2015 l`année du voyage en avion

Commentaires

Transcription

2015 l`année du voyage en avion
2015 L’ANNÉE DU
VOYAGE EN AVION
Le voyage aérien représente la part la plus
importante du budget voyage de nos clients. Toute
politique voyages, aussi simple soit-elle, inclut
une forme de contrôle des dépenses aériennes.
Les règles relatives au moment de la réservation,
la classe attribuée et le choix de la compagnie
aérienne, sont souvent considérés comme des
piliers d’optimisation. Mais les responsables
voyages expérimentés savent également qu’avoir
une bonne compréhension du mode de tarification
des compagnies aériennes est essentiel pour
accroitre les économies et les avantages proposés
aux voyageurs.
Le rapport d’Expedia sur les Tendances 2015 du
voyage aérien montre que pour l’année à venir, les
responsables voyages maitrisant parfaitement ces
rouages peuvent offrir à leurs voyageurs plus de
confort à un prix équivalent, voire l’opportunité de
réaliser des économies sur leurs vols. Grâce à un
meilleur rapport « qualité / prix » et des services
toujours plus nombreux en 2015, les entreprises
devraient ainsi voir leurs voyageurs plus heureux
et plus productifs, tout en bénéficiant au final
d’avantages plus importants.
Choyez vos voyageurs pour y
gagner à long-terme
Les grands voyageurs vous le diront : rien ne vaut un voyage
reposant pour se sentir en pleine possession de ses moyens à
l’arrivée. Les années qui ont suivi la crise économique de 2008
ont été celles d’une réduction significative des achats de billets de
classes premium. Pour réduire les coûts sans ralentir la croissance
de la société, une des stratégies consistait à réduire le confort des
voyages sans se priver de ces vols d’affaires essentiels. La bonne
nouvelle est qu’en 2015 de nombreux voyageurs vont finalement
pouvoir à nouveau profiter des avantages des classes premium,
même sur les vols court-courriers. En effet, l’étude montre que
l’écart tarifaire entre les classes premium et économique se réduit
pour les voyages au départ de l’Europe et de l’Amérique du Nord,
rendant les classes premium plus accessibles. Les surclassements
ne sont pas gratuits, mais la différence de prix tend à diminuer.
Payer un peu plus pour la satisfaction et le repos des voyageurs
offre au final un meilleur retour sur investissement.
Le conseil d’Egencia : Réorganiser sa définition des différentes
classes en fonction de la durée du vol ou du type de voyageurs
concerné pour 2015.
Plus de choix et plus d’économies
Autre bonne nouvelle en 2015 : une légère diminution des tarifs
est attendue et la capacité de sièges augmentera en Amérique
du Nord et en Europe. Cela permettra aux voyageurs de disposer
d’un choix plus vaste et finalement de générer des économies
plus importantes. Les voyageurs d’affaires nord-américains
bénéficieront d’un inventaire plus important pour leurs voyages
vers le Mexique ou les Caraïbes. Cela peut être une excellente
opportunité de combiner travail et loisirs ou de planifier un
voyage d’incentive vers Cancun. En Europe, les compagnies
aériennes du Moyen-Orient proposent une plus grande capacité
vers des destinations comme Dubaï, Doha et Abou Dhabi mais
aussi Istanbul et Barcelone.
Le conseil d’Egencia : Etudier les prévisions de capacité pour 2015,
en page 12 de notre rapport, pour faire de bonnes affaires dans
l’organisation de voyages d’incentive et d’évènements.
Introduction
Le Rapport d’Expedia sur les Tendances 2015
+33 01 73 01 22 40 | www.egencia.fr | Page 2
© 2015 Egencia, LLC. All rights reserved. Expedia, Egencia, and the Egencia logo are either registered trademarks or trademarks of Expedia, Inc. in the U.S. and/or other countries. CST #2083922-50
Planifier son année 2015 – anticiper
est toujours payant
En planifiant votre année 2015, veillez à indiquer dans votre
agenda le moment optimum pour réserver vos voyages. Ce
n’est un secret pour personne que les tarifs des billets sont moins
élevés en réservant à l’avance. Le meilleur moyen de garantir
une réservation anticipée est de définir des rappels pour les
personnes chargées d’effectuer les réservations. C’est une règle
universelle, mais en Amérique du Nord en particulier, le rapport
d’Expedia sur les Tendances du voyage aérien montre que les
vols internationaux sont moins chers 5 à 6 mois avant la date
de départ. Si vous avez la possibilité de le faire, réservez un
mardi. Bien que l’écart soit faible, l’étude démontre que le mardi
demeure le jour le moins cher pour réserver.
Le conseil d’Egencia : Pour une réservation à plus de 21 jours avant
le départ, le mardi offre le prix moyen le plus bas. A moins de 21 jours
du départ, c’est le dimanche.
Bien entendu, les politiques voyages sont avant tout centrées sur
la gestion des coûts. Toutefois les meilleurs politiques prennent
également en considération les avantages qui assurent que le
voyageur sera bien pris en charge avant, pendant et après son
déplacement. Grâce aux perspectives des tarifs Aériens au niveau
mondial, 2015 sera une bonne année pour voyager en avion.
Introduction
Le Rapport d’Expedia sur les Tendances 2015
+33 01 73 01 22 40 | www.egencia.fr | Page 3
© 2015 Egencia, LLC. All rights reserved. Expedia, Egencia, and the Egencia logo are either registered trademarks or trademarks of Expedia, Inc. in the U.S. and/or other countries. CST #2083922-50
PRÉPARER SON VOYAGE :
LES TENDANCES DU
VOYAGE AÉRIEN EN 2015
Une analyse détaillée des données relatives
au voyage aérien et un résumé de ce qu’elles
impliquent les voyageurs, les compagnies
aériennes et bien plus.
Global Tour & Transport
Introduction
De nombreux voyageurs nous rapportent que l’industrie aérienne est vaste
et complexe, qu’il est difficile d’être informé, sans parler de la difficulté
de faire le bon choix parmi la multitude d’offres proposées. Au cours des
dernières années, l’industrie a assisté à la fusion de compagnies aériennes,
à d’importantes fluctuations des prix des billets et à la multiplication du
choix des sièges alors même que l’espace entre les rangées a diminué. Dans
le même temps, le dégroupage des tarifs des billets est devenu la « norme
». En toile de fond de ces changements, un certain nombre de tendances
intéressantes ont émergé. Ces tendances peuvent aider les voyageurs à
mieux comprendre à quel moment acheter leurs billets, à quel prix et ce
qu’incluent les options. Nous sommes convaincus de l’importance d’aider
nos voyageurs à se tenir informés et à être capables de prendre les bonnes
décisions concernant leurs voyages, quelle qu’en soit la nature.
Ce rapport constitue l’analyse par Expedia, Inc. de données fournies par
l’Airline Reporting Corporation (ARC) ainsi que de données issues de
sources de l’industrie telles que l’Association internationale du transport
aérien (IATA), Diio Mi, et l’Airline Tariff Publishing Company (ATPCO).
L’exercice a consisté à évaluer ces informations et à établir une synthèse de
ces tendances pour l’année à venir. Nous espérons que ces données seront
utiles à nos partenaires industriels dans la planification de leurs activités
respectives et à nos voyageurs qui s’appuiront sur cette analyse au moment
de prendre des décisions pour des voyages en 2015.
