Infos : www.landrover.com Plus de 40 ans déjà que le Range Rover

Commentaires

Transcription

Infos : www.landrover.com Plus de 40 ans déjà que le Range Rover
vitesse de pointe de 210 km/h. Ces performances, le Range les doit aussi à la nouvelle
boîte ZF automatique à huit rapports qui
progresse là encore par rapport à l'ancienne
boîte six. Nous pouvons vous confirmer que
les prestations sont du même ordre que celles
fournies par l’ancien 3,6L, mais avec une
consommation… très faible !
Plus de 40 ans déjà que le Range Rover
est synonyme d’innovation et de règne dans l’univers des
véhicules tout terrains. Pour cet anniversaire exceptionnel dans le
monde automobile, il nous revient avec un tout nouveau moteur
V8 TDI et une boite automatique à 8 rapports.
Origines
Look & Feel
L'année 2010 fut décidément un grand
cru pour le Range Rover : l'aristocratique 4x4
anglais à fêté avec faste ses 40 ans et retrace
son histoire depuis le 17 juin 1970, sortie officielle du tout premier Range. Mais un anniversaire n'en serait pas vraiment un sans cadeau,
et notre quadragénaire reçoit un beau sous
la forme d'un tout nouveau V8 diesel 100 %
Range Rover et d'une nouvelle boîte automatique à huit rapports. Non seulement ce
millésime 2011 progresse en performances,
mais il devient également le premier Range
de l'histoire à descendre sous les 10 litres de
consommation moyenne ! En 2010, grâce à
l’introduction de ce nouveau moteur, le Range
Rover à vu ses ventes augmenter de 55% un
record dans l’histoire de la marque !
Commençons par les modifications esthétiques, peu nombreuses. On note seulement
l'apparition, en option, d'un pack « Design
extérieur » qui comprend un nouveau bouclier
avant avec des antibrouillards intégrés, une
calandre et des prises d'air façon titane et un
nouveau pare-choc arrière. Mais c'est à l'intérieur que le Range innove avec des sièges
arrière inclinables électriquement, chauffants
et climatisés et disposant même d'un réglage
lombaire.
Autre innovation, les passagers arrière
peuvent également profiter d'écrans TFT
intégrés aux appuie-têtes arrière et commandés depuis une télécommande multimédia
placée dans l'accoudoir arrière. A l'avant, le
grand écran central est de type « Dual View » :
tandis que le conducteur suit par exemple
la navigation GPS, le passager, sur le même
écran, peut regarder un film DVD ou la télévision sans déranger le conducteur. Les finitions
sont de très bonne qualité, l’habitacle à hérité
de la commande de boite de vitesse de la
dernière Jaguar XF… toujours sympa de voir
surgir la commande au démarrage du moteur.
Cadeau
L'ancien TDV8 3.6 ne manquait déjà pas
de tonus avec ses 272 chevaux et 640 Nm.
Le nouveau 4.4 de conception maison adopte
la double suralimentation et délivre désormais 313 chevaux et 700 Nm, disponibles dès
2 000 tours/minute. Au-delà des chiffres, ce
V8 discret au ralenti devient agréablement
musical en montant dans les tours bien qu'il
fonctionne au gasoil. Mais surtout, il gagne
significativement en agrément et en performances par rapport au 3.6 déjà réussi.
Malgré les 2 580 Kg (à vide) de l'engin,
Range Rover annonce ainsi un 0-100
abattu en 7,8 secondes et une
La boite de vitesses, a la fois plus douce
et beaucoup plus rapide, profite également
des deux rapports supplémentaires pour offrir
une démultiplication qui offre plus de vivacité
sur les premiers rapports et plus d'allonge sur
les derniers. Ainsi sur le huitième rapport, les
160 km/h sont atteints à seulement 2 000
tours/minute, permettant ainsi de faire chuter
la consommation annoncée en mixte à seulement 9,4 litres (nous avons plutôt atteint les
10,9 litres de moyenne le pied assez lourd, ce
qui est remarquable). Les rejets de CO2 bénéficient aussi de cette baisse de la consommation, avec 253 g/km de CO 2 !
