Information à l`intention des patients: infiltration d`une articulation

Commentaires

Transcription

Information à l`intention des patients: infiltration d`une articulation
Information à l’intention des patients: infiltration d’une articulation facettaire de la
colonne cervicale
But de l’infiltration des facettes articulaires
Les articulations facettaires relient deux vertèbres situées l’une sur l’autre. C’est pourquoi on les appelle aussi
articulations intervertébrales. Elles vont par paires et sont situées à l’arrière. Tout comme d’autres articulations,
elles peuvent développer une arthrose et des troubles.
L’objectif de l’infiltration est d’insensibiliser les articulations facettaires. Cela peut d’une part permettre de constater
si la cause de vos problèmes est effectivement l’articulation facettaire ou s’il s’agit quand même d’une autre
structure. D’autre part, l’infiltration des articulations facettaires peut permettre de surmonter des périodes de
douleurs.
Mesures de précautions
Si vous prenez des médicaments pour liquéfier le sang (anticoagulants), veuillez le signaler.
Comment se déroule l’examen?
En règle générale, l’examen est réalisé à l’aide d’un tomodensitomètre (CT). Celui-ci permet de représenter
différentes structures importantes qui ne doivent pas être blessées, par exemple des vaisseaux. Pour l’infiltration,
on a plus rarement recours à la fluoroscopie.
Pour l’infiltration, on vous placera en position ventrale sur la table d’examen CT. Pour les infiltrations de la colonne
cervicale supérieure, il est particulièrement important de rentrer le menton. L’assistante en radiologie vous rendra
cette position désagréable le plus agréable possible, par exemple en calant le thorax avec un coussin.
Le radiologue déterminera alors quelle voie d’accès est la plus appropriée pour atteindre l’articulation facettaire de
manière sûre. Lorsque le site en question a été repéré, on commence par transpercer la peau avec une aiguille
fine et à l’insensibiliser. Ensuite, on fait lentement avancer l’aiguille en contrôlant la progression à l’image, jusqu’à
ce qu’elle soit dans l’articulation facettaire. Puis, on injecte une petite quantité de produit de contraste afin de
confirmer le bon positionnement de l’aiguille. Le bon positionnement de l’aiguille est documenté par un cliché.
On rajoute souvent à l’injection une petite quantité (0,5 ml ou moins) d’un dérivé de la cortisone (Kenacort®), et ce
afin d’atténuer toutes réactions inflammatoires. De plus, elle soutient directement l’effet antalgique de l’anesthésie
locale. Le dérivé de la cortisone est injecté sous forme de cristaux et il est conçu de manière à déployer son effet
pendant quelques semaines dans la zone dans laquelle il a été injecté.
Au cours d’une même séance, il arrive souvent que l’on procède à l’infiltration de plus d’une articulation facettaire.
Effets secondaires éventuels/Comportement après la ponction
Les effets secondaires sont très rares. Quelques patients réagissent à l’anesthésie locale (=médicament pour
insensibiliser) par une allergie. Le passage du dérivé de la cortisone dans le reste de l’organisme se fait en très
petites quantités et n’agit pas chez des patients qui sont par ailleurs en bonne santé. La prudence est de rigueur
chez les patients qui suivent des traitements de longue durée par cortisone.
Certaines personnes ont tendance à réagir à une infiltration par ce que l’on appelle une réaction vasovagale (« un
voile noir apparaît devant les yeux »). C’est pourquoi vous ne devriez vous relever qu’avec l’aide de l’assistant(e)
en radiologie. On peut parfois observer l’apparition d’un hématome qui ne nécessite généralement aucun
traitement particulier. Des effets secondaires graves tels qu’une infection sont particulièrement rares.
Après vous être relevé(e), on vous demandera de vous habiller et de marcher tout en adoptant également les
positions qui d’habitude vous causent particulièrement des problèmes. Après un quart d’heure, on vous demandera
de retourner à l’institut de radiologie et de cocher sur une échelle dans quelle mesure vos troubles ont diminué.
C’est un élément important de l’examen.
Souvent le médecin-envoyeur souhaite vous revoir immédiatement après l’infiltration.
Après avoir quitté l’institut de neurologie
Après l’infiltration, vous n’avez pas le droit de conduire pendant au moins 4 heures.
Mai 2008 / MHB\32\320
Seite 1/2
Si vous avez d’autres questions, vous pouvez à tout moment, avant, pendant ou après l’examen, les poser au
médecin-radiologue.
Je confirme avoir pris connaissances de l’information figurant ci-dessus.
Zurich, _______________________
Mai 2008 / MHB\32\320
Signature:_______________________
Seite 2/2

Documents pareils