Cryoscope # 54 - Air Liquide Advanced Technologies

Commentaires

Transcription

Cryoscope # 54 - Air Liquide Advanced Technologies
Cryoscope
MAGAZINE
D’AIR
LIQUIDE
ADVANCED
TECHNOLOGIES
MAGAZINE OF AIR LIQUIDE ADVANCED TECHNOLOGIES
Octobre 2014
www.airliquideadvancedtechnologies.com
::: DANS L’ACTU
::: REPORTAGE
::: HOT NEWS
::: REPORT
JT-60SA prépare l’avenir énergétique
JT-60SA is preparing the energy future
p. 1/6
p. 2/3
October 2014
::: EN CHIFFRES
::: TECHNIQUE
::: PAROLE D’EXPERT
::: IN FIGURES
::: TECHNICAL
::: EXPERT REPORT
50 000 L d’hélium liquéfiés
PIC n° 1 000 livré
50 000 L of liquefied helium
PIC No 1,000 delivered
# 54
Suite de l’aventure
avec Ariane
Adventure with Ariane
to be continued
p. 3
p. 4
Production de gaz au
sol pour l’aéronautique
Producing gases
on the ground for
aeronautics
p. 5
::: EDITORIAL
Après presque 20 ans de succès et plus de 60 % de part de marché dans le secteur des lancements
de satellites géostationnaires, Ariane 5 fait face aujourd’hui à une nouvelle concurrence, avec
entre autres l’arrivée sur le marché du lanceur Falcon 9 de la société américaine SpaceX. Dans ce
contexte, l’Europe doit définir une nouvelle feuille de route pour son futur lanceur. De nombreux
débats sont en cours, visant à définir le scénario à adopter. Doit-on passer par une version
améliorée d’Ariane 5 – Ariane 5 ME (Midlife Evolution) – avant de concevoir un lanceur de nouvelle
génération ? Ou s’engager sur une arrivée très rapide d’Ariane 6 ? Autre question qui interroge la
filière : quel mode de propulsion principale privilégier, poudre ou cryogénie ?
After nearly 20 years of success and market share of more than 60% in the geostationary satellite
launch business, Ariane 5 now faces new competition with, among others, the arrival on the market
of the Falcon 9 two-stage rocket designed and manufactured by SpaceX, a US-based company.
In response to the challenge, Europe must define a new roadmap for its future launcher. A number
of debates are underway to define the best scenario to adopt. Would it be better to improve on the
Ariane 5 – Ariane 5 ME (Midlife Evolution) – before designing a new generation launcher? Or push
for the very rapid arrival of Ariane 6? Another question the industry is asking itself is this: what type
of principal propellant should be preferred, powder or liquid?
Nous soutenons naturellement la version cryogénique. D’un point de vue pratique d’abord. L’ergol
liquide est plus facile à manipuler que la poudre. Pour les performances du lanceur également. La
propulsion cryogénique est une solution bien maîtrisée industriellement. Elle apporte de la flexibilité
au lanceur lui permettant de s’adapter à différents types de missions. La cryogénie présente par
ailleurs l’atout de produire peu de vibrations, assurant un voyage moins rude pour les satellites.
Enfin, seule la propulsion liquide permettrait d’évoluer vers des lanceurs réutilisables.
Naturally, we support the cryogenic solution. First of all, from a practical perspective: liquid
propellant is easier to handle than powder. It is also better in terms of launcher performance.
Cryogenic propellant is an industrially robust solution that offers launchers the flexibility needed to
adapt to different types of missions. Cryogenic propellant also offers the advantage of producing
few vibrations, making the trip smoother for the satellites being transported. Lastly, only liquid
propellants would support any evolution toward reusable launchers.
Mais surtout, riche de 35 ans de savoir-faire sur les réservoirs cryogéniques d’Ariane, Air Liquide
apporte une valeur ajoutée unique à la filière, en France et en Allemagne. À Sassenage, nous
pouvons nous féliciter de plus de 50 ans d’expertise en cryogénie spatiale, avec des dizaines de
collaborateurs spécialisés et un centre d’essais dédié. Preuve de la reconnaissance de l’ESA,
l’agence spatiale européenne, vis-à-vis de cette expertise : Air Liquide a été classée
cette année N° 1, dans le cadre d’un appel d’offre pour les réservoirs cryogéniques de
l’étage supérieur d’Ariane 6.
But above all, on the strength of 35 years of knowhow with respect to Ariane’s cryogenic tanks,
Air Liquide offers the satellite launch industry unique added value, both in France and in Germany.
At Sassenage, we can be proud of our 50 plus years of expertise in space cryogenics, with scores of
specialized employees and a dedicated testing center. Proof that ESA, the European Space Agency,
recognizes the value of this expertise: Air Liquide was ranked number one this year
in a competitive bidding process for Ariane 6’s upper stage cryogenic tanks.
En attendant la décision des institutions européennes, nous nous tenons prêts à relever
les nouveaux défis d’Ariane 6 et à repousser une nouvelle fois les limites technologiques,
comme nous le faisons depuis toujours. Je vous invite à lire notre article Technique en
page 4 pour en savoir plus sur nos activités dans le spatial.
As we await the decision from European institutions, we remain ready to rise to the
new challenges posed by Ariane 6 and once again push the technological limits, as
we have been doing since the beginning. On this subject, I highly recommend our
Technical article on page four for more information on what we are doing in the
space industry.
Bonne lecture !
Enjoy your read!
Xavier Vigor, Directeur Général d’Air Liquide advanced Technologies
Xavier Vigor, CEO, Air Liquide advanced Technologies
: : : D a ns l’Ac t u
H ot N e ws : : :
H Y DROGÈNE ÉNERGIE
H Y DROG EN ENERGY
Le réseau européen s’intensifie
The European network intensifies
Le maillage de stations hydrogène se renforce en Europe du
Hydrogen station territorial coverage is
Station hydrogène Air Liquide de Rotterdam
Nord, avec quatre nouvelles stations au Danemark et une aux
improving in Northern Europe, with four new
Air Liquide hydrogen station in Rotterdam
Pays-Bas installées par Air Liquide.
stations added to the grid in Denmark, plus one
Les stations hydrogène danoises - deux à Copenhague, une à
in the Netherlands, all installed by Air Liquide.
Aalborg et une à Vejle - seront déployées fin 2014, dans le cadre
The Danish hydrogen filling stations – two
du Copenhagen Hydrogen
in Copenhagen, one in
Network, soutenu par la
Aalborg, and one in Vejle
Commission européenne.
– will be functional in
Chacune de ces stations a la
late 2014, as part of the
particularité d’être équipée
Copenhagen Hydrogen
d’un électrolyseur, pour
Network supported by the
produire de l’hydrogène sans
European Commission.
émission de CO2. Mieux : cette
W hat makes these
stations unique is that
production est réalisée à partir
each is equipped with
d’électricité propre, répondant
an electrolyzer, enabling
à l’objectif du gouvernement
them to produce hydrogen
danois d’atteindre 100 %
without releasing any CO2. Better yet: production is generated from clean energy, addressing
d’énergies renouvelables à
l’horizon 2050.
the Danish government’s objective of reaching 100% renewable energy by 2050.
