Accueil de 12 chiens d`un élevage vereux de Flandre

Commentaires

Transcription

Accueil de 12 chiens d`un élevage vereux de Flandre
Bureau de dépôt : Charleroi X
N° d’agréation : P302187
Périodique trimestriel n° 43
de l’asbl “Les Petits Vieux”
Juin, juillet et août 2011
BELGIQUE-BELGIE
PP
CHARLEROI X
6/69417
Accueil de 12 chiens d’un élevage vereux de Flandre
Siège social : rue de la Grandeur, 6 - 7950 Chièvres - Tél : 068/28.07.11 - Fax 068/28.24.54
www.lespetitsvieux.be - [email protected] - ING : 360-0034799-79 - IBAN : BE58 3600 0347 9979 - BIC : BBRUBEBB
Foyer offrant à de vieux chiens et chats une fin de vie paisible en famille. - Agréé comme refuge pour animaux sous le numéro HK30502406
12 chiens sortis de l’enfer
Cette revue a été entièrement réalisée
bénévolement par notre équipe.
Rédaction: Valérie et Serge
Mise en page: Serge
Photos: Serge
Imprimée en
5000 ex
2
Du côté de notre home, cette arrivée en masse de
chiens, demandant énormément de soins d’une
Ce début de printemps fut assez mouvementé chez part, mais surtout d’attention et d’amour, d’autre
“Les Petits Vieux”. Peu avant le week-end de Pâques, part, a totalement bouleversé notre organisation
nous fûment contactés par la “Croix Bleue” d’Ostende quotidienne, déjà fort chargée en temps normal.
pour les aider à sortir des chiens d’un élevage de la
région de Bruges, mis en faillite. Il y a 165 chiens en Je tiens ici à remercier tout particulièrement les
fidèles bénévoles qui ont sacrifié leurs week-ends de
tout !
Pâques, du 1er mai et de la fête des mères pour venir
Je ne saurais vous décrire ce que j’y ai vu, tant la nous aider à soigner ces malheureux toutous. Mille
misère animale atteignit son paroxysme. Je croyais mercis à Marc, Louise, Sabine, Monique, Lorette,
déjà avoir connu des situations dramatiques, il y a Thérèse et Nathalie; mais aussi à Catherine, notre
bientôt 20 ans maintenant. Lorsque je me rendais, vétérinaire, qui n’a pas hésité à venir prodiguer les
tous les dimanches, au marché de Mol, pour y sauver premiers soins en urgence le lundi de Pâques.
des chiens, il m’arrivait de me rendre dans des
élevages de la région pour en sortir quelques-uns. Nos nouveaux protégés sont maintenant bien
Les conditions de détention de ces pauvres chiennes intégrés à notre meute de petits vieux et partagent
d’élevage étaient catastrophiques, j’y avais déjà une retraite bien méritée en notre compagnie.
côtoyé l’horreur. Ce sont d’ailleurs de telles images Je vous invite tous à venir les voir et les cajoler lors
qui m’ont poussé à toujours vouloir en faire plus en de notre grand week-end “Portes Ouvertes” des 25
protection animale et plus particulièrement vis-à-vis et 26 juin prochains (vous pourrez aussi cajoler et
gâter les autres, sans oublier nos amis félins, bien
de ces pauvres chiennes exploitées.
Mais j’étais loin de penser, qu’un jour, je reverrais évidemment). Peut-être, qu’avec un peu de chance
cela. 20 ans ont passé et rien n’a changé ! Que font certains d’entre eux y rencontreront un futur parrain
les autorités ? Malgré les contrôles de plus en plus ou une future marraine.
Chers membres, chers amis,
fréquents et sévères du Service Public Fédéral Bien-Etre Animal (AFSCA), comment est-ce encore possible ?
Nous n’avons pas pu rester insensibles à toute cette
misère, et alors que nous y allions pour en sauver un
ou deux vieux, nous sommes revenus avec 12 chiens,
dont l’âge avancé ou l’état de santé lamentable
nécessitait une intervention urgente.
Ils sont maintenant tous sauvés. Que ce soit les 12 que
nous avons accueillis ou tous les autres, en général
plus jeunes, qui sont partis dans d’autres refuges, où,
une fois “remis sur pied”, ils pourront être replacés
à l’adoption et profiter de la sérénité d’une nouvelle
famille.
3
Serge Luycx,
Président
Darling, aussi, viendra
nous rejoindre
Tamara a été sortie de
l’enclos des shih tzu
Nouveau départ pour
Bols, l’aîné des toutous
Descente aux enfers pour sauver un
maximum de chiens : il fait quasiment
noir, l’odeur est pestilentielle, il faut se
baisser pour avancer, c’est l’horreur
4
Voyage en Enfer
Mardi 19 avril, nous recevons un mail de Doris (responsable de la Croix Bleue d’Ostende) demandant si nous pouvions accueillir des chiens provenant d’un élevage toutes
races en faillite. Ces chiens majoritairement des femelles
n’ont connu que des cages et des nichées à élever coûte
que coûte. Lorsque je contacte Doris par téléphone, elle
nous apprend que les conditions de détention des chiens
sont exécrables mais surtout qu’il y a 165 chiens à placer.
Jeudi 21 avril, nous avons rendez-vous à 10 h à la croix
bleue à Ostende avec Verner, Doris et une nouvelle administratrice du refuge afin d’évaluer la situation sur place
et déterminer le nombre de chiens que nous pouvons
accueillir. Notre but étant de cibler les plus âgés ou ceux
qui auront le moins de chance d’être adoptés par la suite.
En route vers cet élevage Doris nous donne de plus amples
informations. A notre arrivée, le propriétaire pourtant présent refuse de se montrer, nous commençons alors la visite par la “plus belle partie” où se trouve les chiens de
grandes tailles : terre-neuve, labrador, rottweiler, boxer,
dogue de Bordeaux, golden retriever, chow-chow, etc…
s’entassent à plusieurs dans des chenils faits de paillasses
en fer rouillées, le sol est couvert d’une épaisse couche
d’excréments et les chiens ne peuvent faire autrement que
de “patauger” dedans, certains cherchant un petit coin
relativement propre pour se coucher. Tous réclament de
l’attention et sautent sur les grilles afin de grappiller une
petite caresse.
D’emblée nous repérons un vieux terre-neuve mâle de 12
ans. Nous passons dans un autre bâtiment où se trouvent
des schnauzers nains, bergers allemands, saint-bernard,
bouviers bernois. Ils sont détenus dans des chenils intérieurs sans parcours extérieur. Il fait beau à la mer cette
semaine de Pâques, avec seulement 20 degrés dehors,
l’odeur est déjà insoutenable.
Ici aussi les chiens ne disposent pas d’un endroit propre et
sec pour se coucher, ils sont obligés de dormir sur leurs ex-
créments. Ils ont certes de l’eau dans les cages mais au vu
de la couleur de celle-ci, elle doit y stagner depuis un certain temps. Nous sommes déjà écoeurés par ce que nous
venons de voir, pourtant le pire reste à venir lorsque nous
arrivons dans la partie des petites races.
Nous nous dirigeons alors vers des bâtiments vétustes à
l’intérieur desquels sont alignées des cages minuscules où
s’entassent des chiens dont il est à peine possible de discerner la tête tant la masse de poils noués et puants est
épaisse. bichons, caniches, westies, shih tzu, fox-terriers,
yorkshire, bouledogues français, cockers, border-collie,
spitz ainsi qu’un grand nombre de beagle se partagent les
lieux. Nous avons peine à contenir nos émotions face à
tant de misères, partout où se posent nos yeux nous croisons des regards de détresse. C’est insoutenable. De cette
première visite, plusieurs chiens ont retenu notre attention.
