ZOOM sur un métier….. Styliste / Créateur de mode

Commentaires

Transcription

ZOOM sur un métier….. Styliste / Créateur de mode
ZOOM sur un métier….. Styliste / Créateur de mode
Si depuis l’enfance vous avez des envies de chiffons, de robes, de beaux tissus, foncez,
mais en passant par des formations.
Caractéristiques
Styliste
Le styliste imagine et dessine les modèles qui composent les collections. Son travail
commence par de la prospection : il arpente les salons professionnels, les expositions et les
boutiques à la recherche des matières, des tissus et des couleurs dans l’air du temps. Mais
outre son intuition et son talent artistique, le styliste doit aussi prendre en compte l’esprit de
la marque ainsi que le plan établi par l’équipe marketing : les créations doivent se vendre.
Débutant souvent en free-lance, il peut travailler dans la haute couture ou la création de
mode, mais surtout dans les filières du prêt-à-porter. Les recruteurs sont des marques, des
entreprises de distribution, de vente par correspondance ou encore des bureaux de style. À
l’heure actuelle, une double formation stylisme-modélisme est précieuse, ainsi que la
maîtrise des logiciels de création et fabrication assistées par ordinateur (CFAO). Ceux-ci
permettent notamment de décliner le modèle dans différentes tailles, couleurs ou matières.
Diplômes : BTS design de mode, textile et environnement ; diplôme d’une école de mode ou
d’une école supérieure d’arts appliqués.
Créateur de mode / Grand couturier
Les stylistes les plus réputés portent le titre de grand couturier, délivré par la chambre
syndicale de la couture parisienne. Leurs modèles, dont les prototypes sont réalisés au sein
même de leur atelier par toute l’équipe de modélistes, sont présentés à la presse et aux
clients deux fois par an lors des collections haute couture printemps-été et automne-hiver.
Après les défilés, la fabrication se fait à la demande et sur mesure. Dans le prêt-à-porter de
luxe ou la création de marque, on les appelle créateurs de mode. Dans ce secteur, les
collections ne sortent pas aux mêmes dates que la haute couture et, surtout, les modèles
sont fabriqués par des façonniers avant d’être mis en boutique.
Diplômes : BTS design de mode, textile et environnement ; diplôme d’une école de mode ou
d’une école supérieure d’arts appliqués (voir fin).
Designer textile
Le designer textile ou styliste textile imagine des thèmes, des motifs et des imprimés qui
décorent et illustrent les tissus des collections. Fils, coloris, tissages, mailles et impressions
? La qualité des matières et des fibres, rien ne lui est inconnu. Dans ce domaine, la maîtrise
des outils de CAO est primordiale. Peu développée, cette profession s’exerce souvent en
free-lance, pour le compte de maisons de prêt-à-porter, de haute couture, de bureaux de
style ou d’industries de fabrication textile. Car, en effet, outre la mode, le designer textile
peut dessiner du linge de maison, du tissu d’ameublement, des tapis ou encore du tissu pour
l’industrie automobile.
Diplômes : BTS design de mode option textile, matériaux, surface ; DSAA mode et
environnement ; école de mode ou école d’art.
Études et diplômes
Les CAP
Le CAP se prépare en 2 ans après la classe de 3e dans un lycée professionnel (LP) ou un
établissement privé. La formation se déroule sous forme de cours, travaux en atelier, travaux
pratiques et peut comporter des stages en entreprise. Cette formation pointue permet
d’entrer directement dans la vie active.
Il existe une dizaine de CAP dans le domaine du textile et de l’habillement. Les plus attractifs
sont le CAP prêt-à-porter qui porte sur la création et la réalisation de vêtements en série et le
CAP couture flou, portant sur la réalisation de vêtements à l’unité : patron, coupe, montage
et finitions. Si le premier débouche sur des postes d’ouvrier qualifié ou de mécanicienne au
sein des ateliers de fabrication de vêtements, de linge de maison ou encore de tissus
d’ameublement, le second cible plutôt les ateliers des maisons de couture.