La station néerlandaise située
The Dutch station, located in Rotterdam, is supported by Europe’s Trans-European Transport
à Rotterdam et soutenue par
Networks TEN-T. It has just opened to the public. It has the capacity to refuel fifty cars per
l’organisme européen Trans-European Transport Networks TEN-T, est ouverte au
day. One hydrogen full tank, which takes under five minutes to achieve, will give Fuel Cell
public depuis la rentrée. Elle est dotée d’une capacité de distribution de cinquante
Electric Vehicles a range of 500 – 600 km. “This is a new step toward the retail distribution of
pleins par jour. Un plein d’hydrogène, réalisé en moins de cinq minutes, offre aux
hydrogen,” notes Caroline Ullrich, Head of New Energy Projects, adding: “But more importantly,
véhicules électriques à pile à combustible une autonomie de 500 à 600 kilomètres.
this represents a new stage in the deployment of a hydrogen distribution infrastructure, which
3 septembre 2014, inauguration de la station de
Rotterdam, en présence du Secrétaire d’Etat aux
« C’est un nouveau pas vers la distribution grand public, note Caroline Ullrich,
in turn will facilitate the launch of electric
Transports et à l’Environnement des Pays-Bas.
Responsable du Pôle Projets Nouvelles Energies, mais surtout cela représente une
cars in the European market in the next few
September 3, 2014, inauguration of the Rotterdam
nouvelle étape dans le déploiement d’une infrastructure de distribution d’hydrogène
years.”
station in the presence of the Secretary of State of the
facilitant ainsi le lancement des véhicules sur le marché européen aux cours des
Dutch Ministry of Transport and the Environment.
prochaines années. »
: : : Re p or t age
Re p or t : : :
FUSIO N
FUSIO N
JT-60SA prépare l’avenir
énergétique
JT-60SA is preparing the
energy future
La fusion contrôlée est l’une des pistes les plus prometteuses en
matière d’énergie décarbonnée : elle fonctionne à partir de ressources
quasiment inépuisables et est facilement maîtrisable. Le JT-60SA,
(Japan Torus - Super Advanced) au Japon, est une expérience de
fusion qui vise à optimiser les performances des plasmas de fusion
en support du projet ITER (International Thermonuclear Experimental
Reactor). Air Liquide advanced Technologies est chargée de
concevoir et construire l’équipement cryogénique nécessaire à son
bon fonctionnement.
Controlled fusion is one of the most promising avenues when it
comes to low or carbon free energy sources: it works using
resources that are quasi-inexhaustible and is easy to harness.
JT-60SA (Japan Torus - Super Advanced) in Japan is an experiment
in fusion whose aim is to optimize the performances of fusion
plasmas in support of the ITER (International Thermonuclear
Experimental Reactor) project. Air Liquide advanced Technologies
is in charge of designing and building the cryogenic equipment
needed to make it run.
D’ici à 2050, nous devrons diviser par deux les
émissions de gaz à effet de serre alors que la
demande mondiale en énergie va doubler. Confrontés
à ce challenge, il nous faudra recourir à des sources
d’énergie nouvelles et non fossiles. C’est le cas de
la fusion contrôlée, qui met en œuvre des réactions
thermonucléaires similaires à celles qui font briller le
soleil.
La réalisation d’un réacteur expérimental est évoquée
dès 1985 avec le projet ITER, actuellement en cours de
construction à Cadarache (France). En 2005, lors de la
négociation de l’accord de site pour ITER, l’Europe et
le Japon ont conjointement décidé de lancer les projets
de l’Approche Elargie à ITER dont fait partie le projet
JT-60SA.
Between now and
2 0 5 0,
we
are
expected to cut
greenhouse
ga s
emissions in half,
even though global
demand for energy
is set to double. In
order to meet this
challenge, we will
have to turn to new
and non-fossil sources
of energy. This is the
case of controlled
fusion, which entails
the implementation
of thermonuclear
reactions similar to
those that make the
sun shine.
The
possibilit y
of building an
experimental reactor
was first raised
in 1985 with the
ITER project, which
is currently being
constructed
in
Cadarache (France).
In 2005, during the
negotiation phase for
the ITER site, Europe
and Japan jointly
decided to launch the Broader Approach projects at
ITER, including the JT-60SA project.
Maîtriser sur Terre la fusion contrôlée
La fusion est la source d’énergie du soleil et des
étoiles. Sur la Terre, la recherche sur la fusion vise à
démontrer que cette source d’énergie peut être utilisée
pour produire de l’électricité d’une manière sûre et
respectueuse de l’environnement afin de répondre
aux besoins d’une population mondiale croissante.
Maîtriser sur Terre la fusion permettrait d’avoir des
ressources en énergie quasiment illimitées. La fusion
présente par ailleurs de nombreux atouts. Elle est
réalisée à partir de deutérium (isotope de l’hydrogène)
dont la disponibilité est garantie pour les 100 000 ans
à venir, voire plus. Ce procédé génère peu de déchets
et écarte tout risque d’emballement de la réaction
nucléaire.
Chauffer les atomes à 100 millions de degrés
centigrades
Pour faire fusionner le deutérium et le tritium, des
réacteurs – ou tokamaks – à petite échelle ont été mis
au point à partir des années 1960 pour chauffer les
atomes à une température supérieure à 100 millions
de degrés centigrades. À une telle température,
les atomes s’agitent, les électrons se détachent des
noyaux et se mélangent pour former un plasma (gaz
ionisé composé d’électrons libres et d’ions chargés
positivement), communément nommé “matière
d’étoile”. Les ions entrent alors en collision à très
grande vitesse et peuvent fusionner, ce qui entraîne
la formation d’hélium et la libération d’un neutron de
haute énergie qui peut être récupérée sous forme
de chaleur. Un grand volume de confinement est
nécessaire pour atteindre les très hautes températures
auxquelles se produisent les réactions de fusion. Grâce
à ITER, qui avec un volume de 1 000 m3 sera le plus
grand tokamak au monde, les scientifiques font donc
le pari de démontrer qu’une centrale à fusion peut
produire plus de dix fois plus d’énergie qu’elle n’en
consomme.
Améliorer les performances des tokamaks
Afin de préparer les travaux de recherche sur la
fusion nucléaire d’ITER, il faut encore améliorer
les performances des tokamaks. C’est l’objectif du
réacteur à fusion nippo-européen JT-60SA. En 2006,
dans sa version précédente JT-60U, il a déjà établi un
record mondial en termes de performance énergétique
des plasmas de fusion. Mais le travail de recherche
est loin d’être fini. Aujourd’hui, le tokamak JT-60SA
est en cours de construction sur le site de l’agence de
l’énergie atomique japonaise JAEA à Naka, au Japon.
Il devrait être finalisé pour fin 2018 et produire son
premier plasma en 2019.
