Le polyamour : une histoire à plusieurs

Commentaires

Transcription

Le polyamour : une histoire à plusieurs
Frédou Braun1
Le polyamour : une histoire à plusieurs
Aimer plusieurs personnes à la fois comme on aime plusieurs enfants en même temps,
comme on établit plusieurs relations amicales, pourquoi pas ? On le sent bien, le cœur ne se
divise pas, mais au contraire il s’élargit, il s’amplifie. Faisant suite à notre première analyse 2
sur le sujet, le polyamour3 pourrait offrir à l’individu.e l’épanouissement attendu et
recherché au sein de notre société individualiste, un autre modèle entre les écarts de
l’exclusivité absolue et le libertinage. L’idée est belle bien sûr, mais la démarche peut
sembler utopique et apporte son lot de paradoxes, creusons un peu.
Emergence
La plupart des œuvres artistiques, des films, des romans nous plongent depuis le plus jeune
âge dans les contes de fées, dans les amours idylliques avec un prince charmant, ou alors
nous font traverser les drames de la tromperie, de la jalousie, du silence, des déchirures.
L’inconscient culturel et collectif dans lequel nous baignons imprime chez les individu.e.s le
standard monogame et « heureux pour la vie » 4. Le choix à poser sur un partenaire semble
donc un passage obligé, même si en réalité on peut ressentir des émotions, une attirance, du
désir, une envie de rapprochement vis-à-vis de plusieurs personnes en même temps.
Le modèle actuel de notre société est de fonder un couple et de partager sa vie affective et
sexuelle, son habitat et l’éducation d’enfants avec le/la même partenaire au fil des années.
Les tentatives successives de couple sont tolérées aujourd’hui, mais une fois que le choix est
fait, il est de bon ton de préserver la relation privilégiée avec ce.tte conjoint.e-là. Même s’il y
a parfois un accident de parcours et que le partenaire peut changer en cours de route. Car la
vie de couple est, et a toujours été, même si on n’en parlait pas auparavant, une forme
sociologique d’« épreuve », comme le souligne Pierre-Yves Wauthier5, pour tou.te.s les
individu.e.s à travers les différentes classes socio-économiques. Les jeunes comme les vieux
en font le constat quotidiennement, et parfois douloureusement au niveau individuel. Dès
lors, les expériences d’infidélité dans les couples ne sont pas des exceptions, mais des faits
bien réels, souvent cachés. Des sondages 6 indiquent qu’entre 15 et 25 % des membres de
couples stables vivent des relations « extra conjugales ».
Certaines personnes questionnent dès lors la pertinence sociale du modèle monogame (ou
monogame successif) qui ne répond plus aux valeurs actuelles, et explorent ou coconstruisent de nouvelles cultures relationnelles. « Des hommes et des femmes vivent une
logique relationnelle inclusive qui se concrétise par une « constellation » élective de liens
d’attachement se voulant honnêtes, francs et ouvertement assumés. Ils et elles se nomment
1
Chargée de projets au CEFA asbl
Le polyamour ou le questionnement des normes relationnelles, CEFA, 2013
3
www.polyamour.be
4
Raphaël Dugailliez, « Aimer au pluriel », in Agenda Plus, juillet/août 2013, mensuel, n°249
5
Anthropologue, Pierre-Yves Wauthier prépare une thèse de doctorat à l’UCL : « Les polyamoureux. Une
ethnographie de constellations contemporaines d’attachements, de solidarités et de filiations ».
6
Raphaël Dugailliez, idem
2
« polyamoureux/ses7 ». Les partenaires ne se succèdent pas, mais s’ajoutent. Le polyamour
se distingue de l’adultère ou de la tromperie, basant les relations sur le consentement et la
transparence ; et il se distingue du libertinage et de l’échangisme, entretenant les relations
sur la durée avec affection8. »
Le polyamour est un état d’esprit, et non une pratique sexuelle, que l’on soit célibataire, en
couple, ou en relations épisodiques. Il pourrait se définir comme la liberté qu’on se donne à
soi-même et aux autres de cultiver des relations affectives, sentimentales et sexuelles
multiples, de manière simultanée, avec le consentement de tous les adultes impliqués. La
sexualité amène souvent la notion d’exclusivité, de possession. Les relations ne vont pas
systématiquement jusqu’à partager des relations sexuelles, elles peuvent rester au stade
d'amitié profonde, même si le propre des polyamoureux/ses est de rester ouvert.e.s à toute
possibilité. La fidélité et l'exclusivité sont dès lors des « contrats » qui n'ont plus de sens.
