dossier Ghetto Girls _4

Commentaires

Transcription

dossier Ghetto Girls _4
Création danse Compagnie Stanislaw Wisniewski
© engel’09
20 juin 2010 : Centre Culturel et artistique, Domaine Départemental de Chamarande
2 décembre 2009: Danse en Chantier (Théâtre au Fil de l’eau de Pantin)
23 et 24 octobre: Scène Rhône-Alpes/Centre culturel C.Chaplin de Vaulx en Velin
en partenariat avec la Biennale de Lyon et Véduta
14 octobre: Musée d’Art Contemporain de Lyon, extrait présenté au sein de l’œuvre de Sarkis « L’ouverture »
10 octobre 2009 : Micadanses dans le cadre de Tumulus « chemin géopoétique »(Paris)
chorégraphie : Stanislaw Wisniewski
interprète : Cécile Pegaz
lumière : Cyril Benhaim
musique : Myzlovitz, Scriabine, Rachmaninov, Ravel
coproduction : Cie Stanislaw Wisniewski
Scène Rhône-Alpes/Centre culturel C.Chaplin de Vaulx en Velin
Avec le Soutien de la Région Rhône-Alpes
Remerciements au Centre de Développement Chorégraphique / Biennale nationale de danse
du Val-de-Marne, au Centre Chorégraphique National de Rillieux-la-Pape/Compagnie Maguy Marin,
au Centre National de la Danse de Pantin et à la Cie Itchy Feet pour leur soutien logistique
Ghetto Girls est un portrait impersonnel, contemporain et féminin dans une nécessaire mise à
distance pour exister, dans une affirmation qui en passe par la répétition et l’effacement.
Je poursuis ici l’épure et le cheminement d’une mémoire concentrique, où le corps dessine un
territoire en cercles, en perpétuelle redéfinition de son centre et de ses frontières, où converge une
énergie au bord de l’explosion et de la disparition.
Dans la stricte intimité d’un univers quotidien et inframince, cette pièce à entrées multiples
s’approprie un espace en deçà de l’histoire.
Stanislaw Wisniewski
Ghetto Girls création en cours © Cie Stanislaw Wisniewski
Revue de presse
Sur Ghetto Girls
Ce nouveau solo se situe dans la droite ligne du déjà culte …. Le monde septembrisait en octobrisant
lentement vers novembre. Outre qu’il fait, cette fois encore, la part belle à Cécile Pégaz, son interprète,
Stanislaw Wisniewski use à nouveau de l’outil de la répétition pour crééer un climat. Mais ce Ghetto Girls
laisse un sentiment trouble. Un grand cerceau genre GRS ou hula-up à la main, lunettes noires très star..
Image vaguement inquiétante d’une soumission à une mode d’autant plus déroutante que ce pourrait être
n’importe quelle mode. La gestuelle va jouer de cette sensation de vide en reprenant, variant, inversant, les
mêmes séquences gestuelles, enchaînées à de rageuses courses autour de l’espace, des arrêts posés, et
toujours ces reprises… Ghetto Girls est une pièce déceptive parce que sonsujet est désespérant tout en étant
d’une formidable actualité. Il montre la société du spectacle en œuvre dans le corps – ici féminin –
lui-même. Philippe Verrièle, Danser, décembre 2009
Extraits concernant les dernières créations
Stanislaw Wisniewski expose son fascinant Le monde septembrisait en octobrisant lentement vers
novembre, magnifiquement interprété par Cécile Pégaz : une expérience qu’il est rarement donné de faire à
un spectateur. Marie Chavanieux, La Terrasse, janvier 2009
La rencontre entre Stanislaw Wisniewski et son interprète Cécile Pégaz témoigne d'audace. Dans un solo
intimiste... Une Lolita au regard sombre tente de s'arracher à ses obsessions... se dilate, se rebelle, si intense
et si sincère qu'on la découvre toujours... C'est minimaliste, et c'est immense."
