Analyse du GHB dans l`urine et le sang de personnes

Commentaires

Transcription

Analyse du GHB dans l`urine et le sang de personnes
Analyse du GHB dans l’urine et le sang de personnes vivantes
et de personnes décédées, en vue de la définition de
l’intervalle des valeurs physiologiques chez les personnes
vivantes et l’évaluation du délai post-mortem.
Avril 2008
Annette JORDAN, Ecole Supérieure de la Santé, Lausanne.
Responsables:
Dr Marc AUGSBURGER
Dr Frank SPORKERT
Mme Catherine MEYLAN BOHNENBLUST
Unité de toxicologie et de chimie forensique,
Centre Universitaire Romand de Médecine Légale,
Site de Lausanne.
1 Sommaire
Le GHB est une molécule endogène, produite par le corps, et également une drogue de
synthèse. Sa nature endogène engendre des problèmes d’interprétation. Y a-t-il eu réellement
une absobtion ? Le dosage du GHB se fait par une extraction suivie d’une dérivatisation par
MSTFSA puis par analyse par GCMS. Cette étude comporte trois grandes parties.
Une partie traite de la stabilité du GHB sanguin. Un prélèvement sanguin est effectué sur six
personnes puis est analysé à différents intervalles jusqu’à 70 jours. Les tubes sont conservés à
température ambiante, au réfrigérateur et au congélateur pour déterminer l’influence du mode
de conservation.
La définition des valeurs de références du GHB endogène est utile lors de l’interprétation des
résultats. Du sang et de l’urine d’une même personne (40 cas de routine du laboratoire) et 34
urines du LAD sont dosés pour connaître les valeurs normales de personnes n’ayant à priori
pas consommé de GHB.
Pour 42 cas d’autopsies, du sang et de l’urine d’une même personne n’ayant a priori pas
consommé de GHB sont dosé dans le but d’évaluer le délai post-mortem.
2 Abstract
GHB is an endogenous molecule, synthesized by the body, and a synthesis drug too. Its
endogenous nature causes interpretative problems. Is there a real absorbtion of GHB ? The
detection of GHB is done by an extraction than a derivatization and finaly analyzed by
GCMS. This study contains three parts.
One speak about GHB stability in blood. A blood sample is taken on six persons and analyzed
at differents times until 70 days. The blood is kept at room temperature, at fridge and at
freezer to specify the conservation influence on GHB value.
The reference values of endogenous GHB is used to results interpretation. Blood and urine of
a same person (40 cases of laboratory routine) and 34 urines from LAD were analyzed to
know values of persons who have not taken GHB in principle.
For 42 cases of autopsy, blood and urine from a same person who have not taken GHB in
principle was analyzed. The target is to evalue the post mortem period.
Page 2 de 48
3 Table des matières
1
Sommaire ....................................................................................................... 2
2
Abstract.......................................................................................................... 2
3 Table des matières ........................................................................................... 3
3
Introduction................................................................................................... 6
3.1 Définition....................................................................................................................... 6
3.1.1
Statistiques ............................................................................................................. 6
3.1.2
Historique ............................................................................................................... 6
3.1.3
Synonymes ............................................................................................................. 7
3.2 GHB de synthèse........................................................................................................... 7
3.2.1
Molécule de GHB................................................................................................... 7
3.2.2
Molécule de GBL ................................................................................................... 7
3.3 Biosynthèse.................................................................................................................... 8
3.3.1
Pharmacocinétique ................................................................................................. 9
3.4 Utilisations..................................................................................................................... 9
4
3.4.1
Thérapeutique......................................................................................................... 9
3.4.2
Soumission chimique ........................................................................................... 10
3.4.3
Drogue.................................................................................................................. 10
3.4.4
Mode d’action ...................................................................................................... 10
3.4.5
Dopage ................................................................................................................. 10
Buts du travail ............................................................................................. 11
4.1 Techniques d’analyses du GHB ................................................................................ 11
4.2 Valeurs de références ................................................................................................. 12
5
4.2.1
Ante-mortem ........................................................................................................ 12
4.2.2
Post-mortem ......................................................................................................... 13
Matériel ........................................................................................................ 14
Page 3 de 48
5.1 Matériel biologique .................................................................................................... 14
5.1.1
Stabilité (Cv) ........................................................................................................ 14
5.1.2
Personnes vivantes (V)......................................................................................... 14
5.1.3
Autopsies (A) ....................................................................................................... 15
5.1.4
Numérotation........................................................................................................ 15
5.2 Instruments, matériel, solutions et réactifs.............................................................. 15
6
5.2.1
Instruments ........................................................................................................... 15
5.2.2
Matériel ................................................................................................................ 17
5.2.3
Solutions et réactifs .............................................................................................. 18
Méthode........................................................................................................ 20
6.1 Préparation ................................................................................................................. 20
6.1.1
Standard interne.................................................................................................... 20
6.1.2
Droite d’étalonnage .............................................................................................. 20
6.1.3
Echantillons.......................................................................................................... 21
6.1.4
Extraction ............................................................................................................. 21
6.1.5
Dérivatisation ....................................................................................................... 21
6.2 Marche à suivre .......................................................................................................... 22
6.3 La chromatographie gazeuse et la spectrométrie de masse : aspects généraux ... 22
6.4 Utilisation des GCMS................................................................................................. 24
6.4.1
Nettoyage de l’appareil ........................................................................................ 24
6.4.2
Contrôle du bon fonctionnement.......................................................................... 24
6.4.3
Séquence d’injection ............................................................................................ 24
6.5 Différences entre les deux appareils ......................................................................... 25
6.5.1
Méthode................................................................................................................ 25
6.5.2
Laine de verre....................................................................................................... 25
6.6 Traitement du résultat :............................................................................................. 25
6.6.1
Doubles pics ......................................................................................................... 26
Page 4 de 48
6.6.2
7
Droite de calibration............................................................................................. 27
Résultats ....................................................................................................... 28
7.1 Stabilité (Cv) ............................................................................................................... 28
7.1.1
Résumé du but...................................................................................................... 28
7.1.2
Résultats ............................................................................................................... 28
7.1.3
Discussion ............................................................................................................ 33
7.2 Personnes vivantes (V) ............................................................................................... 34
7.2.1
Résumé du but...................................................................................................... 34
7.2.2
Résultats ............................................................................................................... 35
7.2.3
Discussion ............................................................................................................ 37
7.3 Autopsies (A)............................................................................................................... 38
7.3.1
Résumé du but...................................................................................................... 38
7.3.2
Résultats ............................................................................................................... 38
7.3.3
Discussion ............................................................................................................ 39
7.4 Discussion générale sur la méthode .......................................................................... 40
8
Conclusion.................................................................................................... 41
9
Lexique ......................................................................................................... 43
10
Lexique des abréviations ........................................................................ 45
11
Références bibliographiques .................................................................. 46
12
Annexes .................................................................................................... 48
Les mots surlignés en gras dans ce travail sont définis dans le lexique.
Page 5 de 48
3 Introduction
3.1 Définition
L’acide gamma-hydroxybutirique ou GHB est une substance de synthèse mais aussi
endogène. On le retrouve naturellement dans la plupart des tissus chez les mammifères. Le
GHB agit comme neurotransmetteur et neuromodulateur. Il était utilisé en médecine comme
agent anesthésique et hypnotique depuis les années 60. (Ferrara, Frison, Tedeschi & Le Beau,
2001, p.107).
Il est actuellement utilisé en Suisse pour le traitement de la cataplexie dans les cas de
narcolepsie. La substance est un stupéfiant (Compendium suisse des médicaments 2007).
Selon Ghysel (1999), « … il (GHB) est également utilisé à des fins non médicales chez des
individus pratiquant le culturisme, chez des adeptes de produits psychoactifs. Il a également
été utilisé à des fins criminelles pour soumettre des individus » (p. 129).
3.1.1 Statistiques
Entre 1997 et 2005, le CSIT (Centre Suisse d’Information toxicologique) a enregistré 334 cas
d’intoxication par du GHB dont un cas mortel. Pour 271 d'entre eux, il s'agissait d'une
intoxication aiguë consécutive à une absorption volontaire de GHB et pour 28, d'une
intoxication aiguë non intentionnelle. 23 cas concernaient une exposition chronique. (Office
fédéral de la santé public, 2007).
3.1.2 Historique
En 1874, Alexandre Saytzeff a décrit la préparation de ces sels (Ghysel, 1999, p.130).
En 1961, il fut synthétisé pour la première fois par le professeur Henri Laborit.
