Ouverture - Mouvement Européen – France

Commentaires

Transcription

Ouverture - Mouvement Européen – France
Les urgences de l’Europe
Vendredi 7 novembre 2014
14h30 – 15h15
Ouverture de l’Université d’automne
logistique que chacun va pouvoir découvrir tout
au long du week-end.
Dominika RUTKOWSKA-FALORNI, Déléguée
générale du Mouvement Européen-France,
accueille les partenaires de cette édition de
l’Université d’automne 2014 qui se déroule à
l’Institut Emmanuel d’Alzon de Nîmes.
Il remercie aussi l’accueil chaleureux de la Ville
de Nîmes, représentée par M. Franck PROUST,
et de l’Agglomération Nîmes Métropole, dont le
Président est M. Yvan LACHAUD. Ces deux
Européens
convaincus
font
un
travail
remarquable dans leur région qui est l’une des
plus complexes de France, au regard de son
ressentiment sur l’Europe.
Jean-Marie CAVADA, Député européen et
Président du Mouvement Européen-France,
remercie l’assemblée de sa présence et rappelle
que cette réunion annuelle du Mouvement
Européen-France a lieu dans un contexte
national difficile où les affaires européennes sont
à un tournant de leur histoire. Toutefois,
considérant que ces deux points sont liés, il
félicite toutes les personnes présentes car c’est
ce courage qui fait la force du Mouvement. Ce
courage naît des adhérents qui, animés d’un
militantisme quotidien, leur fait traverser la
France pour venir à cette huitième édition de
l’Université d’automne du ME-F.
M. CAVADA félicite enfin les équipes de l’Institut
d’Alzon et des autres lycées de la ville pour leur
travail sur la pédagogie auprès des jeunes,
comme l’a montré le matin même la participation
de 115 lycéens à la Simulation du Parlement
européen
animée
par
les
Jeunes
Européens-France, lesquels sont à applaudir
pour cette belle organisation.
Il salue également toute l’organisation, à
commencer par la section du ME-F-Gard qui,
sous la houlette de Jean-Luc BERNET, a fait un
travail remarquable de conception et de
Dans la salle, le Président salue la présence du
Président du Mouvement Européen-Italie, M.
Pier Virgilio DASTOLI, ainsi que les membres du
1
Bureau du ME-F qui travaillent à ses côtés pour
donner les lignes directrices de l’association
autour de l’équipe permanente.
Discorde
sociale,
vieillisse
économique,
questions migratoires, le chemin encore à
parcourir est infini, mais nous aurons les
systèmes que nous méritons à condition de se
souvenir que les batailles doivent d’abord être
menées pour être gagnées. Et dans ce but, tous
les gestes simples y contribuent.
Le Président du ME-F félicite enfin Chloé
FABRE,
Présidente
des
Jeunes
Européens-France, ainsi que toute son équipe,
pour leur travail accompli depuis l’été, en
parallèle d’autres événements et de leur vie
étudiante ou de jeunes actifs, dans l’organisation
de la Simulation du Parlement européen qui s’est
déroulée le matin même.
Jean-Luc BERNET, Président du Mouvement
Européen-France-Gard, signale que cette
Université d’automne est l’aboutissement de
semaines et de mois d’efforts menés par tous
et toutes de la section du ME-F-Gard, en
symbiose avec la Maison de l’Europe de Nîmes
et le Secrétariat national du ME-F.
Pour M. CAVADA, l’Europe se trouve dans un
vrai virage. La prospérité a certes été amenée
par la Paix, mais il est nécessaire, surtout en ce
week-end de double commémoration (25 ans de
la Chute du Mur de Berlin et Armistice de la 1ère
guerre mondiale), de régulièrement revenir à
l’histoire. Celle-ci nous rappelle que la paix, la
prospérité, la sécurité et donc l’avenir, ne sont
jamais totalement acquis. C’est ainsi qu’il faut
penser à l’Europe
Il souhaite que l’édition 2014 reste dans les
mémoires sous le signe du partage. Le
programme a donc été conçu avec des sessions
d’échanges comme le forum ouvert et les ateliers
sur le réseau du ME-F, mais aussi des sessions
conviviales avec les animations de rues et la
soirée festive européenne.
