Maroquinier(ière)

Commentaires

Transcription

Maroquinier(ière)
ONISEP - Les métiers
Page 1 sur 3
Maroquinier(ière)
Le maroquinier - ou la maroquinière - fabrique des articles en cuir. Entre tradition
et modernité, il ou elle perpétue un savoir-faire ancestral tout en s'adaptant à la
nouvelle donne économique.
Synonyme(s) :
gantier(ière),sellier(ière)
Métiers associés :
gantier(ière), sellier(ière)-gainier(ière), sellier(ière)-garnisseur(euse), sellier(ière)-harnacheur(euse)
Domaines professionnels :
Matériaux souples
Centres d'intérêt :
exercer un métier artistique ou créatif , fabriquer, construire , faire un travail de précision , travailler un
matériau
Le métier
Le métier
Nature du travail
Plus d'informations
> Sellier garnisseur
Conditions de travail
Vie professionnelle
Compétences
Accès au métier
Sources et ressources
Nature du travail
Un travail à fleur de peau
Accessoires mais pas superflus, ils font partie de la vie de tous les jours ou appartiennent à l'univers du
luxe ! En naturel ou synthétique , les sacs, gants, ceintures, porte-monnaie, bracelets-montres... sont
confectionnés par le maroquinier.
Le cuir est un matériau naturel, presque vivant, qu'il convient de connaître sur le bout des doigts avant de
le travailler. La beauté du produit final dépendra de la qualité de la peau utilisée. Qualité que seul l'oeil
exercé du professionnel est à même d'apprécier. Par ailleurs, c'est une matière première qui coûte cher. Le
maroquinier n'a donc pas le droit à l'erreur : il doit optimiser la coupe afin de réduire au maximum les
chutes (jusqu'à 40 % sur une peau).
La réalisation d'un article commence toujours par le dessin du modèle et par la conception du prototype.
Ensuite seulement, le professionnel passe à la fabrication proprement dite.
Première étape : la coupe, qui permet d'éliminer d'éventuels défauts. Il faut apprécier les teintes, assortir
au mieux les nuances, positionner les pièces tout en respectant le sens des fibres et l'uniformité du grain.
Avant de passer à l'assemblage, le cuir va subir différents traitements consistant à refendre (pour obtenir
l'épaisseur idéale), parer (pour amincir le cuir sur les bords), remborder (replier la peau), gratter, plaquer
(sous une presse chaude pour la brillance), glacer, fileter, perforer... Pour l'assemblage des pièces, là
encore, les procédés sont multiples : couture à la main ou à la machine, rivetage, soudage, piquage et
montage des fermetures à glissière, des doublures, des bandoulières, etc. Étape finale : la pose des
accessoires (boucles, pressions, fermoirs) et les finitions. Autant dire qu'il faut une certaine expérience
pour acquérir tel ou tel tour de main et devenir un professionnel accompli.
S'il pratique le cousu main au moyen de l'alênetraditionnelle, le maroquinier utilise aussi de nombreuses
machines, certaines étant automatisées (presse hydraulique, emporte-pièces , ciseaux électriques pour la
coupe, machines à refendre, à parer...).
http://www.onisep.fr/onisep-portail/portal/media-type/html/group/gp/page/popup.ideo... 15/02/2008
ONISEP - Les métiers
Page 2 sur 3
Le maroquinier est l'héritier direct d'une profession ancestrale : celle de sellier-bourrelier-harnacheur, dont
le savoir-faire se perpétue encore de nos jours. Le sellier-harnacheur réalise des selles et des harnais de
cuir pour conduire un cheval ou un attelage. Le sellier-gainier habille de cuir des objets aussi divers que les
coffres et les malles capitonnées, les étuis à fusil ou à jumelles, etc. Quant au sellier-garnisseur, il est
chargé de l'habillage des habitacles et des sièges des automobiles haut de gamme. Enfin, le gantier est,
comme son nom l'indique, un expert dans l'art de fabriquer des gants de peau (gants de ville, pour le
sport...).
Conditions de travail
Des ateliers à géométrie variable
Suivant l'organisation de l'atelier , la taille de l'entreprise (artisanale ou industrielle) et sa vocation (articles
de luxe ou produits en série), le maroquinier peut assurer la fabrication de A à Z ou certaines opérations
seulement.
Du choix du matériau (matière, couleur) aux finitions en passant par la découpe et l'assemblage, l'artisan
maroquinier maîtrise l'ensemble du processus. Il peut créer ses propres modèles (il se fait alors styliste) ou
réaliser des commandes pour le compte de clients. Mais s'il exerce dans le secteur industriel, il est amené à
se spécialiser dans une fonction bien précise : modéliste, coupeur, piqueur ou monteur en maroquinerie.
Dans un atelier de série, le travail sera en général réparti par petits groupes. Certains ateliers se
spécialisent en petite maroquinerie (porte-clés par exemple).
Le maroquinier peut aussi encadrer tout le personnel d'un atelier ; il sera alors chargé de la conduite de la
fabrication et de la gestion.
Vie professionnelle
