sauvegarde 100 pc harry potter et prisonnier azkaban

Commentaires

Transcription

sauvegarde 100 pc harry potter et prisonnier azkaban
LES RÉSEAUX DE TRAFIC DE CHEPTEL MULTIPLIENT LEURS OPÉRATIONS
PLUS DE 13 000 MOUTONS VOLÉS AVANT L’AÏD
(Page 2)
LIBERTE
Retrouvez
LIBERTE
Chaque dimanche
LE DROIT DE SAVOIR, LE DEVOIR D’INFORMER
CRITIQUES SUR LA LOI
DE FINANCES COMPLÉMENTAIRE
Missoum Sbih
répond tardivement
à Hervé Novelli
(Page 32)
DANS UN DISCOURS
COMMÉMORANT LE 34e ANNIVERSAIRE
DE LA MARCHE VERTE DE HASSAN II
Mohammed VI
veut “marocaniser”
les Sahraouis
par la force
(Page 11)
QUOTIDIEN NATIONAL D’INFORMATION. 37, RUE LARBI BEN M’HIDI, ALGER - TEL. : (021) 64 34 25 (LIGNES GROUPÉES) FAX : (021) 64 34 29 - N° 5223 DIMANCHE 8 NOVEMBRE 2009 - ALGÉRIE 10 DA - FRANCE 1 € - GB 1£ 20 - ISSN 1111- 4290
PLONGÉE DANS L’ÉGYPTE DE MOUBARAK
FOOTBALL, RELIGION
ET CACHE-MISERE
● Cheb
Khaled
animera
un
concert
en Égypte
avant le
match
(Page 8)
De notre envoyé
spécial au Caire :
SALIM KOUDIL
APS
Louiza/Liberté
BACHIR BOUMAZA DÉCÈDE À L’ÂGE DE 82 ANS
UN AUTRE ACTEUR DE LA RÉVOLUTION S’EN VA
(Page 3)
PUBLICITÉ
F4815.
2
Dimanche
8 novembre 2009
ENQUÊTE
LIBERTE
LES RÉSEAUX DE TRAFIC DE CHEPTEL MULTIPLIENT LEURS OPÉRATIONS
PLUS DE 13 000 MOUTONS
VOLÉS AVANT L’AÏD
Par :
FARID BELGACEM
P
lus de 13 000 têtes d’ovins
et de bovins subtilisées et
pas moins de 712 affaires
traitées en moins de dix
mois, tel est le bilan issu
d’une triste réalité à laquelle
font face au quotidien nos éleveurs, dont
leur seule ressource fait l’objet de convoitise des voleurs, des réseaux de banditisme et de criminels, des receleurs, mais
aussi des responsables d’abattoirs clandestins qui profitent, dès qu’une opportunité se présente, pour s’enrichir.
Et les éléments de réponse sont là :
près de 750 personnes impliquées dans
ce nouveau “business” ont été arrêtées,
dont 612 durant les neuf premiers mois
de l’année en cours, selon un bilan établi
par la cellule de communication que dirige le colonel Abderrahmane Ayoub au
Commandement de la Gendarmerie
nationale (CGN).
Aucune bête n’est épargnée étant
donné que les “passeurs” de cheptels ont
même tenté de créer une filière parallèle
de trafic de chameaux et de dromadaires
à partir de la Libye. Et si le vol de bovins
ne constitue qu’un pourcentage minime
de ce trafic, il est clair que la viande ovine
détient le record de trafic puisqu’elle
vient en tête du hit-parade avec plus de
90% des cas signalés, tant sur nos bandes
frontalières terrestres que sur la voie routière où les services de sécurité ont enregistré des transports illégaux de viande
de mouton.
Un coup dur pour nos éleveurs, certes,
mais aussi pour le marché de la viande
qui connaît une flambée des prix à
chaque occasion, comme le mois sacré
du Ramadhan ou encore des fêtes religieuses. En ce sens, on notera d’emblée
dinars ! Et ce ne sont guère les anecdotes
qui manquent : des voleurs ayant subtilisé plusieurs dizaines d’ovins iront jusqu’à
appeler leurs propriétaires pour lui exiger
une… rançon. Une méthode rare, certes,
mais qui renseigne sur l’insolite qui sévit
dans l’esprit et l’univers des bandits.
Même si le phénomène a connu une baisse de plus de 60% par rapport aux années
1990 – plus de 44 000 têtes volées en
1998 –, il en ressort que l’inquiétude de
nos éleveurs ne fait que grandir dès que
les réseaux établis derrière nos frontières
multiplient les complicités tant en Algérie
qu’au Maroc et en Tunisie.
La moyenne de vol
de cheptel est de 15
à 20 cas par mois.
que la moyenne de vol de cheptels est de
15 à 20 cas par mois, alors que cette
même moyenne est revue à la hausse,
soit entre 25 et 30 cas, à l’approche de
grands évènements.
C’est que les voleurs n’agissent pas
seuls — rares sont les cas isolés — à partir du moment où ils travaillent directement avec des maquignons clandestins
ou encore des abattoirs qui exercent au
noir. Évidemment, ils opèrent au profit de
réseaux basés au Maroc, notamment
ceux établis au Rif et au sud du royaume
chérifien, et en Tunisie.
Les statistiques le démontrent : tous
les cheptels dérobés à proximité des
bandes frontalières terrestres sont acheminés vers ces deux pays voisins où les
voleurs empochent des miettes, voire
une bouchée de pain, contre une viande
d’excellente qualité.
Les riverains, dont les liens de parenté
sont déjà établis et connus dans ces deux
pays voisins, participent activement à
l’acheminement des ovins et des bovins
subtilisés par la force à leurs propriétaires. Et si aucune wilaya du pays
n’échappe à ce phénomène, il n’en
demeure pas moins que 80% des cas sont
signalés dans les wilayas de Djelfa,
Naâma, El-Bayadh, Aïn Defla, Chlef, ElTarf, Tlemcen, Sétif, Bordj Bou-Arréridj,
Laghouat, Souk-Ahras et Oum ElBouaghi.
En revanche, les cas enregistrés en
Kabylie, comme dans certaines wilayas du
Centre, sont généralement liés à l’abattage et à la vente clandestins de la viande.
Premières victimes du fléau, les éleveurs,
comme d’ailleurs les simples bergers qui
ne vivent que de ce métier ancestral, fruit
du produit du terroir, n’ont d’autre choix
que de prendre leur mal en patience, et
ce, sachant que les plaintes déposées au
niveau des brigades territoriales de la
Gendarmerie nationale ont facilité le travail aux services de sécurité de retrouver
les auteurs et de récupérer le bétail, que
ce soit sur les axes routiers ou dans les
hangars et autres bicoques où sont dissimulés les cheptels.
D. R.
Nul n’est à l’abri de ce
trafic qui profite à des
réseaux tant internes
qu’externes. Les bergers,
les petits éleveurs, les
transhumants, les fermes
familiales et les
professionnels des étables
font l’objet, chaque jour
que Dieu fait, d’attaques,
d’agressions et de vol de
bétail. À qui profite ce
“business” quand on sait
que l’Algérie subit de plein
fouet les retombées d’un
tel trafic ? Comment
opèrent les voleurs affiliés
aux réseaux nationaux et
internationaux, notamment
ceux basés au Maroc et
en Tunisie ? Mais aussi,
où opèrent-ils et où va
leur “moisson” ? Éléments
de réponse.
DE LA RÉCIDIVE,
DE LA DEMANDE DE RANÇON
ET DE LA TENTATIVE DE MEURTRE
Nos éleveurs n’ont pas en face que les
méandres de Dame Nature pour tenir
bon. En plus de l’épreuve de la sécheresse, de la cherté du foin et de l’aliment de
bétail, ils font face, au jour le jour, à l’insécurité. Armés de patience, apaisés par
le son de leurs pipeaux dans ces vastes
étendues des Hauts-Plateaux, du Sahara
ou encore des montagnes, ils résistent
aux grandes chaleurs, au froid, au vent,
au manque, mais aussi aux maladies qui
guettent leurs cheptels, aux soins onéreux de leurs bêtes et, enfin, aux bandes
de voleurs, eux armés de bâtons, de
barres de fer, d’armes blanches et, souvent, d’armes à feu pour accomplir leur
forfait.
Hormis les rares vols effectués en l’absence du propriétaire, des opérations
minutieusement préparées avec des complicités avérées, la grande majorité des
opérations s’est soldée par des vols qualifiés. Et les circonstances sont beaucoup
plus aggravantes que cela puisse paraître.
En effet, le bilan établi par la cellule de
communication au CGN démontre que
les éleveurs, présents sur les lieux du vol,
sont ligotés, malmenés, agressés, délestés et humiliés dans leur amour-propre. Il
ressort, à cet effet, que les éleveurs sont
passés à tabac avant qu’ils ne soient
délestés de leur cheptel. Bien plus, les
voleurs leur subtilisent l’argent, les téléphones mobiles et tout ce qu’ils trouvent
comme objet de valeur. Le travail de
longue haleine des gendarmes, après des
investigations très poussées, montre que
les voleurs repèrent le lieu, suivent la
trace de l’éleveur et planifient l’opération
avant de s’en prendre aux cheptels. Les
712 enquêtes menées durant les 10 derniers mois montrent, par ailleurs, qu’il
existe même des multirécidivistes dans
ce “business”. Habitués dans le vol et le
recel, ces individus sans scrupules iront
jusqu’à revendre le bétail à des prix sacrifiés, à l’image de deux receleurs qui ont
vendu quatre taureaux pour… 220 000
“AGNEAUX” AU MAROC ET EN
TUNISIE, “MÉCHOUI” EN ALGÉRIE
Ces réseaux ne sont pas forcément
spécialisés dans le vol de cheptels. La
corrélation avec d’autres phénomènes
est de mise dès que les criminels étrangers profitent pour acheminer la drogue,
les cigarettes, les vêtements et autres
produits contrefaits pour empoisonner
l’économie nationale. Pour preuve, des
milliers de têtes d’ovins et de bovins ont
été récupérées par la Gendarmerie nationale, notamment par les éléments des
gardes-frontières (GGF), tant à l’Est
comme à l’Ouest, mais surtout à l’Ouest.
En effet, des troupeaux entiers, abandonnés par les contrebandiers à la vue des
dispositifs des GGF et des points de
contrôle et de surveillance des gendarmes, ont été récupérés et restitués à
leurs propriétaires qui avaient déposé des
plaintes. Mais l’arrière-pensée est ailleurs
! Des deux côtés des frontières, les
voleurs, les receleurs, constitués en associations de malfaiteurs, blanchissent l’argent des ventes pour échapper aux signes
extérieurs de richesse. Cela va de soi
puisque les Marocains, comme les
Tunisiens, s’investissent dans de petits
commerces pour servir de relais, d’éclaireurs et de complices à leurs acolytes.
Véritables “agneaux”, par ailleurs arrivistes
dans le blanchiment d’argent, ils tissent
des petites toiles pour passer inaperçus
et gagner davantage la confiance de leurs
contacts sur le territoire algérien, notamment pour développer d’autres activités
illégales. Les retombées sont déjà là puisqu’on annonce d’ores et déjà que le prix
du mouton connaîtra une hausse assez
sensible, pour ne pas dire aberrante à
quelques jours de la fête de l’Aïd el-Kébir.
Déjà maintenu entre 580 et 700 dinars le
kilo, le prix de l’agneau, le vrai agneau,
sera chèrement payé par les Algériens.
Et le méchoui de la toute prochaine
fête ne sera qu’onéreux.
Le manque à gagner, une donne omniprésente sur le marché du bétail, donne
raison aux éleveurs étouffés par les incessants prêts bancaires – intérêts et agios
obligent à prêter attention – et aux agressions et vols quotidiens. Les éleveurs ont
finalement leurs raisons. Leurs propres
raisons que l’État, par le biais du ministère chargé du secteur, ne convint pas à
partir du moment où même les maraîchers souffrent tant du changement climatique. Et au-delà des faits que la
Gendarmerie nationale relève au quotidien, le flagrant délit est là : le cheptelconnexion met à genoux des éleveurs
dont le seul tort est de pratiquer leur
métier. Une chose est sûre, le marché aux
bestiaux pullule de vols et de recels. Et ce
n’est guère du “congelé” ! Servir “frais” et
“chaud”…
F. B.
Dimanche
8 novembre 2009
L’ACTUALITÉ EN QUESTION
LIBERTE
3
BACHIR BOUMAZA DÉCÈDE À L’ÂGE DE 82 ANS
Un autre acteur
de la Révolution s’en va
Un autre pan de l’Histoire contemporaine de l’Algérie s’enfouit. L’une après l’autre, les figures
de la Révolution s’en vont, sans que l’histoire de cette glorieuse page ne soit encore écrite.
Par :
AZZEDDINE BENSOUIAH
B l’âge de 82 ans. Cet inépuisable
achir Boumaza s’est éteint à
Avec la mort de Bachir Boumaza,
l’Algérie perd un autre témoin
d’une période charnière qui reste à
écrire et, surtout, à dépassionner.
tion de France du FLN, Boumaza
est pourtant connu pour son penchant panarabiste.
APS
militant de la cause nationale au
parcours atypique n’a jamais fait
mystère de ses convictions, quitte
à bousculer l’ordre établi, à faire
grincer des dents ou, carrément, à
déplaire à ses anciens compagnons
de route.
Ce natif de Kherrata a fait ses
débuts dans le mouvement national, sous la houlette de Messali ElHadj, et a poursuivi son combat au
sein du FLN. Emprisonné en France
en 1958, il réussit à s’échapper de
la prison de Fresnes en 1961 pour
gagner l’Allemagne. Durant sa
détention, et en collaboration de
quelques compagnons de combat,
il rédige Gangrène, un livre qui
raconte les méthodes de torture
subies par les prisonniers algériens.
Dirigeant actif dans la Fédéra-
Bachir Boumaza fera partie du
premier gouvernement postindépendance, en tant que responsable
DANS UN MESSAGE DE CONDOLÉANCES
BOUTEFLIKA : “L’ALGÉRIE PERD UN FERVENT MILITANT”
●● Le président Bouteflika a adressé un message
de condoléances à la famille du défunt moudjahid
Bachir Boumaza, décédé vendredi, dans lequel il
affirme que “l'Algérie perd un fervent militant, un
moudjahid convaincu de la justesse de la cause de
sa nation et un fidèle nationaliste qui a voué sa vie
au service de son peuple”.
“Le défunt militant et moudjahid Bachir Boumaza a
rejoint ce jour Le Tout-Puissant”, a écrit le chef de
l'État dans son message. “C'est avec une profonde
affliction que j'ai appris la douloureuse nouvelle de
la mort du regretté qui comptait parmi les nationalistes d'avant-garde. Très jeune, il avait pris
conscience des affres de l'occupant et de ses injustices envers notre peuple. Il rejoint le mouvement
national et accomplit ses missions en sensibilisant
les enfants de son peuple à l'intérieur et à l'extérieur du pays jusqu'au déclenchement de la glorieuse Révolution de Novembre”, a affirmé le chef
de l'État, ajoutant que “le défunt était parmi les pre-
miers à adhérer à la Révolution et à rejoindre ses
rangs, en tant que militant, encadreur et dirigeant”.
“À la fin de la guerre de Libération, il fut parmi ceux
qui ont contribué à l'édification des institutions de
l'État national moderne. Il endossa de grandes responsabilités, occupa des postes supérieurs et couronnera sa carrière en assumant les responsabilités de président du Conseil de la nation”, souligne
le président de la République.
Il a affirmé, dans ce contexte, que les nobles missions du défunt “ne l'ont guère empêché d'accomplir son devoir de militer au sein de la société civile
à travers une association nationale qu'il a fondée et
présidée pour défendre le droit du peuple algérien
à l'indemnisation pour les crimes contre l'humanité
commis à son encontre lors des massacres de mai
1945, jetant ainsi un jalon important dans l'édifice
de sauvegarde de la mémoire collective de la
nation contre l'oubli”.
R. N.
LA DÉPOUILLE MORTELLE EST ARRIVÉE HIER
À L’AÉROPORT HOUARI-BOUMEDIENE
L’hommage des compagnons de lutte
L
a dépouille mortelle de l'ancien président du Conseil de la nation, Bachir
Boumaza, décédé vendredi en Suisse à l'âge de 82 ans des suites d'une longue
maladie, est arrivée samedi à l'aéroport Houari-Boumediene (Alger).
L la
e président du Conseil de
nation, M. Abdelkader
Bensalah,
le
président
de
l'Assemblée populaire nationale,
M. Abdelaziz Ziari, des membres
du gouvernement et des compagnons du défunt étaient présents à
l'arrivée de la dépouille de Bachir
Boumaza qui sera exposée aujourd’hui dans la matinée au siège du
Conseil de la nation où un dernier
hommage lui sera rendu.
L'inhumation aura lieu le jour
même au cimetière d'El-Alia. Dans
des déclarations à l'APS, des personnalités ayant connu Bachir
Boumaza ont toutes salué en lui
son dévouement à la cause nationale et son apport “exemplaire”
dans l'édification de la nation avant
et après l'Indépendance.
Le ministre des Moudjahidine,
M. Mohamed-Chérif Abbas, a
relevé que “Boumaza fut l'homme aux
positions fermes” et qu'il fait partie
des militants “qui furent fortement
attachés à la cause nationale et à la
défense du peuple algérien contre le colonialisme”. M. Abbas a aussi salué le
rôle de Bachir Boumaza dans l'écriture de l'histoire algérienne et sa
contribution, à travers ses livres,
dans le dialogue des cultures et des
religions. “Il a intégré le mouvement
national dès son jeune âge, il a contribué
au recouvrement de l'indépendance de
l'Algérie et n'a ménagé aucun effort pour
bâtir l'État algérien moderne”, a souligné le ministre.
De son côté, le moudjahid
Ahmed Mahsas, qui a connu Bachir
Boumaza après les massacres du 8
Mai 1945, a indiqué que “le défunt a
mené un parcours parfait dans le mouvement national pour la libération du pays
de la horde coloniale”. “J'ai fait sa
connaissance après les évènements dramatiques de Mai 1945 à Sétif, cette
wilaya qui a été complètement détruite.
Nous étions jeunes à l'époque, mais nous
avions déjà l'esprit d'analyse de la situation et avions prévu ce qui allait se pas-
ser”, s'est-il rappelé. “Bachir Boumaza
était un homme extrêmement courageux.
Il a lutté contre le colonialisme et œuvré
pour l'édification de la nation jusqu'au
bout... Nous ne pouvons aujourd'hui que
témoigner qu'il a accompli ses missions
envers le pays avec bravoure et dévouement”, a ajouté le moudjahid
Mahsas. Pour sa part, M.
Abdelkader Bousselham, ancien
ambassadeur qui a connu le défunt
Boumaza, alors qu'il était ministre
de l'Économie nationale, a indiqué
que “cet homme était un exemple de
droiture”, ajoutant qu'“il était une personnalité compétente et qualifiée, qui a
réussi à accomplir des tâches colossales
au sein du gouvernement avec peu de
moyens”. “Boumaza est resté au service
du pays, il a fait face courageusement à
des obligations extrêmement lourdes dans
la gestion des affaires du pays... C'est un
exemple de droiture pour nos cadres et
notre jeunesse”, a encore dit
M. Bousselham.
Synthèse R. N.
de la propagande sous Ben Bella,
puis ministre du Travail. Il sera élu
député de la wilaya de Annaba
dans la première Assemblée
élue, avant de se joindre à
Boumediene, au lendemain de son
accession au pouvoir, pour occuper
le
portefeuille
de
la
Communication, avant de se
retourner contre Boumediene. Il se
réfugiera, d’abord, en France, avant
d’opter pour la Suisse, à Lausanne
précisément. Bachir Boumaza sera
nommé président du Sénat de
1998 à 2001. Une fonction qu’il
quittera, non sans avoir engagé une
bataille pour changer le fonctionnement du Sénat. Le bras de fer
engagé avec le président Bouteflika
conduira à son éviction, à mi-chemin de son mandat.
Bachir Boumaza aura, surtout,
marqué sa présence, ces dernières
années, à travers la création de la
Fondation du 8-Mai-45, laquelle
œuvrera pour la sauvegarde de la
mémoire du peuple algérien.
Prolixe au sujet de la Révolution
et des causes arabes, lorsque l’occasion lui est offerte, Boumaza ne
s’est souvent démarqué du discours officiel et n’a jamais caché
ses amitiés avec l’ancien président
irakien, Saddam Hussein.
Même s’il a toujours œuvré
pour “la décolonisation de l’histoire”
entre l’Algérie et la France.
Estimant que la loi française du 23
février 2005, comme s’apparentant
à “une démarche révisionniste concernant le nazisme”, en faisant l’apologie du système colonial et ne pouvant pas, de ce fait, contribuer à
l’assainissement du contentieux
historique, Bachir Boumaza a plaidé pour une écriture commune
(Algériens et Français) de l’histoire
commune de 132 ans de colonialisme. Avec la mort de Bachir
Boumaza, l’Algérie perd un autre
témoin d’une période charnière qui
reste à écrire et, surtout, à dépassionner.
A. B.
L’ÉDITO
PAR DJILALI B.
Devoir de mémoire
I
Chaque
historique qui
disparaît est un
pan de
l’Histoire qui
s’évapore. Et
ils sont encore
nombreux à
l’âge de
Boumaza à
n’avoir pas
encore entamé
l’écriture
de leurs
mémoires.
ls ont traversé l’Histoire, comme un champ
de mines pour certains, laissant une
empreinte du périlleux passage que les turpitudes du temps risquent, en l’absence de
livres témoins, d’effacer de la mémoire collective. Un autre monument s’en est allé après
avoir parcouru les embûches de l’Histoire tourmentée du pays, suivant dans l’inexorable
logique chronométrique d’autres compagnons
qui ont eu le privilège d’avoir pu goûter, avec
un bonus sur l’âge, à l’ère qu’ils avaient rêvée.
Plus qu’un simple témoin subissant les
évènements, Bachir Boumaza a eu, tout au
long de sa vie, collé à sa peau le militantisme
qui transcende l’espace et le temps pour se
perpétuer comme un signe d’appartenance à
une “race” combative. Cette race en voie de
disparition, usée par l’âge, mais qui n’est pas
toujours prompte, on ne sait pour quelle raison, à prioriser pour l’instant actuel, le présent
et l’avenir, un travail de mémoire pour éclairer
les méandres de l’Histoire nationale.
Des geôles françaises à la citoyenneté
d’honneur irakienne, Boumaza a marqué son
passage attaché au devoir de mémoire et la
Fondation du 8-Mai-1945, hautement symbolique, n’est pas le moindre acte.
Mais combien sont-ils ces octogénaires,
rattrapés par l’irréversible de la nature, à
consolider en apportant leur pierre à l’édifice
aujourd’hui coincé entre les dents de l’engrenage des histoires “individuelles” non sans
être exempts de suspicion avec en trame de
fond de larges contentieux subjectifs que des
lectures érigent en séquence majeure de la
longue nuit de souffrance collective.
Dès lors que ces mémoires vivantes hésitent, quelle ressource restera-t-il pour l’historien dont le travail se résumera au traitement
des archives volontairement distillées au
compte-gouttes ?
Chaque historique qui disparaît est un pan
de l’Histoire qui s’évapore. Et ils sont encore
nombreux à l’âge de Boumaza à n’avoir pas
encore entamé l’écriture de leurs mémoires,
ce tortueux chemin, douloureuse période, qui
donna naissance au 5 juillet 1962, au moment
où l’Histoire les réclame.
Que deviennent alors les promises
mémoires de Boumaza, qui a vécu la colonisation, lutté contre elle et vécu le régime sous
toutes ses facettes ?
D. B.
L’ACTUALITÉ EN QUESTION
Dimanche
8 novembre 2009
4
LIBERTE
UNE ÉTUDE MET EN LUMIÈRE LES DANGERS DE LA POLITISATION DE LA RELIGION
L’islamisme menace
la cohésion nationale
“L’impact de l’évolution de l’islam politique sur la cohésion nationale en Algérie” est le titre d’une
étude, réalisée en septembre dernier, par Amel Boubekeur, sociologue et chercheur au Carnegie Middle
East Center de Beyrouth.
D Boubekeur tente d’approcher
ans
cette
enquête,
mis aux différents mouvements et
partis islamistes de “reconsidérer leur
relation avec l’État”. Outre les opportunités offertes aux partis islamistes, le contexte de boom économique aurait eu un impact sur la
da’wa salafiyya, en lui permettant
de renforcer une affiliation au mouvement, basée sur “l’appartenance à
différents petits réseaux de mosquées et de
commerces.”
Amel
Archives/Liberté
l’islam politique, en analysant
l’évolution idéologique et structurelle des partis islamistes légalisés
et du FIS dissous en Algérie, ainsi
que leur impact sur la cohésion
nationale.
Bien qu’émise sous forme d’interrogation, l’idée-force qui se
dégage se rapporte à ce qu’il y a
derrière le déclin du potentiel
contestataire des partis islamistes.
Ne risque-t-il pas de participer à “la
délégitimation du cadre du parti comme
agent de réforme” et favoriser ainsi
“des formes métapolitiques de contestation islamiste, notamment illustrées par
le succès grandissant du mouvement
salafiste” ? Pour le chercheur, les
partis islamistes légaux ont profité
des “différentes opportunités structurelles” offertes par l’État, dans le
champ politique, en particulier
depuis 1995 “date à laquelle le régime
algérien décida de redonner vie à l’islam
politique”, en autorisant les partis
islamistes à participer à la majorité
des scrutins. Les partis islamistes,
soutient-elle, “n’aspirent plus à une
quelconque révolution islamique” et
sont devenus de “faible résonance”
auprès de la population. Autrement
dit, le régime a réussi à imposer
une dynamique d’”institutionnalisation de l’islamisme”, voire la “parlementarisation” de ses militants,
entraînant “une banalisation et une
routinisation du discours des partis islamistes”, ainsi qu’”une dilution de la
portée contestataire de leur idéologie.”
Seulement, le désintéressement
grandissant des militants islamistes
Une marche des islamistes
à Alger.
de base vis-à-vis du parti politique
a eu, d’après elle, pour effet
d’orienter ces derniers vers “le cadre
antipolitique et peu hiérarchisé de la
da’wa salafiyya”. Ce mouvement,
écrit-elle, permet “une repolitisation
hors partis politiques”, à travers la
forme du réseau et de mouvement
social. “Il n’est pas à exclure que les
anciens membres et activistes du FIS,
ainsi que la base islamiste de la da’wa
salafiyya souhaiteront jouer un rôle
important lors des prochaines élections
(législatives et présidentielle)”, prévientelle. Amel Boubekeur note également que la salafiyya est porteuse
de “radicalité religieuse” qui “pourrait
s’avérer problématique dans l’avenir”. La
sociologue dévoile plus loin que
l’embellie financière actuelle a per-
CONSEIL FÉDÉRAL DU FFS À TIZI OUZOU
Karim Tabbou enfonce les maires
sanctionnés
L du FFS ne s’est pas étalé, hier à
e premier secrétaire national
Tizi Ouzou, sur l’affaire des sept
maires exclus par le parti, suite à
leur participation à la rencontre
des présidents d’APC avec le chef
de l’État, le 25 juillet 2008 à Alger.
À peine s’il a effleuré le sujet
devant les membres du conseil
fédéral de Tizi Ouzou. Karim
Tabbou lancera des fléchettes à
l’encontre de ces élus accusés
d’avoir piétiné la discipline partisane. “Le FFS n’est pas un parti d’applaudisseurs. Ceux qui veulent applaudir Bouteflika n’ont qu’à aller au RND
et au FLN. Quant au FFS, c’est le lieu
de l’intelligence, de la résistance et du
militantisme”, affirme M. Tabbou.
Pour mettre en exergue la constance et le parcours du parti de
Hocine Aït Ahmed, l’orateur rappellera la pagaille installée dans
certaines formations politiques à
la veille des sénatoriales. “Ils sont
en train de casquer de l’argent pour un
siège au Sénat”, dénonce-t-il. Bien
entendu, l’affaire des maires ayant
enfreint la discipline du parti est
vite mise sur le dos du pouvoir qui
“continue de fomenter des manœuvres
pour tenter de déstabiliser le parti”,
analyse Tabbou. “Comme à l’accoutumée, à défaut de réussir la normalisation
et la déstabilisation, le régime fomentera
d’autres scénarios, d’autres frondes
contre le parti, mais le FFS est inébranlable”, tempête le conférencier.
L’occasion pour ce dernier de tomber à bras raccourcis sur le pouvoir
qu’il accuse de tous les maux.
“Aujourd’hui, le pays ne connaît pas de
vie publique”, constate le premier
secrétaire du FFS, qui rappelle au
passage que des militants des
droits de l’Homme, des journalistes et autres syndicalistes “sont
réprimés, emprisonnés pour leurs activités civiles et politiques”. “Aujourd’hui
encore, on censure les livres”, ajoute
l’intervenant. Ayant défrayé la
chronique locale, l’affaire des
P/APC radiés du FFS est revenue
au-devant de la scène, suite à la
démission collective des élus et
des militants de la section de
Tadmaït (Tizi Ouzou). Après la
radiation du maire de Tadmaït, le
28 octobre dernier, tout le collectif
militant, pour dénoncer la sanction jugée “disproportionnée”, a
annoncé publiquement sa “démission collective” du FFS.
Sept maires font l’objet de
sanctions disciplinaires, rappellet-on. Si les présidents d’APC de
Timizart, Tirmitine et récemment
Tadmaït ont été radiés, les édiles
municipaux
de
Yattafen,
Iboudrarène, Akbil et Aït Toudert
ont été suspendus avec 6 ans d’inéligibilité, à l’exception du maire
de Aït Toudert qui, lui, a “écopé” de
3 ans d’inéligibilité dans les rangs
du parti. Concerné également par
la même affaire, le P/APC de DraâBen-Khedda a préféré démissionner du FFS, en avril dernier, pour
rejoindre avec armes et bagages
les partisans de Bouteflika, alors
en pleine campagne électorale
pour la présidentielle. De leur
côté, les maires concernés promettent de riposter.
Actuellement en concertation
avec leurs sections respectives, ils
annoncent, en effet, une conférence de presse pour expliquer à
l’opinion les tenants et les aboutissants de cette affaire loin d’être,
à leurs yeux, uniquement organique. “On donne rendez-vous à la
presse pour mercredi”, annonce le
président de l’APC d’Iboudrarène.
Par ailleurs, le conseil fédéral a été
consacré, outre la situation politique nationale, à l’installation des
commissions statutaires et du
secrétariat fédéral. Une déclaration politique devait être adoptée
par la plénière en fin d’après-midi.
YAHIA ARKAT
LA DA’WA SALAFIYYA :
PRINCIPAL MOUVEMENT
DE RÉISLAMISATION
L’auteure revient sur la participation politique des partis islamistes qui, affirme-t-elle, espéraient pénétrer les institutions pour
prendre le pouvoir.
Mais la révision de la
Constitution, autorisant le président Bouteflika à briguer un 3e
mandat, aurait plongé “la mouvance
islamiste cooptée et oppositionnelle dans
l’impasse”. Selon elle, les dernières
élections présidentielles appuyées,
entre autres, par “la poursuite de la
réconciliation nationale et la réintégration sociale des repentis”, ont mis à nu
“les limites des stratégies de l’islamisme
‘’accommodant’’
de
l’après-FIS”.
Maintenant, alors que les acteurs
islamistes algériens s’interrogent
sur la poursuite de leur “mousharaka” (participation) ou leur retrait, la
da’wa salafiyya “ est devenue le principal mouvement de réislamisation du
pays”, indique-t-elle. Dans sa
conclusion, Amel Boubekeur assure que les évolutions de l’islam
politique en Algérie attestent de “
l’urgence du renouvellement d’une cohésion nationale, qui prenne en compte la
mémoire des années 1990 en premier
lieu”. Elle déplore la faiblesse des “
discours publics de victimes”, puis plaide pour que la “ mémoire de la guerre
civile” soit inscrite dans l’histoire de
l’Algérie. Elle appuie également
l’idée de la mise en place de nouveaux modes de participation et de
négociation politiques, basés avant
tout sur “les compétences professionnelles”. L’étude d’Amel Boubekeur a
été réalisée pour la Fondation
Friedrich-Ebert. Richement documentée, celle-ci est le résultat de
“nombreuses interviews et recherches de
terrain” faites en Algérie de 2006 à
2009. Pourtant, l’enquête aurait pu
être plus complète, en examinant
les problématiques liées à la nature
du système politique algérien, aux
contradictions et limites des élites
algériennes au pouvoir, au poids
qu’avaient des partis politiques
démocratiques au sein de la société et au changement du rapport de
forces à l’échelle nationale ou
mondiale.
