Exploitée, la forêt a de l`avenir

Commentaires

Transcription

Exploitée, la forêt a de l`avenir
RENDEZ-VOUS IMMO
Bien investir
dans le locatif
et le crédit d’impôts
Les conseils de la rédaction pour mener
à bien votre projet immobilier. Pages 8/9
DÉCOUVERTE
Mondiaux de Pelote
Pau, Oloron, Lescar, Billère
au rendez-vous des pelotaris
Le Béarn accueille pour la première fois les championnats
du monde de pelote. Page 12
PAU
JOURNAL D’INFORMATION
GRATUIT
Exploitée, la forêt
a de l’avenir
Contrairement aux idées reçues, la forêt française est en augmentation. Sa surface a
cru de 12 % au cours des 20 dernières années. Dans les Pyrénées-Atlantiques la forêt
est une ressource qu’il faut gérer afin d’en assurer la pérennité. De cette gestion
dépend aussi la qualité du bois mis en marché. Pages 6/7
30 septembre 2010
#108www.hebdo-plus.fr
ET AUSSI…
●
●
Les 30 infos
de la semaine
Page 3
Ces hommes et ces
femmes qui bougent
Page 4
●
Osez, l’école d’ingénieur
Page 5
●
Les bons plans
de l’Hebdo Page 10
●
L’agenda
de vos sorties
●
La parole aux lecteurs
Page 11
Le débardage par câble, une solution douce pour terrains accidentés.
Page 10
LE RENDEZ-VOUS IMMOBILIER
30 septembre 2010 - Numéro 108
Page 8
Réduire vos impôts en 2010
total de l’opération pour des opérations sécurisées.
Exemple : Ingepar de la Caisse d'Épargne.
La note financière de
Michel Brunoro, Groupe PEA
Au-delà du dispositif loi Scellier qui permet
aux contribuables de devenir propriétaires en
bénéficiant d’avantages fiscaux importants,
il existe d’autres solutions d’investissements
pouvant réduire votre imposition 2010.
SCPI Scellier
Au lieu d’investir directement dans un bien
immobilier à but locatif, un particulier peut acquérir
des parts d’une Société Civile de Placement
Immobilier, spécialisée dans l’investissement en
Scellier. Ceci permet de bénéficier de plusieurs
avantages :
■ réduction fiscale acquise dès la souscription (25 %
du montant investi, réparti sur un minimum de
9 ans, pouvant aller jusqu’à 75 000 euros),
■ souplesse du montant de l’investissement,
■ pas de gestion locative à prendre en charge,
■ le gestionnaire s’occupe de l’acquisition et de la
revente des biens.
Exemples : Ciloger, Renovalor.
Girardin Industriel
Ce dispositif a pour objectif de favoriser
l’investissement productif dans les départements et
collectivités d’Outre Mer.
L’investissement, d’une durée de 5 ans, permet au
contribuable de bénéficier d’une réduction d’impôt
sur le revenu, entre 20 et 25 % de l’investissement
FCPI
Les fonds communs de placement dans
l’innovation (FCPI) permettent à des particuliers
d'investir dans les petites et moyennes entreprises
(PME) non cotées, à caractère innovant.
Le particulier investissant dans ce type de fonds
bénéficie d’une réduction d’impôt de 25 % du
montant de son investissement.
Cette réduction d'impôt est plafonnée à 3 000 €
pour un célibataire, 6 000 € pour un couple soit un
investissement maximal de 12 000 € pour un
célibataire, et 24 000 € pour un couple avec
exonération des plus-values à la sortie (hors
prélèvements sociaux). Le souscripteur doit garder
ses parts au minimum cinq ans.
Exemple : Ouest Venture, Alto Invest.
SOFICA
Les SOFICA (Société pour le Financement de
l'Industrie Cinématographique et Audiovisuelle)
vous permettent de réduire votre impôt sur le
Revenu (pouvant aller jusqu’à 48 % de la somme
investie), tout en se positionnant dans des PME à
caractère culturel.
Exemple : A Plus Image.
Groupe PEA
PAU - BORDEAUX - PARIS
L’espace finance - 1 Allée Catherine de
Bourbon - 64000 PAU - Tél. 05 59 80 19 38
[email protected] - www.groupepea.fr
Le crédit
d’impôt
en 2011
Présentée par Madame Lagarde et Monsieur Baroin,la
loi de finances 2011 a pour objectif de réaliser de substantielles économies sans pour autant entraver l’économie.
Actuellement à l’étude, le budget 2011 prévoirait un
certain nombre de changements drastiques, de baisses
et de suppression au niveau de crédits d’impôts