La cryogénie pour confiner le plasma
Contrôler le confinement d’un plasma est une
opération complexe. Pour y parvenir, des bobines
d’électro-aimants sont utilisées pour créer des champs
magnétiques 50 000 fois plus intenses que le champ
magnétique terrestre. Afin de limiter les quantités
d’énergie nécessaires au fonctionnement des aimants,
ceux-ci doivent être supraconducteurs, ce qui n’est
possible qu’à des températures cryogéniques. « La
2
cryogénie permet de
refroidir efficacement
les aimants supraconducteurs en charge
du maintien et du
contrôle du plasma,
tout en minimisant les
besoins en énergie,
explique
Jérôme
Beauvisage, Chef du
projet JT60-SA. Les
aimants seront refroidis
par circulation d’hélium à
la température de 4K (soit
-269°C). Un système
de production et de
maintien de froid fournira
les fluides cryogéniques
nécessaires. C’est
p ré c i s é m e n t
cet
équipement que nous
réalisons. Notre longue
e x p é ri e n c e
dans
les grandes unités
cryogéniques, à l’instar
des équipements du
CERN, de K-STAR en
Corée et des usines de
production d’hélium au
Qatar, a convaincu les
partenaires du projet
JT-60SA de nous faire
confiance. »
A l’intérieur d’une boîte froide
Inside a cold box
Heating atoms to 100 million degrees
centigrade
In order to fuse deuterium and tritium, reactors – the
tokamak reactors – were rolled out on a small scale
starting in the 1960’s and used to heat atoms to a
temperature above 100 million degrees centigrade.
At this extremely high temperature, the atoms react
and negatively charged electrons are separated from
positively charged nuclei (ions), mixing to form a plasma
(ionized gas composed of free electrons and positively
charged ions) that is known as “star matter”. The ions
then collide at very high speed and can fuse, which
leads to the formation of helium and the liberation of
a high energy neutron that can be recovered in the
form of heat. A high volume of confinement is required
to reach the very high temperatures at which fusion
reactions occur. Thanks to ITER, which, with a volume
measuring 1,000 cubic meters will be the world’s
biggest tokamak, scientists are ready to demonstrate
that a fusion power plant can produce ten times more
energy than it needs to consume.
Improving the performance level of tokamaks
In order to prepare for ITER’s research on nuclear
fusion, the performances of the tokamaks must be
further improved. This is the aim of the JapaneseEuropean fusion reactor known as JT-60SA.
The previous version, known as JT-60U, already
established a world record back in 2006 in terms of
the energy performance of the fusion plasmas. But
the research challenge does not end there by any
means. Today, construction of the JT-60SA tokamak
is underway in Naka, Japan, on the site where the
Japanese Atomic Energy Agency (JAEA) is located. It
should be finished by the end of 2018 and is expected
to produce its first plasma in 2019.
L’expertise d’Air Liquide advanced
Technologies
Using cryogenics to confine the plasma
Harnessing controlled fusion on earth
Air Liquide advanced Technologies fournit un projet
Controlling the confinement of a plasma is a complex
Fusion powers both the sun and the stars, as matter
clé en main. Durant un an, l’équipe – comptant une
operation. To succeed, electromagnet coils are used
is converted to energy. On earth, research on fusion
to create magnetic fields that are 50,000 times more
vingtaine de personnes – a réalisé l’ensemble des
intense than the earth’s magnetic field. To reduce the
has focused on demonstrating that this source of
études de conception de l’équipement cryogénique
amount of energy needed for the magnets to function,
energy can be used to safely and ecologically produce
pour JT-60SA. Cet équipement est fabriqué à
the latter must be superconducting magnets, which
electricity in order to meet the needs of a growing world
Sassenage, assurant ainsi une maîtrise complète
is only possible at cryogenic temperatures. “With
population. Controlling fusion on earth would ensure a
du système cryogénique par Air Liquide. « Nos
cryogenics, we can efficiently cool the superconducting
quasi-unlimited supply of energy resources. Fusion has
ateliers abritent depuis début 2014, la fabrication et
magnets in charge of maintaining and controlling the
a number of other advantages as well. It is produced
l’intégration des deux boîtes froides, confie Frédéric
plasma, while also minimizing energy needs,” explains
from deuterium (a hydrogen isotope), the availability of
Andrieu, Directeur des projets d’usines cryogéniques
Jérôme Beauvisage, who is the JT60-SA project
which is ensured for the next 100,000 years or more.
pour ITER. Les équipements seront ensuite acheminés
leader. “The magnets will be cooled by circulating
This
process
generates
little
waste
and
eliminates
any
par bateau vers le Japon. Enfin, nous nous chargerons
helium at a temperature of 4K (which is -269°C). A
risk of reactor runaway.
de l’installation, du démarrage et des tests sur place à
system for producing and maintaining
Naka. »
cold will supply the required cryogenic
Pour réaliser ce projet
L’équipement cryogénique est composé de quatre compresseurs hélium en cycle
fluids. In fact, this is exactly the
extraordinaire en termes
fermé, d’une boîte froide de réfrigération, d’une boîte froide de distribution d’hélium,
equipment we are producing. Our
d’un système de gestion des fluides hélium et azote, d’un système de stockage gazeux
d’implications, d’exigences
many years of experience with large
et liquide, ainsi que de lignes de distribution des fluides cryogéniques associées.
techniques, de sécurité et
cryogenic production facilities – like
The cryogenic equipment is composed of four closed-cycle helium compressors, a cold
de planning, Air Liquide
the equipment used at CERN, the
box for refrigeration, a cold box for helium distribution, a system for managing liquid
n’a rien laissé au hasard.
K-STAR in South Korea, and the
helium and nitrogen, a system for gas and liquid storage, and lines for distributing the
« Nous avons mis en place
helium production units in Qatar –
related cryogenic fluids.
une organisation spécifique,
helped convince the JT-60SA project
poursuit Jérôme Beauvisage.
partners to trust us.”
Tous les acteurs du projet
The expertise of Air Liquide
Stockage hélium gazeux
JT-60SA sur notre site ont
Helium gas storages
advanced Technologies
été réunis sur un même
Air Liquide advanced Technologies
plateau projet pour mieux
delivers a turnkey project. For an
Boîtes froides
travailler en synergie. Une
entire year, the team –which counts
Cold boxes
Vers le Tokamak
trentaine de personnes
To the tokamak
some twenty people – carried
est dédiée à la fabrication
Compresseurs hélium
out all of the design work on the
Helium compressors
Stockage azote liquide
des gigantesques boîtes
Liquid nitrogen storages
cryogenic equipment for JT-60SA.
froides. » Frédéric Andrieu
The equipment is manufactured at
de conclure: « Aux confins
Sassenage, ensuring full management
entre industrie et recherche
of the cryogenic system by Air Liquide.
scientifique, ce projet nous a
“Our workshops have been involved
permis de progresser, grâce
in the fabrication and integration of
aux apports des expertises
two cold boxes since early 2014”,
notes Frédéric Andrieu, Director of
des uns et des autres. »
::: En chiffres
cryogenic plant projects for ITER. “This equipment will then be loaded on a boat and shipped to
Japan. Lastly, we will take care of the installation, the start-up, and onsite testing at the Naka facility.”
