en cliquant sur ce lien

Commentaires

Transcription

en cliquant sur ce lien
WALLONIE ESPACE INFOS n°85 mars-avril 2016
WALLONIE ESPACE INFOS
n°85
mars-avril 2016
Bulletin bimestriel de l’association Wallonie Espace
Wallonie Espace
WSL, Liege Science Park,
Rue des Chasseurs Ardennais,
B-4301 Angleur-Liège, Belgique
Tel. 32 (0)4 3729329
Skywin Aerospace Cluster of Wallonia
Chemin du Stockoy, 3,
B-1300 Wavre, Belgique
Contact: Michel Stassart,
e-mail: michel.stassart@uwe.be
Le présent bulletin d’infos en format pdf est disponible sur le site de Wallonie
Espace (www.wallonie-espace.be), sur le portal de l’Euro Space Center/Belgium,
sur le site du pôle Skywin (http://www.skywin.be).
SOMMAIRE :
Thèmes : articles
Mentions Wallonie Espace
Actualité : Nouveaux noms au panthéon industriel, décès de l’historien Techspace Aero, ULg, CSL,
du spatial européen Hervé Moulin, dossier Cité Ardente de l’espace (3 Thales Alenia Space Belgium,
exoplanètes « habitables », le bébé-lune liégeois OUFTI-1), infos du
rectorat de l’ULg
1. Politique spatiale/EU + ESA: Enquête européenne sur la stratégie
spatiale, la mine pâle de la Russie spatiale, Corée du Nord non admise à
l’IAF, budget spatial indien en légère hausse, tableau mondial des
constellations en service et en projet,
2. Accès à l'espace/Arianespace : Mobilisation européenne pour contrer
SpaceX, 1er lancement au complexe Soyouz de Vostochny, menace H-3
du Japon pour Ariane 6, micro-lanceur US baptisé Vector
3. Télédétection/GMES : Surveillance continue du globe par des
constellations, impact de la révolution Terra Bella de Google
4. Télécommunications/télévision : haut débit global pour ABS et
Viasat, 1er comsat pour le Bangladesh, Complément MEO et LEO pour
les opérateurs GEO
5. Navigation/Galileo : Galileo ILS à Transinne-Libin
6. Sécurité/Défense : « Satellites espions » exportés par la France
WEI n°85 2016-02 - 1
Page
2
7
SABCA, Thales Alenia Space
Belgium
20
30
Thales Alenia Space
32
ESA BIC Galaxia, RSS,
VitroCiset Belgium
33
34
WALLONIE ESPACE INFOS n°85 mars-avril 2016
7. Science/Cosmic Vision : Vive ExoMars 2020 !
8. Exploration/Aurora : Prochaine décennie sous le signe de la Lune,
SpaceX dès 2019 sur la Planète Rouge, partenariat Luxembourg & Deep
Space Industries pour l’exploitation commerciale des ressources du
système solaire
9. Vols habités/International Space Station : Nouveaux bonds en avant
pour la Chine spatiale, présentation des vols habités chinois et du
programme CSS (China Space Station), notre « Mr Microgravity » en
Chine
10. Débris spatiaux/SSA : Satellites qui deviennent des épaves
11. Tourisme spatial : 3ème réutilisation réussie de la capsule Blue Origin
12. Petits satellites/Technologie/Incubation : Descendance assurée pour
OUFTI-1 avec des Cubesats belges
13. Education/formation aux sciences et techniques spatiales : Euro
Space Center à l’heure chinoise (parcours en mandarin), ESA Space
Academy à Redu-Libin
14. Wallonie-Bruxelles dans l'espace : Les 20 ans de Wallonie Espace Missions spatiales (lancements récents)
34
35
37
ULg
39
39
40
Euro Space Center, ESA Redu
40
Skywin, Amos, Gillam, UCL,
ULg, ULB, CSL, Sonaca,
Spacebel, Thales Alenia Space
Belgium , SABCA, Techspace
Aero, Cegelec, Redu Space
Services, VitroCiset Belgium
Euro Space Center, ULg,
15. Calendrier 2015-2016 d’événements spatiaux pour la Belgique
WSLlux, ESA BIC « Galaxia »,
Sonaca, VitroCiset Belgium,
Techspace Aero, Thales Alenia
Space Belgium, CSL
Annexes-tableaux (en anglais) : Les prochaines missions de l’Europe ULg, CSL
dans l’espace (2016-2024) - Palmarès des succès à l’exportation de
l’industrie spatiale européenne - Commandes à venir pour les satellites
civils de télécommunications et de télévision
Amos, EHP, Thales Alenia Space
Dossiers et livres sur l’odyssée de l’espace
Belgium, CSL, LambdaX,
Deltatec, Sonaca, Techspace
Aero/Safran Aero Boosters,
Cenaero, SABCA
Safran Aero Boosters, Leonardo, Ariane Industries?
Nouveaux noms d’industriels
pour davantage de dynamisme
Trois nouveaux noms vont faire leur apparition au panthéon européen des acteurs
industriels du transport spatial, ayant leur assise en France:
WEI n°85 2016-02 - 2
41
44
46
62
WALLONIE ESPACE INFOS n°85 mars-avril 2016
- Safran Aero Boosters est, à partir de ce 12 mai, le nouveau de Techspace Aero. Le
groupe français entend rappeler son empreinte sur ce qui était FN Moteurs à MilmortHerstal.
- Ariane Industries pourrait être, dès cet été, le nouveau nom d’Airbus Safran
Launchers, une fois que sera finalisé le transfert de fonds et du personnel de Safran à
Airbus Safran Launchers.
- Leonardo sera à partir du 1er janvier 2017 le nouveau nom du groupe industriel
italien Finmeccanica, en référence au génial humaniste Leonardo da Vinci. Thales
Alenia Space et Telespazio représentent les systèmes spatiaux au sein de ce groupe.
Des infos ont circulé que Avio, maître d’œuvre des lanceurs Vega, pourrait le
rejoindre à brève échéance.
Hervé Moulin (1946-2016): l’astronautique européenne
a perdu trop tôt son grand historien de la première heure
L’odyssée de l’espace s’est développée de manière spectaculaire, à la vitesse de
l’éclair grâce à l’action de pionniers volontaires. Notamment en France et en Europe.
L’essor rapide de cette belle et brillante aventure qui a marqué la seconde moitié du
XXème siècle ne pouvait être ignorée des générations de ce XXIème siècle. Hervé
Moulin, électrotechnicien, a vite compris qu’il fallait pour les jeunes préserver la
mémoire de ces ingénieurs, chercheurs et techniciens qui ont fait éclore une Europe
spatiale. Déjà en septembre 1971, il participe à la première session de Space Education
du Congrès international d’Astronautique, à Bruxelles. Il deviendra une cheville
ouvrière de l’IAF (International Astronautical Congress), aux côtés de son épouse,
Annie Moulin qui en dirigea le secrétariat de 1995 à 2009, après avoir participé à
plusieurs Congrès dès 1982 à Paris. Hervé a fait éclore au sein de l’IAA (International
Academy of Astronautics) le Comité d’Histoire de l’Astronautique, qui s’illustre
chaque année au Congrès international d’Astronautique avec des sessions consacrées
au passé prestigieux des activités spatiales dans le monde. A ces occasions, nous
avions toujours plaisir à retrouver cette personnalité d’un dynamisme discret et d’une
efficace curiosité. Au contact de tous les acteurs – ministères, agences, industries,
universités et écoles supérieures - H. Moulin n’avait de cesse de répertorier les
archives – il fallait à tout prix éviter qu’elles ne s’égarent ni se perdent - et de publier
de précieux inventaires qui permettent de ne pas perdre la mémoire de tout ce qui a
contribué, sans tapages, voire dans l’ombre, à l’éclosion et au progrès de
l’astronautique. En 1999, il mettait sur pied l’IFHE (Institut Français de l’Histoire de
l’Espace) qui a son siège au CNES (Centre National d’Etudes Spatiales).
Le 7 avril, après plusieurs mois d’un cancer incurable, Hervé s’est éteint avec le
sentiment du devoir accompli. Il aura surtout réalisé son rêve de décrocher, avec
mention Très Honorable et félicitations du jury, le titre de docteur en Histoire de
l’Université de la Sorbonne. En défendant en janvier 2012 une thèse - désormais
incontournable vu la pertinence de ses recherches et la richesse de ses informations
(plus de 1000 pages) - sur « La politique spatiale de la France 1945-1975 :
indépendance, innovation et dynamique européenne ». Le Professeur Robert Halleux,
académicien en France et directeur du CHST (Centre d’Histoire des Sciences et
WEI n°85 2016-02 - 3
WALLONIE ESPACE INFOS n°85 mars-avril 2016
Techniques) de l’ULg, prévoit - dans le cadre de l’ESA History Project - la parution
prochaine de l’étude universitaire de Hervé Moulin sous la forme d’un ouvrage
« grand public » dans la collection « Explorations » des Editions Beauchesne de Paris.
Dossier Cité Ardente de l’Espace
A dix jours d’intervalle, l’Université de Liège (ULg) a « conquis » le monde de
l’astronomie et de l’astronautique grâce à ses Départements que sont AGO
(Astrophysique, Géophysique et Océanographie), Aérospatiale (alias LTAS) et
Institut Montéfiore. Ils sont à la base des seules maîtrises Science & Technologie
spatiale qui sont enseignées dans la Communauté française Wallonie-Bruxelles.
Trois exoplanètes « habitables »
mises en évidence par des astrophysiciens liégeois d’AGO
Sous la conduite des astrophysiciens Michaël Gillon et Emmanuel Jehin, une équipe
de chercheurs du Département Astrophysique, Géophysique et Océanographie de
l’ULg a créé le buzz au niveau mondial en révélant dans un article de la revue Nature
(numéro du 2 mai 2016), dans le cadre d’un team international, la détection de trois
exoplanètes à 40 années-lumière. Grâce au petit télescope télécommandé TRAPPIST
(Transiting Planets & Planetesimals Small Telescope) de l’ULg, qui est installé à
l’Observatoire La Silla de l’ESO (European Southern Observatory), elle a pu en 2015
déceler la présence de ces planètes « habitables », ayant la taille de la Terre, autour de
l’étoile baptisée TRAPPIST-1, qui est « une naine rouge ultrafroide » à peine plus
grande que Jupiter. Reste à déterminer leur masse : « C’est un gros challenge, mais on
va y arriver. »
Les astrophysiciens liégeois misent sur le projet SPECULOOS (Search for habitable
Planets Eclipsing Ultra-Cool Stars) pour des observations intensives des transits autour
de naines rouges ultra-froides. Il s’agit d’un réseau, officiellement financé en 2017 de
façon majoritaire par l’ERC (European Research Council), de quatre télescopes
robotiques avec un miroir primaire d’1 m de diamètre, réalisés par Astelco : aux côtés
de TRAPPIST, on en aura un au Paranal (Chili) près du VLT (Very large Telescope)
de l’ESO), un au Maroc (Observatoire Oukaïmeden), ainsi qu’un en Arabie Séoudite.
Heureux lancement en Wallonie spatiale :
le nano-satellite liégeois OUFTI-1 est bien né sur orbite!
Plus que jamais, Liège, surnommée Cité Ardente, a non seulement la tête dans les
étoiles, mais surtout un bébé-lune ! Il est 1 h 50, le 26 avril : un nano-satellite de
fabrication liégeoise évolue sur orbite ! OUFTI-1 (Orbital Utility for
Telecommunication Innovation) a survécu à l’épreuve de son lancement, comme on a
pu très tôt le diagnostiquer en captant au sol de parfaits bip-bips. C’est au tour de
l’Institut Montéfiore d’entrer en action pour s’en servir comme relais orbital de
communications numériques entre les radio-amateurs. C’est un Cubesat de moins de 1
WEI n°85 2016-02 - 4
WALLONIE ESPACE INFOS n°85 mars-avril 2016
kg, qui tient dans la paume d’une main. Enfermé au fond d’un long boîtier de
déploiement, OUFTI-1 se trouvait sous la coiffe du lanceur Soyouz de fabrication
russe (*) qui a décollé le 25 avril, à 23 h 02 depuis son ensemble de lancements du
Centre Spatial Guyanais (CSG). Il fut le dernier du trio de Cubesats à être éjecté sur
orbite entre 465 et 665 km. Il a fallu patienter 2 heures et 48 minutes d’une manœuvre
sur orbite - pendant deux tours de Terre - pour que les trois Cubesats étudiants soient
expédiés hors du dispositif d’éjection. Chaque nano-satellite prenait alors son
autonomie en déployant ses antennes.
(*) Il s’agit d’un modèle amélioré de la fusée Semyorka qui fut conçu dans les années 50 et
qui permit la mise sur orbite du premier Spoutnik le 4 octobre 1957. Il est produit à Samara au
rythme d’un exemplaire par mois. Il s’agissait le 25 septembre du lancement du 1859 ème
Soyouz, mais le 14ème depuis le port spatial de l’Europe. Le suivant devait inaugurer le 27
avril le nouveau cosmodrome russe de Vostochny dans l’Extrême-Orient. Seul équipement
européen à bord du Soyouz guyanais : un système de sauvegarde réalisé par Thales Alenia
Space Belgium.
Cet envol du 14ème « Soyouz guyanais » s’est fait attendre. Il a fallu s’y prendre à
quatre reprises. Les deux premières tentatives - prévues le 22, puis le 23 avril devaient être reportées à cause d’une météo rendue capricieuse par des vents en haute
altitude. La troisième était arrêtée par une anomalie technique qui nécessitait le
remplacement de la centrale inertielle du lanceur. Le quatrième essai fut le bon avec
un lanceur Soyouz s’élançant dans le ciel de Guyane, illuminé par un lumineux soleil
couchant.
Après 24 minutes de vol était déposé à quelque 686 km le satellite d’observation radar
Sentinel-1B. Cet observateur « tous temps » de 2.164 kg a rejoint son frère jumeau, le
Sentinel-1A en service depuis octobre 2014. Le duo, qui est complété par des Sentinel2 et -3 équipés de senseurs optiques, est destiné au système Copernicus (**) de la
Commission européenne. Le Groupe SAR (Synthetic Aperture Radar) du CSL (Centre
Spatial de Liège) a développé les algorithmes pour le décryptage complexe des
données SAR des Sentinel-1.
(**) Copernicus et Galileo sont les deux programmes-phares que l’Union européen met à la
disposition du monde entier. Le premier, avec une vingtaine de satellites prévus jusqu’en
2030 est un système opérationnel de surveillance globale pour l’environnement et la sécurité.
Le second, en déployant une trentaine de satellites civils de navigation dès 2020, offrira des
services de géo-localisation plus performants que ceux du GPS américain.
Priorité à Ariane 6 au Port européen pour l’Espace
A Kourou, la délégation liégeoise conduite par le recteur a rejoint le groupe des VIP et
médias invités par la société de transport spatial Arianespace, l’ESA (Agence spatiale
Européenne), Thales Alenia Space et le CNES (Centre National d’Etudes Spatiales,
respectivement maîtres d’œuvre de Sentinel-1B et du satellite scientifique français
Microscope. Celui-ci était le dernier placé sur son orbite 1 heure 29 minutes après
OUFTI-1. Avant le lancement, une visite des installations du Centre Spatial Guyanais WEI n°85 2016-02 - 5
WALLONIE ESPACE INFOS n°85 mars-avril 2016
alias le Port européen pour l’Espace - a permis de se familiariser avec cette
infrastructure de lancements dont dispose l’Europe, grâce à la France, sur la côte
atlantique du continent sud-américain.
Outre un imposant complexe industriel pour la production des propulseurs à poudre et
de propergols, ainsi que des bâtiments destinés à la préparation des satellites à lancer,
le CSG comprend trois ensembles de lancements spécifiques : ELA-3 pour les
préparatifs et les vols du puissant lanceur Ariane 5 (capable de satelliser plus de 10 t
entre 200 et 36.000 km), ELS pour les vols de la fusée russe Soyouz (4,5 t en orbite
polaire), SLV (Site de Lancements Vega) pour la mise en œuvre du petit lanceur Vega
(1,5 t en orbite polaire). On a fait connaissance avec le chantier qui a démarré en 2015
pour la réalisation d’ELA-4 destiné aux lancements Ariane 6 à partir de 2020. Le
chantier a deux mois d’avance sur le planning. Dans deux ans, le gros œuvre sera prêt
à accueillir les équipements pour la mise en œuvre du lanceur européen de nouvelle
génération.
Albert Corhay, le recteur de l’Université de Liège, se trouvait à la tête d’une
délégation composée de trois professeurs, de deux chercheurs, d’un chargé de
communication. Tous ont pu se rendre compte de l’ampleur des moyens de lancements
que les Européens mettent en œuvre afin d’être en première ligne pour l’accès à
l’espace. « Comme président du Conseil d’administration du CSL (Centre Spatial de
Liège), je suis très impressionné par l’importance des moyens qui sont proposés en
Guyane française pour que les satellites testés à Liège puissent être mis sur orbite
dans les meilleures conditions. ». Par ailleurs, il a pu aborder des possibilités de
coopération inter-universitaire lors d’une rencontre avec Geneviève Fioraso, exMinistre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche (de mai 2012 à mars 2014),
ainsi qu’avec le recteur de l’Université de Guyane à Cayenne.
Dans l’orbite de LEODIUM, projet de Liège Espace
OUFTI-1 se trouve sur orbite pour au moins 25 ans. L’idée d’un satellite étudiant
wallon remonte à 2004 au sein de Liège Espace, groupement de réflexion des acteurs
du spatial liégeois. Avec un projet pédagogique de technologie spatiale, baptisé
LEODIUM (Lancement En Orbite de Démonstrations Innovantes d’une Université
Multidisciplinaire), qui rappelle le nom latin de la Cité Ardente au Moyen Age. En
septembre 2007, Jacques Verly et le radio-amateur Luc Halbach avaient l’idée d’une
mission inédite pour le Cubesat OUFTI : connecter en numérique les radio-amateurs
du monde entier. L’ESA, à la suite d’une sélection, l’incorporait dans son programme
éducatif « Fly Your Satellite ! ». A présent, le développement et le lancement réussis
du nano-satellite liégeois font prendre conscience que la Wallonie peut faire plus et
mieux à l’heure de la démocratisation du secteur spatial.
L’ULg, pour Eric Haubruge, premier vice-recteur, est appelée à jouer un rôle
primordial dans l’innovation technologique par le biais de très petits satellites au
service des besoins de la société. Il définit les contours de la stratégie universitaire en
parfaite synergie avec les acteurs industriels du Pôle Skywin de Wallonie: « On a une
WEI n°85 2016-02 - 6
WALLONIE ESPACE INFOS n°85 mars-avril 2016
réflexion au niveau de nos facultés afin d’identifier une ligne productrice qui part de
la donnée à acquérir et à traiter jusqu’au concept de nano-satellite à développer et à
exploiter. Cette démarche doit permettre de nous positionner comme centre
d’excellence pour l’espace.» Et de préciser : « Construire des satellites sans savoir à
quoi ils peuvent servir, c’est un risque industriel qu’on ne peut accepter. Mieux vaut
partir de la donnée avec les multiples services qu’elle peut rendre en agriculture,
cartographie, cadastre, sécurité, protection de l’environnement, lutte contre les
pollutions… » De quoi amorcer, sans tarder, l’après OUFTI-1.
Les immatriculations d’OUFTI-1
Le nano-satellite liégeois, enregistré comme objet spatial de la Belgique, a reçu les
immatriculations suivantes :
- 2016-25D pour sa numérotation internationale COSPAR : il s’agit de l’objet D du
25ème lancement de l’année 2016.
- 41460 dans le catalogue militaire NORAD (Département américain de la Défense) :
il est le 41.460ème des objets satellisés (et identifiés sur orbite) depuis Spoutnik-1 en
1957
Quid d’un OUFTI-2 ? Le recteur A. Corhay a reconnu le bon investissement que
représentaient le développement et l’exploitation à l’ULg du Cubesat étudiant.
« L’Université a investi de l’argent à côté d’organismes institutionnels, comme
Belspo et l’ESA qui ont soutenu le projet dès le début. Je peux vous dire que c’est un
bon investissement en termes de recherche et de notoriété au niveau international. Ce
qui a des répercussions sur notre enseignement. Ainsi nous organisons en langue
anglaise les maîtrises à orientation « espace » de nos facultés des sciences et sciences
appliquées. Demain, nous espérons changer la donne pour pouvoir rendre ces
maîtrises plus internationales, avec plus d’étudiants venant d’Europe et du monde
entier. Mais, alors que je suis économiste et spécialiste financier, je suis incapable
d’établir le coût détaillé d’OUFTI-1. Il est difficile de chiffrer les bonnes volontés qui
y ont contribué sans compter leurs heures depuis huit ans et demi. On n’a établi aucun
plan d’affaires. Mais pour un OUFTI-2, on ne devrait pas y échapper. »
Il a quelque peu levé le voile sur ce projet OUFTI-2 : « Notre premier nano-satellite
qui a été construit de A à Z par des chercheurs et étudiants, sans passer par un maître
d’œuvre industriel, nous donne une expertise qu’il s’agit d’exploiter. Si nous
n’entreprenons pas OUFTI-2 au plus vite, cette expertise risquera de disparaître. Une
réflexion est en cours en Région wallonne. Il y a une décision importante à prendre
pour faire fructifier le savoir-faire qu’on a acquis avec OUFTI-1 pour des services de
télécommunications. L’idée d’une mission d’applications transversales fait son
chemin. On projette de tirer parti du potentiel de plusieurs de nos facultés aux côtés
des acteurs de l’industrie spatiale wallonne. Pour moi, OUFTI-2 devrait être un outil
destiné à l’observation de la Terre, outil dans lequel seront associés nos spécialistes
