Seniors - Mutuelles du soleil

Commentaires

Transcription

Seniors - Mutuelles du soleil
ADHÉRENTS Comment contacter la mutuelle
RSI CÔTE D’AZUR Prévention bucco-dentaire
LEMUTUALISTE
Seniors
BIEN VIVRE
CHEZ SOI
N ° 2 6
S E P T E M B R E
2 0 10
0 , 7 6
€
T R I M E S T R I E L
APRÈS
LES RETRAITES,
LA MALADIE ?
N. Mergui - FNMF
L
SOMMAIRE
P5
P 4-5 Q UO I DE NE UF
Votre mutuelle. Toutes les nouveautés.
P 6-9 D O S S I ER
Seniors. Bien vivre chez soi.
RSI.
Prévention
bucco-dentaire
S A NT É
P 10
Dos des ados. Attention fragile !
© Raphaël Lebert-Suave
P 11-12 SANTÉ BRÈVES
Maladie de Crohn.
14 nouveaux cas chaque jour.
Octobre rose.
« Avis à tous les seins ! »
GRA ND A N GLE
P 13
Solidarité. Un esprit d’entraide
et de soutien aux retraités.
P 6-9
DRO I T
P 14
Droits des patients.
S’informer en ligne.
Seniors.
Bien vivre chez soi
Le Mutualiste Les Mutuelles du Soleil : édité par Les Mutuelles du Soleil, régie par le livre II du Code
de la Mutualité – RNM N°782 395 511 – 36/36 bis avenue Maréchal Foch, BP 1296, 06005 Nice Cedex –
Tél. : 0 969 320 322 – Directeur de la publication : Michel Mallet – Directeur des rédactions : Alain Rey –
Rédacteur en chef : Delphine Turin – Rédaction locale : Cyrielle Lainé – Secrétaires de rédaction : Cécile
Fratellini et Jean-François Rebeyrol – Maquette, prépresse : Ciem – Dessins : Jef – Impression : Sud Graphie
Rotative, Saint-Sulpice – Tirage : 129 000 ex. – Numéro ISSN : 1955-723X – Commission paritaire : 0210M07164 –
Prix : 0,76 € – Abonnement : 4 numéros 2,74 € – N° 26, septembre 2010 – Dépôt légal à parution.
La reproduction des articles de ce numéro est interdite, sauf autorisation expresse du rédacteur en chef.
Le Mutualiste est une publication du Réseau des éditeurs de revues. photo de couverture : Raphaël Lebert-Suave.
L E
M U T U A L I S T E
S E P T E M B R E
2
a rentrée sociale va être marquée
par la réforme des retraites.
Sujet délicat s’il en est, et qui concerne
plus ou moins directement chacune
et chacun d’entre nous.
Pourtant, dans ce domaine si sensible
de la protection sociale,
un autre dossier s’annonce
tout aussi « explosif » : c’est celui
de l’assurance maladie !
Sur les 26 milliards de déficit annoncés
par la commission des comptes
de la Sécurité sociale pour 2010,
la moitié concerne la maladie,
un tiers « seulement » la retraite !
Et ce scénario perdure depuis déjà
plusieurs années sans que l’on
aperçoive l’esquisse
d’une – vraie – solution.
Une fois encore, les mêmes remèdes
– accroissement de la dette
et augmentation des reste à charge –
vont agir comme des somnifères
sur notre conscience collective :
on reporte à demain les décisions,
on ferme les yeux sur les conséquences,
et, comme pour les retraites,
on rend les réformes
plus douloureuses à terme.
Les deux dossiers ont ceci en commun
qu’ils reposent, jusqu’ici du moins,
sur la dette que les générations
actuelles accumulent,
plus ou moins consciemment…
au détriment des générations futures,
c’est-à-dire de leurs enfants
et petits enfants !
Au-delà de la morale qui pourrait
nous rappeler à l’ordre sur ce point,
aurait-on déjà oublié les leçons
de la crise financière de ces dernières
années ?
Jean Rossetti,
président
des Mutuelles du Soleil
2 0 10
CO U R R I E R D E S L E C T E U R S
Le Mutualiste Les Mutuelles du Soleil, courrier des lecteurs, service communication, 36-36 bis avenue Maréchal Foch, 06000 Nice.
E-mail : [email protected]
Transport sanitaire
Démarches administratives
« Étant en convalescence et ne pouvant
me déplacer, je vais devoir me rendre
régulièrement chez mon médecin en taxi.
Serai-je remboursée des frais de transport ? »
« Mon fils est étudiant,
quelles démarches administratives
dois-je accomplir
pour la mutuelle ? » Sophie P.
Camille M.
Dès son entrée dans l’enseignement supérieur,
votre enfant ne dépend plus de votre caisse
d’assurance maladie mais doit obligatoirement
s’affilier au régime de Sécurité sociale étudiant.
Les Mutuelles du Soleil recommandent
à votre enfant le centre payeur MEP, agréé
depuis 38 ans, présent sur tout le Sud-Est
de la France et membre du réseau des centres 617,
implantés sur tout le territoire. Après la rentrée,
la MEP lui remboursera directement la part
de Sécurité sociale de ses frais de santé. Inutile
de souscrire une adhésion complémentaire
à une mutuelle étudiante puisque votre enfant
est déjà couvert par Les Mutuelles du Soleil
sous votre contrat.
Renseignements au 0 969 320 322.
Vos déplacements médicaux en taxi ou en ambulance, prescrits
par un médecin, sont pris en charge si le taxi que vous empruntez
est conventionné avec l’Assurance maladie. Vous êtes remboursée
à 65 % par la Sécu sur la base du tarif conventionnel, la mutuelle
remboursant la différence. Pour connaître ceux qui sont
conventionnés près de chez vous, il vous suffit de contacter
votre caisse d’assurance maladie au 36 46. Le chauffeur de taxi
peut parfois être directement payé par l’Assurance maladie.
Vous n’avez alors pas à avancer d’argent. Dans le cas contraire,
pour obtenir votre remboursement, envoyez à votre caisse
la prescription médicale de transport ainsi que la facture
établie par le chauffeur, accompagnées
si nécessaire du formulaire
de demande d’entente préalable.
Parrainage
Franck R.