Dans les années 60, le GHB a commencé à être utilisé comme agent anesthésique et
hypnotique (Ferrara, Frison, Tedeschi & Le Beau, 2001, p.107).
Au début des années 80, il est utilisé par les bodybuilders aux USA pour ses effets
anabolisants.
Dans la fin des années 80, il est consommé comme drogue « ecstasy liquide ». Les effets sont
semblables à l’alcool ou aux benzodiazépines. (Andresen, 2008.)
En 2002, le GHB est soumis à la législation sur les stupéfiants.
En 2005, le GHB est utilisé en Suisse comme médicament.
Page 6 de 48
3.1.3 Synonymes
Le GHB est plus couramment connu sous le nom de la « drogue du violeur ». Il est aussi
connu sous le nom d’ecstasy liquide. Ferrara, Frison, Tedeschi & Le Beau, (2001) recensent
une vingtaine de noms de rue « streets names » (p. 108).
Le nom de la molécule utilisé par le Compendium suisse des médicaments est l’oxybate de
sodium, il est commercialisé sous le nom de Xyrem®.
3.2 GHB de synthèse
3.2.1 Molécule de GHB
Formule brute : C4H8O3
Poids moléculaire : 104
Point d’ébullition : 178- 180°C
GHB
Le sel sodique du GHB est synthétisé à partir de gamma-butyrolactone (GBL) et d’hydroxide
de sodium (NaOH).
Son sel de sodium C4H7NaO3
Poids moléculaire 126.1
3.2.2 Molécule de GBL
Formule : C4H6O2
Poids moléculaire : 86.1
Point de fusion: -43 à -45°C
Point d’ébullition: 204 à 206°C
Page 7 de 48
GBL
La différence entre le GHB et le GBL est que le GBL a perdu une molécule d’eau.
Le NaOH s’appelle aussi soude caustique et le GBL se trouve dans des décapants pour
peintures. Ces deux produits sont en vente dans le commerce. Sur internet, la recette pour la
synthèse en laboratoire se trouve facilement ainsi que la recette simple à effectuer dans sa
cuisine. La synthèse s’effectue aisément. Le GHB est donc accessible à tous et n’est pas cher.
3.3 Biosynthèse
La substance endogène est produite dans le cerveau à partir de l’acide gamma-aminobutyrique
(GABA). Le GABA est catabolisé par une acide gamma-amminobutyrique transaminase en
semi-aldéhyde succinique (SAS). Le SAS est oxydé en succinate par une semi-aldéhyde
succinique déshydrogénase. Une faible part du SAS est réduite en GHB. (Ghysel, 1999,
p.129-130).
GABA transaminase
GABA
SAS
SAS déshydrogénase
SAS
Succinate
Réduction
Succinate
GHB
Page 8 de 48
3.3.1 Pharmacocinétique
L’absorption est rapide mais incomplète après une prise orale. Elle est retardée après un repas
riche en graisses. La biodisponibilité est de 25 %. Moins de 1% est lié aux protéines
plasmatiques. Le GHB a une demi-vie de 0.5 à 1 heure. Son analyse doit être effectuée
rapidement après la prise.
Le GHB est catabolisé soit par une β-oxydation en 4-hydroxycrotonine, soit par oxydation
d’une GHB déshydogénase en SAS qui est métabolisé en acide succinique par la
désydrogénase semi-aldéhyde succinique. L’acide succinique entre dans le cycle de Krebs où
il est métabolisé en gaz carbonique et en eau. Le GHB peut aussi être dégradé en SAS par une
transhydrogénase en présence d’alpha-cétoglutarate. Il existe une autre voie qui fait intervenir
une β-oxydation et du 3,4-hydroxybutyrate pour arriver à la formation d’acétyl CoA. Ce
dernier entre dans le cycle de l’acide citrique pour conduire à la formation de gaz carbonique
et d’eau.
L’élimination se fait presque entièrement par une transformation en gaz carbonique qui sera
ensuite expiré. Moins de 5% est éliminé sous forme inchangée dans l’urine 6 à 8 heures après
absorbtion.
Aucun métabolite actif n’a été identifié.
La pharmacocinétique décrite ci-dessus est celle du médicament Xyrem®. (Compendium
suisse des médicaments, 2007).
3.4 Utilisations
3.4.1 Thérapeutique
Le GHB est utilisé pour traiter la cataplexie chez des patients atteints de narcolepsie. Il est un
dépresseur du système nerveux central (SNC). Le mécanisme n’est pas précis, il agirait en
favorisant le sommeil à ondes lentes et en consolidant la durée du sommeil nocturne. L’alcool
peut provoquer une potentialisation des effets dépresseur du SNC.
Les effets indésirables passent par un état confusionnel agité, des vomissements, une
transpiration profuse, des maux de têtes ainsi qu’une vision trouble. En cas de surdosage, les
effets peuvent aller jusqu’au coma. (Compendium suisse des médicaments 2007).
En Italie, le GHB à forte dose a été essayé comme traitement de substitution de l’alcoolisme.
Son but est de couper le « craving » le besoin compulsif de consommer de l’alcool en cas de
dépendance psychique. (Lüscher, 2008).
Page 9 de 48
3.4.2 Soumission chimique
Le GHB est une drogue utilisée dans les soumissions chimiques et le plus fréquemment afin
de commettre un viol. Il a aussi été employé pour obtenir une signature ou pour effectuer un
vol.
Dans ces cas le GHB est idéal car :
• Le GHB pur n’a ni goût, ni odeur, ni couleur. Il est donc indétectable par la personne qui
l’absorbe.
• Une personne sous l’influence de GHB présente les mêmes symptômes qu’un individu
sous l’emprise d’alcool.
• Le GHB a une action rapide et une élimination rapide.
• Des prélèvements sanguins et urinaires ne sont pas systématiquement effectués.
• De plus, la présence de GHB endogène dans le corps rend l’interprétation des résultats
difficile.
(Ferrara, Frison, Tedeschi & Le Beau, 2001, p.116-117).
3.4.3 Drogue
Une dose légère de GHB induit un état agréable de relaxation, de tranquillité, de douce
euphorie, une tendance à parler, une chaleur émotionnelle et un état de somnolence. (Ferrara,
Frison, Tedeschi & Le Beau, 2001, p.115). Ce sont les principaux effets recherchés par ceux
qui utilisent le GHB comme une drogue.
Une consommation régulière de GHB peut entraîner une dépendance physique et une
accoutumance. Une consommation régulière peut rendre les personnes tolérantes aux effets
du GHB. (Stratégie nationale antidrogue, 2008).
3.4.4 Mode d’action
La cellule dopaminergique produit de la dopamine qui induit l’effet recherché de la drogue.
La cellule GABA est inhibitrice de la cellule dopaminergique. Le GHB agit en inhibant
l’action des cellules GABA mais aussi de la cellule dopaminergique mais dans une moindre
mesure. Le GHB induit donc une libération augmentée de dopamine.
Selon Ghysel, (1999) « …, il (GHB) entrainerait une inhibition de la libération de la
dopamine et une augmentation de sa synthèse, ces deux effets se traduisant par une
augmentation globale du niveau de dopamine. » (p.131).
3.4.5 Dopage
Selon Ghysel, (1999) « Le GHB a été utilisé comme complément alimentaire chez les adeptes
de culturisme car il augmenterait la libération de l’hormone de croissance. » (p.132).
Page 10 de 48
4 Buts du travail
Ce travail comporte trois grandes parties.
• Le GHB étant un produit de dégradation, sa concentration pourrait donc augmenter au
cours du temps et plus précisément lors de la conservation d’un échantillon. Le danger
est que la concentration augmente significativement et pose un problème pour
l’interprétation des résultats : y a-t-il réellement eu consommation ? Un objectif de ce
travail est d’analyser des échantillons sanguins afin d’étudier la stabilité du GHB au
cours du temps. Les prélèvements sont analysés le lendemain de la prise de sang puis à
différents intervalles jusqu’à 70 jours. Le but est d’observer si la concentration de
GHB a tendance à augmenter, à diminuer ou à rester stable après conservation à
différentes températures.
• Les valeurs de référence pour le GHB ne sont pas faciles à déterminer. Il faut trouver
un cut-off, une valeur qui départage le GHB endogène du GHB exogène. Le GHB
endogène peut varier d’un individu à l’autre. Le GHB exogène est rapidement
métabolisé. Il est donc souvent très difficile de déterminer si la personne en a
consommé ou pas.
