best of québec - Québec Le Mag

Commentaires

Transcription

best of québec - Québec Le Mag
Québec le mag’ BEST OF
le
mag’
RÊVER, BOUGER, RENCONTRER
BEST OF
QUÉBEC
La Belle Province
par ses régions
21 destinations et
leurs incontournables
Longs métrages,
courts trajets.
Écran tactile à votre siège.
Paris - Montréal
Genève - Montréal
Paris - Toronto
Bruxelles - Montréal
Correspondances possibles vers 59 villes au Canada
Informations & réservations :
0 825 880 881 (0,15€ TTC /min)
www.aircanada.com
meilleur
Le
du Québec
Plus d’un million et demi de kilomètres carrés,
une mosaïque incomparable d’espaces sauvages, mais aussi d’histoires et de cultures,
un fleuve qui se transforme en mer, des montagnes d’émotions, un Nord mythique, des villes
aux tentations multiples, des terroirs généreux,
des savoir-faire ancestraux qui cotoient un
grand appétit de modernité, un extraordinaire
vivier de rencontres et d’aventures… Au fil de
ses vingt-et-une régions touristiques, le Québec
apparaît dans toute son immensité et sa diversité. En vous donnant un aperçu de chacune
de ces destinations – son profil, sa situation, son
histoire et ses incontournables –, les pages qui
suivent dressent un portrait de la province en
forme d’invitation au(x) voyage(s).Quelle que
soit la saison, quelle que soit la latitude, tous les
goûts sont dans la nature du Québec !
19
Québec le mag’ - Best of Québec
le meilleur du Québec
Montréal
© Tourisme Montréal/Stéphan Poulin
Aux attraits multiples des grandes métropoles de la planète, Montréal
ajoute son tempérament inimitable et un art de vivre bien à elle.
Dynamique et moderne, elle se présente comme une synthèse unique
entre les cultures nord-américaine et européenne. Côté fleuve, on
remonte jusqu’au temps de la Nouvelle-France en découvrant le
patrimoine du Vieux-Montréal. Au centre-ville, c’est la métropole
économique et culturelle qui tourbillonne à l’ombre des gratteciel. Alors qu’autour de sa montagne, la ville tisse un patchwork
de quartiers typés où la douceur de vivre et l’esprit festif prennent
les couleurs et les saveurs des nombreuses communautés qui la
composent.
La place Jacques-Cartier,
dans le Vieux-Montréal.
20
Québec le mag’ - Best of Québec
© J. Chodjaï
© D. Lang
É
tonnante, la métropole québécoise l’est à plus d’un titre. Avant tout car aucune étiquette ne parvient à la résumer vraiment. « New York
en VF » ? Avec plus de la moitié de sa population (environ 1,7 million d’habitants) de langue française, Montréal est en effet considérée
comme la deuxième ville francophone du monde après Paris. C’est aussi la seconde plus grande ville du Canada, derrière Toronto, et une
capitale culturelle et économique qui compte parmi les grandes villes nord-américaines. Ses racines européennes se livrent au sud de l’île, au fil
des rues et ruelles du « Vieux ». Cœur historique bordant le Saint-Laurent, le Vieux-Montréal magnétise les visiteurs par ses nombreux attraits
et son ambiance unique. Le must ? Une promenade en calèche pour découvrir le Vieux-Port, la place Jacques-Cartier, l’hôtel de ville, la place
d’Armes ou encore la superbe basilique Notre-Dame.
La diversité en héritage
Mais à Montréal, rarement la vue ne se satisfait d’un seul style architectural : les gratte-ciel
modernes et l’effervescence du centre-ville sont à portée de regard. On y trouvera de grands
musées, comme celui des beaux-arts, le Musée d’art contemporain ou le musée McCord
d’histoire canadienne, une foule d’hôtels et d’excellents restaurants, et bien sûr, on y « magasine » à l’envi dans les rues qui foisonnent de boutiques de luxe, comme rue Sainte-Catherine
ou encore sous terre, dans les immenses galeries commerciales souterraines qui font aussi
la renommée de la ville. Le boulevard Saint-Laurent est l’artère de choix pour remonter vers
le nord de l’île de Montréal. La très active « Main » semble concentrer toutes les influences
qui marquent la métropole : architecture de tous styles, habitants de toutes cultures, restaurants des quatre coins de la planète, mixité commerciale, nightlife… Plus de 80 communautés
forment le patchwork culturel de Montréal ; elles lui apportent leurs couleurs et leurs saveurs
comme sur un… Plateau. Quartier à l’origine populaire et à la vocation devenue plus résidentielle, le Plateau Mont-Royal s’est en effet imposé comme le secteur branché qui profite
pleinement de cette diversité culturelle. Les typiques escaliers en colimaçon qui bordent ses
rues, mais aussi ses boutiques, restos et sa vie nocturne en font une figure montréalaise
incontournable.
21
Québec le mag’ - Best of Québec
LES
IMMANQUABLES
DE LA RÉGION
‡/H9LHX[0RQWUpDOVRQSDWULPRLQH
KLVWRULTXHVHVERXWLTXHVVHVPXVpHV
ODEDVLOLTXH1RWUH'DPH«
‡/HPRQW5R\DOYDVWHHVSDFHYHUWRIIUDQW
XQHYXHSDQRUDPLTXHVXUODPpWURSROH
‡/HTXDUWLHUGX3ODWHDX0RQW5R\DO
VHVUXHVW\SpHVVHVEDUVHWUHVWDXUDQWV
VRQDQLPDWLRQQRFWXUQH
‡/H3DUFRO\PSLTXHRO·RQWURXYHOH
%LRG{PHO·,QVHFWDULXPGH0RQWUpDO
HWOHPDJQLILTXH-DUGLQERWDQLTXH
EN SAVOIR PLUS
Tourisme Montréal,
tél. : 514 873-2015.
www.tourisme-montreal.org
© Marie-Reine Mattera
le meilleur du Québec
Côte jardin
Plus à l’est de la ville, le quartier Hochelaga-Maisonneuve réserve
d’autres surprises, comme le Parc olympique qui accueillit les Jeux
de 1976, avec son spectaculaire Biodôme abritant quatre écosystèmes, mais aussi l’impressionnant Jardin botanique de Montréal et
l’Insectarium. Tandis que le quartier gay, plus connu sous le nom
de Village, s’avère être l’un des plus grands au monde. Encore un
autre visage ! Parmi tant d’autres, car, finalement, si Montréal ne
se laisse pas enfermer dans les clichés, c’est que son goût de la
diversité et de la nouveauté est plus fort que tout. Un art du partage
et de l’accueil qui n’appartient qu’à elle et qui fait le bonheur des
épicuriens du monde entier. Q
ZOOM
MONTRÉAL L’EFFERVESCENTE
© Noémie Roy-Lavoie
A
Quelle que soit la saison, la vie montréalaise est ponctuée
d’événements internationaux majeurs qui rythment le
calendrier et occasionnent de grands rassemblements festifs. Parmi ces rendez-vous : le festival Montréal en lumière
(février), les FrancoFolies (juin), le Festival international
de jazz (juillet), le festival Juste pour rire (juillet), Montréal
complètement cirque (juillet), le Festival des films du
monde (août-septembre) ou encore le Grand Prix de
Formule 1 du Canada (juin)… À vous donner le tournis !
22
l’ombre de la Basilique Notre-Dame, Le Saint-Sulpice Hôtel
Montréal vous offre une expérience unique au cœur du Vieux
Montréal. Le charme et le cachet authentiques de cet hôtel
boutique 4 étoiles-4 diamants sauront vous enchanter. Les 108 suites,
élégantes et spacieuses avec vue sur les jardins ou les rues pavées de
la ville, le lobby chaleureux, la cuisine raffinée du restaurant Sinclair
et l’attention du personnel, vous invitent à profiter pleinement de
votre séjour ! Tout un art de vivre…
414, rue Saint-Sulpice
Vieux-Montréal
Tél. : 514 288 1000
Tél. : 1 877 785 7423
[email protected]
www.lesaintsulpice.com
Québec le mag’ - Best of Québec
© Sébastien Roy
© Pastis Studio Créatif
© Sébastien Roy
© Denis Tremblay
© Daniel Chayer
Le Vieux-Montréal : pour se faire plaisir
SDC Vieux-Montréal
4, rue Notre-Dame, suite 1003
Montréal, Qc, H2Y 1B8
[email protected]
www.vieuxmontreal.ca | www.sdcvieuxmontreal.com
23
Québec le mag’ - Best of Québec
le meilleur du Québec
Les Laurentides
© Steeve Deschenes
On appelle communément « le Nord » ce territoire montagneux
devenu l’une des premières destinations touristiques internationales
du Québec. Comprenez le « nord » de Montréal ! Aux portes de la
métropole, la région des Laurentides est synonyme d’évasion et
d’action pour tout urbain mordu de nature qui se respecte. Elle
emprunte son nom à la chaîne de montagnes qui coiffe sa portion
nord dans le Bouclier canadien. Du fleuve aux pistes de ski, de la
campagne à la montagne en passant par de vastes étendues
forestières et lacustres, les Laurentides déclinent leur immense terrain
de jeu en trois secteurs : les Portes des Laurentides, le Cœur des
Laurentides et les Hautes-Laurentides. Chacune d’elles a su marier
une nature soigneusement préservée avec un patrimoine riche et
une histoire opulente. Sans oublier un art consommé de l’accueil de
ses visiteurs…
24
Québec le mag’ - Best of Québec
© Tourisme Laurentides
M
onter dans le Nord, pour un Montréalais, cela signifie le plus souvent prendre
deux jours de « décrochage » à la campagne ou en montagne pour respirer,
se ressourcer au chalet, ou s’adonner à son activité de plein air préférée…
dans les Laurentides bien sûr, autrement dit à une demi-heure du centre-ville. Le potentiel
de séduction de ce territoire de près de 22 000 km2 ne date pas d’hier. On se plaît à dire
qu’il est la Terre promise du fameux Roi du Nord, le curé Antoine Labelle. Sous-ministre
dans les années 1850, celui-ci sut convaincre le gouvernement provincial d’investir dans
la colonisation de la région, comme en avaient rêvé les premiers propriétaires terriens, les
seigneurs de France du XVIIe siècle. Le Québec lui doit donc l’exploitation de cette région
des « Pays-d’en-Haut ».
L’échappée belle
L’exceptionnel développement touristique que connaîtront les Laurentides au XXe siècle
est quant à lui largement imputable à la pratique du ski et de la villégiature. Un véritable
boom qui a su s’appuyer ici et là sur les débuts de l’ère industrielle (l’exploitation forestière
et agricole, dans la région) et ses infrastructures. Exemple frappant, le Petit train du Nord
qui fut construit entre 1891 et 1909 reliait Saint-Jérôme à Mont-Laurier en longeant la
rivière du Nord. Aujourd’hui, aménagée en parc linéaire, cette voie est l’un des plus grands
parcours cyclotouristiques d’Amérique du Nord (230 kilomètres). Ponctuée de villages de
caractère et de gares patrimoniales le long de l’ancienne voie ferrée, la piste s’emprunte
en toutes saisons (à vélo, à pied, en roller, en ski de fond, en motoneige…) et elle dessert
une myriade d’activités de plein air, d’escales culturelles ou gastronomiques et de lieux
d’hébergement pour tous les goûts. Avec en prime la traversée de paysages majestueux
et sans cesse renouvelés, variété d’écosystèmes oblige.
LES
IMMANQUABLES
DE LA RÉGION
‡/HSDUFQDWLRQDOGX0RQW7UHPEODQW
OHSOXVJUDQGHWOHSOXVDQFLHQGHVSDUFV
QDWLRQDX[GX4XpEHFRXQHODUJH
SDOHWWHG·DFWLYLWpVVRQWSUDWLTXpHV
‡/HSDUFOLQpDLUH/H3HWLWWUDLQ
GX1RUGNPGH%RLVGHV)LOLRQ
j0RQW/DXULHUODSOXVJUDQGH
SLVWHGXJHQUHDX&DQDGD
‡7UHPEODQWO·LPPHQVHFRPSOH[H
GHVSRUWVGHJOLVVHHVWDXVVLO·XQ
GHVSUHPLHUVFHQWUHVGHYLOOpJLDWXUH
GHO·HVWGHO·$PpULTXHGX1RUG
‡/D9DOOpHGH6DLQW6DXYHXU
VRQYLOODJHGHFKDUPHHWVDVWDWLRQ
WRXULVWLTXHTXDWUHVDLVRQV
‡/HSDUFQDWLRQDOG·2NDSRXUVD
PRVDwTXHGHPLOLHX[VDIDXQHHWVD
ÁRUHVRQULFKHSDWULPRLQHKLVWRULTXHHW
OHVDFWLYLWpVGHSOHLQDLUTX·LOSURSRVH
EN SAVOIR PLUS
Tourisme Laurentides,
tél. : 450 224-7007.
www.laurentides.com
25
Québec le mag’ - Best of Québec
© Tourisme Laurentides
le meilleur du Québec
© Tourisme Laurentides
HISTOIRE ET PATRIMOINE
Il n’y a pas que le ski dans la vie ! Les
Laurentides ne sont pas en reste en
matière d’histoire et de patrimoine.
Plusieurs lieux historiques sont à visiter comme le Vieux-Saint-Eustahe, la
Maison de la culture et du patrimoine
de Saint-Eustache sise dans le manoir
Globensky et le moulin Légaré, ou
encore le lieu historique national du
Canalde-Carillon. En outre, de nombreuses églises et gares jalonnent le
chemin de la colonisation du Curé Labelle. Parmi les principaux attraits, le
calvaire d’Huberdeau (1892) est à ne
pas manquer.
Autour de Tremblant
Autre locomotive incontestable du succès laurentien : les sports d’hiver. Une quinzaine
de centres de ski alpin occupent les reliefs de la région, sans compter tous les parcs et
aires naturelles où pratiquer le ski de fond ou la raquette, et plus de 2 600 kilomètres
de sentiers de motoneige. Station huppée de réputation mondiale au développement
phénoménal, Tremblant règne en maître sur ce paysage enneigé florissant. Ce complexe
colossal attire sur « sa » montagne plus de deux millions et demi de visiteurs chaque
année, intègre 260 hectares skiables
ainsi qu’un village traditionnel piétonnier
entièrement reconstitué. Pour autant, la
nature sauvage et le « vrai » patrimoine
régional restent toujours à portée de
raquettes. Il suffit de rendre visite au
vieux village de Mont-Tremblant ou de
s’évader dans l’immense parc national
du Mont-Tremblant, tout proche. Riche
amalgame de paysages et de patrimoine,
ce dernier est le plus vaste et le premier
des parcs nationaux créés au Québec.
Tout un symbole autour d’une même
montagne. À l’image des Laurentides :
un paradis d’attractions et d’activités qui
n’a en rien transigé sur son authenticité. Q
© Tourisme Laurentides
ZOOM
26
Québec le mag’ - Best of Québec
© Tourisme Laurentides
L
© Tourisme Laurentides
es Laurentides, au nord de Montréal, une destination touristique quatre saisons de réputation
internationale. Un paysage magnifique s’offre à
vous. Villes et villages animés vous émerveilleront.
La nature s’exprime de façon spectaculaire dans ses
parcs et réserves. Les Laurentides : un été chaud, un
automne aux couleurs flamboyantes, un hiver de
magie blanche et un printemps romantique. Voyez
les Laurentides culturelles avec ses nombreux événements. Que dire de la gastronomie, des repas
champêtres et de ses produits du terroir à découvrir
en parcourant le Chemin du terroir ? Du tipi au grand
hôtel en passant par les gîtes, les auberges et les
pourvoiries, l’accueil est chaleureux. Faites-vous du
bien ! Découvrez la douceur de ses spas et centres de
santé. Les Laurentides. Notre décor... votre scénario !
© Village Windigo
© Tourisme Laurentides
001 450 224-7007
www.laurentides.com
N
iché dans les Hautes-Laurentides, Le Windigo se déploie sur les rives du Baskatong, mer intérieure
de 400 km². Au cœur d’un paysage à vous couper le souffle, vous découvrirez des chalets et des
condos luxueux ainsi qu’un restaurant, situé dans un magnifique chalet en bois rond. Venez profiter
des multiples activités offertes gratuitement tout au long de l’année.
LE WINDIGO - 548, chemin Windigo - Ferme-Neuve, QC, Canada - 1 866 946-3446 - www.lewindigo.com
27
Québec le mag’ - Best of Québec
/HOX[HDXQDWXUHO
Réservez votre séjour dans un de nos magnifiques chalets ou suites luxueuses!
Accès au Club privé de La Pointe avec piscine, tennis, volleyball, plage, kayak, feux de
camps, anneau de glace sur le lac, ski de fond et plus encore!
© Stéphane Groleau
cotenordtremblant.com | 1 819 688.5201
D
écouvrez Estérel, cette destination de nature unique réunissant le luxe, le confort et le plaisir avec ses deux tout nouveaux hôtelsboutiques, émotion et Évolution, ses trois restaurants ainsi que son tout nouveau spa nordique sur le bord du lac. Situé sur un
site de prestige bordé par trois lacs et des kilomètres de forêt, Estérel vous offre des activités 365 jours par année : canot, kayak,
ponton, randonnée pédestre, vélo, raquette, ski de fond, anneau de glace, motoneige et plus encore.
