Les soins de la peau quotidiens sous la loupe

Commentaires

Transcription

Les soins de la peau quotidiens sous la loupe
FC
Juillet/août 2013
Approuvée pour
Répondez en ligne sur www.professionsante.ca
L e ç o n
d e
Formation continue
1,0
UFC
CCEPP : 1065-2013-753-I-P.
OPQ : 13-3927-00
Valide jusqu’au 5 août 2014.
Le Conseil canadien de l’éducation permanente en pharmacie et l’Ordre des pharmaciens du Québec ont accordé 1 unité de FC à cette leçon.
Objectifs d’apprentissage
Après avoir suivi cette leçon, les
pharmaciens pourront :
1. Expliquer le rôle des différentes
couches de la peau
2. Connaître la physiopathologie et les
traitements de la peau sensible, de
l’acné vulgaire, du psoriasis et de
l’eczéma
3. Discuter de l’importance des soins de
la peau quotidiens
4. Conseiller les patients sur le choix
de produits nettoyants et hydratants
adaptés à leur peau
Instructions
1.Après avoir lu attentivement cette
leçon, étudiez chaque question, puis
choisissez la réponse qui vous semble
correcte. Répondez en ligne sur www.
professionsanté.ca, dans la section
FC en ligne.
2. Une note de 70 % est nécessaire pour
réussir cette leçon (11 bonnes réponses
sur 15). Si vous obtenez la note de
passage, vos UFC seront transmises
à l’autorité provinciale compétente.
(Remarque : dans certaines provinces,
les pharmaciens doivent eux-mêmes
informer l’autorité compétente.)
Sujet
Les soins de la peau
quotidiens sous
la loupe
Par Michael Boivin, B. Sc. Pharm
L’auteur et les réviseurs scientifiques n’ont aucun conflit d’intérêt à déclarer.
La peau est le plus grand organe du corps
puisqu’elle recouvre près de deux mètres
carrés de superficie1. C’est aussi l’organe le plus
lourd, qui pèse près de quatre kilogrammes2.
La peau agit comme une barrière défensive
qui protège le corps des conditions extérieures
adverses. Elle prévient la perte de constituants
corporels, et en particulier de l’eau2. Bien plus
qu’un bouclier statique, la peau est un organe
dynamique et complexe qui remplit diverses
fonctions essentielles3. Outre son rôle défensif,
ses fonctions dynamiques comprennent :
Cette leçon de FC est publiée par Les Éditions
Rogers limitée (Groupe santé), One Mount Pleasant
Rd., Toronto, Ont. M4Y 2Y5. Tél. : 416 764-3916,
Téléc. : 416 764-3931. Cette leçon ne peut être
reproduite, en tout ou partie, sans l’autorisation
écrite préalable de l’éditeur. © 2013
Leçon publiée grâce à une subvention à visée éducative de :
• la protection contre les agents infectieux
• la thermorégulation
• la sensation
• la protection contre les rayons ultraviolets
• la réparation des blessures/plaies
La peau étant un organe externe, elle se
distingue de tous les autres organes du corps.
Les cliniciens et les patients peuvent observer les
changements de la peau qu’entraînent certains
processus pathologiques1. Ces changements
visibles peuvent rendre même les maladies
dermatologiques les plus bénignes difficilement
tolérables pour les patients.
Un grand nombre de maladies de la peau sont
traitables à l’aide de produits en vente libre, alors
que d’autres exigent un traitement combinant
des médicaments sur ordonnance et des produits
topiques en vente libre. Une bonne hygiène de la
peau peut protéger la barrière cutanée, atténuer
les symptômes apparents de nombreuses
maladies dermatologiques et accroître le confort
et la qualité de vie des patients.
Les pharmaciens sont très bien placés pour
fournir des conseils en dermatologie. Ils peuvent
recommander des régimes quotidiens de soins
de la peau conçus pour en améliorer l’apparence
et pour réduire les répercussions des maladies
dermatologiques.
FC
L e ç o n
d e
Formation continue
Les soins de la peau quotidiens sous la loupe
2
Juillet/août 2013
FIGURE 1
Biologie de la peau
Au cours des dernières décennies, la
connaissance des processus physiologiques de
la peau s’est considérablement approfondie2.
La recherche sur les répercussions cellulaires
de divers troubles dermatologiques nous
permet de mieux comprendre les objectifs
thérapeutiques qui s’y rattachent 2. Il est
essentiel pour les pharmaciens de bien
connaître la physiologie de la peau afin de
pouvoir mieux choisir les produits topiques
qui conviennent à leurs patients.
La peau est constituée de trois couches
distinctes : l’hypoderme, le derme et
l’épiderme. Chaque couche joue un rôle
essentiel dans la protection du corps face à
l’environnement.
HypoDermE
La couche la plus profonde de la peau est
l’hypoderme. Celui-ci se trouve sous le
derme et il est constitué de cellules adipeuses
(adipocytes) et de tissu conjonctif, lequel est
traversé de nerfs et de vaisseaux sanguins4.
L’hypoderme remplit les fonctions d’isolation
thermique, de stockage d’énergie et
d’amortissement des chocs pour les structures
et les organes sous-jacents1.
DermE
Le derme est la couche intermédiaire de
la peau, qui se situe entre l’hypoderme et
l’épiderme. Résistante et fibreuse, cette
couche renferme des vaisseaux sanguins,
des nerfs, des canaux lymphatiques et des
cellules immunitaires4. Les mastocytes et
les macrophages de la couche dermique
constituent une défense immunitaire innée
lors d’une atteinte qui dépasse l’épiderme que
ce soit par un agent infectieux, une piqûre
d’insecte ou un traumatisme cutané1.
Les fibres de collagène que renferme le
derme assurent un soutien mécanique à la
peau et contribuent à son élasticité4. Les
vaisseaux sanguins qui traversent le derme
exercent la double fonction d’acheminement
des nutriments et de maintien de la
température du corps4. Les nerfs nous
procurent des sensations cutanées qui nous
protègent de la chaleur, du froid, de la douleur
et de la pression4.
ÉPIDERME
L’épiderme est la couche externe qui est en
contact direct avec l’environnement1. Très
mince et résistante, son épaisseur varie de
0,05 à 1,5 mm, comparativement à 1,5 à 4 mm
pour le reste de la peau1. Environ 95 % des
cellules de l’épiderme sont des kératinocytes4.
L’épiderme ne renferme pas de vaisseaux
sanguins et dépend du derme pour l’apport
en nutriments qui alimente sa croissance
cellulaire par voie de diffusion4.