Un objectif est d’analyser des échantillons de sang et d’urine chez des personnes
n’ayant à priori pas consommé de GHB afin de déterminer l’intervalle des valeurs
physiologiques. Les échantillons proviennent de la routine du laboratoire. Les analyses
sont effectuées le plus rapidement possible après réception de l’échantillon au
laboratoire pour avoir des intervalles de valeurs physiologiques au plus proche de la
réalité.
• Après le décès, le corps se décompose et le GHB est un produit de dégradation. Il y a
donc une production de GHB post-mortem. Un objectif est l’analyse d’échantillons de
sang et d’urine post-mortem chez des personnes n’ayant à priori pas consommé de
GHB, afin d’évaluer l’intérêt de la mesure du GHB pour estimer le délai post-mortem.
Pour cela, il faut connaître les dates précises du décès, de l’autopsie (prélèvement), de
l’analyse ainsi que des informations sur la conservation du corps et du type de
prélèvements et leur conservation.
4.1 Techniques d’analyses du GHB
Le laboratoire utilise une méthode d’analyse qui commence par une extraction liquide-liquide,
suivie d’une dérivatisation avec silylation et se termine par une analyse en chromatographie
gazeuse couplée à la spectrométrie de masse (GCMS).
Page 11 de 48
Il existe d’autres principes analytiques mentionnés dans la littérature :
• Précipitations des protéines à pH acide.
• Passage de GHB à GBL puis mesure du GBL total.
Une méthode d’analyse développée par Saudan, Augsburger, Kintz, Saugy et Mangin (2007)
permet le calcul du rapport isotopique C12/C14. Cette méthode se base sur la différence du
rapport actuel endogène et du rapport du GHB exogène provenant du pétrole. Ces analyses se
font par chromatographie gazeuse, combustion, rapport isotopique et spectrométrie de masse.
4.2 Valeurs de références
4.2.1 Ante-mortem
Plusieurs laboratoires ont fait des études pour déterminer ces valeurs de références. Ces
valeurs appelées « cut-off » ont pour but d’essayer de déterminer si la concentration obtenue
est endogène ou due à une prise exogène.
L’étude de Crookes, Faulds, Forrest et Galloway (2004) propose pour l’urine un « cut-off »
urinaire de 5 mg/l. Ils ont utilisé une méthode d’extraction liquide-liquide, d’une
dérivatisation silylée et une analyse par chromatographie gazeuse couplée à la spectrométrie
de masse. Ils ont dosé le GHB dans 50 urines de femmes. Leur valeur la plus haute est de 1.46
mg/l. Ils ont remarqué que la concentration diminue avec l’âge de la personne, ils proposent
donc de corriger la valeur en calculant le rapport GHB/créatinine. La créatinine diminue aussi
avec l’âge. Ce rapport permet de rendre une valeur ne dépendant pas de l’activité rénale.
L’étude de LeBeau, Christenson, Levine, Darwin et Huestis (2002) propose un « cut-off »
urinaire de 10 mg/l. Leur étude a porté sur l’analyse urinaire de huit personnes (cinq hommes
et trois femmes) pendant une semaine. Le résultat démontre qu’il y a des variations
significatives entre les individus et aussi chez une même personne. La concentration de 10
mg/L est valable chez les individus non atteints de GHB acidurie (maladie génétique rare
caractérisée par une production de GHB en grande quantité par le corps).
L’étude d’Elliott (2003) donne une concentration urinaire maximale de 3 mg/l. Pour ce
résultat, il a analysé 144 urines. Il a également dosé 25 échantillons de plasma qui sont
inférieurs à 2.5 mg/l (limite de détection de la méthode). Il a dosé les urines d’un homme et
d’une femme en leur faisant subir plusieurs types de diète, il a remarqué que la concentration
urinaire ne paraît pas en être affectée. Il propose un « cut-off » de 10 mg/l pour l’urine et un
cut-off de 4 mg/l pour le plasma. Les valeurs inférieures ne permettent pas de déterminer la
nature endogène ou exogène.
Les trois études présentées ci-dessus portent sur des nombres différents de mesures. Les « cutoff » urinaires proposés varient de 3 à 10 mg/l. Le problème d’interprétation se pose en
présence d’une valeur inférieure à 10 mg/l, y-a-t’il eu une consommation de GHB ?
Page 12 de 48
Dans la méthode d’analyse, le laboratoire donne :
Taux thérapeutiques : < 1 μg/ml
Taux toxiques : 26-360 μg/ml
Taux létal : >750 μg/ml
(Winek, C. L., Wahba, W. W., Winek, C. L. Jr., Winek Balzer, T., 2001, cité par Meylan, C.,
2007)
Ces valeurs ne permettent pas de distinguer l’endogène de l’exogène. Au laboratoire, le « cutoff » de 10 mg/l pour l’urine est utilisé.
Le catabolisme du GHB se fait grâce au cycle de Krebs. Une diminution de l’activité de ce
cycle induit une augmentation de la concentration du GHB. La conservation des tubes
sanguins devrait se traduire par une augmentation du GHB sanguin.
4.2.2 Post-mortem
Le phénomène d’augmentation de concentration dans le sang et les tissus du GHB postmortem est du à la diminution d’activité du cycle de Krebs qui catabolise la molécule.
(Ferrara, Frison, Tedeschi & Le Beau, 2001, p.119).
Selon Selon Ghysel (1999), « En l’absence d’urine dans les prélèvements post-mortem,
l’analyse de l’humeur vitrée est importante car la formation post-mortem de GHB peut se
produire dans le sang, pas dans l’humeur vitrée. » (p.136).
La concentration sanguine du GHB post-mortem est très difficile à interpréter. C’est pourquoi
un dosage urinaire ou dans l’humeur vitrée peut apporter un résultat fiable.
Page 13 de 48
5 Matériel
5.1 Matériel biologique
5.1.1 Stabilité (Cv)
Le sang provient de collaborateurs du laboratoire. Un prélèvement a été effectué sur six
personnes différentes. Le sang de la sixième personne est divisé en deux afin d’obtenir 7 tubes
à analyser.
Le sang a été récolté dans des tubes fluorés. Ce choix a été fait car le sang pour les dosages du
GHB se trouve généralement récolté dans ce type de tube. Il est aussi le plus couramment
utilisé au laboratoire.
Chaque prélèvement est divisé en trois parts égales. Une part a été conservée à température
ambiante au laboratoire, une autre au réfrigérateur et la dernière au congélateur.
Un suivi des températures est effectué au laboratoire grâce au système d’enregistrement
LogTag. Un relevé est effectué chaque 15 minutes et les résultats sont représentés sous
formes de graphiques. Pour mon travail, le relevé des températures permet de s’assurer des
conditions de conservations des échantillons. Les tubes conservés à température ambiante
étaient proches du détecteur (Labo principal) à environ 26°C. Au réfrigérateur (IN 31-15,
analyses en cours), il faisait environ 5°C et au congélateur (IN 32-21, congélateur des
« viols ») environ -21°C. En annexe se trouvent les graphiques des relevés des températures.
Les prises de sang ont eu lieu le 22 janvier et la dernière analyse a été effectuée le 1er avril
2008.
5.1.2 Personnes vivantes (V)
Les échantillons proviennent de cas de routine du laboratoire. Les réceptions les plus récentes
sont choisies pour être au plus proche de la concentration endogène. Le GHB est un produit
de dégradation et sa concentration pourrait augmenter avec le temps dans le tube. Des
prélèvements de sang et d’urine de mêmes personnes sont dosés pour établir un parallèle. Ces
échantillons sont généralement conservés au réfrigérateur (IN 31-15, analyse en cours) à
environ 4°. Les cas de viol sont conservés au congélateur (IN 32-21, congélateur des viols) à
environ -21°C Ces cas de viol concernent aussi les suspicions et les tentatives, le viol n’étant
pas forcément avéré.
Les cas de routine de personnes vivantes du laboratoire sont divisés en deux grandes
catégories : les cas médicaments et drogues au volant (MDV) et la toxicologie générale
(TOX).
Page 14 de 48
Les cas médicaments et drogues au volant sont des échantillons prélevés suite à un contrôle
routier ou à un accident de la circulation. La police les effectue lors de suspicion de
consommation de substances pouvant avoir une influence sur la conduite automobile.
La toxicologie générale concerne toutes les analyses demandées par un juge ou un médecin.
Des échantillons d’urine en provenance du Laboratoire d’Analyse du Dopage (LAD) ont aussi
été utilisés pour cette partie du travail. Il s’agit de prélèvements effectués sur des culturistes.