Dans ces trois parties, nous puiserons dans un important volume de
recherches pour définir quel est le meilleur moment pour acheter des
billets, différencier les valeurs des classes économique et premium
et comprendre les éventuels changements de tarifs à l’horizon 2015.
Globalement, le document traitera quatre éléments majeurs :
1. Bien qu’il soit impossible de garantir aux voyageurs le moment où
ils pourront bénéficier des meilleurs tarifs, acheter ses billets au
minimum deux mois à l’avance pour les vols nationaux et six mois à
l’avance pour les vols internationaux permet de réaliser de bonnes
affaires.
2. Le mardi semble demeurer le meilleur jour de la semaine pour trouver
des tarifs aériens moins chers pour des vols réservés au minimum trois
semaines à l’avance.
3. L’écart de prix entre des billets de classes premium et économique se
réduit. De manière générale, les billets de vols en classe premium ne
sont pas aussi coûteux que le pensent de nombreux voyageurs. Sur
certaines lignes, le rapport qualité prix de ces billets est intéréssant si
l’on considère les avantages qui s’y rapportent.
4. Globalement, une demande accrue en 2015 est compensée par une
capacité plus importante. Cette situation, associée à une chute des
prix du pétrole devrait permettre aux voyageurs de constater une
légère baisse des tarifs aériens pour la plupart des destinations vers
l’Amérique du Nord et l’Europe en 2015.
1.
Partie 1 : Quel est le meilleur moment pour acheter ?
Etant l’une des principales agences de voyages en ligne dans le monde, Expedia doit sans cesse répondre aux voyageurs sur
les questions relatives au meilleur moment pour acheter un billet au meilleur tarif. En réalité, les tarifs varient quelle que
soit la ligne et quel que soit le jour. Les voyageurs semblent avoir deux questions récurrentes à l’esprit : « Dois-je attendre ou
acheter maintenant ? » et « Peut-on trouver des tarifs plus intéressants certains jours de la semaine ? ». Dans cette partie, nous
analyserons les données relatives au trafic au départ des États-Unis et nous évaluerons l’impact de chacun de ces facteurs
temporels sur le prix du billet.
Le sens commun veut généralement
que plus l’achat du billet est anticipé,
plus le tarif est bas. Cette réalité qui
s’est vérifiée durant des décennies
est toujours d’actualité. De manière
officieuse, les systèmes de gestion des
revenus des compagnies aériennes
augmentent généralement les tarifs
des billets lorsque la date de départ
est proche. Pour autant, la question
demeure : à quel moment les
voyageurs doivent-ils réserver ?
Selon les données de l’ARC, les
tarifs les plus bas pour les billets
de la plupart des vols nationaux
ont été constatés entre 50 et 100
jours avant le départ. Durant cette
période, le prix moyen d’un billet
(PMB) est relativement stable. Les
prix des billets vendus au cours de
cette période sont en moyenne 85
$ US inférieurs au prix global d’un
billet. Les données collectées par
l’ARC indiquent que la moyenne la
plus basse du prix d’un billet, environ
401 $ US, est constatée 57 jours à
l’avance.
Prix moyen d’un billet par rapport au délai d’achat anticipé
pour les vols nationaux
800
700
Prix moyen billet national
Jours précédant le départ
600
Prix moyen d’un billet – 496 $
500
400
Moyenne la plus basse de 401 $
57 jours avant le départ
300
300
250
200
150
100
50
0
200
Nombre de jours avant le départ
2.
Prix moyen d’un billet par rapport délai d’achat anticipé
pour les vols internationaux
1900
1700
1500
Prix moyen d’un billet – 1 368 $
1300
1100
Prix moyen billet international
Ces mêmes données indiquent que,
pour obtenir des tarifs bas sur les
vols internationaux, les voyageurs
doivent veiller à réserver encore
plus tôt. Selon les recherches de
l’ARC, le prix des billets demeurent
à un niveau relativement bas entre
150 et 225 jours avant le départ.
Durant cette période, le prix
moyen d’un billet international
était de 1 035 $ US, soit plus de 300
$ US en dessous de la moyenne
globale. La moyenne la plus basse
du prix d’un billet international (1
004 $ US), est constatée 171 jours
avant le départ.
900
Moyennes les plus basses, 1 004 $,
171 jours avant le départ
700
300
250
200
150
100
Nombre de jours avant le départ
50
0
500
IIl convient de noter que les voyageurs peuvent acheter leurs billets jusqu’à un an à l’avance pour la majorité des vols
nationaux ou internationaux. Les ventes commencent à s’accélérer environ 100 jours avant le départ pour les vols nationaux
et 200 jours avant le départ pour les vols internationaux. Les données de l’ARC indiquent que pour les vols nationaux, l’achat
anticipé moyen se situe à environ un mois (32 jours) du départ et l’achat anticipé médian est d’environ 20 jours.
Cette même étude montre que pour les lignes internationales, l’achat anticipé moyen est d’environ deux mois (59 jours) avant
le départ, tandis que la majorité des billets est vendue durant la dernière semaine précédant le départ. Cela étant, les billets
vendus au cours de la dernière semaine représentent seulement 12 % des ventes de billets internationaux.
Selon l’analyse d’Expedia des données relatives aux lignes intra-nord-américaines en classe économique1, les voyageurs
économisent généralement entre 195 et 225 $ US (43 à 56 %) en réservant leurs voyages plus de trois semaines avant le
départ. Les économies réalisées grâce à un achat anticipé ont été les plus importantes pour Atlanta et New York, alors que
les économies les plus faibles ont été constatées pour Hawaï, le Mexique et les Caraïbes. Hawaï en particulier, constitue
une anomalie notable : les voyageurs vers ces destinations ont pu obtenir les meilleurs tarifs en réservant entre une à trois
semaines à l’avance. Cela signifie qu’Hawaï est une destination pour laquelle les voyageurs peuvent bénéficier d’incroyables
tarifs à la dernière minute.
1
Aux fins du présent document, la « cabine économique » comprend toutes les cabines confort, y compris l’économique Premium.
3.
Économies de l’achat anticipé d’un billet d’avion par destination*
80%
73%
70%
65%
60%
52%
49%
40%
38%
32%
30%
13%
Atlanta
Asie-Pacifique
Mex/Carib
Europe
Am. du Nord
San Francisco
3%
0%
New York
7%
10%
Hawaii
20%
Orlando
40%
Las Vegas
50%
*Achats ATP réalisés +3 semaines à l’avance par rapport à 1 semaine précédant le départ,
cabine confort
Économies sur les packages pour des marchés
sélectionnés**
Économies
en %
Économies
en $
Las Vegas
19,4 %
346,97 $
NYC
24,4 %
1 031,80 $
Cancún
22,9 %
942,23 $
London
18,5 %
588,55 $
Punta Cana, DR
18,4 %
774,04 $
Rome
17,2 %
499,57 $
Barcelone
11,6 %
217,55 $
Riviera Maya
21,9 %
1 019,24 $
Miami
19,6 %
496,51 $
Paris
20,8 %
898,91 $
Oahu
19,5 %
829,68 $
Los Cabos
24,6 %
950,26 $
Berlin
16,7 %
205,06 $
Orlando & Lake Buena
Vista, FL
19,7 %
477,79 $
Los Angeles
18,4 %
371,45 $
Amsterdam
14,8 %
261,83 $
Chicago
19,3 %
332,18 $
San Francisco
17,3 %
392,87 $
San Diego
23,8 %
529,06 $
Majorque
15,6 %
334,89 $
Istanbul
12,5 %
245,29 $
Maui
26,1 %
1 307,82 $
San Juan, Puerto Rico
17,1 %
379,53 $
New Orleans
16.4 %
329,88 $
Prague
12.5 %
189,44 $
Comme le montre l’exemple d’Hawaï,
un voyage réservé à la dernière minute
peut être l’opportunité de réaliser
d’importantes économies. Il est vrai
que pour obtenir les meilleurs tarifs,
les voyageurs doivent être flexibles
sur leurs destinations et leurs dates
de voyage. Par ailleurs, avant de
cliquer sur « réserver », les voyageurs
doivent prendre en considération
d’autres risques. Alors qu’ils ne voient
que la bonne affaire sur le vol, le fait
de retarder cette confirmation peut
réduire ainsi les économies réalisées
sur le voyage. De plus, d’autres
dépenses, telles que la chambre
d’hôtel ou la location de voiture
peuvent être bien plus élevées.