Répondez en ligne sur www.professionsante.ca
Modélisation de la couche cornée
Mélange lipidique
(mortier)
La vie d’un kératinocyte
Les kératinocytes sont les cellules qui
constituent la couche superficielle de la
peau. Ils ont pour fonction primaire de
produire de la kératine, une protéine fibreuse
et filamenteuse qui leur assure une assise
structurale3. Les kératinocytes sont disposés
en couches dont la plus profonde est la
couche basale4. Celle-ci est la seule couche de
l’épiderme à l’intérieur de laquelle les cellules
se divisent4. La principale composante de
ces cellules est le tonofilament (filament de
kératine)4.
Les kératinocytes migrent de la couche
basale vers la couche la plus superficielle de
la peau, la couche cornée (aussi connue sous
le nom de stratum corneum). À mesure qu’ils
se déplacent vers la surface, les kératinocytes
suivent un processus de différenciation au
terme duquel le noyau de la cellule se dissout
et le cytoplasme se remplit de tonofilaments4.
Une fois la différenciation achevée, les
kératinocytes sont devenus des cornéocytes
qui sont reliés entre eux par des protéines
spécialisées (desmosomes)4.
La couche cornée est la couche la plus
externe de l’épiderme. Son épaisseur varie de
15 à 25 couches de cornéocytes4. Lorsqu’elles
atteignent la surface de l’épiderme, ces
cellules sont éliminées dans un processus
appelé « desquamation ». Ce processus est
contrôlé par divers enzymes qui sont sensibles
au taux d’hydratation de la couche cornée.
On estime que l’épiderme normal élimine
entre 50 et 60 milliards de cornéocytes par
jour, mais ce nombre s’accroît dans les cas de
troubles d’hyperprolifération de la peau, tels
que le psoriasis1.
La durée totale du transit cellulaire
des cornéocytes de la couche basale à
l’élimination est de 52 à 75 jours4.
Structure de la couche cornée
La structure de la couche cornée est
parfaitement conçue pour faire barrage
à différents produits chimiques dans
l’environnement et pour prévenir la perte
d’eau et de nutriments. Cette structure
est semblable à celle d’un mur de briques
(Figure 1). Les « briques » représentent les
cornéocytes, et le « mortier » est une couche
constituée d’un mélange de lipides.
Cornéocytes
(briques)
Rôle des lipides intercellulaires
Dans la couche cornée, les espaces
intercellulaires sont remplis d’un mélange
de lipides, dont la principale fonction est
de contrebalancer la perte d’eau et de sels
minéraux et d’empêcher la pénétration de
substances hydrosolubles5. Cette couche
de lipides joue un rôle important dans la
fonction protectrice de la peau5.
La composition des lipides intercellulaires
est un mélange relativement équilibré de
céramides hydrophobiques, de cholestérol
et d’acides gras libres6. Dans cette mixture,
le cholestérol a pour fonction d’améliorer la
fluidité et la souplesse de la couche cornée, qui
autrement, serait rigide et fragile5.
Les céramides sont des molécules
lipidiques cireuses qui contribuent à
maintenir l’intégrité de la couche cornée
en reliant entre elles les couches adjacentes
de cornéocytes7. C’est aux céramides qu’on
doit les propriétés physiques de la couche
lipidique, telles que l’imperméabilité de
la peau à l’application superficielle de
préparations8.
Un déséquilibre lipidique et un débalancement des céramides (que ce soit un
excès ou une carence) peuvent entraîner une
formation défectueuse du mortier lipidique
et donc, une perte d’eau transépidermique
(TEWL) accrue et une plus grande perméabilité de la barrière cutanée9.
Importance de la filaggrine
La filaggrine est une protéine structurale qui
joue un rôle important dans la formation et
le renforcement de la couche cornée10. La
filaggrine se lie à la kératine et à d’autres
protéines des kératinocytes pour former de
denses faisceaux de kératine11.
Le rôle de la filaggrine s’étend au-delà
de ses effets sur la kératine. Cette protéine
se décompose en amino-acides et en sel
d’acide pyrrolidone carboxylique (APC-Na),
lesquels aident à retenir l’eau et à maintenir
l’hydratation de la couche cornée, en
particulier dans des conditions de faible
humidité7. La capacité hygroscopique de
ces amino-acides et du sel d’APC (maintien
de l’hydratation et rétention d’eau) est
communément appelé « facteur d’hydratation
naturelle » (FHN)10.
FC
L e ç o n
Formation continue
Les soins de la peau quotidiens sous la loupe
Novembreen
2010
Répondez
en ligne au www.professionsante.ca
Répondez
ligne| sur
www.professionsante.ca
Juillet/août 2013
Répercussions des troubles dermatologiques
sur la peau
Les troubles dermatologiques courants ont
différentes répercussions sur la couche cornée.
C’est en adaptant leurs recommandations
en fonction de la nature du trouble que les
pharmaciens peuvent le mieux répondre aux
besoins de leurs patients.
Perle de pratique clinique
La plupart des patients qui sont atteints
de troubles dermatologiques, que ce
soit l’eczéma, le psoriasis, la rosacée ou
même l’acné, en souffrent de manière
chronique. Il est important que tous les
traitements recommandés soient bien
tolérés et acceptés par les patients
puisque leur usage s’étendra pour la
plupart sur plusieurs années.
PEAU SENSIBLE ET ROSACÉE
La peau sensible se définit comme un trouble
d’hyperréactivité cutanée subjective à des
facteurs environnementaux12. Certaines
personnes font état de réactions cutanées
excessives aux produits de beauté, savons et
écrans solaires12. Bien qu’en général, on ne
constate aucun signe objectif d’irritation,
le patient se plaint de démangeaisons, de
sensation de brûlure, de picotements et
d’inconfort12. Une faible proportion de
patients peuvent présenter de l’érythème
(rougeur), de la sécheresse ou une éruption
cutanée12.
La peau sensible est une affection répandue :
une étude de grande envergure a établi que
51,4 % de femmes et 38,2 % d’hommes
rapportent avoir la peau sensible, tandis
que 10 % de femmes et 6 % d’hommes
déclarent que celle-ci est très sensible13. Cette
affection semble plus répandue chez les
femmes, les jeunes adultes et les personnes
de descendance asiatique, sans compter
qu’elle est plus fréquente pendant les mois
d’hiver14.
La pathophysiologie de la peau sensible est
méconnue14. Des cornéocytes de taille réduite
et une couche cornée moins épaisse entraînent
une perméabilité accrue de la peau, et par
conséquent une plus grande pénétration des
irritants15. On a établi un lien entre un faible
taux de céramides dans la couche cornée et
la gravité de la dermite de contact irritative15.
Cela indique que la fonction protectrice de
la couche cornée pourrait être compromise
chez les patients souffrant de trouble de la
peau sensible15.
La plupart des patients qui souffrent de
rosacée ont une peau très sensible. Bien que
la peau paraisse souvent grasse, celle-ci est
sujette à l’irritation au contact de nombreux
déclencheurs. Réduire l’exposition aux
facteurs déclencheurs et maintenir les
d e
soins standards de première ligne sont les
meilleures stratégies pour réduire cette
irritabilité.