Pour ces urines, nous n’avons pas le sang correspondant et aucune information quant à la date
de prélèvement ou sur la personne concernée.
5.1.3 Autopsies (A)
Les échantillons proviennent d’autopsies effectuées au CURML à Lausanne (anciennement
IUML) entre 2006 et 2007. Les autopsies choisies sont celles pour lesquelles la date et parfois
l’heure de la mort sont connues et pour lesquelles de l’urine est à disposition. Des analyses
toxicologiques n’ont pas forcément été effectuées sur ces prélèvements.
Après la mort, les tissus se dégradent et deviennent perméables. La proximité du cœur avec
l’estomac fait que des molécules ingérées diffusent directement dans le sang cardiaque. C’est
pourquoi le sang cardiaque n’est souvent pas pris pour les dosages car les concentrations de
certaines de ces substances peuvent être anormalement élevées. Les échantillons analysés ici
proviennent de personnes n’ayant à priori pas consommé de GHB. Le sang cardiaque peut
donc être pris en compte lors de l’analyse. Par contre le résultat pour le sang prélevé sur
EDTA (A004) ne peut pas être pris en compte car il ne correspond pas aux conditions de
conservation.
5.1.4 Numérotation
La numérotation des échantillons est propre à cette étude. Les échantillons sont d’abord
identifiés par une lettre puis par un nombre. La lettre correspond à une partie du travail : V
pour personne vivante, Cv pour la stabilité (conservation) des échantillons de personnes
vivantes et A pour les autopsies.
5.2 Instruments, matériel, solutions et réactifs
5.2.1 Instruments
Balance (pesée du sang)
• Modèle : AC 88
Fabricant : Metler
N° de série : 790535
N°LTCF : IN 28-03
Page 15 de 48
Bain-marie (Décongélation des échantillons)
• Nom : Bain-marie à agitation
Fabricant : Kötterman
N° de série : pas trouvé
N°LTCF : IN 24-05
• La fonction agitation n’a pas été utilisée.
Centrifugeuse (Reprise du solvant après extraction)
• Modèle : 5417 R
Fabricant : Eppendorf
N° de série : 5407 04910
N°LTCF : IN 22-04
Chromatographes en phase gazeuse et spectromètres de masse (GCMS) (Analyse de
l’échantillon)
• N° LTCF : IN10-02 (73N)
GC : 6890 N Netwok GC System
MS: 5973 N inert
Fabricant : Agilent Technologies
N° de série : U500033633
• N° LTCF : IN10-06 (73NNS)
GC : 6890 Series GC System
MS: 5973Netwok Mass Selective Detector
Fabricant : Agilent Technologies
N° de série : CN10343030
Etuve (Dérivatisation)
• N° article : 9010-0096 ED115
Fabricant : Binder
N° de série : 06-96382
N°LTCF : IN 26-03
Evaporateurs à azote (Évaporation du solvant après pipetage des standards et extraction
dans l’acétonitrile)
Page 16 de 48
• Modèle : Reacti-Therm III
Fabricant : Pierce
N° de série : 584 00172
N°LTCF : IN 23-01
• Modèle : TurboVap® LV
Fabricant : Caliper Life Sciences
N° de série : pas trouvé
N°LTCF : IN 23-03
• La fonction pour chauffer de ces deux appareils n’a pas été utilisée car le GHB est
volatil.
Vortex (Mélange du solvant avec l’échantillon biologique)
• Modèle : Vortex Genie
Fabricant : Scientific Industries
N° de série : Z-5449
N°LTCF : IN 25-02
• Modèle : Vortex Genie
Fabricant : Scientific Industries
N° de série : Z-37533
N°LTCF : IN 25-04
• Modèle : Vortex Genie
Fabricant : Scientific Industries
N° de série : Z-5559
N°LTCF : IN 25-06
5.2.2 Matériel
• Tubes de 10 ml en verre avec bouchons et téflons (reprise du solvant et dérivatisation).
• Pipettes de Soccorex, Eppendorf et Gilson
•
Multipipettes Eppendorf
• Embouts
• Seringues Hamilton (pipetage des standards et du dérivé)
• Tubes Eppendorf de 2 ml
• Microvials pour échantillons : Infochroma AG (flacons spéciaux pour GCMS)
Page 17 de 48
• Vials de Agilent Technologies
• Bouchons à sertir 11mm et pince à sertir
•
Verrerie diverse
5.2.3 Solutions et réactifs
• Méthanol
(Solvant des standards, de rinçage pour les seringues)
Fluka 65543 puriss. <99.8 %
N° LTCF : IM1a
• Acétonitrile
(Solvant d’extraction, de rinçage entre échantillons pour le GCMS)
Fluka 00700 puriss. >99.5 %
N° LTCF : IA5b
• MSTFA (N-Methyl-N-trimethylsilyltrifluoroactonamide)
(Agent de dérivatisation)
Macherey-Nagel AG
N° LTCF : RD 20
• Chlorure de Sodium
(NaCl 0.9% pour dilution des échantillons)
N° LTCF : IVd2
• Mélange méthanolique de contrôle
(Contrôle du bon fonctionnement du GCMS)
N° LTCF : SNEL 35
• Standard interne
(Vérification de l’extraction et résultats)
Solution de GHB-D6 à 10 ug/ml dans du méthanol
N° LTCF : S G06.10
Fait à partir de :
o Ampoules de 1 ml à 1 mg/ml de Gamma-Hydrxy Butiric Acid-D6 (GHB-D6)
Fabricant : Lipomed AG
N° lot: 752.1B1.1L2
N° LTCF: aG06q
o Ampoules de 1 ml à 1 mg/ml de Gamma-Hydrxy Butiric Acid-D6 (GHB-D6)
Fabricant : Cerilliant
N° lot: 35196-58A
N° LTCF: aG06t
Page 18 de 48
• Standard
(Droite de calibration)
Solution de GHB à 10 ug/ml dans du méthanol
N° LTCF : S G05.10
Fait à partir de :
o Ampoules de 1 ml à 1 mg/ml de Gamma-Hydrxy Butiric Acid
Fabricant: Cerilliant
N° lot: 31544-31I
N° LTCF: aG05d
• Sang négatif
(Droite de calibration et blanc sans standard interne)
Sang de bovin
• Contrôle qualité interne : inexistant dans le commerce
Page 19 de 48
6 Méthode
La méthode d’analyse se décline en trois grandes étapes : la préparation de l’échantillon
comprenant l’extraction et la dérivatisation, l’analyse par GCMS (chromatographie gazeuse
couplée à un spectromètre de masse) et le traitement des résultats.
Les échantillons congelés sont au préalable amenés à température ambiante parfois à l’aide
d’un bain-marie à 30°C (IN 34-05).
La méthode est quantitative et sa limite de détection 0.5 μg/ml.
6.1 Préparation
6.1.1 Standard interne
Le standard interne (SI) est du GHD-D6 deutéré. Une substance deutérée est une substance où
les atomes d’hydrogène ont été remplacés par un atome de Deutérium. Le Deutérium est un
atome d’hydrogène qui contient un proton et un neutron, sa masses est donc le double de celle
de l’hydrogène. Le GHB-D6 contient 6 atomes d’hydrogène deutéré, son poids moléculaire
est de 110 (poids moléculaire de GHB : 104).
Le SI est un contrôle du bon fonctionnement de l’extraction. Le SI permet aussi d’aplanir les
différences lors de la préparation pour l’analyse entre les tubes. Le rapport aire du GHB/aire
du SI est calculé et utilisé pour la droite de calibration. Par exemple lors de la reprise du
solvant après extraction, si une petite quantité est reprise, cela n’a aucune importance car le
rapport ne varie pas.
Le standard interne est pipeté dans tous les tubes (standards et échantillons) sauf le blanc
négatif. Ce dernier est un tube ne contenant pas de standard interne, il permet de s’assurer de
l’absence de contamination lors du pipetage et de l’absence de pic de contamination à
l’analyse au GCMS.
6.1.2 Droite d’étalonnage
Le standard est pipeté à chaque fois à une concentration différente pour établir la droite
d’étalonnage. Les points sont à 0, 0.5, 1.0, 3.0 (2x), 5.0, 10.0 et 20.0 μg/ml. Le standard à 3.0
μg/ml est effectué à double, l’échantillon effectué à double est passé une fois en début et une
fois en fin de série, ce qui permet d’avoir un contrôle interne pour l’injection sur le GCMS.
Le blanc avec standard interne est le point à 0 μg/ml de la droite. Ce n’est pas le même tube
que le blanc sans standard interne.
