UNESCO Bureau régional pour la culture en Amérique latine et

Commentaires

Transcription

UNESCO Bureau régional pour la culture en Amérique latine et
UNESCO
Bureau régional pour la culture en Amérique latine et dans les Caraïbes
Les Sites de mémoire de la Route de l’esclave dans les Caraïbes latines
Formulaire d’enregistrement des informations
I- IDENTIFICATEUR :
I-1: Numéro d’entrée : 0009
I-2: Code : CUB.l.004
I-3: Code national : RE 0000199
I-4: Nom actuel : Paisaje arqueológico de las primeras plantaciones de café en el sudeste de Cuba
I-5: Nom historique : Cafetales Franceses
II- DONNÉES GÉNÉRALES :
II-1 Localisation :
II-1- a: Pays : Cuba
II-1- b: Province : Santiago de Cuba et
II-1- c: Commune : Divers
Guantánamo
II-2: Usages :
II-2- a: Usage originel : Complexes agricoles et de production associés à la culture du café
II-2- b: Usage actuel : Plantations de café, cultures diverses et autres
II-3: Classification :
II-4: Catégories de protection :
II-5: Fonction- témoignage :
X Paysage culturel (voir IV-1)
X Patrimoine de l’humanité
Port de débarquement
Route culturelle (voir IV-2)
Chef-d’oeuvre
Marché aux esclaves
Etablissement de population (voir IV-3)
Réserve de la biosphère
Lieu de confinement
Ensemble agro-industriel (voir IV-4)
X Monument national
Habitation
Construction (voir IV-5)
Monument local
X Lieu de production
Site (voir IV-6)
Autres :
Site d’insurrection
II-6: Le bien figure-t-il sur la liste indicative nationale ?
Oui X Non
Refuge d’esclaves marrons
II-7: Accessibilité :
II-8: Propriété :
Lieu d’enterrement
Accessible
Etatique
Naufrage
Peu accessible
Privée
Site religieux – de cérémonie
X Très peu accessible
X Mixte
Route
Autre:
Fonctions multiples
II-8: Niveau d’accès :
Libre
X Limité
Exclusif
III- MANIFESTATIONS CULTURELLES IMMATÉRIELLES ASSOCIÉES AU BIEN :
III-1: Caractérisation de la communauté porteuse : L’arrivée dans l’île de milliers de colons français et franco-haïtiens avec leurs
esclaves africains et créoles en provenance de Saint-Domingue a donné naissance aux communautés du site. Les Sociétés de Tumba Francesa
sont les héritières et les continuatrices de communautés dont l’histoire est liée à l’existence dans la région – de la seconde moitié du XVIIIème au
début du XIXème siècle - de plantations de café françaises (aussi bien dans les zones rurales que dans les zones urbaines). Il existe de forts liens
familiaux et de voisinage entre les membres de ces Sociétés centenaires.
III-2: Domaine des manifestations du patrimoine immatériel :
X Traditions et expressions orales :
X Arts du spectacle :
X Pratiques sociales, rituels et événements festifs:
X Connaissances et pratiques concernant la nature et l’univers:
X Techniques artisanales traditionnelles:
III-2-a: Décrivez la nature, la périodicité et les principales caractéristiques des manifestations existantes :
Les traditions et les expressions orales du palomonte, du spiritisme croisé et du vaudou (associé à la présence des Haïtiens et de leurs
descendants) font partie de la vie religieuse quotidienne des communautés de la zone et s’expriment, entre autres, par des prières, des fêtes,
des processions, des chants, des consultations oraculaires et des histoires sacrées. Les arts du spectacle sont illustrés par les groupes de
musique et de danse des communautés qui participent à la Fiesta del Fuego qui est organisée à Santiago de Cuba par la Casa del Caribe. Les
pratiques sociales, les rituels et les événements festifs sont présents aussi bien dans les pratiques religieuses que dans les processus
d’organisation des divers groupes. La vision du monde qui ressort de ces pratiques religieuses démontre une évidente connaissance de la
nature et de l’univers, en particulier de l’utilisation de la flore et de la faune à des fins curatives. Les techniques artisanales sont employées
pour la réalisation de paniers utilisés pour la cueillette du café ainsi que pour la réalisation des costumes des membres des groupes et de tous
lIII-3:
bj Considérez-vous
d i
l ce bien comme un espace culturel ?
X Oui
Non
III-3-a: Arguments : Compte tenu de la signification culturelle implicite de la production de café - qui se poursuit -, l’existence du musée du
site consacré à cette thématique et la présence d’un paysage archéologique exceptionnel renforcent la valeur du site en tant que lieu culturel
qui associe le processus historique dont il témoigne et le développement socioculturel des communautés locales.
IV- DONNÉES SPÉCIFIQUES :
IV-1- Paysages culturels :
IV-1-a: Emplacement :
IV-1-b: Superficie : 810 Km2
Latitude N: 20° 01’
IV-1-c: Population : 25 000 hab.
Longitude W: 75° 37’
IV-1-d: Type :
Jardins
Associatifs
X Évolutifs
