui elle devra supporter le coût de la recherche des autorisations avant toute numérisation). Un
autre avantage excessif conféré par l'accord est la place qu'il octroierait à Google sur le marché de l’indexation
des contenus : ses concurrents devraient obtenir son autorisation pour indexer tout ouvrage scanné par ses soins.
• Atteinte au respect de la vie privée à travers la collecte de données personnelles (en lien avec la consultation
des ouvrages : identité du lecteur, temps passé sur un ouvrage, pages lues etc.).
• Violation potentielle des règles internationales. Le règlement avait vocation à s’appliquer à tous les détenteurs de copyright aux États-Unis, ce qui en vertu de la Convention de Berne, recouvre non seulement les
auteurs et éditeurs américains, mais aussi tous les ressortissants des pays adhérents à ladite Convention à travers le monde. La seconde version de l'accord avait pris en compte ces objections et restreignait sa portée
à certains pays (États-Unis, Angleterre, Canada, Australie), mais le juge considère que ce n'est pas suffisant
pour garantir que des ouvrages étrangers ne seront pas compris dans le périmètre de l’accord, notamment les
ouvrages enregistrés aux États-Unis avant 1989 (entrée en vigueur de la Convention de Berne dans le pays).
Certains États, notamment la France, avaient souligné qu’il n’appartient pas à une cour américaine de régler
seule la question des œuvres orphelines à une échelle internationale.
À ce stade du procès, il n'y a pas d'indemnisation des parties plaignantes. L'affaire doit continuer avec une audience de
mise en état le 25 avril 2011[108] . Les parties peuvent d'ici là faire appel, proposer une nouvelle version du Règlement
ou abandonner ce projet : le procès reprendra alors son cours normal, et le juge devra se prononcer sur la question
de l’application du fair use au projet Google Books. Google, le Syndicat des auteurs et l’Association des éditeurs
américains ont fait savoir qu'ils ne souhaitaient pas abandonner, et laissaient entendre qu'ils pourraient proposer
une troisième version de leur accord. Un schéma produit en 2010 par la Library Copyright Alliance envisageait les
différentes issues possibles du procès[109] .
Revirements autour de la class action
• Le 31 mai 2012, le juge Denny Chin valide le choix par les auteurs de la procédure du recours collectif[110],[111] .
Google fait aussitôt appel de cette décision, engageant à cette fin un avocat spécialisé (Seth Waxman)[112] . Un
porte-parole de l'entreprise déclare : « La décision d'aujourd'hui ne fixe pas les éléments sous-jacents de cette
affaire, pas plus qu'elle ne règle le litige en cours ». À cette même date de nouveaux acteurs ont rejoint la class
action, dont notamment l'American Society of Media Photographers.
• Le 15 août 2012, la cour d'Appel de New York autorise Google à contester la décision du juge Chin[113],[114] .
Les deux juges Richard Wesley et Peter Hall (qui sont pour anecdote également membres de la Court of Appeals
for the Second Circuit (en), dont Denny Chin fait partie de la promotion 2010) ont donc reconnu la validité
de la défense de Google, dont les avocats se sont basés sur une jurisprudence mettant en cause Wallmart, qui
avait évité une class action en déclarant ne pas pouvoir apporter de réponse unique à un problème collectif.
23.2. ACTIONS EN JUSTICE
107
Cela ne signifie pas pour autant que la class action est caduque, mais simplement qu'elle pourrait être rejetée.
Un représentant de Google déclare à la suite de cette décision : « les plaignants cherchaient à faire fermer une
part significative de Google Books et à obtenir potentiellement des milliards de dollars... Face à un tel enjeu,
Google ne pouvait pas être forcé à se défendre sans le bénéfice de son moyen principal de défense »[115]
• Le même jour, le juge Denny Chin accepte que la Library Copyright Alliance (en) (LCA), l'Electronic Frontier
Foundation (EFF) ainsi qu'un groupe de spécialistes des sciences humaines numériques rejoignent l'Authors
Guild. Ces trois acteurs apportent avec eux des notes et mémoires sur le procès, mais aussi plus globalement
sur la question du recours au Fair Use. La LCA et l'EFF étaient déjà intervenus dans un procès intenté par
l'Authors Guild à HathiTrust pour violation du droit d'auteur, et y avaient défendu une conception extensive du
Fair Use, qui pourrait être favorable à Google dans le cadre de son procès.
• Le 2 octobre 2012 à 15h, une réunion téléphonique rassemble deux juges du Second Circuit pour discuter de la
demande de Google (le juge Chin ayant décidé de ne pas y assister) d'individualiser le procès[116] . Si la requête
est acceptée, elle rendrait le procès beaucoup plus onéreux pour les plaignants.
Accord à l'amiable
Le 4 octobre 2012, Google et l'Association des éditeurs américains (AAP) annoncent avoir trouvé « un accord à
l'amiable qui va permettre l'accès à des livres et des journaux soumis aux droits d'auteur et numérisés par Google pour
son projet de bibliothèque [en ligne[117] ]. » Cet accord n'ayant pas besoin de l'aval de la justice pour être opérant,
il permet de solder la procédure qui opposait le groupe américain aux éditeurs McGraw-Hill, Pearson Education,
Penguin, John Wiley & Sons et Simon & Schuster via un accord commercial.
Les grands traits de l'accord sont les suivants[118] :
• Les éditeurs sont libres de demander le retrait de leurs titres numérisés par Google (livres, journaux, magazines).
• Ils peuvent aussi collaborer avec Google : il recevront alors une copie numérique pour leurs propres usage et
diffusion, en échange d'une lisibilité du titre sur Books à hauteur de 20 % du contenu, et d'un lien d'achat vers
le Google Play.
Tom Allen (président et PDG de l'AAP) a déclaré à la suite de cette annonce que « cela montre que les services numériques peuvent proposer des moyens innovants de découverte des contenus tout en respectant les ayants droit » ; David
Drummond (vice-président de Google) s’est quant à lui déclaré heureux d'en finir avec le litige pour se concentrer
sur l'ajout de contenu à la boutique Google Play. Il est à noter que certaines clauses de l'accord sont restées confidentielles : les aspects financiers en particulier (notamment une éventuelle indemnisation des éditeurs par Google) n'ont
pas été dévoilés. La question des œuvres orphelines numérisées par Google mais sans ayant droit identifié reste par
ailleurs entière.
Guilde des auteurs vs Google
La Guilde des auteurs a également engagé il y a huit ans contre Google un procès portant sur le programme de
numérisation de livres de celui-ci. Selon la décision rendue par le juge Denny Chin le 14 novembre 2013, et qui
déboute la Guilde, la base de données numérisées ainsi constituée respecte le fair use et permet aux « lecteurs, aux
universitaires, aux chercheurs et à tout un chacun de découvrir des livres. Google Livres est devenu un outil important
pour les bibliothèques[119] . » Selon le juge, le détournement des ventes qui serait facilité par Google n'est pas attesté :
« Google Books fournit aux ouvrages un moyen d'être remarqués, autant que leur présentation en magasin[119] . »
Le président de la Guilde, Paul Aiken, a fait part de son désaccord avec cette décision « déclarant que cette mise en
cause fondamentale du droit de copyright méritait l'examen d'une juridiction supérieure[119] . »
23.2.2
En France
Procès La Martinière
Il s’agit du premier procès en France opposant un éditeur à Google, et à ce titre il est considéré comme une évolution
majeure des relations entre le moteur de recherche et les acteurs du secteur du livre en Europe.
108
CHAPITRE 23. GOOGLE LIVRES
En juin 2006, le groupe La Martinière / Le Seuil, soutenu par le Syndicat national de l'édition (SNE) et la Société des
gens de lettres (SGDL) annonce son intention d'attaquer en justice Google. Il reproche au moteur de recherche d'avoir
numérisé certains de ses ouvrages pour Google Book Search sans accord préalable[120] . Une première estimation porte
à quelques centaines le nombre de titres des différentes marques du groupe présents dans la base Google Livres, mais
ce chiffre est plus tard réévalué à environ 9 000[121] . La Martinière s’estime victime de contrefaçon, et elle déclare
qu'« en reproduisant intégralement et en rendant accessibles des extraits d’ouvrages » sans l’autorisation des ayants
droit, « la société Google a commis des actes de contrefaçon de droits d’auteur au préjudice des éditions du Seuil,
Delachaux & Niestlé et Harry N. Abrams », ainsi qu’au préjudice du SNE et de la SGDL. .
Le 24 septembre 2009, l'audience du procès reprend devant la 3e chambre civile du TGI, avec la réévaluation du
nombre d'infractions et une hausse du montant des dommages et intérêts réclamés : pour le préjudice « considérable
et irrévocable » subi, La Martinière réclame 15 millions d’euros ainsi qu'une astreinte de 100 000 euros par jour. Son
argumentation est construite autour de la loi applicable à ce type de différend, et sur la nature de la contrefaçon :
• Pour Me Marie-Anne Gallot Le Lorier (avocate du SNE) c'est la loi française qui s’applique car la diffusion
et la représentation des extraits de livres numérisés était constatée (entre autres) en France, quand bien même
leur reproduction pouvait avoir eu lieu aux États-Unis (ce qui est possible mais incertain, puisque d'après ses
dires « Google ne fournit que des déclarations de ses propres services, mais ne communique pas les contrats
signés avec les bibliothèques »). Elle déclare
• Par ailleurs la SGDL souligne que la numérisation effectuée par Google porte atteinte au droit moral des auteurs,
en raison de la mauvaise qualité des reproductions, des coupes aléatoires dénaturant les œuvres et de la nonautorisation de republication d’œuvres dont les auteurs ne souhaitent plus la divulgation[122] .
La défense de Google s’appuie au contraire sur la loi américaine, concernée dans la mesure où la numérisation se
déroule aux États-Unis (ce qui rendrait incompétent le tribunal d'instance). Sur la question des extraits affichés dans
les résultats de recherche, Google estime qu'ils relèvent de l’usage normal du droit de citation prévu en droit français.
Le groupe déclare par ailleurs que le nombre avancé d'œuvres numérisées est « grossièrement surévalué »[123] . Enfin,
l'avocat de Google déclare : « ce que fait Google est absolument légal. Nous n'avons jamais nié que les Éditions
du Seuil détiennent les droits sur les œuvres papier, mais elles n'ont jamais prouvé qu'elles avaient les droits sur les
versions numériques de ces œuvres[124] . »
Le jugement a été rendu vendredi 18 décembre[125] : le tribunal de grande instance de Paris a interdit au groupe
américain de poursuivre la numérisation et la diffusion d'ouvrages sans autorisation des auteurs et éditeurs, exécutable
au terme d'un mois avec 10 000 euros par jour de retard au bout de ce délai, ainsi qu'une condamnation à verser 300
000 euros (au titre des dommages et intérêts) à La Martinière et un euro au SNE et à la SGDL[126] . Les auteurs
et éditeurs ne veulent pas pour autant couper les ponts avec le géant américain : « Il faut que Google arrête de
numériser derrière notre dos et comprenne que nous sommes prêts à discuter », explique M. Eyrolles, le président du
Syndicat national de l'édition (SNE). « On peut très bien numériser correctement », ajoute M. Absire, le président
de la Société des gens de lettres de France (SGDL), qui cite le projet Gallica, piloté par la Bibliothèque nationale de
France : « Gallica s’assure que l'auteur accepte que ses livres soient numérisés. À partir de quoi il s’engage à respecter
un certain nombre de normes qualitatives. »[127] De son côté, Google annonce sa volonté de faire appel de la décision,
et déclare que le jugement « ne fait pas avancer les droits d'auteurs, en revanche il constitue deux pas en arrière pour
les droits d'accès des internautes au patrimoine littéraire français et mondial, on met la France en queue du peloton
de l'internet »[128] .
Gallimard, Flammarion, Albin Jeunesse
Le 31 mars 2010, on apprend l'intention des éditions Gallimard d'attaquer en justice Google Books pour avoir scanné
des ouvrages de son catalogue sans autorisation[129] . Antoine Gallimard déclare ainsi lors du salon du Livre : « En
début d'année, quelques contacts avec Google nous avaient laissés espérer une évolution favorable sur ce dossier,
mais rien n'a changé finalement »[130] . Le 6 mai 2011, Flammarion, Gallimard et Éditions Albin Jeunesse adressent
une assignation pour contrefaçon à Google et à sa filiale Google France[131] , pour la numérisation sauvage de titres
issus de leurs catalogues : ils réclament 9,8 millions d'euros de dommages et intérêts au moteur de recherche pour
la numérisation sans autorisation de 9 797 livres, soit 1 000 euros par livre, ce montant étant susceptible de changer
au fil des numérisations. Google s’est dit « surpris de recevoir cette nouvelle assignation [...] alors même que nous
travaillons déjà avec les éditeurs français depuis un certain temps pour trouver des moyens d'augmenter les audiences
et les sources de revenus pour les éditeurs, les auteurs et les libraires ». Les œuvres concernées (4 302 pour Gallimard,
2 950 pour Flammarion et 2 545 pour Albin Michel) sont issues d'une liste fournie par le juge Denny Chin lors du
procès collectif américain (voir plus haut).
23.3. RÉCEPTION ET CRITIQUES
109
Accord avec Hachette Livres
Le 28 juillet 2011, un accord définitif entre les deux groupes est signé, qui porte sur la numérisation d'œuvres épuisées
en langue française[132] . Hachette Livre, premier éditeur français et classé deuxième au rang mondial, met ainsi à
disposition de Google près de 70 % de son fond et de ceux des maisons d'édition intégrées dans le groupe, soit
entre 40 et 50 000 ouvrages : littérature générale (Grasset, Fayard, Calmann Lévy), ouvrages universitaires (Armand
Colin, Dunod), ouvrages documentaires (Larousse). En novembre Arnaud Nourry, PDG de Hachette Livre (Groupe
Lagardère), avait expliqué que les dispositions principales de l'accord avaient vocation à « être étendues à tous les
éditeurs français qui le souhaitent ». L'accord en question pose plusieurs principes :
• Le contrôle de la numérisation des œuvres par l'éditeur
• La possibilité de commercialiser les livres numérisés sur des plateformes concurrentes
• La création de nouvelles opportunités commerciales (impression à la demande, depuis l'atelier de Maurepas en partenariat avec Lightning Source (en))
• Le partage des œuvres numérisées avec des institutions publiques (comme la BNF).
La question de l’indexation n'est pas posée : la numérisation se cantonne à l’indexation et la promotion. En revanche,
Google disposera d’une copie uniquement destinée « à ses propres usages non commerciaux »[133] . Seule la question
des DRM (verrous numériques) n'a pas été évoquée : or Numilog (ancienne filiale de Hachette Livre) y a recours
systématiquement, alors que le Google Books n'y est pas très familier. Dans le même temps, la filiale américaine du
groupe Hachette signe un accord avec Google pour être partenaire du lancement de Google Editions, notamment pour
commercialiser la saga Twilight.
Antoine Gallimard (PDG des éditions du même nom et président du SNE) voit dans cet accord un signe positif et la
preuve d'un « recul sans précédent » de la part de Google[134] .
23.3 Réception et critiques
23.3.1
« Quand Google défie l'Europe »
Le projet, de par son ampleur, provoque des réactions - en particulier du côté de la Bibliothèque nationale de France,
présidée à l'époque (2004) par Jean-Noël Jeanneney[135] . À l'époque la BNF a déjà lancé Gallica, qui propose alors
80 000 ouvrages en ligne, 70 000 images, et s’apprête à offrir la reproduction de grands journaux français depuis le
XIXe siècle. Mais son président souligne qu'elle ne vit que de « subventions de l'État, forcément limitées, et de nos
ressources propres, difficilement et vaillamment mobilisées ». Le rapport de force en termes de budget est alors très
inégal (de l'ordre d'un à mille). Il tire donc la sonnette d'alarme dans un article du Monde intitulé « Quand Google
défie l'Europe »[136] .
« Voici que s’affirme le risque d'une domination écrasante de l'Amérique dans la définition de l'idée
que les prochaines générations se feront du monde. Quelle que soit en effet la largeur du spectre annoncé
par Google, l'exhaustivité est hors d'atteinte, à vue humaine. Toute entreprise de ce genre implique
donc des choix drastiques, parmi l'immensité du possible. Les bibliothèques qui vont se lancer dans
cette entreprise sont certes généreusement ouvertes à la civilisation et aux œuvres des autres pays. Il
n'empêche : les critères du choix seront puissamment marqués (même si nous contribuons nous-mêmes,
naturellement sans bouder, à ces richesses) par le regard qui est celui des Anglo-Saxons, avec ses couleurs
spécifiques par rapport à la diversité des civilisations.
[...] N'oublions pas, d'autre part, un autre aspect de la question, qui concerne le travail en marche :
dans l'océan d'Internet, où tout circule, dans l'ordre du vrai comme du faux, les processus de validation
des produits de la recherche par les autorités scientifiques et par les revues prennent désormais une
importance essentielle. La production scientifique anglo-saxonne, déjà dominante dans une quantité de
domaines, s’en trouvera forcément survalorisée, avec un avantage écrasant à l'anglais par rapport aux
autres langues de culture, notamment européennes.
[...] Ajoutons que, sous l'apparence de la gratuité, l'internaute rétribuera en fait Google, en tant que
consommateur, puisque l'entreprise vit à 99 % de publicité et que la démarche qu'elle annonce ne vise
110
CHAPITRE 23. GOOGLE LIVRES
qu'à obtenir un retour sur investissement grâce à celle-ci. Les publicités en marge des pages et les liens
privilégiés guideront vers des achats qui accentueront le déséquilibre.
[...] Une autre politique s’impose. Et elle ne peut se déployer qu'à l'échelle de l'Europe. Une Europe
décidée à n'être pas seulement un marché, mais un centre de culture rayonnante et d'influence politique
sans pareille autour de la planète. L'heure est donc à un appel solennel. Il revient aux responsables de
l'Union, dans ses trois instances majeures, de réagir sans délai - car, très vite, la place étant prise, les
habitudes installées, il sera trop tard pour bouger. [...] C'est en avançant sur fonds publics que l'on garantira aux citoyens et aux chercheurs [...] une protection contre les effets pervers d'une recherche de
profit dissimulée derrière l'apparence d'un désintéressement. »
Contre l'indifférence des pouvoirs publics (sur ce dossier comme sur d'autre - notamment le rachat de Sygma par
Corbis, filiale de Microsoft), il appelle à une prise de position de la part des décideurs politiques des pays concernés
ainsi que des instances européennes. Sa prise de position sera amplifiée par la publication d'un ouvrage de 120 pages
intitulé Quand Google défie l'Europe / Plaidoyer pour un sursaut (Éditions Mille et une nuits). Une dépêche AFP
souligne que cet appel connaît un certain retentissement, même à l’échelon international. De fait, quelques jours plus
tard les chefs d’État de six pays membres de l'Union européenne (France, Pologne, Allemagne, Italie, Espagne et
Hongrie) ont demandé dans une lettre à la Commission européenne et au Conseil de l’Europe la mise en place rapide
d’un débat sur une future « bibliothèque numérique européenne », soulignant que « Le patrimoine des bibliothèques
européennes est d'une richesse et d'une diversité sans égales. [...] S'il n'est pas numérisé et rendu accessible en ligne,
ce patrimoine pourrait, demain, ne pas occuper toute sa place dans la future géographie des savoirs »[137] .
Nikesh Arora (alors vice-président Google Europe) déclare au nom de l'entreprise, dans une interview accordée au
Figaro : « J’avoue que nous avons été un peu surpris, voire choqués, de la réaction française à notre projet, car en aucun
cas notre initiative a des velléités politiques qui viseraient à asseoir un quelconque impérialisme culturel américain.
Google Print vise l’exhaustivité. C’est un programme populaire, qui s’adresse à tous sans distinction et qui respecte
les valeurs de neutralité de Google »[138] . Dans Libération, l'entreprise explique avoir « entamé des discussions avec
les bibliothèques de différents pays d’Europe pour leur proposer de numériser leur contenu », et explique : « nous
n’avons jamais prétendu être les seuls acteurs d’un tel projet. C’est pourquoi nous souhaitons nouer des partenariats,
notamment avec la BNF »[139] .
En août 2005, à Reims, Jacques Chirac (alors président de la République), accompagné de son chef du gouvernement
Dominique de Villepin, et des ministres Nicolas Sarkozy, Thierry Breton et Gilles de Robien, rappelle sa volonté de
définir « les grandes orientations de la nouvelle politique industrielle et d'innovation de la France », parmi lesquelles
figure l'Agence de l'innovation industrielle[140] . Cette dernière, dotée d'un budget d'un milliard d'euros, est entre autres
chargée de soutenir des projets privés franco-allemands, et en particulier « le développement d'un moteur de recherche
multimédia sur internet », dont l'objet est « l'aide à la création et la production audio, vidéo, texte et image, l'archivage
et la préservation du patrimoine multimédia, la création de bibliothèques numériques, des services de recherches
multimédias, des services de transcription et de traduction et la protection et la surveillance de contenus ». La date de
réalisation de ces projets, réalisés par France Telecom, Thomson et Deutsche Telekom, n'est alors pas évoquée. Cette
annonce, bien que prévue de longue date, fait suite à la pause temporaire dans le projet de numérisation de Google.
Le ministère de la Culture et de la Communication précise à l'époque que cette dernière « ne modifie en rien le projet
de création d’une Bibliothèque numérique européenne, voulu par le président de la République. Plus que jamais, il est
nécessaire que la France et l’Europe travaillent ensemble pour préserver la diversité culturelle et bâtir par des projets
concrets une Europe de la culture. »
Cependant quelques voix discordantes se font entendre du côtés des petits éditeurs, qui souhaitent davantage un
partenariat constructif avec Google. On peut citer entre autres les éditions de l'Éclat, qui détaillent leur point de vue :
« Le projet Google-Livres est le premier projet de grande envergure (...) qui permet une entrée en
force du Livre dans l’internet. (...) On permet l’accès à une partie des contenus, on permet une recherche
thématique à l’intérieur du livre, on renvoie à d’autres livres, à l’éditeur, vers des librairies, etc., mais
jamais on ne se substitue au livre, dont la forme reste omni-présente à travers l’image même des pages
consultées. Contrairement aux sites, on ne peut ni télécharger, ni imprimer. Paradoxalement, GoogleLivres indique ainsi les limites d’une information infinie (qui est un leurre) surfant de blogs en sites, et
propose un retour (qui est une avancée) vers un médium ancien, encore aujourd’hui sans équivalent[141] »
Alexandre Laumonier, directeur des éditions Kargo, souligne pour sa part que la solution de Google est efficace à
l'échelle de sa structure car « les petits éditeurs ne disposent pas des fonds permettant de lancer des campagnes
publicitaires », et que « Google Recherche de Livres permet à un public plus large de découvrir nos publications »[142] .
23.4. SERVICES CONCURRENTS
23.3.2
111
Robert Darnton
En février 2009, dans un article intitulé « Google & the Future of Books » et publié dans The New York Review
of Books[143] , Robert Darnton (spécialiste des Lumières européennes et de l’histoire du livre sous l’Ancien Régime)
formule une critique très vive de l'évolution que connaît le projet Google Books :
« Après avoir lu l'accord passé entre Google, les auteurs et les éditeurs, et s’être imprégné de sa philosophie - ce qui n'est pas une tâche facile puisque le document s’étire sur 134 pages et 15 appendices -, on
en reste bouche bée : voici posées les fondations de ce qui pourrait devenir la plus grande bibliothèque du
monde. Une bibliothèque numérique, certes, mais qui battrait à plate couture les établissements les plus
prestigieux d'Europe et des États-Unis. De surcroît, Google se hisserait au rang de plus grande librairie
commerciale de la planète - son empire numérique reléguerait Amazon au rang de boutique de quartier.
[...] Google Book Search est sur le point d'inaugurer la plus grande bibliothèque et le plus grand magasin
de livres de l'histoire. Quelle que soit la manière d'interpréter cet accord, ses dispositions s’imbriquent de
manière si inextricable qu'elles s’imposent en bloc. Aujourd'hui, ni Google, ni les auteurs, ni les éditeurs,
ni la cour du district de New-York ne sont en mesure d'y apporter des changements notables. C'est un
tournant majeur dans le développement de ce que nous appelons la société de l'information. Si nous ne
rééquilibrons pas la balance, les intérêts privés pourraient bientôt l'emporter pour de bon sur l'intérêt
public. Le rêve des Lumières serait alors plus inaccessible que jamais. »
Il dénonce ainsi un triple risque à l'œuvre dans ce vers quoi Google tend à travers son projet : la mainmise d'un seul
acteur (monopole) sur la prescription documentaire, la distribution et l'accès aux œuvres du domaine public (et de
la « zone grise »), la privation des ressources bibliothécaire à grande échelle. De fait, une étude de D-Lib Magazine
(en))[144] de septembre 2005 souligne qu'il y a très peu de recoupements dans la disponibilité physique des œuvres,
entre les bibliothèques : ainsi 61 % des titres concernés à l'époque ne sont disponibles que dans une seule des 5
bibliothèques partenaires au début (les « Google 5 » : Harvard, Michigan, Stanford, Oxford, NYPL), 20 % par deux,
10 % par trois. De plus la primauté de la langue anglaise est patente : si 430 langues sont représentées dans Google
Books, près de la moitié des titres sont écrits en langue anglaise. Enfin, la proportion d'ouvrages libres de droits (20 %
seulement[145] ) souligne que déjà le projet de numérisation des catalogues de grandes bibliothèques portait en germe
un dessein d'une ampleur beaucoup plus grande.
L'analyse de Robert Darnton est notamment reprise par Jean-Claude Guédon, qui explique (également dans The New
York Review of Books[146] ) que le projet de Google induit une réduction du « potentiel computationnel » des ouvrages
numérisés : par volonté de prendre de l'avance sur la concurrence et par peur de perdre la main sur les contenus
qu'elle numérise, l'entreprise réduirait selon lui fortement le champ des utilisations possibles du texte (notamment en
fournissant des images scannées plutôt que du texte en clair, ou en imposant des conditions très limitatives de partage
des contenus).
« By monopolizing much of the computational potential of such books, Google is positioning itself
as the operating system of the digital document world. Digital texts already dominate some areas of
knowledge. To give a single company such a grip on the collective memory of the world, its analysis,
and even its meaning is frightening to say the least. [En monopolisant une telle part du potentiel computationnel de tels livres, Google se positionne comme système d'exploitation dans le monde du document
numérique. Les textes numériques dominent déjà certaines parties du savoir. Donner à une seule entreprise
un tel pouvoir sur la mémoire collective du monde, et sur son analyse, est effrayant pour ne pas dire plus
(traduction libre)] »
Il souligne à cette occasion l'importance d'initiatives comme celles de l'Open Content Alliance (OCA), qui ambitionnent de libérer les bibliothèques et les ouvrages de l'emprise de groupes d'intérêts privés.
23.4 Services concurrents
Plusieurs services font concurrence à Google Livres, à des échelles variables :
• Amazon est le principal concurrent de Google dans le domaine du livre électronique, avec un catalogue digital de
plus d'un millions d'ouvrages (dont 80 000 en français[147] ). Le lancement de Books aurait d'ailleurs été planifié
112
CHAPITRE 23. GOOGLE LIVRES
comme une réponse à l'émergence de cette entreprise dans le secteur[148] (un document interne d'époque en
témoigne notamment, qui déclare : « Nous voulons que les personnes cherchant sur le web et intéressées par
les contenus des livres viennent sur Google et non Amazon. »[149] ).
• Internet Archive est une association à but non lucratif qui numérise plus de 1 000 livres par jour, et offre des
miroirs de livres venus de Google Books et d'autres sources. En mai 2011, elle héberge plus de 2,8 millions de
livre du domaine public (contre 1 million pour Google Books). Sa petite sœur Open Library a jusqu'ici fiché
80 000 livres scannés et achetés par les visiteurs de 150 bibliothèques.
• Fin 2006, Microsoft a financé la numérisation de 300 000 livres pour créer Live Search Books (en). Le projet
a duré jusqu'en mai 2008, puis les livres furent rendus librement accessibles via l'Internet Archive.
• HathiTrust gère la HathiTrust Digital Library depuis le 13 octobre 2008, qui préserve et donne accès à des
documents scannés par Google, certains livres d'Internet Archive, et certaines œuvres scannées localement par
des institutions partenaires. En mai 2010, elle réunit 6 millions de volumes, dont plus d'un million dans le
domaine public. En mars 2013, le chiffre total est de 10,6 millions de volumes numérisés, en mars 2015 13,2
millions.
• Europeana renvoie à plus de 10 millions de documents numériques en 2010, et inclut vidéos, photos, peintures, fichiers son, cartes, manuscrits, livres imprimés et journaux des 2 000 dernières années de l'histoire
Européenne, à partir de plus de 1 000 archives de l'Union européenne.
• Gallica, projet de la Bibliothèque nationale de France, renvoie à plus de 2 100 000 livres, journaux, manuscrits, cartes, etc. Créée en 1997, la bibliothèque numérique continue de s’étendre au rythme d'environ 15 000
nouveaux documents par mois. Depuis fin 2008, la plupart sont accessibles en format image et texte, souvent
en français.
23.5 Notes et références
[1] Robert Darnton, « Google and the Future of Books », The New York Review of Books, vol. 56, no 2, février 2009.
[2] « Les bibliothèques sont l'avenir du livre », in Le Monde magazine, janvier 2011.
[3] (fr) « La bibliothèque universelle, de Voltaire à Google » - Robert Darnton, openedition Press.
[4] « History of Google Books » - Google Books.
[5] « De BackRub à Google » - Journal du Net.
[6] « The Coming Search Wars » - NewYork Times
[7] « Projet Ocean – Google va numériser des documents » - PcINpact.com
[8] « What is Google’s other “Ocean” project ? » - Venture Beat
[9] « Bookmark this site » - Google Official Blog
[10] « All booked up » - Google Official Blog
[11] « Changes at Google Scholar : A Conversation With Anurag Acharya » - Info Today
[12] « Judging Book Search by its cover » - Google Official Blog
[13] Listes des bibliothèques partenaires - Books.google.com
[14] « Google étend son programme Google Print aux éditeurs français » - Zoorgloob
[15] « The European Google Print » - Zorgloob
[16] « UC libraries partner with Google to digitize books » - University of California
[17] « University Complutense of Madrid and Google to Make Hundreds of Thousands of Books Available Online » - Google
[18] « UW-Madison Joins Google’s Worldwide Book Digitization Project » - University of Wisconsin-Madison News
[19] « The University of Virginia Library Joins the Google Books Library Project » - Google
23.5. NOTES ET RÉFÉRENCES
113
[20] « Google Books Library Project » - Princeton University Library
[21] « Google recherche de livre : historique et contexte » - UNEQ
[22] « Download the classics » - Google Official Blog
[23] « Google Books signe avec la Bibliothèque nationale de Catalogne » - Atelier.net
[24] « Bavarian library joins Google book search project » - Cnet news
[25] « Google Project » - Universiteitsbibliotheek Gent
[26] « Google Book Search Project - Introduction » - CIC
[27] « La bibliothèque universitaire de Gand intègre Google Book » - Les infostratèges
[28] « Keio University Joins Google’s Library Project » - Google Book Search
[29] « Cornell University Library becomes newest partner in Google Book Search Library Project » - Cornell University Library
[30] « Columbia University joins the Google Book Search Library Project » - Google Books Search »
[31] « Share and Enjoy » - Google Book Search
[32] « My library » - Google Books
[33] « Books : Mapped » - Google Books Search
[34] Exemple en ligne sur Google Books
[35] Welcome to the Librarian Central blog ! - Librarian Central.