Page 20 de 48
Après le pipetage du standard interne et des points de la droite, les tubes sont évaporés sous
azote à température ambiante. L’évaporation concerne uniquement le solvant et le GHB et le
GHB-D6 sont gardés au fond du tube.
6.1.3 Echantillons
Du sang négatif de bovin est utilisé pour la droite et le blanc sans standard interne.
Les échantillons de sang sont pesés, la concentration peut varier d’une personne à l’autre et il
est souvent de mauvaise qualité en cas d’autopsie. Le sang est analysé à double.
Les échantillons d’urine sont analysés à concentration normale et dilués dix fois (1/10) dans
du NaCl 0.9%.
6.1.4 Extraction
L’extraction se fait grâce à de l’acétonitrile. Ce solvant est mélangé avec l’échantillon
permettant le passage des substances à analyser.
Les deux phases, aqueuse et organique, sont séparées par centrifugation et le surnageant (le
solvant) prélevé puis évaporé sous azote à température ambiante. Il reste seulement un résidu
sec contenant les molécules extraites au fond du tube.
6.1.5 Dérivatisation
La dérivatisation est effectuée grâce à un dérivé, le MSTFA (N-Methyl-Ntrimethylsilyltrifluoroactonamide). La dérivatisation permet de stabiliser la molécule au
moment de l’injection dans le GCMS et d’augmenter sa spécificité lors de la détection. La
dérivatistion augmente le poids moléculaire de la molécule. Les fragments obtenus après
passage dans le spectromètre de masse auront donc une masse plus élevée et seront donc plus
spécifiques (plus la masse est petite plus elle se rapproche du bruit de fond).
La dérivatisation se fait ici par silylation de la molécule. Un groupe silyl appelé aussi TMS est
ajouté à chaque extrémité de la molécule à la place d’atome d’hydrogène.
GHB dérivé par silylation (GHB 2TMS)
Page 21 de 48
Les tubes sont chauffés pour accélérer la dérivatisation, refroidis puis le contenu transféré
dans un microvial et injecté au GCMS pour séparation et détection.
6.2 Marche à suivre
• Pipeter 125 ul de standard interne GHB-D6, solution à 10 μg/ml (S G06.10) dans un
tube Eppendorf. La concentration finale du standard interne est de 25 μg/ml.
• Pipeter le standard GHB, solution à 10 μg/ml (S G05.10) : 0, 2.5, 5, 15 (2x), 25, 50 et
100 μl. Les concentrations de la droite sont à 0, 2.5, 5, 15 (2x), 25, 50 et 100 μg/ml.
• Evaporer sous azote à température ambiante. Le GHB est une substance volatile, il est
donc important de ne pas chauffer les tubes à 37°C.
• Prélever 50 μl d’échantillon, peser le sang.
• Ajouter 200 μl d’acétonitrile.
• Vortexer 30 secondes.
• Centrifuger 5 min à 12000 tours minutes (=15300g).
• Prélever le surnageant dans un tube en verre de 10 ml.
• Evaporer sous azote à température ambiante.
• Ajouter 100 μl de MSTFA.
• Chauffer 20 minutes à l’étuve à 90°C, puis laisser refroidir.
• Transférer dans un microvial, sertir.
• Injecter au GCMS.
(Voir annexe : Dosage de GHB, MA 32 853)
6.3 La chromatographie gazeuse et la spectrométrie de masse : aspects
généraux
La chromatographie est une méthode de séparation et de quantification de composés présents
dans une phase homogène liquide (chromatographie liquide) ou gazeuse (chromatographie
gazeuse). Pour la phase gazeuse, les composés sont sous forme gazeuse ou susceptibles d’être
vaporisés par chauffage sans se décomposer.
Le principe est basé sur l’équilibre successif entre deux phases dont l’une est dite stationnaire
(fixe), emprisonnée dans la colonne et l’autre mobile qui se déplace grâce au vecteur (ici
Page 22 de 48
l’hélium) en entraînant les substances. Les composés se séparent selon leur taille et leur
affinité avec la phase fixe.
• Le chromatogramme permet d’obtenir des informations qualitatives (temps de
rétention d’un composé) et quantitative (aire du pic chromatographique).
• Domaine de mesure : 10-3-10-9g. Ordre du ng. (p.2/30)
La spectrométrie de masse désigne une méthode d’analyse qui repose sur la détermination des
masses des espèces atomiques ou moléculaires individuelles.
Elle permet de recueillir des informations sur la nature, la composition et le structure des
espèces présentes dans l’échantillon analysé. (p.20/30)
Parcours de la molécule de GHB dans le GCMS
La molécule est d’abord injectée dans le liner (tube en verre) où elle est vaporisée puis passe
dans la colonne capillaire. La molécule migre dans la colonne. La migration varie selon la
température, la pression, la taille et l’affinité de la molécule pour la phase fixe.
La molécule passe ensuite par l’interface puis dans le spectromètre de masse. Dans la source,
la molécule est bombardée par des électrons et se fragmente. Les fragments migrent dans le
quadripôle qui agit comme filtre. Chaque fragment arrive au multiplicateur qui multiplie leur
signal. Le signal est transformé en un spectre de masse. (2008, « Chromatographie et
spectrométrie de masse »)
Spectre de masse du GHB dérivé
Page 23 de 48
6.4 Utilisation des GCMS
6.4.1 Nettoyage de l’appareil
Avant chaque série l’appareil est nettoyé. Le liner (tube où a lieu la vaporisation) est changé.
Le « gold seal » (pièce contre laquelle le liner s’appuie) est nettoyé. Au besoin la colonne est
coupée et la pression du merlin vérifiée.
6.4.2 Contrôle du bon fonctionnement
Un contrôle du spectromètre de masse est effectué par une calibration autotune. Pour le
GCMS, un mélange de contrôle méthanolique est passé. Ce mélange permet de s’assurer du
bon fonctionnement du GC, de la sensibilité, de la couverture de tous les temps de rétention et
des différentes familles de substances.
6.4.3 Séquence d’injection
• Solvant de rinçage
• Droite de calibration dans l’ordre croissant des concentrations
• Solvant de rinçage
• Dernier point de la droite passé en mode scan
• Solvant de rinçage
• Sang, patient 1
• Urine, patient 1
• Solvant de rinçage
• Sang, patient 2
• Urine, patient 2
• Solvant de rinçage
• Contrôle interne bis (deuxième passage d’un point de la droite)
• Solvant de rinçage
• Solvant de rinçage
Page 24 de 48
Le MSTFA est contenu dans de l’acétonitrile, ce solvant est dont aussi utilisé comme solvant
de rinçage.
La droite et les échantillons sont passés en mode SIM de la méthode GHB. La méthode SIM
détecte des ions choisis à l’avance et effectue plusieurs fois la détection ce qui augmente la
sensibilité. Le mode SIM ne permet pas l’identification de la substance.
Pour chaque série, un balayage unique de tous les ions (mode SCAN) est effectué pour
s’assurer que c’est bien du GHB. Une identification n’est possible qu’en SCAN. Le dernier
point de la droite est ainsi passé à double, une fois en mode SIM pour la quantification et une
fois en mode SCAN pour l’identification.
Les ions utilisés pour le dosage du GHB sont les ions 235, 204 et 233 pour le GHB et 241,
206 et 239 pour le GHB-D6. Les ions de la substance et de son deutéré sont très proches. Le
ion 235 correspond au 241, le 204 au 206 et le 233 au 239. On utilise le spectre de masse pour
détecter spécifiquement ces ions.
6.5 Différences entre les deux appareils
6.5.1 Méthode
La méthode d’analyse est la même pour les deux appareils. Elle diffère sur les paliers
d’augmentation de la température de la colonne en début d’injection. Cela n’a aucune
influence sur le résultat final. (Voir annexes : Méthode d’analyse pour IN 1006, GHB602.M
et pour IN 1002, GHB203.M)
6.5.2 Laine de verre
De la laine de verre est introduite dans le tiers inférieur du liner pour retenir les impuretés
pour l’appareil IN 1002. Alors que pour le IN 1006, l’analyse s’effectue sans laine de verre.
6.6 Traitement du résultat :
Pour les calculs de concentration, on utilise l’aire des pics obtenus pour chaque ion au temps
de rétention de la molécule. L’aire des pics est normalement définie automatiquement grâce à
une macro.
Une macro est un programme informatique qui traite des résultats. Ici elle définit l’aire du pic
et donne son aire.