de géographie, économie, agronomie, urbanisme, sciences de l’environnement… »
1. Politique spatiale EU + ESA
WEI n°85 2016-02 - 7
WALLONIE ESPACE INFOS n°85 mars-avril 2016
1.1. L’Union européenne face à la dimension spatiale :
lancement de la consultation pour une nouvelle stratégie
- réponses à un questionnaire pour le 12 juillet prochain
Comme annoncé dans le bulletin n°84, la Commission européenne va définir à la fin
de l’année une feuille de route pour sa stratégie spatiale, autour d’objectifs à atteindre.
Le 16 avril, elle a lancé une vaste consultation auprès des citoyens dans les 28 Etats
membres de l’Union. Vous pouvez participer – en anglais ou en français ou en
allemand - en remplissant le questionnaire très détaillé pour le 12 juillet au plus tard.
Voir sur le site http://eceuropa.eu.growth/ la rubrique « Public consultation on a Space
Strategy for Europe ». Si vous êtes partie prenante de cette enquête unique en son
genre, vous disposerez d’une documentation pour vous éclairer dans la compréhension
du questionnaire, dont plusieurs volets concernant les programmes Copernicus et
Galileo.
1.2. La Russie spatiale pour les dix ans à venir :
une peau de chagrin… si on se réfère au plan budgétaire de Roscosmos
La Russie spatiale, si elle reste fort active en matière de lancements et pour la desserte
et ravitaillement de l’ISS (International Space Station) - ce qui lui assure régulièrement
des rentrées financières -, voit ses ressources budgétaires fondre comme neige au
soleil. En cause : la crise du rouble qui ne cesse de dévaluer, l’effondrement des cours
du pétrole et du gaz, la hausse des dépenses pour les interventions militaires de
Moscou en Syrie.... Le Kremlin s’est soucié de donner un nouveau look – et, on
l’espère, un nouvel essor - à Roscosmos, mais il lui faut revoir à la baisse les
perspectives de son programme spatial. Les projets de mise au point d’un lanceur lourd
- jusqu’à 150 t en orbite basse - et de l’arrivée de cosmonautes sur la Lune en 2030
restent à l’ordre du jour, mais doivent être mis au frigo dans l’attente de jours
meilleurs pour la cosmonautique russe.
Le budget proposé début 2015 était de 2.000 milliards de roubles - quelque 25
milliards € - jusqu’en 2025. Soit environ 2,5 milliards € par année. Il ne cesse d’être
revu à la baisse. Finalement, le budget 2016-2025 de la Russie spatiale – sans
compter les dépenses du Ministère de la Défense en matière de satellites – se
trouve plafonné à 1.400 milliards de roubles ou 18,5 milliards €. Soit moins de 2
milliards € par année ! Soit à peine 1/10 du budget de la NASA et le double de celui de
l’Inde spatiale ! Par ailleurs, ce budget aurait été gelé pour les 3 prochaines années –
période 2016-2018 – au niveau de 104,5 milliards de roubles ou 1,2 milliards €…
Néanmoins, Igor Komarov, directeur de Roscosmos, mise toujours sur 205,1 milliards
de roubles (2,35 milliards €), c’est-à-dire le double, afin de pouvoir poursuivre un
programme d’exploration lunaire avec des sondes automatiques (LunaGlob/Luna-25
sur la Lune, Luna-26 en orbite lunaire, Luna-27 pour le retour d’échantillons...
Ainsi l’avenir de la cosmonautique russe est marqué par bien des incertitudes
financières. Néanmoins, Roscosmos se dote d’un nouveau cosmodrome à Vostochny
WEI n°85 2016-02 - 8
WALLONIE ESPACE INFOS n°85 mars-avril 2016
dans l’Extrême-Orient. Son développement qui passe par la construction d’une cité
constitue l’autre chantier grandiose du Président Poutine, après celui des Jeux
Olympiques de Sotchi. Si le centre de lancements de Vostochny a été inauguré le 28
avril (après un report d’1 jour, ce qui a déplu au Président venu en personne à ce vol
inaugural) par le doyen des lanceurs russes - un Soyouz 2.1a dérivé du missile
intercontinental Semyorka des années 50 ! -, il servira à l’exploitation de la famille
Angara de ses lanceurs de nouvelle génération, qui sont produits par Khrounichev.
Roscosmos annonce le planning des lancements civils au moyen de modèles Angara,
comme le montre le schéma russe:
2019 : premier lancement d'Angara-A5 de Vostochny, avec le premier satellite relais
Loutch-5M
2019 : lancement d'Angara-1.2 de Plesetsk avec un trio de satellites Gonets-M
De 2021 à 2025 : cinq vols d'Angara-1.2 de Plesetsk dans le cadre du programme
fédéral (civil, donc)
2021 : lancement d'Angara-A5 de Vostochny avec le 2ème satellite relais Loutch-5M
2021 : lancement d'Angara-A5P de Vostochny pour le premier vol d'essai du
vaisseau Federatsia (qui doit prendre la relève du vénérable Soyouz, conçu dans les
années 60, certes modernisé pour emmener les astronautes de la NASA, de l’ESA, de
l’ASI, de la JAXA…)
WEI n°85 2016-02 - 9
WALLONIE ESPACE INFOS n°85 mars-avril 2016
2022 : lancement d'Angara-A5 de Vostochny avec le 3ème satellite relais Loutch-5M
2023 : lancement d'Angara-A5P de Vostochny pour le deuxième vol d'essai du
vaisseau Federatsia
2023 : lancement d'Angara-A5P depuis Vostochny pour le premier vol habité de
Federatsia
2024 : lancements depuis Vostochny d'Angara-A5 avec le 4ème satellite relais Loutch5M, la sonde martienne Boumerang (Phobos-Grunt 2), la sonde Luna-Grunt (deux
missions avec la participation de l’ESA)
2025 : lancement d'Angara-A5 de Vostochny avec le satellite météo de nouvelle
génération Electro-M.
1.3. La NADA nord-coréenne : « persona grata »
à la Fédération Internationale d’Astronautique – les raisons
Notre commentaire du bulletin précédent sur la fin de non-recevoir de la NADA,
agence aérospatiale nord-coréenne, pour devenir membre de la communauté de l’IAF
(International Astronautical Society) a suscité des réactions. Dont celles de Gérard
Brachet, qui occupa des fonctions importantes au CNES – notamment pour
l’observation de la Terre) – avant d’en devenir directeur général (de juillet 1997 à
décembre 2003). Conseiller du COPUOS (Committee for the Peaceful Uses of Outer
Space) de l’ONU, ainsi que de plusieurs instances internationales concernées par la
télédétection spatiale, il nous a adressé ces précisions d’un grand intérêt :
« Concernant l’IAF et la demande d’adhésion de la National Aerospace Development
Administration (NADA) de la Corée du Nord, la situation est la suivante : la Corée du
Nord [Etat membre de l’ONU] est soumise à un régime de sanctions décidées par le
Conseil de Sécurité des Nations Unies en raison de son activité nucléaire militaire et
de missiles balistiques. Concrètement, cela se traduit par une liste de personnes et
d’organisations ciblées par ces sanctions avec lesquelles il est fortement déconseillé,
voire interdit, de travailler. La NADA fait partie de cette liste.
De plus, l’Union européenne a décidé des sanctions encore plus sévères. Celles-ci
interdisent toute relation avec les organisations ainsi désignées au sein de la Corée du
Nord. Ces interdictions s’imposent à toute entité enregistrée dans un pays au sein de
l’Union européenne, et donc à l’IAF qui est une association de droit français. »
Ce n’est pas dans un avenir immédiat que la Corée du Nord, qui joue l’Etat troublefête à hauts risques, sera autorisée à faire partie de la famille mondiale de
l’astronautique. Nos diplomates devraient comprendre qu’en fermant la porte à la
NADA, on ne peut bien se faire une idée de ce que Pyongyang trame de faire autour de
la Terre. Les moyens de construction récente dont dispose la NADA, ont été révélés
par la très officielle KCNA (Korean Central News Agency), à coups de vidéos et
photos, à l’occasion de reportages sur des visites « sur le terrain » du Chef suprême
Kim Jong-Un. On peut s’interroger sur la réalité présente lors de ce show médiatique
qui ressemble à de la propagande.
WEI n°85 2016-02 - 10
WALLONIE ESPACE INFOS n°85 mars-avril 2016
Depuis le début de l’année, Kim Jong-un n’a cessé de multiplier les provocations sur
base de réalisations technologiques à mettre à l’actif des ingénieurs et chercheurs de la
KPA (Korean People’s Army). Il a assisté en personne à ces audaces, lesquelles ont
fait l’objet de condamnations au niveau international, y compris par la Russie et la
Chine. De quoi mettre la pression sur ses voisins, décrits comme étant belliqueux par
Pyongyang, que sont la Corée du Sud et le Japon. Ainsi chaque mois de 2016 a-t-il été
marqué par ‘une surprise’ de la Corée du Nord :
- 6 janvier : essai souterrain d’une bombe H (fusion d’hydrogène), mais des
spécialistes pensent qu’il s’agirait d’une bombe A améliorée.
- 7 février : depuis le centre de lancements du Sohae satellite Launching Station,
satellisation du petit satellite d’observation Kwangmyongsong-4 au moyen du lanceur
à trois étages Unha-3, mais la NADA n’a, à ce jour, diffusé aucune photo prise par
‘son satellite’…
- 15 mars : test apparemment concluant d’un cône pour véhicule de rentrée destiné à
un missile balistique à longue portée - sans doute l’ICBM KN-08 ou KN-14 des
années 2020 -, à l’usine de production des missiles, qui est implantée à Chamjin ; un
propulseur au banc a servi à éprouver la résistance thermique de la pointe de la fusée.
- 24 mars : essai d’un propulseur à poudre (1,25 m de long, 3 m de diamètre), ce qui
signifierait le développement d’un missile à propulsion solide.
- 9 avril : test d’un propulseur à liquides, plus puissant, sur le banc d’essais vertical du
site de Sohae Satellite Launching Station, où sont mis en œuvre les Unha-3, dans
l’attente d’un lanceur plus performant.
- 23 avril : lancement réussi d’un nouveau missile à propulsion solide depuis un sousmarin en plongée.
Les photos prises par les satellites Pleïades HR d’Airbus Defense & Space et
WorldView/GeoEye de DigitalGlobe permettent de surveillance depuis l’espace les
activités sur les points névralgiques de la stratégie nord-coréenne en matière
d’armement nucléaire et de systèmes de lancement. Leur analyse minutieuse par des
spécialistes américains fait l’objet de présentations sur le site http://38north.org
1.4. Le budget spatial indien 2016-2017 :
Autonomie assurée par des ressources en hausse
Avant chaque printemps, à Delhi, la plus importante démocratie discute ses priorités
financières : les budgets proposés par les Ministères du gouvernement fédéral indien
font l’objet de débats au Sansad, le Parlement de l’Inde, afin d’être approuvés pour le
1er avril. C’est le dernier jour ouvrable de février – cette année, le 29 février -, que sont
annoncées les propositions qui représentent pour 2016-2017 un effort financier fédéral
de 19.780.604 ,5 millions de roupies, soit plus de 262,2 milliards €. Rappelons que
l’Inde est une démocratie de 1.265,8 millions d’habitants dont il faut gérer les
ressources, et les risques, organiser l’urbanisme des mégalopoles, les communications
et les technologies de l’information… Le Department of Space - l’Inde est le seul
Etat au monde à avoir un Ministère de l’Espace - fait partie des outils de gestion et
d’organisation grâce à des satellites de télécommunications, de télédétection, de
navigation, qui sont, si possible, par les lanceurs nationaux PSLV et GSLV.
WEI n°85 2016-02 - 11
WALLONIE ESPACE INFOS n°85 mars-avril 2016
C’est l’ISRO (Indian Space Research Organisation), l’agence spatiale indienne, qui
doit mener à bien le programme de l’Inde dans l’espace. Via le Department of Space,
il a fait connaître ses besoins financiers pour l’année budgétaire 2016-2017 (du 1er
avril au 31 mars) : le budget demandé s’élève à 75.091 millions de roupies ou 994,1
millions € (c’est-à-dire 19 % du budget de l’ESA, à peine 0,038 % du budget total
indien). Il est en légère hausse - de l’ordre de 7.5 % - par rapport à l’investissement
2015-2016. Vu le coût de vie peu élevé des Indiens, l’ISRO est en mesure de relever
des défis technologiques et même scientifiques de grande ampleur dans le domaine
spatial. Notamment l’accès autonome à l’espace pour des missions sur les orbites
polaires et géostationnaires, ainsi que pour l’envoi de sondes « made in India » vers la
Lune et Mars !
Plus de 20 satellites indiens avant 2020 !
Dans sa présentation des financements souhaités, le Department of Space ne donne pas
cette année une vision détaillée des activités auxquelles sont affectées les finances. Il
est uniquement question des dotations pour les principaux centres, laboratoires et
instituts de l’ISRO. Seul le programme de science spatiale est l’objet d’une répartition
pour ses missions, comme Aditiya (surveillance de notre étoile), Astrosat
(observations d’astronomie), Chandrayaan-2 (expériences sur lander et rover lunaires).
Le système Insat de satellites de télécommunications et de télévision - en
préparation : jusqu’à 9 Gsat de plus en plus performants, 1 dans le cadre d’un projet
pour la SAARC (South Asian Association for Regional Cooperation) -, reçoit 105,4
millions €. Les notes à la fin de la proposition budgétaire donnent quelques indications
sur les réalisations en cours et en projet.
Le VSSC (Vikram Sarabhai Space Centre), le principal centre de l’ISRO, implanté à
Thiruvananthapuram (à la pointe de l’Inde), se voit octroyer près de 243 millions €. Il
est responsable des programmes les plus ambitieux pour l’accès indépendant de l’Inde
à la dimension spatiale : le développement du lanceur lourd GSLV MkIII (4 t en orbite
de transfert géostationnaire) pour une première mise sur orbite en 2017, l’amélioration
des performances du PSLV (en service opérationnel et proposé à des lancements
commerciaux), la maîtrise de la propulsion kérolox (kérozène-oxygène liquide) pour la
famille ULV (Unified Launch Vehicle) des lanceurs indiens de la prochaine
génération, dont certains éléments seraient réutilisables....
Afin de faire face à la demande accrue de lancements, le SDSC (Satish Dhawan Space
Centre, sur l’île de Sriharikota (près de Chennai, alias Madras), doit être agrandi. Un
second bâtiment d’assemblage vertical, avec un 3ème ensemble de lancements, doit
servir de redondance pour intégrer les lanceurs PSLV et GSLV. Un budget d’environ
50 millions € lui est alloué. Par contre, la technologie destinée à un vaisseau spatial
habité n’a plus la cote et reste au stade de pré-projet.
Pour sa technologie sur orbite, l’Inde met en œuvre des systèmes qui servent à mieux
organiser une société indienne caractérisée par une population jeune, multi-culturelle,
WEI n°85 2016-02 - 12
WALLONIE ESPACE INFOS n°85 mars-avril 2016
pluri-ethnique, sous influence des castes. Le recours à des satellites de télédétection
doit être garanti pour la continuité des données sur un environnement très contrasté, la
disponibilité des ressources en eau, pour la gestion des risques météorologiques et
naturels… L’ISRO, dans son centre de Bengaluru (ex-Bangalore), a en développement
une dizaine de satellites d’observation pour être lancés avant 2020 par des PSLV et
GSLV depuis le SDSC. A savoir : Cartosat-2C (à lancer en mai 2016), -2D (avril
2017), -2E (fin 2017), Cartosat-3 (mars 2018), -3A (mars 2019), Resourcesat-2A
(juillet 2016), Scatsat (juillet 2016), Oceansat-3 (juillet 2018), Oceansat-3A (décembre
2019), GIsat (satellite géostationnaire pour des images d’une résolution de 50 m, en
2017).
Pour le début de la prochaine décennie, l’ISRO coopère avec le JPL (Jet Propulsion
Laboratory) de la NASA pour la mission NI-SAR (NASA-ISRO Synthetic Aperture
Radar) d’un important satellite doté de radars dans les bandes L et S, qui viendra
compléter les observations des Risat-1A et -2A dans les bandes C et X. En fait, l’Inde
dispose déjà d’un ensemble de satellites qui ne sont pas sans rappeler les Sentinel du
système Copernicus de l’Union européenne, mais avec la possibilité de prendre des
vues à très haute résolution pour une cartographie régulière du territoire avec une
haute précision!
Enfin, l’Inde en matière de navigation par satellites, à des fins régionales, a pris de
vitesse le système Galileo de l’Union européenne. Elle est en train de terminer le
déploiement de sa constellation IRNSS (Indian Regional Navigation Satellite System),
déjà opérationnelle, avec 7 satellites de navigation à usage dual, équipés chacun de 3
horloges atomiques au rubidium, qui évoluent sur des trajectoires géostationnaires. Six
sont déjà sur orbite avec les lancements, cette année, d’IRNSS-1E (20 janvier) et
d’IRNSS-1F (10 mars), puis d’IRNSS-1G (prévu le 28 avril). D’ores et déjà, l’ISRO a
mis à l’étude la prochaine génération IRNSS. L’Inde spatiale n’a pas fini de
surprendre.
Budget 2016-2017 de l’Inde spatiale: comparaison avec ce qui a pu
être réalisé durant 2015-2016 en millions € (tableau établi en février 2016)
Budget spatial indien (principaux programmes)
2015-2016
(réalisé)
2016-2017
(demandé)
Technologie spatiale : Vikram Sarabhai Space Centre (VSSC), Indian
Inertial System Unit (IISU), Liquid Propulsion Systems Centre (LPSC),
ISRO Propulsion Complex (IRPC), ISRO Satellite Centre (ISAC) ,
Laboratory for Electro-Optics System (LEOS), Satish Dhawan Space
Center (SDSC), ISRO Telemetry Tracking & Command Network
(ISTRAC), Master Control Facility (MCF)…
Applications spatiales : Space Applications Centre (SAC), Development &
Educational Communication Unit (DECU), National Remote Sensing
Centre (NRSC), Indian Institute of Remote Sensing (IIRS)…
Système Insat de satellites de télécommunications et de télévision
Technologie des satellites (IRNSS, Gsat, GIsat, Cartosat, NISAR avec la
NASA,…)
Science spatiale : missions Aditaya, Astrosat, Chandrayaan-2, projet
331,65 + 117 ?
656,15
128,2
134,97
155
129,1 ?
105,38
70,6 ?
13,28
23,67
WEI n°85 2016-02 - 13
WALLONIE ESPACE INFOS n°85 mars-avril 2016
Xposat, Space Docking Experiment…
Secrétariat/administration Department of Space – Services économiques
19,6 + 3,60
TOTAL
~ 924.150 ?
(c) Space Information Center Belgium
Note : cet article est paru dans Air & Cosmos, n°2497 (22 avril 2016)
3,72
~ 994.136 ?
1.5. La nouvelle mode des constellations : vers une prolifération des
satellites de télécommunications, de navigation, d’observation, de science
Table Civilian Constellations of Satellites
for Space Science & Applications
A constellation of satellites consists of almost five identical spacecraft using the same
payload. The most famous constellations concern global positioning applications
through time synchronization with atomic clocks around the Earth. Remote sensing
systems for daily imagery anywhere around the globe will add an innovative
dimension for the continuity in environmental monitoring, in quasi-live traffic
surveillance, in quick detection of adverse or non-registrered ships… With the
development of ultra-miniaturized satellites using MEMS (Micro-Electro-Mechanical
Systems), with the advent of reliable ‘Triple Cubesat’/nanosatellite technologies, the
deployment of large constellations is getting a significant push-ahead during this ‘New
Space’ age. The problem, which has to be solved at international political level,
concerns the increasing risk of space pollution, due to the growing number of very
small elements around the Earth.
Il y a une prolifération de satellites qui est inquiétante pour l’environnement
spatial. Certes, il y aura beaucoup d’appelés et peu d’élus.
in service
in development
in prospect
in blue : constellation for earth observations
NAME (satellites/start)
Operator
[web site]
(country)
AQUILA SPACE (up to 28
Aquila Space + Astro
Cubesat-type microsats : 8 Corvus
Digital + Dauria
Broad Coverage + 20 HD
Aerospace ?
LandMapper/USA + Russia ?)
[http://www.aquilaspace.com/]
BDS-BEIDOU (14, up to 30 -2007)
China Satellite
[http://en.beidou.gov.cn/]
Navigation Office
(China)
BLACKSKY GLOBAL (up to 60
microsats of 50 kg)
[http://www.blacksky.com/]
BlackSky Global
(USA)
Purpose/specifications
(operational date)
Earth
observations/optical.
First two experimental
satellites in 2016-2017
(2019-2020)
Global
navigation/with GEO
and MEO navsats
(2020)
Earth
observations/optical
high-resolution
(Pathfinder-1 & -2 to
be launched in mid-
WEI n°85 2016-02 - 14
Manufacturer (country)
[Launcher/Company]
Elecnor Deimos Space
(Spain) + Dauria
Aerospace (Russia) ?
[Dnepr or ?/Kosmotras
or ?]
CAST (China)
[Long March
3A/CALT]
Spaceflight Services as
prime + Exelis for
payload (USA)
[PSLV/ISRO-Antrix,
TBD/US company ?]
WALLONIE ESPACE INFOS n°85 mars-avril 2016