« J’ai un ami qui cherche
une mutuelle. Étant satisfait
des Mutuelles du Soleil,
je lui en ai parlé. Consentez-vous
des avantages particuliers dans
ce cas ? » Nicolas D.
Il existe des obligations réglementaires à respecter
en matière de traçabilité des prothèses dentaires
ainsi que des appareillages d’orthodontie.
Afin de vous assurer de la qualité de la prothèse
qui va vous être posée, le dentiste doit remplir
une prescription écrite descriptive indiquant
notamment : le nom du prescripteur, l’identification
du patient, ainsi que la nature des matériaux utilisés
(type et norme). De son côté, le prothésiste doit fournir
une déclaration sur l’honneur selon laquelle la prothèse
est conforme aux exigences essentielles de santé et
de sécurité. Dans le cadre de la protection des patients,
le marquage CE est également obligatoire.
Absolument, vous pouvez tout simplement
le parrainer. Ainsi, dès l’adhésion de votre filleul,
Les Mutuelles du Soleil vous offrent un chèque
cadeau d’une valeur de 20 €, valable auprès
de plus d’une centaine d’enseignes et marques
dans la France entière. Quant au filleul,
il bénéficie d’un mois de cotisation offert.
Il n’y a pas de limite au parrainage,
vous pouvez parrainer autant de personnes
que vous souhaitez et pour chaque adhésion
vous recevrez 20 € en chèque cadeau.
Pour plus d’informations, rendez vous dans
l’une des agences Mutuelles du Soleil.
Prothèses dentaires
« J’ai entendu parler de prothèses
dentaires en provenance de l’étranger.
Comment être certain
de leur origine et de leur innocuité ? »
L E
M U T U A L I S T E
S E P T E M B R E
3
2 0 10
QUOI DE NEUF
ADHÉRENTS
COMMENT CONTACTER
LA MUTUELLE
TRAVAILLEURS
INDÉPENDANTS
Infos
pratiques
Si vous êtes travailleur
indépendant, adhérent
aux Mutuelles
du Soleil en régime
obligatoire et que le
professionnel de santé
n’a pas utilisé
votre carte Vitale
pour transmettre
le montant de la
dépense, vous devez
faire parvenir
à la mutuelle la feuille
de soins ou la facture
afin d’être remboursé.
Vous pouvez les
déposer dans l’agence
la plus proche de chez
vous ou l’envoyer
par courrier à :
Les Mutuelles
du Soleil,
service Prestations
régime obligatoire,
33 chemin de l’Argile,
BP 80003,
13361 Marseille
Cedex 10.
De même, si vous
déménagez, si vous
vous mariez, si
vous avez un enfant…
vous pouvez contacter
Les Mutuelles du Soleil
à la même adresse
en adressant
votre courrier à Vie
du contrat obligatoire
ou par mail à
[email protected]
lesmutuellesdusoleil.fr
Adhérent en complémentaire santé,
veillez à envoyer vos décomptes
et toutes informations personnelles
à la bonne adresse.
’il n’y a pas de télétransmission (système Noémie) entre votre
régime obligatoire (CPAM, RO, MSA, Caisse militaire, des
marins, des notaires) et Les Mutuelles du Soleil, vous devez
faire parvenir vos décomptes de Sécurité sociale (régime obligatoire) à
la mutuelle afin d’être remboursé. Ainsi, vous pouvez les déposer dans
l’agence la plus proche de chez vous ou bien les envoyer par courrier à :
Les Mutuelles du Soleil,
service Prestations,
36-36 bis avenue Maréchal Foch,
06000 Nice.
Également, pour toutes questions sur vos remboursements, un devis,
une prise en charge, contactez Les Mutuelles du Soleil par mail à
[email protected] ou par téléphone au
0 969 320 322.
Vos informations personnelles ont changé
Si vous avez déménagé, vous vous êtes marié(e), vous avez changé de
compte bancaire, vous avez un enfant… dans tous les cas, vous devez
informer Les Mutuelles du Soleil et envoyer les pièces justificatives :
Vous avez un contrat individuel
Les Mutuelles du Soleil,
service Vie du contrat individuel
36-36 bis avenue Maréchal Foch,
06000 Nice.
Mail : [email protected]
Vous avez un contrat entreprise
Les Mutuelles du Soleil,
service Vie du contrat entreprise,
36-36 bis av. Maréchal Foch,
06000 Nice.
Mail : [email protected]
Pour tous renseignements complémentaires n’hésitez pas à appeler le
0 969 320 322 ou à envoyer un mail à [email protected]
S
L E
M U T U A L I S T E
S E P T E M B R E
4
2 0 10
PRÉVOYANCE
Un service
dédié
Garantie indemnité
journalière, invalidité,
garantie décès, rente
perte d’autonomie,
garantie obsèques,
garantie hospitalière,
garantie sports
et loisirs… autant
de solutions proposées
par Les Mutuelles
du Soleil afin
de vous protéger
vous et votre famille.
Quelles que soient
vos demandes
concernant
la prévoyance,
n’hésitez pas à vous
adresser au service
prévoyance :
Les Mutuelles
du Soleil,
service Prévoyance,
36-36 bis avenue
Maréchal Foch,
06000 Nice.
Mail :
[email protected]
lesmutuellesdusoleil.fr
Tél. : 0 969 320 322.
Les agences
Mutuelles du Soleil
(liste sur www.
lesmutuellesdusoleil.fr)
sont à votre
disposition pour vous
conseiller et vous aider
dans vos démarches.
QUOI DE NEUF
ALPES-DE-HAUTE-PROVENCE
RSI CÔTE D’AZUR
Des conférences
pour les seniors
La Mutualité Française des Alpes-de-HauteProvence et les CLIC des Mutuelles du Soleil,
centres locaux d’information et de coordination
gérontologique de Digne et Val-de-Durance
organisent un cycle de conférences annuel pour
les seniors.
Les prochains « rendez-vous des seniors 2010 »
auront lieu le 28 septembre à Mallemoisson, le
19 octobre à Sisteron, le 16 novembre à ChâteauArnoux et le 14 décembre à Digne-les-Bains.
Au programme de ces rencontres, des thèmes
variés sur l’automédication, l’arthrose, la consommation des seniors ou encore « Comment bien
préparer ses obsèques » seront abordés.
Pour retrouver le programme détaillé et les thèmes
de ces rendez-vous composez le 04 92 30 33 30.
