RENCONTRES INTERNATIONALES DE LA MASTER FRANCHISE

Commentaires

Transcription

RENCONTRES INTERNATIONALES DE LA MASTER FRANCHISE
RENCONTRES INTERNATIONALES DE LA MASTER FRANCHISE (RIM)
Olivier GAST
Son Excellence
Président du CEDRE Niels EGELUND
Madame Annette BERTELSEN a su, dans
une ambiance studieuse et détendue,
animer ces premières RIM qui avaient pour
but de mettre en contact une trentaine
d’
e
ns
e
i
g
ne
s
f
r
a
nç
a
i
s
e
s
s
ouha
i
t
ant
s
’
i
mpl
a
nt
e
r
a
u
Da
ne
ma
r
k
e
t
r
é
c
i
pr
oque
me
nt
,une di
z
a
i
ne d’
e
ns
e
i
g
ne
s
da
noi
s
e
s
, s
ouha
i
t
a
nt s
’
i
mpl
a
nt
e
r a
u
Danemark. 70 personnes au total. Un beau
succès.
Le 6 juin 2007 se sont déroulées les RIM
(Rencontres Internationales de la Master
Franchise) à la maison du Danemark. Cet
é
vé
ne
me
nte
s
tl
ef
r
ui
td’
un pa
r
t
e
na
r
i
a
t
entre le Club Européen des Directeurs de
Réseaux, (CEDRE) représenté par son
Pr
é
s
i
de
ntOl
i
vi
e
rGASTe
tl
’
a
mba
s
s
a
dedu
Da
ne
ma
r
k,dontl
’
hôt
epr
e
s
t
i
g
i
e
uxé
t
a
i
ts
on
Exc
e
l
l
e
nc
e Mons
i
e
ur l
’
Amba
s
s
a
de
ur du
Danemark en France, Niels EGELUND.
Annette BERTELSEN
Ambassade du Danemark
Co-organisatrice des RIM
Les enseignes danoises qui se sont exprimées, au rang desquelles les sociétés Flexa, Evita
Peroni et Bo Concept, sont des sociétés déjà implantées en France.
La pr
e
mi
è
r
e d’
e
nt
r
ee
l
l
e
se
s
tune s
oc
i
é
t
éf
a
mi
l
i
a
l
es
pé
c
i
a
l
i
s
é
e da
ns «l
’
a
me
ubl
e
me
nt
évolutif », la seconde est spécialisée dans l
’
a
c
c
e
s
s
oi
r
ef
é
mi
ni
nha
utdega
mme
,e
nf
i
nl
a
dernière est une société produisant et distribuant des « meubles design sur mesure ».
I
lr
e
s
s
or
td
e
spr
é
s
e
nt
a
t
i
onsdec
e
ss
oc
i
é
t
é
squel
’
i
mpl
a
nt
a
t
i
one
nFr
a
nc
ede
ma
ndes
ur
t
outune
adaptation culturelle et vice-versa.
Il est particulièrement intéressant de
r
e
l
e
ve
r l
’
i
mpor
t
a
nc
e qu’
a
t
t
a
c
he
nt l
e
s
s
oc
i
é
t
é
sda
noi
s
e
sàl
’
e
nvi
r
onne
me
nt
.Ai
ns
i
par exemple la société Flexa est
pr
opr
i
é
t
a
i
r
ed’
unef
or
ê
te
nRus
s
i
e
,pos
s
è
de
une scierie en Estonie (qui récupère les
copeaux de bois pour les transformer en
pastilles), et produit ses meubles aux EtatsUnis et en Chine, arborant pour slogan
« quand vous achetez un lit, vous plantez
un arbre ».