HAFIDA AMEYAR
APPROFONDISSEMENT DE LA NOUVELLE
ORIENTATION ÉCONOMIQUE DU PAYS
Louisa Hanoune défend
Ouyahia
L vailleurs (PT), Louisa Hanoune,
a pasionaria du Parti des tra-
ne veut pas entendre parler du
départ d’Ahmed Ouyahia du
Premier ministère. “Nous avons lu il y
a quelques jours dans les colonnes d’un
journal les propos d’une responsable d’un
parti de l’Alliance présidentielle qui accuse certains défenseurs des intérêts étrangers de tout faire pour avoir la tête du
Chef du gouvernement. Nous disons que
ce n’est pas lui qui doit partir mais les
autres responsables qui sont contre les
nouvelles orientations économiques”, a-telle soutenu, hier, à l’ouverture de
la réunion des cadres du PT de la
wilaya d’Alger tenue à la bibliothèque des Frères Baraket à ElHarrach. Aussi, le regroupement de
ses cadres se veut une sorte de rappel des troupes en vue d’une mobilisation populaire — elle compte
lancer une campagne pour recueillir
3 millions de signatures — autour
de la nouvelle orientation économique prise par le pays depuis août
dernier. Elle dit militer pour son
approfondissement. Et même si la
loi de finances 2010 ne remet pas
en cause le “protectionnisme” qui a
présidé à la LFC de 2009, elle estime qu’il ne faut toujours pas lâcher
prise surtout que devant la pression
étrangère, les autorités algériennes
ont quand même lâché du lest en
allégeant la mesure imposant aux
entreprises étrangères de céder
30% de leur capital à un partenaire
national de son effet rétroactif.
“C’est une situation des plus étranges. À
croire qu’on est dans deux républiques”,
s’est-elle indignée. Mais ce ne sont
pas les contestations internes et
externes qui donnent du fil à retorde à Mme Hanoune, mais plutôt l’incohérence qui règne au sein de l’État. Aussi, elle ne s’est pas fait prier
pour, à nouveau, descendre en
flammes le ministre de l’Industrie et
de la Promotion des investissements, Abdelhamid Temmar, son
adversaire de toujours. Le FMI en a
lui aussi eu pour son grade, présenté comme la source de presque
tous les maux de l’Algérie.
L’institution présidée par le Français
Dominique Strauss-Kahn est aussi
accusée de faire du chantage sur les
Algériens pour les pousser à l’achat
de ses obligations. “Nous sommes
contre l’achat de ces obligations car le
FMI n’est pas solvable”, s’est écriée
Mme Hanoune. Mieux, elle a appelé
au gel de l’accord d’association
avec l’UE et à se prémunir contre
toute précipitation pour adhérer à
l’OMC.
Pour ce qui est des prochaines
sénatoriales, Mme Hanoune a assuré
que, même s’il n’y prendra pas part,
son parti ne boycottera pas tout à
fait ce rendez-vous. Comment ?
Elle a révélé que des partis l’ont
approchée pour un éventuel soutien, mais qu’elle a conditionné par
un accord préalable sur certains
points.
A. C.
LIBERTE
TÉLÉVISION NUMÉRIQUE TERRESTRE
Installation des stations
émettrices en décembre
LE
RADAR
Dimanche
8 novembre 2009
5
À L’INITIATIVE DE L’APW
Une maison de la presse
à Tizi Ouzou
DE
L I B E RT E
[email protected]
Page animée par Hamid Saïdani
●● L’installation des stations émettrices de la
Télévision numérique terrestre (TNT) débutera en
décembre prochain à travers
le pays. Le déploiement des
stations TNT dans le pays se
déroulera en 3 phases, dont
la première concernera les
centres de Chréa (la
Mitidja), Tessala (Sidi BelAbbès et ses environs) et
Kef Lekhal (Constantine), a
indiqué le directeur des
études et du développement à TDA, Mohamed
Madour. La seconde phase
permettra d’installer 5 stations pour les centres de
Bordj El-Bahri, Sidi-M’cid,
Meghriss, Aïn Sour
et Mecheria, alors que la
troisième touchera le nord
et le sud du pays avec la
mise en place de 97 stations
de 100 réémetteurs et de 5
stations du réseau intercalaire.
Ceci permet d’aller au-delà
du seuil de couverture terrestre de 80 à 85% de la
population initialement définie par la mise à contribution d’un réseau terrestre
numérique d’émission et,
d’autre part, d’affirmer que
la combinaison des différents moyens de diffusion
(la TNT et le satellite) doivent assurer un objectif de
100% de couverture terrestre, selon M. Madour.
AMBASSADE D’ALGÉRIE À VARSOVIE
Des ressortissants
algériens boycottent
la réception
du 1er Novembre
aura bientôt sa maison de la
presse. L’opération a été
budgétisée dans le BP 2010
qui sera adopté lors de la
session d’automne prévue
le 15 novembre. Le financement a été mobilisé dans le
chapitre équipement pour
une prévision de l’ordre de
25 millions de dinars. Une
cagnotte sera consacrée à
l’acquisition foncière et la
réalisation de l’étude technique. C’est l’Agence de
wilaya de gestion et de
régulation foncière urbaine
(AWGRFU) qui sera le maître
d’ouvrage délégué. D’ores et
déjà, l’agence foncière a
entamé la prospection d’un
terrain susceptible d’accueillir le projet que le toutTizi attend. L’assemblée de
wilaya concrétise ainsi une
promesse électorale.
D’aucuns estiment que la
wilaya de Tizi Ouzou mérite
une maison de la presse
digne de ce nom, du fait de
la forte présence des
médias dans la région.
FAIT RARISSIME DANS LES ANNALES
DES FAITS DIVERS
UN NOUVEAU LIVRE DE RÉGINE
VILLEMONT SUR LES SAHRAOUIS
“Une histoire solidaire
de 1975 à nos jours...”
●● La wilaya de Tizi Ouzou
●● Nombreux ont été les
ressortissants algériens
établis en Pologne qui ont
préféré boycotter la
traditionnelle réception du
1er Novembre qu’organise
chaque année
l’ambassadeur. Ces
Algériens ont voulu à travers
cette action dénoncer le
comportement de certains
responsables au niveau de
l’ambassade qui les auraient
traités, selon eux, avec
mépris. “Vous venez à la
réception uniquement pour
manger et les invités étrangers
viennent pour goûter”,
témoignent certains
ressortissants qui attendent
ce genre d’occasions pour
échanger des informations
sur l’Algérie.
UN NOUVEAU-NÉ MORT
DANS LE CERCUEIL
D’UNE FEMME D’AÏT ZIKKI
POUR PRÉVENIR UNE ÉPIDÉMIE
DE LA GRIPPE A/H1N1
L’Arabie Saoudite lance une
campagne de vaccination
avant le hadj
●● Régine Villemont, secrétaire générale de l'association
Les amis de la RASD, vient de publier aux éditions
L'Harmattan un livre sous le titre Avec les Sahraouis, une
histoire solidaire de 1975 à nos jours... L’ouvrage de 350 pages
raconte le chemin parcouru pendant 34 ans par les
Sahraouis, en quête de leur liberté aux côtés de tous ceux
qui en France, en Europe et en Algérie, ont soutenu et
soutiennent leur revendication légitime
à l'autodétermination et à l'indépendance.
●● L'Arabie Saoudite a débuté hier une campagne de
vaccination contre la grippe A/H1N1 en donnant la
priorité aux employés du gouvernement travaillant pour
le pèlerinage à La Mecque qui débute à la fin du mois.
Les responsables du ministère de la Santé ont été les
premiers à être vaccinés, a rapporté l'agence officielle
SPA. Selon SPA, le vaccin a également été distribué à
tous les organismes gouvernementaux impliqués dans
l'organisation du hadj, auquel doivent participer trois
millions de pèlerins, dont un million résidant en Arabie
Saoudite. La vaccination n'est pas obligatoire pour ces
pèlerins “locaux”, a précisé l'agence. Le royaume a reçu
la première partie d'une commande de 11 millions de
vaccins. Les cas confirmés de la grippe A/H1N1 recensés
dans le pays approchent les 7 000 et le nombre de morts
s'élève à 62, la plupart parmi des malades souffrant de
lourdes pathologies.
●● Un fait rarissime
dans les annales des
faits divers. Une femme
âgée de 81 ans, originaire du village d’Amekrez
dans la daïra de
Bouzeguène, décède à
l’EPH d’Azazga. Sa famille récupère le corps
enveloppé dans une couverture et l’achemine au
village.
Lorsqu’on a fait ressortir
le corps du cercueil, une
femme qui voulait plier la
couverture a été surprise
en retrouvant le corps
d’un nouveau-né enveloppé dans un tissu. Les
villageois ont aussitôt
averti les services de
police et la Protection
civile de Bouzeguène qui
se sont rendus sur les
lieux et ont ainsi procédé
immédiatement à la restitution du corps du nouveau-né à la morgue de
l’hôpital d’Azazga. Une
question reste posée :
comment le nouveau-né
s’est-il retrouvé enveloppé dans la couverture de
la défunte d’Aït Zikki et
dans le même tiroir de la
morgue ? À qui incombe
la responsabilité ?
L’enquête est en cours
pour déterminer les responsabilités. La famille
du bébé, qui serait originaire de Mekla, a récupéré le corps à son grand
soulagement.
6
Dimanche
8 novembre 2009
L’ACTUALITÉ EN QUESTION
LIBERTE
TESTÉE PAR LES SPÉCIALISTES DE L’AUTOMOBILE
Nouvelle Polo, l’allemande la plus
populaire des voitures
Elle aura connu son fulgurant succès tout de suite après avoir été dévoilée en grande pompe
lors de la 13e édition du Salon international de l’automobile d’Alger.
L disponible
bags, ses nouvelles dotations
internes et externes, ajoutés à
l’ABS, son siège-pilote dédié
exclusivement au conducteur
pour un maximum de confort,
d’appuie-tête contre les chocs,
pour ne citer que ces spécificités
qu’exigent
généralement
le
client, témoignent de l’effort de
VW à offrir une Polo refaite et IN
pour ses adeptes. À 1 229 000
DA pour la Trendline, 1 429 000
DA pour la Confortline et 1 689
000 DA pour la Highline, en version 1.4 essence, la Polo affiche
une agressivité des prix pour ses
concurrentes. Un prix de lancement à méditer.
FARID BELGACEM
IL AURA LIEU DU 16 AU
19 NOVEMBRE À LA
SAFEX
La Polo demeure la plus
populaire des voitures
allemandes en Algérie.
noire, le bouclier avant s’intègre
harmonieusement avec, en sus,
l’arrière parfaitement revu et plus
discret grâce à ses feux qui recèlent un goût de l’ancienne génération, cette Polo est un pack à
succès dès son entrée de base,
voire son entrée de ticket. Et tout
se complète puisque son habitacle renferme des matériaux
D. R.
a nouvelle Polo, actuellement
dans sa version
1.4 essence, par ailleurs importée
et commercialisée par Sovac que
dirige Mourad Oulmi, P-DG du
groupe, poursuit son bonhomme
de chemin légendaire pour s’imposer comme l’allemande la
populaire des voitures. Restylée
de fond en comble, à l’exception
de son imposant emblème, cette
diabolique moyenne cylindrée
attise davantage les Algériens. En
témoigne la curiosité manifestée
lors des test-drive effectués par
les professionnels de l’automobile. Elégante, oui, mais surtout
robuste au vu des matériaux
nobles et des technologies que la
firme allemande Volkswagen lui a
consacrés pour son lancement
afin d’assurer son succès certain
sur un marché très compétitif où
la crise financière fait fureur.
Déclinant une superbe couleur black, aux ressemblances à
la mythique Golf VI tant au
niveau du châssis qu’au niveau
du design avant et arrière, la nouvelle Polo est la plus confortable
des citadines et “méchantes” routières qui s’impose avec des
lignes de sportivité exceptionnelles dès qu’on sollicite les
excès qu’elle dissimule sous le
capot. Les traits typiquement
Volkswagen sont là : largeur,
calandre plate, bandeau reliant
les phares et sous la calandre
nobles, une console centrale aux
commandes intelligibles et qui
obéissent au doigt et à l’œil
grâce également à une ergonomie dédiée aux traditionnels
amoureux de la Polo. Toujours à
l’intérieur, les finitions sont irréprochables : sellerie en tissu ou
en cuir intégré, une radio/CD,
(dans deux versions incluant le
MP3), avec quatre ou six hautparleurs ainsi que la prise Aux-In
(Pack Highline), et un espace
radieux pour 5 places réelles. La
sécurité ne déroge pas à la règle !
Tenez-vous bien, la nouvelle Polo
est jalousement conçue pour
décrocher
hautement
ses
5 étoiles méritées au classement
du crash-test Euro-Ncap. Ses air-
FAOUZI BENSEBAÂ, PROFESSEUR EN SCIENCES DE GESTION
(UNIVERSITÉ DE REIMS), À LIBERTÉ
Les opérateurs économiques doivent comprendre
l’environnement dans lequel ils opèrent
Entretien réalisé par :
OMAR OUALI
Liberté : Vous êtes partie prenante des
3e Assises de l’intelligence économique organisées par Vip Groupe.
Quel est le but de ce rendez-vous ?
●● Faouzi Bensebaâ : Il s’agit de pérenniser une manifestation sur une thématique
dont la pertinence ne faiblit pas. En outre,
cette manifestation a la vocation de permettre aux spécialistes de faire part de leurs
réflexions et de leurs travaux sur les dernières
évolutions de l’intelligence économique.
En quoi consistent ces évolutions ?
●● Elles portent sur les outils les plus
récents en matière de collecte de l’information et de sa sécurisation, sur les techniques
les plus efficaces sur le plan de la participation des acteurs des organisations à la création et au partage de la connaissance, sur le
fonctionnement des organisations en modeprojet pour mieux appréhender l’intelligence
économique, etc.
Quel est l’intérêt de ces Assises pour
l’Algérie ?
●● En relation avec la réflexion déjà engagée lors des deux premières Assises, il s’agit
de poursuivre l’effort de sensibilisation des
institutions publiques, des holdings, des
organisations privées, etc., à l’importance de
bien comprendre les mutations en cours
pour développer des comportements proactifs, ou à défaut, réactifs. D’une manière plus
précise, l’objectif est d’attirer l’attention sur
la nécessité de maîtriser l’environnement
dans lequel ils opèrent, d’en anticiper le
changement, d’en saisir les enjeux, de repérer les nouveaux “business models” et de mettre
le doigt sur les opportunités émergentes, de
saisir les nouvelles règlementations, d’appréhender les intérêts des concurrents-adversaires (public ou privé), etc.
La crise mondiale actuelle accentue-telle le rôle de l’intelligence économique ?
●● Plus que jamais. Alors que la concurrence est rendue plus intense par la baisse de la
demande et/ou le changement de sa nature
et par les multiples bouleversements que
connaissent les marchés, les industries, les
entreprises et les institutions nationales ne
peuvent pas se permettre d'ignorer l’intelligence économique. Dans cette perspective,
la politique publique devient incontournable
pour déployer un véritable processus collectif à la hauteur des enjeux économique,
scientifique et commercial auxquels l’économie algérienne est confrontée sur son marché national et face aux acteurs issus de
l’étranger proche, à savoir l’Europe, et du
reste du monde.
Il est donc vital d'organiser un réel partage de certaines informations stratégiques et
de mettre en œuvre tous les moyens
modernes dans la maîtrise et la protection de
l'information, en appui de la stratégie des
entreprises, de leur compétitivité et de leur
développement.
La politique publique joue donc pour
vous un rôle majeur dans l’intelligence économique ?
●● Absolument. Comme il est nécessaire de
faire preuve davantage de vigilance et d’acuité pour identifier les solutions et repérer les
leviers permettant de s’adapter à la nouvelle
donne mondiale et d’imaginer les secteurs
porteurs et les business models de demain,
le recours à l’État semble incontournable. Ce
recours ne porte pas sur le retour de l’État
comme acteur interventionniste dans toute
la sphère économique, à l’ancienne mode,
mais sur un État régulateur et stimulateur,
usant de son pouvoir discrétionnaire pour
susciter les initiatives dans les secteurs et les
domaines qu’il juge nécessaires au bien-être
collectif, tels que la pharmacie, l’électronique, l’agroalimentaire, l’énergie, etc. Enfin,
les institutions de formation — universités,
écoles de commerce, etc. —devraient jouer
un rôle majeur sur le plan de la production
des connaissances, dans la mesure où le
monde de demain sera un monde dans
lequel excelleront surtout ceux qui auront la
technologie soft, à savoir les compétences et
l’expertise. Pour cela, ces institutions et surtout les universités devront accentuer leur
ouverture sur le monde et accepter la
confrontation avec les autres.
O. O.
PARTICIPATION RECORD
AU SALON INTERNATIONAL
DES TP D’ALGER
●● Plus de 110 exposants ont déjà
confirmé leur participation à la 7e
édition du Salon international des
travaux publics qu'organisent
conjointement le ministère des
Travaux public et la Société
algérienne des foires et expositions
(Safex) du 16 au 19 novembre au
Palais des expositions des Pins
maritimes à Alger. Des sociétés
chinoises, américaines, françaises,
italiennes, allemandes, tunisiennes,
turques, danoises, sud-coréennes,
indonésiennes, entre autres,
devraient ainsi prendre part à cette
édition aux côtés de nombreuses
entreprises nationales, dont 18 du
secteur public. Des rencontres
thématiques seront organisées en
marge du salon avec le concours du
ministère des Travaux publics,
signale la Safex. “Le développement
fulgurant du secteur des travaux
publics et les programmes
gouvernementaux colossaux de ces
dernières années en Algérie ont
boosté cet événement de manière
spectaculaire, le propulsant au rang
de 3e salon professionnel de l’année
de par l’intérêt des opérateurs
nationaux et étrangers”, a indiqué à
cet égard la Safex, soulignant que
“des améliorations notables” sont
apportées à chaque édition tant sur
le plan des conditions d'accueil des
exposants que sur le plan de
l’animation en marge du Salon. Ainsi
d’un seul pavillon et d’un site
découvert à l'extérieur, à son
lancement en 2003, ce salon, qui
figurait déjà, entre 1998 et 2002, au
sein du Salon international du
bâtiment, des matériaux de
construction et des travaux publics,
Batimatec occupera lors de cette
édition une superficie record de plus
de 11 000 m2 répartie sur 4 pavillons
et 3 sites découverts. La 6e édition
du salon a vu la participation de
quelque 240 exposants dont une
centaine d'étrangers. Lors de
l'inauguration de ce salon, le
ministre des Travaux publics, Amar
Ghoul, a notamment évoqué le
partenariat “fructueux” qui se
développe chaque année au travers
de telles manifestations et qui
commence à donner ses fruits à
travers les différents projets en
cours de réalisation dans le pays,
notamment en matière d’acquisition
de savoir-faire pour les cadres
algériens.
R. N.
Dimanche
8 novembre 2009
L’ACTUALITÉ EN QUESTION
LIBERTE
7
NOUREDDINE MOUSSA À ORAN
“Il manque 4 000 plans d’occupation de sol”
Après les rencontres d’Alger et de Constantine, le ministre de l’Habitat, Noureddine Moussa, a présidé hier à Oran
le troisième regroupement régional consacré à “l’achèvement des constructions”, au siège de la wilaya, et ce,
en présence des autorités locales et des directions de wilaya de toute l’Oranie.
P document de base relatif “à la
résentant dans le détail le
Le ministre de l’Habitat instruit
les responsables concernés
d’appliquer la loi comme il se doit.
sement des villes. Ainsi en 2007 à
l’échelle nationale, il existait
553 000 bidonvilles dont 92 000
constitués de bâtisses totalement
précaires, 280 000 sont sans structure, 180 000 sont faites juste de
“toub”. Lors de son point de presse
tenu en marge de la rencontre,
Noureddine Moussa évoquera le
APS
mise en conformité et l’achèvement des
constructions”, la loi n°08-15 et le
décret exécutif n°09-154, le
ministre a ordonné à l’ensemble
des responsables et des services
compétents d’appliquer comme il
se doit les textes, et ce, afin d’aller
vers une mise en conformité des
actes d’urbanisme dans les villes
algériennes. Reconnaissant que “la
décennie noire a engendré des dépassements, absence de l’État, des instruments
d’urbanisme inadéquats”, le ministre
estime qu’aujourd’hui cette situation est révolue et que c’est “la fin
de l’amateurisme urbanistique, nous
voulons entrer dans la normalité de l’acte de bâti”, indiquera l’intervenant.
Pour ce faire, le ministre rappellera quelques mesures prises ces
dernières années et qui sont appelées à être renforcées et confortées
sur le terrain telles que les polices
de l’urbanisme chargées de contrôler les traitements des façades, les
études. Par ailleurs, la mise en
place d’un fichier national sur
toutes les opérations urbaines à
planifier répond encore à ce souhait de réglementer et de donner
aux villes algériennes qui sont défigurées une esthétique particulière.
Sur cette question, le ministre
rappellera les chiffres qui donnent
une idée de l’ampleur de l’enlaidis-
rôle de l’Ordre des architectes
pour ce qui est de l’acte de bâtir ou
pour la création d’une charte de
l’habitat. “La charte de l’habitat ou la
charte de la ville doit être proposée par la
société civile, l’architecte qui fait n’importe quoi doit être sanctionné, c’est à
l’Ordre des architectes de le faire, et de
sanctionner ses pairs”.
ILS ONT ÉTÉ RÉVÉLÉS À BRUXELLES
Interrogé sur qui doit sanctionner les pouvoirs publics qui délivrent des permis de construire,
a secrétaire américaine à la
intérieure,
Janet
Napolitano, et le secrétaire général
de l'Organisation mondiale des
douanes (OMD), Kunio Mikuriya,
ont révélé à Bruxelles les résultats
préliminaires de l’opération Atlas,
la plus grande opération multilatérale dans l’histoire du ciblage des
passeurs de trésorerie menée entre
les 26 et 30 octobre dernier. Plus de
80 pays ont participé à l’opération
Atlas (un acronyme pour Assess,
Target, Link, Analyze and Share) qui
a permis la saisie de plus de 3,5
millions de dollars en espèces, et
l’identification de 24 millions de
dollars en espèces qui n’ont pas
été déclarés et détectés dans les
ports d'entrée dans le monde
entier sur une période de cinq
jours, ont annoncé avant-hier les
deux parties. “Dans notre monde de
plus en plus organisé en réseau, la coopération multinationale est essentielle pour
lutter contre les activités criminelles
transnationales”, a déclaré Mme
Napolitano, qui ajoute que “l'an-
nonce d’aujourd'hui reflète un modèle
sans précédent de collaboration internationale que nous allons continuer à développer à l'avenir”.
Pour le SG de l'OMD, “l’opération
Atlas a fourni la plate-forme idéale pour
promouvoir l'application des normes
internationales antiblanchiment d'argent
et des recommandations afin d’améliorer
les techniques de contrôle nationaux, et
renforcer la coopération entre toutes les
parties impliquées dans la lutte contre le
blanchiment d'argent et le financement
du terrorisme”. Selon lui,“cette opération a eu de bons résultats qui montrent
également les avantages qui découlent
d’une coopération coordonnée et ciblée
interinstitutions au niveau national”.
Les organismes américains
Immigration
and
Customs
Enforcement (ICE) et Customs and
Border Protection (CBP) ont
conduit cette opération avec l'aide
de l’OMD, en utilisant le système
CENcomm, un outil de communication sécurisé mis au point par
l'OMD. L’opération a été soutenue
par Interpol et Europol. Atlas opé-
ration s'inscrit dans la volonté partagée par Napolitano, Mikuriya et
les pays membres de l'OMD, dont
l'Algérie fait partie, à poursuivre
l’expansion des efforts de coopération visant à dissuader les organisations de contrebande transnationales dans le monde et de renforcer la sécurité mondiale et les
efforts mutuels pour dissuader les
terroristes et autres criminels,
expliquent les deux parties.
Napolitano entreprend actuellement une longue visite de travail en
Europe et au Moyen-Orient pour
rencontrer ses homologues et discuter avec eux du partage de l’information et la protection de la vie
privée. Elle veut également renforcer les efforts de collaboration
pour sécuriser les réseaux du
cybermonde, et pour une réponse
internationale à la pandémie mondiale de A/H1N1, ainsi qu'une coordination pour lutter contre les activités criminelles transnationales et
la menace mondiale du terrorisme.
SYNTHÈSE R. N.
DJAMILA LOUKIL
RACHID BENAÏSSA À MÉDÉA
“Relance du projet de mise
en valeur de la plaine
de Béni-Slimane”
Les résultats d’une opération internationale
n inaugurant la Foire agricole
E de Médéa, hier, M. Rachid
de lutte contre le blanchiment d’argent
Benaïssa,
le
ministre
de
L Sécurité
comme ce fut le cas pour les projets de la place Karguentah d’Oran,
ou celui près du pont Zabana, le
ministre reconnaîtra que la responsabilité est partagée d’une part par
l’administration, et le jury qui choisit ces projets généralement soumis aux concours. Sur ces questions de projets implantés là où il
ne faut pas, une loi réglemente
cette situation qui porte sur la
croissance urbaine et avec l’existence des PDAU qui doivent planifier sur plus de 20 ans. Dans ce
cadre de croissance et de développement urbain, il existe en effet
des
instruments
d’urbanisme
comme les PDAU et les POS mais là
aussi le décalage entre les textes et
leur application sur le terrain est
criant. D’ailleurs, le ministre reconnaîtra une fois encore cette situation, en livrant une nouvelle fois
des statistiques qui en disent long.
Ainsi sur 1 051 PDAU, 500 restent
encore à réaliser, plus grave pour
les POS, sur les 12 000 POS existants plus de 4 000 manquent. Une
façon d’instituer un vide en matière d’instrument urbanistique.
l’Agriculture et du Développement
rural, a exprimé sa satisfaction à
propos de la volonté ressentie au
sein des agriculteurs de relever le
défi en ce qui concerne l’augmentation de la production dans les
différentes filières agricoles.
Il annoncera à l’occasion d’une
rencontre tenue avec les agriculteurs et organismes spécialisés, au
niveau du centre de formation et
de vulgarisation agricole de Médéa,
que le programme de relance de la
plaine agricole de Béni-Slimane, 60
km à l’est du chef-lieu de wilaya, va
connaître un début de réalisation
grâce à la mise en œuvre de plusieurs projets, dont celui relatif à la
construction d’un barrage d’une
capacité de 23 millions de m3 qui
permettra d’irriguer quelque 2 000
ha. Le ministre a rappelé que le
programme de l’État a pour objectif de réduire la dépendance alimentaire du pays car, dira-t-il, il y
va de sa souveraineté. Et d’exhorter les responsables locaux à tout
mettre en œuvre pour réduire dras-
tiquement le niveau de la jachère
qui représente encore plus de 50%
de la surface agricole utile de la
wilaya.
“La wilaya de Médéa est appelée à
donner l’exemple en matière de développement agricole intégré et équilibré en
augmentant les rendements dans les différentes filières afin d’arriver à de
meilleurs résultats dans le cadre des
objectifs retenus”. L’occasion de la
rencontre a donné lieu à l’organisation d’une cérémonie de remise
d’un prix de reconnaissance à un
agriculteur pour les efforts accomplis en matière de mise en valeur
d’une importante superficie, en
dépit de sa localisation dans une
zone difficile et escarpée.
En effet, l’agriculteur Fodili
Saâd, dont l’exploitation se trouve
à Bouskène, 65 km à l’est du cheflieu de wilaya, est arrivé en
quelques mois seulement à créer
une exploitation agricole intégrée
où des productions arboricoles sur
40 ha, un élevage de bovins, d’un
effectif de 100 têtes, et un élevage
avicole de 22 000 têtes ont été
obtenus.
M. EL-BEY
RÉUNION DU G20 EN ÉCOSSE
La stabilité du système financier international au menu
L pays industrialisés et émergents de la
es financiers du groupe des 20 grands
planète se sont
réunis, hier, à SaintAndrews, en Écosse. À l’ordre du jour de leur
rencontre, figurent plusieurs questions d’importance : il s’agit, entre autres, de la stabilité du système financier international et de
l'économie mondiale, ainsi que du financement de la lutte contre le changement climatique.
Il est utile de noter, à cet égard, que la
réunion des ministres des Finances et banquiers centraux du G20 porte, notamment
sur la mise en place du “cadre de travail” décidé lors du sommet de Pittsburgh, aux États-
Unis, fin septembre. Il s’agit, dans les faits,
d’un mode de fonctionnement basé sur la
surveillance multilatérale avec le Fonds
monétaire international comme arbitre. À ce
propos, la Grande-Bretagne, par la voix de
son Premier ministre, Gordon Brown, a appelé les pays membres du G20 à assurer l’équilibre du système financier international, en
proposant notamment une taxe sur les transactions financières internationales.
Entre autres mesures proposées par le
Premier ministre, figurent “une prime d'assurance reflétant le risque systémique, la création d'un
fonds, des dispositions sur le capital, ou une taxe sur
les transactions financières internationales”.
M. Brown a noté que quelles que soient
les mesures envisagées, elles doivent
répondre à quatre principes, notamment être
“mondiales”, en étant “appliquées par tous les
centres financiers responsables, États-Unis, Europe,
Asie, Moyen-Orient et Suisse”, ne pas causer de
“distorsion”, et “venir à l'appui de l'action déjà
entreprise”. Le ministre britannique des
Finances Alistair Darling a exhorté, hier, ses
collègues à trouver les bases d'un accord sur
le financement de la lutte contre le changement climatique. La communauté internationale est censée trouver, en décembre à
Copenhague, un accord visant à lutter contre
le réchauffement climatique pour remplacer
le protocole de Kyoto, qui expire en 2012.
Mais un mois avant ce grand rendez-vous, les
négociations piétinent.
Sur un autre volet, et au lendemain de la
publication au Journal officiel d'un arrêté reprenant les mesures décidées en France pour
encadrer les bonus des banquiers, la France,
par la voix de sa ministre des Finances
Christine Lagarde, a insisté sur le respect des
règles communes en matière de bonus et de
régulation bancaire, appelant à “graver réellement dans le marbre le fait que nous voulons arrêter
les excès, mettre fin aux abus, et aux bonus qui incitent à prendre des risques”, a-t-elle dit.
NADIA MELLAL B.
8
Dimanche
8 novembre 2009
L’ACTUALITÉ EN QUESTION
LIBERTE
PLONGÉE DANS L’ÉGYPTE DE MOUBARAK
FOOTBALL, RELIGION
ET CACHE-MISÈRE
sourates sur le devant de leurs commerces et maisons. J’ai même vu devant la porte d’entrée d’un
cabaret la ilaha ilala allah (il n y a de Dieu que
Dieu : ndlr)”.
“Quel bonheur ! Le médecin a exigé
de moi de ne plus manger de
viande et en plus il m’a dit que mon
cas est désespéré, donc je vais
pouvoir, en plus, épargner l’argent
du médicament”. Il s’agit du texte
d’une caricature, publiée avant-hier
sur les colonnes de l’hebdomadaire
Rose El Youcef , d’un vieil homme
sortant tout souriant d’un
cabinet médical.
De notre envoyé spécial au Caire :
SALIM KOUDIL
Les signes de pauvreté sont
devenus impossibles à dissimuler
dans les quartiers du Caire.
D. R.
U
ne représentation donnant
plus ou moins une idée sur
une réalité sociale égyptienne des plus pénibles. Il suffit
de marcher dans les quartiers
du Caire pour s’apercevoir à
quel point la pauvreté règne dans ce pays
aux 80 millions d’habitants (dont 17 millions
dans la capitale). Même les quartiers réputés
chics ne sont pas épargnés par les signes
d’une misère dont la vue est souvent choquante. Zamalek en est la meilleure illustration. Le “Hydra” du Caire n’est plus le même.
Dans ce quartier, il n’est pas rare de trouver,
dès la tombée de la nuit, des vieux en galabieh
(longue robe traditionnelle masculine) “préparer” leur lit de fortune en carton à quelques
mètres seulement de la terrasse d’un restaurant bondé de touristes. Les premiers à le
déplorer sont les anciens habitants. “En
quelques années, tout s’est transformé ici”, nous
dira un commerçant de la grande rue du 26Juillet. “Il y a trop de saletés et les nécessiteux ont
envahi nos ruelles”, ajoutera-t-il. Tous se disent
dans l’impossibilité de “repousser ses envahisseurs” qui ne sont pas les bienvenus.
Mis à part quelques rares petits “îlots” de
prospérité, à l’instar de Garden City, les
signes de pauvreté sont devenus impossibles
à dissimuler dans quasiment tous les
endroits de la capitale. Un peu moins du côté
de Khan Khalili (l’un des lieux privilégiés des
touristes), mais d’une flagrante acuité
ailleurs. Ainsi, la partie ancienne de la capitale est submergée de mendiants surtout du
côté des lieux de culte. Un touriste aura tout
le mal du monde à circuler du côté de la
mosquée de Sayyida Zineb. Pas seulement à
cause de la foule impressionnante y circulant. Les mendiants, dont beaucoup de handicapés, harcèlent (et le mot est faible) tout
étranger en demandant l’aumône avec des
“méthodes” d’avilissement souvent insoutenables. Aussi, il n’y a pas que les miséreux
qui sont dans une situation de nécessiteux,
comme nous l’affirmera un avocat. “Le pays
n’a plus de classe sociale moyenne. Il ne reste que les
pauvres et les riches.” En Égypte, si vous n’êtes
pas mendiant, et si vous n’appartenez pas à
la catégorie “aisée”, vous ne pouvez être
qu’un pauvre en sursis.