CAMPAGNE
DE PRÉVENTION
BUCCO-DENTAIRE
Le régime social des indépendants (RSI)
Côte d’Azur a lancé une campagne
de prévention bucco-dentaire
pour les 5/18 ans.
ette campagne qui s’adresse aux enfants et adolescents âgés de
5 à 18 ans a pour objectif principal de prévenir la survenue de
caries et d’installer de bonnes habitudes bucco-dentaires.
Le dentiste fera un examen complet de la bouche de l’enfant et informera
les parents si des soins sont nécessaires. Il donnera également des conseils
d’hygiène et pourra proposer un scellement des sillons dentaires s’il le
juge utile pour l’enfant.
Un carnet de santé bucco-dentaire
En pratique, le RSI Côte d’Azur prend en charge 100 % de l’examen
annuel et les éventuels soins identifiés (à l’exception des soins liés au
mauvais alignement des dents – orthodontie – et des prothèses, qui sont
remboursés au taux habituel).
L’invitation à un bilan gratuit est valable six mois. Pour bénéficier ensuite
de la prise en charge à 100 % des soins, ceux-ci doivent débuter dans les
trois mois qui suivent le bilan. Les enfants de 5 ans reçoivent également
un carnet de santé bucco-dentaire. Ce carnet contient des informations
pour garder des dents saines longtemps. Il permet aux parents de noter
les dates des consultations.
Pour plus d’informations, contacter la caisse RSI Côte d’Azur au
0 811 888 006 ou consulter le site internet : www.coteazur.le-rsi.fr rubrique
prévention.
C
FRANCHISES
Choisissez
les boîtes de médicaments
de trois mois
La délivrance de boîtes de médicaments pour trois
mois a été véritablement lancée en 2008. Il s’agit
pour l’Assurance maladie de réaliser des économies substantielles et pour le patient de payer
moins de franchises. Le diabète et l’ostéoporose
sont les deux seules maladies chroniques pour
lesquelles les médicaments conditionnés par boîte
de trois mois sont disponibles.
Retrouvez la liste des médicaments disponibles
en boîtes de trois mois sur www.mutualite.fr
L E
N. Mergui - FNMF
N. Mergui - FNMF
Le RSI Côte d’Azur prend en charge 100 % de l’examen annuel.
M U T U A L I S T E
S E P T E M B R E
5
2 0 10
Seniors
BIEN VIVRE
Vivre à la fois plus longtemps et en bonne santé chez soi,
c’est le désir que manifestent de plus en plus de seniors.
Pour beaucoup, cela est possible grâce au développement
des services à la personne, des services de soins infirmiers
à domicile…
n 2050, 22,3 millions de personnes seront âgées de 60 ans
ou plus contre 12,6 millions en
2005, soit une hausse de 80 %
en 45 ans. Le vieillissement de
la population est inéluctable,
au sens où il est inscrit dans la
pyramide des âges actuelle, puisque les personnes
qui atteindront 60 ans à l’horizon 2050 sont déjà
toutes nées. La plupart des aînés sont en bonne
santé et souhaitent majoritairement continuer
à vivre chez eux. Mais ce n’est pas toujours possible, du moins pas sans l’aide d’intervenants
extérieurs. De l’aide à domicile à l’infi rmière,
l’éventail est large. Mais avant tout, existe la
solidarité familiale. Divers travaux ont montré qu’environ les trois quarts des personnes
âgées ont au moins un enfant à moins d’une
heure de chez eux. Les enfants interviennent
le plus souvent au début, pour des niveaux de
dépendance modérés (aides pour les courses,
le ménage, apport de repas en cas de maladie
ponctuelle…).
E
L E
Mais l’aide à domicile reste la principale aide
extérieure. Elle recouvre plus qu’une simple
aide au ménage. Son rôle a été revalorisé ces
dernières années. Elle intervient à la fois sur le
registre du soutien à la personne pour l’aide au
lever, au transfert, l’hygiène et l’alimentation,
sur le registre de l’aide à l’environnement pour
l’entretien du logement, les courses, le repas.
Elle apporte une présence attentive. Toutes les
personnes âgées retraitées peuvent bénéficier
de l’intervention d’une aide à domicile et peuvent prétendre à des aides fi nancières de leurs
caisses de retraite (retraités les plus autonomes),
ou d’un fi nancement du conseil général dans
le cadre de l’APA (allocation personnalisée
d’autonomie) pour les personnes âgées les plus
dépendantes.
Les personnes âgées peuvent également recourir
à différents types de services à domicile comme la
téléassistance, le petit bricolage, le petit jardinage,
le portage de repas à domicile… Dépendantes
S E P T E M B R E
6
Parmi les 80-84 ans,
90,2 %
vivent à leur domicile
contre 80,4 %
dès 85-90 ans.
59,4 %
des personnes
de 80 ans et plus
vivant à leur domicile
sont considérées
comme
« relativement
autonome » .
(Source : Insee)
Éviter l’isolement
M U T U A L I S T E
CHIFFRES
CLÉS
2 0 10
Photos : © Nathanaël Mergui - FNMF
CHEZ SOI
ou pas, certaines personnes âgées ne veulent ou
ne peuvent plus faire la cuisine. Cette alternative
leur permet de manger équilibré. Des menus
spéciaux selon les régimes sont souvent proposés
(sans sel, hypocalorique…).
De plus en plus de personnes en perte d’autonomie vivent chez elles. Souvent seules. L’accueil de
jour permet à la personne âgée d’être accueillie
en établissement en journée et de dormir chez
elle le soir. Cela permet de rencontrer d’autres
personnes, de discuter, de participer à des activités de groupe, une ou plusieurs journées par
semaine. Des ateliers mémoires et sensoriels, de
divertissement sont organisés. C’est bon pour le
moral et cela permet de continuer à vivre chez soi
le plus longtemps possible. Cette solution soulage
également les aidants. Le prix de la journée est à
la charge de la personne qui peut bénéficier de
financements (APA, aide sociale…).
Soulager l’entourage
Autre solution : la garde à domicile pour rassurer
et soulager l’entourage qui craint un malaise
ou une chute. Mais aussi faire face à une situation temporaire difficile, pallier une absence
momentanée pendant la journée, le week-end.