Vendredi 22 et samedi 23 avril, Serge passe pratiquement
la journée au téléphone afin d’organiser le transport et la
prise en charge des animaux dès leur arrivée au home. Il
n’y a pas de temps à perdre, en quelques heures tout est
planifié. Sur place une équipe de bénévoles d’un refuge
de la région est sur le pied de guerre afin de “décrasser”
au maximum les cages, nourrir et abreuver 165 chiens en
tout. Je passe deux nuits blanches, dès que je ferme les
yeux, les images défilent dans ma tête et confortablement
blottie au fond du lit je ne peux m’empêcher de penser à
ces petits êtres considérés comme une vulgaire marchandise, déformés et usés afin d’alimenter le portefeuille des
marchands de chiots. Et que dire des consommateurs qui
achètent ces mêmes chiots sans voir l’envers du décor devenant du coup complices de ce commerce de la vie.
Dimanche 24 avril, nous sommes impatients de partir.
A 10h30 nous sommes sur place avec Marc et Louise. Le
plus dur commence, “choisir” qui repartira avec nous. Le
premier à embarquer est le vieux terre-neuve de 12 ans,
Cette pauvre berger,
apeurée, devra encore un
peu patienter avant d’être
sauvée par un autre refuge
Victoire, la plus atteinte psychologiquement
viendra avec nous. Il faudra beaucoup de
temps avant qu’elle reprenne confiance en
l’être humain
Charlotte fera
partie du voyage
Lilas rejoint aussi
la camionnette
Paco, ci-dessus, et Ilona, ci-dessous,
deux bouledogues français seront aussi
sauvés. On ne les voyait même pas
dans le fond de leur cage. Ils sont les
plus atteints physiquement
6
ensuite 2 femelles saint-bernard. Jeudi, nous avions vu
qu’une des schnauzer nains restait couchée en boule dans
le fond de sa cage, nous retournons la voir, elle semble
nous reconnaître et s’avance en rampant, nous vérifions
son identification afin de connaître son âge, ok elle vient,
Marc l’installe dans la camionnette.
Nous passons ensuite chez les bouledogues français, que
je veux absolument sortir de là au plus vite car ce sont eux
qui sont dans le plus mauvais état. J’entre dans la cage
de la première, je peine à lire son numéro de microchip
tellement il fait sombre. Louise prend note et va près de
Serge qui consulte à l’aide de l’ordinateur portable le site
de l’ABIEC. Lorsqu’ils reviennent c’est la stupéfaction,
cette chienne n’a que 3 ans, elle est déjà tellement déformée physiquement que nous pensions qu’elle était vieille.
Idem pour la seconde femelle. Quant au mâle, il titube,
nous ne vérifions pas son âge et l’emmenons d’office. Marc
n’a pas le temps d’arriver à la camionnette qu’une des femelles déclenche une crise d’épilepsie. Le vétérinaire présent sur place la prend immédiatement en charge. Nous la
maintenons à l’ombre, le plus au calme possible à l’écart
des véhicules, nous la chargerons en dernier.
Il y a en effet beaucoup d’allées et venues dans la cour,
nous sommes plusieurs refuges sur place car Doris a bien
fait fonctionner le “tam-tam” auprès des refuges avec qui
elle collabore habituellement et bien entendu aucun n’est
resté insensible à son appel.
C’est maintenant le tour de la petite westie prostrée, aussi
repérée jeudi, que nous retrouvons toujours dans la même
position. Ensuite, nous passons d’une cage à l’autre afin de
vérifier les âges. Les jeunes chiennes de petites races qui
auront des chances d’être adoptées sont prises en charge
par les refuges traditionnels. Nous emmenons encore une
bichonne craintive, une shih tzu et enfin une yorkshire de
13 ans. Il ne reste plus qu’une place pour un grand dans le
véhicule pourtant il en reste tellement que l’on souhaiterait aider. Heureusement, nous savons que dans l’absolu
ils sont tous sauvés car dans les jours qui suivent ils partiront dans des associations où ils recevront tous les soins
nécessaires et une fois remis sur “pattes” seront proposés
à l’adoption. Notre dernière protégée sera donc une golden retriever de 8 ans ayant mal aux pattes avant.
7
Pour nous, une première étape est franchie, pas la plus facile d’ailleurs. Pour Doris et son équipe, le travail est loin
d’être terminé car en plus du travail au refuge, ils vont devoir assurer chaque jour l’entretien et les soins des chiens
encore sur place.
Le retour d’une heure et demi se passe très bien, les chiens
sont calmes, seul le terre-neuve pousse par moment la
chansonnette aux oreilles de Marc et Louise.
A notre arrivée, les animaux sont rapidement installés. Ils
sont divisés en trois groupes. Les quatre grands dans la
pièce d’isolement chiens avec un accès à l’extérieur. Les
quatre petites femelles sont installées ensemble dans une
autre pièce avec aussi un accès à un jardinet et enfin les
plus faibles c’est-à-dire les trois bouledogues et la westie sont installés dans la nouvelle infirmerie chat dont les
cages du bas peuvent être agrandies afin d’accueillir des
chiens si nécessaire.
Il est l’heure de les laisser se reposer, demain est un autre
jour.
Lundi de Pâques 25 avril. Mais qui a dit que le weekend de Pâques était un week-end férié ? Il n’est que 8 h
30 lorsque les bénévoles qui n’avaient pas de dîner de
Pâques de prévu arrivent. Nathalie s’occupe de l’indispensable nettoyage de la grange et de Félinecity pendant que
Louise et Sabine prennent en charge le nettoyage chez les
nouveaux pensionnaires. Moi, je commence tout de suite à
tondre les petites qui en ont bien besoin car quelque chose
me dit que j’en ai pour un moment. Lorette et Monique lavent les bouledogues. Dans le même temps le compagnon
et le fils de Nathalie donnent le bain aux grands sur le parking, heureusement qu’il fait exceptionnellement chaud
pour un mois d’avril.
Les bénévoles ne sont pas les seuls à avoir été mis à contribution. Dès jeudi soir, j’ai prévenu, la vétérinaire de l’association, le docteur Dufrane, de ce qui se passait. Elle
n’a pas hésité une demi seconde et lundi avant 10 heures,
elle était aussi chez nous pour un examen approfondi des
chiens. A ce moment, Serge vient juste de terminer l’encodage des chiens dans le fichier animaux et d’imprimer
les fiches médicales de chacun. Le bilan n’est pas brillant,
la liste des pathologies est bien longue avec entre autres
déshydratation, dysplasie, déformations des postérieurs,
Arrivée à Chièvres, vite
il faut les sortir de la
camionnette
Ilona, comme tous les autres
d’ailleurs passera au bain, plus
qu’indispensable
Tonte pour tous les longs
poils, Lilas et Tamara sur
la table de toilettage
Il faudra 3h pour venir à bout de Bols,
qui restera brave pendant toutes ces
longues heures
8
8
luxations de rotule, otites purulentes, divers problèmes crainte récupère des forces à une vitesse éclair. Il se tient
cutanés, ulcères à l’oeil, souffle au cœur, etc...
déjà bien debout et fait preuve d’une vitalité insoupçonJe termine la tonte par le terre-neuve dont l’état du pelage née. Ilona se révèle être un spirou. Elle ne peut pas voir
est désastreux. Il fait preuve d’une patience d’ange pen- une gamelle sans s’en emparer et la retourner aussi sec et
dant les 3 heures que dure sa tonte. Trop fatigué, c’est le ce, qu’elle soit remplie ou non de croquettes ou d’eau. Les
seul qui ne sera pas lavé le jour même. Il est 16h. Après jouets que nous lui offrons la distraient un peu mais cela
être tous passés à la désinfection, nous avons bien mérité ne vaut pas une belle gamelle avec laquelle elle se balade
partout.
un peu de repos.