[36] Changing the world - Larry Page - Radio National
[37] « One Million Digital Books » - Présentation résumant les grandes étapes du projet Google Books, qui fait l'objet d'un cours
par Olivier Ertzscheid.
[38] « Microsoft Will Shut Down Book Search Program » - New York Times
[39] « OCLC et Google échangeront des données et des liens vers les livres numérisés dans WorldCat » - OCLC
[40] « Some Fear Google’s Power in Digital Books » - New York Times
[41] « In Google Book Settlement, Business Trumps Ideals » - PC World
[42] « Search and find magazines on Google » - Google Official Blog
[43] « Google updates search with old magazines » - msnbc
[44] « Accord entre Google et la bibliothèque de Lyon » - Le Monde.fr
[45] « Lyon se livre à Google » - Télérama.fr
[46] « RAPPORT SUR LA NUMÉRISATION DU PATRIMOINE ÉCRIT », p. 18 - Culture.gouv.fr
[47] « Google - Lyon : réaction de Jean-Claude Guédon » - In Libro Veritas
[48] « Dans le télérama » - Affordance.info.
[49] Contrat Google/Bibliothèque de Lyon : l’ombre d’un doute… - S.I.Lex
[50] (fr) {http://www.itespresso.fr/le-book-en-phase-de-time-to-market-30822.html L'e-book en phase de Time-to-market ?]
- ITespresso
[51] (fr) Google Book Search débarque sur les mobiles - ITespresso
[52] (fr) e-book : Sony pioche du contenu chez Google - ITespresso
[53] « Preparing to Sell E-Books, Google Takes on Amazon » - New York Times
[54] « Google Books adds Creative Commons license options » - Creativecommons.org
[55] « Livre en ligne : Google a gagné » - La Tribune
114
CHAPITRE 23. GOOGLE LIVRES
[56] « La colère de Jeanneney contre l’accord Google-BnF » - La République des livres
[57] « Books Digitized by Google Available via the Espresso Book Machine - Google Books Search
[58] « Google Books : Classic Books Available via the Espresso Book Machine » - Youtube
[59] (fr) Coolerbooks.com annonce la conclusion d'un partenariat avec Google - ITespresso
[60] (en) More Than 1,800 Full Issues Of Life Now On Google Books - PaidContent
[61] (fr) Catalogue complet sur Google Books
[62] (fr) E-book : Google Books deviendra aussi une librairie numérique - ITespresso
[63] (fr) Google va vendre des livres numériques à partir de 2010 - 01Net
[64] « [ExPress] Frédéric Mitterrand : “Gallica est appelé à devenir l’équivalent de Google Books. Le temps du retard est fini.” »
- The Internets
[65] « La politique du livre face au défi du numérique », Rapport d'information de M. Yann GAILLARD, fait au nom de la
commission des finances, n° 338 (2009-2010) - 25 février 2010. Senat.fr
[66] « Accord entre Google et le gouvernement italien pour la numérisation de bibliothèques nationales » - Le Monde.fr
[67] « Koninklijke Bibliotheek and Google sign book digitisation agreement » - Koninklijke Bibliotheek
[68] Google Books en Israël - Livres Hebdo.
[69] « Google : 129 Million Different Books Have Been Published » - PC World
[70] « A Change to Our Retailer Partner Program : eBooks Resellers to Wind Down Next Year » - Google Book Search
[71] « New Interface for Google Books » - Google System
[72] Pottermore.com signe avec Google - Livre Hebdo.
[73] (en) Read Google eBooks Offline ! - Google Books Search
[74] « Introducing Google Play : All the entertainment you love, anywhere you go » - Google Book Search
[75] « Exit l'Android, Google fait ce qu'il lui Play » - Actualité
[76] « Google Book Scan Project Slows Down » - Law librarian blog
[77] « Discover more than 3 million Google eBooks from your choice of booksellers and devices » - Google Official Blog
[78] Google affiche, lui aussi, ses ambitions dans les tablettes électroniques - Le Monde.fr.
[79] Google to hand over $25 Play credit with each Nexus 7 tablet purchase - Engadget.
[80] Turning the page with a new Google Play Books app for Android - Android Official Blog]
[81] (fr) L'application Google Play Books fera la lecture à voix haute - Actualité.
[82] (fr) Google numérise les collections universitaires de l'État du Michigan - Actualité.
[83] (en) Google Books will soon include titles from MSU Libraries’ collection - MSU Librairies.
[84] « Voilà la bibliothèque Google Print » - PcINpact.
[85] « Authors Guild v. Google Settlement Resources Page » - The Authors Guild
[86] « Authors, Publishers, and Google Reach Landmark Settlement » - Google
[87] « A new chapter » - The Economist
[88] « Publishers sue Google over book search project » - Cnet.com
[89] « Publishers Sue Google Over Plans to Digitize Copyrighted Books » - Publishers.org
[90] « Des auteurs attaquent la bibliothèque Google » - PcINpact
[91] « Une pause dans la numérisation Google Print » - PcINpact
23.5. NOTES ET RÉFÉRENCES
115
[92] « Bibliothèque Google : après les auteurs, les éditeurs » - PcINpact
[93] « Google Books : une fin en forme de nouveau commencement » - Affordance.info
[94] « Règlement de Google Recherche de Livres » - Google Book Settlement
[95] « Google Book Settlement : un accord trouvé » - eBouquin
[96] « Une nouvelle version de l’Accord Google Books » - L'association des professionnels de l'information et de la documentation
[97] « A GUIDE FOR THE PERPLEXED : LIBRARIES AND THE GOOGLE LIBRARY PROJECT SETTLEMENT » American Library Association
[98] « The Google Book Search Settlement : Static Good, Dynamic Bad ? » - Youtube
[99] « Lessig Calls Google Book Settlement A “Path To Insanity” » - Techcrunch
[100] (fr) Google Books devrait partager ses livres numérisés avec ses concurrents - ITespresso
[101] « Statement of Interest of the United States of America Regarding Proposed Class Settlement » - Justice.gov
[102] (fr) Le ministère de la justice américain contre l'accord entre Google et les éditeurs, article du quotidien Le Monde, daté
du 19 septembre 2009.
[103] (fr) Livre numérique : le ton monte entre Google, Amazon et les auteurs américains, article du quotidien Le Monde, daté
du 4 septembre 2009
[104] Numérisation des livres : report de la décision de justice dans l'affaire Google, article du quotidien Le Monde daté du 19
février 2010 (n'est plus mis en ligne sur le site LeMonde.fr).
[105] Marc JAHJAH, L'accord Google Livres rejeté, INA Global 6/4/2011
[106] « La cour de justice américaine rejette le Google Book Settlement » - eBooquin
[107] « Règlement Google Book : fin de partie ? » - S.I.Lex
[108] Selon la décision du Circuit Judge Chin en date du 22 mars 2011 (Voir l'original de la décision en anglais)
[109] « GBS March Madness : Paths Forward for the Google Books Settlement » - Library Copyright Alliance
[110] action-validee-34457.htm Revers pour Google dans l'affaire Books : la class action validée - Actualité
[111] Judge Chin on Google May 31 Copy - Scribd.
[112] Google Books s’obstine, mais le juge Chin ne tournera pas la page - Actualité
[113] action-36032.htm New York autorise Google Books à faire appel de la class action - Actualité
[114] [www.scribd.com/doc/102850652/Google-Books-Class-Cert-Appeal-Granted Google Books Class Cert Appeal Granted] - Scribd
[115] “Plaintiffs seek to shut down a significant part of Google Books and to recover potentially billions of dollars… With so
much at stake, Google should not be forced to litigate without the full benefit of its principal defense.” - Google wins right
to appeal in book class status case - Justice News Flash
[116] La requête d'un procès individualisé en faveur de Google sera examinée - Actualité
[117] Google signe un accord avec des éditeurs américains - Le Monde.fr.
[118] Après 7 ans de procès, l'accord entre éditeurs américains et Google - Actualité.
[119] « La Guilde des auteurs déboutée contre Google », Livres-Hebdo du 22 novembre 2013.
[120] « Les éditions de La Martinière attaquent Google en justice » - Abondance
[121] « Procès Google : La Martinière/Le Seuil demande 15 millions d'euros de dommages-intérêts » - Livres Hebdo
[122] « La Martinière fait condamner Google pour contrefaçon » - Rue 89
[123] « Jugement Google/La Martinière : Alea jacta est ? » : Une analyse plus détaillée du procès sur le blog de Lionel Maurel,
Conservateur des bibliothèques en poste à la BNF et conservateur d'État.
116
CHAPITRE 23. GOOGLE LIVRES
[124] (fr) Le Seuil demande 15 millions d'euros à Google, article du quotidien Le Monde, daté du jeudi 24 septembre 2009.
[125] Tribunal de grande instance de Paris 3e chambre, 2e section, jugement du 18 décembre 2009, Éditions du Seuil et autres
c/ Google Inc.
[126] Compte-rendu du jugement sur Juriscom.net
[127] Livre numérique : la justice française donne raison aux éditeurs face à Google, article du Le Monde, daté du 19 décembre
2009.
[128] Google condamné dans son procès contre La Martinière - Abondance.com
[129] La Tribune.fr, « Gallimard va poursuivre Google en justice », 31 mars 2010 (consulté le 31 mars 2010)
[130] Gallimard attaque à son tour Google Livres - Znet.
[131] Gallimard, Flammarion et Albin Michel assignent Google en justice pour contrefaçon - Le Monde.fr
[132] « Numérisation : Google et Hachette s’entendent » - Le Monde.fr
[133] « Accord historique entre Google Books et Hachette Livre » - Actualité
[134] Accord Google/Hachette : Gallimard se félicite du recul du géant américain - Le Point.fr
[135] « La BNF appelle à une réaction face au projet Ocean » - PcINpact.com
[136] Disponible dans sa version intégrale (avec accord de l'auteur) sur le site Poezibao
[137] « Bibliothèques numériques : en attendant Google ou la BNF » - PcINpact
[138] « Google Print : Google calme le jeu ! » - Zorgloob
[139] « La réponse de Google Print à l’Europe » - Zorgloob
[140] « La Bibliothèque numérique européenne est relancée » - PcINpact.com
[141] « Faut-il une grande cuillère pour signer avec Google ? » - L'Éclat
[142] « Les éditions Kargo redéfinissent leur présence en ligne grâce à Google Recherche de Livres » - Google Books
[143] « Google & the Future of Books » - nybooks.com
[144] Anatomy of Aggregate Collections : The Example of Google Print for Libraries - dlib.org
[145] Le “trésor de guerre” de Google Books - Frederic Kaplan
[146] Who will digitize the world’s books ? » - The New York Review of Books
[147] (fr) Présentation du Kindle sur le site d'Amazon
[148] (fr) La création de Google Books avait pour but de capter l'audience d'Amazon - PC INpact
[149] (en) Google Books Statement of Facts Aug 2012 (p. 15, §76) - Scribd
23.6 Voir aussi
23.6.1
Bibliographie
Sur l'édition indépendante, le livre numérique et Google, on pourra lire : de Jérôme Vidal, Lire et penser ensemble
- Sur l'avenir de l'édition indépendante et la publicité de la pensée critique (Paris, Éditions Amsterdam, 2006, texte
publié sous licence Creative Commons et dont sont extraits les points cités ci-dessus) ; de Lucien Polastron, La Grande
Numérisation : Y a-t-il une pensée après le papier ? (Paris, Denoël, 2006) ; de Michel Valensi (éditions de L'Éclat),
“Faut-il une grande cuillère pour signer avec Google ?" ; d'Alexandre Laumonier (éditions Kargo), “Les petits éditeurs
votent Google” (Libération du 6 juin 2006) et “La non-affaire Google Livres”.
L'émission de France-Culture Du grain à moudre (28 décembre 2006) a mis en présence pour un débat sur le projet
Google Jean-Noël Jeanneney, Michel Valensi, Jérôme Vidal, Alban Cerisier.
Robert Darnton, historien, professeur à l’université Carl H. Pforzheimer et directeur de la bibliothèque de Harvard, a
publié sur le sujet un article éclairant dans The New York Review of Books le 12 février 2009. L'article est accessible
en ligne, traduit en français.
23.6. VOIR AUSSI
117
• Jean-Noël Jeanneney, Quand Google défie l'Europe, Paris, éd. Mille et Une Nuits, 2005, (ISBN 2-84205-912-3)
• Jean-Noël Jeanneney, Quand Google défie l'Europe. Plaidoyer pour un sursaut, troisième édition revue, augmentée et mise à jour avec une postface inédite., Paris, éd. Mille et Une Nuits, 2010, 219 p.
• Bruno Racine, Google et le nouveau monde, éd. Plon, 2010, (ISBN 978-2259212038)
• Alain Jacquesson, Google Livres et le futur des bibliothèques numériques, éd. Cercle de la Librairie, 2010, (ISBN
978-27654-0980-9)
23.6.2
Filmographie
• Le Livre selon Google : documentaire de Ben Lewis, 2012, 89 min. Diffusé le 02/04/2013 sur Arte.
23.6.3
Articles connexes
• Gallica
• Europeana
• Internet Archive
• Ngram Viewer
• Google Play
• Projet Gutenberg
• A9.com
• Runivers (en)
23.6.4
Liens externes
• Site officiel
•
Portail sciences de l’information et bibliothèques
•
Portail de Google
Chapitre 24
Google Maps
Google Maps est un service gratuit de cartographie en ligne. Le service a été créé par Google. Lancé en 2004 aux
États-Unis et au Canada et en 2005 en Grande-Bretagne (sous le nom de Google Local), Google Maps a été lancé
jeudi 27 avril 2006, simultanément en France, Allemagne, Espagne et Italie.
Ce service permet, à partir de l'échelle d'un pays, de zoomer jusqu'à l'échelle d'une rue. Des prises de vue fixes
montrant les détails de certaines rues sont également accessibles grâce à une passerelle vers Google Street View.
Deux types de vue sont disponibles dans Google Maps : une vue en plan classique, avec nom des rues, quartier, villes
et une vue en image satellite, qui couvre aujourd'hui le monde entier. Ce service n'est plus en version bêta depuis le
12 septembre 2007, et a été ajouté aux liens de la page d'accueil de Google.
24.1 Logos
• Ancien logo
• Logo actuel
• Logo actuel pour la France
24.2 Images satellite
C'est au début du mois d'avril 2005 que Google Maps s’enrichit de la vue par image satellite, en plus de la cartographie
classique. Se différenciant des autres services proposant des images satellites statiques, Google Maps permet de naviguer et de se positionner où l'on veut sur la carte satellite.
L'utilisation du terme photo satellite est cependant un abus de langage, car certaines photos urbaines sont des prises
de vues aériennes prises à haute altitude.
En juin 2005, des images haute résolution sont disponibles lorsqu'on zoome au maximum. Cette fonctionnalité est
disponible sur de nombreuses zones urbanisées aux États-Unis, au Canada, mais aussi certaines portions de l'Islande,
en Irak, au Koweït, au Mexique, aux Bahamas, en France, en Italie, au Japon et dans bien d'autres pays.
Des bâtiments du gouvernement sont par contre visibles en image, telle que la Zone 51 dans le désert du Nevada.
Cependant, Slashdot a publié un article selon lequel des arbres se trouveraient maintenant à un emplacement occupé
par des bâtiments sur des photos précédentes.
Une résolution basse est disponible sur le monde entier, et depuis juin 2005, Google Maps ajoute des photos haute
résolution à de plus en plus de villes dans le monde, et notamment les grandes villes d'Europe.
Le 20 juillet 2005, afin de célébrer l'anniversaire du premier homme sur la Lune le 21 juillet 1969, Google ajoute à
Google Maps des images de la Lune, fournies par la NASA, permettant ainsi à l'utilisateur de naviguer sur la Lune.
Les points d'atterrissage des différentes missions sont indiqués, de Apollo 11 à Apollo 17. Le service se nomme
Google Moon.
118
24.3. DIFFÉRENTS SERVICES DE CARTOGRAPHIE EN LIGNE
119
24.3 Différents services de cartographie en ligne
Bing Cartes, Mappy et OpenStreetMap offrent des services ressemblant à Google Maps. Ils ont ceci en commun
que l'accès occasionnel pour certains usages est gratuit, de contenir des vues aériennes zoomables, et de proposer un
service de calcul d'itinéraire.
Ils se différencient par le fait que Google Maps et Bing Cartes couvrent le monde entier, mais avec une qualité inégale,
alors que Mappy ne couvre que l'Europe.
La cartographie fournie par l'IGN sur son site Géoportail est de type raster. Il s’agit d'une cartographie à l'ancienne,
qui conserve la notion d'échelle discrète (1/25 000, 1/100 000, etc.). La cartographie vectorielle que propose Google
Maps fournit une échelle continue avec création de tuiles à la demande avec une feuille de style de type CSS. Le site
Géoportail ne propose pas de calcul d'itinéraire, mais peut aussi afficher d'autres couches, comme la carte géologique
du BRGM.
24.4 Versions mobiles
Il existe également plusieurs versions mobiles de Google Maps, qui utilisent les réseaux des téléphones notamment 3G
pour charger les cartes de la même manière que sur la version internet. Les versions varient beaucoup selon la définition
d'écran des téléphones portables, le fait d'avoir un écran tactile, la puissance du processeur. Le positionnement par
satellite est implémenté sur la plupart des mobiles embarquant le matériel requis. Il est représenté par un point bleu
et une flèche si les positions ont été jugées interprétables comme un mouvement.
24.4.1
Fonctionnalités
Selon les mobiles la navigation se fait au toucher ou avec le clavier. Sur les versions des smartphones les plus récents
il est possible de choisir entre les trois modes d'affichage : « plan », « satellite », et « mixte » ; le dernier étant
un mélange entre les deux premiers. Depuis plus récemment est disponible la fonction « Street View » permettant
d'afficher des photos, comme pour la version internet, dans certaines grandes villes. Il est possible de créer des signets
sur des emplacements. Une fonction de recherche est également présente. En plus de localiser l'endroit recherché, elle
peut éventuellement, pour une entreprise par exemple, afficher des informations telles que son numéro de téléphone
public, ou son site internet. Il est également possible de rechercher et de suivre un itinéraire. Enfin, une fonction de
géolocalisation est disponible sur certaines versions, qui utilise, selon l'équipement du téléphone, une puce GPS ou
un système de triangulation grâce aux antennes GSM. Cette dernière solution est cependant beaucoup moins précise,
en particulier en zone rurale.
24.5 Popularité
Avec la mise à disposition au public d'un outil lui permettant de visualiser, par photo satellite, le monde entier de
manière précise, le projet a rencontré un véritable succès, si bien que des sites exclusivement dédiés à Google Maps
ont vu le jour. Pour exemple, les sites Google Sightseeing et Google Globetrotting sont des répertoires de liens directs
vers des monuments (tour Eiffel, statue de la Liberté, etc.), endroits connus ou endroits insolites (maison de Bill Gates
par exemple), ceci dans le monde entier, en utilisant le service Google Maps.
Un Monopoly géant a été organisé sur Google Maps, le but étant d'acheter toutes les rues disponibles sur Terre.
Le premier avril 2010, Google fit semblant d'avoir mis en œuvre la 3D. Pour ce faire, un petit bonhomme à gauche
de l'écran portait des lunettes rouge et verte, en cliquant dessus, une impression de 3D était créé. Bien évidemment,
ce fut un canular qui resta plus de deux jours sur la toile.
Le 7 décembre 2012, Google révèle dans un article sur le blog dédié à Google Maps que le service dispose de plus
d'un milliard d'utilisateurs mensuels[1] .
24.6 Easter eggs et lieux insolites
Différents easter eggs ont été installés sur le programme Street View :
120
CHAPITRE 24. GOOGLE MAPS
• si l'on tape dans le moteur de recherche : « Lego Land, Carlsbad, CA, United States », le personnage orange appelé Pegman devient un personnage Lego. Sur l'Île Half Moon dans l'Antarctique, Pegman devient un manchot.
Au Kennedy space center en Floride, Pegman devient un astronaute ;
• en hommage à la série télévisée Doctor Who, il est possible de visiter le TARDIS en cliquant sur une cabine
téléphonique située sur Earls Court Station à Londres[2] .
Par ailleurs, plusieurs lieux insolites, non visibles en tapant simplement leurs noms, sont visibles sur Google Maps :
un cimetière d'avion aux USA (32° 08′ 59″ N 110° 50′ 09″ O / 32.14972, −110.83583), la zone 51 (37° 14′ 35″ N
115° 48′ 47″ O / 37.24306, −115.81306), ou des tracés étranges en Chine (40° 27′ 16″ N 93° 44′ 41″ E / 40.45444,
93.74472).
Durant la première semaine d'avril 2015, Google permet aux utilisateurs de jouer à Pac-Man dans le tracé des rues[3] .
24.7 Choix politiques
Google Maps ne semble pas être neutre dans les cartes affichées. Alors qu'OpenStreetMap, bing Maps, ViaMichelin
ou la majorité des autres systèmes cartographiques affichent de manières aussi détaillée que possible les pays entourant
la Corée du Nord, ça n'est pas le cas sur Google Maps.
La Bande de Gaza, dont les données sont fournies par Mapa GIsrael d'après Google Maps, ne contient que quelques
noms de villes et les routes y sont absentes et peu visibles, laissant également penser à un choix politique. Encore une
fois, OpenStreetMap ou ViaMichelin affichent un niveau de détail proche de celui des pays voisins.
24.8 Notes et références
[1] (en) Google Maps : You learn, we listen - Google Latlong
[2] Joël Ignasse, « Un passage secret dans Google Maps », sur sciencesetavenir.fr, 22 août 2013 (consulté le 2 avril 2015).
[3] @f3nord, « Jouer à Pacman avec Google dans les rues de sa commune : on a testé dans le Nord Pas-de-Calais », sur
france3-regions.francetvinfo.fr/nord-pas-de-calais, 1er avril 2015 (consulté le 7 avril 2015) : « Il s’agit d'une nouvelle
option du moteur de recherche Google dans son application Google Maps qui permet de chercher les plans routiers et
satellite de n'importe quelle commune. Une fois qu'on a choisi la ville ou le village qu'on souhaite il suffit de cliquer en bas
à gauche sur l'icône Pacman. Et c'est parti pour le jeu. »
24.9 Voir aussi
24.9.1
Articles connexes
• Neven Vision
• Google Earth
• Google Mars
• Google Moon
• Google Street View
• Argleton, une localité fictive, qui n'existe que sur Google Maps
• OpenStreetMap
24.9. VOIR AUSSI
24.9.2
Liens externes
• (fr) Site officiel
•
Portail de l’information géographique
•
Portail de Google
121
Chapitre 25
Google Mars
Google Mars est un service de Google qui permet de visualiser la surface de la planète Mars.
L'interface est très semblable à celle de Google Maps et des liens ont été ajoutés permettant de lister les lieux ou
objets remarquables (cratères, canyons et même engins spatiaux comme la sonde Mars Pathfinder).
De plus, il est possible de visualiser les clichés pris par les landers et rovers envoyés sur Mars et de suivre la progression
des rovers grâce à un système de tracés de leur parcours.
25.1 Voir aussi
25.1.1
Articles connexes
• Géographie de la planète Mars
• Google Earth
• Google Maps
• Google Moon
25.1.2
Lien externe
• Le service Google Mars
•
Portail de Google
•
Portail de l’information géographique
•
Portail de la planète Mars
122
Chapitre 26
Google Moon
Google Moon est un service gratuit de Google, permettant la visualisation, par images satellites fournies par la
NASA, de la Lune sur Internet. Ce service a été mis en ligne le 20 juillet 2005, afin de célébrer le 36e anniversaire
des premiers pas sur la Lune le 21 juillet 1969. Les points d'alunissage des différentes missions sont indiqués, de
Apollo 11 à Apollo 17.
Un easter egg était présent sur le site : au niveau maximal de zoom, la surface de la Lune était représentée par du
fromage[1] .
Le 20 juillet 2009, le logo de la société est remplacé par un Google Doodle sur son site. L'image, sur laquelle figure
la Lune, pointe vers le site de Google Moon.
26.1 Référence
[1] Illustration sur eeggs.com
26.2 Voir aussi
26.2.1
Articles connexes
• Sélénographie
• Google Earth
• Google Maps
• Google Mars
26.2.2
Lien externe
• (en) Site officiel
•
Portail de Google
•
Portail de l’information géographique
•
Portail de la Lune
123
Chapitre 27
Google Search Console
Google Search Console (anciennement Outils Google pour les webmasters ou Google Webmaster Tools) est un service gratuit de Google qui permet aux webmestres de vérifier si leur site est indexé par Google et d'optimiser son
référencement.
Google Search Console permet notamment pour les webmasters de :
• vérifier et de paramétrer la fréquence d'indexation du site ;
• avoir la liste de pages (internes et externe au site) qui comportent des liens retour le résultat est plus développé
que ce que l'on obtient avec une recherche du type link:http://monsite.fr ;
• connaître pour chaque jour
• les mots-clés des recherches ayant affiché un lien vers le site,
• le nombre de fois où elles ont effectivement conduit à une consultation ;
• voir les statistiques de visite du site par le robot indexeur de Google ;
• soumettre et vérifier la validité d'un sitemap ;
• produire et valider un fichier robots.txt ;
• indiquer le domaine que l'on souhaite voir affiché par Google, et les pages proposées au-dessous de celui-ci
• à titre expérimental (section google labs) “Analyser comme Googlebot” permet de voir une page du site telle
qu'elle est indexée par le Googlebot ;
• indiquer les requêtes et position sur lesquelles un site apparait dans les pages de résultats Google Plus Search
Your World.
Une fonction non présente dans le menu des Outils Google pour les webmasters permet d'effectuer un désaveu de
liens lorsqu'un un webmestre se rend compte que de nombreux liens pointant vers son site ne respectent pas les
consignes de Google[1] . Ces liens pouvant être à la base de certaines pénalités, Google propose donc un système de
désaveu qui consiste à un envoi de fichier texte comportant les liens à désavouer ou les domaines (avec la syntaxe
domain:example.com).
27.1 Voir aussi
27.1.1
Lien externe
• Site officiel
124
27.1. VOIR AUSSI
27.1.2
Références
[1] http://www.woptimo.com/netlinking/outil-de-desaveu-de-liens-google/
•
Portail de Google
125
Chapitre 28
Google Shopping
Google Shopping (anciennement Google Product Search, ou Froogle[1] ), est site de commerce électronique et un
comparateur de prix fourni Google, qui regroupe dans un annuaire des produits mis en vente sur le web. Bien que
ressemblant à un comparateur de prix, Google utilise un algorithme proche de son moteur de recherche classique
pour gérer les classements de produits. Le 31 mai 2012, Google annonce que Google Product Search devient Google
Shopping, un service monétisé auprès des vendeurs eux-mêmes, qui doivent payer Google pour que leurs produits
soient représentés sur son service[2] .
28.1 Historique
28.1.1
Google Product Search
Google Product Search s’appelait initialement « Froogle », mot-valise qui conjugue frugal et Google. Il est renommé
le 18 avril 2007 en Google Product Search pour des raisons de nom de marque et de copyright qui pourraient freiner
son internationalisation, d'après Marissa Mayer (alors vice-présidente responsable du produit Search et de l'expérience
utilisateur).
Google Product Search était différent de la plupart des autres services de comparaison de produits, puisqu'il ne faisait
pas payer la présence des produits dans son comparatifs, et n'acceptait pas que des fournisseurs payent pour être
présents en tête de liste des résultats. De plus le service ne touchait aucune commission sur les ventes. Chaque entreprise pouvait soumettre ses produits via Google Base, ou soumettre une requête pour qu'ils soient inclus. Google se
finançait sur l'affichage de publicités Adwords sur le côté de la page.
Froogle est officiellement lancé en décembre 2002, après plusieurs années d'activité en version beta. Le recours au
langage WLM permet d'accéder au service via un téléphone mobile ou tout autre appareil sans fil qui le supporte.
28.1.2
Google Shopping
Le 31 mai 2012 Google Product Search est renommé Google Shopping, et effectue une transition vers un service
monétisé. Les résultats de recherche sont basés à la fois sur la pertinence des résultats et sur le montant payé par les
marchands pour être présents sur le service ; les petites structures sont donc placées en situation d'infériorité à cet
égard, et beaucoup craignent de ne pas pouvoir faire face aux budgets marketing dédiés des grands groupes. De plus,
Google Catalogues doit rejoindre à terme Google Shopping.
Il faut distinguer deux produits :
• les résultats qui s’affichent dans le moteur de recherche, qui ne sont pas payés par les marchands mais financé
par la publicité (explicitement présentée comme telle) ;
• les résultats qui s’affichent dans la plateforme dédiée, à l'adresse google.com/shopping, financés à la fois par la
publicité AdWords et par les contributions individuelles des marchands pour que leurs produits soient présents.
126
28.2. API
127
Le nouveau service Google Shopping se base sur un modèle dit de paid inclusion, c'est-à-dire que le paiement effectué
par les entreprises ne garantit pas d'être bien classé pour des termes de recherche en particulier[3] (ce qui relève
d'AdWords), mais pour une visibilité plus générale (évaluée par nombre de clics et ventes de produits). Le classement
dépend donc d'une combinaison de pertinence perçue et de prix offert par le marchant.
Google Shopping intègre aussi des badges « Trusted Store » (« marchand de confiance ») dans ses listes, qui concerne
les marchands participant au programme ; ces badges seront intégrés à AdWords.
28.1.3
En France
Le 21 octobre 2010, le service arrive en France[4] . Le comparateur de prix remplace Google Livres dans les raccourcis
qui se trouvent en haut à gauche du moteur de recherche. Il y est nommé Achats tandis que dans les raccourcis de
gauche, il est nommé Shopping avec une étiquette jaune.
Il y est référencé de nombreux grands site du e-commerce parmi Alapage, Darty, Fnac.com, La Redoute, Pixmania.com,
PriceMinister et Rue du commerce.