Cela permet aux personnes âgées de ne pas se
retrouver seules chez elles. La garde est proposée
de jour comme de nuit, sept jours sur sept.
La CNAV (caisse nationale de l’assurance
vieillesse) peut, sous certaines conditions, fournir une aide financière dans le cadre d’une
aide au retour à domicile après hospitalisation.
L E
Elle est accordée pour une durée de trois mois et le
montant maximum du plan d’aide est de 1 800 €.
Pour les personnes âgées plus dépendantes existent les services de soins infirmiers à domicile.
Ils ont pour mission de contribuer au soutien à
domicile des personnes en prévenant ou différant
E N SAVOI R P LUS
Une réduction d’impôt de 50 %
Les services à la personne ouvrent droit à une réduction d’impôt.
Cette réduction est égale à 50 % des dépenses retenues dans la limite
d’un plafond. Celui-ci est de 12 000 € (soit un avantage maximal
de 6 000 € par an). Le plafond est majoré de 1 500 € pour chaque
membre du foyer fiscal âgé de plus de 65 ans. Il existe des plafonds
particuliers pour certaines activités (bricolage, jardinage...)
Depuis cette année, le plafond de l’avantage fiscal est renforcé en
faveur des contribuables qui en bénéficient pour la première fois :
il est porté à 15 000 € (soit un avantage fiscal de 7 500 € par an).
Cette mesure est uniquement valable pour les particuliers ayant
recours pour la première fois à un salarié à leur domicile au cours
de l’année 2009.
Cesu : un mode de paiement simple
Les particuliers peuvent utiliser le Cesu (chèque emploi service
universel) pour payer l’ensemble des services à la personne rendus
à leur domicile. Deux formes de Cesu existent : les Cesu bancaires
dont il faut faire la demande à la banque et les Cesu préfinancés.
Renseignements : www.cesu.urssaf.fr
M U T U A L I S T E
S E P T E M B R E
7
2 0 10
SENIORS
BI E N
V I V R E
CH E Z
S OI
leur entrée à l’hôpital ou dans un établissement
d’hébergement. Ils sont destinés aux personnes
âgées de 60 ans et plus, malades ou dépendantes,
aux personnes adultes de moins de 60 ans présentant un handicap et aux personnes de moins
de 60 ans atteintes de maladies chroniques. Un
infirmier coordonnateur assure l’organisation
des soins. Les aides-soignants, eux, sont principalement chargés de l’hygiène et du confort du
malade. Ils effectuent aussi des aides au transfert,
surveillent l’alimentation, l’hydratation… Ces
soins se font sur prescription médicale et sont
pris en charge à 100 % par la Sécurité sociale.
Retarder
l’entrée en établissement
L’hospitalisation à domicile (HAD), elle, permet parfois d’éviter une hospitalisation ou de
réduire la durée d’hospitalisation traditionnelle.
Toutes les pathologies sont prises en compte quel
que soit l’âge du patient : plaies importantes,
insuffisance cardiaque, maladies neurologiques,
tétraplégie, suite de cancers, soins palliatifs…
L’hospitalisation à domicile ne se fait pas du
jour au lendemain, elle se prépare. Dans un
premier temps, l’infirmière coordonnatrice
va voir le patient sur son lieu d’hospitalisation
pour s’assurer qu’il souhaite bien sortir et pour
organiser sa sortie. Elle rencontre sa famille car
l’HAD se conçoit uniquement avec la présence
d’un entourage familial.
Dans un deuxième temps, l’infi rmière coordonnatrice se rend au domicile du patient pour
s’assurer que les locaux sont adaptés. Dans le
même temps, elle contacte le médecin coordonnateur qui valide ou pas la prise en charge
de l’HAD. Si elle est validée, l’HAD se met en
place avec les professionnels de santé dont le
patient aura besoin (infirmière, kinésithérapeute,
ergothérapeute…). La durée d’hospitalisation à
domicile varie selon les cas, de quelques jours à
plusieurs semaines.
Tous ces services s’intègrent dans le tissu social.
En milieu rural comme en ville, l’aide-soignant
ou l’infi rmière peut être la seule visite de la
journée pour le patient. Ces services se développent de plus en plus et permettent de retarder
au maximum l’entrée en établissement des
personnes âgées : logements-foyers, maisons de
retraite, Ehpad (établissement d’hébergement
pour personnes âgées dépendantes). Même si,
quand la dépendance est vraiment trop forte,
le « bien vivre chez soi » n’est plus possible et le
placement en institution inéluctable…
Cécile Fratellini
L E
Le personnel des SSIAD des Mutuelles du Soleil s’engage
à faciliter l’accès aux soins pour tous.
es Mutuelles du Soleil gèrent
trois services de soins infirmiers
à domicile (SSIAD).
Ils ont pour vocation d’éviter ou
de retarder les hospitalisations, de faciliter
le retour à domicile des personnes
hospitalisées et de maintenir le plus
longtemps possible l’autonomie existante.
Les SSIAD de Nice, Salon-de-Provence
et Digne-les-Bains offrent respectivement
des capacités d’accueil de 100 places,
30 places et 78 places dont 12 pour
personnes handicapées. Les soins sont
dispensés de 7 h 30 à 12 heures et de 13 h 30
à 18 h 30 du lundi au dimanche.
L
E N SAVOI R P LUS
Une mission gouvernementale
Pour faciliter le maintien à domicile, Nora Berra, secrétaire d’Etat
en charge des Aînés, a lancé la mission « Vivre chez soi : autonomie,
inclusion et projet de vie ». « L’enjeu est de sécuriser le vivre chez soi en
réduisant les risques liés à un habitat inadapté », explique la secrétaire
d’État. Parmi les mesures de ce rapport figure le diagnostic autonomie-habitat. Il aura pour objectif de cerner les risques d’accidents
domestiques liés à un logement inadapté. Chez les personnes âgées
de plus de 65 ans, les chutes constituent plus de 80 % des accidents
de la vie courante. Une connexion ADSL spécifique aux aînés à
un tarif préférentiel, la construction de logements adaptés dans les
centres-villes, la valorisation des métiers indispensables à la vie à
domicile (aide ménagère, infirmière…) font notamment partie des
18 préconisations de ce rapport.