On the road again…
Malgré son gabarit imposant, on trouve
immédiatement ses marques dans le Range
Rover. La finition, parfaite, est typiquement
anglaise avec ses harmonies de couleur, son
bois précieux et son cuir qui peut recouvrir
jusqu'au ciel de toit ! Le combiné d'instruments classiques et ici remplacé par un très
agréable écran TFT dont les informations
varient en fonction du mode de conduite.
Au départ ca fait un peu console de jeu, puis
on s’y habitue et on ne sait plus s’en passer !
Jaguar est passé par là également.
Sur la route, ce Range est assez bluffant.
Il abat le 0-100km/h en 7,8 secondes (contre
6,2 secondes pour le V8 essence 5,0l) et accélère de 80km/h à 120km/h en 5,1 secondes.
Il est bridé à 210km/h.
Les mauvaises langues
diront qu’avec le 4,4l il n’est enfin plus sousmotorisé.
Certes, il n’a pas les qualités dynamiques
d’un X5 ou d’un ML et sur autoroute, son cx
d’armoire normande se paye en bruits aérodynamiques.
En revanche, son moteur se fait
oublier à régime constant. Sur autoroute, il
offre un confort royal et vous enchainez les
kilomètres sans souci.
Sur les petites routes
du Brabant Flamand, où avait lieu notre essai,
il se joue des enfilades et ni les pneus, ni les
freins ne donnent l’impression de souffrir.
Grâce à la suspension pneumatique, vous ne
prenez pas non plus de roulis.
Malgré le nombre de fonctions et de
gadgets, l'ergonomie est assez bonne et on
se sent vite à l'aise. De quoi alors profiter du
confort, exceptionnel, et de l'immense agrément de conduite. Extrêmement bien insonorisé, le Range semble glisser sur la route et les
huit rapports s'enchaînent sans temps mort,
de manière quasiment imperceptible, rendant
les palettes au volant totalement superflues.
Le moteur pousse tout le temps sans faiblir
et on se prend rapidement à atteindre des
vitesses de croisières
And offroad ?
Mais la palette des talents du Range ne se
limite pas à ses prestations routières. Sur petites
routes, il garde un comportement sain même s'il
faut composer avec le poids et le gabarit, ainsi
que les transferts de masse en enchaînements
de virages. Contrairement aux idées reçues, la
ville n'est pas un calvaire, loin de là, grâce à la
boîte automatique et à la douceur de la mécanique : il faut juste là encore faire attention aux
dimensions hors normes de l'ensemble.
Mais c'est une fois quitté le bitume que le
Range abat sa dernière carte : il reste un vrai
franchisseur aux capacités tout-terrain étonnantes. D'autant le système Terrain Response
a été encore amélioré avec une aide au démarrage en côte et un contrôle automatique
de descente. Avec ses blocages de différentiels, sa suspension à garde au sol variable
et ses différents modes programmables, rien
ne semble faire peur au Range, passages de
gué ou descentes abruptes, franchissements
ou terrain glissants. Le plus difficile finalement, c'est presque de consentir à mettre un
véhicule de près de 130 000 euros dans notre
version d'essai dans des situations difficiles
où l'on risque à tout moment d'abimer sa
peinture neuve ! Les seules rivales que nous
lui trouvons sont la Mercedes Benz GL 450
et le nouveau Porsche Cayenne (précédente
édition de Diplomatic-World), mais celui-ci
n’est proposé, en version gasoil, malheureusement qu’en 6 cylindres 3 litres…Pas de quoi
faire de l’ombre à ce merveilleux TDV8 !
Deal ?
Après 40 ans de présence exceptionnelle
dans notre vie automobile, le Range Rover
3ème du nom est à maturité. Jamais auparavant un Range Rover ne s’était montré aussi
parfait et surtout avec une consommation exceptionnellement faible contenu de la masse
embarquée. Un vrai 4X4 avec le luxe d’une
limousine et une consommation de grosse
berline… que vouloir de plus ?
Infos : www.landrover.com
Remerciements :
Jan Vroemans,
Isabelle Michiels.

Documents pareils