Consulter le document

Commentaires

Transcription

Consulter le document
Le numérique
Avril 2012
ö
Saisine õ
LE NUMÉRIQUE
ö Commission spéciale õ
Président
Didier MÉCHINEAU
Vice-Président
Jean-Pierre MAZEL
Rapporteur
Jacques LÉPINARD
SOMMAIRE
LE RAPPORT ................................................................................................................................................................................................................... 7
INTRODUCTION ........................................................................................................................................................................................................ 9
I) NTIC ET INTERNET ...................................................................................................................................................................................... 11
A) LE CONTExTE DE DéPLOIEmENT ET L’UTILIsATION AUjOURD’hUI EN FRANCE ET EN AUvERgNE ...................... 11
1) Rappel historique ........................................................................................................................................................................................................................... 11
a) Les prémices................................................................................................................................................................................................................................ 11
1. La mémoire ......................................................................................................................................................................................................................... 12
2. Les chiffres .......................................................................................................................................................................................................................... 12
3. L’être artificiel ................................................................................................................................................................................................................. 13
b) L’informatique moderne ................................................................................................................................................................................................. 13
1. Les concepts....................................................................................................................................................................................................................... 13
2. Le premier calculateur électronique .......................................................................................................................................................... 14
3. L’évolution des composants électroniques ......................................................................................................................................... 14
4. L’évolution des machines informatiques .............................................................................................................................................. 14
c) Internet.............................................................................................................................................................................................................................................. 15
1. Les navigateurs ............................................................................................................................................................................................................... 16
2. Les moteurs de recherche..................................................................................................................................................................................... 16
3. Le Web 2.0........................................................................................................................................................................................................................... 17
4. Le cloud computing ou « informatique dans les nuages » ................................................................................................. 18
2) La problématique des infrastructures ........................................................................................................................................................................ 19
3) Équipement et usages des français .............................................................................................................................................................................. 22
a) L’équipement en France ................................................................................................................................................................................................. 22
b) Les usages en France ........................................................................................................................................................................................................ 25
1. Internet est utilisé quotidiennement ........................................................................................................................................................... 25
2. Communiquer et chercher de l’information ...................................................................................................................................... 25
3. Faire des achats............................................................................................................................................................................................................... 26
4. Les problèmes avec internet .............................................................................................................................................................................. 27
5. Des disparités de 1 à 3 entre pays européens .................................................................................................................................. 28
4) Équipement et usages en Auvergne ............................................................................................................................................................................ 29
a) L’équipement .............................................................................................................................................................................................................................. 29
b) Les usages ..................................................................................................................................................................................................................................... 32
5) Les fossés numériques ............................................................................................................................................................................................................. 34
a) Un fossé générationnel qui a pour résultat l’exclusion des seniors ................................................................................. 34
b) Un fossé social mettant les personnes à bas revenus en difficulté :
exclusion sociale et numérique vont souvent de pair ....................................................................................................................... 35
c) Un fossé culturel, moins connu, mais aussi important .................................................................................................................... 37
d) La structure des ménages est un facteur secondaire déterminant :
plus un ménage a d’enfants, plus il a de chances d’utiliser internet ............................................................................... 39
B) LE ChANgEmENT ET LA NOUvEAUTé APPORTés PAR LE NUméRIqUE ............................................................................................... 41
1) Comment l’internet transforme-t-il la façon dont on pense .............................................................................................................. 41
a) L’internet a changé la façon dont nous décidons ................................................................................................................................ 41
b) L’internet est devenu un modèle de conception ..................................................................................................................................... 42
c) L’internet nous empêche de le comprendre ................................................................................................................................................ 42
d) Pour le comprendre, il nous faut inventer une nouvelle science .......................................................................................... 43
2) La question de l’attention devient centrale ......................................................................................................................................................... 43
a) L’internet nous rend-il plus attentifs ? ............................................................................................................................................................ 43
b) L’attention est l’alphabétisme du XXIe siècle ........................................................................................................................................... 44
c) La technologie ne suffit pas : il faut améliorer les savoirs et les savoir-faire........................................................ 45
3) L’internet a-t-il changé notre expérience personnelle et sociale ? .............................................................................................. 45
a) L’internet affecte jusqu’à notre Moi .................................................................................................................................................................. 45
b) La question de l’attention à l’heure des interfaces du subconscient................................................................................ 46
c) L’internet change la façon dont on vit l’expérience .......................................................................................................................... 47
d) Le pouvoir de la conversation .................................................................................................................................................................................. 47
e) L’internet permet une mondialisation intellectuelle .......................................................................................................................... 48
f) L’internet n’a rien changé ............................................................................................................................................................................................. 49
g) L’internet peut tout changer ....................................................................................................................................................................................... 49
4) Ce qu’internet a changé dans notre rapport à la culture ........................................................................................................................ 50
a) L’avènement de la « culture de l’écran » ..................................................................................................................................................... 51
b) La désertion des ondes..................................................................................................................................................................................................... 52
c) De la culture américaine................................................................................................................................................................................................ 52
3
d) Des équipements culturels toujours aussi fréquentés ....................................................................................................................... 53
e) La lecture : grande perdante de l’enquête ................................................................................................................................................... 53
f) L’accès à la culture : un effet générationnel et social ? ................................................................................................................ 54
5) Lire en numérique sur le web ........................................................................................................................................................................................... 55
a) L’avènement du paradigme du « lecteur profond » ........................................................................................................................... 55
b) Le changement de paradigme en cours : le « lecteur de surface » ................................................................................... 56
C) LA qUEsTION DEs DONNéEs ........................................................................................................................................................................................................ 57
1) Données globales-sécurité globale .............................................................................................................................................................................. 57
a) L’objet : la cyberdéfense ................................................................................................................................................................................................ 58
b) Le lieu : le cyberespace................................................................................................................................................................................................... 58
c) Les menaces : les cyberattaques ............................................................................................................................................................................ 58
d) Les formes de cyberattaques ...................................................................................................................................................................................... 58
2) Données personnelles et sécurité personnelle .................................................................................................................................................. 59
a) L’exemple de Google, leader mondial du ciblage comportemental .................................................................................. 59
b) La vie privée est une monnaie .................................................................................................................................................................................. 60
c) Toutes vos télécommunications pourront être retenues contre vous.................................................................................. 61
d) L’interface chaise-clavier ............................................................................................................................................................................................. 62
D) LA PROBLémATIqUE DE LA mOBILITé ................................................................................................................................................................................ 63
1) Les services mobiles .................................................................................................................................................................................................................. 63
2) Nomadisme et mobilité ........................................................................................................................................................................................................... 64
3) Positionnement par rapport au web fixe ................................................................................................................................................................ 65
4) Technologies de base du mobile .................................................................................................................................................................................... 66
a) Terminaux mobiles................................................................................................................................................................................................................ 66
b) Réseaux sans-fil....................................................................................................................................................................................................................... 68
5) Technologies avancées (via capteurs) ...................................................................................................................................................................... 69
a) La géolocalisation ................................................................................................................................................................................................................ 70
b) Les technologies RFID..................................................................................................................................................................................................... 71
c) Les codes-barres 2D ........................................................................................................................................................................................................... 73
d) La reconnaissance d’images ...................................................................................................................................................................................... 74
II) qUELs « BéNéFICEs/RIsqUEs » DU NUméRIqUE EN mATIèRE sOCIALE ? ................................................ 76
A) LEs TIC CONNECTéEs ET LEs PERsONNEs âgéEs AU DOmICILE ET/OU EN éTABLIssEmENT D’ACCUEIL ..... 76
1) La demande de prise en charge personnalisée ................................................................................................................................................ 77
2) Principaux besoins identifiés et bénéfices possibles ................................................................................................................................. 77
a) Le maintien à domicile..................................................................................................................................................................................................... 77
b) Le besoin de communication ..................................................................................................................................................................................... 78
c) Le besoin de mobilité ......................................................................................................................................................................................................... 78
d) La stimulation des capacités ...................................................................................................................................................................................... 78
3) L’usage des technologies et les normes sociales ........................................................................................................................................... 80
4) Les questionnements nécessaires .................................................................................................................................................................................. 81
a) Choix et consentement...................................................................................................................................................................................................... 81
b) Choix et assistance............................................................................................................................................................................................................... 82
c) Indépendance - souhaitée par tous ? ................................................................................................................................................................. 82
d) Gérontechnologies et personnes atteintes de syndromes démentiels ............................................................................... 82
e) Surveiller ou alerter ? ....................................................................................................................................................................................................... 83
f) Une amélioration… mais par rapport à quoi ? ....................................................................................................................................... 84
5) Risques ..................................................................................................................................................................................................................................................... 85
B) LEs TIC CONNECTéEs ET LEs éLèvEs EN éTABLIssEmENT D’ENsEIgNEmENT ET/OU AU DOmICILE ................ 86
1) Les usages dans les différentes situations d’apprentissage ................................................................................................................ 86
a) L’animation de la classe ................................................................................................................................................................................................ 86
b) Les travaux pratiques ........................................................................................................................................................................................................ 87
c) Le travail personnel des élèves ............................................................................................................................................................................... 87
d) Le centre de documentation et d’information (CDI)......................................................................................................................... 88
2) Eléments statistiques sur les usages ........................................................................................................................................................................... 88
a) Du côté des enseignants ................................................................................................................................................................................................. 88
b) Du côté des élèves ................................................................................................................................................................................................................ 90
3) Le dispositif de l’Espace Numérique de Travail - l’ENT Auvergne ........................................................................................ 90
a) Présentation de l’ENT ...................................................................................................................................................................................................... 90
b) Chronologie du déploiement de l’ENT Auvergne ................................................................................................................................. 91
c) L’ENT Auvergne en chiffres ........................................................................................................................................................................................ 92
d) Principaux usages ................................................................................................................................................................................................................. 93
e) Nouveautés techniques survenues en 2010-2011 .................................................................................................................................. 94
f) Complémentarité de l’ENT et des tableaux blancs interactifs (TBI) ................................................................................. 94
4) Les manuels numériques ....................................................................................................................................................................................................... 95
a) Définition ....................................................................................................................................................................................................................................... 95
b) Les fonctionnalités courantes des manuels numériques ................................................................................................................ 95
4
c) Les fonctionnalités enrichies des manuels numériques .................................................................................................................. 96
d) Les fonctionnalités numériques avancées ................................................................................................................................................... 96
e) L’accessibilité des manuels numériques ........................................................................................................................................................ 98
f) L’expérimentation « manuels numériques » menée par le Conseil régional d’Auvergne............................ 98
5) Les bénéfices/risques de l’utilisation des TIC dans les situations d’apprentissage ............................................... 101
a) L’amélioration des résultats ................................................................................................................................................................................... 101
b) Mettre en place un nouveau rapport au savoir ................................................................................................................................... 102
c) Développer une pédagogie de la motivation .......................................................................................................................................... 103
d) Donner les outils du sens critique .................................................................................................................................................................... 103
e) Dépasser l’opposition entre technophobie et technolâtrie ...................................................................................................... 104
III) qUELs « BéNéFICEs/RIsqUEs » DU NUméRIqUE EN mATIèRE ENvIRONNEmENTALE ? ......... 104
A) LEs POINTs vIsIO-PUBLIC ........................................................................................................................................................................................................... 104
1) Description ........................................................................................................................................................................................................................................ 104
2) Evaluation quantitative du dispositif et de l’offre de services .................................................................................................... 106
a) Répartition de la fréquentation ............................................................................................................................................................................ 106
b) Evolution de la fréquentation par services .............................................................................................................................................. 107
c) Répartition des communications par département et territoire .......................................................................................... 110
d) Analyse par structure d’implantation de la borne ............................................................................................................................ 111
e) Approche qualitative du dispositif et de l’offre de services ..................................................................................................... 112
3) Quels bénéfices/risques ? ................................................................................................................................................................................................... 113
B) LE TéLéTRAvAIL ................................................................................................................................................................................................................................... 114
1) Définition ............................................................................................................................................................................................................................................ 114
2) Des bénéfices engendrés par le télétravail en matière environnementale ........................................................................ 116
a) Réduction des flux papier ........................................................................................................................................................................................... 116
b) Réduction des déplacements et des émissions de CO2 ................................................................................................................ 116
3) … qui restent encore difficilement mesurables ........................................................................................................................................... 116
4) Les freins au développement du télétravail ..................................................................................................................................................... 117
a) Principaux freins de nature juridique et politique............................................................................................................................ 117
b) Principaux freins de nature culturelle et sociale................................................................................................................................ 118
c) Principaux freins liés à l’équipement et à la technologie ......................................................................................................... 119
d) Principaux freins liés à l’organisation et au management...................................................................................................... 120
5) Risques en matière sociale ............................................................................................................................................................................................... 120
a) La peur du risque de fausses déclarations d’accidents de travail et sur le non-respect
des clauses du contrat de travail et/ou du Code du travail .................................................................................................... 120
b) Les possibles abus des employeurs peuvent porter sur le non-respect des dispositions de l’ANI . 121
c) De possibles abus peuvent provenir de l’intrusion de l’employeur dans la vie privée
de son salarié.......................................................................................................................................................................................................................... 121
d) Les possibles « abus partagés » par les employeurs et les employés sont souvent liés
à des arrangements amiables et informels............................................................................................................................................... 122
6) Bénéfices possibles en matière sociale ................................................................................................................................................................ 123
a) Réduire le stress généré par les transports ............................................................................................................................................. 123
b) Mieux s’organiser et mieux concilier vie familiale et professionnelle ........................................................................ 124
c) Flexibilité des horaires ................................................................................................................................................................................................. 124
d) Récupérer du pouvoir d’achat .............................................................................................................................................................................. 125
e) Mieux se concentrer sur des tâches exigeantes ................................................................................................................................... 125
f) Réduire le stress au travail ........................................................................................................................................................................................ 125
g) Gagner en reconnaissance ....................................................................................................................................................................................... 126
C) UN AUTRE DIsPOsITIF RégIONAL : LA CENTRALE DE mOBILITé .......................................................................................................... 126
1) La centrale de mobilité ......................................................................................................................................................................................................... 126
2) Bénéfices risques de l’utilisation d’un système d’information multimodale ............................................................... 127
a) Bénéfices ..................................................................................................................................................................................................................................... 128
b) La question de l’utilisation des données collectées ........................................................................................................................ 128
c) Facteurs limitants............................................................................................................................................................................................................... 129
L’AvIs ................................................................................................................................................................................................................................... 131
LEs INTERvENTIONs ................................................................................................................................................................................. 159
LEs ANNExEs .......................................................................................................................................................................................................... 193
Annexe 1 : Liste de la Commission Spéciale ........................................................................................................................................................................ 193
Annexe 2 : Liste des personnes auditionnées ........................................................................................................................................................................ 195
Annexe 3 : Bibliographie ............................................................................................................................................................................................................................ 197
Annexe 4 : Liste des sigles ....................................................................................................................................................................................................................... 201
Annexe 5 : Glossaire ....................................................................................................................................................................................................................................... 205
5
ö LE RAPPORT õ
7
Conseil Économique, Social et Environnemental de la Région d’Auvergne
« Le numérique »
Le Rapport
INTRODUCTION
Le Conseil régional a voté en juin 2011 le Schéma Directeur Territorial
d’Aménagement Numérique (SDTAN) portant sur les infrastructures à mettre en place
en application de la loi relative à la lutte contre la fracture numérique du 17 décembre
2009, le CESER s’est prononcé sur ce document le 15 juin 2011 dans son « Avis sur
le Projet de Décision Modificative n° 1 au Budget Primitif 2011 de la Région ».
La saisine du CESER par le Président SOUCHON du 22 avril 2011 indique que
l’enjeu, pour la Région, est de faciliter l’appropriation et l’usage des outils numériques
par l’ensemble des citoyens. Pour la Région, il apparaît donc nécessaire que les
pouvoirs publics s’associent pour mener, en complémentarité des acteurs privés, une
politique conjointe de promotion du numérique et c’est bien dans cette perspective
globale que la région Auvergne conçoit sa politique de développement des usages
numériques notamment parce que Internet constitue un moyen fort de répondre aux
contraintes de notre territoire rural. Parmi les dimensions mises en avant par
l’économiste Joseph E. Stiglitz pour appréhender le progrès social, quelques unes
sont directement impactées par Internet, notamment la santé, l’éducation, le lien
social et l’environnement, domaines sur lesquels interviennent les politiques
numériques régionales. Ainsi le Président demande au CESER son avis sur les liens
entre le numérique et l’économie d’aujourd’hui et de demain, tant sur le plan des
usages que sur celui des retombées, avec un focus sur l’e-environnement, l’e-santé
et l’e-social.
La Commission spéciale s’est installée le 20 juin 2011 et les auditions commencent
sans tarder le 11 juillet 2011 avec Mme Sophie ROGNON en charge de la Mission
développement numérique et de Mme Evelyne LEROY, Chargée de mission.
L’objectif de cette audition était de préciser le périmètre de nos travaux qui
apparaissait bien vaste alors que le rendu, en session plénière, était envisagé pour
avril 2012, ce qui conduit à terminer les auditions fin décembre 2011. Des échanges
grâce aux techniques numériques nomades ont permis fin juillet, après validation par
le Président de la Région, de mieux cerner la demande.
Ainsi il a été convenu que les impacts du numérique en matière de développement
économique ont déjà été mesurés et qu’il convenait de centrer l’étude sur
l’intégration et le développement du numérique tant sur le plan environnemental que
social par une analyse d’opportunités et de risques.
L’économie numérique se trouve ainsi exclue du champ de réflexion ; la question de
la télémédecine à proprement parler n’est pas non plus incluse dans le périmètre de
l’étude.
Par ailleurs, il a été convenu par la Commission spéciale que le sujet des
infrastructures ne serait pas ici directement abordé pour lui-même, mais seulement
en ce qu’il peut influencer les usages qui restent la problématique centrale retenue
pour ce travail.
9
Le Rapport
Conseil Économique, Social et Environnemental de la Région d’Auvergne
« Le numérique »
Enfin, il faut préciser à ce stade que, dans ce travail, les TIC seront étudiées non pas
prises isolément et pour elles-mêmes mais en conjonction avec l’utilisation
connectée, le plus souvent par l’utilisation d’Internet, de ces mêmes technologies.
Ainsi, au delà d’une problématique strictement TIC, la première partie de ce travail
s’attachera principalement à décrire les changements apportés par la connexion au
réseau de ces technologies ; les deuxième et troisième parties du travail tenteront de
présenter une approche « bénéfices/risques » de l’utilisation de ces TIC connectées
en matière sociale et environnementale ; la quatrième et dernière partie sera
constituée de l’Avis du CESER contenant les préconisations.
10
Conseil Économique, Social et Environnemental de la Région d’Auvergne
« Le numérique »
I) NTIC
Le Rapport
ET INTERNET
Cette expression de « nouvelles technologies de l’information et de la
communication » (NTIC), peut sembler aujourd’hui anachronique mais est encore
pourtant assez largement utilisée. En effet, on peut se demander ce qu’il y a de
nouveau dans des technologies dont les bases remontent aux années 1970 tant
aujourd’hui il n’en est plus fait mention pour le TGV (qui date de 1981), le téléphone
mobile (1997) ou l’euro (2001)? Si cette terminologie perdure, n’est ce pas justement
que ces TIC sont restées « nouvelles » (NTIC) du fait qu’elles ont introduit des
nouveautés que peu d’humains ont été capables d’adopter rapidement ? Par
immobilisme, par méconnaissance parfois, et par peur souvent1. Ces difficultés
perdurent encore aujourd’hui à des degrés divers et dans des publics très variés.
Avant de s’intéresser aux changements apportés par l’utilisation des TIC connectées,
sera présenté ci-dessous le contexte de déploiement et d’utilisation aujourd’hui en
France et en Auvergne.
A) Le contexte de déploiement et l’utilisation aujourd’hui
en France et en Auvergne
Un rapide rappel historique permet de resituer le cadre du déploiement de ces
technologies et des idées qui y ont conduit au cours du temps.
1) Rappel historique
a) Les prémices
Il est difficile de mettre un point de départ à une histoire de l’informatique2. Quelle que
soit la « machine » à laquelle on fera référence, on arrivera toujours à trouver un
automate qui lui aura précédé. Ce qu’il faut en tout cas retenir, c’est que l’ordinateur
n’est pas sorti un beau jour d’un garage californien ou d’un laboratoire militaire. Il a
été pensé depuis le XVIIe siècle et rêvé depuis bien plus longtemps encore.
En allant très vite, on peut dire que l’humanité cherchait depuis longtemps à atteindre
ces trois buts : posséder une mémoire infaillible, augmenter ses possibilités en calcul
et créer un être artificiel.
- Source : FAURIE Ch., « Ce qu'Internet a changé », janvier 2012, disponible à l’adresse suivante : http://christophefaurie.blogspot.com/2012/01/ce-quinternet-change.html
2
- Sources : http://dept-info.labri.u-bordeaux.fr/ ;http://www-ipst.u-strasbg.fr/pat/internet/histinfo/rfprj.htm et http://www.adaonline.be
1
11
Le Rapport
Conseil Économique, Social et Environnemental de la Région d’Auvergne
« Le numérique »
1 - La mémoire
Philippe Breton1 fait remonter le rêve d’ordinateur à la Grèce du Ve siècle avant
J.-C., dans un environnement de traditions orales où les poètes déclament des
mythes en les modifiant à chaque nouvelle inspiration.
Simonide de Céos avait la réputation de déclamer des odes toujours de la même
manière. Convié à la table d’un puissant, il commet l’erreur de dédier son poème à
Castor et Pollux et non au maître des lieux. Vexé, celui-ci le chasse. Simonide s’en va
et le plafond s’écroule sur les convives. Rappelé en hâte, pour reconnaître les corps,
il identifie chacun grâce à la place qu’il avait à table. Les « Arts de la mémoire »
naissent ainsi, en identifiant les corps des morts pour permettre un souvenir éternel.
Il est intéressant de noter que les Grecs avaient inventé une technique
mnémotechnique qui consistait à associer à chacune des idées une image mentale
située dans un espace architectural imaginaire. De manière comparable, à Rome,
avec la construction métaphorique de la maison, de la rue puis de la ville, Cicéron
affirmait retenir plusieurs milliers de phrases dans son agglomération mentale.
Au Moyen-Âge, la mémoire va devenir une véritable discipline mentale. Moins risquée
que l’écriture, la mnémotechnique va permettre de conserver ce qu’on n’ose pas
écrire ou diffuser. Léonard de Vinci, Galilée, Pascal et bien d’autres auront recours à
l’art de la mémoire pour faire avancer leurs travaux.
2 - Les chiffres
Si l’humanité n’a pas toujours écrit, elle a eu besoin très tôt de dénombrer, de
mesurer et enfin de calculer. Très vite les possibilités humaines ont été battues en
brèche par les besoins en calcul. Et l’humanité n’a eu de cesse de tenter de seconder
ses propres capacités en inventant des techniques opératoires, des outils et
finalement des machines.
Vers 1623, Wilhem Schickard (1592-1635) de l’université de Tübingen construit
l’horloge à calcul : une machine à roues dentées qui « calcule à partir de nombres
donnés d’une manière instantanée et automatique, car elle ajoute et retranche,
multiplie et divise ». Malheureusement, la machine de Schickard est détruite dans un
incendie. Il est donc probable que le clermontois Blaise Pascal (1623-1662) n’en ait
pas entendu parler quand il passe pour l’inventeur de la première machine à calculer
avec la Pascaline en 1641 pour laquelle il écrit : « La machine arithmétique fait des
effets qui approchent plus de la pensée que tout ce que font les animaux : mais elle
ne fait rien qui puisse faire dire qu’elle a de la volonté, comme les animaux. »
Gottfried Wilhem Leibnitz (1646-1716) perfectionna cette machine en 1673. S’il a agi
par conviction scientifique, il était aussi animé d’un souci économique : « Il est
indigne d’hommes éminents de perdre des heures comme esclaves dans le travail de
calcul qui pourrait sûrement être confié à n’importe qui, si des machines étaient
utilisées ».
1
- BRETON P., Une histoire de l’informatique, 1990, Seuil.
12
Conseil Économique, Social et Environnemental de la Région d’Auvergne
« Le numérique »
Le Rapport
A partir de 1840, en s’inspirant du métier à tisser Jacquard (1752-1834), Charles
Babbage (1792-1871), un grand mathématicien anglais, inventa la machine à
différences qu’on peut considérer être le premier ordinateur mécanique. Il fut rejoint
par Ada Lovelace pour la mise au point de l’étape suivante, la machine analytique qui
n’a malheureusement jamais fonctionné. Pour sa part, Ada Lovelace (1815-1852) a
écrit une suite d’instructions permettant à cette machine de calculer les nombres de
la suite de Bernoulli. Ce canevas est considéré aujourd’hui comme le premier
algorithme.
3 - L’être artificiel
Les mythes concernant les créatures artificielles sont nombreux et se retrouvent dans
de nombreuses cultures : statues animées par les Dieux, Golem dans la mystique
juive, etc.
On apprend dans les Confessions de St Augustin que le philosophe scolastique
bavarois Albertus Magnus (1204-1282) aurait travaillé pendant trente ans sur une
« tête parlante » qui pouvait répondre à des questions et résoudre des problèmes.
La nouvelle conception des êtres humains développée au XVIIe et XVIIIe siècle en
France par Descartes (1596-1650) et surtout La Mettrie (1709-1751) permet de
décrire les êtres humains comme des automates. Descartes avait d’ailleurs construit
un lui-même qu’il appelait sa fille Francine, en souvenir de la fille qu’il avait perdue.
En 1738, le joueur de flûte de Vaucanson rencontre un immense succès. D’autres
automates, parmi lesquels le Canard Digérateur, vont confirmer sa renommée comme
bio-mécanicien, c’est-à-dire quelqu’un capable de simuler les fonctions vitales à
l’aide de mécaniques. En effet, le canard était capable de manger et de déféquer : le
public était émerveillé par cette machine capable de digérer, principe universel que
l’alchimie supposait être à l’origine de nombreux phénomènes naturels et vivants.
b) L’informatique moderne
L’informatique largement diffusée aujourd’hui résulte de plusieurs avancées
conceptuelles et technologiques.
1 - Les concepts
En 1936, Alan TURING propose un concept qui permettrait à une machine
d’interpréter un code et donc d’effectuer des calculs de type différents, mais ce qu’on
appelle la machine de Turing n’est alors qu’un modèle théorique qui sera, néanmoins,
la base du développement informatique.
En 1945, John von NEUMANN définit les structures des ordinateurs à « programme
enregistré » dans un rapport sur le futur ordinateur EDVAC (Electronic Discrete
Variable Automatic Computer). L’architecture de Von Neumann, qui est encore
d’usage dans les ordinateurs actuels, est composée d’une unité centrale – ou
processeur – qui séquence les différentes étapes du traitement et d’unités
périphériques assurant les calculs, la mémorisation et la gestion des entrées-sorties
du système.
13
Le Rapport
Conseil Économique, Social et Environnemental de la Région d’Auvergne
« Le numérique »
Le mot « informatique » sera créé en 1962 par Philippe DREYFUS pour désigner la
nouvelle discipline scientifique et technique : littéralement, l’automatique (-matique)
de l’information (infor-) et donc l’automatisation du traitement de l’information.
D’un point de vue technologique les évolutions sont exponentielles.
2 - Le premier calculateur électronique
En 1946, l’ENIAC (Electronic Numerical Integrator And Computer), le premier
ordinateur programmable est présenté à l’université de Pennsylvanie. Il n’utilise pas
les dernières avancées théoriques car le traitement mis en œuvre dépend du câblage
physique entre les composants. La machine pèse 30 tonnes, comprend 19 000 tubes
électroniques, 1500 relais et consomme 174 kW ; c’est le premier calculateur à base
d’éléments électroniques. L’ENIAC pouvait réaliser 5000 additions,
350 multiplications ou 50 divisions par seconde !
3 - L’évolution des composants électroniques
En 1947, trois ingénieurs des laboratoires Bell, John Bardeen, Walter Brattain et
William Schockley, qui obtiendront le prix Nobel de physique en 1956, inventent le
transistor. Le dispositif permet de détecter et d’amplifier les courants électriques.
En 1959, un brevet protège la réalisation de circuits intégrés, c’est-à-dire la possibilité
de graver plusieurs transistors sur une plaquette de silicium. Cette intégration n’a pas
cessée, aujourd’hui les circuits les plus complexes comprennent près de 1 milliard de
transistor.
En 1971 est commercialisé, par INTEL, le premier microprocesseur qui est la première
unité centrale intégrée, elle remplace les premières unités centrales à semiconducteurs réalisées avec des transistors et des composants discrets. Les
mémoires à semi-conducteurs connaissent un développement exponentiel de leur
capacité, au point qu’aujourd’hui toute la musique de Mozart tient sur une clé USB !
C’est le vrai point de départ des solutions numériques pour le traitement de
l’information.
4 - L’évolution des machines informatiques
En 1951 est commercialisé l’UNIVAC utilisant les transistors et mettant en œuvre les
théories de TURING et de Von NEUMANN. Tout d’abord se développe de grands
systèmes centralisés pour les besoins de l’industrie et des services, puis des miniordinateurs (par ex le PDP8) contribuent à une plus large diffusion dans ces secteurs.
En 1971, Macintosh commercialise l’Apple I pour un public passionné par ces
nouvelles technologies.
En 1981, IBM lance l’ordinateur personnel -le PC (personal computer)- avec une
architecture standardisée garantissant une compatibilité ascendante et permettant
une large diffusion, l’ordinateur est désormais accessible aux particuliers.
Par ailleurs les logiciels (OS ou operating system) assurant le fonctionnant de base
de la machine se développent. Les applications nécessitent des logiciels spécifiques
à chaque domaine.
14
Conseil Économique, Social et Environnemental de la Région d’Auvergne
« Le numérique »
Le Rapport
En 1984, avec le Macintosh, Apple fait une nouvelle percée en diffusant la souris et
l’interface graphique. L’ordinateur n’est plus un outil de spécialiste mais un ordinateur
pour tous. Microsoft Windows sort en 1985, c’est un environnement graphique mais
il faut attendre sa version 3 en 1990 pour qu’il rencontre un réel succès. Un jeune
étudiant finlandais nommé Linus Torvalds crée en 1991 un système d’exploitation
appelé Linux qui est considéré comme une alternative aux systèmes propriétaires, en
particulier à Microsoft Windows qui est aujourd’hui la plate-forme la plus utilisée.
c) Internet
Le premier pas fut fait en 1969 avec le projet ARPANET lancé par l’Advanced
Research Projects Agency (ARPA) une des agences du département de la défense
américaine. L’idée est de permettre à l’armée et aux organismes de recherche de
mettre en commun leurs informations. La structure d’ARPANET est volontairement
distribuée (plusieurs serveurs en différents endroits qui gèrent chacun une partie de
la distribution de l’information). Dans le contexte de guerre froide, l’idée est de
garantir l’échange d’information, même en cas de destruction d’un ou plusieurs
nœuds du réseau.
En 1973, la Defense Advanced Project Agency lance un nouveau projet dénommé
Internetting Project. Le principe est d’étudier les modalités de connexion de plusieurs
réseaux. Mais pour que l’interconnexion soit efficace, il faut disposer d’un protocole
d’échange standardisé d’informations. En 1974, l’élaboration du TCP/IP
(Transmission Control Protocol/Internet Protocol) constitue une étape fondamentale
qui peut être considérée comme la véritable première naissance d’Internet tel que
nous le connaissons aujourd’hui. Il a été mis au point par Robert Kahn et Vinton Cerf.
TCP/IP est toujours utilisé et permet l’échange d’informations quel que soit le format
du fichier et quel que soit l’ordinateur impliqué dans le transfert.
En 1985, la National Science Foundation (NSF) crée son propre réseau, NSFNET,
permettant aux universités américaines de se connecter à distance à cinq supercalculateurs. De plus, NSFNET est interconnecté avec ARPANET. Cette date est
doublement significative. D’abord elle marque la prise en compte par l’administration
américaine de l’intérêt que peut représenter pour l’enseignement et la recherche une
interconnexion d’ordinateurs. Ensuite, elle correspond à une appropriation du
concept d’Internet par les universitaires.
Au CERN (Centre d’Etudes et de Recherche Nucléaire) de Genève, Tim Berners-Lee
conçoit en 1990 un protocole permettant de naviguer sur des serveurs d’information
en hypertexte (technique qui existait déjà dans l’univers Macintosh). C’est la
naissance du concept de World Wide Web, un chaînage d’informations présentes sur
différents serveurs n’importe où dans le monde1.
1
- Bien que reposent sur des solutions techniques et une architecture différente, l’apparition dans notre pays en 1982 du Minitel
(dont les services s’arrêteront définitivement en juin 2012) représenta une forme de première pédagogie de la future utilisation
des réseaux et des TIC connectées.
15
Le Rapport
Conseil Économique, Social et Environnemental de la Région d’Auvergne
« Le numérique »
1 - Les navigateurs
Jusque là, Internet est encore un outil pour spécialistes, scientifiques, professionnels.
Il manquait une application conviviale pour qu’il puisse faire la conquête du grand
public. Elle fut mise au point en 1993 par Marc Andreessen et s’appelle Mosaic. C’est
un logiciel particulièrement convivial permettant de naviguer sur le Web (et d’accéder
aux autres fonctionnalités d’Internet). Il est possibled’afficher sur une même page du
texte et des images. Peu de temps après, Marc Andreessen et Jim Clark reprennent
les principes de Mosaic et développent un meilleur logiciel de navigation au sein
d’une nouvelle société : Netscape Communications.
L’interface graphique de Mosaic devint rapidement plus populaire que Gopher, autre
solution qui à l’époque était essentiellement du texte, et le web devint l’utilisation
préférée d’Internet. Mosaic fut supplanté en 1994 par Netscape Navigator, qui devint
en quelques mois le navigateur le plus populaire au monde. Depuis, la concurrence
avec Internet Explorer de Microsoft l’a évincé. Des anciens de Netscape
développèrent Mozilla puis Firefox. Les deux principaux navigateurs actuels sont
Firefox et Internet Explorer, même si on note la présence d’autres acteurs dont, par
exemple, Safari, Opera ou Chrome.
En France, on peut dater de 1994, date d’apparition du premier fournisseur d’accès
français (FranceNet), le début de l’essor de l’utilisation de ces technologies
2 - Les moteurs de recherche
Avec le développement du Web, des moteurs de recherche et des répertoires Internet
furent créés pour permettre de trouver des informations parmi les pages Web. Le
premier moteur de recherche sur Internet permettant de chercher dans le corps des
pages Web fut WebCrawler en 1994. Avant lui, les recherches ne s’effectuaient que
sur les titres des pages. Un autre moteur de recherche fut créé en 1993 en tant que
projet universitaire : Lycos. Il était alors un des premiers succès commerciaux. En
janvier 1999, Google référençait plus de 60 millions de pages, 1000 milliards en 2008
et la croissance continue depuis, même si la vraie avancée ne se fit pas tant en
termes de taille de base de données, que sur le classement en degré de pertinence,
les méthodes avec lesquelles les moteurs de recherche essayent d’ordonner les
résultats de telle sorte que le meilleur soit en premier.
Ces algorithmes de classification n’ont pas cessé de s’améliorer depuis 1996,
lorsque cela devint critique à cause de la croissance rapide de la toile qui rendit toute
recherche fastidieuse par le nombre important de résultats renvoyés. En 2006, les
méthodes d’ordonnancement sont plus importantes que jamais, étant donné que
parcourir une liste entière de résultats est non seulement peu commode mais
humainement impossible, en effet les pages traitant de sujets populaires
apparaissent sur la toile trop vite pour que n’importe qui puisse les lire toutes. La
méthode PageRank de Google pour l’ordonnancement des résultats est celle qui a
reçu les meilleures critiques, cependant tous les grands moteurs de recherche
affinent continuellement leurs méthodes afin d’améliorer le classement des résultats.
16
Conseil Économique, Social et Environnemental de la Région d’Auvergne
« Le numérique »
Le Rapport
Il n’en reste pas moins que la position aujourd’hui hégémonique détenue par Google
en matière de moteur de recherches ne va pas sans poser de problème1.
On peut voir ci-dessous, à titre d’illustration, la répartition des utilisations de moteur
de recherche en 2008 dans notre pays2 (la part de Google a encore augmenté
depuis).
Utilisation des moteurs de recherche en France en 2008
Le World Wide Web a répandu une culture de la publication personnelle et aussi
coopérative. Du récit au jour le jour d’un blog, à la mise en ligne de photos sur Flickr,
en passant par l’encyclopédie libre de Wikipedia tout est le résultat de la facilité
grandissante de création d’un site Internet public. De plus, les communications via
Internet ont été facilitées par l’apparition de services téléphoniques VOIP3 tels que
Skype. La demande d’accessibilité à des contenus à complexité de plus en plus
grande a conduit à la mise à disposition sur la toile de médias de toutes formes,
comprenant ceux que l’on trouvait au format traditionnel (journaux, radio, télévision
et films). La structure poste à poste d’Internet, plus connue sous le dénominatif
anglais de Peer-to-Peer, abrégé P2P, a aussi influencé les théories sociales et
économiques de la propriété intellectuelle, essentiellement en permettant la montée
en puissance du transfert de fichiers. La tendance depuis 2004 est l’apparition
d’applications web 2.0 pour lesquelles l’internaute joue un rôle participatif.
3 - Le Web 2.0
Avec l’apparition du Web 2.0 de nouvelles formes de sites Internet sont apparus. Les
sites où l’on échange principalement avec ses proches sont les réseaux sociaux.
- Source : Article « Polémique sur la neutralité du moteur de recherche de Google », Le Monde du 17 janvier 2012.
- Source : http://www.news-web.fr/2011/02/part-de-marche-des-navigateurs-dans-le.html
3
- La voix sur IP, ou « VoIP » pour Voice over IP, est une technique qui permet de communiquer par la voix sur des réseaux
compatibles IP, qu'il s'agisse de réseaux privés ou d'Internet (on peut « téléphoner sur Internet »).
1
2
17
Le Rapport
Conseil Économique, Social et Environnemental de la Région d’Auvergne
« Le numérique »
Selon une définition commune1, les réseaux sociaux sont des applications Internet,
généralement sous forme de sites Web, qui permettent de relier amis, relations
professionnelles ou visiteurs, d’échanger messages et documents, de participer à
des communautés en ligne plus ou moins informelles.
Les généralistes les plus connus sont Facebook et Twitter qui sont aujourd’hui les
plus utilisés dans la sphère personnelle et Viadeo ou LinkedIn dans la sphère
professionnelle. D’autres réseaux spécialisés et participatifs existent comme FlickR
pour la publication de photos par exemple.
On peut retenir de cela que l’individu d’aujourd’hui peut devenir acteur de
l’information et non plus simple spectateur à travers le Web 2.0 qui englobe
l’ensemble des techniques qui vont permettre à ces utilisateurs de collaborer, de se
regrouper, de s’exprimer et de trouver une information pertinente sur le web.
Le terme qui définit une collaboration entre usagers est le « User Generated
Contents » ou « contenus générés par les utilisateurs ». Ce sont des contenus de
nature variée créés ou partagés par les internautes : vidéo, audio, photos, blogs, sites
personnels, wiki, podcasts. Chacun est donc à même de créer du contenu et de le
diffuser directement à un moindre coût parmi les autres utilisateurs. Ce terme est
aussi générique et englobe d’autres notions importantes comme les wikis ou blogs,
supports de cette diffusion.
Ainsi, l’Internet qui, à ses débuts, n’avait qu’un rôle informatif et passif, a vu ce
rapport se modifier grâce à ces contenus générés par les utilisateurs et a révolutionné
au sens large de la relation des usagers vis à vis de l’information.
4 - Le cloud computing ou « informatique dans les nuages »
Dernière mutation en date, on parle aujourd’hui de l’évolution vers le « cloud
computing ». Cet anglicisme désigne l’exploitation de ressources informatiques
distantes permettant d’exploiter des services en ligne à la demande.
Le cloud computing est un concept qui consiste à déporter sur des serveurs distants
des stockages et des traitements informatiques traditionnellement localisés sur des
serveurs locaux ou sur le poste de l’utilisateur. Plus précisément selon le NIST
(National Institute of Standards and Technology), le cloud computing est l’accès via
le réseau, à la demande et en libre-service à des ressources informatiques
virtualisées et mutualisées2.
Bien que l’anglicisme cloud computing soit largement utilisé en français, on rencontre
également les francisations informatique virtuelle, informatique dans les nuages,
informatique en nuage, informatique dématérialisée, ou encore infonuagique.
En France, la commission générale de terminologie et de néologie précise que
l’informatique en nuage est une forme particulière de gérance de l’informatique,
puisque l’emplacement des données dans le nuage n’est pas porté à la connaissance
des clients.
1
2
- Source : http://mediascommunication.wordpress.com
- Compilation de définitions recensées sur wikipédia.
18
Conseil Économique, Social et Environnemental de la Région d’Auvergne
« Le numérique »
Le Rapport
Les utilisateurs ou les entreprises ne sont plus gérants de leurs serveurs
informatiques mais peuvent ainsi accéder de manière évolutive à de nombreux
services en ligne sans avoir à gérer l’infrastructure sous-jacente, souvent complexe.
Les applications et les données ne se trouvent plus sur l’ordinateur local,
mais – métaphoriquement parlant – dans un nuage (« cloud ») composé d’un certain
nombre de serveurs distants interconnectés au moyen d’une excellente bande
passante indispensable à la fluidité du système. L’accès au service se fait par une
application standard facilement disponible, la plupart du temps un navigateur Web.
2) La problématique des infrastructures
Même s’il a été convenu par la Commission spéciale chargée de cette étude que le
sujet des infrastructures ne serait pas directement abordé pour lui-même, ou
seulement en ce qu’il peut influencer les usages qui restent la problématique centrale
retenue pour ce travail, il est indispensable de présenter rapidement l’état de la
question autour ce thème des infrastructures tant il est vrai qu’il ne saurait y avoir de
TIC connectées si les supports physiques de ces connexions n’existaient pas.
Il ne sera pas fait ici état des différences techniques entre RTC, ADSL, fibre optique,
Internet par satellite… qui sont toutes des possibilités pour se connecter à Internet,
il faut simplement retenir qu’existent avec elles de nombreuses techniques offrant un
débit plus ou moins élevé ; les usages qui peuvent ensuite ou non être faits sont pour
partie dépendants de ce débit. Un point particulier sera néanmoins consacré à la fibre
optique qui est l’infrastructure privilégiée dans le SDTAN du Conseil régional
d’Auvergne.
Le Schéma Directeur Territorial de l’Aménagement Numérique (SDTAN), tel
qu’instauré par la Loi relative à la lutte contre la fracture numérique du 17 décembre
2009, dresse un diagnostic de la couverture en haut et en très haut débit de
l’Auvergne pour les professionnels ainsi que pour le grand public1. Il décrit par ailleurs
les actions entreprises et à engager sur le territoire auvergnat en vue de favoriser le
déploiement du Haut et du Très Haut Débit en concertation étroite avec les
opérateurs privés et en cohérence avec les Réseaux d’Initiative Publique existants en
Auvergne et plus largement dans le Massif Central.
Le SDTAN Auvergne s’inscrit dans le cadre de la circulaire du Premier Ministre en
date du 30 juillet 2009 et du Programme National Très Haut Débit en date du 14 juin
2010. Ce dernier fixe un objectif de 100 % de la population française desservie en
Très Haut Débit à horizon 2025 (avec un point de passage intermédiaire de 70 % de
la population desservie en 2020). Il est assorti de financements spécifiques (le Fonds
pour la Société Numérique (FSN) dans un premier temps et le Fonds d’Aménagement
Numérique du Territoire (FANT) ultérieurement). Le SDTAN Auvergne prend également
en considération les nombreuses décisions et recommandations qui ont été publiées
par l’ARCEP.
1
- Source : SDTAN-Compilation :
http://auvergne.info/public/upload/files/PRESSE%202011/COMPILATION_SDTAN.pdf pp.3-5.
19
Le Rapport
Conseil Économique, Social et Environnemental de la Région d’Auvergne
« Le numérique »
Le SDTAN est le fruit de deux ans et demi d’un travail de concertation associant le
Conseil régional, l’État, les quatre Départements et les six Communautés
d’Agglomération de l’Auvergne avec le soutien de la Caisse des Dépôts et
Consignations ainsi que de l’Europe.
Forts d’une première initiative publique régionale associant la Région et les quatre
Départements de l’Auvergne avec le soutien de l’Etat et de l’Europe en vue de la
résorption des zones non desservies par le haut débit, ces mêmes acteurs rejoints
par les 6 communautés d’agglomération de l’Auvergne avaient souhaité engager dès
2008 les études en vue du déploiement du très haut débit.
L’objectif fixé était de garantir une action cohérente en vue d’un aménagement
équilibré de l’ensemble du territoire en évitant une fracture numérique.
Le SDTAN Auvergne, qui est issu de ces études et qui est porté par le Conseil
régional Auvergne conformément aux principes de l’article L.1425-2 du Code Général
des Collectivités Territoriales, a été approuvé par les Assemblées délibérantes des
11 collectivités réunies entre mai et juillet 2011. Il est notamment accessible via le site
Internet de l’ARCEP.
Il a vocation a être largement diffusé et partagé avec l’ensemble des acteurs publics
auvergnats au premier rang desquels les communes et les EPCI ainsi que les
gestionnaires d’infrastructures et de réseaux, notamment ceux intervenant par
délégation des collectivités. Il permettra également de poursuivre les échanges
indispensables avec la sphère privée, naturellement avec les opérateurs de
communications électroniques et plus largement les acteurs pouvant avoir un impact
sur l’aménagement numérique (par exemple les promoteurs, bailleurs, syndics, etc.).
Si l’éligibilité à 512 Kb/s est atteinte à 100 % depuis 2009 suite à l’action combinée
du contrat de partenariat Auvergne Haut Débit (déploiement achevé fin mars 2009) et
du dispositif de financement des paraboles satellite par le Conseil régional et les
quatre Conseils généraux auvergnats, les besoins des utilisateurs continuent
d’augmenter rapidement :
 Les entreprises, les administrations : Intranet, Extranet, transfert fichiers,
multisites, temps réel, besoins de sécurité et de fiabilité accrus, symétrie des
flux,
 Le grand public : triple-play multipostes, jeux en ligne, télétravail, télémédecine
(maintien à domicile, hospitalisation à domicile), formation à distance,
e-commerce...
Le SDTAN auvergnat est fondé sur le principe du « bon débit au bon moment au bon
endroit » dans un souci de cohérence notamment avec les grands schémas de
développement (SRDE, SRPA, PRDF, SRADDT, Agenda 21, etc.) et d’équilibre des
territoires pour garantir leur attractivité et leur compétitivité.
A cette fin, il prévoit un certain nombre d’actions ci-après listées et décrites dans la
version intégrale du SDTAN Auvergne :
 Suivre de près les déploiements effectifs des opérateurs privés : un comité de
suivi des intentions d’investissement des opérateurs est spécifiquement
instauré et concerne le périmètre des 6 Communautés d’Agglomération et des
communes de Riom et Saint-Flour ;
20
Conseil Économique, Social et Environnemental de la Région d’Auvergne
« Le numérique »
Le Rapport
 Expérimenter le FTTH (Fiber To The Home - fibre optique au domicile) en zone
moyennement dense (Issoire) : l’objectif de l’expérimentation vise à mettre en
œuvre, en condition réelle tout en restant à une échelle géographique limitée, les
pré requis techniques et économiques du déploiement d’un réseau FTTH
construit par la puissance publique et mutualisé entre les opérateurs privés dans
une zone qualifiée de moyennement dense et où le secteur privé n’a pas
annoncé d’intention de d’investissement ;
 Aider à la réflexion des collectivités territoriales dans l’opportunité de pose
d’infrastructures dans le cadre de travaux programmés et anticiper les impacts
du SDTAN dans l’élaboration des documents d’urbanisme (SCOT, PLU, cartes
communales, etc.), dans les règlements de voierie, etc.
 Lancer une procédure de consultation permettant de déployer progressivement
le Haut et le Très Haut Débit sur le territoire auvergnat en complément de
l’initiative privée (intentions d’investissement) et engager les réflexions quant à
la future structure de portage du Réseau d’Initiative Publique (RIP).
Dans ce cadre, le SDTAN Auvergne a défini le périmètre pour le futur RIP autour des
deux axes suivants :
Axe 1 : « Offres professionnelles à Très Haut Débit »
 Déployer le Très Haut Débit dans les zones où il n’est pas encore disponible
(40 ZAE priorisées par les partenaires sur 36 communes),
 Renforcer la concurrence sur les zones où il est disponible à tarif élevé (68 ZAE
priorisées par les partenaires sur 39 communes).
 Fibrer les sites prioritaires (Éducation, Enseignement, Santé, entreprises hors
ZAE….). Les déploiements publics prévus au titre de l’axe 1 dans le cadre du
présent SDTAN ne concerneront pas le périmètre de Clermont Communauté
étant donné l’existence d’une Délégation de Service Public ayant le même objet.
Axe 2 « THD grand public »
 Améliorer les réseaux Haut et Très Haut Débit pour passer au plus vite de 59 %
des lignes aujourd’hui éligibles au triple play multipostes (Internet, téléphonie et
TV sur le même accès) à 100 % toutes technologies confondues :
 en privilégiant autant que possible la fibre optique au domicile (FTTH) au
minimum pour 70 % de la population en 2025 (78 % dans les modélisations
actuelles du SDTAN dans l’hypothèse d’une réalisation totale des intentions
d’investissement des opérateurs privés) ;
 en garantissant, au plus tard à l’issue de la phase 1 (2013-2016), l’accès de
tous les foyers auvergnats à un débit minimum de 2 Mb/s.
 Favoriser le développement de la concurrence pour étendre la couverture réelle
des services Triple-Play et diversifier le choix des offres à destination du grand
public. La couverture Haut et Très Haut Débit visée en complémentarité secteur
privé / secteur public à l’échelle de l’Auvergne dans l’hypothèse d’une
défaillance de 10 % des opérateurs par rapport à leurs intentions
d’investissement.
21
Le Rapport
Conseil Économique, Social et Environnemental de la Région d’Auvergne
« Le numérique »
Le tableau ci-dessous montre le phasage retenu
Il est à noter que lors de la cérémonie des vœux de l’ARCEP (Autorité de Régulation
des Communications Electroniques et des Postes), le 18 janvier 2012, Eric Besson,
Ministre chargé de l’Economie numérique, a annoncé que l’Etat allait soutenir les
projets de réseaux d’initiative publique (RIP) de cinq premiers départements, pour
un montant total de 50 millions d’euros. Cette mesure est prise dans le cadre de
l’ouverture du guichet unique de 900 millions d’euros prévu pour soutenir le
démarrage des projets. Les départements en question sont la Manche, qui recevra
jusqu’à 15 millions d’euros, et les quatre départements d’Auvergne, l’Allier, le
Cantal, la Haute-Loire et le Puy-de-Dôme, qui recevront jusqu’à 35 millions
d’euros. Le ministre a par ailleurs rappelé que son objectif pour 2012 était de faire
bénéficier douze départements ou régions de ce soutien1.
3) Équipement et usages des français
a) L’équipement en France
Afin de décrire l’équipement numérique de nos concitoyens, il sera fait ici appel aux
résultats de l’étude de l’INSEE « Deux ménages sur trois disposent d’internet chez
eux » parue en mars 20112.
Un peu plus de 64 % des ménages déclarent avoir un accès à Internet à leur domicile
en 2010 contre 56 % en 2008 et seulement 12 % en 2000. Lorsque le ménage a
Internet à domicile, son accès est neuf fois sur dix un accès haut débit. Les plus
jeunes sont les plus équipés: le taux d’équipement, égal ou supérieur à 75 % jusqu’à
60 ans, tombe sous les 50 % entre60 et 74 ans et n’est plus que de 8 % à partir de
75 ans (voir le tableau ci-après).
1
2
- Source : http://www.localtis.info
- Source INSEE Première n°1340, « Deux ménages sur trois disposent d’internet chez eux », mars 2011, pp.1-3.
22
Conseil Économique, Social et Environnemental de la Région d’Auvergne
« Le numérique »
Le Rapport
Fréquence de l'utilisation
d'internet
Dont
Au
Dont tous
proportion
Au
cours
les jours
de haut
moins
des 3
ou
débit
une fois derniers
presque
mois
90,6
74,5
71,2
78,6
81,5
90,4
77,9
73,6
75,7
90,9
71,4
68,9
Ménages
avec
microordinateur
à la maison
Ménages
avec
Internet à
la maison
Ensemble des répondants
Hommes
Femmes
67,1
72,2
63,1
64,4
70,6
59,5
15-29 ans
95,1
93,3
94,3
99,4
98,0
83,3
30-44 ans
45-59 ans
60-74 ans
Plus de 75 ans
88,0
79,1
47,6
10,5
85,7
75,4
44,3
8,3
91,6
90,0
84,7
79,3
92,1
82,7
49,5
11,6
86,9
78,8
45,9
10,7
82,1
75,1
72,0
41,4
Actifs occupés
86,8
83,4
91,7
90,3
86,5
80,2
Agriculteurs
Artisans et commerçants
Cadres et prof libérales
Professions intermédiaires
Employés
Ouvriers
Chômeurs
Etudiants
Retraités
Sans diplôme ou certificat
d'étude
BEP, CAP, BEPC
BAC
Diplôme d'études supérieures
78,1
89,1
97,3
92,9
84,1
78,9
72,9
97,1
33,4
70,4
84,0
96,1
89,5
81,4
73,3
73,9
95,2
30,7
79,3
89,8
96,7
92,1
92,2
86,3
90,2
96,1
85,4
74,2
90,5
99,5
98,3
89,2
79,3
86,6
99,9
37,5
68,2
88,4
98,4
97,0
85,0
73,9
79,1
99,2
35,2
61,0
76,0
91,9
84,5
74,6
72,9
76,0
81,9
71,1
32,2
29,1
85,9
37,4
33,4
65,4
75,7
90,6
92,8
73,0
87,4
91,1
88,5
92,3
94,0
82,5
94,8
97,9
78,0
93,2
95,8
74,6
81,2
87,5
Lecture : 98 % des 15-29 ans ont utilisé Internet au cours des 3 derniers mois, dont 83,3 % tous les
jours ou presque ; parmi l’ensemble des répondants qui ont utilisé internet au cours des 3 derniers
mois, 78,6 % déclarent l’utiliser tous les jours ou presque.
Champ : population de 15 ans ou plus résidant en France.
Source : Insee, Enquête Technologies de l’information et de la communication d’avril 2010.
À âge donné, l’équipement en connexion à Internet varie nettement en fonction du
diplôme du répondant. Ainsi, le taux d’équipement des ménages dont le répondant a
un niveau d’études inférieur au bac est beaucoup plus faible que celui d’un répondant
ayant le bac ou un diplôme supérieur. L’écart entre les bacheliers et les peu diplômés
tend cependant à se réduire : tous âges confondus, il est passé de 23 à 14 points au
cours des deux dernières années.
Les chômeurs sont moins équipés (73,9 %) que les actifs ayant un emploi (83,4 %).
Parmi ces derniers, le taux d’équipement à Internet augmente quand la catégorie
socioprofessionnelle des répondants s’élève. Ainsi, 96 % des cadres et professions
libérales sont équipés en 2010 contre 73 % des ouvriers. Là encore, cette « fracture
numérique » s’estompe : l’écart est ainsi passé de 34 points en 2008 (avec
respectivement 93 % et 59 % des ménages équipés en Internet) à 23 points en 2010.
Les ménages n’ayant pas Internet invoquent en premier lieu le manque de
compétences (tableau ci-après).
23
Conseil Économique, Social et Environnemental de la Région d’Auvergne
« Le numérique »
Le Rapport
Viennent ensuite pour un tiers des ménages : l’inutilité d’Internet, le coût trop élevé
du matériel et le coût trop élevé de l’accès. Seuls 10 % déclarent ne pas avoir Internet
à domicile car ils y ont accès ailleurs.
Dans leur quasi-totalité, les ménages internautes accèdent à la toile à partir d’un
ordinateur : non portable pour 38 % d’entre eux, portable pour 31 %, l’un ou l’autre
pour 29 %. Les taux d’équipement en ordinateurs et en Internet sont donc très
proches (respectivement 67 % et 64 %), les profils étant similaires selon l’âge et le
diplôme. L’accès à Internet à partir d’autres supports se développe également
puisque 13 % des ménages y ont accès via une console de jeux contre 8 % en 2008
et 27 % via un autre support (téléphone, assistant personnel, etc.) contre 21 % en
2008.
Les raisons pour ne pas avoir Internet
A un accès dans d'autres endroits
Ne veut pas d'internet
Internet est inutile
Le coût de l'ordinateur est trop élevé
Le coût de l'abonnement est trop élevé
Pas assez compétent
Par souci de sécurité ou de protection de la vie privée
Se déclare inapte
Autre raison
Nombre (milliers)
2008
2010
1 765
960
4 365
1 075
5 705
2 910
4 325
3 010
3 900
2 920
5 025
4 365
1 490
1 395
895
590
2 070
2 665
1
Raisons (%)
2008
2010
15,3
9,7
37,7
10,8
49,2
29,3
37,3
30,3
33,7
29,3
43,4
43,9
12,9
14,0
7,7
5,9
17,8
26,8
1
. Plusieurs réponses possibles ;la somme peut donc être supérieure à 100 %.
Lecture : 43,9 % des ménages n’ayant pas Internet en 2010 ne l’ont pas car ses membres ne sont pas compétents.
Champ : ménages n’ayant pas Internet à domicile (44 % en 2008 et 35,6 % en 2010).
Source : Insee, Enquête Technologies de l’information et de la communication d’avril 2010.
Par ailleurs, l’internet mobile s’est fortement développé durant ces deux dernières
années puisque 38 % des internautes l’utilisent en 2010 contre seulement 20 % en
2008. Les internautes de moins de 30 ans sont 59 % à utiliser l’internet mobile en
2010 contre 25 % pour les internautes de plus de 45 ans.
Ce sont la technologie wifi et les téléphones portables qui portent cette croissance.
Ainsi en 2010, 24 % des internautes ont déjà utilisé un téléphone portable pour
accéder à Internet contre seulement 9 % en 2008 ; 23 % utilisent le wifi contre 13,5 %
en 2008. Enfin, la connexion à Internet via un ordinateur de poche reste encore
marginale en 2010 puisque seuls 4 % des internautes l’utilisent contre 2 % en 2008.
Concernant les usages numériques, cette même étude de l’INSEE apporte également
des éclairages intéressants.
24
Conseil Économique, Social et Environnemental de la Région d’Auvergne
« Le numérique »
Le Rapport
b) Les usages en France
1 - Internet est utilisé quotidiennement
En 2010, 71 % des personnes interrogées déclarent avoir utilisé Internet au cours des
trois derniers mois contre 62 % en 2008. Dans ce cas, près de 80 % l’utilisent tous
les jours et 17 % l’utilisent au moins une fois par semaine. 97 % des utilisateurs
quotidiens surfent depuis leur domicile contre 89 % pour les utilisateurs
hebdomadaires ; 59 % des personnes qui ont un emploi se sont connectées à
Internet sur leur lieu de travail durant cette période ; quant aux étudiants, 66 %
d’entre eux l’utilisent sur leur lieu d’études contre 72 % en 2008. Cette baisse
s’explique par une utilisation plus forte à leur domicile.
Seulement un quart des personnes interrogées déclarent ne jamais avoir utilisé
Internet (32 % en 2008).
2 - Communiquer et chercher de l’information
Les compétences en matière d’Internet progressent avec sa diffusion au sein des
ménages. Ainsi, certaines compétences sont largement acquises par les internautes :
97 % des enquêtés savent utiliser un moteur de recherche et 90 % envoyer des méls
avec des fichiers joints. En revanche, d’autres compétences ne sont pas jugées utiles
ou maîtrisées par tous : moins de la moitié des internautes sont capables de poster
des messages sur un forum de discussion, seulement un quart sait utiliser les
réseaux peer to peer et moins d’un sur cinq sait créer une page web.