M U T U A L I S T E
S E P T E M B R E
8
2 0 10
SENIORS
BI E N
V I V R E
CH E Z
S OI
NICE, SALON-DE-PROVENCE, DIGNE-LES-BAINS. SOINS INFIRMIERS À DOMICILE
Qualité et proximité au service
des patients
Les Mutuelles du Soleil se sont engagées à faciliter
l’accès aux soins pour tous en développant des structures sanitaires,
sociales et médico-sociales.
Les secteurs géographiques
d’intervention comprennent
Digne-les-Bains, Mallemoisson,
Aiglun, Le Chaffaut, Mézel,
Champtercier, Estoublon,
Saint-Jeannet, Bras-d’Asse, Beynes,
Chateauredon, Saint-Julien-d’Asse,
Majastres, Marcoux, Draix, Archail,
Entrages, Prads, Le Brusquet, La Javie,
La Robine-sur-Galabre, Nice,
Aspremont et Salon-de-Provence.
Admission
sur prescription médicale
Les SSIAD des Mutuelles du Soleil
s’intéressent à la prise en charge
des patients atteints de la maladie
d’Alzheimer et poursuivent
leur démarche partenariale avec
des services médico-sociaux.
Les patients sont admis sur
prescription médicale et protocole
de traitement et doivent nécessiter
des soins plus prolongés et mieux
coordonnés que ne le permettent
les seules interventions à l’acte.
Les SSIAD doivent répondre
principalement à deux types
de situations différentes : celles
de phases aiguës de maladie sans
gravité et celles de dépendance.
Dans les deux cas, les soins sont
dispensés par du personnel infirmier
et aide soignant, et ne requièrent pas
l’utilisation d’un plateau technique.
Sur la base de ces critères ne seront pas
admis en SSIAD, les patients
autonomes ne nécessitant que
des soins techniques, les patients
trop lourds relevant de l’hospitalisation
à domicile ainsi que les patients
ne demeurant pas dans le secteur
géographique d’activité de la structure.
Vous pouvez retrouver le projet
de service des SSIAD Mutuelles
du Soleil en ligne sur
http://www.lesmutuellesdusoleil.fr/
nos-services
SSIAD Nice :
33 avenue George V,
immeuble le Glasgow, 06000 Nice.
Tél. : 04 93 53 02 79.
Mail : [email protected]
SSIAD Salon-de-Provence :
5-13 place de l’Ancienne Halle,
13300 Salon-de-Provence.
Tél. : 04 90 56 95 97.
Mail : [email protected]
SSIAD Digne-les-Bains :
immeuble le Régent,
28 boulevard Victor-Hugo,
04000 Digne-les-Bains.
Tél. : 04 92 31 64 64.
Mail :[email protected]
E N SAVOI R P LUS
Qu’est-ce que l’APA ?
L’allocation personnalisée d’autonomie (APA) est une
allocation destinée aux personnes âgées qui ont besoin,
en plus des soins qu’elles sont susceptibles de recevoir,
d’une aide pour accomplir les actes essentiels de la vie
courante, ou dont l’état nécessite une surveillance régulière. Pour en bénéficier, il faut être âgé de 60 ans ou plus,
être en situation de perte d’autonomie nécessitant une
aide pour les actes essentiels de la vie, résider de façon
stable et régulière en France.
Comment en faire la demande ?
La demande de l’APA se fait par dépôt ou envoi d’un
dossier au président du conseil général de résidence. Ce
dossier est délivré par le conseil général. Le président du
L E
M U T U A L I S T E
conseil général dispose d’un délai de 10 jours pour accuser
réception du dossier et pour constater que le dossier est
incomplet et demander l’envoi des pièces manquantes.
À la suite de la demande, une équipe médico-sociale est
chargée de se rendre au domicile de la personne qui a
présenté la demande. À cette occasion, l’équipe évalue
la situation et ses besoins.
Quel est le montant de l’APA ?
L’attribution de l’APA est décidée par le président du
conseil général, suivant l’acceptation par le demandeur
du plan proposé. Le montant de l’allocation est calculé
en fonction des besoins relevés par le plan d’aide et de la
nature des aides nécessaires et des revenus du demandeur.
S E P T E M B R E
9
2 0 10
SANTÉ
LOMBALGIES
DOS DES ADOS :
ATTENTION FRAGILE !
Un adolescent qui se plaint du dos doit toujours faire l’objet
de la plus grande attention. Signe d’une déformation, d’une maladie
ou d’une mauvaise posture ? La plupart du temps, les attitudes inadaptées
et l’hygiène de vie sont mises en cause.
ertaines lombalgies qui se manifestent à l’adolescence
ont pour origine une déformation du dos liée à la
forme du bassin, qui impose une courbure à la colonne
vertébrale placée juste au-dessus. Ainsi, la scoliose fait dévier
en « S » la colonne vertébrale. Elle entraîne la torsion d’une ou
plusieurs vertèbres, la déformation du thorax, de l’abdomen et
amplifie la lordose lombaire (creux des reins). À ne pas confondre
avec une « attitude scoliotique », qui définit simplement une
mauvaise posture de l’enfant.
C
Manque de confiance en soi
Autre affection de la colonne vertébrale qui se manifeste chez
les adolescents, la cyphose – ou voussure du dos – résulte d’une
déviation entre les omoplates. Le dos s’arrondit, devient bossu,
le cou est projeté en avant et la capacité respiratoire s’en trouve
réduite. Cette déformation peut résulter d’une posture inadaptée
chez des adolescents qui ont grandi trop vite et manquent de
confiance en eux. Ils ont tendance à se pencher en avant et à
rentrer les épaules. Elle peut aussi être due à un problème de
croissance des vertèbres dorsales (maladie de Scheuermann)
ou être le symptôme d’une arthrose précoce.
Toute douleur ou déformation dorsale n’est pas pour autant le
signe d’une atteinte grave. Un dépistage devrait être effectué
par les médecins scolaires entre 11 et 13 ans pour les filles, et
entre 13 et 15 ans pour les garçons. En l’absence de surveillance
systématique à l’école, il est utile de demander l’avis de son
médecin généraliste qui, à l’occasion d’une visite, repérera
d’éventuels problèmes.
Oxygéner ses muscles
« C’est seulement à partir des paramètres individuels que l’on peut
donner des conseils de position assise et couchée ou prescrire des
séances de kinésithérapie, d’ergothérapie ou le port d’une ceinture
souple ou d’un corset. Une douleur en haut du dos, près des cervicales, peut être simplement due à des contractures musculaires.