Toutes les formes de relations, aussi bien hétérosexuelles qu’homosexuelles, sont donc
possibles. La plus courante peut-être est celle du couple de base, dans lequel les conjoint.e.s
s'ouvrent à d’autres relations, à condition de revenir dans le quotidien au couple premier.
C'est le mariage open. Plus loin encore, le polyamour permet de vivre pleinement son cœur
d'artichaut et d'imaginer différentes configurations amoureuses, des plus banales aux plus
diversifiées.
Critiques et questionnements
Certains diront que les polyamoureux/ses manquent de maturité, à ne pas savoir se fixer sur
un partenaire, d’autres exprimeront leurs doutes quant au fonctionnement quotidien. On
pourrait croire que le polyamour est une manière de fuir les problèmes de couple, de
dépasser les crises sans les gérer. Se jeter dans les bras d'un.e autre pour oublier les ombres.
Mais chaque relation est unique. Une relation ne peut être la thérapie d’une autre. Un
couple peut être à la fois épanoui et polyamoureux ! L’idée n’est pas de fuir une difficulté
mais d’ouvrir son cercle relationnel et d’intégrer la transformation tout au long de la vie. Car
il est évident qu'une personne ne peut pas « tout » apporter à une autre. Le polyamour
remet dès lors en question les rôles dans lesquels on a tendance à s’enfermer et permet de
laisser tomber une attente démesurée, à savoir qu’une seule personne comble tous nos
besoins. Mais est-ce réellement la demande formulée à son partenaire ? Qu'est-ce que le
« tout » veut dire ? Une personne a des relations amicales, professionnelles, des loisirs et
des passions qui diffèrent de celles de son/sa conjoint.e… Ca ne suffit pas ? Pourquoi
plusieurs partenaires sexuels seraient-ils nécessaires à l'épanouissement individuel ?
On aurait tendance à croire que la recherche d’une nouvelle relation vient du fait que la
première ne fonctionne pas, ou en tout cas pas comme on le voudrait idéalement. Un
troisième larron arrive dans l’histoire, car il y a une brèche, une défaillance dans laquelle
l’amant.e se glisse. En effet, lorsqu’un couple est heureux et complice, il n’y a pas de place a
priori, pas d’ouverture à l’autre, pas de désir d’aller voir ailleurs... Bien sûr, un couple ne se
vit pas sans crise, et l’équilibre n’est jamais gagné, sans parler de la routine et de la
monotonie qui coincent les couples dans le quotidien et les habitudes, c’est là souvent
qu’une rencontre fortuite fait émerger un désir et des fantasmes, et parfois un passage à
7
8
Selon l’enquête de Pierre-Yves Wauthier
Pierre-Yves Wauthier
l’acte et une « tromperie » à la clé, voire une rupture … La fidélité présente de fait un
caractère paradoxal, comme le souligne Raphaël Dugailliez 9 : être fidèle à l’autre, être fidèle
à soi. Et vivre des moments l’un.e sans l’autre induit parfois des conflits de loyauté : rester
fidèle à l’autre ou à soi ? Les protagonistes du polyamour vivent ce paradoxe autrement : les
partenaires d'un premier couple sont bien l’un avec l’autre, et s’il y a une ouverture et une
nouvelle relation, la première ne sera pas délaissée au profit de la seconde. Chacun.e
prendra soin des membres de sa constellation.
Le polyamour n’implique pas nécessairement une dimension sexuelle, mais s'il n’y a pas de
relation sexuelle, est-ce une relation amoureuse ? Si c’est une relation amicale privilégiée,
elle fait partie de la constellation, mais peut-être pas au même titre qu’une relation de
couple. Se mettre à nu devant quelqu’un.e d’autre, au sens propre comme au sens figuré,
mélanger les corps, les odeurs, les sécrétions, c'est partager une intimité physique et
charnelle qui touche au sacré.
Quid alors du besoin d'exclusivité à un moment donné ? Lorsque deux personnes tombent
amoureuses l’une de l’autre, au début de la relation tout au moins, l’explosion des émotions
est telle qu’il est difficile d’imaginer, pour la plupart des gens, de regarder, et a fortiori de
toucher, une autre personne au cours de la même période. Source d'un processus
alchimique entre deux personnes : au plus on fait l’amour, au plus on s’attache ! La
formation d’un couple donne parfois un sens à notre vie, conséquence du schéma culturel
normatif intégré. Le temps et l’ouverture permettent peut-être de s’attacher, au-delà du
couple, à plusieurs personnes, puisque les polyamoureux/ses, au contraire de ce que l’on
pourrait croire, ne cherchent pas à vivre une autonomie affective, mais à créer des relations
d’attachement multiples.