Les utilisations d’Internet sont très variées : 91 % des internautes envoient ou
reçoivent des méls, 83 % recherchent des informations sur des biens et services,
66 % consultent leur compte bancaire, enrichissent leurs connaissances et 52 %
organisent leurs vacances (tableau ci-après).
Il y a très peu de différences d’utilisation d’Internet entre les hommes et les femmes.
Les hommes font plus de téléchargements alors que les femmes recherchent plutôt
des informations sur la santé.
La communication via des messageries instantanées ou des forums de discussion
est surtout le fait des jeunes de moins de 30 ans. C’est également le cas pour le
téléchargement des logiciels.
Enfin, plus de 61 % des internautes ont obtenu des informations administratives ou
des formulaires via internet : 63 % ont téléchargé, rempli ou envoyé des documents
administratifs sur Internet, contre 58 % en 2008. Ce taux monte à plus de 71 % chez
les 30-45 ans.
25
Le Rapport
Conseil Économique, Social et Environnemental de la Région d’Auvergne
« Le numérique »
Les utilisations d'Internet au cours des trois derniers mois (en %)
Lire ou Télécharger
Conversations, Vendre
Recherche
Apprendre,
Informations
télécharger
des logiciels Rechercher
forums de
Messagerie d’informations Compte enrichir ses Vacances
aux
sur la santé discussion enchères journaux ou (autres
un emploi
électronique sur des biens bancaire connaissances
magazines
que
jeux)
et services
Ensemble
Hommes
Femmes
15-29 ans
30-44 ans
45-59 ans
60-74 ans
75 ans et plus
91,1
91,8
90,5
93,9
90,8
90,3
89,8
73,3
82,6
82,6
82,6
84,4
85,4
81,9
76,5
54,9
65,6
67,3
63,9
59,3
72,7
67,5
62,4
34,0
62,1
65,2
59,0
68,8
60,3
58,7
58,2
65,4
45,9
39,2
52,3
47,6
46,2
42,9
48,3
42,8
51,8
52,9
50,8
51,0
60,1
50,6
40,2
18,5
41,1
41,8
40,5
77,4
34,1
25,6
15,4
4,7
29,2
32,2
26,2
32,4
35,0
25,0
20,2
3,5
27,0
31,8
22,3
28,7
27,0
24,5
29,7
22,1
25,2
32,9
17,6
40,1
23,1
17,7
15,2
7,6
Lecture : 51,8 % des internautes ont au cours des 3 derniers mois organisé leurs vacances sur
Internet ; cette proportion est de 51 % chez les moins de 30 ans. Champ : personnes de 15 ans ou
plus ayant utilisé Internet au cours des 3 derniers mois.
Source : Insee, enquête Technologies de l’information et de la communication d’avril 2010.
3 - Faire des achats
53 % des internautes ont effectué au moins un achat en 2010 (35 % en 2008)1. Sept
sur dix ont effectué leur dernier achat lors des trois derniers mois et un quart entre
trois mois et un an auparavant.
Il s’agit surtout de vêtements (49 %), de billets de transport (46 %) et de séjours à
l’hôtel ou en location (42 % ). Ces types d’achat devancent les biens d’équipement
(40 %), les livres, magazines ou journaux (30 %) et les billets pour des spectacles
(30 %). L’achat de produits alimentaires sur Internet est encore assez faible (10 %).
1
- Il faut noter en parallèle sur le sujet très sensible de la sécurité lors d’un achat par carte bancaire sur Internet (un des freins
principaux à l’acte d’achat) que, selon l’association « UFC-Que choisir », les transactions par carte bancaire sur Internet
représentaient en 2010 5 % des paiements nationaux en carte mais 33 % du montant de la fraude, soit 120,1 millions d’euros.
En 2006, première année où elle apparaît dans l’Observatoire de la sécurité des cartes de paiement, elle ressortait à
33,7 millions d’euros. Au total, la fraude sur les cartes bancaires a atteint 368,9 millions d’euros en France en 2010, selon
l’Observatoire. La fraude sur internet est due à 62,6 % à l’usurpation du numéro de carte et à 35,1 % à une carte volée ou
perdue.
26
20,1
20,7
19,6
32,5
23,0
14,1
0,5
1,2
Conseil Économique, Social et Environnemental de la Région d’Auvergne
« Le numérique »
Le Rapport
Les achats sur Internet au cours des 12 derniers mois
Séjours à
Biens
Livres,
Actions,
Vêtements
l'hôtel ou d'équipement
Matériel
Billets pour
Nourriture
magazines,
services
ou
Billets de
Film ou
en
(meubles,
informatique manifestations journaux
ou
financiers
équipements transports location
musique
jouets,
et Hi-fi
ou spectacles ou matériel
épicerie ou produits
sportifs
de
électroéducatif
d'assurance
vacances
ménager
Ensemble
48,7
45,6
41,8
40,5
34,8
29,9
29,5
24,7
9,6
5,7
Hommes
44,7
44,5
43,3
42,1
41,3
27,6
25,3
25,2
9,7
7,8
Femmes
52,9
46,8
40,2
38,9
27,9
32,4
34,1
24,1
9,4
3,3
15-29 ans
30-44 ans
55,8
54,4
44,8
43,0
32,5
44,9
30,6
51,0
34,0
37,2
32,0
31,8
24,7
33,1
31,5
25,9
5,2
13,4
Lecture : 48,7 % des internautes ayant fait un achat sur Internet au cours de l’année ont acheté des
articles de sport. Champ : personnes de 15 ans ou plus ayant acheté sur Internet au cours des
12 derniers mois.
Source : Insee, enquête Technologies de l’information et de la communication d’avril 2010.
4 - Les problèmes avec internet
Plus des trois quarts des internautes déclarent avoir rencontré des problèmes sur
Internet au cours des douze derniers mois (tableau 5) : réception de méls non
sollicités (spams), contamination de l’ordinateur par un virus (34 %) ou abus
d’informations personnelles envoyées sur internet (4,7 %).
Pour lutter contre ces désagréments, neuf internautes sur dix ont installé des outils
de protection sur leur ordinateur (tableau 6). Les outils les plus fréquemment cités par
ces internautes sont les logiciels antivirus (87 %), les pare-feu (64 %) et les antispam
(44 %). Les logiciels de contrôle parental sont utilisés par 26,5 % des internautes
ayant des enfants et utilisant au moins un autre outil de protection.
27
2,9
7,5
Le Rapport
Conseil Économique, Social et Environnemental de la Région d’Auvergne
« Le numérique »
Problèmes rencontrés sur internet
Réception de méls non sollicités (spams)
Ordinateur contaminé par un virus ou une infection
Aucun problème
Abus sur des informations personnelles que vous avez envoyées
Accès des enfants à des sites web pour adultes ou connexion avec des
personnes potentiellement dangereuse
Perte d'argent suite à une fraude à la carte bleue
Perte d'argent suite à la réception de méls frauduleux
en %
1
2010
2 70,0
33,8
22,5
4,7
2,5
1,6
0,4
1
Plusieurs réponses possibles, la somme peut donc être supérieure à 100 %. Lecture : 33,8 % des
individus ont eu leur ordinateur contaminé par un virus ou une infection en 2010. Champ : personnes
de 15 ans ou plus ayant utilisé Internet au cours des 3 derniers mois.
Source : Insee, enquête Technologies de l’information et de la communication d’avril 2010.
Outils de protection installés
Antivirus ou logiciel anti-espion
Parefeu (firewall)
Antispam pour vos méls
Logiciel de contrôle parental*
Pack sécurité
Autre
e
en %
2010
86,6
64,0
43,8
26,5
14,0
4,5
Lecture : 86,6 % des internautes ont un antivirus ou un logiciel anti-espion sur leur ordinateur en 2010.
Champs : internautes ayant un logiciel de protection (89,4 % des internautes) ; *ménages ayant au
moins un enfant.
Source : Insee, enquête Technologies de l’information et de la communication d’avril 2010.
En guise de conclusion, il est intéressant de voir la position de notre pays par rapport
à ses voisins européens.
5 - Des disparités de 1 à 3 entre pays européens
Selon les chiffres publiés par Eurostat, le taux d’accès à Internet à domicile peut
varier d’un facteur 1 à presque 3 selon les pays (voir le graphique suivant). Ainsi, aux
Pays-Bas, 91 % des ménages comprenant au moins une personne de 15 à 74 ans
disposent d’un accès contre seulement 33 % en Bulgarie. Les pays du Nord comme
la Suède, le Danemark ou le Royaume-Uni sont ainsi beaucoup plus connectés que
les pays du Sud (Espagne, Italie, Grèce ou Portugal) et de l’Est (Roumanie, Bulgarie
ou Hongrie). La France (74 %) se situe au 8e rang européen, 4 points au dessus de la
moyenne européenne (70 %).
28
Conseil Économique, Social et Environnemental de la Région d’Auvergne
« Le numérique »
Le Rapport
Proportion de ménages européens ayant accès à Internet en 2010
Lecture : 70 % des ménages de l’Europe des 27 ont Internet à domicile.
Champ : ménages comprenant au moins une personne de 15 à 74 ans.
Source : Eurostat.
4) Équipement et usages en Auvergne
Pour décrire les niveaux d’équipement en Auvergne, il sera fait appel aux résultats de
l’enquête 2011 menée par l’observatoire des TIC de l’ARDTA14.
Ces derniers, fort intéressants et repris intégralement dans leur forme synthétique cidessous, montrent une appropriation des TIC connectées grandissante entre 2009 et
2011 ; l’ensemble des indicateurs clés affichant une hausse significative entre les
deux périodes d’interrogation :
a) L’équipement
Les équipements en Auvergne 2009-2011
Indicateurs
EQUIPEMENT MENAGES
(Ensemble des ménages)
2009
2011
Evolution (en points)
Equipement Téléphone mobile
Equipement Ordinateur
Connexion Internet à domicile
Equipement en Haut Débit
77%
56%
46%
42%
82%
67%
63%
57%
+5
+11
+17
+15
68%
62%
37%
35%
18%
81%
72%
57%
49%
27%
+13
+10
+20
+14
+9
EQUIPEMENT INDIVIDUS
(Ensemble des individus)
Equipement Téléphone mobile
Internautes
Acheteurs en ligne
hƚŝůŝƐĂƚĞƵƌƐĚ͛Ğ-administration
Déclaration de revenus en ligne
1
- Source : Synthèse de l’étude « Baromètre de l’équipement et des usages TIC en Auvergne », ARDTA, Décembre 2011,
pp.1-3.
29
Le Rapport
Conseil Économique, Social et Environnemental de la Région d’Auvergne
« Le numérique »
Le tableau ci-dessous montre que des écarts demeurent à l’égard des autres régions
en termes d’équipements au sein des ménages, mais ils tendent à s’effacer auprès
des équipements individuels
 En rouge, lorsque la région Auvergne est en-deçà des autres régions,
 En vert, lorsqu’elle est au-dessus des autres régions ou à des niveaux
comparables.
AUVERGNE AQUITAINE
Indicateurs
MIDI
FRANCE
PYRENEES
EQUIPEMENT MENAGES
(Ensemble des ménages)
Equipement Téléphone mobile
Equipement Ordinateur
Connexion Internet à domicile
Equipement en Haut Débit (Base foyers connectés)
82%
67%
63%
81%
90%
75%
68%
88%
NC
73%
66%
NC
NC
76%
71%
92%
81%
72%
79%
49%
27%
90%
72%
NC
46%
29%
88%
71%
NC
NC
30%
83%
74%
60%
NC
28%
EQUIPEMENT INDIVIDUS
(Ensemble des individus)
Equipement Téléphone mobile
Internautes
Acheteurs en ligne (Base internautes)
hƚŝůŝƐĂƚĞƵƌƐĚ͛Ğ-administration
Déclaration de revenus en ligne
Un tiers des ménages auvergnats n’est donc pas équipé en ordinateur. Les raisons
de non équipement restent les mêmes qu’en 2009, à savoir :
 Un manque d’intérêt (31 %), une absence d’utilité de ce type d’équipement
(23 %), un âge jugé trop avancé (16 %).
 11 % des non-équipés déclarent une intention d’équipement au cours de
l’année prochaine : ils représentent 4 % de l’ensemble des foyers auvergnats,
potentiel comparable à celui constaté en 2009 qui reste non négligeable.
Les résultats de l’étude concluent par ailleurs à de faibles intentions de s’équiper en
TIC en 2012:
 2 % des foyers auvergnats non équipés d’Internet à domicile prévoient de l’être.
 73 % des non internautes pensent qu’ils n’utiliseront probablement jamais
Internet, seuls 7 % pensent l’utiliser dans l’année qui vient (soit 2 % de
l’ensemble de l’échantillon).
En matière de connexion, on doit noter que la pénétration du Haut débit est de plus
en plus importante au fil des années : 57 % de l’ensemble des ménages auvergnats
(vs 42 % en 2009) en est équipé, soit 90 % des foyers ayant un accès à Internet à
domicile, avec la suprématie confirmée de l’ADSL (51 % de l’ensemble des foyers).
Les abonnements Double Play et Triple Play ont fortement progressé également entre
les deux périodes d’enquête : 79 % des foyers équipés du Haut Débit ont souscrit à
ce type d’offre, le taux auvergnat dépassant ainsi le taux observé en Aquitaine (62 %).
30
Conseil Économique, Social et Environnemental de la Région d’Auvergne
« Le numérique »
Le Rapport
21 % des ménages disposant d’un accès bas débit à domicile déclarent une intention
d’équipement haut débit dans le courant de l’année prochaine, un taux faible si on le
rapporte à l’ensemble des foyers auvergnats : 0,7 %.
Contrairement à l’équipement en ordinateur, le potentiel d’équipement en haut débit
semble restreint. A noter que la raison principale de non-intention est l’absence
d’offre de débit supérieur sur le lieu de résidence (55 %).
En matière de mobilité, les résultats de l’étude enseignent que :
 8 Auvergnats sur 10 sont équipés d’un téléphone mobile, soit un Auvergnat de
plus qu’en 2009 (résultat significatif). Cet indicateur (81 %) est très proche de la
moyenne nationale (83 %), au dessus de la Bourgogne (78 %) mais reste sous
les taux observés en Aquitaine (90 %), en région PACA (89 %) et en Midi
Pyrénées (88 %).
 Les suréquipés sont les actifs (taux compris entre 88 % et 95 %), les moins de
60 ans (avec un pic chez les 15-29 ans à 96 %), les péri-urbains (86 %), les
Puydômois (84 %), les habitants des communes de 2 000 à 10 000 habitants
(84 %).
 On note une tendance inversée avec des chiffes plus faibles chez les seniors
(57 %), les « ruraux » (zone hors montagne, 72 % et montagne, 74 %), les
habitants des communes de moins de 2 000 habitants (78 %).
 34 % des possesseurs de téléphone portable sont des mobinautes : c’est une
véritable ascension puisque ce taux a plus que doublé en deux ans et dépasse
ainsi largement la moyenne nationale de 15 % et les autres régions observées
dans l’étude (13 % à 15 %). Quelques caractéristiques de ces mobinautes
peuvent être retracées :
 Pour deux tiers d’entre eux, l’accès à Internet se fait via un Smartphone,
 57 % se sont connectés le jour même ou la veille,
 5 à 6 mobinautes sur 10 consultent des sites de loisirs ou de vie pratique
(64 %), les réseaux sociaux (60 %) et des sites de géolocalisation (54 %).
Par ailleurs, bien que le lieu de connexion privilégié des internautes reste le domicile
(92 % vs 82 % en 2009), loin devant la connexion chez un proche (59 %), ce sont les
connexions en situation de mobilité (40 % vs 32 % en Aquitaine) qui ont le plus
progressé entre 2009 et 2011 (+ 27 pts).
Cette utilisation en situation de mobilité est particulièrement le fait des
artisans/commerçants/chefs d’entreprise (60 %), des moins de 30 ans (58 %), des
Cantaliens (49 %) et des habitants des communes de plus de 10 000 habitants
(45 %). Elle est régulière (quotidienne ou hebdomadaire) pour 45 % des internautes
utilisateurs.
31
Le Rapport
Conseil Économique, Social et Environnemental de la Région d’Auvergne
« Le numérique »
L’étude de l’ARDTA montre que les indicateurs clés d’équipements des ménages et
individus (téléphone mobile dans le foyer ou à titre individuel, ordinateur, accès à
Internet et utilisation personnelle du Web), laissent ainsi apparaître deux grands
profils principaux qui s’opposent, même si les écarts tendent à se réduire1 :
 D’une part les suréquipés : résidents du Puy de Dôme, des zones
péri-urbaines, familles avec enfants au foyer, chef de famille actif, de moins de
60 ans.
 A l’inverse, les sous-équipés sont davantage des foyers résidant dans le Cantal
et l’Allier, en zone rurale (de montagne plus spécifiquement), des ménages dont
le chef de famille est un senior (retraité, de plus de 60 ans).
Si ces deux profils apparaissent en matière d’équipements, il faut en revanche noter
que les usages d’achats en ligne, d’e-administration et la déclaration de revenus en
ligne sont moins sensibles aux particularités géographiques (pas ou peu de
différences entre départements, zones de résidence et taille de communes). Les
30-44 ans, les cadres et les professions intermédiaires sont néanmoins les plus
avertis sur ces thématiques.
Ces « clivages » se retrouvent d’ailleurs lorsqu’il s’agit de mesurer la place que
prennent les nouvelles technologies dans leur vie : les Auvergnats donnent en
moyenne 3,6 sur 5, avec pour minimum 3,2 (agriculteurs) et pour maximum
3,8 (étudiants).
b) Les usages
D’une manière plus générale, Internet est utilisé principalement par les internautes
auvergnats pour :
 Le courrier électronique (93 %),
 Les recherches d’informations sur l’actualité (84 %), la culture (79 %), les loisirs
et voyages (75 %),
 La consultation bancaire (73 %, hausse significative vs 2009, +13 pts),
 La recherche d’informations sur la santé (66 %), la vie locale (65 %, hausse
significative vs 2009, +6 pts),
 La messagerie instantanée (55 % en hausse significative vs 2009, +7 pts).
L’ensemble de ces taux d’utilisation sont comparables à ceux constatés en Aquitaine
et en région PACA (écarts compris entre 1 et 8 pts).
1
- Lors de son audition M. Pierre Armand de l’Observatoire des TIC de l’ARDTA a expliqué que si certains chiffres (comme
le taux d’internautes) sont légèrement inférieurs à ceux concernant la France dans sa globalité, cela tient essentiellement à la
démographie de l’Auvergne. En effet la population la moins équipé est généralement celle des seniors et celle-ci est plus
importante en Auvergne par rapport à la moyenne française. En revanche, si l’on considère les indicateurs d’usages en
fonctions des tranches d’âges ou de catégorie socioprofessionnelles, ceux-ci s’équilibrent et l’Auvergne est généralement dans
la moyenne nationale, voire pour certains usages au dessus.
32
Conseil Économique, Social et Environnemental de la Région d’Auvergne
« Le numérique »
Le Rapport
Près de 8 internautes sur 10 sont des e-acheteurs, un comportement d’achat qui a
significativement évolué à la hausse : + 18 pts en 2 ans. Ce qui le place au-dessus
des régions benchmarkés (Bourgogne, 68 % et PACA, 50 %) et de la moyenne
nationale (60 %).
23 % des mobinautes e-acheteurs ont réalisé un achat à partir d’une connexion via
leur téléphone mobile : c’est la mise en place d’une nouvelle pratique car avant 2011,
le taux observé était confidentiel (1 %).
Enfin, les non internautes, qui représentent 28 % des Auvergnats, restent sûrs de leur
choix.
En effet, les trois quart d’entre eux pensent qu’ils n’utiliseront probablement jamais
Internet. Toutefois, ils sont 36 % à avoir sollicité leurs proches pour effectuer un envoi
de mails ou une recherche à leur place.
La première justification de non utilisation d’Internet est l’absence d’intérêt pour cette
technologie (39 %), suivi de l’âge (19 %). A noter que ces deux principales raisons
sont les mêmes que les non internautes aquitains, dans des proportions un peu plus
faibles (32 % et 12 %)
Les résultats de l’étude de l’ARDTA mettent par ailleurs en exergue un nécessaire
travail de communication et d’information à mener pour une meilleure
démocratisation et vulgarisation des TIC dans la Région :
 27 % des Auvergnats ont connaissance d’un point d’accès public à Internet
près de chez eux, soit une hausse significative de 7 points par rapport à 2009.
 Plus spécifiquement dans les zones rurales, 27 % des habitants déclarent
éprouver des difficultés à se rendre auprès de certains services publics. Parmi
les quelques 15 % qui ont connaissance de permanences en visioconférence
près de chez eux, 18 % ont déjà utilisé ce dispositif.
 Sur la création de sites Web régionaux, les internautes utilisateurs de transports
publics (28 %) sont 72 % à se dire intéressés par la mise en place d’un site
regroupant tous les transports. Les acheteurs en ligne sont quant à eux 80 % à
avoir l’intention d’utiliser un site régional de réservation de billets/spectacles s’il
était créé.
 Mais seuls 4 % des internautes déclarent connaître l’agenda culturel régional du
site TRANSFO et les Auvergnats utilisant Internet via leur téléphone mobile
manifestent un intérêt plutôt limité à l’égard d’une application relative à un
agenda culturel régional sur leur mobile : 41 % d’intéressés.
Que ce soit en Auvergne ou dans l’ensemble de la France, différentes explications
peuvent être données à la non-utilisation des TIC connectées et permettent de cerner
les contours de ce que certains appellent la « fracture numérique ». il sera fait ici
appel aux travaux du Conseil d’analyse Stratégique (CAS) sur « Le fossé numérique
en France » parus en avril 20111. Le CAS distingue à se sujet non pas un mais trois
fossés numériques.
1
- « Le fossé numérique en France », Conseil d’analyse Stratégique, avril 2011, pp.32-40.
33
Le Rapport
Conseil Économique, Social et Environnemental de la Région d’Auvergne
« Le numérique »
5) Les fossés numériques
a) Un fossé générationnel qui a pour résultat l’exclusion des seniors
Les seniors1, qui représentent environ 21 % de la population française, sont
particulièrement concernés par le fossé numérique, puisque seulement 40,7 % des
65-74 ans disposent à leur domicile d’un ordinateur et 36,6 % d’Internet. Ces
pourcentages ne sont plus que de 16,9 % et 15 % chez les plus de 75 ans. Ces
derniers, qui représentent 11,3 % de la population, sont en outre 83,3 % à ne jamais
avoir utilisé un ordinateur (89 % pour Internet).
La différence avec les plus jeunes est spectaculaire : 90,8 % des 15-24 ans ont accès
à un ordinateur et 83,7 % ont Internet à la maison. Il existe en particulier une rupture
forte avec les moins de 45 ans : 87,3 % des 35-44 ans ont un ordinateur et 79,2 %
ont Internet, soit des chiffres très proches de ceux des 15-24 ans. À partir de 55 ans,
l’accès à un ordinateur ou à Internet diminue progressivement, presque linéairement,
avec l’âge.
Cette césure traduit une différence notable dans la manière d’appréhender les
mutations sociales : 51 % des adultes et 75 % des adolescents considèrent que
disposer d’Internet est important pour se sentir intégré dans notre société.
Parmi les raisons invoquées pour cette non-utilisation des outils numériques figurent
l’absence de besoin et une peur de la nouveauté, le coût d’acquisition du matériel, le
manque de formation ou la crainte de ne pas parvenir à maîtriser l’outil, les problèmes
d’acuité visuelle… Ces nombreux freins mettent les seniors dans une situation
d’isolement, alors même que les outils numériques devraient participer au maintien
d’un lien social.
Bien adaptés, ils peuvent aider à surmonter certains « handicaps » sociaux,
physiques, psychologiques ou cognitifs liés au vieillissement, ou retarder leur
apparition. En outre, les TIC rendent possible un suivi médical à distance, donc une
prévention plus efficace, ce qui réduit le nombre d’hospitalisations et favorise le
maintien à domicile.
Les seniors en France paraissent plus isolés que dans certains pays, qui ont su mieux
les préparer à l’utilisation d’Internet en leur permettant d’accéder à des centres de
formation ou en adaptant l’ergonomie des ordinateurs fournis. Selon l’Ofcom,
organisme de régulation des services audiovisuels au Royaume-Uni, certains
internautes de plus de 65 ans, baptisés « silver surfers », passaient en 2007 plus de
temps sur le web (42 heures par mois) que n’importe quelle autre classe d’âge. De
même, on remarque que le troisième âge est de plus en plus aguerri face au web au
Japon, où des spécificités de type écran tactile sont mises en avant
1
- Pour mémoire, ils sont définis comme les individus de plus de 65 ans, incluant deux catégories : les « 65-74 ans » et les
« 75 ans et plus ».
34
Conseil Économique, Social et Environnemental de la Région d’Auvergne
« Le numérique »
Le Rapport
En outre, si les plus jeunes sont logiquement pour la plupart reliés au réseau, une
attention particulière doit être portée aux 16 % des 15-24 ans qui n’ont pas accès
aujourd’hui à Internet à leur domicile et qui risquent de se trouver marginalisés dans
la société numérique de demain. Le tableau suivant montre que 34 % des jeunes les
moins diplômés n’ont qu’un usage limité d’Internet.
Ce chiffre est à rapprocher d’une enquête conduite en Belgique en 2008 selon
laquelle 36 % des 16-24 ans ne maîtrisaient pas Internet et étaient uniquement
capables de réaliser des tâches élémentaires. Ce point est d’autant plus important
que le dépouillement par l’OCDE des tests Pisa1 2006 montre une corrélation entre
les moindres résultats scolaires et l’absence ou la très faible utilisation d’un
ordinateur et d’Internet à domicile.
3URSRUWLRQG¶XWLOLVDWHXUVGHO¶RUGLQDWHXUHWG¶,QWHUQHW
SDUPLOHVMHXQHVGHDQVHQ)UDQFHHQ
2UGLQDWHXU
,QWHUQHW
8WLOLVDWHXUV
8WLOLVDWHXUV
DVVLGXV
8WLOLVDWHXUV
8WLOLVDWHXUV
DVVLGXV
WRXV
KRPPHV
IHPPHV
GLSO{PHLQIpULHXU
DXEDFFDODXUpDW
GLSO{PHpTXLYDOHQW
DXEDFFDODXUpDW
GLSO{PHVXSpULHXU
DXEDFFDODXUpDW
pWXGLDQWV
Source : OCDE - PISA 2006
b) Un fossé social mettant les personnes à bas revenus en difficulté : exclusion
sociale et numérique vont souvent de pair
Le second type de populations fragilisées dans l’accès aux technologies numériques
représente 6,2 % de la population française et correspond aux personnes aux plus
faibles revenus : 34 % d’entre elles ont un ordinateur et 28,2 % Internet à domicile,
contre 91 % et 87,1 % pour les revenus les plus élevés2.
1
- PISA est une enquête menée tous les trois ans auprès de jeunes de 15 ans dans les 34 pays membres de l’OCDE et dans de
nombreux pays partenaires. Elle évalue l’acquisition de savoirs et savoir-faire essentiels à la vie quotidienne au terme de la
scolarité obligatoire. Les tests portent sur la lecture, la culture mathématique et la culture scientifique et se présentent sous la
forme d’un questionnaire de fond.
2
- 1re tranche de 150 à 999 euros par mois ; 2ème tranche de 1 000 à 1 499 euros ; 3ème tranche de 1 500 à 3 000 euros ;
4ème tranche 3 000 euros et plus.
35
Conseil Économique, Social et Environnemental de la Région d’Auvergne
« Le numérique »
Le Rapport
En outre, 38 % et 42,8 % des individus appartenant à la première tranche de revenus
n’ont jamais utilisé un ordinateur ou Internet, contre respectivement 6,2 % et 10,3 %
pour les revenus les plus élevés. Les ménages à bas revenus (premier quartile)
invoquent pour les deux tiers d’entre eux les coûts trop élevés d’équipement et de
connexion pour expliquer l’absence d’accès à Internet à leur domicile.
Pourcentage ayant accès à Internet à la maison
$FFqVjXQRUGLQDWHXUHWj,QWHUQHWjGRPLFLOH
VHORQOHQLYHDXGHUHYHQXV
100
4e
tranche
24,8 %
90
80
70
3e
tranche
49,5 %
60
50
2e tranche
19,5 %
40
30
Moyenne française :
60,4 % pour un ordinateur
54,6 % pour Internet
1re
tranche
6,2 %
20
10
10
20
30
40
50
60
70
80
90
100
Pourcentage ayant un ordinateur à la maison
Source : enquête INSEE sur les technologies de l’information et de la communication
auprès des ménages (2008), analyse CAS
Certaines raisons sont invoquées de manière récurrente par les ménages, quel que
soit le quartile auquel ils appartiennent : l’absence de besoin pour Internet, le
handicap physique et, dans une moindre mesure, le manque d’appétence. Toutefois,
les ménages français à revenus élevés se distinguent par la possibilité d’accéder à
Internet hors du domicile (au travail, par nomadisme) mais surtout par leur méfiance
vis-à-vis d’Internet, propre à la France. Ils sont ainsi trois fois plus nombreux que les
ménages à bas revenus à expliquer l’absence d’Internet à domicile par des craintes
pour leur vie privée ou leur sécurité.
36
Conseil Économique, Social et Environnemental de la Région d’Auvergne
« Le numérique »
Le Rapport
Premier quartile - France
Deuxième quartile - France
Premier quartile - UE-27
Deuxième quartile - UE-27
Troisième quartile - France
Quatrième quartile - France
Troisième quartile - UE-27
Quatrième quartile - UE-27
70
60
50
40
30
20
10
tre
te
s
ra
e t li é
is
e
à
on
la s à
sé la
cu vi
rit e p
é ri
H
vé
an
e
di
ca
p
ph
ys
iq
ue
il e
Au
do
du
rs
ho
C
ra
in
Ac
cè
s
te
on
(c
s
ut
pa
m
nt
ta
ur
he
nu
cè
’a
c
td
oû
C
ic
…
)
ev
é
tro
s
m
co
de
e
qu
an
M
él
p
te
pé
ro
tt
en
m
pe
ui
’é
q
nc
ev
él
p
be
s
Pa
td
N
e
ve
C
oû
es
é
in
0
so
Pourcentage des ménages
5DLVRQVLQYRTXpHVSRXUO¶DEVHQFHG¶DFFqVj,QWHUQHW
DXGRPLFLOHHQIRQFWLRQGXUHYHQXGXPpQDJH
Source : enquête INSEE sur les technologies de l’information et de la communication
auprès des ménages (2008), analyse CAS
Certaines catégories au sein du groupe des personnes à bas revenus sont encore
plus touchées que d’autres, notamment les chômeurs, les étudiants et les familles
monoparentales. Ces populations ressentent souvent des manques spécifiques liés
à l’absence d’Internet. Ainsi, près de la moitié des chômeurs considèrent que ne pas
avoir l’Internet limite leurs recherches d’emploi.
En 2004, les demandeurs d’emplois représentaient 30 % du public des Espaces
publics numériques De même, trois étudiants sur dix sont gênés par l’absence
d’Internet pour poursuivre leurs études de manière performante.
c) Un fossé culturel, moins connu, mais aussi important
Les personnes les moins instruites constituent le troisième type de populations ayant
un moindre accès à domicile à un ordinateur (56 %) et à Internet (50,5 %). Ce fossé
lié à l’éducation semble moins important que les deux précédents puisque plus de la
moitié des non-bacheliers a accès à un ordinateur et à Internet. Il n’en est pas moins
significatif en termes d’usage. Les différences de « connectivité » sont minimes entre
les individus ayant le baccalauréat et ceux titulaires d’un diplôme de l’enseignement
supérieur. En revanche, 31,5 % et 39,6 % des personnes ayant la plus faible
instruction n’ont jamais utilisé un ordinateur ou Internet, contre 3,2 % et 6 % pour les
diplômés de l’enseignement supérieur. Par rapport à ces derniers, un Français avec
un diplôme « inférieur au baccalauréat » a une probabilité huit fois plus importante de
ne jamais avoir utilisé un ordinateur.
37
Conseil Économique, Social et Environnemental de la Région d’Auvergne
« Le numérique »
Le Rapport
Une pleine exploitation des outils numériques nécessite des connaissances et des
compétences qui sont loin d’être maîtrisées par tous. Elles vont conditionner l’usage
qui en sera fait et sont de trois ordres :
 les compétences instrumentales correspondent à la manipulation des logiciels
et du matériel informatique. Elles sont aujourd’hui maîtrisées par la plupart des
personnes, grâce à la convivialité des interfaces ;
 les compétences structurelles sont relatives aux nouvelles façons de chercher,
de comprendre et d’évaluer l’information. Elles sont nécessaires pour utiliser
des hypertextes, des moteurs de recherche, des flux RSS, etc. ;
 les compétences stratégiques permettent de rechercher l’information de
manière dynamique, de l’utiliser dans la vie de tous les jours et de prendre des
décisions à caractère personnel et professionnel. Ces compétences étaient déjà
importantes avec les médias traditionnels, mais Internet les rend plus
nécessaires encore.
L’incapacité à se servir d’Internet ou d’un ordinateur est qualifiée d’« illettrisme
numérique » ou d’ « illectronisme ». Ce terme souligne l’importance de l’utilisation des
TIC dans notre société : ces technologies engagent l’aptitude à communiquer, à
participer, à se défendre, et l’autonomie même des personnes.
Pourcentage ayant accès à Internet à la maison
$FFqVjXQRUGLQDWHXUHWj,QWHUQHWjGRPLFLOH
SDUQLYHDXGHGLSO{PH
100
Supérieur au
baccalauréat
22,2 %
90
80
Baccalauréat et
équivalent
15,6 %
70
60
50
Moyenne française :
60,4 % pour un ordinateur
54,6 % pour Internet
Inférieur au
baccalauréat
62,2 %
40
30
20
10
10
30
50
70
90
Pourcentage ayant un ordinateur à la maison
Source : données de l’enquête INSEE sur les technologies de l’information
et de la communication auprès des ménages (2008), analyse CAS
Ce clivage de l’usage est manifeste dans la participation des citoyens aux débats
publics. Les plus actifs et les mieux formés sont à l’affût des informations, participent
aux discussions via les blogs ou forums, consultent des sites politiques ou citoyens…
Internet donne plus de ressources et d’espaces d’expression aux citoyens qui sont
déjà bien intégrés dans le système politique et qui connaissent les possibilités
offertes par cet outil.
38
Conseil Économique, Social et Environnemental de la Région d’Auvergne
« Le numérique »
Le Rapport
d) La structure des ménages est un facteur secondaire déterminant : plus un
ménage a d’enfants, plus il a de chances d’utiliser Internet
La structure du ménage (nombre de parents et d’enfants) joue un rôle important, bien
plus en France que dans l’Europe des Vingt-sept. Quel que soit le nombre d’adultes,
la présence d’un enfant augmente généralement d’un facteur 2 la « probabilité »
d’avoir un ordinateur ou Internet à la maison.
Celle-ci augmente également avec le nombre d’adultes dans le ménage : un ménage
comptant au moins trois adultes a respectivement 2,8 et 2,2 fois plus de chances
d’avoir un ordinateur ou Internet à domicile, par rapport à un ménage avec un seul
adulte. Ce constat vaut également pour l’usage d’un ordinateur et d’Internet, qui
augmente avec le nombre d’adultes (de manière monotone mais faible) et surtout
avec le nombre d’enfants (voir figure suivante).
« Probabilité » d’avoir
accès à Internet à la maison
©3UREDELOLWpVªG¶rWUHFRQFHUQpSDUOHIRVVpQXPpULTXH
VXLYDQWODVWUXFWXUHGXPpQDJHDFFqVjXQRUGLQDWHXU
HWj,QWHUQHWjGRPLFLOH
8
Plus hauts revenus
(4e tranche)
7
6
5
4
3
2
1
-2
Au moins 3 adultes dans le ménage
avec au moins 1 enfant
3e tranche
2 adultes dans le ménage avec au moins 1 enfant
Zone dense
Au moins 3 adultes dans le ménage (sans enfant)
2 adultes
seuls
1 seul adulte avec au moins 1 enfant
Zone intermédiaire
0
-1 0
2
4
6
8
10
-2
Plus bas revenus
(1re tranche)
« Probabilité » d’avoir accès à un ordinateur à la maison
Source : données de l’enquête INSEE sur les technologies de l’information
et de la communication auprès des ménages (2008), analyse CAS
La structure du ménage modifie quelque peu les raisons invoquées pour l’absence
d’Internet à domicile (voir figure suivante). Les parents français (et dans une moindre
mesure européens) élevant seuls un ou plusieurs enfants sont moins nombreux à
considérer qu’ils n’ont pas besoin d’Internet à domicile (21,9 % contre 43,6 % pour
l’ensemble des ménages).
À l’inverse, les coûts d’équipement et d’accès expliquent plus souvent à leurs yeux
l’absence d’Internet à la maison (50,3 % et 57,5 % contre 41,7 % et 37,3 % pour
l’ensemble des ménages). Il semblerait donc que les parents seuls avec au moins un
enfant à charge aient bien conscience de l’importance que revêt la société de
l’information, malgré les contraintes budgétaires.
39
Conseil Économique, Social et Environnemental de la Région d’Auvergne
« Le numérique »
Le Rapport
En outre, la présence d’enfants semble améliorer les compétences informatiques des
parents. Les ménages dans leur ensemble sont deux fois plus nombreux (35 %) que
les seuls ménages avec enfants à charge (15,4 %, quel que soit le nombre de
parents) à indiquer qu’ils n’ont pas Internet à domicile à cause de leur manque de
compétences. Le profil des réponses est globalement similaire dans le reste de
l’Europe.
5DLVRQVLQYRTXpHVSRXUO¶DEVHQFHG¶DFFqVj,QWHUQHWDXGRPLFLOH
HQIRQFWLRQGHODVWUXFWXUHGXPpQDJH
Parent seul avec enfant(s) à charge - France
Tous ménages avec enfant(s) à charge - France
Tous ménages - France
Parent seul avec enfant(s) à charge - UE-27
Tous ménages avec enfant(s) à charge - UE-27
Tous ménages - UE-27
60
50
40
30
20
10
re
es
ra
et l ié
iso
à es
n
la à
sé la
cu v i
rit e p
é ri
vé
H
e
an
di
ca
p
ph
ys
iq
ue
Au
t
do
du
rs
ho
s
ve
u
C
ra
tp
in
t
Ac
cè
as
m
nt
ur
ta
he
nu
te
(c
on
td
oû
C
N
e
C
ic
ile
)
…
é
él
ev
tro
s
’a
cc
è
de
e
qu
an
M
p
te
m
pé
co
en
pe
m
ui
’é
q
oû
td
nc
es
ev
é
él
p
tt
ro
Pa
s
be
so
in
0
Source : données de l’enquête INSEE sur les technologies de l’information
et de la communication auprès des ménages (2008), analyse CAS
L’ensemble de ces données montre qu’une attention particulière devra être portée à
la prise en compte des ces trois freins pour que la pratique des TIC connectées
progresse de façon homogène dans les différentes populations.
Il faut maintenant voir en quoi cette pratique des TIC connectées, et plus
particulièrement d’Internet, peut avoir des effets sur nos façons de concevoir un
certain nombre d’activités humaines parmi les plus essentielles.
40
Conseil Économique, Social et Environnemental de la Région d’Auvergne
« Le numérique »
Le Rapport
B) Le changement et la nouveauté apportés par le numérique
1) Comment l’internet transforme-t-il la façon dont on pense
« Comment l’internet transforme-t-il la façon dont vous pensez ? », telle était la
grande question annuelle posée en 2010 par la revue The Edge1 à quelque
170 experts, scientifiques, artistes et penseurs. Difficile d’en faire une synthèse, tant
les contributions sont multiples et variées. Il est néanmoins intéressant d’essayer de
recenser les champs explorés dans les diverses réponses et les grandes tendances
qui s’en dégagent.
a) L’internet a changé la façon dont nous décidons
Pour le physicien Daniel Hillis2, le réel impact de l’internet a été de changer la façon
dont nous prenons des décisions. En permettant à des systèmes complexes de
s’interopérer, de plus en plus, ce ne sont pas des êtres humains qui décident, mais
un réseau adaptatif d’humains et de machines enchevêtrées. “Désormais, la
programmation consiste à relier ensemble des systèmes complexes, sans
comprendre exactement comment ils fonctionnent”, précise-t-il en montrant
comment nos systèmes désormais se branchent sur d’autres données que les
concepteurs du système ne maîtrisent pas. “Si nous l’avons créée, nous ne l’avons
pas vraiment conçu. L’internet évolue. Notre relation au réseau est similaire à notre
relation à notre écosystème biologique. Nous en sommes codépendants, et pas
entièrement maîtres.”
“Nous avons incarné notre rationalité dans nos machines et leur avons délégué
nombre de nos choix et de ce fait nous avons créé un monde au-delà de notre propre
compréhension. Ce siècle commence avec une note d’incertitude. Nous nous
apprêtons à vivre une crise financière causée par la mauvaise conception
informatique des risques de notre système bancaire, nous débattons du changement
climatique autour de ce que les ordinateurs prédisent des données. Nous avons lié
nos destinées, pas seulement entre nous tout autour du monde, mais à nos
technologies. Si le thème des Lumières était l’indépendance, notre propre thème est
l’interdépendance. Nous sommes maintenant tous reliés, les humains et les
machines. Bienvenue à l’aube de l’intrication.”
Pour Marissa Mayer de Google3, “l’internet n’a pas changé ce que l’on sait, mais ce
que l’on peut trouver”. “L’internet a mis l’ingéniosité et la pensée critique à l’avantgarde et a relégué la mémorisation des faits à l’exercice mental ou au divertissement.
Par l’abondance de l’information et la nouvelle emphase sur l’ingéniosité, l’internet
créé le sentiment que tout est connaissable ou trouvable – pour autant que vous
pouvez construire la bonne recherche, trouver le bon outil ou vous connecter aux
bonnes personnes. L’internet améliore la prise de décision et une utilisation plus
efficace du temps.
- Source : “The Edge Annual Question — 2010 : how is the internet changing the way you think?”
http://www.edge.org/q2010/q10_print.html ; cité in GUILLAUD H. « Comment l’internet transforme-t-il la façon dont on
pense ? » : http://www.internetactu.net/2010/02/09/comment-linternet-transforme-t-il-la-facon-dont-on-pense-15-un-reseaudhumains-et-de-machines-enchevetrees/ (traductions de l’auteur GUILLAUD H).
2
- http://www.edge.org/q2010/q10_print.html#hillis
3
- http://www.edge.org/q2010/q10_print.html#mayerm
1
41
Le Rapport
Conseil Économique, Social et Environnemental de la Région d’Auvergne
« Le numérique »
(…) La question importante n’est peut-être pas de savoir comment l’internet change
la manière dont l’on pense, mais plutôt comment l’internet apprend lui-même à
penser.”
Pour la professeure de psychologie à l’université de Stanford, Lera Boroditsky1,
l’internet augmente notre champ réceptif, comme l’ont fait jusqu’à présent tous les
outils humains. De nombreuses recherches ont montré que l’homme s’adapte de
manière spectaculaire à la façon dont il utilise le monde. Les chauffeurs de taxi
londoniens ont ainsi un hippocampe plus développé que la moyenne à mesure qu’ils
gagnent en connaissance pour manœuvrer dans les rues de Londres alors que
l’hippocampe est une partie du cerveau très impliquée dans la navigation justement.
Jouer à des jeux améliore l’attention spatiale des gens et la capacité à suivre des
objets… La plupart des technologies d’ailleurs ne se présentent pas comme telles,
elles semblent juste des extensions naturelles de nos esprits, comme l’écriture, le
langage ou la capacité à compter. “Pourtant, être capable d’écrire les choses, de
dessiner des diagrammes, et autrement externaliser le contenu de notre esprit en
quelque format stable a considérablement augmenté nos capacités cognitives et
communicatives.”
“Plus que de modeler la façon dont on pense, l’internet modèle la façon dont
comment on pense qu’on pense”, ironise la chercheuse, comme une réponse en
forme de boutade à la question posée.
b) L’internet est devenu un modèle de conception
Pour Neil Geshenfeld, le directeur du Centre pour les bits et les atomes de l’Institut
de technologie du Massachusetts, l’initiateur des FabLabs, ce sont les idées
originales que les pionniers ont mis dans l’internet qui sont le plus intéressantes2.
Comme l’interopérabilité, l’évolutivité, le principe de bout en bout, les standards
ouverts… Ces idées simples comptent plus que jamais, d’autant que l’internet est
désormais nécessaire dans des lieux où il n’a encore jamais été. Elles devraient se
répandre chez tous les ingénieurs… Mais force est de constater que ce n’est pas
encore le cas.
c) L’internet nous empêche de le comprendre
Pour Neri Oxman, architecte et chercheuse au MIT, fondatrice du laboratoire de
Materialecology : « Le web est l’hypermnésie humaine… “Une anthologie inépuisable
de toutes les choses enregistrées”. Mais ceci n’est pas sans conséquence. « Si l’on
croit que la matière de la production intellectuelle, que ce soit dans les arts ou la
science, est guidée par la capacité critique à modeler la réalité, à mesurer
l’information et à s’engager dans la pensée abstraite, où allons-nous à l’âge de
l’internet ? (…) L’instanciation de l’internet inhibe la nature cognitive de la pensée
créative et réfléchie. » En nous empêchant de prendre du recul sur lui-même par son
instanciation constante, l’internet nous empêche de le comprendre.
1
2
- http://www.edge.org/q2010/q10_print.html#boroditsky
- http://www.edge.org/q2010/q10_print.html#gershenfeld
42
Conseil Économique, Social et Environnemental de la Région d’Auvergne
« Le numérique »
Le Rapport
d) Pour le comprendre, il nous faut inventer une nouvelle science
« Au milieu des années 1700, Samuel Johnson avait observé qu’il y avait deux sortes
de connaissances : ce que vous savez et ce que vous savez où chercher », explique
le prospectiviste Paul Saffo1. L’imprimerie a été l’outil de la révolution du savoir et de
la connaissance et le Grand dictionnaire de la langue anglaise de Johnson en fut un
parfait exemple. Désormais, l’important devient de savoir où obtenir ce que nous
cherchons : c’est ce que les machines nous permettent. « Les calculatrices
électroniques n’étaient pas de simples substituts aux règles à calcul d’antan : elles ont
rendu le calcul pratique et accessible à tous. L’internet change notre manière de
penser en donnant le pouvoir de chercher au plus banal des utilisateurs. Nous avons
démocratisé la manière de trouver le savoir de la même manière que l’édition du
XVIIIe siècle a démocratisé l’accès aux connaissances. »
« L’internet a changé notre façon de penser, mais s’il doit devenir un changement pour
le mieux, nous devons ajouter un troisième type de connaissance à la liste de Johnson
: la connaissance qui nous importe. » L’explosion de l’impression a développé une
nouvelle discipline du savoir : celle de l’organisation de la connaissance. Ainsi,
maintenant, “il nous faut apprendre à savoir ce qui importe”, explique Paul Saffo.
2) La question de l’attention devient centrale
a) L’internet nous rend-il plus attentifs ?
Pour le « gourou des nouvelles technologies » Kevin Kelly2, l’internet nous permet de
porter plus d’attention à des travaux plus complexes, plus gros et plus compliqués
qu’avant. « Ces nouvelles créations contiennent plus de données, requièrent plus
d’attention sur des périodes longues et ces travaux sont plus réussis à mesure que
l’internet s’étend. »
Un avis que partage bien évidemment Albert-Laszlo Barabasi3, le spécialiste de
l’étude des réseaux, directeur du Centre de recherche sur les réseaux complexes et
auteur de Linked, qui n’aurait pas pu travailler sans l’internet. « La plupart de mes
recherches consistent à trouver des principes organisateurs – des lois et des
mécanismes – qui s’appliquent non pas à un, mais à de nombreux systèmes
complexes. »” Internet est mon sixième sens, reconnaît-il et il a transformé la façon
« dont j’approche les problèmes ».
Un avis que ne partage pas4 le philosophe Daniel Dennett, professeur au Centre
d’études cognitives de la Tufts University. Pourtant, celui-ci également se trouve être
un penseur plus réactif avec l’internet, mais pas dans le bon sens. « Tant de bonnes
raisons nous poussent à prendre toutes ces interruptions au sérieux »”, comme cette
réponse qu’il reconnait devoir faire à The Edge.
- http://www.edge.org/q2010/q10_print.html#saffo
- http://www.edge.org/q2010/q10_print.html#kelly
3
- http://www.edge.org/q2010/q10_print.html#barabasi
4
- http://www.edge.org/q2010/q10_print.html#dennett
1
2
43
Le Rapport
Conseil Économique, Social et Environnemental de la Région d’Auvergne
« Le numérique »
« À ce jour, mes tentatives pour parer à cette tendance indésirable en relevant le seuil
de mon étanchéité n’ont pas réussi à me maintenir face à cette surenchère sans fin
de sollicitations ». « Nous sommes tous aujourd’hui en possession d’un pouvoir
presque absolu dans plusieurs (mais pas toutes) dimensions de la pensée. Et cela
déforme énormément l’équilibre entre ce qui est dur et ce qui est facile. Cela doit
donc également nous corrompre tous d’une manière que nous ne savons pas encore
empêcher. »
b) L’attention est l’alphabétisme du XXIe siècle
La Cushing Academy, une école pour l’élite du Massachusetts a annoncé en
septembre 2009, qu’elle remplaçait les livres de sa bibliothèque par des ordinateurs,
devenant certainement la première bibliothèque sans livre, raconte Nicholas Carr1. Or,
l’hypothèse qui préside à ce renoncement suppose que les mots soient les mêmes
qu’ils soient imprimés sur du papier ou formés de pixels ou d’encre électronique sur
un écran. Pourtant, l’expérience de lecture est différente selon le milieu, rappelle
Carr : “Un livre qui attire notre attention nous isole de la myriade de distractions qui
remplissent notre vie quotidienne, alors qu’un ordinateur en réseau fait exactement le
contraire. Il est conçu pour disperser notre attention.”
“Ma façon de lire et mes habitudes de pensée ont radicalement changé depuis que
j’ai ouvert une session sur le Net. Je fais maintenant l’essentiel de mes lectures et
recherches en ligne. Alors que je suis devenu plus habile à naviguer sur le net, j’ai
connu un déclin constant de ma capacité à maintenir mon attention”, comme il
l’expliqua dans « Est-ce que Google nous rend idiot ? » “Sachant que la profondeur
de notre pensée est directement liée à l’intensité de notre attention, il est difficile de
ne pas conclure que, à mesure que nous nous adaptons à l’environnement intellectuel
du Net, notre pensée devient moins profonde. (…) Ma propre expérience me porte à
croire que ce que nous risquons de perdre sera au moins aussi grand que ce que
nous avons à gagner”, rappelle Nicholas Carr.
Face au problème de l’attention, la réponse de l’auteur des Foules intelligentes,
Howard Rheingold, est plus subtile. Pour lui, l’internet transforme profondément
notre capacité de concentration, mais il est capable de nous rendre plus attentifs
seulement si nous nous en donnons les moyens. “Les médias numériques et les
réseaux savent renforcer les gens qui ont appris à les utiliser – et présentent des
dangers pour ceux qui ne savent pas s’en servir.” Il est facile de tomber dans la
distraction, la désinformation, la superficialité, la crédulité, la dépendance,
l’aliénation… explique le chercheur qui se dit inquiet par le manque d’alphabétisme
des internautes (qui savent mal se protéger, ont du mal à trouver des informations et
ne savent pas les vérifier…). “Autant de tentations qui menacent surtout les esprits
non entraînés. Apprendre la discipline mentale qui convient pour utiliser ces “outils à
penser” sans perdre sa capacité à se concentrer est l’un des prix que je suis content
d’avoir payé pour accéder à ce que le web a à offrir.”
1
- http://www.edge.org/q2010/q10_print.html#carrn
44
Conseil Économique, Social et Environnemental de la Région d’Auvergne
« Le numérique »
Le Rapport
c) La technologie ne suffit pas : il faut améliorer les savoirs et les savoir-faire
Pour Rheingold, la capacité à se concentrer, à prêter attention, est devenue un
apprentissage fondamental à acquérir pour utiliser ces outils. Faisant référence à
Douglas Engelbart, pour lui, il ne fait pas de doute que ces outils visent à “accroître
la capacité de l’homme à approcher des situations problématiques complexes”.
Reste que ces techniques d’augmentation comme les appelait Engelbart nécessitent
aussi d’améliorer les savoirs et les savoir-faire.
“L’attention est l’alphabétisation fondamentale”, explique encore Rheingold. “Chaque
seconde que je passe en ligne, je dois faire des choix pour savoir comment dépenser
au mieux mon attention”. Et ces choix ne sont pas isolés : nos décisions sont visibles
pour d’autres, profitent à d’autres comme les décisions des autres nous profitent. “Le
partage des connaissances et l’action collective impliquent la collaboration dans
l’alphabétisation.” L’évaluation de la crédibilité est une autre alphabétisation
essentielle. Comprendre les paramètres de confidentialité de Facebook devrait être
un autre enseignement essentiel, explique Rheingold parce qu’ils nous disent
comment gérer le fonctionnement des réseaux, pour être capable de les maîtriser.
“Il est inévitable que les gens utilisent l’internet de manière à influencer la façon dont
ils pensent et ce qu’ils pensent. Ces influences ne seront pas nécessairement
destructrices. La puissance des biens communs numériques dépendra de savoir si
plus d’une infime minorité des utilisateurs du Net deviendront des Netizens
alphabétisés.”
3) L’Internet a-t-il changé notre expérience personnelle et sociale ?
a) L’internet affecte jusqu’à notre Moi
Pour le philosophe Thomas Metzinger du département de philosophie de l’université
de Mainz, “l’Internet reconfigure mon cerveau. Il ne change pas seulement la manière
dont je pense. L’influence est bien plus profonde. Elle pénètre déjà mes rêves.”
“Nous l’utilisons pour le stockage de notre mémoire externe, comme une prothèse
cognitive, émotionnelle et autorégulatrice. Nous pensons avec l’aide de l’internet, et
il nous aide à déterminer nos désirs et nos objectifs. Ses affordances nous infectent,
érodant subtilement notre sentiment de contrôle. Nous apprenons à accomplir
plusieurs tâches simultanément, notre capacité d’attention est de plus en plus courte,
et beaucoup de nos relations sociales prennent un caractère étrangement
désincarné. Certains logiciels nous disent: “Vous êtes maintenant ami avec Peter
Smith !”… quand nous étions simplement trop timides pour cliquer sur le bouton
“Ignorer”.”
Pour Thomas Metzinger également, le cœur du problème repose sur la gestion de
l’attention : « L’attention est un produit fini, et il est absolument essentiel pour vivre
une bonne vie. Nous avons besoin de l’attention afin d’écouter réellement les autres
– ainsi que nous-mêmes. Nous avons besoin d’attention pour profiter vraiment des
plaisirs sensoriels, ainsi que pour apprendre efficacement. Nous en avons besoin pour
être réellement présents lors de nos rapports sexuels, comme pour simplement
contempler la nature.
45
Le Rapport
Conseil Économique, Social et Environnemental de la Région d’Auvergne
« Le numérique »
Notre cerveau ne peut produire qu’une quantité limitée de cette précieuse ressource
chaque jour. Aujourd’hui, les industries, la publicité et les spectacles attaquent les
fondements mêmes de notre capacité d’expérience. Ils essaient de nous dépouiller
de la plupart de nos ressources rares, et ils le font de manière toujours plus
persistante et intelligente. Nous savons tout cela. Mais voici quelque chose que nous
commençons tout juste à comprendre – que l’internet affecte notre sentiment du Moi,
et à un niveau fonctionnel plus profond.
La conscience est l’espace de l’agencement de l’attention (…). En tant qu’agent
d’attention, vous pouvez initier un changement dans l’attention et, pour ainsi dire,
braquer directement votre lampe de poche intérieure vers certains objectifs (…). Dans
de nombreuses situations, les gens perdent la propriété de l’agencement de
l’attention, et par conséquent leur sentiment de soi est affaibli. Les nourrissons ne
peuvent contrôler leur attention visuelle, leur regard semble errer sans but d’un objet
à un autre, parce que cette partie de leur être n’est pas encore consolidée. (…) Dans
d’autres cas aussi, comme l’ivresse grave ou la démence sénile, vous perdez la
capacité à diriger votre attention – et, corrélativement, vous gagnez l’impression que
votre “moi” se désagrège. (…).
S’il est vrai que l’expérience de contrôler et de maintenir la concentration de
l’attention est l’une des couches plus profondes de l’ipséité phénoménale1, alors ce
à quoi nous assistons actuellement n’est pas seulement une attaque organisée sur
l’espace de la conscience en soi, mais une forme légère de dépersonnalisation. Ces
nouveaux environnements médiatiques créent une nouvelle forme d’éveil qui
ressemble à un état faiblement subjectif : un mélange de rêve, de démence, d’ivresse
et d’infantilisation. Nous faisons tout cela ensemble, tous les jours. J’appelle cela le
rêve public ».
b) La question de l’attention à l’heure des interfaces du subconscient
Pour David Dalrymple, chercheur, responsable du Projet Machine à penser à l’Institut
de technologie du Massachusetts, certes, “Le filtrage, plus que l’oubli, est la
compétence la plus importante de ceux qui utilisent l’internet”. Pour le chercheur,
l’internet a trois conséquences primaires : l’information n’est plus stockée par les
gens, mais est gérée par l’internet ; l’attention est de plus en plus difficile à atteindre
dans un monde où les distractions sont partout ; l’internet nous permet de parler et
d’écouter le monde sans effort. La connaissance était auparavant une propriété d’une
personne et la concentration était imposée par le contexte. Désormais, c’est l’inverse
et cette tendance va se poursuivre avec le développement des “interfaces du
subconscient” comme les appelle David Dalrymple. D’ici 50 ans, la communication
directe depuis nos neurones va rendre la réalité virtuelle plus réelle que la perception
sensorielle traditionnelle. “L’information et l’expérience pourraient être échangé entre
notre cerveau et le réseau sans aucune action consciente.” Tant et si bien qu’un jour
toutes les connaissances et expériences seront partagées universellement et que la
notion d’individu ne sera qu’un moment d’une attention particulière de chacun…
1
- L’ipséité phénoménale est le pouvoir d’un sujet pensant de se représenter lui-même comme demeurant le même, malgré
tous les changements physiques et psychologiques qui peuvent advenir à sa personne au cours de son existence.
46
Conseil Économique, Social et Environnemental de la Région d’Auvergne
« Le numérique »
Le Rapport
c) L’internet change la façon dont on vit l’expérience
Pour les artistes Eric Fischl et April Gornik, l’internet a changé la façon dont ils posent
leur regard sur le monde. “Pour des artistes, la vue est essentielle à la pensée. Elle
organise l’information et permet de développer des pensées et des sentiments. La
vue c’est la manière dont on se connecte.” Pour eux, le changement repose surtout
sur les images et l’information visuelle ou plus précisément sur la perte de
différenciation entre les matériaux et le processus : toutes les informations d’ordres
visuelles, quelles qu’elles soient, se ressemblent. L’information visuelle se base
désormais sur des images isolées qui créent une fausse illusion de la connaissance
et de l’expérience.
“Comme le montrait John Berger, la nature de la photographie est un objet de
mémoire qui nous permet d’oublier. Peut-être peut-on dire quelque chose de similaire
à propos de l’internet. En ce qui concerne l’art, l’internet étend le réseau de
reproduction qui remplace la façon dont on fait l’expérience de quelque chose. Il
remplace l’expérience par le fac-similé.”
