La Société en Réseaux

Commentaires

Transcription

La Société en Réseaux
La Société en Réseaux
Sommaire
Préambule
1.Aspects Théoriques
1.1 Impacts des technologies .
1.2 Les technologies de
l’information …
2. Aspects Pratiques: Etudes
de Cas
2.1 Effets de la production
industrielle
assistée par ordinateurs
2.2 Effets de l’Automatisation
des Bureaux sur le travail
Conclusion
Manuel Castells
Préambule
z
z
z
Extrait du livre La société en réseaux paru en 1996.
Ce livre fait partie de trois volumes (Le pouvoir de l’identité et Fin de
millénaire).
Il traite de quatre thèmes principaux : la nouvelle révolution technique,
la mondialisation de l’économie, leurs effets conjoints sur les
conditions du travail et sur sa vie sociale, et enfin les
transformations d’une culture dominée par les médias et où sont
modifiés profondément nos représentation du temps et de l’espace.
Manuel Castels
z Professeur de sociologie, professeur de planification urbaine et
régionale et directeur de centre d’études européennes à l’université de
Californie à Berkeley.
*Photos google image
Impacts des technologies de l’information dans la
transformation du travail
Les effets de la mécanisation et de l’automation sur le travail introduisent des nouvelles
formes dans la division sociale et technique ( sujet étudié depuis très longtemps par
les Sociologues)
ÎNaissance des « travailleurs en réseau »
Plus les la diffusion de la technologie avancée de l’information s’accroit dans les usines et
les bureaux, plus le travailleur devra se montrer autonome. En somme il a une liberté pour
réaliser son potentiel de productivité.
ÎLa transformation du travail due au nouveau paradigme informationnel
- la technologie informatique et ses applis plus performantes, moins chères, exploitables à
grande échelle
- la concurrence mondiale entre les entreprises (à cause de la course à la technologie)
- les organisations ont évolué fondées sur la flexibilité et la mise en réseau
- les managers ont compris l’usage des nouvelles technologies
Les technologies de l’information : origine de tous
les maux ?
« bifurcation des structures professionnelles » et « polarisation du travail » à
travers :
Î une installation de la précarité
Pour Castells les nouveaux postes ou ceux qui sont requalifiés divisent la
population active en fonction du niveau d’éducation reçue. Le système éducatif,
ségrégateur et va lèse un type de population (femmes, aux minorités raciales
etc).
Peut-on dire que seul l’impact des technologies de l’information est vecteur
de ces changements ?
ÎCastells soutient que la précarité provient des entreprises qui améliorent leur
profitabilité sur un marché internationnalisé, ou l’intervention syndicale ou
politique n’a que très peu de poids (cf cas pratique à venir)
2.1 Effets de la production industrielle assistée par
ordinateurs
Cas Shaiken: GM Saturn et Chrysler
GM-Saturn
Chrysler
• Haut niveau de
Performance
• Formation élevée
• Importance du
travail en équipe
Deux entreprises qui illustrent
bien le paradigme naissant
du travail informationnel.
Une bonne coopération
d’équipe bien formée et
autonome reste le succès du
travail informationnel.
Shaiken choisit ces deux exemples de réussite en insistant sur le fait
que la production industrielle assistée par ordinateurs est synonyme
de performance à condition de développer les qualifications et
d’accroître l’autonomie des ouvriers.
2.1 Effets de la production industrielle assistée par
ordinateurs
Cas Shaiken: GM Saturn et Chrysler
• Il ne suffit pas d’avoir des machines informatisées les plus avancées si la MOD/
le personnel ne sait pas les utiliser
ÆIl faut donc former son équipe afin qu’elle soit autonome et responsable
• Le travail coopératif est important:
ƒ permet la circulation d’informations entre les acteurs de l’entreprise (entre
employés, entre employés et direction et entre les hommes et les machines).
Æ C’est la que prend le caractère en réseau de la production.c
Une entreprise ne peut exploiter tout le potentiel des nouvelles
technologies si elle ne dispose pas de tout ces critères.
Limites:
¾Le travail en coopération est sensible
Conflits sociauxÆ Affrontements entre employés et direction
¾ Sécurité de l’emploi et participation des syndicats à la négociation
2.1 Effets de la production industrielle assistée par
ordinateurs
Les 4 principales phases de l’automatisation des bureaux
