Le lycée Pierre Paul Riquet inaugure sa salle de

Commentaires

Transcription

Le lycée Pierre Paul Riquet inaugure sa salle de
Toulouse Saint-Gaudens Revel Auterive Villefranche-de-Lauragais Carbonne Fonsorbes Grenade Fronton Caraman Cazères Autres villes
Actualité> Grand Sud> Haute-Garonne > Saint-Orens-de-Gameville
Publié le 28/10/2016 à 08:52
Le lycée Pierre Paul Riquet inaugure sa salle de musculation
Éducation - Écoles
On coupe le traditionnel ruban./Photo DDM, L.Ch
Le lycée Pierre Paul Riquet a récemment inauguré sa salle de musculation. Jean-Marie Théron, proviseur, a eu à cette occasion le plaisir de
recevoir Dominique Faure, maire, accompagnée de nombreux élus dont André Puis, conseiller délégué aux sports, Aude Lumeau-Préceptis,
conseillère régionale, Muriel Pruvot et Bernard Bagnéris, conseillers départementaux, Christine Fil, inspectrice d'académie d'EPS, les enseignants
et les élèves.
C'est Loriane, élève de terminale S, qui apportait les ciseaux pour couper le ruban. Frédéric Cazes, professeur d'EPS, faisait la présentation de la
salle d'une superficie de 241 m2 ainsi que de son matériel moderne et adapté. Le coût de l'opération est de 332 616 financés à hauteur de 249
000 par la ville de Saint-Orens et par une subvention de 83 000 de la Région Occitanie – Pyrénées Méditerranée. La nouvelle salle
complétera de manière efficace les équipements sportifs existants dans le lycée – et plus largement dans la commune – et permettra à de
nombreux jeunes d'élargir l'éventail du choix de pratique qui leur est offert. Ce nouvel équipement s'inscrit parfaitement dans la dynamique
impulsée par la ville en faveur de la pratique sportive mais aussi de la réussite scolaire, devait déclarer Dominique Faure, elle faisait l'historique
du projet : «il faut souligner que la discipline «musculation» est une épreuve (en option) comptant pour le Baccalauréat. Aussi, la construction
d'une vraie salle de sport, s'est imposée comme une évidence». Il est probable que la salle intéressera à terme un plus grand nombre
d'associations ; pour l'heure seules deux associations – basket et tennis – proposent déjà des séances de renfort musculaires. Le proviseur
précisait : «Vous savez combien ce projet était important pour l'établissement porté par mes prédécesseurs et par l'équipe pédagogique. Fiers de
la qualité de son enseignement, de ses résultats, il n'en demeure pas moins que notre lycée souffre d'un manque de locaux sportifs lui permettant
d'exprimer tout son dynamisme pédagogique et éducatif. La conseillère régionale exprimait sa satisfaction de la participation de la région.»
L.Ch