Le jugement de Brian Eno, le producteur musical, est assez proche. “Je note que
l’idée de l’expert a changé. Un expert a longtemps été quelqu’un qui avait accès à
certaines informations. Désormais, depuis que tant d’information est disponible à
tous, l’expert est devenu quelqu’un doté d’un meilleur sens d’interprétation. Le
jugement a remplacé l’accès.” Pour lui également, l’internet a transformé notre
rapport à l’expérience authentique (l’expérience singulière dont on profite sans
médiation). “Je remarque que plus d’attention est donnée par les créateurs aux
aspects de leurs travaux qui ne peuvent pas être dupliqués. L’authentique a remplacé
le reproductible.”
d) Le pouvoir de la conversation
Pour la philosophe Gloria Origgi, chercheuse à l’Institut Nicod à Paris : l’internet
révèle le pouvoir de la conversation1, à l’image de ces innombrables échanges par
mails ou sur les réseaux sociaux qui ont envahi nos existences. L’occasion pour la
philosophe de rappeler combien le dialogue permet de penser et construire des
connaissances. “Quelle est la différence entre l’état contemplatif que nous avons
devant une page blanche et les échanges excités que nous avons par l’intermédiaire
de Gmail, Skype avec un collègue qui vit dans une autre partie du monde ?” Très peu,
répond la chercheuse. Les articles et les livres que l’on publie sont des conversations
au ralenti. “L’internet nous permet de penser et d’écrire d’une manière beaucoup plus
naturelle que celle imposée par la tradition de la culture de l’écrit : la dimension
dialogique de notre réflexion est maintenant renforcée par des échanges continus et
liquides”. Reste que nous avons souvent le sentiment, coupable, de gaspiller notre
temps dans ces échanges, sauf à nous “engager dans des conversations
intéressantes et bien articulées”. C’est à nous de faire un usage responsable de nos
compétences en conversation. “Je vois cela comme une amélioration de notre façon
d’extérioriser notre façon de penser : une façon beaucoup plus naturelle d’être
intelligent dans un monde social.”
1
- http://www.edge.org/q2010/q10_print.html#origgi
47
Le Rapport
Conseil Économique, Social et Environnemental de la Région d’Auvergne
« Le numérique »
Pour Yochaï Benkler, professeur à Harvard et auteur de la Puissance des réseaux, le
rôle de la conversation est essentiel. A priori, s’interroge le savant, l’internet n’a pas
changé la manière dont notre cerveau accomplit certaines opérations. Mais en
sommes-nous bien sûr ? Peut-être utilisons-nous moins des processus impliqués
dans la mémoire à long terme ou ceux utilisés dans les routines quotidiennes, qui
longtemps nous ont permis de mémoriser le savoir…
Mais n’étant pas un spécialiste du cerveau, Benkler préfère de beaucoup regarder
“comment l’internet change la façon dont on pense le monde”. Et là, force est de
constater que l’internet, en nous connectant plus facilement à plus de personnes,
permet d’accéder à de nouveaux niveaux de proximité ou d’éloignement selon des
critères géographiques, sociaux, organisationnels ou institutionnels. Internet ajoute à
cette transformation sociale un contexte “qui capte la transcription d’un très grand
nombre de nos conversations”, les rendant plus lisibles qu’elles ne l’étaient par le
passé. Si nous interprétons la pensée comme un processus plus dialogique et
dialectique que le cogito de Descartes, l’internet permet de nous parler en nous
éloignant des cercles sociaux, géographiques et organisationnels qui pesaient sur
nous et nous brancher sur de tout autres conversations que celles auxquelles on
pouvait accéder jusqu’alors.
“Penser avec ces nouvelles capacités nécessite à la fois un nouveau type d’ouverture
d’esprit, et une nouvelle forme de scepticisme”, conclut-il. L’internet exige donc que
nous prenions la posture du savant, celle du journaliste d’investigation et celle du
critique des médias.
e) L’Internet permet une mondialisation intellectuelle
Pour le neuroscientifique français, Stanislas Dehaene, auteur des Neurones de la
lecture, l’internet est en train de révolutionner notre accès au savoir et plus encore
notre notion du temps. Avec l’internet, les questions que pose le chercheur à ses
collègues à l’autre bout du monde trouvent leurs réponses pendant la nuit, alors qu’il
aurait fallu attendre plusieurs semaines auparavant. Ces projets qui ne dorment
jamais ne sont pas rares, ils existent déjà : ils s’appellent Linux, Wikipédia, OLPC…
Mais ce nouveau cycle temporel a sa contrepartie. C’est le turc mécanique
d’Amazon, ces “tâches d’intelligences humaines”, cet outsourcing qui n’apporte ni
avantage, ni contrat, ni garantie à ceux qui y souscrivent. C’est le côté obscur de la
mondialisation intellectuelle rendue possible par l’internet.
Pour Barry C. Smith, directeur de l’Institut de l’école de philosophie de l’université de
Londres, internet est ambivalent. “Le privé est désormais public, le local global,
l’information est devenue un divertissement, les consommateurs des producteurs,
tout le monde est devenu expert”… Mais qu’ont apporté tous ces changements ?
L’internet ne s’est pas développé hors le monde réel : il en consomme les ressources
et en hérite des vices. On y trouve à la fois le bon, le fade, l’important, le trivial, le
fascinant comme le repoussant. Face à l’accélération et l’explosion de l’information,
notre désir de connaissance et notre soif à ne rien manquer nous poussent à
grappiller “un petit peu de tout et à chercher des contenus prédigérés, concis,
formatés provenant de sources fiables. Mes habitudes de lecture ont changé me
rendant attentif à la forme de l’information. Il est devenu nécessaire de consommer
des milliers de résumés de revues scientifiques, de faire sa propre recherche rapide
pour scanner ce qui devrait être lu en détail.
48
Conseil Économique, Social et Environnemental de la Région d’Auvergne
« Le numérique »
Le Rapport
On se met à débattre au niveau des résumés. (…) Le vrai travail se fait ailleurs.” Il y a
un danger à penser que ce qui n’apporte pas de résultat à une requête sur l’internet
n’existe pas, conclut le philosophe.
f) L’Internet n’a rien changé
Tous les experts interrogés par The Edge ne sont pas des techno-enthousiastes. Pour
Ian Wilmut, directeur du Centre de médecine régénérative de l’université
d’Edinburgh : “l’usage d’internet n’a pas changé la façon dont je pense, mais il m’a
permis d’accéder facilement et immédiatement à une extraordinaire diversité d’idées
et d’information.” Reste que ce n’est qu’une extension de l’information telle qu’on la
trouvait déjà sur les premières tablettes d’argiles, estime le biologiste.
Pour Nicholas A. Christakis médecin et spécialiste en sciences sociales, professeur
au Département de sociologie de l’université d’Harvard, auteur de Connected, les
nouvelles techniques d’augmentation cognitives, matérielles ou logicielles, internes
ou externes à notre corps, ne changent pas plus notre esprit que les techniques plus
anciennes. Aucune ne modifie le cerveau, estime le chercheur. Même si les types plus
complexes de logiciels externes, qui ont tendance à associer communication et
interaction, sont plus spécifiquement sociaux, l’internet n’est pas différent des autres
technologies d’amélioration du cerveau comme les livres ou la téléphonie. Il serait
plus exact d’affirmer que “notre réflexion a donné naissance à l’internet et que
l’internet a donné naissance à notre réflexion.”
“J’ai appris la géométrie, le calcul et les mathématiques à l’école d’une manière qui
aurait sans doute étonné des mathématiciens des siècles passés. Mais comme bien
d’autres étudiants, j’ai fait ceci avec le même cerveau que celui que nous avons
depuis des millénaires. Les maths ont certainement influencé la façon dont je pense
le monde, mais ont-ils changé ma façon de penser ? Ont-ils changé mon cerveau ?
La réponse me semble en grande partie non. »
L’intelligence de notre cerveau a évolué en réponse aux exigences de la complexité
sociale, affirme l’auteur en reprenant « l’hypothèse du cerveau social ». Selon lui, « le
fait que la taille effective d’un groupe humain (comme les unités militaires) n’ait pas
significativement changé, malgré les progrès de nos technologies de communication,
donne à penser que ce n’est pas la technologie qui est essentielle à notre
performance ». Au contraire, estime-t-il. Le facteur essentiel repose plutôt sur la
capacité de l’esprit humain à former des cartes mentales pour comprendre les
relations. Et de ce côté-là, l’internet n’a pas changé la capacité de notre cerveau à se
représenter le monde qui l’entoure. « Nous sommes la même espèce, après l’internet
comme avant (…) l’internet ne change pas la réalité fondamentale de ma pensée, pas
plus qu’il ne change notre propension fondamentale à la violence ou notre capacité
innée à l’amour ».
g) L’internet peut tout changer
L’internet est devenu un usage majoritaire dans le monde développé depuis moins
d’une décennie, mais nous pouvons déjà en saisir quelques avantages
caractéristiques (il a considérablement amélioré l’accès à l’information, a permis la
collaboration à très grande échelle…) et autant d’inconvénients (distractions
constantes…). « Nous vivons, pour notre malheur, la plus grande augmentation de la
capacité expressive de l’histoire de l’homme. Ce qui était rare et précieux avant a
cessé de l’être » explique le professeur Clay Shirky, auteur de « Here come
Everybody ».
49
Le Rapport
Conseil Économique, Social et Environnemental de la Région d’Auvergne
« Le numérique »
Et d’insister sur le choc de l’inclusion où les professionnels des médias cèdent la
place à la participation de deux milliards d’amateurs, ce qui a bien sûr pour
conséquence de faire baisser la qualité moyenne de la pensée publique.
Pourtant, ce n’est peut-être pas ce constat qui est important, estime-t-il. Il est trop
tôt pour répondre à la question, parce que les changements profonds ne seront
manifestes que lorsque les nouvelles formes culturelles rendues possibles par la
technologie seront assimilées. L’effet principal de l’internet sur notre façon de penser
est difficile à révéler quand il affecte le milieu culturel de la pensée – via un moyen de
partage bon marché instantané et global -, et pas seulement le comportement des
utilisateurs. L’internet pourrait bien devenir un collège invisible, pour faire référence à
cette société de savant qui aurait inventé aux temps modernes la méthode
scientifique par l’échange et la validation entre les pairs. Il pourrait permettre à
chacun d’accéder à un matériel éducatif minimum dans un océan de narcissisme et
d’obsessions sociales. Mais pour cela, il faudra que nous adoptions des normes de
partage ouvertes et un fonctionnement participatif, dans un monde où
l’éditorialisation est devenue la nouvelle « littéracie », c’est-à-dire la nouvelle
compétence à acquérir.
Pour le célèbre biologiste évolutionniste, Richard Dawkins, « le web est une œuvre de
génie, l’une des réalisations les plus élevées de l’espèce humaine, dont la qualité la
plus remarquable est qu’il n’a pas été construit par un génie individuel, comme Tim
Berners-Lee, Steve Wozniak ou Alan Kay, ni par une entreprise comme Sony ou IBM,
mais par une confédération anarchiste d’unités largement anonymes situées partout
dans le monde ». Malgré les nombreux défauts qu’il constate également dans le
fonctionnement d’internet, Dawkins veut rester optimiste, à l’image du projet
Wikipédia, qui arrive le plus souvent à faire mouche dans la qualité de ses articles. La
rapidité et l’ubiquité de l’internet contribuent au fait que nous devons être plus
critiques qu’au temps des livres imprimés. « Nous pouvons espérer qu’un internet
plus rapide, plus omniprésent et moins cher hâte la chute des ayatollahs, des mollahs,
des papes, des télévangélistes et tous ceux qui exercent le pouvoir grâce au contrôle
des esprits crédules ».
4) Ce qu’Internet a changé dans notre rapport à la culture
Internet a-t-il bousculé le rapport que les Français entretiennent avec la culture ?
C’est ce qu’a cherché à analyser le ministère de la Culture et de la Communication
en réalisant, entre 2007 et 2008, une vaste enquête de terrain pour mieux
appréhender les comportements des Français dans les domaines de la culture et des
médias. Dirigée par le sociologue Olivier Donnat et intitulée Enquête sur les pratiques
culturelles des Français à l’ère numérique, elle souligne le tournant fondamental
opéré par l’essor de la culture numérique et d’Internet.
En moins de dix ans, notre accès et notre rapport à la culture ont été profondément
bouleversés par le développement du numérique et des nouvelles technologies.
50
Conseil Économique, Social et Environnemental de la Région d’Auvergne
« Le numérique »
Le Rapport
Il existe désormais une corrélation très forte entre notre façon de participer à la vie
culturelle – en écoutant de la musique, en lisant la presse ou des livres, en
fréquentant les lieux de spectacle ou du patrimoine – et notre propension à enrichir
ce que l’on nomme communément notre «parc audiovisuel domestique» : ordinateurs
portables et accès à Internet à haut débit, home cinema, tablettes numériques,
smartphones et lecteurs MP3 ont considérablement élargi nos moyens
d’appréhender et d’accéder à la culture.
Réalisée par le département des études, de la prospective et des statistique (DEPS)
au ministère de la Culture et de la Communication, l’enquête qu’a menée le chargé
de recherche Olivier Donnat, cherche à étudier de la manière la plus exhaustive
possible les pratiques culturelles des Français « à l’heure du Web 2.0. et du tout
digital ».
Faisant suite à la dernière enquête nationale de 1997, 5004 personnes âgées de plus
de quinze ans et vivant en France métropolitaine ont ainsi été interrogées de
novembre 2007 à février 2008 en face-à-face pendant près de cinquante minutes. Le
questionnaire d’une centaine de questions qui leur était soumis abordait l’ensemble
des formes de participation à la vie culturelle, aussi bien la consommation culturelle
à travers les médias dits traditionnels (télévision, radio, presse écrite) que les
nouvelles technologies liées à la révolution Internet.
Une note de synthèse des résultats de l’enquête a également été réalisée30. Les
résultats de l’enquête révèlent « l’ampleur des effets d’une décennie de mutations
induites par l’essor de la culture numérique et de l’Internet ».
a) L’avènement de la « culture de l’écran »
Si c’est bien depuis la fin des années 1990 que l’on assiste à des progrès
technologiques permanents qui permettent de consommer, d’échanger ou encore de
stocker toujours plus de contenus audiovisuels, c’est avec l’apparition d’Internet et
la généralisation des connexions à haut débit dans les foyers et sur les lieux de travail
que notre rapport à la culture et à l’art s’est vu fondamentalement bouleversé. Avec
les progrès considérables en matière d’équipement numérique, Internet a permis ce
qu’Olivier Donnat nomme une «dématérialisation des contenus» : musique, films,
livres sont désormais consommés directement sur nos écrans d’ordinateurs ou de
smartphones grâce à notre connexion Internet.
Cet essor de la «culture de l’écran» s’accompagne d’une profonde évolution de notre
manière d’appréhender la culture. Derrière notre écran d’ordinateur, de notre tablette
numérique ou de notre téléphone portable, il est à présent difficile de définir
clairement la frontière entre culture et distraction, « entre le monde de l’art et ceux du
divertissement et de la communication ».
De même, l’enquête réalisée par Olivier Donnat révèle que le développement du
numérique et la généralisation de la connexion à haut débit «ont profondément
transformé le paysage des pratiques amateurs» notamment dans les domaines de la
vidéo et de la photographie, mais aussi ceux de l’écriture, de la musique et des arts
graphiques.
1
- DONNAT O., Les pratiques culturelles des Français à l’ère numérique, La Documentation française, 2009.
51
Le Rapport
Conseil Économique, Social et Environnemental de la Région d’Auvergne
« Le numérique »
b) La désertion des ondes
Véritable «média à tout faire», utilisé par plus de la moitié des Français dans le cadre
de leur temps libre, Internet est avant tout un média populaire chez les jeunes
générations. Ainsi, près de 60 % des jeunes âgés de 15 à 34 ans l’utilisent
quotidiennement ou presque. Ce pourcentage tend cependant à décroître au delà de
35 ans : «les jeunes générations et les milieux favorisés sont les principaux
utilisateurs de l’Internet et des nouveaux écrans, à la différence de la télévision, dont
la consommation a toujours été plutôt le fait des personnes âgées et peu diplomées».
Depuis la dernière enquête de 1997, on constate ainsi que le temps d’écoute de la
télévision chez les moins de 24 ans a tendance à décliner au profit du temps qu’ils
passent devant les nouveaux écrans. A contrario, la durée d’écoute de la télévision
augmente avec l’âge, et celle passée devant les nouveaux écrans diminue ; il en est
de même lorsque l’on ne dispose que d’un faible niveau de revenu : les personnes
âgées de 55 ans et plus, ainsi que les ouvriers, passent en moyenne 25 heures
hebdomadaires devant le petit écran.
La radio aussi est victime d’un déficit d’écoute. Avec la multiplication des moyens
d’écoute de la musique ou de diffusion de l’information en ligne (MP3, podcasts, sites
de musique en streaming comme Deezer ou Spotify), la radio doit essuyer une légère
diminution de la proportion de ses auditeurs quotidiens. Surtout, ceux-ci ont
considérablement diminué leur temps d’écoute, notamment chez les moins de
24 ans. Seuls les 55 ans et plus sont, comme pour la télévision, restés fidèles à la
radio, qu’ils écoutent chaque jour pour 65 % d’entre eux en moyenne, tout en
augmentant leur durée d’écoute hebdomadaire.
c) De la culture américaine
L’enquête menée par Olivier Donnat révèle également que les progrès numériques, et
en particulier la possibilité de dématérialiser son rapport à la musique, a permis à
celle-ci, certes, de devenir plus accessible, mais aussi de rythmer notre quotidien :
grâce aux lecteurs MP3, aux téléphones multifonctions ou à l’ordinateur portable, il
est désormais habituel de vivre en musique chez soi, au travail ou dans les transports
en commun.
Surtout, l’association des progrès technologiques et des effets de la mondialisation
a permis un profond renouvellement des préférences musicales, voire des références
culturelles en général : « plus on est jeune, plus la préférence pour la musique anglosaxonne est marquée » : rock, pop et rn’b sont désormais préférés à la chanson
française pour 44 % des 15-19 ans.
Il en va de même pour les choix en matière de films : les moins de 35 ans sont bien
davantage sensibles au cinéma hollywoodien que le sont les plus de 45 ans. Tout
comme ils préfèrent la variété française pour une large majorité d’entre eux, leurs
goûts cinématographiques se tournent plus généralement vers les productions
françaises.
52
Conseil Économique, Social et Environnemental de la Région d’Auvergne
« Le numérique »
Le Rapport
d) Des équipements culturels toujours aussi fréquentés
Si Internet a révolutionné le rapport à la culture des jeunes générations, celles-ci n’ont
pas pour autant cessé de participer de manière active à la vie culturelle : « La
profonde originalité de l’Internet tient dans ce paradoxe : bien qu’utilisé très
largement à domicile (…), ce nouveau média apparaît plutôt lié à la culture de sortie
dont sont porteurs les fractions jeunes et diplômées de la population, celles dont le
mode de loisir est le plus tourné vers l’extérieur du domicile et dont la participation à
la vie culturelle est la plus forte (…). Ainsi, la probabilité d’avoir été au cours des douze
derniers mois dans une salle de cinéma, un théâtre ou un musée ou d’avoir lu un
nombre important de livres croît-elle régulièrement avec la fréquence des
connexions ».
L’enquête sur les pratiques culturelles des Français fait en effet état d’une
remarquable stabilité d’ensemble des comportements en matière de sorties et de
visites culturelles. En 1997, 24 % des Français interrogés n’avaient fréquenté aucun
équipement culturel au cours de l’année ; en 2008, ils sont 23 %.
Certains équipements culturels sont cependant plus appréciés que d’autres. C’est le
cas notamment du cinéma : en 2008, 57 % des Français se sont déplacés dans les
salles obscures, contre 49 % onze ans plus tôt. D’autres, en revanche, sont de moins
en moins fréquentés, comme les bibliothèques et médiathèques : seuls 28 % des
Français s’y sont rendus au moins une fois dans les douze derniers mois.
Les résultats de l’enquête indiquent aussi un relatif vieillissement des publics
fréquentant les équipements culturels. La raison ? Le poids de plus en plus
conséquent des seniors dans la population française, mais aussi parfois la
désaffection des jeunes pour la vie culturelle hors de leur domicile.
e) La lecture : grande perdante de l’enquête
Les résultats les plus inquiétants de l’enquête concernent la pratique de la lecture
qui, depuis les années 1980, décline irrémédiablement, qu’il s’agisse de la lecture de
la presse payante ou de celle de livres en dehors de tout cadre scolaire ou
professionnel. Comme en 1997, on constate un net recul du nombre de lecteurs .
De même, le nombre de livres lus par an a considérablement diminué : « il y a
aujourd’hui plus de Français à n’avoir lu aucun livre dans le cadre de leurs temps libre
au cours des douze derniers mois qu’il n’y en avait en 1997, et ceux qui n’ont pas
délaissé le monde du livre ont réduit leur rythme de lecture d’environ cinq livres par
an ».
Les résultats permettent de constater un vieillissement progressif du lectorat, ainsi
qu’un net creusement de l’écart entre les différents milieux sociaux.
Enfin, même si ce n’est pas là l’objet de cette étude sur le « Numérique », il faut
également noter en référence à la question du genre que les femmes restent
incontestablement de plus grosses lectrices que les hommes. Ils sont 36 % à
admettre n’avoir lu aucun ouvrage en 2008 contre 25 % de femmes.
53
Le Rapport
Conseil Économique, Social et Environnemental de la Région d’Auvergne
« Le numérique »
f) L’accès à la culture : un effet générationnel et social ?
Il est donc nécessaire de voir dans les préférences culturelles des Français de
véritables « effets générationnels ». Les personnes désormais âgées de plus de
65 ans (donc nées pendant ou avant la Seconde Guerre mondiale) sont restées
totalement à l’écart du tournant numérique qui s’est opéré en moins de dix ans.
A l’inverse, la génération issue du baby boom garde un intérêt très sensible pour la
culture, conservant à la fois ses usages traditionnels tout en s’ouvrant aux progrès
technologiques. Il en est de même pour la génération aujourd’hui âgée entre 30 et
40 ans qui a elle aussi bénéficié de la diversification de l’offre culturelle et est
parvenue à «saisir assez largement les potentialités offertes par la culture
numérique».
Enfin, la génération des moins de trente ans, que l’on pourrait presque qualifier de
digital native ne peut aujourd’hui appréhender la culture sans lier celle-ci à
l’avènement du numérique.
A l’image des travaux de Pierre Bourdieu, l’enquête de 2008 révèle également le lien
évident entre capital culturel et capital économique : « les résultats croisés selon les
critères rendant compte de la position sociale des individus (niveau de diplôme ou de
revenu, catégorie socioprofessionnelle…) peuvent conduire à penser que finalement
peu de choses ont changé depuis les premiers travaux de Bourdieu ».
En effet, qu’il s’agisse d’une consommation culturelle à domicile ou de la
fréquentation des équipements culturels, les cadres et les professions intellectuelles
supérieures ont un capital culturel supérieur. Viennent ensuite les professions
intermédiaires, puis les employés et artisans et commerçants, et enfin les agriculteurs
et les ouvriers qui, pour la plupart, n’accordent que peu d’intérêt à la culture.
Peut-on alors parler de « révolution numérique » si celle-ci ne concerne avant tout
que les fractions les plus aisées ou les plus jeunes de la population française ? Pour
Olivier Donnat, il est nécessaire de relativiser son impact : « si celle-ci a radicalement
modifié les conditions d’accès à une grande partie des contenus culturels et
déstabilisé les équilibres économiques dans les secteurs des industries culturelles et
des médias, elle n’a pas bouleversé la structure générale des pratiques culturelles ni,
surtout, infléchi les tendances d’évolution de la fin du siècle dernier ». Il faudra, pour
mesurer pleinement son impact sur les pratiques de la culture, attendre la prochaine
enquête nationale, en 2019.
A la suite des ces développements, il n’est pas inintéressant de s’attarder quelques
instants sur les changements apportés par la lecture numérique, sur écran et
connectée.
54
Conseil Économique, Social et Environnemental de la Région d’Auvergne
« Le numérique »
Le Rapport
5) Lire en numérique sur le web
En mettant sur un pied d’égalité l’Internet avec l’impact de l’imprimerie, par exemple,
Nicholas Carr tente d’amener un peu plus loin l’argument « Est-ce que Google nous
rend idiot? »1. Pour mieux comprendre, il vaut mieux faire appel d’abord à l’histoire et
voir comment les humains se sont adaptés à des transitions comparables2.
Les inquiétudes que nous avons sur l’Internet, les anciens Grecs les avaient déjà sur
cette nouvelle technologie qu’était l’écriture. Dans « La République », Platon fait dire
à Socrate, dans un passage resté célèbre, que la poésie n’a pas sa place dans la Cité
idéale. Comme l’explique Carr, cette attaque semble un peu tombée du ciel si l’on ne
comprend pas que la poésie signifiait chez Platon la tradition orale de la pensée
grecque. Des poèmes épiques, comme l’Illiade, étaient le moyen qu’avaient les Grecs
pour préserver et transmettre le savoir d’une génération l’autre. Platon démontre
comment la nouvelle technologie de l’écriture est supérieure parce qu’elle permet une
transmission ordonnée et logique du savoir. Et que cela permet de ne pas avoir à
répéter les choses des centaines de fois.
L’écrit en est sorti gagnant, mais on sait aujourd’hui toutes les technologies apportent
et retirent quelque-chose. Ainsi, pour plusieurs anthropologues, les cultures orales
faisaient preuve de performances verbales d’une grande valeur artistique et humaine
perdues pour toujours, avec la transition vers l’écrit. Mais sans écriture, nous
n’aurions probablement pas de science, d’histoire, ni de philosophie comme nous les
connaissons.
a) L’avènement du paradigme du « lecteur profond »
Au début, les livres n’avaient aucun espace entre les mots, et demandaient beaucoup
de travail pour être compris et, pour cela, ils étaient généralement lus à haute-voix.
Ensuite, des marques de ponctuation et des espaces entre les mots soulagèrent la
« charge cognitive » de la lecture. Le « lecteur profond » était né. Les lecteurs
s’entraînèrent à ignorer leur environnement (allant contre l’évolution darwinienne, qui
encourage la vigilance) et à se concentrer sur un texte. Les auteurs s’adaptèrent à ce
nouveau lecteur. « Les arguments, dans les livres, s’allongèrent et s’éclaircirent, et
gagnèrent aussi en complexité et en difficulté, vu que les auteurs s’efforçaient
consciemment à affiner leurs idées et leur logique », explique Carr. Des cabinets
privés furent construits dans les bibliothèques; et des livres de référence virent le jour
pour épauler le lecteur solitaire.
1
- CARR N. « Is Google Making Us Stupid? : What the Internet is doing to our brains »,
http://www.theatlantic.com/magazine/archive/2008/07/is-google-making-us-stupid/6868/
2
- Cité par AGGER M. « Je lis sur le Web donc je pense autrement », http://www.slate.fr/story/23291/je-lis-sur-le-web-doncje-pense-autrement, traduction de Peggy Sastre.
55
Le Rapport
Conseil Économique, Social et Environnemental de la Région d’Auvergne
« Le numérique »
La révolution suivante fut l’invention par Gutenberg de l’imprimerie. Dans une boucle
rétroactive positive, le public s’alphabétisa à mesure que le nombre de livres en
circulations augmentait. Certaines commencèrent à se plaindre d’un trop-plein
d’information. Le mélancolique Robert Burton le dit à sa façon : « Ils nous oppressent,
nos yeux ont mal de lire, et nos doigts de tourner ». Et pourtant, les livres se
développèrent inexorablement, c’était un moyen pratique pour mentionner des
informations importantes et de s’enquérir des dernières idées en date.
La pensée écrite commença sa domination séculaire. Les scientifiques, auteurs,
politiques, illuminés et poètes adoptaient tous le même principe de base: des esprits
attentifs, formés aux livres, seraient disposés et en mesure de suivre leurs arguments
et leurs intrigues complexes.
b) Le changement de paradigme en cours : le « lecteur de surface »
Mais aujourd’hui, dans le mouvement de la lecture, le passage sur le support
électronique ou web pose un problème qui semble venir des « liens hypertextes »
également appelés « hyperliens »1. L’hyperlien, qui est pourtant un des fondements
du Web et une des ses grandes utilités agit un peu comme un nid de poule dans une
phrase. Un lien pousse à arrêter la lecture et à évaluer le bienfondé d’un clic - ou pas activant les zones de prise de décision de l’esprit.
Les livres papier nous présentent un environnement plus passif, permettant à l’esprit
de se concentrer sur les mots, au lieu de voir constamment ailleurs pour chercher s’il
y a en a de nouveaux, et peut-être meilleurs. Carr le résume en ces termes : « Essayez
de lire un livre tout en faisant des mots-croisés; voici l’environnement intellectuel
d’Internet ».
A contrario, on peut penser que l’Internet nous aide à développer de nouveaux
esprits, qui peuvent traiter et évaluer l’information en des bouffées d’attention plus
brèves et directes. Des penseurs comme Tyler Cowen ont soutenu cette idée en
l’exprimant ainsi : « Je ne suis peut-être pas capable de penser profondément à
Proust comme je le faisais auparavant, mais je peux collecter des informations venant
de sources diverses, et je suis mieux informé des choses qui m’intéressent que je ne
l’ai jamais été ».
Ainsi, ce n’est pas que l’on n’apprend rien quand l’on surfe des sites et des flux
d’actualité, c’est plutôt que l’on est plus (moins ?) capable de faire les connexions
minutieuses que l’on faisait avant.
Et donc le problème ne vient pas forcément d’une information en ligne qui serait
d’une qualité moindre que celle des livres ou des conversations. Le problème, c’est
que nous la consommons dans un état de distraction.
La pensée écrite était une pensée capable d’attention, et l’attention est devenue l’une
des pierres angulaires de la mémoire (cf. supra).
1
- Un hyperlien ou lien hypertexte (ou simplement lien), est une référence dans un système hypertexte permettant de passer
automatiquement d'un document consulté à un document lié. Les hyperliens sont notamment utilisés pour permettre le passage
d'une page Web à une autre d'un simple clic.
56
Conseil Économique, Social et Environnemental de la Région d’Auvergne
« Le numérique »
Le Rapport
Si nous ne faisons preuve que d’une moitié d’attention, si nous sommes distraits par
tous les signaux et les alarmes de nos ordinateurs, ou si nous ne nous tracassons
plus à être attentifs parce qu’on pourra toujours « aller sur Google plus tard », nous
perdons l’occasion de construire des connexions durables dans nos cerveaux. Des
connexions qui pourraient un jour se mêler d’une façon inédite, des connexions qui
nous permettront de voir le monde sous un autre angle et de trouver de nouvelles
solutions.
De manière un peu provocante mais finalement justifiée, on peut ainsi conclure
comme Michaël Agger que l’on doit être réaliste en soulignant que la pensée écrite,
et capable d’attention, n’a peut-être pas encore totalement disparu comme le sont
les chants des poètes grecs, mais ne règnera bientôt plus. Et quand cela arrivera,
notre culture perdra quelque-chose d’ineffable. Et nous pourrions très vite oublier de
quoi il s’agit, ou s’agissait.
C) La question des données
Dans ce monde où sont rendues possibles pour chacun les extensions de sa propre
connaissance grâce à l’utilisation des TIC connectées, la question de la nature même
de la participation individuelle et de la part personnelle que chaque individu peut
mettre ou non dans ce mouvement doit-être posée. Ce qui caractérise notre identité
numérique, nos « données » et ce qui y est rattaché doit être tout particulièrement
connu et, si possible, maitrisé.
1) Données globales-sécurité globale
L’audition par la Commission spéciale d’un représentant de la Direction Centrale du
Renseignement Intérieur (DCRI) a permis de replacer cette question des données,
personnelles mais également collectives, institutionnelles ou sensibles, dans le cadre
plus large de la cyberdéfense.
Autour de ces questions liées à la sécurité, un premier effort de terminologie permet
de distinguer1 : Cyberespace, cyberdéfense, cyberguerre, cyberattaques,
cybercrminalité…
Ces nouvelles notions liées à l’univers informatique émergent depuis quelques
années. Aucun dictionnaire récent ne les définit toutes, et les nations peinent à
s’accorder sur le sens de ces mots, tant les interprétations divergent d’un pays à
l’autre. Néanmoins, en avril 2011, les « think tank » EastWest Institute et Information
Security Institute se sont accordés pour définir des termes utilisant le préfixe
« cyber », permettant un premier accord américano-russe dans ce domaine.
1
- Source : « Cyberdéfense, enjeu du XXIe siècle », dossier du Ministère de la Défense disponible à l’adresse
http://www.defense.gouv.fr/actualites/dossiers/sept-2011-cyberdefense-enjeu-du-21eme-siecle/preambule
57
Le Rapport
Conseil Économique, Social et Environnemental de la Région d’Auvergne
« Le numérique »
a) L’objet : la cyberdéfense
Selon l’Agence Nationale de la Sécurité des Systèmes d’Information (ANSSI), la
cyberdéfense est un « Ensemble des mesures techniques et non techniques
permettant à un Etat de défendre dans le cyberespace les systèmes d’information
jugés essentiels ». Ces mesures peuvent être défensives (surveiller un ordinateur, le
protéger avec un anti-virus, réparer les dommages causés par ce virus) ou offensives
(créer son propre virus pour attaquer celui qui envahit son ordinateur).
b) Le lieu : le cyberespace
Les attaques informatiques se déroulent dans le cyberespace. C’est un espace de
communication virtuel, mais composé d’appareils interconnectés bien réels, comme
des ordinateurs, des smartphones, des GPS, des câbles, etc. Ces objets sont reliés
à travers un réseau informatique, allant de l’intranet d’une entreprise à Internet. Par
nature, cet espace ne connaît pas de frontières géographiques : les échanges
informatiques se font d’un Etat à un autre. Il n’y a pas non plus de frontières
physiques : ce qui survient dans le cyberespace peut impacter le monde réel (en
infectant un ordinateur on peut contrôler un objet qui lui est connecté).
c) Les menaces : les cyberattaques
Il s’agit d’un acte malveillant de piratage informatique (comme lancer un virus contre
un ordinateur) qui survient dans le cyberespace. Les cyberattaques sont
protéiformes.
Elles peuvent être l’action d’une personne isolée, d’un groupe, d’un état. Elles
« incluent la désinformation, l’espionnage électronique qui pourrait affaiblir l’avantage
compétitif d’une nation, la modification clandestine de données sensibles sur un
champs de bataille ou la perturbation des infrastructures critiques d’un pays (eau,
électricité, gaz, communication, réseaux commerciaux) qui sont essentielles pour le
fonctionnement de la société et de l’économie. De tels actes peuvent être motivés par
l’appât du gain ou par intérêts politiques » (Source : Otan).
d) Les formes de cyberattaques
 Le cyberespionnage est un piratage informatique qui permet d’accéder à des
informations tenues secrètes. L’objectif est d’en tirer un avantage personnel,
économique, politique ou militaire.
 Le cyberterrorisme est un « acte de terrorisme utilisant des systèmes
informatiques ou la technologie des ordinateurs comme une arme ou comme
une cible (…). Le cyberterrorisme a des motivations politiques, sociales ou
religieuses, il vise à semer la peur ou la panique dans la population civile ou à
déstabiliser l’appareil militaire et civil » (définition de l’Otan).
58
Conseil Économique, Social et Environnemental de la Région d’Auvergne
« Le numérique »
Le Rapport
 La cyberguerre ou guerre informatique est un conflit « classique dont au moins
une des composantes, dans la réalisation, les motivations et les outils (armes au
sens large du terme) s’appuie sur le champ informatique ou numérique. Ces
composantes sont dénommées cyberattaques ». Son objectif est politique : elle
cible les militaires, un Etat (et ses infrastructures) ou une société. Elle consiste,
par exemple, à saboter les équipements adverses via un virus. Il ne faut pas
confondre ce terme avec la guerre de l’information (qui consiste à altérer
l’image de son adversaire via les médias et les outils du cyberespace) et la
guerre électronique (qui vise à contrôler ou détourner les émissions
radioélectriques (radar, radio, etc.) d’un adversaire.
 La cybercriminalité est un acte contrevenant aux traités internationaux ou aux
lois nationales (comme la pédopornographie, l’incitation à la haine,
l’escroquerie) effectué dans le cyberespace ou au moyen d’un système
informatique.
C’est autour de cette dernière forme de cyberattaque, la cybercriminalité, que se
cristallisent les inquiétudes du grand public dans le cadre d’une utilisation
personnelle, les autres formes concernant plus les institutions ou les agents
économiques. En effet, lorsqu’on demande à nos concitoyens quel est le principal
frein qu’ils perçoivent à la diffusion d’Internet1, 34 % évoquent en premier lieu leur
crainte que les données personnelles ne soient pas assez protégées ; cette raison ne
cesse de gagner des suffrages au fil des années (+5 points en un an ; +14 points
depuis 2006) ; le coût de l’équipement ou des abonnements n’arrive qu’en deuxième
position, avec seulement 13 % des citations.
Ce frein particulier mérite que l’on s’attarde quelques instants sur cette
problématique des données personnelles, de leur sécurité et de l’usage qui peut en
être fait avec ou sans l’accord de la personne.
2) Données personnelles et sécurité personnelle
a) L’exemple de Google, leader mondial du ciblage comportemental
Lancé comme un « simple » moteur de recherche en 1997, Google est aujourd’hui
presque partout, et analyse tout autant les sites web que l’on visite que le contenu
des emails de toute personne écrivant à l’un des utilisateurs de sa messagerie Gmail,
afin d’y afficher des publicités ciblées.
Au siècle dernier, avant que les attentats du 11 septembre 2001 n’entraînent les
dérives sécuritaires que l’on connaît, le spectre de Big Brother était souvent associé
à DoubleClick, la plus importante des régies publicitaires sur l’internet.
Il suffisait en effet de visiter un site web doté d’une publicité de DoubleClick pour
recevoir un petit cookie, ou un pixel espion, fichier doté d’un identifiant unique
permettant à DoubleClick de dresser le profil comportemental des internautes à partir
de la liste des sites web qu’ils consultent, livres qu’ils achètent, vidéos qu’ils
regardent, etc.
1
- Source : BIGOT R. CROUTTE P., La diffusion des technologies de l'information et de la communication dans la société
française (2011), CREDOC, 2011, p. 18.
59
Le Rapport
Conseil Économique, Social et Environnemental de la Région d’Auvergne
« Le numérique »
Lorsque DoubleClick racheta Abacus, la plus importante base de données
américaine de marketing direct, forte de 90 millions d’identifiants, le scandale fut
mondial : DoubleClick allait pouvoir mettre un nom, et une identité, sur les profils des
internautes. La Federal Trade Commission (FTC) américaine, tout comme la
Commission européenne, tenta (en vain) de bloquer cette fusion en 1999.
En 2007, la FTC et Bruxelles tentèrent de nouveau (en vain) de bloquer le rachat de
DoubleClick par Google. Mais le scandale ne fut pas mondial car Google avait
également su se rendre indispensable, profitant de l’envol du web 2.0, dont le modèle
économique repose sur l’agrégation, et la commercialisation, des données
personnelles, publiques, et privées, de leurs utilisateurs, en contrepartie de services
« gratuits ».
Google n’est pas tant le leader mondial des moteurs de recherches et des services
web que le leader mondial du ciblage comportemental. Google ne gagne pas
d’argent avec nos recherches, mais avec les publicités qu’il y associe.
Pourtant, au vu du nombre de services qu’il propose, et donc de l’ampleur des
données personnelles qu’il collecte, Google fait grand cas de la protection de la vie
privée.
b) La vie privée est une monnaie
Dan Lyons, éditorialiste à Newsweek, a très bien résumé la situation dans un article
intitulé “L’instant orwellien de Google” : « La nouveauté, c’est que la vie privée est
devenue une sorte de monnaie d’échange. Elle nous sert à payer les services en ligne.
Google ne fait rien payer pour Gmail. En lieu et place, il lit vos emails et vous envoie
des publicités en fonction des mots-clés trouvés dans votre correspondance privée ».
« Le génie de Google, Facebook et les autres, c’est d’avoir créé des services qui sont
à ce point utiles, ou distrayants, que les gens seront prêts à céder un peu de leur
intimité pour avoir le droit de les utiliser. Aujourd’hui, l’idée, c’est d’obtenir des gens
qu’ils en donnent un peu plus - de façon à pouvoir augmenter le prix de vente du
service.
Ces entreprises n’arrêteront jamais d’essayer de grappiller des bribes de nos
données personnelles. Leur modèle commercial est en totalité fondé sur la notion de
“monétisation” de notre intimité. Pour réussir, ils doivent progressivement faire
évoluer la notion de vie privée elle-même - la « norme sociale » comme dit Facebook
- afin que ce nous cédons ne paraisse plus aussi précieux. Puis, il leur faut gagner
notre confiance.
Ainsi, chaque nouvelle érosion de l’intimité nous est vendue, paradoxalement, avec
un discours vantant à quel point l’entreprise X se soucie de notre intimité. Son intérêt
est d’avoir plus d’utilisateurs, pas moins de « clients ». Et elle fera donc tout ce qu’elle
peut pour les aider à mieux reprendre le contrôle de leurs données, et donc de leur
vie privée, tout en les incitant à utiliser encore plus de services web et de
fonctionnalités, afin de pouvoir encore mieux les profiler, et en monétiser les données.
60
Conseil Économique, Social et Environnemental de la Région d’Auvergne
« Le numérique »
Le Rapport
C’est le revers du « paradoxe de la vie privée », que l’on pourrait qualifier de
« paradoxe de la traçabilité » : une contradiction au moins apparente entre, d’une
part, la peur exprimée par les utilisateurs de leurs services de voir leurs données
personnelles être utilisées « à l’insu de leur plein gré » et donc de ne plus pouvoir
contrôler leur vie privée et, d’autre part, le fait que leur cœur de métier est
précisément de nous profiler, d’établir des ciblages comportementaux tout autant
anonymes que personnalisés, et donc de nous soumettre à une forme de traçabilité…
respectueuse de nos vies privées.
Le problème est inhérent à l’informatique. Si tout ce que nous faisons dans l’espace
physique laisse des traces – de plus en plus utilisées par ces « experts » de la police
technique et scientifique – la différence, dans les espaces numériques, c’est que ces
traces sont quasi systématiquement archivées, stockées, voire analysées. Par défaut,
l’informatique laisse des traces, et ces traces numériques sont bien plus facilement
exploitables que nos traces corporelles, physiques.
Il existe un certain nombre de techniques, pas forcément compliquées, pour s’en
prémunir, la question restant de savoir jusqu’où doit, et peut aller, le fournisseur de
service pour protéger la vie privée des internautes, ce pour quoi la CNIL notamment
fait pression sur Google pour qu’il limite la durée de conservation de ces « données
de connexion ».
c) Toutes vos télécommunications pourront être retenues contre vous
Le problème, c’est qu’il est difficile de faire confiance à ces prestataires de services
informatiques, ce que reconnaissait d’ailleurs, en décembre 2009, Eric Schmidt, le
PDG de Google, dans une déclaration qui fit scandale1 : « Si vous souhaitez que
personne ne soit au courant de certaines choses que vous faites, peut-être que vous
ne devriez tout simplement pas les faire : c’est une question de discernement. (…)
Tous les moteurs de recherche, dont Google, conservent des données personnelles
pendant un certain temps (…) et aux Etats-Unis, le Patriot Act permet aux autorités
d’accéder à ces informations. »
Répondant à un internaute qui ne voyait pas le problème, au nom du sempiternel “si
je n’ai rien à me reprocher, je n’ai rien à cacher“, Tristan Nitot, fondateur et actuel
président de Mozilla Europe, connu pour son navigateur Firefox, a très bien résumé
le problème sur son blog personnel2 : « les jeunes filles qui, suite à un rapport sexuel
non protégé, cherchent “avortement” ou “Sida” sur Google, les adolescents un peu
énervés qui y tapent “comment faire une bombe atomique” ou “rejoindre Al-Qaeda”
sur Google, les déprimés qui cherchent “comment se suicider“, ne font rien de mal.
Mais, si l’on suit le raisonnement d’Eric Schmidt, ils ne devraient pas le faire…
Dans tous ces cas-là, tu n’as rien fait d’interdit par la loi. Tu n’as rien publié sur le Web.
Tu as juste communiqué à Google tes préoccupations de l’instant. Elles existent dans
la mémoire de Google, associées à ton nom. Cela est susceptible d’être communiqué
à d’autres personnes. Aux gouvernements qui en font la demande, par exemple. Mais
pas seulement. Et voir ces informations révélées est potentiellement dangereux pour
toi, à cause du regard des autres ».
- Source : http://lemonde.fr/technologies/article/2009/12/08/le-patron-de-google-estime-que-la-protection-de-la-vie-priveeest-une-question-de-discernement_1277508_651865.html
2
- http://standblog.org/blog/post/2009/12/11/Derapage-d-Eric-Schmidt-de-Google
1
61
Le Rapport
Conseil Économique, Social et Environnemental de la Région d’Auvergne
« Le numérique »
Il n’est certes pas exclu d’imaginer qu’un jour, les bases de données de Google,
Facebook et consorts puissent aussi servir à identifier, non seulement les personnes
qui cherchent à fabriquer une bombe atomique, mais également celles qui cherchent
à avorter, se suicider. Mais, en ce cas, le problème ne serait pas posé par l’internet,
et encore moins par le comportement des internautes. Le problème et l’enjeu seraient
politiques.
De nombreux services de renseignement espionnent d’ores et déjà nos
télécommunications, à commencer par la NSA (National Security Agency), créée au
moment de la guerre froide afin d’espionner les télécommunications du bloc de l’Est.
A la chute du mur, plutôt que d’arrêter d’espionner l’autre partie de l’humanité, la NSA
se reconvertit dans la surveillance des Etats voyous, des terroristes, mais également
dans le renseignement économique, industriel, politique. Contrairement aux écoutes
téléphoniques classiques, qui ciblent tel ou tel individu en particulier, la NSA et son
réseau Echelon (qui réunit plusieurs autres pays anglo-saxons) espionnent
potentiellement… toutes les télécommunications, avant de faire le tri.
Au-delà du « terrorisme », la surveillance des télécommunications, ou leur
désignation comme armes de guerre (de l’information), valaient en 2010 à près de
120 blogueurs, dans le monde entier, d’être incarcérés1. Si la majeure partie d’entre
eux résidaient (dans l’ordre) en Chine, en Egypte ou en Iran, on en trouvait aussi en
Grande-Bretagne ou aux Etats-Unis. Certains pour des propos tenus sur leurs blogs,
d’autres pour « possession d’un outil criminel » (leur téléphone portable, grâce auquel
ils auraient co-organisé des manifestations), ou encore parce qu’ils chroniquaient, sur
Twitter, les mouvements de la police…
d) L’interface chaise-clavier
Toutes ces atteintes manifestes aux libertés doivent bien évidemment être
combattues, et dénoncées. Mais les principaux problèmes ne sont pas posés par
Google, Facebook non plus que les fournisseurs de mails ou d’accès à l’internet qui,
pourtant, sont ceux qui agrègent le plus de données personnelles.
La majeure partie des pertes, vols ou fuites de données personnelles concerne des
entreprises, ou des administrations, qui perdent ou se font voler des fichiers clients,
dossiers médicaux, liste de numéros de cartes bancaires ou de sécurité sociale.
Généralement, elles émanent de vols d’ordinateurs portables, de CD-Rom, de clefs
USB, plus rarement de « piratages », via l’internet, de serveurs, sites web ou bases
de données.
Mais le principal problème est (encore) ailleurs. Tous les professionnels du Net savent
que, pour l’essentiel, le problème se situe entre la chaise et le clavier (PEBKAC, pour
“Problem Exists Between Keyboard And Chair“, en anglais).
- Source : http://lemonde.fr/technologies/article/2010/03/12/rsf-denonce-une-censure-de-plus-en-plus-presente-surinternet_1317909_651865.html
1
62
Conseil Économique, Social et Environnemental de la Région d’Auvergne
« Le numérique »
Le Rapport
Ainsi, le premier problème, c’est l’utilisateur qui, par inadvertance, ou par légèreté,
envoie à tous ses « amis » une photo perso qu’il voulait n’envoyer qu’à son ou sa
petite amie, c’est celui ou celle qui écrit son mot de passe sur un bout de papier qu’il
laisse traîner, qui ne se déconnecte pas et laisse sa session Facebook ou son Gmail
ouvert pendant la pause déjeuner, offrant ainsi la possibilité à un plaisantin (voire pire)
d’usurper son identité,...
Une variante de cette forme de prise de risque intervient avec les utilisateurs un peu
plus chevronnés, qui décident de contourner les mesures de sécurité imposées par
leurs employeurs parce que celles-ci sont trop lourdes à gérer, ou bien parce qu’elles
les empêchent d’utiliser tel ou tel site web ou logiciel, ce qui, révèle une étude sur la
sécurité en entreprise1, serait le cas de 60 % des managers américains, 53 % des
Anglais, 52 % des Canadiens et 50 % des Français…
Les professionnels de la sécurité (informatique, mais pas seulement) savent aussi que
le problème se situe également dans l’entourage immédiat de la personne qui est
assise entre la chaise et le clavier. Le problème se pose lorsque sa femme, son
conjoint, ses enfants, employeurs, collègues, colocataires, par mégarde, curiosité,
suspicion ou avec une véritable intention de nuire, commencent à la surveiller, à
l’espionner. Les annales de l’intelligence économique, de l’espionnage industriel tout
comme des cas de divorces ou de séparation sont truffées de telles histoires.
La majeure partie des atteintes réelles à la vie privée, dès lors qu’elles reposent sur
l’exploitation de ce que l’on fait sur un ordinateur, viennent « de l’intérieur », de
personnes que l’on côtoie et qui fouillent dans l’historique des messages, pages
consultées sur le web, qui installent un « cheval de Troie » pour espionner ce que l’on
fait, écrit et regarde sur le Net.
D) La problématique de la mobilité
L’ensemble des projections et des travaux de prospective montrent que l’utilisation
des TIC connectées se fera de plus en plus à partir d’une situation de mobilité ou de
nomadisme (c’est-à-dire en dehors d’une station fixe). Il sera fait appel ici aux travaux
du pôle interministériel de prospective et d’anticipation des mutations économiques
(PIPAME)2 afin de décrire ces tendances et de présenter les différentes possibilités de
services mobiles qui existent.
1) Les services mobiles
Un service mobile peut être disponible sous différentes formes :
 un SMS/MMS, accessible directement via le gestionnaire de messages,
 un site web mobile, accessible via un navigateur Internet mobile,
1
- Source : http://www.cio-online.com/actualites/lire-la-principale-menace-pour-la-securite-se-situe-entre-le-clavier-et-lesiege-2783.html
2
- Source : « M-Tourisme », PIPAME (pôle interministériel de prospective et d’anticipation des mutations économiques),
ministère de l’économie, novembre 2011, pp 20-34.
63
Le Rapport
Conseil Économique, Social et Environnemental de la Région d’Auvergne
« Le numérique »
 une application mobile, accessible via le navigateur Internet mobile (web app)
ou le plus souvent via un logiciel dédié (native app) téléchargeable depuis une
plate-forme de distribution (app store). Pour simplifier, une web app sera
considérée techniquement comme quasiment équivalente à un site Internet
mobile (en version réduite).
Chacune de ses approches comporte ses avantages et ses inconvénients. La plupart
des acteurs proposent à la fois un site web mobile et des applications mobiles
natives, ainsi que de manière complémentaire des services d’alertes/d’information de
SMS.
Le SMS se limite principalement à des problématiques d’alertes, voire de requêtes
d’informations très ciblées autour de requêtes très structurées (mais contraignantes
à taper pour l’usager).
Le site web mobile et l’application mobile permettent des usages relativement
similaires (alertes, suivi de compte, transaction, consultation d’informations, etc….)
s’il n’y a pas recours à des capteurs spécifiques (cf partie suivante), avec toutefois
des interfaces éventuellement différentes et des performances plus ou moins
équivalentes. Certains fournisseurs de services ont d’ailleurs relativement tranché le
débat en adoptant une position intermédiaire à travers le développement de solutions
hybrides, un même développement servant ainsi à alimenter à la fois un site web
mobile et une application mobile.
Enfin, on notera que, par défaut, les acteurs ne proposant pas de services mobiles
sont toutefois indirectement présents sur le mobile. De nombreux navigateurs web
mobile proposent en effet une navigation dite Full Web, comparable à celle du site
fixe. Selon l’interface du terminal, il est possible de zoomer pour accéder aux
différentes parties de la page. L’expérience est dégradée (ergonomie, non-affichage
de certaines parties du site, notamment Flash sur IPhone, …) mais le service reste
accessible.
2) Nomadisme et mobilité
On distinguera les concepts de nomadisme et de mobilité :
 la mobilité correspond à des services utilisables n’importe où (notamment dans
la rue), y compris durant une phase active de déplacement. Elle n’est donc
réellement possible qu’avec de petits terminaux adaptés et avec des réseaux à
très large couverture ;
 le nomadisme correspond à des services utilisables en dehors du domicile, mais
éventuellement seulement dans certaines circonstances favorables (situation
immobile, etc…). Elle nécessite donc des terminaux transportables, mais pas
forcément de petite taille, et peut se contenter de réseaux de couverture faible
(Wi-Fi).
64
Conseil Économique, Social et Environnemental de la Région d’Auvergne
« Le numérique »
Le Rapport
3) Positionnement par rapport au web fixe
Le développement des services mobiles sera particulièrement fort dans les situations
où l’offre mobile est capable d’apporter un plus par rapport au Web fixe et au PC,
notamment en mobilité. Le service mobile doit en effet être mis en perspective avec
les usages du fixe, qui devrait rester le canal prioritaire pour des usages longs en
situation immobile (consultation d’informations longues, recherche d’informations,
etc…).
Les atouts clés du mobile pour se différencier portent notamment sur :
 immédiateté et mobilité : le téléphone mobile (voire un autre terminal type
tablette) peut être emporté n’importe où avec soi et offrir ainsi une connexion
permanente, particulièrement utile pour des informations (sensibles, urgentes)
en temps réel (actualités de toutes sortes, météo, trafic…) ou pour éviter
d’emporter des impressions papier (plans, tickets, voire guides…). Pour les
usages ne nécessitant pas cet aspect immédiat ou en situation, l’usager pourra
en revanche très souvent attendre d’avoir accès à un PC et à l’Internet fixe, plus
pratique et plus complet ;
 localisation et contextualisation : le mobile peut utiliser plusieurs technologies
(capteur de géolocalisation, adresse IP, etc…) pour localiser plus ou moins
précisément l’utilisateur et lui offrir des informations enrichies liées au contexte
local, notamment dans les endroits inconnus (on parle notamment dans ce cas
de LBS pour location-based services) ;
 composants et capteurs embarqués : le téléphone portable dispose de plus
en plus d’un arsenal de composants et de capteurs embarqués (avec pour
certains : RFID, capteur à usage santé, capteur vidéo…), donnant à celui-ci une
fonction d’assistant personnel et de « couteau suisse » numérique. Il permet
donc une multitude d’usages enrichis via la connectivité Internet (monitoring,
tracking, complément d’information, etc.) ;
 personnalisation : le téléphone mobile est véritablement personnel, alors qu’un
PC (voire une console) est parfois partagé, offrant ainsi des possibilités de
ciblage et de personnalisation plus fines. L’établissement d’un profil de
l’utilisateur (sur un terminal globalement non partagé) à travers ses différentes
visites et ses choix personnels déclarés via différents sites/applications (dont
par exemple les réseaux sociaux) permet de proposer des recommandations.
L’utilisation du profiling, déjà exploité sur le fixe, est particulièrement
intéressante pour fournir des informations plus pertinentes et plus adaptées à
l’usager et réduire le nombre d’écrans intermédiaires nécessaires pour trouver
l’information recherchée (tenant ainsi compte des contraintes de l’interface) ;
 rapidité d’accès : un usager qui aurait besoin d’accéder à simplement quelques
informations rapidement ira plus vite en consultant un site mobile ou une
application mobile (notamment ceux faisant partie de ses favoris) faisant office
de résumé de l’application fixe, surtout si son PC est éteint (temps d’allumage
assez long, en dehors des netbooks). De nombreux usages du mobile sont ainsi
possibles à domicile ou à des endroits où une alternative de type PC est
pourtant disponible (et non nécessairement en mobilité). Près de 40 % des
appels téléphoniques ou de consultations de TV mobile ont d’ailleurs lieu au
domicile.
65
Le Rapport
Conseil Économique, Social et Environnemental de la Région d’Auvergne
« Le numérique »
Si le mobile peut potentiellement permettre quasiment les mêmes usages, il adoptera
logiquement des approches différentes du fixe, notamment en termes d’informations
à privilégier et de structure/arborescence du service.
4) Technologies de base du mobile
Les technologies de base du mobile ne permettent pas de développer les services
eux-mêmes, mais elles induisent toutefois indirectement des choix pour les
développeurs et les fournisseurs d’applications.
Le développement de ces technologies est en effet un préalable au bon
développement des services mobiles, notamment ceux nécessitant des
performances importantes (débit, puissance de calcul, etc…).
a) Terminaux mobiles
On peut ainsi définir les terminaux mobiles : c’est l’ensemble des équipements
permettant un usage en mobilité ou en nomadisme, via une connectivité cellulaire
(2G/3G/4G) et/ou sans-fil de courte portée (Wi-Fi, etc…).
Les terminaux mobiles incluent notamment :
 des terminaux « généralistes » permettant de nombreux usages : les
smartphones et autres téléphones mobiles, les tablettes, les netbooks et
ordinateurs portables ;
 des terminaux « spécialisés », ne permettant l’accès qu’à un éventail réduit de
services : les terminaux de navigation routière embarqués, les liseuses
électroniques (livre numérique), etc…
Aujourd’hui, le parc global des téléphones mobiles atteint près de 63 millions de
téléphones mobiles en France à fin 2010. Toutefois, la proportion d’utilisateurs
d’Internet mobile chez les possesseurs de téléphone mobile hors smartphones reste
relativement faible, avec des usages essentiellement vocaux. Les téléphones mobiles
classiques souffrent notamment d’une taille d’écran limitée et d’une interface
utilisateur peu adaptée à l’usage de services mobiles non vocaux, rendant les usages
compliqués au-delà d’une consultation d’informations très courte.
Les smartphones sont assimilés à des téléphones mobiles très haut de gamme,
basés sur l’utilisation d’un système d’exploitation (ex : iOS, Android, etc…), d’écrans
larges, de composants de connectivité (WiFi, GPS,…) et dédiés à l’Internet mobile. Ils
se rapprochent ainsi d’un ordinateur de poche. Le segment des PDAs, pour Personal
Digital Assistant, est désormais assimilé au marché des smartphones.
Les smartphones sont actuellement les terminaux les plus utilisés en situation de
mobilité pour accéder à des informations. En France, on comptait en 2010 près de
12,2 millions de smartphones (source : IDATE1). Les principales contraintes autour
des smartphones sont la puissance des composants embarqués et l’autonomie.
- L'IDATE, anciennement Institut de l'audiovisuel et des télécommunications en Europe, créé en 1977, est l’un des
principaux centres d’études et de conseil en Europe dont la mission est d’accompagner les décisions stratégiques de ses clients
sur les secteurs des médias, de l'internet et des télécommunications.
1
66
Conseil Économique, Social et Environnemental de la Région d’Auvergne
« Le numérique »
Le Rapport
Les tablettes et netbooks disposent de performances quasi équivalentes à celles des
ordinateurs classiques, tout en offrant des avantages par rapport à ces derniers en
termes de poids et généralement d’autonomie, permettant un usage en nomadisme
(et à domicile), voire plus rarement en mobilité.
La proportion des tablettes et netbooks connectés (via le réseau cellulaire) reste
relativement faible, en particulier en dehors du segment professionnel. Les tablettes
sont encore relativement récentes sur le marché des terminaux (un demi-million en
France en 2010) et seules 15 à 20 % d’entre elles sont connectées au réseau
cellulaire (le reste uniquement en Wi-Fi).
Leurs performances techniques (CPU, etc…) sont généralement inférieures à celles
d’un ordinateur classique, mais restent largement suffisantes pour la plupart des
services. L’autonomie est globalement moins un souci que pour les téléphones
mobiles.
Les autres terminaux, bien que permettant potentiellement d’autres usages, ne sont
réellement utilisés que pour les usages dédiés. Leurs performances sont optimisées
pour des usages spécifiques et ne proposent donc qu’une expérience utilisateur
dégradée pour les autres usages. Ils sont toutefois relativement populaires pour ces
usages dédiés (livres numériques, etc…). Plus de 2,2 millions de GPS autonomes ont
été vendus en 2010, alors que près de 50 % des foyers seraient déjà équipés.