2016, Global-1 to -4
demonstrators in 2017,
2019-2020 ?)
Global internet
connectivity with
compact systems,
especially for M2M
and governmental
purposes (2020)
Astrophysics :
photometric
observations of the
brightest stars with
nano-satellites (2014)
BLINK ASTRO/SPACEWORKS
( many tens of data relay microsats
based upon the Cubesat platform)
[http://blinkastro.com]
Blink Astro LLC
(USA)
BRITE/CANX-3 (5, up to 8 2012)
[http://www.briteconstellation.at/]
UTIAS (Canada Austria – Poland)
COMMSTELLATION (up to 72 in
LEO/ ?)
[http://www.commstellation.com/]
CONSTELLATION
GENERATION 3 (up to 16
smallsats : 8 optical + 8 radar ;
use of optical systems onboard ISS
[https//www.urthecast.com/]
Microsat Systems
Canada Inc (Canada)
Global backhal &
connectivity ( ?)
Urthecast + Elecnor
Deimos Space
(Canada)
COPERNICUS SENTINEL-1
(up to 4 1st-generation EO
satellites with C-band radar
system [https://earth.esa.int/ &
https://sentinels.copernicus.eu/]]
COPERNICUS SENTINEL-2
(up to 4 1st-generation EO
satellites with multispectral
imager) [https://earth.esa.int/ &
https://sentinels.copernicus.eu/]
ESA + European
Commission
(Europe)
COPERNICUS SENTINEL-3 (up
to 4 1st-generation EO satellites
with imaging spectrometer + SAR
Radar Altimeter)
[www.eumetsat.int/ &
https://sentinels.copernicus.eu/]
COSMO-SKYMED
(4 + 2/2007)
[http://www.e-geos.it/]
Eumetsat + ESA
(Europe)
ASI & e-GEOS
(Italy)
Earth observation :
high-resolution
optical sensors and
X- & L-bands radar
systems (2 Deimos
satellites since July
2009 & June 2014 ,
2020)
Earth observations
with C-band SAR (2
in orbit since April
2014 and April 2016,
2 for 2021, 2025 ? )
Multispectral images
of 10-m resolution,
with 290-km wath
(1st launched in June
2015, 3 in 2016, 2021
and 2025 ?)
Ocean & land color
instrument and radar
altimeter (1st
launched in February
2016, 3 in 2017, 2021
and 2025 ?)
Earth observations
/radar (2011 & 2018)
DEIMOS PERSEUS
(up to 8/2015)
PanGEO*
(International)
Global remote
sensing/high- &
ESA + European
Commission
(Europe)
WEI n°85 2016-02 - 15
SpaceWorks Enterprises
(USA)
[TBD/US company ?]
UTIAS (Canada) +
Graz Un Tech (Austria)
+ Polish Academy of
Sciences (Poland)
[PSLV/ISRO,
Dnepr/Kosmotras,
Long March 4B/CALT]
Microsat Systems
Canada Inc [TBD]
Urthecast (Canada) +
Deimos Space (Spain) +
SSTL (UK) [TBD]
Thales Alenia Space +
Airbus D&S (Europe)
[Soyuz-Fregat from
Kourou/ Arianespace]
Airbus Defense &
Space (1st launch with
Vega/Arianespace, 2nd
with Rokot/Eurockot, 3
& 4 with
Vega/Arianespace)
Thales Alenia Space (1st
launch with Rockot
/Eurockot, other 3 to be
launched by
Vega/Arianespace)
Thales Alenia Space
(Italy)
[Delta II/ULA]
Dauria Aerospace
(Russia)+ Urthecast
WALLONIE ESPACE INFOS n°85 mars-avril 2016
[http://www.dauriaspace.com/ &
http://www.deimos-space.com/]
DMC/DISASTER
MONITORING (up to 7/2002)
[http://www.dmcii.com/]
DMCII (UK +
International)
FIRESAT (project of up to 200
infrared sensors onboard Cubesattype nano-satellites or as hosted
payloads
[http://www.firesat.info/]
FORMOSAT-3/COSMIC-1
(up to 6/2006)
[http://www.nspo.org.tw/]
Quadra Pi R2E + JPL
(USA)
FORMOSAT-7/COSMIC-2
(up to 12/2016)
[http://www.nspo.org.tw/]
NSPO/NOAA
(Taïwan/USA)
GALILEO FOC**
(in service : 3 IOV + 6 FOC
satellites ; up to 30 in MEO/2011)
[http://www.gsa.europa.eu/]
European
Commission
/ESA (Europe)
GEOOPTICS-CICERO
GeoOptics + JPL +
University of
Colorado Laboratory
for Atmospheric &
Space Physics (USA)
[http://geooptics.com/ &
http://terranorbital.com]
GLOBALSTAR I
(up to 52, now updated by
Globastar II/1999)
[http://www.globalstar.com/]
GLOBALSTAR II
(24/2010)
[http://www.globalstar.com/]
GLONASS-COSMOS
(up to 29 ; up to 6 Glonass-M to
be launched in 2016/since 1982)
[http://glonass-iac.ru/]
GONETS
(some 13 at 1,400 km, with plan
NSPO/NOAA
(Taïwan/USA)
Globalstar (USA)
Globalstar (USA)
Roscosmos
Information
Analytical Center+
Tsniimash
(Russia)
Gonets Satellite
Company
medium- resolution
daily imagery (2015)
Global remote
sensing/ mediumresolution imagery
(2020***)
Global monitoring of
vegetation for quick
detection and precise
localisation of fires
(2018-2019 ?)
Data about
atmosphere,
ionosphere, climate
(2006, but degraded
status)
Data about
atmosphere,
ionosphere, climate
(2018)
Global
navigation/high
precision + SAR
Community Initiative
for Cellular Earth
Remote Observation –
3D weather soundings
with GPS signals
occultation (first 6 test
microsats planned in
2016, 12 microsats in
2017, up to 24 in
2018 ?]
Personal & mobile
communications
(2000)
Personal & mobile
communications
(2013)
Global navigation
(2013)
Global mobile data
links/Gonets Leosat
WEI n°85 2016-02 - 16
(Canada) + Elecnor
Deimos (Spain) [TBD]
SSTL (United
Kingdom)
[PSLV/ISRO,
Dnepr/Kosmotras]
JPL (USA) [TBD/US
company]
Orbital Sciences Corp
(USA)
[Minotaur/Orbital
Sciences Corp]
NSPO (Taiwan) +
NOAA (USA) + SSTL
(UK) [Falcon 9/SpaceX]
GSA-European GNSS
Authority (Europe)
[Soyuz,
Ariane 5
/Arianespace]
Tyvak/Terran Orbital
(USA)
[Soyuz from
Baikonur/Russia),
Liberty One/USA ?]
Thales Alenia Space
(Italy/France) [Delta
II/ULA, Soyuz/Starsem,
Arianespace]
Thales Alenia Space
(Italy/France)
[Soyuz/Arianespace]
JSC Information
Satellite Systems
Reshetnev (Russia)
[Proton/Khrunichev,
Soyuz/Progress +
Roscosmos]
JSC Information
Satellite Systems
WALLONIE ESPACE INFOS n°85 mars-avril 2016
for up to 19/since 1992)
[http://gonets.ru/eng/]
GPS-NAVSTAR
(up to 31 currently in MEO/since
1978)
[htpp://www.gps.gov/]
GRUS
(5 microsats of 80 kg : first 3 in
2017 ; up to 50 for a global system)
[https://www.axelspace.com/en/]
(Russia)
US Air
Force/National
Executive Committe
for Space-Based
PNT
(USA)
Axelspace ? (Japan)
HERA SYSTEMS (up to
48 microsats of 22 kg, based upon
12U Cubesat bus; first 9 in 2017)
[http://www.herasys.com/]
Hera Systems +
NASA Ames (USA)
ICEYE CONSTELLATION
[http://iceye.fi/]
Iceye + True Ventures
+ Liefetime Ventures
+ SME
Instrument/Horizon
2020 (Finland +
Europe)
Chang Guang Satellite
Technology Ltd +
Changhun Institute of
Optics + CAS?/China
JILIN CONSTELLATION
(up to 60 mini- & microsats of three
types/from 50 to 420 kg; 4 test
satellites in orbit since October
2015 ; 12 to be launched in 2017)
IRIDIUM (77/since 1998)
[https://www.iridium.com/]
Iridium (USA)
IRIDIUM NEXT (up to 72, to be
deployed between 2016 and 2018)
[https://www.iridium.com/]
Iridium (USA)
IRIDIUM PRIME (addition to
Iridum Next constellation/TBD)
[https://www.iridium.com/]
Iridium (USA)
system
(2015)
Global navigation
(since December
1993, now 41
satellites)
Reshetnev (Russia)
[Rokot/Khrunichev]
Boeing & Lockheed
(USA) Martin [Atlas,
Delta II, Delta-4/ULA]
Earthobservations
/global 2.5-m
resolution & 55-km
swath imagery to
establish AxelGlobe
data platform.
Experimental
microsats in 20132014 (2020)
1-m resolution Earth
observations with
optical sensors for a
continuous monitoring
of environment and
resources (2020)
Earth observations
with microsatellites
using compact radar
systems (2020)
Axelspace (Japan)
[Dnepr/Kosmotras,
Soyuz/Roscosmos or
Epsilon/JAXA or ?]
Chinese commercial
system for continuous
Earth observations of
up to 0.75 m resolution
(2020)
Personal & mobile
communications (up
to 92 cross-linked
satellites in LEO)
Personal & mobile
communications + air
traffic monitoring
(2016, up to crosslinked satellites in
LEO)
EliteBus satellites with
specific hosted payload
for earth observations
or for science (2020)
WEI n°85 2016-02 - 17
Hera Systems (USA)
[TBD/US company ?]
Iceye (Finland)
(TBD/Arianespace or ?]
Chang Guang Satellite
Technology Ltd (China)
[Long March 2D/CALT]
Motorola + Lockheed
Martin (USA)
[Delta/ULA,
Proton/Khrunichev,
Long March 2C/CALT,
Rokot/Khrunichev]
Thales Alenia Space +
Orbital Sciences Corp
(France-Italy + USA)
[Dnepr/Kosmotras,
Falcon 9 FT/SpaceX]
Thales Alenia Space
(France-Italy)
[Falcon 9 FT/SpaceX ?]
WALLONIE ESPACE INFOS n°85 mars-avril 2016
IRNSS (up to 7/since 2013, fully
deployed in 2016)
[http://irnss.isro.gov.in/]
ISRO (India)
LEOSAT (between 78 and 108 Kaband comsats/to be deployed in
2019-2020]
[http://www.leosat.com/]
LeoSat Enterprises
(USA + ?)
NORTHSTAR (up to 40 microsats ;
first satellites to be launched in
2017)
[http://norstar-data.com/]
Norstar Space Data
Inc + NovaWurks +
VARDEC (Canada +
USA)
QB50 (up to 50 2U Cubesats; 2
QuadPack precursors launched in
June 2014)
[https//www.qb50.eu/]
O3B (12, up to 20/2013)
VKI/Von Karman
Institute (Europe)
OMNIEARTH (up to 18 microsats
using TerraSense bus/2017)
[http://www.omniearth.net/]
O3b Networks
(United Kingdom)
+ SES (Luxembourg)
OmniEarth LLC
(USA)
Geostationary &
inclined
geostationary
navigation satellites
(2016)
HTS (High
Throughput System) or
broadband connections
with LEO Ka-band
satellites (2020)
Earth changes and
space environment to
be observed with
hyperspectral and
infrared sensors (2019)
In-situ data about the
thermosphere
(2016-2018)
Broadband
connections
(2014)
Earth observations
with high-resolution
multispectral imagery
with global coverage
(2017)
LEO constellation to
extend cellular and
broadband coverage,
with mobile
connections, at global
scale/up to 50 Mbps
(2019)
ONEWEB (up to 720 microsats of
125 kg, in 1,200-km orbit following
18 planes, inclined at 87.5
degreees/first launch in 2017 ?)
OneWeb (UK &
USA) + Virgin Group
+ Qualcomm +
Hughes Network
Systems + Intelsat
(USA)
ORBCOMM (28/since 1998)^
[http://www.orbcomm.com/]
Orbcomm
(USA)
M2M
communications with
microsats in LEO (up
to 35/1998)
ORBCOMM GENERATION 2
/OG2
(6 microsats of 172 kg in
service/since 2014)
[http://www.orbcomm.com/]
Orbcomm (USA)
PLANETIQ (12 6U Cubesats of 20
PlanetiQ (USA)
M2M
communications with
upgraded microsats
in LEO (17, with 11
deployed in
December 2015)
Weather forecasts and
WEI n°85 2016-02 - 18
ISRO (India)
[PSLV/ISRO]
Thales Alenia Space ?
(France ?)
[Vega or Soyuz ?/
Arianespace ?]
NovaWurks + DARPA ?
(USA)
[TBD/US company ?]
VKI + ISIS
[Soyuz/Roscosmos,
Dnepr/Kosmotras,
ISS/ISIS + Nanoracks]
Thales Alenia Space
[Soyuz/Arianespace]
Dynetics Inc + Harris +
Draper Laboratory + Ball
Aerospace [TBD/US
company ?]
OneWeb Satellites
Company + Airbus
Defence & Space (USA
+ France) to pruce 900
minisats with electric
propulsion
[Soyuz/Arianespace +
Roscosmos,
LauncherOne/Virgin
Galactic, Ariane 6
/Arianespace]
Orbital Sciences Corp
(USA)
[Pegasus &
Taurus/Orbital,
Kosmos/Roscosmos]
Sierra Nevada Corp
(USA)
[Falcon 9/SpaceX]
Blue Canyon
WALLONIE ESPACE INFOS n°85 mars-avril 2016
kg, to be launched in 2016 and in
2017)
[http://www.planetiq.com/]
climate research/GPS
signal occultation data
(12 in 2017)
PLANET LABS FLOCK
(up to 50 3U Cubesats/since 2014)
[https://www.planet.com/]
Planet Labs (USA)
QZSS/MICHIBIKI (1st
operational since 2011 ; up to 4 in
2018, up to 7 in the 2020’s)
[http://qzss.go.jp/en/]
JAXA (Japan)
RAPIDEYE (5/2008)
RAPIDEYE+ (TBD), now part of
PLANET LABS
[http://blackbridge.com/]
SATELLITE AIS/E-SAIL SAT
(5, up to 10 ?/demonstrators since
2010 ; E-Sail of 100 kg with highdata rate link)
[http://www.exactearth.com/]
BlackBridge
(Canada/Germany)
+Planet Labs (USA)
SATELLOGIC-ALEPH/BUGSAT
(3 prototypes testes in 2013 &
2014 ; up to 16 microsats of 35
kg/2017)
[http://www.satellogic.com/]
SKYSAT/TERRA BELLA (first 2
prototypes of 83 kg in 2013 and
2014, up to 13 additional
microsats of 110 kg/2017)
[http://www.skyboximaging.com/
or https://terrabella.google.com/]
Satellogic (USA +
Argentina)
Earth observations/1-m
resolution imagery
with quick revisit (up
to 20 in 2020)
Skybox Imaging +
Google (USA)
Continuous Earth
observations
/0.90-m resolution
multispectral images
with quick revisit
(2017)
SPIRE-LEMUR (6 3U Cubesat
demonstrators of 4 kg since 2014 ;
up to 10 in 2016)
[https://spire.com/]
Spire Global +
Nanosatisfi (USA)
TEMPUS GLOBAL DATA (up to 8
as hosted payloads on GEO
Tempus Global Data,
Ogden, Utah (USA)
Ship tracking with
AIS Sense payload,
mining management
& trading game
control, weather data
with GPS radio
occultation (20
Hyperspectral
sounders for 3D
ExactEarth
(Canada) + ESA
(Europe)
Continuous Earth
observations /
miniaturized
multispectral sensors
(some 100 in orbit at
the same time in
2018…)
Regional highaccuracy navigation
system with inclined
geosynchronous
powerful satellites (4
in 2018)
Earth observations
with mediumresolution imageryof
large swath (2020 ?)
Sea traffic
management/AIS
data analysis (2020)
WEI n°85 2016-02 - 19
Technologies (satellite) +
PlanetiQ (payload)
[PSLV/ISRO-Antrix for
first 2, TBD]
Planet Labs (USA)
[Antares/Orbital ATK,
Falcon 9/Space,
PSLV/ISRO-Antrix]
Mitsubishi Electric
Corp (Japan)
[H-IIA/Mitsubishi
Heavy Industries]
MDA + SSTL
[Dnepr/Kosmotras]
ComDev + Luxspace +
Kongsberg + Clyde
Space + Deltatec
[Dnepr/Kosmotras,
PSLV/ISRO,
Vega/Arianespace ?]
Satellogic (Argentina,
Uruguay)
[Dnepr/Kosmotras, Long
March 4B/CALT]
SSL/Space
Systems/Loral (USA)
[Dnepr/Kosmotras,
Soyuz/Roscosmos,
Vega/Arianespace,
Minotaur/Orbital
Sciences or
LauncherOne/Virgin
Galactic]
Nanosastify (USA)
[Dnepr/Kosmotras,
PSLV/ISRO-Antrix,
Atlas 5-Cygnus/ULA]
Ball Aerospace (USA)
[hosted payload : TBD]
WALLONIE ESPACE INFOS n°85 mars-avril 2016
satellites /2017 ?)
[http://www.tempusglobaldata.com/]
URBANOBSERVER (up to 10
Perseus-M/Auriga satellites of 50
kg; 1st prototypes in 2016 )
Dauria Aerospace,
(Russia) + Cybernaut
Investment Group
(China)
atmospheric
observations/from
GEO (2017 ?)
Daily imaging of
world’s largest cities/
0.70 m-resolution
optical systems (2018)
Dauria Aerospace
(Russia + China)
[Soyuz/Roscosmos ?/
Long March
2D/CALT ?]]
© April 2016 Space Information Center/Belgium & ESD Partners
* PanGEO : global alliance of earth observation satellite operators for multi-satellite mission
planning (with Dauria Aerospace in Russia, Elecnor Deimos Imaging in Spain, EIAST in
Dubai, SpaceEye in China). Uncertain future since that Canadian Urthecast took over Elecnor
Deimos Imaging – see Constellation Generation 3 of Urthecast.
** Galileo FOC : Full Operational Capability, with up to 22 satellites ordered to the GermanBritish OHB-SSTL team. First two Galileo FOC launched on 22 August 2014 but injected
into an incorrect orbit. One of the four Galileo IOV (In Orbit Validation) affected by power
problems.
*** Consisting of Microsat-type spacecraft operated by Algeria (Alsat), Nigeria (Nigeriasat),
United Kingdom (UK-DMC), Turkey (Bilsat, no more operational), Spain (Deimos), China
(China-DMC/Beijing). Upgraded by the fleet of three DMC-3 remote sensing satellites with
SSTL-300 bus for high-resolution observations, launched in July 2015 by India’s PSLV.
AIS : Automated Identification System
ASI : Agenzia Spaziale Italiana
BDS : BeiDou Navigation Satellite System
BRITE : Bright Target Explorer
CALT : China Academy of Launch Technology
CAST : China Academy of Space Technology
COSMIC : Constellation Observing System for Meteorology, Ionosphere and Climate
ESA : European Space Agency
GLONASS : Global Navigation Satellite System
GPS : Global Positioning System
IRNSS : Indian Regional Navigation Satellite System
ISIS : Innovative Solutions in Space
ISRO : Indian Space Research Organisation
ISS : International Space Station
JAXA : Japanese AeroSpace Exploration Agency
M2M : Machine To Machine
MDA : McDonald Dettwiler
NOAA : National Oceanic & Atmospheric Administration
NSPO : National Space Organization Taiwan
PNT : Positioning, Navigation & Timing
SAR : Search & Rescue
SSTL : Surrey Satellite Technology Ltd
ULA : United Launch Alliance
UTIAS : University of Toronto Institute of Aerospace Studies
2. Accès à l'espace/Arianespace
2.1. L’industrie européenne du transport spatial :
fin de la ‘politique de l’autruche’ face à SpaceX !
WEI n°85 2016-02 - 20
WALLONIE ESPACE INFOS n°85 mars-avril 2016
Depuis 2014, l’Europe spatiale se trouve piquée au vif par l’aiguillon de SpaceX.
Surprenante et déconcertante, cette entreprise californienne de transport spatial (*), qui
emploie plus de 3500 personnes, jette de l’ombre sur Arianespace et son accès
autonome à l’espace. Plus question pour l’industrie européenne de continuer à
pratiquer l’attitude de l’autruche en sous-estimant le nouveau venu aux dents longues.
(*) En mettant sur pied SpaceX (Space Exploration Technologies), Elon Musk, milliardaire
issu de la bulle internet, fait figure de « trublion » dans le business de l’accès à l’espace avec
de grandes ambitions. Par ailleurs, il joue le trouble-fête sur le marché automobile en lançant
des voitures électriques performantes sous la marque de Tesla Motors et il tente un coup
d’audace en matière de transport terrestre avec le système Hyperloop de capsules sur support
magnétique dans des tubes basse pression. Il s’est également lancé dans la production des
batteries performantes Powerwall à usage domestique pour maximiser l’emploi de l’élergie
photovoltaïque. Récemment, cet audacieux touche-à-tout a lancé l’idée d’une coopération
avec la NASA pour une mission martienne, dès 2018, qui verra l’arrivée de sa capsule Red
Dragon sur la Planète Rouge pour les 50 ans des premiers pas de l’Homme sur la Lune !
Face à la menace exacerbée de l’ambitieux SpaceX pour leur leadership actuel en
matière de lancements commerciaux de satellites, les Européens se devaient de réagir,
vite et bien, en misant sur le dynamisme industriel et l’innovation technologique.
C’était chose faite en décembre 2014 : leurs instances politiques au sein de l’Esa
(European Space Agency) ont décidé lors d’un Conseil ministériel de mettre en
chantier, tambour battant, le duo Ariane 6. Sous la forme d’un partenariat public-privé
en confiant la responsabilité de son développement à la co-entreprise Airbus Safran
Launchers, qui devrait cet été recevoir le nom d’Ariane Industries. Une fois que le
transfert des fonds et le personnel de Safran se trouvera finalisé dans la nouvelle entité
industrielle, qui est responsable auprès de l’ESA du programme Ariane 6 de lanceur
européen de nouvelle génération, moins coûteux et aussi fiable et efficace que l’Ariane
5 en service.
Le premier lancement Ariane 6.2 est annoncé pour l’année 2020. C’est ce qui est
promis aux opérateurs de satellites qui sont intéressés par un lanceur européen, moins
coûteux et aussi performant. Sa commercialisation par Arianespace doit démarrer dès
2017. L’ESA compte sur Airbus Safran Launchers pour tenir un calendrier serré de
développement. Cette année sera cruciale pour Ariane 6 ? Grâce à un investissement
de 4,8 milliards € de 2015 à 2020, l’Europe s’efforce de se mettre au plus vite à la
mode d’Ariane 6. Elle ne peut s’autoriser le moindre faux pas sous peine de
trébucher. Quinze des 22 Etats membres de l’ESA – dont la Belgique à raison de 4,17
% (contribution de 198 millions €) - ont accepté de participer à cet effort. Arianespace
pour la prochaine décennie doit disposer d’un outil, qui soit plus compétitif et flexible.
Il s’agit de tenir la dragée haute à la concurrence qui se focalise aujourd’hui sur
SpaceX. Jusqu’ici, le terrain du transport spatial était le domaine des pouvoirs publics.
La libre entreprise avec des jeunes pousses y prend pied avec des solutions
audacieuses. Afin de contrer SpaceX, Airbus Safran Launchers se fait fort de relever le
double défi d’Ariane 6 : coût limité et temps serré de développement
WEI n°85 2016-02 - 21
WALLONIE ESPACE INFOS n°85 mars-avril 2016
Durant cet été, l’ESA aura pour tâche de passer en revue, de façon détaillée, l’offre
« avec variations » qui lui sera remise en mai par Airbus Safran Launchers en ce qui
concerne le respect du budget et du planning. Etape décisive le 13 septembre à Paris:
le Conseil Esa du programme Ariane 6 rendra son verdict pour débloquer la seconde
tranche des fonds jusqu’au vol inaugural d’une Ariane 6.2. Chez Airbus Safran
Launchers, on se dit confiant pour obtenir ce feu vert définitif qui doit garantir un
premier vol d’Ariane 6.2 à l’horizon 2020. Les commandes des premiers exemplaires
d’Ariane 6 seront passées à la fin de cette année avec l’industrie européenne, afin de
commercialiser le nouveau lanceur pour 1 kg en GTO deux moins cher que satellisé
par Ariane 5. Aucun chiffre n’est donné sur le nombre des exemplaires à produire, ce
qui va conditionner le montant du contrat avec Airbus Safran Launchers.