Une douleur au bas du dos évoluera plus fréquemment vers une
lombalgie persistante ou sciatique », précise le Dr Jean-Claude
Bernard, médecin chef du service enfants-adolescents au centre
médico-chirurgical de réadaptation des Massues, à Lyon.
Ce spécialiste insiste auprès de ses patients sur l’importance
L E
M U T U A L I S T E
de boire suffisamment et de se nourrir correctement pour
oxygéner ses muscles, tout en pratiquant une activité physique
pour les renforcer.
Il conseille aux jeunes de mieux se tenir pour soulager leur dos
et d’éviter la position assise prolongée. S’étirer régulièrement,
se redresser sur sa chaise, effectuer les trajets quotidiens à pied
et faire du sport sont les meilleurs réflexes à faire acquérir aux
Martine Doriac
ados pour soulager leur dos.
Porter un cartable sans « se casser » le dos
Une charge de 10 kg à transporter durant toute une journée
fatigue le dos des écoliers, collégiens et lycéens. Le poids
d’un cartable, pour être acceptable, ne doit pas dépasser
10 à 12 % du poids de l’enfant. Mais ce n’est pas
qu’une affaire de kilos ! Il revient aux parents d’indiquer
comment porter un sac à dos : sur deux épaules
et pas sur une seule, le plus haut possible, en plaçant
les livres lourds au plus près de la colonne vertébrale.
Dernière recommandation : rester vigilants sur l’hygiène
de vie et sur l’activité musculaire de leur adolescent. M. D.
S E P T E M B R E
10
2 0 10
SANTÉ
MALADIE DE CROHN
14 NOUVEAUX CAS
CHAQUE JOUR
ans son ventre, il souffre, dehors il se tait. Crohn et RCH (recto-colite hémorragique)
«
D sont des maladies taboues, en parler c’est déjà les combattre ». Voilà le slogan de la
première campagne grand public lancée par l’Association François Aupetit (Afa). Le but ?
Faire connaître ces maladies au handicap « invisible ». Plus de 200 000 malades sont touchés
en France par les MICI (maladies inflammatoires chroniques intestinales) et 14 nouveaux
cas sont décelés chaque jour. Ces maladies se déclarent de plus en plus tôt, chez les jeunes
de 12 à 30 ans. Le quotidien est souvent invalidant : traitements lourds, douleurs, fatigue,
problèmes d’alimentation, croissance ralentie pour les enfants, chirurgie pour les cas les
plus graves… La 5e Journée nationale des MICI aura lieu le 9 octobre prochain.
Renseignement sur www.afa.asso.fr
Les jeunes
vont de plus en plus
chez le dentiste
Les rendez-vous M’Tdents offerts par l’Assurance
maladie aux enfants de 6, 9, 12, 15 et 18 ans
commencent à porter leurs fruits. Depuis le lancement en 2006, le taux de recours général au
dentiste augmente progressivement chaque année.
En 2009, près d’un enfant sur deux, âgé de 6 ans
a consulté un chirurgien-dentiste. Ils étaient un
sur quatre avant le lancement des rendez-vous
M’T dents. Résultat encourageant : ce sont les
enfants qui en ont le plus besoin qui ont bénéficié de ce programme. En effet, sept jeunes sur
dix ayant réalisé un examen bucco-dentaire, en
2009, n’étaient pas allés chez le dentiste l’année
précédente. Chaque année, près de trois millions
d’invitations sont envoyées aux enfants, le mois
précédent leur anniversaire, pour réaliser un
bilan bucco-dentaire offert et si besoin des soins
consécutifs pris en charge à 100 %.
L E
Le « p’tit-déj »
n’a que des
bénéfices
Des chercheurs
nutritionnistes
mettent en garde
contre la tendance
à sauter
le petit-déjeuner
ou à ne pas se soucier
de sa composition.
Négliger ce premier
repas de la journée
peut influer sur le
contrôle de l’appétit.
D’où, à terme,
un risque de prendre
du poids. A l’inverse,
prendre régulièrement
un petit-déjeuner
équilibré diminue
le risque de maladie
chronique. Chez les
enfants, les capacités
d’apprentissage
et les performances
scolaires sont
améliorées.
Que du bénef !
(Nutrinews hebdo)
M U T U A L I S T E
À la ménopause,
des yaourts
et de l’exercice
De nombreuses recherches sont menées actuellement sur les protéines du lait. Certains peptides
présents dans les laits fermentés semblent prometteurs pour la santé du cœur et des artères.
On vient d’étudier leurs effets chez des femmes
de 50-65 ans, c’est-à-dire à une période de la vie
féminine, après la ménopause, où le risque cardiovasculaire augmente. Ces peptides semblent améliorer la souplesse des artères. L’amélioration est
encore plus sensible chez les femmes qui font de
l’exercice physique. Bouger et déguster des yaourts :
un moyen de garder bon cœur ? (Nutrinews hebdo)
Pas de sirop
contre la toux pour
les nourrissons
L’Agence française de sécurité sanitaire des
produits de santé (Afssaps) a décidé de contreindiquer les sirops contre la toux chez les enfants
de moins de 2 ans. Raison invoquée : ces produits,
qui fluidifient les sécrétions, peuvent entraîner un
surencombrement des bronches, dont les cas les
plus graves nécessitent une hospitalisation. En effet,
chez les nourrissons, la capacité à éliminer spontanément les sécrétions par la toux est moindre.
Sont concernés les médicaments suivants : les
mucolytiques (carbocistéine, acétylcystéine), les
mucofluidifiants (benzoate de méglumine) et
l’hélicidine.
S E P T E M B R E
11
2 0 10
SANTÉ
OCTOBRE ROSE
« AVIS À TOUS LES SEINS ! »
e rôle de l’entourage, en particulier dans le cadre de la relation mère-fille, est une
L des clés du succès du dépistage organisé du cancer du sein. C’est donc aux conjoints,
aux enfants, aux amis des femmes de 50 à 74 ans que l’Institut national du cancer (Inca)
a décidé de s’adresser cette année pour leur demander de relayer le message un brin
osé : « Avis à tous les seins ! » de l’opération « Octobre rose ». Les femmes concernées,
quant à elles, peuvent se poser des questions sur cette démarche ou éprouver des réticences à y prendre part. L’Inca les aide à faire le point sur le site www.e-cancer.fr, en
leur indiquant toutes les bonnes raisons de participer à ce dépistage. Rappelons que la
proposition de l’Inca repose sur une mammographie gratuite assortie d’une double
lecture des clichés. Cette radio des seins est ensuite à renouveler tous les deux ans.
