pdf 108 ko

Commentaires

Transcription

pdf 108 ko
L’EXPRESSIONNISME ALLEMAND
Nommé ainsi car il se développe essentiellement en Allemagne et dans les pays germaniques entre
1900 et 1925. Les peintres s’éloignent des préoccupations purement plastiques et rejettent la
représentation insouciante de la réalité, qui avait caractérisé précédemment les Impressionnistes.
La peinture angoissée du Norvégien Edvard Munch, la touche passionnée de Vincent Van Gogh, le
synthétisme de Gauguin et les libertés esthétiques de Toulouse Lautrec avaient annoncé ce
mouvement, mais pour les Expressionnistes, le renouveau ne doit pas être seulement celui des
formes mais d’une nouvelle naissance de la pensée : L’art est le moyen d’exprimer les névroses
individuelles et une conscience souvent révoltée face au malaise économique et social d’une société
qui court à la guerre de 1914. Les œuvres, oppressantes ou agressives, présentent une humanité
dérisoire et pathétique, elles exposent sans pudeur la misère physique et morale. La représentation
sommaire suggère le drame par la déformation. Les toiles présentent des accords colorés violents et
des tons salis. Le coup de pinceau brutal laisse des traces vigoureusement empâtées et rugueuses.
L'Expressionnisme est issu de deux associations artistiques :
"Le Pont" (Die Brücke) est fondé à Dresde en 1905, par quatre
étudiants en architecture : Schmidt-Rottluff, Bleyl, Heckel et
Kirchner. Ceux-ci souhaitaient fédérer les artistes révolutionnaires.
Nolde rejoindra ainsi l'association.
Des lignes simplifiées, anguleuses ou souples, et des coloris
violents caractérisent la peinture des artistes de Die Brücke. Même
si en 1913 l'association Die Brücke est dissoute par ses membres,
le mouvement expressionniste se développera entre 1900 et 1925,.
A l'époque, les oeuvres sont souvent agressives ou oppressantes.
L'accent est mis sur le refus des règles.
Schmidt-Rottluff 1911
Jawlensky 1909
La "Nouvelle Association d'artiste" est fondée par les
peintres russes Alexeï von Jawlensky et Wassily
Kandinsky en 1909 à Munich. Celle-ci est également
appelée le "Cavalier bleu" (Der Blaue Reiter) en raison
du cavalier qui traverse les toiles expressionnistes et
lyriques de Kandinsky, devenu le symbole du groupe en
1911 et dont l’idée commune était la "création intérieure".
Les toiles parlent des souffrances et des névroses de
l'homme d'une façon instinctive, des sujets dramatiques,
mystiques ou érotiques, et de la vie douloureuse et de la
mort. Les paysages sont écorchés et les individus
désabusés.
Les couleurs sont intenses, entrechoquées, les formes
souvent
désagrégées,
tranchées,
tourmentées,
simplifiées, anguleuses, agressives, les figures
provocatrices, l'état psychologique tortueux, morose,
parfois meurtrier, impulsif.
La politique culturelle du régime national-socialiste, interdira l'expressionnisme allemand et
organisera l'exposition itinérante de "l'Art dégénéré" en 1937. Les artistes expressionnistes quittent
le pays pour les États-Unis.
Sources : http://www.artyst.net/03Mouvements/Expressionnisme.htm
http://pedagogie.ac-toulouse.fr/culture/epargne/frantapistes.htm
Formatage, ajouts, retraits :
Ph.Dufner – Sept 2005