Perspectives à 2015
Le marché des smartphones se développe rapidement, au détriment de celui des
téléphones mobiles classiques. Il devrait représenter près de 39 millions de terminaux
en 2015 (source : IDATE), soit un peu plus de la moitié des téléphones mobiles et une
croissance de plus de 25 % par an. Le smartphone aura donc atteint le statut de
marché de masse à l’horizon 2015.
Les autres terminaux profitent eux aussi de fortes croissances (+95 % par an pour les
tablettes source IDATE). Les tablettes représenteront ainsi plus de 15 millions de
terminaux en France, mais elles ne disposeront pas toutes d’une carte SIM avec
abonnement 3G, limitant les usages potentiels en dehors des points d’accès Wi-Fi.
Le parc des livres électroniques (e-reader) restera quant à lui relativement modeste,
de l’ordre d’un million de terminaux (un peu plus de 300 000 ventes en 2015). Le parc
de GPS autonomes (première ou seconde monte) est déjà lui important et touchera
une grande partie des ménages, en direct ou via des véhicules de location.
Les terminaux seront de plus en plus puissants et de plus en plus sophistiqués, avec
de nombreux composants permettant des usages multimédias. De nombreux
capteurs (géolocalisation, RFID, grandeurs physiques, biologiques, etc.),
éventuellement utilisés en réseaux, permettent par ailleurs de collecter des
informations supplémentaires sur leur environnement direct. Les smartphones de
2015 devraient avoir des capacités informatiques équivalentes à celles des
ordinateurs actuels. Certaines contraintes, autour notamment de l’autonomie,
devraient toutefois rester d’actualité.
67
Le Rapport
Conseil Économique, Social et Environnemental de la Région d’Auvergne
« Le numérique »
b) Réseaux sans-fil
Les technologies réseaux jouent un rôle clé, la plupart des services étant inutilisables
sans connexion à l’Internet, elles intègrent notamment :
 les technologies de communication et de connectivité cellulaire : les
technologies cellulaires offrent des débits de plus en plus élevés, permettant
ainsi de proposer des applications plus riches (vidéo, multimédia, etc…). Le
déploiement très prochain de LTE (Long Term Evolution, la quatrième génération
de réseaux mobiles, offrant des performances encore accrues) devrait permettre
d’améliorer encore un peu plus la situation, mais seulement dans un premier
temps pour certaines zones de population ;
 Les risques de saturation des réseaux mobiles restent toutefois assez élevés
avec la croissance du trafic, amenant donc les opérateurs à s’appuyer sur des
solutions capables de s’adapter au débit disponible (adaptative streaming, en
vidéo) ;
 les technologies de communication et de connectivité alternatives
(Bluetooth, Wi-Fi, femtocell, etc…) : l’engorgement des réseaux mobiles rend
critique le développement de technologies complémentaires aux solutions
cellulaires. Le déchargement du trafic vers les réseaux fixes peut notamment
adresser les usages à domicile qui représentent jusqu’à la moitié du trafic. Les
applications servant à préparer le voyage, utilisées plutôt à proximité d’une
connexion Internet fixe, pourraient donc disposer de performances accrues. Les
besoins liés à la fréquentation touristique concernent marginalement les
transferts de données volumineuses.
Les technologies de réseaux sans fil couvrent à la fois les réseaux d’accès courte
portée de type Wi-Fi ainsi que les réseaux radio mobile (ou cellulaire) à couverture
nationale.
Aujourd’hui, plusieurs générations de réseaux mobiles sont actuellement exploitées
par les opérateurs français :
 les réseaux 2G ou GSM avec leur évolution GPRS et EDGE,
 les réseaux 3G ou UMTS/HSPA,
 le standard LTE (Long Term Evolution) préfiguration de la 4G appelée LTEAdvanced.
Les réseaux 2G et 3G sont déjà déployés, alors que le déploiement commercial du
LTE n’a démarré qu’en 2011-2012. La couverture du territoire est quasi totale pour
les réseaux 2G et très avancée pour les réseaux 3G (plus de 90 % pour les premiers
opérateurs). Les performances des réseaux sont très différentes d’un réseau à l’autre
et ne permettent pas les mêmes usages. Les réseaux 2G, même en tenant compte
de l’évolution EDGE, ne permettent qu’au mieux des débits théoriques de 384 kbps
(soit à peine l’équivalent des réseaux haut débit fixes d’il y a 10 ans), ce qui reste
insuffisant pour la distribution de vidéos ou de fichiers volumineux.
Les réseaux 3G, qui connaissent encore des améliorations (3G+), offrent des
performances potentiellement bien supérieures, mais les performances réelles sont
souvent plus limitées, ne permettant dans les faits que des consommations de vidéos
de faible qualité et un temps de chargement encore long pour des contenus
volumineux.
68
Conseil Économique, Social et Environnemental de la Région d’Auvergne
« Le numérique »
Le Rapport
Toutefois, les performances sont désormais suffisantes pour de nombreux services
(en particulier ceux s’appuyant sur un client logiciel local) ne nécessitant que des
échanges de données de faible volume, le logiciel étant déjà installé. Dans tous les
cas, on constate régulièrement des saturations durant les heures de pointe dans les
lieux de forte fréquentation.
La couverture des réseaux courte portée est par nature relativement limitée, dans un
rayon de plusieurs dizaines de mètres autour de la borne/hotspot en intérieur
(limitation de la portée du fait des murs) et plusieurs centaines de mètres en
environnement ouvert. Les hotspots ne sont généralement disponibles que dans des
lieux de forte fréquentation et dans les zones résidentielles pour les « boxes
partagées ».
En revanche, les performances potentielles sont nettement supérieures à celles des
réseaux cellulaires. Le débit théorique, de plus de 54Mbps, peut être réellement
atteint et est donc amplement suffisant. La limitation réelle de la performance
provient d’ailleurs de la liaison haut débit filaire sur laquelle est connectée le hotspot
et du nombre de personnes utilisant en même temps le hotspot.
Près de 30 % des téléphones mobiles vendus en Europe en 2010 disposent d’une
connectivité Wi-Fi, disponible de plus en plus sur la plupart des nouveaux
smartphones et des autres terminaux (tablettes, etc…).
Perspectives à 2015. Les réseaux GSM, lancés en 1993, sont totalement matures et
seront remplacés d’ici 5 à 10 ans par des réseaux 3G ou 4G. Les réseaux 3G
connaissent encore des améliorations et resteront en service encore 10 à 15 ans, tout
en étendant leur couverture (respect d’obligations légales). Les réseaux LTE ont été
lancés en 2011-2012 en France et verront apparaître leur évolution 4G à partir de
2015. Cette dernière permettra de porter les débits en mobilité à environ 100 Mbps
crête par utilisateur en voie descendante. Ce débit atteindra 1 Gbps maximum en
situation de nomadisme. De tels débits équivalent à ceux des solutions fibre les plus
développées actuellement.
À l’horizon 2015, le LTE ne devrait représenter qu’environ 17 % des abonnés mobiles
et une couverture encore incomplète du territoire.
Près des deux tiers terminaux mobiles vendus en 2015 seront équipés de Wi-Fi en
Europe (source : IDATE).
5) Technologies avancées (via capteurs)
Les principales technologies via capteurs, peuvent être classées en deux familles :
 technologies d’interactivité (NFC/RFID, scanneur de QR code/FlashCode,
réalité augmentée, accéléromètre, gyroscope, etc…) : même sans localisation
précise, l’utilisateur peut interagir avec son environnement, via des systèmes de
reconnaissance du lieu, basés sur l’analyse de l’image et/ou des capteurs
analysant les informations contenues dans des codes-barres ou des tags RFID.
On ne détaille ici que les principales technologies d’interactivité avec de fortes
applications touristiques. Certains capteurs permettent en effet des
fonctionnalités avec un périmètre limité (ex : podomètre) ;
69
Le Rapport
Conseil Économique, Social et Environnemental de la Région d’Auvergne
« Le numérique »
 technologies permettant l’identification de l’usager et la transaction : les
solutions de NFC (Near Field Contact, sans contact) permettent d’assurer des
transactions financières (paiement mobile), généralement de sommes limitées,
et de proposer des services à valeur ajoutée associés (cartes de fidélité, cartes
d’accès, etc…).
a) La géolocalisation
La géolocalisation est un procédé permettant de positionner un objet (une personne,
une information, etc.) sur un plan ou une carte à l’aide de ses coordonnées
géographiques (latitude/longitude), en temps réel ou en différé.
Aujourd’hui, plusieurs techniques majeures permettent de mettre en oeuvre la
géolocalisation :
 la réception des signaux d’une constellation de satellites (au moins 4 satellites
visibles à un instant). La solution principale est le GPS, offrant des précisions de
quelques mètres. En revanche, le système n’est globalement pas utilisable à
l’intérieur et souffre d’un temps de démarrage parfois un peu long (même si le
système A-GPS a permis de nettes améliorations en combinant avec la
triangulation de cellules pour réduire le temps de calcul) ;
 la triangulation de cellules, en récupérant les identifiants d’au moins 3 antennesrelais de réseaux mobiles et en analysant la position par rapport aux positions
des antennes. Plusieurs solutions sont disponibles, dont notamment Cell-ID. Le
service peut être proposé par les opérateurs, mais aussi par des tiers. Le
système fonctionne un peu mieux en intérieur que le GPS, sans être toutefois
très performant. La précision reste faible, de 300 mètres en zone urbaine à
plusieurs kilomètres sinon. En revanche, la plupart des téléphones mobiles ont
accès à cette solution ;
 le repérage via des points d’accès non cellulaires (bornes Wi-Fi, etc…). Le
principe est similaire à celui du Cell-ID. La précision est alors limitée à la portée
de la solution, soit quelques centaines de mètres en Wi-Fi. Avec un maillage
assez fin comme en ville, la précision peut être suffisamment bonne.
La géolocalisation via GPS est déjà relativement populaire pour les outils de
navigation embarqués dans les voitures (équipement de première ou seconde
monte). 45 % des terminaux vendus en 2010 sont par ailleurs déjà équipés de
systèmes GPS en Europe.
Les différents systèmes ne proposent que les données de longitude/latitude mais pas
d’altitude (utilisable notamment pour les reliefs ou les bâtiments). Des capteurs
complémentaires de mesure de la pression barométrique pourraient permettre de
récupérer cette information. Ces capteurs sont toutefois encore assez rares (tablette
Xoom de Motorola).
Le développement de la géolocalisation doit notamment prendre en compte la
gestion des données personnelles (et le respect de la vie privée). Cette solution
permet en effet de collecter des données supplémentaires sur l’usager et nécessite
de prendre en compte le traitement et stockage des données.
70
Conseil Économique, Social et Environnemental de la Région d’Auvergne
« Le numérique »
Le Rapport
A l’horizon 2015, la solution dominante de géolocalisation par satellite sera toujours
le GPS. Le projet chinois a tout juste démarré alors que la solution européenne
Galileo se développe lentement. Près des ¾ des terminaux vendus devraient être
équipés de GPS d’ici 2015 en Europe.
Les autres terminaux devraient intégrer marginalement des composants GPS et se
contenter des systèmes de triangulation cellulaire et Wi-Fi. Le maillage en Wi-Fi
devrait par ailleurs être plus fin et permettre en combinant les différents systèmes une
meilleure précision. L’usage devrait se concentrer d’abord autour des solutions
majeures de cartographie, mais devrait être relativement pervasif1. De nombreuses
applications sont susceptibles d’intégrer des composantes de géolocalisation
(réseaux sociaux, guide touristique, etc…).
b) Les technologies RFID
Les technologies RFID (Radio Frequency Identification) permettent d’identifier un
objet ou une personne à distance grâce à une étiquette (appelée tag) incorporée ou
attachée dans un objet (tel qu’une carte d’identité, un badge d’accès ou une étiquette
de produit) en utilisant une fréquence radio. L’étiquette contient un certain nombre
d’informations (caractéristiques, prix, numéro d’identifiant unique/compte, …),
renvoyant éventuellement vers des informations distantes disponibles via Internet.
Le NFC (Near Field Communication) est une des principales applications basées sur
les technologies RFID et permet d’échanger des données sans-fil à très courte portée
sans contact (environ 10 cm). La portée étant limitée, l’usage nécessite quasiment
l’équivalent d’un scan, sans toutefois avoir besoin d’être en ligne de vue, ni même de
sortir l’objet de son contenant. Les autres technologies RFID ont des portées plus
longues (plusieurs mètres, notamment en bande UHF) et permettent des usages
encore plus transparents. Ces solutions peuvent être utilisées sur un téléphone
mobile, mais aussi sans via un support de type carte sans contact (ex : pass Navigo
de la RATP, etc…).
Le NFC est généralement associé à un logiciel permettant d’émuler différentes cartes
et de gérer différentes identités, éventuellement directement via le terminal (sans
connectivité).
Les technologies impliquées sont des technologies dites passives, ne nécessitant
pas d’alimentation (l’énergie est transmise via l’onde radio par le terminal de lecture).
Le téléphone peut donc être utilisé comme identifiant NFC (et les identités associées)
même en étant éteint.
Aujourd’hui, le consortium Forum NFC créé par Sony et Philips en 2004 cherche à
promouvoir la technologie sur téléphone mobile, qui existe sous la forme de plusieurs
déclinaisons propriétaires (Felica, Mifare). La technologie est toutefois opérationnelle
techniquement et ne présente pas d’enjeux technologiques majeurs en dehors de la
sécurité. Elle est d’ailleurs une extension d’une technologie déjà très répandue sur
cartes sans contacts, et se popularise avant tout autour de ces cartes.
- Un environnement pervasif est un environnement où les objets communicants se reconnaissent et se localisent
automatiquement entre eux.
1
71
Le Rapport
Conseil Économique, Social et Environnemental de la Région d’Auvergne
« Le numérique »
L’un des grands enjeux techniques autour du NFC reste la sécurité, en particulier
dans le cas où une solution NFC permet de gérer autour d’une seule carte ou d’un
seul téléphone plusieurs comptes. Pour limiter les risques, de nombreux acteurs
envisagent l’usage d’un code PIN pour les paiements à partir d’un certain montant
(typiquement autour de 15-20 euros), limitant toutefois alors l’attrait du sans contact
par rapport à une carte bancaire classique.
Le développement du NFC est toutefois essentiellement un problème d’ordre
économique : il faut en effet financer les tags eux-mêmes, l’infrastructure de
terminaux de paiement/lecture chez les commerçants et les téléphones mobiles
servant de lecteur de tags (même si des alternatives existent avec le simple rajout
d’une carte microSD équipé de NFC voire de stickers accolés au téléphone) et
partager la valeur entre les différents acteurs de la chaîne de valeur dans le cas de
paiements. Une éducation du marché, notamment pour la partie transaction, sera par
ailleurs nécessaire.
Le nombre de terminaux mobiles compatibles est encore très faible et est resté
jusque-là confiné à des pilotes. Une expérimentation grandeur nature a toutefois été
lancée en France à Nice fin mai 2010. Le positionnement de Nokia et de quelques
grands acteurs (Google a lancé un test avec Google Wallet en mai 2011, RIM a
annoncé des terminaux NFC, etc…) pourrait accélérer le développement du marché.
Perspectives à 2015. Le développement potentiel du NFC dépend avant tout des
accords économiques qui vont se mettre en place entre les fournisseurs de
technologies mobiles au sens large (opérateurs, etc….) et les fournisseurs de
services.
À la lumière du cas japonais (Felica), offrant désormais un recul important, il est
probable que les usages restent dans un premier temps concentré autour de cartes
dédiées sans contact, avec des usages surtout d’identification (billetterie, contrôle
d’accès, carte de fidélité, etc…) plus que de transaction. Les usages d’identification
correspondent en effet à des circuits fermés dans lesquels le fournisseur de service
contrôle l’intégralité de l’infrastructure (portiques de métro, etc…), contrairement à la
transaction. Du fait des contraintes de couverture et des montants de paiement
limités, les solutions de paiement via NFC ne pourront être exclusives (il faudra quand
même disposer d’un autre moyen de paiement en cas de non-disponibilité de la
solution).
À court et même moyen terme, les cartes dédiées représenteront une alternative très
crédible avec un modèle économique relativement clair. L’infrastructure mise en place
autour des cartes dédiées (notamment terminaux chez les commerçants) pourra être
réutilisée autour des téléphones mobiles NFC et assurer le développement de la
solution.
Le capteur NFC devrait rester accessible aux tiers (comme le capteur GPS pour la
géolocalisation), même si certains acteurs devraient chercher à en restreindre l’usage
dans un premier temps. L’usage devrait donc être relativement pervasif pour les
solutions d’identification et de fidélisation, en revanche, il devrait être centralisé pour
les solutions de paiement autour de quelques applications.
72
Conseil Économique, Social et Environnemental de la Région d’Auvergne
« Le numérique »
Le Rapport
On estime à moins de 1 % le nombre de smartphones vendus en Europe équipés de
NFC en 2010, avec une perspective de 30 % des smartphones vendus en 2015 (ou
encore 15 % des téléphones).
c) Les codes-barres 2D
Les codes-barres 2D sont des pictogrammes noir et blanc composés de carrés
pouvant notamment être décodés par des téléphones mobiles disposant du lecteur
adéquat.
La photographie ou scan d’un code-barres 2D permet aux utilisateurs, après
déchiffrage du code via un logiciel spécifique, d’accéder à l’information enregistrée
dans le code-barres. Cette information peut être un lien vers une page web mobile
(avec redirection automatique vers la page web) ou un contenu mobile (vidéo, image),
un prix, la localisation (coordonnées géographiques), une description, des
caractéristiques produit/service, voire une petite image, etc… Le code-barres 2D
peut aussi ne contenir qu’un simple identifiant déchiffré à distance via un serveur qui
renvoie ensuite le contenu du code. C’est d’ailleurs le cas majoritaire, impliquant
alors un besoin de connectivité.
Un code-barres 2D nécessite d’utiliser une surface quasi plane et lisse et d’être en
ligne de vue (pointage). Il ne donc pas être utilisé dans toutes les situations et ne peut
être totalement discret, contrairement au tag NFC/RFID.
Aujourd’hui, Flashcode est la marque des codes-barres 2D développée par
l’Association Française du Multimédia Mobile (AFMM). Il existe d’autres types de
codes-barres 2D, parmi lesquels les codes QR (apparus en premier au Japon il y a
près de 10 ans et qui sont la solution dominante au niveau international), DataMatrix,
MaxiCode, mais la solution dominante en France est le flashcode.
Toutefois, depuis début 2011, les lecteurs de FlashCode permettent aussi de générer
des QR codes.
L’usage est resté relativement modeste en France ces dernières années, mais la
solution prend progressivement de l’ampleur. La RATP a déployé 20 000 flashcodes
sur ses 11 000 points d’arrêts. Les codes-barres 2D sont aussi désormais
régulièrement présents dans les magazines et journaux (publicités), ainsi que sur des
pages web fixes (permettant ainsi à l’usager de se créer un favori/de se connecter sur
le site web mobile).
D’après l’Association Française du Multimédia Mobile (AFMM), près de 10 millions
d’utilisateurs possèdent un téléphone mobile compatible avec le lecteur flashcode,
qui ne nécessite qu’un appareil photo (disponible sur la plupart des terminaux) et
l’installation d’un logiciel.
Près de 70 % des smartphones sont compatibles avec la solution disponible,
notamment sur App Store et Android Market (devenu Google Play).
La problématique pour assurer le développement concerne avant tout
l’accompagnement des usages plus que la technologie (relativement maîtrisée) ou le
modèle économique (les coûts de développement d’un code QR sont quasi nuls).
73
Le Rapport
Conseil Économique, Social et Environnemental de la Région d’Auvergne
« Le numérique »
Perspectives à 2015. La solution sera accessible d’ici 2015 sur la grande majorité
des téléphones mobiles. Toutefois, la solution est en partie en concurrence avec
l’offre NFC, puisqu’elle permet de nombreux usages similaires (pour l’identification
des lieux), en dehors des transactions financières directement avec le terminal. Elle
est moins coûteuse que le NFC (faibles besoins en infrastructures) et disponible sur
plus de terminaux, mais la montée en puissance du NFC la rendrait moins attractive
(moins facile d’usage).
Elle est aussi en concurrence avec toutes les solutions d’identification de lieux, avec
ou sans technologies spécifiques de géolocalisation (guide touristique, application
mobile de l’exploitant du site).
Son potentiel d’usage reste donc important mais avec des fonctionnalités réduites
pour les usages in situ (moins performantes que les autres technologies).
L’usage devrait être plutôt pervasif, avec un usage potentiel d’accès à l’information
(téléphone servant de lecteur) mais aussi d’affichage du code 2D sur le téléphone
pour se faire identifier (téléphone servant d’afficheur du code lu par un terminal tiers).
d) La reconnaissance d’images
La reconnaissance d’images (ou de contenu visuel) est un ensemble de techniques
visant à identifier des motifs à partir d’une image brute (généralement photographie,
plus rarement vidéo), sans tenir compte d’autres éléments, comme par exemple un
texte associé (légende, texte environnant). Il s’agit ainsi d’une approche très
différente d’une solution comme Google Images par exemple qui se base sur le texte
accompagnant les images d’une page web.
Dans le cadre du mobile, l’image est capturée via l’appareil photo du mobile puis
comparée à une base d’images distante, accessible via l’Internet. L’image est le plus
souvent envoyée par MMS (d’autres médiums étant envisageables). La base de
données pourrait même être embarquée via un logiciel spécifique, mais cette
pratique est inexistante et semble peu adaptée (taille de la base de données,
évolutions, etc…).
Aujourd’hui, la technologie fonctionne généralement en s’appuyant sur la
reconnaissance de formes (mais aussi parfois de couleurs et/ou de textures) via
différentes techniques d’intelligence artificielle. Les formes peuvent être des formes
géométriques, mais aussi des lettres, des chiffres (et donc aussi des codes-barres).
On peut mettre en œuvre une reconnaissance globale ou bien une partie des
éléments de l’image. Cette première étape permet ainsi de caractériser l’image par
rapport à différentes composantes et d’établir ainsi une signature.
Elle s’appuie d’autre part sur des grandes bases de données d’images déjà indexées
avec lesquelles on compare les formes identifiées (directement ou via leur signature).
Ces bases sont le plus souvent des bases propriétaires, constituées au fur et à
mesure par quelques acteurs. La solution n’est à ce jour réellement efficace que pour
la reconnaissance de certains objets dans un périmètre limité, quand le champ des
possibles est restreint à une base d’images bien identifiée (et bien indexée) et quand
l’ensemble des résultats possibles reste modeste (exemple : livres).
74
Conseil Économique, Social et Environnemental de la Région d’Auvergne
« Le numérique »
Le Rapport
En restreignant le champ de recherches à certains objets et grâce à des bases de
données relativement fournies, on peut obtenir de bons résultats. Les performances
sont ainsi très bonnes autour d’applications en boucle fermée.
Reconnaissance d’images
Les solutions de reconnaissance de bâtiments ou paysages sont en revanche assez
peu performantes. L’efficacité est grandement améliorée par la fourniture d’éléments
complémentaires, comme la localisation pour les lieux et bâtiments (mais dans ce cas
là, la reconnaissance d’images devient assez secondaire).
Les solutions permettant de trouver des images similaires à celles capturées (en
mobile ou non) sont déjà efficaces, mais ont logiquement une utilité plus réduite,
puisque ne permettant pas d’identifier précisément un lieu ou un objet.
Perspectives à 2015. Le développement de la reconnaissance d’images devrait
s’articuler autour de quelques applications de référence, via essentiellement des
applications fournies par des agrégateurs (notamment des comparateurs de prix).
Les performances technologiques devraient limiter les usages autour d’applications
orientées objet plutôt que paysage.
La fonctionnalité peut aussi être fournie de manière secondaire par tout acteur
disposant de bases de données et d’images assez riches. Toutefois, la
reconnaissance d’images reste dans ce cas uniquement complémentaire par rapport
par exemple à une recherche textuelle.
Le développement devrait rester relativement modeste du fait de la force des
solutions concurrentes (scan code 2D, NFC, etc…) plus efficaces et moins
coûteuses, au moins pour les codes-barres. Le seul véritable avantage de cette
technologie par rapport à celles déjà mentionnées est de ne pas avoir à modifier
l’objet/le lieu (visuellement via un code ou physiquement par apposition d’un tag).
Au-delà des exemples exposés, il faut noter l’existence d’autres solutions possibles
comme la 3D (ou réalité virtuelle) ou bien encore la réalité augmentée qui ne seront
pas étudiées ici bien que fascinantes dans leurs déclinaisons pratiques.
*****
Dans la deuxième et la troisième partie de ce travail seront successivement décrites
les implications sociales puis environnementales d’un certain nombre de dispositifs
utilisant les TIC ; à chaque fois que cela sera possible, une approche « bénéficesrisques » de ces dispositifs sera établie.
La Commission spéciale a fait le choix d’étudier ici certains dispositifs et pas
d’autres, en essayant de privilégier les programmes mis en place par le Conseil
régional d’Auvergne. Parmi les dispositifs qui vont être présentés ici, certains se
trouvent avoir plus naturellement et plus majoritairement des effets sociaux
qu’environnementaux alors que d’autres portent en eux potentiellement plus de
répercussions environnementales que sociales.
75
Le Rapport
Conseil Économique, Social et Environnemental de la Région d’Auvergne
« Le numérique »
C’est ainsi que seront traités dans la deuxième partie de ce travail consacrée aux
implications sociales de l’utilisation du numérique des dispositifs relevant de secteurs
différents tels que celui des personnes âgées et de leur maintien à domicile ou de leur
accueil en établissement voire celui de l’enseignement avec les dispositifs d’espace
numérique de travail, de tableau blanc interactif ou bien encore de manuel
numérique.
C’est dans la troisième partie de ce document que seront présentés les implications
environnementales d’autres dispositifs régionaux ou non utilisant le numérique, les
points Visio public, le télétravail, la centrale de mobilité.
La Commission a bien conscience du caractère artificiel de ce découpage car aucun
des dispositifs n’a d’effets que dans la dimension sociale ou que dans la dimension
environnementale, chacune ne pouvant bien évidemment être exclusive de l’autre.
Il semble néanmoins plus indiqué, afin d’éviter des répétitions fastidieuses, de traiter
certains dispositifs sous l’angle de leur effets sociaux et d’autres en fonction de leurs
implications environnementale, chaque dispositif étant plus important dans une
dimension plutôt qu’une autre.
Pour autant, lorsque cela sera utile, il pourra être fait mention des effets
environnementaux d’un dispositif même si celui-ci est abordé dans la partie
consacrée aux aspects sociaux, l’inverse étant également vrai tant il semble difficile
pour certains d’entre eux de séparer strictement et trop artificiellement les deux
logiques.
*****
II) QUELS «
BÉNÉFICES/RISQUES
MATIÈRE SOCIALE
»
DU NUMÉRIQUE EN
?
A) Les TIC connectées et les personnes âgées au domicile
et/ou en établissement d’accueil
Les TIC connectées peuvent être utilisées dans le cadre du maintien à domicile des
personnes âgées ou de leur accueil en établissement. Sans revenir sur la prise en
charge au domicile ou en établissement à proprement parler (déjà abordée dans le
cadre de l’étude du CESER consacrée à la prise en charge de la personne âgée
dépendante en France et en Auvergne en 20091), il n’est pas inutile de s’attarder
quelques instants sur les besoins de la personne âgée, tels qu’identifiés par la Caisse
Nationale de Solidarité pour l’Autonomie (CNSA)2, et sur les adaptations
technologiques et numériques qui pourraient y répondre.
1
2
- « La dépendance de la personne âgée et sa prise en charge en France et en Auvergne, CESER Auvergne, décembre 2010.
- « Etude prospective sur les technologies pour la santé et l’autonomie », ALCIMED-ANR-CNSA, pp.98-102.
76
Conseil Économique, Social et Environnemental de la Région d’Auvergne
« Le numérique »
Le Rapport
Il faudra ensuite s’interroger sur la dimension éthique de l’utilisation de ces
« gérontechnologies » afin d’en dégager quelques éléments susceptibles de nourrir
l’approche « bénéfices/risques » que l’on se propose d’étudier dans cette deuxième
partie.
1) La demande de prise en charge personnalisée
Une des déclinaisons concrètes du phénomène de vieillissement de la population
passe par l’avènement d’un nouveau type de morbidité, qui conjugue maladie
chronique et polypathologies. En effet, les sujets âgés souffrent en moyenne de sept
à huit pathologies aujourd’hui, ce qui rend la prise en charge gériatrique complexe et
nécessairement personnalisée. Ce fort besoin de personnalisation se retrouve au
niveau des personnes en perte d’autonomie, quel que soit leur âge, car il s’agit alors
de pallier une ou plusieurs déficiences (cognitive, motrice, sensorielle, …) tout en
prenant en compte l’environnement de la personne, qui lui aussi est nécessairement
unique afin d’adapter au mieux la technologie aux besoins spécifiques de chaque
personne en situation de perte d’autonomie.
Cette tendance forte dans le champ de l’autonomie se traduit par de nouvelles
exigences de soins, puisque la prise en charge doit se comprendre globalement,
c’est-à dire en prenant en compte tant la personne elle-même que l’environnement
familial et s’inscrire, par ailleurs, dans un contexte général de maîtrise des dépenses
de santé. La conjonction de ces éléments encourage donc le développement de
technologies innovantes, capables de concilier une prise en charge des personnes en
perte d’autonomie avec l’impératif de bonne gestion des comptes publics de santé.
2) Principaux besoins identifiés et bénéfices possibles
De l’analyse de ces phénomènes de société, la CNSA fait émerger cinq besoins
fondamentaux, lesquels touchent aux principales dimensions de la vie quotidienne de
l’utilisateur final et de son entourage, sa famille ou ses aidants. Ces cinq besoins
fondamentaux sont les suivants : le maintien à domicile, le besoin de communication,
le besoin de mobilité, la stimulation des capacités et enfin « l’employabilité » des
personnes handicapées (ce dernier besoin, indiqué ici pour mémoire, ne sera pas
détaillé dans le cadre de ce travail).
a) Le maintien à domicile
Parmi les cinq principaux besoins identifiés, le maintien à domicile apparaît comme
le souhait primordial d’une majorité de personnes, qu’elles soient âgées ou
handicapées. C’est également une réalité aujourd’hui, du moins en ce qui concerne
les personnes âgées, puisque 95,5 % des personnes âgées de plus de 60 ans vivent
à domicile en France1. D’ailleurs, même parmi les personnes lourdement
dépendantes, le domicile reste un choix majoritaire.
1
- Source : « La dépendance de la personne âgée et sa prise en charge en France et en Auvergne, CESER Auvergne, décembre
2010.
77
Le Rapport
Conseil Économique, Social et Environnemental de la Région d’Auvergne
« Le numérique »
La principale revendication adressée aux développements technologiques en matière
d’autonomie est, par conséquent, de favoriser le maintien, voire le retour, à domicile.
Ce qui se traduit de différentes manières, notamment :
 la capacité à rendre la personne en perte d’autonomie la moins dépendante
possible d’aide extérieure, professionnelle ou familiale ;
 l’insertion harmonieuse de la technologie au domicile ;
 l’aptitude de la technologie à fiabiliser l’environnement de la personne ;
 et enfin la capacité de la technologie à différer, voire faire disparaître, des
épisodes d’hospitalisation non vitaux et perçus comme déstructurant pour la
personne.
b) Le besoin de communication
La communication est un élément d’appartenance au groupe social, ce qui en fait un
facteur clé de l’intégration d’une personne à la communauté de ses semblables.
Dans le cas des personnes en perte d’autonomie, le maintien de l’aptitude à
communiquer est essentiel pour maintenir le lien social, et par là même permet de
lutter efficacement contre l’isolement souvent caractéristique de ce type de
population.
Les TIC sont également très utiles pour la famille ou l’entourage de professionnels,
car elles permettent :
 d’éviter les situations d’incertitude ou de rupture avec la personne en perte
d’autonomie (exemple : fugue d’un malade Alzheimer) ;
 de suivre les paramètres vitaux de la personne à distance, avec si besoin, la
possibilité de pratiquer un diagnostic ou de déclencher des alertes.
c) Le besoin de mobilité
Pouvoir se déplacer, et qui plus est, se déplacer de façon autonome est une forte
demande des personnes âgées et/ou handicapées, d’autant plus qu’au fur et à
mesure que leur état s’aggrave, la distance qui leur devient accessible se réduit. Elles
attendent donc des développements technologiques sur cet axe essentiellement :
 une gestion plus aisée des déplacements, que ce soit pour elles-mêmes ou pour
leurs aidants (entourage, famille, professionnels de santé, …) ;
 une sécurité accrue des déplacements grâce aux opportunités technologiques
grand public, telles que le GPS –assistance automobile ou encore la technologie
RFID1 – suivi logistique.
d) La stimulation des capacité
La diminution des capacités intellectuelles et/ou mnésiques constitue une des
atteintes majeures de l’âge. Or les personnes âgées acceptent d’autant plus mal cet
état de fait qu’il les stigmatise dans une dégénérescence croissante de leurs facultés
individuelles. Sur cet axe, l’innovation technologique réside donc essentiellement
dans :
- La radio-identification plus souvent désignée par le sigle RFID (de l’anglais Radio Frequency IDentification) est une
méthode pour mémoriser et récupérer des données à distance en utilisant des marqueurs appelés « radio-étiquettes » (« RFID
tag » ou « RFID transponder » en anglais) ; voir supra.
1
78
Conseil Économique, Social et Environnemental de la Région d’Auvergne
« Le numérique »
Le Rapport
 l’atténuation, voire la récupération, de la perte des capacités, dans une optique
de rééducation et/ou d’auto - entraînement ;
 l’enrichissement de la pratique quotidienne des professionnels de santé, tels
que gériatre, neurologue, ergothérapeute,…
Afin d’illustrer ce propos, on peut citer l’exemple du projet projet Déclic à Moulins de
2002 à 2005 recensé par l’Observatoire des TIC en Auvergne (qui dépend de
l’ARDTA) et qui en fait la description ainsi1:
L’OPAC de la ville de Moulins, Moulins Habitat, s’est investi depuis 2001 dans une
politique d’accès internet pour les locataires de son parc HLM. Le projet Déclic,
engagé en 2002, visait à déployer une offre de services spécifique aux habitants dans
le domaine médico-social et s’inscrit dans le triptyque « accès-services-usages ». Il
s’agissait à la fois d’un outil d’informations pour les habitants et leurs familles et d’un
outil de coordination pour les professionnels. Cette opération est menée en
partenariat avec le Clic Collegram (Collectif de Gérontologie en Réseau de
l’Arrondissement de Moulins).
L’application Déclic (Dossier électronique du Clic) avait pour objectif de favoriser le
maintien à domicile des personnes en perte d’autonomie, en facilitant la coordination
des soins et des interventions médico-sociales à domicile, et en offrant des
informations de santé publique et des renseignements pratiques aux locataires
bénéficiaires.
Collegram, créatrice et gestionnaire de cette application, fournissait le logiciel et sa
maintenance, Moulins Habitat, gestionnaire de logements sociaux, fournissait les
moyens d’accès (les terminaux d’accès à internet à domicile sont les Web TV mises
à disposition des locataires sur le réseau câblé de Moulins Sud dans le cadre du
projet européen @work4homes).
L’Observatoire des TIC en Auvergne note à ce sujet que le point fort de l’expérience
a été la centralisation des informations mais que subsistaient plusieurs points faibles
qui ont conduit à la fin de l’expérimentation. Ces points faibles sont de trois ordres :
techniques, humains, organisationnelles2.
La première cause technique est la complexité d’installation sur la TV du locataire
(nécessité d’avoir une TV compatible à l’époque) ainsi que la présence de fils et d’un
clavier là ou un ordinateur portable aurait sans doute été préférable) ont représenté
un frein important.
La latence du temps de connexion sur le réseau, plusieurs dizaines de secondes
parfois, était trop long pour des soignants dans le cadre de leurs tâches
quotidiennes.
Toutefois, au delà des causes techniques, un certain nombre de freins humains ont
pu être identifiés.
- Source : http://www.auvergnepro.com/observatoire-TIC/carto_init_detail.php?init=48
- Intervention de M. Pierre SOMMIER, « CLIC de l’Allier » lors de la journée du 2 décembre 2011 organisée à SaintPourçain-sur-Sioule sur les « usages des nouvelles technologies au service du maintien à domicile des personnes âgées ».
1
2
79
Le Rapport
Conseil Économique, Social et Environnemental de la Région d’Auvergne
« Le numérique »
Parmi les principaux, on peut citer la méfiance de certaines familles ou bien un
mauvais choix du patient (patient syndrome Alzheimer qui cache ou jette le
clavier…) ; la méfiance des soignants pour qui l’utilisation de l’outil signifiait aussi une
traçabilité des passage générant une impression d’être « sous surveillance » a
également été un frein réel.
Il est également mentionné un refus d’utilisation de l’outil par certains groupes
soignants qui se jugeaient écartés de la conception ainsi qu’une méconnaissance
d’Internet et une inhabitude du système de dossier partagé, qui ne pouvait marcher
sans l’adhésion des soignants.
Enfin, des causes internes ont pu être également évoquées : la restructuration du
CLIC; un défaut ou mauvaise communication du CLIC et surtout la fin du financement
européen qui avait permis d’initier l’expérimentation.
Cet exemple, avec une technologie finalement assez peu intrusive en termes de vie
privée, montre qu’au-delà de la problématique de l’acceptabilité technique de
l’utilisation de ces outils, qui restera prégnante à tous les instants, il faut en parallèle
s’interroger sur l’acceptabilité éthique de l’utilisation de ces mêmes outils. Une telle
démarche peut permettre d’identifier quelques éléments permettant de caractériser
en termes « bénéfices/risques » de l’utilisation des TIC dans le cadre du maintien à
domicile des personnes âgées ou de leur accueil en établissement.
Pour décrire les liens entre éthique et gérontechnologies, il sera fit ici appel à un
article de Jérôme Pellissier, paru en janvier 20091.
Ce dernier montre qu’existent de grandes différences entre les différents discours et
représentations portant sur les technologies utilisées dans le champ de la
gérontologie. Chacun est ainsi susceptible de passer de la conviction que les
gérontechnologies vont positivement révolutionner le prendre-soin des personnes
âgées malades et/ou handicapées à la crainte de voir ces mêmes personnes âgées
privées peu à peu de leur liberté, de leur intimité, en supprimant de facto des tâches
exécutées par des professionnels.
3) L’usage des technologies et les normes sociales
En effet, la tentation est toujours grande, lorsqu’on aborde le sujet des
gérontechnologies, de tenter de résoudre certaines questions liées à la technologie
elle-même (par exemple, l’usage de caméras dans les parties communes d’un
EHPAD) indépendamment de la société dans laquelle se situe cette technologie et les
personnes qui l’utilisent. Il faut donc replacer la problématique avec l’acceptabilité
éthique et les normes sociales telles que définies en un moment et un lieu donnés.
1
- Jérôme PELLISSIER enseigne au sein de l’espace éthique de l’Assistance-Publique-Hôpitaux de Paris et est enseignantchercheur à l’Université Louis-Lumière Lyon 2.
PELLISSIER J. « Quelques réflexions... », janvier 2009, mis en ligne sur ttp://www.jerpel.fr/spip.php?article252
80
Conseil Économique, Social et Environnemental de la Région d’Auvergne
« Le numérique »
Le Rapport
L’une des premières responsabilités des professionnels, qu’ils travaillent en
établissement ou à domicile, est d’accepter, bon gré mal gré, les normes et usages
de la société dans laquelle ils vivent et dans laquelle vivent, quelle que soit leur
situation, les personnes dont ils prennent soin.
Autrement dit, indépendamment des questions – éthiques notamment – que peuvent
poser certaines pratiques, il semble normal de défendre que l’usage ou le non-usage
de ces pratiques en gérontologie doit refléter celui de la société en son ensemble.
Ainsi, si un EHPAD, par exemple, refusait demain d’user d’une technologie (caméras
dans les parties communes) alors que la majorité des écoles, administrations,
immeubles, quartiers, parkings, magasins, hôtels, etc., en étaient équipés, il y aurait
un décalage inquiétant – et ce quel que soit ce l’on pense de l’usage de cette
technologie.
À chaque fois qu’une technologie présente dans notre société, dans nos
appartements ou maisons (par exemple, la sonnette à la porte d’entrée), semble
absente dans les établissements où vivent des personnes âgées malades et/ou
handicapées, il faudrait ainsi s’interroger : cette absence est-elle liée à la situation
des personnes hébergées ou à de vieilles habitudes de fonctionnement? Par
exemple, pourquoi, si les personnes sont chez elles dans leur chambre de maison de
retraite (la chambre est leur domicile légal), n’y a-t-il pas des sonnettes comme il y en
a lorsqu’elles vivent chez elles à domicile ?
La vigilance doit être également de mise, pour la situation inverse, dès lors qu’un
établissement utiliserait une technologie que la majorité d’entre nous craignent ou
refusent.
Il faut alors que cet usage soit justifié par les caractéristiques particulières des
personnes hébergées (accroissement de la sécurité, amélioration de la santé, etc.)
sans qu’une technique socialement mieux acceptée ne puisse la remplacer.
Aucune raison en effet que des techniques socialement refusées par une majorité
soient imposées aux citoyens âgés malades et/ou handicapés.
4) Les questionnements nécessaires
Au delà de ce principe important de reflet des normes sociales, des questionnements
éthiques peuvent permettre de guider la réflexion.
Existe-t-il des critères éthiques spécifiques pour l’usage de ces technologies ?
Comment les juger profitables ou dangereuses ? Quels garde-fous peut-on placer
pour leur utilisation ?
a) Choix et consentement
Quelle que soit la technologie utilisée, il faut répondre à un premier principe éthique :
l’aide, le prendre-soin, l’accompagnement, se situent toujours d’abord dans le
respect de l’autonomie psychique des personnes. Et c’est précisément le caractère
choisi (par la personne) ou imposé (par un tiers) d’une technologie qui peut faire la
différence entre une pratique libre et une atteinte (grave) aux droits, un délit voire un
crime.
81
Le Rapport
Conseil Économique, Social et Environnemental de la Région d’Auvergne
« Le numérique »
b) Choix et assistance
Les techniques dites d’assistance doivent ainsi être interrogées en fonction de ce
critère du choix et/ou du consentement. Il est en effet radicalement différent qu’une
personne use d’une technologie pour gagner en indépendance (pour pouvoir faire
et / ou faire seule des choses qu’elle ne pourrait faire et / ou faire seule autrement) ou
qu’une autre personne, proche ou professionnelle, lui impose cette technologie pour
un gain personnel en temps ou en argent.
c) Indépendance – souhaitée par tous ?
Les techniques ou technologies d’assistance permettent donc souvent de faire seul
ce que, sans elles, on ne pourrait faire qu’avec l’aide d’une autre personne. Cela
correspond à l’objectif de l’indépendance qui est souhaitée.
Certaines personnes la souhaitent plus que tout et useront volontiers de technologies
leur permettant, par exemple, la préparation des repas ou l’exécution du ménage.
Pour d’autres, par différences de personnalité ou à cause de situations d’isolement,
les besoins relationnels sont tout aussi importants, voire plus, que le besoin
d’indépendance. Ces personnes ont besoin d’une aide aux repas et au ménage ET
d’un accompagnement pour les deux.
Et donc, ces technologies, en ce qu’elles sont censées répondre ou aider à répondre
à ces besoins, ne doivent pas empêcher de continuer la réflexion, précisément, sur
cette question des « besoins ».
L’essentiel est-il de fournir à la personne de quoi alimenter son organisme, ce qu’une
perfusion peut en effet très bien faire, ou est-il de prendre soin de son appétit, de son
plaisir de manger, du repas partagé, etc. ? Ce sont sûrement ces questions-là qui
doivent guider les manières d’utiliser les technologies.
d) Gérontechnologies et personnes atteintes de syndromes démentiels
Les questions éthiques les plus complexes et délicates vont se poser, dans le champ
gérontologique, lorsqu’on envisage l’utilisation de certaines technologies avec des
personnes qui ne peuvent les comprendre, les choisir, y consentir.
À partir du moment où ces technologies peuvent représenter une atteinte à la liberté,
à la vie privée, à l’intégrité et, plus globalement, aux droits de la personne, il faut les
passer aux cribles de plusieurs questionnements :
Peut-on légalement atteindre ainsi aux droits de la personne ? La technologie
améliore-t-elle la santé, le bien-être, la sécurité de la personne ? Existe-t-il d’autres
procédés moins attentatoires ?
On s’apercevra vite, en se posant de telles questions, que l’usage de certaines
technologies (caméras de surveillance ; géolocalisation) est pour l’instant aussi peu
cadré juridiquement… que l’usage d’autres mesures qui atteignent aux libertés ou à
la vie privée (par exemple personnes maintenues dans des lieux fermés).
82
Conseil Économique, Social et Environnemental de la Région d’Auvergne
« Le numérique »
Le Rapport
Il ne s’agit pas ici de juger de l’intention. Dans la très grande majorité des cas, les
personnes atteintes de démence qui sont maintenues dans des lieux fermés, qui sont
équipées de bracelets de géolocalisation, qui sont placées sous l’œil de caméras, le
sont avec les meilleures intentions du monde, pour leur sécurité, pour éviter qu’elles
se perdent, etc.
Il ne s’agit donc pas de juger de l’intention, ni même des résultats : il faut juste
remarquer qu’il est anormal que toutes ces pratiques ne soient pas encadrées (car
cette absence de cadre est la porte ouverte à toutes les dérives).
Comme le note Jérôme Pellissier dans son article, il faudrait a minima que le
représentant légal de la personne, voire le juge des tutelles, sur avis médical, voire
sur avis médical d’un autre médecin que le médecin traitant, prenne la décision
d’autoriser ladite pratique lorsqu’il semble qu’elle apporte une réelle amélioration
pour la qualité de vie, la santé, le bien-être, la sécurité, de la personne. Ou, autre
possibilité : qu’une telle décision ne puisse être prise sans l’aval d’un « comité »
comprenant plusieurs membres du réseau gérontologique mis en place dans la ville
ou région concernée.
Toutefois, si théoriquement l’éthique ne supporte aucune concession, il serait
actuellement, concrètement, hypocrite de condamner l’usage de certaines
technologies quand on constate qu’elles permettent souvent de moins atteindre aux
droits que lorsqu’elles ne sont pas utilisées.
Ainsi, s’il est éthiquement condamnable d’installer un micro au chevet d’une
personne, l’est-ce autant si cela permet d’entendre un bruit de chute ou un cri,
conduit à enlever les barrières qui jusque-là empêchaient la personne de sortir de son
lit ?
On voit que la réflexion éthique, comme les professionnels, comme les proches, se
trouve vite mal à l’aise. Car peut-on qualifier de « mieux » un « moins pire » ? Peuton éthiquement valider une pratique sous prétexte qu’elle empêche une pratique pire
encore ?
Il ne sera pas répondu ici à cette question fondamentale. En revanche, il faut insister
sur la nécessité d’être plusieurs à se questionner, à se poser a minima la question de
cette « balance » entre d’un côté l’atteinte à l’intimité ou à la vie privée, de l’autre côté
l’accroissement de sécurité, de liberté, de bien-être.
e) Surveiller ou alerter ?
Qu’en est-il de l’amélioration de la sécurité des personnes grâce à différents
systèmes ? Dans l’ensemble des réponses techniques existantes actuellement, les
caméras se répandent car ce système apparaît être au point et relativement peu cher.
83
Le Rapport
Conseil Économique, Social et Environnemental de la Région d’Auvergne
« Le numérique »
Mais il n’empêche pas ce qui a toujours été difficilement vécu : être observé, être vu
sans voir ni (le) savoir est source de malaise et d’insécurité (à l’image du panoptique
de Bentham, architecture carcérale destinée à permettre à un seul gardien d’observer
tous les prisonniers sans que ceux-ci ne puissent savoir s’ils étaient observés).
D’autres systèmes existent, notamment des détecteurs permettant de n’alerter que
si la personne chute, reste trop longtemps dans une pièce, n’a pas regagné son lit en
pleine nuit, etc.
Le principe de ces détecteurs, qui ne transmettent pas d’informations sauf en cas de
danger, est sans doute à privilégier : il améliore nettement la sécurité et implique un
degré d’atteinte à la vie privée socialement accepté.
f) Une amélioration… mais par rapport à quoi ?
Évidemment, beaucoup de techniques, de technologies, améliorent ou peuvent être
présentées comme améliorant : l’accès aux soins (télémédecine), le lien social
(visiophonie) ; la sécurité (géolocalisation) ; le bien-être (robots-animaux de
compagnie)…
Mais trop souvent l’amélioration apportée par la technologie peut n’apparaître que
comme un pis-aller face à l’absence de procédés ou de solutions humaines (plus
coûteuses ou socialement utopiques).
Jérôme Pélissier conclut ainsi son propos sur cette question : « Certes, quand
personne ne rendra visite à Mme Durand, la demi-heure de visiophonie via le net avec
son petit fils améliorera sa vie sociale ; certes, quand personne dans le village ne
pourra ramener M. Dupont chez lui s’il se perd, la géolocalisation permettra au salarié
de la société de vidéo-surveillance d’aller le chercher de l’autre côté du village ;
certes, puisque les animaux sont si compliqués à faire entrer en EHPAD, les robotschiens amélioreront sans doute le bien-être de certains résidents…
Faute de grives, on mange des merles. Faute de médecins, de proches, de temps, de
voisinage, de sociabilité, d’animaux [il y aura] des désastres, des désastres qu’on
modèrera grâce aux caméras, aux robots, aux bracelets, etc. Faute de vie, de vraie
vie, tous les ersatz seront bons à prendre ! »
Toutefois, cela ne doit pas empêcher d’affirmer que, intelligemment utilisées, ces
technologies sont pertinentes : qu’il est des diagnostics complexes que la
télémédecine permet, des discussions en ligne passionnantes, des géolocalisateurs
qui permettent de sortir et de se perdre sans danger, des robots bébé-phoque
sympathiques à des personnes que les vrais animaux embêtent ou inquiètent.
Une fois de plus, on voit bien que la plupart des questions que posent les
(géron)technologies ne portent pas tant sur la technologie elle-même que sur nos
choix de vie, sur la société que nous voulons construire, sur la conception que nous
avons de ce qu’est vivre, vieillir, prendre-soin…
84
Conseil Économique, Social et Environnemental de la Région d’Auvergne
« Le numérique »
Le Rapport
5) Risques
Contenus en creux dans les développements précédents, les risques relatifs aux
questions éthiques, portant sur les relations de soin et de prendre-soin, sur
l’isolement social, sur les modes de vie, etc. peuvent également émerger avec ces
thèmes qui sont complexes et contiennent des interrogations difficiles à résoudre de
manière univoque. Ainsi, on peut aisément fuir ces questions en demandant aux
technologies de les résoudre à notre place. Il existe de ce fait plusieurs risques qui
peuvent en découler.
Un double risque politico-économique : que les technologies servent de cheval de
Troie à ceux qui souhaiteraient remplacer certains professionnels par des machines
moins chères. On pourrait ainsi non seulement avoir à connaître des personnes âgées
qui seraient assistées par des technologies plutôt que par des « vrais gens », et pour
lesquelles le manque de « vraie vie » dans tout cela soit finalement contre-productif
dans la prise en compte de la fragilité au quotidien, mais il faudrait bien évidemment
tenir compte en parallèle des effets destructeurs sur l’emploi dans les différentes
catégories d’intervenants humains auprès de la personne âgée telles que celles-ci
existent et travaillent aujourd’hui.
Autre risque, un risque d’angélisme technologique (parfois soutenu par des intérêts
économiques), servi par la mode des gérontechnologies : on peut alors trouver très
« branché » et très impressionnant de faire avec des caméras, des ordinateurs, des
capteurs, etc., des procédés ou activités qu’on peut faire avec des végétaux, des
animaux, d’autres humains, bénévoles, enfants, etc. et ce sans même que la
dimension de compression des coûts mentionnée plus haut soit à évoquer.
Mais existe également en parallèle le risque d’une (géron)-technophobie qui
conduirait au nom de l’éthique ou du droit, à se priver de technologies qui peuvent
améliorer l’indépendance, le prendre-soin, la sécurité ou la liberté.
On peut toutefois raisonnablement penser que les technologies ne déshumaniseront
pas forcément le prendre-soin, l’accompagnement si l’on sait éviter un monde de
robots domestiques incapables d’apporter aux personnes qu’ils « aident » de la
chaleur humaine.
Mais pour l’éviter il faut d’abord accepter de ne pas oublier qu’un humain peut se
déshumaniser très bien tout seul, sans aucune machine. Les robots, les machines,
les technologies connectées ou non ne donneront jamais à une personne âgée
l’affection que les humains peuvent lui donner. Mais les technologies ne la
mépriseront pas ou ne la maltraiteront jamais comme des humains peuvent le faire.
Les technologies auront la place qu’on leur attribuera en fonction de nos réflexions
et de notre façon de concevoir le monde.
85
Le Rapport
Conseil Économique, Social et Environnemental de la Région d’Auvergne
« Le numérique »
B) Les TIC connectées et les élèves en établissement
d’enseignement et/ou au domicile
Dans ce chapitre seront présentées les conséquences de l’introduction des TIC
connectées dans le cursus d’enseignement aujourd’hui en France ; on parle d’ailleurs
à ce sujet de TICE ou TIC pour l’enseignement. Celles-ci seront illustrées à travers
l’exemple de de deux dispositifs déployés (en partie ou totalement) en Auvergne sur
lesquels on s’attardera plus particulièrement : l’Espace Numérique de Travail (ENT)1
et les manuels numériques.
Avant d’aborder ces dispositifs spécifiques, seront rapidement présentées les usages
numériques dans les différentes situations d’apprentissage ainsi que les effets de
l’utilisation des TICE dans les résultats scolaires.
Afin de présenter rapidement quels peuvent être les usages des TICE dans les
différentes situations d’apprentissage ; il sera fait ici appel au « Cahier de
préconisations -Vers un système d’information pédagogique » édité par l’académie
de Clermont-Ferrand en 20082.
1) Les usages dans les différentes situations d’apprentissage
a) L’animation de la classe
Le premier usage mentionné est celui de l’animation de la classe.
Actuellement, la situation la plus fréquente est celle de l’enseignant face à des élèves,
il présente le contenu du cours et gère les flux de communication. Au centre du
dispositif TICE se trouve un ordinateur avec accès au réseau de l’établissement, à
l’Internet et à l’espace numérique de travail (ENT). L’écran de l’ordinateur est projeté
par un vidéo-projecteur. Ce dispositif permet la présentation de toutes les
ressources, qu’elles se trouvent en ligne ou sur un espace de stockage interne :
textes, images, enregistrements audio ou vidéo, radio et télévision en direct,
animations, exercices interactifs.
L’installation peut être complétée par un tableau blanc interactif (TBI) ou une barre de
capture. L’ordinateur peut être piloté depuis le tableau. Les élèves peuvent intervenir
sur le tableau à partir de leur place à l’aide des tablettes mobiles ou des dispositifs
de vote individuel. Ce qui est présenté au tableau peut être capturé, stocké et ensuite
être mis à disposition des élèves : pour nourrir leur travail personnel ou pour une
réutilisation en classe lors d’une éventuelle remédiation.
- On trouve indifféremment les expressions « environnement numérique de travail » ou « espace numérique de travail ».
- « Cahier de préconisations -Vers un système d'information pédagogique », Académie de Clermont-Ferrand – DATICE, mars
2008, 23p.
1
2
86
Conseil Économique, Social et Environnemental de la Région d’Auvergne
« Le numérique »
Le Rapport
L’accès à l’ENT par l’enseignant depuis son domicile représente un avantage
considérable lors de la phase de préparation de la classe et pour le suivi du travail
réalisé en cours. Il peut en effet concevoir ses séances à domicile et les stocker dans
son espace de travail. La classe dispose également d’un espace de stockage qui
constitue d’une certaine manière la mémoire de la classe. Il est ainsi plus facile de
retracer le processus de construction du savoir.
Ce dispositif d’animation de la classe est à la fois un outil favorisant la mémorisation
chez les élèves et une aide précieuse pour différencier les approches pédagogiques.
b) Les travaux pratiques
La salle multimédia est la configuration de la salle de classe qui va d’un mode de
présentation collectif à un mode de présentation individuel. Chaque élève (seul ou en
binôme) est devant un poste. Les postes sont en réseau avec la possibilité d’un
accès au réseau de l’établissement et à l’internet. Cette forme d’animation du cours
a deux caractéristiques propres :
 Les activités proposées peuvent être exécutées de façon individuelle et
simultanée par chaque élève : tout le monde est actif, que ce soit lors des
simulations d’expériences en sciences expérimentales, d’exercices de
prononciation en langues vivantes, de production musicale ou toute autre
activité qui a pour but l’appropriation des connaissances transmises.
 Chaque élève peut progresser à son rythme. C’est le lieu idéal de la pédagogie
différenciée. Il est possible d’établir des scénarii pédagogiques qui incluent des
chemins pour pallier aux lacunes des uns ou pour pousser la réflexion des
autres. Le maître a la possibilité de suivre le travail de chaque élève et
d’intervenir au besoin.
La mise en réseau et l’ENT permettent en plus d’utiliser ces scénarii en dehors du
cours, en étude dirigée ou lors de l’aide aux devoirs. A terme, il sera également
possible d’installer un dispositif qui permet d’encadrer l’enseignement à distance.
c) Le travail personnel des élèves
Un système d’information pédagogique et l’ENT ouvrent l’accès à des ressources
appropriées à chaque élève en tenant compte de son niveau de formation et de son
profil cognitif. Les TICE constituent un outil privilégié de différenciation pédagogique
pour l’encadrement du travail personnel des élèves. Dans chaque établissement, les
équipes éducatives doivent d’une part, réorganiser l’espace et le temps de
l’enseignement pour permettre un accès égal aux dispositifs et d’autre part, favoriser
le libre accès des élèves en dehors des heures de cours.
87
Le Rapport
Conseil Économique, Social et Environnemental de la Région d’Auvergne
« Le numérique »
d) Le centre de documentation et d’information (CDI)
C’est le lieu privilégié d’accès individuel aux ressources. Doté de postes pour les
élèves avec ressources en et hors ligne, il offre les outils de travail nécessaires
permettant aux élèves de suivre leur parcours spécifique d’apprentissage. Dans
l’organisation du temps scolaire, il est nécessaire d’aménager des plages d’accès au
CDI et aux postes afin que chaque élève puisse utiliser son espace personnel selon
les conseils des enseignants.
2) Eléments statistiques sur les usages
Après avoir présenté divers usages numériques possibles dans les situations
d’apprentissage, il faut pouvoir juger de leur utilisation effective par les divers publics
auxquels ils s’adressent. Afin de pouvoir présenter quelques éléments statistiques
sur les usages permettant de mieux appréhender la diffusions relatives de certains
usages, seront ici rapidement présentés des résultats tirés de l’étude « Les TIC en
classe au collège et au lycée : éléments d’usages et enjeux » menée en 2010 par la
Direction de l’évaluation, de la prospective et de la performance (Depp) du ministère
de l’Education1.
a) Du côté des enseignants
 L’usage des TICE en classe semble globalement répandu… La quasi-totalité
des enseignants utilisent les TICE, d’une façon ou d’une autre (ainsi, 94 %
d’entre eux déclarent les utiliser à des fins personnelles). Toutefois, seuls 64 %
les utilisent avec manipulation des outils par les élèves : 5 % le font tous les
jours, 11 % une ou plusieurs fois par semaine.
 La plus ou moins grande utilisation des TICE en classe dépend avant tout
de la discipline enseignée. Les disciplines les plus « utilisatrices » sont les
enseignements technologiques (90 %) et scientifiques (sciences de la vie et de
la Terre : 75 %, physique-chimie : 69 %, mathématiques : 60 %).