28.2 API
L'API utilisé pour Google Shopping est « Content API for Shopping ».
28.3 Notes et références
[1] (en) Official Google Blog : Back to basics
[2] Building a better shopping experience - Google Commerce Blog
[3] Google Product Search To Become Google Shopping, Use Pay-To-Play Model - Search Engine Land
[4] Google Shopping débarque en France, Guillaume Belfiore, Clubic, 22 octobre 2010
28.4 Voir aussi
28.4.1
Liens externes
• Site officiel
•
Portail de Google
Chapitre 29
Google Sites
Google Sites est un produit ajouté en mars 2008 au sein de Google Apps permettant facilement la création de sites
intranet ou collaboratifs proche du wiki. La version précédente de ce produit s’appelait Google Page Creator.
Il s’agit d'une alternative peu coûteuse - la version standard de Google Apps étant gratuite - à des produits commerciaux
comme SharePoint de Microsoft.
La création d'un site internet se fait à partir d'un compte Google. La conception d'une page se fait à l'aide d'un éditeur
en ligne qui permet de modifier la mise en page, les polices de caractère, d'insérer des images, des vidéos, des liens,
des flux RSS..
Il est également possible d'intégrer sur le site d'autres produits Google :
• tableaux liés avec des Google Docs,
• publicités AdSense, (fonctionnalité supprimée à l'été 2013)
• cartes Google Maps,
• photos Picasa
• agenda géré à partir de Google Agenda
• On peut également obtenir des statistiques du site via Google Analytics.
29.1 Voir aussi
29.1.1
Liens externes
• (en) Site officiel
• (en) Google Apps
• (fr) Didacticiel pour Google Sites
•
Portail de Google
128
Chapitre 30
Google SMS
Google SMS est un service de Google qui permet à l'utilisateur d'envoyer une requête à Google par SMS et de
recevoir les résultats de cette requête également par SMS.
30.1 Références externes
• (en) SMS à Google pour des résultats rapides
•
Portail de Google
129
Chapitre 31
Google Street View
La couverture de Google Street View dans le Monde
Actuelle
Future (officiel)
Future (non officiel)
Pays avec musées uniquement
Pays non couvert
Google Street View est un service de Navigation Virtuelle lancé le 25 mai 2007 afin de compléter Google Maps et
Google Earth. Il permet de visualiser un panorama à 360° d'un lieu situé sur une voie urbaine ou rurale, sur laquelle
aura préalablement circulé un véhicule chargé d'enregistrer les prises de vues.
Controversé en raison d'atteintes alléguées envers la vie privée, le projet utilise la technologie Immersive Media, qui
permet de fournir une vue de la rue à 360 degrés en n’importe quel point donné de cette rue. Une voiture équipée
de caméras circule dans les rues en prenant des images, qu'un logiciel propriétaire de Google assemble pour donner
l'impression de continuité. La voiture est aussi équipée d'un système qui capte tous les signaux 3G/GSM et Wi-Fi
dans le but de les lister (les résultats n'ont pas encore été publiés)[1] '[2] . À l'origine, seules quelques villes américaines
étaient accessibles, puis, rapidement, le service s’est étendu à d'autres pays (France, Espagne, Italie, Australie, Japon,
Nouvelle-Zélande, Suisse, Portugal, Canada, République tchèque, Taïwan...). À partir d'avril 2008, le service a été
pleinement intégré à Google Earth.
Le petit personnage symbolisant la position de l'utilisateur se prénomme Pegman du fait de sa forme de pince à linge
(vient de clothes peg en anglais). Sur l'île Half Moon, une petite île de l'Antarctique, Pegman devient un manchot
pour désigner l'île peuplée de manchots et le lieu le plus au sud photographié par Google.
130
31.1. HISTORIQUE DE GOOGLE STREET VIEW
131
31.1 Historique de Google Street View
31.1.1
En France
Google Street View Car à Paris
• Dès juillet 2008, Google Street View s’implante en France, suivant le tracé du Tour de France 2008, en proposant des images panoramiques prises au niveau du sol.
• Depuis octobre 2008, Paris est aussi accessible. Viennent ensuite cinq grandes villes françaises : Lyon, Marseille,
Nice, Lille et Toulouse.
• En octobre 2008, des « Google Cars » (terme également utilisé plus tard pour désigner le prototype de voiture
sans conducteur de Google) ont été aperçus partout en France (dans plus de 200 villes[3] ), mais également dans
d'autres pays d'Europe comme l'Allemagne, l'Espagne ou le Royaume-Uni. Cela semble confirmer la volonté
de Google de numériser toutes les grandes villes du monde.
• En mars 2009, de nombreuses villes de France se voient couvertes par le service Google Street View. Première
analyse critique par Étienne Tête, Conseiller Régional, membre des Verts[4] .
• En juin 2009, des images de Disneyland Paris sont ajoutées sur Street View. Il est désormais possible de se
promener dans une bonne partie du parc.
• En décembre 2009, le nombre de rues couvertes explose, les grandes villes françaises sont quasiment toutes
couvertes.
• Le 17 mars 2011, la CNIL prononce une amende de 100 000 euros à l'encontre de Google pour collecte déloyale
de données privées par les Google Cars[5] .
• En juin 2011, quasiment toute la France est couverte par Street View.
• La couverture de l'île de La Réunion est prévue courant 2016[6] .
132
CHAPITRE 31. GOOGLE STREET VIEW
Google Street View Car aperçue à Grenoble
31.1.2
En Belgique
• Le 23 novembre 2011 le service Street View est disponible en Belgique après avoir eu plusieurs problèmes avec
la justice belge.
31.2 Événements concernant Street View
• Fin décembre 2008, le site garage419 découvre sur Street View des images exclusives[7] de modèles de test du
constructeur automobile Porsche.
• Fin janvier 2009, Google est accusé d'avoir heurté un daim lors de la prise d'images Street View[8] . La société
publie un communiqué[9] le 29 janvier – après avoir retiré les images concernées – donnant des explications et
des conseils de sécurité routière.
• Le 31 mars 2009, le service aurait été responsable d'un divorce au Royaume-Uni : une femme aurait repéré
la voiture de son mari devant la maison d’une amie et celui-ci aurait avoué son geste. Mais cette histoire ne
serait qu'une supercherie venant du blog Idiot Forever qui prétend avoir piégé le journal à l'aide d'une fausse
identité[10] .
• Le 20 juillet 2009, l'icône du personnage Pegman permettant de se déplacer a été « transformée » en astronaute
afin de fêter les 40 ans de la conquête de la Lune[11] .
31.3. TERRITOIRES COUVERTS
133
• Le 13 janvier 2010, Google dépose un brevet lui permettant de remplacer les panneaux publicitaires par des
publicités AdSense[12] .
• Le 12 mars 2010, Google annonce se fixer comme objectif de couvrir à 100 % le Royaume-Uni, sous n'importe
quel angle[13],[14] .
• Le 26 avril 2010, Street View a quelques changements d'interface, les photographies à proximité s’affichent
avec des vignettes plus petites et les informations de Wikipédia sont incorporées au ras de l'image de la rue,
mise en place de Google Earth dans Google Maps[15] .
• Le 18 octobre 2011, Google annonce que des caméras Street View ont arpenté pour la première fois une ligne
de chemin de fer, à savoir la ligne de Thusis à Tirano des Chemins de fer rhétiques en Suisse[16] .
• Le 31 janvier 2013, Google Street View étend sa carte au Grand Canyon grâce à sa nouvelle technologie du
“Trekker”, sa dernière technologie qui concentre l'équipement complet utilisé par Street View dans un sac à
dos et permet ainsi à l'utilisateur d'explorer des territoires sauvages accessibles uniquement à pied[17] .
• En juin 2013, Google Street View offre des visites virtuelles dans les intérieurs de certains bâtiments. Le
premier accessible au public est la tour Burj Khalifa à Dubaï.
• Le 3 septembre 2015, Google met en ligne une application Android, Google Street View, permettant de profiter
du service Street View, mais aussi prendre des photos à 360° pour ensuite les publier dans l'application.
31.3 Territoires couverts
•
Allemagne (plus accessible depuis décision de justice en 2011 sauf dans : Berlin, Bielefeld, Bochum,
Bonn, Brême, Cologne, Dortmund, Dresde, Duisbourg, Düsseldorf, Essen, Francfort-sur-le-Main, Hambourg,
Hanovre, Leipzig, Mannheim, Munich, Nuremberg, Stuttgart, Wuppertal)
•
Andorre
•
Afrique du Sud
•
Antarctique (Île Half Moon)
•
Argentine
•
Australie (+
•
Belgique
•
Bhoutan
•
Botswana
•
Brésil
•
Bulgarie
•
Canada
•
Cambodge
•
Colombie
•
Corée du Sud (Séoul uniquement)
•
Chili
•
Croatie
•
Danemark
•
Espagne (+
Tasmanie)
Îles Baléares et
Îles Canaries)
134
CHAPITRE 31. GOOGLE STREET VIEW
•
Estonie
•
États-Unis (+
•
Équateur
•
Finlande (
•
France (métropolitaine)
•
Grèce
•
Hong Kong
•
Hongrie
•
Inde
•
Indonésie
•
Irlande
•
Islande
•
Israël (Cisjordanie)
•
Italie
•
Japon
•
Jersey
•
Lesotho
•
Lettonie
•
Lituanie
•
Luxembourg
•
Macao
•
Macédoine
•
Malaisie
•
Île de Man
•
Mexique
•
Monaco
•
Norvège
•
Nouvelle-Zélande
•
Palestine (Cisjordanie)
•
Pays-Bas
•
Pérou
•
Pologne
•
Portugal (+ les
•
République tchèque
•
Roumanie
Hawaï +
Alaska)
Îles Åland)
Açores et
Madère)
31.4. FUTURS TERRITOIRES
•
Royaume-Uni (
•
Russie
•
Saint-Marin
•
Serbie
•
Singapour
•
Slovaquie
•
Slovénie
•
Suède
•
Suisse
•
Swaziland
•
Taïwan
•
Thaïlande
•
Turquie
•
Ukraine
135
Gibraltar)
31.4 Futurs territoires
•
Autriche
•
Guernesey
•
Namibie
•
Pakistan
Outre les réseaux routiers, Google a déjà équipé une motoneige de dispositif similaire pour certaines pistes de ski[18] ,
un bateau pour la jungle amazonienne[19] , ainsi qu'un wagon spécialement aménagé pour une voie ferroviaire métrique
et classée par l'Unesco en Suisse[20] . En 2014, on apprenait que l'équipement de streetview avait été embarqué à dos
de chameau[21]
31.5 Villes accessibles par ce service
Liste des villes accessibles par Google Street View
31.6 Vie privée
La précision des détails pose certains problèmes de confidentialité, de sécurité et de respect de la vie privée. On y
distingue en effet clairement les actions des personnes filmées (des images de braquage, de baigneurs en maillot de
bain, ou encore d'adultes entrant dans des sex shops ont, par exemple, été diffusés). Ceci a provoqué diverses critiques
venant d'ONG telles que Privacy International[44] . Google a essayé de répondre aux critiques, dans les pays concernés,
en élaborant un logiciel de floutage automatique des visages. Les visages et les plaques d'immatriculation sont floutées
à la demande des personnes concernées[45] . Dans l'Union européenne, Google a été obligé de mettre en place, à la
demande du contrôleur européen de la protection des données (CEPD), un dispositif de floutage automatique des
visages[46],[47] . Les structures sensibles comme la Maison-Blanche à Washington sont altérées. En outre, aux ÉtatsUnis, Google retire « à la demande » des personnes concernées les photos de leurs maisons[46] .
136
CHAPITRE 31. GOOGLE STREET VIEW
Google Street View Car à Genève, Suisse
31.6.1
Actions réalisées contre Street View
Un couple de Pittsburg (États-Unis) a déposé plainte en avril 2008 contre Google pour avoir filmé l'allée menant à
leur maison ainsi que celle-ci[45] . Le tribunal les a déboutés, arguant qu'il était légal de prendre des photos à partir
d'un espace public. En avril 2011, la justice belge entame une enquête sur Google concernant la collecte de données
privées lors de son programme Street View[48] .
En Alaska, des passants ont « saboté » les caméras de Google Cars à deux reprises, en mettant un sac en plastique
devant la caméra[49] .
Plusieurs villes, comme Broughton, auraient banni ce service[50] . Et des experts canadiens examinent cette pratique
qu'ils jugent « douteuse ».
En mars 2012, un habitant du Maine-et-Loire assigne en référé Google, après avoir découvert sur Street View une
photo de lui, urinant dans son jardin[51] . Sa demande de 10 000 euros a été rejetée par le tribunal d'Angers le 15
mars, qui l'a condamné à une amende de 1 200 euros[52] . La photo avait été retirée de Street View dès le lendemain
de l'assignation en référé.
31.6.2
Sanction de la CNIL
En France, la Commission nationale de l'informatique et des libertés (CNIL) prononce le 17 mars 2011 une amende
de 100 000 euros à l'encontre de Google pour violation de la vie privée.
31.6. VIE PRIVÉE
137
Cette amende fait suite à la révélation (le 14 mai 2010) de collectes de données privées transitant par les réseaux
Wi-Fi non sécurisés lors du passage des Google Cars[53] . La CNIL effectue un contrôle de la société le 19 mai,
justifié par la collecte déloyale de données privées, l'atteinte à la vie privée, la non déclaration des formalités légales
auprès de la CNIL avant la récolte, et le manque de réponse de Google à la CNIL[53] . À la suite de ce contrôle,
la CNIL enjoint Google de lui communiquer les informations techniques concernant la collecte de données, ainsi
qu'une copie de toutes les données collectées. Par ailleurs, Google doit arrêter toute collecte de données à l'insu des
personnes concernées (notamment les données personnelles et les données d'identification aux réseaux), et effectuer
les formalités administratives auprès de la CNIL[53] . Google se conforme à la mise en demeure le 4 juin 2010, la
CNIL devenant alors la première autorité de contrôle des libertés a accéder aux données collectées lors du projet
Google Street View[53] .
L'analyse des données livrées par Google révèle que la société a enregistré sur le passage de ses voitures non seulement
des données sur les réseaux (adresses MAC, SID), mais aussi de nombreuses données privées sur des personnes
identifiables, telles que les sites web visités, les adresses et mots de passe des messageries électroniques ainsi que le
contenu des mails échangés[5] . Google s’est alors engagé à supprimer ces données collectées, selon la société, par
erreur[54] , ainsi qu'à cesser la collecte de données Wi-Fi à l'insu des personnes concernées.
Cependant, la CNIL estime que ce dernier point n'est pas respecté, les données étant aujourd'hui collectées non pas
par les Google Cars, mais directement par les appareils mobiles se connectant aux services de géolocalisation[5] . De
plus, Google n'a pas communiqué les outils lui ayant permis de collecter les données Wi-Fi, comme demandé par la
CNIL[5] , et ne s’est pas conformé à la loi française concernant son service Latitude. Reconnaissant enfin que Google
tire un avantage économique des données collectées illégalement (qui lui assurent une position dominante dans le
domaine de de la géolocalisation), et compte tenu de la gravité des faits, la CNIL a prononcé une amende de 100 000
euros[5] à l'encontre de Google.
31.6.3
Systèmes similaires dans le monde
D'autres entreprises ou institutions ont déjà commencé à prendre leurs propres photos à 360 degrés de villes. Microsoft
Bing Maps introduit Streetside en décembre 2009.
Les petits concurrents comprennent Yandex en Russie (pour l'instant, elle prend des photos sur Arkhangelsk, Moscou,
Saint-Pétersbourg, Kiev en Ukraine, Istanbul, Izmir et Ankara en Turquie)[55] . Une société roumaine, NORC, travaille
sur la Roumanie et d'autres pays en Europe centrale et orientale[56] .
Deux entreprises existent également en Argentine, l'une est appelée Mapplo qui ne travaille que sur le territoire
argentin pour le moment[57],[58] ainsi que Fotocalle, un autre projet argentin semblable mais qui a la particularité de
fournir des images en HD[59] .
Une société en Chine a également introduit Street View pour Pékin et d'autres villes[60] . Zumi.pl a déjà introduit
Street View dans les principales villes de Pologne.
Une société (Kapou) en Grèce, a également introduit un système similaire pour la ville de Thessalonique[61] . Il y a
aussi des vues des rues de certaines villes aux États-Unis et du Sud de la Thaïlande fournies par MapJack[62] .
Un futur projet est également en cours d'élaboration en France, il se nommera iTowns et pourra donner un point de
vue de la rue en full HD d'abord dans le 13e arrondissement de Paris puis dans toute la France[63] '[64] .
Un autre projet français basé sur le même principe a été lancé par Mappy le 1er décembre 2010 : UrbanDive.
Enfin, la société Teehan+LaX propose une version de Google Street View en Art ASCII.
31.6.4
Afrique
•
Carte.ma
•
City.ci
31.6.5
Asie
•
City8.com
•
MapJack
138
CHAPITRE 31. GOOGLE STREET VIEW
•
Location View, iicosmo
31.6.6
Amérique du Nord
•
31.6.7
Street Slide, Earthmine, MapQuest (projet abandonné ?), Eye2eye, Immersive Media
Amérique du Sud
•
Mapplo, Fotocalle
•
Street Diving
31.6.8
Europe
•
Sightwalk
•
Interfax
•
gade.dgs.dk
•
UrbanDive, iTowns (projet abandonné ?), Open Path View (projet libre)
•
kapou
•
CycloMedia (en), winkelspotter
•
Karte 360
•
Zumi
•
Seety, Yell Maps
•
NORC
•
Yandex, Kartmania, ru09, cityscanner, GdeEtotDom
•
Hitta.se/MapJack
•
VideoStreetView
31.7 Notes et références
[1] http://www.clubic.com/application-web/actualite-337074-collecte-donnees-wi-fi-google-mal-vue-allemagne.html
[2] (en) http://rotacoo.com/a-couple-of-thoughts-on-street-view
[3] Information publiée sur le site de « maps.google.com » sur les villes où ont été vues en France les voitures de Google, pour
Google Street View
[4] « Google Street View », vices privés et vertus publiques, Libération, 13 février 2009
[5] Google Street View : la CNIL prononce une amende de 100 000 euros
[6] « La Réunion sur Google Street View, c’est pour bientôt ! », sur Zinfos 974, l'info de l'ile de La Réunion (consulté le 30
novembre 2015)
[7] (en) Photos des modèles
[8] (fr) La voiture Street View écrase un daim
[9] (en) Oh, deer : Street View and road safety reminders - 29 janvier 2009
[10] Un blogeur affirme avoir piégé le Sun avec une fausse histoire - 20minutes.ch
31.7. NOTES ET RÉFÉRENCES
139
[11] (en) Google Street View Astronaut
[12] Google pourrait insérer des pubs en temps réel sur les panneaux dans Street View, le 13 janvier 2010 sur Gizmodo
[13] Google prévoit de couvrir l'Angleterre à 100 % avec Street View, le 12 mars 2010 sur journaldugeek.com
[14] http://www.zorgloob.com/2010-03/google-street-view-couvre-tout-le-royaume-uni/
[15] http://www.pcinpact.com/actu/news_multi/56579.htm
[16] Google monte dans le train avec ses caméras sur 20min.ch
[17] Le Grand Canyon débarque sur Google Street View grâce à la nouvelle technologie du “Trekker”
[18] Samy Tounsi, « La motoneige de Google Street View envahit les pistes de ski de Méribel », sur logiciel.net, 13 février 2011
par samy tounsi (consulté le 13 février 2011)
[19] Vincent Martini, « Google Street View : l'Amazonie bientôt accessible en ligne », sur clubic.com, 22 août 2011 (consulté
le 22 août 2011)
[20] Loïc Delacour, « Google s’attaque aux Alpes suisses », sur lematin.ch, 20 octobre 2011 (consulté le 21 octobre 2011)
[21] Léa Bucci, « Après la voiture, Google se lance dans la Street view à dos de chameau », sur franceinfo.fr, 2014 (consulté le
9 octobre 2014)
[22] (en) View Leaves You Google-Eyed
[23] (en) Google Street View now in Los Angeles, BrooWaha
[24] (en) Look Out : Six New Cities Added to Google Street View, Mashable.com, 9 octobre 2007.
[25] (en) Google Street View Expands to 8 New US Cities, Mashable.com, 11 décembre 2007.
[26] Google Street View Takes In More Scenes, WebProNews, 28 mars 2008.
[27] Street View turns 1, keeps on growing, Google LatLong, juin 2008.
[28] Google Street View glances at France, WebProNews, 3 juillet 2008.
[29] (en) http://www.news.com.au/technology/story/0,25642,24130293-5014108,00.html
[30] http://googlesystem.blogspot.com/2008/10/google-street-view-expands-coverage-in.html
[31] http://blogoscoped.com/archive/2008-10-27-n43.html
[32] http://blogoscoped.com/archive/2008-10-29-n76.html
[33] Énorme mise à jour Street View aux USA, googlesightseeing.com, 11 décembre 2008.
[34] Grande mise à jour de Street View, googlesightseeing.com, 19 mars 2009.
[35] http://www.zorgloob.com/2009/08/google-street-view-en-suisse-au.asp
[36] Google Street View en Afrique du Sud, Zorgloob, juin 2010.
[37] , Zorgloob, 30 septembre 2010.
[38] , Zorgloob, 2 novembre 2010.
[39] Google Street View dans les grandes villes d’Allemagne, Zorgloob, 18 novembre 2010.
[40] Google Street View en Roumanie, Zorgloob, 8 décembre 2010.
[41] (en) Street View comes to beautiful Belgium
[42] (en) Street View special collections : ski and snow edition
[43] (en) Experience the tsunami-affected areas of Japan through Street View
[44] (en) Rapport annuel 2008 de Privacy International [PDF]
[45] (en) Couple sue Google for invading privacy with Street View - Cnet, 4 avril 2008
[46] Shaun Nicols, L'Union européenne juge Google Street View trop curieux, Vnunet, 19 mai 2008
140
CHAPITRE 31. GOOGLE STREET VIEW
[47] Google Street View face à l'UE, L'Internaute, 21 mai 2008
[48] Vie privée : Google Street View dans le viseur de la justice belge, Le Monde, 21 avril 2011.
[49] Quand un sac plastique se retrouve devant l'objectif d'une Google Car - Memoclic
[50] Street View : des habitants bannissent Google de leur rue, Rue89, 9 avril 2009.
[51] Google le prend en photo en train d'uriner, il porte plainte - LeParisien.fr
[52] L'homme photographié urinant dans son jardin débouté contre Google - LeParisien.fr
[53] Street View : la CNIL met en demeure Google de lui communiquer les données Wi-Fi enregistrées
[54] WiFi data collection update
[55] http://company.yandex.com/press_center/press_releases/2011/2011-10-19.xml
[56] Street View made in Romania, 25 janvier 2009.
[57] http://www.mapplo.com/
[58] Una vista 360 de Buenos Aires
[59] Fotocalle Street View Argentino con imagenes panoramicas de 50 megapixels
[60] http://www.city8.com/
[61] http://www.kapou.gr/
[62] http://www.mapjack.com/
[63] http://www.itowns.fr/
[64] iTowns : le Google Street View français est en approche, 01net
31.8 Voir aussi
31.8.1
Articles connexes
• Navigation Virtuelle
• Google Maps
• Google Earth
• Mappy UrbanDive
• Chronologie de Google Street View
31.8.2
Liens externes
• (fr) Site officiel
•
Portail de l’information géographique
•
Portail de Google
Chapitre 32
Google Traduction
Google Traduction (en anglais : Google Translate) est un service fourni par Google qui permet de traduire un texte
ou une page Web dans une autre langue.
Contrairement à d'autres services de traduction comme Babel Fish, AOL et Yahoo qui utilisent SYSTRAN, Google
utilise son propre logiciel de traduction.
32.1 Fonctions
Le service comprend également une traduction de pages Web, où une longue page Web, même contenant plusieurs
milliers de mots, peut être traduite. La navigation entre pages Web en traduction est assurée, avec des limites.
Google Translate, comme les autres outils de traduction automatique, a ses limites. S'il peut aider le lecteur à comprendre le contenu général d'un texte en langue étrangère, il ne permet pas de fournir des traductions précises. Par
exemple, il traduit souvent des mots hors contexte et ne permet pas d'appliquer une grammaire fiable. Franz-Josef
Och a confirmé ce fait lors de son discours au Sommet[Lequel ?] de 2005.
Ce service permet aussi d'entendre la prononciation des mots, groupes de mots et phrases. La voix française est en
bêta tandis que la voix anglaise, dont la disponibilité a été plus rapide, est plus performante[2] .
Depuis janvier 2015, ce service de traduction permet aussi de traduire des mots en temps réel grâce à l'appareil photo
intégré du smartphone[3] .
32.2 Approche
Google Translate est basé sur une méthode appelée traduction automatique statistique, et plus spécifiquement, sur
les recherches de Franz-Josef Och qui a remporté le concours DARPA pour la vitesse de traduction automatique en
2003. Och est maintenant chargé du département de traduction automatique de Google.
Selon Och[4] , une base solide pour l'élaboration d'une statistique utilisable consisterait à avoir un corpus de textes (ou
texte parallèle) bilingue de plus d'un million de mots et deux corpus unilingues de plus d'un milliard de mots chacun.
Les modèles statistiques à partir de ces données servent ensuite à traduire les différentes langues.
Pour acquérir cette énorme quantité de données linguistiques, Google utilise les documents correspondants de l'Organisation
des Nations unies. Le même document est normalement disponible dans les six langues officielles de l'ONU, ce qui
permet maintenant à Google hectalingual d'avoir un corpus de 20 milliards de mots.
La disponibilité de l'arabe et du chinois comme langues officielles de l'ONU est probablement une des raisons pour
lesquelles Google Translate a d'abord concentré ses efforts sur le développement de la traduction entre l'anglais et les
autres langues, et non pas, par exemple, sur le japonais ou l'allemand, qui ne sont pas des langues officielles de l'ONU.
Les représentants de Google ont été très actifs à des conférences nationales au Japon et ont persuadé des chercheurs
de leur fournir des corpus bilingues. Google a été un commanditaire officiel de la Computational Linguistics annuel à
la conférence Gengoshorigakkai au Japon en 2007. Google a également envoyé un délégué à la réunion des membres
de la Société de linguistique informatique du Japon en mars 2005, promettant un financement pour les chercheurs
141
142
CHAPITRE 32. GOOGLE TRADUCTION
qui seraient disposés à partager des données de texte.
32.3 Interface
Le 1er septembre 2010, l'interface de Google Traduction a été revue[5] .
32.3.1
Logos
• Logo français jusqu'à mai 2009
• Logo français depuis mai 2009
• Logo actuel français
• Logo actuel anglais
32.4 Langues supportées
32.4.1
Par ordre chronologique
• Début
• Anglais vers arabe
• Anglais vers français
• Anglais vers allemand
• Anglais vers espagnol
• Français vers anglais
• Allemand vers anglais
• Espagnol vers anglais
• Arabe vers anglais
• 2e étape
• Anglais vers portugais
• Portugais vers anglais
• 3e étape
• Anglais vers italien
• Italien vers anglais
• 4e étape
• Anglais vers chinois (caractères simplifiés) BETA
• Anglais vers japonais BETA
• Anglais vers coréen BETA
• Chinois (simplifié) vers anglais BETA
• Japonais vers anglais BETA
• Coréen vers anglais BETA
• 5e étape
32.4. LANGUES SUPPORTÉES
143
• Anglais vers russe BETA
• Russe vers anglais BETA
• 6e étape
• Anglais vers arabe BETA
• Arabe vers anglais BETA
• 7e étape (lancé février 2007)
• Anglais vers chinois (caractères traditionnels) BETA
• Chinois (traditionnel) vers anglais BETA
• Chinois (simplifié vers traditionnel) BETA
• Chinois (traditionnel vers simplifié) BETA
• 8e étape (lancé octobre 2007)
• L'ensemble des 25 paires de langues d'utilisation de Google en matière de système de traduction automatique
• 9e étape
• Anglais vers hindi BETA
• Hindi vers anglais BETA
• 10e étape (à partir de ce stade, la traduction peut être faite entre les deux langues)
• Bulgare
• Croate
• Tchèque
• Danois
• Néerlandais
• Finnois
• Grec
• Norvégien
• Polonais
• Roumain
• Suédois
• 11e étape (lancé le 25 septembre 2008)
• Catalan
• Tagalog
• Hébreu
• Indonésien
• Letton
• Lituanien
• Serbe
• Slovaque
• Slovène
• Ukrainien
144
CHAPITRE 32. GOOGLE TRADUCTION
• Vietnamien
• 12e étape (lancé le 30 janvier 2009)
• Albanais
• Estonien
• Galicien
• Hongrois
• Maltais
• Thaï
• Turc
• 13e étape (2010)
• Créole haïtien
• 14e étape (2010)
• Arménien
• Azéri
• Basque
• Géorgien
• Ourdou
• 15e étape (octobre 2010)
• Latin (version alpha)
• 16e étape (juin 2011)
• Bengali
• Gujarati
• Kannada
• Tamoul
• Télougou
• 17e (à vérifier) étape (environ le 24 février 2012)
• Espéranto
32.4.2
Mi-2015
Au 17 avril 2015, 91 langues sont supportées[6],[7] :
• Afrikaans
• Albanais
• Allemand
• Anglais
• Arabe
• Arménien
32.4. LANGUES SUPPORTÉES
• Azéri
• Basque
• Bengali
• Biélorusse
• Birman
• Bosnien (Bosniaque)
• Bulgare
• Catalan
• Cebuano
• Chichewa
• Chinois simplifié
• Chinois traditionnel
• Cingalais
• Coréen
• Créole haïtien
• Croate
• Danois
• Espagnol
• Espéranto
• Estonien
• Filipino (Tagalog)
• Finnois
• Français
• Galicien
• Gallois
• Géorgien
• Grec
• Gujarati
• Haoussa
• Hébreu
• Hindi
• Hmong
• Hongrois
• Igbo
• Indonésien
• Irlandais
145
146
• Islandais
• Italien
• Japonais
• Javanais
• Kannada
• Kazakh
• Khmer
• Lao (Laotien)
• Latin
• Letton
• Lituanien
• Macédonien
• Malais (Malaisien)
• Malayalam
• Malgache
• Maltais
• Maori
• Marathi
• Mongol
• Néerlandais
• Népalais
• Norvégien
• Ourdou (Urdu)
• Ouzbek
• Pendjabi (Panjabi)
• Persan
• Polonais
• Portugais
• Roumain
• Russe
• Serbe
• Slovaque
• Slovène
• Somali
• Sotho du Sud (Sesotho)
• Soundanais
CHAPITRE 32. GOOGLE TRADUCTION
32.4. LANGUES SUPPORTÉES
• Suédois
• Swahili
• Tadjik
• Tamoul
• Tchèque
• Télougou (Telugu)
• Thaï
• Turc
• Ukrainien
• Vietnamien
• Yiddish
• Yoruba (Yorouba)
• Zoulou
En outre, 27 autres langues non encore supportées sont en cours de validation, soit à terme 118 langues[6] :
• Amharique
• Assamais
• Cantonais
• Cherokee
• Corse
• Dzongkha
• Frison
• Gaélique écossais
• Guarani
• Hawaïen
• Kinyarwanda
• Kirghize
• Kurde (kurmandji)
• Kurde (sorani)
• Luxembourgeois
• Oriya
• Ouïghour
• Pachto
• Romanche
• Samoan
• Shona
147
148
CHAPITRE 32. GOOGLE TRADUCTION
• Sindhi
• Tatar
• Tibétain
• Turkmène
• Wolof
• Xhosa
32.5 Google Translator Toolkit
Le toolkit permet de traduire au choix :
• une page web
• un article Wikipédia
• une vidéo YouTube
• un fichier de moins d'1 Mo, d'un des types suivants :
• Archive AdWords Editor (. aea)
• Ressource Android (.xml)
• Application iOS Apple (.strings)
• Application Resource Bundle (.arb)
• Extension Google Chrome (.json)
• Fonction gettext de GNU (.po)
• HTML (.html)
• Application Java (.properties)
• Microsoft Word (.doc)
• OpenDocument Text (.odt)
• Texte brut (.txt)
• Rich Text (.rtf)
• SubRip (.srt)
• SubViewer (.sub)
32.6 Notes et références
(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Google Translate »
(voir la liste des auteurs).[8]
[1] https://support.google.com/translate/toolkit/answer/147837?hl=fr
[2] Google Traduction parle plus de 30 langues, sur le site Clubic.com, 12 mai 2010.