Des écarts de prix
sur les médicaments
en libre accès
Une enquête de l’association Familles rurales
montre que les prix des médicaments vendus sans
ordonnance varient beaucoup d’une pharmacie
à l’autre. L’Activir®, traitement de l’herpès, (de
2,99 € à 9,60 €), le Maalox®, utilisé contre les maux
d’estomac (de 2,59 € à 6,20 €), ou le Nurofen®, un
anti-inflammatoire (de 1,68 € à 4,60 €) font le
grand écart. Familles rurales souligne que sur
les treize produits relevés, deux seulement sont
majoritairement en accès libre : le lait infantile et
le sérum physiologique. Les autres sont encore,
la plupart du temps, vendus derrière le comptoir,
sous le contrôle du pharmacien. Mais ces derniers
font valoir que l’installation d’un endroit réservé
à la vente en libre-service n’est pas facile à mettre
en place. Lorsque le produit est en libre accès, son
prix est généralement plus bas, montre l’enquête.
L E
40
millions :
C’est le nombre de
prescriptions
d’antibiotiques évitées
depuis 2002 grâce aux
actions menées par
l’Assurance maladie.
Mais depuis 2007, on
constate une reprise
de la consommation
d’antibiotiques. Ces
médicaments, qui
agissent contre les
infections
bactériennes, ne sont
d’aucune efficacité
contre les virus. Or,
plus d’un traitement
prescrit sur quatre
(26 %) concerne des
infections d’origine
virale comme
la bronchite et la
rhinopharyngite.
L’Assurance maladie
a donc repris cette
année une campagne
de sensibilisation avec
le slogan « Les
antibiotiques, si
on les utilise à tort,
ils deviendront
moins forts ».
M U T U A L I S T E
« Sentez-vous sport,
santé vous bien ! »
Inciter les Français à pratiquer davantage une activité physique régulière. C’est le but des rendez-vous
« Sport, santé, bien-être » les 25 et 26 septembre
prochains. Organisée par le ministère de la Santé
et des Sports, le mouvement sportif français et la
Mutualité française, cette initiative va réunir des
milliers de Français sur 300 sites, répartis dans
tous les départements autour de « villages sport,
santé, bien-être » où seront proposées des activités
physiques pour tous. Des forums d’associations
seront également organisés. Le slogan de ces journées est « Sentez-vous sport, santé vous bien ! ».
Cette opération a vocation à se pérenniser et à
devenir un rendez-vous annuel au bénéfice de
tous les Français.
Un nouveau site
de prévention santé
L’Assurance maladie a lancé un nouveau site
entièrement dédié à la prévention santé sur www.
ameli-sante.fr
L’objectif ? Informer les Français sur les off res
de prévention de l’Assurance maladie, les
conseiller et les aider à mieux gérer leur santé.
Ce site s’articule autour de 16 thèmes de santé, de
l’angine au saturnisme en passant par le risque
cardio-vasculaire. En cliquant sur un thème,
l’internaute accède à un ensemble d’informations pour mieux comprendre sa pathologie
(description, symptômes, offre de prévention…).
Des outils interactifs (vidéos, quiz…) permettent
à l’internaute de tester ses connaissances et de
s’informer. Les informations sont données dans
un langage simple et accessible.
S E P T E M B R E
12
2 0 10
GR AND ANGLE
SOLIDARITÉ
UN ESPRIT D’ENTRAIDE ET
DE SOUTIEN AUX RETRAITÉS
Les artisans et commerçants retraités sont représentés et accompagnés
par des organisations telles que la Fenara (Fédération nationale
des associations des retraités de l’artisanat) et l’Unirc
(Union nationale des indépendants retraités du commerce).
u niveau national, la Fenara
e t l ’ Un i rc t r av a i l lent
ensemble dans un esprit
de solidarité, de qualité, de responsabilité et ont un rôle de représentativité des retraités du commerce
et de l’artisanat au niveau de l’État.
Créées pour organiser la défense
des intérêts sociaux et fiscaux des
retraités, ces deux organisations
agissent en priorité pour améliorer leur protection sociale et leur
pouvoir d’achat.
Les adhérents à ces associations de
défense des artisans et commerçants retraités des Alpes-de-HauteProvence, des Hautes-Alpes et des
Alpes-Maritimes peuvent bénéficier
d’un contrat de groupe pour une complémentaire santé à prix préférentiel grâce à des conventions signées
avec Les Mutuelles du Soleil. Cette
démarche s’inscrit dans la logique
de défense et de maintien du pouvoir
d’achat des retraités, prônés par ces
associations.
Chaque nouvelle adhésion, que ce
soit à la Fenara ou à l’Unirc, est précieuse, car plus l’association compte
de membres, plus sa capacité de négociation devant les pouvoirs publics est
importante.
Des missions communes variées
Plus qu’un rôle d’accompagnement
et de conseils, les associations organisent des rencontres où les retraités
peuvent se retrouver et échanger.
De nombreuses informations sont
également apportées aux artisans et commerçants retraités sur
A
L E
N. Mergui - FNMF
Plus qu’un rôle
d’accompagnement
et de conseils,
les associations
organisent
des rencontres
où les retraités
peuvent
se retrouver
et échanger.
leurs droits et les aides que peut leur
octroyer le RSI (Régime social des
indépendants).
Leur mission de solidarité consiste aussi
à aider les retraités dans les moments
difficiles de la vie, pour les dossiers de
demandes d’aide. Elles facilitent également les relations avec le RSI pour le
suivi des dossiers.
Enfin, dans l’objectif de rompre la solitude, de nombreuses manifestations et
sorties conviviales sont organisées tout
au long de l’année ; atelier prévention
routière, repas de fin d’année, galette
des rois, repas de gala etc.
Mais il peut également s’agir tout simplement, d’instants de convivialité autour
de jeux de cartes ou de jeux de sociétés.