La meilleure option pour réaliser des
économies consiste généralement
à réserver en même temps les vols
et l’hôtel ou la voiture, avec une
économie pouvant aller jusqu’à 540 $
US pour l’ensemble des destinations.
Voici un aperçu des économies sur
quelques marchés sélectionnés.
**Économies basées sur les réservations de packages vacances sur le marché identifié durant l’année passée, comparées au prix des mêmes éléments réservés séparément
4.
Jour de la semaine
Pendant des années, en se basant en grande partie sur les données provenant d’achats de billets, les spécialistes de l’industrie
ont estimé que le meilleur jour de la semaine pour acheter (c’est-à-dire le jour de la semaine proposant les prix moyens de billet
les plus bas) était le mardi. Une récente étude menée par Expedia sur les données relatives au prix des billets d’avion indique
que, pour un voyage réservé plus de trois semaines à l’avance, le mardi reste le meilleur jour de la semaine pour acheter, en
raison de marges moins importantes.
Pour mener cette analyse approfondie, Expedia a étudié tous les vols nationaux et internationaux au départ des États-Unis
et a contrôlé diverses variables incluant des billets aller-retour, des billets autonomes (c’est-à-dire des billets ne faisant pas
partie d’une offre packagée) et des billets de classes supérieures uniquement. Les experts d’Expedia ont finalement déterminé
que réserver un mardi, au minimum trois semaines avant le départ, permet de réaliser une économie moyenne d’à peine plus
de 5 % ou de 28 $ US par rapport à des réservations similaires (avec le même délai d’anticipation) effectuées les mercredis ou
jeudis.
Prix moyen du billet
selon anticipation de
l’achat
2
Jour de la semaine
<21 jours
21+ jours
Dimanche
549 $
539 $
Lundi
562 $
520 $
Mardi
561 $
515 $
Mercredi
564 $
517 $
Jeudi
568 $
518 $
Vendredi
571 $
522 $
Samedi
561 $
543 $
Il convient de noter que, dans la mesure où les tarifs aériens changent
de minute en minute et tous les jours, prioriser un jour de la semaine
en particulier n’est pas nécessairement le meilleur indicateur de «
bonne affaire ». En fait, tant de facteurs influencent les tarifs aériens
qu’il n’existe aucune stratégie infaillible concernant le jour où l’on peut
trouver un billet d’avion au meilleur prix. George Hobica, fondateur
de Airfarewatchdog.com, a récemment écrit sur le sujet dans USA
Today2.Voici l’essentiel de son article : Effectuer sa recherche plusieurs
fois par jour constitue une astuce pour trouver des tarifs bas.
« Même s’il est vrai qu’en voyageant un mardi ou un mercredi,
on obtient les tarifs les plus bas, il est faux de croire qu’il faut
impérativement acheter ses billets ces jours-là pour obtenir les
meilleures affaires » écrit Hobica. « Il est vrai que de nombreuses
compagnies aériennes lancent leurs ventes évenementielles le mardi,
mais les ventes non annoncées sont bien plus intéressantes et elles
peuvent survenir à tout moment, ligne par ligne. »
Voir http://www.usatoday.com/story/travel/columnist/hobica/2014/11/25/finding-low-airfare/19490559/
5.
Nos recherches confirment le point de vue d’Hobica. Tandis que le choix d’un jour précis pour acheter permet d’économiser
5 %, le choix du jour où voyagez peut avoir un impact plus important encore. Par exemple, pour les vols long-courriers3, partir
un jeudi et revenir un lundi peut générer une économie de 20 % par rapport à l’option la plus coûteuse – partir un vendredi et
revenir un samedi. Pour les vols court-courriers4, les voyageurs peuvent économiser jusqu’à 25 % en partant un samedi et en
revenant un mardi par rapport à l’option la plus coûteuse – partir un dimanche et revenir un lundi.
Prix moyen du billet selon le jour de semaine de voyage
Lignes
long-courriers
Jour de la semaine du vol entrant
Vol sortant
Jour de la semaine
Dimanche
Lundi
Mardi
Mercredi
Jeudi
Vendredi
Samedi
Dimanche
854 $
994 $
980 $
937 $
$930 $
939 $
942 $
Lundi
940 $
870 $
966 $
956 $
$923 $
916 $
935 $
Mardi
896 $
922 $
850 $
945 $
$946 $
945 $
945 $
Mercredi
843 $
857 $
899 $
858 $
$964 $
975 $
960 $
Jeudi
842 $
798 $
831 $
899 $
$880 $
986 $
988 $
Vendredi
914 $
819 $
842 $
884 $
$945 $
880 $
999 $
Samedi
952 $
947 $
914 $
897 $
$926 $
976 $
813 $
Lignes
long-courriers
Jour de la semaine du vol entrant
Vol sortant
Jour de la semaine
Dimanche
Lundi
Mardi
Mercredi
Jeudi
Vendredi
Samedi
Dimanche
466 $
493 $
462 $
440 $
461 $
480 $
465 $
Lundi
462 $
443 $
475 $
463 $
455 $
459 $
437 $
Mardi
441 $
417 $
393 $
447 $
455 $
436 $
411 $
Mercredi
424 $
398 $
380 $
397 $
478 $
463 $
404 $
Jeudi
402 $
387 $
385 $
404 $
442 $
487 $
420 $
Vendredi
396 $
381 $
388 $
405 $
432 $
447 $
446 $
Samedi
445 $
378 $
369 $
388 $
415 $
439 $
424 $
Éléments majeurs
À partir de ces données temporelles, voici quelques éléments majeurs, utiles aussi bien aux voyageurs qu’aux spécialistes de
l’industrie :
• Une réservation anticipée permet toujours d’obtenir des offres très intéressantes : pour les vols nationaux, une
réservation effectuée 57 jours avant la date de départ permet d’obtenir le tarif moyen le plus bas ; pour les vols
internationaux, la réservation doit se faire 171 jours à l’avance.
• Une réservation de dernière minute peut générer d’importantes économies, mais uniquement vers certaines
destinations. Les économies les plus intéressantes sont obtenues en réservant en même temps les vols et l’hôtel ou la
voiture.
• Pour les voyages réservés plus de trois semaines avant la date de départ, le mardi reste la meilleure opportunité de
réaliser une bonne affaire, avec une économie moyenne de 28 $ US.
3
Aux fins du présent document, « long-courrier » signifie que l’origine et la destination de la ligne se situent dans des régions IATA différentes.