[3] http://www.20minutes.fr/insolite/1517323-20150114-google-translate-quand-smartphones-deviennent-traducteurs-instantanes
[4] Discours-programme au Sommet de la traduction automatique 2005
[5] « Brève : Google Traduction fait peau neuve », sur Comment ça marche, 2010 (consulté le 1er septembre 2010)
[6] (en) https://translate.google.com/community
[7] https://translate.google.com/about/intl/fr_ALL/languages.html
[8] Dans sa première version et à titre de curiosité historique, cet article a été traduit par Google Translate, le 27 juillet 2008.
32.7. VOIR AUSSI
32.7 Voir aussi
32.7.1
Articles connexes
• Traduction automatique
• Moteur de traduction automatique Google
32.7.2
Liens externes
• (fr) (fr) Site officiel
• (fr) Google Traduction Toolkit
• (fr) FAQ de Google Traduction
• (en) Statistiques
• (en) Client Google Traduction pour Windows
•
Portail des langues
•
Portail de Google
149
Chapitre 33
Google Vidéos
Logo de Google Video Beta (États-Unis)
Google Vidéos était un service de partage et de visionnage de vidéos proposé par Google et disponible en français
depuis le 12 juillet 2006. À l'heure actuelle, seule la fonctionnalité de recherche de vidéos subsiste, le service de
partage ayant été arrêté. Le paramètre "SafeSearch" permet de filtrer les vidéos à caractère sexuel et pornographiques.
33.1 Services Vidéos (2006-2011)
L'envoi et la recherche ainsi que le visionnage de vidéos ont été simplifiés au possible. Il suffit de taper un mot-clé
(comme pour un moteur de recherche normal) et Google trouve automatiquement toutes les vidéos hébergées sur le
site qui se rapportent de près ou de loin au mot indiqué.
Les vidéos proviennent directement du site Google Video et ne sont donc pas recherchées sur Internet. Le site possède
son propre lecteur vidéo, Google Video Viewer, une extension disponible pour Internet Explorer et Firefox, avec lequel
on peut regarder directement en ligne la vidéo si celle-ci n'est pas payante. La vidéo sera au format “gvi” et pourra
être lue uniquement avec le lecteur Google.
Google Video propose aussi bien des vidéos payantes (clips vidéo, films, séries télévisées américaines ABC, NBC,
CNN, AOL) que des vidéos gratuites mises en ligne par les utilisateurs, grâce au “Google Video Uploader”, logiciel
gratuit téléchargeable après avoir créé un compte Google (gratuit).
En plus de pouvoir mettre la vidéo sur son site internet, il y a possibilité de la télécharger au format Mac/Windows,
« iPod vidéo », et PlayStation Portable.
Chaque personne qui propose une vidéo sur Google Video peut modifier ses caractéristiques (gratuite, payante, téléchargeable...) et peut voir les statistiques de sa vidéo : le nombre de fois que celle-ci a été visualisée et téléchargée.
On notera qu'il faut compter environ un jour pour voir apparaître sa vidéo sur l'index de Google.
Le site propose un top 100 des vidéos les plus regardées, la sélection Google, les vidéos récemment ajoutées et un
150
33.2. NOTES ET RÉFÉRENCES
151
classement selon les types de vidéo (humour, clips musicaux, sport, jeux...)
Le 9 octobre 2006, Google rachète YouTube pour un montant de 1,65 milliard de dollars en actions, ce qui constitue
à l'époque la plus grosse opération d'acquisition de Google[1] (montant dépassé depuis le rachat de DoubleClick). Au
terme de cet accord, YouTube conservera son nom, ainsi que ses 67 employés, dont les cofondateurs Chad Hurley et
Steve Chen.
Le blog officiel de Google Video a annoncé le 14 janvier 2009 que l'envoi de vidéos serait suspendu dans quelques
mois[2] . Le 16 avril 2011, Google a annoncé par e-mail à ses utilisateurs la suppression des vidéos en ligne à partir
du 13 mai, les encourageant à migrer les contenus vers la plateforme YouTube.
33.2 Notes et références
[1] (fr) Google acquiert YouTube sur Journal du Net
[2] (en) Turning Down Uploads at Google Video
33.3 Voir aussi
33.3.1
Liens externes
• (fr) Site officiel
• (fr) Centre d'aide Google Vidéos
• (en) Le « vidéoblog » de Google
•
Portail de Google
Chapitre 34
Google+
Google+ (prononcé et parfois écrit Google Plus, souvent abrégé G+) est l'application de réseau social de l'entreprise
américaine Google lancée le 28 juin 2011, et accessible pendant près de 90 jours sur invitation, avant d'être rendue
accessible au grand public le 20 septembre 2011. Elle est présentée par nombre de médias comme un produit destiné
à concurrencer Facebook[1],[2] . Google+ est le deuxième plus grand réseau social au monde, ayant dépassé Twitter en
janvier 2013[3] . Les utilisateurs de Google+ peuvent voir les mises à jour de leurs contacts grâce à des cercles à travers
le « Stream », qui est semblable aux « flux de nouvelles » de Facebook. La zone de saisie permet aux utilisateurs de
se mettre à niveau sur les états ou l'utilisation des icônes à télécharger et partager des photos et vidéos[4] .
En décembre 2011, il y a plus de 60 millions d'utilisateurs. Fin janvier 2012, Google+ a passé la barre des 90 millions
d'utilisateurs[5] . Toutefois en février 2012, deux études montrent que le temps moyen passé par chaque utilisateur de
ce réseau social est faible comparé à Facebook (un peu plus de 3 minutes par mois pour Google+ contre plus de 6
h pour Facebook) et même qu'il a diminué jusqu'en décembre 2011 ; les données de ces études ont été dénoncées
comme « particulièrement sous-évaluées » par Google[6],[7] .
En France, la formation restreinte de la Commission nationale de l'informatique et des libertés a condamné, début
2014, la société Google à 150 000 euros d'amende pour manquements à la loi « informatique et libertés »[8] .
34.1 Historique
34.1.1
Genèse
Google+ n'est pas un premier coup d'essai en termes de réseautage social pour Google : avec les lancements successifs
d'Orkut en janvier 2004, de Wave en septembre 2009 et de Buzz en février 2010, le groupe avait déjà fait plusieurs
efforts dans cette direction mais sans jamais rencontrer le succès escompté. En juin 2011, lors d'une conférence à
Los Angeles, le PDG de l'époque Eric Schmidt avait reconnu que Google avait manqué le virage « social » du web,
et qu'il avait une part de responsabilité dans cet échec : « I clearly knew I had to do something and I failed to do it.
(...) CEOs need to take responsibility. I screwed up » (« Je savais clairement que je devais faire quelque chose, mais
je n'ai pas réussi à le faire. Un PDG doit prendre ses responsabilités. J'ai merdé »)[9] .
Le service avait comme nom de code Esmerald Sea[10] .
34.1.2
Lancement
Invitations
Lorsque Google présenta son nouveau réseau social encore en phase de version bêta, l'entreprise a décidé de commencer comme elle l'avait fait avec Gmail. Google a donc distribué des invitations à certaines personnalités du monde
informatique. Et Google compte donc disséminer grâce à ces personnes dans tout le web, en ajoutant ainsi un aspect
de privilège pour celui qui reçoit l'invitation. Ainsi, peu de temps après avoir ouvert ses portes, le système n'accepte
plus de nouveaux entrants, pour cause de saturation et de trop forte demande, dixit Google[11] .
152
34.2. CARACTÉRISTIQUES
153
Grand public
Le 18 juillet 2011, Google ouvre son service au plus grand monde en France et permet à tout utilisateur disposant
d'un compte Google d'accéder à la plate-forme. Cependant, il remet en place la formule des invitations le lendemain,
mais cette fois-ci sans restrictions.[réf. nécessaire]
Le 20 septembre 2011, le service est ouvert aux utilisateurs sans invitation à tout utilisateur qui le souhaite[12] .
34.2 Caractéristiques
Google+ est conçu comme une couche supplémentaire sur des services Google existants et fonctionnant avec un
compte Google.
Google met en avant trois nouveaux services[13] :
• les « cercles » (circles) : des groupes de contact différents que l'utilisateur peut créer et au sein desquels il
décide des informations qu'il souhaite partager, proche des « Aspects » de Diaspora. Organisés au moyen
d'une interface en « drag and drop », les contacts font partie de cercles dont ils peuvent connaître les membres
mais dont ils ne connaissent pas le nom ; les paramètres de vie privée permettent aussi à chacun de cacher les
membres de ses cercles ainsi que ceux dont ils font partie. Ce système remplace la « liste d'amis » typique
d'autres sites tels que Facebook.
• les « bulles » (hangouts) : un système de chat vidéo collectif et spontané, réunissant entre 2 à 10 personnes
simultanément. Chaque bulle peut potentiellement être rejointe par quiconque en posséderait l'URL unique. Le
18 août 2011, Google ajoute au bouton « Partage » des vidéos YouTube une fonction permettant de suggérer
à un ami de venir regarder la vidéo en simultané, dans une bulle.
• les « déclics » (sparks) : un système de suggestion et de partage de contenu par thème avec ses contacts,
semblable à la section « Recommandations » de Google Reader.
Par ailleurs, un compte Google+ permet :
• Aux utilisateurs Picasa de stocker des images de façon illimitée (sauf pour la définition), là où un utilisateur
lambda se voit imposer un quota de stockage[14] .
• D'envoyer de manière automatisée ses photos depuis un téléphone Android ou iOS vers un dossier privé, via la
fonction « instant upload », pour éventuellement les partager plus tard.
• De communiquer au moyen du chat Google Talk, de la même manière que Gmail, mais aussi à travers la
fonction « Huddle », un outil de communication instantanée disponible sur Android, iPhone, et via SMS.
• De voir des vidéos YouTube directement depuis votre page Google+, service mis en place depuis le 3 novembre
2011[15] .
Le lancement s’est déroulé après celui de Google +1, une fonctionnalité qui permet à un utilisateur d'un compte
Google de cliquer sur un bouton disponible sur la plupart des sites internet afin d'indiquer qu'il aime l'article[16] .
Google a annoncé le 11 août 2011 qu'il y aurait des jeux disponibles sur Google+ très rapidement[17] . On sait qu'au
lancement de ce nouveau service, 16 jeux ont été disponibles, il en compte désormais[Quand ?] 38.
Google permet depuis mars 2013 d'utiliser des Gifs animés en image de profil sur Google+[18] .
En juin 2014, Google crée l'interface My Business qui permet de gérer son activité d'entreprise sur Google. Google
My Business est une interface centralisée qui permet de gérer ses pages Google+ qu'elles soient locales ou non [19] .
34.3 Application pour smartphones
Google+ est disponible depuis son lancement le 28 juin 2011 disponible sur Google Play pour tous les possesseurs
d'un smartphone dotés d'une version d'Android version 2.1 ou supérieure[20] . L'application totalisait déjà plus de 500
154
CHAPITRE 34. GOOGLE+
000 téléchargements le 5 juillet 2011, et le 13 juillet l'application se situait dans la tranche 1 000 000 - 5 000 000.
Début janvier, l'application en était désormais à la tranche 5 000 000 - 10 000 000 (à titre de comparaison, GMail se
situe entre 100 000 000 - 500 000 000 d'applications installées). En septembre 2012, elle se trouvait dans la tranche
50 000 000 - 100 000 000.
Une application a également été développée pour iOS. Depuis le 20 juillet 2011, elle est disponible[21] .
34.4 Réactions
Globalement, la presse spécialisée s’est plutôt enthousiasmée de l'arrivée d'un nouvel acteur dans les réseaux sociaux,
d'autant plus au vu de la crédibilité de Google. Ainsi, entre autres, le journal du geek s’est dit assez « optimiste »[22] .
La barre des 20 millions d'inscrits aurait pu être dépassée dès le week-end du 16 juillet 2011[23] . Finalement, il y
aura 18 millions d'utilisateurs à partir du 20 juillet 2011[24] . D'après comScore, le site aurait atteint les 25 millions
d'utilisateurs durant la semaine du 24 juillet 2011, soit 1 mois après son lancement[25] , 170 millions d'utilisateurs en
mars 2012 puis 250 millions d'utilisateurs en juin 2012.
Certains observateurs considèrent que « Google+ n'est pas un réseau social, c'est que le fait d'avoir des amis ou de
suivre des gens n'est qu'une excroissance accidentelle de son but véritable : être une paroi invisible entre vous et le
web, une paroi qui voit ce que vous faites, l'enregistre et le stocke pour un usage futur[26],[27] . »
34.5 Notes et références
[1] (en) « Another Try By Google To Take On Facebook » (consulté le 29 juin 2011)
[2] « NouvelObs : Google dévoile Google Plus, destiné à concurrencer Facebook » (consulté le 29 juin 2011)
[3] Voir sur maximumpc.com.
[4] (en) « The Google+ Social Network, Finally Arrives » (consulté le 29 juin 2011)
[5] Jérôme G, « Google+ : 90 millions d'utilisateurs officialisés », sur www.generation-nt.com, 20 janvier 2012 (consulté le 20
janvier 2012)
[6] GOOGLE+ – 90 millions d’utilisateurs fantômes, article sur http://bigbrowser.blog.lemonde.fr daté du 28 février 2012.
[7] (en)The Mounting Minuses at Google+, article du Wall Street Journal, daté du 28 février 2012.
[8] Décision de la CNIL Cnil.fr, consulté le 8 février 2014
[9] « Google’s Schmidt : ‘I Screwed Up’ on Social Networking », sur wired.com
[10] « Chronique du WE : Google, insécurité sociale », sur www.journaldugeek.com, 3 juillet 2011
[11] Clémence Dunand, « Google réussit son buzz avec Google+ », sur blogs.lesechos.fr, Les échos, 1er juillet 2011
[12] (en) Paul Boutin, « Google+ for everyone : what you need to know », sur Gadgetwise (Blog de The New York Times), 20
septembre 2011 (consulté le 12 octobre 2011)
[13] (fr) « PCINpact : Google s’attaque à Facebook avec Google+ : présentation » (consulté le 29 juin 2011)
[14] Vincent Hermann, « Google+ offre un stockage “illimité" aux utilisateurs de Picasa », PC Impact, 4 juillet 2011
[15] « YouTube directement intégré dans le réseau social Google+ », Le parisien, 3 novembre 2011
[16] Benoit Descary, « Google plus un (+1), une excellente idée qui sera sans doute un échec », PaperBlog, 31 mai 2011
[17] « Les jeux arrivent sur Google+ ! », Journal du geek, 12 août 2011
[18] « Google+ autorise les Gifs en image de profil », Journal du geek, 26 mars 2013
[19] « Google My Business », sur Référencement Page 1
[20] « Google Play Store > Google Plus », Google
[21] Clément Bohic, « Google+ investit l’univers iPhone », ITespresso, 20 juillet 2011
34.6. ANNEXES
155
[22] « 2 utilisateurs sur 3 de Facebook prêts à migrer vers Google+ ? », Journal du Geek, 6 juillet 2011
[23] Nicolas Vincent, « Google+ : le cap des 20 millions dès ce week-end ? », Presse Citron, 13 juillet 2011
[24] « Près de 18 millions d’utilisateurs pour Google+ », Journal du Geek, 20 juillet 2011
[25] Nil Sanyas, « Google+ atteint 25 millions de visiteurs, dont 500 000 Français », sur www.pcinpact.com, PC Inpact, 3 août
2011
[26] Google+ : bienvenue dans la Matrice, article de Xavier de La Porte, producteur de l’émission Place de la toile sur France
Culture, sur son blog hébergé par le site web du Monde
[27] (en)Google+ isn't a social network ; it’s The Matrix, article de Charles Arthur collaborateur du quotidien britannique The
Guardian, 2013.
34.6 Annexes
34.6.1
Articles connexes
• Bulle de filtres
• Ciblage comportemental
• Données personnelles
• Gratuité (économie)
• Vie privée et informatique
34.6.2
Liens externes
• Site officiel
• (en) Annonce sur le blog officiel de Google
• Google+ enfin disponible sur l’App Store
•
Portail de Google
•
Portail d’Internet
•
Portail des États-Unis
Chapitre 35
Googlebot
Les googlebots sont des robots d'indexation utilisés par le moteur de recherche Google afin de recenser et indexer les
pages web.
La chaîne de caractères permettant de les identifier en tant que User-Agent est, selon la tâche qu'ils effectuent, l'une
des trois suivantes :
• Googlebot/2.1 (+http://www.google.com/bot.html)
• Mozilla/5.0 (compatible ; Googlebot/2.1 ; +http://www.google.com/bot.html)
• Googlebot-Image/1.0
35.1 Version mobile
Il existe trois versions du user-agent de Googlebot en version mobile :
• Pour les téléphones à clapet (feature-phone)
• SAMSUNG-SGH-E250/1.0 Profile/MIDP-2.0 Configuration/CLDC-1.1 UP.Browser/6.2.3.3.c.1.101 (GUI)
MMP/2.0 (compatible ; Googlebot-Mobile/2.1 ; +http://www.google.com/bot.html)
• DoCoMo/2.0 N905i(c100 ;TB ;W24H16) (compatible ; Googlebot-Mobile/2.1 ; +http://www.google.com/
bot.html)
• Pour les smartphones
• Mozilla/5.0 (iPhone ; CPU iPhone OS 6_0 like Mac OS X) AppleWebKit/536.26 (KHTML, like Gecko)
Version/6.0 Mobile/10A5376e Safari/8536.25 (compatible ; Googlebot/2.1 ; +http://www.google.com/
bot.html)[1]
Google utilise un autre type de robot, dénommé Mediabot, qui analyse le contenu des pages intégrant un encart
AdSense afin de fournir une publicité pertinente par rapport au contexte.
35.2 Maîtrise du crawl
Dans Google Outils pour les webmasters, la fonction “Analyser comme Googlebot” permet de voir une page du site
telle qu'elle est indexée par le Googlebot.
156
35.3. VOIR AUSSI
157
35.3 Voir aussi
35.3.1
Articles connexes
• Robot d'indexation
• Google
• Mediabot
35.3.2
Lien externe
• (fr) Comment mon site est-il exploré par Google ? , sur le Centre d'aide Administrateur Web, dans les pages
méta de Google
• (fr) Robots.txt : ressources en français sur Googlebot (liste des bots utilisés, robots.txt spécifique à Googlebot)
35.4 Références
[1] https://developers.google.com/webmasters/smartphone-sites/googlebot-mobile
•
Portail de Google
Chapitre 36
Googlefight
Un Google fight (de l'anglais signifiant littéralement « combat Google ») est un jeu qui consiste à comparer le nombre
de réponses retournées par la page de résultats du moteur de recherche Google pour deux chaînes de recherches
différentes, ceci afin de comparer les notoriétés respectives des entités qu'elles désignent.
36.1 Site web
Le site web Google Fight propose aux internautes d'automatiser ce processus, en mettant en forme les résultats sous
forme graphique.
Pendant que la recherche est effectuée, une animation réalisée dans un mélange de flash et de JavaScript met en
scène deux bonhommes se livrant un combat de quelques secondes (le dénouement de ce dernier ne signifie rien
de particulier). Puis le résultat de la comparaison est affiché sous la forme de barres verticales dont la hauteur est
proportionnelle au nombre de réponses pour chaque recherche.
Le site est disponible en français, en anglais et en roumain. Il existe également un widget de bureau.
Les résultats de ce site font l'objet de divers sites YTMND.
Selon certains, les résultats seraient biaisés. En effet, l'appel de cette fonction sur les mêmes arguments à quelques
secondes ou minutes d'intervalles donnerait des différences bien trop importantes pour être statistiquement plausibles
(en deux minutes, « Bonaparte » passerait par exemple de 8 millions à 12 millions d'occurrences, ou l'inverse). Il se
peut que Google intercepte ces appels, qui ne correspondent pas à un usage normal de son offre, et renvoie au site
Google Fight des résultats délibérément aléatoires.
[réf. nécessaire]
Le site Google Fight n'est pas un service officiel appartenant à Google.
36.2 Voir aussi
36.2.1
Article connexe
• Googlism
36.2.2
Liens externes
• (fr) Google Fight
• (fr) Google Fight Club
•
Portail de Google
158
Chapitre 37
J'ai de la chance
Bouton « J'ai de la chance »
J'ai de la chance est, dans le moteur de recherche Google, le mode de recherche qui ouvre directement la page
arrivant en tête des résultats, sans passer par la liste des propositions.
Il tire son nom de la phrase inscrite sur le bouton permettant d'y accéder, sur la page de recherche de Google, qui
est aussi sa page d'accueil. L'idée est que l'utilisateur « a de la chance » si cette page correspond parfaitement à
sa recherche : c'est en effet un gain de temps, puisqu'il n'a pas à parcourir la page de résultats et à sélectionner
manuellement celui qui convient.
37.1 Une question de confiance
L'efficacité de ce mode de recherche implique que les résultats renvoyés par Google, et l'ordre dans lequel ils sont
classés, soient le plus pertinents possibles. Son utilisation témoigne donc d'une certaine confiance envers PageRank,
le système de classement de Google.
À ce sujet, il est écrit sur une des pages de présentation du site[1] :
« Parmi ses nombreuses qualités, Google a le don de proposer en première position le résultat qui
correspond à 110 % à votre requête ! En fait, nous sommes tellement sûrs de la qualité de notre service
de recherche que nous vous proposons le bouton « J'ai de la chance » […]. Avec la fonction « J'ai de la
chance », vos recherches sont encore plus rapides – mais toujours aussi efficaces ! »
Ce mode de recherche est efficace lorsque l'entité recherchée possède un site officiel, ce qui est notamment le cas des
institutions. L'exemple donné par Google dans ses pages d'aide[2],[3] est l'Université Stanford, où les deux fondateurs
du site ont fait leurs études : une recherche sur le mot-clé « Stanford » redirige vers son site web de stanford.edu.
Toutefois, le fonctionnement intrinsèque du moteur de recherche fait qu'on peut manipuler ses résultats, par le biais
d'une technique appelée bombardement Google. Par conséquent, il est possible de nuire à quelque chose ou quelqu'un,
en faisant en sorte qu'une recherche à son sujet en mode « J'ai de la chance » redirige vers une page néfaste à son
image. Cette fonctionnalité n'est pas indispensable à un bombardement Google, mais elle maximise l'effet lorsque
l'on en fait la démonstration.
159
160
CHAPITRE 37. J'AI DE LA CHANCE
37.2 Accès
Sur la page d'accueil de Google, des deux boutons apparaissant sous le champ de saisie, c'est de celui de droite qu'il
s’agit, l'autre étant destiné aux recherches traditionnelles.
Cette configuration est toutefois inversée lorsque l'interface est traduite (voir infra) dans des systèmes d'écriture de
droite à gauche.
Depuis Google Instant, le raccourci clavier pour y accéder est de descendre sur mot désiré avec les flèches du clavier
puis d'appuyer sur la flèche de droite.
Si le champ de saisie est vide et que l'on clique sur le bouton « J'ai de la chance », on est redirigé vers la page Google
Doodles.
37.3 Intégration
37.3.1
Dans Firefox
Cette fonctionnalité était, avant Firefox 4, intégrée par défaut au navigateur web Mozilla Firefox et s’utilisait en tapant
directement une recherche dans la barre d'adresse[4] .
Ce comportement est défini par la valeur-clé keyword.URL de about:config.
Cette intégration présentait toutefois un problème possible : une adresse mal saisie (par exemple un deux-points omis
entre http et les deux barres obliques //) n'est pas reconnue comme une adresse web, mais considérée comme un mot
clé pour une recherche Google, et redirigeait vers une page totalement inattendue : celle correspondant au premier
résultat de la recherche « http »[5] (à une époque antérieure[Quand ?] , il s’agissait du site du Monde pour une recherche en
français[réf. souhaitée] , et celui de Microsoft pour une recherche en anglais[réf. souhaitée] ; le mot-clé pointe maintenant vers
l'article « HTTP » de l'encyclopédie en ligne Wikipédia). Ce comportement a dérouté certains utilisateurs[réf. souhaitée] .
37.3.2
Dans la Google Toolbar[6]
Le mode de recherche « J'ai de la chance » est intégré de deux manières à la Google Toolbar :
• il peut être obtenu en maintenant la touche Alt appuyée au moment de cliquer sur le bouton de recherche
traditionnel ;
• les utilisateurs peuvent également configurer la barre d'outils pour ajouter un bouton « J'ai de la chance » s’ils
le souhaitent ; la phrase inscrite sur le bouton est alors accompagnée d'une icône représentant un trèfle à quatre
feuilles, considéré comme porte-bonheur.
37.4 URL
• Lorsqu'une page web est atteinte en utilisant cette option, le référant enregistré dans le journal est de la forme
http://www.google.fr/webhp ? (au lieu de http://www.google.fr/search ? lorsque l'internaute y a accédé en cliquant sur un résultat)[7] .
• On peut créer un hyperlien vers une requête Google en mode « J'ai de la chance » en ajoutant le paramètre btnI=I'm Feeling Lucky à l'URL de la requête. Ainsi, suivre le lien http://www.google.com/search?q=stanford&
btnI=I'm%20feeling%20lucky redirige vers http://www.stanford.edu.
37.5 Dérivés autour de ce mème
• La firme commercialise sur Google Store[8] des produits dérivés portant cette inscription, notamment des teeshirts.
37.6. POPULARITÉ
161
Face arrière d'un tee-shirt dérivé.
• En juin 2004, Google rachète Picasa, un logiciel de gestion d'images. Les développeurs y incorporent alors
un bouton « J'ai de la chance » permettant d'équilibrer automatiquement le contraste et les couleurs d'une
image[9] ; l'utilisateur « a de la chance » si les modifications effectuées par le logiciel améliorent la qualité de
l'image (et peut les invalider si ce n'est pas le cas).
• Le 1er avril 2008, l'un des poissons d'avril de Google a été d'ajouter un bouton « I'm Feeling Lucky » dans son
service d'agenda Google Calendar, qui créait un rendez-vous avec une célébrité choisie au hasard[10],[11] .
• Sur la page dédiée au célèbre jeu Pacman[12] , le bouton « J'ai de la chance » est remplacé par « Insert coin »
et permet de lancer une nouvelle partie.
• Sur The Pirate Bay le bouton « I'm Feeling Lucky » est aussi présent à côté de « Pirate Search »[13] .
37.6 Popularité
Marissa Mayer estimait en 2007 que moins d'un pour cent des requêtes effectuées sur le moteur de recherche utilise
le mode « J'ai de la chance »[14] . Sergei Brin (cofondateur de Google) lui-même avoue l'utiliser assez rarement[14] .
37.7 Statut légal
Le 25 février 2002, Google a demandé à ce que la phrase originale en anglais soit une marque déposée aux États-Unis,
ce qui fut obtenu le 30 novembre 2004[15] . On peut donc la trouver suivie de la mention « ™ » (pour « trademark »).
162
CHAPITRE 37. J'AI DE LA CHANCE
37.8 Dans les différentes langues
L'interface de Google est traduite dans de nombreuses langues[16] , ce qui fait autant de versions de « J'ai de la chance ».
Certaines sont à la forme exclamative, bien que l'original ne le soit pas.
37.9 Problèmes posés
Le formulaire de recherche de Google, qui contient le bouton « J'ai de la chance », est accessible dès la page d'accueil,
c'est-à-dire dès que l'internaute arrive sur le site. Or aucune publicité n'y est affichée, seule la page de résultats en
contient ; mais comme cette page de résultats n'est pas affichée en mode « J'ai de la chance », l'internaute qui effectue
une recherche par ce biais n'est jamais exposé à la publicité, qui constitue pourtant la source de revenus de l'entreprise.
Tom Chavez, un consultant dans le domaine de la publicité en ligne, a calculé que cela représenterait un manque-àgagner de 110 millions de dollars par an[14] .
D'autre part, l'utilisabilité de ce bouton n'est pas optimale selon Jakob Nielsen, un consultant influent dans ce domaine :
son intitulé étant énigmatique, les utilisateurs n'ont pas d'indice leur permettant de deviner son utilité à première
vue[14] .
Nielsen estime que si le bouton n'est pas retiré, c'est pour ne pas donner l'image d'une entreprise qui se prend trop au
sérieux.
On peut aussi signaler que la touche Entrée étant fréquemment utilisée pour afficher les résultats Google, les internautes ne prennent souvent pas la peine de cliquer sur le bouton « J'ai de la chance » car il oblige plus ou moins à
utiliser la souris.
Par ailleurs, la fonctionnalité peut être détournée de manière frauduleuse par les spammeurs. Ces derniers peuvent
en effet créer des liens vers les sites qu'ils souhaitent promouvoir, en utilisant la fonctionnalité de Google comme une
sorte de redirection. De cette manière, c'est le nom de domaine de Google qui apparaît dans l'URL, et Google étant
réputé sûr, cette technique permet de ne pas éveiller les soupçons des utilisateurs et des filtres anti-spam[17] .