Jens RYTTER NIELSEN
Retail Manager FLEXA
La Belle Camilla DEICHMANN
Directrice Internationale
EVITA PERONI
Enfin, on a pu apprécier le « sur mesure de
l
’
a
me
ubl
e
me
ntde
s
i
g
n»e
tl
’
a
t
t
r
a
c
t
i
vi
t
édu
savoir-faire de la société Bo Concept qui
se traduit par la présence de nombreux
ma
ga
s
i
nss
u
rl
et
e
r
r
i
t
oi
r
e
,t
e
lqu’
àPa
r
i
s
,
Marseille ou bien encore Monaco, et verra
g
r
os
s
i
rs
e
s r
a
ng
s d’
une di
z
a
i
ne de
ma
ga
s
i
nsd
’
i
c
il
af
i
ndel
’
a
nné
e
.Ce
l
an’
a
r
i
e
n d’
é
t
o
n
na
nt pui
s
que l
e
s «jeunes
pousses » font unc
hi
f
f
r
ed’
a
f
f
a
i
r
e
sde2,
5
mi
l
l
i
onsd’
e
ur
osdè
sl
a pr
e
mi
è
r
ea
nné
e
d’
e
xpl
oi
t
a
t
i
o
n.
Flemming MERVOG Knud SVENNING
Directeurs
STEEN OG STRØM
Le pouvoir et la puissance
des centres commerciaux
Fort de ces témoignages, le Président de
la Fédération Danoise de la Franchise,
Monsieur Toke ALLENTOFT, s
’
e
s
t
exprimé sur la place de la franchise au
Danemark,
mais
également
sur
l
’
e
nvi
r
onne
me
nté
c
onomi
quee
tc
ul
t
ur
e
ldu
pays.
Il est également intéressant de noter que
des marques comme Evita Peroni se
trouvent aux côtés de marques françaises
comme Dior ou Chanel, et ce aussi bien
dans des corners que dans des magazines
de renommée internationale, ce qui
témoigne de la grande qualité du savoirfaire danois en général, et en particulier en
ma
t
i
è
r
ed’
a
c
c
e
s
s
oi
r
e
sf
é
mi
ni
ns
.
Philippe GUYARD (Très pro !)
Directeur Développement France
BO CONCEPT
On notera également la présence des
directeurs de la société « Steen og
Strøm», société cotée en bourse, détenant
57 centres commerciaux en Scandinavie et
qui ont pu donner quelques clés aux
franchiseurs présents pour pénétrer le
marché danois tout en soulignant le peu de
franchises françaises en leur sein en raison,
selon leurs propres dires, de barrières
culturelle et linguistique.
Toke ALLENTOFT
Président de la Fédération Danoise de la
Franchise
Mons
i
e
urALLENTOFT,af
a
i
tr
e
ma
r
que
ràl
’
a
s
s
e
mbl
é
eque ses commentaires sur le marché
Danois pouvaient être entendus plus largement comme valables pour la Scandinavie toute
entière (Suède, Norvège et éventuellement Finlande et Islande).
Laf
é
dé
r
a
t
i
o
nda
noi
s
edel
af
r
a
nc
hi
s
ee
nt
a
nt«qu’
obs
e
r
va
t
oi
r
ede la pratique » permet de
s
ui
vr
el
’
é
vol
ut
i
ondel
af
r
a
nc
hi
s
e
.Pa
re
xe
mpl
e
,e
l
l
eapudé
t
e
r
mi
ne
re
npa
r
t
e
na
r
i
a
ta
ve
c
l
’
é
c
ol
edec
omme
r
c
edeCope
nha
g
uequ’
e
n1992ondé
nombr
a
i
t55f
r
a
nc
hi
s
e
ur
sa
uDa
ne
ma
r
k
c
ont
r
e128pourl
’
a
nné
e2004,t
é
moi
g
na
ntdel
’
é
vol
ut
i
on de ce mode de distribution. Des
chiffres malheureusement un peu vagues.
Mons
i
e
urALLENTOFTae
ns
ui
t
ef
a
i
tque
l
que
sr
e
c
omma
nda
t
i
onsàl
’
a
s
s
i
s
t
a
nc
e
,é
mi
ne
mme
nt
pr
oc
he
sdec
e
l
l
e
squ’
ontpudonne
rl
e
sa
voc
a
tf
r
a
nç
a
i
spr
é
s
e
nt
s
,às
a
voi
r: la nécessité du
tra
ns
f
e
r
td’
uns
a
voi
r
-f
a
i
r
ee
td’
unea
s
s
i
s
t
a
nc
epa
rl
ef
r
a
nc
hi
s
e
ur
,e
tl
ané
c
e
s
s
i
t
éd’
a
voi
rt
e
s
t
él
e
concept sur le marché. Cependant, il restera hésitant sur la question de savoir si le franchiseur
français devrait piloter lui-même ce magasin pilote au Danema
r
kous
’
i
lpour
r
a
i
tl
ef
a
i
r
epa
rl
e
bi
a
i
sd’
unma
s
t
e
rf
r
a
nc
hi
s
é
,c
equin’
apa
sé
t
és
a
nss
us
c
i
t
e
rque
l
que
sque
s
t
i
onspa
r
mil
e
s
franchiseurs présents.