Next-generation rocket will be modular in design, offering two variants

Vehicles will lean on their Ariane 5 heritage but cost less to build

A new upper-stage engine (Vinci), already in development, will be used

Solid fuel boosters from the Vega rocket will provide additional power

A62 will tend to launch medium-sized government/science missions

A64 will launch the big commercial telecoms satellites, two at a time

In the short term, the rocket will be a one-time, expendable vehicle
WEI n°85 2016-02 - 22
WALLONIE ESPACE INFOS n°85 mars-avril 2016
Ariane 6 doit prendre son envol moins de six ans - 72 mois ! - après la décision de
programme prise à Luxembourg : est-ce faisable, voire raisonnable? Airbus Safran
Launchers s’est engagé à tenir cette échéance. Il le faut… pour que les Ariane 6.2 et
6.4 puissent prendre la relève des Ariane 5 actuelles à partir de 2023 ! A titre de
références dans le passé, en un temps où il fallait tout apprendre et maîtriser, mais
comparaison n’est pas raison :
- Le programme Apollo de l’aller-retour d’un Américain sur la Lune a été décidé en
mai 1961 et le pari lancé par le Président John Kennedy (1917-1963) a été tenu avec
l’exploit historique d’Apollo 11 en juillet 1969 : 98 mois à peine ont suffi pour
pouvoir marcher sur notre satellite naturel !
- Le lanceur Ariane 1 pour garantir l’autonomie européenne dans l’espace a fait l’objet
d’une compromis politique en juillet 1973 et le premier vol d’une fusée à trois étages
Ariane 1 - avec, pour la première fois en Europe, l’emploi d’un propulseur
cryogénique – fut un succès mémorable à la veille de Noël 1979 : 77 mois d’un
travail de pionniers !
Or, dans les années 60 et 70, on n’avait pas internet ni de PC compacts à hautes
performances ! Aujourd’hui, l’industrie dispose d’outils informatiques de grande
puissance qui permettent de travailler de façon virtuelle, avec la conception et la
fabrication 3D.
A la fin de cette année, on va vivre intensément un match SpaceX-Airbus Safran
Launchers. Ariane 6 contre Falcon 9 FT… De son issue dépend l’avenir du transport
spatial européen. Grâce à une équipe industrielle mieux intégrée, sous les auspices
d’Airbus Safran Launchers, pour la conception, la production et l’exploitation des
Ariane 6, Arianespace devrait concurrencer SpaceX. Reste à voir dans quelle mesure
l’entreprise d’Elon Musk, qui ne cesse d’innover en améliorant la poussée des
propulseurs Merlin, tirera parti de la réutilisation qu’elle envisage dès cette année pour
le 1er étage du Falcon 9 FT (Full Thrust). Affaire à suivre.
2.2. Le point sur le programme Ariane 6 : visite du 6 avril
sur le site des Mureaux d’Airbus Safran Launchers
A l’invitation de l’ESA et d’Airbus Safran Launchers, les médias ont été accueillis à
l’usine de production des étages principaux d’Ariane 5 qui est implantée sur la
commune Les Mureaux, en ordure de Seine. Il s’agissait de faire le point sur l’état
d’avancement du programme européen Ariane 6 de lanceurs de nouvelle génération.
Avec l’objectif annoncé d’un premier vol d’une Ariane 6.2 à la mi-2020. L’ESA a
décidé de confier à Airbus Safran Launchers la responsabilité du développement
d’Ariane dans le planning prévu, avec une réduction substantielle des coûts de
production.
Alain Charmeau, président exécutif d’Airbus Safran Launchers, se dit confiant dans la
remise de son offre à l’ESA à la date du 2 mai, avec un dossier technique détaillé pour
le 10 juin: « Nous progressons vite et bien. Les équipes sont motivées. Nous comptons
bien avoir le feu vert définitif de l’ESA, avec les fonds prévus, lors de son verdict lors
du Conseil Ariane 6 du 13 septembre. Nous sommes d’ores et déjà prêts à passer
WEI n°85 2016-02 - 23
WALLONIE ESPACE INFOS n°85 mars-avril 2016
commande des premiers équipements mécaniques ». Ariane 6 existe à l’état virtuel sur
le site des Mureaux. L’étage principal cryotechnique d’Ariane 6 sera produit à
l’horizontale – et non plus à la verticale – dans une nouvelle infrastructure.
L’aménagement du terrain est prêt à accueillir un bâtiment tout en longueur. Celui-ci
sera prêt à recevoir ses matériels de production à la fin de 2017.
2.3. SABCA : le pilotage exemplaire des lanceurs Ariane et Vega !
Infos recueillies lors d’une rencontre avec Marc Dubois, Directeur commercial
Le compte à rebours a bel et bien démarré pour tenir le planning serré de l’avènement
d’Ariane 6 en 2020. Le lanceur européen de nouvelle génération, qui doit
progressivement prendre la relève des Ariane 5 et Soyouz au Port spatial de l’Europe
en Guyane, prend forme de façon virtuelle chez Airbus Safran Launchers sur son site
des Mureaux. Là sont assemblés à la verticale les premiers étages - EPC (Etage
Principal Cryotechnique) - des Ariane 5 qui décollent régulièrement avec succès avec
des satellites commerciaux de télécommunications et de télévision.
Alain Charmeau, le président exécutif d’Airbus Safran Launchers, affiche une grande
détermination pour le bon déroulement du programme Ariane 6 « grâce à des acteurs
motivés et compétents à l’ESA (European Space Agency), au CNES (Centre National
d’Etudes Spatiales), chez les industriels en Europe ». Il lui faut réorganiser la filière
européenne des systèmes de transport spatial autour d’une triple initiative : nouvelle
conception de lanceur, nouvelle gouvernance, nouvelle organisation industrielle :
« Il y a beaucoup de travail déjà effectué. Il en reste à faire afin d’intégrer des
équipes, aux cultures et expériences différentes, dans une seule et même
entreprise. » Il souligne l’importance clef des spécificités et compétences de clusters
d’excellence industriels. En Belgique, SABCA en fait partie avec la responsabilité des
servo-commandes pour assurer le pilotage optimal du lanceur sur la trajectoire prévue.
Il y va de la précision dans la mise sur orbite de la charge à satelliser, et ce, afin de
coller le mieux possible aux exigences du client.
La compétence unique de l’activation électro-mécanique
Marc Dubois, directeur commercial de SABCA, ne boude pas son plaisir en entendant
les propos d’A. Charmeau concernant la compétence belge pour les systèmes
d’activation des tuyères ou TVAS (Thrust Vector Activation Systems). Lors
d’une interview, il nous précise l’importance de ce produit « made in Belgium » :
« Nous sommes sur cette technologie cruciale depuis des décennies. Les servo-vérins
SABCA ont piloté toutes les Ariane depuis 1979 et nous sommes à bord des lanceurs
Ariane 5 et Vega. Nos servo-commandes, réputées d’une grande fiabilité, n’ont pas
manqué d’évoluer : on est passé de groupes d’activation hydrauliques à des systèmes
électro-mécaniques. Nous avons appris à maîtriser l’électronique de bord afin
d’assurer le pilotage des quatre étages du Vega. »
Ainsi en 2015, 6 Ariane 5 et 3 Vega, outre 3 Soyouz de fabrication russe, ont rempli
leurs missions avec beaucoup de succès au Centre Spatial Guyanais. Avec 12 satellites
WEI n°85 2016-02 - 24
WALLONIE ESPACE INFOS n°85 mars-avril 2016
ou 53 t placés en orbite de transfert géostationnaire (entre 200-300 et 35 000-36 000
km). Ce qui a permis à Arianespace (dont SABCA est actionnaire) de réaliser un
chiffre d’affaires de 1.433 millions €, avec un bénéfice net de 4 millions €. Cette
année, Arianespace a prévu de faire aussi bien avec 12 lancements : 8 Ariane 5, 2
Vega et 2 Soyouz. Ce qui représente une fourniture importante de servo-vérins pour
SABCA. L’entreprise bruxelloise, dont sont actionnaires Dassault Belgique Aviation
(53,28 %) et le groupe britannique GKN Plc (43,57 % - après son acquisition de
Fokker Aerospace), donne la priorité aux systèmes d’activation électro-mécaniques à
développer pour les Ariane 6 et les Vega C. Airbus Safran Launchers, pour réduire les
coûts et gagner du temps, mise sur l’emploi d’éléments et équipements communs,
comme les boosters à poudre P120C (1 er étage de Vega C, moteurs d’appoint des
Ariane 6.2 et 6.4).
« La sélection de SABCA pour les systèmes de pilotage des Ariane 6 et Vega C n’est
pas qu’une question de retour industriel », tient à préciser M. Dubois. « C’est la
reconnaissance à la fois technique et économique d’un savoir-faire qui nous a fait
gagner avec des propositions compétitives lors d’appels d’offres ». Le succès de
SABCA est le fruit d’années de recherches qui ont été fiancées par Belspo, le Service
public fédéral de Programmation de la Politique Scientifique, dans le cadre d’un
programme ESA d’activités technologiques sur les lanceurs de demain. « Nous
comptons bien tirer parti de cette consécration d’une compétence unique en Europe
pour nous positionner dans le business des lanceurs en projet dans le monde ».
SABCA a la maîtrise d’œuvre de tous les systèmes d’activation des tuyères sur les 2
étages et les propulseurs d’appoint d’Ariane 6, comme sur les étages de Vega. Il a
Thales Alenia Space Belgium comme principal sous-contractant pour leur
électronique. Les premiers exemplaires des servo-vérins électro-mécaniques doivent
déjà être fournis dans les prochains mois pour servir à de premiers tests. En ce qui
concerne les structures des prochains lanceurs européens, M. Dubois regrette : « Vu le
redécoupage industriel en filières organisé par Airbus Safran Launchers, nous
n’avons pu chez SABCA obtenir directement des travaux de structures malgré notre
grande expertise en ce domaine». Néanmoins, SABCA n’entend pas avoir dit son
dernier mot. Ainsi il est question que soit réalisée à Bruxelles la jupe inter-étage sur
laquelle repose le lanceur Vega C, dont le premier vol est prévu pour 2019, soit un an
avant Ariane 6.2.
Partenariat public-privé à long terme pour le transport spatial européen :
les obligations des partenaires concernés par le programme Ariane 6
Airbus Safran Launchers,
bientôt Ariane Industries (*)
Jusqu’à 10 % d’investissement industriel
Autorité de conception du système de
lancement
Contrôle de l’opérateur Arianespace
Garantie pour 5 ans du prix
des lancements institutionnels
ESA : 15 Etats
contributeurs parmi les 22 membres
Prise en charge à 90 % du budget de développement
Suivi de la mise en œuvre du système
Pas de subsides publics à l’exploitation
Garantie de se procurer au moins
5 lancements par année
WEI n°85 2016-02 - 25
WALLONIE ESPACE INFOS n°85 mars-avril 2016
Renforcement de la compétitivité
Sécurisation du retour géographique : 2 x
pour la chaîne d’approvisionnement
la contribution pour le développement
(*) SABCA pour les systèmes d’activation des tuyères fait
partie des clusters d’excellence industriels dont Airbus
Safran Launchers a fait des acteurs clefs pour des éléments
spécifiques des lanceurs Ariane 6
Répartition des frais pour la base de lancements
et pour les services d’accompagnement à l’exploitation
2.4. Ariane 6 : production et préparatifs à l’horizontale
– c’est nouveau pour l’Europe du transport spatial !
Il aura fallu attendre quatre décennies pour que l’Europe spatiale comprenne l’intérêt à
la fois technique et économique de produire, assembler et préparer un lanceur de
satellites. Pourtant, à l’Est, l’Union Soviétique avait adopté cette méthode du « tout à
l’horizontale » pour mettre en œuvre tous ses lanceurs à la manière de missiles:
Semyorka/Spoutnik, Soyouz, Proton, N-1, Energia, Zenit étaient fabriqués, intégrés,
transportés et mis en œuvre à l’horizontale, avant d’être érigés sur la plate-forme de
lancements. Ce qui permettait d’avoir des halls en longueur. Aux Etats-Unis et en
Europe, c’est l’assemblage vertical qui nécessitait d’avoir des bâtiments en hauteur
pour l’intégration et les préparatifs des lanceurs, comme les Saturn, Atlas, Ariane.
SpaceX a retenu la formule de la mise œuvre horizontale, moins complexe et moins
coûteuse, pour ses lanceurs Falcon 9 et Falcon Heavy. Avec l’avènement des lanceurs
Ariane 6, le CNES (Centre National d’Etudes Spatiales) qui est responsable de
l’infrastructure pour les lancements au Centre Spatial Guyanais a opté pour la
procédure moins coûteuse de l’horizontal. Comme le montre le dessin de l’ELA-4
(Ensemble de Lancements Ariane n°4), dont le concept était adopté dès l’été 2015.
WEI n°85 2016-02 - 26
WALLONIE ESPACE INFOS n°85 mars-avril 2016
Avant le vol du 14ème Soyouz au Centre Spatial Guyanais - lancement qui a permis le
25 avril de mettre en orbite des satellites Sentinel-1B (ESA) et Microscope (CNES),
ainsi que de trois nano-satellites éducatifs, parmi lesquels l’OUFTI-1 liégeois -, était
organisée une visite du chantier d’ELA-4. Le site de la Roche Christine qui aurait dû
accueillir la piste d’atterrissage du planeur spatial Hermès est complètement
débarrassé de sa végétation. Les travaux d’aménagement ont deux mois d’avance sur
le planning prévu. Dès la fin de la saison des pluies qui est caractéristique de chaque
printemps en Guyane dès l’attribution des marchés en juin, Eiffage Travaux Publics va
démarrer le gros œuvre avec des structures bétonnées des carneaux. Vingt-sept mois
devraient suffire pour que les bâtiments soient sortis de terre pour être équipés en vue
d’une répétition générale d’opérations de lancement au cours de 2019.
2.3. SpaceX avec le retour sur barge du 1 er étage de Falcon 9 FT :
la réutilisation en point de mire avant la fin de cette année
De nouveau, SpaceX a fait fort et en a surpris plus d’un. Le 8 avril (*), l’entreprise
d’Elon Musk lançait son 23ème Falcon 9 - un modèle amélioré FT (Full Thrust) - pour
procéder au ravitaillement de la station spatiale internationale, dans le cadre des
opérations CRS (Commercial Resupply Services) que la NASA a confiée à une firme
privée. Une capsule Dragon - qui transportait pour l’ISS (International Space Station)
un premier module gonflable dû à l’entreprise privée Bigelow Aerospace - était mise
correctement sur orbite. Sans problème, elle arrivait à destination deux jours plus tard
pour être installée sur un module américain de la station. Le 17 avril, le BEAM
(Bigelow Expendable Activity Module) était extrait du Dragon pour être transféré sur
le Node 3 par un bras télémanipulateur de l’ISS.
(*) Le 6 mai, SpaceX a remis cela, cette fois de nuit, lors du lancement de Jcsat-14 pour
l’opérateur japonais SKY Perfect JSAT. Grâce à la récupération, SpaceX va se trouver
confronté à un problème de stockage de ses 1ers étages de Falcon 9 !
Retour sur la base de lancements au Cape Canaveral Photo SpaceX
WEI n°85 2016-02 - 27
WALLONIE ESPACE INFOS n°85 mars-avril 2016
Le lancement CRS n’est pas passé inaperçu. Avant que l’orbite ne soit atteinte pour le
Dragon, il a permis à SpaceX de mettre à son actif une « première » remarquable : le
retour spectaculaire du 1er étage sur une grande barge dans l’Atlantique, au large de la
Floride. Cette récupération en bon état de cet élément important du lanceur Falcon 9
FT ouvre la possibilité de le réutiliser pour un prochain vol durant cet été. L’étage
récupéré est examiné et revalidé avec des essais au Kennedy Space Center de la
NASA. De quoi s’assurer que les neuf propulseurs Merlin 1D sont en parfait état de
fonctionnement. Un Elon Musk enthousiaste de miser sur un nouveau vol de l’étage
récupéré en juin prochain ! Son objectif est, dans un premier temps, de réduire de 30 %
le coût du lancement. Parmi ses clients, l’opérateur grand ducal SES a déjà annoncé
son intérêt de l’employer pour la mise en orbite de transfert géostationnaire d’un de ses
prochains satellites de télécommunications.
2.4. Inauguration d’un 8ème complexe de lancements Soyouz:
pour le cosmodrome de Vostochny dans l’Extrême-Orient russe
Le 28 avril (après report de 24 heures, suite à un problème de câble sur le pad de tir),
en présence du Président Poutine bien décidé à ne plus exploiter le cosmodrome de
Baïkonour en République du Kazakhstan, un Soyouz 2.1 a inauguré le cosmodrome
flambant neuf de Vostochny. Désormais, le doyen des lanceurs russes - sa conception
sous le nom de Semyorka remonte aux années 1950 durant l’ère de l’URSS – a mis en
œuvre huit sites : deux à Baïkonour (dont le fameux pad n°1 qui a servi aux
« premières » historique de Moscou dans le Cosmos), quatre dans le cosmodrome
militaire du Nord à Plesetsk, l’ELS (Ensemble de Lancements Soyouz) le long de la
route Kourou-Sinnamary) du Centre Spatial Guyanais, le premier complexe du
cosmodrome de Vostochny.
La photo ci-dessus montrant le Site 1S pour les lancements Soyouz à Vostochny ne
vous rappelle-t-il pas l’ELS du Centre Spatial Guyanais ? Roscosmos s’est inspiré de
l’infrastructure avec portique mobile à Vostochny pour mettre en œuvre les lanceurs
Soyouz à l’abri des intempéries hivernales, qui sont fréquentes dans cette région à
51.8° latitude Nord.
WEI n°85 2016-02 - 28
WALLONIE ESPACE INFOS n°85 mars-avril 2016
L’objectif de ce chantier, qui continue à prendre de l’ampleur pour accueillir les
lanceurs de la famille Angara, est de valoriser cette région dans l’oblast de l’Amour.
Ainsi est en train de se développer la cité de Tsiolkovski (du nom du père de la
cosmonautique) pour l’accueil des familles des ingénieurs et techniciens employés sur
le cosmodrome en expansion. Les premiers habitants y sont arrivés et ils devraient être
de plus en plus nombreux, vu que Roscosmos entend faire de Vostochny son principal
complexe de lancements spatiaux.
2.7. Un concurrent pour Ariane 6… du côté du Soleil Levant: le H-3
japonais développé par Mitsubishi Heavy Industries doit voler dès 2020 !
La JAXA (Japan Aerospace Exploration Agency) a décidé de développer le transport
spatial nippon avec la famille H-3 de lanceurs modulables suivant les performances à
réaliser. C’est Mitsubishi Heavy Industries (MHI) qui est à la fois maître de son
développement et exploitant des services de lancement.
WEI n°85 2016-02 - 29
WALLONIE ESPACE INFOS n°85 mars-avril 2016
La configuration des H-3, qui rappelle quelque peu celle des Ariane 6, consiste en un
corps central fait deux étages à propulsion cryogénique (avec 2 ou 3 moteurs LE-9 sur
le 1er étage), sur lequel on fixe 2 ou 4 propulseurs à poudre. Les performances vont de
2 t à 6,5 t en orbite de transfert géostationnaire.
2.8. Encore un projet privé de micro-lanceur américain : Vector Space
veut commercialiser le fruit de recherches universaires sur des fusées
Alors qu’une demi-douzaine d’entreprises américaines – Virgin Galactic avec
Launcher One, Firefly Space Systems avec Alfa, Rocket Lab avec Electro,
GoLauncher… - ont entamé le développement de micro-lanceurs, qu’elle présente
comme économiques, pour des satellites dont la masse va de 20 kg à 400 kg en orbite
basse, un nouveau venu veut prendre pied sur ce marché pourtant restreint. Il s’agit de
Vector Space qui est basée à Tuczon, dans l’Arizona. Pour son petit lanceur bi-étage
Vector à propulsion liquide (oxygène et propylène), elle tire parti des travaux de
recherche sur les fusées que la société Garvey Spacecraft Corp de Long Beach
(Californie) a développées et expérimentées dans le cadre d’activités technologiques
de la California State University. Son équipe comprend des anciens de SpaceX, car il
faut faire vite, la concurrence étant bien présente. Elle va utiliser le Pacific Spaceport à
Kodiak (Alaska) pour des vols suborbitaux en 2017 et une tentative de satellisation dès
2018. D’ores et déjà, les clients sont les bienvenus !
3. Télédétection/GMES
3.1. Surveillance continue, en quasi direct, du globe pour son
environnement et pour sa sécurité : grâce au déploiement d’observateurs en
constellations : voir le tableau des constellations, mentionnées en bleu, dans
la rubrique 1. Politique spatiale : EU + ESA.
Notre planète bleue sera de plus en plus ceinturée par des satellites de télédétection
déployés en constellations afin de donner une vision en continu, en quasi direct, des
ressources de l’environnement, des changements de la nature, de l’occupation des sols,
de l’exploitation des mers et océans... Des entreprises privées, pour la plupart
américaines, préparent de telles constellations pour répondre à des impératifs
économiques et sociétaux. Les pouvoirs publics, avec l’Union européenne, sont en
train de train de se doter de Sentinel(le)s dans le cadre du programme Copernicus. On
va assister à une réelle avalanche de données qu’il s’agira de recevoir, traiter, archiver,
exploiter au mieux le plus rapidement possible. Il en sera question durant la semaine
du symposium « Living Planet » de l’ESA.
Notre prochain numéro, qui paraîtra en juillet, sera largement consacré au
Symposium « Living Planet » que l’ESA organise à Prague du 9 au 13 mai.
3.2. La révolution Terra Bella de Google pour fin 2016 :
quand la Terre n’aura plus rien à cacher à une constellation…
WEI n°85 2016-02 - 30
WALLONIE ESPACE INFOS n°85 mars-avril 2016
Reprenant une information diffusée par iStock, le site internet de Trends-Tendances
publie le 29 avril l’article « Google prépare sa nouvelle révolution elle viendra du
ciel » Il y est fait état de l’acquisition par Google en 2014, sans faire grand tapage,
d’une pépite californienne du nom de Skybox Imaging. Cette PME, créée en 2009 par
une équipe d’ingénieurs, avait démontré avec deux SkySat de sa fabrication, ayant une
masse de 83 kg et dotés d’un télescope compact : satellisés en novembre 2013 et en
juillet 2014 par des lanceurs russes Dnepr et Soyouz, ils offrent la possibilité
d’observer, de façon continue, l’ensemble du globe avec une résolution de quelque 1,1
m. Dans les mois à venir, il sera possible pour Google de cartographier en 3D grâce à
une constellation d’une douzaine de microsatellites d’environ 120 kg qui ont été
commandés à SSL (ex-Space Systems/Loral): ces Skysat vont être déployés dès ce 10
juin pour former une constellation d’yeux au-dessus de nos têtes. En somme, on ne
peut rien dissimuler aux TIC (Technologies de l’Information et de la Communication).
Skysat C1 sera mis en orbite par un lanceur indien PSLV, suivi par quatre autres qui
sera lancé par Arianespace avec Vega à la fin de juillet. Un lanceur Minotaur en
satellisera six à la fois avant la fin de l’année.
Tout en notant que « la possession de satellites d'observation de la Terre a longtemps
été la chasse gardée des Etats et cette époque est clairement révolue », l’information
reprise par Trends-Tendances met l’accent sur le fait que « tous les jours, chaque
point de la Terre sera cartographié en 3D par ses satellites ». Et de souligner : « La
force de la technologie de Terra Bella, nouveau nom de Skybox Imaging depuis 2016,
réside dans la compacité de ses satellites pour une performance pointue d'observation.
Quand le satellite d'observation français Spot-6 a une taille comparable à celle d'un
bus, le satellite de Terra Bella n'est guère plus imposant qu'un petit réfrigérateur, avec
une précision 2 fois plus élevée ! »
Et d’en tirer des conséquences encore insoupçonnées. « Grâce à Terra Bella, Google
va pouvoir enrichir la cartographie de Google Maps et de Waze, ses applications sur
smartphones, comme les nouvelles routes, les accidents ou l'étendue réelle des
embouteillages. Google pourra aussi connaître, par exemple, la fréquentation des
zones commerciales en comptant le nombre de voitures présentes dans les parkings et
comparer la fréquentation par rapport à la semaine ou à l'année précédentes. Google
pourra même amener du flux de consommateurs dans des zones commerciales
manquant de fréquentation grâce à Waze ou Google Maps, et surtout demain avec les
Google Cars... »
Et ce n’est pas tout car on a affaire à un bel éventail de possibilités. « Google pourra
comptabiliser le stock de pétrole brut dans les raffineries de Ras Tanura en Arabie
Saoudite ou ailleurs, déterminer l'activité dans les mines à ciel ouvert, la production
d'électricité suivant les émissions des cheminées, l'activité portuaire en comptant les
navires et leur taille ou bien la production des usines suivant l'occupation des
parkings des employés... Du ciel, Google pourra accéder à toute une masse
d'informations inédites, parfois cachées par des Etats ou des entreprises soucieuses de
ne pas dévoiler leur situation économique réelle ou le lancement prochain d'un
WEI n°85 2016-02 - 31
WALLONIE ESPACE INFOS n°85 mars-avril 2016
produit... Terra Bella sera donc la plateforme big data du ciel de Google et les
répercussions seront aussi importantes que le moteur de recherche lancé en 1998 ! »
4. Télécommunications/télévision
4.1. ABS (Hong Kong) et Viasat (USA) : vers des systèmes globaux de
satellites UTS (Ultra High Throughput) pour des faisceaux à très haut débit
Le haut débit, partout, à tout moment. Tel est le mot d’ordre des systèmes de satellites
de télécommunications. Les opérateurs de satellites géostationnaires sont bien décidés
à tenir la dragée haute aux constellations de satellites haut débit sur des orbites basses
ou moyennes. Ainsi ABS (Asia Broadcast Satellite) à Hong Kong et Viasat aux EtatsUnis sont en train de renforcer leur flotte pour réaliser une couverture globale avec des
satellites à très haut débit, dits UTS (Ultra High Troughput Satellites). C’est bien
connu : la meilleure défense, c’est l’attaque.
- ABS a déployé grâce à un lancement Falcon 9 ABS-3A (à propulsion électrique) à 3°
Ouest sur l’Atlantique. Il se prépare au lancement chez SpaceX d’ABS-2A (également
à propulsion électrique) qui sera positionné à 75°Est, sur l’Océan Indien. Il se prépare
à passer commande, pour des lancements avant la fin de la décennie, d’ABS-8
(Pacifique), ABS-9 (Atlantique) et ABS-10 (Amérique du Nord).
- Viasat a démarré ses services haut débit en bande Ka sur l’Amérique du Nord avec
Viasat-1 et se prépare à offrir de tels services sur l’Atlantique - notamment pour les
avions et navires - avec Viasat-2 : commandé à Boeing, il sera lancé par une Ariane 5
en 2017. Avec le système Viasat-3, ce sont trois satellites large bande de 6,4 t, fournis
par Boeing, qui doivent être déployés en orbite géostationnaire pour l’ensemble du
globe.
