DP Sriwanichpoom

Commentaires

Transcription

DP Sriwanichpoom
Galerie pour la photographie
www.galerie-vu.com
> Groupe Abvent <
2, rue Jules Cousin
75004 Paris
Tél : 01 53 01 85 81
Communication et relations médias
Bernadette Sabathier & Caroline Collard
[email protected] - [email protected]
Tél : 01 53 01 05 11
manit sriwanichp oom
man in pink
du vendredi 16 mai au samedi 28 juillet 2007
E n t r é e l i b r e - d u m e r c r e d i a u s a m e d i - d e 14 h 0 0 à 19 h 0 0 & s u r r e n d e z - v o u s
Galerie pour la photographie
www.galerie-vu.com
> Groupe Abvent <
2, rue Jules Cousin
75004 Paris
Tél : 01 53 01 85 81
Communication et relations médias
Bernadette Sabathier & Caroline Collard
[email protected] - [email protected]
Tél : 01 53 01 05 11
“la vie en pink ”
Aussi radical qu’inventif, Manit Sriwanichpoom propose clairement une fonction de dénonciation pour l’art contemporain.
Cinq ans après l’avoir exposé pour la première fois lors d’une exposition collective (“les quatre de Bangkok”), la Galerie VU’ propose aujourd’hui “Pink man in paradise” derniers épisodes de son travail mettant en scène son personnage “Mister Pink”.
Toujours vêtu d’un spectaculaire costume en soie du rose le plus intense possible, “Mister Pink” promène sans cesse un caddie de la même
couleur, de supermarchés en temples, de paysages touristiques en grands repas. Nouveau riche caricatural, frôlant toujours les limites d’un
kitsch extravagant, il incarne tour à tour tous les défauts de nos sociétés, mettant en cause de façon désopilante la société de consommation, le tourisme de masse ...
Mister Pink est un acteur Thaïlandais. Il est en fait une créature inventée et dirigée par Manit Sriwanichapoom, artiste activiste qui utilise la
photographie et le transforme en élément révélateur. Excessif, éternellement vêtu d’un costume de soie d’un spectaculaire rose flashy, sans
expression, il pousse immanquablement un caddie de la même couleur que sa veste et est accessoirisé d’une téléphone portable du même
rose…Au gré des séries que conçoit Manit – qui les réalise très rapidement -, il va tour à tour devenir élément, ridicule, voire grotesque, de la
critique du tourisme ou de la consommation, s’intégrer dans des photomontages qui dénoncent le massacre des étudiants et même venir à
Paris pour figurer dans des scènes qui battent en brèche les clichés du public Thaï sur notre capitale.A la fois radical et plein d’humour,
jouant avec le kitch tout en restant fidèle au sérieux du propos, l’ensemble met à la fois en valeur un numéro d’acteur minimaliste et désopilant et le talent du metteur en scène qui fait souvent référence au cinéma et à la peinture (le déjeuner sur l’herbe, par exemple, à
Paris).Après les attentats terroristes en Indonésie, Manit a emmené son modèle sur les sites les plus célèbres du pays, de temples en falaises, pour des paysages subtils dans lesquels Mister Pink et son caddie viennent interroger l’industrie touristique que cherchait à déstabiliser
la violence. Le Paradise s’avère alors, une fois de plus, aussi sublime ou surprenant dans sa nature que dérisoire dans sa consommation.
Ce travail amusant, apparemment léger, revendiquant la mise en scène comme modalité d’affirmation du point de vue, est une prise de
position militante qui se fonde sur l’efficacité d’un dispositif. S’il n’est qu’un aspect d’une œuvre multiple, il en est certainement le versant
le plus original. Aux dernières nouvelles, alors que la collaboration entre Manit et Mister Pink va vraisemblablement se terminer, il devrait
donner matière à une statue. Une autre forme d’éternité.
Christian Caujolle
Galerie pour la photographie
www.galerie-vu.com
> Groupe Abvent <
2, rue Jules Cousin
75004 Paris
Tél : 01 53 01 85 81
Communication et relations médias
Bernadette Sabathier & Caroline Collard
[email protected] - [email protected]
Tél : 01 53 01 05 11
a propos de “pink man in paradise”
Réalisée en 2003, la série “Pink man in paradise” met en scène Mister Pink en différents lieux d’une île Bali moins d’un an après l’attentat. Seul, tel un touriste perdu, il pose devant des temples sacrés, des
paysages emblématiques du tourisme d’antan.
