Communiqué de presse

Commentaires

Transcription

Communiqué de presse
À L’ATTENTION DES RÉDACTEURS DE NOUVELLES : Pour diffusion immédiate
L’enquête de l’Ombudsman révèle le « danger » des réunions à huis clos
TORONTO (25 avril 2008) – L’Ombudsman de l’Ontario, André Marin, a rendu public aujourd’hui un
rapport avertissant les conseillers municipaux de Sudbury que leur réunion à huis clos à propos du récent
scandale des billets du concert d’Elton John était à la limite de la légalité.
Le rapport de l’Ombudsman, intitulé Porte ouverte sur le scandale des billets du concert d’Elton John,
explore la nouvelle loi de la province sur les réunions à huis clos dans un détail sans précédent. Il a été
déposé à Queen’s Park en raison du mérite qu’il présente pour tous les Ontariens qui s’intéressent à la
transparence dans l’exercice du gouvernement local.
Notant que les réunions à huis clos sont « dangereuses » car elles suscitent les soupçons du public,
M. Marin a incité « les politiciens locaux à longuement réfléchir avant de fermer les portes et de jeter
l’ombre sur leur discussion ».
La controverse a éclaté à Sudbury à propos du concert à guichet fermé du 12 mars, quand le public a
découvert que 13 membres du conseil avaient pu acheter d’avance 120 billets. Le maire leur ayant
demandé de rendre une partie de leurs billets, 10 conseillers se sont réunis en privé le 20 février pour
discuter la logistique du processus. « Ce qui s’est passé le 20 février ne paraissait pas parfaitement franc »
a souligné M. Marin. Et d’ajouter : « Il ne faut pas s’étonner alors que la méfiance ait conduit au dépôt
d’une plainte à mon bureau. »
L’Ombudsman a conclu que, comme la réunion n’avait pas mis en jeu « l’exercice du pouvoir
municipal », elle ne constituait pas techniquement une « réunion » au sens de la loi. Mais il a précisé que
ceci n’était pas une affaire où l’exonération de la faute devrait être revendiquée. Depuis, le conseil de
Sudbury a voté publiquement pour mettre fin à la pratique qui permettait aux membres du conseil
municipal de se procurer d’avance des billets pour les événements à l’aréna municipale.
À compter du 1er janvier 2008, le public peut déposer officiellement plainte à propos des réunions
municipales à huis clos. L’Ombudsman est l’enquêteur chargé de ces plaintes, sauf dans les quelque
250 municipalités qui ont choisi de nommer leur propre enquêteur.
Le rapport sur le conseil municipal de Sudbury est le second de l’Ombudsman en vertu de la nouvelle loi.
On peut consulter le rapport complet et trouver plus de renseignements sur la Loi sur les municipalités et
les plaintes relatives aux réunions à huis clos à www.ombudsman.on.ca.
-30Available in English
M. Marin accordera des entrevues aux médias au téléphone aujourd’hui, de 12 h à 14 h
uniquement. Pour obtenir une entrevue, appeler :
Linda Williamson
Chef, Communications et Relations avec les médias
Tél. : 416-586-3426
[email protected]