To carry out this project, for which the implications are extraordinary in terms of technical challenges,
safety requirements, and planning constraints, Air Liquide has left nothing to chance. “We rolled
out a specific form of organization,” continues Jérôme Beauvisage. “Everyone connected with the
JT-60SA project at our facility was brought together to work on the same project plateau to facilitate
synergies. Some thirty people are dedicated to the fabrication of giant cold boxes.” Frédéric Andrieu
concludes: “On the borders where industry
meets scientific research, this project has
::: Contact
allowed us to move forward thanks to expertise
[email protected]
contributed by many individuals.”
frederic.andrieu[email protected]
::: UN PARTENARIAT ENTRE LE CEA ET AIR LIQUIDE
JT-60SA est un projet conduit dans le cadre d’une collaboration entre l’Europe,
représentée par F4E (Fusion For Energy), et le Japon, représenté par l’agence
de l’énergie atomique japonaise (JAEA). L’équipement cryogénique fait partie
de la fourniture française dont le Commissariat à l’énergie atomique et aux
énergies alternatives (CEA) assume la responsabilité. Frédéric Michel, chef de
projet pour la partie cryogénie de JT-60SA au CEA, confirme l’implication des
équipes d’Air Liquide advanced Technologies et l’étroit partenariat noué avec
le CEA dans le cadre du projet.
« Pour JT-60SA, le CEA fournit une usine cryogénique, les bobines
supraconductrices, les alimentations électriques et une station d’essai, soit
plus de 40 % des équipements européens destinés au tokamak, indique
Frédéric Michel. Notre choix s’est porté sur Air Liquide advanced Technologies
pour fournir la cryogénie à l’issue d’un dialogue compétitif ardu. Air Liquide
a fourni le meilleur dossier technique et financier, ainsi qu’une solution
totalement adaptée aux besoins du client japonais. Nous avons pu mesurer
la volonté et l’expertise de ses équipes grâce aux travaux préliminaires
que nous avions conduits pour ce projet JT-60SA ainsi que pour le réacteur
français, ITER. De surcroît, le fait qu’Air Liquide s’appuie sur l’entité japonaise
d’Air Liquide Engineering & Construction a été un élément indispensable
pour nous convaincre : le Groupe connaît bien les normes réglementaires
et documentaires du Japon. Un dernier atout nous permet d’optimiser nos
échanges : nous sommes localisés à Grenoble, à proximité du site d’Air Liquide
advanced Technologies. C’est simple
pour nous de nous rendre dans les
ateliers de Sassenage. Nous y avons un
accès privilégié ! »
::: A PARTNERSHIP BETWEEN
THE CEA AND AIR LIQUIDE
JT-60SA is a project that is being
conducted as part of a broader collaboration between Europe, represented by
F4E (Fusion For Energy), and Japan, represented by the JAEA, Japan’s Atomic
energy Agency. The cryogenic equipment is part of the French contribution
to the project, for which the CEA (Commissariat à l’énergie atomique et aux
énergies alternatives) assumes responsibility. Frédéric Michel, project head for
the cryogenic elements of JT-60SA at the CEA, talks about the role of the Air
Liquide advanced Technologies teams and the close partnership forged with
the CEA in connection with the project.
“For JT-60SA, the CEA is providing a cryogenic plant, the superconducting
coils, the electrical feeds, and a testing station – in all, more than 40% of the
European equipment that is intended for the tokamak,” says Frédéric Michel.
“We decided to go with Air Liquide advanced Technologies for the supply
of cryogenics after an intense competitive dialogue process. Air Liquide
submitted the best technical and financial bid, plus a solution that is totally
adapted to the needs of the Japanese customer. We were able to measure the
motivation and expertise of its teams by means of the preliminary work that
we had done for this JT-60SA project as well as for the French reactor, ITER.
And the fact that Air Liquide is supported by the Japanese entity of Air Liquide
Engineering & Construction was the clincher that convinced us: the Group is
very familiar with the regulatory and documentary standards in force in Japan.
One last strength helped us optimize our exchanges: we’re based in Grenoble,
near the Air Liquide advanced Technologies site. It’s very easy for us to go and
visit the Sassenage shop floors. And we have privileged access!”
In figures : : :
SERVICES
SERVICES
Quelques années après avoir fourni un HELIAL au synchrotron
SSRF (Shanghai Synchrotron Radiation Facility) et un autre
au laboratoire HMFL (High Magnetic Field Laboratory), Air
Liquide advanced Technologies a été sollicitée pour accomplir
des missions d’accompagnement. « Nous restons en contact
avec nos clients au cours du cycle de vie des équipements
et nous accompagnons leurs évolutions, affirme Zheng Wei,
responsable commercial équipements cryogéniques. C’est
ainsi que nous pouvons répondre à leurs nouveaux besoins.
Nous réalisons les opérations régulières de mise à niveau pour
que les installations
fonctionnent toujours
dans les meilleures
conditions. »
Plus précisément,
« pour le SSRF, nous
nous rendons en Chine
pour une analyse
technique poussée
en vue de déterminer des voies d’amélioration, explique
Florence Gratiot, responsable département Services pour
l’activité Gas&Cryo. Notre objectif est de repérer ce qui
peut être mis en place lors de la prochaine opération de
maintenance, pour améliorer la fiabilité de la machine. »
Le HMFL, quant à lui, nécessitait qu’Air Liquide advanced
Technologies intègre une nouvelle version plus complète
du logiciel de contrôle-commande adaptée à leur nouveau
besoin, l’alimentation de l’aimant.
Le SSRF est une source de rayonnement synchrotron
de troisième génération. C’est la plus grande plateforme
scientifique de recherche et technologie en Chine. Le HMFL
est un laboratoire de l’université d’Hefei, qui accueillera
bientôt un aimant de 40 tonnes pour produire des champs
magnétiques statiques parmi les plus intenses au monde.
A few years after having supplied a HELIAL system for
the SSRF (Shanghai Synchrotron Radiation Facility)
synchrotron and another one for the HMFL (High Magnetic
Field Laboratory) laboratory, Air Liquide advanced
Technologies was asked to undertake support missions.
“We stay in contact with our customers over the life cycle
of the equipment we install and we support them as they
evolve,” notes Zheng Wei, Cryogenic Business Developper.
“That’s how we are able to respond to their new needs. We
regularly perform upgrade operations to ensure that installed
equipment is always
running under the best
possible conditions.”
More specifically, “for
the SSRF, we go to China
for an in-depth technical
analysis whose aim is
to identify avenues for
improvement,” explains
Florence Gratiot, head of the Services department for the
Gas&Cryo business. “Our objective is to detect things that
can be done the next time we do routine maintenance that
will improve the machine’s run time.”
For the HMFL, Air Liquide advanced Technologies had
to integrate a new and more complete version of the
monitoring and control software adapted to the lab’s new
need, a magnet power supply system.
The SSRF is a third generation synchrotron light source.
It is also China’s largest scientific platform for research
and technology. The HMFL laboratory, located on the Hefei
University campus, will soon have a 40 ton magnet that will
produce some of the most intense magnetic fields in the
world.
S’adapter durablement
aux besoins
50 000 L
Adapting to needs,
sustainably
d’hélium liquide
produit non-stop
of liquid helium produced non-stop
A ERON AU TICS
A ÉRO N AU TIQ UE
F35 Lightning : la
régulation oxygène
en phase de production
industrielle
F35 Lightning:
oxygen regulation in
industrial production
phase
Le PIC numéro 1 000 a été livré en juillet à l’équipementier
aéronautique britannique Honeywell Aerospace Yeovil. Le PIC,
ou Pilot Interface Connector, est le dispositif reliant le pilote
à l’ensemble de régulation d’oxygène et anti-G d’Air Liquide
pour l’avion de chasse
américain de Lockeed
Martin F-35 Lightning II.