Les BEP
Le BEP (brevet d’études professionnelles) se prépare en 2 ans après la classe de 3e dans
les lycées professionnels (LP) ou dans des établissements privés.
Parmi les BEP, le plus connu est le BEP métiers de la mode et des industries connexes. Les
élèves ont le choix parmi 11 options : couture flou, entretien des articles textiles en
entreprises artisanales, tailleur homme, tailleur dame, chaussure, mode et chapellerie,
fourrure, maroquinerie, prêt à porter, sellerie générale, vêtement de peau. Au programme :
dessins de patrons et de prototypes, coupe, montage et finitions
La mention complémentaire (MC)
En un an après un CAP ou un BEP, il est possible se spécialiser en préparant une MC
essayage-retouche-vente.
Le BT
De niveau bac, le brevet de technicien se prépare en deux ou trois ans après une classe de
3e, un BEP ou un CAP et permet notamment de préparer un BTS. Dispensé dans une
quinzaine d’établissements, le BT vêtement, création et mesure forme à l’élaboration de
modèles et de prototypes de vêtements. Il débouche sur le poste de modéliste ou
mécanicien-modèle.
Les titulaires d'un BT peuvent entrer directement dans la vie active.
Public
LP la Calade 430 chemin de la Madrague Ville, 13326 - MARSEILLE
Tél : 04 91 65 86 50
Lycée des métiers de la mode et du costume de spectacle Les Coteaux Avenue des
Coteaux 4-6 chemin Morgon, 06400 - CANNES
Tél : 04 89 89 81 00
Les bacs pro
Préparé en 2 ans après le CAP ou le BEP, le bac professionnel permet aux élèves d’acquérir
de nouvelles compétences leur permettant d’élargir leur formation et de s’insérer plus
facilement dans la vie active. La formation associe enseignements généraux, techniques et
professionnels et comporte 16 semaines de stages en entreprise. Cependant, l’admission en
bac pro n’est pas automatique : elle se fait sur examen du dossier scolaire.
Le bac pro artisanat et métiers d’art option vêtement et accessoires de mode recrute après
un BEP métiers de la mode et industries connexes, un CAP ou un BMA arts de la broderie.
Ce diplôme permet de préparer les essayages au sein des maisons de haute couture et de
participer à la confection.
Les bacs STI
Le bac sciences et technologies industrielles (STI) spécialité arts appliqués se prépare dans
un lycée technique à partir d’une seconde générale et technologique ou après un BEP en
passant par une classe de première d’adaptation. Il s’agit d’une formation généraliste qui
permet avant tout de poursuivre des études, notamment en BTS. Ainsi le bac STI spécialité
arts appliqués permet l’accès au BTS design de mode, textile et environnement option
textiles, matériaux, ainsi qu’au DSAA mode et environnement ou concepteur créateur textile.
Du bac + 2 au bac + 5
Choisissez avec soin la formation qui correspond le plus à vos envies et à vos qualités. Il n’y
a pas de voie royale pour réussir.
Le BTS design de mode textile et environnement
Le BTS design de mode, textile et environnement offre deux options. L’option mode est la
plus répandue et débouche sur le poste d’assistant styliste, tandis que la spécialité textile,
matériaux, surfaces ouvre sur le métier de designer textile. Il permet à son titulaire de
concevoir et de créer une production textile, un vêtement ou un accessoire dans des
domaines aussi variés que l’automobile ou la cosmétique. Sont admis les titulaires de bac
STI arts appliqués ainsi que les autres bacheliers passés par une classe de mise à niveau
des arts appliqués (MANAA). Cependant, vu les tendances du marché et les compétences
recherchées par les recruteurs, il est conseillé de se spécialiser à un niveau de formation
plus élevé : licence professionnelle, DSAA, école de mode ou d’art. Pour les coordonnées
des établissements préparant au BTS.