4
Aux fins du présent document, « court-courrier » signifie que l’origine et la destination se situent dans la même région IATA.
6.
Partie 2 : Distinguer les avantages des différentes classes
Depuis les premiers voyages aériens avec la « Pan Am », voyager en Première classe est synonyme de luxe, de privilège
et d’élitisme. Toutefois, après l’analyse des données des billets d’avion par Expedia, il est évident que, dans certains cas, la
différence entre les prix des billets en classe premium5 et économique se réduit. Sur certaines lignes, cet écart tarifaire est
devenu négligeable et les billets en classe premium ont un meilleur rapport qualité prix que les billets de classe économique.
Pour dire les choses simplement, l’expérience de la première classe n’est peut-être plus hors de portée de certains voyageurs.
Il convient de noter que les données de cette partie du rapport concernent les voyages au départ de trois régions en particulier
: Amérique du Nord, Europe et Asie-Pacifique (APAC).
Combinaison de cabine premium par région
Selon l’analyse d’Expedia, l’Europe détient globalement le pourcentage le plus élevé de passagers voyangeant en cabine
premium avec 11 % du total. Ce chiffre s’est stabilisé au cours des deux dernières années. En région APAC, les réservations en
cabine premium ont considérablement augmenté depuis quelques années et ont pratiquement doublé pour atteindre 11 % du
total depuis 2013. Fait intéressant, l’Amérique du Nord accuse un retard important sur les réservations en cabine premium.
Dans cette région, seuls 6 % des passagers paient plus cher pour une expérience haut de gamme. Neanmoins, au cours des
deux dernières années l’Amérique du Nord a connu une forte augmentation, avec une progression de 50 % pour atteindre
6 % ; ce chiffre était de 4 % au premier trimestre 2012.
Combinaison de cabine premium en Amérique du
Nord par marché
18%
16%
14%
12%
10%
8%
6%
Nous n’allons pas mentir : les sièges en cabine premium
sont chers. Le tarif du billet premium sur des vols longcourriers s’élève à environ trois fois et demi le tarif du billet
économique. Dans le même temps, l’écart entre les tarifs
premium et économique sur les vols court-courriers s’est
considérablement réduit depuis 2 ans. Cette tendance
a été observée de manière systématique en Amérique
du Nord, en Europe et en région APAC. Voici quelques
exemples d’évolution de ces tarifs durant les deux
dernières années :
• Sur les lignes court-courriers en Amérique du Nord,
l’écart tarifaire entre économique et premium est
passé de 138 % à 89 %.
4%
2%
0%
Prix du billet en cabine Premium
1Q12
3Q12
1Q13
3Q13
1Q14
Continent nord-américain
Amérique du Nord vers Europe
Amérique du Nord vers Mex./Car.
3Q14
• En Europe, l’écart tarifaire entre premium et
économique est passé de 66 % à 53 %.
• Sur le marché du court-courrier en région APAC,
l’écart tarifaire entre premium et économique a
baissé de 120 % à 55 %.
Amérique du Nord vers APAC
5
Aux fins du présent document, la « cabine Premium » comprend les classes Business et Première.
7.
L’analyse des données des billets d’avion par Expedia suggère que cette réduction de l’écart tarifaire entre les sièges en classes
premium et économique peut être attribuée à un certain nombre de facteurs sur le marché :
• Promotions ou utilisation croissante d’offres de surclassement destinées à abaisser le prix d’entrée de gamme des sièges
en cabine premium et à améliorer le yield management des réservations en classe économique.
• Diminution des dépenses de voyage d’affaires, qui réduit les réservations des entreprises en cabine premium sur les vols
court-courriers et permet ainsi de proposer un plus grand nombre de sièges à la vente.
• Les compagnies low-cost (LCC) en Europe et APAC différencient leurs offres de produits et séduisent les voyageurs
d’affaires.
• Le fait qu’en règle générale, les tarifs des vols économiques augmentent plus rapidement que ceux des sièges situés en
cabine premium.
La démarche des compagnies aériennes de réduire l’écart tarifaire entre les sièges en classe économique et ceux de cabine
premium fait peut-être partie d’une démarche marketing pour inciter un plus grand nombre de « voyageurs moyens » à faire
l’expérience du service premium. À l’époque des réseaux sociaux, où de nombreux passagers communiquent sur Facebook ou
Twitter à 35 000 pieds, la stratégie peut susciter l’intérêt pour les options de vols haut de gamme.
8.
Cabines premium sur les vols nord-américains
Les sièges en cabine premium sont plus abordables que ce que peuvent penser les voyageurs. Ces prix représentent
globalement 12 à 15 % de l’ensemble des billets nord-américains sur les long-courriers, ce qui revient à dire qu’environ trois
voyageurs sur 20 à 25 achètent une place en cabine premium.
Selon l’analyse d’Expedia, les billets premium sur les vols court-courriers ont connu une croissance régulière sur les deux
dernières années. Au troisième trimestre 2014, leur part s’élevait ainsi à 5 % du volume total des billets, après avoir représenté
3 % du total au premier trimestre 2012. Selon les experts d’Expedia, la fréquence à laquelle les voyageurs locaux achètent ces
billets augmente proportionellement à la réduction de l’écart tarifaire entre les billets des classes premium et économique.
En d’autres termes, la part de billets premium augmente dans le total des billets achetés et nous pensons que c’est dû à la
réduction progressive de l’écart tarifaire entre les sièges de classe premium et de classe économique.
Écart tarifaire premium par rapport à son
utilisation Amérique du Nord
400%
6%
350%
5%
Écart tarifaire
300%
4%
250%
3%
200%
150%
2%
100%
1%
50%
0%
1Q12
% Premium
(Court-courrier)
3Q12
1Q13
3Q13
% Écart tarif.
(Court-courrier)
1Q14
3Q14
0%
% Écart tarif.
(Long-courrier)
L’analyse d’Expedia indique également que des offres particulières peuvent être proposées sur certains marchés nationaux où
l’écart tarifaire est considérablement inférieur à la moyenne régionale. Orlando constitue l’un de ces marchés, sur lequel au
cour de l’année passée, cet écart était en moyenne de 15 % pour les achats réalisés plus de 21 jours avant le départ et de 30 %
pour les achats effectués entre 7 et 21 jours à l’avance.
Atlanta est une destination similaire. Sur ce marché, l’écart tarifaire était en moyenne de 25 % pour les achats effectués plus
de 21 jours avant la date de départ.
9.
Cabines premium sur les vols internationaux
Les ventes de billets en cabine premium sont plus importantes en Europe,
où elles représentent 10 % de l’ensemble des billets court-courriers intraEurope et 12 à 14 % de l’ensemble des billets long-courriers. Globalement,
l’utilisation du tarif de cabine premium est bien supérieure en Europe sur
les vols court-courriers qu’en Amérique du Nord et région APAC.
350%
12%
300%
11%
Écart tarifaire
250%
11%
200%
10%
150%
10%
100%
% Utilisation Premium
Écart tarifaire premium par rapport à son
utilisation – Europe
9%
50%
0%
1Q12
3Q12
% Premium
(Court-courrier)
1Q13
3Q13
1Q14
% Écart tarif.
(Court-courrier)
3Q14
9%
Éléments majeurs
L’analyse des données des billets d’avion par
Expedia a mis en avant un certain nombre de
points intéressants concernant les billets de
cabine premium vs les cabines économiques
dans le monde. Les éléments majeurs à prendre
en considération :
% Écart tarif.