ACNÉ VULGAIRE
L’acné touche plus de 80 % des adolescents
et persiste au-delà de l’âge de 25 ans chez
3 % des hommes et 12 % des femmes16. L’âge
le plus courant d’activité de l’acné se situe en
général entre 12 et 24 ans. L’acné provoque un
degré considérable de détresse psychosociale
chez les patients et comporte un risque de
cicatrices qui restent à long terme16.
La plupart des patients qui ont de l’acné
déclarent avoir la peau grasse. Cela est dû
à une production accrue de sébum par les
glandes sébacées, en général dans la zone T
du visage (front, nez, menton). Un grand
nombre de patients acnéiques déclarent avoir
une peau mixte : grasse dans la zone T mais
normale, voire sèche, sur les joues.
La plupart des médicaments topiques
pour l’acné assèchent la peau du visage, qui
est particulièrement sensible aux irritants
(p. ex., savons, parfums)17. De plus, les
patients acnéiques ont en général diverses
lésions inflammatoires, qui peuvent être
exacerbées par des agressions externes17.
ECZÉMA ET PEAU SÈCHE
Chaque année, environ 11 % des enfants font
l’objet d’un diagnostic d’eczéma (dermite
atopique)18. L’eczéma peut se manifester
chez les nourrissons dès l’âge de trois mois.
C’est une maladie chronique inflammatoire
qui, dans la majorité des cas, se développe
dans la petite enfance19. L’eczéma est une
maladie épisodique qui se manifeste en
général sous la forme de poussées et de
périodes de rémission19. Les nourrissons
atteints d’eczéma en montrent habituellement
les symptômes au visage et sur les zones
d’extension des membres19. Chez les enfants
plus âgés et les adultes, les symptômes se
localisent principalement aux plis de flexion
des membres19. L’eczéma se caractérise par
des démangeaisons et des plaques sèches et
floconneuses sur la peau, symptômes qui
gênent considérablement les patients dans
leur vie quotidienne.
On pensait autrefois que l’eczéma était lié
à un dysfonctionnement des kératinocytes,
mais de récentes études signalent un
dérèglement immunologique de la peau et
des mutations génétiques qui entraînent une
détérioration des propriétés protectrices de
la couche cornée18.
Des éléments probants indiquent qu’un
grand nombre de patients atteints d’eczéma
présentent des mutations du gène responsable
de la production de filaggrine20. La filaggrine
renforce la fonction de barrage de la couche
cornée et contribue à accroître le FHN. On
estime qu’entre 42 % et 79 % des patients qui
3
présentent de telles mutations sont enclins
à développer de l’eczéma 20. Entre 30 % et
50 % des patients qui ont de l’eczéma
présentent de faibles taux de filaggrine. On
observe chez les patients qui ont une forme
d’eczéma liée à la filaggrine un déclenchement
plus précoce, des symptômes qui persistent
dans le temps, de même qu’un lien plus étroit
encore avec les allergies et l’asthme21.
Les patients atteints d’eczéma ont aussi
de plus faibles taux de céramides dans
l’épiderme. Ce déséquilibre influe sur la
couche lipidique intercellulaire et peut
diminuer l’intégrité de l’épiderme et donc,
sa fonction protectrice.
Psoriasis
Le psoriasis en plaques est une maladie
inflammatoire chronique de la peau qui exige
des soins constants à vie22. On estime que plus
de 500 000 Canadiens souffrent de psoriasis21.
Les plaques visibles peuvent entraîner la
stigmatisation et l’isolement social. De fait,
chez les personnes atteintes de psoriasis en
plaques, on constate des taux plus élevés
de dépression et d’idées suicidaires, et une
qualité de vie réduite22.
Le psoriasis a une incidence importante
sur les kératinocytes. Il provoque une
prolifération accrue de kératinocytes qui
sont alors faiblement différenciés22. Tel que
mentionné précédemment, la durée totale du
transit cellulaire des cornéocytes de la couche
basale à l’élimination est normalement de
52 à 75 jours, mais dans les cas de psoriasis,
il ne dure que de 8 à 10 jours23. Les cellules
se déplacent si rapidement vers la surface
qu’elles n’ont pas le temps de se différencier et
de mûrir convenablement 23. En conséquence,
la couche cornée n’est pas pleinement formée
de ses kératinocytes et cette formation
anormale amène l’apparition de squames.
Celles-ci couvrent de larges pans de peau et
occasionnent démangeaison, inflammation
et même douleur, sans compter l’altération
de la fonction normale de protection de la
peau. Certaines preuves indiquent aussi
qu’en présence de psoriasis, le processus de
distribution des céramides dans l’épiderme
est altéré24. Ce ralentissement de l’activité
céramidique entraîne une hausse de la TEWL
et une diminution de la fonction protectrice
de la peau24.
Soins de la peau quotidiens
Les lignes directrices relatives aux troubles
dermatologiques insistent en général sur
l’importance de bons soins quotidiens de
la peau25-27. Même les personnes qui ont une
peau saine ont intérêt à suivre un régime
quotidien de soins de la peau afin d’en
améliorer l’apparence générale28.
Pour s’assurer que chaque patient obtient
des résultats dermatologiques optimaux, tous
FC
L e ç o n
d e
Formation continue
Les soins de la peau quotidiens sous la loupe
4
TA B L E A U 1
Juillet/août 2013
Types courants de nettoyants29,32
Type de nettoyant
Notes
Savon
• Type de nettoyant le plus ancien
• Surfactants anioniques
• Irritant pour la peau
• pH élevé et perturbant pour le pH de la peau
• Difficile à rincer et peut laisser un résidu
• Cause souvent de l’irritation, de la sécheresse et des rougeurs
• Exemples : Irish Spring®, Dial®, Ivory®, Zest®
Savon
transparent
(glycérine)
• Surfactants semblables à ceux du savon
• pH élevé et perturbant pour le pH de la peau
• Moins irritant que le savon en raison de la présence de glycérine
Savon surgras
ou
pain de beauté
• Contient les mêmes surfactants que le savon
• Desséchant et irritant
• pH élevé et perturbant pour le pH de la peau
• Ajout d’émollients pour réduire la sécheresse et l’irritation
• Exemples : Camay®
Nettoyant liquide
synthétique
• Contient des surfactants synthétiques
• Cause moins de TEWL, d’érythème, de desquamation et de fissures
• Grande facilité de rinçage
• Ne tend pas à perturber le pH de la peau
• Émollients et humectants sont souvent ajoutés
• Plus doux et moins irritant que le savon
• Exemples : Cetaphil® Restoraderm®, Cetaphil® DermaControl™, Spectro Jel®,
SpectroDerm®, nettoyant liquide pour le visage Neutrogena®, nettoyant doux pour
la peau Cetaphil®, Toleriane de LaRoche Posay®
Répondez en ligne sur www.professionsante.ca
Les produits nettoyants et les divers troubles
dermatologiques
Les personnes atteintes d’eczéma, de
psoriasis, de peau sensible, de rosacée et
d’acné ont généralement une peau plus
sensible aux produits nettoyants standards
à base de savon.
