« Jeune et jolie », quand la réalité dépasse la fiction

Commentaires

Transcription

« Jeune et jolie », quand la réalité dépasse la fiction
 ECPAT France – Ne détournons pas le regard COMMUNIQUE DE PRESSE: Film « Jeune et jolie » « Jeune et jolie », quand la réalité dépasse la fiction Paris (FRANCE) – 21/08/2013 ‐ A l’occasion de la sortie du nouveau film du réalisateur François Ozon, l’équipe d’ECPAT France s’est rendue à l’avant‐première de « Jeune et jolie » hier soir à Paris. Si ce film suscite de nombreuses réactions et interrogations, ECPAT France, association de lutte contre l’exploitation sexuelle des enfants, souhaite rappeler un élément indiscutable : le recours à la prostitution de mineurs, y compris de jeunes adolescentes de 17 ans, est interdit en France comme à l’étranger. En effet, « le fait de solliciter, d’accepter ou d’obtenir, en échange d’une rémunération ou d’une promesse de rémunération, des relations de nature sexuelle de la part d’un mineur qui se livre à la prostitution, y compris de façon occasionnelle, est puni de trois ans d’emprisonnement et 45 000 euros d’amende », sanction pouvant aller jusqu’à 7 ans d’emprisonnement et 100 000 euros d’amende lorsque le mineur est âgé de moins de 15 ans. Autrement dit, les « clients » de la jeune et jolie Isabelle, alias Léa, âgée de 17 ans, risqueraient jusqu’à 3 ans de prison ferme. Mais la prostitution de mineurs est‐elle si récurrente en France ? Il est difficile de s’entendre aujourd’hui sur une estimation objective du nombre de mineurs en situation de prostitution en France. Cette question est représentative des vues divergentes entre les services de police et le milieu associatif mais révèle surtout l’absence criante de système national de recueil de données quantitatives et qualitatives sur le sujet. Malgré la difficulté à quantifier l’ampleur de la prostitution enfantine, phénomène peu visible et que l’on préfère parfois ignorer, il est important de rappeler qu’en France, la majorité des mineurs en situation de prostitution sont victimes de traite des êtres humains. Originaires d’Europe de l’Est, d’Afrique de l’Ouest, d’Asie, de la région Caraïbes et du Brésil, beaucoup d’entre eux sont aux mains de souteneurs ou de réseaux criminels organisés, profitant de leurs situations irrégulières pour les contraindre à de la prostitution forcée. Par ailleurs, certains mineurs en situation de grande vulnérabilité, isolés socialement et affectivement, pratiquent une prostitution plus ou moins occasionnelle et « autonome » pour survivre. Malgré les tendances observées, aucun enfant n’est réellement à l’abri de l’exploitation sexuelle, quel que soit son milieu socio‐économique, y compris dans les milieux sociaux aisés, comme décrit dans le cas (très) particulier de « Jeune et Jolie ». Le combat contre l’exploitation sexuelle des enfants à des fins commerciales ne se limite pas aux hôtels ou aux maisons de passe. Le monde virtuel est lui aussi au cœur du sujet. Un phénomène grandissant sur Internet est celui du grooming qui consiste à établir des liens émotionnels avec un mineur et à inhiber ses préjugés afin d’en tirer des faveurs sexuelles. Ainsi, le grooming peut être employé pour inciter l’enfant à se livrer à des actes sexuels, voire à se prostituer ou participer à des productions pédopornographiques.1. En effet, répondant aux logiques de l’offre et de la demande, le marché de la cyber‐pédopornographie agit en tant que catalyseur d’activités dérivées liées à la prostitution enfantine et à la traite d’enfants à des fins sexuelles. Moralité : profitons du cinéma mais ne détournons pas le regard d’une réalité qui peut être beaucoup plus proche que ce que l’on pourrait penser. ECPAT France n’émet aucune critique cinématographique à l’encontre de « Jeune et jolie ». Ce communiqué a été rédigé dans un but pédagogique afin d’informer le grand public français sur le phénomène de la prostitution des mineurs et sur son cadre juridique. ECPAT France www.ecpat‐france.org est une association française membre du réseau ECPAT International, dont la mission est de lutter contre l’exploitation sexuelle des enfants à des fins commerciales: prostitution enfantine, exploitation sexuelle des enfants dans les voyages et le tourisme, traite des enfants à des fins sexuelles et pornographie mettant en scène des enfants. Plus d’information : Anko ORDONEZ, Responsable de communication [email protected]‐france.org Tel : +33 (0)1 49348313 www.ecpat‐france.org 1
La pédopornographie (ou la pornographie mettant en scène des enfants) désigne toute représentation, par quelque moyen que ce soit, d’un mineur se livrant à des activités sexuelles explicites, réelles ou simulées, ou toute représentation des organes sexuels d’un enfant à des fins essentiellement sexuelles.