 Les TICE sont jugés utiles pour plusieurs des objectifs pédagogiques les
plus importants : aider les élèves en difficulté (67 % d’enseignants le déclarent
« très important »), accroître la motivation à apprendre (67 %), apprendre aux
élèves à devenir autonomes (60 %) et stimuler la curiosité (60 %). Les objectifs
plus « techniques » ne sont jugés « très importants » que par une minorité
d’enseignants : donner aux élèves l’occasion d’apprendre auprès de pairs ou
d’experts extérieurs à l’établissement (11 %), apprendre aux élèves à travailler
à distance (13 %), participer à la formation aux principes et fonctionnalités de
l’informatique (16 %), développer d’autres pratiques (17 %) et mettre en œuvre
le B2i (17 %). Un enseignant sur deux considère qu’apprendre aux élèves à
communiquer est très important, ainsi que le fait de donner aux élèves
1
- « Les TIC en classe au collège et au lycée : éléments d’usages et enjeux », Direction de l'évaluation, de la prospective et de
la performance (DEPP), ministère de l’Education, octobre 2010, 85p. la synthèse des résultats indiquée ici a été effectuée par
la Mission FOURGOUS pour les TICE, disponible à l’adresse suivante : http://missionfourgous-tice.fr/les-tic-en-classe-aucollege-et-au
88
Conseil Économique, Social et Environnemental de la Région d’Auvergne
« Le numérique »
Le Rapport
l’occasion d’apprendre avec des pairs, et trois enseignants sur quatre indiquent
qu’apprendre aux élèves à travailler à distance est également très important.
 Les enseignants utilisent les TICE surtout pour chercher de l’information,
élaborer des supports de cours et fabriquer des exercices.
 Comme pour les enseignants, les TICE servent aux élèves d’abord pour
chercher des informations. Les TICE sont le moins utilisés par les élèves pour
traiter des erreurs (selon 14 % des enseignants), argumenter (14 %), déterminer
ses propres stratégies d’apprentissage (12 %) et débattre (10 %).
 La principale compétence liée à l’usage des TICE est de savoir chercher.
Interrogés sur les compétences auxquelles l’usage des TICE leur semble le plus
souvent lié, les enseignants mettent en premier lieu, loin devant toutes les
autres, chercher (35 %, dans un cadre où il était possible de faire trois choix
parmi une trentaine de choix proposés). Viennent ensuite communiquer (18 %),
comprendre (18 %), et expérimenter (17 %), puis simuler (16 %), illustrer (16 %),
analyser (15 %) et modéliser (15 %). Au contraire, les TICE, selon les
enseignants, n’ont que peu de lien avec des compétences comme argumenter
(3 %), commenter (3 %), résoudre (3 %), démontrer (3 %), ou encore raconter
(2 %), résumer (2 %)…
 Deux tiers des enseignants déclarent bien savoir réaliser des documents
avec les TICE… D’autres compétences liées aux TICE sont peu ou mal
maîtrisées : mener des projets en travail collaboratif à distance (49 % de
l’ensemble des enseignants ne maîtrisent « pas du tout »), utiliser les TICE pour
gérer les progrès des élèves (45 %), utiliser les TICE pour évaluer les
performances des élèves (38 %), utiliser les TICE pour différencier les activités
d’apprentissage (37 %).
 Les connaissances et compétences dans le domaine des TICE
s’acquièrent surtout par l’autoformation. La quasi-totalité des enseignants
(88 %) ont acquis leurs connaissances et compétences dans le domaine des
TICE par l’auto-formation.
 Un enseignant sur deux a participé à une formation liée aux TICE au cours
des deux dernières années. Les formations souhaitées par les enseignants
sont avant tout, les formations à l’utilisation d’outils multimédias (59 %), le
perfectionnement à l’usage d’internet (création de sites web, vidéoconférences,
etc.) (57 %), et des formations pédagogiques relatives aux modalités
d’intégration des TICE dans le processus d’enseignement apprentissage (56 %).
89
Le Rapport
Conseil Économique, Social et Environnemental de la Région d’Auvergne
« Le numérique »
En conclusion :
 Les enseignants déclarent que le principal facteur qui peut les dissuader de
l’usage des TICE est le nombre d’élèves,
 Les objectifs des « activités TICE » sont d’acquérir des connaissances selon
tous les enseignants, d’utiliser l’expérimentation pour les scientifiques, et de
savoir chercher des informations pour les littéraires,
 Les activités utilisant les TICE remettent en cause l’organisation pédagogique
traditionnelle (nécessité de demi-groupe),
 Les effets des TICE sur les aptitudes des élèves sont jugés globalement positifs,
ils sont liés à la connaissance et à la motivation.
b) Du côté des élèves
 Les élèves, filles et garçons, aiment particulièrement travailler sur
ordinateur. Interrogés sur ce qu’ils aiment en classe à partir d’une liste de
12 items, les élèves privilégient trois réponses : travailler en petits groupes
(92 %), faire des expériences (91 %) et travailler sur ordinateur (91 %), suivi par
regarder des documents multimédias (87 %). Le travail avec les TICE est donc
particulièrement apprécié.
 Pour les élèves, l’ordinateur en classe sert avant tout à chercher de l’information
dans les disciplines littéraires et à faire des exercices dans les disciplines
scientifiques.
 L’ordinateur est jugé utile par les élèves, même dans les disciplines littéraires
où ils l’utilisent peu. Selon les élèves, un lien important existe entre l’utilité de
l’ordinateur en classe dans chaque discipline, et le fait qu’ils l’utilisent ou non
dans les faits.
 Le moment où les élèves utilisent l’ordinateur en classe est un moment où
les élèves estiment être aidés, actifs, contents. Pour environ 80 % d’entre
eux, c’est un moment où ils sont actifs (collège : 75 % ; LEGT : 81 %), contents
(collège et LEGT : 80 %), trouvent que le temps passe vite (collège : 82 % ;
LEGT : 81 %). C’est aussi en premier lieu un moment où ils peuvent être aidés
par le professeur (collège : 83 % ; LEGT : 84 %) et peuvent poser des questions
(collège : 80 % ; LEGT : 81 %). C’est au contraire très rarement (pour 10 % ou
moins) un moment où ils s’ennuient, où ils perdent leur temps, où ils ont
l’impression d’être en échec.
 95 % des élèves déclarent utiliser l’ordinateur pour le travail scolaire en dehors
de la classe.
3) Le dispositif de l’Espace Numérique de Travail – l’ENT Auvergne
a) Présentation de l’ENT
L’Espace Numérique de Travail (ou environnement numérique de travail ou bien
encore « bureau virtuel » ou « portail de services ») est un espace virtuel déployé dans
les établissements d’enseignement où chaque utilisateur (personnel, élève, parent)
dispose d’un accès à son compte personnel, créé lors de son inscription dans
l’établissement.
90
Conseil Économique, Social et Environnemental de la Région d’Auvergne
« Le numérique »
Le Rapport
Les utilisateurs de l’ENT peuvent bénéficier, selon l’état du déploiement de la
solution, de la mise à disposition, de tout ou partie, d’informations, de services,
d’outils de communications, de ressources dans les domaines suivants relevant de la
vie de l’établissement :
 Vie scolaire : notes et bulletins, espace de travail et stockage, absences et
retards, agendas, punitions et sanctions, emplois du temps, relation avec les
parents…
 Pédagogie : cahier de textes, ressources pédagogiques, suivi individuel et
tutorat, validation des compétences…
 Communication : messagerie, forums, listes de diffusion, blogs, messagerie
instantanée, actualités, annuaire…
 Ressources : ressources numériques, signets, réservation de matériel, tutorat,
gestion du LPC (livret personnel de compétences), cahier de texte de la classe,
enseignement à distance…
 Transverses : moteur de recherche, gestion des données personnelles, aide en
ligne, tutoriels…
 La vie de l’établissement : voyages scolaires, activités associatives et
périscolaires,
 Informations scolaires : accès aux annuaires de l’établissement et de
l’académie, à un carnet d’adresses, à un espace de stockage de fichiers privés,
à un agenda personnel, etc.
Pour notre région, généralisé à l’échelle de toute l’Académie, l’ENT’Auvergne a connu
en 2011 sa dernière année de déploiement1 (hors enseignement primaire). Lancé en
2005 aussi bien dans les collèges, les lycées et lycées professionnels, l’ENT
Auvergne cherche aujourd’hui à s’engager dans un processus d’intensification de ses
usages en rendant plus efficaces les outils de vie scolaire et en développant les
usages pédagogiques.
b) Chronologie du déploiement de l’ENT Auvergne
Juillet 2005 : la décision conjointe de se lancer dans le déploiement d’un ENT
académique est prise entre le Conseil régional, les quatre Conseils généraux et le
Rectorat. Cette initiative a été la première de cette ampleur au niveau national.
2005/2006 :
 Mise en place d’une convention cadre entre l’État et les collectivités territoriales
 Préparation et passation du marché de l’ENT
 Elaboration du projet avec les établissements scolaires du second degré
Novembre 2006 : expérimentation dans six établissements
A partir de septembre 2007, le panel s’élargit par vagues successives
- Source DATICE, Académie de Clermont-Ferrand, disponible
ent.com/2011/04/01/reperes-cles/ et Conseil régional d’Auvergne.
1
91
à
l’adresse
suivante
:
http://projets-
Le Rapport
Conseil Économique, Social et Environnemental de la Région d’Auvergne
« Le numérique »
Mars 2011 :
La quasi-totalité des établissements sont concernés à l’exclusion de
quelques collèges du Puy-de-Dôme. Aujourd’hui, l’ENT Auvergne est accessible
dans :
 120 collèges,
 56 lycées, lycées Professionnels et Etablissements Régionaux d’Enseignement
Adapté,
 10 établissements agricoles.
Il faut noter que la méthode mise en place par l’Auvergne se distingue également par
sa globalité et le fait que l’ensemble des établissements secondaires publics ont été
concernés par ce déploiement (lycées généraux, lycées professionnels, lycées
agricoles et EREA).
Techniquement, le projet s’est inscrit dans le cadre général de l’informatisation des
lycées qui comprenait notamment le câblage, l’achat de serveurs pédagogiques,
d’ordinateurs et d’équipements (notamment les tableaux blancs interactifs), ainsi que
le raccordement au réseau Auverdata.net avec une connexion haut débit. Cet
investissement de 40 M€ mobilisés par la Région de 2006 à 2010 a permis
d’accompagner et de viabiliser la mise en place du portail ENT.
c) L’ENT Auvergne en chiffres
Au 1er janvier 2011, l’ENT est installé dans 186 établissements sur les 196 que compte
l’académie. Il y a environ 264.000 comptes ouverts, aussi bien pour les enseignants,
les élèves, les parents d’élèves et les équipes administratives.
Si l’on observe les évolutions des connexions entre 2009 et 2011 dans les lycées
(figure suivante)1, le dispositif semble connaître une nette accélération en 2011.
Ce qui est confirmé sur l’ensemble des établissements collèges et lycées où, par
rapport à la période équivalente sur l’année scolaire 2009-2010, l’année scolaire
2010-2011 montre les évolutions des connexions suivantes qui sont
impressionnantes :
1
- Source : Conseil régional d’Auvergne.
92
Conseil Économique, Social et Environnemental de la Région d’Auvergne
« Le numérique »
Le Rapport
 Nombre de visites : 5.100.126 (+ 53,2 %),
 Nombre de visiteurs : 3.404.646 (+ 50,8 %),
 Nombre de pages vues : 34.153.614 (+ 41,5 %).
(Visites de sept 2010 à avril 2011 : d’après le dispositif de mesure d’audience
de la Caisse des Dépôts)
Actuellement la plupart des comptes élèves et enseignants sont actifs, le taux est
moins important, notamment en ce qui concerne les parents des lycéens
La progression est rapide et constante et, au terme de la troisième année de mise en
service, on constate que la quasi-totalité des utilisateurs font un usage régulier de
l’ENT.
d) Principaux usages
La DATICE de l’Académie de Clermont-Ferrand donne la messagerie, puis la
consultation des notes comme étant les fonctions les plus utilisées par les parents. Il
apparaît par ailleurs que les enseignants utilisent beaucoup les outils d’échanges et
que, dans les établissements qui l’ont généralisé, la consultation du cahier de textes
est majeure.
Le graphique suivant montre la répartition des visites par fonctionnalité.
93
Le Rapport
Conseil Économique, Social et Environnemental de la Région d’Auvergne
« Le numérique »
e) Nouveautés techniques survenues en 2010-2011
« Infostance », solution retenue depuis le lancement du projet en Auvergne (2007), a
d’abord déployé, en vue de favoriser une rapide appropriation de l’ENT par ses
utilisateurs cibles, des outils de vie scolaire. La rentrée scolaire 2010 a été marquée
par le développement de fonctionnalités collaboratives en vue de généraliser les
usages pédagogiques.
La nouvelle version (mise en service à la rentrée de septembre 2010) intègre des
fonctionnalités inter établissements. La liaison entre collèges et lycées en est facilitée
(meilleur suivi scolaire d’un cycle à l’autre). L’ENT devient également un outil
d’échanges entre les partenaires institutionnels : le Rectorat et les collectivités
peuvent diffuser des informations à travers l’espace de pilotage académique et
territorial (l’EPAT). Dans les établissements, cette nouvelle fonctionnalité permet la
gestion des sites web des collèges et des lycées, facilitant les logiques de
communication interne et externe.
f) Complémentarité de l’ENT et des tableaux blancs interactifs (TBI)
Au départ, les services proposés par le tableau blanc interactif étaient limités à
l’utilisation du TBI en remplacement d’un tableau plus classique1.
1
- Source : OURLIAC Philippe, « Conseil Régional d’Auvergne : Tableaux Blancs Interactifs » publiée le 14 avril 2010 sur
le site de l’Observatoire des TErritoires Numériques (OTEN) à l’adresse suivante : http://oten.fr/?Conseil-Regional-dAuvergne.
94
Conseil Économique, Social et Environnemental de la Région d’Auvergne
« Le numérique »
Le Rapport
Avec le temps, d’autres services sont apparus : sauvegarde, transfert et impression
des cours avec les annotations effectuées en classe, possibilité pour l’enseignant de
préparer ses cours à domicile et de les transférer sur l’appareil via Internet, possibilité
de visioconférence, bibliothèques d’images mises à disposition par le constructeur,
accès Internet…
Le TBI est devenu un véritable « couteau suisse » avec certains services très utilisés
(sauvegarde, impression des cours, transferts des cours depuis le domicile de
l’enseignant…) alors que d’autres demeurent marginaux (la faible utilisation des
logiciels spécifiques accompagnant les matériels, par exemple, ne justifie pas leurs
coûts d’acquisition).
De plus, les TBI possèdent une capacité d’interaction avec les ENT. Par exemple,
l’ensemble des notes prises sur le TBI pendant le cours peuvent être mises à
disposition des élèves sur l’ENT, offrant ainsi à ceux-ci la possibilité de vérifier leurs
notes personnelles, ou encore la possibilité de rattraper les cours plus facilement
pour les élèves absents.
Enfin, certains accessoires peuvent compléter le TBI, comme des tablettes
interactives ou des boîtiers de votes. Les tablettes interactives constituent la
prochaine étape de la classe numérique, en permettant l’établissement d’un réseau
local, et donc d’une interactivité forte, entre celles-ci et le TBI. Par exemple, un élève
ayant résolu un exercice sur sa tablette peut transférer sa solution sur le TBI sans
déplacement. Les boîtiers de vote permettent la résolution de QCM de groupe sur le
TBI, ou encore la simplification de l’adoption de résolutions lors des réunions de
parents d’élèves ou de conseils de classes.
4) Les manuels numériques
a) Définition
La définition du manuel numérique telle que retenue dans le cadre de
l’expérimentation nationale menée en septembre 2009 est la suivante : « (…) manuel
dématérialisé que l’on utilise avec un ordinateur. Il est vu sur l’écran ou projeté en
classe avec un vidéoprojecteur. En plus des textes et images que l’on trouve dans le
manuel papier, le manuel numérique peut proposer des documents sonores, des
animations ou des vidéos »1.
b) Les fonctionnalités courantes des manuels numériques
Les fonctionnalités courantes des manuels numériques sont nombreuses. Les
manuels proposent ainsi en général :
 des navigations et des repères (sommaire cliquable, navigation dans les pages,
n° page, par chapitre, par diaporama),
 des outils de visualisation (zoom simple, cache/spot, zoom sélectif),
1
- Source : dossier « manuel numérique » du ministère disponible à l’adresse suivante :
http://eduscol.education.fr/dossier/manuel.
95
Le Rapport
Conseil Économique, Social et Environnemental de la Région d’Auvergne
« Le numérique »
 des outils de marquage (surlignage, annotations, temporaires ou sauvegardées),
 une recherche, un lexique,
 une boîte à outils (crayon, surligneur, gomme, avec sauvegarde ou pas des
modifications),
…
Les fonctionnalités utilisées en projection en classe peuvent être également être
complétées ou substituées par celles du tableau noir interactif TNI, ou du vidéoprojecteur interactif (VPI). Le TNI peut également être le vecteur de sauvegarde des
annotations pour la classe des traces de la séquence.
c) Les fonctionnalités enrichies des manuels numériques
Des fonctions de recherche sont en général présentes avec un lexique proposé dans
le manuel numérique, une fonction de recherche plein texte et l’affichage des
occurrences, etc.
A celles-ci s’ajoutent des fonctions liées aux ressources additionnelles comme par
exemple les enrichissements. Les types des enrichissements sont variés d’un manuel
à l’autre et d’une discipline à l’autre, avec en général une recherche possible parmi
ces ressources ajoutées au contenu par type (audio, vidéo, animation…), par thème,
etc.
Le nombre des enrichissements est très variable, de quelques ressources seulement
jusqu’à plus de 200 ressources dans un manuel (en histoire-géographie par exemple).
La plupart des manuels numériques proposent également un comparateur de
documents, issus de la même page ou de pages différentes…
De plus, pour certains manuels numériques, des partenariats ont été engagés avec
des sites institutionnels pour l’accès à des ressources choisies, pour d’autres des
liens hypertexte renvoient vers la page d’accueil de ces sites.
Enfin, pour quelques manuels numériques, il est possible également d’ajouter de
manière simple des enrichissements avec des documents personnels ou issus
d’autres sources.
On note aussi pour le travail des élèves, suivant les manuels, des fonctionnalités :
- d’écoute/visualisation et d’annotation,
- de Quiz,
- de révision (résumés audio, etc.).
d) Les fonctionnalités numériques avancées
Les fonctionnalités qui apportent une forte plus-value aux manuels numériques
regroupent les notions d’interactivité pour des activités destinées aux élèves, de
personnalisation ou de mutualisation destinées en premier lieu aux enseignants.
Interactivité pour des activités réalisées par les élèves dans leur manuel
numérique.
96
Conseil Économique, Social et Environnemental de la Région d’Auvergne
« Le numérique »
Le Rapport
Certains de ces manuels ont développé des activités qui permettent une interaction
avec l’utilisateur élève en particulier. Il s’agit par exemple d’un exercice que l’élève va
pouvoir travailler avec une aide appropriée : renvoi vers une animation qui montre les
étapes d’un exercice similaire, aide pas à pas pour indiquer ce qui est juste ou faux,
lien vers l’élément de cours lié à la difficulté, corrigé animé, etc.
Certains manuels permettent également à l’élève de réaliser un travail sous forme
numérique et de l’envoyer via Internet au professeur, qui le recevra en mode
asynchrone, pour le lire ou le corriger au moment qu’il aura choisi.
Personnalisation
S’il est assez fréquent de pouvoir entrer et sortir du manuel pour aller vers des
ressources sur le Web, il est souvent plus difficile d’exporter un élément isolé du
manuel vers un support externe ou vers l’ENT par l’enseignant ou par l’élève.
Avec certains manuels seulement l’enseignant peut personnaliser les pages du
manuel, en agençant des éléments (textes, images), en ajoutant des ressources
personnelles dans le porte documents prévu par le manuel, en créant un document
de cours « sur mesure » (diaporama ou autre format suivant les éditeurs).
Il est enfin possible, mais c’est exceptionnel, de pouvoir modifier directement les
textes du manuel, le questionnement ou des parties de texte hors citations.
Notion de granularité
Les manuels qui permettent ces manipulations de personnalisation ou d’affichage
indépendant de chaque élément d’une page d’un manuel numérique présentent des
contenus granularisés. Les éléments de la page, appelés granules (blocs de textes,
images, etc.) sont « prédécoupés » pour permettre un accès indépendant à chacun
d’entre eux (pour les manuels en ligne chaque granule est associé à une URL).
Ces manuels numériques permettent ainsi à l’enseignant d’afficher chaque élément
de la page du manuel comme un élément indépendant du tout, d’utiliser toutes les
fonctionnalités du manuel pour cet élément et de personnaliser le manuel en fonction
des classes et des élèves comme décrit ci-dessus.
Mutualisation
Les manuels numériques qui proposent des fonctions de personnalisation peuvent
permettre également la mutualisation des pages ainsi produites, selon la volonté de
l’enseignant de publier ces pages pour ses élèves seulement ou de les partager avec
d’autres enseignants.
Une fonctionnalité de publication (pour la mutualisation, ou partage) avec choix des
destinataires (les élèves ou les autres enseignants qui disposent de ce manuel) peut
être ainsi proposée.
Risques
La publication est proposée le plus souvent dans l’environnement du manuel
numérique (c’est-à-dire dans un format propriétaire qui ne peut être lu en dehors du
manuel), ce qui pose à ce jour la question des droits spécifiques (« propriété » et
durée d’accès) des enseignants ou des élèves qui ont réalisé ces productions,
apportant quelquefois ainsi une plus-value au manuel.
97
Le Rapport
Conseil Économique, Social et Environnemental de la Région d’Auvergne
« Le numérique »
Par ailleurs, l’utilisation du manuel numérique en ligne via l’ENT d’une part, avec un
TNI d’autre part, et aussi d’Internet pour naviguer (grâce aux liens externes au manuel
mais proposés dans le manuel), oblige l’enseignant (ou l’élève) à « jongler » avec des
fonctionnalités, des espaces multiples et pas toujours interopérables de navigation,
de sauvegarde, etc.
Réseau social
Des équipes de recherche travaillent actuellement sur des projets de couche réseau
social ajoutée à un livre numérique ou à un manuel et qui en ferait « un manuel de la
classe » en permettant à un groupe d’élèves et enseignant(s) par exemple de partager
leurs commentaires ou leurs réponses à des questions portant sur les contenus du
manuel numérique.
e) L’accessibilité des manuels numériques
Le manuel numérique tel qu’il se présente à cette date n’intègre pas de
fonctionnalités spécifiques aux différentes situations de handicap.
Dans certains cas, il est considéré comme un élément d’amélioration des conditions
d’apprentissage des usagers en situation de handicap. Les avantages cités sont
l’autonomie que donne le manuel numérique accessible sur un écran, le zoom ou les
formats type epub qui permettent un redimensionnement des pages affichées, les
documents additionnels, visuels ou sonores, etc.
Inversement, dans d’autres cas, certaines difficultés de lecture, avec les manuels
numériques tels qu’ils se présentent à cette date, semblent être au contraire
aggravées avec le manuel numérique et la quantité d’informations affichées (double
page en général) ne facilite pas forcément les apprentissages de ces élèves.
f) L’expérimentation « manuels numériques » menée par le Conseil régional
d’Auvergne
Les objectifs de l’expérimentation manuels numériques menée par le Conseil régional
d’Auvergne sont les suivants1 :
 promouvoir cette nouvelle génération de contenus pédagogiques afin :
 d’améliorer l’apprentissage des TIC par les lycéens,
 de perfectionner les méthodes d’enseignement et ainsi lutter en partie
contre l’échec scolaire,
 d’enrichir les ENT de ressources numériques de qualité,
 de garantir à tous les élèves l’accès aux manuels numériques, notamment
au domicile,
 de diminuer le poids du cartable de l’élève.
1
- Source : diaporama « Projet d’expérimentation de Manuels Numériques », Conseil Régional d’Auvergne, 2011, 23 p.
98
Conseil Économique, Social et Environnemental de la Région d’Auvergne
« Le numérique »
Le Rapport
 tester différents types d’équipements innovants,
 étudier les comportements de l’ensemble des acteurs face à cette évolution
inéluctable des manuels scolaires dans les années à venir.
Ont été mobilisés sur cette expérimentation le Conseil régional (Vice-Présidente en
charge des lycées, Pôle Formation Initiale et Apprentissage, Pôle Mobilité Durable et
Numérique, Pôle Équipements), l’Etat avec le Rectorat (DATICE, Centre académique
d’assistance, Service infrastructures réseaux et Corps d’inspection et la DRAAF,
Direction régionale de l’alimentation de l’agriculture et de la forêt ) d’Auvergne ainsi
que les établissements (Enseignants, élèves, proviseurs, documentalistes, chefs de
travaux) et les associations de parents d’élèves. Le CRDP et les solutions de
Plateformes et Éditeurs étaient également concernées.
Il faut bien préciser ici que le Conseil régional d’Auvergne n’intervient en rien sur le
contenu pédagogique de l’expérimentation.
Vingt-deux établissements ont répondu à l’appel à projets lancé par le Conseil
régional. Douze d’entre eux ont été retenus par le comité de validation, selon des
critères de recevabilité définis dans trois domaines : technique, fonctionnel et
humain.
 Pour l’aspect technique
 pas de dysfonctionnements techniques du réseau ne pouvant être résolus
à court terme,
 existence d’un dispositif d’assistance technique et d’accompagnement,
1
 nécessité d’être « ouvert » à l’utilisation du Wifi .
 L’aspect fonctionnel nécessitait de remplir les conditions suivantes
 utilisation appropriée des ENT,
 démarche d’innovation,
 réponse pérenne,
 définir les priorités du projet,
 définir les publics concernés,
 adopter une démarche d’évaluation.
 Enfin l’aspect « humain » insistait sur la nécessité
 d’avoir une équipe volontariste et motivée,
 de mettre en place un plan d’accompagnement pédagogique,
 de faire remonter les besoins en formation,
 de mener des actions de sensibilisation à l’usage d’Internet,
 de mettre en place un comité de suivi.
Les douze établissements se répartissent de manière homogène sur le territoire
auvergnat : on dénombre trois établissements dans l’Allier, trois établissements dans
le Cantal, un établissement dans la Haute-Loire et cinq établissements dans le
Puy-de-Dôme.
1
- À noter sur ce point particulier la problématique de l’acceptation sociale du « risque » environnemental qui peut être évoqué
par certains lors à la mise en place des bornes Wifi pour hotspots comme cela a pu être le cas dans des bibliothèques à Paris.
99
Le Rapport
Conseil Économique, Social et Environnemental de la Région d’Auvergne
« Le numérique »
Parmi les douze établissements, il y a deux lycées agricoles, deux lycées
professionnels, un lycée technologique et sept lycées d’enseignement général.
Le projet d’expérimentation du lycée Ambroise Brugière est spécifique aux élèves
sportifs de haut niveau.
Lycée Jean
Monnet
L.A. du
Bourbonnais
Lycée Gustave
Eiffel
Lycée Jean Zay
Lycée Ambroise
Brugière
L.A. Louis Pasteur
Lycée de Murat
Lycée Blaise Pascal
Lycée de Mauriac
Lycée Simone Weil
Lycée Émile
Duclaux
Lycée HauteAuvergne
L’expérimentation concerne au total :
 25 classes dont 19 classes de secondes et 6 classes de premières,
 48 enseignants,
 825 élèves,
 Neuf disciplines dont quatre principales : les Mathématiques, l’HistoireGéographie, le Français et les Sciences (SVT et Sciences Physiques),
 2 250 licences pour un budget de 27 000 € (budget CP 2011),
 11 types d’équipements informatiques et matériels audiovisuels (environ
450 000 € d’équipements).
Le nombre d’enseignants participants par classe n’a pas été limité. Le Conseil
régional a souhaité que les professeurs impliqués soient volontaristes et motivés. De
plus, il a laissé la possibilité aux établissements d’expérimenter les manuels
numériques avec les équipements de leur choix.
100
Conseil Économique, Social et Environnemental de la Région d’Auvergne
« Le numérique »
Le Rapport
Établissements
Type de projet : utilisation en classe
1) Utilisation des manuels numériques avec un
vidéo-projecteur interactif
- Lycée Simone Weil
- Lycée Louis Pasteur
2) Utilisation des manuels numériques avec une
classe mobile
- Lycée Émile Duclaux
- Lycée Gustave Eiffel
- Lycée Jean Monnet
- Lycée Haute Auvergne
- Lycée Jean Zay
- Lycée du Bourbonnais
2) Utilisation des manuels numériques avec des
équipements numériques innovants
- Lycée Mauriac
- Lycée Blaise Pascal
- Lycée de Murat
- Lycée Ambroise Brugière
Signe de la reconnaissance de ce dispositif et de son caractère fortement innovant,
le Conseil régional a reçu en 2011 le Trophée des Technologies éducatives pour cette
expérimentation de manuels numériques. Les Trophées des Technologies éducatives,
organisés en partenariat avec l’Agence Éducation Formation (AEF), récompensent
tous les ans depuis trois ans les initiatives des collectivités territoriales en matière de
TIC, de la conception de nouveaux services numériques éducatifs aux politiques
globales au service d’un territoire.
Le jury d’experts présidé lors cette édition par Laura Garcia Vitoria, vice-présidente,
directrice scientifique de la fondation des Territoires de Demain, a remis au Conseil
régional un Trophée dans la catégorie « Innovation : conception de nouveaux services
numériques éducatifs » lors du Salon Educatec-Educatice, qui s’est tenu du 23 au 25
novembre 2011 à la Porte de Versailles.
5) Les bénéfices/risques de l’utilisation des TIC dans les
situations d’apprentissage
a) L’amélioration des résultats
Au delà des différentes situations pédagogiques dans lesquelles un élève français
peut être amené à utiliser les TIC, la pratique plus large du numérique par les élèves
les amène globalement à avoir de meilleurs résultats ; c’est en tout cas ce que
montrent depuis plusieurs année les enquêtes PISA1 (Programme International pour
le Suivi des Acquis des élèves) menées par l’OCDE dans 34 pays européens. Une
brève synthèse des résultats de l’étude de l’année 2010 sera ici présentée2.
1
- L’étude PISA évalue la capacité des élèves de 15 ans à utiliser les connaissances et les compétences essentielles, dans la vie
quotidienne. Les élèves sont testés dans les domaines de la lecture, en culture mathématique et scientifique.
2
- Synthèse effectuée par la Mission FOURGOUS pour les TICE, disponible à l’adresse suivante : http://missionfourgoustice.fr/impact-des-tic-sur-les-resultats. Pour les résultats complets de l’étude, voir SPIEZIA Vincenzo, « Assessing The Impact
Of ICT Use On Pisa Scores », Directorate for Science, Technology and Industry, OECD, 2011, 23p.
101
Le Rapport
Conseil Économique, Social et Environnemental de la Région d’Auvergne
« Le numérique »
L’étude montre que deux variables principales expliquent majoritairement à elle
seules l’impact de l’utilisation des TIC sur les performances des élèves :
 La première variable est celle de la fréquence d’utilisation de l’ordinateur : plus
la fréquence d’utilisation des TIC est élevée, plus les résultats scolaires,
notamment en sciences, sont élevés.
 La seconde variable est celle de l’environnement social et familial de l’élève, soit
son capital économique, culturel, social et technologique. L’étude met en
évidence que les élèves possédant un grand nombre de livres au domicile (plus
de 100) ont tendance à obtenir de meilleurs résultats scolaires en sciences.
L’étude note à ce sujet que si l’utilisation des TIC à l’école permet de former aux
compétences numériques et est donc, de ce fait, plus étroitement liée à des activités
éducatives tout en permettant de bénéficier de l’expertise d’un professeur, il n’en va
pas de même pour l’utilisation des TIC à la maison qui est davantage liée à des
activités de loisirs et ne bénéficie d’aucune formation formelle.
Mais il apparaît toutefois (paradoxalement ?) que dans la plupart des pays (y compris
la France), l’impact positif de l’utilisation de l’ordinateur au domicile est plus
important que pour celle effectuée à l’école.
Au-delà du bénéfice en matière d’amélioration du niveau scolaire, il est possible de
citer d’autres éléments susceptibles d’entrer dans la balance « bénéfice/risques » de
l’utilisation des TIC dans les différentes situations d’apprentissage. Ceux-ci on été
listés dans une communication de M. Charles Moracchini, (IA-IPR EVS-DAFPE1), lors
de la journée « Internet responsable » organisée par le rectorat de l’académie de
Clermont-Ferrand le 11 janvier 2012 qui sera reprise ici2.
b) Mettre en place un nouveau rapport au savoir
Dans le cadre de cette approche généralisée par les compétences, les équipes
enseignantes se posent des questions convergentes : comment faire comprendre
aux élèves qu’apprendre tel savoir, acquérir telle connaissance, investir telle attitude,
est indispensable à leur évolution ? Comment les rendre chercheurs et améliorer
encore leurs points forts ? Comment les inciter à devenir curieux de ce qui les
entoure, et de tout en général, sans rester enfermés dans des pratiques qu’ils
pensent trop bien connaître ? Comment les aider à relever des défis au service des
autres, éléments premiers d’une motivation soutenue dans la recherche de leur avenir
professionnel et de leur développement personnel ? Et enfin, comment faire acquérir
à tous les élèves les qualités nécessaires au citoyen de demain, capable d’exercer
son esprit critique ? Ces questions sont autant de défis pour les équipes
enseignantes et les personnels d’encadrement.
1
- IA-IPR : Inspecteur d'Académie - Inspecteur Pédagogique Régional EVS : Emplois Vie Scolaire ; DAFPE : Délégation
Académique à la Formation des Personnels d'Encadrement.
2
- MORACCHINI C., « Le nouveau défi de l’enseignement scolaire à l’ère du numérique », Académie de Clermont-Ferrand
– DATICE, janvier 2012, 5p.
102
Conseil Économique, Social et Environnemental de la Région d’Auvergne
« Le numérique »
Le Rapport
Quant aux élèves, ils savent ou croient savoir utiliser seuls les outils numériques. Mais
pour bien s’informer, apprendre, communiquer, cela ne suffit pas. En premier lieu, il
faut être capable d’adopter une démarche d’ouverture propre à un sujet motivé si l’on
veut pouvoir bénéficier de l’apport de ces TIC.
c) Développer une pédagogie de la motivation
Une nouvelle fois se pose alors cette question pédagogique essentielle : comment
susciter les appétences ? Comment faire pour que l’élève se sente concerné
personnellement pour fournir des efforts, de préférence consciemment, afin de mieux
comprendre et mobiliser ses connaissances pour les mettre en œuvre de façon
raisonnée, responsable et efficace ?
Avec les avancées techniques et technologiques, les équipes enseignantes
« fournissent » sans cesse de nouveaux contenus sur des supports dématérialisés
aux élèves, où leur en donnent l’accès. Il s’agit désormais souvent de documents de
plus en plus diversifiés, composites (dits secondaires), externes parfois même au lieu
de consultation. Mettre ces contenus à disposition des élèves tout au long de leur
journée scolaire dans des établissements « communicants », ne garantit pas pour
autant qu’ils soient capables de les utiliser ou de se les approprier. Aucune certitude
donc sur une appropriation raisonnée et sensée. Les pratiques limitées des élèves,
acquises dans le cadre d’un usage quotidien pour des besoins personnels, doivent
par conséquent être reconsidérées dans le contexte plus formel de l’univers scolaire
au risque de les voir sinon devenir inopérantes.
d) Donner les outils du sens critique
Ce qui prime pour le lecteur lambda, et l’élève, a fortiori, c’est le contenu de
l’information, quelle qu’en soit sa source et non pas sa légitimité. En l’absence
d’éducation critique, il y a là un vrai risque pour le citoyen de demain de baisser la
garde de la raison, d’oublier d’être vigilant sur la fiabilité des contenus véhiculés ou
sur le croisement des informations ; bref de devenir un consommateur de push
passif, tel qu’il est induit par les industries de programme, dans une optique bien
précise de captation du « temps de cerveau disponible ». Ce risque n’est pas nul.
Un tel citoyen, s’il n’est pas éduqué, aura en outre tendance à faire confiance aux
informations véhiculées par ses pairs sur les réseaux sociaux qu’il fréquente
assidûment. Comment dès lors l’amener, dans une démarche d’autonomie (avec tous
les risques que cela suppose) et de réflexion sur les contenus, à être acteur, certes
de sa consommation, « consommacteur » responsable de sa vie numérique, mais
aussi membre d’une société démocratique en sa qualité de co-responsable de
l’intérêt collectif ?
103
Le Rapport
Conseil Économique, Social et Environnemental de la Région d’Auvergne
« Le numérique »
e) Dépasser l’opposition entre technophobie et technolâtrie.
Dans la société comme dans l’enseignement, on peut observer les tenants de toute
une tradition technophobe, qui se tient très en retrait des nouvelles technologies de
l’information. A l’inverse, on trouve également des technolâtres ou des futuristes
compétents, en termes techniques, mais qui n’ont pas assez de culture ni de
profondeur de champ pour relativiser les effets de la technologie, avec toutes ses
conséquences ravageuses sur l’environnement et la marchandisation de l’être
humain.
Comme le note M. Charles Moracchini, il faut dépasser cette opposition stérile, qui
consacre le divorce traditionnel entre le « logos et la techné », il s’agit, au sein de
l’établissement scolaire, pour les professeurs et les personnels d’encadrement, de
donner aux élèves les clés de ces deux mondes.
Il leur revient par conséquent de parler du point de vue de la culture humaniste des
nouvelles technologies, et de formaliser des projets mêlant la plus haute modernité
scientifique et technique avec la grande tradition artistique et culturelle ; des projets
qui permettent de développer chez l’élève l’exercice du jugement critique propre au
citoyen en devenir et la garantie d’une affirmation de ses goûts et de sa créativité.
III) QUELS «
BÉNÉFICES/RISQUES
MATIÈRE ENVIRONNEMENTALE
»
?
DU NUMÉRIQUE EN
Vont être maintenant présentés, dans leurs implications environnementales, quatre
exemples de dispositifs ou de programmes qui relèvent directement ou indirectement
de la sphère régionale. Certains, comme les points visio-public, le télétravail ou la
formation ouverte et à distance (FOAD), sont certes de composante
environnementale forte mais ont également des implications sociales effectives et
seront donc présentés en premier ; la centrale de mobilité qui est clairement plus
impliquante dans sa dimension environnementale sera traitée à la suite.
a) Les points visio-public
1) Description
Les points visio-public (PVP) permettent aux Auvergnats des espaces ruraux
d’accéder facilement à leurs services publics, à égalité avec les habitants des villes1.
Ce réseau de visio-guichets, un des plus important d’Europe2, a été déployé par le
Conseil régional d’Auvergne et ses partenaires. Entre 2006 et 2009, ce sont plus de
100 Points visio-public qui ont été déployés par le Conseil régional sur son territoire.
1
- Source : présentation du dispositif par le ministère de l’Agriculture, de l’Alimentation, de la Pêche, de la Ruralité et de
l'Aménagement du Territoire disponible à l’adresse suivante :
http://www.gouvernement.fr/gouvernement/les-points-visio-public-en-auvergne
2
- Ce dispositif a été distingué par trois prix prestigieux : le Broadband Award de la Commission européenne, le trophée de la
qualité des services publics et le trophée de la modernisation des services publics.
104
Conseil Économique, Social et Environnemental de la Région d’Auvergne
« Le numérique »
Le Rapport
Il s’agit de visio-guichets de proximité qui permettent aux populations rurales
d’accéder, sans avoir à se déplacer en ville, à des services publics tels que Pôle
emploi - CAF - MSA - URSSAF – CARSAT (ex CRAM) - Point Info Famille - ERDF Mission Locale - CPAM – CIDFF - Ecole de la deuxième chance - ADIL - MDPH AFPA - CIO – CCI - Trésorerie - Banque de France - CNAM.
63 « bornes citoyens » ont été installées dans les mairies ou hôtels intercommunaux.
Ce sont des équipements très intuitifs qui permettent à l’usager de communiquer par
visio-conférence avec l’agent de service public en charge de son dossier.
Cet échange se fait les yeux dans les yeux, à taille réelle, donnant rapidement
l’impression d’un véritable entretien en face-à-face. Un scanner et une imprimante
permettent même d’échanger des documents.
De l’autre côté, 43 « bornes agents » sont installées aux sièges des services publics
et parapublics.
Elles sont gérées directement par les organismes membres du réseau qui
garantissent la prestation d’accompagnement et de conseil aux usagers, avec les
mêmes exigences que pour l’accueil au guichet.
Les Points visio-public contribuent à réintroduire, de manière complémentaire, la
présence des services publics en milieu rural, dans des zones qui étaient peu voire
pas du tout desservies. Ce service préserve autant que possible la qualité de la
relation humaine qui joue un rôle essentiel dans les relations des usagers avec leurs
administrations. Les populations rurales peuvent ainsi accomplir leurs démarches
administratives sans déplacement vers les centres urbains (gain de temps et
économies, empreinte carbone réduite).
Les clés de répartition financière, différentes suivant la nature de la borne (bornes
utilisateurs ou bornes experts dans les services publics) sont les suivantes :
Financement des bornes utilisateurs
A la charge de la communauté de communes :
 897 € HT/an de contrat de maintenance,
 environ 50 € HT/mois d’abonnement Internet (avec adresse IP fixe),
 Assurance de la borne,
 mise à disposition d’un agent d’accueil.
L’achat de la borne est entièrement pris en charge par des fonds publics :
 Conseil Régional : 30 %,
 FEDER : 30 %,
 Etat : 25 %,
 Conseil Général : 15 %.
105
Le Rapport
Conseil Économique, Social et Environnemental de la Région d’Auvergne
« Le numérique »
Financement des bornes experts
A la charge des services publics hôtes :
 3 000 € de participation à l’achat de l’équipement soit 40 % du prix total,
 534 € HT/an de contrat de maintenance,
 environ 50 € HT/mois d’abonnement Internet (avec adresse IP fixe),
 Assurance de la borne,
 Achat d’une imprimante et d’un scanner.
Le reste de l’investissement est pris en charge par des fonds publics comme suit :
 Conseil Régional : 15 % du prix d’achat,
 FEDER :30 % du prix d’achat,
 Etat : 15 % du prix d’achat.
Au-delà des chiffres, et afin de présenter un bilan de l’utilisation de ce dispositif, il
sera fait ici appel au document intitulé « Bilan du dispositif en 2010 -L’offre de
services via les Points visio-public en Auvergne » communiqué par les services du
Conseil régional.
2) Evaluation quantitative du dispositif et de l’offre de services
a) Répartition de la fréquentation
Les sources des données consolidées suivantes sont extraites de l’extranet de
gestion des PVP et des relevés de suivi des territoires et services. En 2010,
2735 communications entre les bornes utilisateurs et les services ont été réalisées.
78 % de ces entretiens concernent les demandeurs d’emploi convoqués en rendezvous par leur conseiller référent. Les 22 % restants se répartissent essentiellement
entre allocataires de la CAF, de la CPAM, de la CARSAT (ancienne CRAM) et usagers
d’autres services, qui se présentent spontanément au Point visio.
106
Conseil Économique, Social et Environnemental de la Région d’Auvergne
« Le numérique »
Le Rapport
b) Evolution de la fréquentation par services
L’Auvergne est une région pionnière dans le déploiement d’une offre multiservices en
visioconférence avec un programme d’implantation initié dès 2005 et plus de
14 344 communications réalisées à ce jour.
107
Le Rapport
Conseil Économique, Social et Environnemental de la Région d’Auvergne
« Le numérique »
Le pic de fréquentation a été enregistré en 2007 et 2008 avec 120 entretiens par an
et par borne « utilisateur » mais cette fréquentation a chuté en 2009 et 2010 à
52 entretiens par an et par borne « utilisateur ». En 2010, la moyenne est précisément
de 43 entretiens par borne utilisateur.
Sur l’année 2010 les entretiens ont chuté de 29 %, dont 33 % pour Pôle Emploi (avec
5 sites Pôle emploi inactifs sur 16 tout au long de l’année ; et 1 site inactif la moitié
de l’année) et 13 % pour les autres services.
Cette tendance s’explique par la fusion des structures ANPE et ASSEDIC, devenues
en décembre 2008 « Pôle Emploi ». Celle–ci a entraîné de nombreuses difficultés
organisationnelles qui ont lourdement impacté en 2009 puis en 2010 le suivi mensuel
des demandeurs d’emploi en visioconférence :
 une réorganisation massive induisant des changements d’équipes ;
 un surcroît d’activité du Pôle Emploi lié à la hausse de nombre de demandeurs
d’emploi en 2009 et 2010 qui a engendré une réelle difficulté à maintenir un suivi
mensuel y compris en rendez-vous physique en agence. Face au risque de ne
plus pouvoir assurer ces suivis mensuels, la plupart des sites Pôle Emploi ont
privilégié les rencontres en agence, plus faciles à organiser. En effet, chaque
demandeur d’emploi a un conseiller unique clairement identifié. Si le rendezvous se fait par le PVP, le conseiller doit s’assurer qu’il n’est pas déjà réservé par
un de ses collègues. Le rendez-vous physique lui permet de supprimer cette
étape puisqu’il le reçoit à son bureau ;
 les déménagements d’équipements ou les réhabilitations de locaux qui ont
généré des ruptures de service sur plusieurs mois pour quasiment tous les sites
(la remise en service du PVP n’étant pas considérée comme prioritaire dans le
contexte évoqué précédemment).
La lecture des deux tableaux plus bas renseigne de manière plus précise sur la
possible cause de la légère baisse de connexions avec les autres services. Elle relève
principalement de la Mission locale de Moulins dont la desserte s’est réduite à la
seule borne de Lurcy-Levis en 2010 (-90 % d’entretiens). Ses communications avec
les jeunes en recherche d’emploi ou de formation ne représentent plus que 1,69 %
de la masse globale des entretiens hors Pôle Emploi en 2009 contre 13,6 % en 2010.
Les reculs de l’ADIL (-44 %), de la CAF du Puy-de-Dôme (-30 %) et de la CPAM du
Puy-de-Dôme (-16 %) ne sont pas réellement significatifs car liés à des données
erronées, au comptage de tests ou de connexions non abouties dans le suivi
statistiques 2009.
Outre la Mission Locale, les quatre services les plus fréquentés en 2009 connaissent
une hausse des connexions : CAF, CPAM, CARSAT, MSA Auvergne.
Localisés sur des plates formes de conseillers ou téléconseillers, le Point visio est
relativement bien intégré dans la stratégie multi-canal de l’offres de services (ce sont
exactement les mêmes prestations de services qui sont proposées en agence point
retraite ou permanences physiques) et la gestion interne des appels est fondée sur la
disponibilité permanente d’un agent pour répondre aux allocataires.
108
Conseil Économique, Social et Environnemental de la Région d’Auvergne
« Le numérique »
Le Rapport
La fréquentation est néanmoins très hétérogène selon le type de service ; certains
des services départementalisés en Allier et en Haute Loire connaissent une très belle
progression : +176 % pour la CPAM de l’Allier et +225 % pour la CPAM de la HauteLoire. La CAF du Cantal a réalisé en 2010 près de 330 entretiens via Cyber-cantal et
PVP.
Evolution de la fréquentation 2009-2010 Répartition des entretiens par les services
hors Pôle-Emploi
Pôle Emploi
CAF 63
CAF 15
CAF 43
CPAM 03
CPAM 63
CPAM 43
CARSAT
Banque de France
CIO Montluçon
MSA Auvergne
Mission locale
Moulins
Adil 63
AFPA-CCI 43-CIDFF
CNAM-E2C-ERDFGRDF-MDPH 43UDAF 03-URSSAF
63- URSSAF 43
-32 %
-30 %
42 %
275 %
176 %
-16 %
225 %
61 %
100 %
-6 %
-6 %
-90 %
Services
2009
CAF
51,84%
CPAM
12,04%
CARSAT
3,97%
MSA Auvergne
3,26%
Banque de France 1,13%
CIO
2,12%
Adil 63
2,27%
Mission locale
13,60%
Moulins
Autres services
9,77%
2010
Différentiel
55,31%
3,47%
24,62%
12,58%
7,59%
3,62%
5,06%
1,80%
2,70%
1,57%
2,36%
0,24%
1,52%
-0,75%
1,69%
-11,91%
1,85%
-7,92%
-44 %
0%
Les services en adéquation avec les besoins d’une population rurale et bénéficiaire
de prestations sociales (assurance maladie, allocations, retraite…) sont davantage
fréquentés : 201 entretiens pour la CAF du Puy-de-Dôme, 80 pour la CPAM de l’Allier,
40 pour la CPAM du Puy-de-Dôme, 45 pour la CARSAT.
En revanche, les services moins connus du grand public et ponctuellement
demandés au cours de la vie (logement, formation, raccordement électricité, conseils
aux familles et aux femmes …) sont beaucoup moins sollicités : la Banque de France
(16 entretiens), le CNAM (5 entretiens), la MDPH de Haute-Loire (3 entretiens), l’UDAF
(3 entretiens)…
Les raisons sont :
 la complexité des dossiers à traiter par la visio (limites de l’échange de
documents pour traiter les dossiers volumineux ou prestations nécessitant une
expertise pour l’URSSAF) ;
 l’accès facilité à l’offre de services par le téléphone (UDAF, CIDFF) les
permanences physiques et le développement permanent et fiabilisé des
téléprocédures (CCI, ADIL) ;
 la crainte du manque de confidentialité des échanges (les usagers privilégient
surtout le rendez-vous physique pour obtenir des informations et du conseil de
l’UDAF, de la Banque de France, du CIDFF…) ;
 la relative méconnaissance de l’usager des prestations de services (Banque de
France, le CNAM) ;
109
Le Rapport
Conseil Économique, Social et Environnemental de la Région d’Auvergne
« Le numérique »
 le faible potentiel d’utilisateurs en milieu rural ((ex : 90 % des 220 élèves de
l’Ecole de la Deuxième Chance vit dans l’agglomération de Clermont-Ferrand ;
le CNAM).
Se pose également pour cette seconde catégorie de services la problématique de
l’adéquation entre offre de service et utilisateurs. L’outil n’est pas utilisé pour se
mettre en relation avec le CNAM (auditeurs en milieu urbain ou près des grandes
villes) ou l’URSSAF (le public visé ou concerné par les prestations se situe
principalement sur des zones d’activités économiques). L’offre de services a évolué
pour certain services et n’est plus adaptée (ex : un rendez-vous physique en agence
ERDF n’est plus obligatoire pour une demande de raccordement).
c) Répartition des communications par département et territoire
La fréquentation réalisée par département n’est plus forcément corrélée au nombre
de bornes sur le territoire. Ainsi le Puy-de-Dôme qui se voit doté de presque 50 % du
parc d’équipement réalise un tiers des communications. L’Allier et le Cantal, qui
possèdent 30 % des équipements réalisent 43 % des communications. La Haute
Loire doté de 24 % des équipements dont 6 bornes implantées entre 2006 et 2007,
réalise 20 % des entretiens avec les Pôles emplois de Brioude et Monistrol,
néanmoins cette proportion chute à seulement 9 % pour tous les autres services. Le
Cantal est le département qui connaît le meilleur taux de fréquentation.
En affinant l’analyse par territoire pour le Puy-de-Dôme et la Haute-Loire on obtient
une fréquentation moyenne égale à 35 entretiens par an et par borne. Ce chiffre
correspond à des situations très semblables sur les 2 départements. En effet 1/3 des
territoires du Puy-de-Dôme concentre 85 % des communications (Allier Comté
Communauté, Ardes Communauté, Haute Combraille et Pays de Cunlhat…) et en
Haute Loire, 95 % des communications concernent seulement 4 territoires sur
19 équipés (Langeadois, Pays de Saugues, Pays de Montfaucon et Haut-Lignon).
110
Conseil Économique, Social et Environnemental de la Région d’Auvergne
« Le numérique »
Le Rapport
Dans le Cantal, cette moyenne de fréquentation est particulièrement élevée,
73 entretiens par borne, et plus de la moitié des entretiens est réalisé depuis la seule
borne de Riom-ès-Montagnes.
La situation est quasi similaire dans l’Allier avec une moyenne de 54 entretiens par
borne : 75 % des communications sont réalisées depuis 2 territoires sur 12 équipés
(Huriel et Marcillat en Combraille).
La particularité du dispositif réside dans le fait que les 6 bornes les plus sollicités des
citoyens enregistrent près de 48 % des communications du dispositif et bénéficient
toutes naturellement des services « moteurs » (Pays de Cunlhat, Pays de Marcillat,
Pays de Gentiane, Pays d’Huriel, Allier Comté, Haut Lignon). 15 bornes concentrent
42 % des entretiens et 42 bornes concentrent à peine 10 % des communications.
Presque la moitié de ces dernières sont localisées dans le Puy-de-Dôme. Un lien est
sans doute possible avec le maillage territorial homogène des bornes, la forte
présence de services délocalisés ou d’agences/permanences, et naturellement
l’attractivité du pôle Clermontois.
d) Analyse par structure d’implantation de la borne
La part des entretiens par structures d’accueil présentent les résultats suivants :
Les structures intercommunales couplées à une maison ou relais de service reçoivent
le plus de citoyens. Suivent les bureaux de Communautés de communes, les sites
mixtes Communautés de communes et mairies, les mairies, les maisons/relais de
service, les offices de tourisme, et autres sites (…)
Au regard de l’implantation, les structures intercommunales couplées à une
maison/relais de service ont de très loin le plus fort taux de fréquentation devant les
sites mixtes Communautés de communes et mairies, les offices de tourisme, les
maison/relais de service, les sites autres, les Communautés de communes et les
mairies.
111
Le Rapport
Conseil Économique, Social et Environnemental de la Région d’Auvergne
« Le numérique »
Ce classement est confirmé par les 10 bornes les plus fréquentées, la moitié sont
localisées dans le premier type de structures, 2 sont localisées en mairie et
Communautés de communes, et enfin 1 dans un Office de tourisme.
e) Approche qualitative du dispositif et de l’offre de services
En 2010, afin de renforcer l’usage des PVP auprès des citoyens ruraux, la Région
Auvergne a conduit une étude de mise en démarche qualité du dispositif en vue de
le consolider tant sur le plan stratégique qu’opérationnel, en agissant sur tous les
champs qui impactent la qualité du service rendu aux citoyens : de l’accueil du public
jusqu’au déroulement de la prestation. L’étude a été confiée à AFNOR Compétences
qui a réalisé, de février à mai 2010, des entretiens de diagnostic, en face à face ou
téléphoniques, auprès de tous les partenaires du dispositif.
Un diagnostic de l’offre de services actuelle a été livré au Conseil régional afin de
mettre en évidence les forces et faiblesses des PVP. Il ressort globalement que :
 l’outil est fortement apprécié du citoyen qui en a fait l’expérience,
 à niveau de service équivalent aux autres canaux (téléphone, mails, sites web,
permanences physiques), un usager est dispensé de file d’attente et réalise des
économies de déplacement,
 les structures ou territoires sont convaincus du réel service rendu à la
population,
 les partenaires considèrent qu’il existe un potentiel quantitatif non exploité.
Pour autant, certains points pourraient être améliorés :
 le potentiel d’utilisation réel du PVP est difficile à chiffrer : la plupart des services
ne se sont pas fixés d’objectifs initiaux de fréquentation et n’ont pas cherché à
l’estimer avec précision. De fait, ils n’ont pas véritablement déployé de stratégie
pour l’intégrer comme un canal de services au même titre que l’accueil
physique, téléphonique ou web ;
 pour d’autres services, la marge de progression est limitée car le potentiel
d’utilisateurs est réellement faible ;
 peu d’échanges et de concertation se déroulent entre les services et les
territoires pour améliorer le dispositif ;
 le phénomène d’appréhension des nouvelles technologies est fortement ancré
en milieu rural et la permanence physique est privilégiée par le citoyen et l’élu ;
 le renforcement de l’accessibilité aux permanences en visio (meilleure
couverture des bornes utilisateurs et décloisonnement des plannings de
permanences) ;
 des difficultés d’appropriation de l’outil et des problématiques de management
hiérarchiques sont constatées sur certains territoires, lorsque les bornes PVP
sont installées dans les locaux communaux alors que le projet est porté par la
Communauté de Communes.
112
Conseil Économique, Social et Environnemental de la Région d’Auvergne
« Le numérique »
Le Rapport
La mise en démarche qualité de 2010 a vocation à fournir des pistes d’amélioration
dans le but de transmettre une méthodologie pour tous les acteurs. Cette étude a fait
l’objet d’une restitution par le Conseil régional lors de quatre réunions d’échanges
départementales qui réunissaient l’ensemble des partenaires du dispositif PVP.
Celles-ci ont été l’occasion pour les partenaires présents de s’exprimer sur les
préconisations présentées par le Conseil régional, d’échanger sur le dispositif, et de
mettre en exergue les outils communs à tous les partenaires qui auront pour objectif
de lever les freins et faiblesses d’utilisation ou d’appropriation du PVP : les nouvelles
conventions 2011-2014 et la charte d’engagements associée.
Cette charte d’engagements symbolise la volonté de renforcer l’offre de services
publics auprès des citoyens et est garante de l’engagement de l’ensemble des
partenaires à mettre en œuvre les actions nécessaires à la pérennisation qualitative
du dispositif.
En conclusion, si quantitativement le nombre d’entretiens reste limité, en deçà des
attentes exprimées par les partenaires, ou qu’il existe un potentiel d’usager à capter,
l’offre de service en visio est parfois qualitativement mieux appréhendée par l’agent
de service dans un contexte de mutualisation des moyens, de rendement et
d’objectifs sur le traitement de dossiers, d’engorgement des accueils physiques dans
certaines administrations.
Il est à noter que ces éléments se retrouvent également dans les résultats d’une
enquête menée en 2010 par Daniel THIERRY (groupe de recherche « [email protected] ») et
intitulée : « Non-usages en lieux publics – les automates de visio-guichets de service
public »1.
3) Quels bénéfices/risques ?
De manière synthétique, on peut dire que les PVP contribuent à lutter contre le
changement climatique en limitant les émissions de gaz à effet de serre en
permettant aux auvergnats installés en milieu rural d’accéder aux services publics
sans déplacement en voiture. Ainsi, depuis leur création en Auvergne les PVP avaient
permis, à la fin 2011, « d’économiser » 1 million de kilomètres de déplacement, soit
185 tonnes de CO22.
En matière sociale, les PVP contribuent à favoriser la cohésion sociale et territoriale
en permettant à tous, quelque soit le lieu de résidence, d’avoir un accès facile aux
services public ; ils permettent même de satisfaire des besoins essentiels en matière
de vie administrative.
1
- THIERRY D. « Non-usages en lieux publics – les automates de visio-guichets de service public », cahier de recherche
[email protected] 2011-03, pp. 90-93.
[email protected] signifie (môle @rmoricain de Recherche sur la sOciété de l'information et les Usages d'INternet) et est un réseau
pluridisciplinaire regroupant les chercheurs en Sciences Humaines et Sociales de 11 laboratoires bretons.
2
- Les chiffres 2010 étaient de 800 000 kilomètres correspondant à 150 tonnes de CO2. Source : « Points de Vidéoconférence
Publics (PVCP) - Apporter les services publics aux citoyens des zones rurales », Réseau [email protected], 2011, p.9.
113
Le Rapport
Conseil Économique, Social et Environnemental de la Région d’Auvergne
« Le numérique »
La mise en place des PVP permet de maintenir l’activité économique sur le territoire
et développer son attractivité.
En facilitant l’accès aux services publics dans les communes rurales, cela peut
permettre de maintenir les populations actives et cela peut inciter l’installation de
nouveaux habitants et répondre aux offres d’emploi d’entreprises installées dans ces
communes.
Toutefois, les PVP peuvent également être vus en miroir par certains comme
concourant à la désertification des espaces ruraux en matière de présence de
services publics. Cette dimension sociale, pour paradoxale qu’elle puisse paraître, ne
peut cependant être totalement occultée.
B) Le télétravail
1) Définition
La notion de télétravail reste difficile à cerner, malgré l’existence de pratiques de
travail à distance depuis au moins trente ans et de constructions de typologies
pertinentes. Afin d’en avoir une idée un peu plus claire, il sera fait ici appel au Centre
d’Analyse Stratégique et à son rapport de novembre 2009 sur « Le développement
du télétravail dans la société numérique de demain »1.
