Ecrits - Alizé-kiné

Commentaires

Transcription

Ecrits - Alizé-kiné
ECRITS DE LA MARGE
Ce serait bien
« Une définition par trop simpliste est donc dangereuse. Elle détermine abusivement ce
qui est normal ou non et engendre une mise à l’écart, voire une exclusion. Toute
réduction qui circonscrit l’homme en niant l’unicité de l’individu confond l’accident et la
substance. Semblable méprise recouvre des formes souvent insidieuses. Un sourd me dit
un jour qu’il était fier d’être sourd. Pour ma part, je ne me suis jamais senti fier ni de
mes spasmes, ni de mon handicap. Une seule fierté m’habite : être un homme avec des
droits et des devoirs égaux, partager la même condition, ses souffrances, ses joies, son
exigence. Cette fierté nous rassemble tous, le sourd comme le boiteux, l’Ethiopien comme
le bec-de-lièvre, le juif comme le cul-de jatte, l’aveugle comme le trisomique, le
musulman comme le SDF, vous comme moi. Nous sommes des Hommes ! »
Alexandre Jollien, Le métier d’homme, éditions du Seuil, 2002
Le geste technique serait-il
désormais le seul horizon d’un métier
qui ne sait plus ce qu’il est, ni ce qu’il
propose vraiment?
Car, au fond, c’est métier
d’homme, comme dirait Alexandre
Jollien.
C’est métier d’Homme que nous
Je vais être dur, mais ce serait
bien de conjurer la fin programmée.
Je ne vous annonce pas une
mauvaise nouvelle de plus venue
pratiquons : métier qui ne voit jamais
des corps mais des êtres en
souffrance.
Métier que la techno-science
bloquée aux années soixante, réduit
d’un gouvernement qui ne brille que
par ses reniements.
Je vous parle de vous, de moi,
de nous.
Je vous parle de ces gens qui
à ne regarder que signes
pathologiques, soins à accorder pour
« réparer », ou plutôt confier à des
appareils, faute d’un nombre suffisant
de thérapeute, ce qui pourrait être fait
siègent partout en notre, en votre
nom qui ne défendent plus qu’euxmêmes et leurs sièges honorifiques.
Les uns sont ordinnés, parfois et
même souvent siègent aussi dans les
manuellement et intellectuellement si
nous nous savions en préserver le
temps et l’esprit.
Revenant d’Aix-les-Bains, j’ai
noté le propos d’un chirurgien
Unions Régionales de santé. Tous
n’ont aucune vision politique.
Ils vont où les Agences
Régionales de Santé, relais d’un
ministère qui n’a de santé que le
confiant dans les arthro-moteurs
Par Xavier Lainé
Ce serait bien si enfin il était
possible de renouer avec quelques
passions.
Je vous comprends.
Je ne vous excuse pas.
Vous aviez la porte entrouverte,
vous n’en avez pas profité.
Je vous comprends.
Un peu lassant tout de même,
d’entendre parler sans cesse des
mêmes choses : des genoux, des
dos, des hanches ou des épaules
comme s’il en pleuvait.
Des opérations et des
techniques prétendues miraculeuses
mais qui, en fait ne changent rien, ou
si peu.
Comment venir en aide, dans un
monde pathogène?
nom, les poussent.
Ils vont au devant des désirs de
ceux qui, politiquement voudraient
bien se débarrasser d’un métier qui
n’a jamais pris le temps de se définir
et que le pouvoir ne voudrait pas voir
définir.
Actu'Alizé - N°38 - Octobre 2016 - 7
Vous souhaitez réagir, poser une question à
l’auteur ?
[email protected]
ECRITS DE LA MARGE
faute de kinésithérapeutes en nombre
suffisant, faute aussi d’un temps
Chose incompréhensible que la
médecine, donc notre métier
Celles et ceux qui depuis six ans
sont venus et ont testé l’expérience
suffisant, les référentiels
limitant le nombre de
quarante.
Et rien ne fut dit
relever d’une éducation
d’Homme puisse ignorer que
désormais un tout ne peut être
réductible à la somme de ses parties
et que dans un ensemble en équilibre
instable, le moindre petit changement
des ateliers Feldenkrais savent qu’il
est une ouverture vers l’Homme dont
nous ignorons tout, ou presque, à
moins de réactualiser nos
connaissances et d’envisager une
peut engager de grands
bouleversements de tout le système.
Peut-être d’ailleurs,
retrouverions-nous un certain
enthousiasme à défendre nos
profonde réflexion sur ce merveilleux
écosystème qu’est l’Homme dans
son essence.
C e s e r a i t c o n j u r e r l a fi n
programmée d’un métier sacrifié sur
d’une déontologie imposée par un
ordre dont nous n’avons pas choisi
l’existence, nous pratiquions selon
« les critères de la science actuelle ».
Car celle qui séparait les parties
particularités professionnelles si
seulement nous ouvrions nos portes
à quelques pensées plus innovantes.
l’autel des quelques technocrates qui
siègent partout, vidant depuis
longtemps notre substance pour
mieux vendre un savoir sans rapport
avec les réalités humaines.
pour prétendre comprendre le tout à
fait long feu depuis cinquante ans.
La physique quantique et postquantique est passée par là, nous
invitant à un soupçon de relativité.
Alain Berthoz, et vous serez édifiés
sur cette autre perception des choses
qui permettrait de redorer le blason
d’une kinésithérapie véritable,
entendue, comme son étymologie
Les phénomènes entropies dans les
mouvements chaotiques ne datent
pas d’hier, la systémique et la
complexité ont imprégné toutes les
recherches fondamentales, y compris
nous y invite, au sens de « soin par le
mouvement », et nous pourrions
damer le pion des fervents d’une
physiothérapie où nos patients se
perdent et nous tournent le dos.
de la HAS
séances à
qui puisse
à la santé
permettant peut-être d’éviter
l’intervention chirurgicale.
C’est métier d’Homme que nous
pourrions pratiquer si, relevant le gant
Lisez donc Antonio Damasio, ou
la biologie.
Actu'Alizé - N°38 - Octobre 2016 - 8