Mardi 26 avril, Serge a organisé un planning pour les bé- Chez les grands, c’est la pleine forme, les saint-bernard
névoles afin de faire face au surcroît de travail. Des symp- et Cannelle la golden, nous accueillent avec un tel entômes supplémentaires font leur apparition chez certains thousiasme que nous devons nous accrocher pour ne pas
chiens et feront l’objet d’une adaptation des traitements. basculer en arrière et nous nous retrouvons en moins de
D’autres changent à vue d’œil retrouvant vitalité et joie. temps qu’il ne faut pour le dire avec de la bave jusqu’audessus de la tête. Bols notre vieux terre-neuve est évidemDistribution de jouets et de câlins pour tout le monde.
ment beaucoup plus posé. Il s’est approprié un grand paDans les prochaines semaines sont planifiées les vaccinanier avec un bon coussin et dort du sommeil du juste. Le
tions, castrations et stérilisations ainsi que l’intégration
voir se rouler sur le dos et demander des caresses sur le
dans la meute lorsque tout danger sanitaire sera écarté.
ventre est un vrai plaisir.
Il va de soi qu’en tant que marchandises, les chiens
Et enfin nos quatre petites demoiselles. Darling la schnaun’avaient pas de noms. Voici donc en primeur les noms
zer toute timide dans la cage se révèle être une boule
que nous avons choisis :
de nerfs, elle a un besoin impératif de se défouler. Elle
Bols le terre-neuve, Cannelle la golden retriever, Margue- semble être montée sur ressorts. C’est une petite chienne
rite la saint-bernard, Charlotte l’autre saint-bernard, Mar- intelligente qui a très vite mémorisé son prénom. Tamara
gaux, Ilona et Paco pour les bouledogues, Rosy la york- est aussi un fameux numéro, c’est la plus bruyante de la
shire, Darling la schnauzer nain, Lilas la bichonne, Tamara bande. Avec sa petite voix perçante, elle se manifeste dès
la shih tzu et enfin Victoire pour la westie.
que l’on entre dans la pièce afin d’être certaine de receMercredi 27, jeudi 28 avril. Les bénévoles et nous même voir sa part de câlin. Rosy, la vielle yorkshire de 13 ans
prenons notre vitesse de croisière car mine de rien douze est encore un peu timide et doit se demander si tout ce
chiens en plus demandant beaucoup d’attentions, disper- qui lui arrive est bien réel. Elle ne réalise pas encore que
sés dans trois endroits différents de la propriété dont il son cauchemar est terminé. Avec Lilas la bichonne, il va
faut s’occuper, cela prend du temps dans des journées déjà falloir faire preuve de beaucoup de patience car tant elle
bien chargées en temps normal.
apprécie la compagnie de ses congénères, tant elle craint
Vendredi 29 avril. Que de progrès en si peu de temps. La celle des humains.
petite Victoire qui ne s’alimentait pas accepte les sachets Samedi 30 avril, les chiens évoluent tellement bien que nous
fraîcheurs au thon et au poulet. Nous la sentons plus dé- décidons de leur offrir leur première liberté sur le parking. Une
tendue, elle ose même regarder aux alentours ce qui s’y fois les présentations faites, le spectacle qui s’offre à nous est
passe. Thérèse et Monique sont heureuses en constatant fabuleux. Ils courent, jouent, nous entourent de bisous, vienle changement positif du comportement de la petite si nent demander pour faire un câlin sur les genoux. Ils sont tout
rapidement. Margaux la bouledogue épileptique se sta- bonnement méconnaissables. La westie prostrée, qui n’osait
bilise, la confiance fait déjà son apparition, elle savoure pas nous regarder, dont nous ne pouvions garantir l’évolution
chaque moment de tendresse que nous lui offrons même la semaine dernière a fait place à une petite chienne pleine
s’il persiste encore dans son regard de nombreuses inter- d’entrain qui trône fièrement sur les genoux de Marc. Jamais
rogations. Paco, le petit mâle pour qui j’avais le plus de 9 un chien chez nous n’a aussi bien porté son nom : Victoire.
Catherine, notre vétérinaire les ausculte un par
un en ce lundi de Pâques. Les diagnostics sont
accablants et les pathologies nombreuses. De
longues semaines seront nécessaires pour leurs
divers traitements et suivis psychologiques
10
10
Dimanche 1er mai, aïe, aïe, aïe, Charlotte la plus jeune des
saint-bernard commence ses chaleurs. Cela bouscule tout
le planning des stérilisations et diffère son entrée dans la
meute de plusieurs semaines. Nous décidons alors en accord avec la vétérinaire de commencer les opérations plus
tôt que prévu étant donné la bonne évolution de la majorité des chiens.
Lundi 2 mai, 8h je suis à Mons avec Darling et Rosy, les
premières patientes à être stérilisées. Tout se déroule sans
problèmes. Rosy met un peu plus de temps pour se réveiller, normal, elle est plus âgée et beaucoup moins “speedée” que Darling. Dans l’après-midi, je défie qui que ce
soit de déterminer qu’elle a été opérée le matin même. Je
dois la tempérer et l’obliger à rester au calme afin d’éviter
d’éventuelles complications. Catherine me confie ce matin, qu’après sa visite lundi, elle pensait que nous allions
en perdre deux ou trois tant l’état général de certains était
préoccupant. Elle est heureuse de les voir récupérer à la
vitesse de l’éclair.
Mardi 3 mai, 8h30, je suis à Mons avec les mâles, Paco,
Bols ainsi que Benji que nous avons accueilli un mois plus
tôt mais qui n’a pas pu encore être castré car il a un gros
souffle au cœur qui n’avait pas été traité avant son arrivée
chez nous. Il a donc fallu attendre que son état cardiaque
s’améliore avant l’anesthésie. Catherine commence par
Bols le plus vieux mais aussi le plus lourd. Je peux vous
dire que déplacer un terre-neuve grassouillet endormi
vaut bien une séance de musculation en salle de fitness.
Elle enchaîne avec Benji pour qui une surveillance accrue
du cœur s’impose. Ouf, tout se passe bien. Et enfin, notre
petit “bouli” chéri, Paco. Catherine profite qu’il est anesthésié pour ausculter de manière approfondie ses pattes.
Sa conclusion n’est pas brillante, il a une malformation
congénitale des quatre membres. La manière dont elle
peut “tordre” ses pattes dans tous les sens sans rencontrer de résistance montre bien l’état de faiblesse de ses ligaments. Quant à ses rotules ce n’est pas mieux. Pauvre
chien, si jeune et déjà dans un tel état physiquement.
Quand on pense qu’il était le seul mâle présent à l’élevage,
on peut facilement imaginer quel genre de chiots étaient
produits là-bas. Je rentre avec les trois mâles, Paco est déjà
bien réveillé, Bols est conscient mais nous devons le déplacer avec la civière car il n’est pas encore stable sur ses
pattes. Nous l’installons à l’infirmerie sur un matelas au
sol. Il n’y restera pas longtemps, il veut déjà se lever. Benji
installé dans une cage de l’infirmerie mettra plus de temps
à récupérer de l’intervention mais le cœur a bien tenu, il
est maintenant hors de danger.
Zut, zut et zut, c’est Margaux maintenant qui débute des
chaleurs. Elle n’est pas en forme aujourd’hui. Elle a une
grosseur entre l’anus et la vulve ainsi qu’une violente
éruption cutanée qui la démange énormément.