Exemple de résultat :
Page 25 de 48
Echantillon A031 injecté le 13.03.2008 sur l’IN 1002
Chaque fenêtre correspond à un ion. En ordonnée (axe x) se trouve le temps de rétention et en
abscisse (axe y), l’abondance.
6.6.1 Doubles pics
Ce sont des pics du GHB et GHB deutéré qui se trouvent sous forme dédoublées.
Exemple de double pic
Standard 10μg/ml injecté le 13.03.2008 sur l’IN 1002
Ce phénomène a été observé aléatoirement sur les deux instruments. Les doubles pics ne sont
pas dus à l’échantillon : un même échantillon a été injecté deux fois mais les doubles pics ne
sont apparus qu’une seule fois. L’explication la plus logique à ce phénomène est que les
Page 26 de 48
conditions d’injection ne sont pas toujours bien reproductibles, ce qui induit le caractère
aléatoire d’apparition de ces doubles pics.
6.6.2 Droite de calibration
Les points de droite de calibration sont calculés. Pour la concentration des ions, on divise
l’aire du pic du ion du GHB par l’aire du pic du ion du GHB-D6 correspondant. Ce rapport
permet d’aplanir les différences d’analyse d’un tube à l’autre.
Trois droites de calibration sont effectuées en tout : une pour le couple de ions 235-241, une
pour 204-206 et une pour 233-239. Les concentrations des échantillons sont donc mesurées à
triple. Pour le résultat final, on effectue la moyenne des trois.
Page 27 de 48
7 Résultats
7.1 Stabilité (Cv)
7.1.1 Résumé du but
Le but de cette partie du travail est d’évaluer l’augmentation du GHB lors de la conservation
de sang fluoré à température ambiante, au réfrigérateur et au congélateur. Le GHB est un
produit de dégradation, dû à la diminution de l’activité du cycle de Krebs qui catabolise la
molécule. Sa concentration pourrait donc augmenter au cours de la conservation. Le danger
est que la concentration augmente significativement et influence l’interprétation des résultats.
7.1.2 Résultats
Pour pouvoir établir les graphiques, les résultats ND (non détecté) sont transcrits 0.00 μg/ml.
La linéarité n’est pas assurée lorsque les résultats sont inférieurs à la limite de détection (0.5
μg/ml). Tous les résultats pour cette partie, sauf un sont inférieurs à 0.5 μg/ml. Pour pouvoir
interpréter ces résultats, les valeurs obtenues sont utilisées mais uniquement à titre indicatif.
Les résultats bruts se trouvent dans les annexes. Ici les graphiques pour chacun des sept
prélèvements sont présentés pour les comparer selon l’âge et le sexe de la personne. Puis un
graphique a été réalisé avec la valeur moyenne des prélèvements pour avoir une vision
générale des différents types de conservation et de la possible augmentation de la
concentration au cours la conservation.
Les analyses ont été effectuées à 1, 8, 14, 21, 28, 42 et 70 jours après le prélèvement.
Page 28 de 48
Cv 001
Age : 46
Sexe : F
Cv 002
Age : 22
Sexe : F
Page 29 de 48
Cv 003
Age : 35
Sexe : F
Cv 004
Age : 38
Sexe : H
Page 30 de 48
Cv 005
Age : 20
Sexe : F
Cv 006
Age : 40
Sexe : F
Page 31 de 48
Cv 007
Age : 40
Sexe : F
En sachant que le Cv 006 et le Cv 007 proviennent de la même personnes, des différences
sont constatées. La concentration du Cv006 au 70eme jour est au-dessus de 0.5 μg/ml alors
que le Cv007 ne l’est pas. Cette variation semble importante sur le graphique, mais elle est en
réalité minime. Cette différence prouve que de petites valeurs ne sont pas linéaires et peuvent
varier. C’est pour cela que ces résultats sont à prendre à titre indicatif.
Une interpétation à partir du sexe n’est pas possible car seulement un des prélèvements a été
effectué sur un homme. En comparant les âges des donneurs, aucune variation n’est trouvée.
Les analyses ont été effectuées sur un petit nombre de personnes. Pour une éventuelle
interprétation, il faut voir les résultats pour les personnes vivantes au point 7.2 Personnes
vivantes.
Page 32 de 48
Moyenne Cv001 – Cv007
Ce graphique permet deux interprétations. La concentration du GHB est plus élevée dans les
tubes conservés à température ambiante. Les valeurs pour le GHB varient au début de la
conservation et sont finalement en hausse à la dernière mesure.
7.1.3 Discussion
D’après ces graphiques, deux interprétations peuvent être distinguées :
• Sur ce graphique, les concentrations du GHB varient selon le mode de conservation.
Les valeurs des tubes conservés à température ambiantes sont plus élevées que celles
des tubes conservés au réfrigérateur. Ce même phénomène se passe entre les tubes
conservés au réfrigérateur et au congélateur. Par ces interprétations, il peut être déduit
que la température joue un rôle sur la quantité de GHB dans un tube fluoré.
• Pour la stabilité du GHB, il n’est pas aisé de déterminer une tendance. De manière
générale pour les trois modes de conservation, la concentration augmente ente le 1er et
le 14eme jour puis baisse jusqu’au 42eme jour et augmente une deuxième fois. Il n’est
donc pas possible de dire que la concentration augment ou diminue au cours de la
conservation.
Ces interprétations ne sont pas forcément exactes. Il faut prendre en compte :
• Les deux dernières mesures ont été effectuées sur le GCMS IN 1002 alors que les
autres sur le IN 1006.
Page 33 de 48
• Une variabilité analytique peut se déceler entre deux dosages. Cette variabilité ne
s’explique pas par un changement de technicien (c’est toujours la même personne qui
a procédé aux analyses), mais par une reproductibilité pas exacte entre deux séries.
Cette variabilité pourrait expliquer la concentration qui augment puis baisse et
augmente à nouveau au cours du temps.
• Les résultats sont inférieurs à la limite de détection. Les valeurs ne se situent plus dans
la linéarité, elles ne sont pas exactes. Par contre, la comparaison entre les trois
températures reste valable.
Le but de cette partie est d’évaluer l’augmentation du GHB sanguin dans des tubes conservés
à température ambiante, au réfrigérateur et au congélateur.
La thèse de l’augmentation de la concentration du GHB ne peut pas être prouvée ni infirmée
par cette étude. Différents points le démontrent :
• Les valeurs sont inférieures à la droite de régression et ne peuvent être prises
uniquement à titre indicatif.
• Les variations des valeurs sont minimes, elles ne peuvent pas être représentatives de ce
qui ce passe dans le tube.
• La concentration augmente puis baisse et augmente
constante.
à nouveau elle n’est pas
Pour pouvoir donner un résultat, il serait intéressant d’analyser ces échantillons dans quelques
semaines voir quelques mois. Pour déterminer si la concentration du GHB augmente ou
diminue, une étude sur des échantillons avec un taux élevé de GHB au départ pourrait mieux
le démontrer.
La différence entre les trois modes de conservation montre un taux de GHB plus élevé dans
les tubes conservés à température ambiante. Cela correspond à l’idée du départ : la
température peut avoir une influence sur la concentration de GHB. Mais il faut rester prudent
sur ces interprétations, les valeurs sont utilisées à titre indicatif.
7.2 Personnes vivantes (V)
7.2.1 Résumé du but
Le but est de définir l’intervalle des valeurs physiologiques. L’analyse est effectuée sur des
échantillons de sang et d’urine d’une même personne qui n’a a priori pas consommé de GHB.
Ces 40 échantillons proviennent de la routine du laboratoire. 34 échantillons d’urines en
provenance du LAD sont aussi analysés. Ces personnes ont peut-être consommé du GHB.
Page 34 de 48
7.2.2 Résultats
D’une manière générale, les résultats sont présentés en % pour pouvoir comparer sur le même
graphique les valeurs obtenues pour le sang et l’urine. Pour le sang, 40 résultats sont
exploitables et 72 pour l’urine, les deux urines restantes n’ont pas été prises en compte car les
concentrations pour les trois ions diffèrent.
Les valeurs < 0.5 μg/ml ne sont pas dans la droite de régression, il faut donc les prendre avec
prudence. Elles sont utilisées à titre indicatif.
Pour le sang, les concentrations sont toutes inférieures à 0.5 μg/ml sauf une. Elles varient de
0.01 à 0.60 μg/ml avec une moyenne de 0.17 μg/ml.
Pour l’urine, les concentrations varient de 0.00 à 1.23 μg/ml avec une moyenne de 0.16 μg/ml.
Seulement 7 valeurs entrent dans la droite régression. Les autres sont toutes inférieures à 0.5
μg/ml.
