Exemplier de Muriel Plana

Commentaires

Transcription

Exemplier de Muriel Plana
Muriel Plana. Etudes théâtrales. UT2J
Dramaturgies au féminin, écritures politiques contemporaines du corps et du sexe :
Lampedusa Beach et Programme-Penthésilée : entraînement pour la bataille finale de
Lina Prosa
Avec l’histoire de la mort mensuelle de l’enfant
tu m’as expliqué que si ce qui doit arriver
n’a pas d’espace,
ça fait gicler des gouttes de sang, ça implique le corps…
cette fois-ci qu’est-ce qui n’a pas marché ?!
Comment se fait-il que le naufrage et la syncope
prolongée n’arrêtent pas
le temps, l’espace, le corps, le sang,
la peur, la violence, l’histoire,
le souvenir, la morale, les éléments,
le voyage, la faim, l’économie,
la raison d’Etat, l’exploitation, le monstre,
le bateau, la lune, le vent,
la bonace, la diarrhée, le poisson,
l’humidité, la bronchite, la carte postale,
la mission, le récif, l’illégalité,
l’émigration…
Mahama, tout cela marche encore !
Est-elle si matérielle, l’éternité ?
(Lina Prosa, Lampedusa Beach, p. 37)
Qu’on me laisse jouir avant de mourir.
Je n’aime pas les autres fêtes.
Ça suffit comme ça.
(Lina Prosa, Programme-Penthésilée : entraînement pour la bataille finale, p. 106)
Lampedusa Beach
(Didascalie liminaire) :
L’actrice, assise sur une chaise, a près d’elle un seau d’eau, et raconte le naufrage de Shauba. Elle tient
dans ses mains des lunettes de soleil.
De temps en temps, elle jette de l’eau sur ses verres.
(Didascalie finale) :
L’actrice trempe abondamment les lunettes. Elle les met. Elle s’en va. Chanson de Domenico Modugno Lu
pisci spada.
1
Muriel Plana. Etudes théâtrales. UT2J
Programme-Penthésilée : entraînement pour la bataille finale
Penthésilée palpe avec ses doigts les roses séchées.
Elles s’émiettent. Elle parle. (p. 79)
Elle noue à sa cuisse gauche un ruban bleu. (p. 83)
Elle noue d’autres rubans roses et bleus à ses jambes. (p. 84)
Préparation/pédicure avec du vernis rouge sur les ongles de pieds. (p. 86)
Penthésilée replace délicatement dans la boîte les rubans roses et bleus qu’elle n’a pas encore utilisés. Elle
dénoue un nœud de sa cuisse. Puis elle y resonge et renoue. Elle prend un drap, elle en enveloppe son corps.
Elle cache quelque part la boîte. Elle sort. (p. 89)
Penthésilée entre. Elle ôte le drap qui l’enveloppe. Elle reprend la boîte contenant les rubans. Elle
recommence son programme d’entraînement. Elle hume autour d’elle à la recherche d’une odeur précise.
Elle tente de marcher. Elle passe et repasse souvent du baume sur ses lèvres. (p. 100)
Préparation/épilation. (p. 102)
Elle noue un ruban rose à sa cuisse droite. Un ruban bleu à sa cuisse gauche. (p. 103)
Elle ajoute un ruban rose à sa jambe droite. Un autre bleu à celle de gauche. (p. 105)
Préparation/le sirop. (p. 106)
Préparation de l’âme/le rosaire (p.107)
Elle ajoute beaucoup de rubans roses et bleus à ses jambes, sans ordre précis. (p. 108)
Que le mâle soit concret.
Réel.
[…]
Que ce soit lui. Achille.
L’homme portant cuirasse sur son habit de soirée.
A lui j’offrirai mes rougeurs les plus enflammées.
Je ferai en sorte qu’il n’y ait pas d’issue
à la prochaine rencontre. (p. 81)
Je le suivis en pensée.
Je le regardai à l’infini sans me retourner.
A la fin, je le sentis lointain. (p. 82)
Ce sera la fête : moitié du désir pour elle.
Moitié pour moi. (p. 91)
Le désir de la rassurer
me fit l’aimer aussitôt.
Cette peur de femme fut pour moi
le sel d’une vie nouvelle. (p. 99)
2