Ce BTS comprend deux options :
- A : option mode
- B : option textile, matériaux et surface
Adresse en Public
LP la Calade 430 chemin de la Madrague Ville, 13326 - MARSEILLE
Tél : 04 91 65 86 50 A
Lycée Ernest Hemingway 98 boulevard Jean Jaurès, 30910 - NÎMES
Tél : 04 66 04 93 73 A
Adresses en Privé hors contrat
Ecole supérieure Sup Déco 25 cours Pierre Puget, 13006 - MARSEILLE
Tél : 04 91 04 66 79 B
Institut libre d'études commerciales ILEC de Nice 12 boulevard Dubouchage , 06000 - NICE
Tél : 04 92 17 33 10 A
Pro'Artigraph 14 rue Lascaris, 06300 - NICE
Tél : 04 93 89 13 01 A
Le diplôme des métiers d’art
Le diplôme des métiers d’art (DMA) est une formation en deux ans, de niveau bac + 2,
dispensée au sein des écoles d’arts appliqués. Plus pratique et plus tourné vers l’artisanat
d’art que le BTS, le DMA est accessible après un BMA, BT, bac STI arts appliqués. Les
élèves issus de terminales générales, technologiques ou de BT en arts appliqués peuvent
passer par une classe de mise à niveau en arts appliqués, en un an.
Il existe différents DMA :
• DMA arts textiles et céramiques, spécialités broderie, tapisserie ou tissage-maille
(débouchés dans l’artisanat d’art, les agences et les ateliers de création),
• DMA costumier réalisateur.
Le diplôme supérieur d’arts appliqués (DSAA)
Après un bac + 2, notamment un BTS en arts appliqués, vous pouvez préparer un diplôme
supérieur d'arts appliqués (DSAA) mode et environnement ou encore créateur-concepteur
textile. Dispensée au sein des écoles supérieures d'arts appliqués (ESAAD, ESAAT), cette
formation dure deux ans (niveau bac + 4).
La licence professionnelle
Autre poursuite d’études possible, la licence professionnelle qui se prépare en un an après
un bac + 2 au sein des universités. Elle comprend de l’enseignement pratique et un stage de
trois mois. L’entrée est, là encore, sélective. Citons, les licences professionnelles :
• création, conception et développement de produits textiles dérivés : Montpellier 3
• industries de la mode : Angers
• habillement, mode, textile options coloriste infographiste, modéliste industriel : Lyon 2
• habillement, mode, textile, gestion et développement des produits de la mode : AixMarseille 2
• mode et haute technologie : Angers
Le master professionnel
Le master professionnel (bac + 5) se prépare après la licence en quatre semestres et
sanctionne un niveau correspondant à l’obtention de 120 crédits européens. Les études
comportent des enseignements pratiques, théoriques et un stage en milieu professionnel. Il
sanctionne une formation à finalité professionnelle. Citons deux masters professionnels :
mode et création à l’université Lyon 2 et celui de management et ingénierie économique
spécialité gestion des métiers du design et du luxe à l’université Paris 12.
Les écoles spécialisées
Une cinquantaine d’écoles spécialisées dispensent une formation préparant aux métiers de
la mode et de l’habillement.
Les écoles internationales
Deux écoles en Europe ont une renommée internationale : la St Martin’s College of Art and
Design de Londres et l’Académie royale des beaux-arts d’Anvers. Chaque année, une
poignée d’étudiants français va étudier à l’école londonienne, mais son département mode et
textile offre seulement 150 places aux 800 candidats, souvent titulaires d’un bac + 2,
notamment d’un BTS design de mode, textile et environnement. La sélection repose sur
l’examen de leur book et d’un entretien de motivation et de connaissance générale. Les
études durent 3 ans (bachelor of arts en prêt-à-porter féminin, prêt-à-porter masculin, maille,
impression textile, accessoires de mode ou journalisme de mode).
Les écoles de mode
Une quarantaine d’écoles proposent de former aux métiers de styliste, modéliste, créateur
accessoire, designer textile, chef de produit, directeur de collection. Au programme :
stylisme, modélisme, création textile, infographie (CAO, PAO), enseignement artistique,
culture artistique, culture générale, pratique professionnelle (études de cas, constitution de
dossiers de tendances, élaboration de vêtements). Le coût des études y est souvent élevé :
entre 2 000 et 5 500 e par an, voire plus sans compter les frais de fournitures qui peuvent
s’élever jusqu’à 1 200 e. Situées en majorité en Ile-de-France, elles recrutent généralement
sur dossier et entretien, avec un niveau bac ou plus pour une scolarité d’un à trois ans. Des
stages sont souvent proposés aux étudiants pour la préparation des défilés des créateurs.