1 888 ESTEREL
Esterel.com
Laurentides,
à 1 h de Montréal
28
Québec le mag’ - Best of Québec
© Hôtel Manoir Saint-Sauveur
L
a Vallée de Saint-Sauveur, un village authentique et charmant
offrant une panoplie d’activités sportives et culturelles à l’année :
pistes cyclables et de ski de fond, 6 stations de ski alpin, le plus
vaste domaine skiable en soirée, un parc aquatique, un circuit d’hébertisme et plus encore ! Royaume des spas nordiques, on y trouve
une variété d’hébergement à proximité d’une multitude de boutiques
et d’une centaine de restaurants aux saveurs du monde ! Avec ses
concerts, ses festivals, et sa célèbre Fête cubaine, La Vallée de SaintSauveur présente des événements culturels pour plaire à tous les
goûts !
Votre destination à l’année !
www.valleesaintsauveur.com
E
n plein cœur du Village de SaintSauveur, le Manoir Saint-Sauveur vous
charmera par son accueil chaleureux et
son atmosphère de détente.
Avec ses 250 chambres, suites et condos
répartis en cinq pavillons, le Manoir SaintSauveur est le plus grand hôtel des Laurentides et l’un des plus luxueux.
Son restaurant gastronomique et son barlounge, son centre de conditionnement
physique, son Spa de renom, ses deux piscines,
son terrain multisports extérieur de même
que son Club des Petits pour les 3 à 14 ans
procurent une véritable expérience de villégiature.
Vacances en famille, week-end romantique
ou escapade entre amis, tout y est pour un
séjour inoubliable au Canada.
Hôtel Manoir Saint-Sauveur
246, Chemin du Lac-Millette
Saint-Sauveur (Qc) J0r 1R3
1800 361-0505 / 450-227-1811
[email protected]
manoir-saint-sauveur.com
29
Québec le mag’ - Best of Québec
le meilleur du Québec
L’Outaouais
© Tourisme Outaouais - Commissions de la capitale ntionale
Sous le signe de l’harmonie entre la vie urbaine et les espaces naturels
à portée de main, l’Outaouais cultive un charme aux multiples
facettes. À l’extrême sud-ouest du Québec, sa proximité immédiate
la capitale fédérale du Canada en fait une destination culturelle de
premier plan, tandis qu’une nature et un terroir généreux permettent
de « décrocher » avec une facilité déconcertante. Une visite au
Musée canadien des civilisations avec vue sur Ottawa suivie d’un
bol de plein air au milieu de la forêt ou au bord d’un lac sauvage ?
Dans la même journée, les plaisirs peuvent s’alterner. Un riche
calendrier d’événements, plusieurs attractions et lieux d’hébergement
incontournables contribuent également à asseoir la renommée de
cette jeune et dynamique région.
30
Québec le mag’ - Best of Québec
Parc de
la Gatineau.
31
Québec le mag’ - Best of Québec
le meilleur du Québec
© Tourisme Outaouais
Parc Oméga.
© Tourisme Outaouais
U
La caverne Laflèche
à Val-des-Monts.
LES
IMMANQUABLES
DE LA RÉGION
‡/HSDUFGHOD*DWLQHDX
‡/H0XVpHFDQDGLHQGHVFLYLOLVDWLRQV
‡/H3DUF2PpJD
‡/HWUDLQjYDSHXU+XOO&KHOVHD:DNHÀHOG
EN SAVOIR PLUS
Tourisme Outaouais,
tél. : 819 778-2222.
www.tourismeoutaouais.com
32
n pied citadin, l’autre en pleine nature. C’est ainsi
qu’il fait bon vivre en Outaouais, région qui dispose d’un important centre urbain, Gatineau, la
quatrième ville en importance du Québec, et en même
temps d’un vaste territoire émaillé de milliers de lacs,
d’une douzaine de rivières et de forêts à perte de vue.
Côté ville, à deux pas de la colline du Parlement du
Canada, Gatineau cultive les attraits d’un grand centre
culturel. Pas moins de douze musées nationaux sont à
découvrir, dont l’incontournable Musée canadien des
civilisations. S’étalant sur la rive nord de la rivière des
Outaouais, directement en face d’Ottawa, la municipalité
actuelle est née d’une fusion entre les villes de Hull,
Gatineau, Aylmer, Buckingham et Masson-Angers ; elle
forme une mosaïque de « villages urbains » constellée
de lacs et drainée par la grande rivière. Tracté par une
vieille locomotive suédoise, le train touristique à vapeur
Hull-Chelsea-Wakefield longe cette dernière depuis
Gatineau jusqu’au pittoresque village de Wakefield. On
remonte ainsi le temps sur 63 km, au cœur d’une région
qui se développa principalement autour de l’industrie
forestière, et dont l’économie a longtemps reposé sur
la production des pâtes et papiers. Aujourd’hui, largement marquée par la fonction publique fédérale, la ville
s’est diversifiée et offre un cadre de vie et une effervescence culturelle recherchés.
Québec le mag’ - Best of Québec
© Tourisme Outaouais
Fairmont
Le Château
Montebello.
L’ouest champêtre et sauvage
ZOOM
PLUS GRAND QUE NATURE
© Valérie Gravan
Besoin de s’oxygéner ? À peine 10 minutes de voiture suffisent à trouver les grands espaces.
Le Parc de la Gatineau, ce sont 361 km2 de pur bonheur pour les amoureux du plein air, une
faune et une flore diversifiées, de superbes paysages forestiers, une cinquantaine de lacs,
des plages, des sentiers de randonnée et de vélo de montagne, des pistes de skis de fond,
un centre de ski de descente, différentes possibilités d’hébergement (camping, chalets),
ainsi qu’un lieu historique, le domaine Mackenzie King… Fort de tous ces atouts, il est le parc
le plus visité du Québec. Parmi bien d’autres attraits que compte l’Outaouais champêtre,
il faut aussi mentionner les plaisirs agrotouristiques, les nombreuses pourvoiries, les sentiers
de motoneige, les sorties en canot sur les lacs et les rivières, l’impressionnant parc animalier
Oméga ou encore une autre star de la région, à savoir le Château Montebello, monumental
hôtel de luxe entièrement bâti en cèdre rouge. Q
Le train à vapeur
Hull-ChelseaWakefield.
© Tourisme Outaouais
Fort de son vaste territoire de
33 000 km 2, ses 20 000 lacs et sa
douzaine de rivières, l’Outaouais regorge de joyaux naturels à découvrir.
On y pratique un tourisme d’aventures
douces, respectueux de l’environnement. Entre autres sites remarquables : le parc de la Gatineau, le
parc national de Plaisance, la Forêt de
l’Aigle ainsi que les réserves fauniques
de Papineau-Labelle et La Vérendrye.
33
Québec le mag’ - Best of Québec
le meilleur du Québec
L’Abitibi -Témiscamingue
© France Lemire
Le Grand Ouest, celui des défricheurs, des prospecteurs et de
la ruée vers l’or, c’est ici ! À la frontière ontarienne, l’AbitibiTémiscaminque déploie plus de 65 000 km2 d’espaces quasi vierges,
alternant du 47e au 49e parallèle de vastes terres fertiles, ses forêts
mixte et boréale, ainsi qu’un extraordinaire réseau de lacs et
de rivières. Des richesses naturelles qui concernent également
le sous-sol, le nord de la région étant réputé pour son potentiel
minier. Colonisé tardivement, ce territoire géant affiche toujours
le dynamisme d’une terre de pionniers. Comme elle le démontre à
travers ses villes, son activité et la mise en valeur de son patrimoine,
l’Abitibi-Téminscamingue est toujours en train d’écrire son destin.
Sur les traces
des Abitibiwinnis,
au parc national
d’Aiguebelle.
34
Québec le mag’ - Best of Québec
© France Lemire
A
u Québec, l’Abitibi-Témiscamingue évoque un ouest lointain et peu peuplé, tissé de grands espaces sauvages, auréolé d’histoires
de coureurs des bois et de chercheurs d’or… Presque un autre Grand Nord. La région est très vaste et excentrée, mais elle est loin d’être
un désert inaccessible ! S’il est une ressource naturelle qui a compté de tout temps dans son identité et son développement, c’est bien
l’eau. Plus de 22 000 lacs et rivières marquent la région jusque dans son nom, le terme algonquin « Abitibi » désignant l’endroit « où les eaux
se séparent » (référence à la ligne de partage des eaux qui traverse le territoire), et celui de Témiscamingue évoquant, toujours en algonquin,
le « lac profond ». Des populations autochtones jusqu’aux grands projets hydroélectriques modernes en passant par l’exploration de la région et
sa colonisation au XIXe siècle, l’eau a toujours été au cœur de la vie de Témiscabitibiens.
LES
IMMANQUABLES
DE LA RÉGION
‡/D&LWpGHO·RUHWODYLVLWH
GHODPLQH/DPDTXH
‡/HSDUFQDWLRQDOG·$LJXHEHOOH
HWVHVFXULRVLWpVJpRORJLTXHV
‡/HOLHXKLVWRULTXHQDWLRQDOGX)RUW
7pPLVFDPLQJXHDQFLHQSRVWHGHWUDLWH
© La Cité de l’Or
‡/HUHIXJHSRXUDQLPDX[
GH0LFKHO3DJHDXj$PRV
EN SAVOIR PLUS
Tourisme Abitibi-Témiscamingue,
tél. : 819 762-8181.
www.tourisme-abitibitemiscamingue.org
La Cité de l’or.
35
Québec le mag’ - Best of Québec
© France Lemire
le meilleur du Québec
Les collines
d’Alembert.
ZOOM
VALEUR REFUGE
Le bon filon…
© A.-E. Veilleux
Les principales villes de la région (Amos, La Sarre, Val-d’Or, Ville-Marie et Rouyn-Noranda)
ont été fondées il y a à peine plus d’un siècle, à la faveur de vagues d’installations successives liées d’abord à la foresterie et à l’agriculture, puis à l’exploitation minière d’importants
gisements d’or et de cuivre. À Val-d’Or, la Cité de l’Or permet de découvrir « en profondeur »
cette part importante de l’histoire de la région : on y visite la mine Lamaque, qui fut l’une
des plus riches exploitations aurifères du XXe siècle. Pour remonter un peu plus le temps, un
tour s’impose également au lieu historique national du Canada du Fort-Témiscamingue, ancien poste de traite des fourrures qui joua un rôle de carrefour durant près de deux siècles.
Une force de la nature
À Amos, la visite du refuge animalier
permet, été comme hiver, de rencontrer les plus illustres représentants de
la faune abitibienne : orignaux, ours,
loups, lynx ainsi que plusieurs espèces
d’oiseaux de proie y sont recueillis et
soignés avant de retrouver leur habitat naturel. On y vient aussi pour faire
connaissance avec un personnage
légendaire, Michel Pageau, un authentique homme des bois qui, avec sa
famille, fait vivre ce beau projet depuis
plus de 25 ans.
Force de la nature, l’Abitibi-Téminscamingue reste une terre de découvreurs et d’aventuriers.
Pour bien profiter des grands espaces de la région, on se doit d’entrer dans ses territoires
naturels préservés. Le parc national d’Aiguebelle, avec ses paysages de falaises rocheuses
façonnées par le passage des glaciers et les coulées de lave s’avère fascinant. La réserve
faunique La Vérendrye, un territoire de près de 14 000 km recensant plus de 4 000 lacs
et rivières (dont la rivière Outaouais), est un paradis pour la pêche et le canotage. La
beauté sauvage de l’Abitibi-Témiscamingue se contemple également à vélo, sur la ligne
du Mocassin, un sentier multifonctionnel aménagé sur d’anciennes voies ferroviaires entre
Ville-Marie et Laverlochère. Et l’hiver, plusieurs circuits permettent de découvrir la région
sous un autre jour, en motoneige, en s’offrant de grandes randonnées de plusieurs jours.
Prêts pour l’aventure ? Q
36
Québec le mag’ - Best of Québec
La Montérégie
37
Québec le mag’ - Best of Québec
© Graphe Studio
Au sud de la métropole montréalaise, ce territoire de plus de
11 000 km2 doit son nom aux collines qui façonnent son paysage,
riche également de vallées, de nombreux lacs et cours d’eau. Une
géographie généreuse qui se prête aujourd’hui aux joies du plein
air, mais aussi stratégique, puisqu’elle a longtemps constitué un
avant-poste décisif pour la défense de la Nouvelle-France. Plusieurs
lieux historiques nationaux, musées et centres d’interprétation en
témoignent. Terre d’histoire, de nature et de culture, la région
brille également par son terroir, que l’on songe à la pomiculture,
aux cidreries ou aux érablières. La Montérégie, c’est un jardin
extraordinaire…
© Valérie Gravan
le meilleur du Québec
R
igaud, Saint-Bruno, Saint-Hilaire, Rougemont, Yamaska, Saint-Grégoire.
Ces noms évoquent tantôt des parcs, tantôt des localités ou des rivières. Ce sont avant tout des monts qui, entre Québec et Ottawa,
émergent de la plaine avec volupté. Ces collines dites montérégiennes forment une ligne entre l’Île de Montréal et les Appalaches. Elles ont donné
leur nom au vaste territoire qu’est la Montérégie. Outre ses reliefs, la région
jouit d’un important réseau hydrographique qui joua un rôle de premier plan
dans son histoire et dans son développement. De la présence autochtone à
la récente histoire industrielle du Québec en passant par la conquête de la
Nouvelle-France, la rivière Richelieu, qui traverse la région du nord au sud, fut
à la fois une voie navigable majeure pour le commerce et le témoin privilégié
de plusieurs batailles historiques. La présence de nombreux sites historiques,
tels les forts Chambly, Saint-Jean, Lennox, le blockhaus de la rivière Lacolle
ou encore le chemin des Patriotes (la route 133), contribue à faire de la
Montérégie la troisième région du Québec en matière de tourisme culturel.
LES
IMMANQUABLES
DE LA RÉGION
‡'HX[UpVHUYHVPRQGLDOHVGH
ODELRVSKqUHFHOOHGXPRQW6DLQW
+LODLUHHWFHOOHGXODF6DLQW3LHUUH
‡/D5RXWHGHVFLGUHVHWOHVDWWUDLWV
DJURWRXULVWLTXHVGHODUpJLRQSRXU
GpFRXYULUGHVVDYRLUIDLUHG·H[FHOOHQFH
‡/DYDOOpHGX5LFKHOLHXHWVHV
QRPEUHX[VLWHVKLVWRULTXHVHW
SDWULPRQLDX[G·LQWpUrWQDWLRQDO
‡8QUpVHDXGHSLVWHVF\FODEOHV
GHSOXVNPSHUPHWWDQW
GHVLOORQQHUOHVSD\VDJHVDXJUp
GHYLQJWTXDWUHFLUFXLWVURXWLHUV
© NRL
EN SAVOIR PLUS
Tourisme Montérégie,
tél. : 450 466-4666.
www.tourisme-monteregie.qc.ca
© Graphe Studio
‡([SRUDLOOH0XVpHIHUURYLDLUHFDQDGLHQ
RO·RQSHXWDGPLUHUODSOXVJUDQGH
FROOHFWLRQIHUURYLDLUHGX&DQDGD
38
Québec le mag’ - Best of Québec
© Graphe Studio
© Graphe Studio
Plein air et bon goût
ZOOM
© Karine La Flèche
PATRIOTES EN CHEMIN
© NRL
© Graphe Studio
Axe d’échanges entre le Québec et les États-Unis, la Montérégie doit aussi à sa géographie
choyée d’être un haut lieu de villégiature, d’activités de plein air et d’agrotourisme. Côté
nature, elle compte deux sanctuaires d’exception : le mont Saint-Hilaire, première « Réserve
mondiale de la biosphère » du Canada, ainsi que la Réserve mondiale de la biosphère du
lac Saint-Pierre, une composante majeure de l’écosystème du Saint-Laurent. La Montérégie
est également à la pointe en matière de cyclotourisme : 600 km de pistes et vingt-quatre
circuits routiers permettent de sillonner ses paysages, de longer ses rivières et de découvrir
ses plus beaux villages patrimoniaux. Enfin, cette grande région agricole se découvre par
les papilles. Les activités d’autocueillette, la visite des producteurs de fruits et de légumes,
celle des érablières et des cabanes à sucres, mais aussi la découverte des bonnes tables y
sont des incontournables. Véritable jardin du Québec, elle est la première région productrice
de pommes et de cidres et une pionnière en ce qui concerne le cidre de glace, produit
d’exception du terroir québécois. Q
39
Québec le mag’ - Best of Québec
La vallée du Richelieu joue un rôle
majeur dans la rébellion des Patriotes
(1837-1838), conduite par LouisJoseph Papineau contre le gouvernement britannique afin d’obtenir
l’autodétermination. Après une victoire à Saint-Denis, les insurgés furent
battus à Saint-Charles avant d’être
écrasés définitivement à SaintEustache. Route historique et patrimoniale longue de 131 km, le chemin
des Patriotes rappelle ces épisodes
douloureux de l’histoire du Québec.
le meilleur du Québec
Les Cantons - de - l’Est
© Paul Laramee
Calés au sud-est de Montréal et longeant la frontière américaine sur
plus de 300 km, les « Cantons » naissent dans les plaines et étendent
jusqu’aux Appalaches leurs reliefs nuancés et leurs forêts profondes.
Luxe, calme et volupté caractérisent à merveille la région : à la fois
destination dépaysante de villégiature, avec sa belle architecture
d’influence anglo-saxonne et certains des plus beaux villages du
Québec, havre de sérénité au naturel avec son climat clément et
ses paysages champêtres, lacustres ou montagnards, et enfin terre
de goût et de tentations, où les artisans du terroir réservent plus d’une
surprise à leurs visiteurs… Les Cantons-de-l’Est, c’est tout un poème !