Lorsqu’ils recommandent un agent
nettoyant aux patients qui ont un trouble de la
peau, les pharmaciens doivent considérer les
produits à base de surfactants synthétiques,
car ceux-ci provoquent moins d’irritation.
On a démontré que les agents nettoyants
synthétiques réduisent l’irritation chez les
patients atteints d’eczéma ou de rosacée30.
Chez les patients acnéiques, l’utilisation d’un
nettoyant synthétique réduit non seulement
l’irritation, la tension et la sécheresse, mais
atténue aussi la gravité de l’acné30.
Un grand nombre de personnes sont
sensibles aux parfums dans les produits
nettoyants. Les pharmaciens devraient
envisager de recommander des produits sans
parfum.
Perle de pratique clinique
TA B L E A U 2 Conseils aux patients
pour l’application des médicaments
topiques
• Se laver les mains avant et après l’application du
médicament
• Nettoyer la zone avec un nettoyant contenant
des surfactants synthétiques
• Sécher la zone en tapotant et éviter de frotter,
car cela peut irriter la peau
• Lorsque la peau est sèche, appliquer une fine
couche du médicament sur la zone affectée,
en évitant tout contact avec les muqueuses
(p. ex., bouche, yeux)
• Faire pénétrer le médicament en massant
légèrement – éviter de frictionner
• On doit laisser sécher le médicament avant
d’appliquer un hydratant
les pharmaciens devraient avoir une bonne
connaissance des soins de la peau de base et
être en mesure de conseiller les patients sur
les bienfaits de chaque étape :
1.Nettoyage
2.Traitement
3.Hydratation
4.Protection
NETTOYAGE
Le nettoyage est un aspect essentiel des
soins de la peau, qui permet d’éliminer
les impuretés, les bactéries, les huiles, les
cellules mortes, la sueur et autres débris de
la surface de la peau. Les produits nettoyants
sont des substances qui agissent en surface
pour soulager la tension de la peau et en
éliminer les débris29. Malheureusement, un
grand nombre de nettoyants pour la peau
contiennent des surfactants anioniques
qui peuvent interagir avec les protéines et
la couche lipidique du stratum corneum, et
affaiblir ainsi la fonction protectrice de la
peau. Ces surfactants peuvent provoquer un
resserrement de la peau après le nettoyage,
ainsi que de la sécheresse, de l’érythème, de
l’irritation et des démangeaisons31.
Le produit nettoyant idéal29-31 :
• Sans savon
• Doux
• Sans parfum
• Élimine efficacement les débris
• Réduit au minimum la détérioration liée
au nettoyage
• Maintient l’hydratation de la peau (riche en
émollients)
• Ne perturbe pas le pH acide de la peau;
le niveau de pH acide est important pour
freiner la croissance des bactéries sur la
peau.
Perle de pratique clinique
Les pharmaciens doivent rappeler aux
patients que l’exfoliation mécanique
à l’aide de gommages et de tampons/
lingettes/brosses rotatives n’est PAS
recommandée aux personnes qui ont des
troubles dermatologiques courants, car
cette pratique peut perturber l’épiderme et
entraîner de l’irritation.
On peut utiliser divers produits pour
nettoyer la surface de la peau (Tableau 1).
Pour tous les produits à base de savon, il
est important de rappeler aux patients de
bien rincer à l’eau la surface nettoyée afin
de réduire le dépôt de savon sur la peau.
TRAITEMENT
Une fois la peau nettoyée et séchée, on
applique le traitement topique prescrit pour
le trouble dermatologique. Le tableau 2
présente quelques conseils d’application des
médicaments topiques.
Un grand nombre de médicaments
topiques prescrits pour divers troubles
dermatologiques provoquent de l’irritation.
L’utilisation d’un traitement d’appoint peut
contribuer à soulager la sécheresse et la
sensibilité, améliorant ainsi les résultats du
traitement médical et l’observance de celui-ci.
TA B L E A U 3
L’hydratant idéal33,35
• Reconstitue la barrière hydrique de la peau
• Prévient la TEWL
• Rétablit la capacité de la couche lipidique
de retenir l’eau et de la redistribuer
• Maintient l’intégrité et l’apparence de la peau
• Supplémente la couche cornée en lipides
• Réduit la friction; adoucit la peau sèche
ou squameuse
• Achemine directement l’eau vers la peau
pour une hydratation immédiate
HYDRATATION
Les produits hydratants sont des éléments
essentiels d’un régime de base de soins de
la peau, surtout en cas de détérioration de
la barrière épidermique et de réduction
de la teneur en eau de l’épiderme33. Ils
FC
L e ç o n
Formation continue
Les soins de la peau quotidiens sous la loupe
Novembreen
2010
Répondez
en ligne au www.professionsante.ca
Répondez
ligne| sur
www.professionsante.ca
Juillet/août 2013
TA B L E A U 4 Ingrédients occlusifs, humectants et émollients communs
aux hydratants33,38,39
Occlusifs
Humectants
Émollients
• Vaseline
• Lanoline
• Huile minérale
• Oxyde de zinc
• Triglycéride caprique
• Lécithine
• Cholestérol
• Cire d’abeille
• Glycérine
• Sorbitol
• Urée
• Acides alphahydroxylés (AHA)
• Panthénol
• Pentylène glycol
• Hyaluronate sodique
• Sel d’acide pyrrolidone carboxylique
(Na-APC)
• Arginine
• Alcool cétylique
• Sebacate diisopropylique
• Isopropyl lauroyl sarcosinate
• Huile de tournesol
• Beurre de karité
• Glycol de caprylyle
• Diméthicone
• Huile de ricin
• Huile de jojoba
• Stéarate d’octyle
• Alcool stéarylique
rétablissent la fonction protectrice de la peau
en comblant les petites fissures, en recouvrant
la peau d’une fine couche de protection et en
augmentant la teneur en eau de l’épiderme33.
L’application d’un hydratant produit des
changements palpables et visibles sur la
surface de la peau34. Le tableau 4 énumère
les fonctions du produit hydratant idéal.
Perle de pratique clinique
Un grand nombre de personnes ont la peau
sèche. Cela peut entraîner de l’irritation,
de la sensibilité et du prurit. L’utilisation
de produits hydratants peut contribuer
à soulager la peau sèche et à réduire les
symptômes qui l’accompagnent, tout en
améliorant l’intégrité de la peau.
Les produits hydratants sont composés de
trois principaux éléments :
• occlusifs
• humectants
• émollients
Le tableau 4 présente la liste des différents
ingrédients occlusifs, humectants et
émollients qui entrent dans la composition
des produits pour la peau d’usage courant.
