La rivoluzione del sushi: niente mance

Commentaires

Transcription

La rivoluzione del sushi: niente mance
Épreuves d’admissions Traduction & Interprétation
Mercredi 19 juin 2013
Traduction Italien - Français
Durée : 1 heure
Matériel électronique ou dictionnaire non autorisé
La rivoluzione del sushi: niente mance
Le mance fanno parte dell’economia di New York, ma un ristorante di sushi sceglie di
rinunciarvi. Nella Grande Mela camerieri, baristi, tassisti, parrucchieri e dipendenti in genere
del terziario hanno posti di lavoro saltuari con remunerazioni settimanali non elevate e di
conseguenza le mance vanno a completare la retribuzione.
È un elemento che consente al mercato del lavoro estrema flessibilità: se i clienti aumentano,
un ristorante assume nuovi dipendenti perché buona parte del loro stipendio viene dalle mance
che, per convenzione, vanno dal 15 al 20 per cento del totale. E se i clienti diminuiscono, il
personale viene licenziato. Ma Sushi Yasuda, uno dei ristoranti giapponesi più gettonati di
Midtown a Manhattan, ha deciso di andare controcorrente e abolire del tutto le mance al
personale. Il proprietario ha rivoluzionato il rapporto con i dipendenti perché gli garantisce
ferie pagate, permessi per malattia e una copertura sanitaria.
È un cambiamento epocale che ha una doppia motivazione: da un lato Rosenberg afferma che
«in questa maniera al termine di un pasto che è anche di contemplazione del cibo il cliente
non viene obbligato a fare rudimentali conteggi sui dollari e centesimi», e dall’altro assicura
che «comunque non c’è remissione perché abbiamo alzato i prezzi del 15 per cento e dunque
le entrate restano stabili».
Sushi Yasuda ha 45 posti, registra quasi sempre il tutto esaurito a pranzo e cena, Resta da
vedere se altri ristoranti seguiranno l’esempio.
La Stampa
13/06/2013
Épreuves d’admissions Traduction & Interprétation
Mercredi 19 juin 2013
Traduction Français - Italien
Durée : 1 heure
Matériel électronique ou dictionnaire non autorisé
A l'heure des smartphones et des tablettes et d'une génération d'enfants qui a grandi avec
les nouvelles technologies, quelle stratégie numérique pour l'école? Vincent Peillon , le
ministre de l'Education nationale, est en déplacement ce lundi au lycée Diderot dans le XIXe
arrondissement de Paris pour faire le point sur un plan sur quatre ans. Quels sont les
changements à noter à la rentrée pour les élèves et le corps enseignant? Pas de numérique
à l'école sans ordinateurs - voire tablettes - et accès à internet. Or, comme le reconnaît le
ministère, la France est "confrontée à de grandes inégalités, entre les niveaux
d'enseignements mais aussi entre les territoires". L'un des objectifs est donc de "combler
notre retard en matière d'équipement". La France reste à la traîne pour l'utilisation du
numérique à l'école, classée 24e sur 27 par l'OCDE. On compte un ordinateur pour 10 élèves
dans les écoles élémentaires, un pour 5 en collège et un pour 2,7 en lycée. Ce sont les
collectivités locales qui sont en charges des équipements et infrastructures. Mais le
ministère de l'Education nationale promet l'ouverture d'une boutique "école numérique" à
la mi-juin avec une extension de l'offre de tablettes tactiles, un renouvellement de l'offre de
tableaux blancs interactifs.
(205 mots)
De Numérique à l’école : ce qui va changer, L’Express du 10 juin 2013

Documents pareils