20h, deuxième série de la journée, je suis de nouveau
à Mons cette fois avec Tamara la shih tzu et Lilas la bichonne. J’ai aussi emmené Margaux. La grosseur est un
prolapsus utérin, l’éruption cutanée est liée aussi à la production d’hormones. Ces pathologies sont la conséquence
des trop nombreuses portées que Margaux a été forcée
d’avoir. Margaux est une adorable chienne, une boule de
tendresse et de douceur, totalement détruite physiquement à seulement 3 ans. Elle gardera à vie des séquelles de
son exploitation passée. Il est certain et incontestable que
Margaux, Paco et Ilona n’auraient plus survécu longtemps
dans cet élevage. La liste des soins prodigués à Margaux
ne cesse de s’allonger, certains seront nécessaires quotidiennement afin de lui garantir la meilleure qualité de vie
possible. La stérilisation de Lilas se déroule sans aucun
problème. Pour Tamara, la surproduction dont elle a été
victime a laissé des traces et l’intervention s’avère plus
lourde que prévu. De retour à la maison, elles passeront
la nuit à l’infirmerie, dernière visite de contrôle à 23h30,
puis dodo.
Mercredi 4 mai, Nathalie en arrivant à 7h30 va en premier
voir les filles à l’infirmerie, elle m’appelle aussitôt, Lilas
a enlevé ses pansements et la cicatrice saigne. En effet,
mademoiselle Lilas n’a que deux fils mais n’a rien trouvé
de mieux que d’en arracher un. Coup de téléphone à Catherine qui donne ses instructions. Avec Monique arrivée
entre temps, je lui applique une couche d’alu spray, des
compresses et un bon bandage pour comprimer un peu le
tout. Dans la journée, plus de trace de sang, Lilas est raisonnable, elle ne touche plus à rien. Tamara restera aussi
à l’infirmerie un peu plus longtemps, elle reçoit une dose
plus forte que les autres d’antidouleur et anti-inflammatoires.
11
Après l’enfer, le paradis, nos rescapés profitent
déjà pleinement de l’espace de notre immense
parking, mais surtout des câlins prodigués par
notre équipe de bénévoles. Encore un peu de
patience avant de rejoindre le reste de la meute.
12
Ce jour est aussi un grand moment pour Bols qui est le
premier à rencontrer ses nouveaux copains. A peine entré
dans la grange, il bat joyeusement de la queue en reniflant
tous les chiens massés autour de lui. Vous pensez bien ce
n’est pas la meute des Petits Vieux qui va l’impressionner.
Il en a vu d’autres notre “Lion des Flandres”. D’emblée,
il en impose, les chiens y compris de grande taille le respectent d’instinct. En quelques secondes, Bols est reconnu
comme le patriarche par la meute.
Jeudi 5 mai, ce matin nous introduisons dans la meute
Darling la schnauzer, Rosy la york et Paco le bouledogue.
Un par un, sous la surveillance de Serge, ils font leur entrée. Darling et Rosy sont un peu intimidées face à tant de
sollicitations des congénères. Paco est plus à l’aise. Il repère
Clara qui face au même “modèle” qu’elle, n’apprécie que
moyennement de ne plus être l’unique bouledogue de la
maison. Si elle savait, la pauvre, que ce n’est qu’un début !!!
Vendredi 6 mai, 8h du matin, je suis une nouvelle fois
chez la vétérinaire avec Ilona et Victoire pour la stérilisation ainsi que deux chats qui doivent être auscultés. Catherine commence par Ilona car c’est une bouledogue très
typée au niveau de la face, ce qui rend plus délicate la respiration pendant l’anesthésie. A peine intubée, Ilona vomit de l’écume blanche dans le tube qu’il faut alors retirer.
L’incident passé, deuxième essai, elle ne vomit plus, Catherine commence à ouvrir mais très vite Ilona présente de
nouvelles difficultés respiratoires. Catherine me demande
alors de tenir la langue d’Ilona afin de faciliter le passage
de l’air. Catherine pratique l’intervention le plus vite possible afin de pouvoir rapidement réveiller Ilona. Un peu
plus tard Ilona reprend connaissance, tout va bien. La
stérilisation de Victoire se déroule au mieux, ici aussi, les
traces de la reproduction intensive sont visibles. A notre
retour, tout le monde est installé à l’infirmerie. Margaux
va un peu mieux aujourd’hui, les rougeurs sur ses flancs
se sont atténuées ainsi que les démangeaisons, par contre,
la poussée de son vagin vers la vulve augmente encore un
peu.
Cet après-midi, c’est le jour des anti-puces pour les chats.
A la fin des heures d’ouverture, Louise et moi appliquons
les pipettes aux 70 matous de Félinecity.
Samedi 7 mai, 8h, Monique arrive pour nettoyer les lo-
13
caux des nouveaux, la pièce où s’effectue le toilettage doit
être terminée à temps car Stéphanie sera là à 9h pour faire
une beauté aux pensionnaires qui doivent encore être tondus. Et oui, nos Petits Vieux ne sont pas oubliés malgré
toute l’agitation qui règne au sein du home depuis près
de deux semaines maintenant. Lorsque Louise arrive vers
10h, Serge lui annonce la mauvaise nouvelle, le tondeur de
moutons qui devait venir ce matin faire la tonte annuelle
des quatre brebis a téléphoné hier soir, il ne viendra pas
ce samedi car il est malade. La tonte est reportée à la semaine prochaine. Ce qui veut dire que les brebis que nous
avons passé plus d’une heure à faire rentrer dans leur abri
hier après-midi avec Marc, Josiane et Célie ont été libérées
et par conséquent tout sera à recommencer vendredi prochain. Grrrrrr, les brebis ont été stressées pour rien.
A 14h se déroule la promenade mensuelle de nos chiens.
Avec une demi-heure d’avance, les premiers promeneurs
sont déjà là, alors que Didier est encore occupé à nettoyer
la cour des chiens. Nous sommes à la fois impatients et
inquiets de voir la réaction de Bols, Rosy, Darling et Paco
face à tant de personnes en même temps.
Bols, le gros nounours, les accueille avec plaisir en balançant sa queue frénétiquement. Visiblement, il est heureux
de faire l’objet de tant de sollicitation. Il passe de l’un à
l’autre pour recevoir des caresses. Son attention est encore
plus intense lorsqu’il s’agit des enfants près desquels il
veut se blottir, ce qui crée des situations cocasses lorsque
ceux-ci sont plus petits et plus légers que lui. En mêmetemps là où tout le monde est mis sur le même pied d’égalité c’est lors de la distribution de bisous baveux, aucun
bras ni aucune jambe ne seront épargnés. Nous allons
devoir, lorsque les saint-bernard auront aussi rejoint la
grange, penser à faire à l’entrée une distribution d’essuies
éponge à tous les visiteurs.
Darling et Rosy préfèrent rester à l’écart de l’agitation et
ne mettront plus le bout de leur nez dans la grange avant
le départ des visiteurs. Néanmoins, elles se laisseront caresser par ceux qui iront à leur rencontre dans la cour.
Paco lui, nous regarde avec de grands yeux interrogateurs.
Il semble se demander ce qu’il doit faire ? Il tourne la tête
à gauche à droite, debout parmi tant de paires de jambes,
il reste songeur. Jusque là, dès que quelqu’un lui portait
Le moment tant attendu
est enfin arrivé. Coucou
les copains, on est là, on
va bien s’amuser tous
ensemble
14
un peu d’attention, c’était pour l’emmener près d’une femelle à saillir. Il faisait son “boulot” puis était remis en
cage jusqu’à la prochaine fois. Il semble se demander : “que
me veulent ces gens, qu’est-ce-que je dois faire ? Je dois juste
recevoir des caresses, faire des câlins sur les genoux dans les
divans, jouer, c’est ça mon travail maintenant ?”