Un état des lieux qui ne fait que se dégrader au fil des années. “L’espoir de voir les choses
s’améliorer ne semble plus exister” dans le lexique
des habitants de Oum Dounia. Le pouvoir
d’achat est la première préoccupation des
Égyptiens. À l’instar des Algériens, le match
du 14 novembre est défini ici comme l’opium
servi au peuple pour oublier les problèmes
quotidiens : “On le sait et on est consentant parce
qu’on a envie d’oublier notre misère. Une qualification au Mondial sera pour nous des moments de
bonheur à ne pas rater.”
QUESTION D’“OPIUM”
L’autre opium “plébéien”, en l’occurrence la
religion, fait également parti du décor local.
Même le football s’est vu “envahi” par des
signes de religiosité. En plus du surnom de
l’EN égyptienne, “fariqou a sadjidine” (l’équipe
de ceux qui se prosternent) il y a bien
d’autres facettes de cette alliance entre le
football et la religion. Pour Mansour, taxieur
d’une quarantaine d’années, l’“arme de destruction massive” des Égyptiens pour le match
de samedi prochain n’a rien à voir avec la
qualité des éléments du coach Shehata : “Ce
qu’aucun Égyptien n’osera dire, surtout pas devant
un Algérien, est que notre adversaire a une meilleure équipe, et la seule manière de le battre est d’utiliser notre redoutable arme : prier”. En Égypte, qui
dit religion ne veut pas dire uniquement
islam. Les Coptes chrétiens (environ 8 millions) sont très présents. Souvent, on peut
les reconnaître à la petite croix tatouée sur
l’avant-bras de beaucoup d’entre eux.
“Certes, ce n’est pas flagrant mais il y a une réelle
guerre froide entre les deux communautés”, affirme
Rabah, un étudiant algérien installé en Égypte depuis trois ans. “Chacun affiche sa religion à
sa manière. Les musulmans mettent souvent des
DÉSORDRE ET VACARME
Une autre caractéristique du Caire, en
dehors du manque d’hygiène, est l’incroyable
cacophonie dans la circulation. À voir comment circulent les voitures, il est impossible
de croire qu’un code de la route existe même
s’il y a de nombreux agents de la circulation.
En plus du vacarme incessant, avec des
klaxons jour et nuit, la pollution est omniprésente. Quelques minutes de marche dans la
rue d’El Azhar et vous vous sentirez dans la
peau de quelqu’un qui a fumé trois paquets
sans interruption. On ne peut omettre la présence d’un très grand nombre de taxis : “Si
nous en avions autant à Alger tout le monde aurait
garé sa voiture”, dira un homme d’affaires algérien de passage au Caire. Cependant, la plupart des habitants de la capitale se contentent des bus pour se déplacer, pouvoir
d’achat oblige. La différence des prix est très
significative entre les deux moyens de transport (entre 0,5 et 1 lire égyptienne pour les
bus et au moins 5 le taxi).
DÉCALAGE
DES PRÉOCCUPATIONS
Concernant la politique, le premier constat
flagrant est le grand déphasage entre les
médias (presse écrite ou télévision) et la
population. Alors que les grandes manchettes
des journaux sont dédiées à l’imminence d’un
remaniement ministériel, ou aux débats
autour des prochaines élections législatives
(prévues en 2010), la “plèbe” semble totalement s’en désintéresser. Pour un journaliste
de l’une des 10 chaînes étatiques, ce n’est
point une surprise : “Les Égyptiens ont bien
d’autres préoccupations que de se pencher sur la politique. Le plus important c’est de trouver des solutions
pour survivre.” L’autre sujet-phare des médias
est la succession du président Moubarak,
avec la possible intronisation de son fils,
Gamal. Sujet paradoxalement occulté par la
population. Par contre, elle est de plus en plus
inquiète de la grande propagation de la grippe
H1N1 qui prend les allures d’une véritable épidémie dans le pays. Avec près de 5 000 décès,
c’est carrément la psychose surtout au niveau
des établissements scolaires.
S. K.
CHEB KHALED ANIMERA UN CONCERT EN ÉGYPTE DEUX JOURS AVANT LE MATCH
60 000 ÉGYPTIENS LUI PROMETTENT UN AVANT-GOÛT
DE L’AMBIANCE DU CAIRO STADIUM
Toujours aimantés par le big
match du 14 novembre, les
jeunes Égyptiens, surtout
Cairotes, s’agitent depuis hier à
la recherche du billet d’entrée
au… concert de Cheb Khaled.
L
e roi du raï est très attendu pour le
concert qu’il animera deux jours
avant la rencontre, soit le 12
novembre, dans la ville du “6
octobre” (à 30 minutes de route de la
capitale) au sein de l’académie
Akhbar El Youm. Un rendez-vous qui
suscite déjà l’intérêt. D’ailleurs, les
billets d’entrée sont en train de se
vendre depuis deux semaines environ. Au seul point de vente, au
bureau du Akhbar Al Youm (quotidien local) des dizaines de jeunes se
déplacent quotidiennement, soit
pour acheter, soit pour s’enquérir
des conditions d’entrée. Il est même
attendu plus de 60 000 spectateurs
pour le concert, surtout que Cheb
Khaled chantera en duo avec la star
numéro un de la chanson égyptienne, Mohamed Mounir. Ce dernier a
l’habitude de remplir toute les salles
dans lesquelles il chante et cela dans
toutes les régions de son pays. Le
fait qu’il sera accompagné d’une star
mondiale, qui en plus a la particularité d’être algérienne, donne déjà un
cachet spécial au spectacle attendu.
Cette initiative du journal égyptien
rentre dans un cadre particulier et a
essentiellement pour but, selon ses
initiateurs, d’“apaiser la tension
entre les deux peuples et calmer les
esprits”. Les jeunes rencontrés pas
loin du point de vente étaient très
enthousiastes
à l’idée d’y aller.
Pourtant la cherté des billets soit
presqu’un salaire aurait pu leur faire
rebrousser chemin. À 75 livres égyptiennes (l’équivalent de 1000 DA)
l’entrée, c’est considéré comme très
cher en Egypte surtout devant le
pouvoir d’achat de la population qui
dégringole de plus en plus. Il faut
noter qu’il est plus cher que le billet
d’accès (50 et 15 LE pour les deux tribunes inférieures) au stade du
Cairo Stadium. “On sera très nombreux au concert, parce qu’évidemment, on aime Mohamed Mounir et
surtout parce que la présence de
cheb Khaled est très spéciale pour
nous” affirma, le regard malicieux,
un jeune étudiant rencontré hier. Une
fille à ses côtés ira dans le même
sens tout en ajoutant: “Je ne serai
pas au stade pour le match et je vais
me rattraper à l’avance”. Tous s’accordent, même si c’est avec humour,
à vouloir faire devant cheb Khaled
une répétition de l’ambiance que
vivront les joueurs algériens deux
jours après dans le chaudron du
Cairo Stadium. Dans ses déclarations à la presse après avoir accepté
l’invitation, cheb Khaled avait annoncé qu’il sera au Caire dès le 9
novembre (soit lundi prochain).
Il précisa également qu’il espère
que le concert aidera à “adoucir
quelque peu les esprits des supporters des deux pays afin de présenter
le match du 14 novembre comme
une rencontre fraternelle et non pas
comme une guerre”.
S. K.
PUBLICITÉ
A.F.
L’ACTUALITÉ EN QUESTION
LIBERTE
Dimanche
8 novembre 2009
À L’OCCASION D’UNE VISITE ÉCLAIR À CONSTANTINE
9
LOUNÈS
GAOUAOUI
Saâdane : “Vous pouvez nous
faire confiance !”
“JE FERAI DE MON
MIEUX POUR
PRÉSERVER MA CAGE
FACE À L'ÉGYPTE”
A égyptien Hassan Shehata suait
u moment où son alter ego
Liberté
L
Liberté
sous le soleil d’Assouan et se creusait les méninges pour trouver la
solution idoine à l’occasion d’un
non-match face à un semblant de
sélection tanzanienne, Rabah
Saâdane se replongeait, avec
volupté, dans ses souvenirs passés,
à la faveur d’une virée à
Constantine chargée d’émotion, de
nostalgie et de mélancolie.
Bien que cette visite éclair ait
été dictée par un devoir de mémoire vis-à-vis d’un parent décédé,
Rabah Saâdane ne s’est pour
autant pas privé d’un bain de foule
forcé, imposé inévitablement par
sa popularité jamais altérée dans
Constantine-ville, là précisément
où il a fourbi ses armes d’adolescent au secondaire.
Alors qu’il tentait d’effectuer un
petit tour en ville, question de se
retremper dans l’ambiance typiquement constantinoise où le bol
de pois chiches n’est jamais loin,
mercredi après-midi, le responsable technique des Verts a, ainsi,
été littéralement entouré d’une
impressionnante grappe humaine
composée essentiellement d’inconditionnels de “la Nationale” au
point que pour atteindre son véhicule personnel, il aura fallu l’intervention énergique, mais pas un
brin de violence des agents de la
Sûreté nationale.
Pas du tout inquiet, encore
moins stressé, mais plutôt tout
sourire et très décontracté, le
patron de l’EN s’est d’ailleurs
prêté, très aimablement, au jeu des
questions-réponses des supporters
des Verts. Et là encore, au moment
où son vis-à-vis égyptien Hassan
Shehata fuyait les micros et les
interrogations des professionnels
de la presse, Rabah Saâdane, lui,
parlait sans ambages au “peuple”
algérien, à qui il a voulu transmettre “sa grande confiance” et “sa
totale certitude de vaincre au Caire”.
“Les jeunes ! Ne vous inquiétez pas !
Nous savons pertinemment ce qui nous
attend au Cairo Stadium ! Nous irons
non seulement pour assurer la qualification au Mondial, mais surtout pour
gagner cette rencontre ! Alors, de votre
côté, préparez-vous à festoyer car, je vous
assure que c’est l’Algérie qui ira au
Mondial”, lancera, en substance,
Saâdane à l’adresse de ce public
local qui lui a réservé le plus beau
témoignage de son attachement à
sa personne, lui le Constantinois
d’adoption.
H. SAMIR
HISTORIQUE DES CONFRONTATIONS ALGÉRO-ÉGYPTIENNES
Les Verts mènent le bal
D chain rendez-vous décisif entre l’Égypte et
e par l’importance qui caractérise le pro-
l’Algérie, nous avons jugé utile de faire un tour
aux archives pour revenir sur l’histoire des
confrontations footballistiques entre les deux
nations, considérées parmi les plus grandes de
la balle ronde du continent. L’Algérie et l’Égypte
se sont rencontrées à 17 reprises dans des
matches officiels que les Verts ont dominés avec
7 victoires contre 4 pour les Pharaons, alors que
les 6 autres rencontres s’étaient soldées par des
résultats nuls. Les Algériens mènent le bal aussi
quant au nombre de buts marqués, puisqu’au
cours de ses 17 rencontres officielles, les Verts
ont inscrit 21 buts en encaissant 17 seulement.
Le premier match officiel ayant opposé les deux
pays s’était joué le 8 septembre 1969 au Caire,
pour le compte des éliminatoires de la CAN1970 au Soudan. L’Algérie s’était inclinée 1 à 0
dans ce match aller, pour se contenter du nul 1
à 1 lors de la manche retour (19 septembre). Les
deux équipes se sont rencontrées 6 ans plus
tard dans le cadre des Jeux méditerranéens 1975
que l’Algérie avait organisés sur son sol. Le
match s’était soldé par la victoire des Batrouni
et consorts par 1 à 0. En 1978 et plus précisément le 16 juillet, un nouveau match avait
regroupé l’Algérie à son rival égyptien dans le
cadre des Jeux panafricains organisés à Alger et
s’était soldé par un nul (1-1). Lors de la CAN1980 au Nigeria, les Verts alors au sommet de
leur art avaient rencontré en demi-finale les
Égyptiens du légendaire El-Khatib. La partie
s’était terminée par 2 buts partout, mais les
Algériens s’étaient imposés dans la série des tirs
au but 4 à 2. Trois ans plus tard, les Égyptiens
avaient réussi à laver l’affront dans la campagne
des qualifications pour les JO 1984 de Los
Angeles, en réussissant de revenir avec le point
du match nul (1-1) en Algérie et de gagner 1 à 0
au Caire pour arracher sa qualification pour le
rendez-vous
olympique
des
États-Unis.
Quelques mois après, les deux pays ont été croisés en Coupe d’Afrique 1984 en Côte-d’Ivoire
pour la troisième place de ce tournoi. Les
Algériens ont pris le dessus sur un score lourd
de 3 à 1. Cinq années après, soit en 1989, les
deux nations se retrouvent pour la première fois
dans le même groupe des éliminatoires du
Mondial italien 1990. Le match aller qui s’est
déroulé à Constantine n’a pas connu de vainqueur (0 à 0). C’était justement le match qu’il
fallait gagner pour les Verts qui se sont fait
battre 1 à 0 au Caire le 17 novembre 1989 et du
coup privés d’une troisième participation de
suite à une Coupe du monde. Depuis cette
fameuse défaite, les Algériens se sont repris en
dominant pratiquement toutes les confrontations avec leurs homologues égyptiens. De 1989
jusqu’en 2009, l’Algérie n’a perdu qu’une seule
fois en sept matches. C’était le 11 mars 2001 en
Égypte pour le compte des éliminatoires du
Mondial asiatique organisé par la Corée et le
Japon en 2002. Notre EN s’était inclinée 5 à 2 en
match aller au Caire. Les deux équipes se sont
neutralisées, le 21 juillet de la même année, lors
de la rencontre retour à Annaba 1 à 1, un résultat qui a éliminé les Pharaons de la participation
à la Coupe du monde. Les Verts ont fait un
deuxième match nul 1 à 1 au Caire en juillet
1995 pour le compte des qualifications de la
Coupe d’Afrique 1996. Ils ont gagné, en
revanche, à quatre reprises : en 1990 lors de la
CAN algérienne (2 à 0), en janvier 1995 lors des
éliminatoires de la CAN sud-africaine de 1996 (1
à 0), en 2004 lors de la CAN tunisienne (2 à 1).
La dernière éclatante victoire des poulains de
Saâdane remonte au mois de juin dernier, lorsqu’ils se sont imposés avec l’art et la manière 3
à 1 devant les coéquipiers d’Aboutrika.
M. B.
Shehata : “je reste très confiant”
L égyptienne de football, Hassan
e sélectionneur de l'équipe
Shehata, reste confiant pour le
match face à l'Algérie, prévu le 14
novembre au Cairo Stadium, comptant pour la 6e et dernière journée
des qualifications jumelées CMCAN-2010. “Je suis très confiant quant
à la possibilité de mon équipe de passer
l’écueil de l’Algérie et de se qualifier pour
le Mondial. J’espère que la chance sera de
notre côté. Maintenant, c'est aux joueurs
de faire leur boulot sur le terrain, ils sont
très motivés pour cette rencontre capita-
le”, a déclaré Shehata samedi au
quotidien Al Gomhouria. Revenant
sur le match amical disputé contre
la Tanzanie (5-1), jeudi au stade
d'Assouan à l’issue du dernier jour
du stage effectué dans cette ville,
Shehata relève des points positifs.
“Cette rencontre, certes face à une
équipe modeste, m’a permis de constater
beaucoup de choses positives. Le retour
gagnant de Imad Motaeb (auteur d'un
doublé) et la solidité affichée par l’équipe
est de bon augure pour le match face à
l'Algérie, même si le contexte sera diffé-
rent”, a-t-il expliqué. À une semaine du match, le sélectionneur
égyptien estime qu’il reste un grand
travail à accomplir, lors de la
deuxième phase de préparation,
prévue au Caire.
“Lors du stage d'Assouan, les joueurs
ont beaucoup sué, chose qui m’a fait
énormément plaisir, mais cela n’est pas
suffisant pour dire que nous sommes à
100% prêts pour le match. Au Caire,
nous allons essayer d’apporter les derniers réglages pour être en possession de
tous nos moyens.”
Concernant la blessure contractée par le milieu offensif du Ahly
Dubaï, Hosny Abderabou, incertain
pour le match face à l’Algérie,
Shehata ne cache pas son optimisme quant à la présence le 14
novembre de l’une de ses pièces
maîtresses.
“Le joueur est soumis actuellement à
des soins intensifs par le staff médical. Je
reste presque persuadé qu’il pourrait être
remis sur pied car il est armé d’une grande volonté pour être présent à ce rendezvous.”
a gardien international
algérien de l'ASO Chlef,
Lounès Gaouaoui, a affirmé
hier peu avant le départ de
l'équipe nationale en Italie,
qu'il ne lésinera pas “sur les
efforts” pour tenir au mieux
son rôle face à l'Égypte, le 14
novembre au stade du Caire,
à l'occasion de la 6e et dernière journée des qualifications
jumelées CM-CAN 2010. “Je
suis conscient de la tâche qui
m'attend, d'autant que nous
serons appelés à rester bien
soudés derrière. Je ferai de
mon mieux pour préserver
ma cage vide devant les
Égyptiens, chose qui va nous
permettre de nous qualifier
inch’Allah à la Coupe du
monde”, a déclaré le portier
de l’ASO. Pour se qualifier au
prochain Mondial, prévu en
Afrique du Sud, l'Algérie
n'aura besoin que d'un match
nul, sinon d’une défaite de
moins de deux buts.
Selon Gaouaoui, l'Égypte
jettera toutes ses forces en
attaque pour marquer et
essayer de renverser la
vapeur.
“Je sais que je serai très
sollicité lors de cette rencontre, chose qui va me
pousser à bien me concentrer sur mon sujet, même si la
pression sera très forte le
jour du match”, a-t-il ajouté.
Selon Gaouaoui, le rôle du
sélectionneur
national,
Rabah Saâdane, sera déterminant dans l'objectif de galvaniser ses troupes et les
libérer sur le plan mental.
“Je suis persuadé que
Saâdane va trouver les mots
justes pour nous préparer à
ce rendez-vous capital. C'est
vrai qu'on n’a pas besoin
d'être motivés, mais un travail psychologique s'impose
dans ce genre de rencontres”, estime Gaouaoui.
La sélection algérienne,
constituée de joueurs locaux,
est partie samedi en Italie
pour un stage préparatoire
dans la région de Florence,
qui s'étalera jusqu'au 12
novembre, le jour du départ
des Verts en Égypte.
Les joueurs évoluant dans
les différents clubs européens vont intégrer le stage à
partir d’aujourd’hui, à l'exception de Karim Ziani (VFL
Wolfsburg), qui devra entamer le stage samedi avec les
joueurs évoluant dans le
championnat algérien.
10
ENTRETIEN
Dimanche
8 novembre 2009
LIBERTE
HAKIM DARBOUCHE À LIBERTÉ
L’ÉNERGIE AU CŒUR DES RELATIONS
ALGÉRO-EUROPÉENNES
Entretien réalisé par :
H. ASMAN
Liberté : Quel intérêt traduit cette
Conférence UE-Algérie à Londres qui
n’a pas la réputation d’être le pays le
plus présent dans notre région ?
●● H. Darbouche : La Conférence sur les
relations algéro-européennes, qui a eu lieu à
Londres le 29 octobre dernier, témoigne de
l’intérêt croissant que connaît l’Algérie au
sein de la communauté académique et scientifique en Grande-Bretagne, ainsi que dans
les milieux politiques et du business. Au-delà
de la politique de l’Union européenne (UE)
envers l’Algérie, les intervenants ont surtout
voulu mettre en évidence les origines idéelles
et stratégiques de la politique européenne
de l’Algérie, pour ainsi redresser le déséquilibre informationnel sur le sujet. C’est du
moins ce que ma contribution montre sur les
relations énergétiques.
Les relations Algérie-UE traversent
une période de doute. Au regard des
griefs formulés par la partie algérienne, quelle est votre appréciation de
cette coopération ?
●● Il faut noter que les relations contractuelles entre l’Algérie et la Communauté
européenne (CE) remontent à 1976 avec
l’adoption du premier Accord de coopération
dans le cadre de la “Politique méditerranéenne
globale” inaugurée par Bruxelles en 1972,
représentant le tout premier pas de la CE
dans la formulation d’une politique méditerranéenne
à
vocation
régionale.
Malheureusement, les retombées de cet
accord pour les relations Algérie-CE furent
très modestes, même avec la “révision” de la
politique méditerranéenne de la CE en 1989.
Les lacunes constitutionnelles de la
Algérie-UE ont connu le plus de stabilité et
d’interdépendance. Seulement, on semble
jusqu'à présent ne pas avoir su capitaliser sur
cet aspect des relations algéro-européennes
pour les élever à un niveau plus stratégique.
À mon avis, le souci des décideurs algériens
de se montrer raisonnables quant à la
conduite des affaires étrangères du pays, de
manière à ne pas donner l’impression que
l’énergie peut être utilisée comme outil de
politique étrangère, y est pour beaucoup.
Seulement, les choses sont en train de changer. Face à une Europe “demandeuse”, l’Algérie
semble prendre plus de conscience de ses
atouts stratégiques et du besoin de développer ses relations avec l’UE de manière à les
optimiser davantage. Ainsi, l’idée d’un partenariat stratégique dans le domaine de l’énergie (PSE) est depuis 2006 sur la table des
négociations avec l’UE. Sa conclusion devrait
permettre non seulement l’institutionnalisation de l’interdépendance énergétique entre
l’Algérie et l’UE, mais aussi la refondation de
leurs relations sur des bases explicitement
plus stratégiques, reflétant plus clairement
les intérêts et potentiels des deux parties.
L’UE a appris à apprécier
les intérêts de l’Algérie.
Communauté en matière de politique étrangère ainsi que la primauté du bilatéral pour
l’Algérie dans sa relation avec la CE sont les
principales raisons derrière cet échec.
Cependant, loin d’être unique à l’Algérie, ce
constat est valable pour les relations de la
CE avec la majorité des pays de la rive sud de
la Méditerranée. L’inauguration en 1995 du
Partenariat euro-méditerranéen (PEM), communément appelé le Processus de
Barcelone, avait comme objectif de reconfigurer les relations de l’UE avec ses voisins du
Sud sur la base de nouvelles données relatives à la fin de la guerre froide (élargissement à l’est du mur), au processus d’intégration européenne (l’entrée en vigueur du traité de Maastricht en 1993), et au processus
de paix au Moyen-Orient (les Accords d’Oslo
de 1993). Pour L’Algérie, le PEM ne pouvait
représenter une occasion diplomatique plus
opportune pour tenter de renouer avec son
activisme régionale traditionnel, et surtout
pour faire valoir sa perception du phénomène du terrorisme qu’elle qualifiait déjà d’international. Ainsi, l’engagement des décideurs algériens dès 1997 dans des négociations avec leurs “partenaires” européens en
vue de conclure un Accord d’association
(AA), en dépit de l’incertitude économique
d’une telle démarche à l’époque, semblait
être motivé principalement par des considérations politiques. Mais face au cynisme et
au manque de soutien européen par rapport
à la lutte du pays contre la violence, les
négociateurs algériens décidèrent d’ajourner
les négociations sine die. Ce n’est qu’avec
l’arrivée du président Bouteflika au pouvoir
et les événements du 11 septembre 2001
que les deux parties ont pu conclure les
négociations en octobre 2001 et signer l’AA
en avril 2002. Depuis, les relations Algérie-UE
ont connu une nette amélioration, surtout au
niveau politique. D’un côté comme de
l’autre, on reconnaît que l’institutionnalisation du dialogue et de l’interaction à travers
cette association a permis aux décideurs de
mieux se connaître et d’apprécier les positions des uns et des autres sans passer par le
D.R.
Hakim Darbouche, PHD en
sciences-po, est un jeune
chercheur algérien à la
prestigieuse université
britannique d'Oxford. Il
s’intéresse depuis des
années aux relations entre
l’UE et l’Algérie, en
particulier, ces derniers mois,
à l’importance stratégique
de l’énergie. En marge de la
Conférence de Londres qui
a porté sur cette coopération
UE-Algérie, M. Darbouche
explique dans cet entretien
la faculté qu’a le partenariat
stratégique énergétique de
restructurer
fondamentalement les
relations avec l’UE, qui
traversent actuellement une
période morose. Ce
partenariat énergétique, en
négociation depuis 2006,
est de nature à refonder ces
relations “sur des bases
explicitement plus
stratégiques, reflétant plus
clairement les intérêts et
potentiels des deux parties”.
canal français. Grâce aux contacts plus
étroits qu’elle entretient avec les capitales
des pays membres de l’Union ainsi que
Bruxelles, Alger est à présent très à l’aise
dans ses relations avec l’UE. L’épisode de la
Politique européenne de voisinage (PEV),
introduite par l’UE en 2003, en est un parfait
exemple. Le refus catégorique d’Alger de
prendre part à cette initiative communautaire, généralement perçue comme étant le produit des dynamiques du grand élargissement
de l’Union en 2004 et non de son souci de
répondre aux préoccupations de tous les
pays du sud de la Méditerranée, a dû être
accepté par Bruxelles comme un fait reflétant
les priorités politiques de l’Algérie post
“décennie noire”. Mais pour rester constructifs,
les officiels algériens ont présenté à leurs
homologues européens un “plan d’action pour
la mise en œuvre de ’AA”, étalant, chapitre par
chapitre, les priorités du gouvernement algérien dans ses relations avec l’UE. Après avoir
subi quelques modifications, le document a
été adopté comme une feuille de route
devant désormais servir de cadre de référence pour les exercices d’évaluation de l’association tenus régulièrement par les deux parties.
L’UPM, bien qu’en gestation, est-il de
nature à consolider davantage les
relations Algérie-UE ?
●● La valeur ajoutée du projet d’Union
pour la Méditerranée pour l’Algérie — un
pays, il faut le souligner, soucieux de diversifier son économie plus qu’autre chose —
n’est pas très évidente à l’heure où en sont
les choses, même si le potentiel de cette
nouvelle initiative sur le plan régional n’est
pas tout à fait négligeable. C’est d’ailleurs ce
qui explique la réception assez tiède réservée
par Alger à l’initiative en 2008. Il est clair que
par rapport au “statut avancé” du Maroc et à la
zone de libre-échange de la Tunisie, l’avantage comparatif de l’Algérie est toujours en
attente d’être institutionnalisé dans le cadre
des relations algéro-européennes. En effet,
l’énergie est le secteur où les relations
En quoi devrait consister un tel partenariat stratégique ?
●● Pour que cela marche, le PSE devra aller
au-delà de deux éléments. Primo, il ne doit
pas se limiter à la promotion des priorités
normatives de l’UE. En tant qu’acteur historique et principal sur la scène énergétique
régionale, l’Algérie a des intérêts bien définis
dans ce domaine, tant sur le plan extérieur
qu’intérieur. Essayer de baser tout un partenariat sur une vision normative et stratégique
exclusivement européenne serait donc une
perte de temps, surtout que les directives
régissant le unbundling et le third-party
access au niveau des marchés gaziers des
pays membres sont perçus par les principaux
fournisseurs, tels que Sonatrach, comme
étant ambigus. Secundo, même si basé sur
un état de faits actuel, le PSE doit anticiper
l’avenir de l’énergie pour pouvoir pérenniser
cette interdépendance entre l’Algérie et l’UE.
Or, l’avenir de l’énergie en Méditerranée ne
sera pas fait que de gaz et de pétrole, mais
inévitablement d’énergie renouvelable et
nucléaire. En plus d’assurer ses propres
besoins énergétiques et contribuer à satisfaire les besoins des voisins européens et
autres, l’Algérie fait face au besoin pressant
de diversifier son économie et réduire sa
dépendance envers les exportations d’hydrocarbures. Il est par conséquent impératif
qu’elle développe ses propres compétences
technologiques (entre autres) en matière de
nouvelles énergies pour pouvoir satisfaire
tous ses besoins. C’est pour cela qu’on
devrait faire du PSE non seulement un véhicule de coopération technologique, mais
aussi un moyen de faire de l’Algérie un partenaire à part entière dans l’entreprise européenne de lutte contre le réchauffement climatique, que ce soit à travers la réduction
des émissions de gaz carbonique ou le développement de nouvelles technologies pour
optimiser l’efficience et la production énergétique.
À ma connaissance, les négociations
sont toujours en cours. Espérons
qu’elles
mèneront
au
résultat
escompté…
●● Il est clair qu’aujourd’hui, l’UE comprend
beaucoup mieux l’Algérie en tant que partenaire. Elle se rend compte que l’Algérie n’est
pas le Maroc ou la Tunisie, encore moins la
Libye. Comme avec la Russie, l’UE a appris à
apprécier les intérêts de l’Algérie surtout
après son refus de faire partie de son “espace
voisinage”, tel qu’envisagé par la PEV. C’est
pourquoi plus tôt les deux parties parviendront à institutionnaliser de manière durable
et adéquate leur vision pour un partenariat
stratégique, mieux les relations Algérie-UE se
porteront.
H. A.
L’INTERNATIONALE
LIBERTE
Dimanche
8 novembre 2009
DANS UN DISCOURS COMMÉMORANT LE 34e ANNIVERSAIRE
DE LA MARCHE VERTE DE HASSAN II
Mohammed VI veut “marocaniser”
les Sahraouis par la force
S té par la secrétaire d’État amérie sentant fort du soutien appor-
caine, Hillary Clinton, lors de son
récent séjour au Maroc en marge du
Forum sur l’avenir, au plan d’autonomie qu’il propose d’appliquer au
Sahara occidental, le souverain a,
dans un discours à la nation prononcé vendredi soir, appelé ses
autorités publiques à “marocaniser”
par la force les Sahraouis.
“On ne peut jouir des droits de la
citoyenneté et les renier à la fois en complotant avec les ennemis de la patrie”, a
Mohammed VI affirme
que “l'intelligence
avec l'ennemi relève
de la haute trahison”.
D.R
Alors que la souveraineté
du Maroc sur le Sahara
occidental n’est
officiellement reconnue
par aucun pays ou
instance internationale, le
roi du Maroc a tout
simplement demandé à
ses autorités publiques
d’utiliser la “force de la
loi” pour faire des
Sahraouis des citoyens
marocains contre leur
gré, allusion faite à la
détention des sept
activistes du Front
Polisario après leur visite
aux camps de réfugiés de
Tindouf.
clamé le monarque alaouite, qui
considère donc que les Sahraouis
sont Marocains malgré eux, bien
que la souveraineté du Maroc sur le
Sahara occidental n’est officiellement reconnue par aucun pays, y
compris ses plus fervents soutiens
comme la France, ni encore moins
les
instances
internationales.
Jusqu’à preuve du contraire, le
Sahara occidental fait toujours partie de la liste des seize territoires
non autonomes de l’organisation
des Nations unies, comme cela a été
confirmé par la dernière résolution
de la quatrième commission de
décolonisation
de
l’ONU.
Mohammed VI a, en effet, demandé
aux autorités marocaines d’agir avec
la plus grande fermeté contre ce
qu’il a appelé “les adversaires de l'intégrité territoriale du Maroc”, faisant allusion aux Sahraouis proches du Front
Polisario. Pour rappel, les sept
Sahraouis ont été arrêtés à leur
retour de Tindouf et présentés au
tribunal militaire de Rabat, et la date
de leur procès n'a pas encore été
fixée.
“Le temps est venu pour que toutes les
autorités publiques redoublent de vigilance
et de mobilisation afin de contrecarrer, avec
la force de la loi, toute atteinte à la souveraineté de la nation, et de préserver, avec
toute la fermeté requise, la sécurité, la stabilité et l'ordre public qui est le gage effectif de l'exercice des libertés”, a affirmé le
souverain chérifien. Alors que les
appels à la libération des sept activistes sahraouis, qui ont récemment
effectué une visite à Tindouf, pour y
rencontrer des responsables du
Polisario, se font de plus en plus
pressants, Mohammed VI affirme
que “l'intelligence avec l'ennemi relève de
la haute trahison”, sans toutefois citer
dans son discours ces présumées
parties.
Sur un ton ne laissant guère de
place à la clémence, il assure : “Il n'y
a plus de place pour l'ambiguïté et la
duplicité : ou le citoyen est marocain, ou il
ne l'est pas, a-t-il souligné. Fini le temps
du double jeu et de la dérobade. L'heure est
à la clarté et au devoir assumé. Ou on est
patriote ou on est traître. Il n'y a pas de
juste milieu entre le patriotisme et la trahison.” Dans ce discours, à connotation colonialiste, le roi du Maroc
annoncera une série de mesures en
faveur de ce qu’il appelle “les provinces
du sud”, à savoir le Sahara occidental, dont notamment la révision et la
restructuration du Conseil royal
consultatif des affaires sahariennes
(Corcas), dans la perspective de la
fin de son mandat. Dans ce cadre,
Mohammed VI envisage de revoir la
composition de cette instance et de
renforcer sa représentativité en
assurant son ouverture sur de nouvelles élites compétentes et patriotiques, dans le but évident de montrer qu’il veille à son développement
au même titre que les autres régions
du pays.