La 1ère phase : Grands ordinateurs de traitements de données en lot.
ÆAccumuler de grandes quantités d’informations dans une
mémoire standardisée.
La 2ème phase : utilisation des ordinateurs par les employés ce qui a crée
l’interaction directe au cours du traitement de l’information.
ÆLa révolution du travail de bureau est dû à la mise en place
d’une société en réseau.
La 3ème phase : La diffusion du nouveau modèle d’automatisation, crée la formation
d’une toile interactive capable de traiter l’infos et de prendre des
décisions en temps réel.
ÆCréation d’un nouveau modèle de travail : «bureaux alternatifs et virtuels».
La 4ème phase : Préparation des marmites pour la mise en place d’une politique nouvelle
de travail.
Æ mettre en place des bureaux mobiles et des employés dispersés.
2.1 Effets de la production industrielle assistée par
ordinateurs
Le résultat :
•(+) Automatisation des échelons inférieurs de tâches de bureau : réductions
de gestes standards, rapidité du processus du travail.
•(-) Suppression de postes dont les tâches sont mécaniques et routinières.
•Æ Réintégration des autres tâches aux employés qualifiés, à qui on
demande plus d’implication au travail, + d’autonomie, et de prise de décision.
•Æ Disparition des supervision des cadres dû à la standardisation des
modalités de sécurité et de contrôle informatiques.
2.1 Effets de la production industrielle assistée par
ordinateurs
Cas réels de la production industrielle par pays :
* ES / US (cas des banques) : l’automatisation des opération routinières, les
employés jouent de + en + le rôle de vendeur de services financiers et de
contrôle de l’amortissement de leurs prêts.
ÆLa négligence du contexte social ainsi que la focalisation l’automatisation et
la rationalisation du processus de travail.
Industrie de l’automobile :
•US / IT : Déplacement des ouvriers Æ réduction de la main-d'œuvre.
•FR : Le taux de la réduction de l’emploi reste moins important Æ équilibre
des deux points modernisation du travail et conséquences sociales.
•Japon :
2.1 Effets de la production industrielle assistée par
ordinateurs
Cas réels de la production industrielle par pays (suite) :
Industrie de l’automobile :
•Japon : Un pays où les entreprises garantissent le travail à vie.
Sa politique : Renforcement du travail en équipe ce qui garantit une bonne
formation des salariés.
Résultat : Accroissement rapide et efficace de la productivité et du CA des
entreprises, ce qui a crée une concurrence forte au marché de
l’automobile américain.
En règle générale :
Neutralisation des syndicats, économiser le travail, diminuer les coûts.
2.2 Effets de l’automatisation des bureaux sur le
travail
Récapitulation des points importants :
L'automatisation des bureaux s'est faite en trois étapes:
1ére : de 1960-1970 : l'objectif du système était d'accumuler de grosses quantités
d'informations dans une mémoire centrale, standardisé, répétitif. Ce type de
travail était détesté par la majorité des employés.
z
2ème: en 1980 : un grand progrès dans les télécommunications et des outils a permis la
mise en réseau des postes de travail et à révolutionner le travail de bureau.
z
3ème: en 1990 : les ordinateurs en réseau se sont largement diffusés dans toutes les
activités de traitement de l'information. Un nouveau paradigme informationnel couplé
avec l'émergence de l'entreprise en réseau a été donc installé.
z
2.2 Effets de l’automatisation des bureaux sur le
travail
z
z
z
z
Castells s'appui dans son texte sur la thèse de doctorat de Barbara BARAN qui traite
l'impact de l'automatisation sur le travail de bureau. Il en déduit que:
La révolution technologique et la diffusion de la micro-informatique a profondément
changé le monde, l'économie bien sur, mais aussi les conditions de travail, et c'est une
société entièrement nouvelle qui se met en place qu'on appel : la société en réseaux.
les limites:
D'après Castells : des études sur l'interaction entre le changement technologique et la
restructuration capitaliste ont montré que la plupart du temps les technologies ont été
introduites, en premier lieu pour économiser le travail, neutraliser les syndicats et
diminuer les coûts plutôt qu'en vue d'améliorer la qualité et la productivité.
CONCLUSION
BIBLIOGRAPHIE
z
z
z
« Le Travail à l’envers » de Shaiken
« La Société en Réseaux » de Castells
« Le nouvel esprit du capitalisme » de Boltanski et Chiapello