37.10 Pseudo-protocole
L'utilisation de cette fonctionnalité peut se rapprocher de la technologie des marque-pages. Il s’agit, pour une page
web donnée, de trouver une combinaison de mots-clés qui redirigera vers cette page en utilisant le mode « J'ai de la
chance ». On peut alors identifier cette page par la combinaison de mots-clés trouvée plutôt que par son URL.
Ce procédé peut servir de moyen mnémotechnique, ou constituer une manière plus commode de communiquer
l'adresse d'une page à quelqu'un d'autre.
Ce concept peut même être implémenté sous la forme d'un pseudo protocole dénommé IFL (sigle de « I'm Feeling
Lucky »). Il s’agit de standardiser la notation en faisant précéder les différents mots-clés par ifl ://, et en les séparant par
des signes +, afin d'en faire une véritable adresse. Par exemple, ifl://stanford correspond à http://www.stanford.edu
Ce protocole a été proposé par le site web Fish.cx[18] sous le slogan « Link by What, not Where ».
Il est même possible de faire en sorte que les liens pointant vers des adresses IFL soient effectifs. Il faut pour cela
modifier quelques entrées de la base de registre, sous Windows[19] . Des programmes ont par ailleurs été développés
dans cette même optique.
Ce système présente toutefois un inconvénient : le web étant dynamique, le résultat le mieux classé pour une combinaison de mots-clés donnée peut varier avec le temps. Une adresse utilisant le protocole IFL n'est donc pas stable.
37.11
Caricatures
Le dessin du 27 janvier 2006 de la bande dessinée en ligne Joy of Tech[20] , par Nitrozac & Snaggy, met en scène un
jeune homme assis au milieu de la chaussée devant un ordinateur portable connecté sur la page d'accueil de Google.
Devant lui, une colonne de chars aux couleurs de la République populaire de Chine. Celui qui est en tête de cortège
a son canon pointé sur le jeune homme, et son conducteur s’adresse à lui en ces termes : « Are you feeling lucky ? ».
37.12. ÉQUIVALENT SUR D'AUTRES MOTEURS DE RECHERCHE
163
Il s’agit en fait d'une double référence, d'une part à une très célèbre photographie représentant un homme bloquant
seul l'avancée des blindés lors des manifestations de la place Tian'anmen, en 1989 ; et d'autre part au film Dirty Harry.
En effet, Google aurait autocensuré les résultats de la version chinoise de son moteur de recherche d'images, afin
que ces photos donnant une mauvaise image du régime en place n'apparaissent pas aux utilisateurs chinois lors d'une
recherche sur la place Tian'anmen.
Pour les mêmes raisons, une association d'étudiants américains militant pour que la République populaire de Chine
accorde son indépendance au Tibet, ont conçu un script[21] pour Greasemonkey — une extension de Firefox — qui
permet à l'utilisateur l'ayant installé de modifier localement l'apparence de la page d'accueil de Google. Notamment,
« I'm Feeling Lucky » y est remplacé par « I'm feeling repressed » (« repressed » signifiant « opprimé »).
Dans elgooG — un site web qui parodie Google en reprenant son interface et ses résultats, mais en inversant l'ordre
des lettres — « I'm Feeling Lucky » devient logiquement « ykcuL ginleeF m'I ». Dans Googoth, un autre site miroir,
dont le design est cette fois inspiré par le mouvement gothique, il devient « I'm Feeling Depressed » (« depressed »
signifiant « déprimé »)[22] .
En avril 2008, un jeu de société intitulé Googolopoly a été posté sur le site Box.net[23] . Il s’agit d'une parodie du
Monopoly, dans laquelle le but du jeu est de dominer le secteur de l'Internet, à l'instar de Google et de ses multiples
émanations ; sur son plateau, les cartes « Chance » sont remplacées par des cartes « I'm Feeling Lucky »[24] . Cependant,
le jeu a dû être retiré pour des droits d'auteurs d'Hasbro.
37.12 Équivalent sur d'autres moteurs de recherche
• Sur DuckDuckGo, une requête contenant un « ! » seul ou commençant par « \ » redirige vers le premier résultat.
37.13 Références
[1] Pourquoi Google ?
[2] (en) « Google search basics : Basics of Search », section « And finally… “I'm Feeling Lucky” », sur Google.
[3] (fr) « Fonctionnalités spéciales de Google », section « J'ai de la chance », sur Google.
[4] (fr) « Recherche intégrée », section « La recherche par la barre d'adresse », sur le site de Mozilla Europe (version enregistrée
par Internet Archive le 20 janvier 2008).
[5] Recherche Google http
[6] (fr) « À propos des fonctionnalités de la barre d'outils Google », section « J'ai de la chance™ », sur Google Toolbar.
[7] (fr) Olivier Duffez, « J'ai de la chance : l'option de Google détaillée », sur Web Rank Info, 1er août 2003.
[8] Google Store
[9] (fr) « Guide d'utilisation », section « J'ai de la chance » sur Picasa.
[10] (en) Caroline McCarthy, « Google does April Fools’ : 'Custom time' and a Mars trip », sur CNET, 1er avril 2008 (consulté
le 28 octobre 2008).
[11] (en) Philipp Lenssen, « Google April Fool’s Jokes Galore », sur Google Blogoscoped, 1er avril 2008 (consulté le 28 octobre
2008).
[12] Jeu Pacman sur Google
[13] « thepiratebay.org » (consulté le 16 juin 2011)
[14] (en) Brendan Newnam, « Are you feeling lucky ? Google is », dans l'émission Marketplace sur National Public Radio, 19
novembre 2007 (consulté le 26 juillet 2008).
[15] (en) « Latest Status Info - Serial Number : 78188763 », sur le site de l'USPTO.
[16] (fr) « Outils linguistiques », section « Langues disponibles pour l'interface de Google », sur Google.
[17] (fr) Aurélien Cabezon, « Les spammeurs ont de la chance avec Google », sur SecurityVibes, 9 novembre 2007.
164
CHAPITRE 37. J'AI DE LA CHANCE
[18] (en) « IFL - The “I'm Feeling Lucky” (Pseudo-)Protocol », sur Fish.cx.
[19] (en) « Registering an Application to a URL Protocol », sur MSDN.
[20] (en) Nitrozac & Snaggy, « Google in China... search no evil ? », sur Joy of Tech, 27 janvier 2006.
[21] (en) LouCypher, « Evil Google Logo (all countries) », sur userscripts.org, 31 janvier 2006.
[22] (fr) Emmanuel Gallant, « On s’amuse avec Google », sur GREnews.com, 25 mars 2008 (consulté le 26 juillet 2008).
[23] (en) Alex, « Play Googolopoly, the internet board game from Box.net », sur Box.net, 15 avril 2008 (consulté le 19 juin
2008).
[24] (en) Matthew, « Monopoly - Google Style », sur GadgetVenue, 16 juin 2008 (consulté le 19 juin 2008).
•
Portail de Google
Chapitre 38
Knowledge Graph
Le Knowledge Graph est une base de connaissance utilisée par Google pour compiler les résultats de son moteur de
recherche avec des informations sémantiques issues par ailleurs de sources diverses. L'affichage du Knowledge Graph
est ajouté au moteur de recherche de Google en 2012 aux États-Unis après avoir été annoncé le 16 mai 2012[1] . Cet
outil fournit une information structurée et détaillée centrée sur l'objet de la recherche, en plus de la liste d'hyperliens
vers d'autres sites[2] . L'objectif est de permettre aux utilisateurs de résoudre leur requête sans avoir besoin de naviguer
vers d'autres sites pour accéder aux informations capitales[3] .
Selon Google, ces informations sont issues de différentes sources, telles que le World Factbook de la CIA (CIA World
Factbook), Freebase ou encore Wikipédia[1] . Cet outil rejoint les objectifs des « moteurs de réponse » comme Ask.com
(ex-Ask Jeeves) et Wolfram Alpha. En 2012 son réseau sémantique contenait plus de 500 millions d'objets et plus de
18 milliards de faits et relations entre ces différents objets utilisés par le moteur de recherche afin de comprendre la
signification des mots-clefs, saisis lors de toute recherche[4] .
38.1 Recherche conversationnelle
Pendant la conférence annuelle Google I/O de mai 2013, Amit Singhal présente le futur de la recherche selon Google,
expliquant les trois fonctions primaires qu'un moteur de recherche devrait remplir : répondre, converser et anticiper.
Pendant sa présentation orale, Singhal introduit l'outil : « Un ordinateur auquel vous pouvez parler ? Quand j'étais
petit, je voulais grandir afin de devenir la personne responsable de la réalisation de mon rêve. » Il présente alors la
recherche conversationnelle et introduisit le terme hot-wording pour décrire la recherche sans besoin d'interface, par
laquelle l'utilisateur recherche simplement en disant, « OK Google »[1] .
Une démonstration fût ensuite réalisée lors de la conférence, un utilisateur pose une question à propos de Santa Cruz
et le moteur de recherche répond sous forme de conversation, en plus de l'affichage des résultats de recherche. Jessica
Wright explique alors que le moteur de recherche utilise des données issues du Knowledge Graph afin de générer les
résultats : « Le Knowledge Graph sait que Santa Cruz est un endroit, et que cette liste d'endroits est relative à Santa
Cruz[5] . »
38.2 Notes et références
[1] (en) Singhal, Amit, « Introducing the Knowledge Graph : Things, Not Strings », Blog officiel (de Google), 16 mai 2012
(consulté le 19 août 2012)
[2] (en) [vidéo] Explore lists and collections with Google search sur YouTube
[3] (en) Richard Waters, « Google To Unveil Search Results Overhaul », Financial Times, 16 mai 2012 (lire en ligne)
[4] (en) Aaron Brown, « Get smarter answers from the Knowledge Graph from Português to
Search blog, 2012 (lire en ligne)
[5] (en) Jessica Lee, « OK Google : 'The End of Search as We Know It' », 16 mai 2013
165
to русский », Google Inside
166
CHAPITRE 38. KNOWLEDGE GRAPH
• (en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Knowledge
Graph » (voir la liste des auteurs).
•
Portail de Google
•
Portail du Web sémantique
38.2. NOTES ET RÉFÉRENCES
Exemple de résultat Google avec le Knowledge Panel. Ici avec Thomas Jefferson.
167
Chapitre 39
Logo de Google
Logo de Google à partir de septembre 2015
Le logo de Google est un logotype utilisé par le moteur de recherche américain Google, qui est composé depuis
septembre 2015 dans sa propre police d'écriture intitulée Product Sans.
La précédente version a été dessinée par Ruth Kedar et utilise la police Catull[1] .
Il est régulièrement modifié pour célébrer des événements particuliers, comme les fêtes nationales ou les Jeux olympiques ; ces logos modifiés sont connus sous le nom de Google Doodles (de l'anglais « doodle » qui signifie « gribouillage » en français).
39.1 Histoire
Google a utilisé plusieurs logos depuis ses débuts, qui ont en commun d'être constitués du mot « Google », dont les
lettres alternent les couleurs bleue, rouge, jaune et verte[2] .
La première version du logo a été dessinée par l'un des cofondateurs de Google, Sergueï Brin, en utilisant le logiciel
GIMP[3] . Le logo se terminait par un point d'exclamation, pour imiter Yahoo ![4] .
La deuxième version, en place du 31 mai 1999 au 5 mai 2010, a été créée par Ruth Kedar et utilise la police Catull.
Ruth Kedar enseignait le design à l'Université Stanford à l'époque où les fondateurs du moteur de recherche, Larry
Page et Sergueï Brin, y étudiaient[5] .
La troisième version est apparue en version test en novembre 2009[6] et a été mise en place avec le nouveau design
du moteur de recherche le 5 mai 2010[7] . Elle utilise la même police que l'ancien logo mais des couleurs plus vives
et des ombres moins marquées. Le deuxième « o », auparavant jaune, est désormais orangé.
Une quatrième version apparaît le 19 septembre 2013, de concert avec une nouvelle interface pour la page principale
Google[8] . Ce nouveau logo accorde moins de place aux effets d'ombres et de reliefs (style flat design, « design plat »)[9] ,
et davantage aux couleurs (plus claires que dans la version précédente), en accord avec les différentes interfaces et
logos actuels de la marque[10] .
168
39.2. DOODLES
169
Le 1er septembre 2015, Google officialise un nouveau logo qui tranche avec le précédent, composé cette fois-ci
uniquement de cercles et de traits, laissant tomber la typographie Catull utilisée depuis 1999. Cette version, qui
garde les couleurs de la version précédente, est présentée comme plus adaptée aux nouveaux supports où ce dernier
apparaît[11] , tels les smartphones et montres connectées, car sa typographie étant plus grasse, elle sera mieux distinguée
par les utilisateurs sur de petits formats. Cette nouvelle police est quasiment identique à l'écriture grasse de la police
Century Gothic. Elle se rapproche également de la police Harmonia Sans Pro SemiBold ou encore de la Futura.
Cette version de 2015 est dévoilée quelques semaines après l'inauguration de la holding Alphabet[12] , qui possède à
présent Google ainsi que toutes ses anciennes filiales.
• Historique des logos de Google
• Logo de la version beta de Google
• Logo de 1999 à 2010
• Logo modernisé de 2010 à 2013
• Logo du 19 septembre 2013 au 1er septembre 2015
• Logo depuis le 1er septembre 2015
39.2 Doodles
Premier Google Doodle, dédié au festival Burning Man
Périodiquement, Google procède à des adaptations temporaires de son logo, les versions modifiées étant affichées
pendant une journée sur la page d'accueil de son moteur de recherche : ce sont les Google Doodles (« doodle »
désigne un gribouillage en anglais, et permet une paronomase avec « Google »). Ils sont destinés à célébrer un
événement national ou international.
Article détaillé : Google Doodle.
39.3 Favicon
De 2000 à juin 2008, le favicon de Google était un G majuscule bleu, encadré par des lignes bleue, vertes et rouge.
En juin 2008, le favicon de Google est passé du « G » majuscule du logo, à un « g » minuscule ; il n'avait pas été
modifié depuis 8 ans et demi. Ce changement s’inscrit dans la création d'un nouvel ensemble d'icônes adaptées aux
nouvelles plates-formes telles que l'iPhone[13],[14] .
Toujours en juin 2008, Google lance un concours pour recevoir des propositions de favicons. Le vainqueur est André
Resende, un étudiant brésilien de premier cycle en informatique à l'université de Campinas au Brésil. C'est en janvier
2009 que Google change son favicon, en s’inspirant de la proposition d'André Resende. Par rapport à l'ancien favicon,
celui-ci est plus coloré, mais le « g » est toujours présent[15] . Selon le blog officiel de Google, « le placement d'un
170
CHAPITRE 39. LOGO DE GOOGLE
'g' blanc sur un fond de blocs colorés [rend le favicon] très reconnaissable et attractif, tout en capturant l'essence de
Google »[16] .
En août 2012, Google se dote d'un nouveau favicon, moins coloré et dont la conception rappelle l'icône de son
application de recherche sur smartphones[17] .
En septembre 2015, pour coïncider avec le nouveau logo, le favicon est renouvelé, faisant figurer la lettre « G » avec
quatre traits rouge, jaune, vert et bleu.
• Historique des différents favicons de Google
• De 2000 à juin 2008
• De juin 2008 à janvier 2009
• De janvier 2009 à août 2012
• D'août 2012 à septembre 2015
• Depuis septembre 2015
39.4 Notes et références
[1] (en) « Information about the typeface Catull BQS », Identifont (consulté le 14 août 2009)
[2] (en) Sonia Zjawinski, « Gallery : How Google Got Its Colorful Logo », sur Wired News, 12 février 2008.
[3] (en) Michael Garmahis, « Google Logo designer Ruth Kedar, sur Design live, 29 janvier 2008.
[4] (en) David Vise et Mark Malseed, The Google Story, New York, Delacorte Press, novembre 2005, 250 p. (ISBN 0-55380457-X, présentation en ligne), p. 43.
[5] (en) Philipp Lenssen, « Ruth Kedar On Designing the Google Logo », sur Google Blogoscoped, 14 janvier 2008.
[6] (en) « Google Search’s New Interface Being Tested Now » (consulté le 6 mai 2010)
[7] (en) « The Google design, turned up a notch », Google, 2010 (consulté le 3 juin 2010)
[8] http://insidesearch.blogspot.ch/2013/09/updating-google-bar-many-products.html
[9] Olivier Duffez, « Le nouveau logo de Google, dans le style flat design », sur webrankinfo.com, 20 septembre 2013
[10] http://www.theverge.com/2013/9/19/4749330/google-reveals-new-logo-redesigned-navigation-bar
[11] « Evolving the Google Identity », sur Google Design (consulté le 1er septembre 2015)
[12] « Google s’offre un nouveau logo » (consulté le 1er septembre 2015)
[13] (en) Erick Schonfeld, « The Story Behind Google’s New Favicon », sur TechCrunch, 7 juin 2008.
[14] (en) Marissa Mayer et Micheal Lopez « One Fish, Two Fish, Red Fish, Blue Fish », sur The Official Google Blog, Blogger,
6 juin 2008.
[15] (en) Marissa Mayer et Micheal Lopez, « Google’s new favicon », sur The Official Google Blog, Blogger, 9 janvier 2009.
[16] (en) Marissa Mayer, « Official Google Blog : Google’s new favicon », Googleblog.blogspot.com (consulté le 30 août 2010)
[17] Philippe Lagane, « Google - Un changement de favicon presque inaperçu », sur Accessoweb.com, 2012 (consulté le 14 août
2012)
39.5 Annexes
39.5.1
Articles connexes
• Google
• Logotype
39.5. ANNEXES
39.5.2
Liens externes
• (en) Doodles, le site officiel de Google où sont exposés tous les Doodles
• (en) Page d'accueil de Google.com sur Internet Archive
• Analyse du nouveau logo par Graphéine.
•
Portail de Google
•
Portail du design
•
pub
Portail de la publicité
171
172
CHAPITRE 39. LOGO DE GOOGLE
39.6 Sources, contributeurs et licences du texte et de l’image
39.6.1
Texte
• Alphabet (société) Source : https://fr.wikipedia.org/wiki/Alphabet_(soci%C3%A9t%C3%A9)?oldid=121182736 Contributeurs : Leag,
DocteurCosmos, Necrid Master, TCY, Pautard, Sebleouf, Jmex, Jesmar, Ssx`z, Lysosome, Geralix, WikiCleanerBot, Fabienamnet, JackBot, Nouill, Abaddon1337, Fandecaisses, Gyrostat, Daehan, XDamx, SenseiAC, Dokeli, OrlodrimBot, Axel33430, Crou, Meiræ, Thibaut120094, Brisingoldor, VicDis29, MindH, Fugitron, Rogi.Official, Manuelle1133 et Anonyme : 13
• AdSense Source : https://fr.wikipedia.org/wiki/AdSense?oldid=119080793 Contributeurs : Greudin, R, Robbot, Tieno, Sanao, Marc Mongenet, MedBot, Nyco, Phe-bot, La pinte, JB, Bayo, Apokrif, Leag, [email protected], Elg, Chobot, Gribeco, GôTô, Ludo29, Zetud, Dereckson,
Lmaltier, Gevehef, Cherry, Plyd, RobotQuistnix, FlaBot, YurikBot, Jerome66, MMBot, Mi Ga, [email protected], Loveless, Eagle1792, Mutatis mutandis, Chlewbot, Od1n, IP 84.5, DaiFh, Mozzer, Apophisnico, Thijs !bot, Bombastus, Laurent Nguyen, JAnDbot, Bahar, IAlex, Jimmy,
Eybot, Anakar, Dogniette, Footix, Salebot, Zorrobot, Vi..Cult..., Basilus, DodekBot~frwiki, Isaac Sanolnacov, AlnoktaBOT, SharedX,
TXiKiBoT, VolkovBot, Andrepitie, AmaraBot, Chicobot, Spec~frwiki, BotMultichill, Louperibot, Vlaam, Hegor, Gnieark, DumZiBoT,
Ir4ubot, Tattanka, Alexbot, HerculeBot, ZetudBot, MicroCitron, Bub’s wikibot, JackPotte, Herr Satz, Micthev, Nico le terrible, Luckasbot, Mcdonalds, Talabot, ArthurBot, Rubinbot, GhalyBot, MastiBot, Orlodrim, PAC2, AviaWiki, Ripchip Bot, EmausBot, Elfilali, WikitanvirBot, ChuispastonBot, Mantrim, Carladd, Indeed, OrlodrimBot, AvocatoBot, Titlutin, OrikriBot, Addbot, Hafedh89, OneBigWeb,
Adsenser et Anonyme : 72
• AdWords Source : https://fr.wikipedia.org/wiki/AdWords?oldid=119742694 Contributeurs : Youssefsan, Céréales Killer, R, Tieno, Sebb,
MedBot, Phe-bot, Narcisse De VastePrairie, Pixeltoo, Bayo, Apokrif, Leag, Mathchoustone, Gédé, [email protected], Elg, Chobot, Inisheer, Plyd,
RobotQuistnix, FlaBot, YurikBot, Greggy, AlphaBot, Mi Ga, [email protected], Eagle1792, Mutatis mutandis, Shawn, Pautard, Amevellec, IP 84.5,
Ahbon ?, Apophisnico, Thijs !bot, Kyle the bot, Laurent Nguyen, TiboF, Zawer, Dogniette, Footix, Tohril, Akeron, DodekBot~frwiki,
Samsa, TXiKiBoT, Ptbotgourou, Spec~frwiki, SieBot, Louperibot, Alecs.bot, Vlaam, Hegor, Tattanka, Stephaneperes, Alexbot, Nutsy,
HerculeBot, ZetudBot, JackPotte, Herr Satz, Alpha Centaury, Micthev, Luckas-bot, Julien Stuby, GrouchoBot, DSisyphBot, Tubbydev,
Xqbot, MastiBot, Orlodrim, TobeBot, Ripchip Bot, Guyh~frwiki, Frakir, EmausBot, Sisqi, PascalPerry, Odjob16, WikitanvirBot, CocuBot, Andrewxee, Frandism, Carexop, Nereave, Juskokor, Rezabot, Arsendis, OrlodrimBot, Rosab, Minsbot, OrikriBot, Randruc, Addbot,
Le Glouannec, Aladin2eme et Anonyme : 60
• Android Source : https://fr.wikipedia.org/wiki/Android?oldid=121371618 Contributeurs : Anthere, Jerome misc, Hemmer, Popolon,
Kelson, Abrahami, Serged, Sylvestre, Phe, Iznogoud, Versgui, ChtiTux, La pinte, Turb, Smily, Domsau2, SRombauts, Fylip22, Jdloic,
Foxandpotatoes, Cr0vax, The RedBurn, NeMeSiS, Jef-Infojef, Sbrunner, Chris a liege, Leag, Flo888, Xavier Combelle, Koko90, Gédé, Mirgolth, Xionbox, ZeMeilleur, Zouzzou~frwiki, Peter17, Gribeco, Zetud, Inisheer, Arnaud.Serander, Whiskey~frwiki, Chpoujouly,
Coyau, Neustradamus, RobotQuistnix, FlaBot, Cæruleum, Ash Crow, Mikio75, Jerome66, Remram44, Askywhale, Moez, Bobochan,
Billybug, Loveless, Myst, Anas1712, Jlancey, MelancholieBot, Noel.guillet, Silex6, Dadu, Laurentbelin, Vascer, Pautard, Tanruz, Oodini, Djidane39, Cédric Boissière, Xofc, Serein, Ben Siesta, Jmax, Maitre So, Ji-Elle, Ptitboss, Moumousse13, Markus3, SergeMoutou,
DaiFh, Pi-R², Tunahead, Pierrot Lunaire, A Pirard, Chnosos, Thijs !bot, Birdie, Jarfe, Kai Fr, K'm, Gpesenti, Lektz, Laurent Nguyen, Pierrot.42, Deep silence, JAnDbot, BOT-Superzerocool, T more, Hiddenspirit, Fm790, Manuguf, LeFit, Chtfn, Werdna, Sebleouf, Bearnaise,
Ugo14, Simon Villeneuve, CommonsDelinker, Julroy67, Rei-bot, Bilel Hawari, Wikig, Salebot, Pitchoone, Prométhée, The s0rc3r, Speculos, Zorrobot, Domingue, Isaac Sanolnacov, Yf, Idioma-bot, Jonathan1, TXiKiBoT, VolkovBot, Richardbl, Nodulation, Artiflo, Ratskiller, Jacknaquunoeil, Melkor73, Louiz', MGS-3, Pierre-Alain Gouanvic, Ptbotgourou, Elcheb, Antistress, Gz260, RyDroid, Xic667,
SieBot, Binabik, SuperHeron, Fflgt, Hellotheworld, Yannis1962, Kerri, AkeronBot, JLM, AsTeRfr, Dsant, Wanderer999, Zil, AFR,
Ange Gabriel, Alecs.bot, Vlaam, Eutvakerre, Bub’s, AFAccord, Keynote, Huku-chan, DumZiBoT, Musicaline, SniperMaské, HERMAPHRODITE, Droopy4wiki, Mariotoctoctoc, DragonBot, Du43l, Tiresias61, Balougador, Mydis, Estirabot, Rinaku, Peyot, Superjuju10,
Mike.lifeguard, M0tty, Alexbot, Oliven31, Mro, Manoillon, JackNUMBER, Ondelettes, WikiCleanerBot, Spyop3, ZetudBot, Glide, MicroCitron, Dam2500, Bub’s wikibot, Factory, SF007, DragonflySixtyseven, Inmediatic, Elfix, Holf92, LaaknorBot, Morgalion, JackPotte, Broadbot, Alchiseb, CarsracBot, Herr Satz, Andrevruas, Luckas-bot, Kwiky49, Alfredmiller, Amirobot,
, Micbot, Nallimbot, Noelvornam, ABACA, Sire de Botcor, Zandr4, Jotterbot, GrouchoBot, Marcus2020, Tondi5, Graig1234, Moipaulochon, Pmiossec,
H4lfN3ls0n, Leulier, Yodatak, JmCor, Murthag06, Fredo78310, TaBOT-zerem, Bsegonnes, DSisyphBot, Scoopfinder, Penjo, Asavaa,
Svergeylen, ArthurBot, Archimatth, 399man, Makran70, Lemikeone, Nairod.brain, Scratch1505, Xqbot, Nick Butch, Yannig27, RibotBOT, Oldum, Aleksanteri~frwiki, JackBot, Root66, Vincent.vaquin, Touam, Caxelair, Lurd, ViRally77, GOC, Coyote du 57, Lomita,
TobeBot, RedBot, Fabizor, Anthony.dahanne, Dinamik-bot, Ch'tio, Visite fortuitement prolongée, Lyon-St-Clair, KamikazeBot, The
21, TjBot, Ripchip Bot, MattMoissa, Toto Azéro, Jamin389, Frakir, Nezdek, EmausBot, Salsero35, Rehtse, AlexKevler, Kilith, Sisqi,
ZéroBot, Theorime, Gyrostat, Eria, Alphonse2, Quadrige, Hlm Z., Courcelles, Jolek, Jacgedouard, IVhael, Ziozio, WikitanvirBot, Cyspin, ChuispastonBot, HerveRenault, Sacha66100, Solliryc1920, Pincourt, Jules78120, NeptuneGalaxy, NexuSix, Polo69760, Lepasriche,
TUNANDROID, Rominto, Attori90, Slyan, Steven Rogers, Simo1991, Robinet sauvage, Hunsu, Léo Duval, Nindo30, Bill william compton, Creuzal, MerlIwBot, Gamer-Actu, OrlodrimBot, Thehelpfulbot, Sebseb01, Le pro du 94 :), Snaevar-bot, Koko2, AvicBot, Jejemc,
Phidorax, Pokelayton, AvocatoBot, Ouialaraison, Rumesh, Trial & bol d'or, Arm.117, Hug33k, Elagabal, Sk8nitrous, TecKnologikS,
Salutatous, Tamil92, FDo64, BonifaceFR, Titlutin, Narcissix, Killershelf, Karting06, Levybros, Kolombus, AndroidNT, Jeanallegra,
Justincheng12345-bot, Xorob0, Cgsyannick, Tomlechat, Samuel-basket, Audric 31, Mrleministre33204, Mripard, Rome2, Mario-Tiv,
ThomasBR87, Macdav fr, Thomasfg98, LRDF, Caminel, Daft322, Tounaï, Housterdam, 6monBis, Marwanpro, HellKeeper62, Altmine,
MiniDwarf, Addbot, 45Brya, Himanis Das, SGlad, Guilieb, Will84321, ACEConcepteur, Sismarinho, Friedley, Presidef, Adeval, Lolincolc, Jean PYTHON, Jeuxjeux20, J744, Ghostscribe, For7esk, DamDotIO, Cchaudey, Hammer67, Rororo96, Theo2317, Macadam1,
Foge2001, NB80, LeHackeurDuWeb, EdgardGeorges, Brisingoldor, 4pi Dr34m3r, Oxydium59, Saveur-du-sud, Milopolis, Ismail Stylo,
Passion de Lys, Pigador, Maxsp2, Do not follow, Quentinette23, Fugitron, Iliass aniss, Anpanman, Luxxatuto, WikiBon, Hamza myouri,