Thomas Hahn, Danser, janvier 2007
"…Interprétation hors pair... La danseuse se transforme en une icône vivante… Transfigurée par la scène et
galvanisée par la musique enivrante, elle délivre un flux incessant d'émotions contenues... Ici opèrent la
sensualité, la présence et la "défonce" du corps en représentation, et en interactivité avec le public... Une
empathie qui saisit le spectateur et ne se relâche jamais… médusé par une telle performance… Ici tout est
vrai, rien n'est simulé" Geneviève Charras, Turbulences Vidéo, octobre 2006
"...Proposition parfaitement radicale… Quelque chose de dramatique et de troublant naît de la répétition
elle-même et ce quelque chose est délibéré... pas sans changement… une danseuse exceptionnelle… une
danse retenue et exigeante... L'expérience est passionnante…"
Philippe Verrièle, Les Hivernales, Point Danse, juillet 2006
"...Là où le danseur rend possible l'expérience du temps et lui donne un visage, le chorégraphe peut se
permettre de le modeler, de le comprimer, de le dilater ou encore de le déconstruire. L'un des exemples les
plus marquants de la saison passée est un solo absolument radical du chorégraphe polonais Stanislaw
Wisniewski qui porte le titre surréaliste d'une citation de Witkiewicz : "Le monde septembrisait en
octobrisant lentement vers novembre". Ici, Cécile Pégaz répète apparemment à l'infini une boucle, jusqu'à
ce que le spectateur en perde la sensation du temps. Elle est l'image-temps et l'image-mouvement
deleuziennes à la fois. Sur l'affiche, sa silhouette se découpe en bandes parallèles décalées. Cette image
résume tout : le lien déchiré au monde, l'équidistance de l'intervalle, la fin des hiérarchies ..."
Thomas Hahn , Ballettanz, Hors-série "Le temps suffit", septembre 2007
"…Stanislaw Wisniewski conjugue avec bonheur rigueur formelle et propos dans une approche empreinte
d'une grande sensibilité. Ses chorégraphies touchent par leur justesse et par la place qu'elles offrent à
l'imaginaire de chacun… Il possède l'intelligence de la musique et qui plus est, de la musique d'aujourd'hui.
Il embrasse avec courage des oeuvres contemporaines, leur redonne sens sans tomber dans les travers de
la tautologie ou de la négation. Stanislaw Wisniewski est un chorégraphe aux qualités rares qu'il ne faut pas
manquer". Pierre Alain Jaffrennou, compositeur, Directeur du GRAME
"Stanislaw Wisniewski est presque un chorégraphe à suspense. Ce qui ne signifie pas qu'il utilise effets
spéciaux et grosse machinerie. Au contraire… Il exerce son art avec une maîtrise qui tient le spectateur en
haleine. Un peu comme un bon vieux roman de la Série noire… Gestuelle inventive, écriture complexe, mais
limpide, servie par une solide interprétation…" Anne Masson, Danser
"… Nous renvoyant au monde de l'image toute puissante... avec une liberté d'interprétation laissée au
danseur et au spectateur… Wisniewski nous invite à co-produire du sens… " Nass. Hassani, Le Progrés
"…Il met en scène notre histoire par le corps notre devenir intime et collectif à la fois… des jeunes gens à la
découverte de leur subjectivité face à une époque moderne et fonctionnaliste…"
Françoise Chaumet, Le Progrés
Ghetto Girls © Cie Stanislaw Wisniewski
Cécile Pégaz
Après avoir reçu une formation principale en danse classique et contemporaine au Conservatoire National
de Région à Lyon, elle rejoint la cie S.Wisniewski en 2000 et participe depuis lors à toutes ses créations. Elle
a collaboré plus étroitement à la création du solo Le monde septembrisait en octobrisant lentement vers
novembre et a signé sa première chorégraphie « L’Hivers » pour Les quatre saisons, de Stanislaw
Wisniewski en 2008.
Dès ses débuts, elle explore d'autres registres d'expression par le travail théâtral contemporain ou
cinématographique. Elle travaille ainsi avec les metteurs en scène Gilles Chavassieux, Roger Planchon,
Albert Simond, Nathalie Veuillet, Fabrice Taponard.
Dernièrement elle collabore également avec le chorégraphe Jean-Christophe Boclé.
Stanislaw Wisniewski
Danseur professionnel dès son enfance en Pologne, Stanislaw Wisniewski acquiert très tôt une culture
chorégraphique alliant danses traditionnelle, classique, et moderne. Aux côtés du metteur en scène et
chorégraphe Conrad Drzewiecki et du Théâtre Polonais de la Danse à Poznan, il a pris part aux premières
créations de la danse contemporaine en Pologne. Il quitte « l’autre côté » du mur de Berlin il y a vingt cinq
ans pour la France où il va faire sien un large répertoire avec le Ballet d’Avignon puis le Ballet du Rhin, et
surtout le Ballet National de l’Opéra de Lyon où il a travaillé comme soliste avec Maguy Marin, Bill T. Jones,
Angelin Preljocaj, Mats Ek, Christopher Bruce, William Forsythe... Il y crée ses premières chorégraphies dont
l’une reçoit le Prix du Tokyo International Choregraphy Competition en 1991.
Il fonde sa compagnie en 1995, et avec elle une quinzaine de pièces à ce jour, où s’affirme une écriture de
notre temps et de ses extrêmes, radicale et sensible, minimaliste et foisonnante, associant l’œil froid et
l’expression exacerbée d’une humanité mise au défi.