L’abbaye de
Saint-Benoîtdu-Lac.
40
Québec le mag’ - Best of Québec
Glisse au
mont Orford.
© Stéphane Lemire
© Stéphane Lemire
Une nuit
à Bromont.
C
oaticook, Memphrémagog, Massawippi… Dans les Cantons-del’Est,
quand ils n’ont pas l’accent anglais, les toponymes évoquent souvent
l’origine autochtone. Les Abénaquis furent en effet les premiers habitants de cette terre, qui resta leur territoire de chasse et de pêche durant
tout le régime français et jusqu’à la Déclaration d’Indépendance américaine, en
1776. À cette époque, les loyalistes, demeurés fidèles à la Couronne britannique,
durent s’exiler des États-Unis ; ils s’installèrent pour partie au Canada, sur ces
terres concédées par le gouvernement britannique. L’arrivée massive de réfugiés
irlandais fuyant le rattachement à la Couronne acheva de faire des Cantonsde-l’Est une terre anglophone. Au fil des années, les employés des industries
de la région, majoritairement francophones, se sont établis à leur tour. Au croisement des cultures, cette identité pétrie d’histoire fait indéniablement partie
du charme estrien. Dans les villages, au bord des routes, autour des superbes
lacs, les riches demeures de style anglo-saxon ajoutent leur nostalgie aux
paysages bucoliques.
LES
IMMANQUABLES
DE LA RÉGION
‡/DYLOOHGH6KHUEURRNH
G\QDPLTXHFDSLWDOHGHODUpJLRQ
DX[QRPEUHX[DWWUDLWVFXOWXUHOV
‡/D5RXWHGHVYLQVTXLSDUFRXUWVHSW
YLOODJHVHWVHL]HGRPDLQHVYLWLFROHV
‡/H&KHPLQGHV&DQWRQVXQ
FLUFXLWKLVWRULTXHHWSDWULPRQLDOj
WUDYHUVODFDPSDJQHHVWULHQQH
‡/H]RRGH*UDQE\OHSOXVLPSRUWDQW
MDUGLQ]RRORJLTXHGX4XpEHFHQQRPEUH
G·HVSqFHVSUpVHQWpHVHWHQDIIOXHQFH
EN SAVOIR PLUS
Tourisme Cantons-de-l’Est,
tél. : 819 820-2020.
www.cantonsdelest.com
41
Québec le mag’ - Best of Québec
le meilleur du Québec
© Mathieu Dupuis
Parc national
du MontOrford.
Parc
national
de Frontenac.
© Michele Foreman
© Gaëtan Fontaine/Sépaq
Vendanges
d’hiver pour
le vin de glace.
42
Québec le mag’ - Best of Québec
Lac
Massawippi.
P
© Sébastien Larose
© Sébastien Larose
© Sébastien Larose
© Stéphane Lemire
Les Cantons-de-l’Est sont par excellence une destination de
ressourcement quatre saisons. Un climat réputé clément,
des reliefs qui se prêtent aux aventures douces comme aux
joies des sports d’hiver, une mosaïque de lacs, de forêts et de
rivières enjambées ça et là par de vieux ponts couverts qui
font le bonheur des cartes postales… La région compte quatre
parcs nationaux, un réseau très développé de pistes cyclables,
des terrains de golf réputés, plusieurs domaines skiables et
de nombreux spas et lieux d’hébergement. En prime, dans les
Cantons, le bonheur est vraiment dans le pré. Ou plutôt dans
les vignes : la Route des vins traverse sept villages parmi les
plus beaux de la Province et relie seize vignobles à découvrir,
idéalement au moment des vendanges. À moins que vous
préfériez le temps des sucres ? Les érablières sont légion. Dans
l’assiette, la fine cuisine du terroir proposée dans la région est
à la hauteur du talent des agriculteurs et producteurs d’ici :
pleine de saveurs franches et de belles spécialités, comme le
canard du lac Brome (lire l’encadré). Encore un atout bien-être
pour les Cantons. Q
© Petr Smetanka
Parcours épicurien
© Micheline Boulet
© Sébastien Larose
© Tourisme Cantons de l’Est
© Kava Tours
© Claude Parent
artez à la découverte des Cantons-de-l’Est, ce paradis de
montagnes, de lacs et de villages pittoresques ! Se distinguant
comme une destination de villégiature élite, la région compte
une offre impressionnante d’hébergement et de restaurants dont la
réputation des chefs n’est plus à faire. Explorez la région en goûtant
la Route des vins, en parcourant le Chemin des Cantons ou encore,
en marchant la Route des Sommets.
Choisir les Cantons-de-l’Est, c’est prendre le temps de s’arrêter,
s’évader du quotidien.
Pour toute information sur
la région des Cantons-de-l’Est,
1 800 355-5755 ou www.cantonsdelest.com
43
Québec le mag’ - Best of Québec
le meilleur du Québec
Le Centre-du-Québec
© Stéphane Daoust/Tourisme Centre-du-Québec
« On dirait le Sud… » Campée sur la rive sud du fleuve, à mi-chemin
entre Montréal et Québec, la région Centre-du-Québec couvre
un territoire marqué par la plaine du Saint-Laurent et, au sud-est,
par les reliefs des Appalaches. Voici une destination bucolique par
excellence, à moins d’une heure des grands centres urbains de la
province. Le Centre-du-Québec porte haut cette douceur de vivre
dans un environnement champêtre privilégié. Ses paysages alternant
vallées et vallons, rivières et forêts, terres agricoles et petites villes se
laissent arpenter en vélo, à la faveur de vingt-cinq circuits dédiés. Ses
routes de campagne forment aussi un itinéraire des plus épicuriens,
dont les étapes sont tantôt gourmandes, tantôt historiques ou
culturelles, toujours authentiques. Au Centre-du-Québec, les vedettes
sont la canneberge, l’érable et ses produits, les oies des neiges… Mais
encore bien d’autres trésors sont à découvrir.
44
Québec le mag’ - Best of Québec
© mgphotographe.com
Oies blanches.
A
u Centre-du-Québec, chaque saison semble avoir été inventée
pour dispenser le plus de plaisirs possible. Et la douceur des
paysages invite à profiter, chacun à son rythme, de ces joies
simples et authentiques. Au printemps, deux grands rendez-vous marquent le début des réjouissances. C’est l’époque où les oies des neiges
font escale par centaines de milliers à Baie-du-Febvre, en bordure du
lac Saint-Pierre (réserve mondiale de la biosphère), offrant un spectacle
surnaturel de la mi-avril à la mi-mai, qui se renouvellera lors de leur
passage automnal. Particulièrement propices au stationnement et à
l’observation des oiseaux migrateurs, les milieux humides de ce secteur
dévoilent leurs secrets au Centre d’interprétation de Baie-du-Febvre. Le
printemps, c’est aussi le temps des sucres ! Le Centre-du-Québec est on
ne peut mieux placé pour le célébrer, avec un nombre important d’érablières et surtout la capitale mondiale de l’érable, Plessisville, située au
cœur des Bois-Francs dans le piémont des Appalaches. Le savoir-faire
des acériculteurs et les nombreux produits dérivés de l’arbre emblèmatique ont bien sûr à découvrir et à déguster sur place.
LES
IMMANQUABLES
DE LA RÉGION
‡/H9LOODJHTXpEpFRLVG·DQWDQj
'UXPPRQGYLOOHRO·RQYLVLWHXQYLOODJH
TXpEpFRLVWUDGLWLRQQHOGX;,;HVLqFOH
‡8QUpVHDXGHSLVWHVF\FODEOHV
FRPSWDQWYLQJWFLQTFLUFXLWVGHVVHUYLV
SDUGHX[LWLQpUDLUHVGHOD5RXWH9HUWH
OH3DUFOLQpDLUHGHV%RLV)UDQFV
HWOHFLUFXLWGHV7UDGLWLRQV
‡/·REVHUYDWLRQGHVRLHVGHVQHLJHVj%DLH
GX)HEYUHVXUOHVULYHVGXODF6DLQW3LHUUH
FKDTXHSULQWHPSVHWFKDTXHDXWRPQH
‡/·pUDEOHHWVHVSURGXLWVjGpFRXYULU
HWVDYRXUHUj3OHVVLVYLOOHFDSLWDOH
PRQGLDOHGHO·DUEUHjVXFUHV
‡/H&HQWUHG·LQWHUSUpWDWLRQGHOD
FDQQHEHUJHj6DLQW/RXLVGH%ODQGIRUG
EN SAVOIR PLUS
Tourisme Centre-du-Québec,
tél. : 819 364-7177.
www.tourismecentreduquebec.com
45
Québec le mag’ - Best of Québec
le meilleur du Québec
© Stéphane Daoust/Tourisme Centre-du-Québec
© Tourisme Bois-Francs
Eglise,
fromagerie,
Sainte-Elizabeth
Champêtre et culturel
© Stéphane Daoust/Tourisme Centre-du-Québec
L’été est idéal pour se laisser enchanter par les paysages champêtres
et les attraits culturels de la région. Pas moins de vingt-cinq circuits
cyclotouristiques la sillonnent, tous accessibles par deux itinéraires estampillés Route Verte : le Parc linéaire des Bois-Francs et le Circuit des
Traditions. Une saisissante richesse historique et patrimoniale se livre
au fil des villages et de l’héritage laissé par les Abénaquis, Français,
Irlandais, Écossais et loyalistes anglais qui ont successivement marqué
l’histoire du Centre-du-Québec. Plusieurs arrêts s’imposent : à Drummondville pour découvrir le Village québécois d’antan (lire l’encadré) ;
à Victoriaville pour visiter la demeure d’un illustre Premier ministre
canadien, la Maison-Wilfrid-Laurier, lieu historique national ; ou encore
à Nicolet, où la maison natale du peintre-graveur Rodolphe Duguay
vous ouvre ses portes. Des circuits tels que « Des jardins et des arts »
ou encore le parcours spécialement dédié aux fromages compléteront
à merveille l’escapade estivale.
46
Québec le mag’ - Best of Québec
© Stéphane Daoust
© Musée des Abénakis
E
ntre Montréal et la ville de Québec, au
sud du fleuve St-Laurent se trouve la
région Centre-du-Québec. Ici, la route
est belle, le temps est bon.
© Michel Gingras
Deux musts à visiter au Québec : le Village
Québécois d’Antan et le Musée des Abénakis !
L’un invite à découvrir un village animé par la
culture traditionnelle québécoise et l’autre, à
vous imprégner de la culture abénakise dans
le plus ancien musée amérindien au Québec.
© Stéphane Daoust
Au cœur de la belle province, le Centre-duQuébec charme les plus fins palais ; on y
découvre la douceur des produits de l’érable,
de la canneberge et les fromages locaux.
Des plaines du St-Laurent au contrefort
des Appalaches, les routes sinueuses et
champêtres ravissent les amateurs de vélo
et de moto.
© Stéphane Daoust
© Sébastien Gingras
© Frédéric Côté
Au cœur de l’été indien ou sous les flocons
de l’hiver, venez vivre l’accueil chaleureux des
Centricois !
Tourisme Centre-du-Québec
20, boul. Carignan Ouest
Princeville (Québec) Canada G6L 4M4
[email protected]
www.tourismecentreduquebec.com/commande
Joignez-vous à nous sur Facebook.com/Tourismecentreduquebec et Twitter @CentreduQuebec
47
Québec le mag’ - Best of Québec
© mgphotographe
© Michel Julien - Tourisme Centre du Québec
le meilleur du Québec
ZOOM
RETOUR AU VILLAGE
Les couleurs de l’automne sont quant à elles rehaussées d’un petit bijou rouge vif qui fait
également la marque du Centre-du-Québec. Le village de Saint-Louis-de-Blandford est la
capitale provinciale de la canneberge. Un centre d’interprétation y dévoile toutes les facettes
du petit fruit, de l’implantation d’une cannebergière à la récolte… tout un spectacle, dans
ces immenses champs. Enfin, l’hiver peut être le moment pour prendre le temps de découvrir les bonnes tables de la région, ses boutiques
d’antiquités ou ses lieux de culture et de divertissement. Et de déguster une bonne poutine ? La
région serait le berceau de ce fameux plat 100 %
québécois. Les mordus de plein air ne restent pas
pour autant sur leur faim : deux vastes réseaux de
sentiers balisés s’offrent aux motoneigistes et aux
adeptes du quad. Histoire, encore et toujours, de
varier les plaisirs. Q
À Drummondville, longeant la rivière
Saint-François sur deux kilomètres, ce
site culturel, éducatif et touristique
remonte le temps pour donner vie à
un village québécois typique des années 1810 à 1910. Majeure au Centredu-Québec, cette attraction propose de
multiples activités et s’avère spécialement magique pendant le temps des
fêtes avec l’illumination des maisons
traditionnelles.
48
Québec le mag’ - Best of Québec
© Stéphane Daoust /Tourisme centre du Québec
© Frédéric Côté
Naturel et savoureux
Chaudière Appalaches
Les Etchemins.
49
Québec le mag’ - Best of Québec
© Michel Julien
Chaudière comme la rivière, Appalaches comme les montagnes.
Faisant face à la Vieille Capitale, cette région porte le nom de ses
atouts naturels et de son enviable situation géographique. Une nature
en effet généreuse lui permet d’offrir, entre autres, un été des Indiens
des plus flamboyants, la production régionale de sirop d’érable la
plus importante du monde, 200 kilomètres de berges sur le SaintLaurent, de nombreux lacs et sites naturels d’exception ainsi qu’un
cadre particulièrement propose à la randonnée pédestre, au vélo
ou à la motoneige. Chaudière-Appalaches recèle également un
patrimoine riche de vieux manoirs, de moulins et de seigneuries qui
retracent près de trois siècles d’histoire. Comptant plusieurs villages
parmi les plus beaux du Québec, la région déploie ses charmes en
sept secteurs : Lotbinière, Région de Thetford, Lévis, la Beauce, Les
Etchemins, Bellechasse et Côte-du-Sud.
© Michel Julien
le meilleur du Québec
Domaine Jolyde Lotbinière.
© Michel Julien
E
Moulin
La Lorraine.
LES
IMMANQUABLES
DE LA RÉGION
‡&LQTGHVSOXVEHDX[YLOODJHVGX4XpEHF
/RWELQLqUH6DLQW$QWRLQHGH7LOO\
6DLQW0LFKHO6DLQW9DOOLHUHW/·,VOHW
‡/HSDUFQDWLRQDOGH)URQWHQDF
HWOHJUDQGODF6DLQW)UDQFRLV
XQKDXWOLHXSRXUO·RUQLWKRORJLHHW
WRXWHVVRUWHVG·DFWLYLWpVGHSOHLQDLU
‡/HOLHXKLVWRULTXHQDWLRQDOGX&DQDGDGH
OD*URVVHÍOHHWOH0pPRULDOGHV,UODQGDLV
ntre le fleuve Saint-Laurent et la frontière américaine,
nature et culture rivalisent d’attraits et parfois de trésors.
Chaudière-Appalaches est riche d’une histoire tricentenaire,
qui nous ramène en maints endroits aux débuts de la colonisation française, alors que l’occupation humaine se concentrait
le long du littoral fluvial. De nombreux bâtiments ancestraux
ponctuent ainsi les parties côtières de la région. Au Domaine
Joly-De Lotbinière, une ancienne seigneurie au cœur d’un immense jardin romantique se laisse par exemple visiter. De même
que la Seigneurie des Aulnaies nous plonge dans l’atmosphère
d’un manoir victorien entouré de magnifiques jardins et d’un
moulin. Tandis qu’au milieu du fleuve, le lieu historique national
du Canada de la Grosse-Île-et-le-Mémorial-des-Irlandais ouvre
une page plus douloureuse de l’histoire du Québec. La Grosse Île
servit de station de quarantaine de 1832 à 1937 pour le port de
Québec et constitua alors la principale porte d’entrée des immigrants au Canada. Un lieu de mémoire et de recueillement. On
se familiarisera aussi avec le riche patrimoine minier de la région
dans le secteur de Thetford Mines. Et l’on remontera encore le
temps au Village des défricheurs, à Saint-Prosper, où la vie rurale
de la fin du XIXe siècle et le début du XXe siècle est restituée.
‡/HVGLIIpUHQWVFLUFXLWVJRXUPDQGV
GHODUpJLRQTXLPHWWHQWQRWDPPHQW
O·pUDEOHHWVHVSURGXLWVjO·KRQQHXU
EN SAVOIR PLUS
Tourisme Chaudière-Appalaches,
tél. : 418 831-4411.
www.chaudiereappalaches.com
50
Québec le mag’ - Best of Québec
© Michel Julien
© Tourisme Chaudière-Appalaches/MJC
ZOOM
Chaudière-Appalaches compte plusieurs villages classés parmi les plus beaux du Québec :
Lotbinière, Saint-Antoine-de-Tilly, Saint-Michel, Saint-Vallier et L’Islet. Côté grands espaces,
l’inventaire augure de belles opportunités pour les bains de plein air, vélo et randonnée en
montagne en tête, sans oublier les activités hivernales qui jouissent de superbes terrains
de jeux. La région abrite notamment le parc national de Frontenac, situé aux abords du
superbe lac Saint-François. Ce dernier est un site idéal pour l’observation de plus de 144 espèces d’oiseaux, pour les activités nautiques ainsi que la randonnée et le vélo. Au parc
des Chutes-de-la-Chaudière, on admire des cascades d’une hauteur de 35 mètres. Le parc
régional des Appalaches, les sentiers pédestres des trois Monts de Coleraine, le parc régional Massif du Sud ou encore l’Île aux Grues sont encore d’autres sites où profiter de cette
nature d’exception. Enfin, on ne peut ignorer les attraits agrotouristiques et gastronomiques
de Chaudière-Appalaches. Plusieurs routes gourmandes et circuits thématiques permettent
d’explorer le territoire par les papilles, de fermes en tables champêtres, de boutiques en
artisans du terroir. Pêle-mêle, les produits de l’érable (la région occupe le premier rang
mondial de la production de sirop d’érable), les fromages, les vins et les cidres ou encore
le miel et ses dérivés ont ici un écrin à la hauteur de leurs saveurs. Q
51
Québec le mag’ - Best of Québec
CÔTÉ VILLE
© David Lang
Couleur et saveurs
Faisant face à Québec, de l’autre côté
du fleuve, Lévis est le chef-lieu de la
région Chaudière-Appalaches et son
principal pôle urbain. Fondée en 1861,
la ville est fortement marquée par son
histoire militaire et religieuse. Plusieurs
forts et sites militaires sont ouverts à
la visite, ainsi que des chapelles historiques. Un circuit dédié au patrimoine
religieux permet d’ailleurs d’en découvrir les richesses. Lévis abrite également la maison Alphonse-Desjardins.