Occlusifs
La vaseline est un exemple classique
d’hydratant occlusif36. Elle réduit de plus
de 98 % la perte d’eau transépidermique
TA B L E A U 5
d e
(TEWL) par évaporation. D’autres agents
occlusifs (cire d’abeille, lanoline, huile
minérale, diméthicone) réduisent la TEWL
de seulement 20 % à 30 %33. On estime que les
agents occlusifs pénètrent la couche lipidique
de la couche cornée33. La vaseline n’est pas
un produit esthétiquement attrayant et un
grand nombre de personnes en abandonnent
l’usage en raison de sa texture gluante, de
sa lenteur de séchage et d’une sensation
désagréable à l’application. Certains patients
souffrant de psoriasis pourraient préférer
l’utilisation de vaseline compte tenu de son
effet de prévention de la TEWL qui pourrait
compenser la détérioration de la barrière
épidermique de leur peau.
Humectants
Les humectants sont des composants
capteurs d’eau qui sont ajoutés à une base
hydratante37. Ils accroissent l’absorption
de l’eau du derme vers l’épiderme et aident
la couche cornée à absorber l’humidité de
l’environnement 33. Les humectants peuvent
néanmoins favoriser la perte d’eau en
attirant l’eau du derme vers l’épiderme,
à partir duquel elle peut s’évaporer dans
l’environnement. C’est pourquoi ils sont
presque toujours combinés à un agent
occlusif 33. Les humectants les plus courants
comprennent la glycérine, le propylène
glycol, l’urée et l’acide lactique.
Caractéristiques des différentes bases topiques33,40,41
Onguent
Crème
Lotion
• Mélange de cires, huiles
et vaseline
• Constitue une couche
lipidique artificielle qui
capte l’eau normalement
perdue en évaporation
• Exige moins d’applications
que les crèmes ou lotions,
mais est moins acceptable
esthétiquement
• Mélange d’eau et d’huile
• L’eau réhydrate l’épiderme tandis
que l’huile constitue une couche
lipidique artificielle
• Plus la teneur en huile est élevée, plus
la crème a une texture grasse et moins
elle est acceptable esthétiquement
• Facile à appliquer, rapidement
absorbée et très bien acceptée par
les patients
• Corps et zones localisées – parfois
utilisée pour les traitements du visage
• Mélange d’eau et d’huile
• Plus légère que les crèmes en
raison de la haute teneur en eau
• Beaucoup moins occlusive que
les autres bases
• Facile à appliquer à de larges
zones et très bien acceptée par
les patients
• Applicable sur toute la surface
du corps
• Convient particulièrement au
visage
• Exige des applications fréquentes
5
En concentrations de 20 % à 30 %, l’urée
est légèrement kératolytique et accroît
l’absorption d’eau en raison de sa haute
affinité pour se lier aux molécules d’eau37.
On utilise l’urée en concentrations de 10 %
pour traiter la peau légèrement sèche, et
des concentrations de 20 % à 30 % pour
traiter la peau très sèche37. Le problème
de ces formulations, c’est qu’elles peuvent
causer des picotements, des brûlements et de
l’irritation37.
Les acides alphahydroxylés présentent des
bienfaits très intéressants chez les patients qui
ont des troubles persistants de peau sèche et
squameuse35. Ces produits ont non seulement
un effet humectant, mais ils stimulent aussi la
production de lipides dans la couche cornée,
renforçant ainsi la barrière lipidique33.
Émollients
Les émollients sont principalement des lipides
et des huiles qui peuvent hydrater la peau
et en améliorer l’apparence en contribuant
à l’adoucir, à l’assouplir et à la lisser38. Ces
composants supplémentent la couche cornée
en lipides37. Les consommateurs choisissent
fréquemment les produits émollients parce
qu’ils adoucissent la peau après l’application33.
On attribue les bienfaits des émollients à
leurs effets sur la perméabilité de la couche
cornée qui fortifie la barrière épidermique38.
Plusieurs produits commerciaux (Cetaphil®
Restoraderm®, Lipikar Baume AP®, Cetaphil®
DermaControl MC, CeraVe® et Lotion antidémangeaisonsMD de Curel MD) contiennent
des précurseurs de céramides. Les céramides
sont une importante composante de la couche
lipidique du stratum corneum. En appliquant
des produits à base de lipides sur la peau,
celle-ci est mieux armée pour reconstituer
sa barrière protectrice et contrer les effets de
divers troubles dermatologiques36.
Hydratants
La plupart des hydratants de commerce
offrent une combinaison d’agents occlusifs,
humectants et émollients. L’hydratant idéal
contient des agents dont l’efficacité clinique
a été prouvée et que les patients tolèrent bien.
Lorsqu’on recommande des hydratants, il
est important de choisir des produits dont
l’usage s’appuie sur de solides preuves
cliniques.
Pour assurer l’efficacité d’un traitement
hydratant, les patients doivent s’y conformer.
Ils seront plus enclins à utiliser leur hydratant
si celui-ci se présente sous une forme
élégante et esthétiquement attrayante33. L’un
des éléments les plus importants pour les
patients est la base qui sert à la formulation de
l’hydratant, selon leur type de peau et la zone
d’application (visage ou corps). Le tableau 5
présente les principales caractéristiques des
différentes bases topiques.
FC
L e ç o n
d e
Formation continue
6
TA B L E A U 6
Les soins de la peau quotidiens sous la loupe
Juillet/août 2013
Répondez en ligne sur www.professionsante.ca
Recommandations de soins de la peau selon les troubles dermatologiques
Trouble
Nettoyer
Hydrater
Protéger
Eczéma et
peau sèche
• Nettoyant synthétique doux contenant
des émollients
• Éviter les parfums et les savons
irritants
• La Société canadienne de l’eczéma
recommande les bains pour permettre
à l’humidité de pénétrer la peau –
préconiser l’eau tiède
• Hypoallergène sans parfum
• Les patients qui souffrent d’eczéma manquent de
filaggrine et de céramides42; les produits contenant
ces agents peuvent aider à reconstituer la barrière de
la couche cornée43
• La Société canadienne de l’eczéma recommande
l’application d’hydratants riches en émollients
plusieurs fois par jour pour apaiser les
démangeaisons et aider à maîtriser les poussées
• Tous les patients devraient utiliser un écran
solaire à large spectre avec un FPS d’au moins 30
Psoriasis
• Nettoyant synthétique doux contenant
des émollients
• Éviter les parfums et les savons
irritants
• Les lignes directrices en vigueur relatives au psoriasis
recommandent l’usage régulier d’hydratants pour
renforcer la fonction protectrice de la peau22
• On favorisera les formulations à base de crème
• Les patients doivent protéger leur peau au moyen
d’un écran solaire à moins qu’ils ne suivent un
traitement prescrit aux UV
Couperose
et peau
sensible
• Nettoyant synthétique doux contenant
des émollients
• Éviter les parfums et les savons
irritants
• Hypoallergène et sans parfum
• Les traitements émollients sont couramment
recommandés pour aider à hydrater la peau et à en
améliorer l’intégrité, à réduire la pénétration d’irritants
et de déclencheurs et à soulager les symptômes
d’irritation et de prurit
• Tous les patients devraient utiliser un écran
solaire à large spectre avec un FPS d’au moins 30
Acné
• Nettoyant synthétique doux contenant
des hydratants
• Éviter les nettoyants médicamenteux
car ceux-ci peuvent exacerber
l’irritation de la peau
• Non-comédogène, non-irritant
• La plupart des traitements topiques pour l’acné
assèchent la peau; l’hydratation peut aider à réduire
l’irritation et à améliorer l’observance et, par
conséquent, les résultats du traitement pour les
patients
• Un grand nombre de traitements (p. ex., la
vitamine A) augmentent la photosensibilité
• L’usage régulier d’un écran solaire avec un FPS
d’au moins 30 est recommandé; envisager aussi
un produit mixte combinant hydratant et
écran solaire
Perle de pratique clinique
Les hydratants ne se valent pas tous.