Franck ROUGETLUCHAIRE
PDG MAISONS DE
FAMILLE
Cyril FABRE
Directeur
TOUT COMPTE FAIT
Stéphane GEORGEON
Directeur Général
Jean-Claude BIGUINE
(Meilleur Directeur de
Réseau 2006)
Enf
i
n,r
é
ponda
ntàuneque
s
t
i
ondel
’
a
s
s
i
s
t
a
nc
e
,i
lf
e
r
ar
e
ma
r
que
rquel
apr
i
nc
i
pa
l
edi
f
f
é
r
e
nc
e
culturelle pour lui se résume à une différence de « ton » dans les échanges verbaux.
Me Paul NEALE, Avocat au Barreau de
Copenhague, a exposé la situation
juridique au Danemark et a notamment
accentué la similitude existante entre le
droit suédois et le droit danois.
Paul NEALE
Avocat au barreau de Copenhague
Ene
f
f
e
t
,é
t
a
ntdonnéqu’
i
ln’
e
xi
s
t
epa
sdel
ois
pé
c
i
f
i
queàl
af
r
a
nc
hi
s
ea
uDa
ne
ma
r
k,c
emode
dedi
s
t
r
i
but
i
one
s
tr
é
g
l
épa
rl
e
sl
oi
se
tr
è
g
l
e
me
nt
ss
’
a
ppl
i
qua
nta
udr
oi
tg
é
né
r
a
lde
sc
ont
r
a
t
s
.
Ai
ns
ipa
re
xe
mpl
e
,n’
e
xi
s
t
e
-t-i
lpa
sa
uj
our
d’
huid’
i
nf
or
ma
t
i
on pré-contractuelle obligatoire
c
ommeda
nsl
al
oiDoubi
n.Enr
e
va
nc
he
,MeNEALE aa
t
t
i
r
él
’
a
t
t
e
nt
i
onde
sf
r
a
nc
hi
s
e
ur
s
,
pr
é
s
e
nt
se
ta
t
t
e
nt
i
f
s
,s
url
’
e
xi
s
t
e
nc
ed’
unel
ois
ué
doi
s
es
url
af
r
a
nc
hi
s
edu1er octobre 2006 qui
oblige le franchiseur à informer le futur franchisé de manière similaire à la loi française.
Lionel HABERLE
SPEEDY FRANCE SAS
Représentant Fédération
Française de la Franchise
Pierre-Marie GAGNEUX
LE QUARTIER
DU PAIN
John GOODHART
EXPENSE REDUCTION
ANALYSTS
Selon la loi suédoise, le franchiseur devra informer le futur franchisé sur :
 son activité ;
 les franchisés composant son réseau ;
 les dispositions financières du contrat ;
 les droits de propriété intellectuelle ;
 l
’
a
ppr
ovi
s
i
onne
me
nt;
 les clauses de non concurrence ;
 l
e
sc
l
a
us
e
sd’
a
me
nde
me
ntoudet
e
r
mi
na
i
s
onduc
ont
r
a
t;
 les clauses relatives aux litiges.
I
le
s
ti
nt
é
r
e
s
s
a
ntdenot
e
rqu’
e
nc
a
sdema
nque
me
ntàs
onde
voi
rd’
i
nf
or
ma
t
i
onl
ef
r
a
nc
hi
s
e
ur
s
’
e
xpos
ea
uDa
ne
ma
r
kàunes
i
mpl
ea
me
nde
.
En conclusion, Me NEALE pense que les juridictions danoises seront plus enclines à regarder
leur propre législation avant de regarder la législation existante dans les pays voisins tels que
la Suède.