4.2. Le premier comsat du Bangladesh : une affaire franco-européenne
Bangabandhu-1 est le nom du premier satellite du Bangladesh : destiné aux
télécommunications et à la télévision (bandes C et Ku) depuis 119 degrés Est, il a été
commandé à Thales Alenia Space, qui pouvait le fournir avant la fin de 2017. Il s’agit
d’un Spacebus 4000B2 qui a des équipements d’alimentation électrique réalisés à
Charleroi par Thales Alenia Space Belgium. Son lancement ne devrait pas échapper à
Arianespace. On n’est pas à l’abri d’un contrat surprise.
4.3. Internet partout sur la planète : les opérateurs globaux de satellites
GEO complètent leur offre avec des constellations en LEO et MEO
- SES a pris une participation majoritaire dans sa filiale O3b qui exploite une douzaine
de satellite-relais en bande Ka sur une orbite moyenne équatoriale.
- Intelsat, pourtant aux prises avec une forte dette, a décidé d’investir dans la
constellation OneWeb de 648 micro-satellites en bande Ku, qui doivent être déployés
sur plusieurs plans d’orbite à 1.200 km d’altitude, entre fin 2018 et 2020. A condition
que le financement puisse suivre...
WEI n°85 2016-02 - 32
WALLONIE ESPACE INFOS n°85 mars-avril 2016
- Telesat au Canada a décidé d’aller de l’avant avec son projet HTS LEO epour
démontrer des connexions HTS (High Throughput Satellite) en bande Ka au moyen de
démonstrateurs à lancer fin 2017 en LEO: l’un sera fourni par SSL (ex-Space
Systems/Loral) et l’autre par SSTL (Surrey Satellite Technology Ltd).
5. Navigation/Galileo
L’Ardenne (avec Libin) de plus en plus à l’heure Galileo :
avec le choix de la Commission du site Galaxia de Transinne-Libin
C’est confirmé : la Commission européenne a retenu le site Galaxia de TransinneLibin (non du centre ESA de Redu-Libin et près de l’ESA BIC/Business Incubation
Center) pour implanter un élément clef du système Galileo de satellites civils pour la
navigation globale. L’infrastructure (2 300 m²) du Galileo ILS (Integrated Logistics
Support) a reçu le feu vert pour sa construction près de l’Euro Space Center Belgium.
La Région Wallonne va investir quelque 7 millions € pour accueillir un centre qui
deviendra opérationnel fin 2017 pour assurer la pleine opérationnalité de toutes les
stations au sol pour la constellation Galileo de l’Union. Comme le souligne le Ministre
Jean-Claude Marcourt, « la Wallonie a été sélectionnée sur la qualité du projet porté
par l’ensemble des acteurs régionaux et fédéraux, dont Idelux ». Ce sont une trentaine
d’emplois directs qui sont concernés par cette implantation à caractère européen.
La société VitroCiset Belgium de Transinne, déjà impliquée dans la logistique du
segment sol de Galileo, est appelée à jouer un rôle primordial dans la mise en œuvre
du Galileo ILS. Surtout si elle fait partie du consortium gagnant pour devenir
l’opérateur du système. Une compétition est en cours entre trois grands ténors :
Eutelsat, Airbus Defense & Space, Space Opal (avec VitroCiset Belgium). La
Commission doit faire son choix durant cet automne. Par ailleurs, le Centre ESA de
Redu, avec la société RSS (Redu Space Services), co-entreprise de SES Techcom et de
QinetiQ Space), est responsable de la campagne de tests sur orbite de chaque satellite
mis en orbite pour la constellation Galileo.
6. Sécurité & Espace/Défense spatiale
Prolifération des satellites espions :
la France spatiale exporte son expertise
Ils sont de plus en plus nombreux les Etats qui se dotent de satellites gouvernementaux
à très haute résolution. Ce sont des satellites espions qui sont mis en œuvre dans le
monde : l’industrie française des systèmes spatiaux n’est pas peu fière de clamer
qu’elle st la première à en exporter. Tant Airbus Defense & Space à Toulouse que
Thales Alenia Space à Cannes se sont équipés pour produire dans de courts délais (en
2 ans) des satellites d’observation à très haute résolution. Ainsi des « satellites
espions », qui sont destinés à sécuriser les frontières et à surveiller les trafics en tous
genres, sont en préparation en France pour des lancements entre 2016 et 2020 :
WEI n°85 2016-02 - 33
WALLONIE ESPACE INFOS n°85 mars-avril 2016
- chez Airbus Defense & Space (Toulouse), pour le Pérou (Perusat-1 à lancer cet été
avec Vega) ;
- chez Airbus Defense & Space (maître d’œuvre) et Thales Alenia Space (charge utile)
et en partenariat pour les Emirats Arabes Unis (Falcon Eye-1 et -2), pour le Maroc
(contrat secret de 2 satellites)
Par ailleurs, l’Egypte est intéressée par s’équiper prochainement en France avec deux
satellites d’observation militaire.
7. Science/Cosmic Vision
Report à la fenêtre martienne suivante :
ExoMars 2018 devient ExoMars 2020 à l’heure russo-européenne
Comme nous l’avions annoncé dans notre précédent bulletin sur base de contacts avec
des chercheurs concernés par cette mission martienne - cette information était publiée
dans le n°4 du nouveau bimensuel Aero Spatium (uniquement disponible sur internet)
-, le lancement de la sonde ExoMars 2018 est reporté à juillet 2020. Il faut préciser que
l’engin confié au lanceur Proton pour son envoi vers la Planète Rouge est autrement
plus complexe que ExoMars 2016 devant atteindre son objectif le 19 octobre prochain.
ExoMars 2020, qui sera réalisé dans un partenariat entre l’ESA et Roscosmos – en
échange d’un lancement avec Proton – comprendra un atterrisseur russe avec des
instruments scientifiques, ainsi qu’un rover européen de quelque 300 kg.
8. Exploration/Aurora
8.1. Les années 2020 : une décennie prodigieuse pour les préparatifs de
retour sur la Lune (Russie, Chine) et d’expédition sur Mars (Etats-Unis)
WEI n°85 2016-02 - 34
WALLONIE ESPACE INFOS n°85 mars-avril 2016
Il est toujours permis de rêver. Et la NASA ne s’en prive pas. Ces dernières semaines,
il est beaucoup question de l’avenir de son lanceur lourd, le SLS (Space Launch
System), qui doit permettre à des astronautes d’aller explorer le système solaire avec le
vaisseau Orion. A ce jour, un seul vol du SLS en 2018 est planifié par la NASA. La
suite se fait attendre… La prochaine décennie doit être marquée par les préparatifs,
espérons-le dans le cadre d’une coopération internationale, des lanceurs et systèmes
pour explorer la Lune, un astéroïde. Il faudra attendre les années 2030 pour qu’on
puisse (re)voir des hommes et des femmes effectuer un aller-retour sur un astre. Voici
comment l’entreprise russe Energia envisage d’aller coloniser notre satellite naturel.
De son côté, la Chine se montre intéressée par faire arriver un équipage de taïkonautes
sur la Lune…
8.2. La dernière grande idée d’Elon Musk (SpaceX) : poser son vaisseau
Red Dragon (inhabité) sur Mars avant la fin de la décennie…
On peut se demander où va s’arrêter l’ingéniosité de ce businessman d’origine sudafricaine. Créateur du Winzip et de Paypal, entrepreneur de transport spatial avec
SpaceX, constructeur des voitures électriques Tesla Motors, initiateur du système
Hyperloop Transport Technologies (capsules à grande vitesse dans un tube basse
pression), Elon Musk fait preuve d’une ingéniosité débordante. Ce qu’il imagine, il
entend le réaliser. L’adjectif « impossible » ne semble pas exister dans le répertoire
SpaceX… De façon discrète, via twitter qu’il privilégie pour sa communication, E.
Musk annonce qu’il se prépare à lancer vers Mars le vaisseau Red Dragon au moyen
de son puissant Falcon Heavy. Ce lanceur lourd - aux 1er étage et propulseurs
d’appoint récupérables - sera capable de placer plus de 54 t en orbite basse ou
d’expédier plus de 13 t vers la Planète Rouge. Il lui faut encore effectuer son vol
inaugural à la fin de cette année, avec trois ans de retard sur le planning prévu (on
prévoyait son lancement dès 2013).
WEI n°85 2016-02 - 35
WALLONIE ESPACE INFOS n°85 mars-avril 2016
Le vaisseau Red Drapon de SpaceX se posera-t-il à la surface de Mars
en 2019 pour les 50 ans de l’Homme sur la Lune?
E. Musk a fait d’Objectif Mars un axe prioritaire de ses ambitions technologiques. Les
candidats de Mars One pour aller sans retour sur Mars doivent applaudir devant
l’audace que manifeste SpaceX pour aller de l’avant dans l’exploration martienne. E.
Musk prévoit de communiquer sur son projet Red Dragon au prochain Congrès
international d’Astronautique (IAC 2016) qui se tiendra à Guadalajara (Mexique)
durant la dernière semaine de septembre.
8.3. Partenariat public-privé pour l’exploitation d’astéroïdes: le Grand
Duché mise sur Deep Space industries pour développer Prospector-X
Au cœur de l’Europe, le Luxembourg s’affiche comme le Grand Duché de l’Espace.
En ayant joué le trouble-fête pour l’exploitation commerciale des satellites de
télécommunications - dont il a fait des relais de télévision – sur le continent européen
en défiant les administrations nationales des PTT. Il a sur son territoire au Château de
Betzdorf (non de l’aéroport de Luxembourg-Findel) l’entreprise SES qui est le premier
opérateur de satellites pour la télévision et les télécommunications. Par ailleurs, il a
accueilli dans la capitale grand-ducal le siège administratif de la société Intelsat,
l’autre opérateur global de satellites géostationnaires (à présent le n°2).
Le gouvernement luxembourgeois est intéressé par l’exploitation des ressources
minières dans le système solaire. Il vient de conclure un accord de partenariat à long
terme avec la société américaine DSI (Deep Space Industries) qui développe des
systèmes pour la mise en œuvre commerciale d’astéroïdes. Avec le soutien de la SNCI
(Société Nationale de Crédit et d’Investissement) qui est actionnaire de la première
heure de SES, dans le cadre du programme spatial luxembourgeois LuxIMPULSE, il a
décidé d’investir dans la mission Prospector-X. Ce partenariat public-privé porte sur la
réalisation d’un Cubesat 3U et son utilisation autour de la Terre. Equipé pour
manœuvrer sur orbite, ce démonstrateur expérimental doit tester les technologies
devant servir à des expéditions lointaines dans l’espace. Il aura une paire de caméras
qui serviront à observer de près des « géocroiseurs » (astéroides qui croisent
régulièrement l'orbite de notre Terre).
9. Vols habités/International Space Station/Microgravité
9.1. Nouveaux bonds en avant pour la Chine spatiale : premiers lancements
des lanceurs CZ-7 et CZ-5 de nouvelle génération, module-laboratoire
Tiangong-2 devant être habité par deux taïkonautes durant 1 mois, essai du
ravitailleur automatique Tianzhou-1 et d’un bras télémanipulateur…
Ce 26 juin, le Wenchang Satellite Launch Center (WSLC), sur l’île de Hainan, doit
être inauguré par le vol inaugural du lanceur CZ-7. En octobre, ce sera au tour du
lanceur lourd CZ-5 d’entrer en scène. Ces deux lanceurs qui utilisent des propergols
WEI n°85 2016-02 - 36
WALLONIE ESPACE INFOS n°85 mars-avril 2016
écologiquement propres (oxygène liquide, kérozène, hydrogène liquide) seront des
outils clefs dans la mise en œuvre de la China Space Station (CSS) dont la
construction doit débuter en 2018.
Les prochains mois seront essentiels dans la préparation de la CSS :
- en septembre, satellisation avec un lanceur CZ-2F du module-laboratoire habitable
Tiangong-2 ;
- du 17 octobre au 16 novembre, mission Shenzhou-11 avec 2 taïkonautes masculins,
d’une durée de 30 jours 7 heures (comme le montre la photo du centre de contrôle des
vols habités lors d’une répétition des opérations) ;
- en avril 2017, satellisation avec le CZ-7 du ravitailleur automatique Tianzhou-1 qui
va manœuvre pour aller s’arrimer au Tiangong-2 ;
- durant l’été 2017, sans doute une mission Shenzhou-12 (à confirmer).
Au cours de 2018, un lanceur CZ-5 placera autour de la Terre Tianzhe, le module
principal de 22 t, qui, doté de plusieurs colliers d’arrimage, sera le cœur de la CSS. Cet
élément sera testé de manière intensive avant de recevoir le laboratoire n°1 Wentian
(en 2020), puis le laboratoire n°2 Xuntian (en 2022), lancés par des CZ-7.
Une présentation du programme CSS fut faite par le bureau d’ingénierie de la China
Manned Space Agency le 24 avril, qui est la Journée chinoise de l’Espace, date
anniversaire du lancement du premier satellite chinois - DFH-1 ou Dong Fang Hong-1
- le 24 avril 1970.
WEI n°85 2016-02 - 37
WALLONIE ESPACE INFOS n°85 mars-avril 2016
Ci-dessus des copies de deux transparents (en mandarin), qui permettent de se rendre
compte de l’ampleur du chantier chinois pour une station spatiale des années 2020.
Nous vous en présenterons d’autres dans le prochain Wallonie Espace Infos.
L’ESA suit de très près l’évolution de ce programme. Surtout que les jours sont
comptés pour l’ISS (International Space Station) qui doit fermer ses portes en 2024…
La Russie souhaiterait prolonger l’existence de l’ISS et s’en servir pour tester son
vaisseau Federatsia qui doit remplacer le vénérable Soyouz (il a bien mérité de prendre
sa retraite !).
La grande originalité avec la CSS sera l’utilisation d’un module-observatoire doté d’un
grand télescope. Utilisé en mode automatique, il viendra régulièrement rejoindre
l’infrastructure habitée de la CSS pour des opérations de maintenance et
d’améliorations de ses instruments.
9.2. Vladimir Plester, le ‘Mr Microgravity’ européen : à Beijing
comme conseiller scientifique au Centre de technologie et d’ingénierie
WEI n°85 2016-02 - 38
WALLONIE ESPACE INFOS n°85 mars-avril 2016
pour l’utilisation de l’espace, à l’Académie des Sciences de Chine
Le candidat-astronaute belge Vladimir Pletser, qui était responsable à l’ESTEC des
vols paraboliques de l’ESA pour des expériences en microgravité, a pris sa retraite
pour ses 60 ans, le 20 février dernier. Il compte à son actif plus de 6760 paraboles, soit
plus de 36 heures et demie en microgravité ! Il ne pouvait rester actif et on le retrouve
à Beijing. Il a été invité par l’Académie des Sciences de Chine à apporter son expertise
pour la gestion et la coordination d’expériences en microgravité, à participer aux
travaux de conception de charges utiles pour des recherches en microgravité ; ainsi
qu’au planning des missions futures de la Chine. Ainsi sera-t-il impliqué dans la
préparation des laboratoires pour la CSS (China Space Station). Il espère bien qu’un
astronaute de l’ESA participera à une mission, avec des taïkonautes, dans la CSS.
10. Débris spatiaux/Space Situational Awareness (SSA)
Le grand danger de satellites qui deviennent
des débris incontrôlables : les cas se multiplient…
En quelques semaines, la pollution de l’espace vient de connaître un accroissement
dramatique des risques sur orbite avec des satellites devenus des épaves. Comme le
faisait remarquer Sir Martin Sweeting, le père des petits satellites à de fins éducatives
et le créateur de constellations pour l’observation de la Terre, les satellites n’ont pas
été conçus à ce jour pour résister aux contraintes mécaniques liées aux fortes
variations thermiques sur orbite. Les structures sont soumises à un échauffement
jusqu’à 120 degrés en étant exposées au soleil, puis à moins 100 degrés en étant
plongés dans la nuit. Ainsi des satellites tombent soudainement en panne. On vient
d’enregistrer deux cas qui risquent de provoquer de débris gênants pour le trafic sur
orbite:
- le satellite météo DMSP-5D3 F19 de l’US Air Force ; en orbite héliosyncrhone
depuis le 3 avril 2014, il s’est soudainement arrêté de fonctionner le 11 février dernier,
ce qui en fait un sérieux débris.
- le module-laboratoire chinois Tiangong-1 ; satellisé depuis septembre 2011 à quelque
370 km, il a servi aux arrimages de deux vaisseaux, le Shenzhou-9 inhabité et le
Shenszhou-10 avec un équipage de trois taïkonautes (du 11 au 26 juin 2013), mais il
ne répond plus aux commandes du centre de contrôle depuis le 21 mars dernier ; on
est sûr qu’il va prochainement retomber dans l’atmosphère, mais on ne sait pas quel
sera le point d’impact…
- le satellite d’astronomie japonais Astro-H/Hitomi qui, lancé avec succès le 2 avril, ne
pourra réaliser sa mission fort attendue; suite à une erreur humaine lors de son
développement, il aurait été victime d’une dislocation partielle sur orbite, provoquant
des débris autour de lui…
11. Tourisme spatial/véhicules suborbitaux
Blue Origin : 4ème réutilisation réussie du vaisseau New Shepard,
WEI n°85 2016-02 - 39
WALLONIE ESPACE INFOS n°85 mars-avril 2016
avec des expériences à bord pour des chercheurs américains
Blue Origin, l’entreprise de systèmes spatiaux (propulseurs, lanceurs, capsules) de Jeff
Bezos continue de marquer des points dans la mise au point de son vaisseau avec fusée
cryogénique pour des vols en microgravité, à la lisière de l’espace. Le 2 avril,
l’ensemble New Shepard est monté à 103,4 km : la fusée est revenue se poser intacte
sans encombres pour la 3ème fois, tandis que la capsule a atterri, ralentie par des
parachutes. A bord, se trouvaient deux expériences scientifiques fournies par
l’University of Central Florida et le Southwest Research Institute. On se rapproche peu
à peu d’un vol avec un équipage à bord. Sans doute pour cet été ?
12. Petits satellites/Technologie/Incubation
Nano-satellites belges : la descendance d’OUFTI-1 est assurée
avec QB50, PICASSO, SIMBA, ESA AIM Cubesat…
C’est l’Université de Liège qui a tiré la première… un Cubesat de sa conception et de
sa fabrication. Le nano-satellite OUFTI-1 (Orbital Utility for Telecommunication
Innovation) de 1 kg - un Simple cubesat - était le fruit de travaux de fin d’études d’une
cinquantaine d’étudiants, aux côtés de professeurs et d’assistants de l’Université, des
HEPL (Haute Ecole Province de Liège) et HELMO Gramme (Haute Ecole Libre
Mosane). Son développement fait des émules en Belgique. OUFTI-1 a donné le coup
d’envoi à plusieurs missions scientifiques basées sur des bus Cubesat, avec le soutien
de Belspo :
- Le Von Karman Institute (VKI) a entrepris l’ambitieux projet scientifique d’une
constellation faite de 40 à 50 nano-satellites ou Double cubesats équipés pour des
mesures « in situ » dans la haute atmosphère; leur déploiement est prévu en 2017 à
partir de l’ISS (International Space Station).
- L’Institut d’Aéronomie Spatiale de Belgique (IASB) prépare avec la firme écossaise
Clyde Space le Triple cubesat PICASSO (Pico-Satellite for Atmosphere & Space
Science Observations) à lancer en 2017 pour une mission d’étude des composants
atmosphériques.
- L’Institut Royal Météorologique (IRM) développe avec la société néerlandais ISIS et
la KUL (Katholieke Universiteit Leuven) le Triple cubesat SIMBA (Sun-earth
IMBAlance), dont le lancement est prévu en 2018.
- L’Observatoire Royal de Belgique (ORB) propose à l’ESA l’arrivée d’un Triple
cubesat sur le sol d’un astéroïde pour une exploration « in situ », dans le cadre de
l’ambitieux projet ESA-NASA AIM (Asteroid Impact Mission).
13. Education/formation aux sciences et techniques spatiales
13.1. L’Euro Space Center à l’heure chinoise : avec expo sur l’Empire
du Milieu dans l’espace, avec circuit visiteurs traduit en mandarin…
WEI n°85 2016-02 - 40
WALLONIE ESPACE INFOS n°85 mars-avril 2016
Depuis 25 ans - il fut inauguré le 19 juin 1991 le long de l’autoroute E411 BruxellesLuxembourg -, l’Euro Space Center/Belgium est devenu en Europe un bel exemple
d’infrastructure consacrée à l’odyssée de l’espace. Son directeur Jean Marcel Thomas
ne compte pas ses efforts pour que le centre soit toujours branché à l’actualité spatiale
et pour en faire un site de référence internationale. Récemment, en allant sur place, il a
« conquis » la grande Chine pour que ses jeunes, passionnés par l’astronautique,
viennent séjourner en Belgique et visiter l’Europe. Depuis 2013, ils sont quelque 600
étudiants chinois qui ont effectué un stage de 3 à 5 jours à l’Euro Space Center de
Transinne-Libin.
Jean-Marcel Thomas veut aller plus loin en rendant le centre plus accessible pour une
audience chinoise. Il prévoit pour cet été une exposition sur la Chine dans l’espace –
n’est-ce pas là qu’on a inventé la fusée à poudre ? -, l’adaptation du circuit visiteurs en
mandarin, la visite de l’ambassadeur chinois… Récemment, l’Agence Chine Nouvelle
(Xinhua) l’a interviewé. Il a fait part de son enthousiasme pour les progrès des Chinois
dans l’espace : « J’en suis convaincu, grâce à la Chine, nous serons capables dans les
quelques années à venir de nouveautés dans la connaissance et la technologie,
nouveautés qui permettront d’apprendre davantage sur le comportement de notre
planète et sur le fonctionnement de l’Univers. » Il est surtout ravi que des coopérations
se font entre la Belgique et la Chine, via Belspo, le CSL, la PME Amos…
13.2. ESA Space Academy à Redu-Libin : futurs ingénieurs et physiciens
dans la campagne ardennaise pour s’initier aux systèmes spatiaux
Qui eût pu imaginer que l’Ardenne deviendrait un jour terre pour la formation des
prochains ingénieurs et techniciens de l’Europe spatiale. L’ESA, dans son Centre de
Redu (commune de Libin, province de Luxembourg) est en train de mettre sur pied
une académie de l’espace pour éduquer les doctorants et étudiants aux défis des
systèmes à bord des satellites. L’ULg se porte candidate pour que des professeurs et
chercheurs aillent y enseigner leur expertise. D’autant que son savoir-faire vient d’être
mis à l’honneur sur orbite avec le nano-satellite OUFTI-1 qui sert aux communications
entre radio-amateurs.
14. Wallonie-Bruxelles dans l'espace
14.1. Wallonie Espace : déjà vingt ans
qui seront fêtés à Louvain-la-Neuve
Deux décennies au service de l’espace en Belgique, en Europe et dans le monde : un
beau bilan pour le Cluster Wallonie Espace, qui représente au sein du Pôle de
compétences Skywin (Plan Marshall) les acteurs wallons (industriels, instituts,
laboratoires) de la technologie des systèmes spatiaux et services satellitaires. Ce
vingtième anniversaire sera fêté par une soirée, le 22 septembre (uniquement sur
invitation), à Louvain-la-Neuve (site en cours de sélection).
WEI n°85 2016-02 - 41
WALLONIE ESPACE INFOS n°85 mars-avril 2016
L’association voyait le jour le 5 janvier 1996 lors d’une assemblée constitutive au
Parlement wallon. Elle comptait 12 membres fondateurs : Amos, Ciset (aujourd’hui
VitroCiset Belgium), ETCA (à présent Thales Alenia Space Belgium), Gillam,
SABCA, Sonaca, Spacebel, Techspace Aero, UCL, ULB, ULg et CSL. Elle affiche un
réel dynamisme autour de 35 membres fort actifs. Ainsi l’Université de Liège, qui
organise pour le secteur spatial les formations - science et ingénierie - de la
Communauté française de Belgique, lui fait un magnifique cadeau
d’anniversaire grâce à l’ESA (European Space Agency) : le nano-satellite OUFTI-1
(Orbital Utility For Telecommunication Innovations) de 1 kg, qui est un produit du
terroir wallon, se trouve sur orbite depuis le 25 avril, lancé par le 14ème Soyouz
guyanais.
14.2. Missions spatiales avec du "made in Wallonie-Bruxelles"
Régulièrement, sous la forme de ce tableau, nous faisons état des lancements de
satellites ou des missions spatiales qui utilisent du matériel des membres de Wallonie
Espace.
Il ne se passe pas une semaine sans qu'une mission spatiale
dans le monde n'implique un centre de recherches
ou une entreprise en Wallonie et à Bruxelles.
Ce résultat est rendu possible grâce aux efforts consentis par l'Etat belge, depuis quatre
décennies, dans les programmes de l'Europe dans l'espace.
Afin d'être au courant des principales caractéristiques (maître d'oeuvre, plateforme, performances, planning...) des satellites et lanceurs (classés par pays), le
site de Gunter's Space, bien tenu à jour, est à recommander :
http://www.skyrocket.de/space/
Pour l'actualité quotidienne concernant le spatial dans le monde :
http://www.spacetoday.net/
http://www.spacedaily.com/
Evénement spatial
Participation wallonne de chercheurs et d’industriels
Lancement Longue Marche 3B depuis Xichang,
prévu le 16 janvier, du satellite de
télécommunications BelinterSat-1/Chinasat-15
réalisé par la CAST (China Academy of Space
Technology) pour Belintersat (Bélarus)
Lancement du Falcon 9 v1.1 (dernier
exemplaire), le 17 janvier 2016 (à confirmer),
avec le satellite d’océanographie Jason-3 (Thales
Alenia Space) pour la NOAA (USA) et Eumetsat
(Europe)
Lancement Rokot-BreezeM depuis Plesetsk, le
16 février, du satellite d’observation multispectrale Sentinel-3A (Thales Alenia Space) pour
le système Copernicus (Commission européenne)
Contribution de Thales Alenia Space Belgium à l’électronique de la
charge utile du satellite « made in China » pour le Bélarus.
Contribution de Thales Alenia Space Belgium à la plate-forme du
Jason-3 et des modules de distribution d’énergie sur l’altimètre
Poseidon, l’élément principal de la charge utile.
Participation de Thales Alenia Space Belgium à l’électronique de
bord. Essais au CSL (Centre Spatial de Liège) de l’instrument
multispectral OLCI (Ocean & Land Colour Instrument).
WEI n°85 2016-02 - 42
WALLONIE ESPACE INFOS n°85 mars-avril 2016
Lancement V228, le 27 janvier, d’Ariane 5-ECA
avec le satellite de télécommunications Intelsat29e (Boeing Satellite Systems) pour le système
Intelsat (USA/Luxembourg).
Lancement Proton, le 29 janvier, depuis
Baïkonour avec le satellite de télécommunications
Eutelsat 9B (Airbus D&S) pour Eutelsat
(Europe), avec la charge hôte EDRS-A de liaisons
optiques/laser (Airbus Tesat-Spacecom) pour
l’ESA dans le cadre du partenariat public-privé
avec Airbus D&S (SpaceDataHighway/Europe).
Lancement V229, le 9 mars, d’Ariane 5-ECA
avec le satellite de télécommunications Eutelsat65 WestA (SSL, ex-Space Systems/Loral) pour le
système Eutelsat (France).
Lancement Proton, le 14 mars, de la sonde
ExoMars 2016, comprenant TGO (Trace Gas
Orbiter) et EDM (Entry, Descent & landing
Demonstrator) Schiaparelli réalisés par Thales
Alenia Space pour l’ESA (Europe) et Roscosmos
(Russie).
Lancement VS14 du Soyouz ST guyanais, le 25
avril, avec le satellite d’observation radar
Sentinel-1B (Thales Alenia Space Italia) pour le
système Copernicus (Commission Européenne),
