Voile Magazine 09-2014

Commentaires

Transcription

Voile Magazine 09-2014
technique
LE SAVIEZ-VOUS?
WINCHES PONTOS
Plus rapide ou plus puissant?
DEPUIS L’INVENTION du self-tailing,
l’indispensable gorge bloquante fixée
au-dessus de la poupée, la technologie
du winch grand public n’avait pas progressé
d’un iota. Les fabricants ont concentré leurs
efforts d’innovation sur la motorisation et
les automatismes associés. Mais la mécanique
du winch proprement dit est la même
qu’il y a trente ans. Partant de ce constat,
l’équipe Pontos s’est emparée de la question
du winch et de ses usages en croisière
et en régate. Elle a livré en février dernier
deux gammes de winches, Grinder et Trimmer.
La gamme Grinder développe des vitesses
rapides, permettant d’embraquer à la volée un
bout sous une tension modérée, par exemple
quand on envoie une voile de portant dans
sa chaussette ou sur un emmagasineur, quand
on embraque le mou de l’écoute de génois…
Il a été pensé pour la régate, on l’a dit, quand
la vitesse d’exécution est essentielle. Mais
son intérêt en croisière est évident. Dans bien
des cas, il permet de manœuvrer en laissant la
manivelle à poste et le bout dans le self-tailing,
tout en conservant une vitesse démultipliée
équivalente à celle dont on dispose sur les
winches standards. En vitesse rapide, un tour
de manivelle hale 70 cm de bout. En tournant
dans l’autre sens, on passe en vitesse
intermédiaire et on embraque alors 25 cm par
tour. La tension doit logiquement augmenter.
Dès qu’elle dépasse les 25 kg, on dispose
de deux vitesses supplémentaires embraquant
respectivement 12 et 5 cm de bout par tour,
soit les rapports de démultiplication standards.
Le principe est à peu près le même pour
les winches de la gamme Trimmer, mais dans
le sens d’une plus grande démultiplication.
Partant des deux rapports standards (12 et
5 cm par tour, donc), on accède à un rapport
surdémultiplié permettant de travailler
en force sans effort important. On embraque
alors 2 cm par tour de manivelle. Attention,
l’infographie utilisée par le fabricant prête
à confusion sur ce point : le Trimmer offre bien
une vitesse surdémultipliée, et non pas deux.
C’est d’ailleurs amplement suffisant pour
confier le réglage d’un grand génois à un
enfant, même dans la brise. L’idée est de
proposer à des plaisanciers fatigués ou moins
athlétiques que par le passé une alternative
au winch électrique.
Les prouesses de ces winches Pontos sont
rendues possibles par un système de ressorts
Tarifs
Trimmer
Grinder
Standard 2 vitesses
Pontos 40
1 200 €
1 200 €
750 €
Le fait de disposer de nouvelles
plages de démultiplication élargit
le champ d’utilisation du winch.
DEUX GAMMES, CINQ VITESSES
Longueur de bout
pour 1 tour
de manivelle
Grinder
Vitesse 1
Grinder
Vitesse 2
Grinder
Vitesse 3
Grinder
Vitesse 4
70 cm
25 cm
12 cm
12 cm
5 cm
5 cm
2 cm
Trimmer
Vitesse 1
Trimmer
Vitesse 2
Trimmer
Vitesse 3
tarés à 25 kg, charge supposée critique
par rapport à la musculature moyenne.
Ces ressorts changent la position d’une bague
qui donne accès aux rapports supplémentaires
via un embrayage épicycloïdal qui, lui, existe
déjà dans les winches traditionnels. Pour filer
une métaphore cycliste, on peut considérer
ce système comme un deuxième plateau
(petit ou grand, selon qu’on évoque le Trimmer
ou le Grinder) permettant de développer de
nouveaux rapports. Pontos propose également
des winches deux vitesses traditionnels.
Français par leur conception – la société
est basée à Saint-Malo –, ces winches sont
produits et assemblés au Royaume-Uni et en
Italie. Aujourd’hui, il existe dans les différentes
gammes trois winches de 40, 46 et 52. A noter
que traditionnellement, cette nomenclature
des winches correspond à un rapport
de force (1 tour de manivelle produit 40 kg
de traction sur un winch de 40). Si les Pontos
reprennent cette nomenclature, leurs
performances sont différentes. C’est ainsi que
le Trimmer 40, par exemple, produit jusqu’à
Pontos 46
1 680 €
1 680 €
1 100 €
Pontos 52
2 280 €
2 280 €
1 500 €
112 kg de traction en un tour de manivelle…
C’est clair, Pontos a bien l’intention de faire
bouger les lignes. Techniquement, c’est chose
faite. Commercialement, il lui reste à se
déployer, peut-être là aussi par des canaux
peu conventionnels comme les voileries (les
winches Pontos sont néanmoins au catalogue
Uship). Dans un premier temps, la marque
malouine est idéalement placée pour équiper
plusieurs concurrents de la prochaine Route
du Rhum, notamment le Class 40 de Sébastien
Rogues, le trimaran jaune de Loïck Peyron et
une dizaine d’autres. Déjà une jolie vitrine !
En un tour de manivelle, le Grinder embraque
70 cm de bout. En inversant, on passe à 25 cm.
110 SEPTEMBRE 2014
2014••VOILE
VOILEMAGAZINE
MAGAZINE
VMAG225_P110 110
29/07/14 10:48:19