De la colonisation à la traite des Noirs

Commentaires

Transcription

De la colonisation à la traite des Noirs
De la colonisation à la traite des Noirs
Le commerce triangulaire
La traite négrière* est le commerce des esclaves* originaires d’Afrique subsaharienne*. C’est un phénomène ancien en
Afrique et dans le monde musulman. Elle est liée à la pratique de l’esclavage par les Africains et au commerce des
négriers* arabes puis turcs qui contrôlent la traite orientale*. Au milieu du XV° siècle apparaît la traite occidentale* avec
les grandes découvertes et la création d’Empires coloniaux Occidentaux. Le commerce des Noirs atteint son plus grand
développement au XVIII° siècle.
1. La colonisation de l’Amérique
Pour exploiter les mines (argent et or) et pour développer les cultures tropicales (café, cacao, tabac, canne à sucre, etc.)
dans de grandes plantations, les Européens combattent violemment les Amérindiens qui s’opposent à leur installation.
Ensuite, ils les contraignent à travailler pour eux. Les conditions sont si pénibles que la quasi-totalité des populations
d’Amérique en meurt. Hispaniola (l’île où débarque Christophe Colomb) compte environ 250 000 indigènes ; ils ne sont
plus que 14 000 en 1517. Pour remplacer cette main-d’œuvre, les conquistadores font venir, dès 1502, des esclaves
d’Afrique. La traite* négrière allait bientôt concerner toute l’Europe.
2. L’organisation de la traite atlantique : le commerce triangulaire
Cette traite négrière a donné naissance à un circuit commercial qu’on appelle commerce triangulaire*. Ce commerce
triangulaire est la base du développement des plantations dans les colonies d’Amérique.
En Afrique, l'essentiel des esclaves provient de razzias* menées à
l'intérieur du pays. Enchaînés, attachés par le cou, les esclaves
s'acheminent en longs convois pitoyables vers la côte. Les enfants
en dessous de six ans sont massacrés sur place. Les vieillards et les
infirmes sont abandonnés et meurent de faim.
a. Le trajet Europe-Afrique
Les principaux ports se livrant au commerce triangulaire sont Londres et Bristol pour le Royaume-Uni, Nantes et
Bordeaux pour la France et Amsterdam pour les Provinces-Unies. Au départ de l'Europe, les principales marchandises
sont de l’alcool, du tissu bon marché très colorés, des armes à feu et de la poudre, pacotilles*...
Ces marchandises sont alors apportées par bateaux sur la côte Ouest de l'Afrique, au Sénégal (île de Gorée) ou dans le
golfe de Guinée où on les échange contre des prisonniers noirs (appelés aussi bois d'ébène).
Pour éviter aux navires de faire des haltes trop longues pour faire un plein chargement de prisonniers, des négociants
ont organisé sur certaines côtes des esclaveries, sorte de magasins de gros en forme de prison-forteresse. La plus
connue est celle de l'île de Gorée, près de Dakar. Mais on peut aussi charger les prisonniers dans des rades sans
aménagements particuliers.
b. Le trajet Afrique-Amérique
Ils traversent ensuite l’Atlantique sur les navires négriers dans des conditions extrêmement dures. Les esclaves sont
entassés sous le pont du bateau, enchainés. La traversée dure plusieurs semaines et provoque la mort de nombreux
esclaves. Une fois arrivés en Amérique, la vente des esclaves se faisait le plus généralement à terre mais elle pouvait
aussi se faire à bord des navires. La vente était annoncée sur la place publique, par des crieurs ou par des prospectus
placardés sur les murs de la ville. Les négriers vendaient les captifs par lots pour les écouler plus rapidement et plus
facilement. Le paiement des lots se faisait en espèces, ou en nature (sucre, tabac, indigo).
Une vente d’esclaves : Charlestown, le 24 juillet 1769. A vendre, le 3eme jeudi d’août prochain.
Une cargaison de 94 nègres d’excellente qualité et en pleine santé. Comprenant : 39 hommes,
15 jeunes garçons, 24 femmes et 16 jeunes filles. Tout juste débarquée de la brigantine
Dembia, commandé par le capitaine Francis Bare, en provenance de la Sierra Leone.
c. Le trajet Amérique-Europe
Avec l'argent ainsi gagné on achetait du sucre de canne, du café, du cacao ou du coton, de l'indigo*, que l'on rapportait
vers l'Europe où ces produits assez bon marché (vu les conditions de leur production) étaient très recherchés par la
population et l'industrie. Le seul commerce des prisonniers (achat et vente) peut rapporter plus du triple du coût de la
marchandise apportée en Afrique. Comme généralement le voyage de retour ne se faisait pas à vide, les bénéfices
étaient encore plus importants.
3. La vie dans les plantations
Les esclaves sont considérés comme des marchandises appartenant à un maître. Ils n’ont
pratiquement aucun droit. A peine achetés par un colon, ils se retrouvent affectés au travail
forcé agricole (culture des plantes tropicales) ou domestique. Leurs conditions de vie des
esclaves est sans espoir. Soumis à une surveillance étroite et à des punitions fréquentes,
beaucoup meurent d’épuisement au travail ou de mauvais traitements. Les lois sont très
sévères avec eux. Par exemple, le Code noir punit de mort un esclave qui frappe son maître.
Je retiens : Les colons européens installés aux Amériques contraignent les Amérindiens à l’esclavage. Ces derniers ne
résistent pas aux mauvais traitements et maladies. Les Européens font alors venir des esclaves venus
d’Afrique. A partir du XVI° siècle, les Européens organisent le commerce triangulaire entre l’Europe,
l’Afrique et l’Amérique. Ils échangent des marchandises (tissus, armes, alcool) contre des esclaves et
importent en Europe du café, du cacao, du sucre, du tabac, du coton.
Les esclaves noirs embarqués sur des navires négriers sont vendus pour travailler dans des plantations
des colonies européennes. Leur condition de vie est inhumaine. La traite des Noirs se poursuit jusqu’au
milieu du XIX° siècle. En France, l’esclavage ne sera aboli qu’en 1848.
Glossaire :
Afrique subsaharienne : partie de l’Afrique située au sud du Sahara.
Colonie : territoire outre-mer conquis, administré et exploité par un pays étranger (appelé métropole)
Commerce triangulaire : commerce entre l’Europe, l’Afrique et l’Amérique.
Amérindien : Indien d’Amérique
Esclave : personne privée de liberté achetée par un maître, qui doit obéir, travailler pour lui et peut être vendue.
Négrier : personne qui fait le commerce d’esclaves noirs. Le mot désigne aussi le bateau utilisé pour ce commerce.
Pacotilles : marchandises de très faible valeur.
Razzia : attaque, incursion rapide en territoire étranger pour voler et commettre des violences.
Traite : commerce
Traite atlantique : commerce et transport d’esclaves noirs d’Afrique vers l’Amérique
Traite occidentale : commerce des esclaves auquel participent les marchands européens.
Traite orientale : commerce des esclaves auquel participent les marchands musulmans.