Certaines sont assez réputées parmi les professionnels, notamment l’Académie
internationale de coupe de Paris, l’École supérieure internationale des modélistes du
vêtement, l’Atelier Chardon-Savard, l’École de la chambre syndicale de la couture
parisienne, l’École supérieure des industries de la mode qui appartient au Groupement des
industries de l’habillement, l’ESMOD à Bordeaux, Lyon, Paris, Rennes et Roubaix, etc.
Les écoles d’art
Certaines écoles d’art, publiques ou privées, délivrent des diplômes reconnus par l’État.
Basée sur un concours (bac exigé) et la présentation de créations personnelles, la sélection
est sévère, en particulier pour l’École nationale supérieure des arts décoratifs de Paris
(ENSAD) qui reçoit un millier de candidatures pour une centaine de places par an. L’ENSAD
forme des créateurs dans douze spécialités des arts appliqués dont le design textile et le
design vêtement. Le cursus de cinq ans débouche sur le diplôme de l’école.
Parmi les écoles supérieures d’art, l’École supérieure des arts décoratifs de Strasbourg,
l’École supérieure d’art de Mulhouse et de Haute-Alsace et l’École supérieure d’art de
Troyes forment au design textile. Le diplôme national d’arts plastiques sanctionne un cycle
de trois ans après le bac, le diplôme national supérieur d’expression plastique un cursus de
cinq ans. L’École nationale supérieure de création industrielle de Paris prépare en trois ans
au métier de créateur textile après un bac + 2. Enfin, l’ENSATT de Lyon est la seule école à
proposer un diplôme d’État de costumier du spectacle.
Les écoles de management de mode
Certains établissements privés forment au management de la mode : chef de produit,
responsable de collection, de fabrication, responsable qualité, acheteur … À l’exception de
l’Institut supérieur de la mode à Paris (ISEM) qui recrute avec un bac, toutes exigent un bac
+ 2, soit un BTS, soit un DUT (DUT techniques de commercialisation, gestion des
entreprises et des administrations). Citons parmi les plus réputées : l’École supérieure des
industries de la mode à Balma (ESIM) qui appartient au Groupement des industries de
l’habillement, l’École supérieure des industries du vêtement de Paris (ESIV), l’ESMOD à
Bordeaux, Lyon, Paris, Rennes et Roubaix, l’Institut français de mode à Paris (IFM), etc
Les débouchés
Prêt-à-porter ou haute couture ? C’est selon son parcours et son réseau. Mais globalement,
depuis une quinzaine d’années, plus de la moitié des effectifs ont disparu sous le coup de la
concurrence internationale.
Aujourd’hui les entreprises qui ont eu le vent en poupe (Zara, Mango, Gap, H & M, Hugo
Boss, Esprit...) sont celles qui se montrent le plus à l’écoute des attentes des
consommateurs. Réactives, elles proposent des renouvellements rapides de leur collection
et se sont positionnées dans les endroits les plus stratégiques.
Quelles entreprises ?
Paris est-elle encore la capitale de la mode ? Si, chaque année, la présentation des
collections attire journalistes et photographes du monde entier, le secteur de la mode et de
l’habillement est très sensible à la conjoncture.
Débuter dans la mode
Les recrutements se font rarement par petites annonces, mais plutôt grâce au réseau que
l’on se crée. Pour cela, il est indispensable de dénicher un long stage en entreprise ou de
choisir les études en alternance. Fréquenter les salons professionnels (Mode internationale
de la chaussure, Première vision, Prêt-à-porter Paris, etc.) permet de repérer les recruteurs
potentiels. Ils se tiennent deux fois par an en septembre-octobre et janvier-mars. Certains,
comme Who’s Next ou Workshop, permettent même d’exposer ses propres créations. Pour
en savoir plus, consultez les sites : www.comexpo-paris.com ou www.ifth.fr.