Les pharmaciens sont invités à lire les
étiquettes afin de déterminer les produits
qui procureront le plus de bienfaits à leurs
patients et qu’ils auront le plus tendance à
accepter.
L’hydratant idéal doit38 :
• Être efficace – hydrater la couche cornée et
prévenir la TEWL
• Contenir un mélange d’humectants,
d’occlusifs et d’émollients
• Reconstituer la barrière hydrique de la peau
• Être présenté sous une forme élégante et
acceptable – produit non graisseux
• Être hypoallergène, non-irritant, sans
parfum et non-comédogène
• Pour certaines pathologies, la présence de
filaggrine et/ou de céramides apporte des
bienfaits cliniques qui permettent de se
différencier d’autres produits
• Avoir un effet de longue durée
• S’absorber rapidement
• Être recommandé par les dermatologues
et/ou les pédiatres
• Produire des résultats cliniques prouvés
Choisir la bonne base
Il est essentiel de faire participer les patients au
choix de la base. Certains produits combinent
différentes bases pour offrir aux patients
les avantages d’une crème et d’une lotion.
Dans la plupart des maladies chroniques, les
taux de non-observance tournent autour de
50 %. En associant les patients au processus
de sélection d’un hydratant, et en les aidant
à choisir le produit qui leur convient le
mieux, vous pouvez accroître l’observance
du traitement. Certains produits sont
aussi spécialement conçus pour traiter
des troubles dermatologiques particuliers
et pourraient être le choix recommandé
pour ces troubles. Une fois le produit
choisi, il incombe aux pharmaciens d’en
encourager l’usage régulier pour une
efficacité optimale.
ProtEction
La plupart des pharmaciens sont conscients
de l’importance de la protection solaire.
L’exposition au soleil peut irriter et
endommager la peau. Certains troubles
dermatologiques, tels que la rosacée,
peuvent être exacerbés par l’exposition au
soleil et, en pareil cas, la protection contre
les rayons ultraviolets (UV) est fortement
recommandée.
Encouragez vos clients à choisir des écrans
solaires à large spectre, hypoallergènes et
dotés d’un FPS d’au moins 30.
Perle de pratique clinique
L’usage d’un hydratant contenant un écran
solaire à large spectre peut accroître
l’observance de la protection solaire en
éliminant une étape du processus quotidien
de soin de la peau. Cette stratégie peut
être particulièrement utile pour aider les
adolescents acnéiques à se conformer à
leur régime quotidien de soins de la peau.
Recommander des produits aux patients
Il peut être difficile pour le patient de s’y
retrouver quand vient le temps de choisir des
produits de soin de la peau. Nombre d’entre
eux choisissent un produit exclusivement en
fonction de son prix et non des ingrédients
qu’il renferme. Les pharmaciens ont un rôle
à jouer pour aider leurs patients à choisir
les produits les plus efficaces et les mieux
adaptés à leur type de peau. L’évolution
de leur rôle offre aux pharmaciens des
occasions de discuter des soins de la peau
avec leurs patients au cours des examens de
médicaments ou pendant qu’ils les aident
à choisir un produit pour une affection
bénigne. Les pharmaciens doivent aussi
envisager l’utilisation de soins de la peau
d’appoint pour les patients à qui on a
prescrit des médicaments pour des troubles
dermatologiques courants, comme l’eczéma,
le psoriasis, l’acné ou la rosacée.
FC
L e ç o n
Formation continue
Les soins de la peau quotidiens sous la loupe
Novembreen
2010
Répondez
en ligne au www.professionsante.ca
Répondez
ligne| sur
www.professionsante.ca
Juillet/août 2013
En leur offrant les régimes de soins de
la peau les plus adaptés à leurs besoins, les
pharmaciens aident les patients à obtenir des
résultats optimaux et à atténuer l’incidence
de leurs troubles dermatologiques sur leur
qualité de vie. Le tableau 6 peut aider le
pharmacien à choisir le meilleur produit une
fois le diagnostic posé.
Références
1. Sterry W, Paus R, Burgdorf W. Thieme clinical companions: dermatology.
1ère éd. Stuttgart, Germany: Georg Thieme Verlag KG; 2006.
2. Weller R, Hunter JAA, Savin J et coll. Clinical dermatology. 4e éd. Malden,
MA: Blackwell Publishing Inc.; 2008.
3. Goldsmith L, Katz S, Gilchrest B et coll. Fitzpatrick’s dermatology in
general medicine. 8e éd., série de 2 volumes. New York, NY:McGraw-Hill;
2012.
4. Zaidi Z, Lanigan SW. Dermatology in clinical practice. London, UK:
Springer-Verlag London Limited; 2010.
5. Baroni A, Buommino E, De Gregorio V et coll. Structure and function of
the epidermis related to barrier properties. Clin Dermatol 2012;30(3) :
257-62.
6. Madison KC. Barrier function of the skin: “la raison d’être” of the epidermis. J Invest Dermatol 2003;121(2) : 231-41.
7. Elias PM. Stratum corneum defensive functions: an integrated view.
J Invest Dermatol 2005;125(2) : 183-200.
8. Harding CR. The stratum corneum: structure and function in health and
disease. Dermatol Ther 2004;17(s1) : 6-15.
9. Sajić D, Asiniwasis R, Skotnicki-Grant S. A look at epidermal barrier
function in atopic dermatitis: physiologic lipid replacement and the role
of ceramides. Skin Therapy Lett 2012;17(7) : 6-9.
10. Sandilands A, Sutherland C, Irvine AD et coll. Filaggrin in the frontline:
role in skin barrier function and disease. J Cell Sci 2009;122(9) : 1285-94.