La solidarité entre partenaires est pour ainsi dire évidente, qu’en est-il alors lorsqu’il y en a
plusieurs ? Peut-être que chacun.e trouve sa place auprès des autres en fonction de ses
qualités, capacités, habilités ? Lors d’un déménagement par exemple, on pourrait imaginer
que tous les membres de la constellation soient présents, prêts à aider et qu’une nouvelle
solidarité émerge de cette nouvelle forme d’être en relation…
Mener plusieurs vies en parallèle, c’est donc défier la solitude en multipliant les occasions,
mais l’équilibre n’est-il pas difficile à trouver ? Sommes-nous assez fort.e.s pour assumer la
solitude lorsque nos partenaires sont ailleurs, avec d’autres ? C’est là que se retrouver à
deux, dans un couple monogame, peut se révéler un merveilleux défi, parfois bien agréable,
l’exclusivité pouvant être, non pas une prison, mais un lieu où se poser, se reposer.
Le polyamour n'échappe pas aux stéréotypes non plus : il est mieux vu pour les hommes,
considérés alors comme des Don Juan par la société, alors que les femmes qui entretiennent
plusieurs relations sont, elles, considérées comme des femmes faciles.
Quelles limites ?
9
« Aimer au pluriel », idem
Chez les polyamoureux, la première limite est la gestion du temps, de l’agenda. Si l’amour10
en réseau est possible aujourd’hui, c’est aussi parce que l’on dis pose de moyens de
communication et de déplacements plus rapides qu’auparavant. Néanmoins,
l'investissement affectif dans plusieurs relations n'est pas évident à gérer et à partager.
Vis-à-vis de l’entourage, dans la rue, au bureau, dans les fêtes familiales ou amicales, il est
difficile de s'afficher avec un partenaire, puis avec l'autre, sans être mal considéré.e. Se dire
polyamoureux est une chose, se montrer en compagnie de différent.e.s partenaires est autre
chose. Pour une question de réputation, la norme monogame bien ancrée dans les esprits, il
n'est pas facile d’assumer des relations affectives multiples.
Gérer la jalousie chez soi et chez l'autre n'est pas chose aisée, les peurs encore présentes en
nous sont des obstacles à franchir, celle de l’abandon, celle de perdre quelque chose, celle
de ne pas être choisi.e, d’être moins bien que l’autre. Pour dépasser les émotions, pour
lâcher la possessivité, les polyamoureux/ses utilisent un nouveau concept, la « compersion »,
néologisme, c’est-à-dire se réjouir du bonheur, de l’épanouissement de l’autre, aimer et
respecter sa liberté. Cela conduit nécessairement à un travail sur soi, à un chemin de
guérison des blessures profondes, à une transformation des nœuds émotionnels et à une
remise en question permanente
Quelle place occupe-t-on dans la constellation par rapport aux autres partenaires ? Qui est
prioritaire ? La communication est indispensable, mais la négociation n’est pas toujours
aisée. Encore plus lorsqu’elle concerne des sujets habituellement tabous et intimes. Et nous
n’avons pas tou.te.s les mêmes outils pour communiquer et négocier. Comme il n’y a pas de
modèle standard dans les relations polyamoureuses, les partenaires peuvent avoir des
conceptions différentes de la manière dont les relations devraient se vivre et fonctionner.
Par conséquent, les divergences pourraient nuire aux relations. La communication
bienveillante autour des balises est essentielle pour se sentir sur un pied d’égalité et en
sécurité.
Des relations multiples signifient un cumul des plaisirs, mais aussi un cumul des crises de
couple, un cumul des séparations (même si la rupture avec un partenaire est sans doute
moins grave, plus diluée). A chaque couple, son propre psychothérapeute ? La multiplication
des relations n’amenuise pas les difficultés rencontrées et les rapports de pouvoir avec les
différent.e.s partenaires.
Comme toute minorité sexuelle ou autre, les polyamoureux/ses se retrouvent entre eux,
entre elles. Le cercle grossit peut-être de jour en jour, mais s’il y a respect de soi et de
l’autre, on ne peut pas s’engager dans une relation avec une personne qui ne partage pas le
même concept du polyamour, qui ne s’est pas encore « convertie ». Qui dit minorité, dit
donc marginalité.
Vis-à-vis des institutions ou de l’administration, les polyamoureux/ses peuvent se sentir
délaissé.e.s, ou pas concerné.e.s, notamment en matière de patrimoine et d’héritage, mais
aussi dans l’environnement scolaire ou psycho-médico-social.
10
« Le Polyamour, pour des amours sans exclusivité », in Sexualité récréative ?, Dossier n°102, éditions feuilles
familiales asbl, 2012
Quelques conclusions
Le nouveau est attirant, le connu est rassurant. Voyager de l’un à l’autre fait vibrer, rend
vivant, et chez les polyamoureux/ses, tout cela se fait semble-t-il dans un climat de sécurité
relationnelle et de respect mutuel.