“Le 12 octobre 2002, une bombe explosait dans une discothèque de
Bali, tuant 202 touristes - la plupart australiens - et en blessant des
centaines. Il s’agissait là d’une attaque terroriste sans précédent, du
jamais vu sur cette île tropicale devenue un paradis pour touristes.
En commettant cet acte, les terroristes islamistes ont fait voler en
éclats les fêtes et autres festivités considérées comme des manifestations de l’enfer sur terre, laissant derrière eux, au milieu des ruines, la
panique, l’incompréhension, l’atrocité et le chagrin pour tous ceux qui
ont perdu un être cher. Pour tous les autres, il est devenu clair “que
plus aucun lieu n’était désormais sûr sur terre”. La guerre contre le
terrorisme, telle qu’elle est menée par le président américain George W
Bush et ses alliés, semble alimenter le feu plutôt que de s’attaquer aux
racines du problème. On a tiré le tapis sous nos pieds. Et sous ceux de
Pink Man, l’incarnation du consumérisme. Comme pour tous les touristes moyens et autres chercheurs de sensations fortes, l’ego de Pink
Man est désormais dans un vide plein de paranoïa et d’instabilité, son
naïveté évanouie mais sa sa sagesse non encore née, comme s’il errait
sur l’île de Bali, à la recherche de son paradis perdu.”
Manit Sriwanichpoom, post-bomb Bali, 2003
“Peu à l’aise dans cet environnement, il semble dépassé par le paradis dans lequel il se trouve - un paradis caractérisé par la vénération
de la nature et des dieux et déesses hindoues. Le caddie de l’homme
en rose reste éternellement vide et son comportement paraît hésitant
plutôt que triomphant. Le désir du touriste de connaître et contrôler
des environnements non familiers et d’en capturer le souvenir est
contrarié par ce paysage unique. Comme si le paradis spirituel dans
lequel se trouve Pink Man n’était pas le paradis du consommateur
qu’il attendait.(...) Avec son focus sur la majesté des paysages indonésiens, “Pink man in paradise” pointe la force de l’identité culturelle
asiatique face à la mondialisation et la globalisation.”
Claire Armstrong, Editor of “Art & Australia” and former editor of
“Art AsiaPacific”
Galerie pour la photographie
www.galerie-vu.com
> Groupe Abvent <
2, rue Jules Cousin
75004 Paris
Tél : 01 53 01 85 81
Communication et relations médias
Bernadette Sabathier & Caroline Collard
[email protected] - [email protected]
Tél : 01 53 01 05 11
manit sriwanichpoom, biographie
Thaïlandais. Né à Bangkok en 1961. Vit à Bangkok, Thaïlande.
Il ne se pose pas la question de savoir s’il est photographe. Il se trouve que, pour des raisons professionnelles, il réalise des images pour la
publicité, parfois pour la presse, mais il est animé par tout autre chose. Lié au monde du cinéma, acteur de la scène de l’art contemporain à
Bangkok, il se définit lui-même comme un activiste qui utilise la photographie dans la mesure où elle lui permet de mettre rapidement en
forme ses points de vue, ses protestations, ses urgences. Cela fait bien vingt ans qu’il se bat pour la création d’un musée d’art contemporain
dans une capitale asiatique dont le dynamisme n’a d’égal que son peu d’intérêt pour toute proposition actuelle qui ne ferait pas référence à
la tradition. Il est absolument réactif, immédiat. Il a ainsi réalisé une remarquable série de mises en scène, en noir et blanc, encadrées dans
de lourdes dorures, parodiant des icônes du photojournalisme, dans lesquelles des victimes du napalm ou des réfugiés fuyaient en transportant des emballages des grandes marques de luxe internationales. C’était sa réponse au krach financier en Asie du Sud-Est à la fin des années quatre-vingt. Il a complété cette provocation, exposée dans la rue et portée par des figurants, par un constat terrible des projets immobiliers pharaoniques interrompus par la crise : citadelles du dérisoire.
Il a inventé un personnage, “Mister Pink”, vêtu d’un costume en soie rose intense, accompagné d’un caddie et d’un téléphone portable de
même couleur, qui lui sert à révéler et dénoncer les travers consuméristes de notre société.
> Expositions personnelles (séléction depuis 2000)
2006 2005
2004 2003
2002
Beijing Pink Safari, Kathmandu
Pink Man in Paradise
Pink Man in Paradise “Protest"
Repertoire of the Innermost
In-Your-Face
Primavera Fotográfica de Catalunya.