(Long-courrier)
Écart tarifaire premium par rapport à son
utilisation - Asie Pacifique
16%
250%
Écart tarifaire
12%
10%
150%
8%
100%
6%
4%
50%
2%
0%
0%
1Q12
3Q12
% Premium
(Court-courrier)
1Q13
3Q13
% Écart tarif.
(Court-courrier)
1Q14
3Q14
% Utilisation Premium
14%
200%
• L’écart tarifaire entre les cabines premium
et économique semble se réduire, faisant
ainsi du billet de classe premium un
produit potentiellement plus avantageux
sur les lignes court-courriers.
• Cet écart est plus important en Amérique
du Nord, offrant aux compagnies
aériennes de cette région la possibilité
d’être plus agressives sur leurs tarifs et
d’attirer ainsi de nouveaux voyageurs
tentés par le tarif de la cabine premium.
Les billets de cabine premium les plus
chers sont vendus en grande partie pour
des vols long-courriers transatlantiques
et transpacifiques au départ d’Amérique
du Nord.
% Écart tarif.
(Long-courrier)
10.
Partie 3 : Prix attendus en 2015
La troisième et dernière partie de ce rapport examine les tarifs attendus pour 2015 des billets de quelques-unes des
destinations les plus demandées au monde. Les données de cette partie ne se limitent pas aux voyageurs d’Amérique du
Nord ; elles portent en effet sur des voyages au départ de trois régions : Amérique du Nord, Europe et APAC.
Bien qu’un certain nombre de rapports de l’industrie indiquent que les tarifs aériens demeureront inchangés ou
n’augementeront que légèrement6, une analyse approfondie des données conduit Expedia à penser que les prix de
nombreuses destinations tendances vont légèrement diminuer. Cela ne signifie pas que tous les tarifs des billets vont baisser
de manière systématique. Sur certains marchés, particulièrement celui de l’APAC, les tarifs moyens sont susceptibles
d’augmenter. Expedia est cependant convaincue, en s’appuyant sur les données de l’ARC, IATA et Diio Mi ainsi que sur des
indicateurs économiques, que les billets de nombreuses lignes très fréquentées deviendront plus abordables en 2015.
De nombreuses données viennent appuyer cette théorie. Examinons tout d’abord la croissance économique : Le Fonds
Monétaire International (FMI) prévoit que le produit intérieur brut (PIB) mondial progressera d’environ 3 % par an en 20157.
Alors, qu’une croissance de la demande entraînera probablement une hausse des tarifs aériens, de nombreuses régions
verront leur capacité augmenter comme en 2014. Toutes les données relatives aux capacités des compagnies aériennes
mentionnées dans cette partie proviennent de Diio Mi8. En s’appuyant sur divers ensembles de données, Expedia prévoit
que la forte croissance du secteur va se poursuivre en 2015 (sauf circonstances imprévues, telles que des troubles politiques,
d’éventuels épidémies ou des actes de terrorisme).
La baisse du prix du pétrole constitue un autre facteur susceptible d’impacter les prix. Le prix du pétrole Brent est passé sous
la barre des 70 $ US le baril en novembre 2014, après avoir atteint plus de 112 $ US en juin 20149. La baisse du prix du pétrole
se traduit par une baisse des coûts de fonctionnement pour les compagnies aériennes. Celles-ci décident parfois d’en faire
profiter les voyageurs en proposant des billets moins chers. Cette corrélation n’est ni systématique, ni constante, mais il est
vrai que la baisse du prix du pétrole permet effectivement aux compagnies aériennes d’être plus compétitives en matière de
tarifs tout en conservant leur rentabilité.
Expedia prévoit une importante variation de prix sur chaque marché et a donc décomposé les différentes évaluations et
interprétations en fonction de chaque région. Les régions étudiées dans ce rapport comprennent l’Amérique du Nord,
l’Europe, et l’APAC.
6
Voir http://www.businesstravelnews.com/More-News/Amex-Forecasts-Flat-To-Modest-Growth-In-2015-Travel-Pricing/?a=proc&cid=eltrDaily
7
Voir http://www.businessweek.com/articles/2014-11-06/2015-global-economic-outlook-better-than-2014-but-not-by-much
8
Voir https://mi.diio.net/
9
Voir http://www.investing.com/commodities/brent-oil-historical-data
11.
Amérique du Nord
Après avoir longuement étudié les données provenant de diverses sources, Expedia prévoit une légère baisse générale des
tarifs aériens sur les vols en provenance d’Amérique du Nord et vers plus de 20 destinations les plus demandées au monde.
2015
Janv. – avr. 2015
Destination
Prévision annuelle
ATP
Capacité
annuelle
Las Vegas
-4,4 %
5,6 %
New York
-1,7 %
6,6 %
Orlando
-1,8 %
7,4 %
Los Angeles
1,3 %
5,9 %
Chicago
-1,9 %
5,1 %
San Francisco
2,2 %
3,7 %
Cancun
-1,3 %
15,2 %
Washington
-6,7 %
5,3 %
Boston
1,6 %
2,1 %
Miami
-1,0 %
7,9 %
Denver
-4,8 %
-0,1 %
Phoenix
-1,9 %
5,0 %
Seattle
-2,1 %
13,8 %
Dallas
-11,2 %
14,0 %
Atlanta
0,3 %
1,0 %
Fort Lauderdale
-3,1 %
5,9 %
Tampa
-5,9 %
9,0 %
San Diego
-4,6 %
5,3 %
Newark
0,0 %
2,8 %
Houston
-4,5 %
0,9 %
Londres
4,5 %
4,9 %
Paris
0,4 %
2,4 %
Rome
6,0 %
-5,8 %
Sources : Analyse interne Expedia, basée sur des données de l’ARC, Diio Mi, et Expedia.
Destinations les plus demandées selon les billets réservés. Les prévisions ATP sont
basées sur les tarifs des billets aller-retour en économique, y compris les billets package.
10
La majorité de ces changements résulteront d’un
équilibre entre l’augmentation de la demande due à une croissance économique et une baisse
du chômage - et de l’offre. Selon le FMI, le PIB
des États-Unis va progresser à un taux modéré
d’environ 3 % en 201510. Dans le même temps, le
Bureau of Labor Statistics indique que le taux de
chômage est tombé à environ 6 % en septembre
2014, bien en deçà des 10 % d’octobre 200911.
Les créations d’emplois ont considérablement
augmenté aux États-Unis et la confiance du
consommateur continue à progresser. Bien qu’une
légère hausse des taux d’intérêt soit attendue à
un moment donné en 2015, tous les indicateurs
montrent qu’un plus grand nombre d’Américains
disposent d’un budget plus important pour les
voyages aériens et qu’ils sont plus nombreux à le
dépenser.
Nous prévoyons une offre plus importante au
départ des États-Unis et du Canada vers la plupart
des destinations, en particulier celles situées
en Amérique du Nord. La capacité globale de
sièges au départ de l’Amérique du Nord devrait
augmenter de 5 % au premier semestre 2015.
Expedia estime que la capacité de sièges sur les
lignes d’Amérique du Nord vers les Caraïbes
connaitra une croissance à deux chiffres au premier
trimestre 2015 et que la hausse prolongée de la
capacité pour les lignes Amérique du Nord vers
APAC durera au moins jusqu’à la fin du premier
semestre 2015.