avec les Cubesats est@r ( /Italie), AAUSat-4
(/Danemark) et OUFTI-1 (ULg/Belgique), le
micro-satellite Microscope (CNES/France)
Lancement VS15 du Soyouz ST guyanais, prévu
le 24 mai, avec deux Galileo FOC (OHB +
SSTL), baptisés Andriana et Liene, pour le
déploiement d’une constellation civile de satellites
de
navigation
(Commission
EuropéenneGSA/European GNSS Agency)
Lancement V230, prévu le 8 juin, d’Ariane 5ECA avec le satellite de télédiffusion directe
Echostar-18 (SSL, ex-Space Systems/Loral) pour
Echostar/Dish Network Corp (USA) et le satellite
de télécommunications d’affaires BRIsat-1 (SSL)
pour le réseau de Bank Rakyat Indonesia.
Participation au lanceur Ariane 5 de SABCA (servocommandes,
structures), de Thales Alenia Space Belgium (nombreux éléments et
composants d’avionique pour la case à équipements), Techspace
Aero (vannes et organes de commande). Centre de Contrôle n°3
(pour les opérations du compte à rebours) équipé et mis en œuvre par
Thales Alenia Space Belgium. Implication de Cegelec dans le
fonctionnement du Centre Spatial Guyanais.
Participation au lanceur Ariane 5 de SABCA (servocommandes,
structures), de Thales Alenia Space Belgium (nombreux éléments et
composants d’avionique pour la case à équipements), Techspace
Aero (vannes et organes de commande)
Participation au lanceur Ariane 5 de SABCA (servocommandes,
structures), de Thales Alenia Space Belgium (nombreux éléments et
composants d’avionique pour la case à équipements), Techspace
Aero (vannes et organes de commande). Centre de Contrôle n°3
(pour les opérations du compte à rebours) équipé et mis en œuvre par
Thales Alenia Space Belgium. Implication de Cegelec dans le
fonctionnement du Centre Spatial Guyanais.
Participation de Thales Alenia Space Belgium à TGO. Instrument à
bord pour l’expérience NOMAD (Nadir & Occultation for Mars
Discovery) de l’Institut Royal d’Aéronomie Spatiale, qui est
constitué de SO (Solar Occultation), de LNO (Limb, Nadir & solar
Occutation) et UVIS (Ultraviolet Imaging Spectrograph) : à sa
réalisation ont participé le CSL (Centre Spatial de Liège) pour les
tests sous vide, Amos, Lambda-X, Thales Alenia Space Belgium.
Participation de Thales Alenia Space à l’équipement sauvegarde du
lanceur Soyouz guyanais. Participation de Thales Alenia Space
Belgium à Sentinel-1B. Implication du CSL dans le traitement des
données SAR de Sentinel-1B. Réalisation à l’ULg, à HEPL/ISIL et
HELMO du nano-satellite OUFTI-1, avec les industriels wallons :
Deltatec, Thales Alenia Space Belgium, Microsys, CSL, Spacebel,
Open Engineering, V2i, Samtech/Siemens, Technifutur.
Participation de Thales Alenia Space Belgium à l’alimentation
électrique de chaque Galileo FOC. Thales Alenia Space Belgium à
bord du Soyouz ST guyanais avec le système KSE (Kit Sauvegarde
Européen). A noter que le Centre ESA de Redu, avec Redu Space
Services, est chargé des tests sur orbite, en bande L, de chaque
satellite Galileo FOC. Contribution de Spacebel au logiciel de
manipulation des données à bord de chaque satellite en soutien des
opérations au sol. Implication de VitroCiset Belgium dans le segment
sol du système Galileo.
Participation au lanceur Ariane 5 de SABCA (servocommandes,
structures), de Thales Alenia Space Belgium (nombreux éléments et
composants d’avionique pour la case à équipements), Techspace
Aero (vannes et organes de commande). Centre de Contrôle n°3
(pour les opérations du compte à rebours) équipé et mis en œuvre par
Thales Alenia Space Belgium. Implication de Cegelec dans le
fonctionnement du Centre Spatial Guyanais.
WEI n°85 2016-02 - 43
WALLONIE ESPACE INFOS n°85 mars-avril 2016
Lancement V231, prévu début juillet, d’Ariane
5-ECA avec le satellite de télécommunications
militaires en bande X DSN-1 (NEC) pour
l’opérateur DSN/Defense Satellite Network Corp
(Japon) et le satellite de télécommunications
Gsat-18 (ISRO) pour le système Insat (Inde).
Participation au lanceur Ariane 5 de SABCA (servocommandes,
structures), de Thales Alenia Space Belgium (nombreux éléments et
composants d’avionique pour la case à équipements), Techspace
Aero (vannes et organes de commande). Centre de Contrôle n°3
(pour les opérations du compte à rebours) équipé et mis en œuvre par
Thales Alenia Space Belgium. Implication de Cegelec dans le
fonctionnement du Centre Spatial Guyanais.
15. CALENDRIER 2015-2016
D'"EVENEMENTS SPATIAUX" POUR LA BELGIQUE
(*) Théo Pirard prévoit de participer à ces événements.
Note : si vous avez des conférences qui peuvent intéresser des chercheurs et ingénieurs
du domaine spatial, n’hésitez pas à les communiquer pour les inclure dans cet agenda.
2016
(*) 9-13 mai : ESA Living Planet Symposium, à Prague (Palais des Congrès) : cette
conférence avec exposition est organisée tous les 3 ans pour faire le point sur l’utilisation des
satellites de télédétection pour la météorologie, l’océanographie, l’aéronomie, la géodésie, les
applications terrestres… Avec quelque 3000 participants, c’est l’une des plus importantes sur
l’observation de notre planète par satellites. Un événement d’autant plus attendu que l’Union
Européenne aura en service trois satellites Sentinel de l’ESA. Il sera question des missions
Earth Explorer, des nouvelles générations de Meteosat et de Metop, de Proba et de
Végétation…
10-11 mai : Conférence ICT & Space Alliance, au Centre de Convention européenne à
Luxembourg, sur le thème de la démocratisation de l’espace ou quand le spatial rencontre le
numérique, pour mettre en contact investisseurs et entrepreneurs dans le domaine des TIC
(Technologies de l’Information et de la Communication) à la mode des satellites (haut débit,
constellations).
20-21 mai : ActInSpace à l’Euro Space Center/Belgium, Transinne-Libin. Organisées par
le CNES, ESA, Airbus Defense & Space, NoveSpace, avec le soutien de WSLlux, de Belspo,
de Skywin, Sonaca, Vitrociset Belgium, Techspace Aero/Safran Aero Boosters et Thales
Alenia Space, ces deux journées (vendredi et samedi), inédites en Wallonie, sont placées sur
le thème porteur, plus que jamais à l’ordre du jour: Inventons les applications de la
technologie spatiale pour la vie de tous les jours.
Les Journées ActInSpace visent à stimuler l’esprit entrepreneurial dans des activités liées aux
systèmes spatiaux et à leurs applications. Il est ouvert aux chercheurs, étudiants, investisseurs
qui sont attirés par l’innovation continue, notamment dans les TIC ou Technologies de
l’Information et de la Communication. Si vous êtes intéressé par le business en plein essor des
satellites, vous ne pourrez manquer ce rendez-vous. L’objectif est de faire éclore une
WEI n°85 2016-02 - 44
WALLONIE ESPACE INFOS n°85 mars-avril 2016
vingtaine de start-ups ! C’est l’occasion de faire connaissance avec l’ESA Business
Incubation Centre du « Galaxia Park » de Transinne-Libin. Voir site : www.actinspace.org
Le CNES a une rubrique fort intéressante qui présente ActInSpace sous le titre Créer son
entreprise grâce au spatial : https://cnes.fr/fr/actinspace
23-27 mai : Clean Space Industrial Days, à l’ESTEC (Noordwijk), organisé par l’ESA dans
le cadre des activités SDM (Space Debris Mitigation) et ADR (Active Debris Removal). Une
mission de dépollution de l’environnement spatial sera proposée pour un financement au
Conseil ESA ministériel de Lucerne le 2 décembre.
30 mai-3 juin : Symposium IAA 4S (Small Satellites Systems & Services) avec l’ESA au
Grand Hôtel Excelsior de Malte. C’est l’occasion de joindre l’utile à l’agréable en faisant le
point dans un site balnéaire sur les missions des petits satellites.
(*) 1-4 juin : ILA 2016 – Berlin Air Show, au Berlin ExpoCenter Airport, près de l’aéroport
de Schönefeld et du nouvel aéroport international… qui n’est toujours pas fonctionnel.
(*) 6-7 juin : GLIS 2016 (Global conference on Space and the Information Society) à
Genève, organisé par l’IAF et par l’UIT (Union Internationale des Télécommunications) pour
faire le point sur le rôle des systèmes spatiaux dans les Technologies de l’Information et de la
Communication (TIC).
18-20 juin : Toulouse Space Show’16, l’événement de la Région de Midi-Pyrénées pour
faire le point sur l’infrastructure, les technologies et les applications dans l’espace. Avec la
présence de l’industrie wallonne des systèmes et services spatiaux, via l’Awex et Skywin.
30 juillet-7 août : 41st COSPAR Scientific Assembly, à Istanbul (Turquie)
(*) 8-12 septembre : IBC 2016, à Amsterdam (RAI), rendez-vous européen (conférence et
exposition) concernant les TIC (Technologies de l’Information et de la Communication).
(*) 12-16 septembre : World Satellite Business Week, organisé par Euroconsult à l’Hôtel
Westin, Paris. Cette semaine de conférences, qui réunit les top managers des entreprises ayant
un rôle influent sur le développement des systèmes spatiaux, permet de faire le point sur l’état
du monde pour le business dans l’espace (satellites de télécommunications, de télédétection).
Elle comprendra le 20th Summit for Satellite Financing, le 13th Symposium on Satcom
Market Forecasts, le 8th Summit on Earth Observation Business. Un rendez-vous à ne pas
manqueer par les acteurs du business spatial à l’heure des TIC (Technologies de l’Information
et de la Communication).
22 septembre : Colloque Le chanoine Lemaître, un Carolo, père du Big Bang, à partir de
16 h, au Palais des Beaux-Arts de Charleroi, dans le cadre des activités « société, lettres et
arts » de l’Académie royale de Belgique. Voir sur le site : www.academieroyale.be
(*) 22 septembre : Grande soirée d’anniversaire (de 18 h 30 à 23 h) – sur invitation – à
Louvain-la-Neuve pour les vingt ans de l’association Wallonie Espace qui fait partie du
Pôle de Compétitivité Skywin (Plan Marshall).
WEI n°85 2016-02 - 45
WALLONIE ESPACE INFOS n°85 mars-avril 2016
(*) 26-30 septembre 2016: 67th IAC à Guadalajara (Mexique) sur le thème « Making space
accessible and affordable to all countries ». Mettre le spatial à la portée de tous les pays : tel
est le thème retenu pour l’édition 2016. Ce sera l’occasion de faire plus ambple connaissance
avec les activités spatiales en amérique Latine : Argentine, Brésil, Mexique, Vénézuela,
Bolivie, Chili, Pérou, Nicaragua… Elon Musk, le fondateur et boss de SpaceX, devrait
profiter de cette conférence annuelle qui réunit la communauté mondiale de l’astronautique
pour donner des détails sur la mission du Red Dragon qu’il a programmée dès 2018-2019 – en
partenariat avec la NASA - sur la Planète Rouge !
(*) 30 octobre, à 18 h : Il y a 50 ans, Grand Duel pour la Lune, organisée par l’ASBL
Amis du Ban de Soiron, à l’Eglise de Soiron-Pepinster. Deux fans de l’astronautique – le
physicien Christian Barbier (Centre Spatial de Liège) et l’historien Théo Pirard (Space
Information Center/Belgium) – vont s’affronter dans une joute oratoire, émaillée de
documents photos et vidéo, pour faire revivre le match historique entre Russes et Américains
pour être les premiers sur la surface lunaire et revenir en toute sécurité...
(*) 2, 3 & 4 novembre: 3rd Space Access International Conference, à Paris, organisée par
Astech Paris Region pour mettre en évidence les enjeux des systèmes spatiaux pour le
business d’applications innovantes.
(*) Novembre : ESWW 13 ou 13th European Space Weather Week, organisé par le STCE
(Solar terrestrial Centre of Excellence), par l’ESA et le Space Weather Working Team
(Observatoire Royal de Belgique).
(*) 1er-2 décembre : Conseil ESA au niveau ministériel à Lucerne (Suisse). Au menu : le
développement d’Ariane 6, la participation européenne à l’ISS, une mission - avec la NASA d’exploration d’un astéroïde, le financement de nouveaux programmes de technologie
spatiale…
25-29 septembre 2017 : 68th IAC à Adélaïde (Australie).
(*) Septembre-Octobre 2018 : 69th IAC à Brême (Allemagne)
14-22 juillet 2018 : 42nd COSPAR Scientific Assembly, à Pasadena (Californie)
Eté 2019 : un IAC à Washington D.C. ou à Orlando (Floride) pour célébrer les 50 ans de
l’Homme sur la Lune (mission Apollo 11).
Annexes-tableaux (en anglais)
A.1. Calendrier des prochaines missions de l’Europe dans l’espace
(2015-2022)
Cette liste, qui veut montrer que la technologie spatiale est une réalité bien vivante
dans l’Union européenne, s’efforce d’être la plus complète possible mais elle ne
prétend pas être exhaustive. La difficulté réside dans la mise à jour de ce calendrier,
car le planning des missions – surtout d’ordre scientifique et technologique - n’est
guère respecté. On s’efforce, dans la mesure du possible et sans être certain des dates
WEI n°85 2016-02 - 46
WALLONIE ESPACE INFOS n°85 mars-avril 2016
de lancement, d’inclure les pico- et nano-satellites (Cubesat) qui est réalisés par des
teams d’étudiants comme outils d’éducation et de recherche… S’il manque l’une ou
l’autre mission, pouvez-vous le signaler (theopirard@yahoo.fr) ?
Surlignés en bleu : les missions ESA, Eumetsat et Union
Surlignés en rouge : les missions ESA vers l’ISS
Surlignés en vert : les satellites d’opérateurs commerciaux
Si vous avez des suggestions à faire, des modifications à apporter, n'hésitez pas à
le faire: elles seront les bienvenues.
Courriel : theopirard@yahoo.fr
NAME
LISA PATHFINDER
GALILEO FOC 8-9
EUTELSAT-36C/AMU-1
BELINTERSAT-1
JASON-3
Launch
3 December 2015
17 December 2015
24 December 2015
15 January 2016
17 January 2016
EUTELSAT-9B + EDRS-A 29 January 2016
Launcher
Vega
Soyuz CSG
Proton
Long March 3
Falcon 9 v.1.1
Proton
16 Febrary 2016
4 March 2016
9 March 2016
14 March 2016
Rokot
Falcon 9 FT
Ariane 5
Proton
AALTO-1
PILSENCUBE
POLYTEC-1/NAOSAT
ROBUSTA-1B
ELISE
TECHNOSAT
CYGNUS CRS-5
BIROS/FIREBIRD
NORSAT-1
25 April 2016
25 April 2016
25 April 2016
25 April 2016
25 April 2016
24 May 2016
June 2016
June 2016
2016
2016
2016
2016?
2016?
2016?
2016?
2016?
2016?
2016
2016
July 2016 ?
Soyuz 2 CSG
Soyuz 2 CSG
Soyuz 2 CSG
Soyuz 2 CSG
Soyuz 2 CSG
Soyuz CSG
PSLV
PSLV
Dnepr?
Falcon 9 v.1.1
Ariane 5 ES
TBD
TBD
TBD
TBD
TBD
TBD
Antares 230
Soyuz
Vega
OTB-1
LAPAN TUBSAT-A3?
FLYING LAPTOP
MICROPPTSAT ?
ATMOCUBE
AYSEM-1
2016?
2016?
2016?
2016?
2016?
2016?
TBD
PSLV
Soyuz
Vega ?
Vega ?
PSLV ?
SENTINEL-3A
SES-9
EUTELSAT-65 WEST A
EXOMARS-1 TGO +
EDM LANDER SCHIAPARELLI
SENTINEL-1B
MICROSCOPE
OUFTI-1/LEODIUM
AAUSAT-4
E@STAR-2
GALILEO FOC 13-14
MAX VALIER SATELLITE
BEESAT-4
PAZ/SEOSAR
EUTELSAT 117 WestB
GALILEO FOC 7 & 10-12
Mission (agency/operator)
Technological demonstrator (ESA)
Navigation (Commission + ESA)
Communications (Eutelsat + RSCC)
Communications (Belintersat-Belarus)
Oceanography (Eumetsat + NOAA)
Prime contractor
Airbus D&S Satellites
OHB-System + SSTL
Airbus Defence & Space
CASC/China + CGWIC
Thales Alenia Space (F) +
CNES
Communications (Eutelsat + Airbus Airbus D&S + ESA
D&S)
Oceanography GMES (ESA)
Thales Alenia Space (F)
Communications (SES)
Boeing Satellite Systems
Communications (Eutelsat/Echostar)
Space Systems/Loral
Mars exploration with orbiter and lander Thales Alenia Space
(ESA + Roscosmos)
Radar observations GMES (ESA)
Thales Alenia Space (I)
Technology (CNES + ESA)
CNES + ONERA
Télécom D-Star (Amsat ?)
Un. Liege + CSL + ESA
Maritime surveillance (AAU)
Aalborg University + ESA
Technology (Polytechnics Turin)
Polytechnics Turin + ESA
Navigation (Commission + ESA)
OHB-System + SSTL
Astronomy Quadsat (Inst Bozen)
Inst Bozen + MPE Garching
Technological Cubesat (TU Berlin)
TU Berlin + DLR ?
Military radar (CDTI)
CDTI + EADS CASA + INTA
Communications (Eutelsat Americas)
Boeing Satellite Systems
Navigation (Commission + ESA)
OHB-System + SSTL
Earth Observation (VTT Finland)
VTT Finland
Communications (Un. West Bohemia)
Un. West Bohemia
Earth observations (Un. Pol. Valencia) Noasat + Un. Valencia
Radiation testing (Un. Montpellier)
ESA + Un. Montpellier
12U Cubesat demonstrator (Nexeya)
Nexeya + Silicom
Technological microsat (TU Berlin)
TU Berlin + DLR ?
COTS module to ISS (Orbital Sciences) + Thales Alenia Space Italia
Infrared earth observations (DLR)
DLR + ?
Sea & space surveillance (Norsk Norsk Romsenter + Un.
Romsenter)
Toronto
Orbital Test Bed (SSTL)
SSTL
HDTV Earth imagery (TU Berlin)
TU Berlin + LAPAN
Technology (IRS Un.Stuttgart)
IRS Un.Stuttgart
Cubesat micropropulseurs (ARC)
Austrian Research Centers
Cubesat scientifique (Un. Trieste)
Un. Trieste
Türkish Cubesat (Bahcesehir Un)
Bahcesehir University/ CalPoly
WEI n°85 2016-02 - 47
WALLONIE ESPACE INFOS n°85 mars-avril 2016
BEOSAT ?
ESTELLE
IMSAT ?
NADEGE
HEIDELSAT
ESTCUBE-2
NUTS
VKI RE-ENTSAT
INFLATESAIL
GOSSAMER-1
CFOSAT?
SENTINEL-5
PRECURSOR
SES-10
2016?
2016?
2016?
2016?
2016?
2016?
2016
2016
2016
2016
2016
2016
PSLV ?
Dnepr
PSLV or Vega
TBD
PSLV ?
TBD
TBD
TBD
TBD
TBD
Long March 2C
Rokot
Space environment (ERIG)
Technology cubesat (Estonia)
Remote sensing microsat (ASI)
Triple Cubesat techno (Nexeya)
Triple Cubesat (FH Heidelberg)
Micro-propulsion (Un. Tartu)
Gravity waves (NTNU)
Re-entry experiment (VKI)
Solar sail demonstrator (SSC)
Solar sail demonstrator (DLR + ESA)
Oceanography (CNES + CNSA)
Atmosphere chemistry (ESA + TNO)
Univ. Braunschweig
Tartu University + NanoSpace
Carlo Gavazzi Space ?
Nexeya + Silicom
FH Heidelberg + DLR
Un. Tartu, Estonia
NTNU, Norway
VKI, Belgium + ?
Surrey Space Center
DLR/Kayser Threde
CNSA + Thales Alenia Space
Airbus D&S UK + TNO
2016
Falcon 9 FT
Airbus D&S
OPS-SAT
QBITO
2016
2016
TBD
TBD
SES-11/ECHOSTAR 105
2016
Falcon 9 FT
NOVASAR-S
2016
TBD
HISPASAT-1F
OPSAT-3000
2016
2016
Ariane 5
Vega
UPMSAT-2 UNION
VENTA-1
NEMO-HD
PRISMA ITALIA
ALMASAT-EO
GAMASAT-1
OPTOS-2G
DELFFI/DELTA + PHI
PICASSO
GOSSAMER-3
S-NET-1/-2/-3/-4
NANOSAT-2A
METOP-C/EPS
VENµS
SENTINEL-3B
HISPASAT AG-1
TARANIS
GÖKTÜRK-3
TUBIN
2016
2016
2016?
2017?
2017?
2017
2017
2017
2017
2017
2017
2017
2017
2017
2017
2017
2017
2017
2017
Dnepr ?
Dnepr ?
Dnepr ?
Vega ?
Vega ?
TBD
TBD
TBD
TBD
TBD
TBD
TBD
Soyuz 2 CSG
Vega
Soyouz 2 ?
Ariane 5
Vega
TBD
TBD
GALILEO FOC 15-18
EUTELSAT-172B
AMAZONAS-5
MUSIS CSO-1
2017
2017
2017
2017
Ariane 5 ES
Ariane 5
Ariane 5 ?
Vega ?
Broadcasts/communications in Latin
America (SES)
Technological triple cubesat (ESA)
Spain QB50 (Un Pol Madrid)
Broadcasts/communications (SES)
S-band radar satellite (UKSpace +
SSTL)
Communications (Hispasat)
Dual-use high-resolution EO (It.
Min.Defence)
Earth environment monitoring (UPM)
AIS Quadsat (Ventspils + Un. Bremen)
Earth observations (SFL + Space-SI)
Security monitoring (ASI)
Earth Observations (Min Univ & Res)
Reentry test (Un. Porto)
Astrophysics (INTA + ?)
Formation flight (TU Delft)
Aeronomy (Clyde Space)
Large solar sail demonstrator (DLR)
Nanosat constellation (TU Berlin)
Technology (INTA + ?)
Polar meteo (Eumetsat +NOAA)
Observations (CNES + ISA)
Oceanography GMES (ESA)
Communications (ESA + Hispasat)
Analysis of lightning & stripes (CNES)
SAR Earth Obs (TAI + Tübitak)
Earth Observation in infrared (TU
Berlin)
Navigation (Commission + ESA)
Communications (Eutelsat)
Communications (Hispasat)
Spy satellite (DGA)
INGENIO-SEOSAT
SES-12
ERA/ISS
NAUKA
MODULE
SES-14
SES-15
2017
Vega
2017
Ariane 5
2017?
2017
2017
GomSpace +TU Graz
E-USOC + VKI
Airbus D&S
SSTL
SSL
IAI (Israel), CGS + Telespazio
UPM + INTA
Ventspils + Augstkola + OHB
+ Space-SI (Slovenia)
Carlo Gavazzi Space
AlmaSpace
Un. Porto + Tekever)
INTA
TU Delft + ISIS
BISA, Belgium
DLR / ?
TU Berlin + BST
INTA
Airbus D&S Satellites
ISA + French & Israeli industry
Thales Alenia Space (F)
OHB + Thales Alenia
CNES + CNRS
TAI + ?
TU Berlin + BST
Proton
Observations (CDTI + ESA)
Broadcasts/communications (SES)
ISS remote manipulator (ESA)
OHB-System + SSTL
Airbus D & S
SSL/Space Systems/Loral
Airbus D&S + Thales Alenia
Space
EADS CASA
Airbus D&S
EADS Dutch Space
Falcon 9 FT
Ariane 5
Communications (SES)
Communications (SES)
Airbus D&S
Boeing Satellite Systems
WEI n°85 2016-02 - 48
WALLONIE ESPACE INFOS n°85 mars-avril 2016
SES-16/GOVSAT
2017
Falcon 9 FT
ENMAP
AZERSPACE-2
ADM-AEOLUS
ESEO
2017
2017
2017
2017
PSLV
Ariane 5
Vega
Vega?
SENTINEL-2B
CHEOPS
PROBA-3A
PROBA-3B
GALILEO FOC 19-22
SIMBA
HEINRICH HERTZ
EU:CROPIS
EARTHCARE
GLOBAL
V(EGETATION)1
SAOCOM-CS
OPSIS
SUMO
MTG-I-1 (METEOSAT)
BEPICOLOMBO
SOLAR ORBITER
MUSIS CSO-2
2017
2017
2018
2018
2018
2018
2018
2018
2018
2018?
Soyuz 2
Vega ?
Vega
Vega
Ariane 5 ES
TBD
TBD
TBD
Soyuz
Long March 2D
Military communications (LuxGovsat +
SES)
Hyperspectral imagery (DLR)
Powerful comsat (Azerspace + Intelsat)
Lidar measurements (ESA)
Student earth observation microsat
(ESA)
Observations GMES (ESA)
Exoplanets monitoring (ESA)
Formation flight (ESA)
Formation flight target (ESA)
Navigation (Commission + ESA)
Sun-earth Imbalance (RMI)
Communications (DLR + ?)
Biological laboratory (DLR)
Earth Explorer (ESA + JAXA)
Earth observations (Belspo + VITO)
2018?
2018
2018
2018
2018
2018
2018
TBD
Vega
TBD
Ariane 5
Ariane 5
Atlas 5
Vega ?
Passive radar mission (ESA + CONAE)
High-Resolution EO (ASI)
Ozone measurements (LATMOS)
GEO meteo imager (ESA/Eumetsat)
Mercury orbiters (ESA + JAXA)
Solar exploration (ESA)
Spy satellite (DGA)
JAMES WEBB ST
SENTINEL6/CRYOSAT-JASON-4
MPCV ORION
2018
2018
Ariane 5
Vega
2018
SLS Block1
Orbital Science Corp
Kayser-Threde
SSL
Airbus D&S
SITAEL/AlmaSpace
Airbus D&S
SSTL
QinetiQ Space
EADS CASA + Sener
OHB-System + SSTL
RMI Belgium + ?
OHB-System + Airbus D&S ?
DLR + ?
TBD
VITO + SAST + OIP
MICROCARB
SIGMA/MARCONI-2
2019
2019
Soyuz or Vega
TBD
PROBA-ALTIUS?
SARAH AKTIV-1
SARAH PASSIV-1 & -2
SENTINEL-6/JASON-4
CRYOSAT
EUTELSAT
QUANTUM
EUTELSAT
BB
AFRICA
MUSIS CSO-3?
2019
2019
2019
2019
TBD
Falcon 9 v.1.1
Falcon 9 v.1.1
Vega ?
2019
Ariane 5?
QinetiQ Space or SSTL?
CGS + Italian industry + OHB
Polytechnique Palaisseau
Thales Alenia Space + OHB
Airbus D&S + JAXA
Airbus D&S
Airbus D&S + Thales Alenia
Space
Astronomy/Astrophysics (NASA)
Northrop Grumman + ESA
Oceanography (ESA + Eumetsat)
Thales Alenia Space + Airbus
Defence & Space
Manned spacecraft (NASA + ESA)
Lockheed Martin + Airbus
D&S
GEO meteo sounder (ESA/Eumetsat)
Thales Alenia Space + OHB
Dual-use radar satellites (Defensa/ASI) Thales Alenia Space Italia
Broadband communications (ASI + Italian industry + ?
PPP)
Chemistry of atmosphere (CNES)
CNES + ?
Broadband communications (ASI + Italian industry + ?
PPP)
Atmosphere chemistry (ESA + BISA)
QinetiQ Space
Satellite émetteur radar (Bundeswehr)
OHB + Airbus D&S
Satellite récepteur radar (Bundeswehr)
OHB
Oceanography & Polar monitoring Thales Alenia Space + Airbus
(ESA)
D&S?
Intelligent comsat (ESA + Eutelsat)
SSTL + Airbus D & S
2019
TBD
HTS with spotbeams (Eutelsat)
2019
Vega ?
Spy satellite (DGA + Bundeswehr)
MTG-S-1 (METEOSAT) 2019
2019
COSMO SG-1 & SG-2
2019 ?
SIGMA/MARCONI-1
2019
EUCLID
ARIANE
6.2 2020
DEMONSTRATOR
2020
SWOT
2020
PROBA-4 IMP ?
Ariane 5
TBD
TBD
Thales Alenia Space
TBD
Ariane 6.2
Airbus D&S + Thales Alenia
Space
Cosmology (ESA)
Thales Alenia Space
New generation launch vehicle (Airbus) ESA + ASL
TBD
Vega ?
Ocean topography (CNES + NASA)
Asteroid mission (ESA)
WEI n°85 2016-02 - 49
TBD + NASA/JPL
TBD
WALLONIE ESPACE INFOS n°85 mars-avril 2016
2020
2020
Proton-Breeze
Vega C
MTG-I-2 (METEOSAT) 2020
2020
SWUSV
TBD
Vega ?
2020
2020
Soyuz?
Soyuz
Thales Alenia + Airbus D&S
Airbus D&S + Thales Alenia
Space
GEO meteo imager (ESA/Eumetsat)
TBD
Space Weather forecasts (CNES + CAS TBD
?)
Earth Explorer (ESA)
Airbus Defense & Space
Asteroid Impact Mission (ESA)
TBD + NASA
Ariane 6.4
New generation launch vehicle (Airbus) ESA + ASL
TBD
TBD
EXOMARS-2020 Rover
CERES-1, -2, -3
BIOMASS
AIM with Cubesats
ARIANE
6.4 2021
DEMONSTRATOR
2021
EPS/METOP SG-1
2021 ?
OTOS
Mars rover (ESA + NASA) ?
Electronic intelligence (DGA + CNES)
SMILE/INSTANT
SHALOM
GLOBAL
V(EGETATION)2
COMSAT NG-1
2021
2021
2021
Long March 6?
TBD
TBD
Polar Meteo (ESA + Eumetsat)
Airbus Defence & Space
Super High resolution EO (DGA + Airbus D&S + Thales Alenia
CNES)
Space?
Space Weather from L5 (ESA + CAS)
European platform?
Hyperspectral EO (ISA + ASI)
IAI + Rafael + Italian industry
Earth observations (Belspo + VITO)
VITO + QinetiQ Space + OIP?
2021 ?
Ariane 5 ou 6
Military Satcom (DGA + CNES)
FLEX
COMSAT NG-2
2022
2021 ?
Vega
Ariane 5 ou 6
EXOMARS-2022
JUICE
2022 ?
2022
TBD
Ariane 5
EPS/METOP SG-2
MTG-I-3 (METEOSAT)
PLATO
ATHENA X-IFU
2023
2023
2024
2028
TBD
TBD
Soyuz ?
Ariane 5 ?
Thales Alenia Space + Airbus
D&S
Photosynthesis monitoring (ESA)
TBD
Military Satcom (DGA + CNES)
Thales Alenia Space + Airbus
D&S
Mars Science (ESA + NASA)
TBD
Jupiter Moon exploration (ESA + Airbus Defence & Space
NASA?)
Polar Meteo (ESA + Eumetsat)
Airbus Defence & Space
GEO meteo imager (ESA/Eumetsat)
Thales Alenia Space + OHB
Exoplanetary science (ESA)
TBD
X-ray observatory (ESA)
TBD
© Space Information Center/Belgium – January 2016
4. Export contrats for the satellite industry in Europe
This alphabetical list review the known contracts signed by the European
industry of space systems for spacecraft outside Europe to be launched during the
period 2016-2020. It also includes the major contracts for payloads or platforms.
NAME
“AFRICA” EOSAT-1/2
ALSAT-1B
ALSAT-2B
ALSAT NANO?
AONESAT-1?
ARABSAT-6B
ARSAT-1/-2
& /-3 ?
BANGABANDHU-1
Contractor (Country)
Mission (launch schedule)
Prime contractor (State)
Not disclosed (Morocco)
High-resolution observations (2017)
Thales Alenia Space (France)
ASAL/CNTS (Algeria)
ASAL/CNTS (Algeria)
ASAL (Algeria) + UKSpace
AOneSat
Communications
(Switzerland/India)
Arabsat (Saudi Arabia)
Remote sensing microsats [2015]
Remote sensing micro-satellites (2010)
Techno Triple Cubesat (2016)
GEO telecommunications (2016?)
SSTL + DMCII
Airbus D&S (France)
Surrey Space Centre (UK)
*Thales Alenia Space (France)
GEO telecom/broadcasts (2014)
ArSat (Argentina)
GEO telecommunications (2014-17)
Airbus D&S (France) +
*Thales Alenia Space (France)
* Thales Alenia Space + Airbus
D&S
Thales Alenia Space (France)
BTRC/Bangladesh
GEO telecommunications (2017-2018)
Telecommunication
Regulatory
Commission
(Bangladesh)
WEI n°85 2016-02 - 50
WALLONIE ESPACE INFOS n°85 mars-avril 2016
BADR-7/
ARABSAT-6B
BELINTERSAT-1
DIRECTV
LATIN