11. Brown SJ, McLean WHI. One remarkable molecule: filaggrin. J Invest
Dermatol 2012;132(3 Pt 2) : 751-62.
12.Berardesca E, Farage M, Maibach H. Sensitive skin: an overview.
Int J Cosmet Sci 2013;35(1) : 2-8.
13. Willis CM, Shaw O, De Lacharrière M et coll. Sensitive skin: an epidemiological study. Br J Dermatol 2001;145(2) : 258-63.
Questions
d e
14. Inamadar A, Palit A. Sensitive skin: an overview. Indian J Dermatol
2013;79(1) : 9.
15. Lev-Tov H, Maibach HI. The sensitive skin syndrome. Indian J Dermatol
2012;57(6) : 419-23.
16.Purdy S, de Berker D. Acne vulgaris. Clin Evid (Online) 2011; Jan 5.
www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC3275168/ (consulté le 21 mai
2013).
17. Subramanyan K. Role of mild cleansing in the management of patient
skin. Dermatol Ther 2004;17 : 26-34.
18. Eichenfield LF, Ellis CN, Mancini AJ et coll. Atopic dermatitis: epidemiology
and pathogenesis update. Semin Cutan Med Surg 2012;31(Supplement
3) : S3-S5.
19. National Institute for Health and Care Excellence. Atopic eczema in
children: full guideline. www.nice.org.uk/( consulté le 21 mai 2013).
20. Brown SJ, Irvine AD. Atopic eczema and the filaggrin story. Semin Cutan
Med Surg 2008;27(2) :128-37.
21. Henderson J, Northstone K, Lee SP et coll. The burden of disease associated with filaggrin mutations: a population-based, longitudinal birth
cohort study. J Allergy and Clin Immunol 2008;121(4) : 872-77 e9.
22. Canadian Dermatology Association. Canadian guidelines for the management of plaque psoriasis. J Cutan Med Surg 2011;15(4) : 210-19.
23.Peters BP, Weissman FG, Gill MA. Pathophysiology and treatment of
psoriasis. Am J Health Syst Pharm 2000;57(7) : 645-59.
24. Motta S, Monti M, Sesana S et coll. Abnormality of water barrier function
in psoriasis. Role of ceramide fractions. Arch Dermatol 1994;130(4) :
452-6.
25. Nast A, Dréno B, Bettoli V et coll. European evidence-based (S3) guidelines for the treatment of acne. J Eur Acad Dermatol Venereol 2012;
26 :1-29.
26. Hsu S, Papp KA, Lebwohl MG et coll. Consensus guidelines for the management of plaque psoriasis. Arch Dermatol 2012;148(1) : 95-102.
27. American Acne and Rosacea Society. Rosacea medical management
guidelines. www.acneandrosacea.org/site315.php (consulté le 21 mai
2013).
28. Hawkins SS, Subramanyan K, Liu D et coll. Cleansing, moisturizing, and
sun-protection regimens for normal skin, self-perceived sensitive skin,
and dermatologist-assessed sensitive skin. Dermatol Ther 2004;17 : 63-8.
29. Kuehl BL, Fyfe KS, Shear NH. Cutaneous cleansers. Skin Therapy Lett
2003;8(3) : 1-4.
30. Subramanyan K. Role of mild cleansing in the management of patient
skin. Dermatol Ther 2004;17 : 26-34.
7
31. Ananthapadmanabhan KP, Moore DJ, Subramanyan K et coll. Cleansing
without compromise: the impact of cleansers on the skin barrier and the
technology of mild cleansing. Dermatol Ther 2004;17 : 16-25.
32. Abbas S, Goldberg JW, Massaro M. Personal cleanser technology and
clinical performance. Dermatol Ther 2004;17 : 35-42.
33. Kraft JN, Lynde CW. Moisturizers: what they are and a practical approach
to product selection. Skin Therapy Lett 2005;10(5) : 1-8.
34. Lodén M. The clinical benefit of moisturizers. J Eur Acad Dermatol Venereol
2005;19(6) : 672-88; 686-7.
35. Lodén M. Do moisturizers work? J Cosmet Dermatol 2003;2 (3-4) :141-9.
36. Harding CR, Watkinson A, Rawlings AV et coll. Dry skin, moisturization and
corneodesmolysis. Int J Cosmet Sci 2000;22(1) : 21-52.
37. Patel N, West D. Atopic and dry skin. In: Berardi RR, Allen, LV, éd.
Handbook of Nonprescription Drugs. 13e éd. American Pharmaceutical
Association; 2002. p. 679-96.
38. Lynde CW. Moisturizers: what they are and how they work. Skin Therapy
Lett 2001;6(13) : 3-5.
39. Del Rosso JQ. Repair and maintenance of the epidermal barrier in patients
diagnosed with atopic dermatitis. J Clin Aesthet Dermatol 2011;4(6) :
45-55.
40. Brown A, Butcher M. A guide to emollient therapy. Nurs Stand 2005;19(24)
: 68,70,72 passim.
41. Proksch E, Lachepelle JM. The management of dry skin with topical emollients—recent perspectives. J Dtsch Dermatol Ges 2005;3(10) : 768-74.
42. Gagnon L. Treating eczema and AD in 2012. The Chronicle of Skin & Allergy.
Aug 2012 : 25-7.
43. Simpson E, Böhling A, Bielfeldt S et coll. Improvement of skin barrier
function in atopic dermatitis patients with a new moisturizer containing
a ceramide precursor. J Dermatolog Treat 2013;24(2) : 122-5.
Répondre en ligne sur www.professionsante.ca, volet FC; Référence de recherche rapide : CCEPP No 1065-2013-753-I-P
1. Lequel des énoncés
suivants au sujet de la
peau est VRAI?
a) C’est un recouvrement
statique du corps
b) Elle prévient la perte
d’éléments constitutifs du
corps
c) Elle pèse environ deux
kilogrammes
d) Elle couvre près d’un
mètre carré de superficie
2. Lequel des énoncés
suivants au sujet de la
couche sous-cutanée de
la peau est VRAI?
a) Elle procure une isolation
thermique
b) Elle se situe entre le
derme et l’épiderme
c) Elle est principalement
constituée de collagène
d) Toutes les réponses
ci-dessus
3. Quel pourcentage des
cellules de l’épiderme
est constitué de
kératinocytes?
a) 5 %
b) 25 %
c) 50 %
d) 95 %
4. Quelle est la durée approximative du transit des
kératinocytes de la couche
basale à la desquamation?
a) 8-10 jours
b) 11-25 jours
c) 52-75 jours
d) 80-100 jours
5. Lequel des énoncés
suivants au sujet de la
filaggrine est VRAI?
a) Elle contribue à renforcer
la couche cornée
b) Un grand nombre de
patients atteints d’eczéma
en manquent
c) Elle se décompose en
composantes hygroscopiques qui font partie
du facteur d’hydratation
naturelle
d) Toutes les réponses
ci-dessus
6. Lequel des énoncés
suivants au sujet de la
couche lipidique intercellulaire est VRAI?
a) Elle constitue les
« briques » du modèle
illustrant la couche cornée
b) Elle est exclusivement
constituée de cholestérol
c) Elle relie seulement la partie la plus superficielle de
la couche cornée en cours
de desquamation
d) Elle aide à contrebalancer
la perte d’eau et de nutriments par la peau
7. Lequel des énoncés
suivants au sujet des
céramides est VRAI?
a) Ils aident à maintenir
l’intégrité de la couche
cornée
b) Les propriétés physiques
inhabituelles des couches
lipidiques de la couche
Suite à la page suivante...