De même, la capacité globale de l’Amérique
Latine au départ de l’Amérique du Nord devrait
connaitre une augmentation de 7 % au premier
semestre 2015, avec un pic probable de capacité
de 11 % entre l’Amérique du Nord et le Mexique.
Dans le même temps, Expedia prévoit que
l’augmentation de la capacité sur les lignes
Amérique du Nord vers l’Europe observera un
recul de – 3 % à – 5 % en 2015.
Voir http://www.businessweek.com/articles/2014-11-06/2015-global-economic-outlook-better-than-2014-but-not-by-much
11
Voir http://data.bls.gov/timeseries/LNS14000000
12.
À mesure que l’année 2015 avance, la conjoncture pourrait davantage impacter la capacité.
Nous surveillerons notamment les impacts de quelques mesures spécifiques :
• La forte expansion de Delta Airlines sur Seattle et
d’autres marchés de la côte ouest se traduit par des
tarifs aériens particuilèrement bas au départ de
Seattle, Portland (Oregon) et la Californie.
• La part des sièges de Delta au départ de Seattle
devrait atteindre les 18 % durant le premier semestre
2015, soit environ + 8 % par rapport au premier
semestre 2013. Au départ de Seattle, le nombre
total de sièges sera en hausse de 12 % sur un an
au cours du premier semestre 2015, incluant les
capacités supplémentaires d’Alaska Airlines qui
défend fermement son propre marché. Au total, cela
se traduira par une capacité complémentaire de 6
000 à 7 000 sièges dans chaque direction, vers et au
départ de Seattle, par rapport au premier semestre
2014.
• Les perspectives de capacité au départ de New
York pour le premier semestre 2015 s’avèrent un
peu plus modestes, avec une augmentation du
nombre de sièges de seulement 4 % dans les trois
aéroports principaux, principalement John F.
Kennedy International et LaGuardia International.
La capacité vers le Moyen-Orient et l’Asie totalisera
environ 1 100 sièges supplémentaires par jour au
premier trimestre 2015, sur les vols vers Dubaï,
Abou Dhabi et Taipei, et comportera un nouveau
service en continu vers Bakou en Azerbaïdjan et
Guangzhou en Chine. Vers les Caraïbes, le nombre
de sièges devrait augmenter d’environ 3 % sur un
an, totalisant environ 700 sièges par jour sur les
vols vers la République Dominicaine, Trinidad &
Tobago et les îles Turques-et-Caïques. La plupart des
nouvelles capacités de sièges au départ de ce marché
– plus de 5 500 sièges supplémentaires au premier
trimestre 2015 au total – seront probablement dues
à l’augmentation des destinations nationales, telles
Cleveland, Chicago, Los Angeles, Miami, Fort
Lauderdale, West Palm Beach, Floride, Boston,
13.
Dallas, Fort Meyers Floride, et Orlando. Ces vols
totaliseront environ 7 000 nouveaux sièges par jour
dans chaque sens.
• Au premier semestre 2015, New York devrait gérer
pratiquement 1 650 départs de vols par jour depuis
ses trois principaux aéroports, ce qui ne représente
qu’environ 70 vols quotidiens de plus que ce que
géraient les mêmes aéroports au premier semestre
2012.
• D’autres zones métropolitaines majeures devraient
connaître une croissance sur cette même période
: au départ de Dallas + 81 vols par jour, Seattle
+ 73 vols et Cincinnati + 35 vols. Toutefois, de
nombreuses villes secondaires – et quelques grandes
zones métropolitaines – connaîtront dans le même
temps une perte de capacité considérable. Parmi
celles-ci : Cleveland (- 88 vols par jour), Denver
(- 87 vols par jour), Detroit (- 55 vols par jour), et
Atlanta (- 73 vols par jour). Fait intéressant, le
nombre moyen de sièges par vol (également appelé
« indicateur ») a progressé d’au moins 10 % sur
pratiquement tous ces marchés en recul depuis 2012,
versus une augmentation de seulement 7,5 % dans
l’ensemble des aéroports nationaux. Cela démontre
qu’aujourd’hui en Amérique du Nord la tendance est
de délaisser les petits avions régionaux au profil de
plus gros appareils.
• Le nombre total de sièges au départ du Canada
devrait augmenter de 3 % au premier semestre
2015, avec une hausse de 1 % sur les vols nationaux
et de plus de 6 % pour les vols internationaux. Air
Canada, qui a augmenté sa capacité de sièges de 5
% en 2014, semble augmenter sa capacité d’un peu
plus de 6 % en ce début d’année 2015. WestJet –
grand fournisseur de capacités aériennes avec une
augmentation de 7 à 8 % depuis 2013 – est en recul
avec une hausse de 3 à 4 % début 2015.
• Les compagnies low-cost, telles que Frontier et
Spirit devraient augmenter leur part de marché en
Amérique du Nord, grâce à une expansion vers les
bastions réservés aux transporteurs traditionnels
comme Washington, D.C., Houston, Dallas, Detroit
et Cleveland. Frontier renforce également sa
présence à Las Vegas et s’introduit sur les marchés
de Miami et West Palm Beach, Floride. Au total,
la capacité de la compagnie aérienne devrait
augmenter de 14 % au premier semestre 2015.
D’autre part, Spirit prévoit de s’introduire sur le
marché de Kansas City et d’étendre sa capacité à
Los Angeles et Oakand en Californie. Au total, la
capacité de la compagnie augmentera de 26 % par
an au cours du premier semestre 2015 et elle figure
aujourd’hui dans le top 10 des compagnies aériennes
en termes de capacité aux États-Unis et au Canada.
La part des sièges des compagnies aériennes low-cost
aux États-Unis et au Canada est en passe d’atteindre
les 31 % en 2015, après avoir atteint un taux de 29
% en 2014, et sur les lignes intra-mexicaines, ce
pourcentage passe de 34 à 61 % pour cette même
période. Même sur les lignes au départ des États-Unis
et du Canada vers le Mexique, la part de capacité des
compagnies low-cost avoisinera les 26 % au premier
semestre 2015, soit + 3 % par rapport à 2014 et + 13 %
par rapport à 2010.
• Au départ d’Orlando, la capacité totale devrait
augmenter de 6 à 7 % au premier semestre 2015.
Le nombre de sièges au départ d’Orlando vers le
Mexique devrait bondir de 50 % au cours du premier
semestre 2015, totalisant ainsi environ 250 sièges par
jour, sur les vols vers Mexico et Cancún, et comporter
une nouvelle ligne en continu vers Guadalajara.
L’augmentation de la capacité des vols nationaux
vers Cincinnati, Washington, D.C., Chicago,
Cleveland, Philadelphie, Salt Lake City, et Dallas,
entre autres, devrait totaliser la majorité des sièges
supplémentaires, estimés à plus de 4 000 par an,
pour chaque direction.
• Le nombre de sièges en direction de Cancún devrait
augmenter de 11 % au premier semestre 2015, en
grande partiegrâce à l’augmentation de la capacité
au départ de Salt Lake City, Seattle, et Washington,
D.C. Le nombre total de sièges sur les lignes ÉtatsUnis – Mexique devrait augmenter de 10 % au
premier semestre 2015.
• Enfin, le nombre de sièges au départ des États-Unis
et du Canada vers Londres devrait augmenter de 4
% au premier semestre 2015. Les acteurs majeurs de
cette hausse sont Charlotte en Caroline du Nord,
Austin au Texas et Fort Lauderdale en Floride.
