«Bouygues Telecom est prêt à agir sur les antennes relais» - Next-up

Commentaires

Transcription

«Bouygues Telecom est prêt à agir sur les antennes relais» - Next-up
www.next-up.org
www.lefigaro.fr/societes/2009/12/05/04015-20091205ARTFIG00761-bouygues-telecom-a-gele-toutes-ses-embauches-.php
07/12/2009
«Bouygues Telecom est prêt à agir sur les
antennes relais»
PROPOS RECUEILLIS PAR Marie-Cécile Renault
Le directeur général de Bouygues Telecom,
Olivier Roussat, propose de fixer un nouveau
seuil limite, à 6 volts par mètre dans les lieux de
vie.Il explique comment il se prépare à l'arrivée
prochaine de Free sur le marché du mobile.
Le FIGARO. - Free va obtenir la 4e licence mobile
dans quelques jours. Étant le plus petit des trois
opérateurs en place, Bouygues Telecom est-il le plus
menacé ?
Olivier ROUSSAT. - Nous sommes le plus challengé mais nous nous sommes préparés. Virgin Mobile est déjà le
4e opérateur de mobile, et la concurrence est très forte. Cependant, nos résultats restent excellents. Au
troisième trimestre, nous avons encore gagné 172 000 clients mobiles, soit 35 % de la croissance nette du
marché. Nous avons toujours innové au bénéfice du client. Je peux d'ailleurs vous annoncer que nous
ouvrirons dès l'an prochain la VoIP sur le mobile.
Alors qu'Alice vient de lancer un forfait Internet à 19,99 euros, l'arrivée de Free va-t-elle créer une guerre
des prix meurtrière ?
Nous ne nous sommes jamais positionnés par rapport à nos concurrents mais en fonction des seules attentes
de nos clients : nous sommes arrivés sur le marché du fixe avec une proposition différente, ideo, qui a
bousculé les équilibres d'un marché figé depuis cinq ans. Je comprends que certains concurrents veuillent
réagir à notre offre, qui connaît un franc succès. Elle demeure malgré tout la plus concurrentielle.
L'emploi est-il menacé par l'arrivée de Free comme l'a affirmé Martin Bouygues ?
Bouygues Telecom a gelé toutes ses embauches depuis le lancement de l'appel à candidatures. Bouygues
Telecom, qui compte 8 650 salariés, ne recrute plus. Nous étions habitués à recruter beaucoup de jeunes
diplômés qui font leurs classes chez nous et trouvent ainsi une sorte de tremplin à leur carrière. C'est terminé.
Bouygues Telecom est obligé de se préparer à l'arrivée de Free en réduisant ses coûts fixes. Je suis le premier
à le regretter mais nous sommes contraints de nous adapter aux nouvelles règles qui nous sont imposées.
Le sujet très sensible des antennes va-t-il redoubler avec le déploiement d'un 4e réseau mobile ?
C'est un problème très complexe. Toutes les études scientifiques, le récent rapport de l'Afsset en tête,
affirment que les antennes mobiles ne présentent pas de danger pour la santé. Mais des gens sont inquiets et
ne veulent pas le croire. Pour sortir de cette impasse, Bouygues Telecom est prêt à agir. Nous proposons de
nous imposer un nouveau seuil qui n'existe pas aujourd'hui : nous sommes prêts à nous engager à ne pas
dépasser le seuil de 6 volts par mètre dans les lieux de vie, comme la loi l'a fixé en Italie. Les Italiens sont
plutôt rassurés par ce seuil, Bouygues Telecom est prêt à adapter son réseau pour s'appliquer la même règle
en France.
Des clients Orange ont récemment reçu des factures astronomiques liées à l'utilisation de clés 3G. Est-ce
possible chez Bouygues Telecom ?
C'est totalement impossible. Notre forfait avec clé 3G est à 29,90 euros, et il est impossible de le dépasser car
nous bloquons par défaut l'utilisation de la clé à l'étranger. Or, c'est bien l'utilisation des clés à l'étranger qui
fait exploser les factures. Malheureusement, les déboires de quelques clients Orange ont effrayé les
consommateurs : nous vendons deux fois moins de clés 3G depuis ces événements !
Avec le boom des smartphones et de l'Internet mobile, les réseaux risquent-ils la saturation ?
La hausse du trafic est très forte, mais nous avons encore de la capacité en réserve chez Bouygues Telecom
pour l'absorber. D'autre part, dès le départ, nous avons construit notre réseau avec la dernière technologie
3G+ plus rapide, ce qui permet d'écouler le trafic très vite et d'éviter tout phénomène de saturation.
Grâce à un accord avec Numericable, vous entrez de plain-pied sur le marché de la fibre optique. Avec quel
objectif ?
Bouygues Telecom n'est plus seulement un opérateur mobile, c'est aussi un opérateur fixe à part entière. Et
de façon pérenne. Avec notre offre ideo, première offre quadruple play, nous sommes le nouvel aiguillon du
fixe à côté des opérateurs historiques que sont Orange, SFR et Free. Nous avons bien l'intention de rebattre
les cartes de ce marché. En arrivant très vite sur le marché de la fibre optique, nous avons la capacité de le
dynamiser car nous n'avons pas de situation acquise à protéger sur l'ADSL. Sur le mobile, Bouygues Telecom a
été l'inventeur du forfait et de l'illimité. De même sur le fixe, nous allons pousser l'innovation au bénéfice du
consommateur.
Déploierez-vous ensuite votre propre réseau de fibre optique ?
Grâce à notre accord avec Numericable, nous pouvons immédiatement accéder à 3,3 millions de clients
potentiels alors que le déploiement de la fibre démarre à peine. Nous saurons être opportunistes, mais cela
n'a aucun sens de déployer plusieurs réseaux de fibre optique en parallèle. Car au final, c'est le
consommateur qui devra payer ! La concurrence doit se faire sur les services, pas sur les infrastructures. Le
bon sens aurait été de créer un grand réseau commun à tous.
Next-up organisation répond à Olivier Roussat :
- CLIK -