Vestige
X Vivant
IV-1- e: Caractéristiques écologiques et géographiques :
Flore :
Forêts fongistatiques avec une végétation arborée et arbustive comprenant des fougères arborescentes
Faune :
Densité moyenne d’espèces animales endémiques telles des petits mammifères et de mollusques.
Sols :
Montagneux (jaunâtre et rouge jaunâtre)
Topographie :
Montagnes basses profondément disséquées et s’élevant à une hauteur comprise entre 1000 et 1200 mètres.
Géologie :
Complexe datant de l’éocène moyen. Diorites, granodiorites et roches ignées.
IV-1- f : Conditions environnementales :
Température :
Min : 18 0C
Climat : Tropical, humide en permanence. Précipitations annuelles de 1600 mm.
Exposition solaire :
Vents dominants :
Moy : 22 0C
Max : 28 0C
280
Nord, sud et nord-est
IV-1- g: Paysage environnant :
Naturel : La nature exubérante des Urbain : Les ensembles ne parvinrent Agricole et de production : Prédominance
montagnes est un élément prédominant du pas à acquérir un caractère urbain mais des vestiges des ensembles, des systèmes
paysage dans lequel s’insèrent près de 200 leurs constructions ont revêtu une d’aqueducs, des séchoirs, des moulins, des chemins,
plantations de café. Prédominance de la importance significative en raison de des terrasses, des réservoirs d’eau, etc. Les
forêt pré-montagneuse et grande diversité l’utilisation des techniques et des plantations de café jouent encore un rôle important
d’arbres fruitiers qui garantissent l’ombre matériaux locaux et de leur adaptation dans l’économie de ce vaste territoire et le
dont ont besoin les caféiers.
aux particularités sismiques de la région processus de production demeure le même.
orientale de Cuba.
IV-1- h: Importance de la nature et du paysage:
Il faut noter que la remarquable intégration et adéquation de ce patrimoine au milieu naturel et l’utilisation optimale des ressources naturelles
ont permis la formation d’un système unique d’attraits naturels et anthropiques. En outre, les jardins de style français créés dans certains
ensembles sont remarquables.
IV-1- i: Importance historique et culturelle :
Cet établissement humain a constitué un exemple exceptionnel d’immigration parfaitement circonscrite à une époque historique qui a donnée
lieu à une culture d’un niveau supérieure à celle connue jusqu’alors dans la zone et qui a laissé des traces culturelles d’une importance
extraordinaire.
IV-2- Routes Culturelles :
IV-2-a: Emplacement :
IV-2-b: Superficie :
IV-2-c: Longueur :
IV-2-d: Largeur :
IV-2-e: Classification d’après:
Cadre territorial :
Structure :
Fonction :
Local
Linéaire
Social
National
Circulaire
Economique
Régional
Cruciforme
Politique
Mondial
Radiale
Militaire
En réseau
Religieuse
Cadre naturel :
Durée :
Culturelle
Terrestre
Disparus (
)
Multiples, lesquelles ? :
Aquatique
Existants (
)
Mixte
V-2-f: Contexte naturel :
IV-2-g: Contenu :
Voie de communication :
Autres éléments substantiels :
IV-2-h: Importance de la route culturelle :
IV-3- Etablissements de population
IV-3-a: Emplacement :
IV-3-b : Superficie :
Description :
IV-4- Ensemble Agro-industriel :
IV-4-a: Emplacement :
IV-4-b: Superficie :
Description :
IV-5- Construction :
IV-5-a: Adresse :
IV-5-b: Typologie :
Civile
Domestique
Militaire
Religieuse
Industrielle - Productive
Commémorative- Ornementale
Espace publique
Œuvre d’ingénierie
V-4-h: Description :
IV-6- Sites :
IV-6-a: Emplacement :
IV-6-b: Typologie :
Historique (voir IV-6-1)
Archéologique (voir IV-6-2)
Naturel (voir IV-6-3)
IV-6-1: Site historique :
IV-6-1-a: Événement associé :
IV-6-1-b: Personnalité associée :
IV-6-1-c: Date :
Const. commémorative associée
____________________________
IV-6-4: Description :
Latitude N :
IV-3-c: Population :
Longitude W :
IV-3-d: Date de fondation :
Latitude N :
IV-4-c: Population :
Longitude W :
IV-4-d: Date de fondation :
Urbaine
Rurale
IV-5-c: Époque :
IV-5-d: Niveaux :
IV-5-e: Superficie :
IV-5-f: Superficie de parcelle :
IV-5-g: Définition des choix de construction et des matériaux :
Toit :
Murs :
Charpente :
Latitude N :
Longitude W :
IV-6-c: Superficie :
IV-6-d: Habité :
IV-6-2: Site archéologique :
IV-6-2-a: Contexte:
Terre
Eau
IV-6-2-b: Recherches : Oui
Non
Date :
IV-6-2-c: Trouvailles :
IV-6-3: Site naturel :
IV-6-3-a: Géomorphologie :
Oui
Non
IV-6-3-B: Sols :
IV-6-3-C: Période de formation :
V- DONNÉES APPRÉCIATIVES :
V- 1:Valeurs: (numéroter par ordre d’importance) V- 2: Etat de conservation :
V- 3: Intégrité :
4 Historique
Religieuse
Bon
Non transformé
3 Architecturale
1 Environnementale
Moyen
X Peu transformé
2 Archéologique
6 Ethnologique
X Mauvais
Transformé
5 Naturelle
7 Communautaire
V- 4: Exceptionnalité :
Local
National
Régional
Mondial
Unique :