Toujours constant dans sa stratégie de fuite en avant, il réaffirmera
son “attachement au processus onusien de
négociation autour de l’initiative d'autonomie”, dans l’espoir d’imposer son
plan d’autonomie, catégoriquement
rejeté par le Front Polisario, qui
demeure fidèle à ses premières
revendications en demandant un
référendum
d’autodétermination
incluant notamment l’option de l’indépendance. Enfin, comme de coutume, le souverain marocain ne s’est
pas privé de pointer son doigt accusateur en direction de l’Algérie, qu’il
rend pour responsable de tous les
maux et problèmes que vit le Maroc.
MERZAK TIGRINE
23 AGENTS DE LA CIA CONDAMNÉS À MILAN
Le système Bush à l’index
P c’est tout le système Bush, mis au point
risons et vols secrets, enlèvements, torture :
après les attentats du 11 septembre 2001, qui a
été jugé et condamné symboliquement mercredi
à Milan, en Italie, à travers le procès de 26 agents
de la CIA impliqués en 2003 dans l’enlèvement
sur le sol italien et le transfert illégal en Égypte
d’un imam soupçonné de terrorisme.
L’imam Omar avait été enlevé un 17 février
dans les rues de Milan par des agents de la CIA,
avec la complicité d’éléments des services
secrets italiens, avant d’être clandestinement
conduit dans une base militaire américaine en
Allemagne, puis transféré dans une prison en
Égypte, son pays d’origine, où il a été détenu jusqu’en 2007 et où il affirme avoir été torturé.
Robert Seldon Lady, chef de la centrale de la CIA
à Milan à l’époque des faits, a écopé de huit ans
de prison ferme et 22 autres agents américains
ont été condamnés à une peine de cinq ans de
réclusion. Le responsable de la CIA à Rome, Jeff
Castelli, et deux autres ressortissants américains
impliqués dans cette affaire ont échappé à la justice, bénéficiant de l’immunité diplomatique.
Côté italien, deux agents ont été condamnés à
trois ans de prison, alors que le chef des services
secrets, Nicolo Pollari, soupçonné d’avoir épaulé
les Américains dans l’opération d’enlèvement de
l’imam égyptien, a été relaxé au nom du secretdéfense. Les vingt-trois agents américains ont
été condamnés par contumace, aucun d’entre
eux n’ayant comparu au procès. Ils n’iront sans
doute jamais en prison dans la mesure où le
Pentagone a déjà exclu toute possibilité d’extradition des condamnés si l’Italie venait à en formuler la demande, chose très peu probable au
demeurant.
De plus, le département d’État a fait part de
sa déception après le verdict sans appel de
Milan, bien que l’Administration Obama, à peine
installée, ait interdit les “extraordinary renditions”,
ces vols et transfèrements secrets pratiqués par
la CIA sous la présidence de George W. Bush. Il
n’en demeure pas moins que ce procès, qui a
duré vingt-huit mois, est une première en Europe
et la sentence qu’il a rendue a été qualifiée de
courageuse par l’ONG des droits de l’homme
Human Right Watch.
C’est la première fois, en effet, que des responsables de ces opérations illégales, décidées à
Washington dans le cadre d’un plan de lutte antiterroriste à l’ombre duquel se sont multipliées les
dérives, sont jugés et condamnés. Michael
Hayden, alors directeur de l’agence américaine
du renseignement, avait reconnu en 2007, du
bout des lèvres, 50 cas de transfèrements forcés
vers des prisons secrètes, dans des pays tiers. Le
chiffre est en réalité bien en deçà de la réalité,
puisque plus de 1 000 vols secrets de la CIA ont
été enregistrés dans le seul espace aérien de
l’Union européenne, selon un rapport du
Parlement de Strasbourg.
M. A. BOUMENDIL
11
ELLE SE DISTINGUE
PAR UNE POLITIQUE
OPPOSÉE À CELLE
DE LA MAISON-BLANCHE
QUAND CLINTON
MET DES BÂTONS
DANS LES ROUES
À OBAMA
●● À voir les prises de position
d’Hillary Clinton dans certains dossiers,
dont les conflits israélo-palestinien et
du Sahara occidental, elles sont en
contradiction avec la politique prônée
par l’administration de Barack Obama
en la matière, jugée plus en conformité
avec la légalité internationale. Après
avoir provoqué la colère des
Palestiniens à Jérusalem en leur
demandant, lors d’une conférence de
presse conjointe avec Benjamin
Netanyahu, de reprendre les négociations de paix avec Israël, sans qu’il n’y
ait de gel de la colonisation, Hillary
Clinton est allée annoncer son soutien
au plan d’autonomie marocain dans le
conflit du Sahara occidental. Voilà deux
prises de position qui vont à l’encontre
de la politique de l’administration
Obama, qui a toujours pris le soin d’affirmer qu’elle agit conformément à la
légalité internationale. Qu’est-ce qui
peut bien motiver les agissements de
la secrétaire d’État américaine aux
Affaires étrangères ? Il semblerait
qu’elle soit sous l’influence de son
mari, Bill Clinton. En effet, les prises de
position de Mme Clinton paraissent
beaucoup plus en adéquation avec la
politique étrangère menée sous l’administration de son époux, que celle
adoptée par Barack Obama. En effet,
durant sa présence dans le bureau
ovale, Bill Clinton était beaucoup plus
enclin à favoriser Tel-Aviv dans le
conflit israélo-arabe, malgré l’accord
conclu entre Rabbin et Arafat sous ses
auspices. Idem pour le dossier du
Sahara occidental, qui avait connu un
blocage sans précédent, en raison du
silence observé par Washington face
au revirement de Rabat par rapport à
ses précédentes positions, notamment
les accords de Houston en 1991 avec
le Front Polisario qui ouvraient la voie
à un règlement du conflit. C’est à partir
de là que Rabat a radicalisé sa position. Il faut croire aussi qu’Hillary
Clinton donne l’impression de vouloir
s’imposer comme la véritable patronne
de la politique extérieure des ÉtatsUnis. Elle n’a, semble-t-il, guère digéré
les implications dans certains dossiers
internationaux du numéro deux de l’administration américaine, en l’occurrence le vice-président Joe Biden. Ce dernier avait été, rappelons-le, délégué
par Barack Obama en personne pour
représenter les États-Unis lors de la
dernière réunion de l’Organisation du
Traité de l’Atlantique Nord (Otan) et
également dans le traitement du dossier nucléaire iranien. Il va sans dire
que cela n’a pas été du goût de Mme
Clinton. Il n’est pas exclu qu’elle profite
de cette période creuse que traverse
Barack Obama vis-à-vis de l’opinion
publique américaine, comme l’indiquent ses chutes dans les sondages,
pour tenter de s’imposer et de l’affaiblir
davantage. En sa qualité d’ancienne
rivale dans la course démocrate à la
Maison-Blanche, Hillary Clinton juge
peut-être l’occasion opportune pour
démontrer qu’elle n’est pas aussi mauvaise que le pensaient les électeurs
démocrates, qui lui avaient préféré
Barack Obama.
MERZAK TIGRINE
MI-MANDAT DU PRÉSIDENT FRANÇAIS
Son étoile ne brille plus, compromettant pour lui le rendez-vous de 2012
S
ondages en baisse, mécontentement et chômage en hausse, explosion de la dette et des déficits publics, horizons bouchés pour les jeunes
Français, désenchantement chez ses électeurs,
réformes en panne, polémiques à répétition et,
cerise sur le gâteau, pagaille dans la majorité et
même au gouvernement. Instrumentalisation de la
justice contre la chiraquie… l’étoile du président français qui franchit le cap du mi-mandat ne brille plus.
L’heure est même pour lui à l’inquiétude. Selon les
derniers sondages, deux Français sur trois estiment
que Nicolas Sarkozy n'incarne pas la fonction présidentielle de façon satisfaisante ! Ces derniers mois,
une polémique chasse l'autre à son propos et chacune laisse des traces dans l'opinion publique et l'électorat. La goutte d’eau qui a fait déborder le vase aura
été la candidature avortée de son cadet, Jean, étudiant en droit de 23 ans, à la présidence du plus
grand centre d'affaires d'Europe, l'Établissement
public d'aménagement de La Défense (Epad). Le
coup de pouce du père à son fils, digne de républiques monarchiques caractéristiques de pays de
non-droit, a d’autant plus fait mal chez les Français
que Sarkozy s’était engagé à instaurer l’éthique dans
le politique. Et la cascade de procès contre de
Villepin, Pasqua et son prédécesseur Jacques
Chirac a rajouté une couche aux désappointements
de ses propres électeurs qui y ont vu une volonté de
règlement de comptes que des actions de salubrité,
comme s’était défendu le locataire de l’Elysée. La
cacophonie a fini par gagner son gouvernement, la
secrétaire d'État aux Sports, la pétillante Rama Yade
d’origine sénégalaise, se désolidarise publiquement
d'une décision de sa ministre de tutelle Roselyne
Bachelot. Sénateurs et députés de l’UMP critiquent
la suppression de la taxe professionnelle voulue par
leur président, partageant la mise en garde de son
conseiller spécial Henri Guaino sur l’emprunt massif
de l'État. Le bouclier fiscal, mesure phare du début
du quinquennat, commence à être contesté au sein
de la majorité. L’émoi s’installe au sein de son
propre parti, au point que Sarkozy a confessé son
erreur d’avoir pris ses aises avec la morale politique !
Inédit de sa part, lui aux idées et actions tranchées.
Dans la difficulté, Sarkozy essaye de retrouver les
thèmes qui ont fait une partie du succès de sa campagne : sécurité, immigration, identité nationale. Une
trilogie qui ne chauffe plus ses partisans dont les
pans gaullistes, chiraquiens et villepenistes dénoncent aujourd’hui — même si ce n’est que du bout
des lèvres — la dérive lepéniste de Sarkozy. Même
les dossiers internationaux, pour lesquels le président français s'est pris de passion, ne lui permettent
plus de retrouver l'aura conquise pendant la présidence française de l'Union européenne, au second
semestre 2008. La presse français qui a relevé sa
tête et n’accepte plus d’être reconduite par Sarkozy a
relevé que ce dernier voyage moins et présente des
signes de "bunkérisation". Lui qui n'hésitait pas, au
début de son mandat, à aller au devant de foules ne
se déplace plus sans un imposant déploiement de
forces de sécurité qui tiennent toute velléité de manifestation à distance. Un peu comme chez les autocrates du tiers-monde. L’establishment qui l’a boosté
est inquiet et ne se fait guère d'illusion sur les élections régionales de mars 2010. À deux ans et demi
de la présidentielle de 2012, les sondages ne sont
plus en sa faveur. À mi-mandat, le président français
est confronté à sa plus faible cote de popularité et
apparaît désormais comme un candidat battable à la
prochaine présidentielle. Selon un dernier sondage, il
serait perdant au second tour face au directeur géné-
ral du FMI, le socialiste Dominique Strauss-Kahn, à
49% contre 51%. Un autre sondage publié auparavant montre que la cote d'approbation de son action
présidentielle est en chute de 6 points à 39% en
novembre par rapport au mois précédent. Son plus
mauvais résultat depuis son élection en mai 2007.
Et 63% des personnes interrogées se disent mécontentes de son action. En outre, à droite, sa place
risque de lui être ravie. De Villepin, son ancien
Premier ministre qu’il a tenu à traduire en justice
dans l’affaire Clearstream, croit son heure arrivée.
Très significatif, le box des accusés a fait grimper sa
cote de popularité. S’il venait au président Sarkozy à
consacrer la seconde moitié de son quinquennat aux
retraites, à la sécurité sociale et à la justice avec la
suppression du juge d’instruction, c’est-à-dire aux
chantiers pour lesquels les faiseurs de président
l’avaient mis en orbite, la droite républicaine lui promet, d’ores et déjà, la fronde, car elle aussi tient à
cette "exception française" qui a permis à la France
de contenir tout de même la crise économique. À
ses interlocuteurs, Sarkozy jure qu’il n’a encore pris
aucune décision sur sa candidature en 2012.
D. BOUATTA
Dimanche
8 novembre 2009
L’ALGÉRIE PROFONDE
LIBERTE
FOIRE AGRICOLE DE MÉDÉA
BRÈVES
Faire connaître les produits
du terroir
D U C E N T R E
DJELFA
291 CONSTRUCTIONS
ILLICITES SERONT
DÉMOLIES
●● Dans le cadre de la lutte
contre la construction anarchique, les autorités de la wilaya
de Djelfa ont recensé pas moins
de 291 bâtisses, dont 45 viennent déjà d’être démolies dans la
banlieue de la ville, à l’est du
chef-lieu de wilaya, et dans les
quartiers El Fous’ha et Bensaïd.
La majeure partie de ces
constructions, qui ont fait l’objet
de démolition, étaient en voie de
réalisation. Leurs propriétaires
ont entamé les travaux sans au
préalable présenter de permis
de construire, faisant fi du règlement et des normes urbanistiques en vigueur. Pour rappel,
une guerre déclarée est menée
contre la prolifération de l’habitat précaire et le commerce des
gourbis.
Ainsi,
sur
les
11 141 habitations de ce type,
relevées
en
juin
dernier,
2 261 ont été signalées au seul
chef-lieu de wilaya, contrecarrant les plans de développement
des collectivités et retardant leur
aménagement urbain.
S. OUAHMED
La foire agricole de
Médéa a ouvert ses
portes, hier, au centre de
formation et de
vulgarisation agricole, en
présence de Rachid
Benaïssa, le ministre de
l’Agriculture et du
Développement rural, des
autorités locales et des
représentants des
organismes et instituts
spécialisés.
P d’exposants prendront part à la
as moins d’une quarantaine
La foire agricole est un moyen
pour les visiteurs de voir de près les
animaux d’élevage et de la ferme.
sera possible à toute personne de
faire des achats et d'acquérir tout
produit frais et les fruits venus des
fermes et des contrées de la
région. La participation est également étendue aux organismes spécialisés qui interviennent en amont
et en aval de la production animale et végétale en ce qui concerne
les intrants, les produits phytosanitaires, le stockage, la commercialisation, le financement et la vulgarisation agricole.
Par ailleurs, une rencontredébat entre les opérateurs et les
intervenants du secteur est également prévue dans le cadre de la
foire à laquelle prennent part les
D. R.
manifestation qui est considérée
comme une occasion de mesurer
les efforts accomplis par le secteur
de l’agriculture et de faire
connaître aux visiteurs le potentiel
agricole et la variété des produits
du terroir.
Outre l’intérêt accordé à la
manifestation qui, au demeurant,
sert de vitrine pour faire connaître
les performances obtenues en
matière de production dans le
cadre du programme du renouveau
de l’économie agricole et rurale, il
est fait état de l’objectif poursuivi
basé sur la démarche devant offrir
des opportunités pour les professionnels et les représentants des
différentes filières d’échanger leurs
expériences et d’envisager en commun des possibilités de partenariat. Comme de tradition, l’endroit
où se déroule la foire compte plusieurs espaces d’exposition des
produits agricoles et d’élevage
pour permettre au public de visiter
les différents stands érigés et où il
instituts sous tutelle et les représentants des filières à propos des
nouvelles dispositions mises en
œuvre par l'État au profit des agriculteurs en matière de facilités
financières et fiscales et la reconduction du crédit R'fig.
Il faut dire que la foire, qui est
devenue un rendez-vous incontournable, est aussi le moyen
donné aux visiteurs de voir de près
les animaux d’élevage et de la
ferme, de goûter les fruits de la
campagne et de découvrir les nouvelles variétés produites.
Les nouvelles variétés arboricoles et viticoles introduites dans
nos fermes où l’on pratique aussi
les élevages bovin et ovin sont un
vrai régal pour les yeux quant à la
qualité des pommes dont les
espèces golden et strakminson, et
les espèces de raisin : muscat, dattier, sultanine, Mokrani, etc.
Il faut indiquer que la foire
constitue également un espace
d’exposition de la production artisanale et sert en même temps de
condition idoine pour faire sortir
de l'anonymat l’art de la tapisserie
spécifique des femmes rurales des
monts du Titteri dans une perspective de leur encouragement à maintenir le tonus d'un art ancestral
spécifique à leur patrimoine.
M. EL BEY
VIADUC D’OUED REKHAM (BOUIRA)
Des agents de sécurité en colère
L gardiennage
es travailleurs de la société de
Sag-Essalem ont
observé, jeudi dernier, un piquet de
grève sur leur lieu de travail.
Ils sont chargés de la sécurité
du viaduc d’Oued Rekham (commune d’Aïn Turck) et du tunnel
d’Aïn Cheriki (commune de
Djebahia). Les protestataires exigent de leur employeur le payement des arriérés de 4 mois de
salaire.
Selon les contestataires, les
représentants de l’entreprise leur
ont promis à plusieurs reprises de
régler les arriérés de salaires.
“Depuis trois semaines nous sommes en
débrayage et chaque fois un représentant
de l’administration nous assure que le
versement des salaires se fera dans un
délai qui ne dépasserait pas les trois
jours. Cette personne s’évapore dans la
nature et une autre arrive pour nous faire
encore de fausses promesses. Cette fois,
nous exigeons nos salaires”, déclarentils. Certains arguent que le recours
au mouvement de protestation est
dû aux difficultés financières qu’ils
rencontrent pour subvenir à leur
besoins. “J’ai un enfant de 5 mois mais
je n’arrive pas à lui assurer son lait. Je
lui donne le minimum car je ne peux
ÉTABLISSEMENT HOSPITALIER
SPÉCIALISÉ D’ILLEMATEN (BÉJAÏA)
Réhabilitation, dites-vous ?
●● La décision de réhabiliter l’ex-hôpital
d’Illematen, dans la commune de Fenaia, est
louable à plus d’un titre. Des milliards ont été
déboursés pour sa réhabilitation et, à l’exception
de la réception de certains services, il n’en fut
rien au jour d’aujourd’hui.
Cet établissement sanitaire était dans les années
1970, l’élite des hôpitaux de la wilaya pour ne
pas dire du pays du fait de sa spécialisation dans
la rééducation fonctionnelle et dans ses
opérations chirurgicales ophtalmologiques
surtout.
En 2004, une dizaine de milliards de centimes a
été débloquée par le ministère de la Santé pour
sa réhabilitation. Hélas ! Seuls les services de
consultations générales et de l’administration ont
été réceptionnés. Le reste est en chantier à ce
acheter la quantité qu’il faut”, affirment un travailleur.
Si la principale revendication
est le versement des salaires, cette
opportunité a été offerte à certains
d’eux pour soulever d’autres revendications telles le remboursement
des frais médicaux, la non-déclaration à la Cnas de certains travailleurs, le non-payement des
allocations familiales.
Les représentants de l’entreprise sont venus les calmer en présentant des documents de banque
du virement des salaires, “pour
démontrer notre bonne foi. Nous avons
jour. Un directeur a été nommé à la tête de cet
établissement sanitaire depuis juillet dernier mais
comme le reste des services est en état de
chantier, il demeure inopérationnel à ce jour.
Même les travaux effectués sont appelés à être
revus du fait qu’ils se sont dégradés. C’est le cas
notamment de la toiture, de la tuyauterie, du
sanitaire, etc.
D’ailleurs, le P/APC de la commune de Fenaia
n’a pas manqué, lors de son passage sur les
ondes de radio Soummam, de dénoncer avec
virulence cette “gabegie” qui ne dit pas son nom.
“Non seulement sa réhabilitation, au sens noble
du terme, tarde à voir le jour, mais il y a des
imperfections dans les travaux effectués”, a
déclaré le P/APC de Fenaia.
En somme, dans l’état actuel, cet établissement
sanitaire ne risque pas de démarrer de sitôt.
Pour preuve, sur les quatre blocs
d’hospitalisation prévus initialement, seuls deux
blocs ont été réalisés.
L. OUBIRA
viré les salaires le 3 novembre. Ils ont
exigé le payement de 4 mois nous nous
avons viré 5 mois de salaires. Pour le
retard, l’entreprise est tributaire aussi des
règlements des factures par l’entreprise.
Ajoutez à cela les formalités administratives” nous explique l’un des représentant de Sag-Essalem.
Le chef de l’inspection du
Travail de Lakhdaria, compétent
territorialement, s’est déplacé sur
les lieux pour tenter de trouver un
terrain d’entente entre les deux
parties, en vain.
A. DEBBACHE
TIZI OUZOU
74 stagiaires intoxiquées
dans un centre de formation
à Boukhalfa
●● Au moins 74 stagiaires d’un centre de
formation professionnelle (filles) situé à Boukhalfa,
à environ 5 kilomètres de la ville de Tizi Ouzou,
ont été touchées par une intoxication alimentaire,
jeudi dernier dans la soirée, a-t-on appris de
sources sûres. Les 74 stagiaires ont été
intoxiquées suite “à la consommation d’un repas
impropre” à la cantine du centre. Cinq parmi ces
stagiaires ont été évacuées dans la même soirée
aux urgences du CHU Nedir-Mohamed de Tizi
Ouzou alors que les 69 autres ont été prises en
charge sur les lieux par les services de la
Protection civile et du Samu, a expliqué notre
source, précisant que l’état de santé des stagiaires
évacuées n’est pas grave.
S. LESLOUS
13
ASSOCIATION FEMMES
EN COMMUNICATION
INSTALLATION
DU BUREAU
DE GHARDAÏA
●● C'est vendredi que s'est
déroulée, à l'hôtel El Djanoub de
Ghardaïa, l'élection du bureau
régional sud de l'association
Femmes en communication que
préside Mme Nafissa Lahrech. Les
participantes ont élu à l'unanimité Mme Habiba Farsi, qui devient
ainsi la responsable de ce 19e
bureau de l'association qui en
atteindra 20 après l'élection du
dernier bureau, en l'occurrence
celui de Tlemcen.
Après l'ouverture de la journée
d'information par sa présidente
qui a explicité, dans le menu
détail à l'auditoire, les objectifs
de l'association, les participantes ont eu à suivre deux
communications
particulièrement pour la richesse et la
consistance des thèmes développés. La première communication, assurée par Mme Nadjia
Zeghouda, ingénieur en génie
civil de formation, ex-directrice
de
l'Institut
d'études
de
recherches, militante des droits
humains et membre de la commission
des
femmes
travailleuses ayant assuré la cellule d'écoute sur le harcèlement
sexuel en milieu professionnel, a
porté essentiellement sur les
textes, les conventions et les
traités internationaux protégeant, encourageant et demandant aux états de promouvoir
l'action, la compétence et les
aptitudes des femmes. Il a été
surtout question de mettre en
exergue le potentiel des femmes
dans la société, par la nécessité
de valoriser leur savoir en ayant
confiance en leurs aptitudes et,
partant, de donner à cette importante frange de la société le pouvoir de diriger et, donc, de devenir de véritables partenaires.
La seconde communication,
assurée Mme Nasséra Merah,
architecte, sociologue et doctorante sur les luttes politiques
des femmes, a porté sur les
droits des femmes et la citoyenneté. Passant en revue les stéréotypes et les idées préconçues, et dénonçant les mentalités rétrogrades qui essaient de
maintenir les femmes à l'écart
du progrès social, économique
et culturel, l'oratrice a énuméré
les textes de loi permettant à la
femme de s'émanciper dans le
cadre de la loi.
L. KACHEMAD
Dimanche
8 novembre 2009
L’ALGÉRIE PROFONDE
LIBERTE
BRÈVES
LA GESTION DES DÉCHETS INDUSTRIELS À ANNABA
“Les incinérateurs incinérés”
D E
PLUS DE 72 700 AFFAIRES
TRAITÉES EN UNE ANNÉE
“A seule,
D. R.
Une anarchie règne
dans la gestion des
déchets industriels.
situe dans l’anarchie qui règne
dans la gestion des déchets cliniques. “En l’absence de procédure claire en la matière et de données fiables, on
ne peut brosser un tableau réaliste de la
situation. Si les établissements publics
procèdent à l’incinération de leurs
déchets, il faut préciser que leurs équipements sont parfois en panne. Ce sont
surtout les cliniques privées qui nous
donnent du souci. Un gros travail de
sensibilisation est nécessaire. Il faut
asseoir un système d’information fiable
crédible pour permettre aux services
concernés d’intervenir efficacement”,
explique-t-elle. Et de soulever la
question des déchets de laboratoire qui se débarrassent de leurs prélèvements “directement dans les éviers,
ce qui devient un problème de santé
publique”.
“Il y a là une absence totale de formation. Le personnel doit absolument
être sensibilisé aux risques encourus aussi
bien par la population que par luimême.”
De son côté, le représentant de
Fertial, Ghanes Salah, a évoqué la
politique de protection de l’environnement préconisée par son
entreprise, en déclarant que “le gros
morceau de la gestion des déchets à notre
niveau, ce sont les 930 T de catalyseurs
usagers à base de métaux lourds. Une
opération est en cours pour leur exportation vers l’Allemagne pour leur récupération, dans le cadre d’une convention
qui sera signée prochainement entre
Fertial, la Cofal Algérie et la firme allemande Remondis”.
D’autres projets dans ce domaine ont aussi été évoqués par M.
Ghanes, visant pour Fertial la certification ISO 14001 et 9001.
HAFIZA M.
SKIKDA
Le remplissage des barrages est satisfaisant
U
n important projet d’alimentation en eau potable des communes de Tamalous, Bin El
Ouidène,
Oum
Toub,
Béni
Oualbène et Aïn Kechra, d’une
enveloppe de 500 milliards de centimes a été lancé pour mettre fin
au calvaire de la rareté de l’eau
potable et d’irrigation au niveau de
cette région de l’ouest de Skikda et
qui desservira une population de
plus de 100 000 âmes.
C’est un couloir qui longe ces
communes voisines qui seront alimentées à partir du barrage de
Guenitra. Ce projet salutaire pour
cette population qui a tant souffert
de la rareté de l’eau comprend la
réalisation d’une station de traitement de 34 560 m3/ jour, de 16 stations de pompage, de 41 réservoirs
d’une capacité de 28 000 m3 et
d’un réseau d’adduction de 155 km
linéaire qui desservira 48 centres
implantés au niveau de chaque
agglomération de cette région. Les
prévisions de ce projet permettent
à ces populations de disposer de
l’eau courante H24, bien sûr si les
normes de réalisation sont respectées pour ne pas faire face aux
multiples anomalies qui ont
concerné d’autres projets du genre
réalisés ces dernières années.
L’eau de l’irrigation sera d’un grand
apport pour le développement de
l’agriculture notamment au niveau
de toute cette partie de la wilaya la
seule de la zone ouest qui dispose
de grandes plaines et qui se singularise par ses activités agricoles. Le
même projet a été réalisé dans la
partie est de la wilaya et qui alimente 5 centres dans la daïra de
Azzaba à partir du barrage de Zit
Emba de Bekkouche Lakhdar.
Parallèlement aux travaux de réalisation de ce méga projet des services de l’hydraulique, des opérations de rénovation des réseaux
vétustes d’AEP de ces communes
sont lancées simultanément afin
d’être fin prêts avec l’achèvement
du couloir d’AEP. Ce sont des
conduites en PEHD pour les communes de Aïn Kechra, Tamalous et
Bin El Ouidène, Oum Toub et Béni
Oualbène dont le taux de réalisation est à une moyenne de 20% et
qui seront achevés, selon les prévisions durant le premier semestre
de 2010. À signaler que selon une
source du service de l’hydraulique
MILA
Un réseau de voleurs de matériaux
de construction démantelé
L de la police judiciaire ont réuses services du bureau de wilaya
si à neutraliser, au milieu de la
semaine passée, une bande de
malfaiteurs spécialisée dans le vol
des matériaux de construction.
Les malfrats, au nombre de six,
dont quatre récidivistes, écumaient le lotissement Benmaâmar,
dans le quartier d'El-Kherba, au
sud de la ville de Mila.
Selon le responsable de la cellule de communication de la police
judiciaire, les mis en cause ont
commis plusieurs vols dans les
L ’ E S T
OUVERTURE
DE L'ANNÉE JUDICIAIRE
À BATNA
En l’absence de
procédure claire en la
matière et de données
fiables, il est
quasiment impossible
de brosser un
tableau réaliste de la
situation.
nnaba a la palme d’or avec, à elle
l’émission de 45 % de
déchets industriels au niveau du pays.”
C’est ce qu’a déclaré le ministre de
l’Environnement lors d’une visite à
Annaba, à l’occasion des journées
de formation et de sensibilisation
autour de l’environnement, les 3, 4
et 5 novembre dernier.
Participaient à ces ateliers, une
vingtaine de représentants des établissements classés publics et ceux
des directions, membres de la
commission de contrôle des installations classées, comme la
Conservation des forêts, la DSP, la
petite et moyenne industrie, les
mines, la Protection civile, l’agriculture, la Drag, l’hydraulique, la SGI
et l’agence foncière. L’un des problèmes soulevés concerne la gestion des déchets industriels.
Mme Benzaïd a déclaré que l’objectif des spécialistes de l’environnement, réside dans “l’intégration du
management durable, en formant les
industriels pour la maîtrise de la gestion
dans ce domaine. Il faut centrer les efforts
sur l’information, la sensibilisation et
l’organisation des entreprises dans ce
sens”. Pour notre interlocutrice, un
des points noirs de ce dossier se
15
chantiers lancés par des autoconstructeurs au niveau dudit lotissement, emportant des tonnes de
ciment et de rond à béton de tous
les calibres.
Selon notre source, tout a commencé par une plainte déposée
par un groupe de victimes au
début du mois de Ramadhan au
niveau du bureau de la PJ. Des
recherches sont aussitôt lancées,
lesquelles ont abouti, dans un premier temps, à l'identification des
camionneurs ayant transporté les
matériaux volés. Grâce à la colla-
boration de ces derniers, précise
notre source, les six malfaiteurs
ont été dévoilés et arrêtés au
milieu de la semaine écoulée.
Présentés ce jeudi au procureur de
Mila, quatre d'entre eux ont été
placés sous mandat de dépôt.
Quant aux deux autres, ils ont
bénéficié de la liberté provisoire,
précise notre source.
Il est à signaler que les matériaux de construction volés ont été
récupérés et restitués, ce weekend, à leurs propriétaires.
K. BOUABDELLAH
de la wilaya de Skikda, les précipitations automnales ont sensiblement amélioré le taux de remplissage des 4 barrage de la wilaya qui
a dépassé les 80% avec une mention spéciale pour le barrage de
Béni Zid, dans la région de Collo,
qui affiche déjà un taux de remplissage de 100% dépassant de ce fait
les estimations. À signaler que ce
barrage se trouve dans la zone la
plus pluvieuse d’Algérie.
A. BOUKARINE
TÉBESSA
30 500 LITRES
DE CARBURANT SAISIS
●● Ça carbure dans tous les sens
à Tébessa, le trafic de carburants
devenant un créneau qui rapporte
beaucoup à tel point que certains
pères de famille, qui n'arrivent pas
à joindre le deux bouts, se sont
convertis dans la contrebande de
l'or noir. Ils agissent toujours à la
faveur de la nuit, en utilisant leurs
tacots pour le transport et des
maisons en construction comme
dépôt. Et pour preuve, la descente
effectuée, avant-hier, par les éléments de la sûreté urbaine du
VIe arrondissement dans une
bâtisse située à la sortie nord de
la ville, a permis de découvrir plus
de 5 000 litres de carburants
dans des fûts et des jerricans.
Cette importante quantité était
prête à être expédiée dès l'aube
vers la frontière. Par ailleurs, et
selon de source concordantes, la
brigade mobile des douanes a
réussi, dans la même journée, à
saisir une cargaison de carburants estimée à 30 000 litres à
bord d'un semi-remorque qui se
dirigeait vers la frontière.
MAÂLEM HAFID
●● La cérémonie d'ouverture
de l'année judiciaire 2009/2010
dans la wilaya de Batna a été
célébrée mercredi dernier au
niveau du prestigieux siège de
la cour de Batna. Après les
protocoles officiels auxquels
ont pris part les autorités
locales, militaires et civiles,
les deux premiers responsables du secteur de la justice
au niveau de la wilaya, à
savoir le président de la cour
et le procureur général, se
sont réunis avec la presse
pour une présentation du bilan
des activités de la cours et de
ses tribunaux durant l'année
judiciaire 2009/2010. En tout, à
travers les huit tribunaux de la
wilaya, en plus d'une annexe
se trouvant au niveau de la
commune de Ras Layoun, 56
451 affaires pénales et 16 325
affaires civiles ont été traitées,
en plus des 7 630 affaires
pénales et 4 664 civiles qui ont
été examinées et reportées.
En ce qui concerne l'état civil,
11 188 affaires ont été présentées, dont 473 de l'année judiciaire précédente 2008/2009,
et parmi lesquelles 10 273 ont
été traitées. Le président de la
cour de Batna a tenu à préciser que le volume des contentieux de la population dans la
wilaya est de façon telle qu’il
faut demander un travail encore plus important au niveau
des guichets des tribunaux.
En effet, plus de 713 000 actes
de nationalité ont été délivrés
durant l'année judiciaire écoulée ainsi que 244 469 casiers
judiciaires.
