COP 22 à Marrakech et les défis environnementaux pour la région

Commentaires

Transcription

COP 22 à Marrakech et les défis environnementaux pour la région
N°141
Journal Mensuel indépendant d’informations générales
Directeur de la publication : Abdellah Tidrarine
Novembre 2016
COP 22 à Marrakech et les
défis environnementaux
pour la région Souss-Massa
DOSSIER
P:11,12,13
Faits divers
Un léger P: 06
accrochage
qui se
transforme
en cauchemar
Histoire
Le Grand Prix
d’Agadir P: 14
Comment inculquer Handicapés: les
marginaux d’une
l’esprit d’équipe à
Société indifférente
nos enfants ?
Famille
P: 17
Zoom
P: 15
la course
au béton dans la
région Souss-massa
Enquête
P: 16
12
DOSSIER
Novembre 2016
Des paroles de professionnels qui
comptent dans la région Souss-Massa
La Dépêche du Sud est partie à la rencontre d’entrepreneurs dans différents domaines
d’activités liés à l’environnement. Nous avons récolté leurs témoignages pertinents.
Hassan Aboutayeb, propriétaire de l’éco lodge Kasbah qui a obtenu la médaille d’or aux trophées
internationaux du Tourisme Responsable en novembre 2015 à Londres en qualité de meilleur hôtel
au monde pour la valorisation locale
hotel Atlas Kasbah Ecolodge
Hassan Aboutayeb
C
ombien sommes-nous
à s’être baignés dans
l’Oued près de notre village quand nous étions
petits ? Et puis un jour, plus d’eau,
plus de baignade. Voici l’une des
nombreuses matérialisations du
concept de changement climatique au Maroc. Nous, les Marocains, le connaissons bien car il a
eu et a encore un impact direct sur
nos vies en l’espace de quelques
décennies. Dans ce contexte,
notre pays a su faire preuve d’une
formidable résilience puisqu’il a
été reconnu 4ème pays le plus
écologiste à la COP21.
En effet, notre mode de vie fait
de nous un modèle car, par rapport aux Européens ou aux NordAméricains, nous consommons
bien moins d’eau (exception
faite du jour de l’Achourra…) et
Mohamed Khattou, 29 ans et artiste indépendant, a créé un concept qui lui permet de recycler les pneus usés en les transformant en différents objets. Depuis 2014, son imagination
débordante le situe comme un précurseur dans
le recyclage artistique.
réalisation de Mohammed Khattou
Mohammed Khattou
M
on souhait, avec l’organisation à Marrakech
de la COP 22, c’est que
l’état marocain prenne
en considération les activités artisanales voire artistiques qui
œuvrent pour le respect de l’environnement et la sauvegarde de la
planète, objectifs mondiaux de la
COP 22.
Mon entreprise de recyclage de
pneus UPCYCLEMO, artisanale et
artistique, est maintenant connue à
Agadir et dans toute la région du
Souss, après avoir participé à plusieurs salons de l’artisanat d’art local.
Elle est l’exemple même de ce qui
doit être valorisé pour le respect de
l’environnement tant au Maroc qu’à
l’international.
J’aimerais pouvoir participer avec les
représentants d’Agadir aux manifestations autour des réunions officielles
pour présenter mes réalisations aux
délégations de nombreux pays de
la planète et les faire connaitre au
plan international comme représentatives du Maroc.
C’est un rêve formidable mais réalisable
émettons bien moins de gaz à
effet de serre. Dans un même
temps, l’engagement institutionnel en matière de développement durable (centrale solaire
Noor, plus de sacs plastiques…)
est très avancé. Par conséquent,
accueillir la COP22 dans notre
Royaume est, certes un honneur
mais il est aussi l’aboutissement
des efforts constants des acteurs
locaux, régionaux et nationaux en
matière d’environnement et par
acteurs, j’entends également les
populations locales.
Cet évènement international qui
va se dérouler dans notre pays est
une invitation à coopérer tous ensemble pour relever l’un des plus
grands défis de l’humanité pour
le XXI siècle. Dans cette perspective, il va éveiller ou réveiller les
consciences des citoyens et stimuler et mettre en commun nos
réflexions afin de réinventer notre
société et sa logique consumériste pour mieux gérer nos biens
communs. Devant nous s’ouvre
ainsi une nouvelle ère qui nous
invite à déployer tout notre potentiel et développer de nouvelles
formes de pensées plus en phase
avec nos aspirations humaines.
Comme l’a dit le Prophète : « il n’y
a pas une maladie que Dieu a
créée pour laquelle il n’a pas aussi
créé son remède. » Les solutions
existent mais celles-ci font appel
à un véritable engagement et à
notre intelligence collective.
Parmi le vivier d’opportunités auquel les réflexions ont déjà mené
pour réduire notre empreinte écologique et rétablir autant que possible l’équilibre avec la nature, on
trouve l’économie de la connaissance, le bio mimétisme, l’agroécologie, mais aussi l’économie
circulaire qui a, d’ores et déjà,
commencé à s’implanter dans
notre belle région Souss Massa…
Pour mettre en place ces idées,
il faut des évènements facilitateurs comme la COP22 avec une
grande résonance médiatique.
Par la suite, la mobilisation (éco-)
citoyenne sera la clé de voute
d’une mise en action efficiente.
Depuis 3 ans et demi, Abderhamane Hajfani, a
monté son entreprise environnementale dans
le domaine du traitement des déchets. Une
aventure courageuse qui lui a permis très rapidement d’être présent sur ce marché méconnu
des entreprises.
D
u 7 au 18 Novembre 2016,
Marrakech, ville mondialement reconnue, va accueillir la COP 22, le plus
grand événement annuel
et mondial dédié au Climat et à
l’Environnement. Notre Région Souss
Massa pourrait saisir cette occasion
pour prendre un virage définitif, engagé et indispensable pour son avenir.
Ce virage est celui des métiers verts.
Plus précisément celui du recyclage
industriel et de la protection de l’environnement.
En effet, depuis 20 ou 30 ans, La région d’Agadir a développé une économie basée sur 3 piliers : l’agriculture,
la pêche et le tourisme et, malheureusement pour nous, les deux premiers
piliers sont des freins au développement du troisième. Il faut savoir que
l’agriculture, comme la pêche sont
des activités générant de nombreuses
nuisances dont nous pouvons dresser
une liste non exhaustive : pollution de
l’air, de l’eau et du sol, bref des pollutions potentielles pour tout notre écosystème, sans compter la pollution
visuelle qui, encore plus que les autres,
est néfaste au développement du
tourisme.
La COP 22 pourrait au niveau national
et donc par extension au niveau régional permettre l’engagement total des
autorités en faveur de la création et
Abderhamane Hajfani
de l’encouragement des activités « vertes».
Notre région serait, en particulier, concernée
par la sensibilisation des industriels à la mise en place
au sein de leurs activités de procédure de gestion des déchets, solides
et liquides, en sollicitant nos entreprises
locales spécialisées dans la prise en
charge des déchets industriels. Ainsi,
nous pourrons espérer une amélioration de notre environnement, de notre
image et de notre avenir.
Mais c’est également à nous, professionnels, d’aller au-devant de ces
industriels et, afin de mieux les approcher, nous pouvons vous annoncer la
mise en route au niveau de la région
Souss d’un projet d’Association Professionnelle des Entreprises du Recyclage. En conclusion, nous espérons
que cette COP 22 sera une COP de
l’action.