X
X
Important :


X
X
Ordinaire :




V- 4- a: Critères d’exceptionnalité : Il constitue un exemple remarquable de survie d’une communauté déplacée de son
environnement et de sa culture originels vers un milieu physique rural et inhospitalier où elle est parvenue, en grande partie grâce à la main
d’oeuvre esclave, à créer d’importants complexes agricoles et de production associés principalement à la culture du café. Il faut mentionner
également son lien avec la révolution haïtienne, événement qui a provoqué la migration des Français et de leurs esclaves à Cuba qui, à son
tour, a permis la colonisation des montagnes du sud-est de l’île. Il faut souligner l’énorme influence de ce phénomène sur la culture locale.
VI- GESTION DU BIEN :
VI-1: Existe-t-il un plan de gestion des ressources ? :
X Oui
 Non
VI-1-a: Organisme responsable : Bureau du conservateur de la ville de Santiago de Cuba
VI-1-b: Sources de financement : Bureau du conservateur de la ville de Santiago de Cuba et autorités locales.
VI-1-c: Menaces : La plus grande menace qui pèse sur le site résulte de son emplacement géographique qui, d’une part, en rend l’accès
difficile et empêche de lui donner une valeur d’usage permettant d’assurer sa conservation et, d’autre part, favorise la rapide dégradation
des vestiges archéologiques du paysage provoquée par l’humidité, la température ou les effets des ouragans tropicaux tellement fréquents
dans la région.
VI-2-a: Le site a-t-il un potentiel touristique ?
X Oui
 Non
VI-2-b: Description: Le potentiel touristique existe même s’il est limité et ne concerne qu’un petit nombre de plantations de café.
Cependant, l’existence du musée du site qui se trouve dans la plantation La Isabelica, du mirador de la Gran Piedra – tous deux monuments
nationaux -, du Parc national Baconao, des richesses naturelles des environs et la proximité de certaines plantations de Santiago de Cuba
favorisent la - réalisation d’offres incluant – pour vu que les conditions soient créées d’autres plantations de café comme par exemple La
Siberia.
VI-2-c: Infrastructure touristique : Très réduite et très difficile d’accès (les routes étant en mauvais état). Le tourisme existant utilise
les installations touristiques de la ville de Santiago de Cuba et les installations hôtelières de Baconao. Les plantations de café de Guantánamo
disposent d’une infrastructure encore moins importante et seul le Zoológico de Piedras peut présenter un intérêt.
VI-3: Existe-t-il des programmes de transmission ? :
X Oui  Non
VI-3-a: Les écoles de la communauté disposent-elles de programmes d’étude concernant le site?: X Oui  Non
Écoles primaires : X Nombre : Toutes
Écoles secondaires : X Nombre : Toutes
VI-3-b: Les écoles développent-elles le projet “Briser le silence” ? :
X Oui
 Non
Écoles primaires :  Nombre :
Écoles secondaires : X Nombre : 1
VI-3-c: Autres de formes de transmission existantes : Comme dans toutes les régions rurales de montagne, il existe des
programmes spéciaux destinés à développer le respect de la nature et la connaissance de l’histoire locale à tous les niveaux d’enseignement.
Ces programmes font partie de la stratégie visant à assurer l’équilibre migratoire de la montagne.
VII- RÉFÉRENCES :
VII-1- Contrôle de l’information :
VII-2- Bibliographie concernant le bien :
Réalisé par :
* Berenguer, Jorge. «La inmigración francesa en la Jurisdicción de
Dr. Jesús Guanche
Arch. Nilson Acosta
Cuba»,
Supervisé par :
* Tamames, Elisa. «Antecedentes sociológicos de las tumbas
Dr. Miguel Barnet
francesas»,
Organisme :
Conseil national du patrimoine culturel
* Expediente par asu declaratoria Patrimonio Oral de la Humanidad.
et Fondation Fernando Ortiz
Date :
Décembre, 2006
VII-3- Notes :
a) Ce modèle de formulaire est accompagné des instructions méthodologiques nécessaires à son utilisation.
b) Le formulaire contenant les informations devra être transmis accompagné d’une annexe au format texte.
c) Les Chefs-d’œuvre du Patrimoine oral figureront dans le registre. Pour ce faire, il faudra remplir le formulaire en se
basant sur l’espace culturel dans lequel ils se manifestent et, le cas échéant, joindre en annexe des informations plus
précises concernant leurs particularités.
VII-4: Observations :

Documents pareils

cuba verte - J`aime Cuba

cuba verte - J`aime Cuba environ 22% de la superficie totale de l’île, dont six réserves mondiales de la biosphère de l'UNESCO. D’une pointe à l’autre de l’île, une multitude de territoires préservés, appuyés par une polit...

Plus en détail