Enfin, et dans le secteur des
prisons, les deux magistrats
ont avancé que le nombre des
détenus
poursuivant
des
études, de l'analphabétisme
jusqu'à l'université, était de
995 détenus dont des candidats à des examens décisifs
de fin de cycles. 340 d'entre
eux les ont réussis, 35 au bac,
195 à la quatrième année du
cycle moyen et 110 au primaire.
F. LAMIA
SÉTIF
UN COUPLE MORT
ASPHYXIÉ
●● Un homme âgé de 38 ans
et son épouse de 36 ans ont
été retrouvés morts dans la
matinée d’hier, dans leur
domicile à la cité des 282Logements à Aïn Arnat, distante de quelques kilomètres à
l’ouest de la ville de Sétif.
Selon les informations en
notre possession, les corps
sans vie des deux victimes ont
été découverts par des
proches. Selon les mêmes
sources, les deux victimes ont
inhalé du monoxyde de carbone dégagé par un réchaud trépied que le couple utilisait
pour le chauffage. Les éléments de la Protection civile
sont intervenus et ont évacué
les corps des deux victimes
vers la morgue du CHU de
Sétif. La police a ouvert une
enquête. Rappelons qu’à Sétif,
le monoxyde de carbone a fait
une vingtaine de morts l’hiver
dernier.
F. SENOUSSAOUI
18
L’ALGÉRIE PROFONDE
Dimanche
8 novembre 2009
BRÈVES
DE L’OUEST
LOGEMENT
UNE NOUVELLE CULTURE
À OUED EL-ABTAL
●● Contrairement aux populations des autres localités relevant de la wilaya de Mascara,
qui ont fait preuve de susceptibilité à chacune des attributions de logements sociaux,
celle de Oued El Abtal s’est distinguée par une attitude qui
mérite tous les éloges car le
verdict rendu par la commission de daïra a été accepté par
tous les concernés, y compris
ceux qui n’ont pas été retenus,
et n’a pas fait l’objet de contestations outrageuses.
A. BENMECHTA
BÉCHAR
SAISIE DE MOUTONS
PRÈS DE LA FRONTIÈRE
TIARET
DEUX DRAMES
DE LA ROUTE ONT FAIT
16 MORTS ET 6 BLESSÉS
●● À Tiaret, la route a encore
fait des siennes. En effet, dans
la matinée du jeudi, une collision entre un véhicule léger et
un camion-tracteur est survenue à Maïza, dans la région de
Frenda, sur la RN14, et s’est
soldée par la mort de 15 personnes et 3 blessés. Dans
l’après-midi de la même journée, sur la RN23, entre
Guertoufa et Rahouia, à l’ouest
de Tiaret, c’est un nourrisson
de 10 mois qui a rendu l’âme
dans un télescopage entre un
fourgon et un véhicule léger,
faisant aussi 3 blessés. Par
ailleurs, un responsable de la
Protection civile de Tiaret a fait
état de 69 morts sur les routes
de la wilaya depuis le début de
l’année en cours.
R. SALEM
TLEMCEN
La gestion des risques et des assurances
dans l’entreprise en débat
Les intervenants en
assurance doivent
conjuguer leurs efforts
en vue de rechercher
les solutions idoines
pour stimuler le
développement de
cette industrie car
l’assurance joue un
rôle primordial dans
la mobilisation de
l’épargne et la
sécurisation des biens
et des activités.
“L rances dans l’entreprise” est le
a gestion des risques et des assu-
thème d’une journée d’information
organisée, mardi dernier, au niveau
de la salle Bouali de Mansourah par
la Chambre de commerce et d’industrie Tafna de Tlemcen, en partenariat avec le cabinet de courtage
en assurances, Wafassurances,
agréé en 1998 par le ministère des
Finances, représenté par son directeur général, M. Abdelhalim
Ghaouti. Ce dernier, dans son
intervention, a indiqué que “l’ordonnance 95/07 du 25 janvier 1995 relative aux assurances et la loi 06/04 du 20
février 2006 modifiant et complétant
l’ordonnance en question ont procédé à la
concrétisation finale de la réforme du secteur par la suppression du monopole et
par la réinstauration des opérateurs
indépendants, tels que les agents généraux et les courtiers, favorisant ainsi la
mise en place d’une nouvelle tendance
économique tenant aux règles de fonctionnement du marché à travers notam-
Les intervenants en assurance
doivent conjuguer leurs efforts
pour le développement du secteur.
D. R.
●● Les éléments des gardes
frontalières (GGF) de la commune de Meridja (60 km à
l’ouest de Béchar) ont procédé,
hier, à la saisie de 261 têtes de
moutons au lieudit Oued Guir,
situé à 3 km de la frontières
algéro-marocaine, a-t-on appris
auprès des responsables de la
Gendarmerie
nationale
à
Béchar. La même source précise que cette importante saisie a
été opérée suite à une embuscade organisée par les éléments de ce corps au même
lieu. Selon les observateurs,
ces animaux étaient destinés
aux marchés marocains qui ont
connu un manque flagrant de
moutons ces derniers années,
suite au renforcement du
contrôle des frontières par les
éléments des GGF du sudouest du pays. Ces derniers
ont saisi plusieurs tonnes de
kif traité et plusieurs moyens
de transport et de communication, ainsi que des armes, au
cours de l’année en cours.
R. R.
LIBERTE
ment la concurrence induite par la diversification des intervenants et la liberté de
pratiquer toutes les opérations d’assurance”.
Il a ajouté que “les objectifs visés
par les textes référentiels sont multiples,
entre autres, l’assainissement du marché,
le développement des rapports plus harmonieux et plus professionnels entre les
différents intervenant du secteur, l’amélioration de la prestation de service aux
assurés bénéficiaires de contrats d’assurance notamment par l’institution d’une
écoute à leur égard, le rétablissement de
la confiance des assurables envers le secteur des assurances à travers une prise en
charge spontanée des intérêts des assurés
au-delà des dispositions minimales édictées par les textes législatifs et réglementaires, la prise en charge par les différents
corps de métier de la discipline profes-
sionnelle à même d’améliorer l’image du
secteur. Pour ce faire, tous les intervenants en assurance doivent conjuguer
leurs efforts en vue de rechercher les solutions idoines pour stimuler le développement de cette industrie car l’assurance
joue un rôle primordial dans la mobilisation de l’épargne et la sécurisation des
biens et des activités”.
M. Ghaouti a tenu, cependant,
à faire remarquer que “la part du PIB
reste disproportionnée par rapport au
taux de croissance de l’économie et en
dessous des niveaux espérés. La part
dans la production assurancielle dans le
produit brut national est encore relativement faible, elle représente moins de 1%
du PIB. À la fin de l’année 2000, elle a
avoisiné les quelque 20 milliards de DA
et en 2007, nous en sommes à 52,7 milliards ; cela représente une forte évolution
mais très insuffisante par rapport aux
capacités que recèle le marché algérien”.
Le
directeur
général
de
Wafassurances a tenu à préciser
qu’“en fait, beaucoup de facteurs expliquent la faible production par rapport
aux capacités que recèle le marché algérien. Dans la foulée, on peut citer le facteur culturel du citoyen algérien face à
l’assurance. Il y a également du côté des
assureurs un grand effort de pédagogie,
de communication et de marketing pour
arriver à mieux faire comprendre l’acte
d’assuré”. Pour sa part, le docteur
Khadidja Guennachi, directrice du
laboratoire des risques industriels
technologiques et environnement
de l’université d’Oran, a fait un
intéressant exposé intitulé “Pour
une meilleure gestion des risques et des
assurances au sein d’une entreprise”,
rappelant
les
conséquences
induites par les catastrophes historiques des centrales nucléaires de
Bophal en Inde et de Tchernobyl en
Russie dont le nuage toxique est
arrivé aux portes de l’Algérie, et
plus près de nous, les inondations
de Bab El-Oued et de Ghardaïa et
l’accident du complexe pétrochimique de Skikda, précisant que le
facteur humain se situe entre 75 et
80%, le reste relève notamment de
la vétusté des installations, ce qui
doit conduire, dit-elle, à une prise
de conscience collective. “Les assurances veulent des garanties pour pouvoir
couvrir les risques de cette ampleur”, a
ajouté la directrice du laboratoire
d’Oran, soulignant que “les pouvoirs
publics en Algérie se sont toujours
acquittés de leurs tâches de législateurs
en promulguant un arsenal juridique
important pour la réduction des risques
tout en mettant en place un plan national de prévention des catastrophes, ce qui
implique l’obligation de prendre une
assurance”.
B. ABDELMADJID
CHLEF
Distribution de logements sociaux
et de locaux professionnels
D logements sociaux ont été der-
eux cent vingt-cinq nouveaux
nièrement distribués, notamment à
Sidi Akacha et à Abou El-Hacène,
dans la wilaya de Chlef.
C’est le wali en personne qui a
procédé à la remise des clés et des
décisions au profit des bénéficiaires des logements en question
(125 à Sidi Akacha et 100 dans la
commune d’Abou El-Hacène dont
40 au quartier périphérique de
Kalloul) et ce, suite à une visite de
travail qu’il a effectuée dans ces
deux localités. Pour les nouveaux
locataires de ces habitations, la
joie était indescriptible et le signe
du contentement se lisait sur le
visage de chacun d’eux.
“Cela fait bien longtemps que nous
attendions, avec une très grand impatience, ces précieux moments. Nous
vivions dans des conditions des plus
mauvaises et des plus défavorables à tous
les niveaux. Notre grande et longue
patience a été, enfin, récompensée
aujourd’hui. Nous avions tous passé des
moments de douleur, de calvaire et de
misère dans des habitations de fortune,
dans des gourbis ou tout simplement
dans des bidonvilles. Cela dépendait des
moyens dont disposait chacun de nous.
Maintenant que notre rêve vient d’être
réalisé, El-hamdoulillah, tout va changer
et en mieux pour nos familles respectives
mais surtout pour nos enfants qui viennent de découvrir, pour la première fois,
un domicile familiale décent”, lancent
avec plaisir et satisfaction de nombreux nouveaux locataires de ces
logements dans les deux communes. À Bouzhaïa, le chef de
l’exécutif, qui était accompagné
des autorités locales de la wilaya, a
également procédé à la distribu-
MASCARA
Vaste opération d’assainissement
B tion de l’anniversaire du déclenchement de
ien avant les festivités marquant la célébra-
la Révolution, les services techniques de l’assemblée populaire communale de Mascara ont
entrepris une vaste opération d’assainissement
et d’embellissement des principaux quartiers de
la ville.
Contrairement aux actions ponctuelles
effectuées jusque-là, celle en cours se caractérise par sa durée et, par voie de conséquence, par
le volume de travail dont s’acquittent les
ouvriers communaux, parfois sous la surveillance du chef de l’exécutif communal, ce qui déno-
te de l’intérêt accordé à cette initiative.
L’ampleur des effectifs engagés et la dimension
des espaces ciblés laissent présager la visite
imminente d’une personnalité importante dans
la capitale de l’Émir eu égard aux actes de mobilisation opérés circonstanciellement et réservés
exclusivement à de tels évènements.
En effet, ces manœuvres étaient jadis pratiquées à la veille des visites des représentants du
gouvernement quand il s’agit du chef-lieu, ou
dans les autres localités si l’hôte est le chef de
l’exécutif. En dépit du développement de tous
les facteurs visant à se démarquer des
anciennes méthodes, les élus des communes
qui relèvent de la wilaya de Mascara éprouvent
des difficultés à se défaire de ces mises en
scène qui restent l’apanage de l’ancien système.
Mais si ces programmes sont exécutés, la qualité des travaux est loin de faire l’unanimité en
l’absence de tout contrôle et des moyens censés être à la disposition des ouvriers qui ont
conscience que la qualité de leur travail est loin
de donner satisfaction même s’ils n’hésitent pas
à balayer devant les portes des citoyens sous
prétexte qu’ils nettoient les trottoirs.
A. BENMECHTA
tion de 60 locaux professionnels
aux jeunes chômeurs de la localité.
Ces derniers, toutes catégories
professionnelles confondues, semblent déterminés à rattraper le
retard lié aux années de chômage
qu’ils ont vécues péniblement. “On
ne sait comment remercier les autorités
pour les efforts déployés quant à la réalisation de ces locaux professionnels, qui
vont permettre à chacun de nous de participer à l’édification de son avenir, et
aussi de l’avenir de son pays”, se sont
exprimés avec beaucoup de joie
plusieurs bénéficiaires des locaux
en question. Pour sa part, la population locale du village d’El Draïz se
trouvant à quelques encablures de
chef-lieu de la commune de
Tadjena va pouvoir, enfin, se servir
servir des consultations médicales
de la nouvelle salle de soins, également inaugurée par le wali au cours
de cette visite de travail.
Enfin, dans la même commune, et
précisément au douar El Yachir,
non loin du centre de la ville, les
membres de la délégation de la
wilaya ont procédé, ensemble, à la
mise en service du réseau relatif à
l’AEP qui alimentera toutes les
fractions de cette localité rurale en
eau potable.
AHMED CHENAOUI
SPORTS
LIBERTE
Dimanche
8 novembre 2009
21
CHAMPIONNAT DE PREMIÈRE DIVISION : JSK 2 – MSPB 1
Signé Hamiti
L Ouzou était affreusement vide
Ouazani-Tchikou, mais ce fut bien
l’avant-centre adverse Amokrane
qui faillit remettre les pendules à
l’heure sur une reprise de tête puissante, mais mal cadrée (41’).
Encore que peu avant la pause, ce
fut plutôt le remuant Tchikou qui
fait doubler la mise en pivotant furtivement au niveau du point de
penalty, mais sa reprise frisa encore
le poteau gauche (44’). Après le
repos, le jeu baisse de rythme des
deux côtés et il fallait attendre la
67’ de jeu pour voir enfin Tedjar
buter sur Benfissa et récidiver
encore une fois sur une tête bien
captée par Benfissa (70’).
La JSK ne desserre pas l’étreinte
et Saïdi place encore une superbe
reprise de la tête (75’), mais le
MSPB ratait une occasion inespérée de niveler le score par
Amokrane qui butait sur Hadjaoui
dans les six yards (79’). Le suspense envahit alors le stade du 1erNovembre
et
Meftah
(81’),
Coulibaly (82’) puis Tedjar (85’)
auraient pu libérer la JSK avec un
peu plus de sang-froid, mais ce fut
bien Hamiti qui allait le faire en inscrivant son second but de la journée (88’). Le MSP Batna réussit à
entretenir l’indécision grâce à un
joli but de Bitam qui profitait d’un
manque de vigilance pour placer
une frappe terrible en pleine lucarne (90’), mais le score devait en
rester là.
MOHAMED HAOUCHINE
e stade du 1er-Novembre de Tizi
Liberté
hier après-midi à l’occasion du
match JSK-MSP Batna, et ce, malgré le beau temps qui avait planté
son décor après deux jours de
pluies torrentielles.
Les quelques mordus de la JSK,
qui s’étaient déplacés au stade,
étaient curieux en fait de voir la
réaction des Canaris après le
départ du coach français JeanChristian Lang et jauger ainsi l’intérim assuré par le tandem KaroufAmrouche. Toujours est-il que les
camarades de Meftah n’ont pas
versé dans les calculs et entamé la
rencontre sur les chapeaux de
roues, acculant rageusement la formation batnéenne recroquevillée
en défense dès le coup d’envoi sifflé par M. Hediaf. Avec une telle
domination, ce fut bien le stoppeur
Belkalem qui faillit ouvrir le score
dès la 5’ de jeu, mais il ratait la cage
vide de la tête sur un joli centre de
la gauche de Tchikou, titularisé
pour la première fois de la saison.
Sur la lancée, la JSK faillit déverrouiller la défense adverse lorsque
Aoudia profitait d’un centre de
Tedjar pour faire une tête plongeante très bien placée à ras du
poteau, mais il se heurta à une
manchette spectaculaire de l’excellent Benfissa (9’), encore que Chérif
El-Ouazani s’est manifesté par un
tir puissant des 25 m, mais à côté.
Face à de tels rushs kabyles, les
Batnéens réussirent cependant à
sortir progressivement la tête de
l’eau et à menacer sérieusement
Hadjaoui à deux reprises par
Dehouane, qui tirait sur le petit filet
(22’) et Amokrane, auteur d’une
bicyclette qui a failli faire mouche
(24’). Malgré ce sursaut d’orgueil
des visiteurs, les Kabyles maintien-
nent la pression à un tel point que
ce sont les défenseurs qui prêtent
très souvent main-forte à leurs
attaquants, et ce fut justement
Coulibaly qui plaçait une belle tête
décroisée sur un excellent centre
de Ouassalah, mais le cuir frôlait le
montant gauche (27’).
Finalement, la JSK allait trouver
le chemin des filets à la demi-heure
de jeu sur un corner bien botté par
Tedjar et repris majestueusement
de la tête par Hamiti (31’).
Dès lors, la JSK évolua avec
beaucoup plus de sérénité et s’assura une meilleure fluidité dans la
circulation de la balle grâce à son
trio médian Maroci-Chérif El-
USMA
Saâdi : “Cela ne peut plus durer comme ça !”
L était très déçu à la fin de la partie, vene coach de l’USM Alger, Nouredine Saâdi,
dredi soir à l’issue de la rencontre face à
l’ASO Chlef. Non pas spécialement en raison
de la défaite, mais surtout à cause du comportement jugé scandaleux de ses joueurs
sur le terrain. “Franchement, c’est bien parfois de
jouer à huis clos, cela permet de découvrir certains
choses importantes dans la vie. Tenez aujourd’hui
par exemple mes joueurs, du moins beaucoup d’entre
eux, ont eu un comportement scandaleux et honteux
sur le terrain. Au lieu de jouer, ils ont passé leur
temps à se chamailler à coup de gros mots obscènes.
Avec le huis clos, j’ai entendu des trucs vraiment
honteux de la part des joueurs qui sont censés être
dans la même équipe. Pour un rien du tout, un
joueur peut insulter un autre. Cela a fini par déconcentrer tout le monde. Au lieu de se serrer les coudes,
ils se tirent le chignon. Je me demande comment ils
ont appris à jouer au football comme cela. Le football, c’est un sport d’équipe. Franchement, aujourd’hui, je suis tombé des nus”, a souligné Saâdi
d’un air dépité, sans pour autant préciser les
noms de ceux qui sont concernés par cette
critique. “Je ne veux pas citer de noms, mais je
pense qu’avec le huis clos, vous avez tous entendu les
noms d’oiseaux qui ont fusé de la part de mes
joueurs. Pour ma part, je préfère laisser la direction
du club étudier ces cas d’indiscipline qui portent gravement préjudice à l’équipe et qui influent négativement sur les résultats techniques. Je peux vous dire
que j’ai coché cinq noms qui feront l’objet dès mon
retour à Alger d’un rapport complet que je transmettrai au président Saïd Allik. Le secrétaire général du
club, M. Laroussi a déjà les noms. Cela ne peut plus
durer comme cela, je ne peux plus me taire sur des
choses qui nuisent à l’image de marque de l’USMA”,
ajoute-il. Pour Saâdi, ce comportement
navrant de ses joueurs constituent la première raison de la défaite. “Vous aurez remarqué que
lors des premières 25 minutes de jeu, nous avons
bien joué, nous nous sommes même créé l’occasion la
plus nette, mais une fois les disputes entre mes
joueurs ont commencé, nous avons perdu notre
concentration. Les joueurs ont lâché prise. Nous
avons encaissé deux buts dont le second aurait pu
être évité. Cela nous a coupé les jambes. Nous avons
essayé de revenir dans la rencontre en seconde période, mais c’était trop tard, le mal était fait. C’est pour
cela qu’aujourd’hui, j’ai été battu non pas par l’adversaire, mais par mon propre camp. Ce sont les égarements stupides de mes éléments qui ont entraîné la
défaite. C’est ma première défaite à l’extérieur, car
j’estime qu’à Annaba nous avons été volés par l’arbitre. Les joueurs doivent assumer leurs responsabilités. Moi, en tout cas, j’assumerai les miennes.”
ALLIK : “ATTENDEZ-VOUS
À DES SANCTIONS TRÈS LOURDES !”
Le président de l’USM Alger, Saïd Allik,
dans une déclaration faite hier à Liberté Foot,
annonce que les joueurs incriminés par le
coach Nouredine Saâdi seront lourdement
sanctionnés. “J’ai eu des échos de ce qui s’est passé
à Chlef et visiblement nous avons perdu en raison
d’un comportement scandaleux de mes joueurs. Je
vous annonce d’emblée que les intéressés seront lourdement sanctionnés.
Il n’est pas question que l’USMA devienne un
r
ENNUYEUX…
D
pour les Vert et Blanc.
Guessoum tire, cependant, le
cuir passe au-dessus de la
transversale. À la 13’, Rebbih
qui bénéficia d’une passe de
Gasmi se déporta à gauche
avant d’adresser un tir
enveloppé, obligeant Ghalem
à le dévier en corner.
Quelques minutes plus tard,
nouveau corner pour les
Blidéens ; une fois de plus,
Guessoum le botte mais hors
du cadre. À la 26’, Abdeslam
adresse un tir bien enveloppé
qui passe légèrement à côté
des buts gardés par Ghalem.
À la mi-heure du match, les
Annabis se créèrent une
occasion tranchante avec
Rebbih et Tebbal, mais ce
dernier a dû échanger de
nouveau la balle avec Gasmi
dont le tir est dégagé in
extremis par la défense
blidéenne. En seconde
période, le jeu baissa de
rythme malgré les nombreux
changements effectués par
les deux entraîneurs et le
sang frais introduit dans le
match. Les Annabis ont été
les plus dangereux par
Gasmi, Remache ou encore
Boudar, mais la défense
blidéenne a été solide en
entourant bien le gardien
Ghalem. À la 56’, sur un coup
franc de Boudar, Zemmouchi
de la tête a failli tromper son
gardien Ghalem qui est resté
sur sa ligne pour voir le
ballon frôler son poteau droit.
Dix minutes après, l’ancien
meilleur buteur du
championnat, Ahmed Gasmi,
rate face à face avec Ghalem.
Dans les arrêts de jeu,
AGE DU COA
LE D HANIFI ÉLU PRÉSIDENT
USMB 0 - USMAN 0
ans un match d’une
piètre prestation entre le
leader annabi et le club
fanion de la ville des Roses,
le score est resté le même
durant les 90 minutes. Ni les
Blidéens ni même les
Annabis n’ont réussi à
inscrire le moindre but durant
cette rencontre qui n’a pas
connu un bon niveau. Les
gars de la capitale de la
Mitidja restent à la 14e place
du classement général du
championnat avec 14 points
au compteur, alors que les
poulains d’Abdelkader
Amrani pointent toujours à la
première place et avec un jeu
pas du tout habile. Les vingtdeux acteurs de ce match
jouaient coup sur coup sans
toutefois réussir à ouvrir la
marque. À la 2’, coup franc
club où les joueurs peuvent faire n’importe quoi
allant jusqu'à ternir son image. Ce qui s’est produit
est honteux, j’ai honte à la place de mes joueurs.
C’est ce que je vais leur dire quand je serai en face
d’eux”, dira-t-il.
Et d’ajouter : “Ce qui me désole le plus, c’est
que ce comportement provient notamment des cadres
de l’équipe. C’est regrettable. Il leur appartient
pourtant de donner l’exemple et voilà que ce sont eux
qui font le cinéma sur le terrain. À l’USMA, il y a
une discipline de travail à respecter et elle s’applique
à tout le monde.”
En ce concerne le cas de Abdouni sanctionné par Saâdi (remplaçant), M. Allik déclare qu’il soutient son coach Saâdi. “Saâdi a eu
raison de le sanctionner. Nul n’a le droit de s’absenter aux entraînements comme bon lui semble.
Quelles que soient les conséquences, il faut veiller au
respect de la discipline de groupe.”
SAMIR L.
Remache rate l’inratable face
au keeper blidéen Ghalem qui
sauve son camp d’un but
certain. Les poulains de
Kamel Mouassa ont réussi à
garder le score vierge jusqu’à
la fin du match, qui s’est
déroulé sans public tout en
permettant aux Annabis de
rester collés au peloton de
tête, surtout que les Tuniques
rouges sont venues à Blida
pour essayer de réaliser un
bon résultat. Pour les Vert et
Blanc, un grand travail les
attend à l’avenir pour
améliorer le niveau et se
rattraper, surtout dans
l’objectif d’atteindre 25 points
à la fin de la phase aller. Onze
points sur quinze attendent
les Blidéens d’ici le 29
décembre prochain.
M. A. H.
●● Le Dr Rachid Hafini a été élu samedi
nouveau président du Comité olympique
algérien (COA) à l'issue d'un vote organisé par l’Assemblée générale élective.
Le Dr Hanifi (Fédération algérienne de
football) a recueilli 101 voix contre 43 voix
pour le deuxième candidat, M. Mohamed
Belhadj, ex-président de la Fédération
algérienne des sports scolaires.
Le troisième candidat, M. Tewfik
Chaouch-Teyara, président par intérim du
COA, s’était retiré de la course à ces élections au début de l'AGE.
Les travaux de l’AGE se déroulent conformément aux statuts du COA, avec notamment la présence de toutes les fédérations olympiques (22), et 78 membres sur
les 83 que compte l'assemblée générale.
Le nouveau président du Comité olympique algérien, 60 ans, médecin de carrière, a souligné juste après son élection son
engagement qu“il va œuvrer avec l’ensemble des acteurs de la famille sportive
algérienne pour rétablir une sérénité
durable et indispensable pour permettre à
nos sportifs des conditions de préparation
idoines aux échéances internationales
importantes”.
22
CULTURELLE
Dimanche
8 novembre 2009
LIBERTE
IL APPORTE UN TÉMOIGNAGE VIVANT SUR LE PARCOURS DU THÉÂTRE
ET DU CINÉMA ALGÉRIENS ET AMAZIGHS
MOHAMED HILMI : “VOICI MA PART
DE VÉRITÉ HISTORIQUE”
Entretien réalisé par :
FARID BELGACEM
Liberté : On parle beaucoup ces derniers temps du théâtre et du cinéma
amazighs. Mohamed Hilmi revendique depuis toujours un produit de
qualité, mais surtout la prise en
charge de l’aspect historique de ces
deux arts majeurs à travers sa riche
carrière. Qu’en est-il exactement ?
●● Mohamed Hilmi : Ma première tentative dans le théâtre amazigh date de septembre 1952 (il exhibe un document datant
du 26 mai 1952 signé par le SG de la préfecture d’Alger, Tony Roche, qui l’autorise à
se produire conformément au décret du
7 février 1947 relatif aux garanties de sécu-
émissions religieuses. Il était auteur
d’œuvres théâtrales à caractère social.
Dans le même registre, il y avait également
Mahieddine Oussedik alias Oumenguellet
(ndlr : en rapport aux archs d’Ath
Menguellet d’Aïn El-Hammam). Ce dernier
était auteur et interprète de pièces théâtrales.
Mohamed Hilmi à sa première
année au théâtre (1949).
rité exigées sur les établissements recevant
le public). C’était du théâtre sur les
planches. J’étais avec El Hachemi Larabi,
qui est d’ailleurs toujours vivant.
Le théâtre kabyle est né avec moi. Je suis le
premier instigateur de cet art noble avec
une pièce intitulée Si Meziane, adaptée à
partir d’une œuvre de Mahieddine
Bachtarzi, et Mihachkoulène, la Sorcière, dont
je suis l’auteur. À la radio Chaîne II, le premier instigateur du théâtre et à qui revient
cet honneur n’est autre que Mohamed
Lamrani, éminent élève de cheikh Ahmed
Ibnou Zekri, originaire d’Azeffoun. Celui-ci
était également professeur et directeur de
la Medersa d’Alger, une prestigieuse école
des hautes études islamiques.
Bien avant, il y avait des tentatives
et des initiatives qui ont porté haut
et fort le théâtre et le cinéma amazighs…
●● L’histoire est riche en enseignements
pour celui qui veut apprendre. Mon devoir
est de lutter contre l’oubli. C’est très
important pour moi ! En 1947 déjà, la Radio
d’Alger avait consacré une émission animée
par Mohamed Lamrani en kabyle sur le
célèbre poète si Mohand ou Mhand. Ce
magazine a suscité un engouement tel que
les auditeurs appelaient des quatre coins
du pays, car il intéressait tout le monde.
Suite à quoi, on avait alors proposé d’ouvrir
un canal autonome exclusivement réservé à
la production en kabyle. L’instigateur n’était
autre que Saïd Rezzoug. À la fin de l’année
1947, ce canal a vu le jour. C’était un grand
exploit ! Pour revenir à Mohamed Lamrani,
celui-ci a tenté de créer le théâtre kabyle. Il
a réussi à monter une troupe d’amateurs
avant de s’engager dans le théâtre kabyle
proprement dit. M. Lamrani avait même
réussi à créer le Centre régional des arts
dramatiques (Crad). À cette époque, j’étais
à l’Opéra d’Alger dans la troupe de
Mahieddine Bachtarzi. C’était en 1948.
C’est alors que j’avais pris attache avec la
radio où j’avais connu M. Lamrani. Et c’était
à cette époque même où j’ai fait ma première tentative d’auteur avec une pièce de
théâtre en 3 actes. L’œuvre intitulée Agoujil
(l’orphelin) a été diffusée le 18 décembre
1949. Dans cette pièce assez originale, il y
avait cheikh Noureddine, si Hocine Ouarab
et Mohamed Lamrani. Il y avait également
avec nous Abderrahmane Isker alias Abder
Isker, un ancien journaliste de la radio, originaire d’Azzazga. Celui-ci deviendra vite un
grand réalisateur à la télévision française
TF1 sous le nom d’Abder Isker. Pour restituer encore les faits tels qu’ils étaient, il y
avait aussi cheikh Hamouda qui animait des
D. R.
Il a encore du tonus ce Mohamed
Hilmi, de son vrai nom Brahimi
Mohamed Ameziane, qui avoisine
les 80 printemps (né en 1931).
Mieux, il a du punch et de la volonté de produire encore et encore, lui
qui a toujours la culture qui court
dans ses veines. Modestement, il
nous accueille chez lui, sur les hauteurs d’Alger. Droit au but, il nous
invite dans son bureau personnel,
une véritable bibliothèque d’archives
soigneusement rangées : des
manuscrits, des coupures de presse,
des photos-souvenirs datant de plus
de 60 ans, des tableaux attestant
son honorabilité et son apport à l’art
de manière générale, mais aussi des
livres et des registres où tout est
chronologiquement noté, comme
pour témoigner de plusieurs
époques, voire de plusieurs épopées
du théâtre, de la radio et du cinéma
algériens, en général, et amazighs,
en particulier. Il se souvient de tout.
Du petit détail. Du plus subtil, soit-il.
Ayant reçu plusieurs titres honorifiques pour son riche parcours,
M. Hilmi a été honoré, au mois de
Ramadhan dernier, au Théâtre national algérien (TNA) MahieddineBachtarzi, par l’association culturelle
le Troisième millénaire pour l’ensemble de sa carrière qui a débuté
dans les années 1940. Depuis, il a
touché à tous les arts : l’écriture et
les sketches humoristiques, le cinéma, la comédie, la musique, la
chanson, la réalisation, etc. L’artiste,
toujours complet et plus que jamais
comblé, refuse, sans animosité, l’accaparement de l’histoire de l’art
amazigh, dont le théâtre et le cinéma. Comme il dénie toute exclusivité
du principe de doyenneté dont seule
l’histoire détient les secrets. Dans cet
entretien, M. Hilmi revient sur les
moments forts de ses débuts et de
celui d’autres instigateurs du théâtre
et du cinéma, tant à la Radio
d’Alger qu’à la radio nationale
Chaîne II. Il remonte aux origines de
ces deux arts et restitue le contexte
le plus plausiblement possible,
documents à l’appui, les circonstances dans lesquels les artistes ont
fait leurs premiers pas durant les
années de braise. Parole à M. Hilmi.
Le cercle commençait vite à s’agrandir. Quel était votre apport justement, vous qui aviez un rôle majeur
et une responsabilité d’encadrer ce
beau monde à une époque où il y
avait peu de moyens ?
●● Effectivement, la troupe commençait à
s’agrandir. J’ai prix l’initiative de proposer à
M. Rezzoug de faire appel à mes collègues
kabyles qui étaient dans la troupe de
Mahieddine Bachtarzi.
Il y avait donc Ali Abdoune, Mustapha Badi
et Rouiched. Les trois avaient alors participé à l’activité radiophonique tant en arabe
qu’en kabyle, et ce en qualité de comédiens
et auteurs.
Vient ensuite l’apport de Mme Lafarge alias
l’la Tassadit, qui avait créé une émission
enfantine où elle formait des jeunes talents,
filles et garçons. C’était au début des
années 1950. De son école sortirent alors
de véritables talents comme Kadri Seghir,
Arezki Nabti, Smaïl Si Ahmed, Ahmed Halit,
Madjid
Bennacer
et
Saïd
Hilmi.
Parallèlement, à la chaîne arabe, Ahmed
Hadj Hamou, alias Reda Falaki, produisait
également une émission enfantine en
langue arabe.