Que de changements pour eux, en seulement deux petites
semaines. Chaque jour est une ouverture sur un monde
inconnu qu’ils vont pouvoir découvrir à leur aise.
Dimanche 8 mai, c’est la fête des mères. Le travail est à
faire, Louise vient aider le matin pour le nettoyage chez les
nouveaux avant d’aller dîner chez sa maman. Pour nous,
pas de fêtes en famille, nos mamans devront cette année
encore se contenter d’un coup de téléphone de notre part.
Nous introduisons dans la meute, Ilona la bouledogue et
Lilas la bichonne. Ilona retrouve Paco avec qui elle se met
à jouer. Elle court partout attrapant chaque jouet qu’elle
rencontre. Pas impressionnée pour un sou, Ilona a vite fait
le tour du propriétaire. Lorsqu’elle voit Clara, elle se précipite pour l’embrasser. L’accueil de Clara est plutôt glacial,
elle remet Ilona à sa place vite fait bien fait. Ici, c’est elle
la chef, on lui doit le respect, il n’est pas question de lui
sauter dessus sans ménagement pour lui faire de grosses
“lèlèches”. Ilona ne se formalise pas et repart aussi vite
vers ses jouets.
Lilas, qui reste la plus craintive envers les humains, me
saute hors des bras, pressée d’aller à la rencontre d’un aussi grand nombre de copains. Elle ne sait plus où donner de
la tête. Elle passe gaiement de l’un à l’autre, peu importe
la taille ou la couleur, elle leur fait la fête à tous. Pas de
doute, elle est super contente d’être dans une meute.
Nous avons préféré dans un premier temps prendre Tamara la shih tzu et Victoire la westie dans la maison car
Tamara a mis du temps à se remettre de son opération et
reste encore fragile et Victoire n’aime pas être entourée de
trop d’agitation, du moins pour le moment. Elles ont besoin de plus de temps avant de rejoindre la meute.
Lundi 9 mai, 7h15, je reprends, ce qui est presque devenu une habitude maintenant, la route vers Mons pour les
deux dernières stérilisations, celle de Marguerite la saintbernard et Cannelle la golden retriever. Les interventions
se passent au mieux. Pas de surprise, elles ont aussi fourni
leurs lots de billets d’euros au marchand de chiots.
Mercredi 11 mai, Cannelle et Marguerite rejoignent à
leur tour la grange. Elles y retrouvent leurs compagnons
d’infortune et font connaissance avec plein de nouveaux
copains. Les anciens commencent déjà à être blasés par
tant d’arrivants en si peu de temps. Après de brefs reniflements, ils n’y prêtent déjà plus attention. Marguerite et
Cannelle font le tour de la prairie à la découverte d’un espace plus grand que tout ce qu’elles avaient pu imaginer
du fond de leurs sombres cages.
Les lieux d’hébergements temporaires des chiens se vident, le nettoyage reprend un cours plus normal. Les
boîtes d’antibiotiques et d’anti-inflammatoires se terminent. Les cicatrices sont belles, les otites ne seront bientôt plus qu’un mauvais souvenir, les démangeaisons de la
peau aussi.
Margaux la bouledogue, devra encore prendre patience
avant de pouvoir rejoindre ses amis dans la grange ainsi que Charlotte qui après sa stérilisation partira dans sa
nouvelle famille où l’attend avec impatience Douglas le
saint-bernard de Nathalie qui a perdu sa copine Chloé emportée par un cancer, il y a quelques mois.
Nous avons bien évidemment adapté l’aménagement de
la grange en ajoutant des paniers, une grande couverture
de plus au sol pour la nuit, ainsi que des gamelles supplémentaires d’eau et de croquettes.
En conclusion, nous ne saurions qu’insister auprès des
personnes qui souhaitent avoir un chien de ne pas aller
dans les animaleries et les élevages toutes races afin de ne
pas cautionner ce type de commerce. Nous insistons sur
l’importance de choisir, si vous voulez absolument acheter
un chiot, un éleveur qui ne possède qu’une seule ou deux
races et de demander à voir les parents. Mieux encore serait d’aller adopter un chien dans un refuge. Ce ne sont
pas les chiens à adopter qui manquent qu’ils soient de race
ou non, jeunes ou moins jeunes, vous trouverez certainement le compagnon qui vous convient.
15
15
Si vous souhaitez faire un don en nature aux Petits Vieux et
que vous vous demandez ce qui serait le plus utile :
C’est ici que ça se passe
Vous retrouverez dans cette rubrique ce que nous utilisons à l’association et ce dont nous avons
quotidiennement besoin pour les animaux.
Nous accordons un soin tout particulier à la propreté des lieux de vie des animaux c’est pourquoi nous
faisons une grande consommation de :
- produits de nettoyage pour les sols à base
- lessives liquides ou en poudre et assouplisde javel
sants pour laver et adoucir les couvertures
- nettoie-tout pour les divans, fauteuils,
- essuie-tout,
tables etc...
- torchons, lavettes, éponges.
- produits vaisselle pour laver les gamelles,
- désinfectants style « dettol »,
- sacs poubelle gris,
Nous utilisons aussi :
- de la litière
- des boîtes de thon au naturel pour les
chats
- des jouets, laisses, colliers
- des nic-nac ou autres biscuits secs que
nous donnons en friandise aux chiens. Ces
biscuits sont faciles à manger même pour
les chiens qui n’ont plus de dents.
Pour le bureau :
- des rames de papier A4 (ou A3) pour imprimante Laser
- des timbres (grande consommation)
- des enveloppes
Divers :
-des lots de tombola
- des bics, marqueurs, crayons, ciseaux, papier collant ou tout autre article de bureau
- des CD, DVD, clés USB, etc...
- des shampooings, sprays et pipettes antiparasitaires
Pour la nourriture de nos protégés,
nous n’utilisons que les produits
naturels de la marque “Almo Nature”
Heures d’ouverture:
Du jeudi au samedi de
14h à 17h.
Fermé les jours fériés.
17
17
Vous pouvez désormais acheter les
produits “Almo Nature” dans notre
centre. La liste des articles vendus,
ainsi que leur prix, est disponible sur
simple demande (téléphone ou mail)
Parrainage : et pourquoi pas
un des petits nouveaux ?
Nous vous présentons ici un peu plus en détail le caractère de chacun des chiens sauvés de
cet élevage. Aucun d’entre eux n’ayant encore de parrain ou de marraine, nous espérons
que les brèves descriptions qui suivent vous permettront, pour ceux d’entre vous qui le
souhaitent, de choisir un ou une filleule à qui vous voudriez venir en aide.
Bols est un terre-neuve de 12 ans. Il a été immédiatement respecté par les autres chiens. Son gabarit
est aussi imposant que sa gentillesse. Bols déborde
d’affection. Il apprécie les caresses et profite de la
moindre attention qui lui est donnée. Il a aussi vite
découvert qu’un divan était bien agréable pour dormir. Lorsqu’un lévrier grogne pour défendre sa place,
Bols n’est absolument pas impressionnés et s’installe
sans y prêter la moindre attention. Il est également
joueur, il rapporte volontiers les balles ou les bouteilles en plastique qu’il adore mâchouiller.