Bangkok in Pink,
Phantom & Parody
> Highland Gallery, Beijing, Chine
> Photo Gallery, Bangkok, Thaïlande
> Valentine Willie Fine Arts, Kuala Lumpur, Malaisie
> Monash University, Melbourne, Australie
> October 14 Memorial, Bangkok, Thaïlande
> Plum Blossom Gallery, Singapour
> Numthong Gallery, Bangkok, Thaïlande
> Sant Boi, Barcelona
> the Gallery, Yokohama Museum of Art, Japon
> Atelier Frank & Lee, Singapou
> Expositions collectives (séléction depuis 2000)
2006
2005
2004
2003
Fever Variations
Paris Photo, Galerie VU, Paris, France
“Global Tour”
Two Asias Two Europes
The First Pocheon Asian Art Festival
Asia Traffic
Bangkok : Bangkok
Bangkok : Bangkok,
Pink Man, La vie en Pink
Pink Man, La vie en Pink,
Asian Traffic, Asia-Australia
Identities vs Globalisation ?
50ème Biennale di Venezia
Global Detail
Memory & Disappearance,
Next Move
36 Ideas from Asia,
Thai-tanic
From Desire to Where
> 60ème Gwangju Biennale, Corée
> Paris Photo, Galerie VU, Paris, France
> Amsterdam, Pays-Bas
> Duolun Museum of Modern Art, Shanghai, Chine
> Pocheon, Corée
> Esplanade, Singapour
> Kunsten Festival des Arts, de Markten, Bruxelles, Belgique
> La Capella, Barcelona, Espagne
> DFoto, San Sebastian, Espagne
> Paris Photo, France
> Contemporary Arts Centre, Sydney, Australie
> Chiang Mai, Bangkok et Dahlem Museum, Berlin
> Thai Pavilion, Italie
> Noorderlocht Photofestival, Groningen, Pays-Bas
> Momenta Art, Brooklyn, New York
> College of the Arts, Singapour
> Rupertinum Museum of Art, Salzburg, Autriche
> Ethan Cohen Fine Art, New York, Etats-Unis
> Tang Gallery, Bangkok, Thaïlande
Galerie pour la photographie
www.galerie-vu.com
> Groupe Abvent <
2, rue Jules Cousin
75004 Paris
Tél : 01 53 01 85 81
Communication et relations médias
Bernadette Sabathier & Caroline Collard
[email protected] - [email protected]
Tél : 01 53 01 05 11
Asia Comments
Living out – Hiding in
Sight
36 Ideas from Asia
2002
Quatre de Bangkok
> Copenhagen, Danemark
> Tang Gallery, Bangkok, Thaïlande
> College of the Arts, Singapour
> Museum Kuppersmuhle Sammlung Grothe, Duisburg,
Allemagne
> Galerie VU, Paris, France
> Expositions collectives (suite)
2001 2000
Borderline, China Pingyao International Photography Festival
Quatre de Bangkok
The Promise of Photography
Polypolis
History & Memory
> Chulalongkorn University, Bangkok, Thaïlande
> Shanxi, Chine
> PhotoEspana, Madrid, Espagne
> DG Bank, Schirn Kunsthalle, Frankfurt, Allemagne
> Kunsthaus, Hamberg, Allemagne
> Art center, Chulalongkorn University, Bangkok
Glocal Scents of Thailand
Images of the World, Station
Tourist Industry
Bangkok Inside/Outside
> Edsvik konst och kultur, Sollentuna, Suède
> Copenhagen, Danemark
> Forum Stadtpark, Graz, Autriche
> Goethe Institute, Bangkok
> livres
2003
2002
1999
Protest, Ed. Chang Puak Nga Dum
Blink, Ed. Phaidon
Manit Sriwanichpoom, Ed. de l’Oeil
Bangkok in black and white, Ed. Chang Puak Nga Dum
> Collections & Commissions
Maison Europeenne de la Photographie (Paris), DG Bank (Germany), ABN-AMRO Bank (Netherlands), Fukuoka Asian Art Museum (Japan),
Singapore Art Museum, LASALLE-SIA College of the Arts (Singapore), Chulalongkorn University (Bangkok), Srinakharinvirot University (Bangkok) and private collectors.
Galerie pour la photographie
www.galerie-vu.com
> Groupe Abvent <
2, rue Jules Cousin
75004 Paris
Tél : 01 53 01 85 81
Communication et relations médias
Bernadette Sabathier & Caroline Collard
[email protected] - [email protected]
Tél : 01 53 01 05 11
Photos libres de droits
Pink Man in Paradise #2, 2003
Pink Man in Paradise #7, 2003
Pink Man in Paradise #1, 2003