Parmi elles, Le monde septembrisait en octobrisant lentement vers novembre créé au Festival d'Avignon
2006 a été sélectionné « spectacle de l'année » par Thomas Hahn pour la revue Danser, présenté en 20082009 par les festivals Ardanthé, Les Incandescences, , le festival Coursives (Rennes), les Soirées d’Emile au
CCN de Grenoble, et en tournée à l’automne 2009 avec Tumulus « chemin géopoétique »
(Museumsquartier-Halle G de Vienne, Théâtre National de Debrecen, Centre culturel de Senta en Serbie).
En avril 2008, il participe avec 2 formes brèves (Sonnez avant d’entrer et l’Escalier du diable) à
l’inauguration du Dansoir et au Festival du Parvis Paris-Printemps par Karine Saporta en partenariat avec la
Bibliothèque Nationale. En juillet 2008, Stanislaw Wisniewski initie un échange avec la cie du Lublin Dance
Theater où il est reçu en résidence pour la création : Les quatre saisons, présentée du 18 au 21 juillet dans
les sites historiques de la ville de Lublin. La Cie Stanislaw Wisniewski a été invitée par l’Ambassade de
France en Slovaquie, en collaboration avec l’Institut Français de Bratislava, à présenter une pièce de son
répertoire (Le Neveu de Rameau). La cie a fait participer plusieurs danseurs polonais à la re-création de
cette chorégraphie dans la ville de Bratislava durant l’été 2008. Une résidence de recherche lui a été
attribuée à Micadanses pour la création Okno, en scène en octobre 2008 au Centre Culturel C.C. Chaplin de
Vaulx en Velin. Okno a été présenté par l’Art Stations Foundation de Poznań et au Lublin Dance Theater
en février 2009.
En 2009 il crée un nouveau solo avec Cécile Pégaz : Ghetto Girls présenté à Micadanses à Paris dans le
cadre de l’ouverture de saison avec Tumulus « chemin géopoétique » puis au cœur de l’installation de
Sarkis « L’ouverture » au Musée d’Art Contemporain de Lyon dans le cadre du dispositif Veduta à la Xème
Biennale de Lyon « le spectacle du quotidien », et au Centre Culturel C. Charlie Chaplin de Vaulx-en-Velin.
Autour de son travail de création, il a partagé son expérience avec des publics très variés professionnels,
étudiants ou amateurs, (l'INSA de Lyon pour la section Danse-Etude, les Conservatoires Nationaux de
Région où il a associé les jeunes danseurs au processus de création…). Le Centre National de la Danse de
Lyon et l’ENSATT, le Défilé de la Biennale de la Danse 2004 de Lyon l'ont également sollicité en ce sens... La
compagnie en résidence durant dix ans à Vaulx-en-Velin a tissé des liens étroits avec les habitants, faisant
appel aux cultures de différentes communautés, en menant des actions de sensibilisation dans les écoles et
lycées en amont des créations. La collaboration avec le Centre Culturel Communal Charlie Chaplin de Vaulxen-Velin se poursuit avec l'accueil des spectacles de la Compagnie.
Ghetto Girls © Cie Stanislaw Wisniewski
FICHE TECHNIQUE
GHETTO GIRLS
Durée : 50’
- Tapis noir
- Pendrillons à l’italienne ( Ouverture 10m)
- Fond noir en fond de scène ( Profondeur 10m)
- Deux Compact Disque (donc un en secours)
- Diffusion de salle et 4 retours de scène de bonne qualité
- 48 circuits 3kw
- 18 Pars CP62
- 8 PC 2kw ou 1kw
- 12 PC 1kw
- 8 PC 1kw en Face
- 20 découpes 614sx 1kw ( 8 sur platines basses)
- Gélatines : L053, L136, L201, L202, L241
Pour une scène plus petite :
- Supprimer 6 Pars CP62
- Supprimer 4 PC 2kw (ou 1kw)
- Supprimer 3 Découpes 614sx 1kw
- Remplacer 8 Découpes 614sx 1kw par 8 PC 1kw
- 36 circuits 3kw
Cie Stanislaw Wisniewski Siège social 22 rue des Capucins 69001 Lyon
Tél. 00 33 (0)6 11 37 13 48 [email protected]
Communication/diffusion : Judith Wattez 134 rue Nationale 75013 Paris
Tél. 00 33 (0)1 56 61 10 36 - 00 33 (0)6 80 20 90 76 [email protected]
Cie Stanislaw Wisniewski – Association régie par la loi de 1901 –SIRET 402 353 460 00023 – APE 9001Z
Licence de spectacle: en cours de renouvellement (anciennement : R/69/1095)

Documents pareils