Bahl Maxime, Aohayou, Honoret, LucaLeonhardt2, Oriane L, Kripmo, Goo16 et Anonyme : 525
• Barre d'outils Google Source : https://fr.wikipedia.org/wiki/Barre_d'outils_Google?oldid=118860032 Contributeurs : Raph, Michel
BUZE, Tieno, Okki, Phe-bot, [email protected], Elg, Peter17, Gevehef, RobotQuistnix, FlaBot, YurikBot, [email protected], Mathieuvernin, Frelaur, Lonak,
Mayerwin, GCloutier, JeanPhir, ColdEel, Thijs !bot, Laurent Nguyen, Jimmy, Zawer, Beeper, Salebot, Zorrobot, AlnoktaBOT, TXiKiBoT, VolkovBot, AlleborgoBot, SieBot, OKBot, STBot~frwiki, Alecs.bot, GLec, Rinaku, HerculeBot, AkhtaBot, Herr Satz, Luckas-bot,
Murthag06, Abracadabra, Xqbot, RedBot, KamikazeBot, EmausBot, Berdea, Mentibot, ChuispastonBot, Addbot et Anonyme : 7
• Calculatrice Google Source : https://fr.wikipedia.org/wiki/Calculatrice_Google?oldid=119909129 Contributeurs : Archeos, HB, Escaladix, Jef-Infojef, Jmc1939, Suaudeau, JujuTh, Sherbrooke, Elg, Baleer, Gzen92, DC2, Alain r, Milegue, Litlok, [email protected], H2O, Ludovic89,
39.6. SOURCES, CONTRIBUTEURS ET LICENCES DU TEXTE ET DE L’IMAGE
173
Pld, Deep silence, Ewjoachim, MicKha, Simon Villeneuve, Cbigorgne, Vincent Lextrait, Bonzon, Mi6Kha, GLec, Mro, HerculeBot,
ZetudBot, Ggal, Elfix, Herr Satz, Micbot, Rehtse, Bdc43, OrlodrimBot, Slover914931, Gratus, LuaBot et Anonyme : 16
• Chrome OS Source : https://fr.wikipedia.org/wiki/Chrome_OS?oldid=120895040 Contributeurs : Popolon, Michel BUZE, Tieno, GL,
Deansfa, Kmlz, Peter17, Boblebob, Arnaud.Serander, Silex6, Jmax, Romiz41, Logophile F, A2, Jihaim, Lacios, Sebleouf, CommonsDelinker, Jotun, HAF 932, Salebot, Zorrobot, Idioma-bot, TXiKiBoT, Rmb009, Sandstein, Kyro, Vlaam, Dhatier, Bub’s, Cartmanboss,
Rinaku, Peyot, Alexbot, HerculeBot, ZetudBot, MicroCitron, Bub’s wikibot, Binnette, Herr Satz, Luckas-bot, Amirobot, Terry-Slipknot,
Moipaulochon, Thollybot, Murthag06, MauritsBot, DSisyphBot, Copyleft, ArthurBot, Nairod.brain, Xqbot, RibotBOT, Mlouis, D'ohBot,
MondalorBot, Nico hein, TobeBot, Petrusmarius, Ndetoffoli, Ripchip Bot, O-Mann, Jamin389, Nezdek, EmausBot, Salsero35, Ltrlg,
ZéroBot, Ebrambot, Quadrige, DoRian07s, WikitanvirBot, RNSPOWER, Roro31850, Hunsu, DeGlinGo117, OrlodrimBot, AvicBot,
Arm.117, Tataguez, Justincheng12345-bot, Metamorforme42, Shywim, Torrent411, Addbot, Florian lévêque, Pyscowicz et Anonyme :
43
• Chromebook Source : https://fr.wikipedia.org/wiki/Chromebook?oldid=119240857 Contributeurs : Popolon, Jmax, Jihaim, Sebleouf,
CommonsDelinker, Julroy67, Vlaam, MicroCitron, Jaipasdepseudo, LaaknorBot, JackPotte, Luckas-bot, Xqbot, JackBot, KamikazeBot,
MattMoissa, Nezdek, EmausBot, ZéroBot, WikitanvirBot, Hunsu, Kasirbot, OrlodrimBot, Alexmart, Automatik, IluvatarBot, Addbot,
TheKocal et Anonyme : 17
• Compte Google Source : https://fr.wikipedia.org/wiki/Compte_Google?oldid=118600380 Contributeurs : Ofol, Pautard, Rhadamante,
Akeron, Zorrobot, TXiKiBoT, VolkovBot, Alexbot, HerculeBot, Herr Satz, Luckas-bot, Pater Ubu Rex, TaBOT-zerem, Xqbot, MastiBot,
KamikazeBot, EmausBot, WikitanvirBot, Turambar, Dexbot, Makecat-bot, Addbot, Eric kango et Anonyme : 5
• Garage Google Source : https://fr.wikipedia.org/wiki/Garage_Google?oldid=118275575 Contributeurs : DocteurCosmos, Milegue, Arnaud 25, HerculeBot, Basg97, *SM*, Mastergreg82, Naraht, Newnewlaw, Tropical blue et Anonyme : 5
• Gmail Source : https://fr.wikipedia.org/wiki/Gmail?oldid=120371179 Contributeurs : Nataraja, Treanna, Kelson, Vacnor, Abrahami,
Raph, Cœur, Symac, Michel BUZE, Tieno, Phe, Marc Mongenet, MedBot, Pascalv, Francois Trazzi, Phe-bot, Chrysander, JB, Gouchi,
Luk, ~Pyb, Elentar, Kõan, Hégésippe Cormier, Kassus, Arno., Troels Nybo~frwiki, Cr0vax, The RedBurn, Eskimo, Jalayn, Sbrunner,
Aweb2005, Bradipus, La Cigale, Ofol, PivWan, Voodoo, Labé, Leag, Muphin, Koko90, Caerbannog, Mathchoustone, Sherbrooke, Keul,
[email protected], YolanC, Gdgourou, FredB, Ashendorus, Unimop, Epommate, DocteurCosmos, Elg, Chobot, Stéphane33, Kmlz, Pinailleur,
Entropia, Zetud, OldLion, David Berardan, Gevehef, Inisheer, Arnaud.Serander, Cherry, Scls19fr, Zwobot, Liquid 2003, Uld, Solensean,
Plyd, Newic500, RobotQuistnix, FlaBot, Greentypem, Ash Crow, YurikBot, Régis Décamps, Foxhound~frwiki, Eskimbot, Mike2, Lorenzo, Jerome66, Litlok, Vicnent, Erdrokan, Kamaradclimber, Mi Ga, Moez, [email protected], Billybug, Loveless, Pixinet, MagnetiK-BoT, Myst,
Mathieuvernin, Jybet, Barbichette, Knos, Van Kanzaki, Shawn, Birdanddizzy, Silex6, Julien.major, Aurelien2106, SoLune, Akiry, Freewol, Vascer, Pautard, Kormin, Keres~frwiki, Olmec, Kiwipedia, Opikiwiki, SashatoBot, Rpa, MetalGearLiquid, Lamiot, Moumousse13,
Liquid-aim-bot, DaiFh, Symbol, Komateu, Zyxwvut-Bot, PieRRoBoT, Gronico, Elimerl, 5afd4770411ca76c, Thijs !bot, Maloq, Mrfred, Giltir, Piglop, Treehill, 1ace.tk, Rémih, Le Pied-bot, JAnDbot, BOT-Superzerocool, Arkanosis, Nicolas.Jolet, MirgolthBot, IAlex,
Guillaumeg33, Triskel, Sebleouf, Zawer, Mickachu, Victolo, Haflinger, CommonsDelinker, Yvain aka ik, FR, Kornemuz, Numbo3, HAF
932, Salebot, Jerome.zf, Zorrobot, Vi..Cult..., The5322, Chteuchteu, Gerakibot, Panda rouge, AlnoktaBOT, TXiKiBoT, Metalheart,
VolkovBot, Tognopop, Theoliane, AmaraBot, Rom780, Herve1729, Matt1113, Jesmar, Ssx`z, Niavy, Daf31, Cedv17, BotMultichill, SieBot, Durifon, Jeangagnon, Chphe, MystBot, SammyFisherJr, Zil, Udufruduhu, Acetone, Koudou, PipepBot, Gatien Couturier, Gnieark,
DumZiBoT, DeepBot, Sorpasso, Guigui1984, Skull~frwiki, SniperMaské, Maebucnia, Doulline, Charlie Pinard, Piglobot, Freeno, Quentinv57, W7a, Alexbot, Raphituc, Ertezoute, Mro, Ndsa, HerculeBot, Letartean, ZetudBot, MicroCitron, Albambot, Varal7, Cos, Trizek,
Herr Satz, LinkFA-Bot, Luckas-bot, K2Death, Jotterbot, Croky, Kcchouette, Démétrios de Phalère, Copyleft, Alex WR, Samstag~frwiki,
ArthurBot, Romain Debenay Foucaud, Numéro 1963, Xqbot, Rubinbot, JackBot, Gutenberg1, Lebron54, MastiBot, Lomita, Camillalx,
TobeBot, Alex10081998, Aurélien, Dinamik-bot, Saltassine, Atrempance, Nezdek, LittleBrain, EmausBot, Kilith, Sisqi, Tubalubalu,
JackieBot, ZéroBot, S0l0xal, Ismael.le-mouel, Quadrige, David-suisse, WikitanvirBot, Pincourt, UserGenerated, Anizeval, Robinet sauvage, Juancameneses11, MerlIwBot, Neatnik, Gamer-Actu, OrlodrimBot, Dojada, Arm.117, Austin974, Microco, Titlutin, Gramorth3,
Cgsyannick, Enrevseluj, Fugjuyo, Makecat-bot, Hunbentley, LectriceDuSoir, Caminel, DiliBot, Picsou2012, Addbot, Apoplexique, Juliedurand, Pilipili974, Macadam1, HunsuBot, Vincent Ducorps, Fugitron, Ibrahin zain, Medialocalizer, Ursula Eponon, Alvineonloe,
Camptamp179, Eric31130 et Anonyme : 256
• Gmail Drive Source : https://fr.wikipedia.org/wiki/Gmail_Drive?oldid=89852190 Contributeurs : Alexboom, Symac, Tieno, Spooky,
Sanao, MedBot, Nyco, ChtiTux, Phe-bot, Arno., Aweb2005, Deansfa, [email protected], Elg, Gevehef, Liquid 2003, Hyad~frwiki, RobotQuistnix,
FlaBot, YurikBot, Gene.arboit, Eskimbot, MistWiz, Cedoch, Litlok, Erdrokan, Loveless, Silex6, Hilrach, Akiry, Rhadamante, Thijs !bot,
Laurent Nguyen, Mickachu, HAF 932, Nodulation, Louperibot, HerculeBot, Herr Satz, Innv, MathsPoetry, RedBot, Nezdek, Jules78120,
Robinet sauvage, Addbot et Anonyme : 26
• Google Actualités Source : https://fr.wikipedia.org/wiki/Google_Actualit%C3%A9s?oldid=120794537 Contributeurs : Anthere, Alibaba, Cœur, Tieno, Jastrow, MedBot, Romary, Matth97, Jef-Infojef, Baronnet, Deansfa, Leag, Bbullot, [email protected], Elg, Remy34, Hoplaaaa,
RobotQuistnix, YurikBot, LeonardoRob0t, Jerome66, Erdrokan, [email protected], Eagle1792, Mathieuvernin, Chlewbot, Louperivois, Pautard,
Jmax, IP 84.5, Leafar, Acer11, Thijs !bot, HAL, Nikolaos, DodekBot~frwiki, ChFire, Ardus Petus, AlnoktaBOT, Idioma-bot, TXiKiBoT,
VolkovBot, Chicobot, Jesmar, Ptbotgourou, SieBot, Alecs.bot, Vlaam, Bloody-libu, GLec, Alexbot, Antoine Carreta, Zonzon, HerculeBot,
MicroCitron, Herr Satz, Micthev, Luckas-bot, GrouchoBot, Copyleft, Cantons-de-l'Est, Xqbot, RibotBOT, Kanabiz, D'ohBot, RedBot,
KamikazeBot, EmausBot, ZéroBot, Quadrige, Mentibot, WikitanvirBot, ChuispastonBot, Livreys, MerlIwBot, OrlodrimBot, Motisances,
Sideshowbob, Addbot, Goultard59, Anpanman, Jeromevrn et Anonyme : 12
• Google Agenda Source : https://fr.wikipedia.org/wiki/Google_Agenda?oldid=113434067 Contributeurs : Ofol, Inisheer, Freewol, Sebleouf, Kornemuz, VolkovBot, FILLL, GLec, HerculeBot, WikiCleanerBot, Luckas-bot, Penjo, ArthurBot, Xqbot, RedBot, Nezdek,
EmausBot, Althiphika, Mentibot, WikitanvirBot, MerlIwBot, OrlodrimBot, Addbot, Pierrevalade, Goultard59, Thibaut120094 et Anonyme : 8
• Google Alerts Source : https://fr.wikipedia.org/wiki/Google_Alerts?oldid=111706766 Contributeurs : Goultard59 et Thibaut120094
• Google Analytics Source : https://fr.wikipedia.org/wiki/Google_Analytics?oldid=118235212 Contributeurs : Céréales Killer, Tieno, Sebb,
ChtiTux, Markko, Iguane39, Ofol, Deansfa, Ramadeus, Mathchoustone, Keul, Elg, Seb35, David Berardan, Arnaud.Serander, AlexB,
RobotQuistnix, FlaBot, Cæruleum, EDUCA33E, YurikBot, Jmdi, MMBot, Mi Ga, [email protected], Jcr~frwiki, Loveless, Eagle1792, Shawn,
SiM07, Boretti, IP 84.5, Schultz, Lacrymocéphale, JeanPhir, Erkethan, Apophisnico, Thijs !bot, Laurent Nguyen, Kanabekobaton, BOTSuperzerocool, Nono64, Numbo3, Salebot, Zorrobot, DorganBot, TXiKiBoT, VolkovBot, Theoliane, Erwan18, Vrdci, Xic667, SieBot,
174
CHAPITRE 39. LOGO DE GOOGLE
Louperibot, STBot~frwiki, FILLL, Alecs.bot, Hercule, DumZiBoT, GLec, Alexbot, Mondele, HerculeBot, Ddmdllt, MicroCitron, Ggal,
JackPotte, Bvs-aca, Herr Satz, Muro Bot, Micthev, Luckas-bot, Fakri, Phiroud, Cantons-de-l'Est, Nasaara, Xqbot, RibotBOT, Lomita,
Courbd, TobeBot, RedBot, AviaWiki, OlineR, ZéroBot, WikitanvirBot, Tipez, OrlodrimBot, AvocatoBot, Arm.117, EyedMoon, Rome2,
Pallanz, Mo5ul, Dp-at, Addbot, PeterGrimm~frwiki, Carolina 33, Kappalambda, Vincent cloutier et Anonyme : 26
• Google Answers Source : https://fr.wikipedia.org/wiki/Google_Answers?oldid=113560832 Contributeurs : Former user 1, Tieno, Phebot, Domsau2, Elg, YurikBot, Eskimbot, [email protected], Eagle1792, Mathieuvernin, Dadu, IP 84.5, Tertulien, Thijs !bot, Wii2006, Erabot, SieBot,
DumZiBoT, GLec, Marcie28, Alexbot, HerculeBot, SpBot, Herr Satz, Luckas-bot, GrouchoBot, Xqbot, EmausBot, AvocatoBot, Addbot,
Goultard59 et Anonyme : 7
• Google Drive Source : https://fr.wikipedia.org/wiki/Google_Drive?oldid=121331945 Contributeurs : Yves1953, Leag, Gzen92, Luc Legay, Rémi Dubot, Noel.guillet, Sebleouf, Mohammedredatouzani, Salebot, Prométhée, Ssx`z, Diraison, SniperMaské, Julien1978, Bub’s
wikibot, Factory, LaaknorBot, JackPotte, Jojodesbatignoles, GrouchoBot, Xqbot, JackBot, RedBot, Lucas33380, Nezdek, EmausBot,
JackieBot, ZéroBot, 0x010C, MerlIwBot, Woozz, OrlodrimBot, Patrias, Totaltrip, Minsbot, Mattho69, Freak222, Justincheng12345bot, Dexbot, Lucgombert, YFdyh-bot, Adeline0210, Addbot, Freshgod, Tatisouris, Seano314, CRH, Olivierchauny02300, Bastiat-Faire,
Medialocalizer, Odet09, Goo16 et Anonyme : 31
• Google Earth Source : https://fr.wikipedia.org/wiki/Google_Earth?oldid=121376703 Contributeurs : Vargenau, Jerome misc, Hemmer,
Céréales Killer, Jgremillot, Serged, Raph, BTH, Michel BUZE, Tieno, Sanao, Phe, Marc Mongenet, VIGNERON, Pmazoyer, Phebot, Meodudlye, JB, Efilguht, Belgavox, Ollamh, Ploum, Matth97, Korrigan, NeMeSiS, Sebcaen, Zantastik, Pixeltoo, Voodoo, Deansfa,
Bob08, Edouard-lopez, Pabix, Xfigpower, Elg, Teolemon, Chobot, Gribeco, Ludo29, Stanlekub, Like tears in rain, Zetud, David Berardan,
Inisheer, Arnaud.Serander, Slasher-fun, Cherry, Matpib, Zwobot, Nicos&aline, Plyd, Coyau, RobotQuistnix, FlaBot, ComputerHotline,
YurikBot, LeonardoRob0t, Tvpm, Eskimbot, Quark67, MMBot, Litlok, Diagraph01, [email protected], Chaps the idol, Loveless, Mathieuvernin,
Sylveno, Knightelf, Knos, MelancholieBot, Shawn, O.perrin, Noel.guillet, SiM07, Silex6, Mith, Pantoine, Hl15, Olindo, Swirl, SashatoBot, IP 84.5, Vonvon, Manu1400, PatatoOor, Jean m, Vinz1789, AntonyB, Ffelix, Liquid-aim-bot, Delhovlyn, Dragezaa, YaouhPower,
Grondin, Zyxwvut-Bot, Gemini1980, Wikiclem, Rémi71, Bananaflo, Axelpillas, Pbreuil, BD2412, Apophisnico, Sxilderik, Rhadamante,
Chico75, JdWiki, SamuelFreli, Mabuse, Thijs !bot, Grook Da Oger, Clicgauche, CMSimon, Marck Ofsk, Escarbot, Piglop, Unkky,
Darthmat, Kyle the bot, Kitts, Troover, Rémih, JAnDbot, Mathatsa, Nono64, Sebleouf, Carl 17, CommonsDelinker, RM77, Eybot, Numbo3, Olivier Hammam, M-le-mot-dit, Jeriby, Rei-bot, Salebot, Akeron, Speculos, Vi..Cult..., Artoad, Benoil125, AlnoktaBOT, Lderafe,
TXiKiBoT, VolkovBot, Jean-Louis Swiners, AmaraBot, Marc-André Aßbrock, Jesmar, Ptbotgourou, AlleborgoBot, Ice Scream, Phoval,
Lysosome, BotMultichill, SieBot, Louperibot, Stellar heaven, Jrmtge, Infierno, STBot~frwiki, Ange Gabriel, Alecs.bot, Garfieldairlines,
Vlaam, Hercule, PipepBot, Trendy, DumZiBoT, GLec, Jorge de Burgos, DragonBot, Piglobot, Rinaku, Asfr, Alexbot, Darkicebot, Magic stephanois, BodhisattvaBot, HerculeBot, Padegourdi, WikiCleanerBot, Letartean, SilvonenBot, ZetudBot, MicroCitron, Julien1978,
Ironworks, Bub’s wikibot, Darra, AkhtaBot, LaaknorBot, JackPotte, Ginosbot, SpBot, Bordatc, Fabienamnet, CarsracBot, Herr Satz,
Luckas-bot, Lapennesurhuveaune, GrouchoBot, Philippeleck, Papatt, Murthag06, Wiki-User03, Skygrape, XZeroBot, Simonisgoo, ArthurBot, Soren56, Xqbot, Obersachsebot, Ciscocaine, Nouill, LucienBOT, Alex-F, Hébus, Jack ma, D'ohBot, Mirka2410, LairepoNite,
Rameshngbot, Quentinusc, MastiBot, Lomita, Orlodrim, TobeBot, Blood Destructor, Alex10081998, Michel192cm, PAC2, Antoine
Vernier, KamikazeBot, AviaWiki, Cody escadron delta, Nezdek, Alastair, MollyNa, EmausBot, Salsero35, Vivaelcelta, ZéroBot, OnchePower, WikitanvirBot, Bottine, Rodrigo s, Juancameneses11, Rigoureux, OrlodrimBot, Arystanbek, Makecat-bot, Jf380, OrikriBot,
StarusBot, Leodegar, Star Personne, Mathieudu68, Addbot, AméliorationsModestes, Sismarinho, Etienne Baudon, VincentDr69, Claudesandoz, SelantoxWIKI et Anonyme : 215
• Google Glass Source : https://fr.wikipedia.org/wiki/Google_Glass?oldid=121293472 Contributeurs : Traroth, Leag, Bob08, Like tears in
rain, Gzen92, TwoWings, Puff, Lamiot, Lacrymocéphale, Starus, Salebot, Lylvic, Tintinus, Jesmar, Skiff, Ange Gabriel, SniperMaské,
MicroCitron, Ggal, Julien1978, Cos, LaaknorBot, Luckas-bot, GrouchoBot, Archimëa, Xqbot, JackBot, Alex-F, Skull33, Lomita, Orlodrim, EmausBot, Fontom, HRoestBot, ZéroBot, Quadrige, OrlodrimBot, AvocatoBot, Lmao, HiW-Bot, Glorious 93, FDo64, NemesisIII,
Jeanallegra, YFdyh-bot, Goombiis, Khaliloo, Addbot, Lemoncake, Dr Ankou, Nhhi, Miss Kan, Bichon75011, MarkF23, Do not follow,
Crepe2001, Goo16 et Anonyme : 52
• Google Hangouts Source : https://fr.wikipedia.org/wiki/Google_Hangouts?oldid=120682046 Contributeurs : Teolemon, Zetud, ThomasBigot, Acer11, ABACA, Lomita, Orlodrim, Lyon-St-Clair, Zagaga, Nezdek, Totaltrip, Gratus, Yaya27, Goultard59, Jean valdaine,
Fugitron, Anpanman, Cristina fautsch charpentier et Anonyme : 7
• Google Images Source : https://fr.wikipedia.org/wiki/Google_Images?oldid=120239350 Contributeurs : Michel BUZE, Tieno, Chpoujouly, RobotQuistnix, Loveless, Sylenius, Jmax, IP 84.5, PurpleHz, HAF 932, Zorrobot, LPLT, SharedX, TXiKiBoT, VolkovBot, Xinpeijin, Jesmar, Ptbotgourou, Niavy, Louperibot, DumZiBoT, SniperMaské, GLec, Alexbot, HerculeBot, Herr Satz, Luckas-bot, Micbot,
Xqbot, MastiBot, KamikazeBot, Nezdek, EmausBot, ZéroBot, WikitanvirBot, ChuispastonBot, Livreys, OrlodrimBot, KLBot2, DarafshBot, Addbot, Goultard59, Fugitron et Anonyme : 7
• Google Livres Source : https://fr.wikipedia.org/wiki/Google_Livres?oldid=120884060 Contributeurs : Deuxtroy, Maggic, Symac, Tieno,
Phe-bot, Efilguht, Nicolas Girard, Hégésippe Cormier, Criric, Apokrif, Bob08, Koko90, Titzel, BrightRaven, Chris93, Thomasdeniau,
Ludo29, ArséniureDeGallium, Mandrak, Cherry, Gzen92, Aleks, Jerome66, Loveless, Arrakis, Vivarés, DonCamillo, Shawn, Dadu,
Pautard, Ben Siesta, SashatoBot, Karl1263, Manu1400, Vamich, SamuelFreli, Cyberic71, Laurent Nguyen, Sebleouf, PurpleHz, Bregalad1959, MrsChocobo, HAF 932, LPLT, AlnoktaBOT, Jonathan1, TXiKiBoT, VolkovBot, Rozef, Lylvic, Jjcasalo, Jesmar, Ptbotgourou,
SieBot, YonaBot, Arlitois, MystBot, Vlaam, Dhatier, DumZiBoT, DeepBot, GLec, DragonBot, Francis Vergne, Wuyouyuan, Skippy le
Grand Gourou, Alexbot, Mro, HerculeBot, BotSottile, Letartean, ZetudBot, Linedwell, Bub’s wikibot, Nophéate, Herr Satz, Luckas-bot,
Lacivelle, Nallimbot, GrouchoBot, CéCédille, Copyleft, Cantons-de-l'Est, Berthou, FMichaud76, Xqbot, Obersachsebot, LucienBOT,
Lomita, RedBot, Visite fortuitement prolongée, TjBot, Nezdek, Olecrab, EmausBot, Ediacara, Ltrlg, ZéroBot, Quadrige, WikitanvirBot,
ChuispastonBot, ChtiKorrigan, FreCha, MerlIwBot, Bertol, OrlodrimBot, PolBr, FDo64, Makecat-bot, Addbot, ScoopBot, Ismail Stylo
et Anonyme : 30
• Google Maps Source : https://fr.wikipedia.org/wiki/Google_Maps?oldid=121138484 Contributeurs : Rinaldum, Popolon, Kelson, Jgremillot, Herman, Abrahami, Koyuki, BTH, Tieno, Yggdras, Phe-bot, Matth97, Ppx, Jef-Infojef, Sebcaen, PivWan, Deansfa, Leag, Caerbannog, Sherbrooke, [email protected], Elg, Chobot, Stéphane33, Gribeco, Like tears in rain, Zetud, Romanc19s, Matpib, QuoiNonne, RobotQuistnix, FlaBot, YurikBot, LeonardoRob0t, Tvpm, Pako-, [email protected], Loveless, Jb.henry, MelancholieBot, Silex6, Chlewbot, BeatrixBelibaste,
Cehagenmerak, Pautard, Gonioul, Jmax, Maitre So, Liquid-aim-bot, Michelet, Zyxwvut-Bot, MALPAS, Jbureau, Thijs !bot, Grook Da
Oger, Apc005, Clément 50, Hypersite, Lektz, Le Pied-bot, .anacondabot, Frederic.montagnon, Jihaim, Sebleouf, Groben, CommonsDelinker, Erabot, Numbo3, Analphabot, Abonim, Salebot, Benoit Rochon, Yb26, Herverieu, Speculos, Zorrobot, Ulysse2000, AlnoktaBOT, Idioma-bot, TXiKiBoT, VolkovBot, Jean-Louis Swiners, Chicobot, Jesmar, GwenofGwened, SieBot, Louperibot, Nananère, JLM,
39.6. SOURCES, CONTRIBUTEURS ET LICENCES DU TEXTE ET DE L’IMAGE
175
OKBot, Pingloo, Catalysebot, Alecs.bot, PipepBot, Sarali, DumZiBoT, GLec, PixelBot, Chatsam, Alexbot, Ertezoute, BodhisattvaBot,
HerculeBot, WikiCleanerBot, Letartean, Linedwell, Glide, Julien1978, LaaknorBot, JackPotte, Broadbot, Fabienamnet, CarsracBot, Herr
Satz, Luckas-bot, Amirobot, GrouchoBot, Manutaust, DSisyphBot, Xqbot, RibotBOT, Alex-F, Silwilhith, Jack ma, BenzolBot, Lomita,
TobeBot, RedBot, Dinamik-bot, PAC2, Florn88, Nezdek, EmausBot, ZéroBot, Quadrige, Hlm Z., Fredpollux, WikitanvirBot, Oscides,
Jules78120, Mjbmrbot, Surdox, CocuBot, Movses-bot, Psammos, Allophos, MerlIwBot, OrlodrimBot, Phidorax, Arm.117, AnhPhong,
Titlutin, YFdyh-bot, Jf380, OrikriBot, Lcb2012, Addbot, NB80, Yanis2oo1, Napnldlbdtl, HeyCat et Anonyme : 101
• Google Mars Source : https://fr.wikipedia.org/wiki/Google_Mars?oldid=107126215 Contributeurs : Emirix, Padawane, Riba, Elg, Peter17, FlaBot, Eskimbot, [email protected], Lysosome, DumZiBoT, GLec, Herr Satz, EmausBot, Robinet sauvage, BendelacBOT, Addbot et Anonyme : 5
• Google Moon Source : https://fr.wikipedia.org/wiki/Google_Moon?oldid=107126267 Contributeurs : Tieno, Bestter, Bayo, Mythos75,
Deansfa, Edouard-lopez, [email protected], Elg, [email protected], Louperivois, Julienlepage, Thijs !bot, L'horrifiant engoulvent casse-moloch écraseroc, Lysosome, Alecs.bot, DumZiBoT, GLec, Nutsy, HerculeBot, Herr Satz, Luckas-bot, Amirobot, GrouchoBot, Xqbot, RibotBOT, Lomita,
RedBot, Bmillemathias, EmausBot, MerlIwBot, OrlodrimBot, Addbot et Anonyme : 5
• Google Search Console Source : https://fr.wikipedia.org/wiki/Google_Search_Console?oldid=118375530 Contributeurs : Tieno, Sebb,
Ofol, Plyd, Mi Ga, Jesmar, GLec, HerculeBot, JackPotte, Broadbot, Herr Satz, Luckas-bot, Amirobot, GrouchoBot, Billinghurst, Lomita,
Nezdek, EmausBot, Shan Su, OrlodrimBot, AvocatoBot, AnalyseSEO, Sideshowbob, Riyadmks, Addbot, Sebb fr et Anonyme : 5
• Google Shopping Source : https://fr.wikipedia.org/wiki/Google_Shopping?oldid=116401745 Contributeurs : Pautard, Sebleouf, Akeron,
Jesmar, GLec, HerculeBot, Xqbot, Coyote du 57, Iridium~frwiki, Nezdek, EmausBot, ZéroBot, Quadrige, MerlIwBot, OrlodrimBot,
Arm.117, Addbot, Goultard59 et Anonyme : 6
• Google Sites Source : https://fr.wikipedia.org/wiki/Google_Sites?oldid=97884062 Contributeurs : Tieno, Ofol, Dereckson, Idioma-bot,
VolkovBot, Jesmar, OKBot, Alecs.bot, GLec, Cymbella, Alexbot, HerculeBot, LaaknorBot, Herr Satz, Muro Bot, Luckas-bot, GrouchoBot, Xqbot, MastiBot, RedBot, Sebastien.bouvier, EmausBot, ZéroBot, Mentibot, OrlodrimBot, BendelacBOT, Addbot et Anonyme :
4
• Google SMS Source : https://fr.wikipedia.org/wiki/Google_SMS?oldid=90362510 Contributeurs : Romanc19s, Loveless, Thijs !bot,
Laurent Nguyen, Joel.Billaut, Herr Satz, Addbot et Anonyme : 2
• Google Street View Source : https://fr.wikipedia.org/wiki/Google_Street_View?oldid=121338203 Contributeurs : Alexis Domjan, Jgremillot, P-e, Michel BUZE, Tieno, Urhixidur, Al ge, Phe-bot, Tarap, Criric, Deansfa, Leag, Bob08, Antoinetav, Gede, Angeldream,
Chobot, Zetud, Ælfgar, Romanc19s, David Berardan, Arnaud.Serander, Matpib, Oxam Hartog, Tieum512, Litlok, Moez, TED, Kirtap, Pautard, Fagairolles 34, Albins, Emericpro, Playtime, MattFisher~frwiki, Mini.fb, Hatto, Ahbon ?, Vinz1789, Julienlepage, NicoV,
Grook Da Oger, Greenski, Hypersite, Treehill, Pierre-alain dorange, Sebleouf, Dfeldmann, CommonsDelinker, Seudo, M-le-mot-dit, Jeriby, HAF 932, Wikig, Speculos, Isaac Sanolnacov, AlnoktaBOT, Idioma-bot, Jonathan1, TXiKiBoT, VolkovBot, Red Castle, Florent1024,
Bidibidou, Jesmar, Gz260, Tabl-trai, Lysosome, SieBot, Binabik, JLM, Kyro, Udufruduhu, PKing64, Alecs.bot, Reuillois, Vlaam, Bub’s,
Saddamtohmto, GLec, Arct, Bastien Sens-Méyé, Viking59, Geralix, Superjuju10, M0tty, Alexbot, Magic stephanois, HerculeBot, WikiCleanerBot, ZetudBot, Linedwell, MicroCitron, Titanz35, Bub’s wikibot, Factory, LaaknorBot, JackPotte, Broadbot, Herr Satz, Muro
Bot, Yann98, Luckas-bot, Gagea, Sahmeditor, GrouchoBot, Tomates Mozzarella, Na7fc92, Schnäggli, Noalixah, Matthieu Martin, Murthag06, Dog49, DSisyphBot, ArthurBot, Cantons-de-l'Est, Hussonl, Xqbot, RibotBOT, D'ohBot, Xhark, LairepoNite, Quentinusc, Coyote
du 57, Lomita, Lostinthiswhirlpool, RedBot, Herolien, Lyon-St-Clair, Corentin69, AXRL, Tomclure, Nezdek, 3122WIKI, France64160,
EmausBot, Jony54, ZéroBot, Quenthoc, Padicha, Les3corbiers, WikitanvirBot, Zymotique, Jan.nkenda, Movses-bot, G de gonjasufi, Bertol, OrlodrimBot, France05alpes, FDo64, Mattho69, The-s-destination, YFdyh-bot, Axeo, Jf380, Gustavi, Addbot, Galgah, Zebulon84bot,
GStreetView, Iniți, Bichon75011, Jeantapir, Mrtyl, Openay5 et Anonyme : 144
• Google Traduction Source : https://fr.wikipedia.org/wiki/Google_Traduction?oldid=121243168 Contributeurs : Michel BUZE, Tieno,
JB, Domsau2, Hégésippe Cormier, Laurent Jerry, Zetud, Noritaka666, Mi Ga, SciYann, Od1n, Ptyx, Thijs !bot, Escarbot, Elnon, Rémih,
Sebleouf, Salebot, Zorrobot, TXiKiBoT, VolkovBot, Theoliane, Jesmar, Acélan, SieBot, Laddo, MystBot, Pymouss, OKBot, Alecs.bot,
Surveyor, GLec, Ir4ubot, DragonBot, Wuyouyuan, Alexbot, Mro, HerculeBot, BotSottile, Letartean, ZetudBot, MicroCitron, Ggal, Runningfridgesrule, Guillaume70, JackPotte, Herr Satz, Muro Bot, Luckas-bot, GrouchoBot, Fadesga, Almabot,
, Xqbot, Obersachsebot, RibotBOT, Drongou, D'ohBot, MastiBot, Coyote du 57, Lomita, RedBot, Dinamik-bot, KamikazeBot, TjBot, Nezdek, Gaugec,
EmausBot, ZéroBot, Gyrostat, Mentibot, WikitanvirBot, ChuispastonBot, MerlIwBot, OrlodrimBot, Automatik, Minsbot, Msblepoete,
Enrevseluj, Elfayyyyy, LectriceDuSoir, Loup Solitaire 81, Bloggus1225, Addbot, L2003A, Do not follow, Lotus 50, Pompier2, Anpanman, HeyCat, Anass gamdanat et Anonyme : 47
• Google Vidéos Source : https://fr.wikipedia.org/wiki/Google_Vid%C3%A9os?oldid=120681881 Contributeurs : Kelson, Greudin, Abrahami, Michel BUZE, Tieno, Goa103, Eklipse~frwiki, Phe-bot, Kassus, Moyogo, Jef-Infojef, Deansfa, Mmenal, [email protected], PierreD, Mirgolth, Aboumael, Elg, Labbaipierre, Gribeco, Lmaltier, RobotQuistnix, YurikBot, Poppy, Christophenoel, Eskimbot, Jamin, Ico, [email protected],
Le sotré, Boretti, TiChou, EfCeBa, Thijs !bot, Clementb, Grimlock, Bashr, Deep silence, Sebleouf, Numbo3, Salebot, Canaleducatif, Nazdarovie, Idioma-bot, TXiKiBoT, Videopartage, Jesmar, SieBot, Garfieldairlines, DumZiBoT, DragonBot, Alexbot, Darkicebot, HerculeBot, ZetudBot, Ggal, LaaknorBot, Herr Satz, Amirobot, GrouchoBot, Xqbot, Rubinbot, Bolte911, MastiBot, Lomita, TobeBot, -Roxas-,