aujourd’hui en vigueur dans le secteur de l’immobilier.
Crédit d’impôt sur les intérêts d’emprunt : en ce qui
concerne le crédit d’impôt sur
les intérêts d’emprunt, le gouvernement propose de le supprimer pour mettre en place un
« outil unique » sous forme de
« prêt à taux zéro renforcé » qui
serait universel, c’est-à-dire
sans condition de ressources,
mais réservé aux seuls primoaccédants. Cette aide serait
accentuée pour les personnes à
faibles revenus, dans les zones
géographiques d’habitation en
forte tension et les achats de
neuf. La rentrée en vigueur
dès 2011 devrait simplifier
les démarches existantes
aujourd’hui. Les bénéficiaires
actuels du crédit d’impôt sur
les intérêts d’emprunt continueraient de bénéficier de la
mesure pendant les cinq années
initialement prévues.
■ Loi Scellier : voté en décembre 2008 dans un contexte de
violente crise économique, ce
■
dispositif, qui permet encore
aujourd’hui une réduction
d’impôt pouvant aller jusqu’à
37 % du prix de revient d’un
logement neuf, n’en finit pas
d’être remanié. En 2011, la
mesure ne ferait pas exception
et les taux de réduction d’impôt seraient abaissés. Seule
solution pour continuer à
bénéficier encore du taux de
réduction d’impôt maximum :
s’orienter vers la loi Scelliez
BBC et investir dans le locatif
BBC (bâtiment basse consommation) éligible à la loi
Scellier, ce qui permettrait au
contribuable de pouvoir encore
bénéficier d’une réduction
d’impôt égale à 25 % du prix
de revient du logement acquis
en 2011 (20 % en 2012).
■ Crédit d’impôt vert : pour
investir dans les équipements
verts et améliorer l’isolation
d’un bâtiment en profitant des
crédits d’impôts qui ont fait les
beaux jours du développement
durable, il ne faudrait apparemment plus perdre de temps ! En
effet, les dispositifs mis en place
ne devraient pas non plus
échapper au tour de vis du
gouvernement. Les crédits
d’impôt concernant la rénovation thermique des logements
seraient moins avantageux,
cette niche pouvant être
réduite de 10 % à partir de janvier prochain. Il en va de
même pour le crédit d’impôt
appliqué aux pompes à chaleur,
installation de double vitrage et
aux panneaux solaires photovoltaïques qui serait diminuée
de moitié pour passer de 50
à 25 %.
En tout état de cause, l’arbitrage de toutes ces réflexions
concernant les crédits d’impôt
et autres avantages fiscaux ne
sera connu qu’à l’issue de
l’examen de la Loi de Finances
2011
par
l’Assemblée
Nationale et le Sénat.
Affaire à suivre de très près.
À SAVOIR
Fin de l’avantage fiscal pour les
jeunes mariés et les couples divorcés
Dans le cadre de la stratégie
gouvernementale visant à faire rentrer
davantage d’argent dans les caisses de
l’État sans procéder à une hausse
générale des impôts, une nouvelle
mesure concernant les jeunes mariés et
les couples divorcés dans l’année fait
partie du projet de loi de finances 2011.
Si elle est acceptée, cette mesure sera
applicable aux sommes à payer en 2012.
Aujourd’hui, pour les revenus qu’ils
touchent dans l’année de leur mariage,
les couples de jeunes mariés adressent à
l’administration
fiscale
trois
déclarations : une chacun pour la
période allant du 1er janvier à la date de
leur mariage, puis une commune pour les
revenus du nouveau foyer fiscal couvrant
la période allant de la date de leur
mariage au 31 décembre. Compte tenu
de la progressivité de l’impôt sur le
revenu, cette méthode amène les deux
nouveaux conjoints à verser moins au
fisc. Pour un couple ayant divorcé dans
l’année, la procédure s’applique à partir
de la date de prononciation du divorce.
Ce qui serait amené à changer
À partir de la déclaration 2011, les jeunes
mariés devraient choisir entre deux
déclarations séparées ou une seule,
commune. Dans les deux cas, la
déclaration couvrirait l’ensemble de
l’année du mariage, du 1er janvier au
31 décembre.
Les personnes divorcées n’auraient,
elles, pas d’autre choix que de rédiger
deux déclarations de revenus séparées
pour toute l’année de leur divorce.