Les systèmes et les lois se doivent d’avoir
comme objectif l’amélioration du destin de ceux
qui les ont choisis. Il est nécessaire de travailler
encore à la maturité de notre continent face à la
mondialisation. Par la culture notamment, cette
compagne de toute une vie. Elle façonne notre
corpus intellectuel, alors même qu’elle s’est
enrichie des influences des pays voisins
auxquels nous sommes indéniablement liés.
Il remercie très chaleureusement M. LACHAUD,
Directeur de l’Institut d’Alzon, d’avoir ouvert les
portes de son établissement, et salue tout le
personnel efficace et surtout disponible de
l’Institut.
Frédéric BOURQUIN, Président de la Maison
de l’Europe de Nîmes, se ravit de la tenue de
cette Université d’automne du ME-F dans la ville
romaine de Nîmes. Il constate que l’intitulé même
de cette édition aurait pu être agrémenté de
2
« s », car l’Europe doit aussi être considérée
comme une « urgence gardoise ».
demeure un sujet qui les intéresse. Ces jeunes
ne sont pas tant le futur de l’Europe, mais son
présent. Dans toutes les actions des Jeunes
Européens, l’objectif est de dire ce que chacun
attend.
La montée de l’extrémisme dans ce département
peut apparaître inquiétante, mais le constat qui
résulte des élections est qu’il s’agit avant tout
d’une grande méconnaissance, d’un désintérêt,
au pire d’un agacement envers l’Europe, mais
finalement pas d’une haine.
Elle passe ainsi le micro à Lisa, l’une des élèves
ayant participé à la Simulation.
L’Europe doit être approfondie pour protéger et
défendre notre modèle de civilisation. Elle ne doit
pas être synonyme d’austérité, mais devenir un
très beau projet pouvant mobiliser les êtres et
aboutir à un monde meilleur.
Il souhaite au Mouvement Européen-France que
les travaux de l’Université d’automne aient la
meilleure diffusion possible, notamment dans le
Département du Gard.
Lisa BONNET, élève au Lycée A.
Daudet, rappelle que trois lycées étaient
représentés à cette Simulation : le lycée A.
Daudet, l’Institut E. d’Alzon, le lycée
Saint-Vincent-de-Paul. Quatre thèmes ont été
abordés : la création d’un Service civique
européen, le climat et l’énergie, la mobilité de
jeunes de pays tiers et les télécommunications (le
roaming).
Chloé FABRE, Présidente des Jeunes
Européens-France,
salue
l’engagement
militant de tous les adhérents, qui consacrent
des week-ends entiers à leur implication. En
2014, les Jeunes Européens ont particulièrement
travaillé en traversant toute la France. Ils ont
parcouru plus de 18 villes pour parler de l’Europe
concrète aux citoyens dans la rue.
Après avoir travaillé en « commissions »
réparties par thème, tout le monde s’est regroupé
pour débattre puis voter un texte définitif.
Globalement il y a eu de grandes discussions
et tout le monde a pu défendre son avis. Malgré
Ce vendredi matin à nouveau, c’est à 115 jeunes
de 3 lycées qu’ils ont permis de comprendre et
de pratiquer le fonctionnement réel du Parlement
européen par une simulation. Tous voulaient
donner leur opinion, preuve que l’Europe
3
En revanche, comme l’a signalé M. CAVADA, il
est nécessaire de les impliquer dans des sujets
européens variés, surtout dans un Département
aussi eurosceptique, un territoire dont de
nombreux enjeux discutés au niveau européen,
tels l’immigration ou la sécurité, n’ont pas été
réglés.
quelques désaccords, la majorité des textes a
donc pu être adoptée.
A l’image de ses camarades de classe, Lisa a
trouvé cette Simulation très intéressante et très
constructive.
M. LACHAUD félicite le Mouvement Européen et
les Jeunes Européens pour leur action dans les
lycées et les invite à continuer activement.
