A.II.5.4.3 - Réserve Naturelle de la Haute Chaine du Jura

Commentaires

Transcription

A.II.5.4.3 - Réserve Naturelle de la Haute Chaine du Jura
A.II.5.4.3 - La cueillette
Globalement interdite dans la réserve naturelle pour toutes les plantes par
l’article 6.2 du décret, l’activité de cueillette est toutefois possible pour les baies,
les fruits sauvages, les plantes médicinales et les champignons.
A.II.5.4.3.1 - Fruits et baies sauvages
Les espèces recherchées sont principalement les framboises, les fraises des
bois, les myrtilles et accessoirement les alises et les sorbes pour la confection
d’eau-de-vie. C’est une cueillette traditionnelle bien pratiquée. Mais, certains
témoignages en indiqueraient la baisse progressive.
Les lieux, les dates et les outils de cueillette sont à étudier, notamment
pour les myrtilles, afin d’évaluer l’impact de la cueillette sur la végétation et sur
la faune sensible au dérangement.
Toutefois, les risques d’infestation par les larves d’Ecchinocoques contraignent la
cueillette des myrtilles et des fraises des bois. Une information du public reste
nécessaire.
A.II.5.4.3.2 - Plantes médicinales
Les pratiques de cueillette des plantes médicinales ne sont pas connues.
Leur cueillette est autorisée par le décret ministériel.
La liste des baies et des fruits sauvages recherchés par les cueilleurs peut
être aisément définie, par contre la liste des plantes médicinales doit être
élaborée afin de définir clairement leur caractère médicinal.
A titre d’exemple, la racine de gentiane jaune est arrachée pour
distillation : doit-on se référer à une activité traditionnelle ou à un statut de
plante médicinale pour accepter sa cueillette ?
A.II.5.4.3.3 - Champignons
La cueillette des champignons est assidûment pratiquée, en forêts
montagnardes et en pré-bois et sur les pelouses d’alpage. Les cueilleurs de
champignons recherchent entre autres, la Morille conique (Morchella costata), le
Petit gris (Tricholoma terreum), le Clitocybe nébuleux (Clitocybe nebularis), le
Tricholome de la Saint Georges (Tricholoma georgii) et le Clitocybe géotrope
(Clitocybe geotropa).
Toutefois, l’arrêté préfectoral départemental du 13 février 1996 limite la
cueillette à 3 kg au maximum par jour et par personne, avec respect du mycélium
souterrain. L’utilisation de pioche et de râteau est prohibée.
A.II.5.4.3.4 - Cas particuliers
Par arrêté préfectoral du 7 février 1997, certaines plantes peuvent être
classées nuisibles et sont susceptibles d’être détruites afin de limiter leur
prolifération : chardons, ambroisie, rumex, orties...
Les pratiques relevant de l’application de cet arrêté ne sont pas évaluées sur la
Haute Chaîne du Jura. Seuls, le Cirse laineux (Cirsium eriophorum) et le Vérâtre
blanc (Veratrum album) font l’objet d’éradication par fauchage ou arrachage.
La Carline (Carlina acaulis) est souvent cueillie pour décoration, mais n’est pas
considérée comme une plante nuisible.
Sphaignes, mousses, lichens sont parfois collectés à des fins de décoration florale.
Leur cueillette est interdite dans la réserve naturelle et réglementée au niveau
départemental.
2
- -
Plan de Gestion de la réserve naturelle de la Haute Chaîne
du Jura

Documents pareils