• L’abrogation du Wright Amendment, qui auparavant
limitait les vols au départ de Love Field à Dallas
vers le reste du Texas ou des états voisins, pourrait
entraîner une hausse importante de la capacité vers
et au départ de cette région. De nouvelles lignes au
départ de Love Field vers 17 villes situées dans les
états du Centre, du Sud-Ouest et de l’Est ont déjà été
annoncé. D’autres annonces sont attendues au cours
de l’année 2015.
14.
Europe
Parmi les trois régions étudiées dans ce rapport, l’Europe est celle où la tarification des billets d’avion est la plus incertaine
pour 2015.
Cette incertitude est en grande partie liée à la demande. Bien que The Economist ait prévu une croissance du PIB de la
zone euro d’environ 1 % en 201512, l’économie globale demeure une préoccupation majeure. En effet, elle montre des signes
d’éventuelle « triple » récession. Les taux d’inflation observés par The Economist en octobre 2014 étaient d’à peine 0,4 %13,
bien en deçà de l’objectif fixé par la BCE de presque 2 % - ce qui indique l’éventualité d’une déflation. Si l’on ajoute la nature
imprévisible des troubles politiques et civils en Russie, Ukraine, Syrie, Égypte et Tunisie, ainsi que les épidémies d’Ebola en
Afrique de l’Ouest, il devient alors très difficile de prévoir l’évolution du secteur des transports dans cette région. En dépit
de ces chiffres, la capacité européenne devrait encore augmenter de 6 à 7 % au premier trimestre 2015. Cela signifie que la
majorité des tarifs des billets d’avion devrait baisser, au moins légèrement. Voici un aperçu de quelques-unes des destinations
les plus demandées.
2015
Janv. – avr. 2015
Destination
Prévision annuelle
Capacité annuelle
Londres
-4,6 %
5,2 %
Paris
-1,5 %
4,8 %
Munich
-2,7 %
2,0 %
Berlin
-4,4 %
6,7 %
Rome
-12,8 %
10,5 %
Istanbul
-0,6 %
10,2 %
Barcelone
-3,0 %
4,7 %
Copenhagen
-1,5 %
2,5 %
Madrid
-5,8 %
12,9 %
Amsterdam
-4,8 %
9,1 %
New York
3,3 %
1,9 %
Las Vegas
12,6 %
-9,3 %
Miami
5,9 %
12,7 %
Sources : Analyse interne Expedia, basée sur des données de l’ARC, Diio Mi, et Expedia. Destinations
les plus demandées selon les billets réservés. Les prévisions ATP sont basées sur les tarifs des billets
aller-retour en économique, y compris les billets package.
12
Voir http://www.economist.com/blogs/graphicdetail/2014/11/european-economy-guide?zid=295&ah=0bca374e65f2354d553956ea65f756e0
13
Ibid.
15.
Un certain nombre de facteurs stimuleront l’augementation
de la capacité en Europe en 2015. Au premier rang desquels
se trouvent les compagnies low-cost. Ces transporteurs
continuent d’être les acteurs majeurs de l’augmentation de
capacité, particulièrement sur les destinations court-courriers,
avec Ryanair, easyJet, Norwegian Vueling, et Wizzair aux
commandes de l’offensive. Récemment, certaines de ces
compagnies aériennes (Ryanair et easyJet entre autres) se
sont également concentrées sur l’amélioration des services à la
clientèle et sur les tarifs dégroupés pour créer un produit mieux
adapté à la clientèle d’affaires. Les données indiquent que
cette tendance va se poursuivre en 2015.
Le dégroupage sera probablement la tendance suivie par
les transporteurs traditionnels. De nombreuses compagnies
aériennes traditionnelles en ressentent la nécessité pour
concurrencer les compagnies low-cost. Le meilleur exemple est
British Airways, qui a mis en œuvre des « tarifs avec bagage
cabine uniquement » sur certains marchés sélectionnés,
en février 201314. Enfin, les compagnies du Moyen-Orient
continueront à développer leur capacité vers Dubaï, Abou
Dhabi et Doha, avec d’importants investissements dans de
nouveaux avions. Ces billets demeurent actuellement les
plus demandés de l’industrie. Un récent article du magazine
Departures indiquait que certains billets sur ces lignes se
vendaient à plus de 10 000 $ US l’unité15.
En plus de ces tendances, Expedia surveillera et suivra les
changements de capacité sur un certain nombre de marchés
individuels :
• À Barcelone, les données indiquent une augmentation
probable de la capacité de 4 % au premier semestre
2015. Cette agmentation s’explique en grande partie par
l’augmentation des capacités de Vueling (compagnie lowcost + 9 %) et Iberia (compagnie traditionnelle +47 %).
• À Istanbul, l’augmentation de capacité de 5 % prévue en
2015, s’explique par un nombre plus importants de sièges
vers cette destination proposée par deux compagnies
traditionnelles : Turkish et Aegean Airlines.
• À Palma de Majorque, où des réductions de capacité par
Ryanair et Jet2 devraient réduire la capacité totale de
presque 10 % en 2015.
• À Londres, où Londres Heathrow devrait connaître une
légère réduction (0,4 %) de capacité due à une réduction
de sièges sur les destinations assurées par Aer Lingus et
Lufthansa.
14
Voir http://loyaltylobby.com/2013/02/21/british-airways-introduces-fares-without-checked-bag-becoming-no-frills-airline/
15
Pour plus d’informations, voir http://www.departures.com/travel/travel/emirates-worlds-best-airline
16.
APAC
L’analyse d’Expedia des données de l’industrie indique que, contrairement à l’Amérique du Nord et à l’Europe, susceptibles de
connaître une baisse du prix moyen du billet d’avion en 2015, en région APAC, les tarifs aériens devraient demeurer inchangés
ou augmenter légèrement au cours de cette nouvelle année. Voici un aperçu des prévisions concernant quelques-unes des
destinations les plus demandées.
2015
Janv. – avr.
2015
Destination
Prévision
annuelle
ATP
Capacité
annuelle
Hong Kong
0,0 %
3,0 %
Séoul
3,7 %
7,1 %
Bangkok
-0,2 %
5,1 %
Londres
1,5 %
-1,6 %
Tokyo
3,3 %
6,5 %
Honolulu
-0,2 %
0.0 %
Los Angeles
-3,4 %
6,6 %
Paris
2,3 %
6,7 %
New York
6,2 %
11,7 %
San Francisco
0,6 %
4,6 %
Sources : Analyse interne Expedia, basée sur des données de l’ARC, Diio
Mi, et Expedia.Destinations les plus demandées selon les billets réservés.
Les prévisions ATP sont basées sur les tarifs des billets aller-retour en
économique, y compris les billets package
Plusieurs éléments conflictuels sont susceptibles de
contribuer à ce scénario. Tout d’abord un ralentissement
de la demande. Le Japon se trouve en plein milieu d’une
récession, avec un PIB en progression de 0,8 % en 2015
et la Chine devrait connaître une croissance ralentie
d’environ 7 %, soit la plus faible du pays en 15 ans16.
Parallèlement, les compagnies low-cost ont connu une
forte expansion dans la région ces dernières années, ce
qui peut expliquer l’utilisation importante des billets
premium. En effet les compagnies traditionnelles tentent
de différencier leurs produits de ceux des concurrents
et proposent un niveau de service supérieur pour mieux
concurrencer les options « sans superflu » des compagnies
low-cost.