Il conclue qu’en tant que Président de la
Métropole Nîmoise, il accueillera le Mouvement
dimanche à 13h00 à la Maison de
l’Agglomération.
Yvan LACHAUD, Directeur de l’Institut
Emmanuel d’Alzon, salue M. CAVADA en
rappelant leurs liens et leurs idées communes. Il
salue également la présence de tous les invités
et des organisateurs de cette Université
d’automne.
Franck PROUST, Député européen et Premier
adjoint au Maire de Nîmes, excuse tout d’abord
M. le Sénateur-Maire FOURNIER, qui lui a
demandé de le représenter durant ce week-end.
A ce titre, le Mouvement est accueilli le
soir-même à l’Hôtel de Ville.
Au déjeuner s’est déroulé un plateau TV animé
par les étudiants de l’Institut D’Alzon en présence
de S.E.M. Ivo GOLDSTEIN, Ambassadeur de
Croatie en France, M. CAVADA et Nora
HAMADI, Journaliste spécialisée dans les
questions européennes chez Public Sénat. Cette
dernière a rappelé que les jeunes ne voient pas
la mémoire de la guerre ; il n’est pas nécessaire
de les convaincre de l’Europe car ils sont nés
dedans.
Il précise qu’il est fier et honoré de recevoir le
Président du Mouvement Européen-France dans
sa ville, car M. CAVADA est connu, respecté,
admiré, écouté, en souligne que l’on a toujours
plaisir à travailler avec lui. Il félicite également
Jean-Luc BERNET pour son grand travail, qui a
permis à Nîmes d’être pour ces quelques jours
au centre de l’Europe. Enfin, il salue M.
LACHAUD, en tant que Député et Directeur de
l’Institut d’Alzon.
4
M. PROUST revient sur le thème de l’université
d’automne : « L’Europe : l’urgence française »,
qui marque selon lui le fait que l’Europe
aujourd’hui n’est plus une option. Pourtant on
constate que la crise n’est plus seulement
économique, mais aussi identitaire. Il est plus
que nécessaire de rappeler aux concitoyens que
l’Europe les protège.
l’image de l’Europe même dans les domaines où
elle s’est pourtant fortement impliquée.
M. PROUST espère que ces réflexions
personnelles pourront contribuer au lancement
du débat de l’Université d’automne du ME-F. Il
souhaite à tous d’excellentes discussions et
invite les participants à découvrir la belle cité de
Nîmes en leur souhaitant à nouveau
officiellement la bienvenue au nom de la Ville de
Nîmes.
Toutefois, ce discours ne peut atteindre ses
destinataires que si la France retrouve sa place
dans l’Europe, car depuis quelques temps elle
s’en est éloignée, provoquant l’arrêt du moteur
franco-allemand, et laissant le champ libre au
rôle ambigu du Royaume-Uni. Dans le même
temps l’Italie a su faire des réformes
spectaculaires. La France pourrait saisir cette
opportunité, suivre cet exemple et faire preuve
d’un engagement politique fort.
Jean DENAT, Président du Conseil Général
du Gard, n’a malheureusement pas pu venir car,
nouvellement élu, il n’a pu reporter un
déplacement à Pau. C’est pourquoi il a chargé
Jean-Luc BERNET de lire un message dans
lequel il salue le public et soutient l’Université
d’automne.
M. PROUST mentionne qu’on peut se féliciter de
la nouvelle équipe à la tête de l’Europe, mais qu’il
faudra rester attentif aux promesses faites. Les
citoyens, comme les entreprises, attendent
beaucoup
de
la
nouvelle
Commission
européenne.
Il est également nécessaire de définir l’Europe
que nous attendons. Une Europe qui raisonne
mieux, qui communique mieux aussi. Il est
fondamental d’accomplir toutes les actions déjà
menées, à commencer par celles qui reçoivent
des fonds européens. L’Europe est composée de
nombreux acteurs, qui pourtant ne mettent pas
systématiquement suffisamment en avant
5