La demeure où vécut le fondateur
des caisses populaires Desjardins est
aujourd’hui un centre d’interprétation.
le meilleur du Québec
Lanaudière
© Guy Hamelin/Tourisme Lanaudière
Bordée au sud par le fleuve Saint-Laurent, au nord par le massif
laurentien, Lanaudière profite de sa situation avantageuse sur la
carte pour offrir, aux portes de Montréal, un large corridor de nature
préservée. Géographiquement, la région se déplie littéralement en
trois pour exposer ses attraits. La plaine agricole, au sud, concentre
un riche patrimoine qui ramène le visiteur au temps de la NouvelleFrance. Elle est dominée par le piémont, au centre, qui grâce à ses
reliefs doux, ses lacs et ses attraits naturels est devenu un haut lieu
de villégiature et de loisirs, été comme hiver. Tandis qu’au nord de la
région, la forêt et la montagne reprennent leurs droits et se prêtent à
toutes sortes d’aventures au grand air.
52
Québec le mag’ - Best of Québec
© Guy Hamelin/Tourisme Lanaudière
Le festival
mémoire
et racines
© Marc-Olivier Guilbault/Tourisme Lanaudière
R
égion verte par excellence, Lanaudière borde le SaintLaurent de sa fertile plaine agricole aux décors champêtres, aux fermes accueillantes et aux produits du terroir
savoureux. On est ici dans la zone climatique la plus douce du
Québec. D’importantes tabacultures y ont prospéré au cours du
XXe siècle, avant de récemment convertir leurs terres à d’autres
cultures. Comme en Mauricie, sa voisine, la région de Lanaudière est traversée de part en part par le Chemin du Roy, voie
historique reliant Québec à Montréal qui se confond aujourd’hui
avec la route 132. De Repentigny à Saint-Barthélemy, la route
relate une partie de l’histoire du Québec. Traversant six localités
lanaudoises, elle alterne les points de vue sur le fleuve et un
riche patrimoine à visiter (moulins, églises, maisons ancestrales,
jardins, galeries d’art…). Le Chemin du Roy permet également
d’accéder à l’un des plus beaux sites naturels de la Province :
les Îles de Berthier, qui composent avec celles de Sorel, l’archipel
du lac Saint-Pierre, reconnu par l’UNESCO comme réserve de la
biosphère. Un milieu lacustre unique qui rappelle les bayous
louisianais et abrite une incroyable faune aviaire.
LES
IMMANQUABLES
DE LA RÉGION
‡/HVÍOHVGH%HUWKLHUIRUPDQWXQH
SDUWLHGHO·DUFKLSHOGXODF6DLQW3LHUUH
‡/H&KHPLQGX5R\SDUFRXUV
KLVWRULTXHHWSDWULPRQLDOTXLWUDYHUVH
VL[PXQLFLSDOLWpVODQDXGRLVHV
‡/HSDUFQDWLRQDOGX0RQW7UHPEODQW
‡NPGHVHQWLHUVGHPRWRQHLJH
EN SAVOIR PLUS
Tourisme Lanaudière,
tél. : 450 834-2535.
www.lanaudiere.ca
53
Québec le mag’ - Best of Québec
© Marc-Olivier Guilbault/Tourisme Lanaudière
© Marc-Olivier Guilbault/Tourisme Lanaudière
le meilleur du Québec
Une mer d’aventures
ZOOM
LES SEIGNEURS
DE LANAUDIÈRE
La région de Lanaudière puise son nom
dans l’histoire. Il perpétue le souvenir
de Marie-Charlotte de Lanaudière, fille
du seigneur de Lavaltrie et épouse de
l’homme d’affaires Barthélemy Joliette,
descendant du célèbre explorateur
Louis Jolliet. Les seigneurs de Lanaudière ont largement contribué, durant
sept générations, à la défense et au
développement de la colonie française.
54
En quittant la plaine pour remonter vers le Nord, le piémont offre ses
vallées et vallons, ses collines, ses lacs et ses routes sinueuses aux
assoiffés de verdure et de paysages bucoliques. De nombreuses chutes
d’eau et cascades occasionnent de belles randonnées. Plus au nord, la
Matawinie impose des reliefs bien plus prononcés et encore d’autres
aventures. Ce territoire montagneux est délimité par les villages de
Sainte-Émélie-de-l’Énergie, Saint-Zénon, Saint-Côme et par la partie
est du parc national du Mont-Tremblant. S’y trouvent de nombreuses
pourvoiries de pêche et de chasse, pas moins de six parcs régionaux,
cinq grands lacs et deux réserves fauniques. Les motoneigistes sont
particulièrement gâtés dans Lanaudière, l’une des destinations phares
pour les bolides des neiges : 2 300 km de sentiers leur sont dévolus.
Les randonneurs, cyclistes, kayakistes, amateurs de traîneau à chiens
et autres skieurs ont aussi de quoi remplir de belles journées et les
lieux de villégiature sont nombreux. Au plan culturel, la région ne
manque pas non plus de personnalité ni d’attraits. On la cite souvent
comme étant le berceau de la musique traditionnelle. De nombreux
groupes et artistes y ont pris racine. Une autre particularité de Lanaudière, région de nature et de culture. Q
Québec le mag’ - Best of Québec
La Mauricie
55
Québec le mag’ - Best of Québec
© Tourisme Mauricie
À mi-chemin entre Montréal et Québec, la Mauricie englobe un
territoire immense qui prend naissance au bord du Saint-Laurent
pour s’étendre vers le Nord. Ces paysages sont ainsi modelés à la fois
par le Bouclier canadien, qui couvre la haute Mauricie, par la plaine
littorale en bordure du fleuve, et par les Appalaches qui effleurent
sa partie sud. Eau, montagne et forêt : la Mauricie offre une synthèse
majestueuse de ces trois mondes. Sa nature particulièrement choyée
se prête à mille découvertes en toute saison. Elle est aussi une région
traversée par le Chemin du Roy, où l’histoire et le patrimoine font bon
ménage avec l’animation d’une ville comme Trois-Rivières, la plus
ancienne ville du Canada après Québec.
La Cité de l’Énergie.
© Michel Julien
M
Le Sanctuaire NotreDame-du-Cap.
LES
IMMANQUABLES
DE LA RÉGION
‡/H&KHPLQGX5R\ODURXWH
SDUFRXUVKLVWRULTXHHWSDWULPRQLDOTXL
WUDYHUVHVHSWPXQLFLSDOLWpVHQ0DXULFLH
‡/HSDUFQDWLRQDOGHOD0DXULFLH
‡7URLV5LYLqUHVHWVHVDWWUDLWVQDWXUHOV
HWFXOWXUHOVGRQWGHSDVVLRQQDQWVPXVpHV
‡6KDZLQLJDQHWOD&LWpGHO·eQHUJLH
‡/D5RXWHGHVULYLqUHVFLUFXLW
WRXULVWLTXHOHORQJGHODPDMHVWXHXVH
ULYLqUH6DLQW0DXULFH
askinongé, Warwick, Saint-Stanislas… En Mauricie,
l’histoire du Québec se lit dans le nom des lieux
et des municipalités. Peuplée très tôt par plusieurs
nations amérindiennes, la région vit s’installer les loyalistes
anglais dans le sud, tandis que les colons français peuplèrent
principalement l’axe historique du chemin du Roy. En 1730,
la découverte d’un gisement de fer entraîna l’implantation
de la première industrie sidérurgique du Canada : les Forgesdu-Saint-Maurice, un lieu historique national passionnant à
visiter. Inauguré en 1737, le chemin du Roy fut quant à lui la
première route carrossable du Canada. Reliant la colonie de
Trois-Rivières – fondée en 1634 par le sieur de Laviolette – à
la capitale Québec, il favorisa grandement l’essor commercial de la Nouvelle-France. Auparavant, les fourrures étaient
transportées par la rivière Saint-Maurice, toujours et encore
au cœur de l’histoire du Québec. Son bassin hydrographique
long de 587 km en fait la principale rivière de la région ainsi
que le berceau de l’hydroélectricité québécoise, plusieurs
centrales étant échelonnées sur son cours. Sur le plan industriel, la Mauricie regroupe également les secteurs de la pâte
à papier (dont l’histoire est à découvrir au musée Boréalis,
à Trois-Rivière) et de l’aluminium. Elle est aussi une grande
région agricole.
EN SAVOIR PLUS
Tourisme Mauricie,
tél. : 819 536-3334.
www.tourismemauricie.com
56
Québec le mag’ - Best of Québec
© Tourisme Mauricie
le meilleur du Québec
© Michel Julien
Pêche au lac Blanc.
Le pont Laviolette
à Trois-Rivières.
ZOOM
© Sébastien Larose
© Stéphane Daoust
AU FIL DE L’EAU
57
Québec le mag’ - Best of Québec
Les cours d’eau ont joué un rôle majeur
dans l’histoire et le développement
de la Mauricie. Avec sa signalétique
bleue indiquant les attraits à ne pas
manquer, la route des Rivières est un
circuit touristique qui invite à vivre
une palette d’expériences culturelles,
récréotouristiques, historiques et patrimoniales liées à ce prolifique réseau
hydrographique. C’est aussi le moyen
de donner du sens aux panoramas superbes que l’on côtoie le long de la
rivière Saint-Maurice, sur la route 155.
le meilleur du Québec
© Michel Julien
© Michel Julien
Auberge
Le Baluchon.
L’art de se mettre au vert
© Michel Julien
Outre sa richesse historique et patrimoniale, la Mauricie
magnétise ses visiteurs par des paysages aussi majestueux que diversifiés. Une région facilement accessible
où les activités de détente et de plein air sont légion. On
y pratique notamment la randonnée équestre, les sports
nautiques, le vélo, le canot… Au carrefour des grandes
pistes de motoneige du Québec, elle offre en hiver près
de 3 000 km de sentiers balisés et un grand nombre
d’auberges confortables. Elle accueille aussi la capitale
mondiale du petit poisson des chenaux, Sainte-Annede-la-Pérade, où la pêche sur glace est chaque année
un événement. La Mauricie compte un très beau parc
national, deux réserves fauniques, un immense territoire
de chasse, de pêche et de plein air (plus de 75 pourvoiries !). Enfin, la présence du lac Saint-Pierre, l’une des
Réserves mondiales de la biosphère de l’UNESCO, contribue elle aussi à l’image nature de la région, par ailleurs
nommée Capitale forestière canadienne en 2001.
Cet opulent patrimoine naturel contribue au succès de
plusieurs lieux de villégiatures de renom, tels l’hôtel
Sacacomie, l’Auberge Le Baluchon, celle du Lac-à-l’EauClaire ou encore l’Auberge du Lac Saint-Pierre. Un florilège de coups de cœur. Q
58
Québec le mag’ - Best of Québec
L
a Cité de l’énergie, unique au Canada, offre
aux visiteurs de tous âges une expérience
à la fois amusante, divertissante et
éducative. Située en Mauricie, à 90 minutes
de Québec et de Montréal, ce parc thématique
construit sur un site naturel exceptionnel
abrite une tour d’observation d’une hauteur de
115 mètres, quatre expositions interactives,
deux spectacles multimédias à la fine pointe
de la technologie ainsi qu’un nouveau centre où
se tiennent les expositions MUSÉE DU PREMIER
MINISTRE JEAN CHRÉTIEN, Le Canada dans le
monde et TOUT FEU ET FLAMME. En soirée,
l’épopée mythologique AMOS DARAGON, la
première aventure, écrit et mis en scène par
le célèbre auteur Bryan Perro, fascine toute la
famille; musique originale de Jeannot Bournival.
Visites commentées. Réservations nécessaires.
1000, av. Melville, C.P. 156, Shawinigan - Québec, Canada, G9N 6T9
Tél. : 819 536-8516 - 1 866 900-2483 (Canada, USA) - Fax : 819 536-2982
[email protected] - www.citedelenergie.com
59
Québec le mag’ - Best of Québec
le meilleur du Québec
Québec
© Christopher Howey/Fotolia.com
En 2008, c’est en grande pompe que le berceau de la province du
Québec fêta les 400 ans de sa fondation. Quatre siècle d’aventure
francophone et un patrimoine exclusif en Amérique du Nord étaient à
célébrer. Québec est l’unique ville fortifiée du continent américain au
nord du Mexique ; sa vieille ville est inscrite au patrimoine mondial de
l’Unesco depuis 1985 ; elle est également une capitale administrative
où siège le parlement de la province. Pour autant, la Vieille Capitale
ne se repose pas uniquement sur ses antiques pierres et son
environnement naturel choyé pour séduire ses très nombreux visiteurs.
Elle est aussi une ville bien inscrite dans son temps, extrêmement
dynamique aux plans économiques et culturels, et qui a su réinventer
un visage à ses anciens faubourgs, à l’image du quartier Saint-Roch.
60
Québec le mag’ - Best of Québec
J
oyau patrimonial et locomotive touristique, le VieuxQuébec se découvre à pied et en deux temps. Sa hauteville, d’une part, trône sur le Cap Diamant, à l’extrémité
est de la colline de Québec. La basse-ville distille quant à
elle ses tentations entre la falaise et le fleuve Saint-Laurent.
À chaque coin de rue, une silhouette familière apparaît : le
Château Frontenac, dont la construction date de 1893 coiffe
la colline. Cet hôtel de grand luxe est supposément le plus
photographié au monde. À ses pieds, le plancher de bois
de la terrasse Dufferin surplombe la basse-ville et le fleuve,
de l’autre côté duquel Lévis et la rive sud. Le panorama est
superbe et la promenade conduit à longer la citadelle, lieu
historique national aussi connu sous le nom de Gilbraltar
d’Amérique. On débouche sur les plaines d’Abraham, l’immense poumon vert de la ville et site historique s’il en est,
puisque s’y joua en 1759 la bataille contre les Anglais qui
allait nouer le sort de la Nouvelle-France. Lieu de grands rassemblements et d’escapades familiales, le parc des Champsde-Bataille offre 125 hectares en pleine ville, où l’on rejoindra notamment le superbe musée national des beaux-arts
de Québec.
© Pierre Bilodeau
© Mathieu Dupuis
© Louise Vezina
© Claudel Huot
© SteveDeschenes
© Claudel Huot
Petit Champlain
L
e quartier petit Champlain, authentique jusqu’au bout des toits !
Plus de 50 boutiques et restos pour se gâter, se régaler et se
divertir ! Le quartier petit Champlain est reconnu comme un des
plus beaux sites du vieux québec. Situé au pied de la falaise sous le
chateau frontenac, ce quartier, avec son cachet authentique, est un
incontournable à québec. Il est accessible par le funiculaire ou par
l’escalier casse cou.
En 1985, les marchands et artisans formaient une coopérative et se
portaient acquéreurs des immeubles du quartier dans le but de le
préserver. En 2011, dans le cadre du concours « le Canada, c’est ma
place ! », l’institut canadien des urbanistes accorde au quartier petit
Champlain la 1ère place comme « meilleur quartier au Canada ».
www.quartierpetitchamplain.com
61
Québec le mag’ - Best of Québec
© Jean-Pierre Huard
le meilleur du Québec
« Je me souviens »
LES
IMMANQUABLES
DE LA RÉGION
‡/HSDWULPRLQHGX9LHX[4XpEHF
HWGHVHVTXDUWLHUVKLVWRULTXHV
3HWLW&KDPSODLQ9LHX[3RUWHW3ODFH
5R\DOH&ROOLQHSDUOHPHQWDLUH«
‡/H)DLUPRQW&KkWHDX)URQWHQDF
O·K{WHOOHSOXVSKRWRJUDSKLpDXPRQGH
‡/HQRXYHDXTXDUWLHU6DLQW5RFK
‡'HQRPEUHX[PXVpHVHWOLHX[
KLVWRULTXHVPLOLWDLUHVHWUHOLJLHX[jYLVLWHU
‡/HVDOHQWRXUVGH4XpEHF
&{WHGH%HDXSUpÍOHG·2UOpDQV
-DFTXHV&DUWLHU3RUWQHXI:HQGDNH
‡/HSDUFGHOD&KXWH0RQWPRUHQF\HWVRQ
LPSUHVVLRQQDQWHFDVFDGHGHPqWUHV
EN SAVOIR PLUS
Québec ville et région,
tél. : 418 641-6290.
www.quebecregion.com
Outre les remparts, tours et bâtiments militaires, un riche patrimoine religieux est à découvrir dans la Haute-Ville qui compte de nombreux édifices du XVIIe siècle, dont le monastère
des Ursulines (1639) ou encore la basilique Notre-Dame (1647). L’hôtel du Parlement
fait également partie de l’arrondissement historique. C’est à son fronton qu’est gravée la
belle devise de la province, « Je me souviens ». Le Vieux-Québec n’est pas seulement un
magnifique musée à ciel ouvert. Les rues commerçantes fourmillent de boutiques et de
restaurants, telles les populaires rue Saint-Jean ou De Buade, ainsi que la place d’Armes.
