Dossier spectacle 2013 - Confédération War`l Leur

Commentaires

Transcription

Dossier spectacle 2013 - Confédération War`l Leur
SAISON 2013
C
CEERRCCLLEE DDEE : BEUZEC CAP SIZUN
Présentation spectacle
Spectacle (suite) thématique
I/ Présentation du groupe
1.1 – Historique
Présenter succinctement votre groupe
Fondé en 1969, le Groupe des Bruyères est une association regroupant 230
membres répartis entre Bagad, Cercle, Ecole de danse et de musique. Le Groupe remplit
un rôle, à la fois culturel et social, ce qui en fait un des acteurs essentiels de la vie
associative du Cap Sizun.
Le bagad évolue cette année en seconde catégorie de la fédération Bodadeg Ar
Sonerion.
Le cercle, lui, est classé en première catégorie de la Confédération War’l Leur, et
obtient en octobre 2012, le titre de Champion de Bretagne.
C’est la première fois que le cercle gagne ce titre de Champion de Bretagne. Une
belle récompense pour le cercle, mais aussi pour le bagad, tant les deux sont liés.
1.2 – Choix artistique
Présenter ici vos orientations artistiques, vos choix de mise en scène … Ce paragraphe doit permettre
de comprendre vos propositions scéniques. (ex : orientation globale de votre travail (êtes-vous
orientés plutôt vers la mise en scène de vos danses ou plutôt sur une recherche chorégraphique avec un
fil rouge ou non)
Le cercle de Beuzec fait le choix de mettre en scène des thèmes propres à son
terroir.
Après avoir étudié et présenté le monde paysan, les foires et marchés du Cap Sizun
en 2012, le cercle présente, en 2013, une autre facette de son terroir, le monde maritime.
I/ Présentation de votre spectacle (de votre suite)
2.1 – La thématique
Présenter ici le point de départ de votre création, le sujet à partir duquel vous avez créé votre
spectacle (suite) ainsi que vos sources (collectages, archives, photos …)
Vous pouvez agrémenter cette partie d’iconographies, de textes (citations) ou de tout autre support
que vous jugerez utile à la compréhension de votre thématique.
Audierne est au début du 20ème siècle un des principaux ports sardiniers de la côte
Atlantique. Sa population vit essentiellement de la pêche.
La sardine désertera la côte vers 1913. La crise touchera les marins mais aussi les
conserveries employant les femmes de marins.
Les sardinières sauveront leur foyer en travaillant la dentelle en atelier.
Le collectage a été fait au musée Maritime d’Audierne et auprès des collectionneurs de
Cartes postales.
Recherche dans les revues: Ar Wag, Micheriou Coz.
Un travail sur les costumes a été réalisé en partenariat avec Jean Pierre GONIDEC
(référent).
2.2 – Le synopsis de création
Expliquer ici votre choix de mise en scène en lien avec votre thématique. Qu’est ce que votre
spectacle (suite) raconte ?
Notre spectacle raconte la vie des marins et des « sardinières » dans les années
1900. La pêche de la sardine qui fait la richesse du port, mais aussi la crise lorsqu’il n’y a
plus de poissons, les ateliers de Mme de Lécluse (guipûre d’Irlande) qui permettent aux
familles de sortir de la crise.
D’où 4 parties :
-la pêche,
- les conserveries,
-La crise,
-les ateliers de Dentelle de Lécluse.
2.3 – Les costumes
2.3.1. – Les modes vestimentaires : quels choix ?
Expliquer ici vos choix vestimentaires (modes campagnardes, mode citadines … pourquoi ?)
Pour le spectacle, deux modes de costumes portées par les filles :
- la mode Capenn de travail : vers 1900,
- la mode Sardinière dans la version de travail et l’autre mode par les femmes de
marins.
Pour les hommes, le costume de marins.
2.3.2 – Présentation des modes vestimentaires
A présenter : 1 photo d’archive, 1 photo avec la reconstitution que vous avez réalisé, 1 texte
court qui présente le costume (époque du costume, les tissus utilisés, précisez s’il s’agit d’un
achat ou d’une reconstitution, à quelles occasions ce costume était-il porté …)
Photo d’époque du costume
Photo de votre reconstitution
Texte de présentation des costumes
Le costume présenté est un costume
d’artisane des années 1900.
Il était porté par les ouvrières
d’usine.
Il se compose d’un chemisier noir,
d’une jupe et tablier de couleur.
Sur les épaules est porté un petit
mouchoir de couleur, et une guimpe
blanche en broderie anglaise
complète l’ensemble.
Lors du travail à l’usine, les femmes
portent un grand torchon blanc pardessus leur tablier.
La coiffe portée est la coiffe « pensardinn ». Elle est en tulle ou en
« gaz » pour le travail.
Photo d’époque du costume
Photo de votre reconstitution
Texte de présentation des costumes
Le costume d’artisanes des années
1900 étaient portés par les femmes
d’Audierne.