Les deux émissions étaient de véritables
pépinières. Ahmed Hadj Hamou a ensuite
créé une troupe d’amateurs qu’il a dénommée Masrah El Ghad (théâtre de demain). Il
y avait en son sein Farida Saboundji, Djafar
Bek, Madjid Reda, Mohamed Niha,
Mohamed Abdoune et moi-même, bien sûr.
À cette époque, on s’investissait dans la
formation. L’objectif était de préparer la
relève dès qu’il s’agit de maintenir le cap
sur la qualité de la production.
Au début des années 1950 toujours,
Mustapha Kateb avait créé une troupe
d’amateurs dénommée Masrah El Djazaïri
(le théâtre algérien). Dans cette troupe, il y
avait Sid Ali Kouiret, Larbi Zekal, Yahia Ben
Mebrouk dit l’apprenti et Hadj Chérif. La
chaîne était enrichie par d’autres auteurs,
comme Saïd Zanoune, Abdi Mokrane et
Kamel Hammadi, auteur de plusieurs opérettes du fait qu’il avait un penchant pour la
musique.
Viendra ensuite l’épopée du cinéma…
●● Oui, juste après la création de la chaîne de la télévision. À cette époque, les responsables des émissions de la radio en
amazigh et en arabe faisaient des
démarches pour obtenir des plages
horaires et une part qui reviendrait à ces
deux langues nationales.
On tentait alors de trouver des brèches
pour placer nos productions qui sommeillaient en nous. C’est ainsi, en plus de la
chanson, des courts et moyens métrages,
que la télévision a diffusé les premiers produits en décembre 1956.
Mustapha Badi et moi-même, nous avons
animé deux émissions enfantines, les 4 et
18 décembre 1957. Ensuite, la télévision a
diffusé, le 13 février 1958, un moyen métrage de 56 minutes que j’ai moi-même écrit
en kabyle. Il était intitulé Akham Elehna (la
maison de la sérénité), interprété par Ali
Abdoune, cheikh Noureddine, Saïd Hilmi,
Fatima Ben Osmane, une grande militante,
Larbi Zekal, Kadri Seghir, Mohamed
Abdoune, Sissani et Amar Ouhada. Le
19 juin 1961, une œuvre dramatique, un
long métrage de 1h40 et intitulé Oul Imenan
(fin inattendue), que j’ai par ailleurs écrite, a
été également diffusée à Alger. Elle sera
successivement diffusée le 24 juillet 1961 à
Constantine et le 14 mars 1962 à Oran, car
à cette époque, il est utile de le préciser, il
y avait trois antennes régionales de télévision.
Qu’en est-il de la production et de
l’animation après l’annonce du cessez-le-feu ?
●● Après le cessez-le-feu, plus exactement en avril 1962, lors d’une des visites au
PC de la Wilaya III, le colonel Mohand
Oulhadj m’a demandé d’organiser une tournée à travers la wilaya. L’objectif était de
sensibiliser les gens sur la réalité, car tout le
monde était sous l’euphorie du cessez-lefeu, alors qu’il fallait se mettre au travail et
surtout se préparer à la rencontre du destin
à l’approche du scrutin sur l’autodétermination du 2 juillet 1962.
Je n’ai pas tardé à préparer le spectacle que
je présentais au fur et à mesure, et ce à l’appréciation du colonel Mohand Oulhadj.
J’avais même prévu une chorale en arabe et
en kabyle et une pièce de théâtre avec la
participation de cheikh Noureddine, Saïd
Hilmi, Saïd Lamrani, Kadri Seghir, Larbi
Zekal et son frère Saïd Zekal, Ali Abdoune,
sans oublier Moussa Haddad. Celui-ci était
chargé de nous suivre avec sa caméra 8 millimètres ; c’était son premier pas dans le
septième art. Voilà tout. Et au risque de me
répéter, il est de mon devoir de lutter contre
l’oubli et de témoigner de faits réels sur
l’histoire du théâtre et du cinéma amazighs
et de leur évolution.
Vous aurez bientôt 80 printemps et
vous comptez produire encore.
Quels sont vos projets, M. Hilmi,
sachant que la Chaîne VI est exclusivement réservée à la production en
amazigh ?
●● J’ai eu à rencontrer et à discuter avec le
directeur général de la télévision algérienne
sur plusieurs chantiers que je mettrai bientôt en œuvre. Le premier concerne un
feuilleton exclusivement consacré à l’histoire du théâtre algérien. Je n’en dirai pas plus
puisque je compte, très prochainement,
animer une conférence de presse pour
annoncer les grands axes de cet important
projet. Le DG de la télévision nationale m’a
donné son accord, mais on devra accorder
la priorité à la Chaîne VI en amazigh qui a
plus besoin de produits, car elle en est à
son lancement. Mais je réaliserai avant 6
courts métrages que j’ai moi-même écrits,
au même titre que le feuilleton. Ce ne sont
pas les projets qui manquent.
Pour finir, M. Hilmi, car il y a trop de
choses à dire, actuellement, nous
assistons à une panoplie de festivals
et à une surproduction audiovisuelle
en Algérie. Non seulement ils ne
drainent pas la grande foule, mais
ils n’ont aucun impact sur la société.
Pourtant, il y a tous les moyens pour
faire un bon produit. Quelle appréciation faites-vous sur cet état de
fait ?
●● Il y a trop de tralala à connotation politique ! C’est dû également à la maladresse
de la communication. En théâtre, comme
au cinéma, le public a beaucoup plus
besoin de culture que de politique. Il est
nécessaire de dissocier la production culturelle de la politique. À partir de là, le théâtre
et le cinéma iront mieux et le public aura
droit à des produits de qualité.
F. B.
Dimanche
8 novembre 2009
CULTURE
DEUXIÈME ÉDITION DU SALON D’AUTOMNE
Au carrefour des arts plastiques
Il revient encore une fois élire
domicile au palais de la
Culture Moufdi-Zakaria à
Alger. Il a ouvert ses portes le
29 octobre dernier et s’étalera
jusqu’au 23 janvier 2010, et
ce au plus grand bonheur des
amoureux des arts plastiques.
Presque trois mois de
découvertes et d’exploration
artistiques.
A du palais de la Culture, ce sont
ccueillis par la grande galerie
D. R.
une soixantaine d’artistes, venus
des quatre coins du pays, à exposer leurs œuvres. Une autre manière de montrer le travail qui se fait
hors d’Alger. Une manière aussi de
dire que l’art — dans ce cadre-là la
peinture et la sculpture — n’a pas
de frontières, qu’il est partout, sans
limites !
Après avoir “remporté l’année dernière un franc succès auprès du public
(…) la deuxième édition nous conforte
dans notre volonté de faire de cet événement le rendez-vous de la création artistique contemporaine”, dit Mme
Mehadjia Bouchentouf, directrice
du palais de la Culture MoufdiZakaria.
Ce Salon d’automne, selon ses
organisateurs, a une double vocation. Celle de permettre la découverte de nouveaux talents dans ce
vaste et grand domaine que sont
les arts plastiques. Celle aussi qui a
trait à la pérennisation de ce Salon
afin qu’il devienne une tradition, un
événement incontournable dans le
paysage
culturel
algérien.
Permettant de ce fait aux exposants de voir comment se monte
une exposition et pouvoir ainsi en
faire de même chez eux. Par
ailleurs, trois artistes algériens de
renom participent à cette deuxième édition du Salon d’automne.
Une manière de rendre hommage
au travail qu’ils font, selon le commissaire de l’exposition, Lamine
3e SALON ARABE DE PHILATÉLIE
À OUM EL-BOUAGHI
LECTURE DÉBAT À LA BIBLIOTHÈQUE
DU GOETHE INSTITUT ALGÉRIEN
Vers la mise en place
d’une fédération
N Salon de philatélie à l’instar de
écessité d’institutionnaliser le
ceux de la chanson, proposer à
Algérie Poste d’éditer un timbre
spécial Salon à chaque édition,
nécessité de la mise en place d’une
fédération de philatélie, vulgariser
plus la philatélie chez les enfants…
telles sont les principales recommandations émanant des participants à la 3e édition du Salon arabe
de philatélie à Oum El-Bouaghi.
Organisée par l’association
Anfous de philatélie de la wilaya
d’Oum El-Bouaghi, en collaboration avec Algérie Poste, et placée
sous le haut patronage du ministre
des Postes et Technologies de l’information et de communication, et
du wali, cette manifestation culturelle a duré quatre jours (du 1er au 4
novembre).
Pas moins d’une dizaine de
pays arabes y ont participé, dont
l’Arabie saoudite, la Palestine, l’Égypte, le Qatar, les Émirats arabes
unis, l’Irak, le sultanat d’Oman…
ainsi qu’une douzaine de wilayas :
Amor Idriss Dokman. Dans cette
exposition figurent les différentes
techniques des arts plastiques :
peinture à l’huile, pastel, aquarelle,
peinture acrylique et sous verre,
sculpture sur bois…
Même la photo avait droit de
cité. À ce propos, et pour la première fois, le Salon accueille
l’œuvre photographique d’un jeune
de
Sétif,
Mohamed
Chérif
Senoussaoui. Sa particularité, son
âge ! Il n’a que 15 ans, mais du
talent à revendre… Pour le visiteur,
c’est un véritable dédale de styles
et courants. Il est transporté dans
cet abysse artistique, tellement
riche en couleurs, mais surtout en
beauté. Il est happé par cette
“richesse intérieure” qui vient de l’intérieur ! On y trouve le figuratif, la
miniature, l’abstrait, le portrait…“Ce Salon d’automne se répète
donc, mais en se renouvelant, offrant ses
cimaises à d’autres artistes qui manquent
de regard — mais non de visibilité — et
qui ont besoin de subir l’épreuve éprouvante de l’exposition collective”, dit dans
la préface du catalogue le commissaire de l’exposition. Et d’ajouter
que ces artistes “attendent aussi que
des yeux s’ouvrent aux formes et aux couleurs qu’ils animent, ils attendent des
critiques, des appréciations, une possibilité de dialogue de la part des amateurs et
des curieux de l’art”. À signaler que
contrairement à la première éditions, cette année, ce Salon d’automne a pu bénéficier d’un sponsor, ce qui a permis aux organisateurs d’ouvrir les portes du Salon à
un plus grand nombre d’exposants
et à faire face à d’autres imprévus.
“Tout laisse donc à présager que cette
deuxième édition consacrera la manifestation dans son ambition d’être le rendez-vous annuel de la créativité”, dit la
directrice du palais de la Culture
Moufdi-Zakaria. Elle annonce aussi
que dans les éditions futures du
Salon d’automne, des ateliers d’art
plastique seront organisés afin de
permettre à ces talents de se
mélanger et surtout que chacun
partage son expérience.
AMINE IDJER
Sétif, Tlemcen, Béchar, SoukAhras, Ouargla, Jijel…
Durant ces quatre jours, le public a
eu à découvrir, à travers les différents timbres exposés par les participants au niveau de la nouvelle
bibliothèque du chef-lieu de
wilaya, l’histoire, les us et coutumes des divers pays.
Par ailleurs et en marge de ce
Salon, des conférences ont été
animées mettant en exergue l’importance et l’impact du timbre
pour la représentation de certaines caractéristiques de chaque
pays, contribuant ainsi au développement des relations entre les
pays et à l’enrichissement de l’histoire. La cérémonie de clôture, présidée par le wali, a été l’occasion
d’honorer les participants à cette
3e édition arabe du Salon de philatélie organisé, rappelons-le, par
l’association Anfous qui a déjà pris
part à différents salons philatéliques, comme ceux de Quatar et
de Dubaï.
K. MESSAAD
La littérature maghrébine
à l’honneur
L’ Kinzelbach
éditrice
allemande Donata
a animé, dans
l’après-midi de mercredi dernier,
une lecture débat à la bibliothèque
du Goethe Institut algérien (El-Biar)
autour du livre de l’auteur marocain
Mina Oulhadj, Mimi und Aïcha (Ti
t’appelles Aïcha pas Joséphine).
Le choix de ce livre n’est pas
fortuit. Il raconte l’histoire d’une
petite Marocaine, Aïcha, fille d’émigrés, qui vit en Belgique et qui
raconte son quotidien qui diffère
totalement de celui auquel elle
était habituée. À travers ce livre,
l’auteur, qui réside aussi en
Belgique, aborde le problème d’intégration des émigrés, plus précisément issus des pays du Maghreb.
Ces problèmes d’intégration,
abordés ou plutôt vus par le regard
et la voix de la petite Aïcha, ont
trait aux chocs des cultures, des
religions… Aïcha découvre ce
monde nouveau grâce aussi à sa
nouvelle amie, une Belge. Et audelà de ces différences, une amitié
naît, rapprochant deux mondes,
deux cultures. Spécialisée dans
l’édition de la littérature maghrébine, Donata Kinzelbach veut à travers son travail, à savoir l’édition et
celui de son mari Addi Wild, la traduction, faire connaître des auteurs
issus des pays du Maghreb.
Parmi ceux qu’elle a édité figurent de grands noms de la littérature algérienne, à savoir Kateb Yacine,
Mouloud
Mammeri,
Rachid
Boudjedra, Mohammed Dib, Rachid
Mimouni. Par ce travail, c’est la
société, la culture et l’histoire des
pays du Maghreb qui sont mises en
relief.
Présents au Salon du livre
d’Alger, l’éditrice et son mari le traducteur ont animé, jeudi dernier,
une conférence sur le rôle de la littérature algérienne en Allemagne.
Une littérature qui commence à se
frayer une place dans le paysage de
l’édition en Allemagne, et ce grâce
à la traduction.
A. I.
ERRATUM
D
e malencontreuses coquilles se sont glissées dans
l’entretien avec Badr’Eddine Mili, paru dans notre édition de samedi 7 novembre 2009 :
Dans la réponse à la première question, il fallait lire
“Comme vous le dites, ils sont déchirés et ballottés entre
deux mondes inconciliables et irrémédiablement
opposés”, au lieu de “Comme vous le dites, déchirés par
deux mondes inconciliables et irrémédiablement contradictoires”.
Dans la même réponse, il fallait lire “Comme le voulait la
mère de l’enfant qui savait que Stopha allait arracher
l’étincelle du savoir pour sortir de sa condition de soushomme”, au lieu de “Et comme le voulait la mère de l’enfant, qu’il arrache l’étincelle du savoir pour sortir du soushomme”.
- Dans la réponse à la deuxième question, il fallait lire
“C’est une synthèse représentative des différentes
couches sociales et des différents niveaux de conscience
politique du peuple algérien” au lieu de “Une synthèse
représentative des différentes couches sociales et des différentes connexions politiques du peuple algérien”.
- Dans la réponse à la troisième question, il fallait lire “J’ai
écrit la Brèche et le Rempart, pour répondre à certains
cercles littéraires révisionnistes qui présentent la période
coloniale sous les traits de la cohabitation pacifique, ce
que je considère comme une dérive et une atteinte à l’intégrité et à l’authenticité de la mémoire collective nationale”, au lieu de “J’ai écrit la Brèche et le Rempart pour
répondre à certains cercles littéraires révisionnistes qui
présentent la période coloniale sans les tueries de la colonisation pacifique entre les colons et les colonisés, ce que
je considère comme une dérive et une atteinte grave à
l’intégrité et à l’authenticité de la mémoire collective nationale.”
- Dans la réponse à la troisième question, il fallait lire
“Aux accents mahfouziens” au lieu de “des accents mah-
fouziennes”. Dans la même réponse, il fallait lire “une cinglante défaite” au lieu de “sanglante défaite”. Toujours
dans la même réponse, l’orthographe de certains noms a
été écorchée. Il fallait lire “Lamoricière” au lieu de “La
moricaine”, et “Rohault de Fleury” au lieu de “Rohaulp de
Fleury”. Dans cette même réponse, il fallait lire “J’ai cousu
le quartier comme une introduction pour situer la position
historico-géographique du roman” au lieu de “J’ai conçu le
quartier comme une position pour situer l’historique géographique du roman”.
- Dans la dernière réponse, il fallait lire “couvrant” au lieu
de “contenant”.
Toujours dans la même réponse, il fallait lire “les Miroirs
magiques” au lieu de “les Mémoires magiques”. Il fallait
lire aussi “Les abysses de la passion maudite” au lieu de
“les habillages de la passion maudite”. Nous nous excusons auprès de Badr’Eddine Mili et des lecteurs qui
auront corrigé d’eux mêmes.
23
Hommage
à Azzedine
Meddour
D. R.
LIBERTE
L
es vendredis du cinéma des
“Milles et Une News” ont rendu,
avant-hier, hommage au talent du
réalisateur Azzedine Meddour, avec la
projection du film La Montagne de
Baya.À travers ce geste si
symbolique, c’est une
reconnaissance envers le réalisateur.
Considéré comme l’un des meilleurs
– pour certains, le meilleur – films
réalisés en tamazight, La Montagne
de Baya raconte la résistance au
quotidien de villageois qui ont pu fuir
le diktat du colon, en se réfugiant
dans une montagne aride, austère.
C’est aussi l’histoire de Baya, la fille
du saint patron du village, qui assiste
impuissante à l’assassinat de son
époux par son rival de toujours Saïd,
fils du bachagha. Pour calmer les
esprits, elle reçoit une bourse de
louis d’or : la ddiya, le prix du sang
versé. Ce film à images – car ce sont
de véritables cartes postales que
nous offre le réalisateur – est classé
comme étant “un film intemporel”. Ce
n’est ni un film historique ni une
fiction, et pour le comprendre, il est
nécessaire de revenir sur la
formation cinématographique du
réalisateur. La Montagne de Baya a
cassé la thématique du cinéma
algérien qui tournait durant les
années 1970 autour du réalisme
socialiste. Dans ce film, Azzedine
Meddour a plus axé sur l’image que
sur le dialogue. Des scènes très
fortes, très intenses. Des flashs
historiques nous ramènent à Fadhma
N’ssoumer à travers le personnage
de Baya (magistralement interprété
par Djamila Amzal) et à son combat,
aux traditions et croyances
païennes…À rappeler que ce film si
cher à Meddour à coûté la vie à une
dizaine de personnes de l’équipe du
tournage.
A. I.
SORTIR
SALON D’AUTOMNE
●● 2e Salon d’automne, au palais de la
Culture Moufdi-Zakaria, Kouba.
Exposition de peinture, sculpture et
photographies de différents artistes
plasticiens algériens jusqu’au 23 janvier
2010.
SALON
DE LA CULTURE
●● Salon national de la créativité
Du 9 au 13 novembre 2009, 2e édition
du Salon national de la créativité
(Anart), à l’Auditorium du palais de la
Culture Moufdi-Zakaria (salles 1 et 2),
Alger.
CONCERT
●● “Bruit Blanc”, un spectacle littéraire-jazz, par Yann Appery (auteur) et
Claude Barthelémy (musicien), mardi
12 novembre à 19h, au Centre culturel
français d’Alger.
EXPOSITIONS
●● Jusqu’au 26 novembre 2009 :
“Lumière sur le noir” par le plasticien
Pierre Fava, (tous les jours sauf le
week-end) au Centre culturel français
d’Alger.
●● Jusqu’au 30 novembre 2009, exposition de peinture des artistes Marga
Rjera, Djahida Houdef et Lamine Amor
Idriss Dokman intitulée “A33”, niveau E,
hôtel El-Aurassi, Alger
G
24 Dimanche
8 novembre 2009
ET DES
CHRONIQUE DU TEMPS QUI PASSE
5e
partie
UNE NOUVELLE DE ADILA KATIA
Les croisées du destin
RÉSUMÉ : Il apprend que Ghania a fui un mariage
arrangé. Elle est à Paris. Sa belle-sœur lui donne
son adresse et son numéro. Pour la première fois depuis
trois ans, il se sent revivre…
- Q Le ton de l’interlocuteur
ui
la
demande
DES
ENS
?
RÉCIT
DE YASMINA HANANE
64e partie
et fin
L’infidèle
longues. Ghania avait pu se faire
une autre vie dont il sera exclu à
l’avenir.
A. K.
(À suivre)
[email protected] : Vos
réactions et vos témoignages
sont les bienvenus.
inconvénient à notre union.
- Oh comme je suis content pour toi
Chahira !
- Moi aussi.
- Tu sais, on dit que la bonne graine
reprend toujours le dessus. Tu es une
bonne fille de famille Chahira. Seules
les circonstances t’avaient obligée à
emprunter le mauvais chemin. Grâce
à Dieu, tout est bien qui finit bien. Je
te souhaite bien du bonheur et te
présente mes meilleurs vœux.
- À toi aussi Kamel. Euh… je crois
que je vais tout de même accepter
ton invitation. Je pourrais te présenter ainsi mon mari et je verrais la
mariée dans toute sa splendeur.
- Bien sûr. Je compte sur ta présence
et celle de ton mari. Je suis vraiment
pressé de faire sa connaissance.
- Tu verras. C’est un type formidable.
- Toi aussi tu l’es…
- Hein ? Moi, je ne suis rien d’autre
qu’une femme qui ne t’a jamais mérité. La preuve est là. Je t’ai raté et j’ai
raté une heureuse vie avec toi.
- Je t’avais déjà demandé d’oublier le
passé. N’y pense donc plus, et regar-
de l’avenir avec plus d’optimisme. La
vie finit toujours par sourire à ceux
qui savent attendre.
- Merci, mon ami. Je n’oublierai
jamais tout ce que tu as entrepris
pour mon bonheur.
- Sois heureuse, Chahira. C’est tout
ce que je te demande.
- Toi aussi sois heureux avec Zahira.
Et dis-lui qu’elle a une chance inouïe
de t’avoir comme mari.
- Ah ! Ah ! Dis-le lui toi-même. Moi je
n’oserais pas. Elle va me prendre
pour un orgueilleux.
Chahira rit. Et pour une fois, depuis
bien des années, elle se sentit légère
et heureuse.Trois jours plus tard, elle
rejoint son nouveau domicile et
prend en charge les deux petits
orphelins, qu’elle aima tout de suite
comme ses propres enfants.
Bien sûr, elle assistera aussi au mariage de Kamel avec Zahira et fut un peu
jalouse de cette dernière qui n’avait
d’yeux que pour son mari.
Elle a raison, se dit Chahira. Elle est
amoureuse d’un homme extraordinaire qui saura sûrement la combler.
La jeune femme repense à son passé
et s’estime heureuse de s’en être
tirée tout de même à bon compte.
Elle aussi avait un mari et même des
enfants. De temps à autre, l’écho du
passé venait la tarauder et des
remords rongeaient son cœur. Mais
Dessin / Amouri
e dernier fut très heureux d’apla
vie a commencé à sourire à cette
femme qui a su reconnaître ses torts
à temps pour se repêcher. Et c’est
avec un cœur léger qu’il l’invita à
assister à son mariage qui devrait
avoir lieu dans deux semaines.
Chahira se met à rire.
- Je crois que je vais te surprendre,
Moi je vais me marier le week-end
prochain.
- Mais c’est dans trois jours…
- Oui. Mais de l’avis de tous, je ne
devrais pas attendre une minute de
plus pour embarquer dans la famille
de ce brave homme qui est pratiquement fou de moi.
Kamel hésite un moment puis lance :
- Sait-il ?
- Mon histoire ? Oui, bien sûr, nous
avons pris le temps de discuter et je
lui ai tout avoué.
- Qu’en a-t-il, pensé ?
- Il a tout simplement répondu
qu’une faute avouée est à moitié pardonnée. Et que puisque j’ai su me
reprendre à temps, il ne voit aucun
dans les journaux qu’il a lus, il n’a
rien trouvé qu’il puisse faire, il
décide de s’adresser aux propriétaires de cafés et de restaurants
dans l’espoir d’être serveur ou
même plongeur. Il est même prêt
à faire le ménage pour s’en sortir
financièrement.
Il ne veut pas toucher à l’argent
envoyé pas sa mère, voulant les
mettre de côté, au cas où il tomberait en panne.
Le jeune homme fait plusieurs
cafés, tous les restaurants et
même les bains maures, personne ne veut de lui quand ils
apprennent qu’il a déjà eu affaire
avec la police
De retour à l’hôtel, il se met au lit
sans même avoir dîné, trop déçu
pour pouvoir avaler quelque
chose. L’angoisse a réussi à le
gagner, lui gâchant la soirée. Dire
qu’il était tout heureux ce matin,
qu’il était de nouveau plein d’espoir. De quoi sera fait son avenir ? Est-il encore possible d’en
avoir un ? Son passé allait toujours le rattraper et gâcher non
seulement l’instant présent mais
aussi l’avenir. Heureusement qu’il
allait bientôt retrouver Ghania.
Un jour, dès qu’il en aura les
moyens, il la rejoindra en France,
dans ce pays où il est possible
d’avoir une seconde chance.
Quand Ghania saura, elle se pressera de revenir. Rien qu’en y pensant, il sent l’espoir lui revenir.
Mais ce n’est que l’espoir et qui
sait si son rêve allait se réaliser ?
Si son passé n’allait pas empoisonner son avenir et son amour ?
Les trois années ont été très
L’écho du passé
RÉSUMÉ : Chahira est enfin heureuse. Elle avait pu retrouver la trace de sa famille. Une fête est donnée en son honneur. C’est là qu’un voisin, veuf, la remarque et la demande
en mariage. Elle contacte Kamel pour lui annoncer la bonne
nouvelle…
C prendre qu’en fin de compte,
LIBERTE
AITS
Dessin / Amouri
de Wassil est dur. Malgré la friture
de la ligne, il peut entendre
d’autres voix. Et parmi elles, celle
de Ghania.
- Un ami, répond-il. J’appelle
d’Algérie. j’ai besoin de lui parler.
C’est extrêmement urgent !
- Urgent ou pas, lui dit l’homme.
Ce ne sera pas possible, Ghania
est en train de travailler !
- Ah ! Et à quelle heure fait-elle sa
pause ?
- Écoutez, inutile d’appeler à
l’avenir ! Vous ne pourrez jamais
lui parler. Elle n’a pas besoin de
votre amitié. Elle a tout ce qu’elle veut ici !
Wassil aurait voulu le prier mais
son interlocuteur, qui est peutêtre le patron de Ghania, a déjà
raccroché. Il voudrait encore tenter de lui parler mais il y a du
monde derrière lui qui attend
qu’il libère la cabine. Mais il ne
laisse pas tomber. Il appelle sa
belle-sœur. Tout de suite elle
reconnaît sa voix. Il la sent un
peu inquiète et pressée de raccrocher.
- Qu’y a-t-il encore ?
- Il ne voulait pas me la passer, lui
apprend-il. Il m’a raccroché au
nez !
- Wassil, essaye de l’appeler le
soir, lui recommande-t-elle. Son
patron n’est pas toujours là.
- Tu ne sais pas si elle a changé ?
Si elle a quelqu’un dans sa vie ?
l’interroge-t-il.
- Si cela aurait été le cas, le rassure la jeune femme, elle ne
m’aurait pas demandé de te donner l’adresse et le numéro de
téléphone. Je sais qu’elle travaille
dur pour s’en sortir. N’oublie pas
qu’elle est jeune et seule !
- Je sais. Elle a dû se sentir seule
une fois là-bas, murmure le jeune
homme. Tout ça, pour m’être
fidèle. Je ne crois pas être digne
d’elle !
- Si elle t’aime toujours, elle ne
teindra pas compte de ton passé.
Il faut que je raccroche !
Seulement, promets-moi de ne
plus jamais rappeler !
- Promis.
Une fois dans la rue, Wassil pense
à rentrer à l’hôtel pour se reposer
puis il change d’avis. Puisque
F
elle se reprenait vite, en repensant à
Kamel et à tout ce qu’il avait fait pour
elle. C’est grâce à son aide qu’elle se
retrouve aujourd’hui loin de tout aléa
et à l’abri de toute insécurité. Son
mari était un brave homme qui l’aimait sans limite, et elle ne pouvait
demander ni espérer plus que ce
petit et paisible bonheur qu’elle partageait avec lui.Kamel et Zahira, et
même Aïssa et sa femme, venaient
leur rendre visite de temps à autre, et
Chahira est toujours heureuse de les
accueillir.
On dirait que la providence voulait
effacer à tout jamais les traces de son
passé et lui montrer un visage plus
serein. Aujourd’hui, Chahira vit dans
une ville de l’Est et personne ne
pourrait reconnaître en elle la femme
qu’elle avait été autrefois. Bien au
contraire, ses voisins la cite en
exemple pour sa conduite et son
éducation. Comme quoi, parfois, il
suffit de peu…
Fin
Y. H.
[email protected] :
Vos réactions et vos
témoignages sont les bienvenus.
Avec : Lounès HAMLAT, Salwa TAIBI, Anaïs OUAKLI, Sakina MEROUL, Karima HAMOUDI, Houda BEKKA, Hayat Bedjaouia et Abdelghani Chérifi
Scénario, prises de vue et réalisation : Abdelaziz YESSAD - [email protected]
Décors : Hôtel Thizri Béjaïa
À suivre
JEUX
LIBERTE
Sudoku
Comment jouer ?
N° 268 : PAR FOUAD K.
9
2 8
8
5
1
7
5
3
6
4
2 5
9
8
9 5 4 6 3
7
1
3
6
5 8 1 7 4
2
9
4
7
1 3 2 9 6
8
5
9
5
6 7 8 3 2
1
4
8
3
4 1 9 2 5
6
7
1
2
7 6 5 4 8
9
3
5
4
2 9 6 1 7
3
8
7
6
9
1
4
8 2 3 5 1
6
7
8
9
10
DE MEHDI
SCORPION
(23 octobre 22 novembre)
AUJOURD’HUI
Cette journée vous aurez une grande chance en argent, mais évitez les
jeux de hasard. Évitez les discussions animées, qui risquent de vous
rendre amer ou de provoquer l’hostilité. Note du jour : 7 Votre couleur bonheur : vert
IV
V
VI
VII
SAGITTAIRE
(23 novembre - 20 décembre)
IX
X
HORIZONTALEMENT - I - Langue indonésienne parlée à Java.
II - Ancien remède préparé avec du miel. III - VIeil Indien.
Quartiers de Manchester. Oiseau grimpeur. IV - Longues
chandelles de cire. Métal. V - Hélium. Conspuées. VI - Attaché.
Accouplement. VII - Poisson marin. Pénurie. VIII - Grecque.
Barde. IX - Partie d’un tout. Soleil du Nil. X - Fromage blanc. Ville
allemande.
VERTICALEMENT - 1- Champignons à chapeau comestible. 2
- Urticacée. Bronzé. 3 - Tunique de l’œil. Vanter. 4 - Nickel. Fleuve
d’Europe. Réfléchi. 5 - Maladie virale tropicale. Lettres de
Palerme. 6 - Incroyant. Fruit de sapin. 7 - Sodium. Mystères. 8 Grande Muette. Admettons. 9 - Amante de Zeus. Fleuve de
France. 10 - Philosophe Grec. Quatre saisons.
◗◗ “Les cœurs aussi
bien que les esprits
doivent changer.
Il faut que la communication, après son
élargissement, gagne
en profondeur.”
Marylin Ferguson
Solution mots croisés n° 3680
I
“On doit prendre la
simplicité comme
principe directeur de
vie.”
Lao Tseu
II
III
IV
V
“La grandeur de
l'homme est dans sa
décision d'être plus
fort que sa condition.”
Albert Camus
6
5
3 4 7 8 9
5
III
Citations
célèbres
Solution Sudoku n° 267
8
4
II
Cette grille est de niveau
moyen : elle contient déjà
30 chiffres.
2
2
3
I
- chaque bloc de 3X3
contienne
tous
les
chiffres de 1 à 9.
3 6
4
2
2
VI
VII
VIII
IX
X
1
2
R
E
F
E
C
T
O
I
R
E
O
C
U
L
A
I
R
E
3
4
5
6
T R O U
O U M E
N
E L
D R E
L O T
T A L
M E
I
N E F
E T A T
O S
U S
7
8
E
N
I
G
M
E
S
N
E
R
E
I
D
E
S
9
10
G E
R
A S
S
E L
I
R E
U R
S
S R
A G É E
(21 mars - 20 avril)
TAUREAU
(21 avril - 21 mai)
▲
▲
▲
GÉMEAUX
(21 mai - 21 juin)
▲
▲
Avec une telle configuration astrale, il faut
s’attendre à une forme physique en baisse.