Pour la comparaison des échantillons d’une même personne, aucun lien ne peut être établit.
La personne qui a un taux de GHB dans le sang, ne l’a pas forcément dans l’urine.
Pour pouvoir comparer les résultats selon le sexe et l’âge des personnes, seuls les échantillons
de la routine sont pris. Pour l’échantillon en provenance du LAD, ni le sexe, ni l’âge ne sont
mentionnés, ils ne seront donc pas pris pour ces deux graphiques ci-dessous.
Page 35 de 48
Sur un total de 40 personnes, du sang et de l’urine ont été analysé chez 9 femmes et 31
hommes.
Sur le graphique, les hommes ont une concentration de GHB plus élevée que chez les
femmes.
L’âge des personnes qui font partie de cette étude varie de 15 à 64 ans avec une prédominance
entre 20 et 30 ans.
Page 36 de 48
Ce graphique illustre que dans cette étude, l’âge n’a pas d’influence sur la concentration de
GHB. Pour une interprétation plus pointue, il serait bien d’avoir des personnes de mois de
20ans et de plu de 50 ans.
Les valeurs obtenues sont inférieures à la limite de détection, ces interprétations restent à
prouver.
7.2.3 Discussion
Les valeurs < 0.5 μg/ml ne sont pas dans la droite de régression, il faut donc les prendre avec
prudence. Elles sont utilisées à titre indicatif. D’une manière générale les valeurs varient de
0.01 à 0.60 pour le sang et de 0.00 à 1.23 pour l’urine.
Dans le sang, les concentrations sont faibles mais toujours présentes. Cela veut dire que le
GHB endogène est bien détecté. La méthode de détection est donc assez sensible.
Dans l’urine, les concentrations varient plus que le sang, ce qui confirme que le dosage
urinaire donne évaluation générale et non une valeur quantitative. Les résultats des
concentrations des échantillons du LAD illustrent la probable absence de consommation. Des
résultats plus élevés ont été trouvés dans d’autres échantillons de personne n’ayant pas à
priori consommé de GHB. Si la consommation a eu lieu, la concentration du GHB dans
l’urine est déjà revenue au niveau endogène.
Le graphique avec la comparaison des valeurs obtenues pour les hommes et les femmes, les
hommes ont une concentration de GHB plus élevée que chez les femmes.
Le graphique des moyennes du GHB selon les âges montre que les valeurs n’ont ni tendance à
augmenter ni à baisser.
Le but de cette partie est de définir l’intervalle des valeurs physiologiques. 40 échantillons
viennent de la routine du laboratoire et 34 échantillons d’urines viennent du LAD sont aussi
analysés. Ces dernières personnes ont peut-être consommé du GHB.
Pour la définition de l’intervalle des valeurs physiologiques, l’absence d’échantillon positif au
GHB ne permet pas de définir un cut-off. Les concentrations obtenues pour les échantillons
de sang vont jusqu’à 0.6 μg/ml. Un cut-off de faible concentration autour de 1.0 μg/ml
pourrait être proposé, mais cette valeur est totalement arbitraire. Il faut pouvoir la comparer
avec la valeur urinaire.
La définition d’un intervalle pour les physiologiques dans l’urine pose un problème similaire
à celui du sang. L’absence de d’urine positive au GHB ne permet pas de définir un cut-off.
Les valeurs obtenus vont jusqu’à 1.23 μg/ml. Au laboratoire, un cut-off de 10 μg/ml est
utilisé. Il pourrait être réduit à 5 μg/ml. Ces deux cut-off sont arbitraires.
Page 37 de 48
7.3 Autopsies (A)
7.3.1 Résumé du but
Le but est l’évaluation du délai post-mortem. Les échantillons de sang et d’urine proviennent
d’autopsies effectuées à Lausanne entre 2006 et 2007. Le GHB est un produit de dégradation,
dû à la diminution de l’activité du cycle de Krebs qui catabolise la molécule. Il augmente en
cas de conservation du corps.
7.3.2 Résultats
Les résultats obtenus entrent dans la droite de régression ou sont non détectés sauf trois
inférieurs à la limite de détection. Pour ces trois échantillons, la valeur de 0.0 μg/ml leur a été
attribuée.
L’âge des personnes autopsiées varie de 7 mois à 89 ans. Toutes les tranches d’âge de la
population sont représentées.
Page 38 de 48
Une droite de régression est dessinée sur le graphique. Le coefficient de corrélation permet
d’évaluer la dispersion des résultats. La droite idéale devrait avoir r = 1. Les valeurs obtenues
(r=0.537 pour le sang et r=0.526 pour l’urine) sont loin de l’idéal. Ces valeurs ne permettent
pas de faire la déduction suivante : si une concentration de GHB est mesurée, l’heure de la
mort peut être calculée.
Mais grâce à cette droite de régression, une interprétation peut en être déduite : la
concentration de GHB augmente avec le délai de prélèvement post-mortem. Plus le
prélèvement est effectué tard après le décès, plus concentration de GHB risque d’être
anormalement élevée.
Les concentrations urinaires de GHB sont moins élevées que les sanguines. Le GHB urinaire
augmente moins au cours du temps après le décès que le GHB sanguin.
7.3.3 Discussion
Les valeurs obtenues lors des dosages donnent une grande dispersion des résultats autour des
droites de régression sanguine et urinaire. Les mauvaises valeurs du coefficient de corrélation
pour le sang et l’urine ne permettent pas de faire la déduction suivante : si une concentration
de GHB est mesurée, l’heure de la mort peut être calculée.
Malgré ces résultats, ces droites permettent de dire que les concentrations de GHB
augmentent avec le délai de prélèvement post-mortem.
Le but est l’évaluation du délai post-mortem. Pour l’évaluation de ce temps, la concentration
de GHB ne suffit pas :
• La température de conservation du corps, le sexe et l’âge de la personne pourraient
influencer.
Page 39 de 48
• La concentration de GHB dans le corps d’un vivant peut varier (voir la partie 7.2
Personnes vivantes). Le calcul de délai post-mortem ne partirait donc pas
systématiquement à la même valeur.
7.4 Discussion générale sur la méthode
Les échantillons d’urine ont souvent des interférences qui ne permettent pas une bonne
définition des pics du GHB. Par exemple, les deux échantillons d’urine (V011 et V021) qui
ont des valeurs qui varient entre les valeurs pour les trois ions. Les pics du GHB-D6 sont
généralement de bonnes tailles et faciles à déterminer. Le GHB-D6 a une concentration de
25μg/ml. Si la concentration de 5 μg/ml est utilisée comme cut-off, ces interférences
pourraient gêner l’interprétation. Il serait donc intéressant de tester une méthode qui précipite
les protéines et qui permettrait d’avoir moins d’interférences dans les urines.
Page 40 de 48
8 Conclusion
Ce travail a comporté trois buts :
• Evaluation de l’augmentation du GHB lors de la conservation de sang fluoré à
température ambiante, au réfrigérateur et au congélateur.
• Définition l’intervalle des valeurs physiologiques.
• Evaluation du délai post-mortem.
La différence entre les trois modes de conservation montre un taux de GHB plus élevé dans
les tubes conservés à température ambiante. Cela correspond à l’idée du départ : la
température peut avoir une influence sur la concentration de GHB. Mais il faut rester prudent
sur ces interprétations, les valeurs sont utilisées à titre indicatif.
Par contre il n’est pas possible de déterminer si la concentration du GHB a augmenté ou
diminué au cours de la conservation. Pour approfondir ces résultats, il est prévu d’analyser ces
échantillons dans quelques semaines.
Pour la définition de l’intervalle des valeurs physiologiques, l’absence d’échantillon positif au
GHB ne permet pas de définir un cut-off. Les concentrations obtenues pour les échantillons
de sang vont jusqu’à 0.6 μg/ml. Un cut-off de faible concentration autour de 1.0 μg/ml
pourrait être proposé. Mais cette valeur est totalement arbitraire. Il faut pouvoir comparer
avec la valeur urinaire.
La définition d’un intervalle pour les physiologiques dans l’urine pose un problème similaire
à celui du sang. L’absence de d’urine positive au GHB ne permet pas de définir un cut-off.
Les valeurs obtenus vont jusqu’à 1.23 μg/ml. Au laboratoire, un cut-off de 10 μg/ml est
utilisé. Il pourrait être réduit à 5 μg/ml. Ces deux cut-off sont arbitraires.
Pour la définition d’un cut-off, il faut prendre en compte des résultats positif au GHB. Pour
obtenir de tels échantillons, il faut effectuer un tel travail sur plus de temps.