Dans un premier temps, le télétravail a revêtu une acception essentiellement
technique (à l’image du « telework » anglais). Au fil des rapports et des études, le
champ s’est élargi au « travail mobile », inspiré du monde anglo-saxon (« mobile
work » ou « e-work »). Ce glissement consacrait le télétravail comme un mode
d’organisation du travail parmi d’autres, plutôt que comme l’utilisation de
technologies particulières.
La définition, stabilisée depuis l’accord-cadre européen de 2002, pourrait se résumer
ainsi :
« Le télétravail peut être défini comme le travail qui s’effectue, dans le cadre d’un
contrat de travail, au domicile ou à distance de l’environnement hiérarchique et de
l’équipe du travailleur, à l’aide des technologies de l’information et de la
communication ».
La définition française faisant aujourd’hui consensus est fondée en grande partie sur
l’accord-cadre européen sur le télétravail.
Par l’accord national interprofessionnel (ANI) du 19 juillet 2005, les partenaires
sociaux français ont transposé, dans le délai imparti de trois ans, l’accord-cadre
européen de 2002, signé par les partenaires sociaux européens (CES,
UNICE/UEAPME, CEEP). Centré sur le télétravail salarié, il ne concerne par définition
que le secteur privé, excluant les agents publics et les travailleurs indépendants, bien
que ces derniers soient souvent des télétravailleurs en pratique.
1
- Centre d’Analyse Stratégique, « Le développement du télétravail dans la société numérique de demain », novembre 2009,
pp 13-15.
114
Conseil Économique, Social et Environnemental de la Région d’Auvergne
« Le numérique »
Le Rapport
La définition retenue s’inspire des travaux du Forum des droits sur l’Internet (FDI). Elle
précise qu’un télétravailleur est un salarié utilisant les TIC de manière régulière – mais
pas forcément à temps complet – pour effectuer une tâche qu’il aurait pu accomplir
dans les locaux de l’entreprise. Elle se distingue de la définition de l’accord-cadre
européen en ce qu’elle reconnaît l’existence de plusieurs catégories de
télétravailleurs, en particulier les travailleurs nomades, auxquels il est fait
explicitement référence. L’ANI décrit le télétravail comme une réalité complexe en
permanente évolution, dont le FDI a produit une typologie :
 le télétravail à domicile concerne le salarié travaillant la majorité du temps à la
maison et se rendant de temps en temps dans les locaux de son employeur ;
 le télétravailleur nomade conserve un poste de travail physique dans l’entreprise
mais utilise les TIC dans ses déplacements, à la maison ou chez ses clients pour
se connecter au système d’information (SI) de l’entreprise ;
 le télétravail en télécentres1 – qu’ils soient publics ou réservés à une seule
entreprise – permet de distinguer clairement vie privée et vie professionnelle, et
de maintenir les contacts entre salariés ;
 le télétravailleur en réseau peut être localisé dans un site – celui de l’entreprise,
dans un télécentre ou chez le client – et travailler sous le contrôle d’un manager
à distance, éventuellement au sein d’une « équipe virtuelle ».
La comparaison de quelques définitions du télétravail à l’étranger illustre la difficulté
à mesurer cette réalité :
 au Japon, le télétravail est « une méthode de travail qui, grâce à l’utilisation des
moyens d’information et de télécommunication, n’est pas soumise à des
conditions d’exercice liées au lieu et à la durée du travail ». Par ailleurs, les
statistiques japonaises utilisent deux définitions pour mesurer la part des
télétravailleurs dans la population active : le télétravail au sens restreint
(travailleurs utilisant des TIC à des fins professionnelles en dehors de leur lieu
de travail au moins 8 heures par semaine) et le télétravail au sens large
(travailleurs utilisant des TIC pour exercer leur activité en dehors de leur lieu de
travail) ;
 l’Autriche considère que le télétravail est la « réalisation d’un travail à distance
avec l’aide de systèmes de communication » ;
1
- Un télécentre est un espace de travail de proximité que se partagent des organisations, entreprises ou administrations. Il
s’inscrit entre le déplacement (nomade en transport, cybercafé, bureau de centre d’affaires…) et le stationnaire (domicile,
autres sites de l’employeur, bureaux satellites, établissements secondaires).
La définition stricte qu’en le Conseil Général de l'Industrie, de l'Energie et des Technologies, est la suivante : « Local ouvert
au public, fourni par une structure distincte de l’employeur, aménagé, disposant d’un accès réseau haut débit, d’un mobilier,
d’une prise électrique et de services annexes : poste de travail, imprimante, photocopieur, salles de réunion, etc. et disposant
d’un système de réservation. Il est utilisable sur réservation, parfois avec abonnement. ».
Source : rapport du Conseil Général de l'Industrie, de l'Energie et des Technologies, « Perspectives de développement du
télétravail dans la fonction publique », 2011, p4.
115
Le Rapport
Conseil Économique, Social et Environnemental de la Région d’Auvergne
« Le numérique »
 au niveau européen également, les enquêtes comparatives harmonisées
adoptent des définitions différentes. Ainsi, l’enquête européenne sur les
conditions de travail divise les télétravailleurs en deux catégories : ceux
travaillant en quasi-totalité à domicile et ceux y travaillant entre un quart et trois
quarts du temps. Et selon l’enquête SIBIS de 2002, les télétravailleurs mobiles
sont ceux qui travaillent, au moyen des TIC, plus de 10 heures par semaine à
distance de leur lieu de travail ou de leur domicile.
Enfin, comme nous l’avons vu, la France n’a pas adopté de définition « normalisée »
du télétravail, ce qui empêche une connaissance fine de la situation et la définition de
politiques publiques.
2) Des bénéfices engendrés par le télétravail en matière
environnementale
Pour avoir une rapide présentation des bénéfices environnementaux du télétravail, il
sera fait ici appel à l’étude publiée par Syntec informatique1 en 2011 et intitulée « Le
télétravail au service du développement durable ».
a) Réduction des flux papier
Le fait de pouvoir accéder à son environnement de travail et à ses applications métier
en situation de mobilité permet d’échanger en temps réel des informations
numérisées, stockées et partagées entre les différents services et ainsi de réaliser des
économies de papier.
La mise en place d’une solution d’accès à distance pour l’équipe d’une société de
160 collaborateurs, 10 sites, implantée dans 6 pays et représentée par
25 distributeurs dans le monde a permis, dès la première année d’utilisation, une
économie de papier estimée à plus de 50 000 pages.
b) Réduction des déplacements et des émissions de CO2
Parce que « 50 % des émissions de CO2 sont liées aux déplacements
professionnels», le télétravail est une démarche éco-responsable des entreprises et
des collectivités permettant par exemple aux collaborateurs de travailler de chez eux
ou à proximité de leur domicile (en télécentre ou en agence par exemple) et de
participer à des réunions à distance. La réduction des déplacements a ainsi un
impact notable sur l’environnement et engendre des gains économiques et sociaux.
3) … qui restent encore difficilement mesurables
Les chiffres issus de « Smart 2020 »2 font état du potentiel d’économie de
7 800 millions de tonnes de CO2 dans le monde grâce aux TIC à l’horizon 2020. La
part d’économies potentielles grâce au télétravail est estimée à 11,7 millions de
tonnes pour la France.
1
- « Le télétravail au service du développement durable », Syntec informatique, 2011, pp 12-13.
Syntec informatique est la chambre syndicale des SSII et des éditeurs de logiciels.
2
- “SMART 2020 : Enabling the low carbon economy in the information age », GeSI and The Climate Group, 2008.
116
Conseil Économique, Social et Environnemental de la Région d’Auvergne
« Le numérique »
Le Rapport
Mais au delà de ces grandes masses, et afin d’avoir un ordre d’idée, même
approximatif, des bénéfices possibles à l’échelle d’une entreprise, il est possible de
citer l’illustration suivante reprise par le Syntec.
En France, un employé parcourt, sur le trajet domicile-travail, en moyenne 26 km par
jour. Si les salariés travaillaient en moyenne 2 jours par semaine à leur domicile, cela
induirait un gain direct de plus de 800 kg de CO2 par personne et par an, soit près
de 10 % du bilan carbone d’une personne.
A ces premières économies, s’ajoute la réduction d’émissions de CO2 liées à la
diminution des espaces de bureaux, des besoins en éclairage, chauffage et
climatisation1… Les bâtiments sont en effet responsables d’un quart des émissions
de gaz à effets de serre.
Ainsi, pour une entreprise de 1 000 salariés qui organise tous les mois 10 réunions
régionales de 15 personnes et 1 réunion nationale de 100 personnes, les gains
seraient de :
 plus de 240 tonnes de CO2 liées aux réunions à distance,
 plus de 800 tonnes de CO2 liées au télétravail.
(Nota : 1 tonne de CO2 économisée correspond à une économie de 180 arbres à
planter ; 100 voitures retirées de la circulation permettent de ne pas produire
240 tonnes de CO2).
4) Les freins au développement du télétravail
Les freins au développement du télétravail peuvent être classées en quatre
catégories : freins de nature juridique et politique, freins de nature culturelle et
sociale, freins liés à l’équipement informatique et freins liés à l’encadrement. Afin de
les présenter rapidement, il sera fait ici appel aux travaux du Centre d’Analyse
Stratégique sur « Le développement du télétravail dans la société numérique de
demain » mentionnés plus haut2.
a) Principaux freins de nature juridique et politique
La mauvaise connaissance des responsabilités, les ambiguïtés du cadre juridique et
le manque d’incitations fiscales de la part des pouvoirs publics sont les principaux
freins de nature juridique et politique.
En effet, il y a une forte demande pour la mise en place d’un cadre juridique plus clair
et plus pragmatique, permettant aux acteurs de ne pas attendre l’arrivée de la
jurisprudence au fur et à mesure que les risques, parfois attendus, se réalisent.
L’incertitude engendrée par les lacunes de la loi oblige les entreprises qui le peuvent
à réaliser des efforts supplémentaires pour prévoir les cas potentiellement litigieux
dans un accord d’entreprise.
- A contrario, le télétravail peut avoir un impact négatif lorsque ne s’accompagne pas de réduction des surfaces de bureaux
(doublons d’équipement informatique et de consommations énergétiques).
2
- Centre d’Analyse Stratégique, « Le développement du télétravail dans la société numérique de demain », novembre 2009,
pp 41-43.
Il est à noter que les freins qui vont être mentionnés se retrouvent également dans les réponses faites dans l’enquête
« Développement Durable et Télétravail » menée par Cybermassif auprès de 1059 entreprises du Massif Central en 2011.
1
117
Le Rapport
Conseil Économique, Social et Environnemental de la Région d’Auvergne
« Le numérique »
Dans certains cas, les entreprises préfèrent même parler de « mobilité » ou de
« nomadisme », se soustrayant ainsi aux obligations que leur impose, par exemple,
le télétravail à domicile.
Trois points en particulier restent flous et sources de risque pour les salariés et les
employeurs :
 la répartition des responsabilités en cas d’accident du travail à domicile,
 la limite entre utilisation personnelle et professionnelle des outils mis à
disposition,
 la mise en œuvre pratique de la mesure du temps de travail pour les salariés qui
ne sont pas au forfait jour ; en effet, le télétravail remet en cause une vision
uniforme de calcul du temps de travail.
À cela s’ajoute de façon plus générale l’absence de définition légale du salarié, ce qui
peut poser problème dans les cas où l’on est à la limite de l’externalisation ou de
l’intérim. De même, la situation du télétravailleur indépendant n’est prise en compte
dans aucun texte. La loi est par ailleurs perçue comme contraignante par les
entreprises pratiquant le télétravail depuis longtemps, notamment par sa clause de
réversibilité sur demande des salariés.
L’absence de politique fiscale réellement incitative (c’est le cas en France) peut
représenter un frein à l’essor du télétravail. Des pays appartenant au groupe des
« pays matures » comme la Suède ou le Danemark ont une politique incitative et
proposent de rembourser une part des dépenses du foyer liées à la pratique d’une
partie de son activité depuis son domicile.
Dans la fonction publique, l’absence de cadre juridique spécifique constitue bien
évidemment un des obstacles majeurs à une large diffusion du télétravail.
b) Principaux freins de nature culturelle et sociale
La méconnaissance et la dévalorisation sociale du télétravail, la crainte de travailler
plus sans contrepartie sont les principaux freins de nature culturelle et sociale
Tout d’abord, la réalité et les enjeux du télétravail sont généralement méconnus et ses
avantages sociaux (par exemple l’augmentation de la productivité liée aux TIC ou à
l’amélioration des conditions de travail des salariés, diminution des coûts
immobiliers) sont sous-estimés par les employés, les employeurs et les pouvoirs
publics.
Même si les choses sont en train de changer, le télétravail, en tant que mode
d’organisation, est desservi par une perception encore trop négative. Il n’est pas
encore accepté comme une forme de travail à part entière par l’ensemble des
collaborateurs. Ses utilisateurs préfèrent souvent parler de « nomadisme » ou de
« mobilité ». Le télétravail est ainsi trop souvent faussement assimilé à une absence
(congés, maladie ou même chômage).
Les salariés craignent de travailler plus sans contrepartie réelle et de ne pas voir leurs
efforts récompensés (attribution de primes et de promotions). Les salariés redoutent
également d’être isolés de leur équipe et de la hiérarchie, ce qui annulerait le rôle
sociabilisant de l’emploi. Tout cela est dû à un déficit de reconnaissance du
télétravail.
118
Conseil Économique, Social et Environnemental de la Région d’Auvergne
« Le numérique »
Le Rapport
Car, malheureusement, les managers peuvent avoir l’impression qu’un employé qu’ils
ne voient pas travailler ne travaille pas.
c) Principaux freins liés à l’équipement et à la technologie
Le tableau ci-dessous indique les débits nécessaires pour différentes activités
relevant de la sphère du télétravail.
Tableau n°6 : usages professionnels de l’internet
et besoins de bande passante associés*
Usage et bande passante effective
Bande passante
montante
E-mail simple
250 Kbps
Bande passante
descendante
250 Kbps
Partage de documents (>2 Mo)
500 Kbps
500 Kbps
Téléconférence (VOIP entre
4 utilisateurs simultanément)
200 Kbps
600 Kbps
*
500 Kbps
Navigation internet simple
(pages web simples…)
*
Navigation internet avancée (rapports,
streaming vidéo…)
*
Ingénierie à distance (collaboration de
5 personnes en temps réel sur une maquette
virtuelle de CAO…)
Vidéoconférence résolution moyenne
(640*480 pixels) entre deux personnes
Vidéoconférence multiple
(trois personnes)
*
*
*
1,2 Mbps
1 Mbps
4 Mbps
400 - 1200 Kbps
400 - 1200 Kbps
400 - 1200 Kbps
800 - 2400 Kbps
5 Mbps
5 Mbps
Téléprésence (vidéoconférence HD)
(*) Les chiffres indiquent les débits nécessaires
pour que l’activité économique ne soit pas fortement ralentie
Source : analyse CAS
Le déficit d’infrastructures, la sécurité des systèmes, la protection des données et la
diffusion des TIC auprès des Français sont les principaux freins liés à l’équipement et
à la technologie.
Même si l’Auvergne n’est pas (plus) dans ce cas, un retard technologique existe dans
certains territoires qui pourraient pourtant être les premiers bénéficiaires de
l’installation de télétravailleurs (territoires ruraux de développement prioritaire et
zones de redynamisation urbaine).
Il y a une forte corrélation entre l’existence d’infrastructures permettant la connexion
à haut débit à l’Internet sur un territoire et le développement du télétravail pour lequel
ces ressources techniques sont indispensables. L’existence de télécentres en
Auvergne (et le réseau Cantalien) donne la possibilité au télétravail de mieux se
développer dans notre région.
Un autre frein est la sécurisation de la confidentialité des données sur le terminal du
travailleur (à domicile, en mobilité ou en télécentre) et dans les transmissions avec le
réseau interne de l’entreprise. Les entreprises recommandent ainsi couramment à
leurs employés de ne pas travailler sur des données confidentielles dans les lieux
publics potentiellement fréquentés par leurs concurrents (avions, abords de
l’entreprise). Néanmoins, la sécurisation d’un poste de travail peut ne coûter
aujourd’hui qu’une cinquantaine d’euros par mois, ce qui met cette technologie à la
portée des entreprises les plus petites.
119
Le Rapport
Conseil Économique, Social et Environnemental de la Région d’Auvergne
« Le numérique »
Enfin, si la diffusion des TIC et la croissance des investissements dans les
infrastructures est une réalité, il reste qu’en France trop d’individus n’ont encore pas
de connaissances de base dans l’usage d’Internet (voir 1ère partie), outil indispensable
à la pratique du télétravail.
d) Principaux freins liés à l’organisation et au management
Même si les regards et pratiques évoluent dans ce domaine, l’absence de
management par objectifs, la peur des dirigeants de perdre le pouvoir et la crainte
d’abus sont les principaux freins liés à l’organisation et au management encore
existants à ce jour.
Le télétravail, qui sous-entend dans la plupart des cas un relâchement du contrôle et
de la supervision de l’exécution des tâches par le management, nécessite un mode
de management par objectifs. Cette organisation moderne du travail n’est pas en
œuvre dans toutes les entreprises et certains managers sont réticents face à ce qu’ils
considèrent comme une perte de pouvoir.
Le télétravail accordé de manière informelle à quelques salariés est souvent perçu par
le manager, le salarié concerné et ses collègues comme un avantage consenti plutôt
que comme un mode normal d’organisation. De façon générale, le poids du
management traditionnel oppose dans certaines organisations une inertie
considérable à l’introduction du télétravail.
Par ailleurs, les salariés sont également confrontés aux incertitudes qui laissent la
place à la peur d’être traités comme des employés de seconde zone et à la crainte
des abus (par exemple sur le respect du temps de travail).
C’est à partir de ces éléments décrits ici que l’on peut évoquer les bénéfices et/ou
les risques possibles liés au télétravail en matière sociale ; ces exemples sont tirés
du rapport du Centre d’Analyse Stratégique.
5) Risques en matière sociale
a) La peur du risque de fausses déclarations d’accidents de travail et sur le
non-respect des clauses du contrat de travail et/ou du Code du travail
Concernant les accidents du travail, une des craintes exprimée par les employeurs
est de voir le nombre de fraudes possiblement augmenter avec le passage en
télétravail.
L’absence de contrôle physique permanent, caractéristique du télétravail, a une
influence variable sur les autres abus liés au contrat de travail, à savoir l’absentéisme,
les faibles horaires de travail, le vol ou la détérioration des données de l’organisation,
les déplacements non autorisés…
120
Conseil Économique, Social et Environnemental de la Région d’Auvergne
« Le numérique »
Le Rapport
Toutefois, ces abus peuvent être prévenus lors du projet de déploiement du
télétravail, à même d’identifier en amont les problèmes éventuels : remise en cause
des processus de l’organisation, identification des profils de salariés aptes au
télétravail, management par objectifs, contrôle des horaires et des plages de travail,
sécurisation des données et nouvelles méthodes d’animation managériale…
De fait, la mise en œuvre du travail formalisé nécessitant l’accord de l’employeur, les
abus des salariés sont bien maîtrisés par les entreprises. Le télétravail peut même
réduire ces risques. Ainsi, il contribue généralement à réduire l’absentéisme1.
b) Les possibles abus des employeurs peuvent porter sur le non-respect des
dispositions de l’ANI
D’après les termes de l’ANI de 2005, étendu en 2006, l’employeur doit fournir à son
employé les équipements pour télétravailler (ordinateur, périphériques, connexion
Internet, etc.). La grande majorité des entreprises se conforment à ces dispositions,
en particulier les plus importantes qui disposent d’une direction des services
informatiques (DSI) ou d’un service juridique.
Des contrats de télétravail abusifs existent néanmoins, que les salariés ne dénoncent
pas, par ignorance des dispositifs juridiques ou par peur d’éventuelles représailles.
Une étude2 de 2008 du cabinet spécialisé IDC2 portant sur le secteur des études, du
conseil et de l’informatique – pourtant utilisateurs intensifs de TIC – montre que la
prise en charge totale des équipements, prévue par les dispositions de l’ANI, est
finalement une situation relativement exceptionnelle. Il faut ici noter que
l’expérimentation menée par le Conseil régional auprès de ses agents souhaitant
télétravailler prévoyait expressément la prise en charge totale des équipements.
Le télétravailleur étant d’après les textes un salarié comme un autre, il dispose à ce
titre des mêmes avantages en nature que ses collègues : remboursement des
déplacements et des frais professionnels, des repas ou de l’utilisation du domicile
(chauffage, éclairage, etc.). Il devrait pouvoir avoir accès aux mêmes opportunités de
carrière et aux mêmes informations (syndicats, offres d’emplois en interne,
communication d’entreprise, etc.).
c) De possibles abus peuvent provenir de l’intrusion de l’employeur dans la vie
privée de son salarié
Dans l’enquête européenne SUSTEL3 (voir supra) sur les conditions de travail, les
télétravailleurs déclarent être contactés quotidiennement quatre fois plus souvent par
l’employeur (téléphone ou e-mail) en dehors des heures normales de travail (6,8 %
contre 1,7 % pour les salariés travaillant dans les bureaux de l’entreprise).
- Jusqu’à 80 % de réduction du taux d’absentéisme selon l’étude européenne Sustel de 2002 portant sur trente entreprises
dans cinq pays européens.
2
- IDC, Étude sectorielle sur la pratique du télétravail au sein des secteurs des études, du conseil et de l’informatique, réalisée
pour l’ADESATT (association d'étude et de suivi de l'aménagement du temps de travail dans les métiers du savoir), septembre
2008.
3
- Ibid.
1
121
Le Rapport
Conseil Économique, Social et Environnemental de la Région d’Auvergne
« Le numérique »
S’agissant du télétravail nomade, des craintes émergent quant aux possibles abus
liés à l’usage de la géolocalisation, grâce au GPS intégré dans les outils de l’Internet
mobile.
d) Les possibles « abus partagés » par les employeurs et les employés sont
souvent liés à des arrangements amiables et informels
Le télétravail informel – au sens strict de l’ANI de 2005 – est l’exemple le plus
répandu « d’abus partagé » par l’employeur et l’employé, puisqu’en pratique la
majorité des télétravailleurs exercent leur activité professionnelle sans contrat de
travail régularisant leur situation.
Cet état de fait convient généralement aux deux parties : l’employeur n’a pas à
formaliser une situation souvent complexe sur le plan juridique, tandis que l’employé
dispose d’une liberté de manœuvre appréciable.
Le télétravail informel est la règle dans de nombreux pays, notamment anglo-saxons
(États-Unis, Canada). En France, selon l’étude du cabinet IDC mentionnée plus haut,
le télétravail à domicile ne fait l’objet de clause particulière dans le contrat de travail
que dans 22 % des cas.
Dans 64 % des cas, il n’y a aucune formalisation. Ces chiffres accréditent la thèse
que le télétravail informel est majoritaire dans l’ensemble des secteurs, malgré les
dispositifs juridiques récents.
La clandestinité dans laquelle le télétravail est parfois cantonné peut tenir à du
favoritisme de la part de l’employeur – qui aurait identifié un collaborateur apte au
télétravail sans pour autant vouloir généraliser le dispositif – et à un comportement
« opportuniste » de l’employé, qui a peur de voir généralisés, donc partiellement
remis en cause, les avantages procurés par le télétravail.
L’augmentation de la durée du travail est un autre exemple d’« abus » (au sens de
la durée maximale légale du temps de travail) largement répandu. En effet,
comparativement au travail effectué exclusivement dans les bureaux de l’entreprise,
le télétravail entraîne une plus grande dispersion dans les durées hebdomadaires
travaillées : une partie importante des télétravailleurs travaillaient en 2007 plus de
40 heures1.
L’étude SUSTEL2 indique que, dans les trente organisations des cinq pays
considérés, entre 23 % et 76 % des télétravailleurs travaillent davantage.
Pour 46 % des télétravailleurs aux Pays-Bas, l’augmentation représente entre 6 et
10 heures par semaine.
Dans quelle mesure cette surcharge abusive est-elle acceptée ou subie par le
salarié ? D’un côté, l’employeur est satisfait d’avoir à sa disposition un salarié plus
productif ; de l’autre, l’employé peut être motivé par son travail et peut chercher à
compenser, par un surplus de travail, l’éloignement de sa hiérarchie et le temps
gagné en transport.
1
- Parent-Thirion A., Fernandez Macias E., Hurley J. et Vermeylen G., Fourth European Working Conditions survey, Fondation
européenne sur les conditions de travail, 2007.
2
- “Is Teleworking Sustainable? An Analysis of its Economic, Environmental and Social Impacts”, projet SUSTEL financé par
la Commission européenne, 2004. Les cinq pays étudiés sont le Danemark, l’Allemagne, l’Italie, les Pays-Bas et le RoyaumeUni.
122
Conseil Économique, Social et Environnemental de la Région d’Auvergne
« Le numérique »
Le Rapport
En France, les télétravailleurs travaillent plus longtemps et plus souvent la nuit et le
week-end (voir tableau suivant) :
Fixe à
domicile
Alternant
à domicile
Nomade
Tous
salariés
Travail de nuit (occasionnel ou régulier)
39 %
69 %
42 %
30 %
Travail le week-end (occasionnel ou régulier)
73 %
79 %
61 %
56 %
Formes de télétravail
Source : INSEE, enquêtes EPCV 1999-2003, traitements DARES
À noter que, parmi les cadres, ces pratiques sont plus courantes que les chez les
cadres non télétravailleurs. Des études conduites aux Pays-Bas, en Finlande ou en
Allemagne font état de résultats similaires.
Le télétravail apparaît davantage susceptible d’entraîner des situations de
stress, voire de « burn-out », que le travail sédentaire en entreprise. Ce problème
préoccupe fortement les salariés mais aussi les employeurs et les pouvoirs publics
dans de nombreux pays. Il est difficile de faire la distinction ici entre la part propre au
télétravail et ce qui relève des changements organisationnels et du management par
objectifs. D’autant que les TIC peuvent elles-mêmes être porteuses de stress, en
particulier le téléphone portable, les messageries électroniques et les smartphones,
et que ces deux dimensions s’articulent souvent.
Pour certains sociologues, ces nouveaux outils constituent une « chaîne invisible » et
marquent un asservissement aussi fort que celui enduré par l’ouvrier des Temps
modernes de Charlie Chaplin.
6) Bénéfices possibles en matière sociale
Afin de présenter les possibles bénéfices en matière sociale du recours au télétravail,
il sera fait ici appel aux éléments présentés par le Conseil Général de l’Industrie, de
l’Energie et des technologies dans son rapport « Perspectives de développement du
télétravail dans la fonction publique »1.
Le télétravail répond, pour le télétravailleur, quand il est pleinement volontaire, à
plusieurs motivations relatives au bénéfice espéré et dont les importances relatives
évoluent au cours du temps et de la situation familiale.
a) Réduire le stress généré par les transports :
L’économie des trajets a pour effet de supprimer la fatigue induite les jours de
télétravail. Elle permet également, dans certaines situations de santé, de permettre à
un agent de continuer à travailler alors que la fatigue des trajets aggraverait son état
de santé, principalement en cas d’évolution conduisant à des arrêts de travail
(exemples : faiblesses musculo-squelettiques, traitements lourds ou affections
neuro-dégénératives).
1
- « Perspectives de développement du télétravail dans la fonction publique », Conseil Général de l'Industrie, de l'Energie et
des technologies, juillet 2011, p.33. Les bénéfices possibles évoqués valent pour tous les télétravailleurs et pas uniquement
pour des agents de la fonction publique.
123
Le Rapport
Conseil Économique, Social et Environnemental de la Région d’Auvergne
« Le numérique »
Le télétravail permet alors de maintenir un niveau d’activité professionnelle et de
repousser l’arrêt de travail. Elle réduit également le stress induit par les aléas des
transports eux-mêmes, en particulier lorsque l’agent est contraint par une échéance
professionnelle (fin de service) et une autre privée (fin de la garde d’enfant).
Il ne semble pas que des télétravailleurs aient décidé a posteriori de s’éloigner
considérablement de leur lieu de travail pour par exemple s’installer dans une autre
région.
Cette pratique qui peut être critiquable sur l’aspect développement durable peut être
perçue plus favorablement en termes d’aménagement du territoire. Il est à noter que
le fait de trop s’éloigner du lieu de travail réduit les possibilités de retour à un exercice
professionnel sans télétravail et pourrait contribuer à éloigner l’agent des
préoccupations sociales de ses collègues.
b) Mieux s’organiser et mieux concilier vie familiale et professionnelle
L’aspect principal concerne la possibilité d’organiser sa journée. En général, le
télétravailleur est astreint à répondre aux appels dans des plages horaires
convenues. Ces plages, comme dans le cas des horaires variables, sont souvent
inférieures à l’amplitude nominale quotidienne de travail. Alors le télétravailleur peut
reporter en soirée, ou tôt le matin, une partie de ses activités.
Il peut aussi se rendre disponible pour des tâches personnelles (ex.
accompagnement et/ou récupération des enfants à l’école) dans les créneaux
horaires habituellement pris par les trajets et sous réserve que le régime de travail de
l’équipe soit compatible.
Les points les plus appréciés sont la flexibilité, la récupération des temps de trajet et
le fait d’être disponible pour ses proches à certaines heures.
Le candidat au télétravail doit également choisir, lorsque télétravail et temps partiel
sont possibles, entre ces deux modalités. Les deux modalités libèrent du temps,
temps de trajet ET temps de travail pour le temps partiel, temps de trajet uniquement
pour le télétravail. La différence majeure porte sur le fait que télétravailler impose de
travailler, et donc de produire, pendant les temps de télétravail. En contrepartie, son
salaire est maintenu.
c) Flexibilité des horaires
Le CGIET note à ce sujet que, lorsqu’un régime de travail prévoit de faire les
35 heures hebdomadaires sur 4 jours1 ou lorsque le travailleur peut bénéficier
d’horaires variables, les besoins susmentionnés peuvent être en partie satisfaits sans
recours au télétravail. Le travailleur pose des journées ou des demi-journées de RTT2.
1
2
- Régime existant à EDF ou, marginalement, dans des collectivités locales (cité par le CGIET).
- Certains régimes d’ARTT permettent de dégager une journée de RTT par quinzaine (cité par le CGIET).
124
Conseil Économique, Social et Environnemental de la Région d’Auvergne
« Le numérique »
Le Rapport
Le temps partiel a également apporté une autre forme de réponse à ces problèmes.
A la différence des pays anglo-saxons, où une démarche globale et équilibrée
incluant l’option télétravail semble plus fréquente, le recours au télétravail en France
a été, comme on l’a vu, occulté et sans doute marginalisé.
Jusqu’à une période récente, ces dispositions ont satisfait les principaux besoins
concernant l’aménagement occasionnel de la journée de travail. Les cas marginaux
soit étaient tus, soit faisaient l’objet d’aménagements locaux. Il apparaît dans les
expériences, que mis en position de choisir, un certain nombre de candidats
télétravailleurs souhaitent substituer le télétravail à leur temps partiel.
d) Récupérer du pouvoir d’achat
L’économie des trajets, lorsque les trajets sont faits en voiture, mais aussi la
substitution d’un temps partiel permettent de récupérer du pouvoir d’achat. Cette
économie est peu souvent citée comme motivation car elle ne s’applique pas à tous
les cas et ne semble pas aussi déterminante1 dans les choix que les améliorations de
la vie personnelle et familiale.
Par contre, remplacer son temps partiel par du télétravail permet d’augmenter
significativement son pouvoir d’achat et son futur niveau de retraite.
e) Mieux se concentrer sur des tâches exigeantes
Le fait d’être dans un environnement moins sollicité influe directement sur la
concentration. Certains travaux de réflexion (études de dossiers, rédactions de
rapport, etc.) sont alors faits sensiblement plus vite et avec une meilleure qualité. La
qualité de ces travaux bénéficie également de la moindre fatigue des trajets. Ce
besoin n’est pas manifesté que par les cadres qui, d’ailleurs, pratiquent
spontanément le télétravail soit en débordement (exemple : travail de dossiers en
soirée ou le week-end), soit en journée avec accord de leur responsable. Des salariés
en charge de traitement de dossiers estiment que leur activité a évolué vers une plus
grande technicité, car ils peuvent mieux se concentrer sur les dossiers demandant un
travail en profondeur. Ce sont les télétravailleurs expérimentés qui mettent le plus
avant cet aspect positif du télétravail en tant que motivation déterminante.
f) Réduire le stress au travail
Sans que cela contredise ce que le Conseil d’Analyse stratégique a pointé sur ce
sujet (voir supra), le Conseil Général de l’Industrie, de l’Energie et des Technologies
dans son rapport « Perspectives de développement du télétravail dans la fonction
publique » écrit que le télétravail apparaît clairement comme un élément
réduisant le stress lié aux activités réunissant des travailleurs sur un même
plateau (situation d’open space non spécifiquement considérée par le C.A.S.).
L’interruption dans la semaine créée par le télétravail permet de prendre du recul.
Pour cette même raison des tensions avec un autre collègue peuvent être réduites du
fait du télétravail.
1
- Pour la fonction publique, ceci résulte du fait qu’une part importante des télétravailleurs est de catégorie A ou B (cité par
le CGIET).
125
Le Rapport
Conseil Économique, Social et Environnemental de la Région d’Auvergne
« Le numérique »
g) Gagner en reconnaissance
Cette motivation est la résultante du sentiment d’avoir été « choisi », d’être bien
considéré et/ou de bénéficier d’une disposition spécifique. Elle se traduit par une
motivation du salarié.
On peut noter en conclusion que le télétravail, lorsqu’il doit être ajouté au modèle
d’organisation classique, ne peut être introduit dans l’organisation qu’à partir d’une
démarche d’expérimentation préalable à toute diffusion supplémentaire. A cet égard,
exemple peut être donné de la démarche entamée par le Conseil régional d’Auvergne
pour ses propres agents avant l’appel à candidature (expérimentation concluante).
C) Un autre dispositif régional : la centrale de mobilité
Même s’il n’est pas encore au stade du déploiement et de l’utilisation quotidienne par
des auvergnats comme peuvent l’être les PVP, l’ENT ou même les manuels
numériques, sera mentionné ici pour mémoire en conclusion le dispositif de la
centrale de mobilité en cours de mise au point et de formalisation par le Conseil
régional qui se trouve comporter des bénéfices environnementaux, sociaux mais
également organisationnels en matière de transports.
1) La centrale de mobilité
En France, au niveau régional1, existent plus d’une dizaine de centrales de mobilité,
également appelées systèmes d’information multimodale (SIM).
En Auvergne comme ailleurs, l’idée de la mise en place d’une centrale de mobilité
régionale s’est fait jour à partir du constat que les réseaux de transport auvergnats
diffusent une information plus ou moins complète mais qu’il n’existe pas
d’information multimodale recouvrant plusieurs réseaux dépendant de plusieurs
Autorités Organisatrices de Transports (AOT)2.
Telle que projetée, cette centrale, visualisable sur un site internet ou joignable par
téléphone, renseignera le voyageur sur l’intégralité de son déplacement en Auvergne,
voire au-delà, quel que soit le mode, le transporteur ou l’AOT. L’ambition est de
fournir un calcul d’itinéraire de « porte à porte ».
La centrale de mobilité pourra aussi intégrer le rabattement, informer les voyageurs
en cas de trafic perturbé et proposer des alternatives, comme le covoiturage ou
même la location de vélos. Une des spécificités auvergnates serait d’y adjoindre le
transport à la demande.
- D’autres systèmes d’information multimodale existent également à d’autres niveaux territoriaux.
- Source : Conseil régional, Protocole d’accord pour le développement de l’intermodalité dans les transports publics en
Auvergne.
1
2
126
Conseil Économique, Social et Environnemental de la Région d’Auvergne
« Le numérique »
Le Rapport
Elle pourra également mettre en évidence les coûts financiers et écologiques des
déplacements en comparant ceux du transport public et des véhicules particuliers et
fournir ces informations pédagogiques.
En plus d’un outil unique extrêmement utile à l’usager, y compris dans une version
prévue pour les mobinautes, la centrale de mobilité régionale impliquera également
un travail de coordination entre AOT, permettant ainsi aux AOT de mieux identifier les
marges de progrès possibles (coordination des horaires, optimisation des dessertes,
suppression des offres redondantes, correspondances, fréquences, …).
Ce travail de coordination implique toutefois que chaque AOT publicise et transmette
ses données aux autres ce qui ne va pas, pour certaines AOT, sans poser de
problèmes.
En complément, le projet de billettique1 unique envisagé par le conseil régional,
distinct de celui de la centrale de mobilité, vise à développer une billettique commune
à plusieurs réseaux, en complément d’une tarification multimodale, pour simplifier
l’accès des voyageurs au transport public grâce à un support unique pour l’ensemble
de leurs déplacements, et pour permettre aux AOT une meilleure connaissance des
pratiques de déplacement des voyageurs.
Le développement d’une billettique commune interopérable, c’est-à-dire
rechargeable dans les différents points de vente des réseaux, est envisagé.
En accompagnement de ce billet unique, il faudra également repenser la tarification
multimodale. En effet, actuellement, seuls les tarifs TER et les tarifs du périmètre du
Syndicat Mixte des Transports en Commun de l’agglomération clermontoise peuvent
être combinés dans le cadre de l’abonnement TANDEM.
Cet abonnement est disponible en version hebdomadaire ou mensuelle pour les
déplacements domicile/travail des salariés et domicile/étude des étudiants, au départ
ou à l’arrivée de l’agglomération clermontoise. Par rapport à l’achat séparé des deux
titres de transport, l’abonnement TANDEM génère une économie pour le voyageur.
L’objectif, dans un premier temps, sera d’étendre le système combiné TANDEM aux
réseaux urbains les plus fréquentés, comme Moulins, Vichy ou Riom, qui s’inscrivent
dans l’un des axes de déplacement les plus dynamiques de la région. Le système
s’étendrait ensuite progressivement à d’autres réseaux et aux usages occasionnels.
La possibilité de mettre en place une tarification zonale au niveau de la plaque
urbaine clermontoise pourra également être étudiée.
2) Bénéfices risques de l’utilisation d’un système d’information
multimodale.
Sans qu’il soit ici et maintenant faisable de formaliser précisément ce que pourraient
être les retombées de la mise en place d’un tel système en Auvergne qui, au moment
de la rédaction de ce rapport, n’est pas encore déployé de manière totalement
1
- La billettique est un système de billetterie électronique qui remplace le titre de transport papier par une carte à puce. En
Auvergne, les cartes unikOpass et modePass sont aujourd’hui les supports de l’abonnement combiné TANDEM entre TER
(SNCF) et T2C.
127
Le Rapport
Conseil Économique, Social et Environnemental de la Région d’Auvergne
« Le numérique »
opérationnelle, il est quand même possible de tracer les grandes lignes d’une
approche bénéfices-risques des systèmes d’information multimodale à partir des
éléments de réflexion figurant dans le récent rapport d’information du Sénat intitulé
« Les transports publics locaux en France : mettre les collectivités territoriales sur la
bonne voie »1.
a) Bénéfices
Parmi les plus évidents, au côté des classiques diminutions d’émission des gaz à
effets de serre, le Sénat distingue :
 la mutualisation des coûts, l’harmonisation des systèmes à l’échelle d’un
territoire et le développement d’une vision globale de la mobilité ;
 la simplification des déplacements pour l’usager en lui donnant une information
en temps réel (horaires des lignes, localisation des points d’arrêt,
correspondances, tarifs, informations sur les perturbations) et, en le dotant
d’une carte unique de transport utilisable sur tous les réseaux de transport ;
 l’augmentation du nombre des usagers des transports collectifs et la mise en
accessibilité ;
 une meilleure lisibilité sur la fréquentation réelle de leurs réseaux par les AOT. La
validation billettique leur donne une mesure réelle des fréquentations et leur
permet d’ajuster leur offre ;
 le développement des technologies innovantes (utilisation du téléphone
portable) qui permet d’accompagner les tendances actuelles de la jeunesse à
s’emparer des outils modernes (code barre sur les points d’arrêt et alertes
« SMS »).
b) La question de l’utilisation des données collectées
Comme on l’a vu dans la première partie, la question de l’utilisation des données
collectées, et notamment leur anonymat doit être envisagée.
A ce sujet, l’Agence française pour l’information multimodale et la billettique (AFIMB)
s’est rapidement préoccupée des questions de sécurité de transfert et de gestion des
données. Elle a saisi la Commission d’accès aux documents administratifs (CADA)
sur la réutilisation des données servant à l’information sur le transport en se référant
aux obligations imposées par la Loi d’orientation des transports intérieurs (LOTI) dans
les termes suivants :
« Les informations sur les transports collectées par les collectivités locales pour
répondre aux obligations prévues dans la LOTI sont-elles réutilisables au sens de
l’article 10 (relatif à la réutilisation des informations publiques) de la loi n° 78-753 du
17 juillet 1978 portant diverses mesures d’amélioration des relations entre
l’administration et le public » ?
La CADA a répondu que les données des systèmes d’information multimodale sont
réutilisables au sens de la loi de 1978, c’est-à-dire à « d’autres fins » que la fin pour
laquelle elles ont été produites. En particulier, elles sont réutilisables à des fins
commerciales.
1
- « Les transports publics locaux en France : mettre les collectivités territoriales sur la bonne voie », rapport d'information de
M. Yves KRATTINGER, fait au nom de la délégation aux collectivités territoriales du Sénat, n° 319 (2011-2012) - 31 janvier
2012, pp. 42-44.
128
Conseil Économique, Social et Environnemental de la Région d’Auvergne
« Le numérique »
Le Rapport
Une attention toute particulière devra donc être portée à l’anonymisation complète
des données collectées ainsi qu’à leur réutilisation possible par la suite.
c) Facteurs limitants
Au delà de ces questions de confidentialité des données, le Sénat précise également
qu’aujourd’hui, plusieurs autres facteurs peuvent limiter l’efficacité des SIM :
 ceux qui existent ont été, pour la plupart, mis en œuvre au niveau régional. Or,
le bassin de déplacement se situe surtout au niveau de l’agglomération, comme
le prouve l’audience encore faible des SIM au niveau régional ;
 les SIM actuellement déployés produisent encore trop souvent des informations
théoriques, le principal service offert étant le calcul d’itinéraire qui s’appuie
justement sur les horaires théoriques. Or, les usagers souhaitent une information
en temps réel (passages, perturbations…) afin d’adapter et de recomposer leurs
trajets. Sur ce point, on observe que les particuliers, dans le cadre des réseaux
sociaux, échangent entre eux des informations sur les transports (perturbations,
grèves, voire localisation des contrôleurs…) en s’improvisant ainsi, sous
certaines conditions, gestionnaires de mobilité ;
 les SIM actuellement déployés restent principalement centrés sur le transport
public. Or, les usagers veulent utiliser toute la palette des transports disponibles
sur un territoire (covoiturage, vélo, ou encore rabattement en voiture particulière
sur un parking relais) ;
 il existe encore de nombreuses zones blanches sur les territoires échappant
totalement à ces SIM ;
 à la différence de nombreux pays voisins de la France, il n’existe pas de SIM au
niveau national. La perspective la plus réaliste à court et moyen termes serait
d’opérer une mise en réseau des différents SIM régionaux.
On peut noter que le Conseil régional, dans son projet de centrale de mobilité a pris
en compte préventivement certaines de ces observations et préconisations,
notamment celle concernant la nécessaire adjonction d’autres modes de transport
que publics puisque sont opportunément prévues des ouvertures vers le covoiturage,
la location de vélos et le transport à la demande.
129
Conseil Économique, Social et Environnemental de la Région d’Auvergne
« Le numérique »
ö L’AVIS õ
Cet avis a été adopté à l’unanimité
70
0
voix Pour
voix Contre
(70
(70
suffrages exprimés)
votants)
131
L’Avis
Conseil Économique, Social et Environnemental de la Région d’Auvergne
« Le numérique »
RÉFLEXIONS
L’Avis
TRANSVERSALES
Les premières mises en œuvre significatives des Technologies de l’Information et de
la Communication (TIC) au niveau du grand public ne datent que de 15 ans pour la
téléphonie mobile et de 10 ans pour l’accès Internet avec la technologie ADSL. Les
efforts des pouvoirs publics et des collectivités territoriales ont tout d’abord porté sur
les infrastructures. Le plan « France Numérique 2012 », établi en 2008, prévoyait
l’accès à un haut débit de 512 kbits/s pour tous en 2012, ce qui, d’après le rapport
du sénateur Hervé MAUREY sur la couverture du numérique en France (en date du
11 juillet 2011) ne devrait pas être atteint au niveau national.
La région Auvergne, grâce à l’action du Conseil régional qui avait anticipé, a été
finalement la première région française à proposer le haut débit pour tous
(minima de 512 kbits/s). C’est d’ailleurs à ce titre qu’elle a reçu un prix européen
RegioStars 2010.
Par contre l’emprise des TIC sur nos activités va considérablement s’accélérer dans
les prochaines années et le risque d’accroissement de la fracture numérique est bien
réel pour les populations les plus fragiles. En effet, la stratégie « Europe 2020 » se
décline en sept axes dont un concerne le numérique. Le plan « France Numérique
2012-2020 », annoncé fin 2011, comprend lui cinq axes, dont un qui a pour ambition
de diversifier les usages et les services numériques, et de faciliter l’appropriation des
services et des technologies numériques par le grand public grâce à l’information et
la formation, et ainsi redonner confiance dans le numérique qui aujourd’hui fait peur
à certains. Il est satisfaisant de voir que la Région Auvergne inscrit dans ses
politiques un programme pour soutenir ou mener des actions afin de faciliter
l’appropriation et l’usage des outils numériques par l’ensemble des citoyens.
Cette démarche ambitieuse de développer les usages du numérique ne peut être
conduite uniquement par le Conseil régional car de nombreux acteurs, chacun dans
leurs domaines de compétences, sont concernés. Aussi le CESER propose à ces
acteurs de se concerter pour définir une gouvernance des politiques à mener
afin de développer les usages du numérique au niveau des activités
économiques, et prennent en compte les publics ayant des difficultés dans
l’utilisation de ces technologies.
Par exemple, la mise en place de l’e-administration, déjà engagée, va connaître très
vite des évolutions considérables puisque la dématérialisation des démarches
administratives les plus attendues par les entreprises, les associations et les
particuliers devrait être effective d’ici 2013 ; la totalité des démarches serait
accessible en 2020, ce qui conduirait à abandonner le papier dans toutes les
procédures internes et externes de l’administration. D’ici 2020 est aussi prévu de
généraliser la facture électronique, tant au niveau des entreprises qu’au niveau des
services aux citoyens.
Le risque de « décrochage » existe bien pour un certain nombre si des mesures en
matière d’accompagnement et de formation ne sont pas mises en place. Par contre
il est vrai que ces technologies permettent à ceux qui les maîtrisent de traiter leurs
démarches à domicile et au moment qui leur convient.
133
L’Avis
Conseil Économique, Social et Environnemental de la Région d’Auvergne
« Le numérique »
Aussi le CESER demande que chaque démarche accessible en ligne fasse
l’objet d’une information. Les usagers ne pouvant ou ne souhaitant accéder à
Internet doivent pouvoir continuer d’utiliser les procédures antérieures où le
contact humain est privilégié.
Du point de vue du citoyen il y a un souhait, qui émerge nettement, de pouvoir
interagir plus directement avec les interlocuteurs de son administration au sens large.
La jeune génération, de plus en plus ancrée dans l’interactivité immédiate, souhaite
pouvoir utiliser ces nouvelles technologies pour communiquer avec les personnes
susceptibles de leur répondre. Des expérimentations s’engagent dans la sphère
publique pour permettre aux agents publics de communiquer avec les usagers à
travers ces technologies de manière interactive. Le cadre des interventions doit être
précisé afin de protéger les acteurs. Plus facilement, les différentes organisations
pourraient aussi développer leurs échanges par le biais de ces nouvelles
technologies. Ainsi à l’échelle de notre région et sous l’égide du CESER pourrait être
expérimenté un lieu d’échanges - sous la forme d’une plate-forme numérique- entre
les différentes instances consultatives réglementairement existantes au niveau
régional et infra-régional ce qui permettrait de recenser l’ensemble des réflexions des
socio-professionnels des différents territoires de la région.
Par ailleurs, le CESER propose le développement de centres d’accès publics à
Internet et de formation pour ceux désirant acquérir des compétences. Ces
centres pourraient s’appuyer sur des structures existantes comme les
médiathèques, les bibliothèques, les espaces publics numériques, … ou à créer.
Ces centres devront être dotés de moyens humains pour former et
accompagner les usagers d’Internet. L’accompagnement pourrait aussi se faire
sur les lieux physiques de délivrance du service en aidant la personne à réaliser
elle-même la démarche en ligne.
Le CESER considère néanmoins indispensable de maintenir, ou créer, un
accueil physique de proximité qui pourrait effectuer la démarche en ligne pour
le compte de la personne ne sachant pas utiliser Internet. N’oublions pas
qu’aujourd’hui une partie significative de la population n’accède pas à Internet
à son domicile.
Les travaux de la commission «numérique » ont permis de constater à plusieurs
reprises que les moyens pour accompagner la mise en œuvre d’infrastructures et/ou
d’équipements étaient insuffisants, ce qui finalement n’a pas permis de conduire
efficacement le déploiement de telle ou telle application. Plusieurs évaluations
montrent que les questions d’organisation globale, de sensibilisation, de formation et
d’accompagnement des usagers sont primordiales pour la réussite du projet.
Aussi le CESER recommande de prendre en compte les moyens
d’accompagnement, notamment humains, en inscrivant les crédits nécessaires
à l’engagement de toute opération.
Il est également indispensable de former des professionnels spécialisés, capables
d'aider et d'accompagner les personnes en situation de handicap dans l'utilisation
des technologies nouvelles adaptées à leur situation et à leur handicap. Cette
proposition a été développée dans l'étude du CESER « Nouveaux métiers, nouveaux
services ».
134
Conseil Économique, Social et Environnemental de la Région d’Auvergne
« Le numérique »
L’Avis
Le CESER insiste pour que tous les sites Internet soient parfaitement accessibles
notamment aux personnes déficientes visuelles. Cela suppose une réflexion
préalable et un suivi avec les personnes elles-mêmes et les professionnels
compétents.
De manière plus générale, dans un processus un peu complexe mettant plusieurs
acteurs en jeu, les Technologies de l’Information et de la Communication peuvent
induire des modifications dans l’organisation générale et ainsi transférer telle ou telle
tâche à d’autres qui ne les exécutaient pas auparavant. Ce transfert de charges est
assez fréquent quand on passe au numérique, et cela peut conduire à des difficultés
lors de la mise en œuvre ou au moment de la pérennisation d’un dispositif si tous les
acteurs n’ont pas été associés en amont.
Aussi, le CESER recommande à chaque fois que c’est possible de mettre en
place une logique « projet » qui intègre toutes les phases et tous les acteurs
concernés, et de désigner un chef de file, un pilote ou un maître
d’ouvrage comme c’est aujourd’hui le cas avec le Rectorat qui est le maître
d’ouvrage du développement des Espaces Numériques de Travail (ENT).
Enfin, et bien que la saisine du Président du Conseil régional ne porte pas sur le sujet
des infrastructures, il n’en demeure pas moins que le développement des usages
sera obligatoirement conditionné par les choix faits en matière d’infrastructures, par
le calendrier de déploiement de ces infrastructures dépendant de leur financement,
et par l’évolution plus ou moins rapide des technologies. Ainsi certaines
interrogations sont-elles apparues pendant les travaux de la commission :
 La montée en débit des réseaux mobiles (3G+, 4G) prévue dans un proche
avenir ne vient-elle pas concurrencer le déploiement de la fibre, ou bien les
deux technologies sont-elles complémentaires ?
 Les difficultés financières provoquées par la crise depuis déjà un certain
temps ne rendent-elles pas caduques les différents calendriers de
déploiement sur le territoire ?
 La cohérence territoriale sera-t-elle assurée selon que l’on soit classé en
zone très dense, moyennement dense ou peu dense, et ce classement
n’induit-il pas de fait une nouvelle fracture territoriale ?
 Enfin pour les zones dont on peut penser qu’elles seront desservies en
dernier par le THD, ne faut-il pas envisager dés maintenant une nette
amélioration du haut débit proposé ?
Les réponses à ces différentes questions conditionneront inévitablement, dans
l’avenir, le développement des TIC et leurs usages sur notre territoire.
135
Conseil Économique, Social et Environnemental de la Région d’Auvergne
« Le numérique »
TECHNOLOGIES
DE L’INFORMATION ET DE LA
L’Avis
COMMUNICATION
ET POPULATIONS FRAGILISÉES ÉCONOMIQUEMENT
La part de population fragilisée économiquement dans l’accès aux technologies du
numérique reste encore importante. L’enquête annuelle du CREDOC de juin 2011
montre que le taux de pénétration d’Internet n’est que de 38 % chez les nondiplômés, et seulement de 43 % dans les foyers disposant de moins de 900 euros
par mois. Cette année d’ailleurs, la situation des titulaires des plus bas revenus s’est
semble-t-il plutôt dégradée, car le taux d’équipement en ordinateur et l’accès à
Internet haut débit sont en baisse de trois points. Le coût élevé des équipements et
des connections explique ce chiffre, les catégories les plus concernées étant
constituées des chômeurs, des familles monoparentales et des personnes âgées.
Les catégories qui n'ont pas, ou peu, accès à Internet sont aussi, souvent, celles qui
ont le plus de difficultés à trouver des contenus adaptés à leurs besoins.
L’action du Conseil régional doit participer à la réduction de cette fracture dite
« économique » en soutenant tous les dispositifs de mise en place de points d’accès
gratuit (ou à coût limité) disposant bien évidemment d’un accès à Internet avec un
débit suffisant, mais mettant aussi à disposition les équipements nécessaires
(ordinateurs, imprimantes, scanners).
 Cet accès gratuit pour les populations fragilisées peut s’effectuer dans les
Espaces Publics Numériques (EPN), à proximité des points visiopublic
(PVP), mais aussi dans les centres culturels (Bibliothèques, musées etc…)
et d’une façon générale dans tous les lieux où les services sociaux en
charge de ces populations en auront exprimé le besoin au vu de leur
connaissance précise du terrain. Les Points-Multi-Services représentent
également des points d’accès mobilisables dans les territoires. La
possibilité d’accéder à Internet par l’intermédiaire des Points Visio Public
pourrait également, à ce titre, être envisagée ;
 la notion de proximité présente dans ce cas une extrême importance au
regard des difficultés de déplacement de ces populations consécutives au
renchérissement du coût des transports ;
 les tarifs sociaux des fournisseurs d’accès à Internet devraient être
généralisés à l’ensemble des opérateurs sur la totalité du territoire ;
 enfin il serait souhaitable que la carte jeune mise en place par le Conseil
Régional offre à son détenteur la possibilité de payer tout ou partie de son
abonnement à Internet.
137
Conseil Économique, Social et Environnemental de la Région d’Auvergne
« Le numérique »
POINTS VISIO
L’Avis
PUBLIC
Indéniablement les PVP contribuent directement à l’aménagement du territoire en
facilitant l’accès aux services publics, principalement sur les territoires éloignés, et
limitant de fait les déplacements et les temps d’attente. Ils ne doivent pas toutefois
constituer une réponse aux désengagements de ces mêmes services publics sur les
territoires. L’accompagnement humain, absolument nécessaire à leur bonne
utilisation et à leur adoption par l’ensemble des populations concernées, peut de plus
constituer une source potentielle de création d’emplois pérennes et non
délocalisables de nature à modifier la perception négative parfois rencontrée lors de
l’introduction de nouvelles technologies.
Leur développement et leur utilisation nécessitent cependant que quelques principes
fondamentaux soient respectés :
 L’objectif étant de renforcer l’offre de services publics auprès des citoyens,
il importe d’accroitre le nombre de services offert ainsi que la qualité de
ces services. A cette fin, il semble nécessaire que la relation entre les
prestataires de services et les différentes collectivités et acteurs à l’origine
de l’implantation des PVP relève d’une contractualisation dépassant ainsi
la charte d’engagement actuellement en vigueur.
 Cette contractualisation doit intégrer la nature des services proposés et
rendus, l’efficacité et la qualité de ces services, mais aussi aborder les
aspects concernant la prise en charge des coûts de fonctionnement
(publicité, salaire des accompagnateurs, couts des locaux, entretien du
matériel, cout de fonctionnement, etc…) sans lesquels la pérennisation du
dispositif ne sera pas assurée. Une mutualisation de ces coûts pourrait
être envisagée.
 Pour chaque implantation d’un PVP, la présence systématique d’un agent
d’accueil et d’accompagnement doit être assurée. Cette fonction,
nécessairement pérennisée, constitue un « nouveau métier » nécessitant
une formation, évoluant par la suite en fonction des nouveaux prestataires
ayant recours à ce dispositif et du contenu de leurs prestations.
 Enfin, les échanges et la concertation doivent être développés et
entretenus entre tous les acteurs de façon régulière. A cette fin, la mise en
réseau facilitée par la nature même du dispositif, doit se concrétiser et
autoriser les échanges entre :
 les agents d’accueil des différents PVP
 les prestataires et les territoires
 les prestataires et les utilisateurs
 les financeurs des installations et les prestataires.
139
L’Avis
Conseil Économique, Social et Environnemental de la Région d’Auvergne
« Le numérique »
Ces différents échanges associés à des indicateurs de fonctionnement
(qualitatif et quantitatif) doivent permettre d’ajuster en temps réel le
fonctionnement des services offerts aux besoins des populations.
Enfin, les horaires d’accès aux points visio public devront être au maximum
compatibles avec les besoins des utilisateurs, et la possibilité qu’ils permettent
un accès à Internet devra être envisagée.
140
Conseil Économique, Social et Environnemental de la Région d’Auvergne
« Le numérique »
LES ESPACES NUMÉRIQUES
EN
L’Avis
AUVERGNE (ENA)
L’expérimentation réalisée dans les six espaces numériques d’auvergne volontaires
doit permettre de dégager les enseignements nécessaires pour satisfaire au mieux
les attentes et besoins de la population et adapter ainsi les services proposés.
L’éloignement des centres urbains, la réalité sociologique des populations
concernées, l’activité économique des territoires sont des éléments conduisant
obligatoirement à une demande diversifiée et différente d’un ENA à l’autre.
Pour le CESER il apparait que :
 la possibilité de faire des ENA des « Points d’accès à la Téléformation »
constitue une piste à développer, surtout si le développement de la
plateforme de mutualisation de formation ouverte à distance se concrétise
rapidement. En fonction des besoins locaux, une ouverture vers des
utilisations de types visioconférence pourrait être envisagée, ainsi que la
retransmission éventuelle d’événements culturels ou sportifs ;
 le lien entre ENT et ENA doit être développé afin de sensibiliser les adultes
(principalement) à l’usage des technologies numériques ;
 les ENA doivent constituer aussi un vecteur de résorption de la fracture
numérique ; en ce sens ils doivent être ouverts aux populations fragilisées
(faibles revenus, chômeurs etc…) principalement par une possibilité
d’accès à Internet et la mise à disposition de matériel informatique ;
 la complémentarité avec les PVP (lorsqu’ils existent à proximité) doit être
assurée ;
 enfin, ces dispositifs faisant intervenir plusieurs acteurs différents
(Rectorat, collectivités territoriales, services de l’Etat, organisations
consulaires etc…..) une coordination des acteurs s’avère nécessaire. Un
bilan régulier d’activité doit permettre d’actualiser et d’adapter les services
offerts et de régler les problèmes matériels d’ouverture des locaux,
d’assistance et de surveillance.
141
Conseil Économique, Social et Environnemental de la Région d’Auvergne
« Le numérique »
L’Avis
TÉLÉTRAVAIL
Le développement du télétravail constitue aujourd’hui une piste à suivre pour parvenir
aux objectifs fixés en matière de réduction des consommations d’énergie,
particulièrement dans les transports, mais aussi dans le domaine de la réduction des
gaz à effet de serre. Il favorise également l’accès à l’emploi des populations exclues
du marché du travail, contribuant de ce fait à l’inclusion sociale.
Cependant son développement ne peut se faire sans que soient étudiés les
bouleversements sociaux induits par l’usage des TIC. En effet, les technologies
numériques remettent en cause les schémas établis instaurés par l’industrialisation à
partir du XIXe siècle, de l’unité de temps et de lieu. Des questions telles que le
découplage entre activité professionnelle et locaux de l’entreprise ou encore les
nouvelles porosités entre vie privée et vie professionnelle se posent avec une plus
grande acuité dans le cas du télétravail.