Une cure de vitamines complètes pourrait
être utile. Note du jour : 5 Votre couleur
bonheur : vert
▲
Chef
—————
Crasse
—————
Un bois
▲
▲
—————
Mesure
—————
Numéral
▲
Mamelle
▲
Résines
fétides
—————
Rangée de
bancs
▲
▲
Un jeu
—————
Sainte
—————
Tamisée
▲
Entravas
—————
Astate
—————
Ville serbe
Posssessif
Membranes
de l’œil
—————
Choisi
▲
▲
▲
Familier
—————
Possessif
—————
Nazi
▲
VIERGE
(23 août - 22 septembre)
Vous auriez une petite tendance à prendre
vos désirs pour des réalités. Or il vaudrait
mieux, plus que jamais, tabler sur le
concret, ne divaguez pas. Note du jour : 6
Votre couleur bonheur : blanc
▲
▲
▲
▲
Fictif
—————
Flaire
Agent de
liaison
—————
Porter
préjudice
▲
▲
▲
▲
▲
Défalqua
—————
D’avoir
—————
Conjonction
Peine
—————
Adresse
Direction
du vent
—————
Choisies
▲
Acide
▲
▲
▲
——————
▲
SOLUTION
DES MOTS FLÉCHÉS N°52
▲
▲
▲
Vomitifs
▲
(23 juillet - 22 août)
Vous manquerez de patience avec vos
enfants ou autres ,et votre attitude à leur
égard vous attirera les foudres de votre
conjoint. Mettez de l’ordre dans votre budget. Note du jour : 5 Votre couleur bonheur : bleu
Ex-transporteur
—————
Pianiste
français
—————
Conjonction
(22 juin- 22 juillet)
Attention aux microbes ,auxquels vous
deviendrez très vulnérable ; consommez
des agrumes, buvez des citronnades
chaudes sucrées au miel. Note du jour : 5
Votre couleur bonheur : bleu
LION
▲
▲
▲
▲
▲
Prendre
le sein
—————
Unique
▲
▲
▲
▲
▲
Unissais
—————
Lettre
▲
Provoquées
——————
Abattue
——————
Monnaie
▲
▲
Enchâssages
—————
Rabotas
—————
Quart d’an
▲
▲
▲
CANCER
▲
▲
Érine
▲
Titane
—————
Périodes
—————
Greffe
▲
MOTS FLÉCHÉS N°53
▲
▲
Possèdent
—————
Réfutas
—————
Un tour
Prenez du calcium pour renforcer le système osseux et pour diminuer les risques
d’accident grave en cas de chute, pour les
personnes âgées. Note du jour : 6 Votre
couleur bonheur : blanc
▲
Possessif
——————
Praséodyme
——————
Traître
▲
▲
▲
▲
21 janvier - 19 février)
Dopez votre moral pour vous prémunir
contre la déprime qui vous menace. Dans le
travail, soyez vigilant et ne sous-estimez
pas les capacités de vos concurrents. Note
du jour : 6 Votre couleur bonheur : rose
Étant un grand anxieux, vous avez tendance à grignoter par pure nervosité. Cette
même nervosité pompe votre énergie et
provoque de brusques “coups de barre” au
cours de la journée. Note du jour : 5
Votre couleur bonheur : vert
▲
Conjonction
——————
Vieux do
——————
Reconduit
VERSEAU
BÉLIER
▲
▲
▲
(21 décembre - 20 janvier)
Vous aurez tous les atouts en main pour
réaliser beaucoup de vos projets professionnels. Mais tout ne sera pas simple dans
votre vie amoureuse : vos élans auront trop
de pudeur. Note du jour : 5 Votre couleur bonheur : vert
(20 février - 20 mars)
▲
Esprit
—————
Pantouflard
—————
Feu
CAPRICORNE
Vous devrez faire preuve de souplesse pour
épouser gracieusement des changements.
L’évolution globale de la situation ne vous
fera pas particulièrement plaisir ,mais
s’avérera très bénéfique à long terme si
vous savez en tirer profit. ! Note du jour :
6 Votre couleur bonheur : blanc
▲
Hommes de
l’Est
▲
“Il y a des gens qui n’embrassent que des ombres ;
ceux-là ne possèdent que l’ombre du bonheur.” Je
vous invite à méditer ce proverbe et à en
tirer une leçon. Note du jour : 6 Votre
couleur bonheur : mauve
POISSONS
Déçues
Par
A. Ouabdeslam ——————
Existes
—————
Étalon
—————
Aluminium
25
N° 3681 : PAR FOUAD K.
VIII
7
2 4
1
1
6
3
1
- chaque ligne contienne
tous les chiffres de 1 à 9 ;
- chaque
colonne
contienne
tous
les
chiffres de 1 à 9 ;
9 1
6
Mots croisés
Le sudoku est une grille de
9 cases sur 9, divisée ellemême en 9 blocs de 3
cases sur 3. Le but du jeu
est
de
la
remplir
entièrement avec des
chiffres allant de 1 à 9 de
manière que :
4
Dimanche
8 novembre 2009
Irlandaises - Irais - Em - Ara - An - Tarira - Bl Cierges - Mare - Celais - Aires - E - Âme - Plein - Pavé - Ré - Rata - Tue - Rots
- N - N - Axeras- Trêve - B - Salirai - Es - Lu - Rée - Goûts - Enée - Riens - E - Sensuel - Sens.
BALANCE
(23 septembre - 22 octobre)
Un conseil pour passer une bonne journée
,rien de tel qu’un jogging quotidien ou une
partie de football pour vous remettre les
idées au clair en un mot faites du sport.
Note du jour : 4 Votre couleur bonheur : blanc
26
Dimanche
8 novembre 2009
BR22006
LIBERTE
PETITES
ANNONCES
Pour toute publicité, adressez-vous à Liberté Pub : 37, rue Larbi Ben M’hidi,
Alger - Tél. : 021 73.06.08 - Fax : 021 73.04.87 - [email protected]
OFFRES D’EMPLOI
—————————————
Ste cherche pour son magasin du
Hamiz facturier âge 40 ans et plus,
permis de conduire, très disponible
repos vendredi, CNAS 17000 DA,
journée 8h-18h, réf. 31/09. Faxer
CV détaillé avec photo au 021
38.65.34 - F4838
—————————————
Ste cherche agent polyvalent avec
PC 10 ans très sérieux, âge plus de
30 ans, résidant dans l’axe Ouled
Fayet, Chéraga, non sérieux s’abstenir, CNAS 17000 DA. Faxer CV
détaillé avec photo au 021 38.65.34
réf 22/09 - F4838
—————————————
Ste cherche magasinier expérimenté en bonne santé, permis de
conduire, très sérieux 35-45 ans,
résidant dans l’axe Ouled Fayet,
Chéraga, non sérieux s’abstenir,
CNAS 17000 DA.
Faxer CV détaillé avec photo au
021 38.65.34 réf 35/09 - F4838
—————————————
Cherche piqueuse qualifiée de chaîne beaulieu Oued Smar Alger Tél. :
021 52.47.02 - Comega
—————————————
Ste privée cherche secrétaires et
vendeuses maîtrisant l’outil informatique, présentables, habitant les
environs de Kouba.
Envoyer CV au 021 24.51.07 Comega
——————————————
Cherche femme de ménage de 9h à
12h 5j par semaine, habitant Kouba
ou ses environs.
Tél. : 0773 42.09.92 - BR22022
——————————————
Entreprise privée en BTP, sise à
Bab Ezzouar recrute : 1 assistante,
assistant technique, expérimenté,
profil : ingénieur ou architecte,
technicien supérieur en BTP, 1 responsable service marché, libre de
suite, bonne expérience en BTP,
souhaitable véhiculé.
Faxer CV au 021 24.90.62/29Comega
——————————————
Société de distribution de produits
pharmaceutiques et cosmétiques
recrute J/F pour la vente par téléphone bon niveau expérience souhaité lieu de travail zone d’activité
Aïn Bénian.
Faxer CV au 021 36.00.17 - Comega
——————————————
Ste importante cherche délégué
commercial conditions expérience
+ 8 ans bac + 4. Envoyer email :
[email protected] - Acom
——————————————
Sociétés privées de production à
Boghni recrutent : 2 électromécaniciens (5 ans d’expérience), 2 plombiers chauffagistes (5 ans d’expérience), 1 technicien en laiterie (5
ans d’expérience), 1 soudeur qualifié (5 ans d’expérience). Envoyer
vos CV au 026 28.44.60 - F4875
——————————————
Société de distribution matériel
bâtiment recrute commerciaux HF
niveau min. TS français écrit et
parlé, permis de conduire, apte aux
déplacements, offert véhicule et
téléphone, salaire fixe + commissions. CV
et
motivation
à
[email protected]
Tél. : 0661 75.08.29 - F4873
——————————————
Atelier de confection El Biar,
cherche
piqueuses-repasseuse,
finisseuses qualifiées.
Tél. : 0550 70.00.50 urgent - BR22036
——————————————
Société cherche 1 ingénieur en
génie civil. Fax : 021 30.47.94 BR22032
——————————————
Multi.boissons alcoolisées cherche
dir. prod., dir. commercial et
contrôleur qualité à Béjaïa, expérience 5 ans et dir. ventes mobilité
nationale.
Fax
:
021
33.59.76
[email protected] F4858
——————————————
Sté des produits cosmétiques rec.
vendeuses. Pour rdv tél. : 0558
63.69.19 Tizi Ouzou Bouira, Béjaïa
- BR22024
——————————————
Cherche dentistes femme pour
Alger et Souk Ahras, assistante de
direction avec véhicule, coursier
avec moto.
Tél : 0771 61.60.47 - F4704
——————————————
Couple à Alger-Centre cherche une
dame comme garde-enfants à
domicile.
Tél. : 0663 31.71.74 - BR22017
——————————————
Société de produits de boulangerie
et de pâtisserie (levures et améliorant pour pain), nous cherchons des
distributeurs à travers les 48
wilayas, pour la vente de nos produits aux supérettes, boulangeries
et aux pâtisseries. Conditions exigées : fourgon ou Kangoo et ou
Harbin, un petit local, RC, carte fiscale, l’exclusivité de la wilaya est
de 200 000,00 DA, minimum de
fonds pour démarrer 200 000,00
DA
Tél. : 0552 10.12.68 - F4585
—————————————
Vous cherchez un emploi, appelez
021 63.96.24 - 021 63.96.04 ou sur
www.emploinet.net rue Charras
Alger-Centre. F4703
—————————————
Cherche fussionneur PE + braseur.
Tél. : 0661 55.39.88 - F4888
—————————————
Ste à Kouba cherche délégué commerciaux jeune fille travail à mitemps, salaire +%.
Tél. : 0771 53.52.40 - 0554
17.07.02 - F4888
—————————————
Entreprise privée recrute stagiaire
enquêteur terrain sur la région de
Tizi Ouzou, conditions : étudiant
en médecine ou pharmacie, maîtrise du français parlé et écrit, maîtrise de l’outil informatique.
Transmettre CV détaillé adresse
email : [email protected]
Fax : 021 92.26.43 - CMG
COURS ET LEÇONS
——————————————
SBL English school lance ang.
général-business-médical-tourisme, hôtellerie (accéléré-normalsoir). Tél. : 021 74.20.58 - 0779
30.32.38 Grande-Poste - F4724
——————————————
Le centre Pro-Campus donne cours
de langues étrangères (général et
technique) français, anglais, espagnol, allemand, italien de l’initiation au perfectionnement pour
cadres, universitaires et enfants. En
groupe ou en cours particuliers.
Méthodes audiovisuelles. Large
choix horaires. Préparation aux
examens du centre culturel français
épreuves du Toefel FCE bac et
BEF. Inscriptions Pro-Advances 16
Bd Krim Belkacem Telemly près de
l’école des Beaux Arts. Tél. : 021
23 06 53 ou 021 23 02 07 BR4640
—————————————
Pro Info centre agréé, cycle informatique gestion + bureautique (6
mois) infographiste (4 mois) maint.
PC + réseau (4 mois) programmation Delphi (3 mois) cours anglais,
français, esp. 6, rue Richelieu
Alger. Tél.: 021 73.50.28 - 68, rue
Mohamed Belouizdad.
Tél : 021 66.04.13 - BR22007
—————————————
IEF propose aux entreprises et particuliers form. qualifiantes en prévention sécurité APS, tech. TS
managers, responsables de sec. et
de sûreté.
Tél. : 021 27.69.44 - 021 27.68.04 0772 25.76.79 - 4, rue Chérif
Mahtout, El Madania, Alger
Email : [email protected] - Comega
—————————————
IEF formt. informatique bureautique, durée de 1 à 6 mois
Windows, Word et Excel, Access,
Power Point, prog. maintenance
infor. emploi du temps au choix.
Tél. : 021 27.69.44 - 27.68.04 0772 25.76.79. 4, rue Chérif
Mahtout El Madania, Alger
Email : [email protected] - Comega
—————————————
Global Soft agréé lance bureautique PAO réseau maintenance
Autocad, Access, fran. ang. esp.
soutien scolaire. Tél. : 021
94.28.32/36 Bouzaréah - F4677
—————————————
Donne cours maths, physique à
domicile niveau CEM, lycée aux
alentours d’Alger.
Tél. : 0698 25.37.79 - Comega
DIVERSES
OCCASIONS
—————————————
Vends centrale de climatisation
(chaud et froid) avec évaporateur et
accessoires marque Clivet.
Tél. : 0770 34.13.92
0770 94.27.16 - Comega
——————————————
Vends remplisseuse pour crème
glacée double piste ø75 capacité
5000 P/H très bon état de marche.
Tél. : 0550 06.84.70- Comega
——————————————
Vends lot important outillage et
caisse à outils divers dimension
marque BEM Muller.
Tél. : 0661 46.18.71 -Comega
—————————————
Vends conditionneuse automatique
verticales pour granulés (légumes
secs et fruits secs) très bonne occasion.
Tél. : 0796 14.05.69 - F4876
—————————————
Particulier vend machine thermoformeuse avec moules pour barquettes à œufs.
Tél. : 0791 78.25.90 - F4879
—————————————
Vends fabrique aliments de bétail,
marque française “Multibroitout”
Tél. : 0771 71.64.76 - F4877
—————————————
Vends atelier complet fabrication
réparation flexible hydraulique,
sertiseuse, tronçonneuse, tendeuse,
tour matière première.
Tél. : 0559 31.14.89 -Comega
——————————————
Vends lot important outillage et
caisse à outils diverses dimensions
marque BEM Muller.
Tél. : 0661 46.18.71 -Comega
——————————————
A vendre matériel pâtisserie en
activité.
Tél. : 0557 32.20.60 - BR022031
——————————————
Vends très beaux piano droit laqué
noir cadre en bronze.
Tél. : 0771 19.74.17 - F4889
—————————————
Kadsen représentant officiel Sullair
vend compresseur à vis tt puissance
matériel pneumatique. Tél. : 021
32.03.09 - 0661 64.35.48 - BR18989
—————————————
A vendre hors-bord 8 6 CHV bon
état. Tél. : 0770 99.95.27 - acom
——————————————
APPARTEMENTS
—————————————
Part vend F1 Hydra.
Tél. : 0557 70.09.89 - Comega
——————————————
Vends appt style colonial F4 2 sdb,
terrasse, 2 cours entrée indépendante sup 130 m2 sit La Verte Rive
Bordj El Kiffan.
Tél. : 0771 87.15.40 -Comega
——————————————
Vends F3 bien fini, bien situé NlleVille T. Ouzou acte 3e étage.
Tél. : 0554 59.45.69 - 0772
80.27.01 - F4878
——————————————
Vends bel F2 prox. Bd Med V rdc
66 m2, balcon F4 Rabah Noël 5e,
F4 bd Med V 1er, 2 faç. F5 Horace
Vernet 4e 2 faç.
Tél : 0771 24.17.22 - 0550 42.09.96
- BR22034
——————————————
Vente studio Baba Hassen, appt F4
80 m2 chemin des Crêtes, appt F3
Garidi II, appt F3 Oued Tarfa
Draria + F5 120 m2 Baba Hassen.
Tél : 021 35.53.21 - 35.47.47- 0771
10.46.32 - BR22013
—————————————
Vends F3 au 1er étage vue sur mer
top accepte promesse de vente 800
u Bou Ismaïl.
Tél. : 0550 52.79.67 -Comega
—————————————
Vends à Bordj El Bahri (AlgerPlage) 3 studios 30 et 35 m2 idéal
p. émigré fonct. libéral brx ou habitation prix 350 et 450 u 1er étage
(fini-ttc)
Tél. : 0551 20.17.18 - 0771
42.21.39 - BR18930
LOCATIONS
—————————————
Loue à Ouled Fayet zone sécurisée
petite villa convient pour bureaux
ou habitation 5 chambres, grand
salon, cuisine, garage 3 sdb, cour,
gardien. Tél. : 0774 98.04.43 0550 21.44.80 - F4852
—————————————
Loue beau niv. villa F4 standing 1er
étage 200 m2, composé : 1 suite
compt. avec sdb, cour pr. grg. 1 vhl.
entrée indépendante, vue sur autoroute, chauffage central, gaz de
ville, téléphone, eau H 24 internet,
parabole, climatisation, bon voisinage Benchoubane.
Tél. : 0661 65.13.53- 0770
93.47.61- F4874
—————————————
Corim loue F3 prox. Télemly pour
habitation ou bureaux 3e étage 35
000 DA, F2 Bab El Oued prox.
Maillot 18 000 DA.
Tél. : 0550 57.53.95 - BR18996
—————————————
Loue grue Potain GMR 326 H 20 m
portée 30 m.
Tél. : 021 54.36.76 - BR22023
TERRAINS
—————————————
Vends terrain 950 m2 ZI
Tidjelabine.
Tél. : 0770 37.28.17 - F4872
PROSPECTION
—————————————
Ag Amel cherche pour clients
sérieux apparts, terrains, villas,
locaux à l’achat et à la location. Tél
: 021 63 31 79
site.voila.fr/agenceamel.dz F5605
LOCAUX
—————————————
Investir dans l’immobi. 15 boutiques à vendre à partir de 200 u
location à partir de 10 000 DA. 5,
avenue Victor Hugo, Alger.
Tél. : 0776 44.80.75 - F4772
VILLAS
—————————————
Vends ou loue grande villa Palm
Beach grand standing tout équipée
zone d’habitation. Tél.: 0550
21.44.80 - 0661 50.52.36 - BR22019
—————————————
Vends villa R+1 à Fouka-Ville.
Tél. : 0551 57.53.06 Zéralda - F4874
—————————————
Vends villa à Béjaïa ancienne ville
r-d-v, s-sol, rez de chaussée 1er
étage très propre, intermédiaire
s’abstenir.
Tél. : 0770 52.65.01 - BR22037
—————————————
Vente villa R+2 s 187 m2 b 150 m2
+ 2 garages Oued Tarfa + villa 580
m2 R+2 Boudjemaâ Temime + villa
R+2 400 m2 Baba Hassen.
Tél. : 021 35.53.21 - 35.47.47 0771 10.46.32 - BR22013
—————————————
Part loue villa R+2 360 m2 à Bou
Ismaïl, vend terrain 1000 m2 à
Réghaïa. Tél. : 0771 80.28.81 0792 34.43.03 - Comega
AVIS DIVERS
——————————————
Réparation réfrigérateur, congélateur frigo, comptoir machine à
laver, cuisinière, chauffage et inst.
réparation climatiseur à domicile.
Tél. : 0551 30.44.72 H 24 7/7j BR22001
—————————————
Le Laboratoire Paridentaire entre
dans l’ére numérique, pour fabriquer de Paris votre prothèse dentaire sur tout le pays aux prix du marché. Tél. : 0771 61.60.47- F4704
AUTOS
——————————————
Achat véhicules accidentés, en
panne ou occasion.
Tél : 021 91.35.62 - 0771 39.49.82
- 0771 87.77.73 - Comega
——————————————
Vends Peugeot Partner tôlée 2007
14800 km.
Tél. : 0770 31.58.31 de 8h30 à 17h
au plus offrant - Comega
——————————————
Vends Renault Master 2005 châssis-long. 3 panneaux au plus offrant
93 000 km.
Tél. : 0770 31.59.31 de 8h30 à 17h
-Comega
DEMANDES
D’EMPLOI
——————————————
Conducteur d’engin polyvalent
qualifié 25 ans d’expérience
cherche emploi.
Tél. : 0772 10.70.73
——————————————
H poss. véhicule cherche emploi
acheteur-démarcheur,
chauffeur
sérieux et dynamique.
Tél. : 0772 56.00.43
——————————————
JH architecte DPLG une année
d’expérience France, 3 ans d’expé-
Le centre de Thalassothérapie
de Sidi Fredj
met à votre disposition dans
un site marin somptueux, une salle
entièrement équipée avec des prestations
de service à la carte pour vos fiançailles,
mariages, anniversaires et baptêmes.
NB : Pour plus d'information, contacter les
numéros suivants : Standard :
Tél. : 021 39 25 25 poste 808
Tél.Fax : 021 39 23 05 - 021 39 23 95 ES
rience Rayaume-Uni cherche
emploi. Tél. : 0790 74.85.41
——————————————
Jeune fille licenciée en sciences
commerciale option finance.
Tél. : 0697 22.39.52
——————————————
H 40 ans célibataire cherche emploi
dans société nationale ou étrangère
comme chef d’équipe, génie civil,
laborantin génie civil, ou ouvrier
chez un particulier travaux de
domicile avec hébergement. Tél. :
0557 52.91.00
——————————————
JF 39 ans moutahadjiba, ayant
expérience dans la cuisine, cherche
emploi dans le domaine à Tizi
Ouzou ou ses environs.
Tél. : 0556 72.83.54
——————————————
Chef comptable léger exp. CMTC,
CED cherche emploi, étudie ttes
prop. Tél. : 0668 58.55.37 Hassen
——————————————
JF 24 ans licenciée en sce com.
option comptabilité exp. à l’agence
“Agenor” cherche emploi
Tél. : 0777 89.45.31 - 0790
33.05.25
——————————————
JF dynamique présentable motivé
maîtrise
l’outil
informatique
cherche emploi comme commercial
secrétaire réceptionniste, hôtesse
agent de saisie, vendesue dans la
région Béjaïa.
Email : [email protected]
——————————————
JF TS finance comptabilité présentable dynamique 3 ans d’exp.
comptabilité commercial GRH parfait maîtrise langues étranger logiciel gestion internet dôté d’une
bonne communication et très bon
relationnel cherche emploi Alger,
Sud. Email : [email protected]
——————————————
H 43 ans cadre comptable et financier titulaire CAP, CMTC, niv.
CED ayant 18 ans d’expérience
bilan TCR suivis déclaration fiscales sociales état de rapprochement cherche emploi dans société
privée ou endoit d’Alger-Centre.
Tél. : 0792 06.41.83
——————————————
JF 26 ans DEUA chimie industrielle maîtrise parfaitement l’outil
informatique eet la langue française
cherche emploi dans le domaine.
Tél. : 0774 18.29.69
——————————————
JH sérieux dynamique présentable
cherche emploi comme agent de
sécurité, étudie toutes proposition.
Tél : 0771 21.06.08
——————————————
JH marié sérieux cherche emploi
comme chauffeur avec expérience.
Tél. : 0792 39.34.54
——————————————
JH 29 ans ingénieur d’Etat en statistique 3 ans d’expérience dégagé
service national cherche emploi.
Tél. : 0772 20.31.19
——————————————
JH 25 ans ingénieur d’Etat en
hydraulique maîtrise l’outil informatique Autocad, Covdice 1,5 ans
d’expérience cherche emploi. Tél.:
0699 14.64.85
——————————————
JH 25 ans ingénieur d’Etat en
hyraulique exp. dans le domaine
maîtrise Word, Excel, Autocad…
cherche emploi. Tél : 0556
37.30.90
——————————————
JH 27 ans célibataire TS en arts et
industrie graphique cherche emploi
comme infographiste flash 3 ans
d’expérience dans le domaine. Tél.
: 0667 55.05.10
——————————————
H 51 ans marié sérieux bon niveau
expérience magasinier caissier maîtrise l’outil informatique cherche
emploi stable libre de suite lieu
Alger et environs.
Tél. : 0553 15.40.90
——————————————
H 56 ans sérieux instruit présentable PC cat B apte à régler tout travaux extérieur adm. accepte dép.
expte. Tél. : 0552 03.09.76
——————————————
JH 46 as conducteur travaux TCE
14 ans d’expérience cherche
emploi. Tél. : 0551 35.78.82
——————————————
JH 28 ans licence en économie
dégagé du service nationale 2 ans
d’expérience
permis
cherche
emploi dans société étatique ou pri-
vée. Tél. : 0663 39.80.05 - 0662
04.25.71
——————————————
Interprète d’anglais espagnol et italien cherche emploi à temps partiel.
Fax : 021 26.53.55
——————————————
H 56 ans chef comptable 36 ans
d’exp. tenue comptabilité déclaration fiscales, bilan.
Tél. : 0554 99.53.49
——————————————
JF diplôme cadre comptable programme CMTC CEDAU ministère
de commerce CIEFAC expérience
2 ans dans un cabinet comptable
commissaire aux comptes cherche
emploi dans le domaine de la
comptabilité société ou bureau de
la comptabilité.
Tél. : 0557 21.91.11
——————————————
JH 24 ans licence en sciences politiques et relation internationales
DEUA en commerce internationale
diplôme de maîtrise de l’anglais
général maîtrise de l’outil informatique expérience administrateur,
cherche micro entreprise gérant
cyber café Tél. : 0770 91.69.50
——————————————
23 ans licence en sciences de gestion option finance maîtrise informatique permis de conduire 9 mois
d’expérience.
Tél. : 0551 56.51.72
—— ———————————
J.F DEUA + licence en bibliothéconomie / informatique + expérience, sérieuse, intelligente,
cherche emploi.
Tél : 0777 54 55 89
——————————————
J.H. 28 ans sérieux exprimenté
cherche emploi comme agent de
sécurité dans Alger
Tél.: 0550 91 34 53
——————————————
JH possédant vehicule C5 break
cherche emploi comme chauffeur,
longue distance parlant anglais couramment, Tél.:0550 14 50
————————————
JH, possédant partner 2007 cherche
emploi comme livreur. Tél.: 0771 21
54 13
——————————————
J.F 26 ans, licence en journalisme,
deuxième année langue française,
cherche emploi dans le domaine.
Tél : 0775 56 53 47
——————————————
J.H 24 ans licence en sciences commerciales et financières option
marketing de l’Ecole supérieure du
commerce, cherche emploi. Tél :
0551 12 27 26
——————————————
J.H 25 ans, avec son véhicule
cherche emploi comme chauffeur
dans société privée ou étatique. Tél
: 0696 66 16 58
——————————————
R/comptable maîtrise outil informatique, logiciel PC/compta-gestion personnel, paie, déclar.fiscale
social, T/livres-légaux, cherche
emploi, accepte déplacement.
Tél : 0773 93 62 48
——————————————
J.H 24 ans licence en traduction
arabe/français/anglais/espagnol,
cherche emploi comme interprète
ou traducteur. Tél : 0551 20 55 73
——————————————
JH 32 ans sérieux dynamique marié
3 enfants possède Kangoo 1er main
emportée de France cherche emploi
comme chauffeur-démarcheur ou
autre chez une famille ou société
privée ou étatique. Tél. : 0550
04.02.32
——————————————
Homme 50 ans retraité longue
expérience dans la gestion possède
véhicule neuf cherche poste chez
privé ou société étrangère même
chauffeur avec véhicule pour toutes
offres. Tél. : 0791 47.77.66 - 0661
44.43.87
——————————————
Jeune homme 29 ans diplôme
informatique de gestion cherche
emploi. Tél. : 0792 36.50.27
——————————————
JH 26 ans ingénieur en génie des
procédés option cryogénie cherche
emploi. Tél. : 0665 63.59.96
——————————————
JH 28 ans avec expérience de 5 ans
chauffeur-acheteur-démarcheur
possédant véhicule ouvert à toute
proposition cherche emploi. Tél :
0554 09.30.17
——————————————
PUBLICITE
LIBERTE
Dimanche
8 novembre 2009
27
Pour votre psychanalyse
Cabinet M. Haïne
53, boulevard Mohamed V, Alger
Tél. : 021 63 16 05
021 63 12 23
Internet : www.megapsy.net
Email : [email protected]
F.4771
F.4862
L I B E R T E
Filiale d’un groupe international
Recrute dans l’immédiat
MENUISIERS/EBENISTES
ET PEINTRES EN BATIMENTS
ANNABA
26, rue Mohamed Khemisti
Tél.:038 86 66 00
Fax : 038 86 75 68
CMG
Conditions particulières :
• Avoir une expérience avérée de 5 années minimum
• Accepter mobilité et disponibilité • Résider dans la
wilaya d’Alger ou ses environs immédiats • Etre libre
de tout engagement
Les candidatures doivent comporter un CV détaillé
avec photo récente, une lettre de
motivation à adresser par email :
[email protected] ou fax : 021 29 85 71
NB : Il ne sera répondu qu’aux candidatures retenues.
Carnet
—————————————
Naissance
—————————————
La famille Lardjane de
Bouzaréah est très heureuse d’annoncer la venue au
monde de leur petit fils
Abderaouf, pour égayer le
foyer de M. et Mme
Lardjane Hichem.
Longue vie à notre bébé,
prompt rétablissement à la
maman et félicitations à
l’heureux papa.
Alf mabrouk - G
P U B
0166
octobre 2009. Elles leur
souhaitent beaucoup de
bonheur, de réussite, de
joie et beaucoup d’enfants.4882
—————————————
Remerciements
—————————————
Les familles Marniche,
Yaïci, Bensaïdane Sollah et
Missoum remercient toutes
celles et tous ceux qui ont
compati à leur douleur
suite à la perte de leur cher
et regretté époux, père,
grand-père et beau-père
Marniche Abdelkader dit
————————————— Abdellah ainsi que leur
Félicitations
————————————— tante Madoui Yamina née
Les familles Labou de Yaïci.
Fréha et Berkane de Ath Puisse Dieu Tout-Puissant
Ouhand (commune de les accueillir en Son Vaste
Timizar), félicitent leurs Paradis et leur accorder Sa
enfants Nacera et Smaïl Sainte Miséricorde.
pour leur mariage du 31 “A Dieu nous appartenons
F4867
—————————————
La famille Marniche
remercie le directeur,
l’équipe médicale et tout
le personnel de la clinique
des Glycines, ainsi que le
professeur Nouar et son
équipe médicale du CHU
Mustapha pour la prise en
charge du regretté
Marniche Abdelkader -
Le 07-11-2008, nous quittait pour un monde
meilleur et éternel notre très cher et regretté
Khelil Saïd pour rejoindre sa mère Dhya et son
père Arezki rappelés à Dieu respectivement le
20-09-1968 et le 16-12-1984 ainsi que son frère
Chérif ravi à l’affection des siens à la fleur de
l’âge le 16-05-1984. En ces tristes et douloureux
anniversaires, la famille Khelil de Djemaâ
Saharidj demande à tous ceux qui les ont connus
d’avoir une pieuse pensée à leur mémoire. Que
Dieu Tout-Puissant leur accorde Sa Sainte
Miséricorde et les accueille en Son Vaste Paradis.
“A Dieu nous appartenons
et à Lui nous retournons.”
F4886
Pour toutes réclamations
au sujet de la distribution
du journal, veuillez
Mme Rabea Aït Tahar,
remercie vivement le personnel de l’hôpital de
Zéralda à savoir M. Douifi
Maâmar et en particulier
le Dr Baâzizi et toute son
équipe pour leur dévouement et leur abnégation et
sans oublier la charmante
et sympathique anesthésiste
Dr Naïli. - BR22040
BR22039
SOS
Une mère Mme Haddad, sans ressources, dans une extrême détresse, son fils 32 ans avec un taux
d’IPP 100% est hémodialysé au CHU de Tizi Ouzou. Celui-ci lui a prescrit “Renagel” (comprimés).
Pour l’achat de ce médicament disponible uniquement à l’étranger, elle en appelle à toutes âmes
charitables pour lui venir en aide. Tél. : 0771 18.98.91 - 0797 52.10.79
G
SOS
du journal Liberté
—————————————
Cher papa
DJAMEL BENHAFESSA
J’aurais aimé te dire
quelques mots de moi, mais
je n’ai pu que les écrire sur
toi. J’aurais aimé voir ta fierté dans tes yeux brillants.
Maintenant j’y pense et les
miens deviennent larmoyants. J’aurais aimé y voir
ton irremplaçable sourire, hélas, je n’ai même pas eu
la chance d’assister à ton dernier soupir. J’aurais
aimé que tu assistes à notre croissance, nous aider à
décrocher le Bac et la licence, j’aurais aimé que tu te
reposes, sans avoir à te visiter avec une rose, j’aurais
aimé ne jamais dire “j’aurais aimé” mais sois sûr
que jamais je ne cesserai de t’aimer.
Ta fille Zoubida
Ta mère, ton père, tes enfants Zoubida, Rafid,
Amine et toute la famille demandent à tous ceux qui
t’ont connu d’avoir une pieuse pensée
en ta mémoire.
Repose en paix Djamel
Le petit Mahmoud âgé d’environ 4 ans, abandonné par son père, est atteint
de nanisme, malformation de la colonne vertébrale en plus d’un asthme
chronique, sa maman demande a toute personne pouvant l’aide avec des
couches 3e âge. Plus lait régime et médicament suivants : Norditropine
(5mgl,5ml) avec 6 stylos et aiguilles Novofine 8mm Dieu vous récompensera. Tél. : 0552 42 63 00
Vends ou échange
Clarck électrique
neuf de marque BT
suédoise
Aux buralistes et lecteurs
F4867
PENSEE
PENSEE
AVIS
et à Lui nous retournons.”