AMERICA
/INTELSAT-31
ECHOSTAR-105
/SES-11
EKSPRESS AMU-1
FALCON EYE-1
& -2
GEO-KOMPSAT-2B
GÖKTURK-1
HELLASAT-3/
EUROPASAT
INMARSAT-6 F1 & F2
IRIDIUM NEXT
/IRIDIUM PRIME?
KAZSTSAT/Earth
Mapper
KOREASAT-5A
KOREASAT-7
LAPANSAT-A2
LAPANSAT-A3
NEXSTAR-1 & -2
ONEWEB
MICROSATS (900)
OUTERNET-1, -2, -3
PERUSAT-1
SGDC-1
TELKOM-3S
TELSTAR-12
VANTAGE
YAMAL-601
Arabsat (Saudi Arabia)
GEO telecom/broadcasts (2015)
Belintersat (Belarus)
DirecTV (USA)
GEO telecom/broadcasts (2016)
GEO broadcasts (2016)
Airbus D&S (France) +
*Thales Alenia Space (France)
*Thales Alenia Space (France)
Airbus D&S Satellites (France)
Echostar (USA) + SES GEO broadcasts & communications (201)
(Luxembourg)
RSCC (Russia)
GEO telecom/broadcasts (2015)
UAE Armed Forces (UAE)
Very high-resolution observations (2017,
2018)
KARI (South Korea)
GEO meteorological observations (2019)
Min Defence (Turkey)
High-resolution observations (2015)
Arabsat (Saudi Arabia) & GEO High-power broadcasts (2017)
Inmarsat (United Kingdom)
Inmarsat (United Kingdom)
GEO Mobile Services (2020-2021)
Iridium Satellite (USA)
Mobile comsat constellation (2016-2019)
Airbus D&S Satellites (France)
Ghalam KJC (Kazakhstan)
Remote sensing micro-satellite (2015)
SSTL (United Kingdom)
KT Sat (South Korea)
KT Sat (South Korea)
LAPAN (Indonesia)
LAPAN (Indonesia)
Aniara
Communications
(India)
OneWeb (USA)
GEO Telecom (2017)
GEO Telecom (2016)
Remote sensing micro-satellite (2015)
Remote sensing micro-satellite (2016)
GEO Telecommunications (2017)
Airbus D&S (France)
Thales Alenia Space + Airbus D&S
(France)
*Airbus D&S (France)
Telespazio + Thales Alenia Space
Thales Alenia Space (France)
Airbus D&S (France)
Thales Alenia Space (France)
Thales Alenia Space (France)
Thales Alenia Space (France)
*TU Berlin (Germany)
*TU Berlin (Germany)
* Elecnor Deimos (Spain) +
European partners
Megaconstellation of microsats for internet Airbus Defense & Space (France +
connectivity (2017-2019)
Germany)
Outernet Inc (USA)
Cubesat internet constellation (2017)
Clyde Space (United Kingdom)
Min Defence (Peru)
High-resolution observations (2016)
Airbus D&S Satellites (France)
Visiona Technologia (Brazil) Governmental communications (2016)
Thales Alenia Space (France)
PT
Telekomunikasi GEO Telecom (2016)
Thales Alenia Space (France)
(Indonesia)
Telesat (Canada)
GEO telecom (2015)
Airbus D&S Satellites (France)
Gazprom
(Russia)
Space
Systems GEO communications (2018)
*Thales Alenia Space (France)
* Payload contractor
SSL = Space Systems Loral
SSTL = Surrey Satellite Technology Ltd
© Space Information Center/Belgium – December 2015
A.3. Table of planned/expected contrats
related to civilian satellites for communications and broadcasts
The most profit-making space business concerns the satellite systems for
communications and broadcasts (see in this Directory the table reviewing all the
spacecraft in operational service and in preparatory status). This new and
original table summarizes the known/announced satellites for which a RFP is in
progress or in project. European satellite industry has to play a significantly
promising role, in spite of the high value of the euro. Space Systems/Loral as One
of the main aggressive contenders for comsat contracts was acquired by Canada’s
MDA (McDonald Dettwiler & Associates).
SATELLITE (Operator/country)
Position (frequencies)
Status & particular aspects (launch year)
WEI n°85 2016-02 - 51
WALLONIE ESPACE INFOS n°85 mars-avril 2016
ABS-8 (Asia Broadcast Satellite/Hong
Kong)
116.1°E (C-, Ku- & Kabands)
First UTS (Ultra High Throughput Satellite) for Asia, contracted
to Boeing, but crucial problem to get US funding through Ex-Im
Bank. If Ex-Im authorization is not revived by US Congress, RFP
to be reissued, with some chance for European industry (2018)
ABS-9 (Asia Broadcast Satellite/Hong
16°W (Ku- & Ka-bands)
International RFP to be issued in 2016, if the funding is acquired.
Kong)
All-electric UTS (Ultra High Throughut Satellite) to cover
Europe, Africa and Americas, giving a global dimension to ABS
services for DTH platforms. (2019)
ABS-10 (Asia Broadcast Satellite/Hong 159°E (Ku) & Ka-bands)
International RFP to be issued in 2016, if the funding is acquired.
Kong)
All-electric UTS (Ultra High Throughut Satellite) to cover Asia,
Oceania and Pacific region with DTH platforms. (2019)0
AFRICASAT-2A (Measat Satellite
5.7° E (C-, Ku & Ka-bands) RFP in progress for satellite, but contract not yet finalized.
Systems/Malaysia)
Measat looking for a partner such as Eutelsat or Arabsat…
(upgrade for Africasat-1/Measat-1 positioned at 46°East,
replacement of Africasat-2/Measat-2 positioned at 5.7°East)
ALCOMSAT-1 (ASAL/Algeria)
24.5°E? (C- & Ku-band –
Indigenous development, with technical assistance of CASC, of a
Northern beams)
SmallGEO-type comsat since September 2013. Launch contract
with CGWIC/China Great Wall Industry Corp (2018).
AL YAH-3/YAHSAT-3 (Yahsat/United 20°W (Ka-band)
First private comsat operator in the Middle East interested by the
Arab Emirates)
market of Latin America for broadband connections. Contracts
with Orbital Sciences (Geostar-3) et Arianespace. (2016)
AMAZONAS-5 (Hispasat/Spain)
61° W (Ku- & Ka-band)
Replacement Amazonas-4B after cancellation of contract with
Orbital Sciences. SSL as prime contractor. To be launched by
Arianespace or SpaceX? (2017)
AMOS-6 (Spacecom/Israel)
4°W (Ku- & Ka-bands)
After international RFP, Israel Aerospace Industries (IAI)
selected as prime contractor, with Canadian MDA as payload
contractor. Heavy satellite with hybrid propulsion, to be launched
by Falcon 9 FT. To replace Amos-2 and to add Ka-band capacity
(to be used by Eutelsat following contract with Facebook for
efficient internet coverage of Africa) to the ‘hot bird’ position of
Spacecom. (2016).
AMOS-7 & -8 (Spacecom/Israel)
17°W and ? (Ku- & KaPowerful satellite(s) to cover Latin America. Specifications under
bands)
study for international RFP. To be contracted in 2016. (20182019)
AMOS-E (IAI/Israel)
TBD (Ku or Ka-band)
Compact “all-electric” comsat to be proposed by IAI to emerging
markets or new operators. (2018?)
ANGOSAT-1 (Ministry
24.5°E (C- & Ku-band –
In-orbit delivery contract with Russian RKK Energia and
Telecoms/Angola)
Southern beams)
Rosoboronexport. Negotiations finalized in May 2011. Total cost
of the full system: around 245 million euros. To be launched by
Angara 5 (2017 or 2018, with a full coverage of Eastern and
Southern Africa).
ANIARA NEXSTAR-1 & -2 ? (Aniara
50°E, 98°E or 160° E (KuPrivate operator in India with small GEO satellites. Contract to
Communications/India)
band)
Dauria Aerospace for two 16-Ku band spacecraft to cover Middle
East and Africa. Launcher not yet selected, but possibility of dual
launch with Indian GSLV MkII (2018)
ANIK G-2 (Telesat/Canada)
107.3° E (Ku- & Ka-bands?) Multipurpose broadcasting & communications satellite. Contract
planned in 2016. (2017)
AONESAT-1 (AOneSat
47.5° W (C-, Ku, KaNew operator based in Switzerland. Company created by Indian
Communications/Switzerland + India)
bands ?)
family Pavuluri (Hyderabad) with views for global broadband
business. First medium-size Ekspress-1000N type comsat,with
payload of Thales Alenia Space, contracted through MOU with
ISS Reshetnev in order to cover Latin America. Launcher not yet
selected. (2018?)
APSTAR-5C or TELSTAR-18
138°E (C- & Ku-bands)
HTS comsat to be jointly used by Telesat Canada and by APT
VANTAGE (APT Satellite
Satellite. Contract with SSL for SSL 1300 spacecraft. Launcher
Holdings/Hong Kong)
not yet selected (2018)
APSTAR-6C (APT Satellite
TBD (C-band, Ku-band, Ka- DFH-4 communications and broadcasting satellite: contract with
Holdings/Hong Kong)
band
CGWIC. To be launched by Long March 3B (2018)
APSTAR-9/MYSAT-1 (APT Satellite
142°E (Ku-band, Ka-band
Plan to expand coverage and services. Geosynchronous position
WEI n°85 2016-02 - 52
WALLONIE ESPACE INFOS n°85 mars-avril 2016
Holdings/Hong Kong)
?)
APSTAR-10 (APT Satellite
Holdings/Hong Kong)
ARABSAT-6A & -6E?
(Arabsat/Saudia Arabia)
ARMSAT-1 (Armcosmos, Armenia)
TBD (Ku-band, Ka-band?)
ARSAT-1/-2/-3 (ArSat/Argentina)
71,8° W, 81° West (Kuband)
AZERSPACE-2/INTELSAT-38
(Azercosmos/Azerbaidjan, Intelsat)
45°E (Ku- & Ka-bands)
BANGABANDHU-1 (Bangladesh
Telecommunications Regulatory
Commission/Bangladesh)
119.1° (C- and Ku-band)
26°E, 34°E ? (Ku- & Kabands)
71.4°E (Ku-band)
BELINTERSAT-1 (Belintersat/Belarus) 51.5° E (14 transponders in
C-band, 26 transponders in
Ku-band)
BELINTERSAT-2 (Belintersat/Belarus) Tbd (transponders in CKu- and Ka bands?)
BITSAT (Dunvegan Space
LEO system (S-band
systems/USA)
frequencies)
BRISAT-1 (PT BRI/Bank Rakvat
Indonesia)
150.5° E (C- & Ku-band)
BSAT-4A (Broacasting Satellite
Corp/Japan)
BULGARIASAT-1 (Bumilsatcom
/Bulgaria)
110°E (Ku-band)
CHINASAT-9A/SINOSAT-4 (China
Satcom/China)
CHINASAT-15/(China Satcom/China)
92.2°E (Ku-band)
CHINASAT-16 (CASC-China Satcom
/China)
CHINASAT-18 (CASC-China Satcom
/China)
CHINASAT-M (China Satcom/China)
CONGOSAT-01 (Renatelsat/Congo)
DIRECTV-15/SKY MEXICO-1
(DirecTV/USA)
TBD (Ku-band)
51.5°E (C-, Ku- & Kabands)
TBD (Ka-band)
TBD (Ka-band)
125°E (C- & Ku-bands)
TBD (C- & Ku-bands)
102.75°W (Ku- & Kabands)
preserved by using Chinasat-5A. Contract with CGWIC (China
Great Wall Industry Corp) for in-orbit delivery of high-power
DFH-4 type comsat (launched on 17 October 2015)
In-orbit delivery contract with CGWIC, including financing
services, for high-power DFH-4 type comsat (2017)
Sixth generation of Arabsat spacecraft: contract with Lockheed
Martin. To be launched by Falcon Heavy (2017).
National comsat, for coverage of Eastern Europe and Central
Asia, to be developed with the assistance of Roscosmos or
CGWIC? (2018?)
Part of SSGAT (Sistema Satelital Geoestacionario Argentino de
Telecomunicaciones). Invap SA as prime contractor, with Thales
Alenia Space selected for the payload after an international RFP.
Launches with Arianespace. (2014, 2015, 2018)
Comsat developed with Intelsat as partner to share
geosynchronous position and frequencies. Coverage of Europe,
Middle East, Africa, Central and South Asia, To be used jointly
with Azerspace-1 which is in GEO since February 2013. Satellite
contract to SSL. To be launched by Ariane 5. (late 2017)
Powerful comsat with up to to 40 transponders. Orbital slot
acquired from Intersputnik (Russia). Technology transfer with
SPARRSO (Space Research & Remote Sensing Organization).
Plan for in-orbit delivery contract and turnkey system: Thales
Alenia Space with Arianespace. (2017)
After international RFP launched in 2010, CGWIC (China Great
Wall Industry Corp) selected for in-orbit delivery contract –
DFH-4 type comsat for services in Central Asia, Africa and
Europe - Financial support of Chinese Ex-Im (2015) – Launched
by Chinese Long March 3B (2016)
Belintersat looking for an international partner to go ahead with
the 2nd comsat (2019?)
Constellation of up to 24 low-cost Triple Cubesats for “cloud
computing” services around the globe (first satellites to be
launched in late 2016)
SSL (ex-Space Systems Loral) as contractor for the medium-size
comsat to connect the 11,000 bank branches of Babk Rakvat
Indonesia across the Indonesian Archipelago. Launch contract
with Arianespace (2016)
Broadcasting satellite contracted with SSL. Launcher still to be
selected. (2017)
High-power broadcasting saltellite to cover the Balkans. After
international RFP, SSL (ex-Space Systems/Loral) with SSL 1300
spacecraft, selected as prime contractor. SpaceX Falcon 9 FT as
launch vehicle. (2016)
High-power DFH-4 comsat of 5.1 t to be launched by Long
March 3B (2016)
High-power DFH-4 comsat of 5.4 t to be launched by Long
March 3B (2016)
HTS (High Throughput Satellite), based upon DFH-4 platform,
with multi-spot beam payload to cover China. (2017)
HTS (High Throughput Satellite), based up on DFH-4 bus, with
multi-spot beam payload to cover China. (2018)
5.4-t DFH-4 comsat to be launched by Long March 3B (2016?)
Announcement of a contract for in-orbit delivery with China
Telecom and CGWIC (China Great Wall Industry Corp). No
recent info about development status (2017 or 2018?)
6.3-t broadcasting satellite, with powerful Eurostar-3000
platform, to cover North America with high-power beams.
Airbus D&S Satellites selected as prime contractor – Launched by
WEI n°85 2016-02 - 53
WALLONIE ESPACE INFOS n°85 mars-avril 2016
DIRECTV SKY BRASIL-1 or
INTELSAT-32e (DirecTV-Sky
Brasil/USA-Brasil)
DPRK COMSAT-1? (KCSTNADA/North Korea)
ECHOSTAR-18 (Dish Network CorpEchostar/USA)
ECHOSTAR-19/JUPITER-2 (Hughes
Network Systems/USA)
ECHOSTAR-21/TERRESTAR-2
SOLARIS MOBILE (Echostar/USA)
ECHOSTAR-23 (Dish Network CorpEchostar/USA)
ECHOSTAR-105/SES-11
(Echostar/USA & SES/Luxembourg)
EGYPT NAVISAT-12A (Defence
Ministry of Egypt?)
EIGHTYLEO (eightyLEO/Germany)
EKSPRESS AM-7 (RSCC)
EKSPRESS AM-8 (RSCC)
EKSPRESS AM-9? (RSCC)
EKSPRESS AMU-1
/EUTELSAT-36C (RSCC/Eutelsat)
EKSPRESS AMU-2 (RSCC)
ENERGIA-100 (EnergiaTelecom/Russia)
ES’HAIL-2 (Es’hailSat, ictQatar/Qatar)
EUTELSAT-9B + EDRS-A (Eutelsat +
Airbus D&S Services)
EUTELSAT-7C (Eutelsat)
EUTELSAT-65 WestA (Eutelsat +
Anatel/Brazil)
Ariane 5. (May 2015)
Powerful DTH satellite to cover Brasil and Latin America. Airbus
D&S Satellites selected as builder with a Eurostar 3000 platform.
To be launched by Ariane 5-ECA (2016)
TBD (C-band & ?)
Indigenous development of a geosynchronous satellite in the
Space Plan 2012-2017 of DPRK, but no recent info. To be
launched by a national Unha rocket. Possible cooperation with
China ? (2018 ?)
110°W (Ku-band)
Direct broadcasting satellite for the Dish Network Corp, in
replacement of Echostar-10. Space Systems/Loral as prime
contractor. Launcher not yet selected (TBD)
109°W (Ka-band)
SSL (Space Systems Loral) as prime contractor for interactive
broadband LS-1300 satellite with high-power beams to cover
North America. Atlas 5 selected as launch vehicle (2016)
10° E (S-band)
Purchase of Solaris Mobile Ltd (Ireland), with S-band payload of
Eutelsat W2A/10A in order to develop S-band multimedia
applications in Europe. Use of Terrestar-2 satellite, with 6.9 t
launch mass and large dish antenna, contracted with SSL (Space
Systems Loral). To be launched by Proton. (2016)
121°W? (Ku-band)
Purchase of cancelled CMBStar-1: SSL (Space Systems Loral) as
prime contractor with LS-1300 spacecraft. Launcher not yet
selected. (2016 ?)
105°W (C- & Ku-bands)
Joint Echostar-SES communications satellite to cover North
America, Mexico et the Carribean. Eurostar-3000 spacecraft of
Airbus Defence & Space. To be launched by Falcon 9 FT. (2016)
35.5°E? (L-, C-, X- & KaNational comsat system for dual-use governmental services.
bands)
International RFP in progress for contract in 2016. (2019)
LEO constellation (S-band?) Private project for a constellation with relay microsats in loworbit for personal communications. (TBD)
40° E (L-, C- & Ku-bands)
5.7 t satellite contract with Airbus D&S: Eurostar 3000 bus with
16 kW payload. Launched by Proton. (2015)
14°W (C- & Ku-bands)
AM-8 to be built by ISS Reshetnev for the platform and Thales
Alenia Space for the payload. Launched in GEO by ProtonBreeze DM-03. (2015)
36° E? (C-, Ku- & KaRFP in progress for a possible contract in 2016. (2018)
bands?)
36° E (70 repeaters in KuAirbus D&S selected with Eurostar-3000 spacecraft. Capacity to
& Ka-bands)
be jointly operated by RSCC and Eutelsat. Launched by ProtonBreeze M. (2015)
103° E (80 repeaters in CInternational RFP in progress for selection in 2016. Pressure of
& Ku-bands)
Roscosmos to get the contract for a Russian enterprise of space
systems. (2018)
TBD (Ka-band)
Small HTS (High Throughput Satellite) developed by RKK
Energia for broadband connections in Russia. In partnership with
Rostelecom. To be launched by Angara 5 with AngoSat-1 (2017
or 2018)
26°E (Ku- & Ka-bands),
Partnership with Arabsat for the joint use of the capacity. After
close to Badr position of the international RFP, Mitsubishi Electric selected as prime
Arabsat system
contractor.To be launched by Falcon 9 FT (2017)
9°E (Ku-bands + optical
Airbus D&S as prime contractor. Hosted payload for EDRS
relay for data intersatellite
(European Data Relay Satellite) – with laser beams - contracted to
links)
Airbus D&S Services following PPP with ESA. Launched by
Proton. (January 2016)
7°E (Ku-band)
High-power “all-electric” comsat to be co-positioned with
Eutelsat-7A to cover Europe and Africa. Contract with SSL for
the satellite. Launch vehicle yet to be selected (2018)
65°W (C-, Ku- & Ka-bands, Eutelsat offer selected by Anatel for the use of Brazilian position
with spotbeams)
to cover Latin America. Contract with SSL (ex-Space
System/Loral). Availability of services for the Olympic Games of
43°W (Ku- & Ka-bands)
WEI n°85 2016-02 - 54
WALLONIE ESPACE INFOS n°85 mars-avril 2016
Rio. To be launched by Ariane 5. (2016).
172°E (C- & Ku-bands, with Innovative HTS (High Throughput Satellite) to cover Asia-Pacific
spotbeams)
for broadband links and mobile connectivity. With the partnership
of Panasonic Avionics Corp. All-electric Eurostar 3000EOR
platform developed by Airbus Defence & Space. Ariane 5 as
launcher. (2017)
EUTELSAT BB FOR AFRICA
4°W ? (Ka-band with
Innovative « all-electric » HTS based on Spacebus Neo (1st
(Eutelsat)
spotbeams)
contract), developed by Thales Alenia Space. For the
development of Internet services in Africa, for Facebook, in
addition to Ka-band capacity leased on AMOS-6. (2019)
EUTELSAT QUANTUM (Eutelsat)
TBD (Ku-band)
Intelligent communications satellite for multipurpose services.
Spacecraft developed through PPP between Eutelsat and ESA.
Airbus Defence & Space as prime contractor, with SSTL (Surrey
Satellite Technology Ltd) for the GMP-T platform. Launch
contract with SpaceX: still to be confirmed (2019)
GOVSAT/SES-16
21.5°E (X- & Ka- bands)
Establishment of public-private enterprise LuxGovSat
(LuxGovsat/Luxembourg)
(Luxembourg gov + SES). Satellite contracted to Orbital ATK.
Designed to receive additional payload during orbital lifetime? To
be launched by Falcon 9 FT from SpaceX commercial center at
Boca Chica, Texas (2018).
GSAT-6/6A (ISRO/India)
TBD (C- & S-bands)
2.1-t comsat based on the I-2K platform, deploying a large dish
for mobile services and governmental communications. Launched
by GSLV MkII. (2015 with success/2017)
GSAT-7A (ISRO/India)
74°E (UHF, S-, C- & Ku
2.6-t comsat based on the I-2K platform, identical to GSAT-7 in
bands)
GEO since August 2013 after successful Ariane 5 launch.(2017)
GSAT-9 (ISRO/India)
48°E (Ku-band)
2.2-t comsat using the I-2K platform with high-power
transponders. To be launched by GSLV MkII (2017)
GSAT-11 (ISRO/India)
TBD (Ku- & Ka-bands)
Advanced 4-t comsat based on the I-4K platform. To be launched
by the heavy GSLV MkIII or by a non-Indian rocket (2016)
GSAT-15 (ISRO/India)
93.5°E (Ku-band, L-band
3.1-t comsat based on the I-3K bus. Successfully launched by
GAGAN payload)
Arianespace (November 2015)
GSAT-17 (ISRO/India)
93.5°E (C-, Ku & S-bands) 3.5-t I-3K spacecraft decided in 2015. To be launched by Ariane
5-ECA (2017)
GSAT-18 (ISRO/India)
74° E (C- & Ku-bands)
3.5-t I-3K spacecraft decided in 2015. To be launched by Ariane
5-ECA (2016)
GSAT-19E (ISRO/India)
TBD (C-, Ka & S-bands)
Powerful I-6K spacecraft currently in development. To be
launched by the first GSLV MkIII Demonstration (2016 or 2017)
GSAT-20 (ISRO/India)
TBD (C-, Ku- & Ka-bands?) Powerful I-6K spacecraft to be launched by 2nd GSLV MkIII
Demonstration (2018)
HEINRICH HERTZ/H2SAT (DLR +
TBD (Ka-band)
OHB as prime contractor with SmallGEO/Luxor bus. Broadband
OHB + ESA? )
services with advanced Ka-band payload for dual use. Launcher
not yet selected. (2018)
HELLASSAT-3/EUROPASAT
39°E (Ku- & Ka-bands, SPowerful broadcasting satellite contracted by Arabsat to Thales
(Arabsat/Greece + Saudi Arabia &
band)
Alenia Space. Addtional S-band hosted payload for Inmarsat to
Inmarsat/UK)
cover Europe with MSS broadcasts. To be launched by Falcon
Heavy. (2017)
HELLASSAT-4
39°E? (Ku- & Ka-bands)
Joint venture between Hellasat/Arabsat and KACST (King Abdul/SAUDIGEOSAT-1 (Arabsat/Greece +
Aziz City for Science & Technology). Powerful 6-t spacecraft for
Saudi Arabia)
broadcasts, carrying many innovations, contracted with Lockheed
Martin. To be launched by Ariane 5. (2018)
HISPASAT AG1/36W-1 (ESA +
36° W (Ku- & Ka--bands)
Luxor/SmallGEO bus (ARTES 11 programme) with payload
Hispasat /Spain)
developed by TESAT and Thales Alenia Space. Contract signed
with OHB System. PPP between ESA and Hispasat for the
payload. To be launched by Ariane 5. (2016)
HISPASAT-1F/ 30W-6 (Hispasat/Spain) 30°W (Ku-& Ka-bands)
High-capacity communications satellite for broadband
connections. SSL selected as prime contractor. To be launched by
Proton or Falcon 9. (2017)
HYLAS-3/EDRS-C (Avanti
22.5°E (Ka-band)
Small GEO platform of OHB carrying EDRS-C of Airbus D&S
Communications, United Kingdom +
Services/TESAT + Avanti payload for broadband Ka
EUTELSAT-172B (Eutelsat)
WEI n°85 2016-02 - 55
WALLONIE ESPACE INFOS n°85 mars-avril 2016
ESA)
HYLAS-4 (Avanti Communications,
United Kingdom)
HORIZONS-3E (Sky Perfect JSAT +
Intelsat = Horizons-3 Satellite
LLC/Japan-USA)
INMARSAT 5/GLOBAL EXPRESS
(Inmarsat/United Kingdom)
INMARSAT 6 (Inmarsat/United
Kingdom)
INTELSAT-30 DLA-1 & -31 DLA-2
(Intelsat/Luxembourg – DirecTV Latin
America)
INTELSAT-32E/SKY BRASIL-1
(Intelsat/Luxembourg – DirecTV Latin
America
INTELSAT-34/HISPASAT 55W-1
(Intelsat/Luxembourg)
INTELSAT-36 MULTICHOICE
(Intelsat/Luxembourg – Multichoice
/South Africa)
INTELSAT EPIC-1/-29E & -2/33E/NEXT GENERATION
(Intelsat/Luxembourg)
INTELSAT EPIC-3/-35E/NEXT
GENERATION (Intelsat/Luxembourg)
INTELSAT-38/AZERSPACE-2
Intelsat, Azercosmos/Azerbaidjan)
IRANSAT-1, -2 & -3 (SRI-Space
Research Institute & ISA/Iranian Space
Agency/Iran)
IRIDIUM NEXT
(Iridium Communications/USA)
communications through PPP agreement with ESA. Launch
contract with Arianespace (2017)
0°E (Ka-band)
Broadband comsat, with 64 Ka-band transponders, based upon
Geostar-3 bus. Contracts with Orbital ATK for satellite and
Arianespace for launch. (2017)
169°E (C- & Ku-bands)
Continuation of Intelsat-Jsat partnership. HTS (High Troughput
Satellite) with advanced digital payload based Intelsat Epic NG
platform for Asia-Pacfic region. To be jointly operated by Sky
Perfect JSAT for own purposes and by Intelsat Horizons Satellite
within the global system of new generation Epic platforms.
Satellite and launch contracts not yet announced. (2018)
Atlantic, Pacific & Indian
Contract for up to 4 powerful spacecraft for mobile broadband
Oceans (89 Ka-band
services: Boeing Satellite Systems as prime contractor with BSStransponders on each
702HP bus. Proton-Breeze M launch contract with ILS. Falcon
satellite)
Heavy for 4th satellite (2013, 2015, 2017)
TBD (L-band & Ka-band)
Two all-electric Eurostar 3000EOR satellites, contract with
Airbus D&S. Launcher not yet selected (2020, 2021)
95°W (C- & mostly KuCo-located high-power LS-1300 satellites of SSL (ex-Space
bands)
Systems/Loral), for DTH broadcasts in Latin America (DLA:
DTH Latin America). Ariane 5 launch for Intelsat-30 DLA-1 ,
Proton-Breeze M launch for Intelsat-31 DLA-2 (2015)
TBD (Ku-band)
Powerful DTH satellite to cover Brasil and Latin America. Airbus
D&S Satellites selected as builder with a Eurostar 3000 platform.
To be launched by Ariane 5 (2016)
55.5° E/Atlantic Ocean (C- Replacement of Intelsat 27 lost at launch with Zenit 3SL, on 31
and Ku-bands)
January 2013, of the medium-power 6.2-t HS702 satellite
developed by Boeing Satellite Systems. Specific coverage of
Latin America. Replacement contract in 2013 with 3.3-t comsat of
SSL (ex-Space Systems/Loral). Launched by Ariane 5. (2015)
68.5°E (C- & Ku-bands,
Powerful satellite to be co-located with Intelsat-20 for panmainly for DTH broadcasts) african coverage. SSL (Space systems/Loral) selected as prime
contractor. To be launched by Ariane 5. (2016)
29°E, 33°E (C- and KuVersatile high-power satellites, using an innovative heavy
bands with broadband
platform, for mobile broadband applications: after international
spotbeams/high throughput RFP, contracts in 2012 and in 2013 to Boeing Satellite Systems.
technology)
Launches with Ariane 5. (January 2016 & 2017)
35°E (C- and Ku-bands with Versatile high-power satellites, using an innovative heavy
broadband spotbeams/high
platform, for mobile broadband applications: Boeing Satellite
throughput technology)
Systems selected as prime contractor. Launcher not yet selected.
(2017)
45°E (Ku- & Ka-bands)
Comsat developed with Azercosmos as partner for joint use of
geosynchronous position and frequencies. Coverage of Europe,
Middle East, Africa, Central and South Asia. LS-1300 comsat
contracted in 2015 with SSL To be launched by Ariane 5. (2017)
47°E, 34°E (Ku-bands)
Civilian project of small geosynchronous satellites to carry 2 Kuband transponders for digital broadcasts. Indigenous
development in progress with North Korea? See also the military
Qaem project. (2018?)
LEO constellation (L- band, Thales Alenia Space (with Orbital Sciences as US partner)
with interlinks)
selected as prime contractor for the space segment (72 satellites in
orbit + 9 ground spare satellites). Launch services with nine
Falcon 9 FT rockets of SpaceX - 10 satellites on each launcher from Vandenberg AFB and Dnepr from Yazny. Contract with
Canadian Aireon LLC for hosted payload to collect ADS-B
signals for aeronautical traffic monitoring. Up to 58 satellites
equipped to collect AIS (Automated Identification System)
signals for maritime traffic surveillance. (2016-2018/progressive
replacement of the existing and operational 66-satellite
constellation)
WEI n°85 2016-02 - 56
WALLONIE ESPACE INFOS n°85 mars-avril 2016
IRIDIUM PRIME
(Iridium Communications/USA)
LEO constellation (L-band,
with interlinks)
Expansion of Iridium Prime to offer LEO missions with hosted
