Synthèse de l`article de F. Héran, Ined

Commentaires

Transcription

Synthèse de l`article de F. Héran, Ined
Synthèse de l’article de F. Héran, Ined
Ni "massive" ni "majoritairement clandestine" ni "prolifique" ni "misérable" ou "insaisissable", selon
François Héran, l'immigration "reste à découvrir".
§
Un "pays d'immigration massive" ?
Au vu des chiffres, la France ne l'est plus depuis vingt-cinq ans. Aujourd'hui, le solde migratoire (les
entrées moins les sorties) est estimé à 65 000 personnes, soit 20 % de la croissance démographique.
En Espagne, l'immigration représente 82 % de cette croissance, en Italie 97 % et en Allemagne 150 %.
Première explication : la France compte chaque année 200 000 naissances de plus que de décès.
Quant à l'immigration, très réduite par rapport à nos voisins, le chercheur en trouve la cause principale
dans le faible taux de croissance économique de notre pays.
§
Le taux de fécondité de la France
Les femmes immigrées sont trop peu nombreuses pour que leur fécondité, légèrement supérieure à
celle des Françaises, ait une influence décisive sur le taux de fécondité générale du pays. "Les jeunes
issus de l'immigration, et désormais visibles dans l'espace public, sont nés il y a quinze ou vingt ans. Ils
sont le fruit d'un régime de fécondité largement révolu", affirme François Héran.
§
L'immigration irrégulière
La difficulté à se procurer des chiffres exacts sur les "sans-papiers" nourrit le fantasme d'une
immigration clandestine massive. La France a régularisé, en 1982, 132 000 immigrés clandestins et
satisfait, en 1997-1998, 90 000 demandes sur 130 000. Certaines personnes résidaient sur le territoire
depuis plus de dix ans, ce qui permet au chercheur d'estimer à 13 000 par an le nombre d'entrées
irrégulières.
"On est loin des opérations de régularisation de très grande envergure qu'ont dû mener l'Espagne, l'Italie
et la Grèce ces cinq dernières années, avec des effectifs de demandeurs qui ont parfois excédé le demimillion."
§
Les statistiques
La statistique publique est impuissante à comptabiliser les immigrés mais les démographes peuvent
utiliser différentes sources pour en contourner les difficultés. Changer les modes de recensement,
rendre obligatoire l'enregistrement des immigrés ne serait, selon le directeur de l'INED, qu'un retour au
régime de Vichy.
Exemple : une partie des personnes âgées, ayant migré en France il y a longtemps, tendent à se
déclarer rétrospectivement "Françaises de naissance", au lieu d'indiquer qu'elles ont acquis la
nationalité.
"Il serait absurde de dénoncer là une fausse déclaration et de sommer l'INSEE d'y mettre bon ordre :
c'est à l'évidence, un signe d'intégration accomplie", estime François Héran.

Documents pareils

Le temps des immigrés - Territoire et Lien Social

Le temps des immigrés - Territoire et Lien Social Il est tout d’abord à préciser que l’auteur s’adresse déjà à un public averti et emploi des termes techniques, qui ne sont pas forcément accessibles à tous. Cependant cet essai à le mériter d’expos...

Plus en détail

La France serait un « pays d`immigration massive - CCFD

La France serait un « pays d`immigration massive - CCFD On sait, par exemple, qu'une fraction croissante des personnes âgées ayant migré en France dans leur jeune âge tendent avec le temps à se déclarer « Françaises de naissance » au lieu de continuer à...

Plus en détail

télécharger la note de lecture complète

télécharger la note de lecture complète mouvements déclenchés lors du printemps arabe, sur la gestion de l’espace Schengen ou, encore tout récemment, sur l’accès des étudiants étrangers au marché du travail français… Certes, un enjeu, de...

Plus en détail

Le temps des immigrés

Le temps des immigrés mais l’infusion durable. Nous sommes un vieux pays d’immigration, le seul grand pays d’Europe à connaître depuis le XIXe siècle des flux à la fois persistants et modérés, à de rares interruptions p...

Plus en détail