Des champions de tout horizon.

Commentaires

Transcription

Des champions de tout horizon.
DES CHAMPIONS DE TOUT HORIZON SUR L’IRONMAN FRANCE NICE !
Tennisman, Rugbyman, journalistes ou encore champion d’Ultra-Endurance, ils ont l’objectif de devenir IRONMAN.
Nathalie, Julien, Arnaud et Samuel, comment allez-vous ?
Julien Chorier : Je vais bien, merci. La forme semble être-là. Il faut bien que je me repose d’ici le 5 juin pour avoir
l’énergie nécessaire.
Arnaud Clément : Je vais bien, je n'ai pas de douleurs et je pense que c'est l'essentiel avant un IRONMAN.
Samuel Etienne : Je suis en pleine forme ! Plus que quelques jours avant ce grand défi dont je rêve depuis quelques
années déjà, l'Ironman de Nice ! Heureux d'approcher de la date fatidique...
Nathalie Simon : Je vais très bien…je suis maintenant en phase d’affutage comme on dit et j’attends avec impatience
le 5 juin !
Pouvez-vous vous présenter pour le grand public ?
Julien Chorier : Je suis un ultra trailer de 35 ans qui parcourt le monde à travers les plus beaux ultra trail depuis
maintenant 10 ans avec de nombreuses victoires sur le format 100 miles (Grand Raid de la réunion, Hardrock 100,
Tour du Mont Fuji, Andorra UltraTrail, …)
Avant ces années de course à pied, j’étais un coureur cycliste avec quelques bons résultats au niveau national.
Arnaud Clément : Tennisman professionnel, j’ai participé à plusieurs grands chelems en simple ou en double, avec une
victoire en double à Wimbledon.
Samuel Etienne : Je suis journaliste-animateur. Après 20 ans de présentation de JT et d'émissions politiques, de
société, et d'histoire, sur RFI, Europe 1, i-télé, Canal+ et France 3, je présente depuis février dernier le jeu "Questions
Pour un Champion !" sur France 3, et j'en suis très fier !
Nathalie Simon : Le grand public me connait comme animatrice tv radio, et certaines des émissions que j’ai présenté
ou auxquelles j’ai participé ont bercé leurs été (je pense à Interville ou la carte aux trésors) mais ma vie d’avant…
était déjà dédiée au sport puisque j’étais planchiste professionnelle et c’est d’ailleurs comme une réminiscence de
cette vie-là que je ressens dans cette préparation à l’IRONMAN de Nice…et j’avoue que j’adore ça !
Comment fut ta préparation ? Quels souvenirs en gardes-tu ?
Julien Chorier : La préparation a été bonne et assez variée avec les 3 disciplines. Pas toujours facile de se motiver à
aller nager mais en partant de zéro, j’ai dû insister un peu. De très bons souvenirs sur un stage à Antibes où j’ai
beaucoup appris au côté d’Olivier Marceau.
Arnaud Clément : La préparation même si trop courte s'est bien passée. Mais j'ai pris plus de plaisir à allonger les
sorties vélo plutôt que celles à pied.
Samuel Etienne : Une préparation tout en douceur ! Notamment pour éviter les blessures et la lassitude. Mon travail
ne m'a pas permis de réaliser les volumes d'entraînements que j'aurais idéalement souhaités. Je suis d'abord un
coureur à pied, et j'aurais voulu travailler encore un peu plus la natation et surtout le vélo. Ce sera pour le prochain
Ironman ! Et même si je ne me suis pas entraîné autant que je l'aurais voulu, je pense avoir réalisé ce qu'il fallait pour
être Finisher.
Nathalie Simon : J’ai abordé cette longue préparation avec l’aide de WTW coaching, car je voulais un coach qui sache
adapter la charge d’entrainement avec mon planning professionnel fluctuant. J’ai aussi participé à un stage via
TriTraining où l’on a bien rigolé à la reconnaissance du parcours vélo. A Marseille, je bénéficie des meilleures
conditions d’entrainements avec des bosses, le bord de mer pour courir et la mer pour nager en conditions réelles.
Dans une semaine tu seras un IRONMAN, que ressens-tu à une semaine de la course ? Appréhension ? Excitation ?
Julien Chorier : Un peu de tout ça, je vais vraiment dans l’inconnu, surtout pour la natation. Je n’ai jamais nagé aussi
longtemps et suite à l’annulation de la natation à Aix-en-Provence, je n’ai du coup jamais vraiment pris le départ d’un
triathlon.
Arnaud Clément : Est-ce que je serai un IRONMAN dans une semaine, et bien j'espère mais on verra. C'est mon 1er
donc je n'ai pas de repères sur la distance et les enchaînements. On verra bien comment mon corps va réagir mais