Bols
Cannelle est une golden retriever de 9 ans. Cannelle
est un amour de chien. D’une extrême gentillesse, elle
est constamment en demande d’attention, de caresses
et de câlins. A la limite de l’exubérance, Cannelle saute
joyeusement sur tous les gens qu’elle rencontre sur
son passage. Elle est très dynamique, le grand terrain
dont elle dispose pour se défouler lui convient donc
parfaitement. Elle adore aussi les jouets. Cannelle a
déjà compris comment marcher en laisse, et apprécie les promenades dans la campagne. Dans la meute,
Cannelle est un charme, elle aime tout le monde.
Cannelle
18
18
Darling est un schnauzer nain de 2 ans. Darling est
une boule d’énergie. Elle se déplace à la vitesse de
l’éclair. Un peu distante de prime abord envers les
inconnus, elle se laisse néanmoins caresser par eux
mais en rampant sur le sol. Par contre dès qu’elle nous
entend entrer dans la grange, elle accourt en faisant
des bons pour que nous la prenions à bras. Elle nous
fait aussi beaucoup de câlins dans les divans sur lesquels elle commence à monter d’elle-même. Darling
reste beaucoup aux côtés de Rosy pour dormir.
Darling
Ilona est une bouledogue français de 2 ans. Ilona est
le clown du groupe. Elle se balade constamment avec
quelque chose en bouche, si elle ne trouve pas de jouet
qu’à cela ne tienne elle prend la première gamelle qu’elle
rencontre, l’emmenant qu’elle soit vide ou pleine. Avec Ilona nous sommes obligés d’être ordonnés car le moindre
objet oublié est immédiatement subtilisé par la petite
canaille. C’est une boule d’énergie, perpétuellement en
mouvement dont la respiration ne passe pas inaperçue.
C’est une Clara numéro deux que nous devrons surveiller
lors des visites parce qu’elle ne sait pas doser ses efforts,
préférant étouffer sur place plutôt que d’arrêter de jouer.
Lilas
19
Ilona
Lilas est une bichonne de 6 ans. Lilas est la plus peureuse du groupe envers les humains uniquement. Elle
fuit lorsque l’on tend la main vers elle. Elle ne souhaite pas être en contact avec les visiteurs pour l’instant, s’éloignant systématiquement d’eux. Par contre,
Lilas est au paradis au sein de la meute. Elle aime par
dessus tout la compagnie de ses congénères quelsqu’ils soient, grands, petits, introvertis ou extravertis
tous lui conviennent. Peut-être qu’un jour à force de
patience, Lilas accordera sa confiance aux humains
et acceptera de recevoir leurs marques de tendresse.
Seul l’avenir nous le dira.
Margaux est une bouledogue français de 3 ans. Margaux
restera la plus fragile physiquement. Elle est beaucoup
plus calme que Paco et Ilona. Margaux est une chienne
tellement attachante. Il faut aborder Margaux en douceur,
son regard est à la fois rempli de douleur et d’espoir. Elle
aime venir se blottir délicatement dans les bras en posant
sa tête dans notre cou. Elle resterait comme cela pendant
des heures. Parfois, le caractère du bouledogue remonte
un peu à la surface. En compagnie de Paco et de Ilona,
Margaux joue un peu à la mêle-tout mais cela ne dure jamais bien longtemps car elle a du mal à suivre le rythme
des copains. Elle préfère alors revenir faire un gros câlin
loin de l’agitation.
Margaux
Marguerite est une saint-bernard de 3 ans. Si vous
voulez de l’amour à profusion, Marguerite est la
chienne qu’il vous faut. Elle est, en effet, débordante
d’affection envers les humains. Il ne faut pas plus
de deux minutes pour être léché de la tête aux pieds
par une Marguerite tellement enthousiaste qu’elle ne
se rend pas compte de son gabarit ni de sa force. A
peine assis dans un divan et l’on se retrouve avec un
gros nounours de 50 kg sur les genoux. Marguerite
aime tout et tout le monde, elle croque la vie à pleines
dents. Elle marche bien en laisse et se fera un plaisir
de participer aux promenades.
Paco
20
Marguerite
Paco est un bouledogue français de 2 ans. Les premiers
jours, Paco était complètement perdu, il ne savait pas du
tout ce qu’il était sensé faire dans la grange. Il nous regardait sans cesse avec de grands yeux interrogateurs. Une fois
qu’il a compris que maintenant il pouvait vivre libre, Paco
s’est révélé être un gros dur au cœur tendre. Il garde ses
distances vis-à-vis des inconnus, par contre avec nous c’est
une boule d’amour qui vient mettre sa tête dans notre main
ce qui nous fait fondre le cœur. Pourtant nous devons rester
vigilants avec Paco car en bon Bouledogue mâle il a tendance à vouloir imposer sa loi aux autres chiens. Dans ces
moments il peut en plus compter sur le soutien de sa copine
Ilona qui n’hésite pas à prendre part à l’altercation.
Rosy est une yorkshire de 13 ans. Rosy est plus calme
et réservée. Elle ose venir à la rencontre des gens
pour demander une caresse mais en rampant. Pourtant, elle aime aussi les câlins et reste volontiers dans
les bras ou sur les genoux si quelqu’un la prend pour
l’y mettre. Rosy se tient principalement dans la cour
la journée, en même temps, elle commence doucement à trouver sa place dans la grange, ainsi nous
avons eu le plaisir de la voir couchée dans un panier
près de Fidji.
Rosy
Tamara est une shih tzu de 8 ans. C’est une petite
chienne très gentille qui aime les caresses et les câlins
qu’elle réclame abondamment. Elle a rapidement
pris goût aux jeux avec les petits chiens de sa taille.
Elle profite du soleil en faisant la sieste allongée dans
la cour. Des moments simples que Tamara savoure
tant cela lui était encore inconnu il y a quelques semaines. Elle sait aussi se faire entendre surtout au
moment du repas.
Tamara
Victoire est une westie de 6 ans. Après des débuts
difficiles où nous n’avions aucune certitude sur son
évolution, Victoire a déjà bien progressé. Totalement
prostrée à son arrivée, elle se déplace de plus en plus,
passant de l’intérieur à l’extérieur avec une certaine
aisance. Elle reste méfiante envers les humains, il
faudra certainement beaucoup de temps pour qu’elle
n’ait plus de crainte si toutefois elle y parvient un
jour.
Victoire
21
Journées “Portes Ouvertes”
les 25 et 26 juin de 10h à 17h
Profitez de votre passage chez nous pour repartir avec
une grande photo couleur A4 en compagnie de votre
filleul pour la modique somme de 5 E
(photo disponible immédiatement)
Contact direct avec les animaux - Visite libre des installations Découverte de Félinecity et de la “Grange-loft” des chiens Rencontre avec nos 12 nouveaux pensionnaires rescapés d’un élevage Stand informations - Boutique - Vente des produits Almo Nature - Tombola
Bar - Petite Restauration Végétarienne - Frites - Tartes, desserts
Histoire d’os
Bonjour chers amis,
Voici venu le beau temps et avec lui notre nettoyage de printemps.
Entendez par là, le passage obligatoire par la case toilettage.
Après l’hiver où nous ne sommes bien évidemment pas tondus,
notre toison bien fournie a grand besoin d’être rafraîchie. Et on
peut dire qu’il y a du boulot entre les caniches, les bichons, les cockers américains, les bouviers, les yorkshire, sans oublier les croisés
en tout genre, plusieurs samedis seront nécessaires à Stéphanie
pour que nous soyons débarrassés de nos manteaux d’hiver.