« Alors qu’une centaine de
F-35 a déjà été fabriquée,
nous n’en sommes qu’au
début, puisque le programme JSF prévoit une production
au-delà de trois milliers d’avions en tout, indique Alexandre
Domenget, responsable du programme JSF pour Air Liquide.
Le PIC N°1 000, témoigne de la maturité de notre organisation
industrielle, une structure opérationnelle pour une production de
série performante. »
PIC number 1,000 was delivered in July to our customer
Honeywell Aerospace Yeovil. The PIC, which stands for Pilot
Interface Connector, is the system that connects the pilot to
all of Air Liquide’s oxygen and anti-G regulators for the F-35
Lightning II, the American
fighter plane developed by
Lockheed Martin.
“While around a hundred
F-35 fighters have already
been
manufactured,
we are only at the beginning, since the JSF programme calls
for the production of more than three thousand fighters in all,”
explains Alexandre Domenget, head of the JSF programme for
Air Liquide. “PIC Number 1,000 attests to the maturity of our
industrial organisation, an operational structure built for efficient
mass production.”
PIC
N°1 000 livré !
No 1,000 delivered!
::: UN PLANNING PARFAITEMENT CHRONOMÉTRÉ
Études et définition
de l’équipement
Acheminement des
Installation de l’équipement
boîtes froides par
cryogénique à Naka,
bateau vers le Japon au Japon
Fabrication et intégration des boîtes
froides dans les ateliers d’Air Liquide
advanced Technologies
Démarrage et tests de
réception finaux
Novembre
2012
Novembre
2013
Janvier
2014
Octobre Novembre
2014 2014
Mars Avril
2015 2015
Octobre Novembre
2015 2015
Juillet
2016
November
2012
November
2013
January
2014
October November
2014 2014
March April
2015 2015
October November
2015 2015
July
2016
Equipment design and definition
Fabrication and integration of cold boxes
in the Air Liquide advanced Technologies
workshops
Cold boxes are
shipped by boat
to Japan
Installation of the cryogenic
equipment at Naka,
in Japan
Start-up and final acceptance
testing
::: TIMING IS EVERYTHING
3
: : : Te c h niq u e
SPATIA L
SPACE
Air Liquide pursues
its technological
adventure with Ariane
Depuis des années, le lanceur Ariane 5 embarque des
technologies de stockage d’hélium à basse température.
Celui-ci est par la suite utilisé pour pressuriser les
réservoirs oxygène de ses étages cryogéniques.
Problème : comment réchauffer cet hélium liquide avant
l’injection dans le réservoir d’oxygène pour qu’il assure
sa fonction de pressurisation ? Un challenge une nouvelle
fois relevé par Air Liquide advanced Technologies.
Un réchauffeur pour l’avenir d’Ariane
Dans quelques années, le lanceur Ariane emportera
des satellites plus loin dans l’espace. Pour y parvenir,
son moteur cryogénique de l’étage supérieur devra
s’éteindre et se rallumer en phase balistique. « Cela
aurait pu signifier la fin de la technologie hélium froid
pour Ariane, explique Sébastien Bianchi. En effet, pour
pressuriser le réservoir oxygène, l’hélium doit être
réchauffé avant injection. Ce qui est possible en le
chauffant lors du fonctionnement du moteur de l’étage
supérieur. » Or, lorsque le moteur sera à l’arrêt dans
les prochaines générations du lanceur, il ne pourra
pas réchauffer cet hélium. « Le CNES* nous a donc
demandé de concevoir un réchauffeur hélium, poursuit
Sébastien Bianchi, le plus léger, le plus compact et le
moins couteux possible. Contraintes spatiales oblige ! »
Résultat : la mise au point d’un réchauffeur de moins
d’1 m de long et 20 cm de diamètre, pesant moins de
15 kg. Son principe est simple. Une partie combustion
*Centre National
d’Études Spatiales
en France
© ESA/CNES/ARIANESPACE
L’hélium froid allège déjà Ariane
Air Liquide advanced Technologies réalise entre autres
le système de stockage de l’hélium de pressurisation
du réservoir oxygène de l’étage supérieur et celui de
l’étage principal cryotechnique d’Ariane 5. « C’est une
solution unique au monde, rapporte Sébastien Bianchi,
Responsable des programmes de développement des
futurs lanceurs. Le SSHel, ou Sous Système hélium
Liquide, permet de stocker de très grandes quantités
d’hélium à 4K soit -269°C dans un volume limité.
L’hélium est ensuite réchauffé par le moteur de l’étage
principal avant injection dans le réservoir oxygène. Cette
solution que nous avons conçue il y a plus de 20 ans
permet de gagner des centaines de kilogrammes par
rapport à d’autres solutions de stockage de l’hélium à
température ambiante. »
produit des gaz chaud par l’autoinflammation d’un mélange
ox ygène/hydrogène dans
un catalyseur. La chaleur
produite réchauffe l’hélium
fluide qui, lui, circule dans
une partie échangeur.
« Aujourd’hui, nous
avons effectué des
tests de combustion
à échelle réduite
et développé un
prototype à l’échelle 1
destiné à être
testé en ambiance
réelle,
c on clu t
Sébastien Bianchi.
La
p ro d u c t i o n
du modèle de
vol et les essais
fonctionnels restent
à être décidés. À
suivre… »
For many years, the Ariane 5 launcher has featured lowtemperature helium storage technologies onboard. The helium is
subsequently used to pressurize the in-flight oxygen tanks of the
cryogenic stages. The problem is how to heat this helium back
up before injecting it into the oxygen tank so that it can fulfill its
pressurizing function—yet another challenge met by Air Liquide
advanced Technologies.
A pivotal player in space-related cryogenics
for more than 50 years, Air Liquide has
been a contributor to every evolution of the
Ariane launcher, from 1 to 5. This faultless
collaboration began with the first lift-off in
1979 and was still going strong when the
218th flight was completed last September.
Cold helium already lightens
Ariane’s load
Among other things, Air Liquide
ad va n c e d
Te chn o lo gie s
produces the system used
for storing the liquid helium
that pressurizes the in-flight
oxygen tank of Ariane 5’s
upper stage, as well as that of
its main cryotechnical stage.
“There is no other solution
like this in the world,” notes
Sébastien Bianchi, who
manages future launcher
development programs. “The
SSHel, which stands for the
Liquid Helium Sub-System,
allows us to store a very large
quantity of helium at 4K, or
-269°C, in a highly restricted
volume. The helium is then
warmed up by the main
stage engine before it is
injected into the oxygen
tank. This solution, which
we designed more than
20 years ago, is hundreds
of kilograms lighter than ambient-temperature helium
storage systems.”
A heater for Ariane’s future
In a few years, the Ariane launcher will have to carry
satellites further out into space. This means that its
upper stage cryogenic engine will have to reignite in
the ballistic phase. “This could have spelled the end of
cold helium technology for Ariane,” explains Sébastien
Bianchi. “In fact, in order to pressurize the oxygen tank,
the helium must be reheated prior to injection. And this
is possible if we heat it while the upper stage engine
is running.” But when the engine is turned off during
the future generations of the launcher, it won’t be
possible to use it to heat the helium. “So, the CNES*
asked us to come up with a solution for warming
the helium,” continues Sébastien Bianchi, “the most
lightweight, compact and inexpensive one possible.