Faisant office de « Champs-Élysées » de Québec, la Grande-Allée concentre quant à elle
une bonne partie de la vie nocturne.
Un patrimoine unique
C’est la basse-ville qui, historiquement, a été désignée comme le quartier des commerçants
et artisans. Attraits touristiques majeurs, la rue du Petit-Champlain et le secteur entourant
la place Royale ont gardé leur cachet du XVIIIe siècle et leurs belles demeures d’époque.
Reliés à la Haute-Ville par un ancestral funiculaire (plus de 130 ans de service !), on y trouve
notamment le musée de la Civilisation, qui intègre une fascinante exposition sur les peuples
autochtones, une composante toujours vivante des racines de la ville. Boutiques, restaurants
et galeries d’art façonnent l’ambiance unique de ce quartier. Depuis le Vieux-Port, qui joua
un rôle important dans le développement de la Vieille-Capitale, la grande rue Saint-Paul
suit le tracé des fortifications jusqu’au quartier Saint-Roch. Celui-ci est un superbe exemple
de revitalisation d’un ancien faubourg tombé en désuétude, le nouveau quartier à la mode !
Tout un symbole pour cette honorable dame de 400 ans et des poussières, exceptionnelle
destination d’histoire et de renouveau. Q
62
Québec le mag’ - Best of Québec
© Mathieu Dupuis
Rue Saint-Jean,
le Capitole.
ZOOM
© Éric Saint-Pierre
UN TOURBILLON D’ÉVÉNEMENTS
© Steeve Deschënes
L
’Autre Jardin, un hôtel résolument différent ! Issu de l’économie
sociale, l’Autre Jardin est le seul hôtel 100 % équitable au
Canada. Venez goûter la différence : un service chaleureux et
personnalisé, des chambres spacieuses et confortables, une boutique
d’artisanat et de commerce équitable, le tout en plein cœur du
quartier Saint-Roch ! Un exemple de tourisme durable et responsable.
Qualité, confort et solidarité font partie intégrante de l’Autre Jardin.
À Québec, les grandes manifestations culturelles et
festives sont nombreuses tout au long de l’année.
Deux événements majeurs dominent la saison estivale et l’hiver. Le Fêtes de la Nouvelle-France, en août,
recréent l’atmosphère du régime français des XVIIe et
XVIIIe siècles. En février, Québec est le théâtre du plus
grand carnaval hivernal du monde. Deux semaines de
célébrations et d’événements tous azimuts se déroulent sous l’égide de Bonhomme Carnaval, la célèbre
mascotte du rendez-vous.
63
Québec le mag’ - Best of Québec
001 418 523 1790
www.autrejardin.com
le meilleur du Québec
Charlevoix
© Tourisme Charlevoix/J-F. Bergeron Enviro Foto
À l’est de la ville de Québec, au bord d’un Saint-Laurent qui prend
ses aises pour bientôt devenir estuaire, la région de Charlevoix peut
s’enorgueillir d’une tradition de villégiature de plus de deux siècles. Les
raisons d’une telle attraction ? L’inventaire des charmes de Charlevoix
laisse songeur. Ses panoramas magistraux, son relief à la fois tourmenté
et apaisant, la diversité de sa faune et de sa flore, la douceur de son
air, l’éventail d’activités qu’on y pratique, ses produits régionaux, son
cachet historique, son raffinement culturel, son sens de l’accueil ou
son goût pour les arts… Chacun se laisse séduire selon ses inclinaisons.
Mais pour percer le vrai secret de Charlevoix, il faut remonter le temps
de quelques centaines de millions d’années…
64
Québec le mag’ - Best of Québec
Les Éboulements.
65
Québec le mag’ - Best of Québec
© Tourisme Charlevoix/M. Archambault
Les Moulins de
l’Isle-aux-Coudres.
I
Le Massif
de Charlevoix.
LES
IMMANQUABLES
DE LA RÉGION
‡/D0DOEDLHVHVVXSHUEHV
DXEHUJHVHWOLHX[GHYLOOpJLDWXUH
VHVH[FHOOHQWVUHVWDXUDQWV
‡/·REVHUYDWLRQGHVEDOHLQHV
GDQVOHVHFWHXUGX3DUFPDULQ
‡/H0DVVLIGH&KDUOHYRL[
j3HWLWH5LYLqUH6DLQW)UDQoRLV
‡/HVERXWLTXHVHWJDOHULHV
G·DUWGH%DLH6DLQW3DXO
‡/H6HQWLHUGHV&DSVGH&KDUOHYRL[
HWVHVSDQRUDPDVVSHFWDFXODLUHV
VXUOHÁHXYHHWVHVvOHV
EN SAVOIR PLUS
Tourisme Charlevoix,
tél. : 418 665-4454.
www.tourisme-charlevoix.com
66
magine-t-on, devant tant de douceur et de beauté, qu’un événement d’une violence inouïe puisse en être à l’origine ? Il y a environ
342 millions d’années, la portion du Bouclier canadien sur laquelle se
trouve le territoire de Charlevoix fut frappée par un astéroïde, qui laissa
une empreinte de 56 km de diamètre. Le lieu d’impact s’étend entre La
Malbaie et Baie-Saint-Paul, le fond du cratère expliquant l’adoucissement
des reliefs dans cette région où la plupart des localités sont concentrées.
Les glaciations successives ont également façonné la diversité de paysages
et de milieux qui fait la marque de Charlevoix. Pour s’en convaincre, rien
ne vaut le parcours spectaculaire et romantique que la route 138 offre
depuis Québec jusqu’à l’embouchure de la rivière Saguenay. De côtes en
caps, les points de vue sur le Saint-Laurent sont tantôt vertigineux, tantôt
doux, toujours saisissants.
Un longue tradition d’accueil
La renommée de Charlevoix en tant que destination de villégiature a débuté vers la fin du XVIIIe siècle, à La Malbaie, grâce aux seigneurs écossais
Malcolm Fraser et John Nairn qui, dès 1760, recevaient des visiteurs dans
leur manoir. La région devint vite populaire, avec ses pensions de famille,
ses petits hôtels et ses lieux pittoresques où l’on s’adonne à la randonnée,
à la pêche à la truite ou au saumon, ou encore aux bains d’eau de mer.
En 1899, dans le secteur Pointe-au-Pic, un hôtel de trois cent cinquante
chambres est construit, le Manoir Richelieu. C’est par bateaux à vapeur que
les premiers touristes débarquent en nombre. Depuis, un important réseau
d’auberges a vu le jour. Et Charlevoix doit autant son renom à sa tradition d’accueil, incluant sa gastronomie et son dynamisme culturel, qu’aux
somptueux attraits naturels qui jalonnent les 6 000 km2 de son territoire,
par ailleurs classé réserve mondiale de la biosphère par l’Unesco en 1988.
Québec le mag’ - Best of Québec
© Tourisme Charlevoix /J.-F. Bergerons - Environ Foto
le meilleur du Québec
67
Québec le mag’ - Best of Québec
© Tourisme Charlevoix/Georges Fischer
Le parc national des
Hautes-Gorges-dela-Rivière-Malbaie.
© Croisières AML
le meilleur du Québec
ZOOM
TERRE D’ARTISTES
Expériences panoramiques
© Bertrand Lemeunier
Divisé en six secteurs aux caractères bien distincts, Charlevoix compose notamment avec la
taïga, la toundra, la forêt boréale, un fleuve, un fjord, une aire marine protégée, trois parcs
terrestres de conservation, une faune et une flore particulièrement diversifiées, des caribous,
des baleines à observer… Et des centaines de kilomètres de rêve pour les aventuriers de
tous acabits, que l’on songe au Sentier des Caps qui surplombe le fleuve, ou au domaine du
Massif de Petite-Rivière-Saint-François qui offre une expérience de ski incomparable en plus
d’être désormais desservi par un train qui vous dépose au pied des pistes. Sans oublier les
sentiers de motoneige qui sillonnent les arrière-pays comme les abords du Saint-Laurent.
Spectaculaire et enchanteur. Q
© Tourisme Charlevoix/Marc Archambault
À la fois source d’inspiration et refuge
propice à la créativité, Charlevoix entretient depuis longtemps un rapport
étroit avec l’art et les artistes. BaieSaint-Paul, qui accueilli les séjours des
peintres du Groupe des Sept, concentre
cette ambiance dans ses rues aux
maisons centenaires. De nombreuses
boutiques et galeries d’art sont à
découvrir, ainsi qu’un Musée d’art
contemporain et plusieurs grands événements liés à l’art chaque année.
68
Québec le mag’ - Best of Québec
© Bertrand Lemeunier
© Bertrand Lemeunier
© Annie Bolduc
© Anne Gardon
© Bertrand Lemeunier
© Bertrand Lemeunier
À
une heure de Québec, le paysage grandiose de Charlevoix impressionne. Qu’on y accède par la route ou à bord du train du Massif de
Charlevoix, le fleuve Saint-Laurent – paradis pour baleines – en jette plein la vue, été comme hiver. Parcourir sa Route des Saveurs
permet la découverte d’un terroir fertile, source d’inspiration pour producteurs et chefs réputés. De l’agneau au foie gras de canard en
passant par le vin de tomates bio, l’arrière-pays étonne le voyageur gourmand. Le Parc national des Grands-Jardins et celui des Hautes-Gorgesde-la-Rivière-Malbaie déroulent leurs tapis de verdure ou de neige devant les amants de plein air qui viennent nombreux pagayer ses rivières
ou randonner ses sentiers. L’hiver, la neige se fait abondante sur les pistes de motoneige et celles du Massif et du Mont Grand-Fonds, au grand
plaisir des skieurs mordus de poudreuse. Que du bonheur !
[email protected]
www.tourisme-charlevoix.com
69
Québec le mag’ - Best of Québec
le meilleur du Québec
Le Saguenay–
Lac-Saint-Jean
© Tourisme Saguenay - Lac-Saint-Jean - Luc Rousseau
Vous avez dit « Royaume » ? Contrairement à ce que les Amérindiens
firent habilement croire à Jacques Cartier, le roi du Saguenay n’a
jamais vraiment existé. Le mythe, lui, est resté. Au demeurant, le
Saguenay–Lac-Saint-Jean et ses habitants ont une telle personnalité
qu’on n’hésite pas à parler d’un pays dans le pays. Cette région du
sud-est québécois en a d’abord la taille, couvrant une superficie
supérieure à trois Belgique, et aussi nombre de spécificités culturelles
bien ancrées, à l’image de la parlure et de l’accent des « Bleuets »
– surnom hérité du petit fruit emblématique de la région. Royaume
naturel, le Saguenay–Lac-Saint-Jean l’est assurément. C’est d’abord
l’eau qui exerce sa souveraineté : long de 105 km, le fjord du
Saguenay est le seul fjord navigable d’Amérique du Nord, tandis que
le lac Saint-Jean forme une véritable mer intérieure avec ses 1 100 km2
de superficie. Les joyaux du Royaume, entre autres…
Baie-Sainte-Marguerite,
dans le parc national
du Fjord-du-Saguenay.
70
Québec le mag’ - Best of Québec
Chute libre
à Saint-Gédéon.
S
eule région du Québec à s’être inventé un drapeau, le Saguenay–Lac-Saint-Jean est bel
et bien un pays en soi. Longtemps isolée, cette vaste terre d’eau et de forêts n’a pour
autant jamais été délaissée par l’histoire. Elle joua un rôle central de 1535 jusqu’au
milieu du XIXe siècle dans la traite des fourrures et les échanges avec les Montagnais, avant
que le commerce du bois et la colonisation (de 1842 à 1890) puis, au début du XXe siècle,
l’industrialisation et l’urbanisation, ne marquent son territoire. Au Saguenay, l’industrie de
la pâte à papier se développera, puis celle de l’aluminium, tandis que le Lac-Saint-Jean
affirmera sa vocation agricole. Dans les années 2000, le paysage urbain se précise avec la
fusion de Chicoutimi et de six autres localités pour former l’actuelle ville de Saguenay, un
carrefour dynamique en plein cœur de la nature, la cinquième plus grande agglomération
du Québec. De son côté, la ville d’Alma, surnommée la Cité de l’hospitalité, est le principal
centre urbain de la région du Lac-Saint-Jean.
LES
IMMANQUABLES
DE LA RÉGION
‡/HSDUFQDWLRQDOGX6DJXHQD\SRXU
PLHX[FRPSUHQGUHOHIMRUGHWDFFpGHU
jGHIDQWDVWLTXHVSRLQWVGHYXH
© Tourisme Saguenay–Lac-Saint-Jean/Jean Tanguay
‡/DYpORURXWHGHV%OHXHWV
XQFLUFXLWF\FODEOHGHNP
DXWRXUGXODF6DLQW-HDQ
71
Québec le mag’ - Best of Québec
‡/HSDUFQDWLRQDOGHOD3RLQWH
7DLOORQHWVRQLPPHQVHSODJH
DXQRUGGXODF6DLQW-HDQ
‡/H]RRVDXYDJHGH6DLQW)pOLFLHQHWVHV
DQLPDX[GHHVSqFHVpYROXDQWHQOLEHUWp
‡/HYLOODJHKLVWRULTXHGH9DO-DOEHUW
HWODSXLVVDQWHFKXWH2XLDWFKRXDQ
‡/HSDUFQDWLRQDOGHV0RQWV9DOLQHW
VDP\VWpULHXVH9DOOpHGHV)DQW{PHV
EN SAVOIR PLUS
Tourisme Saguenay–Lac–Saint-Jean,
tél. : 418 543-9778.
www.saguenaylacsaintjean.ca
© Tourisme Saguenay–Lac-Saint-Jean/Charles David Robitaille
© Tourisme Saguenay–Lac-Saint-Jean/Simon Turcotte
Parc national du
Fjord-du-Saguenay.
© Tourisme Saguenay–Lac-Saint-Jean/Charles David Robitaille
le meilleur du Québec
Saint-Fulgence,
parc national
des Monts-Valins.
72
Québec le mag’ - Best of Québec
Côté fjord, côté lac
D’une beauté à couper le souffle, le fjord du Saguenay est également unique en son
genre. Seul fjord navigable en Amérique du Nord, il déroule ses 105 km (de SaintFulgence à Tadoussac) au milieu de paysages stupéfiants de caps vertigineux, de montagnes
et d’immenses forêts. Le parc national du Saguenay est un sésame incontournable pour
approcher cette nature héritée des glaciers et y vivre une foule d’aventures. Avec la rivière
Saguenay, longue de 155 km, le fjord forme l’exutoire naturel de l’autre héros régional :
le lac Saint-Jean. Souvent qualifié de mer intérieure, ce grand lac d’obturation glaciaire
offre effectivement de longues plages de sable fin aux pentes très douces, ce qui en fait
un haut lieu de farniente et d’activités nautiques. Au parc national de la Pointe-Taillon, on
trouvera par exemple la plus grande plage de la région : 14 kilomètres de douceur bordant
l’étendue d’eau géante. En faire le tour vaut vraiment le détour ! Pour ce faire, pourquoi
ne pas emprunter la Véloroute des Bleuets et son circuit diversifié de 256 km unique
en Amérique du Nord ? Partout autour du lac se dévoilera le caractère unique de la région
et de sa population.
Au pays des bleuets
C’est le pays des Tremblay, de Maria Chapdelaine et bien sûr… des bleuets. Parmi la palette
de saveurs et de savoir-faire (dont la fameuse tourtière) à découvrir au Saguenay–Lac-SaintJean, ce petit fruit symbole de tout un peuple laissera immanquablement sa trace. Parmi
d’autres, deux attractions sont enfin incontournables au Saguenay–Lac-Saint-Jean. Le village
historique de Val-Jalbert fait voyager ses visiteurs dans les années 1920 en plus de leur
faire découvrir la puissante chute Ouiatchouan, plus haute que celles du Niagara. Quant au
zoo sauvage de Saint-Félicien, il offre l’occasion unique de rencontrer 80 espèces d’animaux
représentatifs de la faune boréale, qui évoluent librement dans de grands espaces naturels,
été comme hiver. Un royaume dans le royaume ! Q
73
Québec le mag’ - Best of Québec
ZOOM
MOMIES ET FANTÔMES
© Tourisme Saguenay–Lac-Saint-Jean/Jean Tanguay
© Tourisme Saguenay–Lac-Saint-Jean/Charles David Robitaille
La chute Ouiatchouan,
village historique
de Val-Jalbert.
Idéal pour s’immerger encore d’avantage dans les grands espaces sauvages du Saguenay–Lac-Saint-Jean, le
parc national des Monts-Valin domine
la région du haut de ses 980 mètres.
En hiver, l’enneigement exceptionnel fait naître un paysage momifié
aux allures surnaturelles. Dans cette
Vallée des Fantômes, la randonnée
en raquettes prend une dimension
presque mystique !