Nezdek, ZéroBot, Hlm Z., WikitanvirBot, Jules78120, Hunsu, Kage bunshin, MerlIwBot, Qee, Jertonit, OrlodrimBot, Thehelpfulbot,
Arm.117, Pablo029, Addbot, Neomatix et Anonyme : 35
• Google+ Source : https://fr.wikipedia.org/wiki/Google%2B?oldid=120035076 Contributeurs : Popolon, Cdang, Hégésippe Cormier, Romanc19s, Gzen92, Alecs.y, Dadu, Radzaq, Ben Siesta, Kilianours, Yvan02, Chaoborus, Lektz, HAF 932, Salebot, Zorrobot, Lylvic,
Ssx`z, Orthomaniaque, MystBot, Iafss, Hercule, PixelBot, Alexbot, HerculeBot, WikiCleanerBot, Sebletoulousain, MicroCitron, Bub’s
wikibot, Luckas-bot, Amirobot, ABACA, GrouchoBot, Mcdonalds, DSisyphBot, ArthurBot, Cantons-de-l'Est, Xqbot, Kanabiz, AnneJea,
Gabriel Achille, Skull33, Coyote du 57, Lomita, RedBot, Super Bazooka, Fred097, Cobija, Saltassine, Visite fortuitement prolongée, Zagaga, Nezdek, EmausBot, HRoestBot, JackieBot, ZéroBot, Gyrostat, Asutton, Quadrige, Hlm Z., L-A.C, WikitanvirBot, ChuispastonBot,
Steven Rogers, Hunsu, 0x010C, Utilisateur disparu, OrlodrimBot, Thehelpfulbot, AvicBot, Arm.117, Lechristo, Lilgreg97one, Nuxies,
BonifaceFR, Jeanallegra, Robin van der Vliet, Triton crêté, Leodegar, DiliBot, Mathieudu68, Addbot, Freshgod, Khulaçēq, Slembert,
Loliloélomalim, Mathis73, Theobarc, Tota29 et Anonyme : 42
• Googlebot Source : https://fr.wikipedia.org/wiki/Googlebot?oldid=104240293 Contributeurs : Sebb, ~Pyb, O. Morand, Dake, Ofol, Elg,
Gribeco, FlaBot, Poppy, [email protected], Eagle1792, Amevellec, IP 84.5, Thijs !bot, Zorrobot, Zaide, DodekBot~frwiki, AlnoktaBOT, Jesmar,
Alecs.bot, DumZiBoT, GLec, Rinaku, HerculeBot, Herr Satz, Luckas-bot, EmausBot, MerlIwBot, Addbot et Anonyme : 5
176
CHAPITRE 39. LOGO DE GOOGLE
• Googlefight Source : https://fr.wikipedia.org/wiki/Googlefight?oldid=117659018 Contributeurs : FlaBot, [email protected], Loveless, IP 84.5, Simon
Villeneuve, Wanderer999, GLec, HerculeBot, ZetudBot, Herr Satz, Lacivelle, Talabot, DSisyphBot, Kage bunshin, MerlIwBot, Addbot
et Anonyme : 2
• J'ai de la chance Source : https://fr.wikipedia.org/wiki/J'ai_de_la_chance?oldid=120772544 Contributeurs : ( :Julien :), Michel BUZE,
Phe, Phe-bot, Moyogo, Leag, Poulos, Sherbrooke, BrightRaven, DocteurCosmos, Elg, Zetud, ArséniureDeGallium, EDUCA33E, Puff,
Toutoul, Serein, Od1n, IP 84.5, Manu1400, MetalGearLiquid, Delhovlyn, GaMip, Chaoborus, Voxhominis, Rémih, Fm790, Carrera21,
Erabot, Francois.devaux, Clem62100, Salebot, Akeron, AlnoktaBOT, VolkovBot, Nodulation, Chicobot, Marin M., Ptbotgourou, Niavy,
Vincent Lostanlen, Olivier tanguy, Jrmtge, Kyro, Alecs.bot, Vlaam, Hercule, DumZiBoT, GLec, Sardur, Rinaku, M0tty, Mro, HerculeBot,
ZetudBot, MicroCitron, Ggal, Ren97, JackPotte, Harmonia Amanda, Herr Satz, Soren56, Tpa2067, EpopBot, Alex-F, Lomita, Bikepunk2,
Florn88, Frakir, Nezdek, S0l0xal, Mtthsntr, Dromagnan, Barr-amzer, Ouialaraison, Titlutin, SyntaxTerror, Sebastienunderscoreg, Loup
Solitaire 81, StarusBot, Addbot, Do not follow, Corentinclaes et Anonyme : 36
• Knowledge Graph Source : https://fr.wikipedia.org/wiki/Knowledge_Graph?oldid=119953020 Contributeurs : Ash Crow, Simon Villeneuve, Ssx`z, Julien1978, Cantons-de-l'Est, JackBot, Lomita, Visite fortuitement prolongée, Zagaga, Nezdek, HRoestBot, ZéroBot, BeBot,
OrlodrimBot, BonifaceFR, ThomasBR87, DiliBot, Addbot, Brokerhealthinsurance, Thibaut120094 et Anonyme : 2
• Logo de Google Source : https://fr.wikipedia.org/wiki/Logo_de_Google?oldid=120234192 Contributeurs : Michel BUZE, VIGNERON,
Hégésippe Cormier, Deansfa, Fulax, Caerbannog, Elg, Calimo, TwoWings, Eskimbot, [email protected], Mathieuvernin, Jamian, BeatrixBelibaste,
Windu.2b, Esprit Fugace, Barraki, Playtime, Freddo, AntonyB, Apophisnico, SamuelFreli, Chaoborus, K'm, Brunodesacacias, Sub, Xiawi, TiboF, Lacios, Simon Villeneuve, HAF 932, Parch, VolkovBot, Alpheb, Marin M., Jesmar, Orthomaniaque, Kyro, STBot~frwiki,
SniperMaské, GLec, Rinaku, MeGAmeS1, HerculeBot, Arkane, SilvonenBot, ZetudBot, MicroCitron, Ggal, JackPotte, Swek60, Herr
Satz, Luckas-bot, Amirobot, Tigrul-alb, Archimëa, Theomanou, Jul13520, Cantons-de-l'Est, Nairod.brain, Xqbot, Mquandalle, Kopiersperre, Coyote du 57, Lomita, Notron, NicoScPo, RedBot, Jno972, Wkpacman, PAC2, Zokiu, Je suis trop bot, EmausBot, Salsero35,
Al3xis-pires, Iceman247, ZéroBot, Ebrambot, GV718, ChuispastonBot, Adrien.Chopin, XDamx, LinedBot, 0x010C, Juancameneses11,
Murkrig, MerlIwBot, Mfick2, OrlodrimBot, Fmarichez, LeZ09, Titlutin, PardusTigris, Senveck, YANN92340, Housterdam, Hoolay,
Addbot, Fifi623, Mosahih, Bastien F, Kappalambda, Fugitron, Civrio, Misterreda23, LeMidificateur et Anonyme : 71
39.6.2
Images
• Fichier:A_Google_Glass_wearer.jpg Source : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/a/a8/A_Google_Glass_wearer.jpg Licence : CC BY 2.0 Contributeurs : Flickr : Loïc Le Meur on Google Glass Artiste d’origine : Loïc Le Meur
• Fichier:AlphabetOrganisation.jpg Source : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/9/98/AlphabetOrganisation.jpg Licence :
CC BY-SA 4.0 Contributeurs : Travail personnel Artiste d’origine : Brisingoldor
• Fichier:AndroidMarket.png Source : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/fr/b/ba/AndroidMarket.png Licence : marque déposée
Contributeurs :
http://www.rhatec.net/ Artiste d’origine :
Google
• Fichier:Android_4.0.png Source : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/e/e7/Android_4.0.png Licence : CC BY 2.5 Contributeurs : http://developer.android.com/sdk/android-4.0-highlights.html Artiste d’origine : Android Open Source project
• Fichier:Android_6.0-en.png Source : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/d/d9/Android_6.0-en.png Licence : Apache
License 2.0 Contributeurs : User-created screenshot Artiste d’origine : Google, AOSP
• Fichier:Android_robot.svg Source : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/d/d7/Android_robot.svg Licence : CC BY 3.0
Contributeurs : Le site officiel pour télécharger des goodies Android (fichiers GIF et PS) : Artiste d’origine : Google Inc.
• Fichier:Android_robot_2014.svg Source : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/d/db/Android_robot_2014.svg Licence :
CC BY 3.0 Contributeurs : File:Android robot.svg, https://android.com Artiste d’origine : Google
• Fichier:Applications-internet.svg Source : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/7/70/Applications-internet.svg Licence :
Public domain Contributeurs : The Tango ! Desktop Project Artiste d’origine : The people from the Tango ! project
• Fichier:Asia_Globe_NASA.jpg Source : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/3/31/Asia_Globe_NASA.jpg Licence : Public domain Contributeurs : ? Artiste d’origine : ?
• Fichier:Blue_pencil.svg Source : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/7/73/Blue_pencil.svg Licence : Public domain Contributeurs : File:Arbcom ru editing.svg by User:VasilievVV with color change by user:Jarekt Artiste d’origine : User:VasilievVV and user:
Jarekt
• Fichier:Capacite-gmail.png Source : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/6/62/Capacite-gmail.png Licence : Public domain Contributeurs : travail personnel - données : Wikipedia Artiste d’origine : Haflinger
• Fichier:Chromebook_Pixel_(WiFi)_open.JPG Source : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/6/63/Chromebook_Pixel_
%28WiFi%29_open.JPG Licence : CC BY-SA 3.0 Contributeurs : Travail personnel Artiste d’origine : Pmsyyz
• Fichier:Chromium_OS_Google_Drive_NRLTY.png Source : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/6/6e/Chromium_OS_
Google_Drive_NRLTY.png Licence : Attribution Contributeurs : Open Source OS Screenshot Artiste d’origine : Google Inc., NotinREALITY
• Fichier:Circle_frame.svg Source : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/1/18/Circle_frame.svg Licence : Public domain
Contributeurs : Travail personnel Artiste d’origine : PleaseStand
• Fichier:Ciudad.svg Source : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/b/b0/Ciudad.svg Licence : GFDL Contributeurs : Travail
personnel Artiste d’origine : Ecelan
• Fichier:Correo_de_Gmail.png Source : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/e/e2/Correo_de_Gmail.png Licence : CC
BY-SA 4.0 Contributeurs : Travail personnel Artiste d’origine : Cardpocks349
• Fichier:Crystal_128_knode.png Source : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/8/84/Crystal_128_knode.png Licence : LGPL Contributeurs : All Crystal icons were posted by the author as LGPL on kde-look Artiste d’origine : Everaldo Coelho (YellowIcon) ;
39.6. SOURCES, CONTRIBUTEURS ET LICENCES DU TEXTE ET DE L’IMAGE
177
• Fichier:Crystal_Clear_app_linneighborhood.png Source : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/d/d0/Crystal_Clear_app_
linneighborhood.png Licence : LGPL Contributeurs : All Crystal icons were posted by the author as LGPL on kde-look Artiste d’origine :
Everaldo Coelho and YellowIcon
• Fichier:Crystal_kpackage.png Source : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/4/40/Crystal_kpackage.png Licence : LGPL
Contributeurs : All Crystal icons were posted by the author as LGPL on kde-look Artiste d’origine : Everaldo Coelho (YellowIcon) ;
• Fichier:Crystal_mycomputer.png Source : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/e/e3/Crystal_mycomputer.png Licence :
LGPL Contributeurs : All Crystal icons were posted by the author as LGPL on kde-look Artiste d’origine : Everaldo Coelho (YellowIcon) ;
• Fichier:Disambig_colour.svg Source : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/3/3e/Disambig_colour.svg Licence : Public
domain Contributeurs : Travail personnel Artiste d’origine : Bub’s
• Fichier:Factory.svg Source : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/a/a2/Factory.svg Licence : Public domain Contributeurs :
Self-made, taken from Image :1 9 2 9.svg Artiste d’origine : Howard Cheng
• Fichier:Flag_of_Alaska.svg Source : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/e/e6/Flag_of_Alaska.svg Licence : CC0 Contributeurs : ? Artiste d’origine : ?
• Fichier:Flag_of_Andorra.svg Source : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/1/19/Flag_of_Andorra.svg Licence : Public
domain Contributeurs : Llibre de normes gràfiques per a la reproducció i aplicació dels signes d'Estat per als quals el Govern és autoritat
competent (Aprovat pel Govern en la sessió del dia 5 de maig de 1999) Artiste d’origine : HansenBCN
• Fichier:Flag_of_Antarctica.svg Source : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/f/fa/Flag_of_Antarctica.svg Licence : CC0
Contributeurs : ? Artiste d’origine : ?
• Fichier:Flag_of_Argentina.svg Source : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/1/1a/Flag_of_Argentina.svg Licence : Public domain Contributeurs : Here, based on : http://manuelbelgrano.gov.ar/bandera/creacion-de-la-bandera-nacional/ Artiste d’origine :
Government of Argentina
• Fichier:Flag_of_Australia.svg Source : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/b/b9/Flag_of_Australia.svg Licence : Public
domain Contributeurs : Travail personnel Artiste d’origine : Ian Fieggen
• Fichier:Flag_of_Austria.svg Source : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/4/41/Flag_of_Austria.svg Licence : Public domain Contributeurs : Travail personnel, http://www.bmlv.gv.at/abzeichen/dekorationen.shtml Artiste d’origine : User:SKopp
• Fichier:Flag_of_Belgium_(civil).svg Source : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/9/92/Flag_of_Belgium_%28civil%29.
svg Licence : Public domain Contributeurs : ? Artiste d’origine : ?
• Fichier:Flag_of_Bhutan.svg Source : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/9/91/Flag_of_Bhutan.svg Licence : Public domain Contributeurs : Originally from the Open Clip Art website, then replaced with an improved version. Artiste d’origine : w :en:User:
Nightstallion (original uploader), the author of xrmap (improved version)
• Fichier:Flag_of_Botswana.svg Source : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/f/fa/Flag_of_Botswana.svg Licence : Public
domain Contributeurs : Drawn by User:SKopp, rewritten by User:Gabbe, rewritten by User:Madden Artiste d’origine : User:SKopp, User:
Gabbe, User:Madden
• Fichier:Flag_of_Brazil.svg Source : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/0/05/Flag_of_Brazil.svg Licence : Public domain Contributeurs : SVG implementation of law n. 5700/1971. Similar file available at Portal of the Brazilian Government (accessed in
November 4, 2011) Artiste d’origine : Governo do Brasil
• Fichier:Flag_of_Bulgaria.svg Source : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/9/9a/Flag_of_Bulgaria.svg Licence : Public
domain Contributeurs : The flag of Bulgaria. The colors are specified at http://www.government.bg/cgi-bin/e-cms/vis/vis.pl?s=001&p=
0034&n=000005&g= as : Artiste d’origine : SKopp
• Fichier:Flag_of_California.svg Source : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/0/01/Flag_of_California.svg Licence : Public domain Contributeurs : Travail personnel Artiste d’origine : Devin Cook
• Fichier:Flag_of_Cambodia.svg Source : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/8/83/Flag_of_Cambodia.svg Licence : CC0
Contributeurs : File:Flag_of_Cambodia.svg Artiste d’origine : Draw new flag by User :
_
• Fichier:Flag_of_Canada.svg Source : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/c/cf/Flag_of_Canada.svg Licence : Public domain Contributeurs : ? Artiste d’origine : ?
• Fichier:Flag_of_Chile.svg Source : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/7/78/Flag_of_Chile.svg Licence : Public domain
Contributeurs : Travail personnel Artiste d’origine : SKopp
• Fichier:Flag_of_Colombia.svg Source : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/2/21/Flag_of_Colombia.svg Licence : Public domain Contributeurs : Drawn by User:SKopp Artiste d’origine : SKopp
• Fichier:Flag_of_Croatia.svg Source : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/1/1b/Flag_of_Croatia.svg Licence : Public domain Contributeurs : http://www.sabor.hr/Default.aspx?sec=4317 Artiste d’origine : Nightstallion, Elephantus, Neoneo13, Denelson83,
Rainman, R-41, Minestrone, Lupo, Zscout370,
<a href='//commons.wikimedia.org/wiki/User:MaGa' title='User:MaGa'>Ma</a><a href='//commons.wikimedia.org/wiki/File:Croatian_
squares_Ljubicic.png' class='image'><img alt='Croatian squares Ljubicic.png' src='https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/
thumb/7/7f/Croatian_squares_Ljubicic.png/15px-Croatian_squares_Ljubicic.png' width='15' height='15' srcset='https://upload.wikimedia.
org/wikipedia/commons/thumb/7/7f/Croatian_squares_Ljubicic.png/23px-Croatian_squares_Ljubicic.png 1.5x, https://upload.wikimedia.
org/wikipedia/commons/thumb/7/7f/Croatian_squares_Ljubicic.png/30px-Croatian_squares_Ljubicic.png 2x' data-file-width='202' datafile-height='202' /></a><a href='//commons.wikimedia.org/wiki/User_talk:MaGa' title='User talk:MaGa'>Ga</a> (based on Decision
of the Parliament)
• Fichier:Flag_of_Côte_d'Ivoire.svg Source : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/f/fe/Flag_of_C%C3%B4te_d%27Ivoire.
svg Licence : Public domain Contributeurs : Travail personnel Artiste d’origine : Jon Harald Søby
• Fichier:Flag_of_Denmark.svg Source : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/9/9c/Flag_of_Denmark.svg Licence : Public
domain Contributeurs : Travail personnel Artiste d’origine : User:Madden
178
CHAPITRE 39. LOGO DE GOOGLE
• Fichier:Flag_of_Ecuador.svg Source : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/e/e8/Flag_of_Ecuador.svg Licence : Public
domain Contributeurs : http://www.presidencia.gob.ec/pdf/Simbolos-Patrios.pdf Artiste d’origine : President of the Republic of Ecuador,
Zscout370
• Fichier:Flag_of_England.svg Source : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/b/be/Flag_of_England.svg Licence : Public
domain Contributeurs : Travail personnel Artiste d’origine : (Vector graphics by Nicholas Shanks)
• Fichier:Flag_of_Estonia.svg Source : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/8/8f/Flag_of_Estonia.svg Licence : Public domain Contributeurs : http://www.riigikantselei.ee/?id=73847 Artiste d’origine : Originally drawn by User:SKopp. Blue colour changed by
User:PeepP to match the image at [1].
• Fichier:Flag_of_Finland.svg Source : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/b/bc/Flag_of_Finland.svg Licence : Public domain Contributeurs : http://www.finlex.fi/fi/laki/ajantasa/1978/19780380 Artiste d’origine : Drawn by User:SKopp
• Fichier:Flag_of_France.svg Source : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/c/c3/Flag_of_France.svg Licence : Public domain Contributeurs : http://www.diplomatie.gouv.fr/de/frankreich_3/frankreich-entdecken_244/portrat-frankreichs_247/die-symbole-der-franzosischen-repub
260/trikolore-die-nationalfahne_114.html Artiste d’origine : This graphic was drawn by SKopp.
• Fichier:Flag_of_Germany.svg Source : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/b/ba/Flag_of_Germany.svg Licence : Public
domain Contributeurs : ? Artiste d’origine : ?
• Fichier:Flag_of_Gibraltar.svg Source : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/0/02/Flag_of_Gibraltar.svg Licence : Public
domain Contributeurs : based on the original coat of arms of Gibraltar, granted in 1502 Artiste d’origine : Created on behalf of Isabella I
of Castile in 1502 ; this version uploaded by Denelson83 (discussion · contributions)
• Fichier:Flag_of_Greece.svg Source : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/5/5c/Flag_of_Greece.svg Licence : Public domain Contributeurs : own code Artiste d’origine : (of code) cs:User:-xfi- (talk)
• Fichier:Flag_of_Guernsey.svg Source : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/f/fa/Flag_of_Guernsey.svg Licence : CC0
Contributeurs : From the Open Clip Art website. Artiste d’origine : User:Nightstallion
• Fichier:Flag_of_Hawaii.svg Source : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/e/ef/Flag_of_Hawaii.svg Licence : Public domain Contributeurs : http://openclipart.org/clipart/signs_and_symbols/flags/america/united_states/usa_hawaii.svg Artiste d’origine : ?
• Fichier:Flag_of_Hong_Kong.svg Source : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/5/5b/Flag_of_Hong_Kong.svg Licence :
Public domain Contributeurs : http://www.protocol.gov.hk/flags/chi/r_flag/index.html Artiste d’origine : Tao Ho
• Fichier:Flag_of_Hungary.svg Source : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/c/c1/Flag_of_Hungary.svg Licence : Public
domain Contributeurs :
• Flags of the World – Hungary Artiste d’origine : SKopp
• Fichier:Flag_of_Iceland.svg Source : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/c/ce/Flag_of_Iceland.svg Licence : Public domain Contributeurs : Islandic National Flag Artiste d’origine : Ævar Arnfjörð Bjarmason, Zscout370 and others
• Fichier:Flag_of_India.svg Source : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/4/41/Flag_of_India.svg Licence : Public domain
Contributeurs : <a href='//commons.wikimedia.org/wiki/Category:Vexillological_symbols' title='↑'><img alt='↑' src='https://upload.wikimedia.
org/wikipedia/commons/thumb/6/6f/FIAV_111000.svg/23px-FIAV_111000.svg.png' width='23' height='15' class='thumbborder' srcset='https:
//upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/6/6f/FIAV_111000.svg/35px-FIAV_111000.svg.png 1.5x, https://upload.wikimedia.
org/wikipedia/commons/thumb/6/6f/FIAV_111000.svg/46px-FIAV_111000.svg.png 2x' data-file-width='320' data-file-height='210' /></a>↑
Artiste d’origine : User:SKopp
• Fichier:Flag_of_Indonesia.svg Source : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/9/9f/Flag_of_Indonesia.svg Licence : Public domain Contributeurs : Law : s :id:Undang-Undang Republik Indonesia Nomor 24 Tahun 2009 (http://badanbahasa.kemdiknas.go.
id/lamanbahasa/sites/default/files/UU_2009_24.pdf) Artiste d’origine : Drawn by User:SKopp, rewritten by User:Gabbe
• Fichier:Flag_of_Ireland.svg Source : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/4/45/Flag_of_Ireland.svg Licence : Public domain Contributeurs : Drawn by User:SKopp Artiste d’origine : ?
• Fichier:Flag_of_Israel.svg Source : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/d/d4/Flag_of_Israel.svg Licence : Public domain
Contributeurs : http://www.mfa.gov.il/MFA/History/Modern%20History/Israel%20at%2050/The%20Flag%20and%20the%20Emblem
Artiste d’origine : “The Provisional Council of State Proclamation of the Flag of the State of Israel” of 25 Tishrei 5709 (28 October 1948)
provides the official specification for the design of the Israeli flag.
• Fichier:Flag_of_Italy.svg Source : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/0/03/Flag_of_Italy.svg Licence : Public domain
Contributeurs : There has been a long discussion on the colors of this flag. Please read the talk page before editing or reverting this image.
Pantone to RGB performed by http://www.pantone.com/pages/pantone/colorfinder.aspx Artiste d’origine : see below
• Fichier:Flag_of_Japan.svg Source : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/9/9e/Flag_of_Japan.svg Licence : Public domain Contributeurs : Law Concerning the National Flag and Anthem (1999) URL link in English, actual law (Japanese ; colors from
http://www.mod.go.jp/j/info/nds/siyousyo/dsp_list_j.htm#Z8701 Artiste d’origine : Various
• Fichier:Flag_of_Jersey.svg Source : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/1/1c/Flag_of_Jersey.svg Licence : Public domain Contributeurs : ? Artiste d’origine : ?
• Fichier:Flag_of_Kosovo.svg Source : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/1/1f/Flag_of_Kosovo.svg Licence : CC-BYSA-3.0 Contributeurs : Originally from Image:Flag of Kosovo.png. Artiste d’origine : Cradel (current version), earlier version by Ningyou
• Fichier:Flag_of_Latvia.svg Source : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/8/84/Flag_of_Latvia.svg Licence : Public domain Contributeurs : Travail personnel Artiste d’origine : SKopp
• Fichier:Flag_of_Lesotho.svg Source : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/4/4a/Flag_of_Lesotho.svg Licence : Public
domain Contributeurs : Travail personnel Artiste d’origine : Zscout370
• Fichier:Flag_of_Lithuania.svg Source : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/1/11/Flag_of_Lithuania.svg Licence : Public domain Contributeurs : Travail personnel Artiste d’origine : SuffKopp
39.6. SOURCES, CONTRIBUTEURS ET LICENCES DU TEXTE ET DE L’IMAGE
179
• Fichier:Flag_of_Luxembourg.svg Source : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/d/da/Flag_of_Luxembourg.svg Licence :
Public domain Contributeurs : Travail personnel http://www.legilux.public.lu/leg/a/archives/1972/0051/a051.pdf#page=2, colors from
http://www.legilux.public.lu/leg/a/archives/1993/0731609/0731609.pdf Artiste d’origine : Drawn by User:SKopp
• Fichier:Flag_of_Macau.svg Source : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/6/63/Flag_of_Macau.svg Licence : Public domain Contributeurs : GB 17654-1999
Artiste d’origine : PhiLiP
• Fichier:Flag_of_Macedonia.svg Source : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/f/f8/Flag_of_Macedonia.svg Licence : Public domain Contributeurs : Travail personnel Artiste d’origine : User:SKopp, rewritten by User:Gabbe
• Fichier:Flag_of_Madeira.svg Source : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/a/a4/Flag_of_Madeira.svg Licence : CC BYSA 1.0 Contributeurs : ? Artiste d’origine : ?
• Fichier:Flag_of_Malaysia.svg Source : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/6/66/Flag_of_Malaysia.svg Licence : Public
domain Contributeurs : Create based on the Malaysian Government Website (archive version)
Artiste d’origine : SKopp, Zscout370 and Ranking Update
• Fichier:Flag_of_Malta.svg Source : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/7/73/Flag_of_Malta.svg Licence : CC0 Contributeurs : ? Artiste d’origine : ?
• Fichier:Flag_of_Mexico.svg Source : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/f/fc/Flag_of_Mexico.svg Licence : Public domain Contributeurs : Cette image vectorielle a été créée avec Inkscape. Artiste d’origine : Alex Covarrubias, 9 April 2006
• Fichier:Flag_of_Monaco.svg Source : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/e/ea/Flag_of_Monaco.svg Licence : Public
domain Contributeurs : ? Artiste d’origine : ?