Alors c’est parti pour la ronde des tondeuses, ciseaux, peignes,
brosses, shampooing et essuies de toutes les couleurs. Pour certains, pas de soucis, ils aiment être bichonnés et se laissent faire
sans bouger. Ils restent patiemment assis ou debout sur la table
de toilettage, passent calmement sous la douche ainsi que sous
la soufflerie du séchoir. Après la coupe des ongles et le nettoyage
des oreilles, les voici beaux comme des sous neufs.
Pour d’autres par contre, il n’en va pas de même. Il faut être au
moins deux pour les toiletter et la tonte ressemble plus à un combat de catch qu’à une balade de santé. Ils n’aiment d’ailleurs pas
plus le bain. Après leur passage, la pièce ressemble à une piscine et
les toiletteuses sont trempées de la tête aux pieds. Même topos
lors du séchage, on dirait que certains sont montés sur ressort.
Pas question non plus de faire le moindre effort de coopération afin
que leur tête puisse être terminée correctement aux ciseaux, ce
qui leur confère alors un look moderne et original correspondant
bien sûr à la dernière coupe à la mode de Paris ou de Milan.
Et enfin la troisième catégorie est celle que l’on pourrait croire facile et pourtant ce n’est pas vraiment le cas. Il s’agit des plus âgés
d’entre nous ou des plus
paresseux. Ainsi pour
eux pas question de
rester debout pendant
la tonte ni même assis
d’ailleurs mais carrément couchés de tout
leur long sur la table.
Il ne reste plus qu’à
tondre une moitié de
chien puis le retourner
23
comme une crêpe afin de pouvoir faire l’autre côté. Pour le bain, ils
feront l’effort de rester assis. Savonner et rincer leur arrière-train
et leur queue s’avérera être un exploit. Pour les sécher, il faudra
opérer de la même façon que pour la tonte, un côté puis l’autre.
Restera alors à les maintenir à peu près debout pour les finitions.
Ceux d’entre nous ne possédant pas de poils à couper pensaient
être tranquilles et rigolaient bien du sort réservé à leurs copains
mais c’était sans compter sur Monique qui maintenant que les
journées ensoleillées sont de retour vient de nouveau donner les
bains à tous les poils ras. Pas de chance d’y échapper, ils devront
aussi passer par le bain et le séchage.
Même les quatre brebis qui vivent à Félinecity ont eu droit à la
visite d’un tondeur qui en moins de temps qu’il faut pour le dire les
a rendues toutes nues. Il a fallu beaucoup plus de temps à notre
équipe pour les rentrer la veille dans leur abri que pour ce professionnel les tondre.
C’est à se demander ce qu’ils ont ces humains avec cette obsession de passer tout le monde à la tondeuse dès que le mercure
atteint 20 degrés à l’extérieur !!! Bon allez, nous ne leur en voulons
pas, après tout, le résultat n’est pas si
mal, n’est ce pas ?
Je vous souhaite un bel été, à bientôt.
La meute des Petits Vieux.
En
Les hirondelles sont de retour
f
e
r
b
Depuis notre installation à Chièvres, il y a quatre ans, nous avons
la chance d’être entourés d’énormément d’oiseaux. Lors de la réparation du toit de la grange, nous avons absolument tenu à préserver le lieu de nidification des oiseaux qui occupaient les lieux
avant nous, en gardant une petite ouverture à la base du toit pour
leur permettre de continuer à accéder au grenier de la grange. La
poutre centrale de la charpente est donc parsemée de nids d’un
bout à l’autre. Toujours dans le même souci de protection des
oiseaux, nous avons implanté une haie mixte indigène tout le long
de la clôture côté extérieur soit 600 mètres de haies propices aux
oiseaux. Nous voyons aussi venir chaque année des hirondelles
qui nichent dans le bâtiment où vivent Sultan, Tabata et Bijou,
mettant au monde 4 bébés dont nous admirons les premiers essais
de vol au dessus de notre cour.
Agenda
Les 25 et 26 juin 2011 de 10h à 17h :
Journées “Portes Ouvertes”
Les 10 et 11 décembre 2011 de 10h à 17h :
Noël chez nos Petits Vieux
Tous les 1ers samedis du mois à 14h :
Promenade de nos Petits Vieux
prochaines dates :
le 4/06/2011
le 2/07/2011
le 6/08/2011
le 3/09/2011
Votre testament
Un sujet fort délicat et difficile à aborder. Nous vous
avouons que nous n’osions pas vous en parler, mais sur
l’insistance d’un grand nombre d’entre vous, nous nous
permettons de vous en toucher un mot, en espérant ne
pas vous choquer.
Sachez simplement que nous ne sommes mus par aucun
intérêt particulier en évoquant cette réalité. Notre seul
but est d’assurer la pérennité de notre action. Ensemble,
nous constituons un groupe à part, fondé sur une communauté de coeur et d’esprit nourrie par la passion commune des animaux. Lorsque l’un d’entre nous s’en va,
ceux qui restent doivent continuer le combat afin de pouvoir aider les survivants au-delà de l’échéance fatale car
l’amour des animaux est éternel et nos devoirs envers eux
24
24
ne connaissent pas de fin. Bien sûr,
nous souhaitons vous avoir en vie
à nos côtés et le plus longtemps
possible. Mais sachez que vous
êtes notre force et que celle-ci peut
durer et continuer à agir au-delà
du temps qui nous est imparti à
chacun ici-bas.
Si vous êtes conscients de l’importance de l’aide à la cause animale
à travers les limites du temps, voici une formule dont vous pouvez
vous inspirer. Vous pouvez obtenir sur simple demande,
par téléphone ou par écrit, notre brochure testament.
Compte IBAN
En b
ref
Les banques utilisent de plus en plus, surtout pour les virements
internationaux, les numéros de compte IBAN et BIC.
Nous vous communiquons donc ici, d’une part l’IBAN et le BIC de
notre compte bancaire belge chez ING : IBAN : BE58 3600 0347 9979
BIC : BBRUBEBB
et d’autre part l’IBAN et le BIC de notre compte bancaire en France au Crédit Agricole :
IBAN : FR76 1020 6081 1100 2348 6674 064
BIC : AGRISRPP802
La vente des produits “Almo Nature” chez
“Les Petits Vieux” : déjà un succès !
s’élève à 4€ (pour un maximum de 15kg). Pour plus de
renseignements sur le service Kiala vous pouvez consulter
leur site : www.kiala.be. Si vous n’avez pas d’accès internet,
vous pouvez nous contacter par téléphone, et nous servirons
d’intermédiaire pour vous. Un pas de plus de franchi pour
encore améliorer notre service de vente des produits “Almo
Nature”.
Vous le savez maintenant, nous sommes passés à une alimentation naturelle pour tous nos protégés. Ils bénéficient
déjà depuis plusieurs mois de la nourriture de marque Almo
Nature. Et le résultat est plus que satisfaisant. Plus de problème de peau chez nos amis félins, problèmes souvent liés
à une intolérance alimentaire et aucun risque d’allergie pour
nos toutous ne supportant pas le gluten. Les bienfaits de ces
produits ne font plus aucun doute pour nous. Raison pour
laquelle, nous avons voulu vous en faire profiter en revendant la marque en Belgique. Nous sommes donc devenus,
depuis mars 2011, un des points de vente “Almo Nature” en
Belgique. Et les commandes n’ont pas tardé à arriver. Nous
avons bien entendu dû un peu nous organiser, en créant un
espace de vente, un autre pour le stock (différent du stock
destiné à nos animaux), en adaptant notre comptabilité, etc...
Alors n’hésitez plus à commander au plus vite auprès de
notre secrétariat. Nous vous rappelons que tous les bénéfices
engendrés par ces ventes sont intégralement utilisés pour le
bien-être de nos protégés.