© Fabrice Tremblay
© Y. Ouellet
© Jonathan Robert
© Charles-David Robitaille
© Charles-David Robitaille
© Jonathan Robert
© Charles-David Robitaille
D
écouvrez le royaume du Saguenay–Lac-SaintJean, situé à quelque 200 kilomètres au nordest de la ville de Québec. Dans cette région trois
fois la taille de la Belgique, la définition d’immensité
prend tout son sens. La nature généreuse du Fjord du
Saguenay et les grands espaces du lac Saint-Jean vous
éblouiront à coup sûr ! Que vous soyez à la recherche
d’un moment d’évasion, de sensations fortes ou d’une
bouffée d’air pur, le Saguenay–Lac-Saint-Jean est la
destination pour vous. Vous y trouverez une panoplie
d’attractions touristique alliant diversité et dynamisme,
dont quatre parcs nationaux qui recèlent une tonne
de découvertes et d’activités à pratiquer. L’hospitalité
et la bonne humeur des habitants vous charmeront
assurément ! On surnomme d’ailleurs les habitants
du Saguenay–Lac-Saint-Jean les « Bleuets » d’après
ce savoureux petit fruit qu’on retrouve en quantité
considérable dans la région et qui est reconnu pour ses
propriétés extraordinaires et son goût sans pareil.
www.saguenaylacsaintjean.ca
A
uberge de 12 chambres axée sur la
vraie nature du fjord du Saguenay et ses
environs. Vos hôtes vous accueillent tels
des membres de leur famille : à leur table pour
goûter les plats et produits régionaux. Avec eux,
découvrez les habitudes d’ici et les meilleures
activités pour combler toute la famille.
74
Auberge de la Rivière Saguenay
9122, chemin de la Batture - La Baie (Québec) G7B 3P6
Tél. 418 697-0222 - Sans frais 1-866 697-0222 - Télécopieur : 418 697-1178
www.aubergesaguenay.com - [email protected]
Québec le mag’ - Best of Québec
A
u cœur des grands espaces canadiens, sur un cap au-dessus du majestueux fjord du
Saguenay, faisant corps avec la forêt boréale se cache… La Pourvoirie du Cap au Leste!
Lieu de villégiature idyllique s’harmonisant à la perfection avec la nature, la Pourvoirie
du Cap au Leste sera votre point de départ vers les plus belles vacances de votre vie. À Cap
au Leste, vous serez charmés ! Charmés par l’ambiance chaleureuse de votre chambre privée
dans un grand chalet de bois. Comblés par la cuisine authentique de la région du SaguenayLac-Saint-Jean. Excités par la multitude d’activités de plein air offertes sur le site et à proximité.
Épatés par la vue imprenable sur le fjord du Saguenay. Apaisés par la quiétude de la nature.
Accueillis selon la légendaire hospitalité québécoise.
Cap au Leste vous propose 46 chambres réparties dans 6 grands chalets de bois construits dans
la plus pure tradition québécoise. Chambres côté forêt, côté fjord, de luxe, ou suite nuptiale,
chaque chambre au cachet unique vous offre le confort chaleureux et la proximité avec la
nature.
Notre restaurant vous offre des mets typiques du matin au soir et vous fera découvrir les
saveurs authentiques de la région du Saguenay-Lac-Saint-Jean. De passage au restaurant, vous
vous laisserez assurément tenter par la terrasse et son panorama à couper le souffle pour y
déguster une bonne bière locale.
Été comme hiver, Cap au Leste met à votre disposition une panoplie d’activités de plain air,
ainsi qu’une équipe de guides chevronnés pour vous faire vivre une expérience nature hors du
commun. Ballades en traîneau à chiens, en motoneige, ou en raquettes l’hiver. Ballades en vélo,
en canot, à pieds ou en quad l’été et l’automne. Pêche à la truite, rencontre avec un trappeur,
découverte de plantes médicinales, bref tout pour faire de vous de véritables coureurs des bois.
Vous planifiez des vacances seul, en couple, en famille, ou entre amis ? La Pourvoirie du Cap
au Leste sera l’hôte des plus belles vacances de votre vie.
La Pourvoirie du Cap au Leste
551, chemin du Cap à l’Est - Sainte-Rose-du-Nord, Québec - Canada, G0V 1T0
418-675-2000 - 1-866-675-2007
www.capauleste.com
[email protected]
75
Québec le mag’ - Best of Québec
le meilleur du Québec
Le Québec
maritime
© Pietro Canali/Le Québec maritime
Le Québec maritime est formé des régions touristiques de l’est du
Québec réunies autour de l’estuaire et du golfe du Saint-Laurent :
le Bas-Saint-Laurent, la Gaspésie, la Côte-Nord (Manicouagan
et Duplessis) et les Îles de la Madeleine. Représentant un territoire
de 280 000 km2, le Québec maritime compte 3 000 km de littoral
ponctué de quelque quarante-cinq phares, une centaine d’îles
aux écosystèmes uniques, des montagnes parmi les plus hautes
au Québec, l’emblématique rocher Percé ainsi que quinze
parcs nationaux et réserves fauniques où la vie sauvage
est omniprésente. Terre d’accueil et de partage, le
Québec maritime forme également une saisissante
mosaïque de cultures, de saveurs et de savoirfaire à découvrir au gré de rencontres,
des bonnes tables et des ateliers
d’artistes et d’artisans.
76
Québec le mag’ - Best of Québec
LES
IMMANQUABLES
DE LA RÉGION
‡7URLVJUDQGVFLUFXLWVWRXULVWLTXHV
SRXUGpFRXYULUFHWLPPHQVHWHUULWRLUH
HWVHVULFKHVVHVOHWRXUGHOD
*DVSpVLHODURXWHGHV%DOHLQHV
HWOHVÍOHVGHOD0DGHOHLQH
‡'HVPLOOLHUVGHNLORPqWUHVFDUUpV
G·HVSDFHVQDWXUHOVSURWpJpVHWDPpQDJpVHQ
SDUFVQDWLRQDX[RXUpVHUYHV
IDXQLTXHVSRXUOHVDPRXUHX[GH
ODQDWXUHHWGHVSD\VDJHVJUDQGLRVHV
WDQW{WPDULQVWDQW{WPRQWDJQDUGV
‡8QHPXOWLWXGHG·DFWLYLWpVGHSOHLQDLU
HWG·LQWHUSUpWDWLRQDLQVLTXH
GHQRPEUHX[OLHX[KLVWRULTXHV
RXSDWULPRQLDX[jGpFRXYULUJUkFH
DXVDYRLUIDLUHGHJXLGHVFKHYURQQpV
‡8QHLQFUR\DEOHIDXQHWUHL]HHVSqFHV
GHEDOHLQHVGRQWODEDOHLQHEOHXHOHSOXV
JURVDQLPDOGHODSODQqWHOHVVHXOV
FDULERXVDXVXGGX6DLQW/DXUHQW
FHUIVGH9LUJLQLHVXU
ODVHXOHvOHG·$QWLFRVWLODFRORQLH
GHIRXVGH%DVVDQODSOXVDFFHVVLEOH
DXPRQGHGHVSKRTXHVGHVRXUVQRLUV
HWGHQRPEUHX[RLVHDX[PDULQV
EN SAVOIR PLUS
Le Québec maritime,
www.quebecmaritime.ca
La découverte
du célèbre rocher
Percé, un temps fort
du tour de la Gaspésie.
77
Québec le mag’ - Best of Québec
le meilleur du Québec
Le Bas-Saint-Laurent
© Marc Loiselle/Le Québec maritime
Le Bas-Saint-Laurent, c’est le début de la grande aventure maritime.
Alors que le fleuve prend ses dimensions de colosse, cette région
de navigateurs et d’agriculteurs ancrée sur la rive sud de l’estuaire
affiche une harmonie, un dynamisme et des attraits hors du commun.
Ses paysages doux, son respect de l’environnement, la beauté de ses
villages et la vitalité de ses villes ont contribué à faire d’elle la région
la plus peuplée du Québec maritime et l’une des destinations les plus
attachantes de la province. Côté mer ou dans les terres, le charme
agit irrémédiablement.
Coucher
de soleil dans
le Kamouraska.
78
Québec le mag’ - Best of Québec
© Marc Loiselle/Sépaq
Le parc national du
Lac-Témiscouata, tout
nouveau membre
du réseau Sépaq.
I
ci commence la mer, mais la terre ne se termine pas pour autant ! Le Bas-Saint-Laurent
est une région surprenante. Porte d’entrée du mythique tour de la Gaspésie, il est impossible de la considérer comme un simple lieu de passage touristique. Elle déroule
ses attraits tout au long de la côte – de La Pocatière jusqu’à Sainte-Luce –, comme dans
ses arrière-pays, où une belle campagne agricole s’étire entre les hautes collines. Plusieurs
localités reconnues par l’Association des plus beaux villages du Québec s’égrainent sur
la carte : Cacouna, Notre-Dame-du-Portage, Saint-Pacôme et Kamouraska, dont les couchers
de soleil ont la réputation d’être les plus beaux de la planète ! Magnifique par ses paysages
alternant reliefs et espaces dégagés sur le fleuve, le littoral du Bas-Saint-Laurent est aussi
ponctué de bâtiments historiques et d’éléments de patrimoine, à l’image des typiques
toits à larmier cintré évoquant la coque des goélettes, qui ramènent le visiteur au temps
des navigateurs. À ce titre, la visite du Site historique maritime de la Pointe-au-Père est
un incontournable (lire l’encadré).
LES
IMMANQUABLES
DE LA RÉGION
‡/DSDUFQDWLRQDOGX%LFGRQW
OHVDQVHVHWOHVEDLHVVHSUrWHQW
jGHPXOWLSOHVDFWLYLWpVGHSOHLQDLU
‡/HSDUFQDWLRQDOGX/DF7pPLVFRXDWD
WRXWQRXYHDXPHPEUHGXUpVHDX6pSDT
‡/HODF3RKpQpJDPRRNGHVWLQDWLRQ
GHSOHLQDLUHWGHUHVVRXUFHPHQW
‡.DPRXUDVNDVHVFRXFKHUVGH
VROHLOHWVRQSDWULPRLQHO·XQGHV
©SOXVEHDX[YLOODJHVGX4XpEHFª
‡/DGpFRXYHUWHGHVvOHVGX%DV6DLQW
/DXUHQWDYHFOD6RFLpWp'XYHWQRU
© Michel Laverdière/Le Québec maritime
‡/H6LWHKLVWRULTXHPDULWLPH
GHOD3RLQWHDX3qUHHWODYLVLWH
GXVRXVPDULQOnondaga
Le parc national
du Bic en
automne.
79
Québec le mag’ - Best of Québec
‡5LPRXVNLHW5LYLqUHGX/RXSGHX[YLOOHV
PDULWLPHVDXG\QDPLVPHpWRQQDQW
‡/·REVHUYDWLRQGHODIDXQHQRWDPPHQW
GHVEDOHLQHVDX[TXDWUHFRLQVGHODUpJLRQ
HWGDQVOHFDGUHG·H[FXUVLRQVHQPHU
EN SAVOIR PLUS
Tourisme Bas-Saint-Laurent,
tél. : 418 867-3015.
www.bassaintlaurent.ca
le meilleur du Québec
© M. Pitre/Enviro Foto/Le Québec maritime
Le village de
Kamouraska.
ZOOM
BIEN PLUS QU’UN PHARE…
© P. Delisle/Le Québec maritime
Aventures douces
À Rimouski, le Site historique maritime
de la Pointe-au-Père raconte à ses visiteurs deux siècles d’histoire maritime.
On y découvre les anciens bâtiments
de la station de phare – l’un des plus
hauts du Canada –, qui joua un rôle
de premier plan dans l’histoire de la
navigation sur le Saint-Laurent. On y
apprend tout de l’Empress of Ireland,
navire qui sombra en 1914. Mais ce
n’est pas tout : attraction unique au
Canada, un authentique sous-marin
de 90 mètres est accessible au public.
Bienvenue à bord de l’Onondaga !
Le « Bas-du-Fleuve » ménage également de sublimes terrains de jeux pour les amateurs
de nature et d’activités de plein air. Kayak de mer tout au long de la côte, escalade sportive
à Saint-André, excursions sur plusieurs îles du Saint-Laurent, observation de la faune, en
particulier des mammifères marins… Le contact avec un environnement préservé se trouve
magnifié au parc national du Bic, à l’ouest de Rimouski, un site naturel très apprécié pour
les excursions en mer, la randonnée à pied ou en vélo en été, en raquette ou en ski
nordique en hiver. À la pointe en matière d’écotourisme, le Bas-Saint-Laurent multiplie ainsi
les opportunités de rencontres respectueuses et enrichissantes avec ses milieux naturels.
Le parc marin du Saguenay – Saint-Laurent en est un autre exemple frappant.
Bain de culture
Enfin, la région jouit d’une vie dense et intense, avec des villes comme Rivière-du-Loup ou
Rimouski, laquelle offre un cadre naturel exceptionnel et propice au développement des
sciences de la mer. Les activités et événements culturels ne manquent pas et, partout dans
le Bas-Saint-Laurent, on se laissera envoûter par un terroir, des bonnes tables et des artisans
toujours prompts à donner le meilleur de leur région. On peut citer les fromages, l’agneau,
les poissons fumés ou encore les produits de l’érable tels qu’ils sont sublimés, par exemple,
au Domaine Acer, Économusée de l’érable, situé à Auclair. Une cascade de découvertes au
cœur des grands espaces. Q
80
Québec le mag’ - Best of Québec
La Gaspésie
Parc national
Forillon.
81
Québec le mag’ - Best of Québec
© Marc Loiselle/Le Québec maritime
Authentique, mythique, magique… Si la péninsule gaspésienne
déclenche les superlatifs à sa simple évocation, c’est qu’elle
constitue l’une des plus belles destinations du Québec. Son nom,
dérivé du terme micmaque « Gespeg », désigne la « fin des terres ».
Historiquement, la Gaspésie évoque davantage un commencement.
Le débarquement de Jacques Cartier en 1534 en fait le point de
départ de l’aventure française en Amérique du Nord, le berceau
du Canada. D’inestimables trésors naturels jalonnent ce territoire où
mer et montagnes s’entremêlent, tandis que les communautés que
la Gaspésie a successivement accueillies nourrissent une fascinante
mosaïque culturelle. Faire le tour de la péninsule par la route 132, c’est
entrer dans la carte postale !
© Marc Loiselle/Le Québec maritime
© Robert Baronet/Le Québec maritime
le meilleur du Québec
LES
IMMANQUABLES
A
uréolé par plusieurs guides de voyage et magazines internationaux, le circuit
panoramique qui ceint la Gaspésie tient toujours ses promesses. La route 132
déroule littéralement monts et merveilles à l’attention du voyageur, et ce, sur
quelque 900 km. Il faut dire que cette longue péninsule bordée par l’estuaire et le golfe
du Saint-Laurent n’a pas été négligée par Dame Nature. À l’inventaire de ses attraits
les plus spectaculaires, on trouve la baie des Chaleurs, inscrite au Club des plus belles baies
du monde, mais aussi quatre parcs nationaux offrant chacun un éventail de sites et de
trésors naturels et patrimoniaux exceptionnels : le parc national de la Gaspésie (les plus
hautes montagnes des Appalaches québécoises, les derniers caribous au sud du SaintLaurent), celui de Miguasha (dont le site fossilifère appartient au patrimoine mondial de
l’Unesco), celui de l’Île-Bonaventure-et-du-Rocher-Percé (le fameux rocher Percé, la colonie de fous de Bassan la plus accessible du monde), ainsi que le parc national Forillon, à
l’extrémité de la péninsule, où la chaîne des Appalaches se termine dans une débauche
de paysages spectaculaires.
DE LA RÉGION
‡/HWRXUGHOD*DVSpVLHNP
SDUODURXWHO·XQGHVSOXVEHDX[
FLUFXLWVWRXULVWLTXHVDXPRQGH
‡/HSDUFQDWLRQDOGHOD*DVSpVLHVHV
KDXWVVRPPHWVVDIDXQHVHVOLHX[
G·KpEHUJHPHQWHQSOHLQHQDWXUH
‡/HV-DUGLQVGH0pWLVXQPRQXPHQWG·DUW
KRUWLFROHPRQGLDOHPHQWUpSXWpFODVVp
OLHXKLVWRULTXHQDWLRQDOGX&DQDGD
‡/DEDLHGHV&KDOHXUVFRPSWDQWSDUPL
OHVSOXVEHOOHVEDLHVGXPRQGH
‡/HSDUFQDWLRQDO)RULOORQ
GHVSD\VDJHVjFRXSHUOHVRXIIOHjOD
SRLQWHGHODSpQLQVXOHGHQRPEUHXVHV
DFWLYLWpVGHVOLHX[KLVWRULTXHVRX
SDWULPRQLDX[jGpFRXYULU
EN SAVOIR PLUS
Tourisme Gaspésie,
tél. : 418 775-2223.
www.gaspesiejetaime.com
© F. Rivard/Le Québec maritime
‡/HSDUFQDWLRQDOGHO·ÍOH%RQDYHQWXUH
HWGX5RFKHU3HUFpSRXUDSSURFKHU
O·HPEOpPDWLTXHURFKHU3HUFp
HWREVHUYHUODFRORQLHGHIRXV
GH%DVVDQGHO·vOH%RQDYHQWXUH
82
Québec le mag’ - Best of Québec
© J-P. Huard/Tourisme Gaspésie
Mille émotions…
ZOOM
CÔTÉ JARDINS
© Louise Tanguay
De rivages sans fin en sommets enneigés, de vallées confidentielles en rivières sauvages,
cette diversité de panoramas et de milieux se traduit par une infinité de découvertes et
d’activités en toutes saisons. On doit mentionner le kayak de mer, la plongée sous-marine,
la raquette et la motoneige en hiver, le vélo ou encore la randonnée : sur le Sentier international des Appalaches, par exemple, qui s’étend sur 644 km entre Matapédia et le cap
Gaspé. Les rencontres avec la faune sont également nombreuses et palpitantes : orignaux,
caribous, oiseaux et, bien sûr, l’observation des baleines à l’occasion d’excursions en mer
ou depuis le rivage.
et mille rencontres
Mosaïque de paysages, donc, mais aussi de cultures, de saveurs et de savoir-faire. Terre
d’élection des Micmacs depuis plus de 2 500 ans, la Gaspésie semble avoir toujours
eu comme vocation d’accueillir. Acadiens, loyalistes, Bretons, Basques, Anglais, Jersiais,
Écossais… Autant de communautés dont l’histoire et l’apport sont maintenus bien vivants
en Gaspésie. Au fil des localités, à travers l’habitat, l’architecture, les églises de différentes
confessions, les lieux historiques, les musées, les arts, l’artisanat, les fêtes et événements
et, tout simplement, l’accueil qui nous est réservé, on prend la mesure de cette extraordinaire richesse humaine. Et puisque rien ne vaut la table pour réunir les âmes, le tour de
la Gaspésie ne manquera pas de vous faire chavirer par la fraîcheur des produits de la mer
(homard, crabe des neiges et poissons en tête), ou par la finesse des produits du terroir.