Ai
ns
i
,l
’
onpe
ute
ndé
dui
r
equel
e
st
r
i
buna
uxda
noi
sa
ppl
i
que
r
a
i
e
nt:
 Le « Danish Contracts Act »
,pr
oc
hedel
’
e
s
pr
i
tdel
’
a
r
t
i
c
l
e1134duc
odec
i
vi
lf
r
a
nç
a
i
s
,
f
a
i
s
a
ntr
é
f
é
r
e
nc
eàl
al
oide
s pa
r
t
i
e
se
tnombr
e d’
a
ut
r
e
s not
i
ons s
i
mi
l
a
i
r
e
s
,à
l
’
e
xc
e
pt
i
ondel
’
i
mpr
oba
bl
e(
c
a
rpe
uut
i
l
i
s
é
eda
nsl
e
spa
y
sa
ng
l
o-saxons dont elle est
issue) « caveat emptor rule ».
 Les articles 6 et 11 du « Danish Competition Act » sont similaires aux articles 81 et 82
du traité des Communautés Européennes et font références aux ententes et abus de
position dominante.
 Le « Danish Marketing Practices Act » fait r
é
f
é
r
e
nc
e
,e
nc
or
eunef
oi
sda
nsl
’
e
s
pr
i
tde
l
’
a
r
t
i
c
l
e1134a
l
i
né
a3duc
odec
i
vi
lf
r
a
nç
a
i
s
,àde
sr
e
l
a
t
i
onsc
omme
r
c
i
a
l
e
squidoi
ve
nt
être conduites de bonne foi.
 Le « Danish Commissions Act » quis
’
a
ppl
i
que a
ux a
g
e
nt
sc
omme
r
c
i
a
ux a
u
Danemark, et qui a pri
or
is
’
i
ln’
e
s
tpa
sa
ppl
i
c
a
bl
e
,e
ns
oi
,àl
af
r
a
nc
hi
s
e
,pour
r
a
i
t
néanmoins être appliqué à son système qui utilise un réseau comparable.
.
Caroline BIDAULT
RESTAURANTS
LA BOUCHERIE
Farid SALHI
FUN Science
Christian NORMANN
Gérant
I-COMMERCE
Beauc
oupd’
a
ut
r
e
sdoma
i
ne
sdudr
oi
tmé
r
i
t
e
r
a
i
e
ntd’
ê
t
r
ea
ppr
of
ondi
s
,a
i
ns
iqu’
e
nonta
t
t
e
s
t
é
les nombreuses questions et réflexions parmi et entre les participants : le droit immobilier et
en particulier la question de la propriété commerciale, le droit du travail et la question de la
requalification du contrat de franchise en contrat de travail, la propriété intellectuelle et la
multitude de lois danoises la réglementant, le droit des sociétés et la question du choix, entre
autre, entre la Public Limited Companye
tl
aPr
i
va
t
eLi
mi
t
e
dCompa
ny
…
Ces questions ont cependant pu être
a
bor
dé
e
ss
ousl
’
a
ng
l
edudr
oi
tf
r
a
nç
a
i
sde
l
af
r
a
nc
hi
s
e da
ns l
ec
a
dr
e d’
un a
t
e
l
i
e
r
animé par Maîtres Olivier GAST et
Gi
l
l
e
sMENGUY,ave
cl
’
ai
ded’
Al
ai
nde
MAREILHAC Président Directeur
Général de la société Market Value, ont
exposé quant à eux de manière concrète et
opérationnelle les conditions de succès
d’
une i
mpl
a
nt
a
t
i
on d’
une f
r
a
n
c
hi
s
e
étrangère sur le marché français.
Maîtres GAST et MENGUY
Avocats à la Cour
Plusieurs enseignes danoises exprimèrent un vif intérêt pour ce genre de manifestation,
mélange de compétences juridiques et de marketing. Gageons que le succès de ces premières
r
e
nc
ont
r
e
sma
r
quel
edé
butd’
unel
ong
ues
é
r
i
edepa
r
t
e
na
r
i
a
t
sa
ve
cd’
a
ut
r
e
sa
mba
s
s
a
de
s
,
scandinaves ou autres.