Document du collectif pour le rapatriement des enfants Haïtiens en

Commentaires

Transcription

Document du collectif pour le rapatriement des enfants Haïtiens en
Les enfants de la crèche « Cœur de Marie » à Pétionville,
banlieue de Port-au-Prince.
Nous ne voulons qu’aucun amalgame ne soit fait : nous ne
volons pas des enfants, il ne s’agit pas de trafic : ils sont
NOS enfants depuis plusieurs mois, plusieurs années. Il ne
Ils sont 27 à attendre qu’une évacuation soit décidée, pour
s’agit pas d’enfants qui auraient perdu leur famille suite au
pouvoir rejoindre leurs parents français.
séisme, mais d’enfants placés dans des crèches, pour
lesquels les parents biologiques ont donné leur
consentement pour l’adoption.
Le 12 janvier, tout a basculé dans l'horreur. Ce tremblement de terre en Haïti
est la pire catastrophe humanitaire qu'on ait connue. L'aide sanitaire sur place
est totalement dépassée. Des adultes, des enfants, meurent tous les jours. On
craint des épidémies en masse. Chaque jour qui passe est pire que le précédent.
Tout manque.
Compte tenu des circonstances exceptionnelles, le Président de la République
d'Haïti, René Préval, a autorisé les enfants en cours d'adoption, à quitter
Haïti pour rejoindre tout de suite leur famille adoptive, où qu'en soit la
procédure, si l'apparentement avait été fait avant le séisme.
Tous ces enfants ont eu un apparentement avec des français, c'est-
Les USA, les Pays-Bas, la Belgique, le Luxembourg rapatrient donc en ce
moment, dans l'urgence, tous les enfants qui étaient en cours d'adoption par
leurs ressortissants.
à-dire que la directrice de la crèche, après étude des dossiers
envoyés par les parents, a accepté leur candidature et les a liés à un
ou deux enfants, ceci parfois depuis plus de deux ans.
La directrice de la crèche, Mme Ariane Rubino a réussi à joindre un
de ces parents par téléphone cet après-midi, mercredi 20 janvier.
Voilà ce qui ressort de la discussion :
elle n'a toujours aucune aide, les dossiers sont sous les décombres,
elle n’arrive pas à joindre l’avocat, elle dit « faites tout votre
La France refuse toujours de rapatrier TOUS les enfants de parents français,
alors qu'ils sont apparentés. Le Ministère des Affaires Etrangères
n'accepte le rapatriement que pour les enfants dont la procédure était terminée,
avec un jugement homologué. Il argue du droit international pour refuser aux
autres enfants en cours d'adoption, pourtant apparentés déjà depuis des mois à
des parents français, de rejoindre leur foyer et échapper à l'horreur. Il fait
fi des circonstances exceptionnelles, du chaos, de la disparition des dossiers,
de l'impossibilité de les reconstituer et de poursuivre des procédures
juridiques et administratives avant très longtemps.
COMMUNIQUE
DE partent,
PRESSE
– SOS
possible
pour que mes petits
c’est
l'enferHAITI
on a très très
matin encore
une réplique » . Elle pleure ,pleure ,crie à
Lepeur,
20 ce
janvier-16
heures
l'aide.
extraits d’un texte de Catherine Soulié
AIDEZ-NOUS, PAR TOUS LES MOYENS (LEGAUX) QUE VOUS JUGEREZ BONS A DECIDER LE
GOUVERNEMENT DE FAIRE EVACUER NOS ENFANTS
MANIFESTATIONS SAMEDI 23 JANVIER A 15 HEURES – SAUVONS NOS ENFANTS
MANIFESTATIONS POUR LE RAPATRIEMENT DE TOUS LES ENFANTS EN COURS D’ADOPTION EN HAITI
Plusieurs villes : Paris, Lyon, Bordeaux, Toulouse, Lille, Nantes, Clermont,…
Un mot d’ordre : Rapatriement des 904 enfants en cours d’adoption en Haïti
Une action : Dépôt d’une bouteille au nom de chaque enfant
Le collectif des parents adoptants estime les « mesures d’assouplissement » prises par le gouvernement français insuffisantes, inadaptées et
dangereuses.
Nous nous réjouissons de la décision prise de rapatrier 276 enfants dont les procédures administratives étaient quasiment terminées, mais
l’intransigeance française met en péril une deuxième fois la vie de tous les autres, de tous les nôtres, de la majorité d’entre eux.
A Haïti, la situation est critique, faute de toit, de vivres et de soins, les responsables de crèches demandent l’évacuation d’urgence des enfants en
cours d’adoption vers leurs foyers, leurs familles.
Pas d’amalgame, nous sommes pour une action légale et transparente. Les mères et les pères du Collectif ont tous eu, au terme de longs mois
d’enquête, un agrément de l’Etat Français, leurs dossiers attestent des liens de parenté avec leurs enfants. L’urgence doit être prise en compte
Cet acharnement bureaucratique pourrait être fatal à nos enfants, sauvons-les.
Le Collectif appelle à des rassemblements dignes et pacifiques des parents adoptants et de leurs sympathisants samedi 23 janvier à 15 heures à :
PARIS : Ministère des Affaires Etrangères, 37 quai d’Orsay
BORDEAUX : Hôtel de Ville, place Pey Berland
TOULOUSE : Hôtel de Ville, place du Capitol
LILLE : Préfecture, place de la République
LYON : place de l’Opéra
NANTES : place du commerce
CLERMONT-FERRAND : place Jaude
Pétition à faire circuler :
http://rapatriement-haiti.over-blog.com
Stéphane GIGNAT, Emmanuelle GUERRY, Grégoire VILLEDEY
http://www.soshaitienfantsadoptes.org
http://rapatriement-haiti.over-blog.com/
Contact à propos de ce document : Stéphanie et Raphaël Legay
02.51.40.53.69
06.75.86.83.42

Documents pareils