Encore d’autres atouts de séduction. Q
83
Québec le mag’ - Best of Québec
À Grand-Métis, un chef d’œuvre d’art
horticole de réputation mondiale est
à visiter. Les Jardins de Métis réunissent quelque 3 000 espèces et variétés de plantes à travers une quinzaine
d’aménagements contemporains. Classés lieu historique national du Canada,
ils furent créés entre 1926 et 1958
par Elsie Reford, dont la magnifique
résidence est également ouverte à la
visite. Les Jardins de Métis accueillent
chaque année le Festival international
de jardins.
le meilleur du Québec
La Côte - Nord
© Marc Loiselle/Tourisme Côte-Nord – Manicouagan
Nature et démesure au bout du monde. De Tadoussac jusqu’à
Blanc-Sablon, à la frontière du Labrador, l’immense Côte-Nord invite
les aventuriers comme les rêveurs à aller jusqu’au bout de la route
et bien au-delà. Avec la route des Baleines comme fil conducteur,
c’est une destination d’évasion et d’émotions fortes par excellence.
La Côte-Nord est constituée de deux régions touristiques : la CôteNord – Duplessis et la Côte-Nord – Manicouagan. Tadoussac, qui
marque l’entrée dans cette dernière, est un avant-goût grandiose
des trésors à venir…
84
Québec le mag’ - Best of Québec
© Marc Loiselle/Tourisme Côte-Nord – Manicouagan
© Marc Loiselle/Tourisme Côte-Nord – Manicouagan
LES
IMMANQUABLES
DE LA RÉGION
‡/HSDUFQDWLRQDOGX)MRUGGX
6DJXHQD\WpPRLQYLYDQWGXSDVVDJH
GHVJODFLHUVTXLRQWPRGHOpVHV
SD\VDJHVjFRXSHUOHVRXIIOH
À
Tadoussac, le ton est donné. L’aventure sur la Côte-Nord débute par un florilège
de nature et de culture. Membre du Club des plus belles baies du monde, la baie
de Tadoussac est postée au coeur du parc marin du Saguenay – Saint-Laurent, le
premier parc au Québec à protéger et mettre en valeur un milieu exclusivement marin.
Une beauté dépouillée et pénétrante nimbe ce village qui vit s’installer, en 1600, le premier poste de traite des fourrures au Canada. L’hôtel du même nom, héritier d’une longue
tradition balnéaire, impose son cachet inimitable. Ici, la rencontre du fjord du Saguenay
et de l’estuaire du Saint-Laurent génère un milieu écologique unique. Treize espèces de
baleines fréquentent le Saint-Laurent. Tout au long du littoral de la Côte-Nord, des excursions
en mer ou des sites d’observation depuis le rivage permettent de fantastiques rencontres
avec ces géants, dont la baleine bleue, le plus grand animal de la planète.
‡7DGRXVVDFOHYLOODJHVDEDLHSDUPL
OHVSOXVEHOOHVDXPRQGHVRQFpOqEUH
K{WHOVHVH[FXUVLRQVSRXUREVHUYHU
OHVEDOHLQHVOHWRXWDXF±XUGXSDUF
PDULQGX6DJXHQD\²6DLQW/DXUHQW
‡/H-DUGLQGHVJODFLHUVGH%DLH
&RPHDXVWDWLRQG·H[SORUDWLRQ
JODFLDLUHTXLFRPSUHQGXQJUDQG
SDUFG·DYHQWXUHPDULWLPH
‡/DUpVHUYHGHSDUFQDWLRQDOGHO·$UFKLSHO
GH0LQJDQVHVP\VWpULHX[PRQROLWKHV
HWVRQHPEOpPDWLTXHPDFDUHX[PRLQH
© Marc Loiselle/Tourisme Côte-Nord – Manicouagan
‡1DWDVKTXDQOHYLOODJHQDWDO
GH*LOOHV9LJQHDXOWTXLPDUTXH
ODILQGHODURXWH
85
Québec le mag’ - Best of Québec
‡/D%DVVH&{WH1RUGHWVHVYLOODJHV
LVROpVVHXOHPHQWDFFHVVLEOHV
SDUODPHURXOHVDLUV
‡/HSDUFQDWLRQDOG·$QWLFRVWL
NPGHQDWXUHLQWDFWH
HQSOHLQJROIHGX6DLQW/DXUHQW
EN SAVOIR PLUS
Tourisme Côte-Nord – Manicouagan,
tél. : 418 294-2876.
www.cotenord-manicouagan.com
Tourisme Côte-Nord – Duplessis,
tél. : 418 962-0808.
www.tourismeduplessis.com
© Éric Marchand/Le Québec maritime
© Marc Loiselle/Tourisme Côte-Nord – Manicouagan
le meilleur du Québec
La terre des géants
ZOOM
© Jean-Pierre Sylvestre/Le Québec maritime
ANTICOSTI LA SAUVAGE
Canyons vertigineux, falaises, cascades, rivières à saumon, grottes, fossiles… L’île d’Anticosti, c’est 8 160 km2
de nature intacte baignant dans le
golfe du Saint-Laurent. 160 000 cerfs
de Virginie habitent cette immense
terre, contre à peine 250 êtres humains ! Un véritable petit continent
que le parc national d’Anticosti permet
d’aborder à travers différentes activités
et possibilités d’hébergement.
Avec 300 km de côtes et une véritable mer de forêt boréale – où l’on peut notamment
observer l’ours noir –, la région Côte-Nord – Manicouagan, dont une grande partie est
reconnue par l’Unesco comme Réserve mondiale de la biosphère depuis 2007, est ainsi aux
premières loges du monde sauvage. Sur la route, les habitants vous aideront à découvrir
celui-ci en même temps que leur mode de vie, à l’image des Innus de la communauté
Essipit. L’arrêt s’impose également à Baie-Comeau pour découvrir le Jardin des glaciers, une
station d’exploration glaciaire qui mêle savoir, spectacle et sensations fortes en offrant au
Québec son premier parc d’aventure maritime. À 212 km, plus loin vers le nord, un autre
géant attend les visiteurs. Le barrage Daniel-Johnson, autrement appelé Manic-5, n’est
autre que le plus grand barrage à voûtes multiples et à contreforts du monde. Stupéfiant.
Jusqu’au bout du monde
La route 138 se poursuit, longeant d’immenses plages réputées pour l’observation des
oiseaux et des mammifères marins. De Pointe-aux-Anglais à Blanc-Sablon, la région de
Côte-Nord – Duplessis s’illustre par sa nature fougueuse, indomptée, seulement ponctuée
de petits hameaux. Le paysage se fait même surnaturel alors que l’on rejoint la réserve
de parc national de l’Archipel-de-Mingan, avec ses monolithes aux formes mystérieuses
(la plus grosse concentration au Canada) et son emblématique macareux moine. Et que
dire alors de l’archipel des Sept Îles, chef-lieu de la région et véritable sanctuaire naturel, ou
encore de l’île d’Anticosti (lire l’encadré), un pays entier de nature sauvage en plein golfe
du Saint-Laurent ? La route s’achève alors qu’on a à peine dépassé Natashquan, le village
natal du poète et chanteur Gilles Vigneault. Au-delà, le territoire de la Basse-Côte-Nord
égraine une quinzaine de villages francophones, anglophones et autochtones, que seuls le
bateau et l’avion (ou la motoneige en hiver) permettent de rejoindre. Une façon de rappeler
que, même après la route, la poésie de cette région aux espaces infinis et aux richesses
insoupçonnables ne s’arrête jamais. Q
86
Québec le mag’ - Best of Québec
Les Îles de la
Madeleine
87
Québec le mag’ - Best of Québec
© Michel Bonato/Tourisme Îles de la Madeleine
On les appelle simplement « les Îles », comme si elles faisaient partie
de la famille. Posé au milieu du golfe du Saint-Laurent à plusieurs
centaines de kilomètres des côtes gaspésiennes, l’archipel des Îles
de la Madeleine a pourtant tout d’un lointain voisin : un caractère
et un accent acadien bien trempés, des paysages oniriques et
singuliers, une culture et un art de vivre qui n’appartiennent qu’à lui,
un autre rythme… Il suffit de poser une seule fois les pieds sur ces perles
d’exotisme maritime aux maisonnettes colorées pour ne plus jamais
les oublier. Sans parler de l’accueil des Madelinots, qui n’a d’égal que
leur âme artiste. Dépaysement total et coup de foudre instantané.
© Michel Bonato/Tourisme Îles de la Madeleine
le meilleur du Québec
C
omme perdues dans l’immensité du golfe du Saint-Laurent, une douzaine d’îles
et d’îlots forment l’archipel des Îles de la Madeleine. Sept sont habitées (à peine
15 000 âmes au total). À l’exception de l’île d’Entrée, elles sont reliées entre elles
par une étroite bande de sable sur laquelle s’est posée la route. D’emblée, le paysage
frappe l’imaginaire. Les Îles sont reconnaissables entre toutes à leurs falaises de grès rouge
sculptées par les éléments, au sable fin de leurs plages et de leurs dunes, à leurs collines
verdoyantes ponctuées de typiques maisons aux couleurs vives. Couleurs et douceur : la
faible amplitude des marées, la situation des Îles sur des hauts-fonds et le Gulf Stream
font que la température de la mer peut ici atteindre les 21 °C en été. Autre particularité :
le vent ! Très présent, très changeant, parfois violent, il fait néanmoins le bonheur des
aventuriers à voiles de toutes sortes en été. Kayak de mer, excursions en mer, plongée,
observation des mammifères marins et des oiseaux sont également au rang des activités
vedettes à expérimenter sur les Îles de la Madeleine, avec la randonnée pédestre ou le
vélo, et bien sûr le farniente.
LES
IMMANQUABLES
DE LA RÉGION
‡/HIDUQLHQWHVXUOHVSODJHVHWOHVDFWLYLWpV
GHSOHLQDLUjYLYUHVXUO·DUFKLSHOFRPPH
ODEDLJQDGHODUDQGRQQpHOHYpOR
‡/HVDFWLYLWpVOLpHVDXYHQWFKDU
jYRLOHEXJJ\WUDFWpNLWHVXUI
FHUIYRODQWDFUREDWLTXH«
‡/·eFRQRPXVpHGX6DEOHj+DYUH
$XEHUWDLQVLTXHOHVQRPEUHX[
DWHOLHUVG·DUWLVWHVHWG·DUWLVDQV
‡/DJDVWURQRPLHGHVÍOHVHWVHVSURGXLWV
GXWHUURLUKRPDUGHWDXWUHVSURGXLWV
GHODPHUIURPDJHVYLDQGHELqUHV
EN SAVOIR PLUS
Tourisme Îles de la Madeleine,
tél. : 418 986-2245.
www.tourismeilesdelamadeleine.com
© Martin Fiset/Tourisme Îles de la Madeleine
‡/·REVHUYDWLRQGHODIDXQHLQFOXDQWOD
SORQJpHVRXVPDULQHHWOHVUHQFRQWUHV
DYHFOHVSKRTXHVHWOHVEODQFKRQV
88
Québec le mag’ - Best of Québec
© Nelson Boisvert/Le Québec maritime
© Michel Bonato/Tourisme Îles de la Madeleine
Le bonheur est dans le golfe
89
Québec le mag’ - Best of Québec
ZOOM
RENCONTRE AVEC
LES BLANCHONS
© Michel Bonato
Si l’archipel interpelle par sa beauté singulière, il envoûte littéralement par son âme et sa
personnalité. Les Madelinots maintiennent vivante la culture acadienne. De son histoire
tumultueuse, ce peuple de pêcheurs, de navigateurs et d’agriculteurs semble n’entretenir
aucune amertume. C’est au contraire la joie, le sens du partage et de la fête qui rythment
le mode de vie des insulaires. Ainsi qu’une certaine poésie. La culture occupe en effet une
place toute particulière, à en juger par la créativité de nombreux poètes, musiciens, artistes
et artisans qui ouvrent volontiers leurs ateliers et font vibrer les étés aux Îles de multiples
festivals et événements, dont un réjouissant concours de châteaux de sable. La même
inventivité se retrouve sur les bonnes tables et chez les producteurs du terroir madelinien.
Le fameux homard est bien sûr roi, suivi de nombreux produits de la mer dont la fraîcheur
légendaire s’exprime le plus typiquement du monde dans des spécialités comme le fameux
Pot-en-Pot. Les Îles ont aussi leurs succulents fromages, à l’instar du Pied-de-Vent, et leurs
bières, microbrassées par À l’abri de la Tempête. Un pays dans la mer. Q
Un spectacle sans pareil se joue
chaque hiver aux Îles de la Madeleine.
Fin février, début mars, des dizaines
de milliers de phoques du Groenland
accostent la banquise qui ceinture
l’archipel pour y mettre bas. Leurs
progénitures arborent de longs poils
blancs, ce qui leur vaut leur nom de
« blanchons». Une excursion en hélicoptère proposée par l’hôtel le Château
Madelinot permet d’aller observer
au plus près ces tout jeunes habitants
des glaces. Une expérience unique
et mémorable.
le meilleur du Québec
Le Nunavik
© Heiko Wittenborn/Tourisme Nunavik
Imaginez seulement : plus d’un demi-million de kilomètres carrés
de nature vierge, de taïga et de toundra à perte de vue, une
constellation de lacs, de majestueuses montagnes, une débauche
de rivières sauvages… Le Nunavik est ce territoire géant qui « termine »
la région Nord-du-Québec au-delà du 55e parallèle. Sur la carte, il a la
forme d’une péninsule démesurée venant fermer la baie d’Hudson et
défier les contrées arctiques les plus reculées. « L’endroit où vivre » (la
signification de Nunavik en inuktitut, la langue des Inuit) ne compte
guère plus de 10 000 habitants. Les Inuit occupent quatorze villages
qui ponctuent les côtes de la baie et du détroit d’Hudson et de la
baie d’Ungava. En les rencontrant, on réalise à quel point la chaleur
humaine, l’accueil, le rire et le partage sont bien plus que des mots :
ce sont des valeurs ancrées au cœur du mode de vie sur ces terres
extrêmes. Le lien entre les hommes a ici autant d’importance que
l’harmonie avec la nature. Celle-ci, illimitée et sauvage, abrite une
diversité de faune et de flore qui surprend souvent par sa richesse.
Territoire mythique de chasse et de pêche, le Nunavik est aussi un
fabuleux réservoir de paysages, de voyages, de rencontres et
d’émotions à conquérir. C’est le Grand Nord dans toute sa splendeur.
90
Québec le mag’ - Best of Québec
91
Québec le mag’ - Best of Québec
© Heiko Wittenborn/Tourisme Nunavik
le meilleur du Québec
LES
IMMANQUABLES
DE LA RÉGION
‡/HVDFWLYLWpVGHSOHLQDLUHWG·DYHQWXUH
FRPPHODFRQVWUXFWLRQG·LJORROHWUDvQHDX
jFKLHQVODPRWRQHLJHODUDQGRQQpH
ODSrFKHOHFDQRWHWOHND\DNDXF±XU
G·LPPHQVHVWHUULWRLUHVDUFWLTXHV
‡/HSDUFQDWLRQDOGHV3LQJXDOXLWHWVRQ
FpOqEUHFUDWqUHGHPpWpRULWHGHNPGH
GLDPqWUHGRQWO·HDXOLPSLGHHVWO·XQHGHV
SOXVSXUHDXPRQGHYRLVLQGHODYDOOpH
VLQXHXVHGHODULYLqUHGH3XYLUQLWXT
O
n se fait souvent tout un monde du Grand Nord québécois quand on ne le connaît
pas. On l’imagine comme un ailleurs inaccessible, comme une contrée extrême où
la rigueur des conditions aurait réduit la vie à celle d’un immense désert glacé et
enfin comme une terre d’aventures réservées aux seuls spécialistes… Le Nunavik, c’est à la
fois tout autre chose et quelque chose de beaucoup plus fort encore. Inaccessible ? Si la route
québécoise s’arrête bien avant le 55e parallèle et les derniers arbres qui délimitent la région
au sud, on rejoint facilement le Nunavik par le ciel, aussi facilement que l’on va à Stockholm
depuis Paris, soit en à peine plus de deux heures de vol. L’avion est aussi l’unique moyen
de relier les villages nordiques entre eux. Air Inuit et First Air sont les deux compagnies
aériennes qui offrent des vols réguliers pour se rendre dans le Grand Nord et s’y déplacer.
