Tirez pas sur le scarabée

Commentaires

Transcription

Tirez pas sur le scarabée
Éditeur :Hachette
Collection : Le Livre de Poche Jeunesse
Genre : Roman policier
Nombre de pages : 192
Niveau de cycle conseillé : Fin CE2 / CM1 / CM2
Difficulté de lecture : 3
TIREZ PAS SUR LE SCARABÉE
Paul Shipton (Traduit de l’anglais par Thomas Bauduret)
Illustrations de Pierre Bouillé (Couverture de Dominique Boll)
RÉSUMÉ
Un climat curieux règne dans le Jardin de la Maison. Eddie, un perce-oreilles, a disparu. Bug Muldoon, le scarabée
détective privé, est informé par la mouche, Jake la Tremblote, que les fourmis préparent un mauvais coup. Chez
Dixie’s où les insectes viennent se détendre, deux soldats fourmis obligent Bug à les suivre dans la fourmilière. La
Reine des fourmis charge le scarabée de localiser les Individualistes, des fourmis qui refusent la règle du Nid et
veulent retrouver leur personnalité propre. Le commandant Krag qui déteste le détective ne lui laisse pas le choix :
ou il accepte, ou il sera donné à manger aux larves. Il lui ordonne de rechercher le cerveau supposé de
l’organisation : une fourmi avec une tache blanche sur la tête. Bug et Velma, une sauterelle reporter, interrogent
ensemble Dax et Dex, des vers de terre qui leur apprennent le lieu de réunion des fourmis. Cachés, ils assistent à la
séance du club des Individualistes. Chaque fourmi se présente par son nom en faisant quelque chose pour exprimer
son individualité. Léopold lit un poème. Clarissa, la fourmi à la tache blanche, chante. Le détective qui a donné
rendez-vous à Clarissa, reçoit un coup sur la tête et est jeté dans le bassin du Jardin. Il arrive à échapper à la carpe
grâce à Jake. Bug retourne dans la fourmilière faire son rapport à Krag en lui cachant avoir vu les Individualistes et
Clarissa. Le détective découvre la présence d’une seconde Reine. Il se doute alors que l’affaire est plus grave qu’un
simple club d’Individualistes. Et pourquoi les guêpes s’intéressent-elles elles aussi à Clarissa ? Emprisonnée dans
une fleur, une guêpe avoue que des fourmis et les guêpes ont fait alliance pour détruire dans le Jardin quiconque
osera se mettre sur leur chemin. Bug, capturé, est traîné devant la Reine des guêpes. Auprès d’elle se trouve Krag
qui veut devenir le maître du monde en éliminant la Reine des fourmis et en lui en substituant une autre plus
docile. Clarissa et le détective sont livrés à l’araignée. Eddie, le perce-oreilles retrouvé, les sauve mais finira
dévoré. Velma prévient tous les insectes du complot. Dans le Jardin, les guêpes sont vaincues et dans la
fourmilière, l’insurrection échoue. Bug débarrasse le jardin de l’araignée. Les Individualistes sont autorisés à
poursuivre leurs activités. Bug et Velma assistent, dans la paix retrouvée, à la naissance d’un papillon.
PISTES D’EXPLOITATION PÉDAGOGIQUE
I. Découverte du livre : Premières acquisitions / Premières questions
Les couvertures : Sur la première de couverture, l’onglet indique la nature du roman. Par quel signe de
ponctuation se termine le titre ? Qu’est représenté derrière ce signe (Un viseur) ? Le verbe “Tirez” implique-t-il la
présence d’armes dans le roman ? (On n’oubliera pas de confirmer ou non les hypothèses après lecture : les armes
étant des mandibules, des aiguillons etc.). Le titre (qui reprend l’intitulé du film Tirez pas sur le pianiste) ne
respecte pas volontairement la double négation. Pourquoi ? (Il s’agit de parodier les dialogues familiers ou relâchés
des enquêtes policières).
Quelles parties du personnage représenté montre qu’il s’agit d’un insecte (les antennes, les pattes, le dessin de la
tête) ? Sur la quatrième de couverture, le détective s’adresse aux lecteurs. Est-ce lui en première de couverture
(imperméable et chapeau, costume fréquent des détectives) ? Un détective privé fait-il partie de la police ? Qui le
paye ? Bug a les fourmis, les guêpes, les mouches, les araignées “sur le dos”. Lequel de ces animaux n’est pas un
insecte (l’araignée qui est un crustacé) ?
Feuilletage : Combien voit-on d’animaux sur le rabat de couverture (11) ? De combien de fourmis et de perceoreilles parle-t-on (4 fourmis et 3 perce-oreilles) ? Qui est désigné comme dangereux ? Où se déroulera l’enquête ?