Une demande importante s’est alors présentée : beaucoup
d’entre vous ne savent pas se déplacer jusqu’ici pour enlever
la marchandise, ce qui nous a amené à nous renseigner pour
leur envoyer.
Nous avons décidé de travailler avec le service de transport
Kiala, déjà très répandu dans la vente par correspondance.
La seule condition est que vous ayez un accès internet, parce
qu’ils vous préviennent par mail de l’arrivée de votre colis
dans le point Kiala que vous aurez choisi sur leur site internet. Le prix de ce transport est très démocratique, puisqu’il
25
25
Le gang des Moustaches
Bonjour,
Je suppose que vous l’avez remarqué, ce trimestre, il n’y en a que pour les chiens dans cette
revue. Un dossier énorme sur les fameux 12
chiens d’élevage, le toilettage des chiens, l’éditorial de Serge avec comme principal sujet encore les chiens. Et les chiens par ci et les chiens
par là et patati et patata. En plus, de remplir
quasi entièrement cette revue, ils envahissent
tout l’espace disponible dans la propriété. A un moment, il y en avait
dans la grange, dans la pièce d’isolement chiens, dans NOTRE nouvelle infirmerie, dans le chalet sur le parking avec un jardinet comme
disent Valérie et Serge et devinez où il donnait ce jardinet ? ... le long
de notre clôture bien sûr, et pour couronner le tout, même le parking
en dehors des heures de visites est devenu une plaine de jeu pour
toutous en détresse.
Alors d’accord, je veux bien qu’ils aient été malheureux, qu’ils aient
besoin de soins mais trop c’est trop. Partout, partout, absolument
partout où nous regardions, il y avait des cabots, alors ne venez pas
me dire que ce n’est pas de la provocation, hein ???
Comme toujours, la question a divisé au sein de Félinecity. Certains
de mes congénères n’y voyaient pas d’inconvénients, au contraire,
ils n’ont pas hésité à fraterniser avec l’envahisseur. Et vas-y que
je me frotte le long de la clôture et vas-y que je vienne faire neznez avec les grosses truffes baveuses. Beurk, rien que d’y penser
je suis écoeuré. Mais comment Capucin, Sweety, Sheba, des chats
avec autant de classe, de charisme et d’autorité peuvent-ils autant
apprécier la proximité de ces êtres, comment dire, de ces êtres….il
faut bien l’avouer…..de ces êtres rustres.
Et bien oui, tout le monde sait, que les chats sont bien plus intelligents, raffinés, délicats, gracieux qu’eux. Regardez par exemple, le
bouledogue français, on dirait qu’il a oublié de s’arrêter avant le mur
avec son nez tout écrasé, il a des gros yeux globuleux et d’énormes
oreilles, quand il fait un peu d’exercice ou qu’il a chaud, il fait autant
de bruit qu’une locomotive à vapeur, mais en plus il doit sûrement
être en grande partie responsable du trou dans la couche d’ozone
tant son émission de gaz est importante. C’est tout ce qu’il y a de
plus élégant, n’est ce pas ?
Il y a aussi les usines à salive qu’ils nous ont ramenés, terre neuve et
saint-bernard réunis et vous avez de quoi remplir une piscine.
Et bien sûr le tableau ne serait pas complet sans les petits machins,
genre piles électriques, qui remuent sans cesse dans tout les sens
façon pub pour Duracel, j’entends par là les york, bichons, schnauzer
et shh tzu réunis.
Ah, on peut dire qu’ils nous ont gâtés sur ce coup là.
Nous avons donc décidé d’agir en envoyant une lettre de protestation auprès des plus hautes instances de l’association afin de
défendre nos droits, notre territoire et notre intégrité féline.
Nous sommes et nous resterons majoritaires en nombre au sein des
Petits Vieux. Nous réclamons en compensation que le prochain trimestriel soit exclusivement consacré aux chats.
Nous avons d’ailleurs organisé une grande manifestation devant le
portail d’entrée de Félinecity afin de sensibiliser nos dirigeants face
à cette injustice flagrante. Manifestation qui a rencontré un franc
succès auprès de nos adhérents félins.
Nous espérons avoir été entendus, nous ne manquerons pas de vous
tenir informés de la prise en compte ou non de nos revendications.
Chers membres, chers parrains, chers amis, je vous remercie de votre
attention pour ce tout petit espace qui nous a quand même été
consacré et vous dis à très bientôt.
Votre dévoué, Poussy.
26
Comment arriver chez Les Petits Vieux ?
* En venant de Liège, Namur, Charleroi ou Mons : prendre la E42 (autoroute de Wallonie) en direction de Mons, prendre la sortie
23 bis Nimy - Ath en direction de Ath. Suivre la nationale N56 vers Ath. Après Lens, au premier rond-point, tourner à gauche vers
Chièvres. Suivre le plan ci-dessous
* En venant de Bruxelles : prendre la E19 vers Mons - Charleroi, sortir à Halle et prendre l’A8 ou E429 vers Ath -Tournai. Prendre la
sortie 29 Lessines - Ghislenghien. Prendre direction Ghislenghien. Arrivé à la N7 (4 bras) continuer tout droit vers Chièvres, 200m
plus loin, tourner à droite, toujours vers Chièvres. Continuer cette même route en traversant les campagnes et autres villages. Vous
arriverez au rond-point de la N56. Traversez le rond-point et continuez tout droit vers Chièvres. Suivre le plan ci-dessous
* En venant de Tournai, prendre l’A8 ou E429 vers Ath - Bruxelles. Sortir à Ath et suivre la direction Mons - Chièvres. Arrivé au rond
point de Chièvres sur la N56, prendre à droite vers Chièvres. Suivre le plan ci-dessous
venant de Ath
ou Tournai
A partir du rond-point de Chièvres sur la N56 :
venant de
Bruxelles
Continuez cette route, passez la place de Chièvres et
prenez la 2ème rue à droite (rue Dudley Gordon) en
direction de Beloeil et Grosage. La 3ème rue à droite,
est la rue de la Grandeur, 600m plus loin, vous y êtes.
Rond-point de Chièvres sur la N56
venant de Liège,
Charleroi, Namur
ou Mons
Heures d’ouverture:
Du jeudi au samedi de
14h à 17h.
Fermé les jours fériés.
its
Pet
LesVieux
Tél : 068/28.07.11
Fax : 068/28.24.54
www.lespetitsvieux.be
27
Tongre-Saint-Martin (Chièvres)
Les Petits Vieux
rue de la Grandeur, 6
7950 Chièvres
(Tongre-Saint-Martin)
27
ING : BE58 3600 0347 9979
Editeur responsable: Luycx Valérie, rue de la Grandeur, 6 - 7950 Chièvres
www.lespetitsvieux.be
Si, comme nous, vous êtes
convaincus de la qualité des
produits naturels d’ “Almo
Nature”, et que vous désirez
les utiliser pour le bien-être de
votre chien ou de votre chat,
vous pouvez vous les procurer
chez nous.
La liste des articles que nous
revendons, ainsi que leur prix,
est disponible sur simple
demande (068/28.07.11 ou
[email protected]).
Nos publications sont indispensables et leur prix calculé au plus
juste. Après avoir lu cette revue,
ne la jetez pas ! Donnez-la à un
ami des animaux ou déposez-la
dans une salle d’attente.
Aidez-nous, devenez
membre des Petits Vieux
Membre adhérent : 12,5 E
Membre sympathisant : 25 E
Membre protecteur : 125 E
Membre à vie : 500 E
Tél : 068/28.07.11 - Fax : 068/28.24.54 - [email protected] - ING: BE58 3600 0347 9979