j'espère surtout être un Finisher.
Samuel Etienne : Ni appréhension, ni excitation, juste une grande joie de voir ce grand jour se rapprocher. J'aime
relever de nouveaux défis, me dépasser. Je crois que je suis prêt, non pour réaliser un temps impressionnant car je
reste un sportif du dimanche, mais pour arriver dans les temps impartis pour mériter ce si beau titre qui me fait rêver
depuis si longtemps : Ironman ! Et si le corps lâche, la tête prendra le relais, c'est justement ce que j'aime dans ces
efforts d'endurance au long cours, cette lutte entre l'esprit et le corps, ce dialogue à l'intérieur de soi qui permet de se
dépasser.
Nathalie Simon : Un peu d’appréhension surtout concernant la météo et la température de l’eau, une certaine forme
d’excitation car on y est presque et une vraie détermination sur mon ambition de le terminer à peu près dignement ...
Auras-tu du public sur la Promenade pour t’encourager ?
Julien Chorier : Oui, de nombreux amis seront présents sur le parcours ainsi que mes parents. J’aurais également
plusieurs copains présents sur la course. Je vais essayer de les rattraper à vélo ou à pieds. Pas facile vu le retard que
j’aurais pris dans l’eau. Un beau challenge personnel.
Arnaud Clément : Etant voisin (Aix en Provence), j'ai peut-être quelques copains qui viendront. Et puis Nice est une
ville très sympa pour passer la journée.
Samuel Etienne : Mon épouse Helen ne m'accompagne pas sur toutes mes courses, elles sont trop fréquentes, mais
elle a tenu à faire le déplacement pour l'Ironman de Nice, car elle sait à quel point ce rendez-vous est important pour
moi. Elle sait aussi que ses encouragements seront appréciés durant le marathon final, après la fatigue du vélo. Elle
sera accompagnée de sa meilleure amie Aliénor : une double ration d'encouragements donc ! Sans compter ceux des
fans de "Questions Pour un Champion" !
Et puis je serai soutenu à distance par mes amis de l'association "Pompier Raid Aventure", qui courent avec et pour
des enfants qui ne le peuvent pas : des pompiers au cœur d'or et aux jambes d'acier dont je suis le parrain, et pour qui
j'ai collecté des fonds à l'occasion de l'Ironman.
Nathalie Simon : Cette année mon champion de mari ne court pas mais est là pour m’encourager. Il va monter
à vélo au col de Vence pour me motiver au moment de l’aller-retour et je pense que quelques amis seront là aussi, et
bien sûr tous ceux qui suivent mes aventures sportives et ont toujours des mots sympas et motivants sur toutes les
courses que je fais.
Quels sont tes objectifs durant la course ?
Julien Chorier : Le premier, sortir de l’eau. Ensuite prendre du plaisir sur le magnifique parcours vélo et garder assez
d’énergie pour ne pas trop galérer sur le marathon. En gros, l’objectif de tous coureurs qui veut vivre l’expérience IM
sans être un spécialiste. Si tout va bien dans le meilleur des mondes, je peux espérer un chrono d’environ 10h30.
Arnaud Clément : un seul objectif, être à l'arrivée. Je n'ai pas de référence sur la distance. Une préparation très et
trop courte. Donc essayé de bien se gérer pendant cette longue journée. Prendre du plaisir sur le vélo, on m'a dit que
le parcours était magnifique. Et bien prendre son temps sur la promenade des anglais.
Samuel Etienne : Partir doucement...puis ralentir ! Le plus grand risque en endurance est de se laisser griser, de se
montrer trop optimiste sur ses véritables capacités. Sauf accident, d'après mon entraînement, je sais que je devrais
sortir de l'eau et du vélo dans les temps, avec une marge suffisante pour le marathon et donc finir en moins de 16
heures, le temps maximal. Je ne rêve que d'être Finisher, ce sera déjà beau pour moi. Si je dois améliorer mon chrono,
je le ferai dans le futur !
Je vais profiter de la beauté du lieu, de cette belle promenade de 3,8 km en mer, de ce magnifique tour de 180 km de
vélo dans l'arrière-pays niçois, et enfin de la chaleur des supporters durant le marathon. Je sais que c'est une journée
qui va m'offrir de beaux souvenirs pour le reste de ma vie !
Nathalie Simon : Je pense faire entre 13h30 et 14h si tout se passe bien… affaire à suivre...