Lorsqu’il y a une rencontre informelle avec une éventuelle attirance entre deux personnes, il
n’est plus besoin – dans un contexte polyamoureux – de poser une question de manière
anodine, de prononcer une phrase légère, pour signifier à l’autre que oui, on est célibataire
actuellement, donc disponible. Plus besoin d’artifices dans l’entourage des
polyamoureux/ses, puisqu’on est disponible, a priori tout le temps, et libre de sourire et de
s’ouvrir à qui veut. Vive le coup de foudre imprévu donc, l’idée n’étant pas de claquer tous
ses engagements, mais d’oser franchir le pas et d’accueillir l’appel du cœur à se rapprocher,
sans devoir expérimenter l’insécurité des déchirures, sans rejeter l’un.e car il ou elle en a
aimé un.e autre … Comme si la notion sociale de couple était maintenant amenée à
reprendre sa place au cœur de l’intime de chaque personne, sous la forme du couple
intérieur11. Les relations deviennent alors la rencontre d’êtres plein.e.s, complet.e.s, qui
interagissent au travers de leurs polarités intégrées, et ne cherchent plus à l’extérieur ce qui
leur manque.
A un niveau psychologique et spirituel, le polyamour est donc une véritable leçon de vie qui
nous obligerait à habiter l’instant présent dans la pleine conscience. Car l’idée n’est pas de
penser à l’un.e quand on est avec l’autre ! L’accent est mis sur le partage et la communion
des âmes et des corps. Tel un tremplin d’évolution, chaque relation nous apprend un peu
plus sur nous-mêmes, sur l’autre, sur la manière d’aimer et d’être aimé.e. Krishnamurti disait
déjà que « les relations sont sûrement le miroir dans lequel on se découvre soi-même12 »,
chaque histoire venant bouleverser en effet certaines croyances ou rigidités, et mettre en
lumière d’autres aspects inconscients, parfois limitants. Toutes les histoires d’amour ne nous
touchent pas au même degré, et sans vouloir les classer ou les comparer, elles nous
interpellent profondément de manière différente.
A un niveau anthropologique et sociologique, la liberté et l’autonomisation vers lesquelles
tendent les polyamoureux/ses auraient pour effets de s’émanciper de la structure normative
actuelle. L’apparition d’enfants fait néanmoins ressurgir le modèle de la famille nucléaire, les
responsabilités incombant aux géniteurs, et avec elles l’isolement et les difficultés dans
lesquelles les parents se retrouvent souvent. Certain.e.s polyamoureux/ses tentent dès lors
de sortir de ces schémas et de trouver des alternatives, en maintenant bien présente l’idée
qu’il faut « tout un village » pour élever un enfant.
Les polyamoureux/ses proposent de nouveaux rapports de genre, de sexe et de génération.
Ils et elles vivent un rapport différent à l’habitat. Ils et elles éprouvent une gamme de
sentiments élargie. Et ils et elles élaborent un sociolecte correspondant à leurs émotions et à
leurs relations. Le polyamour semble se propager comme une culture alternative informelle
11
12
Corinne Defranoux, « Du polyamour à l’amour inconditionnel », in Rêve de Femmes, n°30, printemps 2013
Cité in : « Aimer au pluriel », idem
qui se vit dans les interstices du droit et de l’administration 13. Le couple et la famille sont,
depuis des siècles, des piliers essentiels du maintien de l’ordre social et économique. A
moins que ce ne soit l’ordre social et économique qui constitue le pilier de l’exercice du
couple et de la famille ? Le polyamour contribue-t-il alors à contester cet ordre en proposant
une alternative au modèle dominant avec de nouvelles structures sans cesse renouvelées ?
Sommes-nous proche du basculement vers un nouveau paradigme ? L’âme humaine est-elle
prête à lâcher prise, à virer dans l’altruisme et le désintéressement ? Le modèle
polyamoureux constitue-t-il une alternative socioculturelle efficiente vis-à-vis du mode de
vie monogame contemporain, ou est-il condamné à rester une mouvance marginale et
utopique par manque de cohérence sociale face aux nécessités du vivre ensemble 14 ?
Dans tous les cas, ce processus amène chacun.e de nous, polyamoureux ou non, à laisser
tomber ses croyances, à se poser les bonnes questions et à reconsidérer les modes d’être en
relation.
13
14
Selon les observations de Pierre-Yves Wauthier
La recherche prospective de la thèse de doctorat de Pierre-Yves Wauthier est en cours.