Enfin, les concours permettent aux étudiants en école de se faire connaître : les lauréats
dont le projet est retenu par le jury bénéficient d’une bourse, d’un stage, d’un stand sur un
salon, voire de l’organisation d’un défilé ! Il en existe une dizaine parmi lesquels le Festival
international des arts de la mode de Hyères, le Concours international des jeunes créateurs
de la mode de Dinard, etc.
Prêt-à-porter
Selon l’Union française des industries de l’habillement, le secteur regroupe environ 5 900
entreprises (dont la majorité sont des PME) et 80 000 salariés, pour un chiffre d’affaires
équivalent à 10 milliards d’euros. Les exportations vers l’Union européenne ou l’Asie du SudEst représentent plus d’un tiers du chiffre d’affaires. Lingerie, prêt-à-porter masculin, cuir,
accessoires… l’habillement rassemble plusieurs activités, mais le prêt-à-porter féminin est
sans conteste le secteur qui pèse le plus lourd. Il concentre 55 % des entreprises, 44 % des
effectifs et presque 50 % du chiffre d’affaires ! On assiste également depuis vingt ans à un
cloisonnement des activités. Les sociétés qui conçoivent et commercialisent les modèles,
appelées « donneuses d’ordres », confient de plus en plus leur fabrication à des soustraitants extérieurs, ce qui permet de réduire leur masse salariale. Ces fabricants, appelés
« façonniers », se chargent uniquement de couper et d’assembler les pièces selon les
termes du contrat.
Haut de gamme
Dior, Givenchy, Saint-Laurent, Chanel ? Le titre de maison de couture, délivré par la
Fédération de la couture (www.modeaparis.com), est attribué à une vingtaine de griffes qui
emploient environ 2 500 couturiers. Les créations de ces grandes maisons servent surtout
de vitrines et d’outils de communication. Financière ment les maisons de couture trouvent
leur salut ailleurs, en investissant dans le prêt-à-porter de luxe et les accessoires (sacs,
foulards, parfums), sans oublier le prêt-à-porter plus courant, féminin et masculin.
SURFER
www.lamodefrancaise.org
Éditeur : La Mode française Ce site est un portail sur la mode française. Il propose de
nombreux sites sur le secteur de l'habillement (chiffres clés, études...), la formation, les
métiers et l'emploi, les marques, les salons et défilés en France, la documentation et le
patrimoine de la mode, les organisations professionnelles et fédérations.
www.pretaporter.com
Éditeur : Fédération française du prêt-à-porter féminin Ce site propose des adresses
d'écoles et d'organismes du secteur. Il diffuse également des offres d'emploi, des
informations sur les jeunes créateurs, un calendrier des salons professionnels.
www.profilmode.com
Éditeur : Société MadeinMode Composé par une équipe de consultants en ressources
humaines spécialisés dans le secteur de la mode, ce site est propose des offres d'emploi, un
guide des métiers de la mode, un guide des formations (initiales et continues), les principaux
événements du monde de la mode et du luxe.
http://forthac.fr
Éditeur : Forthac Organisme paritaire collecteur, le Forthac informe sur les métiers et les
branches professionnelles suivantes : chaussure, habillement, haute couture et prêt-à-porter
de création, entretien et location d'articles textiles, maroquinerie, textile. Il met à disposition
de nombreuses informations sur la formation professionnelle continue dans ces secteurs.
www.fashion-job.com
Éditeur : Fashion Job Fashion-job diffuse de nombreuses offres d'emploi pour les
professionnels du luxe, du textile et de la beauté. Le site propose également des
informations d'actualité du secteur, une newsletter, un agenda (salons, défilés), un annuaire
d'entreprises et d'écoles spécialisées.
www.ffdb.net
Éditeur : Fédération française des dentelles et broderies Le site de la fédération diffuse des
informations sur les différentes techniques de la dentelle et de la broderie. Elle met en ligne
un annuaire de professionnels du secteur.