L’analyse d’Expedia des données de l’industrie pour la
région APAC indique que le secteur du transport aérien
subira les changements suivants à partir de 2015 :
• Au Japon, la combinaison de nouvelles compagnies
low-cost et l’expansion des aéroports de Narita
International et d’Haneda à Tokyo devraient faire
baisser les tarifs.
• À Hong Kong, la récente croissance de l’industrie du
transport aérien devrait connaître un ralentissement
en 2015, entraînant une stagnation ou une
augmentation du prix moyen du billet.
• En Corée, où toutes les compagnies low-cost
prévoient d’augmenter leur capacité en 2015,
les tarifs des vols court-courriers devraient
légèrement baisser. Dans le même temps, du fait
du peu changement proposé par les compagnies
traditionnelles, les données indiquent que les
tarifs des billets des vols moyens et long-courriers
devraient demeurer inchangés.
• À Singapour, certaines compagnies low-cost tentent
d’arrêter des lignes du fait d’une capacité importante
et d’une faible demande. Cela devrait diminuer la
capacité globale, et entraîner l’augmentation des
tarifs.
• En Malaisie, où le marché est dominé par les
compagnies low-cost détenant une part importante
des vols nationaux, la baisse du prix du billet devrait
permettre aux transporteurs de proposer des
avantages concurrentiels et de gagner des parts de
marché.
• En Thaïlande, malgré l’apparition de nouvelles
compagnies low-cost sur le marché et d’une
systématique augmentation de capacité, les tarifs
des billets ne devraient pas beaucoup évoluer.
• En Australie, une croissance modérée des vols
internationaux et nationaux devrait entraîner une
baisse des tarifs aériens, par rapport aux années
passées.
Sur cette île, les compagnies low-cost semblent se
concentrer sur les destinations majeures de vacances en
Asie du Sud-est, tandis que les compagnies nationales –
particulièrement Virgin Australia – devraient poursuivre
leurs efforts pour gagner des parts de marché grâce à de
plus faibles rendements, de nouvelles offres de services et
des partenariats industriels stratégiques.
16
Voir http://www.businessweek.com/articles/2014-11-06/2015-global-economic-outlook-better-than-2014-but-not-by-much
17.
Pour aller plus loin, Expedia obeserve comment des réformes majeures du secteur
aérien en Inde vont impacter les tarifs des billets dans ce pays. Parmi les mesures
censées se concrétiser durant l’année à venir :
• Rationalisation des taxes sur le carburant d’aviation. Actuellement, dans
certains états indiens, les taxes sur le carburant peuvent s’élèver jusqu’à 40
%. Le gouvernement central tente d’influencer les états pour réduire cette
pression fiscale. Si ses efforts sont concluants, une pression fiscale moins forte
pourrait entraîner une augmentation importante de capacité avec le temps.
• L’abrogation de la règle 5/20. À l’heure actuelle, les transporteurs indiens
doivent posséder un minimum de 20 appareils et doivent être en activité
depuis cinq ans pour ouvrir des lignes internationales. Un projet de suppression
ou d’assouplissmentde la règle est actuellement débattu au sein du nouveau
gouvernement indien17. Si elle est abrogée, la mesure devrait ouvrir le marché
indien aux compagnies internationales low-cost (et par conséquent entraîner
une baisse des tarifs).
• L’introduction d’investissements étrangers plus importants. Depuis des
décennies, les investissements étrangers dans les compagnies aériennes
indiennes sont considérablement limités.
En 2014, le gouvernement indien a modifié la loi, autorisant jusqu’à 49 % de
capitaux propres de compagnies aériennes étrangères. Cela a permis le lancement
d’une compagnie aérienne – Air Asia India – en qualité de compagnie nationale,
et la création d’une autre compagnie (Vistara). Enfin, l’augmentation des
investissements étrangers pourrait entraîner une augmentation de la capacité et
par concomitance, une baisse des tarifs des billets.
En synthèse
Une analyse approfondie des données de l’industrie indique que 2015 représentera
une bonne année pour les voyageurs qui utilisent l’avion. Voici quelques éléments
majeurs à prendre en considération :
• Globalement, une légère hausse de la demande et une hausse plus importante
de l’offre, combinées à une baisse du prix du pétrole devraient entraîner une
baisse des tarifs en Amérique du Nord et en Europe en 2015.
• En région APAC, une augmentation de la demande et une offre limitée
devraient entraîner une légère augmentation des tarifs des billets.
• Une capacité accrue devrait contribuer à l’expansion de plusieurs marchés à
travers le monde, tels que Dallas, Istanbul et la Corée.
• Au niveau international, surtout en Europe, les compagnies low-cost
continuent à tirer les prix vers le bas, en partie parce qu’elles proposent des
services dégroupés et qu’elles incitent les compagnies traditionnelles à faire de
même.
17
Pour plus d’informations, voir http://firstbiz.firstpost.com/corporate/airline-lobby-succeeds-520-rule-may-abolished-entirely-107333.html
18.
Conclusion
BEntre la fusion des compagnies aériennes, les fluctuations de prix, la réduction de l’espace entre les rangées de sièges et la
réduction des services gratuits, l’industrie du transport aérien a certainement connu de nombreux changements au cours de
ces dernières années. En toile de fond de ces changements, l’analyse d’Expedia des données de l’industrie indique que 2015
pourrait être une année de baisse des tarifs, de valorisation de la classe premium ainsi que d’une évolution de la stratégie à
l’œuvre sur les périodes de réservations. Bien entendu, de nombreux événements pourraient impacter ces perspectives, mais
l’argument ultime est le suivant : le voyage aérien sera une expérience passionnante en 2015 et offrira très largement aux
passagers plus d’opportunités de visiter un plus grand nombre de destinations tout en dépensant moins.
19.
20.
Conseils aux voyageurs
Toutes ces données sont inutiles sans feuille de route pour les
interpréter et pour prendre des décisions d’achat en conséquence.
En s’appuyant sur les conclusions de ce rapport, Expedia suggère
aux voyageurs les stratégies suivantes pour économiser du temps,
de l’argent et éviter toute contrariété en réservant leur prochain
vol :
• Réserver tôt pour économiser beaucoup. Notre analyse
indique que plus la réservation est faîte tôt, plus l’économie
par billet peut être importante, aussi bien pour les vols
nationaux que pour les vols internationaux.
• Vérifier les tarifs le mardi. Les données d’Expedia indiquent
que lors de l’achat d’un billet d’avion plus de 21 jours avant la
date de départ, le mardi offre toujours aux voyageurs la plus
grande probabilité de trouver une bonne affaire.
• Prendre en considération les cabines premium. Au cours des
dernières années, l’écart tarifaire entre les prix des billets en
classes premium et économique a fortement diminué. Cela
signifie que les meilleurs sièges des vols peuvent être plus
abordables et doivent être considérés.
• Réserver un package. De même que les offres groupées dans
les télécommunications sont plus intéréssantes, le voyage est
également moins cher lorsque les billets d’avion font partie
d’un package qui inclut un hôtel et d’autres services liés au
voyage (location de voiture et/ou activités par exemple).
• Et pour finir, profitez de votre voyage !
© 2014 Expedia, Inc. All rights reserved.
21.
22.
Global Tour & Transport

Documents pareils