These are the constraints of space!” The result is a
heating device that weighs less than 15 kg, is less than
a meter in length, and measures just 20 centimeters
in diameter. It works quite simply: the combustion unit
of the device produces hot gases by auto-igniting an
oxygen/hydrogen mix in a catalyzer. The heat that is
produced warms up the fluid helium circulating in the
exchanger. “Today, we have completed combustion
testing on a reduced-scale model and have developed
a 1:1 prototype for testing purposes,” concludes
Sébastien Bianchi. “The production of the flight model
and the functional performance tests remain to be
decided. Stay tuned.”
*Centre National d’Etudes Spatiales (France)
Ariane 5 est un programme de l’ESA,
conçu et développé par le CNES pour l’ESA
et commercialisé par Arianespace.
Ariane 5 is an ESA program, designed
and developed by the CNES for ESA and
commercialized by Arianespace.
::: Contact
[email protected]
::: UNE NOUVELLE SPHÈRE POUR AIR LIQUIDE
::: A NEW SPHERE FOR AIR LIQUIDE
En plus de la fabrication du SSHel, Air Liquide advanced Technologies vient d’être sélectionnée pour réaliser
la prestation de soudure d’une deuxième sphère hélium : celle qui pressurise l’étage supérieur d’Ariane 5
ECA. Beaucoup plus petite que le SSHel, cette sphère hélium protégée était jusqu’à présent construite par
SNECMA. « Mais cette fabrication, et les essais, nécessitaient de nombreux transferts dans la France entière
et en Allemagne, en fonction des spécificités de chaque
prestataire : Bordeaux, Vernon, Saint Nazaire, Toulouse,
Bourges, Sassenage, Brême, etc., décrit Pierre-Yves
Sauvignet, Responsable des programmes de production
Ariane 5 chez Air Liquide advanced Technologies. Le
schéma industriel simplifié que nous avons proposé,
comme notre capacité à réaliser différentes prestations
sur la sphère, a convaincu SNECMA de nous confier la
plus grande partie de la fabrication. » Jusqu’en 2009,
Air Liquide advanced Technologies était chargée de
l’isolation thermique de la sphère. En 2010, le montage
des équipements, le nettoyage, le contrôle de propreté
et les tests d’étanchéité à 120 bar en hélium ont
complété la mission d’Air Liquide, à laquelle le timbrage
cryogénique s’est ajouté en 2012. « Avec la soudure
par faisceaux d’électrons de la sphère, nous offrons
désormais une prestation complète sur un même site,
dit Pierre-Yves Sauvignet. C’est plus simple et plus
économique. » En prévision, une vingtaine de sphères
hélium sera fabriquée d’ici à 2018.
In addition to the fabrication of the SSHel, Air Liquide advanced Technologies has just been selected
to do the welding for a second helium sphere. It’s the one that pressurizes the upper stage of the
Ariane 5 ECA. Much smaller than the SSHel, this protected helium sphere was, until now, being built
by SNECMA. “But this fabrication, and the testing, required numerous transfers all over France in
Germany, depending on the specificities of each supplier: Bordeaux,
Vernon, Saint Nazaire, Toulouse, Bourges, Sassenage, Brême, etc.,”
says Pierre-Yves Sauvignet, manager for the Ariane 5 production
programs in Air Liquide advanced Technologies. “The simplified
industrial flow chart that we came up with, like our ability to provide
different services on the sphere, convinced SNECMA to turn over
most of the fabrication to us.” Until 2009, Air Liquide advanced
Technologies was in charge of the sphere’s thermal insulation. In
2010, equipment assembly, cleaning, cleanliness checks, and tests
for leak-tightness to 120 bars in helium completed the mission of
Air Liquide, with cryogenic proof pressure test being added in 2012.
“With electron beam welding of the sphere, we now offer a complete
service on a single site, explains Pierre-Yves Sauvignet. It is both
simpler and cheaper.” Plans are now in the works for the fabrication
of around twenty helium spheres between now and 2018.
# 54
Air Liquide poursuit
son aventure
technologique
avec Ariane
Acteur incontournable de la cryogénie spatiale depuis
plus de 50 ans, Air Liquide a contribué à toutes les
évolutions successives du lanceur, d’Ariane 1 à
Ariane 5. Une collaboration sans faille depuis le premier
vol en 1979 jusqu’au 218e vol le 12 septembre dernier.
Te c h nic al : : :
::: Contact
[email protected]
4
: : : Parole d’exper t
Exper t repor t :::
A ÉRON AU TIQ UE
A ERON AU TICS
Produire des gaz
au sol pour les
besoins de l’air
Producing gases on
the ground to meet
needs in the air
Air Liquide advanced Technologies a développé
diverses solutions de génération de gaz au sol pour
les besoins de l’aéronautique. Passage en revue
avec Joachim Bélanger, responsable commercial
GSE (Gas Support Equipment) et Marine.
Air Liquide advanced Technologies has developed
a variety of ground-based gas generating solutions
designed to meet the needs of the aviation industry.
Below, a review with Joachim Bélanger, a sales manager
working in GSE (Gas Support Equipment) and Marine.
Quels sont les besoins de l’aéronautique en matière de génération de gaz au sol ?
In terms of ground gas generating systems, what are the needs of the
aviation industry?
Joachim Bélanger – Les besoins en aéronautique sol concernent d’abord l’oxygène, notamment pour
permettre aux pilotes de chasse de respirer en altitude, sur les avions qui ne disposent pas de générateur
embarqué OBOGS. Dans cette perspective, nous avons développé l’Oxyplane, un générateur mobile d’oxygène
aéronautique, qui produit un oxygène pur à 99,5 % sous forme gazeuse ou liquide. L’oxygène sous forme
gazeuse est destiné à remplir des bouteilles de secours et lors de l’utilisation des sièges éjectables tandis que
l’oxygène liquide permettra au pilote de respirer en toute sécurité après décompression via un convertisseur
embarqué. Déployable sur tous terrains et fonctionnant entre -30°C et +50°C, l’Oxyplane permet de
s’affranchir des contraintes logistiques d’approvisionnement en oxygène.
Joachim Bélanger – The needs of the aviation industry in the area of ground generation primarily concern
oxygen so fighter pilots can breathe at high altitudes onboard aircraft that are not equipped with the OBOGS
generator. That’s why we developed Oxyplane, a mobile generator for use in aviation. It produces gaseous
or liquid oxygen (99.5% pure), with gaseous oxygen used to fill emergency oxygen cylinders and also when
ejector seats are used, while liquid oxygen allows the pilot to breathe safely after decompression via an onboard
converter. Usable on all types of terrain and functional between -30°C and +50°C, Oxyplane is a logistic-free
solution for oxygen supply needs.