Contactez l’association qui vous concerne Addar Fenara 04 : 4 rue Prête à partir, 04000 Digne-les-Bains.
Tél. : 04 92 31 92 48. Mail : [email protected]
Unirc 04 : CCI des Alpes-de-Haute-Provence, 60 boulevard Gassendi,
04000 Digne-les-Bains. Tél. : 04 92 31 37 49.
Unirc 05 : CCI des Hautes-Alpes, 16 rue Carnot, BP6, 05001 Gap Cedex.
Tél. : 04 92 56 56 05.
Unirc 06 : Immeuble caisse R.S.I Côte d’Azur, 28 boulevard de Riquier,
06300 Nice. Tél. : 04 93 04 15 94.
Fenara Udar 05 : Chambre des Métiers, Square Voltaire, 05000 Gap.
Tél. : 04 92 51 43 83.
Contact Adaram : 140 route Saint-Pierre de Féric, 06000 Nice.
Tél. : 04 93 37 18 67.
M U T U A L I S T E
S E P T E M B R E
13
2 0 10
DROIT
ALCOOL
ÉVALUER
SA CONSOMMATION
valuer sa consommation d’alcool avec un test de 12 questions. C’est
É ce que propose le site www.alcoolinfoservice.fr mis en place par
l’Institut national de prévention et d’éducation (INPES). Si, d’après les
résultats du test, votre consommation comporte des risques, le système
vous conseille d’accéder à un programme de réduction de consommation d’alcool en trois étapes (analyse des motivations et des craintes
liées à la réduction de consommation d’alcool, analyse des habitudes
de consommation, fixation d’un objectif de réduction). À la fin de chaque
semaine, un bilan est proposé avec différents indicateurs.
STATIONNEMENT
Un guide
pour les personnes
handicapées
Qui peut stationner
sur une place réservée ? Qui peut bénéficier de la carte de
stationnement pour
personnes handicapées ? Où faut-il
s’ad re s s er p ou r
obtenir ce type de
carte ? Un guide
pratique a été mis en ligne par le ministère de l’Écologie pour répondre à toutes
ces questions. Il détaille également le
nouveau modèle et les conditions d’utilisation de la carte de stationnement,
sans oublier d’évoquer les obligations
des collectivités territoriales sur le sujet.
Ce guide est téléchargeable sur http://
www.developpement-durable.gouv.fr/
IMG/pdf/stationnement_reserve.pdf
l’état actuel des droits des usagers du
système de santé (indemnisation, accès
à l’Assurance maladie…), les instances
participant à leur application et à leur
respect (représentation des usagers,
associations…). Cet espace est accessible
sur www.sante-sports.gouv.fr/espaceusagers.html
CANCER
Une cartographie
des établissements
L’Institut national du cancer (Inca) a
mis en ligne une cartographie des établissements de santé traitant le cancer.
En cliquant sur le site de l’Inca (www.
e-cancer.fr), l’internaute peut désormais
consulter, pour chaque région, l’ensemble
des établissements de santé qui ont reçu
l’autorisation de prendre en charge des
patients pour les traitements de chimiothérapie, de chirurgie et de radiothérapie.
Une fiche précise les coordonnées et
l’adresse du site Internet de chaque
structure ainsi que les soins prodigués.
BIO
Un guide pour faire
le ménage proprement
L’eau de javel est-elle toxique pour la santé
ou l’environnement ? Faut-il utiliser des
produits antibactériens ? Quels produits
choisir pour désodoriser l’intérieur ?
L’Association santé environnement
France (Asef) et BBvert publient sur
leur site Internet Le petit guide vert du
bio-ménage. Ce mode d’emploi propose
des alternatives aux produits trop agressifs et informe sur les risques liés à l’âge.
L’exposition d’un enfant marchant à
quatre pattes est par exemple beaucoup
plus élevée que chez l’adulte. Ce guide
peut être téléchargé sur www.asef-asso.
fr et sur www.bbvert.fr.
FESTIVAL MOT À MAUX
DROITS DES PATIENTS
DES VIDÉOS CONTRE L’ILLETTRISME
S’informer en ligne
Qu’est-ce que le parcours de soins ?
Comment accéder à mon dossier médical ? L’« Espace usagers » du site du
ministère de la Santé et des sports permet notamment de répondre à ces questions. À l’appui de fiches pratiques et de
dossiers thématiques, le site présente
L E
Plus de 3 millions de personnes souffrent aujourd’hui d’illettrisme.
Depuis 1995, le Syndicat de la presse sociale (SPS) organise des campagnes
d’information pour sensibiliser le grand public. Cette année, il crée
le festival Mot à Maux et lance un appel à la création de vidéos en donnant
l’opportunité aux professionnels, aux étudiants et au grand public
de s’exprimer librement sur l’illettrisme. Les vidéos d’un format
de vingt secondes à une minute sont à envoyer au plus tard le 30 septembre.
Renseignements : www.mot-a-maux.com
M U T U A L I S T E
S E P T E M B R E
14
2 0 10
Épargnez
et ensemble construisons votre avenir !
L.M.D.S vie, l’assurance vie
simple et disponible
1
Un fonds en Euros performant et des supports
nanciers rigoureusement slectionns
2
Les avantages de la gestion en ligne et le conseil
de proimit
3
La force de la 1ère mutuelle du Grand ud allie
au savoir-faire du groupe Generali, 1er assureur
vie en Europe
4
Une solution dpargne moderne et accessible tous*
www.lesmutuellesdusoleil.fr
N°Cristal 0 969 320 322
*Selon les modalités prévues dans la Note d’Information
valant Conditions Générales du contrat d’assurance vie
L.M.D.S vie, produit par e-cie vie, groupe Generali
APPEL NON SURTAXE
LA FORCE D’UN GROUPE À VOS CÔTÉS
pour les soins à domicile
de plus de 60 ans
adultes handicapées
"#
$%
&
&
'
(
)%
)
++
(+/0
22&34&
(53
6&
78777/
907:;<2;=2;7>;)<
(+BBC0
=BD2C
F&
D2277C
907:;<7;=8;<=;<)
(++B
BH
0
(5I&
>J&H4F&
7:777+
H
907:;<>;2D;8:;8:
[email protected]
;A
[email protected]
;A
?7:@
;A