Pour l’évaluation du délai post-mortem, les mauvaises valeurs du coefficient de corrélation
pour le sang et l’urine ne permettent pas de faire la déduction suivante : si une concentration
de GHB est mesurée, l’heure de la mort peut être calculée.
Malgré ces résultats, ces droites permettent de dire que les concentrations de GHB
augmentent avec le délai de prélèvement post-mortem.
Page 41 de 48
Remarques personnelles
Le sujet de travail est un thème d’actualité, qui n’a jamais entendu parler de la drogue du
violeur. La partie pratique m’a bien plu ainsi que le fait de travailler sur différent types
d’échantillons (urine, sang de personnes vivantes et d’autopsies). Les analyses étaient parfois
longues à effectué et à interpréter surtout en présence des doubles pics. Il a fallu gérer
quelques imprévus: l’ordinateur qui gère GCMS IN 1006 a eu une panne et mon nouvel
ordinateur a eu des problèmes d’enregistrement, une matinée entière de travail a été perdue.
Les responsables avec qui j’ai travaillé m’ont toujours bien entourée. Et les collaborateurs du
laboratoire m’ont également bien soutenue. Un grand merci.
Page 42 de 48
9 Lexique
Accoutumance
Etat de l’organisme qui s’habitue progressivement à l’action d’un médicament, d’une drogue
dont les effets diminuent petit à petit, ce qui oblige à augmenter les doses.
Cataplexie
Perte brutale, plus ou moins complète, du tonus musculaire, entraînant la chute, sans perte de
connaissance, déclenchée parfois par une vive émotion.
Craving
(En anglais) Besoin compulsif de la substance en cas de dépendance psychique.
Cut-off
(En anglais) Valeur qui permet de passer d’une interprétation à l’autre.
Dépendance physique
Etat d’adaptation qui se manifeste par des troubles physique intenses quand l’administration
du médicament, du tabac ou de l’alcool est suspendue.
Dépendance psychique
(Anglais : addiction) Etat dans lequel une substance produit un sentiment de satisfaction et
une pulsion psychique exigeant la prise de la substance pour provoquer le plaisir ou éviter le
malaise. Elle comporte le « craving », ce besoin compulsif de reprendre la substance.
Dépresseur du système nerveux central
Catégorie de psychotropes qui procurent une sensation de détente, diminuent la gêne,
ralentissent les réflexes, provoquent des étourdissements, portent au sommeil. Sur le plan
physique, ces produits provoquent un ralentissement des processus normaux de l'organisme.
Page 43 de 48
Narcolepsie
Accès brusque, de courte durée, d’un besoin irrépressible de sommeil.
Soumission chimique
Administration de substances psychoactives à une personne à des fins délictueuses ou
criminelles. (Société Française de Toxicologie Analytique, novembre 2003)
Stupéfiant
Toute substance toxique, naturelle ou synthétique, agissant sur les centres nerveux, et dont
l’usage plus ou moins prolongé détermine des perturbations graves de la personnalité, une
détérioration progressive physique et psychique avec accoutumance et toxicomanie.
Page 44 de 48
10 Lexique des abréviations
A : Autopsies
CSIT : Centre Suisse d’Information Toxicologique
CURML : Centre Universitaire Romand de Médecine Légale
Cv : Stabilité
DFSA: Drug-facilitated Sexual Assault
GABA: Acide Gamma-Aminobutyrique
GBL: Gamma-Butyrolactone
GHB : Gamma-Hydroxybutyrate
IUML : Institut Universitaire de Médecine Légale de Lausanne (ancien nom du CURML)
LAD : Laboratoire d’Analyse du Dopage
LTCF : Laboratoire de Toxicologie de Chimie Forensique (ancien nom de l’UTCF)
MSTFA : N-Methyl-N-trimethylsilyltrifluoroactonamide
SAS : Semi-Aldéhyde Succinique
SI : Standard Interne
SNC : Système Nerveux Central
UTCF : Unité de Toxicologie et Chimie Forensique
V : Personnes vivantes
Page 45 de 48
11 Références bibliographiques
Andresen, H. (2008). Gamma Hydroxybuttersaüre - Wirkung, Analytik, Interpretation der
Befunde. (Présentation effectuée en mars 2008.)
Compendium Suisse des médicaments, (2007). Xyrem®, Décembre 2005 (Page Web). Accès :
http://www.kompendium.ch/MonographieTxt.aspx?lang=fr&MonType=fi(page consultée le
20 janvier 2008)
Crookes, C.E., Faulds, M.C., Forrest, A.R.W. and. Galloway J.H. (2004). A Reference Range
for Endogenous Gamma-Hydroxybutyrate in Urine by Gas Chromatography–Mass
Spectrometry. Accès
http://www.jatox.com/jul-dec04.htm (page consultée le 03.03.2008)
Elliott, S.P. (2003). Gamma hydoxybutyric acid (GHB) concentrations in humans and factors
affecting endogenous production. In Forensic Science International (pp. 9-16). Elsevier
Ferrara, S. D., Frison, G., Tedeschi, L. & Le Beau, M. (2001). Gamma-hydoxybutyrate
(GHB) and related products. Drug-facilitated Sexual Assault (pp.107-126). Barcelona: Marc
A. LeBeau & Ashraf Mozayani
Ghysel, M.-H. (1999). L’acide gamma-hydrxybtirique. In P. Mura (Coordinateur). Alcool,
médicaments, stupéfiants et conduite automobile (pp.129-141). Paris : Elsevier
LeBeau, M. A., Christenson, R.H., Levine, B., Darwin, W. D., and Huestis, M.A. (2002).
Intra- and Interindividual Variations in Urinary Concentrations of Endogenous GammaHydroxybutyrate. Accès :
http://www.jatox.com/abstracts/2002/september/340-lebeau.htm (page consultée le 03.03.08)
Page 46 de 48
Lüscher, C. (2008). Neurobiologie de l’addiction : la recherche fondamentale suggère de
nouvelles pistes de traitement. Présentation du 2 avril 2008 au Centre Universitaire Romand
de Médecine Légale- Site de Lausanne.
Manuila, L., Manuila, A., Lewalle, P. & Nicoulin, M. (2001). Dictionnaire Médical. Paris :
Masson.
Meylan, C. (2007). Dosage de GHB. Méthode d’analyse MA 32853, Version 3.1, Unité de
toxicologie et chimie forensiques, Site de Lausanne.
Office fédéral de la santé public. (26 nov. 2007) GHB (Gamma-hydroxybutyrate) (page Web).
Accès :
http://www.bag.admin.ch/themen/chemikalien/00228/04267/index.html?lang=fr (page
consultée le 11 avril 2008)
Saudan, C., Augsburger, M., Kintz, P., Saugy, M. and Mangin, P. (2007). Carbon isotopic
ratio analysis by gas chromatography/combustion/isotope ratio mass spectrometry for the
detection of gamma-hydoxybutyric acid (GHB) administration to humans. In Rapid
Communications in Mass Spectrometry. Wiley InterScience.
Société Française de Toxicologie Analytique. Soumission chimique : consensus SFTAnovembre 2003 (Page Web). Accès :
http://www.sfta.org/Consensus/protocole%20souchi%2011%2003.pdf(page consultée le 23
mars 2008)
Stratégie nationale antidrogue (Gouvernement du Canada) (5 mars 2008). GHB (Page Web).
Accès :
http://www.strategienationaleantidrogue.gc.ca/parents/drogues-drugs/ghb.html(page consultée
le 23 mars 2008)
Winek, C. L., Wahba, W. W., Winek, C. L. Jr., Winek Balzer, T. (2001). Drug and chemical
blood-level data 2001, Forensic Science International (pp. 107-123).
Page 47 de 48
12 Annexes
• Annexe 1 : Dosage de GHB (MA 32853)
• Annexe 2 : Méthode d’analyse IN 1006 (GHB602.M)
• Annexe 3 : Méthode d’analyse IN 1002 (GHB203.M)
• Annexe 4 : Relevé des températures pour la température ambiante (Labo principal), le
réfrigérateur (IN 31-15) et le congélateur (IN 32-21).
• Annexe 5 : Tableau échantillons pour Stabilité
• Annexe 6 : Résultats pour Stabilités
• Annexe 7 : Tableaux échantillons pour Personnes Vivantes
• Annexe 8 : Résultats pour Personnes Vivantes
• Annexe 9 : Tableaux échantillons pour Autopsies
• Annexe 10 : Résultats pour Autopsies
Page 48 de 48