In the aviation industry, nitrogen is used in many different ways, for example to
replenish the gases used in landing gear struts, to inflate aircraft tires, to inert fuel
storage tanks and thus prevent the risk of explosion, or even to optimize the image
quality of infrared sensors in optronics. Designed to withstand a harsh environment
during outdoor operations, our GMAG generator replaces the full chain of nitrogen
production and storage. And it is air-transportable. We also have a stationary nitrogen
generator, the GENA 20, which has a higher production capacity. On the storage side,
we have developed GPV tanks with an integrated vaporizer system, as well as cylinders
that can be filled on small carts.
Approvisionnement d’azote pour aéronefs
Nitrogen supply for aircraft
Générateur mobile d’azote gazeux
Mobile gaseous nitrogen generator
What are the main strengths of Air Liquide advanced Technologies
in this area?
GMAG
Joachim Bélanger – Our main strength is our full mastery of aeronautic gases
as well as the entire gas supply chain, from generation to storage, not to mention
maintenance and training. Another one of our strong points is that we are able to
develop customized solutions like Oxyplane and GMAG. In addition, beyond the NATO
standards that our products address, Air Liquide advanced Technologies has been
able to offer its full range of expertise in designing equipment that meets military
requirements: aviation quality gas, transport, robustness, or special purpose (aircraft
carrier).
Optronique / Optronics
Groupe de Pression
et de Vaporization (GPV)
Gaseous Pressure and
Vaporization unit (GPV)
azote
gazeux
gaseous
nitrogen
—ou / or—
Chariot de transport
de bouteilles
d’azote gazeux
Gaseous nitrogen
cylinders & trolley
Trains d’atterrissage et vérins pneumatiques
Landing struts & pneumatic cylinders
In addition to supplying equipment, do customers ask you to meet
other needs?
Azote gazeux
Réservoirs mobile d’azote
Nitrogen mobile tanks
Gaseous nitrogen
—ou / or—
Stockage
d’azote liquide
Liquid nitrogen
storage
Joachim Bélanger – Yes, armed forces from the world over are aware of our
knowhow, in particular thanks to the experience we have acquired working in
partnership with the French armed forces. Demand is strong for our audit services
– we do audits of aviation gas generation and storage equipment – which enable
customers to stay on top of their obsolescence and ensure that their equipment
conforms to international standards.
Générateur d’azote / Fixed nitrogen generator
GENA 20
Trains d’atterrissage :
gonflage et vérins penumatiques
Landing struts:
Tyre inflation & pneumatic cylinders
::: Contact
[email protected]
En plus de la fourniture d’équipements, est-ce que votre expertise
est sollicitée pour d’autres besoins ?
Joachim Bélanger – Oui, les armées du monde entier connaissent notre savoir-faire,
en particulier grâce à notre expérience acquise en travaillant en partenariat avec les
forces armées françaises. La demande est forte vis-à-vis de nos prestations d’audits
de parc d’équipements de génération et de stockage de gaz aéronautique, permettant
la mise en place d’un suivi des obsolescences et la garantie de la conformité des
équipements avec les normes internationales.
Stockage
d’oxygène liquide
Liquid oxygen
storage
Banc de remplissage
Filling bench
Réservoirs d’oxygène / Oxygen tanks
Oxygène liquide
Réservoirs
800L et 4200L
800L & 4,200L Tanks
oxygène
gazeux
gaseous
oxygen
—ou / or—
Générateur autonome
d’oxygène liquide et gazeux
(Oxyplane)
Autonomous liquid and gaseous
oxygen generator (Oxyplane)
Convertisseur d’oxygène
liquide embarqué
On-board liquid
oxygen converter
Liquid oxygen
Groupe de Pression
et de Vaporization (GPV)
Gaseous Pressure and
Vaporization unit (GPV)
Générateur autonome d’oxygène
avec rampe de remplissage integrée
Autonomous oxygen generator
with integrated filling ramp
Convertor
Oxygène
gazeux
Gaseous
oxygen
Bouteilles
d’oxygène
Oxygen
cylinders
Convertisseur d’oxygène
liquide embarqué
On-board liquid oxygen
converter
gazeux
oxygen
# 54
Joachim Bélanger – Notre principal point fort est la maîtrise des gaz aéronautiques
et de toute la chaîne d’alimentation en gaz, de la génération au stockage, en passant
par la maintenance et la formation. Autre point fort : nous sommes capables de
développer des solutions spécifiques à l’image de l’Oxyplane ou du GMAG. De plus,
au-delà des normes OTAN auxquels nos produits répondent, Air Liquide advanced
Technologies a su apporter toute son expertise pour concevoir des équipements
répondant aux exigences militaires : gaz de qualité aéronautique, transport, robustesse
ou d’utilisation spécifique (porte-avions).
Convertisseur
Banc de purge
Purge bench
Oxygène respirable
Breathable oxygen
Quels sont les points forts d’Air Liquide advanced Technologies
dans ce domaine ?
Approvisionnement d’oxygène pour aéronefs
Oxygen supply for aircraft
Oxygène
Gaseous
Dans l’aéronautique, l’azote peut remplir plusieurs fonctions, par exemple recharger
en gaz les amortisseurs des trains d’atterrissage, gonfler les pneumatiques des
avions ou inerter les citernes de stockage de kérosène et éviter ainsi tout risque
d’explosion ou bien encore optimiser la qualité des images des détecteurs infrarouges
dans le domaine de l’optronique. Conçu pour fonctionner dans les conditions les plus
difficiles lors d’opérations extérieures, notre générateur GMAG se substitue à une
chaîne complète de production et de stockage d’azote et est aérotransportable. Nous
disposons d’un autre générateur d’azote de type stationnaire, le GENA 20, disposant
d’une plus grande capacité de production. Côté stockage, nous avons développé des
citernes GPV avec système intégré de vaporisation, ainsi que des bouteilles pouvant
être chargées sur de petits chariots.
Bouteilles d’oxygène
Oxygen cylinders
Oxygène liquide
Liquid oxygen
5
: : : D a ns l’Ac t u
H ot N e ws : : :
H Y DROGÈNE ENERGIE
H Y DROG EN ENERGY
Une station hydrogène pour le Centre
de Recherche Paris-Saclay
A hydrogen station for the Paris-Saclay
Research Center
Une nouvelle station hydrogène est
maintenant opérationnelle en France
depuis le 18 juillet au Centre de Recherche
Paris-Saclay d’Air Liquide (anciennement
Centre de Recherche Claude Delorme),
en région parisienne. Elle permet de
remplir le réservoir de véhicules à
hydrogène fonctionnant avec une pile
à combustible. Le cahier des charges
à l’origine de cette nouvelle station
exigeait de construire une infrastructure
à coût abordable, autonome en matière
de sécurité et certifiée CE, c’est-à-dire
conforme aux exigences communautaires
de l’Europe. « La mise au point de cette
station 700 bar, explique le Chef de Projet
Damien Sallais, s’inscrit dans une logique
de développement de l’infrastructure de
distribution de l’hydrogène en France. »
Résultat : haute de 2 mètres et équipée
d’un pistolet de distribution et d’un écran
de contrôle, cette station de distribution
d’hydrogène s’utilise comme une pompe
à carburant traditionnelle.