La réussite du télétravail exige toutefois des profils de travailleurs et des activités très
spécifiques :
 faire preuve d’une aptitude importante à l’autonomie,
 bénéficier d’une capacité à travailler seul, en dehors du collectif de travail,
 effectuer des tâches compatibles avec le télétravail,
 en cas de travail au domicile, disposer d’un environnement familial et matériel
compatible nécessitant souvent la présence de très haut débit.
Dans le cas de télétravail salarié, pour être efficace et socialement accepté le
télétravail doit obligatoirement respecter certaines obligations :
 Ce dernier doit obligatoirement relever d’un double volontariat (employeur
/salarié) ;
 cette situation particulière de travail doit donner lieu à un contrat écrit et
relever d’un rapport de confiance réciproque entre l’entreprise et le salarié
permettant de gérer les ambigüités éventuelles issues de la contradiction
entre liberté et subordination. Les aspects temps de travail, accidents de
travail et prise en charge du matériel nécessaire devront y être abordés ; le
télétravail ne devra pas être un obstacle à l’évolution professionnelle et à
l’avancement ;
 en l’état actuel des connaissances, il apparaît que le télétravail de type
« pendulaire » doive être privilégié (équilibre entre temps de travail dans
l’entreprise et travail au domicile ou en centre de télétravail) ;
 concernant de façon spécifique les personnes en situation de handicap, le
télétravail n’est pas une aide à l’insertion, mais contribue au maintien ou au
retour en activité en cas de problèmes de santé. Il doit être proposé aux
travailleurs handicapés dans les mêmes conditions qu’aux autres
travailleurs. En effet les personnes en situation de handicap préfèrent
143
L’Avis
Conseil Économique, Social et Environnemental de la Région d’Auvergne
« Le numérique »
quand cela est possible s’intégrer et être en contact permanent avec leur
milieu professionnel. Le recrutement direct de personnes en situation de
handicap en télétravail à temps complet doit donc être écarté, sauf
exceptions. Une étude approfondie et concertée entre l’employeur et les
personnes concernées doit être conduite et un bilan régulier effectué afin
d’adapter les conditions d’exercice et de mettre en place les évolutions
nécessaires ;
 enfin, les possibilités de télétravail représentent un élément de choix
important dans la problématique particulière du travail des conjoints,
susceptible d’encourager l’implantation en zone rurale de certains
professionnels (ex « médecin ») ;
 les administrations publiques et les collectivités territoriales doivent servir
de précurseurs et de modèles dans la démarche de développement du
télétravail.
144
Conseil Économique, Social et Environnemental de la Région d’Auvergne
« Le numérique »
TOURISME
ET
L’Avis
TIC
Les changements provoqués par Internet sur la filière du tourisme ces dernières
années sont évidents. Un touriste sur deux prépare aujourd’hui son séjour en ligne,
que ce soit pour le choix du site, de son hébergement, de ses activités, de ses
réservations voire pour connaitre l’avis des internautes sur le sujet, sans parler de son
mode de transport (le site de vente en ligne de la SNCF se situe parmi les premiers
sites de commerce électroniques de France). L’évolution rapide des technologies va
de plus accroitre ce phénomène avec le développement de la mobilité, des
possibilités de visite virtuelle, de géo localisation, voire de paiement sans contact
etc… L’information pendant le voyage s’avère aujourd’hui d’actualité avec
l’apparition du m-tourisme.
Afin de développer le tourisme sur la région Auvergne, plusieurs actions doivent être
envisagées :
 Inciter les acteurs du tourisme à créer leurs propres sites Web et les
référencer dans les moteurs de recherche. Ces sites devront offrir toutes
les capacités recherchées par les internautes : visite virtuelle, possibilité de
réservation en ligne, activités offertes en proximité etc…
 La création et l’actualisation d’un site web nécessitant des compétences
particulières, il parait nécessaire de soutenir toutes les actions collectives
conduites en direction de cet objectif (Cybermassif) ;
 Offrir les possibilités de visite virtuelle des principaux sites touristiques. La
réalisation technique de cette opération pourrait être prise en charge
financièrement par les collectivités territoriales ;
 Concevoir des applications téléchargeables associées aux possibilités de
géo localisation permettant sur chaque site visité de bénéficier
d’informations touristiques ainsi que d’un système de guidage localisé ;
 Equiper l’ensemble des lieux d’accueil des touristes de points WI-FI et leur
permettre de disposer d’une carte à jour des cybercafés de proximité ;
 Soutenir le développement des technologies NFC (near field
communication) appliquées au tourisme et principalement le paiement
sans contact sécurisé.
Ces nouvelles activités constituent un gisement potentiel d’emplois non
négligeable présentant de plus l’avantage de ne pas être délocalisables pour
leur grande majorité.
145
Conseil Économique, Social et Environnemental de la Région d’Auvergne
« Le numérique »
TIC
L’Avis
ET MAINTIEN AU DOMICILE DES PERSONNES ÂGÉES
Avant même de penser à la possibilité technique de l’utilisation des TIC dans le cadre
du maintien à domicile ou de l’accueil en établissement des personnes âgées
suppose, il est important de poser un certain nombre de repères éthiques.
Le CESER appelle ainsi l’ensemble des opérateurs pouvant intervenir dans cette
problématique de l’utilisation des TIC en lien avec les personnes âgées à se
conformer, au moins dans un premier temps au minimum, aux recommandations de
la CNIL afin de garantir le respect des dispositions de la loi Informatiques et Libertés
notamment sur les points suivants :
 les données à caractère personnel doivent être collectées à des fins
déterminées, explicites et légitimes ;
 les données doivent être« adéquates, pertinentes et non excessives au regard
des finalités pour lesquelles elles sont collectées et de leurs traitements
ultérieurs » ;
 les données ne pourront être consultées et communiquées que par les agents
habilités du fait de leur fonction. Le responsable du fichier est astreint à une
obligation de sécurité.
Au delà de la stricte observance de ces simples règles, le CESER estime que la
validation éthique de tout dispositif faisant intervenir les TIC en relation avec la
personne âgée doit se faire dans une démarche collective, non seulement entre la
personne âgée et un interlocuteur mais avec l’ensemble de la chaine médico-sociale
intervenant auprès d’elle. Cela supposera donc, à l’image des collaborations déjà
existantes entre professionnels sur les autres sujets que les TIC, de définir
collectivement les limites éthiques.
Des référentiels nationaux, autres que ceux de la CNIL, pourront être utilisés à cet effet.
En terme technique, même si les personnalités auditionnées ne l’ont pas été sur ce
thème, le CESER souhaite quand même faire valoir son attachement à la possibilité
d’introduction de technologies mixées comprenant au moins :
 Une téléalarme manuelle portée (cou, poignet) par la personne âgée
permettant d'alerter ses proches ou le centre de téléassistance, en cas de
défaillance physique ou psychologique.
 Une plate-forme de téléalarme automatique équipée de capteurs
environnementaux (parmi lesquels détecteurs de fumée, de fuite de gaz, de
fuite d'eau, de température, d'ouverture de portes, de mouvements) détectant
automatiquement des situations anormales et déclenchant des alertes vers des
proches, le centre de téléassistance ou tout autre structure adaptée.
 Un cahier de liaison électronique au domicile de la personne âgée que les
différents intervenants utiliseraient dans le cadre de l’aide et du maintien à
domicile.
147
L’Avis
Conseil Économique, Social et Environnemental de la Région d’Auvergne
« Le numérique »
 Un site Web spécifique et disposant d’un accès sécurisé par identifiant et
mot de passe, utilisé par les proches pour configurer la liste des personnes à
contacter en cas d'alerte et consulter à distance le contenu du cahier de liaison.
 Une tablette tactile car les enseignements de l’expérience « Déclic » du CLIC
de Moulins montrent que l’interface clavier pose problème : le CESER estime
ainsi que devront être privilégiées des tablettes facilitant l’usage qui soient des
« interfaces pardonnantes », permettant aux usagers de revenir rapidement sur
une mauvaise manipulation. Idéalement, cette interface devrait pouvoir
s’adapter automatiquement à l’usager.
 Cette tablette, au delà de l’utilisation technique classique devra également
permettre d’autres usages connectés (accès web, visiophonie,...).
Afin de faire correspondre efficacité technique d’un dispositif et ses implications
éthiques, le CESER appelle chacun des promoteurs de ces solutions, ainsi que ceux
qui en font le choix, à privilégier des dispositifs labellisés par l’ASIPAG (Association
Solutions Innovantes Pour l’Autonomie et Gérontechnologies qui regroupe les
concepteurs et fabricants de technologies pour l’autonomie) qui a développé un
« Label relatif aux Usages des Technologies pour l’Autonomie » comprenant une
charte éthique que chacun des membres s’engage à respecter.
Le financement de ces technologies devra obligatoirement être examiné lors des
décisions relatives à la prise en charge de la dépendance.
148
Conseil Économique, Social et Environnemental de la Région d’Auvergne
« Le numérique »
ENT/MANUELS
L’Avis
NUMÉRIQUES
A ce jour, la totalité des établissements du secondaire de l’académie sont dotés d’un
ENT : 246 000 comptes sont ainsi ouverts. Il convient de reconnaître que le choix,
après une expérimentation dans 6 établissements pilotes, d’installer un ENT
dans chaque établissement du second degré a été particulièrement judicieux
car adapté à la situation socio-géographique du territoire auvergnat.
En effet, il aurait été dommageable que des zones éloignées des centres urbains,
dans une situation moins favorable, soient à nouveau défavorisées en matière
d’accès aux ressources offertes par les TIC. A la rentrée 2010, une nouvelle version
et de nouveaux services ont été mis en œuvre, et l’on a pu constater un
accroissement de l’usage de l’ENT, mais qui reste en deçà des attentes. Aussi, les
partenaires du projet ont engagé un audit pour identifier les freins.
Des éléments recueillis par la commission ou provenant d’une enquête faite en 2009
auprès d’un échantillon d’enseignants de l’académie de Clermont-Ferrand par
l’Institut National de Recherche Pédagogique (INRP) dans le cadre du projet
APPARENT (déroulement de 2009 à 2012), il ressort que dans la phase de mise en
route et d’appropriation, l’accompagnement des enseignants, des élèves et des
parents a été insuffisant au regard des évolutions technologiques et pédagogiques
proposées.
Le CESER recommande que des actions d’information et formation comme
celle conduite très récemment au collège Albert Camus de Clermont-Ferrand
auprès des parents d’élèves soient multipliées sur l’ensemble du territoire. De
plus le CESER trouverait tout à fait judicieux que l’ensemble des lieux
d’enseignement s’ouvre à ceux souhaitant s’initier à ces technologies.
Au niveau de l’enseignement du premier degré, certaines des écoles rurales de notre
région ont pu bénéficier de la mesure intitulée « Écoles numériques rurales », financée
par l’Etat, qui leur a permis de s’équiper en matériels. Le CESER estime que des
expérimentations d’ENT au niveau d’établissements du 1er degré, en CM2,
pourraient être organisées. Cette extension doit être considérée comme une
opportunité dont les acteurs de l’éducation doivent se saisir pour mobiliser les
parents sur l’école de leurs enfants et les former à l’usage des ENT.
La présence ou la disponibilité de personnels spécialisés dans le déploiement de la
solution ENT, tant au niveau central que dans les établissements représente encore
une difficulté même si la situation s’est améliorée. Le manque de fluidité, la lenteur
d’accès ou la qualité de l’ergonomie peuvent parfois freiner les utilisateurs dans
l’investissement de nouvelles technologies.
Le CESER attire l’attention sur le fait que la stabilisation de la solution ENT mise
en place et son appropriation par les utilisateurs pourraient augmenter
considérablement son usage, notamment pour l’accès à des ressources
documentaires via l’ENT. L’engorgement des réseaux que cet accroissement
149
L’Avis
Conseil Économique, Social et Environnemental de la Région d’Auvergne
« Le numérique »
d’usages pourrait générer doit pouvoir être appréhendé préalablement au
passage au Très Haut Débit.
Dans un autre volet de l’enseignement, une expérimentation en matière de manuel
scolaire numérique a démarré en septembre 2011 dans 12 établissements,
25 classes de 2e ou de 1ère concernant 48 professeurs et 825 élèves.
Le CESER considère qu’il s’agit d’une révolution pédagogique considérable et
incite le Conseil régional à se rapprocher de l’IUFM, aujourd’hui intégré à
l’Université Blaise Pascal, qui a des compétences très avancées dans ce
domaine grâce à un laboratoire de recherche de très haut niveau.
L’objectif global des ENT est d’établir un lien entre l’établissement d’enseignement,
les professeurs, les élèves et les parents. Il offre de nombreuses possibilités en
matière de communication, de pédagogie, de partage d’espaces pédagogiques,
d’accès à des ressources numériques, d’informations scolaires ou relatives à la vie
de l’établissement.
L’usage de l’ENT au domicile de l’élève et des professeurs nécessite un accès
Internet d’un débit suffisant. Aujourd’hui, 95 % des élèves du secondaire disposent
d’un ordinateur et d’un accès Internet. Le taux s’est considérablement accru depuis
5 ans, tout autant probablement pour d’autres usages que l’ENT pour les enfants
scolarisés. Ce taux de 95 % peut apparaître satisfaisant mais cela représente, en
Auvergne, plus de 4000 élèves qui n’accéderaient pas aux ressources pédagogiques
du collège ou du lycée. Le CESER considère cette situation comme tout à fait
anormale alors que les TIC représentent une opportunité de placer les élèves
dans les mêmes conditions et éviter toute distorsion aggravante pour les élèves
socialement défavorisés. Toute aide par des tarifs d’accès à internet très
réduits, la mise à disposition d’ordinateurs et l’accompagnement à la mise en
route représente un investissement pour l’avenir de ces jeunes.
Le débit de 512 Kbits/s, pour les zones les moins bien dotées est insuffisant, aussi
l’arrivée du Très Haut Débit est d’une très grande importance pour ces zones et tout
retard peut induire un accroissement de la fracture numérique pour leurs habitants.
La situation actuelle est tout à fait nouvelle. En effet la quasi-totalité des familles avec
enfant accède à Internet. Ces enfants - les natifs du numériques - ont des
compétences et une grande facilité dans le domaine des TIC et cela représente un
potentiel de ressources au niveau familial que le CESER considère comme un
vecteur pour développer la formation et la culture au niveau des familles, dont
certaines se saisissent d’ailleurs. Le CESER suggère que soit engagée une
réflexion pour valoriser ce potentiel, par exemple en ouvrant les établissements
d’enseignement aux parents ou en leur offrant des modules dédiés via l’ENT.
Le CESER considère que la situation actuelle est une opportunité à saisir par
l’ensemble des acteurs en fonction de leurs compétences.
Le CESER propose d’utiliser les ENT pour diffuser des messages de prévention,
déjà diffusés par d’autres moyens dans les établissements d’enseignement, et
de les rendre accessibles ainsi aux parents qui ainsi appréhenderont mieux les
précautions à prendre pour accéder à Internet ou aux réseaux sociaux. Des
modules d’initiation à l’informatique et Internet pourraient aider les personnes
qui le souhaitent à acquérir des compétences.
150
Conseil Économique, Social et Environnemental de la Région d’Auvergne
« Le numérique »
L’Avis
Le secteur de l’apprentissage est aussi concerné par ces technologies qui se
justifient d’autant plus que les apprentis partagent leur temps entre les CFA et les
entreprises. Une adaptation des ENT mis en place dans les collèges et les lycées
permettrait de faciliter les échanges entre les maîtres d’apprentissage, les formateurs
des CFA, les apprentis et les familles. De plus, des ressources pédagogiques -voire
des modules de FOAD- pourraient être disponibles quand l’apprenti n’est pas
présent au CFA. Aussi, le CESER propose qu’une réflexion pilotée par le Conseil
régional soit engagée avec les acteurs concernés pour analyser les besoins et
identifier les solutions à mettre en place.
151
Conseil Économique, Social et Environnemental de la Région d’Auvergne
« Le numérique »
ARTISANAT
L’Avis
ET COMMERCE DE PROXIMITÉ
Concernant l’impact des technologies numériques sur le commerce en général, et
plus particulièrement sur le commerce de proximité, la commission n’a pas abordé
volontairement les aspects économiques mais a recherché en priorité les éléments
ayant des conséquences sociétales et environnementales. A ce titre, ceux impactant
le maintien des commerces en milieu rural et le commerce de proximité en centre ville
ont été privilégiés. Dépassant le seul cadre de la situation actuelle en Auvergne, la
réflexion de la commission s’est inscrite dans une vision prospective prenant en
compte les évolutions sociétales (changement de pratiques des consommateurs), les
contraintes dues au renchérissement du coût de l’énergie (limitation des
déplacements) et l’impérieuse nécessité de maintenir voire développer l’attractivité
des territoires.
Le modèle de consommation, hérité des trente glorieuses, correspondant à un
modèle de distribution de masse semble maintenant remis en question. La
conjoncture économique entraine un nouveau comportement des consommateurs,
consécutif aux tensions apparues sur le pouvoir d’achat. Cela provoque un réveil du
commerce de proximité, proportionnel à la vitesse à laquelle les acteurs du secteur
anticipent cette évolution. Interrogés par le CREDOC (enquête de 11/2010), les
professionnels et les experts considèrent que le poids du e-commerce dans le
commerce de détail représentera en 2020 24 % soit une multiplication par 4 ou par 5
par rapport à aujourd’hui. Ces mêmes experts expriment des visions d’avenir en
rupture par rapport aux tendances actuelles concernant les points de vente et les
formes d’implantations commerciales. Dans l’avenir, le commerce de détail devra être
orienté : « client »et adopter une posture de plus en plus « servicielle ».
Le CESER considère que ces perspectives, si elles se vérifient, constituent une réelle
opportunité pour redynamiser les centre villes et pour maintenir, sur les territoires
ruraux, des commerces de proximité nécessaires au maintien de leur attractivité.
Pour ce faire, il s’avère nécessaire :
 de convaincre les commerçants et artisans des conséquences des
évolutions en cours et de leur permettre de s’adapter à la nouvelle
situation, de leur proposer des échanges de pratiques et d’expériences,
d’encourager une mutualisation des moyens et d’envisager la création d’un
annuaire électronique régional des commerçants et artisans ;
 de faire la promotion des services que ces commerçants de proximité
peuvent rendre à leurs clients, voire même entre eux, dépassant ainsi les
stratégies individualistes ;
 d’inviter les communes et les communautés de communes à organiser le
partage des activités logistiques, voire à les mutualiser afin de répondre à
la fois aux difficultés techniques des commerçants et aux besoins des
clients ;
153
L’Avis
Conseil Économique, Social et Environnemental de la Région d’Auvergne
« Le numérique »
 d’encourager, par une publicité ciblée, le recours aux « coachs
numériques » et envisager la possibilité que la prestation qui sera effectuée
par le coach numérique puisse comporter également un temps
d’évaluation et de retour sur site auprès du professionnel coaché quelques
mois après le déroulement la formation ;
 d’encourager également la bonne connaissance des services proposés en
la matière par l’ARDTA et CYBERMASSIF dans le cadre d’une gouvernance
partagée.
Sur ce dernier sujet, le programme ENMAC (Economie Numérique en Massif Central)
a réellement démarré en janvier 2012 et doit durer jusqu’à fin 2013. Ce programme,
réalisé en partenariat avec les régions Bourgogne et Limousin, a été initié en 2010 et
comporte trois volets :
 L’information, avec un portail web sur les contenus,
 la sensibilisation de terrain des TPE via les centres de ressources,
 des actions collectives à déterminer en direction des PME.
Le CESER préconise :
 de soutenir les actions des centres de ressource,
 de poursuivre la dynamique ENMAC pour la période 2013/2015, voire de la
renforcer après une première évaluation intermédiaire,
 d’accompagner les TPE vers la facturation électronique.
154
Conseil Économique, Social et Environnemental de la Région d’Auvergne
« Le numérique »
MOBILITÉ
L’Avis
DURABLE
La réduction des émissions des gaz à effet de serre (loi Grenelle de l’environnement
1et 2), l’augmentation du coût d’usage d’un véhicule automobile, l’impossibilité pour
certains d’utiliser les transports collectifs ou le souhait de continuer à habiter l’espace
rural et d’occuper ainsi notre territoire sont des réalités aujourd’hui incontournables.
Elles conduisent à susciter de nouveaux comportements de mobilité par le
développement du transport public, d’autres modes de transport alternatifs au
véhicule individuel et de l’inter-modalité entre eux. La réflexion du CESER s’est
attachée aux déplacements domicile/lieu de travail, le télétravail pendulaire et la
visioconférence.
Le covoiturage
L’association Covoiturage Auvergne et son site Internet permettent à des milliers
d’automobilistes auvergnats de pratiquer ce type de déplacement : 5000 inscrits et
3000 trajets potentiellement disponibles.
Propositions du CESER
 Continuer de soutenir l’association Covoiturage Auvergne par le
financement de son fonctionnement et des actions de sensibilisation
qu’elle conduit.
 Continuer à soutenir l’action des communautés de communes en
participant au financement des aires de covoiturage pour éviter le
stationnement sauvage et sécuriser les lieux.
 Soutenir les initiatives des Conseils généraux pour identifier les besoins en
matière de covoiturage et établir des schémas départementaux des aires
de covoiturage.
 Promouvoir la mise en œuvre d’aires de covoiturage intelligentes dotées de
bornes interactives permettant d’accéder aux services liés à la mobilité :
recherche de parcours, d’horaires, voire de covoiturage si des difficultés
sur les transports collectifs sont signalées, … Des accès wifi permettraient
aux usagers d’accéder à la centrale de mobilité dans de très bonnes
conditions ce qui n’est pas toujours le cas avec les réseaux mobiles. Une
télésurveillance centralisée de ces aires donnerait confiance aux usagers.
L’alimentation électrique de ces bornes doit plutôt se faire à partir
d’énergies renouvelables comme le photovoltaïque.
 Accélérer l’intégration du site Internet Covoiturage Auvergne au portail
« Centrale de mobilité Région Auvergne », tout en conservant l’autonomie
de l’association.
 Développer les PIC (Points d’Information Covoiturage) pour ceux qui n’ont
pas accès à Internet, à l’image de ce qui s’est développé avec le SMAD des
Combrailles, les échanges se faisant par appels téléphoniques.
 Etudier le développement d’une plate-forme SMS pour les usagers non
équipés d’un accès Internet mobile.
155
L’Avis
Conseil Économique, Social et Environnemental de la Région d’Auvergne
« Le numérique »
La centrale de mobilité régionale multimodale
Afin de coordonner l’offre de transport public et de simplifier l’accès aux réseaux de
transport public, les 13 Autorités Organisatrices de Transport (AOT) d’Auvergne
–auxquelles il faut ajouter la DREAL au titre de l’Etat- ont engagée une démarche de
coordination collaborative pilotée par la Région.
Cette collaboration se traduit, entre autres, par le projet de centrale de mobilité
interrégionale multimodale qui en regroupant des réseaux partenaires propose un
itinéraire porte à porte, indique les pôles d’échanges intermodaux ou les solutions de
rabattement ou les points de stationnement référencés.
Propositions du CESER
 Il convient d’éviter la multiplication des sites offrant des services en
matière de mobilité, aussi le CESER recommande d’intégrer les différents
services proposés par les acteurs publics, voire privés, dans un seul et
même portail afin de simplifier l’accès des usagers.
 à l’occasion d’une campagne de sensibilisation sur la mobilité durable, la
centrale de mobilité dotée d’un module spécifique pourrait permettre
d’identifier les besoins des usagers et d’ajuster, si nécessaire l’offre. Cette
action de communication contribuerait à faire prendre conscience du coût
du transport individuel automobile et de son impact sur l’environnement.
 identifier d’autres besoins pour de futurs développements comme le
partage de véhicules traditionnels pour les territoires peu denses où les
transports publics ne sont pas en place ou la réservation de parkings relais
quand il y a une forte pression.
 s’interroger sur d’autres applications que les déplacements domiciletravail pendulaires, par exemple dans le domaine du tourisme la centrale
de mobilité pourrait proposer des itinéraires utilisant des moyens de
transports collectifs au lieu de solutions automobiles individuelles.
 à terme, la centrale de mobilité devra accompagner l’usager pendant ses
déplacements. Aussi le CESER propose que la gestion dynamique des
itinéraires soit étudiée dès maintenant afin d’intégrer les événements non
prévisibles au moment de l’établissement de l’itinéraire, un peu à l’image
d’un GPS qui calcule un itinéraire de rattrapage si le conducteur commet
une erreur ou qu’une impossibilité se présente à lui. Cet accompagnement
de l’usager suppose une version Internet mobile de la solution. Elle nous
apparait indispensable, à terme, pour gagner la confiance des utilisateurs
dans les moyens de transports collectifs ; ces mêmes utilisateurs pouvant
contribuer à une meilleure connaissance, en temps réel, de la situation.
 engager une réflexion plus prospective pour intégrer de nouveaux modes
de transports intelligents.
 prendre en compte les situations de handicap ou les difficultés que
peuvent avoir des personnes en matière de mobilité avec des bagages
lourds afin d’identifier d’éventuels points de blocage sur les itinéraires
proposés.
Visioconférence
Les déplacements professionnels ayant pour objet de participer à une réunion dans
un lieu éloigné peuvent nécessiter de longs trajets en train, en voiture voire en avion
156
Conseil Économique, Social et Environnemental de la Région d’Auvergne
« Le numérique »
L’Avis
et consomment énormément de temps et/ou d’énergie. D’expériences dans tous
secteurs d’activités, il ressort que la technique de la visioconférence permet de
réduire le nombre de déplacements. Les technologies utilisées par les particuliers
(webcam et skype par exemple) ne sont pas vraiment satisfaisantes pour des usages
professionnels et d’une certaine durée. Des équipements de bon niveau en matière
de caméra, d’écran, de prise de son, d’éclairage ou d’agencement de salles sont
souvent trop onéreux pour des professionnels qui n’en ont pas un besoin permanent.
La mutualisation est donc incontournable pour développer l’usage de ces
technologies permettant de réduire les transports générateurs de CO2.
Aussi le CESER propose qu’une réflexion s’engage pour étudier le maillage du
territoire en systèmes de visioconférence. Les besoins en matière de débits
(montants et descendants) sont à prendre en compte, notamment quand on
s’éloigne des centres urbains, et peuvent avoir une influence sur les
infrastructures.
157
Conseil Économique, Social et Environnemental de la Région d’Auvergne
« Le numérique »
ö LES INTERVENTIONS õ
(par ordre de prise de parole)
159
Les Interventions
Conseil Économique, Social et Environnemental de la Région d’Auvergne
« Le numérique »
Les Interventions
ö Intervention de Gérard LENOIR õ
au nom de l’Union Régionale Interprofessionnelle CFDT
Monsieur le Représentant du Préfet de Région, Monsieur le Président du Conseil
régional, Président, chers collègues, en préalable la CFDT constate que la saisine que
vous avez proposée Monsieur le Président du Conseil régional, s’inscrit bien dans la
relation qui doit animer le Conseil régional, première Assemblée régionale, et son
Comité économique, social et environnemental représentatif de la société civile.
Notre objectif commun, chacun à sa place, est bien l’intérêt général de nos citoyens
d’Auvergne.
Toujours en préalable, la CFDT apprécie que l’action du Conseil régional ait permis
de situer l’Auvergne comme première région à haut débit. Nous sommes aussi en
accord avec la poursuite de l’effort du Conseil régional à travers l’accompagnement
de l’axe numérique Europe 2020. C’est indispensable dans un secteur en évolution
permanente.
Par ailleurs, la CFDT souhaite féliciter la Commission, son bureau et son Rapporteur
pour ces travaux. Leur clarté, sur un sujet complexe, comme l’a rappelé le Président,
la précision des propositions et l’intérêt des interrogations soulevées sont
essentielles, d’autant plus que les délais de réalisation ont été relativement courts
pour une étude de cette nature.
La CFDT constate aussi que la Commission a su s’adapter à la commande du
Conseil régional qui a été précisée en cours de route et a sensiblement évoluée
depuis la demande initiale, avec certes des justifications recevables, comme par
exemple, éviter les doublons.
Enfin, la CFDT souligne l’intérêt et la qualité des auditeurs qui ont contribué à
l’écriture de ce rapport et les en remercie.
Nous avons retenu sept propositions et quatre interrogations majeures que je
présenterai rapidement dans la mesure où elles nous semblent devoir être entendues
et retenues. Le rapport et le projet d’avis développent ces éléments qui viennent
d’être présentées par le Rapporteur.
Sept propositions transversales sont présentées sans ordre de priorité :
 L’idée d’organiser la gouvernance de la politique numérique à mener pour lui
donner le maximum d’efficacité. Il y a du travail à faire, chacun prenant souvent
des initiatives de son côté ce qui débouche sur des phénomènes de doublons.
 Informer les usagers sur l’ensemble des démarches en ligne proposées. C’est
important, en particulier pour les nouvelles mises en œuvre, sans pour autant
supprimer les procédures antérieures.
 Créer une plate-forme numérique expérimentale d’échanges des instances
consultatives réglementaires. Nous soutenons cette proposition originale.
 Créer des centres publics d’accès à Internet et de formation, en particulier pour les
citoyens demandeurs, grâce au réseau existant comme cité dans le rapport et le
projet d’avis.
161
Les Interventions
Conseil Économique, Social et Environnemental de la Région d’Auvergne
« Le numérique »
 Maintenir un réseau physique de proximité pour les usagers non formés ou
démunis. Nous avons beaucoup insisté sur la fracture numérique, il est important
au-delà du virtuel, que l’on reste de temps en temps, dans le réel et le physique.
 Financer les moyens d’accompagnement, c’est essentiel pour donner toute leur
efficacité aux infrastructures car ces dernières seules, ne suffisent pas.
 Exiger systématiquement des logiques projet pour faire évoluer le numérique avec
un chef de file, des acteurs, des financements et des évaluations, cette dernière
étant souvent oubliée dans la mise en œuvre des projets.
Viennent ensuite les propositions ciblées :
 Réduire la fracture numérique en assurant la gratuité aux publics les plus
défavorisés, les moyens restent à trouver. Nous avons notamment évoqué la
situation des jeunes qui ne bénéficient pas d’Internet.
 Optimiser le service des points visiopublic après évaluation de leur
fonctionnement. Il serait important de faire le point sur leur fonctionnement et de
réfléchir aux améliorations que nous pourrions proposer pour qu’ils acquièrent
toute leur capacité. Nous pourrions également réfléchir à la mutualisation des
moyens car le point visiopublic vu comme un relais, perd sa fonction si chaque
organisme crée son propre système.
 Favoriser le télétravail : nous pensons, que dans le strict respect du Code du
Travail, il y a là une avancée. La CFDT veillera à son respect.
 Adapter l’offre touristique au numérique, cela a été longuement développé. Nous
n’avons plus le choix, nous y sommes obligés.
 Contribuer au maintien à domicile grâce au TIC, il y a des possibilités importantes
mais il faut attendre les débats qui se tiendront sur ce sujet.
 Utiliser l’ENT pour égaliser les chances d’accès à la formation et à la culture : nous
voulons développer ce principe général.
 Accompagner TPE, artisans et petits commerces dans la révolution numérique :
c’est une obligation.
 Organiser une mobilité durable : le covoiturage, la visioconférence, la centrale de
mobilité multimodale
La CFDT reprend aussi à son compte les quatre interrogations pour l’avenir du
numérique dans notre région :
 Comment concilier développement de la filière et réseau mobile ?
 Quels effets de la crise de la dette sur le financement du développement du
numérique ? Nous sommes confrontés aux réalités ?
 Le classement en zones ne risque-t-il pas une nouvelle fracture territoriale ?
C’est une question que nous posons.
 Faut-il anticiper les améliorations de haut débit pour les zones servies en THD
en dernier ?
Il nous semble qu’il faut apporter une réponse politique à ces questions après
réflexion et débat.
162
Conseil Économique, Social et Environnemental de la Région d’Auvergne
« Le numérique »
Les Interventions
En conclusion, cette saisine s’inscrit bien dans les mutations économiques, sociales
et culturelles de notre monde contemporain. Les propositions faites doivent
contribuer à la réussite du « nouveau monde » que promeut le Conseil régional.
L’action du Conseil régional sur le numérique est en ce sens exemplaire, et doit être
poursuivie, non seulement sur le financement des infrastructures mais aussi sur le
développement des usages quotidiens qui lui donne tout son sens. Les propositions
et interrogations de notre projet d’avis n’ont d’autre ambition que de contribuer à faire
avancer ce dossier en particulier pour lutter contre toutes les formes de fractures
numériques, qu’elles soient économiques, sociales, culturelles ou générationnelles.
Le CESER a pleinement joué son rôle de réflexion, de conseil et de forme de
proposition au service du Conseil régional et au-delà, celui de l’intérêt des citoyens
auvergnats. Il justifie ainsi le rôle indispensable des corps intermédiaires au bon
fonctionnement de toute démocratie.
163
Conseil Économique, Social et Environnemental de la Région d’Auvergne
« Le numérique »
Les Interventions
ö Intervention de Gérald COURTADON õ
au nom du Comité régional des associations
de jeunesse et d’éducation populaire
Monsieur le Président de Région, Monsieur le Représentant de l’État, j’apporterai
quelques éléments de réflexion et je voudrais en souligner d’autres qui font partie du
rapport et du projet d’avis.
Bravo pour la qualité du rapport dans lequel j’ai trouvé réponse à toutes mes
demandes, j’y ai beaucoup appris. Le travail de la Commission accompagnée des
services du Conseil régional est excellent, ce rapport me sera utile là où j’exerce une
activité qu’elle soit bénévole ou professionnelle.
Je comprends la difficulté de la prévision ou de l’analyse prospective car il est
quasiment impossible de prévoir les équipements. Quant aux usages, on dit pouvoir
les prévoir mais on sait que les nouvelles technologies représentent un facteur de
développement et d’innovation sociale. Nous aurons du mal à prévoir et analyser les
usages futurs.
Il faut se préserver et rester humble quand on formule un avis sur une évolution de
l’usage ou du développement des équipements. Nous avons constaté qu’il existait
des effets de mode, je pense au TBI dans les établissements scolaires. Cela a-t-il
apporté la plus-value pédagogique attendue ? Le coût de l’équipement a-t-il été à la
hauteur de l’investissement au service de l’enseignement en classe ? Ce n’est pas
certain. Une évaluation pourrait peut-être me faire dire le contraire mais les effets de
mode sont fortement présents concernant les équipements technologiques.
On sent que l’ADSL risque de « se coucher » avec l’arrivée de la 4G, l’ADSL
domestique ne parviendra peut-être pas à concurrencer les débits de la 4G. On
ignore aujourd’hui si la généralisation des équipements ADSL sera suffisante pour
répondre aux besoins des nouveaux appareils en matière de 4G et de débit
ascendant ou descendant. En matière d’équipement, c’est donc très difficile.
Sur les usages, vous parlez de coûts élevés, mais je pense que ce n’est pas une
valeur absolue mais relative parce que les coûts ne sont pas très élevés. Un
équipement Internet classique coûte une trentaine d’euros par mois, alors que les
équipements de téléphonie mobile quasi illimitée coûtent entre 15 € et 30 € mensuels.
En valeur absolue, ce n’est pas très cher comparativement à d’autres dépenses. En
valeur relative, ce sont des coûts importants dans la mesure où ils n’existaient pas il
y a une quinzaine d’années. Tous les usagers ne peuvent pas s’offrir ce « double
coût » d’Internet à la maison et de la mobilité des smartphones.
Il faut bien indiquer que c’est une valeur relative car cela laisserait entendre que la
fracture numérique ne s’opère que sur les coûts, or c’est en relation avec les usages
qu’en font les populations.
Selon moi, le fossé est plus lié à la capacité à recevoir les quantités d’informations.
Les enjeux vont se faire sur la capacité à transporter de l’information. C’est à ce
niveau que nous ne serons pas tous égaux en matière d’usage et de quantité
d’informations.
165
Les Interventions
Conseil Économique, Social et Environnemental de la Région d’Auvergne
« Le numérique »
Vis-à-vis des enfants et des adolescents, vous dites dans le rapport que l’ENT c’est
l’équipement et les pratiques éducatives dans les espaces d’éducation formels que
sont les écoles et les établissements scolaires, mais les pratiques Internet des jeunes
et des adolescents ne se résument pas à l’ENT. Si l’on comparait le nombre d’heures
passées à l’ENT et celui passé devant Internet ou devant les écrans, nous serions
surpris. On dit que les jeunes et les adolescents passent huit heures quotidiennement
devant un écran. C’est important en matière de relation. On ne peut pas résumer une
politique publique en matière de jeunes et d’adolescents à l’équipement ENT.
En quoi Internet ou le numérique peut-il permettre des pratiques collectives ? Vous
dites dans le rapport que la relation de codépendance est intéressante, ou encore « je
suis dépendant et je ne suis pas maître de cette relation ». Cela permet des relations
nouvelles autour de l’objet numérique. On prend l’exemple du petit-fils qui explique
à sa grand-mère l’utilisation d’Internet qui, malgré l’image d’Épinal, est une réalité.
Cette relation de codépendance me semble intéressante pour dire qu’Internet peut
permettre de nouvelles formes de relations sociales, la relation intergénérationnelle.
Quelques pistes de réflexions du point de vue des infrastructures. Il est possible
d’avoir des équipements collectifs importants, au moins à trois niveaux :
 Les pépinières d’entreprise ou les groupements d’entreprises car nous avons
besoin aujourd’hui de gigabytes descendants et de megabytes ascendants
dans les entreprises pour diffuser et récupérer des informations. Toute
l’organisation collective de développement économique peut permettre d’avoir
des équipements collectifs dont chacun ne pourrait pas se doter
individuellement.
 Sur l’habitat, il ne sert à rien que chacun dispose d’une box chez soi. On pourrait
installer un équipement collectif dans des habitats collectifs, qui aurait la même
qualité de débit et permettrait de cumuler et de mutualiser les coûts. Cette voie
de développement permettrait d’avoir plus de collectif et une maîtrise des coûts
liés à l’équipement individuel.
 Sur l’aspect collectif, l’action publique devrait peut-être fixer des priorités dans
la recherche et le développement plutôt que dans les équipements. Je pense à
la question des référencements, sachant que cela passe soit par un prestataire
qui nous fait référencer sur Google en haut de recherche, soit par le nombre de
clics. Nous pourrions avoir des systèmes collectifs territoriaux permettant de
faire des « flash mob clic » à certains moments pour que l’Office du tourisme
puisse monter en termes de référencement. La possibilité de l’action territoriale
me semble intéressante en matière de recherche et de développement à ce titre.
Par ailleurs, une application android ou appstore pour les Smartphones coûte très
cher à une entreprise qui veut se l’offrir. Peu d’entreprise de la région Auvergne sont
capables d’en développer, or c’est le type d’usage dont on a besoin et qui est courant
aujourd’hui dans la vie économique. Nous pourrions envisager qu’une cellule
technique de toute la chaîne de développement puisse permettre aux entreprises de
la région, petites ou grandes, d’avoir des applications de type commerciales mais
aussi de type travail collaboratif à travers ces applications de Smartphone.
Ma dernière réflexion porte sur la Jeunesse. Les pratiques des jeunes hors ENT sont
peu présentes dans le rapport. J’aimerais que l’on s’interroge sur les nouvelles
technologies pour savoir en quoi elles ont pu modifier les pratiques citoyennes.
166
Conseil Économique, Social et Environnemental de la Région d’Auvergne
« Le numérique »
Les Interventions
Je pense à l’émergence de pratiques de type « anonymous » ou du piratage et du
partage de fichiers, qui sont des réelles pratiques partagées par des populations -pas
seulement des jeunes- qui échappent à tout code connu à ce jour alors qu’elles font
partie des relations sociales à distance proposée par Internet.
Enfin, en termes de préconisations, je soutiens ce qui est dit dans le rapport au sujet
des politiques d’accompagnement.
Du point de vue de l’équipement individuel, nous savons que la détention d’un
ordinateur ou d’un objet numérique chez soi permet d’augmenter la productivité. Il
faudra avoir une réflexion avec les employeurs pour créer un fonds de dotation des
équipements individuels. J’invite les partenaires sociaux à questionner les
employeurs pour qu’il y ait une politique d’équipement individuel des travailleurs en
matière d’outils numériques, de tablettes et autres ordinateurs.
167
Conseil Économique, Social et Environnemental de la Région d’Auvergne
« Le numérique »
Les Interventions
ö Intervention de Jean-Pierre MAZEL õ
au nom du MEDEF
Je voudrais revenir, pour le MEDEF, sur un point de l’avis concernant les populations
fragilisées économiquement et sur trois autres points que nous n’avons pu aborder
dans notre délai limité.
La fracture numérique, ou le fossé numérique, me semble une fausse idée reçue que
j’illustrerai par l’exemple de la Caisse d’Allocations Familiales des Bouches du
Rhône. À Marseille, une expérimentation d’accompagnement des allocataires
bénéficiant du Revenu de Solidarité Active a été menée pour la déclaration
trimestrielle des revenus. Dès le mois suivant cet apprentissage, 80 % des
bénéficiaires réalisaient seuls leur déclaration de manière dématérialisée, alors qu'ils
sont majoritairement sous le seuil de pauvreté.
La même observation peut être faite lors des actualisations mensuelles pour Pôle
Emploi.
Il y a donc là un gisement de productivité important dans une période de contraintes
financières. C’est pourquoi l’avis insiste, à plusieurs reprises, sur cet
accompagnement humain aux usages numériques qui nous semble essentiel.
Un premier point que nous n’avons pas traité concerne notre système et notre offre
de formation qui se sont constitués à partir d’un concept des années 70 sur
l’obligation imposée aux entreprises de payer la Taxe (versée à un organisme
collecteur ou pas). Or, ce système s'est hypercentralisé avec des déclarations
fiscales multiples et des critères incertains d'éligibilité. Il me semble qu'il est devenu
un frein, pour ne pas dire une opposition, à l’utilisation des technologies numériques.
Je proposerai donc de supprimer la contrainte fiscale et d’appréhender la formation
pour ce qu’elle est vraiment : un investissement immatériel, plutôt qu’une charge
déductible, et donc de l’amortir sur trois ans ou moins, comme un logiciel.
Le deuxième point non abordé concerne les marchés du futur avec des services
inédits, même s’il est difficile de faire des prévisions, c’est le cas du concept de smart
grids et des smart cities*. Ces smart grids sont des réseaux électriques intelligents,
c’est-à-dire un outil capable de fournir au client des informations relatives à sa
consommation, et de réduire la saturation en période de pointe de consommation
électrique, d’intégrer aussi les énergies renouvelables sur le réseau en gérant
l’intermittence des sources pour l’éolien ou le solaire, par exemple.
Les smarts grids peuvent servir aussi de support pour recharger les véhicules
électriques ou stocker de l’énergie. Nous pouvons bénéficier, dans ce domaine, des
effets économiques positifs du numérique en capitalisant, notamment, sur l’école
mathématique française très avancée et sur notre expérience en compression de
données, ainsi que sur l’excellence d’un certain nombre d’entreprises en 3D qui
constitueront des appuis indispensables.
Le troisième point est que le numérique est à l’origine de nouveaux concepts aux
enjeux économiques importants et aux conséquences politiques et stratégiques.
Ainsi, le Cloud ou l’Open data peuvent, à terme, bousculer le tissu des entreprises,
mais aussi l’indépendance du pays. Encore une illustration issue des caisses
d’allocations familiales et avec une implication sur notre territoire : quand la CAF de
169
Les Interventions
Conseil Économique, Social et Environnemental de la Région d’Auvergne
« Le numérique »
Guéret répond aux appels téléphoniques de Paris, ou quand le mois prochain, celle
d’Aurillac va répondre aux appels de Bobigny, ce sont 15 personnes qui seront
recrutées localement, en CDI. Vous mesurez l’importance de ces applications.
Nous n’avons pas traité, en dehors de l’aspect socialement environnemental, de
l’e-commerce, mais on devrait déjà parlé de m-commerce (vente sur les mobiles)
puisque les achats, via le téléphone portable, se sont multipliés par quatre en un an
et les fonctionnalités que l’on a ne peuvent qu’exciter l’imagination ou la créativité de
toutes les entreprises, Plyce ou Loopt géolocalisent déjà les acheteurs pour leur
proposer des promotions en fonction de leur proximité géographique.
Cette accélération se retrouve aussi dans le fonctionnement du Conseil national du
numérique qui a été évoqué et qui rend, en 72 heures, un avis sur l’annonce de la
création de délit de consultation de sites terroristes, mais pour faire basculer plus vite
nos TPE et PME dans l’ère numérique, nous proposons un crédit numérique
TPE/PME et l’affinement de certains critères du Crédit d’Impôt Recherche pour que
certaines activités innovantes du web 2.0 puissent être éligibles.
170
Conseil Économique, Social et Environnemental de la Région d’Auvergne
« Le numérique »
Les Interventions
ö Intervention de Serge BRUGIÈRE õ
au nom du Comité régional CGT
Monsieur le Président, Monsieur le Président de Région, Monsieur le Représentant de
l’État, la CGT s'est montrée réservée sur la lettre de commande concentrant l’étude
sur les usages. La séparation des réseaux et des services de télécommunication déjà
prônée par la Commission Européenne est lourde de danger pour les salariés des
opérateurs et les usagers. Elle entraîne la séparation de ce qui produit des profits (les
services) de ce qui coûte en investissement (le réseau).
En effet, les réseaux sont considérés comme des centres de coûts qui demandent
d’énormes investissements et engendrent des coûts de maintenance importants
quand les services, au contraire, sont sources d’enrichissement pour les opérateurs.
Cela entraîne des restructurations profondes avec un risque majeur sur l’emploi.
Rappelons que l’opérateur historique a supprimé depuis la privatisation
65 000 emplois et que les salariés restent très fragilisés suite à une crise sociale sans
précédent. D’ailleurs, dans toutes les autres entreprises de réseau qui ont déjà fait
cette séparation, telle RFF, ERDF, GrDF, cela n’a pas amélioré la situation pour
l’ensemble de la population, notamment des zones rurales, ni entraîné une baisse des
tarifs.
Ces nouvelles entreprises de réseaux ayant la même stratégie privilégient les grandes
artères rentables et laissent à la collectivité le soin de prendre en charge les autres.
Une séparation fonctionnelle pourrait gravement pénaliser la recherche, le
développement et l’innovation technologique. En effet, une interaction très étroite
existe entre les services, les contenus et le réseau. Celle-ci s’est renforcée depuis la
convergence fixe/mobile/internet/TV.
Les évolutions des contenus entraînent la nécessité d’innover dans le réseau. Cela
peut se faire de manière concomitante dans une approche intégrée, ou avec retard et
sur des fonds publics dans le cas d’une séparation.
La séparation du réseau et des services n’est pas un moteur pour l’investissement et
entraîne donc un risque de dégradation de la qualité.
25 % du PIB européen vient du numérique et des TIC, autant qu’un enjeu
économique, la CGT défend le droit à la communication comme droit fondamental
pour l’ensemble des citoyens au même titre que l’eau, l’énergie, le logement, la santé,
l’éducation, les transports.
En effet, les produits, services et moyens de communications représentent un levier
essentiel de développement économique, industriel, social et culturel pour le plein
emploi et le progrès social.
Les TIC sont facteurs importants d’échanges, de connaissance et de démocratie.
La satisfaction des besoins en la matière est donc primordiale. Ces technologies et
leurs applications doivent donc cesser d’être considérées comme une marchandise.
La réalisation effective du droit à la communication s’appuie sur la mise en œuvre des
principes communs à tous les services publics : solidarité, égalité, accessibilité à tous
les usagers, péréquation tarifaire, complémentarité des activités, satisfaction de
l’intérêt général, continuité, adaptabilité.
171
Les Interventions
Conseil Économique, Social et Environnemental de la Région d’Auvergne
« Le numérique »
Ces principes doivent s’appliquer à tous les domaines de la communication,
téléphonie mobile et internet à très haut débit inclus.
La CGT propose l’appropriation publique des activités de télécommunications, pour
permettre avec les TIC et les réseaux modernes l’accès à toute la population sur
l’ensemble du territoire à tous les produits, services, contenus et moyens de
communications, y compris les plus modernes à un prix abordable respectant la
péréquation tarifaire avec une véritable qualité de service rendu.
Or, que constatons-nous aujourd’hui ?
Outre la concurrence ouverte entre les opérateurs de télécommunications sur les
secteurs les plus rentables dans un marché à fort potentiel, nous voyons un relais des
collectivités locales dans des activités délaissées comme la boucle locale dans des
zones dites « blanches » ou « d’ombre » en particulier pour le Haut débit ou le Très
Haut Débit.
En fait, les collectivités pallient au non investissement des opérateurs dans les zones
peu denses.
Je rappelle que les comptes sociaux de France Télécom font apparaître 10,8 Mds€
de dividende versées sur les trois derniers exercices.
La Région Auvergne a travaillé à la fois le déploiement du THD et la montée en débit
dans les zones moins denses et a piloté les infrastructures pour le compte des
4 départements.
Cela permet les complémentarités et non les duplications de réseaux comme c’est le
cas partout ailleurs. Le résultat est au rendez-vous puisque 98,6 % des habitants ont
l’ADSL filaire et les derniers 0,4 % avec le satellite et que des déploiements Fibres
sont en expérimentation sur des petites villes comme à Issoire, de même, 100 % de
couverture des populations en téléphonie mobile
Toutefois, sur les 400 Zones d’Activités Economiques de la région, seules les
50 considérées comme les plus rentables seraient raccordées. Ce qui pourrait
contribuer à amplifier les disparités à l’intérieur de la région.
Si le schéma directeur régional du très haut débit est de bons sens, il présente
quelques limites et des risques en matière d'aménagement du territoire, et bien
évidement, une utilisation des fonds publics dévoyés.
Les collectivités territoriales ont un autre rôle à jouer que celui d’investisseur ou
d’opérateur réseau.
Nous pensons, par exemple, que les Conseils régionaux qui ont pour mission
d’aménager le territoire et de connaître la cartographie de tous les réseaux installés
sur leur périmètre doivent intervenir en lien avec une autorité de régulation citoyenne
(à créer), pour conduire les opérateurs à construire un réseau en fibre optique unique
et complémentaire à ceux déjà existant, afin de couvrir l’ensemble du territoire en très
haut débit.
La fibre optique est le réseau d’avenir, c’est un enjeu social, culturel, économique,
politique et industriel.
Concernant l’avis, pour toutes les raisons évoquées précédemment, nous soutenons
les réserves exprimées sur une approche qui dissocie les enjeux de services et
d’infrastructures, le diagnostic sur les populations fragilisées nous semble aussi
pertinent et les préconisations faites également. Si les opportunités qu’offrent les TIC
172
Conseil Économique, Social et Environnemental de la Région d’Auvergne
« Le numérique »
Les Interventions
sont uniquement saisies pour optimiser les organisations et les procédures, sans
associer un accompagnement humain, ces évolutions peuvent créer énormément de
frustration.
Optimiser est le verbe « poli » pour être mieux compris je pourrai dire « rentabiliser ».
L’exemple des PVP est assez démonstratif des dérives possibles, à ce titre nous
partageons les préconisations de l’avis sur la nécessité de revoir les engagements
contractuels des partenaires.
S’agissant du télétravail, nous rappelons simplement qu’il est encadré par un accord
interprofessionnel transcris du droit européen et que son application est de plein
effets.
Sur l’artisanat et le commerce de proximité, nous ne sommes pas certains que les
conséquences du développement d’e-commerce soit totalement maîtrisées. Les
possibles articulations entre les deux sont donc difficiles à prévoir. Quelle place par
exemple pour la promotion des circuits courts, quelle évolution de l’activité salariée
d’un secteur qui a été un important pourvoyeur d’emplois dans les dernières
décennies.
Sur la mobilité, la nécessité de développer les transports collectifs est un objectif
largement partagé. Parmi les difficultés, on constate que la différence de temps de
parcours quand elle est défavorable au transport collectif est considérée comme du
temps perdu. L’accès à internet dans ces transports collectifs devient donc un moyen
de modifier cette perception. Un plan d’action dans ce domaine sur tous les types de
relations (domicile/travail, infra régional et national) devient donc urgent à réaliser.
173
Conseil Économique, Social et Environnemental de la Région d’Auvergne
« Le numérique »
Les Interventions
ö Intervention de Yannick FIALIP õ
au nom des Organisations Agricoles
Monsieur le Président du Conseil régional, Monsieur le Représentant de l’État, je
voudrais intervenir pour le monde agricole pour souligner qu’il y a un paradoxe et
noter deux oublis.
Je pense d’abord qu’il y a un conflit de génération quant à l’utilisation des nouvelles
technologies. Je ne suis pas certain qu’un jeune Conseiller économique et social
régional aurait émis autant de réserves quant à l’utilisation d’Internet. Je perçois là un
conflit de génération. Faisant partie de la génération médiane des quadras, il me
semble que les plus jeunes que moi sont plus utilisateurs d’Internet que nous
pouvons l’être ici, même si mon collègue CHAZALET a bien évolué ces dernières
années.
Ensuite, le second oubli est peut-être de notre responsabilité à nous, agriculteurs au
CESER qui n’avons pas participé à cette saisine : on n’y trouve rien sur l’activité
agricole et les territoires ruraux. J’estime que c’est un oubli.
Les TIC ont été une révolution pour le monde agricole. Internet, le portable, ont
révolutionné l’activité agricole, nous nous demandons souvent comment nous
faisions auparavant. Le monde agricole a fortement évolué ces dernières années et
s’est professionnalisé, cela correspondant à une exigence de qualité dans la chaîne
d’information des aliments destinés à être transformés par l’industrie agroalimentaire
ou vendus par les artisans ou les grandes surfaces. Cela nous a obligés à avoir une
relation différente avec Internet. Aujourd’hui, une exploitation agricole doit
obligatoirement effectuer toutes les identifications de ses animaux et les démarches
nécessaires par Internet. Je rappelle qu’il n’y a pas d’animaux sans papier en France.
Il en est de même pour les retours d’analyse qualité quand les animaux sont abattus
ou que leur lait est transformé : un retour d’analyse qualité est fait tous les deux jours
par Internet. C’est une utilisation obligatoire pour l’agriculteur. Le processus est
identique en meunerie et en céréales, sur la paperasserie liée à la déclaration PAC.
L’État s’est fixé l’objectif que 100 % des agriculteurs télédéclareront leurs
déclarations d’ici deux ans. À l’heure actuelle, 60 % déclarent leurs demandes de
primes PAC sur télépac pour certaines activités, ce qui les a obligés à se former.
La météo constitue aussi une évolution forte. Dans les exploitations, on avait l’habitue
de dire que c’était les anciens qui donnaient la météo, mais ceux-ci étant moins
présents dans les exploitations, il faut se référer à d’autres outils, la météo en étant
un bon.
Le monde agricole se traduit par beaucoup d’échanges financiers, c’est une
nécessité de passer par Internet. Concernant l’achat vente, je voulais évoquer
l’agrotourisme. Le film « L’hirondelle ne fait pas le printemps » mettait en valeur il y a
plus de quinze ans, une jeune agricultrice reprenant une exploitation, faisant de
l’agritourisme dans les Alpes et créant un site Internet. Aujourd’hui, tout agriculteur
qui se trouve dans ce schéma a créé son site Internet.
Il faut parler de l'achat et de la vente du matériel agricole, de la vente directe pour les
agriculteurs qui la pratiquent, mais aussi de l’évolution dans le commerce de nos
consommateurs. Si je prends l’exemple du lait, on sent une évolution des
consommateurs qui commandent sur Internet et vont chercher leurs produits en
175
Les Interventions
Conseil Économique, Social et Environnemental de la Région d’Auvergne
« Le numérique »
voiture en direct du supermarché. Dans l’avenir, de nombreux consommateurs feront
leurs courses de nécessité non périssables une fois par mois et iront acheter les
produits frais tous les deux ou trois jours dans un point de vente et se serviront
probablement d’Internet pour aller plus vite.
Le monde agricole pouvait faire trois propositions pour renchérir le rapport :
 Le développement des infrastructures nécessaires. Je souligne le rôle du
Conseil régional qui a réussi à être visionnaire il y a quelques années.
 Les actions de formation auprès des agriculteurs pour acquérir plus
d’utilisations d’Internet.
 Des simplifications administratives du métier d’agriculteur.
176
Conseil Économique, Social et Environnemental de la Région d’Auvergne
« Le numérique »
Les Interventions
ö Intervention de Frédéric BOCHARD õ
au nom de l’Union Régionale des Syndicats FO
Monsieur le Président de Région, Monsieur le Représentant de l’État, Mesdames,
Messieurs, mes chers collègues, quelques réflexions sur ce sujet.
Je veux souligner la qualité du rapport et du travail de la Commission sur ce
problème. On ne discute pas de ce problème n’importe comment, il faut souligner
l’engagement de la Région sur ces questions, une fois n’est pas coutume.
Je reviendrai sur le contenu de l’avis. Comme cela a été dit à plusieurs reprises par
le Président et le Rapporteur, aborder la question des nouvelles technologies de
l’information et de la communication, du numérique, amène à s’interroger sur la
virtualité, la dématérialisation, etc. Nous vivons dans un monde bien réel et bien
matériel. On a eu raison de préciser que certes, si nous sommes dans de nouvelles
technologies et de nouveaux moyens, le moyen n’est pas une fin en soi. L’objet de
toute notre attention me semble-t-il, est l’être humain sachant que rien ne pourrait
remplacer les relations sociales, humaines. Tout ce qui est mis en place doit l’être
avant tout pour l’humain. Il faut penser le droit humain avant tout. Il faut que nous
ayons cela constamment à l’esprit.
Concernant les infrastructures, vous connaissez la position de l’organisation Force
Ouvrière, les infrastructures doivent relever du service public de télécommunication.
C’est une question de droit économique mais aussi fondamentalement morale, c’est
la base d’un véritable aménagement du territoire dans ce domaine afin d’éviter la
fracture territoriale. Il a été question de la fracture numérique, je note qu’elle
s’apparente beaucoup à la fracture sociale. Certes, il faut régler techniquement le
problème posé, mais aussi avancer sur la question du social. C’est aussi la base pour
un accès égalitaire à ces nouvelles technologies.
Le problème du coût et des tarifs a été abordé. Il faut rappeler la nécessité d’un tarif
public égalitaire reposant sur la péréquation tarifaire, sur la péréquation républicaine
pour l’accès de tous au service public.
Il faut aborder la question du télétravail avec une extrême réserve et beaucoup de
prudence. Comme cela a été rappelé, un accord national interprofessionnel a été
signé en 2005. C’est la transposition en France d’un accord européen. Force Ouvrière
a dénoncé et continue à le faire, les aspects négatifs du télétravail qui permet aux
employeurs de réduire leurs coûts de fonctionnement, qui constitue un outil
supplémentaire de flexibilité au service de l’entreprise et qui favorise l’isolement, qui
fragilise les salariés concernés. Dans cet accord national interprofessionnel, la
définition du télétravail précise que « le télétravail est une forme d’organisation du
travail qui implique le volontariat du salarié concerné ». Je suis troublé de voir dans
l’avis la notion de double volontariat, employeur salarié. Les salariés ne se sont pas
emparés des entreprises durant la nuit et le système n’a pas changé, on est toujours
dans les rapports de subordination. La volonté de l’employeur me semble être dans
une situation hiérarchique. En matière de droit, il faut préserver le volontariat du
salarié. L’article 1222-9 du Code du travail précise que le refus d’accepter un poste
de télétravailleur n’est pas un motif de rupture du contrat de travail, c’est dire
l’importance à accorder à cette question de volontariat du salarié sans divaguer sur
d’autres notions.