payload for innovative research and applications. Iridium Next
satellites, based upon EliteBus platform and made by Thales
Alenia Space in Orbital Sciences facility, proposed to welcome
265-kg instrumentation for up to 17 Mbps of data. An average of
2 to 6 satellites launching per year. Use of Iridium Next ground
infrastructure (after 2018?).
JCSAT-14 (Sky Perfect JSAT/Japan)
154°E (C- & Ku-bands)
Replacement of JCSAT-2A with SSL (ex-Space Systems/Loral)
as prime contractor. LS-1300 satellite to be launched by Falcon 9
v1.2 (2016)
JCSAT-15 (Sky Perfect JSAT/Japan)
110°E (Ku-band)
Replacement of JCSat-110. Contract to SSL (Space systems
Loral) for high-power LS-1300 broadcasting satellite. To be
launched by Ariane 5. (2016)
JCSAT-16 (Sky Perfect JSAT/Japan)
0°E (C- & Ku-bands)
First of five comsats to be ordered until end of the decade.
Contract to SSL for LS-1300 comsat, to be launched by Falcon 9
FT. (2016)
JCSAT-17 Sky Perfect JSAT/Japan)
TBD (S-, C- & Ku-bands)
Contract with Lockheed Martin for modernized A2100 comsat.
Launcher not yet selected. (2019)
JUPITER-2/ECHOSTAR-19 (Hughes
109.1° W, close to Jupiter-1 SSL (ex-Space Systems Loral) as prime contractor for interactive
Network Systems/USA)
(Ka-band)
broadband satellite with powerful 6.6-t spacecraft to cover North
America with broadband spotbeams to meet HughesNet Gen4
high-speed internet services. Atlas 5 selected as launch vehicle
(2016)
KACIFIC-1a & -1b (Kacific Broadband From 130 to 170°E (KaSystem starting operations with a hosted Ka-band multibeam
Satellite/Singapore)
band)
payload to enhance broadband connections in the Pacific.
Contracts not yet finalized. (2018?)
KOREASAT-5A (KT Corp/South
113°E (Ku-band)
Upgraded Spacebus 4000B2 spacecraft of 3.5 t contracted to
Korea)
Thales Alenia Space. To be launched by Falcon v.1.2.(2017)
KOREASAT-7 (KT Corp/South Korea) 116°E (Ku- & Ka-bands)
Upgraded Spacebus 4000B2 spacecraft of 3.5 t contracted to
Thales Alenia Space. To be launched by Ariane 5.(2016)
KYPROSAT ? (Kypros Satellites
TBD (Ku-, Ka-bands)
Partnership with SSTL (Surrey Satellite Technology Ltd) as an
/Kyprus)
offer for new operators.
LAOSAT-1 (Min.
128.5° E (C- & Ku- bands) In-orbit delivery contract with CGWIC (China Great Wall
Telecommunications/Laos)
Industry Corp), in order to cover South East Asia, from Pakistan
to Papua New Guinea. Satellite made by CAST (Chinese
Academy of Space Technology) for launch with Long March
3B/G2 launch. (November 2015)
LEOSAT CONSTELLATION (Leosat
SSO at 1,800 km (Ka-band) Constellation of 80-100 microsats for secured links between
Inc/USA)
enterprises around the globe. Feasility study made by Thales
Alenia Space (to be operational in 2019?)
LYBID-1/UKRCOMSAT-1 (NSAU48° E (Ku-band & Ka-band) High-power satellite (transponders of 120 W) built by MDA
UkrCosmos/Ukraine)
(McDonald Dettwiler & Associates – ex-SPAR Aerospace) as
prime contractor with ISS Reshetnev platform (Ekspress 1000H).
Canadian funding of the system. Development delayed by
financial problems in Ukraine. Launch with “made in Ukraine”
Zenit 3LB? (postponed to 2017?)
MEASAT-2a (Measat Satellite
148°E (C-, Ku- and KaNegotiations in progress for a partnership with high-power
Systems/Malaysia)
bands?)
comsat operator, to cover South East Asia and Pacific. Satellite
and launcher ontracts expected in 2016. (2018)
MEXSAT-1/CENTENARIO &
116.8°W (L- & Ku-bands)
Governmental contract with Boeing Satellite Systems, including 2
-2/MORELOS-3 (SCT-Secretaria de
Boeing 702HP Geomobile satellites equipped with 22-m L-band
Communicaciones y
antenna. Mexsat-1 lost with Proton-Breeze M failure in May
Transportes/Mexico)
2014. Mexsat-2 launched by Atlas 5 (October 2015)
MYANMAR-SAT? (M-Tel/Myanmar or TBD (C- & Ku-band)
Negotiations with satellite operators - especially Intersputnik - for
Birmania)
the use of orbital slot and frequencies. Singtel and CGWIC well
positioned for development contract? (2018?)
NBN CO-1A/SKY MUSTER & -1B
140°E & 154° E (Ka-band) High-power satellite system for NBN (National Broadband
(NBN/Australia)
Network), covering Oceania and surroundings. Space
Systems/Loral as prime contractor for 6.4-t SSL-1300 spacecraft.
WEI n°85 2016-02 - 57
WALLONIE ESPACE INFOS n°85 mars-avril 2016
Launch contract with Arianespace (Ariane 5). (September 2015,
2016)
NBN CO-1C (NBN/Australia)
TBD (Ka-band)
Need for a third broadband comsat. RFP to be decided for
contract in 2016 ? (2018?)
NEOSAT/EUTELSAT (ESA +
TBD (Ku- & Ka-bands)
New-generation platform for geo comsats. Technologies
Eutelsat/Europe)
developed for Spacebus neo and for Eurostar neo. (2019)
NICASAT-1 (TBD/Nicaragua)
TBD (Ku-band)
Communication & broadcasting satellite for Latin America.
Based on DHF-4 bus, to be developed and delivered in orbit by
CGWIC (2018?)
NIGCOMSAT-2
19° E (L-, C- , Ku- and Ka- Contract with CAST through CGWIC to upgrade the capacity of
(Nigcomsat/Nigeria)
bands)
Nigcomsat-1R and to achieve a global system. Coverage of
Africa, Middle East, China and Central Asia (2018 ?)
NIGCOMSAT-3
22° W (L-, C- , Ku- and Ka- Contract with CAST through CGWIC to upgrade the capacity of
(Nigcomsat/Nigeria)
bands)
Nigcomsat-1R and to achieve a global system. Coverage of
Africa, the Americas (2018 ?)
NYBBSAT-1/SILKWAVE-1 (New
105°E (L-band)
High-power L-band satellite, based upon 702MP platform, to
York Broadband LLC/USA + CMMB
support mobile services in China, then in Asia. Purchase of
Vision/Hong Kong)
Asiastar satellite at 105°E to start services during 2015. Contract
with Boeing for first satellite. Launcher not yet selected. (2018)
NYBBSAT-2 & -3 (CMMB
TBD (L-band)
High-power L-band satellites to be based on “made in China”
Vision/Hong Kong)
DFH-4 Contracts with CGWIC? (2017-2018)
ONE WEB (One Web + Virgin Galactic Up to 648 operational
Project to produce up to 900 microsats of 150 kg for global
+ Qualcomm + Airbus D&S)
satellites in 1,200 km orbits internet connections at low cost. Technical and financial
(Ku-band)
partnership with Airbus Defense & Space. Automated production
of small satellites, at the rate of 3-4 units per day… $ 0.5 billion
already financed. Still looking for investors and bank loans. To be
launched by Soyuz from Guyana and from Russia, by
LauncherOne of Virgin Galactic. (full deployment for 2019, with
first launches in 2018)
O3b/up to 20 (O3b Networks/Jersey +
Equatorial MEO
Broadband system for 3G cellular networks and WiMAX towers.
SES/
constellation (Ka-band)
Development in progress with the strong support of SES for
Luxembourg
funding resources and control facilities. Contract with Thales
Alenia Space for EliteBus spacecraft, with an initial order of 12
satellites in construction, with 12 launched by Soyuz from French
Guyana. First 4 satellites launched in June 2013, but affected by
power problems. Soyuz launches in July and December 2014.
Further 8 satellites contracted in December 2015. (2018)
QAEM (Defense Ministry/Iran)
TBD (C- & Ku-bands)
National project of comsat for governmental services in Iran, with
C-band and Ku-band transponders. To be indigenously developed
and launched (2020 ?)
PALAPA-E1 (PT Indosat Tbk
150.5° E? (Ku-band)
High-power communications satellite contracted in May 2013 to
/Indonesia)
Orbital Sciences, in order to replace Palapa-C2. Indosat looking
for exploitation with an international partner. Preceded since June
2012 by PSN-V, the Chinasat-5B, in inclined orbit, sold by China
Satcom (no launch announced). See BRIsat.
PSN-6 (PT Pasifik Satelit
146°E (C- & Ku-bands)
Medium-size 5-t comsat contracted to SSL. To be launched by
Nusantara/Indonesia)
SpaceX Falcon 9 FT.(2017).
SAARC-SAT (ISRO/India)
TBD (Ku-band)
Medium-size 2-t satellite, based upon I-2K platform, for
communications and meteorology. To be developed by ISRO and
Indian industry for SAARC/South Asian Association for Regional
Cooperation. To be launched by GSLV MkII. (2017?)
SATMEX-9/EUTELSAT 117 WestB
116.8°W (C- & Ku-band)
Regional operator acquired by Eutelsat. Contract with Boeing
(Eutelsat Americas/Mexico)
Satellite Systems for an all-electric medium-size comsat. To be
launched by Falcon 9 FT of SpaceX (2016)
SES-9 (SES/Luxembourg)
108.2 E (Ku-band)
High-power SES-9 satellite of 5.3 t (BSS-702 HP), contracted
with Boeing Satellite Systems, in order to cover Asia-Pacific
regions. Also available for mobile links in Indian Ocean. Falcon 9
FT launch contract with SpaceX. (March 2016)
SES-10 (SES/Luxembourg)
67° W for Latin America
High-power SES-10 to cover Andean countries for DTH and
WEI n°85 2016-02 - 58
WALLONIE ESPACE INFOS n°85 mars-avril 2016
(Ku- & Ka-band)
SES-11/ECHOSTAR-105
(SES/Luxembourg)
SES-12 (SES/Luxembourg)
SES-14 (SES/Luxembourg)
SES-15 (SES/Luxembourg)
SES-17 (SES/Luxembourg)
SGDC-1/BRSAT-1 (AEB + Visiona
Technologia Espacial/Brazil)
SICRAL-2/SYRACUSE-3C (Italian
MOD-ASI + DGA-CNES/Italy +
France)
SPACEX CONSTELLATION (SpaceX
+/ Google?)
STAR ONE-C5 (Star One/Brazil)
STAR ONE-C6 (Star One/Brazil)
STAR ONE-D1 (Star One/Brazil)
SUPREMESAT-2 (Supremesat/Sri
Lanka)
TELESAT LEO HTS/‘KA-BAND‘
CONSTELLATION (Telesat/Canada)
TELKOM-3S (PT Telekomunicasi
Indonesia)
broadband applications, within the Simon Bolivar satellite
network. Contracts with Airbus D&S for powerful Eurostar-3000
and with SpaceX for Falcon 9 FT launch (2016 )
105°W (Ku- & Ka-bands)
High-power satellite for broadband connections to extend
strategic partnership with EchoStar to cover North America.
Contracts with Airbus D&S. To be launched by Falcon v.1.2.
(2016)
95°E (Ku- & Ka-bands)
5.3-t DTH (Direct To Home) and HTS (High Throughput
Satellite) comsat to cover Asia-Pacific. Airbus Defence & Space
as prime contractor with all-electric Eurostar 3000EOR platform.
To be launched by Ariane 5 (2017)
47.5-48° W (C- & KuAll-electric “intelligent” comsat of 4.2 t, based on the E3000EOR
bands)
of Airbus Defence & Space, with DTH (Direct To Home) and
HTS (High Throughput Satellite). Capacity for mobile, maritime
and aeronautical services. Launch with Falcon 9 FT from SpaceX
commercial center at Boca Chica, Texas (2017)
129°W (L-, Ku- & KaAll-electric comsat using BSS 702SP of Boeing Satellite Systems.
bands)
Capable to offer entertainment and Wifi services onboard aircraft
in flight over the America’s. With hosted payload for WAAS
navsat purposes. To be launched by Ariane 5. (2017)
TBD (Ku- & Ka-band)
High-power satellite for broadcasts and broadband links.
Evaluation of proposals in progress (2018)
68°W & ? (X- & Ka-bands Satélite Geoestacionário de Defesa e Comunicações Estratégicas
+ meteo payload for SGDC- (SGDC) or Multi-purpose satellites to be used for governmental
3?)
communications, broadband links, air traffic management. Joint
venture Embraer+Telebras, with VisionaTechnologia Espacial
company, to manufacture the satellites with foreign support.
Possibility to include a meteorological payload on the 2nd
spacecraft After international RFP, selection of Thales Alenia
Space and Arianespace respectively for SGDC-1 satellite
(Spacebus-4000C4 bus) and launch (2017-2020?)
37°East (UHF and SHF
Italian-French military comsat to upgrade the Sicral and Syracuse
bands)
3 systems. Thales Alenia Space Italia (with Telespazio) selected
as prime contractor. Launched by Ariane 5. (April 2015)
Up to 4,000 cheap microsats Private project of megaconstellations for global internet
in various orbital planes at
connectivity. Still to be approved by FCC. Specific factory with
625 km? (S- & Ku-bands)
automated production of satellites, located at Seattle, Washington.
No recent info about development. (first demonstrators to be
launched in 2016; full deployment in 2019-2020?)
68° W (C- & Ku-bands)
Civilian comsat to cover Latin America. RFP for selection of
contractor in 2016 (2018?)
84°W (Ku-band)
Civilian comsat for Latin America. RFP for selection of
contractor in 2016? (2019?)
85° W (C-, Ku- & Ka-band) Civilian comsat to support the Olympic Games of Rio for
broadcasts and broadband services in Latin America. SSL (exSpace Systems Loral) as contractor with SSL-1300 comsat. To be
launched by Ariane 5 (2016)
50°E? (Ku-bands)
Contracts with CGWIC (China Great Wall Industry Corp) for inorbit delivery of DFH-4 type comsat and with China Satellite
Communications Corp. Supremesat-1 launched in November
2012 with leased capacity of Chinasat-12 (2015). To be launched
by Long March 3B. (2018)
LEO (Ka-band)
Project to deploy a constellation of Ka-band small satellites for
broadband services. First two satellites as demonstrators,
contracted with SSL and with SSTLseparetely. Launcher not yet
selected.. (2018?)
118°E (C- & Ku-bands)
3.5 t Spacebus 4000B2 spacecraft contract with Thales Alenia
Space to cover Indonesia and South-East Asia. Arianespace as
launch provider (2016)
WEI n°85 2016-02 - 59
WALLONIE ESPACE INFOS n°85 mars-avril 2016
TELKOM-4 (PT Telekomunicasi
Indonesia)
TELSTAR-12V/VANTAGE
(Telesat/Canada)
108°W (C-band)
TELSTAR-18V/VANTAGE or
APSTAR-5C (Telesat/Canada + APT
Satellite Holdings/Hong Kong)
TELSTAR-19V/VANTAGE
(Telesat/Canada)
138° E (C- & Ku-bands)
THAICOM-6/AFRICOM-1
(Thaicom/Thailand)
78.5° E (C- & Ku-bands)
THAICOM-8
(Thaicom/Thailand)
78.5°E (Ku- & Ka-band)
THAICOM-9?
(Thaicom/Thailand)
50.5°E (Ku-band)
THAICOM-IPSTAR-2?
(Thaicom/Thailand)
119.5°E (Ku- & Ka-bands)
THAI-ICT SAT
(ICT Ministry/Thailand)
THOR-7 (Telenor Satellite
Broadcasting/Norway)
TBD (Ku- & Ka-band?)
THURAYA-4/Thuraya/United Arab
Emirates) ?
TBD (L- & S-bands)
TKSAT-2/TUPAC KATARI
SATELLITE-2 (ABE or Agencia
Bolivia Espacial/Bolivia)
87.2° W? (C-, Ku- and Kabands)
TURKMENALEM 520E
/MONACOSAT
(Turkmenian Space
Agency?/Turkmenistan + Space
Systems International/Monaco)
TÜRKSAT-5A/-5B
(Türksat/Turkey)
52° East (Ku-band)
TÜRKSAT-6A (Türksat/Turkey)
42°E (Ku-band)
TÜRKSAT-7A (Türksat/Turkey)
VIASAT-2 (Viasat/USA)
TBD (Ku- & Ka-bands)
111.1°W (Ka-band)
15°W (Ku-band)
63°W (Ku- & Ka-bands,
with spotbeams)
1° W (Ku- & Ka-bands
31°E & 42°E (C- & Kubands)
VIASAT-3 AMERICAS, ASIA, EMEA TBD (Ka-band)
(Viasat/USA)
Contracted to SSL for high-power SSL-1300 comsat, to replace
Telkom-1. Launch vehicle not yet selected. (2018)
High-power broadcasting satellite with beams on Europe, Larin
America, Middle East, Africa, in order to replace Telstar-12.
Spotbeams for maritime mobile services. Airbus D&S selected as
contractor. To be launched by Japanese H-2A (November 2015)
Replacement of Telstar 18 by a powerful HTS comsat. Contract
with SSL. To be jointly used with APT Satellite Holdings. To be
launched by Falcon Heavy? (2018).
New generation comsat with versatile HTS (High Throughpout
Satellite) payload. To be co-located with Telestar 14R for the
coverage of the Americas. Contract with SSL for SSL-1300
comsat. To be launched by Falcon Heavy? (2018)
Medium-size comsat approved by government. Orbital Sciences
as prime contractor. C-band coverage of Africa. Launched in
January 2014 by Space X Falcon v1.1 and co-located with
Thaicom-5.
High-power broadcasting satellite to be co-located with Thaicom5 and -6. Contracts to Orbital Sciences for satellite, to SpaceX for
Falcon 9 FT launch (2016)
HTS satellite for expansion of the Thaicom system to the Middle
East, Europe and Africa, as replacement of IPStar? Possibility of
acquiring a 2nd hand comsat already in orbit to keep the orbital
slot. (2018?)
High-power broadband satellite to be acquired through
partnership with another operator. Enhancement of IPSTAR-1
capacity in South-East Asia and Oceania. Contracts not
confirmed to SSL for satellite, to SpaceX for launch (2018)
Governmental broadband satellite currently in preparation. RFP in
preparation. (2018)
Contracts to SSL (ex-Space Systems Loral) for high-power SSL1300 satellite and Arianespace for Ariane 5 launch. Successfully
launched on 26 April 2015, in order to enhance Telenor Satellite
Broadcasting fleet and to offer mobile services. (2015)
RFP not yet finalized, in order to achieve a global coverage for
personal communications. Go-ahead decision related to financial
results. (2019?)
Project of second comsat for Bolivia, after the successful
operations with TKSat-1, developed by CGWIC (China Great
Wall Industry Corp) and launched in December 2013. Delayed
decision for contract (2018?)
After international RFP, Thales Alenia Space selected as prime
contractor with Spacebus-4000C2 spacecraft. Launched by Falcon
9 v.1.1 (instead of Long March 3C). Lease of a GEO position
owned by Monaco through Space Systems International.
Monacosat-1 capacity marketed by SES. (April 2015)
International RFP in preparation for medium-size comsats to be
ordered in 2016. Development in Turkey with TAI through
technology transfer. (2018-2019)
First medium-size comsat to be developed in Turkey by TAI with
foreign assistance. (2020?)
Comsat to be made in Turkey by TAI. (2022?)
6.7-t powerful HTS (High Throughput Satellite) for broadband
services in North America and for air & maritime links over the
Atlantic Ocean. Contract with Boeing Satellite Systems for BSS702HP spacecraft. To be launched by Ariane 5. (2016)
Global HTS (High Throughput Satellite) with 3-geosynchronous
satellite system for transmissions of up to 1 Terabits per second,
in order to compete with LEO constellations.. Contract with
WEI n°85 2016-02 - 60
WALLONIE ESPACE INFOS n°85 mars-avril 2016
VINASAT-3 & -4 (VNPT/Vietnam)
21.5° E? (X- and Ka-bands)
YAMAL-601 (Gazprom Space
Systems/Russia
49°E (C-, Ku- and Kabands)
YAHSAT-3/AL YAH-3 (Yal Yah
Satellite Communications
Company/UAE)
20°W (Ka-band)
Boeing Satellite Systems for 6.4-t BSS-702HP spacecraft. To be
launched by Ariane 5 or Falcon Heavy. (2019-2011?)
Preparation of international RFP for contract in 2016? Possible
partnership with another operator in Asia-Pacific. (2018?)
Replacement of Yamal-202. After international RFP, Thales
Alenia Space selected in 2013 for the contract. Finally, under the
pressure of the Russian government, ISS Reshetnev as prime
contractor, with Thales Alenia Space as payload contractor.
Proton as launch vehicle (2018)
Ka-band HTS (High Thoughput Satellite) for translantic
connections, with coverage of Latin America (especially Brazil)
and Africa. Selection of Orbital ATK for 4.7-t Geostar-3
spacecraft. To be launched by Ariane 5 (2017)
© Space Information Center/Belgium – February 2016
In italics: project in study phase or with unclear status
Lecture – Dossiers/Livres concernant l’odyssée de l’espace
Cette rubrique fait le relevé, avec un bref descriptif, de dossiers et livres qui sont parus
durant les six derniers mois pour présenter l’intérêt et l’impact des activités spatiales ?
notamment en Europe.
- Ciel et Espace – la conquête belge - spécial Aérospatiale du Magazine L’AvantGarde publié le 14 mai par le quotidien économique L’Echo. Ce sont 85 pages, bien
illustrées, qui font découvrir la force de la marque Belgique dans le domaine de
l’aviation et de l’espace. Une large part de ce dossier est consacrée aux atouts des
acteurs wallons. Il ne mentionne pas des fleurons flamands que sont QinetiQ Space
(réalisation des micro-satellites PROBA), Newtec (équipements au sol pour le haut
débit par satellite), VITO (exploitation des images de PROBA Végétation)… Par
contre, il est question – suivant leur apparition dans le magazine - des plusieurs
membres de Wallonie Espace : Amos, Lambda-X, Euro Heat Pipes (article), Deltatec
(article), CSL, Thales Alenia Space Belgium, Techspace Aero (Safran Aero Boosters),
Sonaca (longue interview de leurs PDG respectifs), Numeca/Numflo (article), Cenaero
(article).
La question de l’agence spatiale belge y est abordée sous la plume de Christian Du
Brulle (rédacteur en chef de Daily Science) : « Le conseil des Ministres n’a pas
cependant pas encore examiné de testes. Si cela devait être le cas avant cet été, le
processus législatif donnant naissance à cette nouvelle agence sera enclenché dans la
foulée. Rendez-vous en 2017 pour l’acte de naissance ? »
WEI n°85 2016-02 - 61
WALLONIE ESPACE INFOS n°85 mars-avril 2016
L’Avant-Garde, dans son numéro aérospatial, insiste sur les talents de nos ingénieurs
et techniciens ; il nous apprend qu’un ingénieur originaire de Ghlin-Mons – Sandy
Tirtey – est employé sur l’île néo-zélandaise par la société californienne Rocket Lab
pour la mise en œuvre du micro-lanceur bi-étage « à bas coût » Electron (1er lancement
de satellites – jusqu’à une masse de 150 kg – prévu début 2017 depuis Mahia
Peninsula, sur la côte Est de Nouvelle Zélande).
- Demain L’Espace, par Jacques Arnould, avec la collaboration rédactionnelle d’Aline
Chabreuil et en partenariat avec le CNES, aux Editions Le cherche midi (Paris),
janvier 2016, 160 pages avec de nombreuses illustrations.
Père dominicain et ingénieur agronome, historien et philosophe, Jacques Arnould au
service du CNES est un humaniste de l’astronautique, empreint de beaucoup de
sagesse et d’humilité. Il est l’auteur d’une trentaine d’ouvrages qui expliquent le rôle
des hommes et femmes dans la grande odyssée de l’espace. Avec son nouveau-né aux
Editions Le cherche midi, il nous convie à un merveilleux voyage au cœur des
missions spatiales dans lesquelles la France est partie prenante. Ce superbe album,
émaillé d’explications simples et de notes de synthèse qui sont abordables du grand
public, nous plonge au cœur du merveilleux spectacle de l’aventure humaine au-dessus
de nos têtes, dans le système solaire et l’Univers… On ne se lasse de le feuilleter du
début vers la fin et vice-versa. Un beau cadeau pour fêter la réussite de l’année scolaire
des élèves dès l’âge de 12 ans.
WEI n°85 2016-02 - 62
WALLONIE ESPACE INFOS n°85 mars-avril 2016
- Ariane – L’art des lanceurs, avec la poésie des photographies de Dominique
Sarraute et du Centre Spatial Guyanais/Service Optique, Editions du CNES, décembre
2015, 150 pages.
Il s’agit d’un bel hommage artistique sur papier glacé, en français et en anglais, aux
femmes et hommes qui sont les acteurs du fil d’Ariane, depuis sa conception et
réalisation jusqu’à la réussite sur orbite. Très peu d’explications. Avant tout des
images qui émerveillent sur la créativité humaine. Avant tout le plaisir d’admirer la
naissance des équipements et structures qui font le succès des lanceurs de la famille
Ariane. L’entreprise belge SABCA est présentée avec des photos du Groupe
Hydraulique Servo-Moteur, sa grande spécialité à bord des Ariane de 1 à 5. En fin
d’ouvrage, dans la liste des industriels qui ont un bref descriptif de leurs compétences,
SABCA est reprise en n°2 à la suite d’Airbus Defense & Space : on indique sa
présence sur le programme Ariane depuis 1973 et on mentionne que « le ratio global
de personnel féminin dans les activités spatiales est d’environ 10 % » !
- 50 ans de coopération spatiale France-URSS/Russie – Genèse et évolutions 19662016, réalisé par l’IFHE (Institut Français d’Histoire de l’Espace) qui a son siège au
CNES et avec le soutien de Thales Alenia Space, Editions Tessier & Ashpool,
Chantilly, décembre 2015, 398 pages.
Cette copieuse synthèse, partie d’une collection de mémoires historiques réalisée par
l’IFHE, fait revivre ce qui était au départ une épopée faite de nombreux défis :
collaborer avec Moscou dans le Cosmos. Premier fruit d’un incroyable rapprochement
entre l’URSS (une puissance plutôt refermée sur elle-même) et la France (une nouvelle
débutante sur orbite), l’accord Moscou-Paris pour une coopération scientifique dans
l’espace était signé le 30 juin 1966 pendant le voyage du Général de Gaulle. A
l’époque, le duel pour la Lune entre l’URSS et les USA bat son plein ! Le copieux
ouvrage, fort illustré, passe en revue les défis institutionnels, les missions
scientifiques, les vols spatiaux habités, la coopération industrielle, l’emploi des
lanceurs Soyouz (d’abord à Baïkonour, puis au Centre Spatial Guyanais). C’est une
incroyable mine de renseignements qui nous éclaire sur une magnifique page de
l’astronautique comme outil de rapprochement des peuples (on le voit bien avec
l’ISS/International Space Station). Seul regret pour cet ensemble de témoignages qui
en aurait fait un instrument pour les historiens et biographes: le manque d’index de
noms et de lieux.
- Observation spatiale de la Terre optique et radar – La France et l’Europe
pionnières 1960-2010, réalisé par l’IFHE (Institut Français d’Histoire de l’Espace) qui
a son siège au CNES et avec le soutien de Airbus Defense & Space, Thales Alenia
Space et l’ESA, Editions Tessier & Ashpool, Chantilly, février 2016, 396 pages.
Cet important ouvrage, richement illustré, paraît pour les 30 ans du lancement - le 22
février 1986 - de SPOT-1 (Satellite Pour l’Observation de la Terre). Il montre alors
l’originalité en Europe de la France qui s’engage dans la réalisation et l’exploitation
WEI n°85 2016-02 - 63
WALLONIE ESPACE INFOS n°85 mars-avril 2016
d’un satellite de télédétection qui allait concurrencer les Landsat de la NASA. Nous
reviendrons dans le bulletin n°86 sur le contenu de ce travail historique qui nous
éclaire sur ces pionniers français de l’ère spatiale : non seulement ils voulaient et ils
ont eu le lanceur Ariane, mais en outre ils entendaient disposer de leurs yeux sur
orbite. Sa publication a fait l’objet d’une fort intéressante séance académique au CNES
le 7 avril dernier.
=============================================================
Image du 1er étage récupéré de Falcon 9 FT (après le lancement réussi du 6 mai) :
SpaceX de prendre acte d’un manque d’espace de stockage au Cape Canaveral !
WEI n°85 2016-02 - 64

Documents pareils

en cliquant ici

en cliquant ici - Le premier engin spatial de Wallonie, à savoir le nano-satellite liégeois OUFTI, est prévu pour une mise sur orbite au moyen du seul Soyouz qui sera lancé le 12 avril (Journée de la Cosmonautique...

Plus en détail

en suivant ce lien

en suivant ce lien WALLONIE ESPACE INFOS n°77 novembre-décembre 2014

Plus en détail