‡/HSDUFQDWLRQDO.XXUXUMXDTTXL
DEULWHODYDOOpHGHODPDMHVWXHXVHULYLqUH
.RURFHWXQHSDUWLHGHVPRQWV7RUQJDW
GRQWOHSOXVKDXWVRPPHWGX4XpEHF
OHPRQW'·,EHUYLOOHPqWUHV
© Heiko Wittenborn/Tourisme Nunavik
‡/HODF*XLOODXPH'HOLVOHHWOHODFj
O·(DX&ODLUHLPPHQVHVPHUVLQWpULHXUHV
DXUHOLHIWRXUPHQWpTXLGHYLHQGURQW
ELHQW{WOHSDUFQDWLRQDO7XUVXMXT
‡/DEDLHDX[)HXLOOHVHWVHV
PDUpHVH[FHSWLRQQHOOHVGpWHQDQWOH
UHFRUGGXPRQGHG·DPSOLWXGH
EN SAVOIR PLUS
Tourisme Nunavik,
tél. : 819 964-2876.
www.nunavik-tourism.com
92
Québec le mag’ - Best of Québec
Mille expériences
Destination réservée à une élite d’aventuriers ? Pour peu que l’on prépare un minimum son
voyage, les émotions à vivre dans le Grand Nord s’adressent au contraire à tous. Pêcher,
conquérir les paysages arctiques à pied, en canot ou kayak, en motoneige ou en traîneau
à chiens, construire un igloo, s’enivrer de couchers de soleil incomparables et d’aurores
boréales : le Nunavik est un réservoir inépuisable d’expériences magiques à vivre en pleine
nature. Rencontrer les Inuit, découvrir leur mode de vie, leur culture et leur remarquable
production artistique en est une autre qui finira de vous convaincre : le Grand Nord, ce n’est
vraiment pas ce que vous croyez, c’est encore mieux ! Q
93
Québec le mag’ - Best of Québec
ZOOM
À LA RENCONTRE DES INUIT
© Heiko Wittenborn/Tourisme Nunavik
Extrême et aride ? Extrêmement beau et immensément riche, certainement ! Le Nunavik est
un territoire de quelque 507 000 km2 qui, bien que vierge, n’a rien d’une vaste banquise. Il
regorge de superbes montagnes, dont le mont D’Iberville (1 646 mètres), le plus haut sommet du Québec. Il recèle d’innombrables cours d’eau, rivières sauvages ou grands fleuves,
plus de 2 500 km de littoral et des lacs qui forment de véritables mers intérieures, comme
les lacs Guillaume-Delisle et à l’Eau Claire qui composeront bientôt le parc national Tursujuq. La forêt boréale, la taïga et surtout la toundra coiffent ces espaces infinis aux paysages
sans cesse réinventés par un climat très changeant. En été, on y découvre une flore rare et
intacte composée de lichens, de baies et de petites fleurs. Qu’elle soit ailée, aquatique ou
terrestre, la faune du Nunavik étonne également par sa diversité, de l’emblématique ours
blanc au rarissime bœuf musqué en passant par les nombreux oiseaux, les phoques ou
les baleines, sans oublier la plus grande harde de caribous existant sur la planète… Deux
parcs nationaux soulignent la valeur de sites naturels d’exception : celui des Pingualuit, qui
abrite un gigantesque cratère de météorite, et le parc national Kuururjuaq, où la vallée de
la rivière Koroc ainsi qu’une partie des monts Torngat règnent en majesté.
© Heiko Wittenborn/Tourisme Nunavik
© Heiko Wittenborn/Tourisme Nunavik
Extrême par nature
Comment vit-on dans les territoires
extrêmes du Nunavik ? En rencontrant
les communautés inuits, on découvre
que l’harmonie avec la nature est restée au cœur de leur mode de vie. Malgré la diversification de leurs activités,
la chasse, la pêche et la cueillette à
des fins de subsistance ont toujours
cours. Les Inuit, dont la langue maternelle est l’inuktitut, vous accueillent
avec hospitalité dans les quatorze villages parsemant l’immense Nunavik.
le meilleur du Québec
La Baie - James
© Michel Julien/Tourisme Baie-James
Terre de nature et d’aventure par excellence, l’immense région
Baie-James marque l’entrée dans les contrées les plus nordiques du
Québec. Ce territoire dont la superficie est comparable à celle de
l’Allemagne représente à lui seul un cinquième de la Belle Province !
Rien d’étonnant à ce qu’il soit celui de tous les records. On y trouve
notamment les plus importantes étendues d’eau douce. Souvenir
titanesque du passage des glaciers, le lac Mistassini (2 115 km2) est
le plus vaste lac naturel du Québec, tandis que les réservoirs du
complexe La Grande forment les plus grands plans d’eau jamais
aménagés par l’homme. La visite des installations hydroélectriques de
la région est d’ailleurs une expérience de démesure : l’aménagement
Robert-Bourassa, à Radisson, est à la fois le site de production
d’énergie le plus important d’Amérique du Nord et la plus grande
centrale électrique souterraine du monde. Qu’elle soit domptée par
le génie des hommes ou laissée à son état sauvage, la nature de la
région Baie-James, destination privilégiée de pêche et de chasse,
impose sa richesse et sa splendeur au visiteur. De la forêt boréale
qui abrite les loups, les ours et les orignaux aux paysages de taïga
fréquentés par les caribous, des lacs et rivières qui font le bonheur
des pêcheurs aux côtes de la baie James, les grands espaces sont
à vivre à leur meilleur grâce à de nombreuses activités de plein air.
En été, le canot, le kayak, la randonnée pédestre ou équestre, le
quad, le vélo et le camping se partagent la vedette. En hiver, les
motoneigistes trouvent un territoire à la mesure de leurs rêves aux
côtés des amateurs de ski de fond et des randonneurs en raquettes.
Enfin, la région Baie-James est la terre d’environ 17 000 Jamésiens
et de 13 000 Cris, dont les ancêtres occupent ces territoires depuis
près de 5 000 ans. À la rencontre d’une culture vivante et unique
par ses traditions, son artisanat et ses saveurs, le voyageur découvrira
comment ce peuple autochtone fait son chemin dans la modernité
tout en préservant une identité millénaire. Encore des émotions à vivre
et à partager en Baie-James !
94
Québec le mag’ - Best of Québec
LES
IMMANQUABLES
DE LA RÉGION
‡'HVVLWHVQDWXUHOVLQFRPSDUDEOHVFRPPH
OHODF0LVWDVVLQLODSOXVJUDQGHpWHQGXH
G·HDXGRXFHQDWXUHOOHDX4XpEHF
‡/DFKDVVHHWODSrFKHGDQVXQ
WHUULWRLUHP\WKLTXHRVRQWLQVWDOOpHV
SOXVLHXUVSRXUYRLULHVUHQRPPpHV
‡'HVDFWLYLWpVGHSOHLQDLUjH[SpULPHQWHU
HQWRXWHVVDLVRQVUDQGRQQpH
SpGHVWUHFDQRWND\DNFDPSLQJ
PRWRQHLJHVNLGHIRQGUDTXHWWHV«
‡/DYLVLWHGXEDUUDJH5REHUW
%RXUDVVDODSOXVJUDQGHFHQWUDOH
VRXWHUUDLQHGXPRQGH
‡/DUHQFRQWUHDYHFOHVFRPPXQDXWpV
DXWRFKWRQHVODGpFRXYHUWHGH
ODFXOWXUHGXPRGHGHYLHHWGH
O·DUWLVDQDWFULVGDQVOHVQHXIYLOODJHV
KDELWpVSDUOHV&ULVG·(H\RX,V
EN SAVOIR PLUS
Tourisme Baie-James,
tél. : 418 748-8140.
www.tourismebaiejames.com
95
Québec le mag’ - Best of Québec
le meilleur du Québec
Le tourisme
autochtone
© François Léger-Savard/Tourisme autochtone Québec
Saviez-vous que ce sont les Inuits qui ont inventé le kayak ? Que les
Amérindiens ont été les premiers à découvrir comment extraire le sirop
d’érable ? Aux premiers rangs des attraits du Québec, le tourisme
autochtone s’avère une source de richesses des plus passionnantes
à explorer. Au gré des onze nations autochtones de la province,
une multitude d’expériences sont à vivre, chacune dévoilant le lien
ancestral qui unit ces communautés à la grande nature, ainsi que
des spécificités culturelles souvent méconnues. Une autre manière
de découvrir le Québec.
96
Québec le mag’ - Best of Québec
© Sébastien Desnoyers/Tourisme autochtone Québec
© Tourisme Manawan/Mayoke
I
l existe onze nations autochtones, présentes dans la province de Québec bien avant la
colonisation. Parmi elles, on distingue les Amérindiens des Inuits. 14 villages inuits et
41 communautés amérindiennes sont répartis sur tout le territoire, chacun avec ses propres
traditions et valeurs. Un point commun cependant : une grande spiritualité reposant sur des
croyances profondes et une forte solidarité issue de l’esprit communautaire. Leur mode de
vie a considérablement évolué suite à la forte influence de la civilisation occidentale et la
construction de centres urbains à proximité des réserves autochtones. Toutefois, la plupart
ont réussi à préserver leurs croyances et traditions. Le tourisme autochtone reposant avant
tout sur le contact humain, c’est avec beaucoup d’émotion que les guides évoquent l’histoire, la culture et le mode de vie de leur communauté.
Expériences inédites
Venez passer une nuit en tipi, partager un repas traditionnel (composé de poisson, banik –
fameux pain traditionnel – et gibier), vous initier au canot, apprendre à en construire un ou
encore découvrir les plantes médicinales, avec la dynamique communauté Atikamekw de
Manawan (Lanaudière). Dorénavant, vous pouvez jouer la carte de l’originalité en vous mariant sur l’île de l’Amour ! Une cérémonie traditionnelle, avec des costumes en peau d’orignal
et perles, et les noces célébrées par le grand chef de la communauté. Les amoureux passent
ensuite la nuit dans un tipi tout confort sur une île privée du lac Kempt tandis que les invités peuvent être hébergés sur une île voisine. Les mordus de grande nature opteront pour
des séjours de chasse ou de pêche dans des contrées lointaines. Des guides autochtones
chevronnés vous feront, par la même occasion, découvrir des sites merveilleux comme
le parc national des Pingualuit (Nunavik), qui entoure un immense cratère météoritique.
LES
IMMANQUABLES
DE LA RÉGION
‡:HQGDNHOHYLOODJHGHV+XURQV
OH0XVpHKXURQZHQGDWHWO·K{WHO
PXVpHGHV3UHPLqUHV1DWLRQV
‡/DF$OODUG²5LYLqUH0LQJDQSRXU
XQVpMRXUGHSrFKHLQRXEOLDEOH
‡0DQDZDQXQVpMRXU©JUDQGH
QDWXUHªDXSD\VGHV$WLNDPHNZ
‡/H0XVpHGHV$EpQDNLVG·2GDQDN
XQOLHXHQFKDQWHXUSRXUWRXW
DSSUHQGUHVXUOHV$EpQDNLV
‡/HZHHNHQG3XYLUQLWXTXQHDYHQWXUH
H[FHSWLRQQHOOHjYLYUHGDQVOH*UDQG1RUG
‡$YHQWXUH3OXPHEODQFKHXQVpMRXU
DXF±XUGHVWUDGLWLRQVSRXUH[SpULPHQWHU
OHPRGHGHYLHGHV3DNXDNDPLXOQXDWVK
EN SAVOIR PLUS
Tourisme autochtone Québec,
tél. : 418 843-5030.
www.tourismeautochtone.com
97
Québec le mag’ - Best of Québec
le meilleur du Québec
ZOOM
UN AIR DE FÊTE
© Jean-Louis Regis/Tourisme Wendake
Rencontres culturelles
Si vous avez un peu de temps devant vous, empruntez la route des grands barrages au
départ de Radisson, qui offre à voir une nature splendide, tout en traversant plusieurs
communautés autochtones. Côté boutiques, vous craquerez sur l’artisanat autochtone, pour
des vêtements chauds et confortables, de belles œuvres d’art, ou des pièces symboliques
de certaines croyances comme l’attrapeur de rêves. Enfin, ne vous privez pas de visiter les
musées et sites d’interprétation qui vous nourriront d’informations sur la culture de ces
communautés. À Wendake, le Musée des Premières Nations pourra même vous offrir un
hébergement et un repas typique. Une offre aussi variée qu’enrichissante pour aller à la
rencontre des fascinantes Premières Nations ! Q
Tourisme Autochtone Québec
50, boul. Maurice-Bastien, local 220
Wendake (Québec) G0A 4V0 - CANADA
Téléphone : 1 (418) 843-5030
International : 1 (514) 873-2015
Courriel : [email protected]
www.tourismeautochtone.com
98
Québec le mag’ - Best of Québec
© Mitch Lenet - Institut culturel Cri
© Mitch Lenet - Institut culturel Cri
L
es Premières Nations du Québec vous invitent à visiter nos cultures diversifiées et
authentiques. Venez découvrir toute la richesse traditionnelle et culturelle que
vous offrent les 11 nations du Québec sur des territoires historiques et majestueux !
Vivez l’aventure, la gastronomie, la nature et la culture traditionnelle et contemporaine
des Premières Nations dans une expérience unique empreinte de nos valeurs ancestrales.
Le tourisme autochtone : Notre culture, votre plus belle aventure!
© Les Camps Kiskimaastakin
© Les Camps Kiskimaastakin
© Léger-Savard - Les amis du Mushuau-nipi
© Tourisme Manawan/Mayoke
Festifs, spectaculaires et interculturels
par essence, les pow-wow sont les
événements à ne pas manquer pour
découvrir tout en festoyant les traditions des Premières Nations. La plupart
d’entre elles organisent au moins un
de ces rassemblements annuellement, le plus souvent en été. Plus que
de simples compétitions de danses
traditionnelles entre communautés,
les pow-wow sont des moments
d’échanges et de célébrations qui s’entourent de nombreuses animations,
expositions d’artisanat et dégustations.
Québec le mag’ N°6
le
mag’
NO
UV
EL
LE
FO
RM
UL
E
le
mag’
Le seul magazine
100% Québec
R Ê V E R , B O U G E R , R E N C O N T R E R / P R I N T E M P S 2 0 1 3 / 5,95 €
vous donne rendez-vous
en kiosque et sur le Web !
LE MEILLEUR DU QUÉBEC
Québec le mag’ N°5
MUSIQUE, CINÉMA, ARTS :
LE QUÉBEC TOUTES
VOILES DEHORS !
le
mag’
L 18020 - 6 - F: 5,95 € - RD
Le cahier Culture
LE PORTFOLIO
Architecture et
art de vivre dans
le Vieux-Montréal
CANADA 9,95 $ CA / BELGIQUE 6,95 € / SUISSE 9,95 FS
Le tour complet des régions touristiques
21 destinations et leurs incontournables
NO
UV
EL
LE
FO
RM
UL
E
AVENTURES D’HIVER
ET D’AUJOURD’HUI
Nos escapades les plus givrées
CANADA 9,95 $ CA / BELGIQUE 6,95 € / SUISSE 9,95 FS
"#$%
&
L 18020 - 5 - F: 5,95 € - RD
© Charles-David Robitaille/Tourisme Saguenay–Lac-Saint-Jean
R Ê V E R , B O U G E R , R E N C O N T R E R / H I V E R 2 0 1 2 - 2 0 1 3 / 5,95 €
UN WEEK-END
À SHAWINIGAN
Suivez le guide !
Virée gourmande
À MONTRÉAL, LES SAVEURS
DU MONDE SUR UN PLATEAU
Disponible en kiosque
www.quebeclemag.com
le
mag’
m
Québec le mag’ - BEST OF QUÉBEC
est un tiré-à-part gratuit du
magazine Québec le mag’
www.quebeclemag.com
[email protected]
Il est édité par Les Éditions Neopol
France, Sarl au capital de 22 500 euros.
RCS DIjon B789158888.
2, rue Bochot,
21370 Messigny-et-Vantoux.
Tél. : 03 80 44 91 04.
Directeur de publication :
Jean-Marie Bernard
Rédacteur en chef :
Jonathan Chodjaï
Directrice commerciale
et administrative :
Audrey Lorans-Garbay
Direction artistique, photogravure :
Carine Perrot
Textes :
Valérie Gravan, David Lang
Le parc national
des Monts-Valin,
Saguenay–LacSaint-Jean
Photo de couverture :
Gaspésie © Pietro Canali
Publicité, diffusion et partenariats :
Les Éditions Neopol Inc.
300, St-Sacrement, #415,
Montréal (Qc) H2Y 1X4
Tél. : 514 279-3015.
Fax : 514 279-1143
[email protected]
www.neopol.ca
Impression : imprimerie Lesaffre
40, rue du Follet, 7540 Tournai (Belgique)
Toute reproduction même partielle des articles et photos publiés dans «Québec le mag’ - Best Of Québec» sans accord
de la société éditrice est interdite, conformément à la loi du 11 mars 1957 sur la propriété littéraire et artistique.
Le Québec maritime
BAS-SAINT-LAURENT
GASPÉSIE
© S. Larose
© M. Loiselle
© M. Loiselle
© M. Loiselle
© J.-G. Lavoie
G R A N D S E S PA C E S, G R A N D E S É M O T I O N S
CÔTE-NORD
ÎLES DE LA MADELEINE
Pour des idées de circuits visitez :
www.quebecmaritime.ca

Documents pareils