• Fichier:Flag_of_Montenegro.svg Source : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/6/64/Flag_of_Montenegro.svg Licence :
Public domain Contributeurs : Travail personnel Artiste d’origine : B1mbo, Froztbyte
• Fichier:Flag_of_Morocco.svg Source : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/2/2c/Flag_of_Morocco.svg Licence : Public
domain Contributeurs : Flag of the Kingdom of Morocco
Moroccan royal decree (17 November 1915)
Artiste d’origine : Denelson83, Zscout370
• Fichier:Flag_of_Namibia.svg Source : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/0/00/Flag_of_Namibia.svg Licence : Public
domain Contributeurs : ? Artiste d’origine : ?
• Fichier:Flag_of_Nepal.svg Source : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/9/9b/Flag_of_Nepal.svg Licence : Public domain Contributeurs : Constitution of The Kingdom of Nepal, Article 5, Schedule 1 [1] Artiste d’origine : Drawn by User:Pumbaa80,
User:Achim1999
• Fichier:Flag_of_New_Zealand.svg Source : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/3/3e/Flag_of_New_Zealand.svg Licence :
Public domain Contributeurs : http://www.mch.govt.nz/files/NZ%20Flag%20-%20proportions.JPG Artiste d’origine : Zscout370, Hugh
Jass and many others
• Fichier:Flag_of_Norway.svg Source : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/d/d9/Flag_of_Norway.svg Licence : Public
domain Contributeurs : Travail personnel Artiste d’origine : Dbenbenn
• Fichier:Flag_of_Pakistan.svg Source : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/3/32/Flag_of_Pakistan.svg Licence : Public
domain Contributeurs : The drawing and the colors were based from flagspot.net. Artiste d’origine : User:Zscout370
• Fichier:Flag_of_Palestine.svg Source : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/0/00/Flag_of_Palestine.svg Licence : Public
domain Contributeurs : Travail personnel. Based on Law No. 5 for the year 2006 amending some provisions of Law No. 22 for the year
2005 on the Sanctity of the Palestinian Flag Artiste d’origine : Orionist, previous versions by Makaristos, Mysid, etc.
• Fichier:Flag_of_Peru.svg Source : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/c/cf/Flag_of_Peru.svg Licence : Public domain
Contributeurs : Peru Artiste d’origine : David Benbennick
• Fichier:Flag_of_Poland.svg Source : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/1/12/Flag_of_Poland.svg Licence : Public domain Contributeurs : Own work, modified color values by text substitution in the existing file Artiste d’origine : Mareklug, Wanted
• Fichier:Flag_of_Portugal.svg Source : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/5/5c/Flag_of_Portugal.svg Licence : Public
domain Contributeurs : http://jorgesampaio.arquivo.presidencia.pt/pt/republica/simbolos/bandeiras/index.html#imgs Artiste d’origine :
Columbano Bordalo Pinheiro (1910 ; generic design) ; Vítor Luís Rodrigues ; António Martins-Tuválkin (2004 ; this specific vector set :
see sources)
• Fichier:Flag_of_Romania.svg Source : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/7/73/Flag_of_Romania.svg Licence : Public
domain Contributeurs : Travail personnel Artiste d’origine : AdiJapan
• Fichier:Flag_of_Russia.svg Source : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/f/f3/Flag_of_Russia.svg Licence : Public domain Contributeurs : Государственный флаг Российской Федерации. Цвета флага : (Blue - Pantone 286 C, Red - Pantone 485 C)
взяты из [1][2][3][4] Artiste d’origine : Zscout370
• Fichier:Flag_of_San_Francisco.svg Source : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/a/af/Flag_of_San_Francisco.svg Licence : Public domain Contributeurs : http://vector-images.com/image.php?epsid=6058 Artiste d’origine :
• Converted from EPS to SVG by : Oren neu dag
• Fichier:Flag_of_San_Marino.svg Source : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/b/b1/Flag_of_San_Marino.svg Licence :
Public domain Contributeurs : Travail personnel : [/Users/bicio/Desktop/Cailungo logo 40°.jpg] Artiste d’origine : Zscout370
• Fichier:Flag_of_Scotland.svg Source : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/1/10/Flag_of_Scotland.svg Licence : Public
domain Contributeurs : http://kbolino.freeshell.org/svg/scotland.svg Artiste d’origine : none known
• Fichier:Flag_of_Serbia.svg Source : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/f/ff/Flag_of_Serbia.svg Licence : Public domain Contributeurs : From http://www.parlament.gov.rs/content/cir/o_skupstini/simboli/simboli.asp. Artiste d’origine : sodipodi.com
180
CHAPITRE 39. LOGO DE GOOGLE
• Fichier:Flag_of_Singapore.svg Source : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/4/48/Flag_of_Singapore.svg Licence : Public domain Contributeurs : The drawing was based from http://app.www.sg/who/42/National-Flag.aspx. Colors from the book : (2001).
The National Symbols Kit. Singapore : Ministry of Information, Communications and the Arts. pp. 5. ISBN 8880968010 Pantone 032 shade
from http://www.pantone.com/pages/pantone/colorfinder.aspx?c_id=13050 Artiste d’origine : Various
• Fichier:Flag_of_Slovakia.svg Source : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/e/e6/Flag_of_Slovakia.svg Licence : Public
domain Contributeurs : Travail personnel ; here, colors Artiste d’origine : SKopp
• Fichier:Flag_of_Slovenia.svg Source : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/f/f0/Flag_of_Slovenia.svg Licence : Public
domain Contributeurs : Travail personnel construction sheet from http://flagspot.net/flags/si%27.html#coa Artiste d’origine : User:Achim1999
• Fichier:Flag_of_South_Africa.svg Source : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/a/af/Flag_of_South_Africa.svg Licence :
Public domain Contributeurs : Per specifications in the Constitution of South Africa, Schedule 1 - National flag Artiste d’origine : Flag design
by Frederick Brownell, image by Wikimedia Commons users
• Fichier:Flag_of_South_Korea.svg Source : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/0/09/Flag_of_South_Korea.svg Licence :
Public domain Contributeurs : Ordinance Act of the Law concerning the National Flag of the Republic of Korea, Construction and color
guidelines (Russian/English) ← This site is not exist now.(2012.06.05) Artiste d’origine : Various
• Fichier:Flag_of_Spain.svg Source : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/9/9a/Flag_of_Spain.svg Licence : CC0 Contributeurs : ["Sodipodi.com Clipart Gallery”. Original link no longer available ] Artiste d’origine : Pedro A. Gracia Fajardo, escudo de Manual
de Imagen Institucional de la Administración General del Estado
• Fichier:Flag_of_Swaziland.svg Source : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/1/1e/Flag_of_Swaziland.svg Licence : CC0
Contributeurs : ? Artiste d’origine : ?
• Fichier:Flag_of_Sweden.svg Source : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/4/4c/Flag_of_Sweden.svg Licence : Public domain Contributeurs : This flag is regulated by Swedish Law, Act 1970 :498, which states that “in commercial activities, the coats of arms, the
flag or other official insignia of Sweden may not be used in a trademark or other insignia for products or services without proper authorization.
This includes any mark or text referring to the Swedish government which thus can give the commercial mark a sign of official endorsement.
This includes municipal coats of arms which are registered. Carl Wadenstierna” http://www.notisum.se/rnp/sls/lag/19700498.HTM] Artiste
d’origine : Jon Harald Søby and others. All authors are listed in the “File versions” section below.
• Fichier:Flag_of_Switzerland.svg Source : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/f/f3/Flag_of_Switzerland.svg Licence :
Public domain Contributeurs : PDF Colors Construction sheet Artiste d’origine : User:Marc Mongenet
Credits :
• Fichier:Flag_of_Tanzania.svg Source : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/3/38/Flag_of_Tanzania.svg Licence : Public
domain Contributeurs : ? Artiste d’origine : ?
• Fichier:Flag_of_Tasmania.svg Source : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/4/46/Flag_of_Tasmania.svg Licence : Public domain Contributeurs : Aucune source lisible par la machine fournie. « Travail personnel » supposé (étant donné la revendication de
droit d’auteur). Artiste d’origine : Pas d’auteur lisible par la machine identifié. Denelson83 supposé (étant donné la revendication de droit
d’auteur).
• Fichier:Flag_of_Thailand.svg Source : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/a/a9/Flag_of_Thailand.svg Licence : Public
domain Contributeurs : Travail personnel Artiste d’origine : Zscout370
• Fichier:Flag_of_Turkey.svg Source : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/b/b4/Flag_of_Turkey.svg Licence : Public domain Contributeurs : Turkish Flag Law (Türk Bayrağı Kanunu), Law nr. 2893 of 22 September 1983. Text (in Turkish) at the website of
the Turkish Historical Society (Türk Tarih Kurumu) Artiste d’origine : David Benbennick (original author)
• Fichier:Flag_of_Ukraine.svg Source : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/4/49/Flag_of_Ukraine.svg Licence : Public
domain Contributeurs : ДСТУ 4512 :2006 - Державний прапор України. Загальні технічні умови
SVG : 2010
Artiste d’origine : України
• Fichier:Flag_of_Wales_2.svg Source : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/5/59/Flag_of_Wales_2.svg Licence : Public
domain Contributeurs : Open Clipart Library Artiste d’origine : Unknown
Vector graphics by Tobias Jakobs
• Fichier:Flag_of_the_Azores.svg Source : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/6/6c/Flag_of_the_Azores.svg Licence : Public domain Contributeurs : Travail personnel. Original rendition derived from the legal description of the flag. Artiste d’origine : Tonyjeff
• Fichier:Flag_of_the_Balearic_Islands.svg Source : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/7/7b/Flag_of_the_Balearic_Islands.
svg Licence : CC0 Contributeurs : ? Artiste d’origine : ?
• Fichier:Flag_of_the_Canary_Islands.svg Source : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/b/b0/Flag_of_the_Canary_Islands.
svg Licence : Public domain Contributeurs : ? Artiste d’origine : ?
• Fichier:Flag_of_the_Czech_Republic.svg Source : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/c/cb/Flag_of_the_Czech_Republic.
svg Licence : Public domain Contributeurs :
• -xfi-'s file
• -xfi-'s code
• Zirland’s codes of colors
Artiste d’origine :
(of code) : SVG version by cs :-xfi-.
39.6. SOURCES, CONTRIBUTEURS ET LICENCES DU TEXTE ET DE L’IMAGE
181
• Fichier:Flag_of_the_Isle_of_Mann.svg Source : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/5/5d/Flag_of_the_Isle_of_Mann.
svg Licence : CC0 Contributeurs : Cette image vectorielle contient des éléments, éventuellement modifiés, qui ont été extraits de : <a
href='//commons.wikimedia.org/wiki/File:Flag_of_the_Isle_of_Man.svg' class='image'><img alt='Flag of the Isle of Man.svg' src='https:
//upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/b/bc/Flag_of_the_Isle_of_Man.svg/40px-Flag_of_the_Isle_of_Man.svg.png' width='40'
height='20' srcset='https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/b/bc/Flag_of_the_Isle_of_Man.svg/60px-Flag_of_the_Isle_
of_Man.svg.png 1.5x, https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/b/bc/Flag_of_the_Isle_of_Man.svg/80px-Flag_of_the_
Isle_of_Man.svg.png 2x' data-file-width='600' data-file-height='300' /></a> Flag of the Isle of Man.svg. Artiste d’origine : <a href='//commons.
wikimedia.org/wiki/User:Fry1989' title='User:Fry1989'>Fry1989</a> <a href='//commons.wikimedia.org/wiki/User_talk:Fry1989' title='User talk:Fry1989'>eh ?</a>
• Fichier:Flag_of_the_Netherlands.svg Source : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/2/20/Flag_of_the_Netherlands.svg
Licence : Public domain Contributeurs : Travail personnel Artiste d’origine : Zscout370
• Fichier:Flag_of_the_People’{}s_Republic_of_China.svg Source : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/f/fa/Flag_of_the_
People%27s_Republic_of_China.svg Licence : Public domain Contributeurs : Travail personnel, http://www.protocol.gov.hk/flags/eng/
n_flag/design.html Artiste d’origine : Drawn by User:SKopp, redrawn by User:Denelson83 and User:Zscout370
• Fichier:Flag_of_the_Philippines.svg Source : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/9/99/Flag_of_the_Philippines.svg Licence : Public domain Contributeurs : The design was taken from [1] and the colors were also taken from a Government website Artiste
d’origine : User:Achim1999
• Fichier:Flag_of_the_Republic_of_China.svg Source : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/7/72/Flag_of_the_Republic_
of_China.svg Licence : Public domain Contributeurs : [1] Artiste d’origine : User:SKopp
• Fichier:Flag_of_the_United_Kingdom.svg Source : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/a/ae/Flag_of_the_United_Kingdom.
svg Licence : Public domain Contributeurs : Travail personnel per data at http://flagspot.net/flags/gb.html Artiste d’origine : Original flag
by Acts of Union 1800
• Fichier:Flag_of_the_United_States.svg Source : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/a/a4/Flag_of_the_United_States.
svg Licence : Public domain Contributeurs : SVG implementation of U. S. Code : Title 4, Chapter 1, Section 1 [1] (the United States
Federal “Flag Law”). Artiste d’origine : Dbenbenn, Zscout370, Jacobolus, Indolences, Technion.
• Fichier:Flag_of_Åland.svg Source : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/5/52/Flag_of_%C3%85land.svg Licence : Public domain Contributeurs : Travail personnel Artiste d’origine : created by en:User:Zscout370
• Fichier:Front_view_of_Nexus_7_(cropped).png Source : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/8/83/Front_view_of_Nexus_
7_%28cropped%29.png Licence : CC BY 2.5 Contributeurs : https://developer.android.com/design/media/index_landing_page.png Artiste d’origine : Developers.android.com
• Fichier:GNU_and_Tux.svg Source : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/5/53/GNU_and_Tux.svg Licence : FAL Contributeurs : https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Heckert_GNU_white.svg https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Tux.svg Artiste
d’origine : Tux.svg : Larry Ewing, Simon Budig, Anja Gerwinski Heckert_GNU_white.svg : Aurelio A. Heckert <[email protected]>
• Fichier:Galaxy_Note.jpg Source : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/a/a1/Galaxy_Note.jpg Licence : CC BY 2.5 Contributeurs : Travail personnel Artiste d’origine :
• Fichier:Gmail_correo.jpg Source : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/e/e9/Gmail_correo.jpg Licence : CC BY-SA 4.0
Contributeurs : http://www.iniciarsesioncorreoelectronico.com/ Artiste d’origine : Nelidahaydee
• Fichier:Google-agenda.gif Source : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/1/1b/Google-agenda.gif Licence : CC BY-SA
3.0 Contributeurs : {{[https://www.google.com/accounts/ServiceLogin?service=cl&passive=1209600&continue=http%3A%2F%2Fwww.
google.com%2Fcalendar%2Frender%3Fhl%3Dfr%26tab%3Dwc&followup=http%3A%2F%2Fwww.google.com%2Fcalendar%2Frender%
3Fhl%3Dfr%26tab%3Dwc&hl=fr%7D%7D https://www.google.com/accounts/ServiceLogin?service=cl&passive=1209600&continue=
http%3A%2F%2Fwww.google.com%2Fcalendar%2Frender%3Fhl%3Dfr%26tab%3Dwc&followup=http%3A%2F%2Fwww.google.com%
2Fcalendar%2Frender%3Fhl%3Dfr%26tab%3Dwc&hl=fr}}] Artiste d’origine : Nezdek
• Fichier:GoogleDocs.jpg Source : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/1/14/GoogleDocs.jpg Licence : Public domain Contributeurs : https://www.google.com/accounts/ServiceLogin?service=writely&passive=1209600&continue=http://docs.google.com/?hl%3Dde%
26tab%3Dwo&followup=http://docs.google.com/?hl%3Dde%26tab%3Dwo&ltmpl=homepage&hl=de Artiste d’origine : ?
• Fichier:Google_\char"0022\relax{}G\char"0022\relax{}_Logo.svg Source : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/5/53/
Google_%22G%22_Logo.svg Licence : Public domain Contributeurs : Travail personnel Artiste d’origine : SLembas
• Fichier:Google_2015_logo.svg Source : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/2/2f/Google_2015_logo.svg Licence : Public domain Contributeurs : Google Artiste d’origine : Google (vectorisé par Madeck, originellement par Fugitron)
• Fichier:Google_Adsense_logo.png Source : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/9/97/Google_Adsense_logo.png Licence :
Public domain Contributeurs : retrieved from http://adsense.google.com Artiste d’origine : Original téléversé par PNG crusade bot sur
Wikipedia anglais
• Fichier:Google_Alerts_logo.png Source : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/4/49/Google_Alerts_logo.png Licence :
Public domain Contributeurs : https://www.google.com/intl/en_us/images/logos/alerts_logo.png Artiste d’origine : Google
• Fichier:Google_Analytics_2014.png Source : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/6/67/Google_Analytics_2014.png Licence : Public domain Contributeurs : http://www.google.com/analytics/web/s/logo-ga.png Artiste d’origine : Google, Inc.
• Fichier:Google_Books_logo_2015.PNG Source : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/3/38/Google_Books_logo_2015.
PNG Licence : Public domain Contributeurs : https://books.google.com/ Artiste d’origine : Google
• Fichier:Google_Chrome_2011_Logo.svg Source : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/0/01/Google_Chrome_icon_and_
wordmark_%282011%29.svg Licence : CC BY 2.5 Contributeurs : http://www.google.com/press/images.html Artiste d’origine : Google
Inc.
• Fichier:Google_Drive_logo.png Source : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/d/da/Google_Drive_logo.png Licence : Public domain Contributeurs : https://www.google.com/drive/ Artiste d’origine : Google
182
CHAPITRE 39. LOGO DE GOOGLE
• Fichier:Google_Glass_Explorer_Edition.jpeg Source : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/2/25/Google_Glass_Explorer_
Edition.jpeg Licence : CC BY-SA 2.0 Contributeurs : Flickr Artiste d’origine : Tedeytan
• Fichier:Google_Glass_detail.jpg Source : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/7/76/Google_Glass_detail.jpg Licence :
CC BY 3.0 Contributeurs : http://www.flickr.com/photos/azugaldia/7457645618 Artiste d’origine : Antonio Zugaldia
• Fichier:Google_Glass_logo(black).svg Source : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/0/03/Google_Glass_logo%28black%
29.svg Licence : Public domain Contributeurs : https://www.google.com/glass/start/ Artiste d’origine : Google
• Fichier:Google_Images_2015_logo.svg Source : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/7/77/Google_Images_2015_logo.
svg Licence : Public domain Contributeurs : Google Images Artiste d’origine : Google
• Fichier:Google_Knowledge_Panel.png Source : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/b/bc/Google_Knowledge_Panel.png
Licence : CC BY-SA 3.0 Contributeurs : Google web search Artiste d’origine : Google
• Fichier:Google_Maps.svg Source : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/e/e2/Google_Maps.svg Licence : Public domain
Contributeurs : This vector image was created by converting the Encapsulated PostScript file available at Brands of the World (view •
download).
Remember not all content there is in general free, see Commons:Fair use for more.
Artiste d’origine : Google
• Fichier:Google_Play_logo.svg Source : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/0/0d/Google_Play_logo.svg Licence : Public
domain Contributeurs : This vector image was created by converting the Encapsulated PostScript file available at Brands of the World
(view • download).
Remember not all content there is in general free, see Commons:Fair use for more.
Artiste d’origine : Google.
• Fichier:Google_Street_View_Car_aperçue_à_Grenoble.jpg Source : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/9/9e/Google_
Street_View_Car_aper%C3%A7ue_%C3%A0_Grenoble.jpg Licence : CC BY-SA 3.0 Contributeurs : Travail personnel Artiste d’origine :
Xhark
• Fichier:Google_Street_View_Car_in_Auteuil-Neuilly-Passy,_Paris.jpg Source : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/
3/3a/Google_Street_View_Car_in_Auteuil-Neuilly-Passy%2C_Paris.jpg Licence : CC BY 2.0 Contributeurs : Flickr : Google Car Artiste
d’origine : Patrice
• Fichier:Google_Street_View_Car_in_Geneva.jpg Source : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/1/16/Google_Street_View_
Car_in_Geneva.jpg Licence : CC BY-SA 2.0 Contributeurs : Google Maps streetview car in Geneva Artiste d’origine : Uri Sharf
• Fichier:Google_Street_View_coverage.png Source : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/1/1c/Google_Street_View_coverage.
png Licence : CC0 Contributeurs : ? Artiste d’origine : ?
• Fichier:Google_Video.jpg Source : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/fr/4/41/Google_Video.jpg Licence : marque déposée Contributeurs :
http://video.google.com Artiste d’origine :
inconnu
• Fichier:Google_Videos_logo.png Source : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/b/b5/Google_Videos_logo.png Licence :
Public domain Contributeurs : Transféré de en.wikipedia à Commons par Hydriz utilisant CommonsHelper. Artiste d’origine : Google Inc.
• Fichier:Google_earth.png Source : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/fr/c/ce/Google_earth.png Licence : marque déposée Contributeurs :
Plusieurs sources utilisées
Artiste d’origine :
Moi, Google Inc.
• Fichier:Google_garage.JPG Source : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/a/a4/Google_garage.JPG Licence : CC BY-SA
3.0 Contributeurs : Travail personnel Artiste d’origine : Jordiipa
• Fichier:Google_product_search_beta_logo.png Source : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/6/6b/Google_product_search_
beta_logo.png Licence : Public domain Contributeurs : Transféré de en.wikipedia à Commons par Logan utilisant CommonsHelper. Artiste
d’origine : Original téléversé par Alxeedo sur Wikipedia anglais
• Fichier:Googleburn.jpg Source : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/fr/7/7b/Googleburn.jpg Licence : marque déposée Contributeurs :
http://www.google.com/doodles/burning-man-festival Artiste d’origine :
inconnu
• Fichier:Gtk-dialog-info.svg Source : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/b/b4/Gtk-dialog-info.svg Licence : LGPL Contributeurs : http://ftp.gnome.org/pub/GNOME/sources/gnome-themes-extras/0.9/gnome-themes-extras-0.9.0.tar.gz Artiste d’origine : David Vignoni
• Fichier:Hangouts_Icon.png Source : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/f/fe/Hangouts_Icon.png Licence : Public domain Contributeurs : https://play.google.com/store/apps/details?id=com.google.android.talk Artiste d’origine : Google
• Fichier:Homoph_colour.svg Source : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/6/63/Homoph_colour.svg Licence : Public domain Contributeurs : Travail personnel Artiste d’origine : Bub’s
• Fichier:I'm_Feeling_Lucky_tee_shirt.jpg Source : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/5/59/I%27m_Feeling_Lucky_
tee_shirt.jpg Licence : CC BY-SA 2.0 Contributeurs : ? Artiste d’origine : ?
• Fichier:Importez_le_logo-fr.svg Source : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/6/65/Importez_le_logo-fr.svg Licence :
GFDL Contributeurs : Travail personnel Artiste d’origine : Ewan ar Born
• Fichier:Information_icon.svg Source : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/3/35/Information_icon.svg Licence : Public
domain Contributeurs : en:Image:Information icon.svg Artiste d’origine : El T
39.6. SOURCES, CONTRIBUTEURS ET LICENCES DU TEXTE ET DE L’IMAGE
183
• Fichier:J'ai_de_la_chance.jpg Source : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/f/f9/J%27ai_de_la_chance.jpg Licence : CC
BY-SA 3.0 Contributeurs : Template:Http://www.google.fr/webhp?hl=fr Artiste d’origine : Nezdek
• Fichier:Latas.JPG Source : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/6/61/Latas.JPG Licence : CC BY-SA 3.0 Contributeurs :
Travail personnel Artiste d’origine : Andrevruas
• Fichier:LogoGoogleActualites.gif Source : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/fr/5/52/LogoGoogleActualites.gif Licence : marque
déposée Contributeurs :
http://news.google.fr/ Artiste d’origine :
Google
• Fichier:LogoGoogleSites.gif Source : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/fr/6/66/LogoGoogleSites.gif Licence : marque déposée
Contributeurs :
http://sites.google.com/ Artiste d’origine :
Google
• Fichier:LogoGoogleTraduction.gif Source : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/fr/8/85/LogoGoogleTraduction.gif Licence : marque
déposée Contributeurs :
http://translate.google.fr/ Artiste d’origine :
Google
• Fichier:Logo_google+_2015.png Source : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/f/fb/Logo_google%2B_2015.png Licence :
Public domain Contributeurs : www.googleplus.com Artiste d’origine : Google
• Fichier:Lune_ico.png Source : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/3/33/Lune_ico.png Licence : CC-BY-SA-3.0 Contributeurs : Full Moon Luc Viatour.jpg Artiste d’origine : Luc Viatour
• Fichier:Mars_Valles_Marineris_détouré.png Source : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/1/18/Mars_Valles_Marineris_
d%C3%A9tour%C3%A9.png Licence : Public domain Contributeurs : File:Mars Valles Marineris EDIT.jpg Artiste d’origine : NASA picture
• Fichier:Moon_res_logo.gif Source : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/fr/4/49/Moon_res_logo.gif Licence : marque déposée Contributeurs :
http://www.google.com/moon/ Artiste d’origine :
Google
• Fichier:Moving_Stool_by_Gabriele_Pezzini.jpg Source : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/8/8c/Moving_Stool_by_
Gabriele_Pezzini.jpg Licence : CC BY 2.0 Contributeurs : Flickr.com Artiste d’origine : SOCIALisBETTER
• Fichier:NewTux.svg Source : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/b/b0/NewTux.svg Licence : Attribution Contributeurs :
Based on original image by Larry Ewing, created using Sodipodi Artiste d’origine : gg3po (kde-look.org source)
• Fichier:New_Logo_Gmail.svg Source : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/4/45/New_Logo_Gmail.svg Licence : Public
domain Contributeurs : http://www.google.es/about/company/images/company-products.png Artiste d’origine : Juancameneses11, Google,
INC.
• Fichier:Nuvola_apps_bookcase.svg Source : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/a/a5/Nuvola_apps_bookcase.svg Licence : LGPL Contributeurs : Le code de ce fichier SVG est <a data-x-rel='nofollow' class='external text' href='//validator.w3.org/check?
uri=https%3A%2F%2Fcommons.wikimedia.org%2Fwiki%2FSpecial%3AFilepath%2FNuvola_apps_bookcase.svg,<span>,&,</span>,ss=1#source'>valide</a
Artiste d’origine : Peter Kemp
• Fichier:Nuvola_apps_gaim.png Source : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/3/3c/Nuvola_apps_gaim.png Licence : LGPL Contributeurs : http://icon-king.com Artiste d’origine : David Vignoni / ICON KING
• Fichier:Portal.svg Source : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/c/c9/Portal.svg Licence : CC BY 2.5 Contributeurs :
• Portal.svg
Artiste d’origine : Portal.svg : Pepetps
• Fichier:Question_book-4.svg Source : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/6/64/Question_book-4.svg Licence : CC-BYSA-3.0 Contributeurs : Created from scratch in Adobe Illustrator. Originally based on Image:Question book.png created by User:Equazcion.
Artiste d’origine : Tkgd2007
• Fichier:Racine_carrée_bleue.svg Source : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/1/1f/Racine_carr%C3%A9e_bleue.svg
Licence : LGPL Contributeurs : Image:Nuvola apps edu mathematics-p.svg Artiste d’origine : historicair 17 :50, 4 June 2007 (UTC)
• Fichier:Red_pog.svg Source : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/0/0c/Red_pog.svg Licence : Public domain Contributeurs : Travail personnel Artiste d’origine : Andux
• Fichier:RoseVents.svg Source : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/6/61/RoseVents.svg Licence : CC BY 2.5 Contributeurs : Travail personnel Artiste d’origine : Myself
• Fichier:Samsung_Galaxy_Note_series.jpg Source : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/6/66/Samsung_Galaxy_Note_
series.jpg Licence : CC BY 2.5 Contributeurs : Travail personnel Artiste d’origine :
• Fichier:Samsung_Series_3_Chromebook.JPG Source : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/f/f8/Samsung_Series_3_
Chromebook.JPG Licence : CC BY-SA 3.0 Contributeurs : Travail personnel Artiste d’origine : Marcus Qwertyus
• Fichier:Tangopub.svg Source : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/7/78/Tangopub.svg Licence : CC BY-SA 2.5 Contributeurs : Image:Software-update-available.svg + self made Artiste d’origine : Garfieldairlines & the tango desktop team
• Fichier:Utah_teapot_simple_2.png Source : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/5/5f/Utah_teapot_simple_2.png Licence :
CC BY-SA 3.0 Contributeurs : Travail personnel Artiste d’origine : Dhatfield
• Fichier:Wearcompevolution2.jpg Source : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/b/bb/Wearcompevolution2.jpg Licence :
CC BY-SA 3.0 Contributeurs : Travail personnel Artiste d’origine : AngelineStewart
184
CHAPITRE 39. LOGO DE GOOGLE
• Fichier:Webmaster_tools_logo_sm.gif Source : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/fr/1/1d/Webmaster_tools_logo_sm.gif Licence :
marque déposée Contributeurs :
https://www.google.com/webmasters/tools/ Artiste d’origine :
Google
• Fichier:Wikipedia_dans_Chrome_OS.png Source : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/f/f6/Wikipedia_dans_Chrome_
OS.png Licence : CC BY-SA 3.0 Contributeurs : Travail personnel Artiste d’origine : Tataguez
• Fichier:Wikipedia_screenshot_on_Nexus_9_20141121.jpg Source : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/f/ff/Wikipedia_
screenshot_on_Nexus_9_20141121.jpg Licence : CC BY-SA 3.0 Contributeurs : Travail personnel Artiste d’origine :
• Fichier :_At_sign.svg Source : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/8/88/At_sign.svg Licence : Public domain Contributeurs : Travail personnel. Transferred from en.wikipedia Artiste d’origine : MeekMark
• Fichier :_Crystal_mycomputer.png Source : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/e/e3/Crystal_mycomputer.png Licence :
LGPL Contributeurs : All Crystal icons were posted by the author as LGPL on kde-look Artiste d’origine : Everaldo Coelho (YellowIcon) ;
• Fichier :_Nuvola_apps_kedit.svg Source : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/5/55/Nuvola_apps_kedit.svg Licence : LGPL Contributeurs :
• Nuvola_apps_kedit.png Artiste d’origine : Nuvola_apps_kedit.png : user:David Vignoni
39.6.3
Licence du contenu
• Creative Commons Attribution-Share Alike 3.0

Documents pareils