Le grand ensemble paysager du cœur de Grande

Commentaires

Transcription

Le grand ensemble paysager du cœur de Grande
ATLAS DES PAYSAGES DE l’archipel GUADELOUPE
source : EOSAT/EDISAT
un relief original sur un socle calcaire complexe
La zone centrale de la Grande-Terre présente un relief plus élevé et plus mouvementé que le reste de l’île, plus verdoyant aussi. En comparaison aux plaines occidentales et aux plateaux du Nord et de l’Est, la topographie de la région est donc
très originale, voire étonnante pour le visiteur à qui on a souvent parlé des paysages plats de Grande-Terre. Une vue aérienne ou une simple carte IGN permet de
distinguer cette région d’un coup d’œil.
Ce relief particulier est lié à la nature géologique du sous-sol, caractérisée par
un socle calcaire ancien (« calcaires inférieurs ») qui a été plissé sous l’effet des
contraintes tectoniques. Par conséquent, le socle calcaire est bombé (« anticlinal »),
avec un point haut au centre de la zone (Morne l’Escale, 135 m), point culminant
de la Grande-Terre.
En périphérie, ce socle ancien est recouvert d’un substrat calcaire plus récent
(« calcaires supérieurs »). L’ensemble a été affecté par un puissant jeu de failles qui
dicte en partie le relief de la région, notamment au Sud, sur le secteur de Gosier.
L’érosion a fortement modelé ce socle calcaire complexe. Le bombement de l’anticlinal a généré ici une érosion karstique tout à fait spécifique pour aboutir au relief
actuel très mouvementé, composé essentiellement d’un réseau de vallées étroites
et sinueuses.
le cœur de la Grande-Terre est bien distinct des plateaux, même sur une vue satellitaire
le relief très mouvementé des Grands Fonds (Bertrand)
le substrat calcaire exploité dans les carrières de tuf (Fond Bertrand)
235
COEUR DE GRANDE-TERRE
•
ATLAS DES PAYSAGES DE l’archipel GUADELOUPE
•
un climat plus humide
Le Cœur de la Grande-Terre présente des dimensions
relativement imposantes en toutes largeurs (20 km
de Sainte-Anne à Vieux-Bourg). Le parcours des alizés porteurs des nuages (de direction Est dominante)
est donc suffisamment long pour influencer les conditions climatiques locales (« effet de continentalité »).
•
COEUR DE GRANDE-TERRE
Dans la réalité, un gradient climatique s’opère au
sein de la zone, avec une partie Sud plus sèche que le
secteur plus au Nord. Un gradient écologique s’en suit
au sein du grand ensemble paysager : la végétation
mésophile, souvent rencontrée au Nord, se cantonne
aux fonds de vallée plus frais dans la partie Sud où la
végétation xérophile est globalement plus fréquente.
des mornes secs et des fonds humides
Le socle calcaire de la Grande-Terre est très perméable, entrainant une infiltration rapide des précipitations dans le sous-sol. Les rivières y sont donc
moins nombreuses et moins imposantes qu’en BasseTerre. Les sols sont souvent secs en surface, surtout
quand ils sont peu épais, voire squelettiques. C’est le
cas des nombreux mornes de la région. La forte ventilation de ces mornes accentue encore la sécheresse
locale.
fonds humides des vallées des Grands Fonds (Besson)
236
Les précipitations annuelles y sont plus importantes
que dans le reste de la Grande-Terre. La légère élévation topographique tend à accentuer ce phénomène.
À l’inverse, les fonds de vallées et les zones basses
ont accumulé des argiles d’érosion. Leurs sols sont
donc plus épais et moins drainants que sur les
mornes, retenant mieux les eaux de surface. De petites ravines, parfois intermittentes, s’y écoulent lentement. Des zones humides se développent quand la
pente devient trop faible. À l’occasion de fortes pluies
ces zones basses sont souvent l’objet d’inondations
temporaires.
L’eau qui s’infiltre dans le sous-sol calcaire alimente
une nappe aquifère souterraine de grande ampleur.
Celle-ci affleure localement, au gré des accidents géologiques (par exemple source de Poucet).
ATLAS DES PAYSAGES DE l’archipel GUADELOUPE
de nombreuses carrières d’exploitation du tuf
Le socle calcaire du Cœur de Grande-Terre fournit un matériau très apprécié des
entrepreneurs du BTP : le tuf. Le relief mouvementé de la région offre de multiples
occasions d’exploitation aisée du tuf, en pied de morne. Les carrières sont donc
nombreuses, mitant le paysage très verdoyant et accidenté. Les grands fronts de
taille gris-beige, de formes très anguleuses et artificielles, ont souvent un impact
visuel fort, surtout quand il s’agit d’extraction sauvage, réalisée sans contrôle des
autorités et sans précaution paysagère. Heureusement, le relief environnant limite
souvent la portée visuelle de cet impact.
Très rarement réhabilitées en fin d’exploitation, ces carrières offrent des surfaces
planes qui sont fréquemment utilisées pour des implantations d’habitat privé
spontané. Ces constructions soulignent alors la présence de l’ancienne carrière en
limitant la recolonisation du site par la végétation naturelle.
Ces carrières donnent à voir directement la nature du socle géologique local. À ce
titre, elles ont un certain intérêt pédagogique (confirmé par l’Inventaire des sites
géologiques remarquables de la Guadeloupe, BRGM, 2003-2007).
carrière de Terrasson
carrière de Plaisance
237
COEUR DE GRANDE-TERRE
•
ATLAS DES PAYSAGES DE l’archipel GUADELOUPE
•
une extension urbaine forte et mal maîtrisée
Que l’on soit dans les Grands Fonds ou plus près de Gosier, la progression de l’urbanisation est forte depuis plusieurs décennies et ne se fait pas toujours dans le
respect des paysages et des milieux naturels. Cela se traduit par des implantations
de bâtis toujours plus nombreuses, souvent sans souci d’intégration harmonieuse
dans l’environnement : les zones littorales fragiles, les crêtes de mornes très exposées au regard et les fonds très ouverts des carrières en fin d’exploitation sont pris
d’assaut par les constructions individuelles.
COEUR DE GRANDE-TERRE
Les milieux naturels inondés (mangrove, prairies humides, etc.) sont alors remblayés au moyen de gros volumes de tuf qui sont prélevés ailleurs (ou parfois sur le
site même) en taillant franchement dans les reliefs calcaires. Ainsi, l’urbanisation
tend à s’étendre au-delà de ses sites d’implantation traditionnels où elle s’était cantonnée jusqu’à une période récente.
extension urbaine dans les Grands Fonds
constructions récentes à Gosier, remblayées sur les milieux naturels du littoral
238
terrassement en vue d’opération immobilière dans les Grands Fonds
ATLAS DES PAYSAGES DE l’archipel GUADELOUPE
COEUR DE GRANDE-TERRE
Cartographie synthétique du Grand Ensemble
Paysager du Cœur de Grande-Terre : limites,
unités & caractéristiques majeures
Échelle approximative : 1/90 000e
239

Documents pareils