Charge /2T5
Hauteur 4m 40 ou échange
avec Clarck similaire
en diesel
étudie toute proposition
contacter le
Tél: 021:32.98.71/91
Fax: 021.32.97.47
Tél.: 021 75 24 98 Fax : 021 64 34 35
Internet:www.sahelfrigo.com
F4861
PENSEE
PENSEE
Il y a de cela trois mois, le
8 août 2009, nous quittait à
jamais notre regretté fils et
frère GUETTACHE AMINE
Dur, dur le jour où tu as été
rappelé auprès de Dieu.
Aucun mot ne pourra exprimer ce qu’on
ressent ni l’immense vide que tu as laissé, la
plaie est très profonde. Nous puisons notre
force dans notre foi en Dieu et devant Sa
Volonté, devant laquelle on s’incline. Nous
nous réconfortons dans ton courage, ta
beauté, ta bonté. Nous sommes fiers de toi,
tu resteras présent dans notre vie. Toute ta
famille Guettache de Gué de Constantine et
tes amis te pleurent toujours. Nous implorons Allah de t’accueillir dans Son Vaste
Paradis. Repose en paix.
A toi
MADAME TERKOUCHE NÉE
NAMOUS CHABHA
Celle que nous avons aimée
que nous aimons
et que nous aimerions toujours
Il y a de cela 4 ans déjà, plus exactement le 8
novembre 2005 que tu nous as quittés. Tu es partie à
la fleur de l’âge, nous laissant dans l’angoisse et le
désarroi. Tu étais une maman, épouse simple, adorable et estimée de tous et de toutes. Tous le monde
te respectait et t’admirait pour ta bonté, ta gentillesse
et ta sagesse. Chaque fois, nous nous recueillons sur
ta tombe, tout en implorant Dieu Tout-Puissant de
t’accueillir en Son Vaste Paradis. Saches une chose
chère épouse, chère maman que tu étais, tu es, et tu
resteras gravée en lettres d’or dans nos cœurs brisés.
Nous demandons à tous ceux et celles qui t’ont
connue d’avoir une pieuse pensée en ta mémoire.
Ton époux, tes enfants, ta belle-fille et ton petitfils Dylane Chabane
Repose bien en paix maman.
0166
F4883
REMERCIEMENTS
PENSEE
Qu’Allah Tout-Puissant accorde au défunt
Sa Sainte Miséricorde et l’accueille en Son
Vaste Paradis.
“A Dieu nous appartenons et à Lui nous
retournons.”
Triste et amer fut le
8 novembre 2008 où
la mort est venue
nous arracher notre
cher et inoubliable
époux, père et grandpère le regretté
ALI IDDIR
Ton départ était pour nous une grande
déchirure. Tu as laissé derrière
toi un vide que nul ne peut combler.
En cette douloureuse circonstance, sa
femme, ses enfants et ses petits-enfants
demandent à tous ceux qui l'ont
connu d'avoir une pieuse pensée en sa
mémoire.
Que Dieu Tout-Puissant lui accorde Sa
Sainte Miséricorde et l'accueille en Son
Vaste Paradis.
G
BR22029
Les familles Merzoug et Jordens d’Alger,
de Saïda et de Bruxelles remercient Son
Excellence Monsieur le Président de la
République, Monsieur le Premier
ministre, Monsieur le ministre, les cadres
et le personnel du ministère de la Pêche,
les directeurs généraux de l’APS et de
l’ENRS et leurs collaborateurs, les responsables et journalistes de la presse
nationale, l’Association des moudjahidine du MALG, les hauts responsables de
l’Etat ainsi que tous les frères, amis et
voisins qui ont compati à leur douleur
suite au décès de leur cher et regretté
MERZOUG KARIM
30
Dimanche
8 novembre 2009
PEOPLE
Johnny Depp rejoint
Angelina Jolie
dans “The Tourist”
●● Difficile de trouver un
duo plus glamour et classe
que celui que s'apprêtent à
former Johnny Depp et
Angelina Jolie. Les deux stars
seront à l'affiche de The
Tourist, remake américain du
thriller français Anthony
Zimmer de Jérôme Salle. Si
on savait depuis quelque
temps qu'Angelina Jolie avait
repris le rôle laissé vacant
par Charlize Theron, Johnny
Depp remplace donc Sam
Worthington,
longtemps
annoncé au casting. Outre
ces deux arguments de poids pour reprendre les personnages
campés dans la version originale par Sophie Marceau et Yvan
Attal, un autre circule désormais pour la réalisation, celui
d'Alfonso Cuaron. Dans ce jeu de chaises musicales made in
Hollywood, le talentueux réalisateur mexicain, à qui l'on doit
notamment Harry Potter et le prisonnier d'Azkaban et Les fils de
l'Homme, prend la place laissée par Florian Henckel von
Donnersmarck (La Vie des autres). Le tournage de The Tourist,
produit par Spyglass, doit commencer en février 2010. Dans ce
film, Johnny Depp tiendra le rôle d'un touriste américain, manipulé par un agent d'Interpol (Angelina Jolie) qui tente de piéger son
ancien amant, un criminel insaisissable.
MTV Europe Music
Awards : le palmarès
complet
TÉLÉ POTINS
ACTU-TV
“Mentalist” et “Dexter” sur TF1 début 2010
E devait débarquer sur TF1 dès cet
n juin dernier, The Mentalist
automne, en prime time. Mais la chaîne a décidé d'en différer le lancement, et c'est finalement cet hiver
que TF1 dévoilera la série événement
sous le titre Mentalist. Comme prévu,
elle sera programmée en prime time.
Portée par Simon Baker, la série suit
Patrick Jane un homme dont la capacité d'observation hors du commun
lui a permis par le passé de se faire
passer pour un médium à la télévision
américaine. Mais quand un tueur en
série s'en est pris à sa famille, Patrick
Jane a décidé d'aider la police à
résoudre des crimes, en travaillant à
ses côtés en tant qu'inspecteur indépendant.
Avec cette arrivée en prime time,
The Mentalist est une exception dans
la politique de programmation de
TF1. À quelques expressions près,
notamment Heroes et Lost : les disparus, la chaîne a en effet pris l'habitude de tester la quasi-totalité de ses
nouvelles séries en deuxième partie
de soirée, ou le week-end. C'est sans
doute le succès aux États-Unis de la
série qui a convaincu la chaîne.
Lancée l'année dernière, The
Mentalist s'est imposée comme la
troisième série la plus populaire
toutes chaînes confondues, avec une
excellente moyenne de 16,94 millions
de téléspectateurs pour sa première
Lady Gaga, qui partait parmi les favoris avec quatre nominations,
se contente d'une victoire dans la catégorie révélation de l'année,
tandis que DJ David Guetta, nommé pour son titre When Love
Takes Over, mais aussi pour I Gotta Feeling des Black Eyed Peas,
qu'il a produit, est reparti les mains vides.
“Pas si simple”,
avec Meryl Streep
●● Le 23 décembre, Meryl
Streep et Alec Baldwin seront
à l'affiche de Pas si simple, la
nouvelle comédie romantique de Nancy Meyers, réalisatrice de Ce que veulent les
femmes et The Holiday. Meryl
Streep incarne une mère de
famille récemment divorcée
d'Alec Baldwin. L'apparition
de Steve Martin va venir
compliquer (un peu plus) leur
relation... L’histoire est la suivante : Jane a divorcé de Jake,
et Jake s'est remarié avec une
femme plus jeune. Quand
Jane commence à sympathiser avec Adam, un architecte qui travaille avec elle, et que Jake se
met à regretter son remariage, les choses se compliquent...
saison. D'autre part, la série Dexter
fera également son arrivée sur la Une
début 2010, mais dans une case bien
évidemment beaucoup moins exposée compte tenu de sa violence.
Cette fiction américaine ne devrait
pas être programmée avant 22h45.
Cette excellente série, diffusée en
première fenêtre sur Canal+ à l'instar
de 24 heures chrono, suit le quotidien de Dexter Morgan, un médecin
légiste pour la police de Miami le jour,
serial killer la nuit... Fasciné par le
sang, Dexter est un jeune homme atypique, à l'esprit torturé mais dénué de
sentiments. Les séquelles de son
enfance. Recueilli ensuite par une
famille adoptive aimante, il va avoir la
chance d'être canalisé par son nouveau père, qui va déceler ses pulsions
meurtrières et lui enseigner le code
Harry. Des règles à suivre pour effacer
ses traces. Très jeune, Dexter va tuer
des humains.
Mais pas des innocents, rien que
des coupables que la société laisse
en liberté... de palpitantes soirées
d’hiver en perspective pour les fans
de série bien au chaud devant
leur télé.
LA FICTION
●● MTV organisait ses
Europe Music Awards
annuels. La cérémonie,
présentée par Katy Perry,
a confirmé la popularité à
travers
l'Europe
de
Beyoncé, qui a multiplié
les hits depuis la sortie en
novembre 2008 de son
troisième album solo I
Am... Sasha Fierce. La
chanteuse
américaine,
qui avait déjà raflé la mise
lors des MTV Video Music
Awards organisés aux
États-Unis, emporte en
effet trois trophées, dont
meilleure chanson et meilleur clip.
Elle est d'ailleurs la seule à remporter plusieurs trophées lors de
la cérémonie, au cours de laquelle se sont produits Tokio Hotel,
Leona Lewis, les Foo Fighters, Shakira, Green Day, Beyoncé et son
mari, Jay-Z. Ce dernier, qui cartonne actuellement un peu partout
dans le monde avec ses singles Run This Town et Empire State of
Mind, a remporté le trophée dans la catégorie meilleur artiste
urbain.
LIBERTE
“Le hussard sur le toit”
●● Une adaptation un peu trop académique d'un livre
somptueux. Mais Juliette Binoche compose une superbe
Pauline. “Aix-en-Provence, en 1832. Angelo Pardi, un jeune
officier piémontais, patriote italien, est traqué par des tueurs
à la solde de l'Autriche. Il ne doit son salut qu'à la fuite et se
lance, à cheval, sur les chemins de Provence. Il traverse
des villages ravagés par le choléra. À Manosque, Angelo est
accusé d'avoir empoisonné les puits et provoqué la terrible
maladie. Il est contraint de se réfugier sur les toits de la ville
avant de trouver un asile plus commode chez une jeune
femme, Pauline de Théus. La ville est évacuée. Angelo et
Pauline se retrouvent peu après et voyagent ensemble.
Angelo promet à Pauline de la raccompagner chez elle, à
Théus, avant de rejoindre l'Italie. Aux portes du domaine, la
maladie les rattrape...”
Arte,
20h45
Le + de LIBERTÉ
“2012” : la suite en série télé
sous le titre... “2013” ?
●● Le nouveau blockbuster de
Roland Emmerich n'est pas encore
sorti sur les écrans, que le réalisateur
américain envisage déjà de décliner la
suite de son film en série télé. Le metteur en scène a révélé cette information lors de l'avant-première de 2012
à Los Angeles. Et il a du même coup
levé le voile sur la fin de son film...
que personne n'a encore vu pour le
moment !
“L'idée est d'explorer ce qui se passe
après la catastrophe. Il s'agit de
raconter la renaissance de la Terre et
c'est très, très intéressant”, a ainsi
expliqué Roland Emmerich. Selon le
réalisateur d'Independence Day et Le
jour d'après, le scénariste Harald
Kloser a déjà réfléchi sur plusieurs
idées pour sa série, qui suivrait “un
groupe de rescapés qui a survécu au
désastre, peut-être par exemple sur
une partie de la Terre qui s'est détachée pour former une île. En fait, il
existe tellement de scénarios possibles qu'il est fascinant de les étudier
tous”.
Le film catastrophe 2012 sur la fin du
monde sortira le 11 novembre. On
retrouvera à l'affiche de ce blockbuster les comédiens John Cusack,
Amanda Peet, Chiwetel Ejiofor,
Thandie Newton, Danny Glover et
Woody Harrelson. En attendant donc
la série 2013 de Roland Emmerich
pour laquelle il est déjà en négociation avec la chaîne américaine ABC.
T G
LIBERTE
◆◆ TF1
12.04 : Attention à la marche !
12.55 : Les prénoms en musique
13.00 : Journal
13.20 : Du côté de chez vous
13.25 : Walker, Texas Ranger
14.15 : Terminator . les chroniques
de Sarah Connor
15.10 : Monk
16.00 : New York unité spéciale
17.00 : Les experts . Manhattan
17.55 : Combien ça coûte ?, l'hebdo
18.50 : Sept à huit
19.50 : Là où je t'emmènerai
19.55 : À la rencontre de...
20.00 : Journal
20.30 : Du côté de chez vous
20.35 : On a tous dans le coeur
20.38 : Courses et paris du jour
20.45 : La Môme
23.15 : Les experts
01.00 : Mur de Berlin, la guerre
des espions
02.30 : L'actualité du cinéma
02.35 : Le club de l'économie
03.15 : Le blog politique
03.35 : Reportages
04.10 : Un luxe très parisien
◆◆ France 2
12.05 : Tout le monde veut
prendre sa place
12.55 : Rapports du Loto
13.00 : Journal
13.20 : 13h15, le dimanche...
14.10 : Vivement dimanche
16.20 : Presto
16.30 : Grandeurs nature
17.25 : Point route
17.30 : Stade 2
18.45 : Trophée Jules Verne
18.46 : Point route
18.50 : Vivement dimanche prochain
19.55 : L'agenda du week-end
20.00 : Journal
20.30 : Mon pharmacien est formidable
20.35 : Heat
23.20 : Stade 2 dernière
23.25 : Trophée Jules Verne
23.30 : Faites entrer l'accusé
01.00 : Journal de la nuit
01.15 : Histoires courtes
02.10 : Vivement dimanche prochain
03.05 : 13h15, le samedi...
03.35 : 24 heures d'info
03.50 : Thé ou café
04.40 : Stade 2
17.35 : Je commence demain
17.40 : C politique
19.00 : La traversée du miroir
19.54 : 50 ans de culture
19.55 : Dans le secret des pierres
20.25 : Avis de sorties
20.35 : Thoiry, un zoo pas
comme les autres
21.30 : Après la chute du Mur
23.20 : Le Mur dans les têtes
00.15 : Big bang sur la FM
01.05 : Opération Moïse
03.00 : La nuit France 5
◆◆ France 3
12.25 : 12/13 . Journal national
12.50 : 30 millions d'amis
13.30 : Faits divers, le mag
14.25 : Côté maison
14.50 : Keno
15.00 : En course sur France 3
15.20 : Inspecteur Lewis
16.55 : Chabada
17.55 : Questions pour un super
champion
18.45 : Nouvelle adresse
18.50 : 19/20 . Edition nationale
19.30 : 19/20 . Journal national
20.00 :Tout le sport
20.10 : Zorro
20.35 : Inspecteur Barnaby
22.13 : Je commence demain
22.20 : Soir 3
22.40 : 7 à voir
23.55 : Tout le sport
00.00 : Marianne de ma jeunesse
02.10 : Thalassa
04.00 : L'hebdo de la mer
04.10 : Les grands du rire
◆◆ Arte
◆◆ France 5
05.00 : M6 Music
06.00 : M6 boutique
06.25 : Plus vite que la musique
06.30 : Absolument stars
08.30 : M6 Kid
10.45 : A vos casques
10.55 : Turbo
12.15 : Sport 6
12.23 : La vie en direct
13.10 : Sport 6
12.00 : L'art et la manière
12.30 : Philosophie
13.00 : Rahel
14.00 : La conquête de l'Amérique
15.55 : Carmen
17.35 : Cuisines des terroirs
18.05 : 360°, GEO
18.55 : Arte Météo
19.00 : Kurt Masur dirige le
concert commémoratif vingt ans
après la chute du Mur
19.45 : Arte info
20.00 : Karambolage
20.10 : Arte Météo
20.15 : Architectures
20.44 : Juliette Binoche
20.45 : Le hussard sur le toit
22.50 : Juliette Binoche dans les
yeux
23.45 : Material
03.00 : Paco De Lucía
04.30 : Karambolage
◆◆ M6
12.00 : Les escapades de
Petitrenaud
12.35 : Médias, le magazine
13.35 : 5 4 3 2 Ô
13.45 : Superscience
14.45 : Au cœur des tribus
15.40 : Explora
16.40 : Thoiry, un zoo pas comme
les autres
Dimanche
8 novembre 2009
RAMMES
ÉLÉ
13.25 : Météo
13.30 : Accès privé
14.30 : Belle toute nue
15.45 : Nouveau look pour une
nouvelle vie
17.20 : 66 Minutes
18.45 : D&CO
19.40 : Météo
19.45 : Le 19.45
20.00 : E=M6
20.30 : Sport 6
20.40 : Zone interdite
22.45 : Enquête exclusive
00.15 : 100% Foot
01.30 : Météo
01.35 : M6 Music /Les nuits de M6
◆◆ TV5Monde
12.05 : Et si vous me disiez toute
la vérité ?
12.30 : Temps présent 40 ans
13.30 : Journal (RTBF)
13.45 : T.T.C. (Toutes taxes comprises)
14.15 : ADN
15.00 : A visage découvert
16.00 : TV5Monde, le journal
16.30 : D'Est en Ouest
17.00 : Kiosque
18.00 : Flash
18.10 : Internationales
19.00 : Acoustic
19.30 : Journal (TSR)
20.00 : Lumière et caméra
20.30 : Journal (France 2)
21.00 : 1989, quand tombent
les murs...
22.55 : TV5Monde, le journal
23.05 : TV5Monde, le journal
Afrique
23.20 : D'un mur l'autre
00.50 : Babelsberg d'Est en Ouest
01.50 : Géopolitis
02.15 : Entretien avec la matière
02.30 : TV5Monde, le journal
02.55 : Aux frontières de la Chine
03.45 : DESIGNsuisse
04.00 : TV5Monde, le journal
04.30 : Télétourisme
31
NUMÉROS UTILES
URGENCES MÉDICALES : 115
- Samu
021. 23.50.50
- Centre antipoison
021.96.49.63
- Sûreté de wilaya
021.73.53.53
- Gendarmerie nationale
021.76.41.97
- Panne gaz
021.68.44.00
- Panne électricité
021.15.20.23
- Service des eaux
021.67.50.30
- Protection civile
021.71.14.14
- Renseignements : 19
- Télégrammes : 13
- Gare routière Caroubier :
021. 49.71.51/
021. 49.71.52/021 49.71.53
021. 49.71.54
- Ministère de la Solidarité
nationale, de la Famille et
de la Communauté
nationale à l’étranger
Personnes en difficulté
ou en détresse :
No vert : 15-27
HÔPITAUX
- CHU Mustapha : 021.23.55.55
- CHU Aït-Idir : 021.97.98.00
- CHU Ben Aknoun :
021. 91.21.63 - 021.91.21.65
- CHU Beni Messous :
021. 93.15.50 - 021.93.15.90
- CHU Kouba : 021.78.33.33
- CHU Bab El-Oued :
021.96.06.06 - 021.96.07.07
- CHU Bologhine : 021.95.82.24
021.95.85.41
- CPMC : 021.66.66.68
- HCA Aïn Naâdja : 021.54.05.05
- CHU El-Kettar : 021.96.48.97
COMPAGNIES AÉRIENNES
AIR ALGÉRIE
1, place Audin 16001 Alger
- Tél : +213 21.74.24.28
- +213 21.65.33.40
Réservation : 021: 68.95.05
AIGLE AZUR
Aéroport d’Alger H - B
- Tél : +213 21.50.91.91
21.50.91.91 Poste 49.31
AIR FRANCE
Centre des affaires,
(ABC) Pins Maritimes
- Tél : 021.98.04.04
- Fax : 021.98.04.43
LA VIE RELIGIEUSE
Horaires des prières
20 dhou el qîda 1430
Dimanche 8 octobre 2009
20.35
Dohr.............................12h32
Assar............................15h23
Maghreb......................17h47
Icha..............................19h07
21 dhou el qîda 1430
Lundi 9 octobre 2009
20.45
20.35
Heat
Inspecteur Barnaby
Le parcours tragique, quelquefois drôle et
toujours bouleversant, d'Edith Piaf, qui, née
dans la misère, a réussi à conquérir le monde
entier…
Un hold-up audacieux mais raté se transforme
en jeu du chat et de la souris entre un policier
un peu louche et un braqueur de transports de
fonds…
Barnaby enquête sur des meurtres qui
semblent avoir été commis par une force
surnaturelle. Mais l'inspecteur sait que
l'assassin est bien fait de chair et d'os…
La Môme
Prières du matin
Fadjr...............................5h51
Chourouk.......................7h20
LIBERTE
Quotidien national d'information - Édité par la SARL - SAEC - Capital 463 000 000 DA
Siège social : 37, rue Larbi-Ben M'Hidi - Alger BP. 178 Alger-Gare
Directeur de la Publication-Gérant : Abrous Outoudert
e-mail : [email protected]
Directeur de la rédaction : Mounir Boudjema
DIRECTION ET RÉDACTION
10, rue d’El Biar (Alger-Centre)
Tél. : (021) 64 34 36 (lignes groupées)
Fax (021) 64 34 35 (direction) - (021) 64 34 29 (rédaction)
PUBLICITÉ
Siège Liberté Tél. : (021) 73 06 08 / Fax : (021) 73 04 87
ANEP 1, avenue Pasteur - Alger
Tél. : (021) 73 76 78 / 73 71 28 Fax : 021 73 95 59
BUREAUX RÉGIONAUX
ANNABA
26, rue Mohamed-Khemisti
Tél. : (038) 86 66 00
Fax : (038) 86 75 68
CONSTANTINE
36, avenue Aouati-Mostéfa
Rédaction :
Tél. : (031) 91 20 39
Tél. / Fax : (031) 91 23 71
Publicité :
39, avenue Aouati-Mostéfa
Tél. : (031) 92 24 50
Tél. / Fax : (031) 92 24 51
BOUMERDÈS
63/1, boulevard de
l’Indépendance
Tél. / Fax : (024) 81 47 91
BÉJAÏA
Route des Aurès
Bt B - Appt n°2 - 1er étage
Tél. / Fax : (034) 21 24 09
OUM EL-BOUAGHI
Cité 1000-Logements (NASR)
Tél./Fax : (032) 41 12 59
ORAN
26, rue de Nancy
(derrière le consulat de Russie)
Fax : (041) 39 21 99
Tél. : (041) 39 21 93
MASCARA
Maison de la Presse :
Rue Senouci Habib - Mascara
Tél. / Fax : (045) 80 36 85
TIZI OUZOU
Bâtiment Bleu - cage C 2e étage
Tél. : (026) 22 67 13
Fax : (026) 22 83 83
TIARET
Maison de la presse Saim-Djillali
Tél. / Fax : (046) 41 66 92
TLEMCEN
Rédaction - Publicité
17, rue Naïmi-Rabah, Beau-séjour,
Tél. / Fax : (043) 20 70 70
BLIDA
79, boulevard Larbi-Tébessi
Tél. : (025) 40 84 84
Fax : (025) 40 85 85
BOUIRA
Cité de la Gare - Bt n°2 - Appt
n°13
Tél. / Fax : (026) 94 12 88
CHLEF
CIA des Fonctionnaires
Bt C cage M n°03
Tél. / Fax : (027) 77 00 17
SIDI BEL-ABBÈS
Immeuble Le Garden
(face au jardin public)
Tél./Fax : (040) 41 72 60
PAO
SARL - SAEC
IMPRESSION
ALDP - SIA - SIE - SIO - SIA-SUD
DIFFUSION
Centre : Liberté : 021.75.24.98
Ouest : Liberté
Est : Sodipresse
Sud : Sarl TDS : 0661 24 29 10
Agence BADR El-Harrach
CB : 003 00635 301 716 300 0 39
Les manuscrits, lettres et tous documents remis
à la Rédaction ne sont pas rendus et ne peuvent
faire l’objet d’une quelconque réclamation.
CRITIQUES SUR LA LOI DE FINANCES
COMPLÉMENTAIRE
LE DROIT DE SAVOIR, LE DEVOIR D'INFORMER
Missoum Sbih répond
tardivement à Hervé Novelli
De notre envoyé spécial, à Paris
OMAR OUALI
●● Les Algériens “font fausse route”.
S'éloignant des sentiers de la diplomatie et de la retenue, le secrétaire d’État au Commerce, Hervé
Novelli, s'était autorisé le mois dernier ce commentaire au sujet des
mesures contenues dans la loi de
finances complémentaire.
Il ne s'exprimait pas dans la rue
mais dans l'enceinte du palais
Bourbon, siège de l'Assemblée
nationale où il était interrogé par
un député très soucieux des intérêts de son pays visiblement bousculés par la LFC. S'il s'agissait de
faire revenir l'Algérie sur ses décisions, on ne peut pas s'y prendre
plus maladroitement. Et si les
entreprises françaises
devaient
souffrir en ces temps de crise, ce
sera en raison de ces déclarations
aussi incongrues qu'intempestives.
L'ambassadeur d'Algérie à Paris,
Missoum Sbih, a pris prétexte d'un
forum organisé hier par le Reage
(Réseau des étudiants algériens des
grandes écoles et universités de
France) Paris pour faire connaître
sa réponse. “Fausse route ?” a-t-il
interrogé. Et de livrer son appréciation. “Une telle déclaration, outre qu'elle ne respecte pas notre souveraineté et
nos choix, est incompatible avec l'esprit
de partenariat et jette un trouble sur la
véritable nature des rapports que l'on
veut établir avec notre pays”.
Autrement dit : que veut la France ?
M. Sbih a voulu donner un aspect
solennel à sa déclaration en organisant une ouverture officielle du
forum en présence de nombreux
hommes d'affaires algériens et
français.
Expliquant les mesures prises par
l'Algérie, il a rappelé que le pays n'a
pas été épargné par la crise. Il était
donc de son devoir de prémunir
son économie comme l'ont fait les
puissances qui n'ont pas hésité à
recourir aux finances publiques
quitte à passer pour de redoutables protectionnistes. L'Algérie
“n'a pas innové et les mesures qu'elle a
prises sont aussi légitimes que celles
adoptées par les autres pays”. Ces pays,
selon lui, ne sont pas encombrés
de complexes, de scrupules pour
prendre des “mesures de caractère
exceptionnel qui ont ébranlé les fondements même de l'économie de marché”.
Et à la face de la planète, les dirigeants qui ont pris ces mesures ont
affiché le “sentiment du devoir accompli” proclamant qu'ils étaient sur la
“bonne voie”. La France et son
secrétaire d'État au Commerce ont
fait “fausse route” en n'acceptant pas
les mesures de l'Algérie.
O. O.
LIBERTE
www.liberte-algerie.com
ALGÉRIE-ÉTATS-UNIS
ATELIER DE FORMATION À ALGER
●● Le Parlement algérien organise en collaboration avec
la Conférence nationale des législatures d'État (NCSL,
États-Unis) à partir d’aujourd’hui et jusqu'à mardi au siège
de l'Assemblée populaire nationale (APN) à Alger un atelier de formation sur “l'analyse des lois : méthode d'analyse et évaluation des politiques publiques”. Quatre
séances sont au programme de la première journée des
travaux de cet atelier, dont la première portera sur le
thème “les processus législatifs dans une perspective
globale”, a indiqué un communiqué de l'APN.
DILEM
[email protected]
C’EST LA SECONDE FOIS QUE
LES TERRORISTES S’EN PRENNENT
À CET ÉTABLISSEMENT
300 millions subtilisés
à la poste de Aït Mahmoud
●● Le bureau de poste de
Taguemount-Azzouz, Aït Mahmoud
(Tizi Ouzou), a été attaqué, dans la
nuit de vendredi à samedi, par un
groupe terroriste. Deux individus
armés de kalachnikovs se sont
introduits à l’intérieur de l’édifice.
Ils ont défoncé le coffre-fort et subtilisé 300 millions de centimes,
avant de s’évaporer dans la nature.
C’est la seconde attaque qu’a
connue le bureau de poste de Aït
Mahmoud après celle d’avril 2007.
L’attaque a été sanglante, elle s’est
soldée par un lourd bilan : deux
morts, le receveur et un cafetier, et
un blessé grave. Les éléments
armés du GSPC étaient repartis
avec 900 millions de centimes
qu’ils avaient volés du coffre-fort
de la poste.
Y. A.
PUBLICITÉ
FORUM CHINE-AFRIQUE EN ÉGYPTE
BOUTEFLIKA DÉSIGNE BELKHADEM POUR LE REPRÉSENTER
●● M. Abdelaziz Belkhadem, ministre d'État, représentant personnel du président de la République,
s’est rendu hier au Caire pour représenter le président de la République, M. Abdelaziz Bouteflika aux
travaux du Forum sur la coopération Afrique-Chine
qui se tiendra aujourd’hui et demain à Charm ElCheikh (Égypte). Parmi les points inscrits à l'ordre
du jour de cette réunion, figure la préparation du
Sommet Afrique-Chine qui se tiendra en 2010 en
Égypte, indique-t-on de source officielle.
RÉFÉRENDUM CONSTITUTIONNEL DU 4 AOÛT
L’UE s’ingère et suspend son aide au Niger
A.F.
CONTRECHAMP
N’
●● L'Union européenne (UE) a gelé
vendredi son aide au développement au Niger en raison du référendum constitutionnel controversé
organisé le 4 août dernier dans le
pays, a annoncé la Commission
européenne. “La Commission européenne et les pays de l'UE ont suspendu
leur aide au Niger, qui s'élève à 458 millions d'euros pour la période 2008-2013.
En revanche, l'aide humanitaire n'est pas
affectée par cette suspension”, a indiqué
à la presse le porte-parole de la
Commission pour les questions
d'aide au développement, John
Clancy. L'UE a également demandé
des “consultations avec les autorités du
Niger” en vue d'un retour à “l'ordre
constitutionnel” dans le pays. “Nous
espérons que ces consultations auront un
effet positif pour toutes les parties offrant
une feuille de route claire pour le retour de
l'ordre constitutionnel au Niger”, a ajouté le porte-parole.
L’Égypte, notre “arabité” et notre libération
étant pas spécialement branchés sur les
émetteurs médiatiques orientaux, nous
recevons, par la bande, les échos des fielleux
échanges algéro-égyptiens qui précèdent leur
confrontation “sportive” du 14 novembre prochain. On ne sait pas encore lequel des deux
côtés gagnera dans cette venimeuse confrontation verbale, mais il paraît que “ça barde”.
N’étant pas encore convertis à nous “sourPAR M. HAMMOUCHE cer” dans le prêche télévisé d’irascibles “douctours” orientaux ou dans la creuse langue de
bois, les échos de ce duel de haine ne nous parviennent que par
la bande.
Mais une chose aura retenu notre attention : c’est la remise en
cause de l’arabité de l’Algérie. Ce reflexe permet, dans l’inconscient de la horde excitée, d’exclure les Algériens de l’arabité, et
donc de la “fraternité”, et prépare à les traiter, légitimement, en
“étrangers”, et donc en possibles “ennemis”.
On est tenté de réagir à ce décret d’exclusion et cette imposture historique, même s’ils viennent du quidam cairote, comme a
réagi, il y a plusieurs années, un certain Kaddour Flen — appelonsle ainsi.
Confronté à une inculpation de malversation, et en pleine
enquête judiciaire, Kaddour eut la blessante surprise de lire cette
annonce dans un journal : “La famille Flen de Tataouine-les-Bains
n’a aucun lien avec la famille de Kaddour Flen de Takouk-sur-Mer,
poursuivi en justice pour détournement.”
Écœuré par l’empressement de l’auteur de cette mise au point
alors que la justice, de même que la vindicte populaire ne fonctionnent pas à l’homophonie, et pour marquer finalement sa satisfaction de n’avoir rien à voir avec cette inutile lâcheté, Kaddour
publia, à son tour, le message suivant : “Je confirme que la famille de Kaddour Flen de Takouk-sur-Mer n’a rien à voir avec la famille Flen de Tataouine-les-Bains.” Les choses ainsi précisées, il s’en
trouva, dit-on, fort apaisé.
Le déferlement d’agressivité égyptienne nous impose la faiblesse d’éprouver un semblable sentiment. Car, enfin, le certificat
d’arabité, que des voix égyptiennes s’estiment en droit de nous
délivrer ou de nous retirer, ne sert ici que des intérêts politico-idéologiques. L’arabité, qui s’est imposée à nous comme élément
déterminant de notre identité officielle, n’est que le résultat des
péripéties politiques, et non celui de l’histoire humaine du pays et
sa région naturelle. Si la force nous a contraints à renier, pendant
longtemps, la réalité du socle identitaire amazigh originel, c’est le
fait de renoncements de pouvoirs qui, après la répression, ont laissé les Algériens dans l’ignorance de leur Histoire. Le jour où ils
seront libres et informés, les Algériens diront s’ils se satisfont de
cette identité exclusive et contrefaite.
Poussant la prétention tutélaire, il paraît que notre indépendance est une œuvre égyptienne. L’égyptologie fait encore de ce pays
un butin archéologique et touristique rapporté de l’expédition
Bonaparte. Les Palestiniens attendent toujours le secours libérateur de leurs frères arabes et de l’Égypte en particulier !
Il est encore temps de s’en libérer plutôt que de s’illusionner de
prétentions tutélaires sur le monde dit arabe.
Avant de nous affranchir de quelque joug que ce soit, il eut fallu
que l’Égypte gagnât quelque guerre.
M. H.
[email protected]

Documents pareils