FC
L e ç o n
d e
Formation continue
8
Questions
Les soins de la peau quotidiens sous la loupe
Juillet/août 2013
Répondez en ligne sur www.professionsante.ca
Répondre en ligne sur www.professionsante.ca, volet FC; Référence de recherche rapide : CCEPP No 1065-2013-753-I-P
cornée leur sont principalement attribuables
c) Un taux insuffisant de
céramides entraîne une
formation défectueuse de
la couche lipidique
d) Toutes les réponses
ci-dessus
8. Environ quel pourcentage
de femmes adultes
déclarent avoir la peau
sensible?
a) 8 %
b) 25 %
c) 50 %
d) 75 %
9. Lequel des énoncés
suivants au sujet de l’acné
est VRAI ?
a) Tous les patients qui ont
de l’acné ont la peau
grasse
b) L’acné est plus fréquent
chez les femmes que chez
les hommes
c) Normalement, les traitements topiques pour
l’acné hydratent la peau
d) Toutes les réponses
ci-dessus
10.Lequel des énoncés
suivants au sujet de
l’eczéma est VRAI ?
a) Environ 2 % des enfants
font l’objet d’un diagnostic
d’eczéma chaque année
b) Chez les adultes, l’eczéma
est plus concentré sur
les zones d’extension des
membres
c) Des mutations du gène
responsable de la production de filaggrine sont
courantes dans les cas
d’eczéma persistant
d) Toutes les réponses
ci-dessus
11.Quel est le principal
ingrédient des nettoyants
qui irrite la peau ?
a) Surfactants
b) Glycérine
c) Kératine
d) Tous les composants
ci-dessus irritent la peau
12.Parmi les facteurs suivants,
lequel est-il essentiel
de prendre en considération
dans le choix d’un
nettoyant doux pour
un patient ?
a) Sans parfum
b) Contient un surfactant
synthétique
c) Ne perturbe pas le pH
acide de la peau
d) Toutes les réponses
ci-dessus
13.Lequel des énoncés
suivants au sujet des
catégories d’hydratants est
VRAI ?
a) Tous les hydratants occlusifs réduisent aussi efficacement la perte d’eau
b) Les émollients hydratent
la peau et en améliorent
l’apparence
c) Les humectants hydratent
la peau en captant seulement l’humidité ambiante
d) La plupart des consommateurs trouvent les
produits émollients
difficiles à utiliser
14.Parmi les facteurs suivants,
lequel est-il essentiel
pour les pharmaciens de
prendre en considération
dans le choix d’un produit
hydratant pour leurs
patients ?
a) Effet de longue durée
b) Comédogène
c) Absorption lente
d) Toutes les réponses
ci-dessus
15.Lequel des énoncés
suivants au sujet des
bases topiques est VRAI ?
a) Les onguents exigent
l’application la plus
fréquente
b) La plupart des patients
préfèrent une crème à
haute teneur en huile
c) Les crèmes tendent à être
très bien acceptées par les
patients
d) Les lotions tendent à être
la base la moins bien
acceptée par les patients
Répondez en ligne sur www.professionsante.ca pour obtenir instantanément vos résultats
Comité de rédaction
Les soins de la peau quotidiens sous la loupe
À propos de l’auteur
Révision
Michael Boivin préside la société
CommPharm Consulting Inc. Il est l’auteur
de nombreuses leçons de formation continue
dans divers domaines cliniques.
Toutes les leçons sont révisées par des
pharmaciens afin d’en assurer l’exactitude,
l’actualité et la pertinence pour la pratique
pharmaceutique actuelle. L’accréditation de
cette leçon est valable jusqu’au 5 août 2014.
L’information sur les soins de la peau
quotidiens de base peut évoluer au cours
cette période. Il revient au lecteur de
déterminer quels sont les aspects les plus
actuels de ce sujet.
DIRECTRICE DES PROJETS DE
FORMATION CONTINUE
Sheila McGovern, Toronto, Ontario
Conception graphique
Shawn Samson, TwoCreative.ca
Leçon publiée grâce à une subvention à visée éducative de :
Plus de 100 leçons de FC gratuites en ligne
approuvées par le CCEPP. Cliquez sur Formation,
puis sur FC en ligne
Pour connaître les barèmes de notation de
la FC, veuillez communiquer avec Mayra
Ramos par téléphone au 416 764-3879, par
télécopieur au 416 764-3937 ou par courriel
à l’adresse [email protected]
Ce document ne peut être reproduit, en tout
ou en partie, sans l’autorisation écrite de
l’éditeur. © 2013
Pour répondre en ligne à cette
leçon de formation continue
Vous trouverez nos leçons de FC dans Professionsante.ca, le portail en ligne de Québec
Pharmacie et de L’actualité pharmaceutique
Pour suivre les leçons de FC en ligne, ouvrez une session dans
Professionsante.ca et cliquez sur le logo Ma FC en ligne
Vous êtes déjà inscrit? Utilisez alors ce lien rapide :
http://www.professionsante.ca/pharmaciens/formation/fc-en-ligne
Pour trouver cette leçon, inscrivez le numéro de dossier du CCEPP (0000-0000-000-I-P) dans
➡
la boîte de « recherche rapide » et appuyez sur « OK »
Vous n’êtes pas encore inscrit à Professionsante.ca ?
L’inscription est simple et rapide. Rendez-vous à Professionsante.ca
Quand vous aurez terminé votre inscription, vous recevrez un courriel de confirmation
de notre part. Cliquez sur le lien que vous trouverez dans ce courriel pour recevoir les
renseignements qui vous permettront d’ouvrir une session.
Votre inscription vous permet d’accéder en ligne à des centaines de leçons de FC, vos tests,
vos certificats et vos bulletins de notes.
Pour plus de détails, veuillez communiquer avec :
POUR LES LEÇONS EN ANGLAIS
Mayra Ramos
TÉLÉC. 416 764-3937
COURRIEL [email protected]
POUR LES LEÇONS EN FRANÇAIS
Francine Beauchamp
TÉLÉC. 514 843-2182
COURRIEL [email protected]