177
Les Interventions
Conseil Économique, Social et Environnemental de la Région d’Auvergne
« Le numérique »
Le Rapporteur l’a dit, il y a quelques jours, la loi Warsmann, du nom du député qui a
fait cette proposition, a fait l’objet d’une procédure accélérée, je ne sais pas
pourquoi. Force Ouvrière condamne cette loi qui sous prétexte de simplification,
s’attaque à certaines dispositions du Code du Travail. Concernant le télétravail, la loi
Warsmann innove dans le mauvais sens puisqu’elle prévoit de mettre en place le
télétravail en cas de circonstances exceptionnelles afin de permettre la continuité de
l’activité de l’entreprise. Que sont les circonstances exceptionnelles ? Si chacun
devait les définir, nous obtiendrons plusieurs définitions et une multitude de
circonstances exceptionnelles.
Certes, la loi Warsmann évoque des intempéries catastrophiques ou des épidémies.
On peut imaginer comment cet article pourrait être utilisé en cas de grève par
exemple, ou de différents problèmes sociaux. Il remet en cause la notion de
volontariat et ouvre la possibilité de pressions insupportables, il remet en cause un
certain nombre de libertés syndicales. Enfin, il faut souligner les dangers en matière
de respect du temps de travail, de la vie privée, concernant la question du télétravail.
Sur la question du maintien à domicile des personnes âgées, je souscris à ce qui est
écrit. Je crois que cela ne peut pas se passer de la nécessité absolue des
infrastructures de proximité nécessaires. Je pense à la défense du service des
urgences, à l’existence de réseaux de médecins, d’infirmières, d’aides à domicile.
Encore une fois, rien ne peut se substituer à l’humain.
Enfin, sur l’ENT et le manuel numérique, il y aurait beaucoup à dire. Je rappellerai
seulement quelques principes qui devraient apparaître parce qu’ils me semblent
fondamentaux. Le choix du manuel qu’il soit numérique ou non, relève des
prérogatives des spécialistes de cette question, c’est-à-dire des enseignants dans le
cadre de la liberté pédagogique. Le choix du numérique ou non doit s’inscrire dans
le cadre des programmes disciplinaires nationaux aussi bien en Auvergne qu’ailleurs.
Il faut garantir dans cette réflexion, que chaque élève pourra avoir à sa disposition
individuellement, le matériel qui lui permettra de travailler avec ces outils. Il faut
préserver et réaffirmer le contact pédagogique entre les enseignants et leurs élèves
dans le cadre de la classe.
178
Conseil Économique, Social et Environnemental de la Région d’Auvergne
« Le numérique »
Les Interventions
ö Intervention d’Henri MAZAL õ
au nom de l’Union Professionnelle Artisanale d’Auvergne
Monsieur le Président du Conseil régional, Monsieur le Secrétaire Général pour les
Affaires Régionales, Monsieur le Président DOLY, Mesdames et Messieurs, Chers
Collègues et Amis, je voudrais d’abord féliciter toutes celles et ceux qui ont réalisé
cet excellent document.
Pour autant, je n’avais pas l’intention d’intervenir mais le fait que notre collègue Didier
MÉCHINEAU, le Président de la Commission m’ait cité dans son introduction m’a
poussé à le faire.
Cette Commission a réalisé un excellent document, et si j’ai pu être utile, je m’en
réjouis, considérant, par ailleurs, qu’il est particulièrement intéressant de travailler
ensemble librement et dans le respect de chacun. C’est une richesse du CESER.
Pour l’UPA, les Technologies de l’Information et de la Communication doivent faire
partie intégrante du développement et du maintien des professions et métiers de
proximité. Les nouvelles habitudes de vie de nos concitoyens nous y obligent. Il s’agit
d’une véritable révolution à laquelle nous devons participer activement.
Je ne reviendrai pas sur les propositions faites dans le projet d’avis car l’essentiel est
écrit, mais j’ajouterai que les Nouvelles Technologies de l’Information et de la
Communication sont indispensables à l’emploi dans nos métiers en zone rurale, voire
même à la survie des commerces de proximité et des métiers artisanaux.
Il est aussi indispensable et urgent d’utiliser ces nouvelles technologies dans les CFA
dans l’apprentissage par l’alternance.
En effet, les jeunes apprentis sont plus souvent hors du CFA souvent une semaine
par mois alors qu’ils se trouvent trois semaines hors de l’entreprise et de ce fait
« coupés » de tout contact avec le CFA, avec des travaux à réaliser et demandés par
les enseignants.
La mise en place d’ENT permettrait au jeune apprenti d’être en relation permanente
avec son CFA ce qui lui serait favorable pour le déroulement et pour plus de réussite
de son cursus de qualification.
Il serait également nécessaire de compléter ces formations à distance en les
accompagnant d’animateurs au CFA qui seraient chargés d’initier les programmes
nécessaires ce qui conforterait le lien social indispensable.
179
Conseil Économique, Social et Environnemental de la Région d’Auvergne
« Le numérique »
Les Interventions
ö Intervention d’Henri JAVION õ
au nom de l’Union Régionale CFE-CGC
Monsieur le Président du Conseil régional, Monsieur le Représentant le de l'État,
chers collègues, la CGC remercie la Commission spéciale présidée par
Monsieur MECHINEAU pour la qualité du rapport qui nous est présenté et la
pertinence des propositions qui sont faites.
Le CGC est sensible au fait que notre région ait proposé le haut débit pour tous.
Toutefois, notre inquiétude partagée par plusieurs partenaires, est le risque
d’accroissement de la fracture numérique pour les populations les plus fragiles.
Aussi est-il impératif pour nous que soit mis en place un programme de formations
montées sous des conditions adaptées pour soutenir et mener des actions afin de
faciliter l’appropriation et l’usage des outils numériques pour l’ensemble des
citoyens. L’utilisation du numérique, on le constate chaque jour, se déploie de plus en
plus. Néanmoins, il est nécessaire pour certains usagers, de pouvoir continuer à
utiliser les procédures antérieures où le contact humain est privilégié.
Un accompagnement des personnes qui auront des difficultés à réaliser elles-mêmes
des démarches en ligne est de ce fait, nécessaire. Aussi convient-il de mettre en
place les moyens d’accompagnement notamment humains, en inscrivant les crédits
nécessaires à l’engagement de toute opération.
Le déploiement des TIC doit aussi prendre en compte la situation économique et
financière provoquée par la crise. L’accès aux espaces publics numériques et des
points visio-public doivent se développer car la proximité de ces structures est
importante notamment pour les populations réputées fragiles. La maîtrise du
numérique par les populations est importante car nous la retrouvons par exemple
aussi bien dans le télétravail que le tourisme et le maintien au domicile chez les
personnes âgées. Sans compter qu’il est aujourd’hui de plus en plus un outil pour les
commerçants et les artisans.
De notre point de vue, plusieurs pistes sont à conforter au niveau d’une politique
régionale :
 structurer les outils existants en les hiérarchisant selon les gammes de
compétences nécessaires aux usagers,
 faire monter globalement en compétences ces outils,
 organiser l’échange de bonnes pratiques entre eux pour optimiser l’effet réseau
et faciliter l’accès à tous par une information et un accueil de qualité, ceci dans
le respect d’une subsidiarité bien comprise, garantissant un service local sur
mesure pour les citoyens et les entreprises.
Il conviendrait d’être particulièrement attentif à la montée en compétences sur les
usages de l’Internet mobile dont le volume devrait dépasser celui de l’internet fixe à
brève échéance, et sur les usagers des réseaux sociaux en progression très
importante.
Pour nous il incombe aux services de la Région en charge du développement
numérique d’être à la fois la tête pensante sur les nouveaux usages liés à des
missions de service public et l’architecte pour assurer l’optimisation dans l’ensemble
des directions concernées en assurant une taille critique des projets, gage de leur
181
Les Interventions
Conseil Économique, Social et Environnemental de la Région d’Auvergne
« Le numérique »
efficacité et de leur efficience dans le souci permanent d’optimiser l’utilisation de
l’argent public.
Le numérique représente un enjeu fort pour les prochaines années, d’où l’importance
de l’information et de la formation de l’ensemble des populations.
182
Conseil Économique, Social et Environnemental de la Région d’Auvergne
« Le numérique »
Les Interventions
ö Intervention d’Hervé DUBOSCQ õ
au nom de la CGPME
Monsieur Le Président du Conseil Régional, Monsieur Le Président du CESER,
Monsieur le Représentant de l’Etat, Mesdames et Messieurs les outils numériques ici
présents et utilisés au cours de cette séance.
Nous n’avons pas le choix !... L’évolution du monde ne nous le laisse pas.
Et parce que nous n’avons pas le choix, toute politique, action, démarche,
investissement porteur de développement des usages du numérique doivent être
particulièrement pesés et raisonnés.
Parler, travailler numérique, c’est parler, travailler l’humain et je suis intimement
persuadé que dans les décennies à venir aucun autre sujet, aucun autre
développement matériel ne sera autant constructeur d’avenir, de façon de vivre,
autant modeleur d’esprit, d’êtres tout simplement.
Cette construction nous en sommes responsables, et pourquoi pas !
Je voterai, malgré ma vigilance alertée, l’avis du CESER tout en remerciant la
Commission d’avoir su attirer notre attention alphabétisée le long des pages 41 à 61,
n’en déplaise à Google qui nous rend tous volontairement idiots (sauf les deux
Présidents et le Représentant de l’État, ici à la tribune bien-sûr….).
Je voterai donc ces avis parce que malgré la force pesante et pressante de mon
ipséité phénoménale (définition page 46) j’ai toujours fait le choix conscient de la
confiance envers l’Homme, non pas sur le a priori à court terme, mais sur le réfléchi
à long terme.
Il nous revient de permettre l’Avenir, il reviendra aux hommes d’avenir, la jeunesse
actuelle, de construire leur propre présent.
183
Conseil Économique, Social et Environnemental de la Région d’Auvergne
« Le numérique »
Les Interventions
ö Intervention d’Alain REMUZON õ
au nom de la Chambre Régionale de Commerce et d’Industrie
Monsieur le Représentant de l’État, Messieurs les Présidents du Conseil régional, du
Conseil économique, social et environnemental, chers collègues, je voudrais
remercier la Commission pour son travail très important et pour toutes ses
recommandations que nous ferons nôtres, qui sont détaillées et adaptées au sujet.
Le sujet a été restreint au côté social et environnemental ainsi qu’à l’aspect citoyen
mais il n’échappe à personne que l’aspect économique est important et que tout ce
qui touche les entreprises l’est aussi. Malgré tout, tout ce qui va vers le citoyen, va
vers les entreprises puisque chaque citoyen qui travaille dans une entreprise fait
partie intégrante de celle-ci.
Je voudrais évoquer le sujet spécifique des entreprises qui elles aussi sont soumises
à « la notion de fracture numérique », d’une part parce qu’il existe de très petites
entreprises, vous avez effleuré cette idée avec la notion d’artisanat et de commerce
de proximité, des petites et des très grandes. Le problème ne concerne pas les
grandes mais surtout les très petites parce que, de même que les individus, les très
petites entreprises ne sont pas forcément sensibilisées à l’utilisation du numérique.
Un problème géographique se pose aussi avec l’accès au haut débit et au très haut
débit. Ce sont des facteurs de désenclavement mais aussi de compétitivité. Il ne faut
pas oublier que nous vivons dans un monde de compétitivité.
Je voudrais évoquer la participation importante des Chambres de Commerce qui
sont très sensibles à ces sujets et qui ont entrepris depuis très longtemps de la
sensibilisation, de l’appropriation et de la promotion du numérique pour les petites
unités à travers deux systèmes. Le premier est celui des ateliers des TIC qui existent
dans chaque Chambre de Commerce locale et territoriale, le second étant celui de
Cybermassif qui à l’origine est un moyen important initié par le Président de la
Chambre de Commerce Régionale, dont l’amélioration est en cours d’examen. Tout
ceci est important puisqu’il y a des réunions, des news letters, de l’accompagnement
direct des TPE et de l’aide qui sont apportés gratuitement.
Cela permet aussi indirectement, par le biais de l’entreprise et des formations, l’éveil
des citoyens à tout ce qui a trait au numérique.
J’évoquerai quelques actions et l’importance du commerce. Certaines petites
entreprises augmentent leur volume de travail par le biais d’Internet et du ecommerce. Nous évoquions une entreprise de coutellerie du Cantal qui a augmenté
son volume de travail de 15 % par le biais d’Internet. D’autres ont créé des dizaines
d’emplois, l’une vend des voitures à Vichy, par ce même biais. Ces entreprises ont
impérativement besoin du Très haut débit. Le Conseil régional et les collectivités s’en
occupent mais il est fondamental que tous les parcs d’activités soient équipés le plus
rapidement possible du Très haut débit.
On peut citer les actions concernant les points multiservices pour lesquels les
Chambres de commerce et d’industrie sont des promoteurs et des acteurs
importants. Le fait d’éviter la déshumanisation est un des aspects qui nous a
intéressés, c’est également fondamental.
On peut évoquer le télétravail puisque certaines Chambres de Commerce sont en
train de mettre en place des centres de télétravail spécifiques. Sur le sujet de la
185
Les Interventions
Conseil Économique, Social et Environnemental de la Région d’Auvergne
« Le numérique »
visioconférence, chaque Chambre va s’obliger à utiliser la visioconférence pour
limiter les déplacements qui peuvent être importants.
Je pourrais évoquer plus longuement toutes les thématiques mais je ne veux pas
allonger le débat. Je rappellerai seulement aux collectivités et à l’État de ne jamais
oublier de soutenir toutes les initiatives orientées vers les entreprises et soutenues
par les Chambres qu’elles soient de Commerce, de Métier, d’Agriculture, même si
des travaux communs existent déjà.
186
Conseil Économique, Social et Environnemental de la Région d’Auvergne
« Le numérique »
Les Interventions
ö Intervention de Jean-Baptiste MEYRONEINC õ
au nom du Conseil Fédéral Régional FSU
Messieurs les Présidents, Monsieur le Représentant de l’État, chers collègues de la
Commission et chers collègues. Je serai réellement concis et non pas seulement
virtuellement ! Je ne m’appesantirai que sur le domaine de l’accès à la connaissance
concernant les enfants, les jeunes gens et jeunes filles scolarisés, non pas par
manque d’intérêt pour les autres domaines, qui ont été largement évoqués, mais
parce que le champ est tellement vaste qu’il faut le limiter. Cette question du
numérique a une ampleur encore insoupçonnée pour beaucoup.
Il ne faudrait pas considérer ce domaine comme magique, la magie appartient à l’âge
de l’enfance. Il s’agit tout simplement d’une technique ou d’un outil ambivalent ou
plurivalent, qui est déjà complètement entré dans nos mœurs. Il ne faut pas parler du
numérique au futur. Ceux qui côtoient les jeunes savent que cela fait partie de leur vie
24 heures sur 24. Ils ne comprennent pas que les autres ne s’en servent pas au même
rythme qu’eux, trouvant entièrement naturel de communiquer avec les adultes
comme ils le font entre eux, échanger par sms ou autres fait partie du naturel.
L’accès à la pensée abstraite, l’accès à la pensée conceptuelle et à l’écrit ne doivent
pas être prolétarisés par la machine. L’esprit ne doit pas être prolétarisé par la
technique, par l’outil. Quelle perception réelle a-t-on d’un paysage, serait-ce du haut
du Puy-de-Dôme, pour reprendre l’exemple évoqué, si l’on doit passer par une
machine nous expliquant que la Limagne est ici, que les Puys sont comme ceci ou
comme cela ? Quelle est la perception de l’individu qui ne peut pas réfléchir par luimême, qui n’a pas eu accès à la connaissance sans une machine ? On ne sait rien
ou pas grand-chose, car aucune étude n’a été réalisée, sur les effets des nouvelles
technologies sur les apprentissages.
Beaucoup tombent dans le travers de la pensée paradigmatique. La machine, le
numérique, permettraient de personnaliser l’accès à la connaissance, les réseaux
sociaux ou le numérique réduiraient les inégalités sociales. Si seulement c’était vrai,
si cela pouvait le devenir ? « La technique » ouvrirait les portes du savoir, elle saurait
créer la rigueur, l’accès à la vérité, à l’honnêteté, les liens avec les familles seraient
améliorés et toutes les difficultés de temps de travail, de vie, personnelles,
amoindries. Tous les risques de harcèlement au travail n’existeraient plus. L’accès au
savoir serait accéléré ! On nous compare toujours, dans ce domaine, comme dans
d’autres, à des pays structurellement différents : le Danemark, la Corée, la Finlande.
C’est une erreur car ce sont des pays très homogènes, dans beaucoup de domaines,
dont l’école, parfois même rigides avec un sens commun marqué par des religions
différentes de celles qui structurent majoritairement le pays. On oublie volontiers, au
passage, que les écoles de ces pays sont épisodiquement, le théâtre de quelques
fusillades nous rappelant que nous sommes bien différents.
La présence de professeurs plus nombreux qu’auparavant est nécessaire dans une
société moins structurée, dans les phases de constructions de l’esprit des jeunes
gens et des jeunes filles qui sont scolarisés.
La présence humaine est primordiale pour assurer la transmission des connaissances
et améliorer en l’enrichissant, la mémoire collective, afin de permettre de meilleures
conditions de vie pour tous.
187
Les Interventions
Conseil Économique, Social et Environnemental de la Région d’Auvergne
« Le numérique »
N’est-ce pas le but de toute société, la nôtre comme celles qui la suivront ?
En oubliant cela, en croyant que confier nos connaissances à la machine est une aide
indispensable, sans en percevoir les dangers, on risque de prendre de
pseudo-savoirs pour la réalité, un peu comme les prisonniers de la grotte de Platon,
au Ve siècle avant Jésus-Christ qui, n’ayant jamais vu les objets à la lumière, croyaient
que l’ombre de ces objets était la réalité. Prendre l’ombre pour la réalité, ce serait
nous constituer volontairement prisonniers et ne croire qu’à l’apparence des choses.
188
Conseil Économique, Social et Environnemental de la Région d’Auvergne
« Le numérique »
Les Interventions
ö Intervention de Jean-François SCHNEIDER õ
au nom de l’Union Régionale CFTC
Monsieur le Président, Monsieur le Président du Conseil régional, Monsieur le
Représentant de l’État, je n’avais pas non plus l’intention de prendre la parole
puisque je suis intervenu dans la Commission. Je le ferai néanmoins car le sujet est
complexe comme le montre le nombre des interventions.
La CFTC se félicite que la région Auvergne soit en pointe sur l’évolution que
représente le numérique et qui est incontournable, en particulier sous l’impulsion du
Président de Région qui porte ce sujet depuis longtemps. Cependant, elle souhaite
rappeler que les évolutions technologiques sont très rapides et qu’il est difficile
d’appréhender le futur, ce que nous avons essayé de faire les uns et les autres en
Commission.
La CFTC ne reprendra pas point par point les dix fiches car les sujets ont globalement
été traités, mais souhaite rappeler que les populations les plus fragiles ne doivent pas
être oubliées dans cette évolution. Je ne doute pas que ce sera au cœur des
prérogatives de la Région mais la CFTC souhaite toutefois le rappeler. Elle rappelle
également l’importance pour une société d’un fort lien social sans exclusion. Cela
rejoint les propos des collègues sur l’agriculture, sur les handicapés et sur d’autres
sujets. Le fossé numérique est complexe au sein même de la population.
Personne ne sait ce que nous réserve l’avenir dans ce domaine. On parle de fibre
optique, de cuivre, de megabytes, mais on ne sait pas quel sera le futur, étant donné
la vitesse à laquelle cela progresse. J’espère que tous les investissements qui se font
actuellement ne seront pas balayés par une nouvelle technologie, sauf si celle-ci était
gratuite et accessible à toute la population.
Nous sommes certains que toutes les opportunités de développement pour la région,
que ce soit en termes d’entreprises ou de rayonnement de l’Auvergne, ont été prises
en compte par chacun des participants.
189
Conseil Économique, Social et Environnemental de la Région d’Auvergne
« Le numérique »
ö LES ANNEXES õ
191
Les Annexes
Conseil Économique, Social et Environnemental de la Région d’Auvergne
« Le numérique »
Les Annexes
Annexe 1
Liste de la Commission Spéciale
Président :
Didier MÉCHINEAU (3) (Enseignement)
Vice-Président :
Jean-Pierre MAZEL (1) (MEDEF)
Rapporteur :
Jacques LÉPINARD (2) (CFDT)
Membres :
Alphonse BELLONTE (3) (CRDT)
Jean-Victor BESSE (3) (Association de victimes)
Marie-Hélène BROMET (1) (Emploi - Formation)
Serge BRUGIÈRE (2) (CGT)
Jean-Pierre CAILLARD (3) (La Montagne) ✞
Christian CHANCEAU (3) (UREI)
Dominique DELCHET (3) (CRES)
Gérard DESPRES (2) (FO)
Alain EGIMBROD (3) (CNL)
Élie FAYETTE (3) (Plate-Forme 21)
Jean-Jacques KEGELART (3) (PQ Envt Développement Durable)
Alain MARTEL (1) (EDF)
Henri MAZAL (1) (UPA)
Jean-Baptiste MEYRONEINC (2) (FSU)
Jean-Claude MONTAGNE (2) (UNSA)
Jean-François SCHNEIDER (2) (CFTC)
193
Conseil Économique, Social et Environnemental de la Région d’Auvergne
« Le numérique »
Les Annexes
Annexe 2
Liste des personnes auditionnées1
 Monsieur Franck ALCARAZ, Directeur Général Adjoint au Développement
Économique et à l’Attractivité de l’Auvergne au Conseil régional d’Auvergne
 Monsieur Pierre ARMAND, Chargé de Mission sur l’Observatoire des « TIC » à
l’Agence Régionale de Développement des Territoires d’Auvergne (ARDTA)
 Monsieur Michel BANDON, Directeur de la Mission « Prospective, Performance
et Accompagnement du Changement » au Conseil régional d’Auvergne
 Monsieur Pierre DANEL, Délégué Académique « TICE » au Rectorat de
l’Académie de Clermont-Ferrand
 Monsieur Damien DEROUET, Chargé de Mission « Mobilité Durable » au Pôle «
Transport et Mobilité Durable » au Conseil régional d’Auvergne
 Madame Catherine DURAY, Directrice du Centre de Recherche, d’Etudes, de
Formation à l’Animation et au Développement d’Auvergne (CREFAD)
 Monsieur Jean-Claude GARRET, Chargé de Mission « TIC » au Secrétariat
Général pour les Affaires Régionales
 Monsieur Didier JOURDAN, Directeur de l’IUFM d’Auvergne
 Madame Cindy LAROCHE, Ingénieur « Qualité » à la Chambre Régionale des
Métiers et de l’Artisanat d’Auvergne
 Madame Evelyne LEROY, Chargé de Mission « Économie Numérique » là a
Mission « Développement Numérique » au Conseil régional d’Auvergne
 Madame Jacqueline LOUVET, AuvergneCovoiturage.net
 Monsieur Serge MEVREL, Formateur au Centre de Recherche, d’Etudes, de
Formation à l’Animation et au Développement d’Auvergne (CREFAD)
 Monsieur Bernard MOLINIER, IUFM d’Auvergne
 Monsieur Patrick RELIAT, Chargé de Mission « TIC » à l’IUFM d’Auvergne
 Madame Hélène RIBEAUDEAU, Déléguée Générale de Cybermassif
 Madame Sophie ROGNON, Responsable de la Mission « Développement
Numérique » au Conseil régional d’Auvergne
 Monsieur Philippe STEINBERG, Mission « Prospective, Performance et
Accompagnement du Changement » au Conseil régional d’Auvergne
 Monsieur Christian VABRET, Président de la Chambre Régionale des Métiers et
de l’Artisanat d’Auvergne
38
- Fonction occupée lors de l’audition.
195
Conseil Économique, Social et Environnemental de la Région d’Auvergne
« Le numérique »
Les Annexes
Annexe 3
Bibliographie
« Aménagement numérique des territoires : passer des paroles aux actes », Rapport
d'information de M. Hervé MAUREY, fait au nom de la commission de l'économie, du
développement durable et de l'aménagement du territoire n° 730 (2010-2011) 6 juillet 2011, 135p.
« Baromètre de l’équipement et des usages en TIC en Auvergne, Ménages – TPE /
Artisans », Synthèse du deuxième rapport de l’observatoire des TIC de l’Agence des
Territoires d’Auvergne, ARDTA, décembre 2011, 6p.
« Cahier de préconisations -Vers un système d'information pédagogique », Académie
de Clermont-Ferrand – DATICE, mars 2008, 23p.
« Convention multipartenariale relative à la centrale de mobilité régionale multimodale
en Auvergne », n.d., 39p.
« Cyberdéfense, enjeu du XXIe siècle », dossier du Ministère de la Défense, 2011, n.p.
« Développement Durable et Télétravail », Cybermassif, 2011, 22p.
« Etude prospective sur les technologies pour la santé et l’autonomie », ALCIMEDANR-CNSA, 2007, 190p.
« Étude sectorielle sur la pratique du télétravail au sein des secteurs des études, du
conseil et de l’informatique-Synthèse », IDC, ADESATT, septembre 2008, 22p.
« Is Teleworking Sustainable? An Analysis of its Economic, Environmental and Social
Impacts », SUSTEL, 2004, 217p.
« La dépendance de la personne âgée et sa prise en charge en France et en
Auvergne, CESER Auvergne, décembre 2010, 127p.
« La modernisation de l’école par le numérique », Rapport de la mission parlementaire
présidée par Jean-Michel FOURGOUS, 2010, 328p.
« Le télétravail au service du développement durable », Syntec informatique, 2011,
32p.
« Les TIC en classe au collège et au lycée : éléments d’usages et enjeux », Direction
de l'évaluation, de la prospective et de la performance , ministère de l’Education,
octobre 2010, 85p.
197
Les Annexes
Conseil Économique, Social et Environnemental de la Région d’Auvergne
« Le numérique »
« Les transports publics locaux en France : mettre les collectivités territoriales sur la
bonne voie », rapport d'information de M. Yves KRATTINGER, fait au nom de la
délégation aux collectivités territoriales du Sénat, n° 319 (2011-2012) - 31 janvier
2012, 92p.
« M-Tourisme », PIPAME (pôle interministériel de prospective et d’anticipation des
mutations économiques), ministère de l’économie, novembre 2011, 188p.
« Perspectives de développement du télétravail dans la fonction publique », Conseil
Général de l'Industrie, de l'Energie et des Technologies, 2011, 122p.
« Polémique sur la neutralité du moteur de recherche de Google », Le Monde du
17 janvier 2012.
« Projet d’expérimentation de Manuels Numériques », Conseil Régional d’Auvergne,
2011, 23p.
« Protocole d’accord pour le développement de l’intermodalité dans les transports
publics en Auvergne », n.d., 8p.
« Rapport de l’observatoire des TIC de l’Agence des Territoires d’Auvergne »,
décembre 2009, 24p.
BIGOT Régis. CROUTTE Patricia., La diffusion des technologies de l'information et
de la communication dans la société française (2011), CREDOC, 2011, 220p.
BRETON P., Une histoire de l’informatique, 1990, Seuil, 261p.
CARR Nicholas. « Is Google Making Us Stupid ? : What the Internet is doing to our
brains », The Atlantic, 6-8 2008, 6p.
Centre d’Analyse Stratégique, « Le développement du télétravail dans la société
numérique de demain », novembre 2009, 151p.
Conseil d’analyse Stratégique, « Le fossé numérique en France » La Documentation
française, avril 2011, 157p.
DONNAT Olivier, Les pratiques culturelles des Français à l’ère numérique, La
Documentation française, 2009, 288p.
GUILLAUD Hervé. « Comment l’internet transforme-t-il la façon dont on pense ? »,
2011, 19p.
INSEE Première n°1340, « Deux ménages sur trois disposent d’internet chez eux »,
mars 2011, 8p.
MORACCHINI Charles, « Le nouveau défi de l’enseignement scolaire à l’ère du
numérique », Académie de Clermont-Ferrand – DATICE, janvier 2012, 5p.
198
Conseil Économique, Social et Environnemental de la Région d’Auvergne
« Le numérique »
Les Annexes
PARENT-THIRION Agnès., FERNANDEZ MACIAS Enrique, HURLEY John. and
VERMEYLEN Greet, « Fourth European Working Conditions survey », Fondation
européenne sur les conditions de travail, Luxembourg, Office for Official Publications
of the European Communities, 2007, 139p.
SDTAN-Synthèse publique, Conseil régional d’Auvergne, 2011, 36p.
SMART 2020, « Enabling the low carbon economy in the information age », GeSI and
The Climate Group, 2008, 87p.
SPIEZIA Vincenzo, « Assessing The Impact Of ICT Use On Pisa Scores », Directorate
for Science, Technology and Industry, OECD, 2011, 23p.
Synthèse de l’étude « Baromètre de l’équipement et des usages TIC en Auvergne »,
ARDTA, Décembre 2011, n.p.
The Edge Annual Question - 2010 : “How is the internet changing the way you
think ?”, The EDGE, 2010, 51p.
THIERRY Daniel. « Non-usages en lieux publics – les automates de visio-guichets de
service public », cahier de recherche [email protected] 2011-03, 116p.
199
Conseil Économique, Social et Environnemental de la Région d’Auvergne
« Le numérique »
Les Annexes
Annexe 4
Liste des sigles
ADESATT : Association d’Études et de Suivi de l’Aménagement du Temps de Travail
dans les métiers du savoir
ADIL : Agence Nationale pour l'Information sur le Logement
AEF : Advanced Electron Forum
AFIMB : Agence Française pour l'Information Multimodale et la Billettique
AFMM : Association Française du Multimédia Mobile
AFNOR : Association Française de Normalisation
AFPA : Association pour la Formation Professionnelle des Adultes
AGPS : Technique de positionnement par satellites
ALCIMED : Société de conseil et d'aide à la décision en marketing stratégique
spécialisée dans les sciences de la vie, la chimie, les matériaux ...
ANI : Accord National Interprofessionnel
ANPE : Agence Nationale Pour l’Emploi
ANR : Agence Nationale de la Recherche
ANSSI : Agence Nationale de la Sécurité des Systèmes d'Information
AOT : Autorité Organisatrice de Transport
ARCEP : Autorité de Régulation des Communications Électroniques et des Postes
ARDTA : Agence Régionale de Développement des Territoires d’Auvergne
ARPA : Advanced Research Projects Agency
ARTT : Aménagement de Réduction du Temps de Travail
B2I : Brevet Informatique et Internet
BEP : Brevet d’Études Professionnelles
BEPC : Brevet d’Études du Premier Cycle
CADA : Commission d’Accès aux Documents Administratifs
CAF : Caisse d’Allocations Familiales
CAP : Certificat d’Aptitudes Professionnelles
CARSAT : Caisse d'Assurance Retraite et de la Santé au Travail
CAS : Centre d’Analyse Stratégique
CCIT : Chambre de Commerce et d’Industrie Territoriale
CDI : Centre de Documentation et d’Information
CEEP : Centre Européen des Entreprises à Participation publique et des entreprises
d'intérêt économique général
CELL-ID : Identifiant de cellule
CERN : Centre d’Études et de Recherche Nucléaire
CESER : Conseil Économique, Social et Environnemental Régional
CGIET : Conseil Général de l'Économie, de l'Industrie, de l'Énergie et des
Technologies
CIDFF : Centre d'Information sur les Droits des Femmes et des Familles
CIO : Centre d’Information et d’Orientation
CLIC : Centre Local d'Information et de Coordination
CNAM : Caisse Nationale d’Assurance Maladie
CNIL : Commission Nationale de l’Informatique et des Libertés
201
Les Annexes
Conseil Économique, Social et Environnemental de la Région d’Auvergne
« Le numérique »
CNSA : Caisse Nationale de Solidarité pour l’Autonomie
CO2 : Dioxyde de carbone
CPAM : Caisse Primaire d’Assurance Maladie
CPU : Central Processing Unit
CRDP : Centre Régional de Documentation Pédagogique
DATICE : Délégation Académique aux Technologies de l’Information et de la
Communication pour l’Enseignement
DCRI : Direction Centrale du Renseignement Intérieur
DEPP : Direction de l'Évaluation, de la Prospective et de la Performance
DEPS : Département des Études, de la Prospective et des Statistiques
DRAAF : Direction Régionale de l’Alimentation, de l’Agriculture et de la Forêt
DSI : Direction des Services Informatiques
EDGE : Enhanced Data rates for GSM Evolution
EDVAC : Electronic Discrete Variable Automatic Computer
EHPAD : Établissement d'Hébergement pour Personnes Âgées Dépendantes
ENIAC : Electronic Numerical Integrator Analyser and Computer
ENT : Environnement Numérique de Travail
EPAT : Environmental Paper Assessment Tool
EPCI : Établissement Public de Coopération Intercommunale
ERDF : Électricité Réseau Distribution France
EREA : Établissements Régionaux d'Enseignement Adapté
FANT : Fonds d’Aménagement Numérique des Territoires
FDI : Forum des Droits sur l'Internet
FEDER : Fonds Européen de Développement Régional
FOAD : Formation Ouverte et A Distance
FSN : Fonds national pour la Société Numérique
FTC : Federal Trade Commission
FTTH : Fiber To The Home
FTTX : Fiber To The Home x
HLM : Habitation à Loyer Modéré
IA-IPR : Inspecteur d’Académie – Inspecteur Pédagogique Régional
IDATE : Institut de l'Audiovisuel et des Télécommunications en Europe
INSEE : Institut National de la Statistique et des Études Économiques
IOS : Internetwork Operating System
LBS : Location-Based Services
LEGT : Lycée d’Enseignement Général et Technologique
LOTI : Loi d’Orientation des Transports Intérieurs
LPC : Livret Personnel de Compétences
MDPH : Maisons Départementales des Personnes Handicapées
MIT : Massachusetts Institute of Technology
MMS : Multimedia Messaging Service
MSA : Mutualité Sociale Agricole
NFC : Near Field Contact
NIST : National Institute of Standards and Technology
NSA : National Security Agency
NSF : National Science Foundation
NTIC : Nouvelles Technologies de l’Information et de la Communication
OCDE : Organisation de Coopération et de Développement Économiques
OLPC : One Laptop per Child
OPAC : Online Public Access Catalog
202
Conseil Économique, Social et Environnemental de la Région d’Auvergne
« Le numérique »
Les Annexes
OS : Operating System
OTEN : Observatoire des Territoires Numériques
PACA : Provence-Alpes-Côte d’Azur
PC : Personnel Computer
PDAS : Personal Digital Assistant
PEBKAC : Problem Exists Between Keyboard And Chair
PIPAME : pôle interministériel de prospective et d’anticipation des mutations économiques
PISA : étude visant à évaluer la capacité des élèves de 15 ans à utiliser les
connaissances et les compétences essentielles, dans la vie quotidienne
PLU : Plan Local d’Urbanisme
PRDF : Plan Régional de Développement des Formations
PVCP : Points de Vidéoconférence Publics
PVP : Points Visio-Public
QCM : Questionnaire à Choix Multiples
QR code : code barre à 2 dimensions qui permet de stocker des informations
numériques
RATP : Régie Autonome des Transports Parisiens
RFID : Radio Frequency Identification
RSS : Really Simple Syndication
RTC : Réseau Téléphonique Commuté
RTT : Réduction du Temps de Travail
SCoT : schéma de cohérence territoriale
SDTAN : schéma directeur territorial d'aménagement numérique
SIBIS : Statistical Indicators Benchmarking the Information Society
SIM : Subscriber Identity Module
SMS : Short Message Service
SNCF : Société Nationale des Chemins de Fer
SRADDT : Schéma Régional d'Aménagement et de Développement Durable du Territoire
SRDE : Schéma Régional de Développement Economique
SVT : Sciences de la Vis et de la Terre
T2C : Transport en Commun de l’agglomération Clermontoise
TBI : Tableaux blancs interactifs
TER : Transport Express Régionaux
TGV : Train à Grande Vitesse
THD : Très Haut Débit
TIC : Technologie de l’information et de la Communication
TICE : Technologie de l’information et de la Communication pour l’Enseignement
TNI : Tableau Noir Interactif
TV : TéléVision
UDAF : Union Départementale des Associations Familiales
UEAPME : European Association of Craft, Small and Medium-Sized Enterprises
UHF : Ultra Haute Fréquence
UMTS/HSPA : Universal Mobile Telecommunications Service / High Speed Packet Access
UNIVAC : UNIVersal Automatic Computer
URSSAF : Union de Recouvrement pour la Sécurité Sociale et les Allocations Familiales
USB : Universal Serial Bus
VoIP : Voice over IP
VPI : Vidéo-Projecteur Interactif
ZAE : Zone d'Activités Economiques
203
Conseil Économique, Social et Environnemental de la Région d’Auvergne
« Le numérique »
Les Annexes
Annexe 5
Glossaire
2G : La deuxième génération (2G) de systèmes cellulaires repose sur une technologie
numérique a été développée à la fin des années 1980. Ces systèmes cellulaires utilisent
une technologie numérique pour la liaison ainsi que pour le signal vocal.
3G : La troisième génération (3G) de systèmes cellulaires est une génération de systèmes
mobiles qui permet des services de communications plus rapides notamment pour la
voix, la télécopie, l’Internet de n'importe quel endroit et à tout moment.
4G : La quatrième et future génération de systèmes cellulaires
öAö
Adresse IP : Séquence numérique identifiant un terminal ou un serveur connecté à un réseau
IP et permettant à un autre terminal de le contacter. ADSL (Asymmetric Digital Subscriber
Line) : Il s’agit d’une technologie permettant des communications numériques à haute vitesse
à partir d’une ligne téléphonique classique.
A-GPS (Assisted GPS) : Fonctionnalité intégrée dans les téléphones portables associant la
localisation obtenue par le réseau cellulaire, à celle obtenue à l'aide d'un système de
localisation par satellites de type GPS.
Algorithme (algo) : Désigne une suite de calcul nécessaire à la solution d’un problème dans
le but de faire un programme. Le plus célèbre est l’algorithme de recherche de Google.
Audioconférence (ou téléconférence) : Elle est assurée grâce à des moyens de
communication permettant la transmission de la parole. La vidéo est disponible en plus de
l’audio lors d’une visioconférence.
Authentification : Le concept d’authentification a pour but de garantir l'identité et les droits
associés d'un correspondant dans une transaction à distance. En télécommunication, les
procédures correspondantes font généralement appel à des procédés de cryptographie par
clé publique ou privée.
Avatar : C’est une représentation graphique dans une réalité virtuelle, par exemple dans un
jeu. C’est avant cela l’incarnation terrestre de Vishnou.
öBö
NON Back link : (inlink, incoming link) N’importe quel lien vers une page ou site venant d’un
autre site ou page.
Backbone : Epine dorsale d'un réseau de télécommunications à très haut débit à laquelle
des liaisons de plus faible capacité sont raccordées. Les backbones relient les principaux
nœuds du réseau.
Bande passante : La bande passante est la différence entre la fréquence la plus haute et la
fréquence la plus basse que laisse passer le canal de transmission. Par extension désigne
quelquefois la capacité de transmission d'une ligne numérique, exprimée en bits par
seconde.
Base de données : C’est un ensemble d’informations qui sont structurées de façon à
pouvoir être consultées et modifiées facilement par les utilisateurs.
Bit : Contraction des mots anglais "binary digit". C'est le plus petit élément d'information
dans un système binaire.
Blog : (contraction de Web et Log) site web sur lequel une ou plusieurs personnes
s’expriment de façon libre en éditant des notes organisées chronologiquement. Celles-ci
peuvent être commentées et enrichies de liens externes par les lecteurs.
Blogosphère : La blogosphère regroupe tous les blogs, elle désigne une communauté active
de bloggeurs postant des articles sur leurs sites.
205
Les Annexes
Conseil Économique, Social et Environnemental de la Région d’Auvergne
« Le numérique »
Bluetooth : Norme de communication sans fil permettant d'établir des petits réseaux
personnels, dans un rayon d’une dizaine de mètres (PAN). Ces réseaux s'établissent par
exemple entre un kit oreillette, un PDA ou un ordinateur.
Boîtier multiservice (en anglais : Box) : Appareil permettant d'accéder, à partir de terminaux,
à plusieurs services de communication, tels que l'Internet, la téléphonie et la télévision, à
travers un même réseau.
Box : Voir Boîtier multiservice
Browser : Voir Navigateur
Buzz : Ensemble du bouche-à-oreille, des discussions (positives ou négatives) concernant
un individu, une marque ou un produit. Cela comprend aussi bien les communications
verticales (de la source vers la cible) que les communications horizontales (éléments de la
cible entre eux).
öCö
Cellulaire : Nom donné à l'ensemble des services de radiotéléphonie mobile en raison de
leur architecture basée sur la notion de cellules radio.
Chat : Voir Dialogue en ligne ou Messagerie instantanée.
Chiffrement : Moyen par lequel un message est rendu inintelligible en l'absence d'un moyen
approprié appelé clef de chiffrement. Les clefs sont basées sur des algorithmes
mathématiques.
Client Serveur : Modèle d'architecture informatique en réseau, dans lequel les traitements
sont répartis entre différents sous-systèmes.
Cloud computing : C’est un concept qui fait référence à l'utilisation d’un “nuage” de
serveurs et d’ordinateurs répartis dans le monde entier, et liés par un réseau, tel Internet. Le
concept du cloud computing est comparable à celui de la distribution de l'énergie électrique.
L'hébergeur fournit une plateforme technique capable d'accueillir à peu près tout type
d'application, et facture son service en fonction de la consommation des ressources.
Communauté virtuelle : C’est le regroupement virtuel d’internautes autour d’un thème
fédérateur ou d’une passion commune.
Cookie : fichier qu’un site Internet enregistre, souvent temporairement, sur votre ordinateur
pour stocker des informations temporaires. L’autorisation doit être activée sur votre
navigateur pour visualiser la majorité des sites.
Coupe-feu (en anglais : Firewall) : Solution de sécurisation des accès informatiques d'une
entreprise. En technologie Internet, le coupe-feu est interposé entre le réseau interne de
l'entreprise et les accès aux réseaux extérieurs. Le coupe-feu fonctionne comme un sas de
décontamination des paquets IP et des services indésirables. Il peut-être individuel sur un
micro.
Courriel : Voir Messagerie électronique
Couverture (téléphonie mobile) Zone géographique dans laquelle un opérateur de téléphonie
mobile assure le service.
CPL (Courant Porteur en Ligne – en anglais : PLC Power Line Communication)
Technique qui consiste à utiliser les lignes électriques comme support de transmission de
données à haut débit.
Crowdsourcing : utiliser les internautes pour créer des contenus, répondre aux questions
d’autres visiteurs, voire participer à la conception du site. En mutualisant les ressources et
compétences de leurs visiteurs, les sites peuvent alors proposer des produits et services à
des coûts très bas. Ce terme, que l’on peut traduire par « développement avec la
participation de nombreux utilisateurs » représente une sorte d’externalisation
(« outsourcing »).
öDö
Diffusion pour baladeur (en anglais : Podcasting)
Mode de diffusion sur l'Internet de fichiers audio ou vidéo qui sont téléchargés à l'aide de
logiciels spécifiques afin d'être transférés et lus sur un baladeur numérique.
DNS : (Domain Name System) Sytème permettant de faire correspondre l’adresse URL d’un
site à l’adresse IP de l’équipement.
206
Conseil Économique, Social et Environnemental de la Région d’Auvergne
« Le numérique »
Les Annexes
Domotique : La Domotique est un ensemble de techniques (électronique, automatisme,
informatique) visant à programmer, optimiser et simplifier l’usage de services domestiques
collectifs ou individuels.
öEö
e-business ou e-commerce : Il s’agit du commerce électronique: il s’agit de sociétés
spécialisées dans la vente par l’intermédiaire des réseaux électroniques via Internet.
e-mail : C’est le courrier électronique.
Extranet : C’est l’extension du réseau Intranet d’une entreprise, facilitant l’échange
d’information et la communication avec les clients et les fournisseurs.
öFö
FAI (Fournisseur d’Accès Internet) : Aussi appelé ISP c’est à dire Internet Services Provider.
Il s’agit de sociétés qui proposent un accès à Internet moyennant un certain tarif ou gratuit.
Fibre noire (en anglais : black fiber ou fibre) : Dans un câble à fibres optiques installé, fibre
dépourvue d'organes d'émission et de réception des signaux optiques.
Fibre optique : Fibre de verre capable de guider un rayonnement optique. Elle est utilisée
comme support de transmission d’informations à l’aide de la lumière. Une source lumineuse
(laser) appliquée à un des accès de la fibre est modulée au rythme du signal à transmettre.
Ses caractéristiques en matière de transmission permettent des débits élevés sur de longues
distances.
Filoutage (en anglais : Phishing) : Ce phénomène, en forte croissance aux Etats-Unis,
consiste à dérober les codes d'accès des internautes en les attirant sur des sites imitant les
services en ligne officiels de leur banque. Une fois ces informations collectées, il ne reste plus
aux pirates qu'à transférer les fonds sur le compte de leur choix.
Firewall : Un pare-feu en français, est un système logiciel permettant de protéger un
ordinateur des intrusions provenant du réseau. Le pare-feu est un système permettant de
filtrer les paquets de données échangés avec le réseau, il s’agit ainsi d’une passerelle
filtrante.
FTTx (Fiber To x) : Transmission du signal par fibre optique jusqu’à l’utilisateur (FTUser),
l'habitat (FTHome) ou le bureau (FTDesk).
öGö
Galileo® : Système de localisation par satellites en cours d'élaboration par l'Union
Européenne, concurrent du système GPS.
Geek : Passionné d’informatique. Généralement connus pour son manque de vie sociale et
son jargon…
GPS (Global Positioning System) : Système de localisation par satellites établi par l'US Army
qui permet de déterminer précisément la position géographique du terminal, et d'en calculer
éventuellement la vitesse et le cap. Démilitarisé depuis 2001.
GSM (Global System for mobile Communication) : Système de radiotéléphonie mobile à
transmission numérique.
öHö
Hacker : C’est un pirate informatique qui peut influencer les actions commerciales
entreprises sur le Web.
Hébergeur (en anglais : Host)
Fournisseur d'accès Internet abritant sur une machine serveur les sites Internet de ses
clients, pour permettre leur consultation par les internautes. Ce terme caractérise également
les intermédiaires techniques qui regroupent sur un serveur des services vocaux ou des
services télématiques élaborés par des éditeurs.
Hoax : Hoax signifie rumeur en Français. Ce terme est utilisé pour caractériser les messages
dont le but est de manipuler les internautes en les poussant à répandre une rumeur, une
fausse alerte contre un virus… HSP (Hosting Service Provider) : Il s’agit d’Hébergeurs de sites
Web.
207
Les Annexes
Conseil Économique, Social et Environnemental de la Région d’Auvergne
« Le numérique »
Hot Spot : Lieu de forte affluence et géographiquement délimité (aéroport, gare, hôtel…) où
un utilisateur de terminal mobile peut accéder par voix radio à haut débit (Wi-Fi) au réseau
Internet.
HTML (Hyper Text Markup Language) : Langage de constitution de page adopté sur Internet
et compris par les navigateurs Internet. C'est un système dit "à balises".
HTTP : (Hyper Text Tranfer Protocol) Protocole d’accès à une adresse (URL) du World Wide
Web. Système de renvois (hypertexte) permettant, sur le réseau Internet, de passer
directement d'une partie d'un document à une autre ou d'accéder à d'autres documents
choisis comme pertinents par l'auteur.
Hypertexte : Texte dont la lecture n'est plus seulement linéaire, grâce aux hyperliens qui
renvoient vers une adresse URL sur le Web.
öIö
Internet : Il s’agit du réseau mondial d’ordinateurs composé d’un grand nombre de réseaux
internationaux, régionaux et locaux. La partie multimédia d’Internet est le Web (voir www) qui
est le meilleur moyen d’accéder à l’énorme masse de donnés.
Intranet : C’est un réseau informatique interne à une société, qui s’appuie sur le réseau
Internet pour faciliter la communication.
IP (Internet Protocol) : C’est le langage commun à tous les appareils utilisés pour l’Internet.
Ce protocole définit comment les informations, les données, voyagent à travers le réseau.
öLö
Laptop : C’est un ordinateur portable.
Libre : Un logiciel ou un système est libre lorsqu’il est fourni avec ses spécifications et/ou
son code source.
Licence : Autorisation délivrée à l’utilisateur d’installer et de faire fonctionner un logiciel sur
son ordinateur.
Lien : Zone d’une page Web sur laquelle le fait de cliquer provoque l’ouverte d’une nouvelle
page Web. Peut être représenté par n’importe quel objet de la page (Texte, image…), et
souvent mis en relief par le style.
öMö
Mailbox : boîte aux lettres électronique.
Mailing list : liste de diffusion.
Mèl. : Abréviation équivalente, pour la messagerie électronique, à l'abréviation "Tél." utilisée
pour indiquer ses coordonnées téléphoniques.
Messagerie électronique (courrier électronique, e-mail, courriel) : Service permettant
d'échanger des messages écrits et de les stocker dans des boîtes aux lettres électroniques
relevées à l'initiative du destinataire. Ceci évite aux correspondants d'être connectés au
réseau simultanément. Il est possible d'attacher aux messages des fichiers de type textes,
sons, images, vidéo.
Messagerie instantanée : Alors que la messagerie électronique est conçue pour un usage
désynchronisé, la messagerie instantanée est un mécanisme de discussion "en temps réel"
entre les membres d'une liste de correspondants favoris. Ceux-ci sont informés lorsque l'un
d'eux se connecte à Internet ce qui leur permet d'entamer une conversation.
Voir aussi Chat.
MMS (Multimedia Messaging Service) : Service de données mobiles permettant
d'échanger entre abonnés des messages multimédia (sons, images, textes). Il s'agit d'une
extension technique du service SMS
Modem (abréviation de MOdulateur-DEModulateur) Appareil de modulation et de
démodulation de signaux logiques, utilisé pour faire communiquer deux ordinateurs par
l'intermédiaire d'une liaison téléphonique.
Moteur de recherche : C’est une base de données destinée à faciliter l’orientation sur
Internet. Il permet une recherche par mots clés.
MP3 : Norme de compression destinée à l'enregistrement et la transmission de la musique.
208
Conseil Économique, Social et Environnemental de la Région d’Auvergne
« Le numérique »
Les Annexes
Mpeg, Mpeg-2, Mpeg-4 : Algorithmes de compression d'images numériques animées (c'est
aussi le nom du groupe qui a défini la première norme de compression).
Multimedia : Qualifie des contenus qui associent texte, images fixes ou animées et son. Par
extension désigne aussi support, terminal ou service combinant ces différents types
d'information.
öNö
Navigateur : C’est un logiciel permettant de se déplacer facilement d’un site à l’autre sur
Internet.
NTIC : Ce sont les Nouvelles Technologies de l’Information et de la Communication.
Numérique (en anglais : Digital) : Mode de codage en langage binaire de toute information
destinée à être traitée, transmise ou stockée.
öOö
Open Source : C’est un label des logiciels libres.
Outsourcing : externalisation, désigne le transfert de tout ou partie d’une fonction d’une
entreprise vers un partenaire externe. Elle consiste très souvent en la sous-traitance des
activités non essentielles et non stratégiques.
öPö
Page d’accueil (Homepage) : Première page d’un site web, la porte d’entrée à un site
internet.
Page Web : Page faisant partie d’un site Internet, visible dans la fenêtre d’un navigateur
Pavé tactile (en anglais : Touch pad ou Track pad) : Dispositif de pointage et de navigation,
qui comporte une surface plane sur laquelle on déplace le doigt.
PDF (Portable Document Format) : Format de fichier qui permet de consulter un document
électronique en dehors de l’application ayant servi à le créer.
Peer to Peer : Il s’agit de la technologie qui permet aux ordinateurs de communiquer
Pirate (en anglais : Hacker) : Personne qui s’introduit dans un système informatique
généralement dans un but malveillant.
Plug and Play : Se dit de tout équipement informatique ou télécom qui étant reconnu par le
logiciel d'exploitation ne nécessite pas, lors de son raccordement, une procédure spéciale
d'installation avant de pouvoir être utilisé.
Podcast / Podcasting : Moyen de diffusion de fichiers audios (mp3) ou audiovisuels mis à
disposition sur un blog.
Portail : C’est un site proposant un choix d’informations classées ainsi que des moteurs de
recherche d’informations sur le Web, dans le but de fidéliser un vaste public et de servir de
point de départ systématique à leur navigation. Il n’a pas la même fonctionnalité que le FAI.
Porte-monnaie électronique : C’est un système destiné aux règlements en ligne de petits
montants. La somme est stockée sur une carte à puce et débitée progressivement. le porte
monnaie peut se recharger en ligne par carte ou virement. Le système nécessite un lecteur
de carte raccordé à l’ordinateur.
Porte-monnaie virtuel : Même principe que le porte-monnaie électronique mais la somme
est stockée sur un serveur bancaire spécialisé.
Pourriel (en anglais : Spam) : E-mail diffusé en grand nombre d’exemplaires à des fins de
prospection commerciale, à des destinataires qui n’ont pas exprimés le souhait de le
recevoir. Les adresses des destinataires ont été recueillies sans leur plein consentement
öQö
Quadruple service (en anglais : Quadruple play) : Service combinant l'accès à l'internet, à la
téléphonie fixe et mobile et à la télévision par l'intermédiaire d'un boîtier multiservice.
öRö
Référencement : C’est la mise en oeuvre de techniques pour qu’un site Internet soit connu
(indexé) par des moteurs de recherche et annuaires et pour que ce site soit bien positionné
lorsqu’un internaute fait une recherche avec un mot clé ou une expression correspondant à
la cible marketing visée.
209
Les Annexes
Conseil Économique, Social et Environnemental de la Région d’Auvergne
« Le numérique »
Réseaux sociaux : Communautés d’utilisateurs qui se sont regroupés en fonction de centres
d’intérêts communs. Les plus connus sont MySpace, FlickR et Facebook.
RFID (Radio Frequency Identification Data) Technique permettant l'identification d'objet ou
de personne par l'implantation de puces électroniques lisibles à distance par radio. Cette
technique est susceptible de remplacer à terme les étiquettes à code barre.
öSö
Scanner : Dispositif d'analyse ligne à ligne par balayage et de numérisation de documents
graphiques en vue de stockage, de transmission ou de traitement.
Serveur : Système informatique destiné à fournir des services à des utilisateurs connectés
en réseau. Par extension, organisme qui exploite un tel système. Un serveur peut, par
exemple, permettre la consultation et l'exploitation directe de banques de données,
d'annuaires, etc. ….
Services Web (en anglais : Web Services) : On regroupe sous cette appellation un ensemble
d’applications et de protocoles qui permettent à des applications écrites dans des langages
différents d'échanger des informations sur le réseau Internet
SIM (Subscriber Identification Module) : Carte à puce qui porte les informations relatives aux
abonnements GSM. Permet à un abonné d'utiliser n'importe quel terminal de téléphone
mobile GSM.
Simlock : Procédé par lequel un opérateur verrouille un terminal GSM sur une seule carte
SIM afin d'éviter que son abonné change de fournisseur ou de terminal sans son aval.
L'opération de déverrouillage est communément appelée "désimlockage".
Site Internet (en anglais : Web site) : Ensemble de pages web accessibles à partir d'une
même adresse IP et gérées par un même administrateur.
Smartphone : Voir Terminal de poche
SMS (Short Message Service) : C’est un service de messagerie limitée de 160 caractères
maximum qui permet de recevoir et d’envoyer des messages écrits à partir d’un téléphone
portable GSM ou de sites Internet vers d’autres téléphones mobiles.
Spammeur : Individu ou société responsable des spams reçus par les internautes. Les
spammeurs agissent géneralement via des réseaux internationaux dans le but de brouiller les
pistes.
Spams : (le terme de pourriel est parfois utilisé) Courriers électroniques non sollicités par
l’internaute qui le reçoit.
SSII (Société de Services et d’Ingénierie Informatique) : Société proposant des services,
de la conception d’un cahier des charges à la mise en place de solutions combinant
programmes, matériel et suivi clientèle. Les différents métiers d’une SSII peuvent être :
conseiller, concevoir, déployer, réaliser, maintenir ou former.
Streaming : C’est un procédé technique de transmission de données rapide qui permet la
lecture de vidéos et/ou de sons en continu sur Internet. Cette technique de diffusion
multimédia permettant à l’Internaute de commencer en quelques secondes à visualiser un
fichier son ou vidéo sans attendre son téléchargement complet avant lecture
öTö
Tags (étiquettes en français) : Proposés sur un site, ils permettent de repérer et d’identifier
des contenus facilement dans la base de données.
Téléalarme : Fonctionnalité permettant d'envoyer une alarme via un réseau de
télécommunication.
Téléchargement (en anglais : download ou upload) : Action de transférer des données
distantes ou des programmes informatiques via un réseau de télécommunication.
Téléconférence : Réunion dans laquelle les interlocuteurs sont répartis dans plusieurs lieux
reliés entre eux par des moyens de télécommunications. On distingue l’audioconférence ou
la visioconférence. Voir aussi Visioconférence.
Téléphonie par IP (ToIP Telephone over IP) : Service de téléphonie par IP qui utilise le
protocole IP pour le transport de la voix et l'établissement des communications au niveau de
l'accès ou du cœur du réseau.
210
Conseil Économique, Social et Environnemental de la Région d’Auvergne
« Le numérique »
Les Annexes
Terminal de poche : Synonymes : ordiphone, assistant électronique de poche, baladeur,
PDA phone, personal communicator, smartphone, wireless handheld device
Appareil électronique mobile de petite taille qui assure par voie radioélectrique des fonctions
de communication, telles que la téléphonie ou l’accès à l’internet, et le plus souvent des
fonctions informatiques ou multimédias.
Tracking (sur site) : Il s’agit de l’action qui consiste à « pister » un visiteur sur un site Web.
Il est ainsi possible de connaître l’itinéraire de visite ainsi que les temps de visite sur chaque
page. Le tracking peut s’effectuer en temps réel ou à posteriori.
Triple Service (en anglais : Triple Play) : Service combinant l'accès à l'Internet, à la téléphonie
fixe et à la télévision par l'intermédiaire d'un boîtier multiservice.
öUö
URL (Uniform Resource Locator) : L’URL correspond à l’adresse d’une ressource Internet
(page web ou fichier quelconque) et la route à suivre pour l’atteindre. L’adresse est lisible
dans la boîte de dialogue du navigateur.
öVö
Visioconférence : La visioconférence permet à des personnes éloignées géographiquement
de tenir une conférence en temps réel, par l’utilisation entre autres de la vidéo sur le Web.
Visiophone : Appareil permettant aux deux interlocuteurs d’une communication à caractère
téléphonique d’obtenir sur un écran l’image animée de leur correspondant.
VOD (Video On Demand) : Il s’agit de la vidéo à la demande.
VOIP Voix par le protocole de l’internet (en anglais : voice over Internet Protocol VoIP)
Synonyme : voix par IP (langage professionnel) : Technique utilisant le protocole de
l’internet pour le transport de la voix sur un réseau de télécommunication.
öWö
W3 : Sigle pour world wide web désignant le web.
Web (ou toile) : Dans le réseau Internet, ensemble des serveurs et fournisseurs d’accès
permettant la publication et la consultation de documents aux normes de l’hypertexte.
L'ajout de services tels que wiki, blog, flux RSS, microblog, Wap, vidéo streaming...a donné
naissance à une deuxième génération de sites Web baptisée Web 2.0.
Webmail : Système permettant de lire des E-mail depuis un navigateur web, à partir de tout
ordinateur relié au web.
Wi-Fi (contraction de Wireless Fidelity) : Marque commerciale déposée, définissant un
système de transmission de données par radio de type R-LAN dans la norme 802.11 et
complétée par un système de chiffrement des données utilisant une clé WEP (Wired
Equivalent Privacy) pour assurer un premier niveau de sécurité. Désigne couramment le
réseau radio utilisant ce système et permettant un accès sans fil à Internet.
Wiki : outil de gestion collaboratif de site web qui permet aux internautes de rédiger et de
modifier librement des contenus.
WWW (World Wide Web) : C’est un système d’information multimédia, basé sur des liens
hypertextes et permettant de naviguer sur Internet.
211
04 73 26 44 50 - Photo :© Fotolia - Tous droits réservés
Imprimerie
Atrium République
9 rue de Cataroux - 63028 Clermont-Ferrand Cedex2
Tél. 04 73 29 45 29 - Fax 04 73 29 45 20
[email protected]
www.cesr-auvergne.fr
Avril 2012