Au beau fixe pour les plus qualifiés
Dans le secteur de la maroquinerie, les petites structures côtoient les géants de l'industrie. On compte 1
200 entreprises artisanales d'articles de voyage et de maroquinerie. Le marché est toutefois dominé par
sept poids lourds (parmi lesquels Delsey, Hermès ou Longchamp), qui réalisent à eux seuls 70 % du chiffre
d'affaires global du secteur. Ces grandes maisons sont d'ailleurs les principaux recruteurs.
Ce sont les personnes les plus qualifiées (à partir du bac ) qui trouveront le plus facilement un emploi à
l'issue de leur formation. Les employeurs, y compris les plus importants, sont à la recherche de techniciens
expérimentés, détenteurs d'un réel savoir-faire traditionnel. Choisir une spécialité très pointue (ganterie de
peau, artisanat d'art en sellerie, reliure ou maroquinerie de luxe) peut se révéler payant et permettre une
bonne insertion professionnelle.
Rémunération
En l'absence de grille de salaires, il est difficile d'établir la rémunération de base du débutant. Celle-ci
dépend de l'entreprise. Dans l'industrie, un ouvrier maroquinier commence au Smic , parfois un peu plus
suivant son savoir-faire et ses responsabilités.
Compétences
Le sens du toucher
Premier impératif : l'habileté manuelle. Même si celle-ci s'acquiert avec la pratique, mieux vaut avoir un
don au départ, ainsi qu'un goût prononcé pour le travail manuel. Un sens du toucher plus développé que la
moyenne peut aussi être un atout, car seul le contact de peau à peau permet d'apprécier la qualité d'un
cuir. Bref, c'est un métier qu'il faut sentir, surtout si on se destine à l'artisanat, voire à l'artisanat d'art.
Patience, rigueur et précision sont autant de qualités essentielles pour devenir maroquinier. Une bonne
acuité visuelle est en outre nécessaire pour effectuer certaines tâches particulièrement minutieuses. Le
sens artistique est sans aucun doute un plus. Mais le maroquinier et le sellier sont avant tout des
techniciens, qui doivent connaître parfaitement les procédés de fabrication ainsi que l'outillage.
Accès au métier
Du CAP au BTS
Différents diplômes permettent d'accéder aux métiers de la maroquinerie et de la sellerie, du CAP au BTS .
Dans tous les cas, ces formations sont dispensées soit en CFA, soit en lycée professionnel.
CAP Maroquinerie
CAP Sellerie générale
CAP Sellier harnacheur
http://www.onisep.fr/onisep-portail/portal/media-type/html/group/gp/page/popup.ideo... 15/02/2008
ONISEP - Les métiers
Page 3 sur 3
CAP Chaussure et CAP Podo-orthésiste (ils peuvent aussi donner accès à ce métier)
BEP Métiers de la mode et des industries connexes , option maroquinerie
bac pro Métiers de la mode et industries connexes, productique (textiles, cuir, habillement), en deux ans
après le BEP
bac pro Artisanat et métiers d'art option vêtement et accessoires de mode , en deux ans après le BEP
bac techno STI sciences et technologies industrielles spécialité génie mécanique option matériaux souples ,
en trois ans après la troisième
BTS Industries des matériaux souples option A productique ou BTS Industries des matériaux souples option
B modélisme industriel , en deux ans après un bac général, technologique ou professionnel
En matière d'artisanat d'art, la voie d'excellence reste le compagnonnage. Après un CAP ou un BEP,
poursuivre sa formation chez les Compagnons du Devoir est probablement l'un des meilleurs moyens de se
perfectionner. Le principe ? Un tour de France de plusieurs années pendant lequel le stagiaire, puis
l'aspirant, poursuit son apprentissage auprès de professionnels confirmés et soucieux de transmettre leur
savoir-faire aux nouvelles générations.
Exemple(s) de formations menant au métier :
bac pro Artisanat et métiers d'art option vêtement et accessoires de mode
bac pro Métiers de la mode et industries connexes, productique
bac techno STI sciences et technologies industrielles spécialité génie mécanique option matériaux
souples
BEP Métiers de la mode et des industries connexes
BTS Industries des matériaux souples option A productique
BTS Industries des matériaux souples option B modélisme industriel
CAP Chaussure
CAP Maroquinerie
CAP Podo-orthésiste
CAP Sellerie générale
CAP Sellier harnacheur
Sources et ressources
Publication Onisep
Les Métiers de l'artisanat d'art, Parcours, 2003, Onisep
Les Métiers de la mode et du luxe, Parcours, 2004, Onisep
Adresses Utiles
- Fédération française de la maroquinerie , 75001, Paris, 01 42 44 22 44
- Centre technique du cuir, chaussure, maroquinerie , 69367, Lyon, 04 72 76 10 10
- Conseil national du cuir , 75008, Paris, 01 43 59 05 69
- Société d'encouragement aux métiers d'art , 75012, Paris, 01 55 78 85 85
- Les Compagnons du Devoir , 75180, Paris, 01 44 78 22 50
http://www.onisep.fr/onisep-portail/portal/media-type/html/group/gp/page/popup.ideo... 15/02/2008