Sur les illustrations pleine page, on reconnaîtra Bug Muldoon, sans son imperméable et parfois, semble-t-il, en
mauvaise position.
Si l’on veut un jour suivre le scarabée dans d’autres aventures, que choisira-t-on de lire (sur la page de garde : Un
privé chez les insectes) ?
On comparera Bug Muldoon, le titre anglais du roman, avec le titre français. En lisant la biographie de l’auteur, on
verra ce que le fait de devenir écrivain a remplacé dans sa vie.
Sans ignorer l’humour des titres des chapitres, on relèvera dans la table des matières quelques indices sur
l’histoire : des insectes jouant un rôle probable (fourmis, sauterelle, etc.), des lieux (fourmilière, toile d’araignée,
Jardin), des situations (sur la piste de, fonce dans, etc.).
On cherchera l’étymologie des mots épilogue, dialogue et prologue.
II. Premières lectures / Découverte du texte / Sensibilisation aux thèmes
En cours de lecture : Le roman, riche en épisodes, permet aux élèves de formuler des hypothèses en cours de
lecture sur la suite des épisodes. Eddie est-il vraiment mort ? Pourquoi Bug ne se fait-il pas payer par Larry ?
Qu’est-ce que la fourmi Clarissa a à déclarer qu’elle ne peut pas dire (p. 65) ? Qui a bien pu frapper Bug et le jeter
à l’eau (p. 72) ? Bug va-t-il pouvoir échapper aux quatre guêpes restantes (p. 111) ?. . .
On sensibilisera les lecteurs à la polysémie des expressions dans les titres et dans le contenu des chapitres. Elles
jouent à la fois sur le registre du roman policier, sur les situations vécues par le détective et sur les caractéristiques
des insectes (en avoir plein les pattes, prendre son envol, se faire une toile). On verra comment, à l’instar de
nombreux héros de romans policiers, Bug garde son humour même dans les situations délicates (par exemple, p. 37
“Vous voulez dire qu’il va falloir annuler le mariage ?”; p. 76 “J’étais bon comme la romaine : finito.”).
On se fera une idée de la Maison et du Jardin à travers différentes notations : Bug est à l’ombre d’un buisson de
rhododendrons (p. 47), Velma près de la table à pique-nique (p. 50), le bassin situé au nord-ouest du jardin et
devant une statue représentant un être humain (p. 71), le compost, les poubelles (p. 59), etc.
Échanges / Argumentation et Débats : De nombreux passages fourniront un point de départ. Que faut-il pour
avoir un nom dans la fourmilière ? Les Individualistes sont-elles égoïstes ou veulent-elles simplement commencer
à penser par elles-même ? On débattra entre autre sur ce que dit Bug “il y a toujours un moment où il faut décider
seul…”(p. 39) ou sur les conseils de Clarissa à Léopold “la liberté ne signifie pas l’égoïsme. On a toujours besoin
d’amis et on a des responsabilités envers eux. Parfois, il faut oublier ses propres intérêts et combattre pour ceux
qu’on aime.”
En voyant la fragilité et la beauté du papillon, que comprend Bug qui le décide à rester dans le Jardin (p. 183) ?
Est-ce important que le scarabée ne soit pas violent ?
Activités en liaison avec la lecture : Tout au long du roman, on apprend des détails sur la vie des insectes. On
regroupera les informations par animal (par exemple pp. 30, 32, 88, 89, 91, 92, 122, 144 pour les fourmis).
III. Dire / Quelques suggestions
Le dialogue entre Velma, Bug et les vers Dax et Dex, qui s’expriment en complétant la phrase de l’autre, sera
amusant à faire dire par les élèves. On reprendra toutes les indications qui serviront au jeu des acteurs : les vers se
tournent l’un vers l’autre, ils crient de plus en plus fort, Bug ainsi que Velma haussent les épaules…
IV. Écrire / Quelques propositions
À quatre reprises dans le roman (pp. 33, 61, 120, 184) on demande à Bug d’où vient son nom. À chaque fois, il
répond : “C’est une longue histoire.” Il n’y a qu’à la fin du roman qu’on peut croire qu’il va la raconter à Velma. À
l’aide de la note du bas de la p. 33, les élèves, en groupe ou individuellement, écriront cette histoire.
Comme Léopold (p. 156), on inventera une strophe de quatre vers aux rimes alternées.
 EDDL Paris 06, 2005