Since July 18, a new hydrogen filling station has been in operation in France, at Air
Liquide’s Paris-Saclay Research Center (formerly Claude Delorme Research Center)
in the Greater Paris Area. It aims to fill the hydrogen fuel cell battery that powers the
vehicle. The original specifications for this new station called for the construction of an
infrastructure that is affordable, autonomous in terms of security, and in conformity
with the EC standard that
extends to the entire
European Community. “The
development of this 700 bar
station,” explains Project
Chief Damien Sallais, “is
aligned with the broader
goal of building a fullfledged infrastructure for the
distribution of hydrogen in
France.”
The result: 2 meters
high and equipped with
a nozzle pump and an
electronic display system,
this hydrogen filling station
works just like a traditional
gas pump.
BIOG A Z
BIOG AS
Tournée vers les enjeux et la dynamique des nouvelles énergies, Air Liquide élabore des solutions globales
dédiées à la valorisation du biogaz, de l’épuration du biogaz à la liquéfaction du biométhane. Exploitant agricole,
gestionnaire de traitement de déchets, agro-industriel, notre offre biogaz répond à vos besoins spécifiques !
Squarely focused on the challenges and dynamic of new energies, Air Liquide devises global solutions dedicated
to biogas upgrading, from biogas purification to biomethane liquefaction. Our biogas range has a solution to
meet your specific needs, whatever your sector, from farming, to waste management or agro-industry.
Découvrez notre offre pour la valorisation du
biogaz en vidéo !
Watch our brand new video and discover our
offer for biogas upgrading!
Scannez et découvrez la vidéo biogaz !
Ou visualisez la vidéo sur
www.airliquideadvancedtechnologies.com/fr/publications/videos-4/nos-solutions-de-valorisation-du-biogaz.html
Scan and discover our biogas video!
Or watch the video on
www.airliquideadvancedtechnologies.com/en/library/videos-4/air-liquide-biogas-solutions.html
JA PO N
JA PA N
HELIAL : l’Université de
Kobé en redemande !
HELIAL: Kobe University
wants more!
L’Université de Kobé a sollicité Air Liquide pour lui fournir
un liquéfacteur d’hélium HELIAL ML. « C’est la seconde
machine que l’université nous commande, rapporte Laurent
Thiers, Advanced Technologies Engineering Group Manager
d’Air Liquide Japan. Ce nouvel HELIAL permet de doubler la
capacité de liquéfaction, en produisant 120 L/h d’hélium pur
pour des applications de recherche. »
La réponse à l’appel d’offre, lancé en mai dernier, concerne
une unité complète. Elle a été réalisée en étroite collaboration
par Advanced Technologies Japan (ATJ) et Air Liquide
advanced Technologies, qui ont combiné leurs expertises
respectives pour proposer l’offre la plus compétitive possible
des points de vue technique et financier. « Nous fabriquons
le compresseur de cycle et le liquéfacteur HELIAL avec
un épurateur et un système de déshuilage intégrés, décrit
Simon Crispel, Responsable Produit HELIAL à Sassenage.
ATJ fournit de son côté un sécheur d’hélium et sera
responsable de l’intégration de l’unité dans les laboratoires
de l’université. »
L’HELIAL et les autres dispositifs fournis par Air Liquide
devront être livrés en mars 2015.
Kobe University asked Air Liquide to supply it with a
HELIAL ML helium liquefactor. “It’s the second one that
the University has ordered from us,” notes Laurent Thiers,
Advanced Technologies Engineering Group Manager for Air
Liquide Japan. “With this new HELIAL, they can double the
liquefaction capacity, producing 120 L/h of pure helium for
research applications.”
The response to the competitive bid, a process that was
launched last May, concerns a complete unit. It was carried
out in close collaboration by Advanced Technologies Japan
(ATJ) and Air Liquide advanced Technologies. They pooled
their respective ranges of expertise to come up with the
most competitive possible proposal from both a technical
and a financial perspective. “We manufacture the cycle
compressor and the HELIAL liquefactor with an integrated
purifier and dis-oiling system, explains Simon Crispel,
HELIAL Product Head at Sassenage. ATJ supplies a helium
dryer and will be responsible for integrating the unit at the
University’s laboratories.”
Delivery of the HELIAL and other systems supplied by Air
Liquide is expected in March 2015.
Air Liquide propose un système de liquéfaction complet,
allant de la récupération d’hélium jusqu’à votre application.
Air Liquide offers a comprehensive liquefaction system,
covering every aspect from gaseous helium recovery to
your application.
Le Cryoscope est publié par Air Liquide Advanced Technologies • BP 15 • 38360 Sassenage •
Tél. : +33 (0) 4 76 43 62 11 • Fax : +33 (0) 4 76 43 62 71 • Directeur de la publication : Xavier Vigor •
Coordination : Dominique Lecocq, Katelyne Bräunlich • Éditeurs délégués : Publicis Activ Lyon •
22 rue Seguin, 69286 Lyon CEDEX 02 • Tél. +33 (0) 4 72 41 64 84 • Photos et illustrations : ESA/CNES/
ARIANESPACE–Photo Optique Video CSG, Patrick Avavian, Acapella Bleu, A.Axanderr, Géronimo, Air Liquide
• Impression : Colorteam, Clermont-Ferrand (63) • ISSN 2107-4658 • Dépôt légal à parution • Octobre 2014
The Cryoscope is published by Air Liquide Advanced Technologies • BP 15 - 38360 Sassenage-France •
Tel. : +33 (0) 4 76 43 62 11 • Fax : +33 (0) 4 76 43 62 71 • Director of Publication: Xavier Vigor • Coordination:
Dominique Lecocq, Katelyne Bräunlich • Delegate Publishers: Publicis Activ Lyon • 22 rue Seguin, 69286
Lyon CEDEX 02-France • Tel. +33 (0)4 72 41 64 84 • Pictures and graphics: ESA/CNES/ARIANESPACE–
Photo Optique Video CSG, Patrick Avavian, Acapella Bleu, A.Axanderr, Géronimo, Air Liquide • Printing:
Colorteam, Clermont-Ferrand (63)-France • ISSN 2107-4658 • Copyright deposited • October 2014
Imprimé sur papier FSC, bois
provenant de forêts exploitées
de manière durable.
Printed on sustainably
managed forests paper.
6

Documents pareils

Hot News ::: ::: Dans l`Actu - Air Liquide Advanced Technologies

Hot News ::: ::: Dans l`Actu - Air Liquide Advanced Technologies norvégienne Rüter. Ces véhicules seront fabriqués par le constructeur belge Van Hool. Par ailleurs, le groupe Air Liquide produira l’hydrogène sur site. » Dix minutes suffiront aux stations 350 bar...

Plus en détail

Cryoscope N°55 - Air Liquide Advanced Technologies

Cryoscope N°55 - Air Liquide Advanced Technologies Since then, electronic controls have become the norm in military aviation, offering performances that are unrivaled to date. “This is one of the reasons that Lockheed Martin – the American manufact...

Plus en détail

Hot News ::: ::: Dans l`Actu - Air Liquide Advanced Technologies

Hot News ::: ::: Dans l`Actu - Air Liquide Advanced Technologies equipment (ovens depots, engraving, etc.). For decades now, the principle behind them has remained the same. Today, Air Liquide is giving these cabinets an update by modernizing the control and com...

Plus en détail