Il est composé d’un caraco, d’une
jupe, d'un tablier et d'un châle noir.
Une guimpe en tulle brodée peut
compléter l’ensemble.
La coiffe est appelée « pen-sardin ».
Elle est en filet brodée.
Photo d’époque du costume
Photo de votre reconstitution
Texte de présentation des costumes
Costume Capenn des années 1880.
Ce costume est le costume
de travail des années 1880. Ce
costume en drap grossier était porté
quotidiennement par les femmes de
l’Ouest du Cap-Sizun, avec un tablier
de couleur en tissu peu cher et facile
d’entretien.
Une coiffe en drap de lin
blanc ou beige complète, avec le col,
ce costume. Les ailes de la coiffe
sont rebrassées sur le fond de la
coiffe.
Photo d’époque du costume
Photo de votre reconstitution
Texte de présentation des costumes
LES HOMMES
Le cercle reproduit en 2013 des
costumes de marins pêcheurs portés
à Audierne dans les années 1900.
Ce costume de travail, ample, se
compose d'un pantalon et d'une
vareuse dépourvue de boutons, qui
s'engageraient dans les filets. Ces
vêtements sont tannés comme
l'étaient les voiles des Chaloupes
Sardinières, à l'eau de mer et
cachou d'acacia. Ce traitement les
rend imperméables et
imputrescibles.
Nous avons retrouvé les ingrédients
et recette pour tanner nos
vêtements et leur donner cette
teinte si particulière.
La forme des sabots est
spécialement conçue pour le travail
sur les chaloupes en bois.
Les larges bérets ont été portés
entre 1890 et 1920 dans les ports de
Sud Cornouaille, protégeant les
marins de la réverbération du soleil
sur la mer.
Les vêtements et sabots ont été
reproduits avec l'aide du
collectionneur Alain Le Berre et du
musée Maritime d'Audierne.
2.4 – La musique
2.4.1 – Présentation du groupe musical
Présenter ici la composition de votre accompagnement musical (bagad, orchestre … si
orchestre merci de préciser les instruments)
Le cercle travaille avec le Bagad de Beuzec, groupe qui évolue en Seconde Catégorie de
la Fédération Bodadeg Ar Sonerion.
Un groupe de musique l’accompagne composé d’une basse et d’une guitare, ainsi qu’une
chanteuse.
2.4.2 – La création musicale
Présenter ici la manière dont la musique est en lien avec la danse, avec votre création. Avezvous créé des airs particuliers, quels sont les arrangements …
Le cercle est indissociable du bagad. L’écriture se fait en relation avec les chorégraphes et
le pen-sonneur.
Mais le cercle est contraint du terroir imposé lors des concours Bodadeg Ar Sonerion.
Cette année le terroir imposé était le Nantais.
Sur la suite plinn : mouvements répétitifs de l’usine. Suite jouée à la bombarde, guitare,
basse et chantée.
Le chant raconte la vie des sardinières.
2.5 – La danse
2.5.1 – le choix des terroirs, liste des danses choisies
-suite Nantaise :rond de sautron, Avant-deux des touches, Mélodie, Maraichines, Marche.
-suite plinn, Fanch.
- Chant,
- Gavotte Kernévodez
2.5.2 – les danses mises en scène (quels liens avec votre thématique ? …)
Le Rond de Sautron était dansé sur les bords de Loire. Il rappelle les mouvements de la
mer, les marins sur leur chaloupe...
L’Avant-deux des Touches présente dans le spectacle la vie du port de pêche.
Le Plinn représente le travail à l’usine. Le pas saccadé et répétitifs de la danse plinn
rappellent des mouvements répétitifs de l’usine. La ronde collectée à Magoar permet de
légers mouvements de bras.
Les Maraichines présentent, ici, les ateliers de Madame de Lécluse. Les sardinières
sauvent leur foyer en allant travailler la guipûre d’Irlande dans les ateliers de Madame de
Lécluse.
Le chant rappelle les chants des femmes d’usine.
La Gavotte Kernévodez est une gavotte festive montrant la fête sur le port.
III/ Libre
Ajouter tout élément que vous jugerez utile de transmettre
« EMBRUNS »
C’est une armada de chaloupes qui entre dans le port d’Audierne ce jour, plongeant
sous le poids de leur pêche. Les marées se suivent et se ressemblent.
Femmes et enfants auront du travail toute la journée, toute la nuit dans la vapeur
des 17 conserveries de la ville.
Sardines et maquereaux font la richesse de tous.
Le vent tourne et le poisson bleu disparait bientôt de nos côtes. Misère et famine
gagnent nos maisons. Nos chaloupes ne sortent plus. La mer n’a plus besoin de main
d’œuvre, nos usines non plus.
Nos mains de sardinières seront mains de dentellières. L’atelier de Lécluse vend
maintenant ses broderies dans tout le pays.
Nos marins seront toujours marins, la mer et ses embruns toujours présents,
partout, à chaque instant.
IV/ Contact
Nom de la personne à contacter :
Téléphone : 06.87.33.13.24
Mail : [email protected]
FAUSSIER Frédéric

Documents pareils