Télécharger le document

Commentaires

Transcription

Télécharger le document
ETTERAVE
AB
IQUE DE L
HN
TITUT TEC
INS
I B ■La
Technique B etteravière
n° 816 - 13 janvier 2004
L'ITB sur internet :
www.itbfr.org
• L'information en temps réel !
• Les Avis de traitement
Les notes d'information
• Les actualités régionales
au quotidien en photos !
• Un moteur de recherche
sur la documentation !
La protection insecticide en 2004
Protéger la betterave contre les insectes et autres animaux ennemis
’ ANNÉE 2003 marquée par un climat caniculaire a vu des dégâts
de ravageurs réduits pour les
risques les plus classiques (parasites
souterrains, tipules, pucerons –jaunisse et pégomyie). Ce climat a favorisé des dégâts importants pour des
parasites plus occasionnels, acariens
et teignes particulièrement. Si ces
deux questions méritent une recherche
de meilleures solutions, il ne faut pas
oublier pour 2004 les règles de base de
la protection.
Pour 2004, l’Imprimo remplace le Gaucho en traitement de semences. Cette
évolution apporte un meilleur contrôle
du parasitisme souterrain, sans toutefois exclure l’utilisation de microgranulés dans les situations de très forte
infestation.
L
Dégâts avant la levée
(mulots, limaces)
Le printemps sec de 2003 a favorisé les
dégâts de mulots qui repèrent les
graines et les décortiquent pour les manger. Contre ce risque, il faut :
• appliquer des appâts empoisonnés dès
avant le semis (3 pièges par hectare
constitués d’appâts protégés par une tuile
ou un tuyau de drainage afin d’éviter leur
consommation par le gibier),
• respecter une profondeur de semis de
1,5 à 2,5 cm. Les dégâts importants se
produisent en semis superficiel.
Contre les limaces, la pose et la surveillance de pièges en sortie d’hiver permettent de connaître le niveau de risque
et d’adopter une lutte spécifique si nécessaire. Les parcelles à surveiller en priorité
sont celles conduites en technique simplifiée, absence de labour, et celles avec
une interculture à l’automne 2003. L’ITB
étudie avec plusieurs firmes phytosanitaires la validation de grille de décision
d’intervention en fonction des conditions
climatiques, des conduites de culture et
des résultats de piégeage. Cette validation est délicate du fait du faible nombre
d’attaque en année normale.
Selon le nombre de limaces piégées, une
intervention avec un produit spécifique,
Mesurol Pro, Métarex, sera décidée.
Levée finale
après attaque
de taupins.
On peut retenir les seuils d’intervention
suivants :
• moins de 1 limace/m2 :
poursuivre la surveillance,
• de 1 à 5 limaces/m2 :
prévoir une intervention sitôt le
semis, surtout en cas de printemps
humide,
• Plus de 5 limaces/m2
avec une majorité de limaces noires
Prévoir une application dans la raie
de semis et relayer par une
application si les conditions
demeurent humides
Parasitisme souterrain
Le risque d’attaque de ravageurs souterrains est toujours difficile à évaluer, l’agriculteur doit donc prévoir une protection
insecticide efficace pour protéger la plantule. Aucune intervention en post semis
n’est autorisée et donc ne permet de bloquer ce type d’attaque. Le développement
du traitement de semences Imprimo
assure ce type de protection de manière
efficace, à l’exception des parcelles très
infestées en particulier de blaniules et
tipule. L’historique de la parcelle permet
de connaître ou au moins d’évaluer ce
risque. Attention en particulier aux parcelles issues de remembrement récent où
cet historique est moins connu.
En cas de parcelle non labourée et/ou
de présence de couverts végétaux à
l’automne, une attention particulière sera
portée. L’absence de toute intervention
mécanique sur une période prolongée
permet aux ravageurs souterrains, taupin, blaniule, larves de tipule, de se
maintenir et de pulluler.
Des cas d’attaque importante d’atomaire
ont été relevés en 2003 en betterave avec
précédent chanvre. Ces situations sont
aussi à prendre en compte dans le choix
de la protection qui doit être renforcée.
Avec "2K03", selon les résultats obtenus
dans les essais, il n’y a peu ou pas de
risque de pertes de rendement mais la
réduction des populations de nématode
est moins importante.
L’ITB a mis en place un dispositif pluriannuel pour évaluer l’impact des différentes variétés et de leurs successions
sur les populations de nématode.
L’ITB rappelle que ces produits ne seront
utilisables que jusqu’en 2007 en culture
betteravière. Il faut donc rechercher dès
maintenant d’autres solutions phytosanitaire, variétale ou autres.
Le nématode du collet, Ditylenchus dipsaci, a également été localement très préjudiciable en causant des pourritures de
racine en fin de végétation. Seule l’utilisation de produits à base d’aldicarbe permet de s’en prémunir. Les produits à base
Nématodes
Les températures élevées de 2003 ont
favorisé la multiplication du nématode de
la betterave, Heterodera schachtii. Parmi
les possibilités d’intervention, il faut citer :
• la gestion des rotations et l’assolement,
la culture de Crucifères résistantes sur
jachère au printemps et l’utilisation de
variétés résistantes ou tolérantes. La réalisation de CIPAN résistantes, l’utilisation d’aldicarbe peut participer à la maîtrise du nématode.
Le choix des variétés se résume pour
2004 à Paulina ou, en cas d’inscription au
catalogue, à "2K03". Dans le cas de Paulina, le choix est "technique" : si le risque
de pertes est réel, Paulina assure un
meilleur rendement et réduit l’infestation
du sol ; si le risque n’est pas avéré, on
aura une perte de rendement et l’on
investira dans une variété double tolérante non justifiée. Le critère dominant est
l’historique des observations dans la parcelle et l’historique des rendements.
de carbofuran ont une action mais
moindre.
Le graphique ci-dessus montre l’importance des pertes que peut causer ce
nématode. Les pertes vont de 45 à 80%
du rendement en poids valeur selon
l’importance de l’attaque. Il s’agit d’une
parcelle touchée en 2000 dans laquelle
l’ITB régional a demandé à l’agriculteur de
débrancher le microgranulateur sur une
partie de la parcelle.
Le Betteravier français - n° 816 - 13 janvier 2004
13
La Technique B etteravière
■
Les différentes techniques en présence
Traitement
microgranulés
Traitement
de semences
IMPRIMO
Traitement (s) relais
en végétation selon avis
KARATE XPRESS 0,125 l
78 €/ha
TAUPINS
TIPULES
BLANIULES
CURATER(1) 10 kg
ou
SPI 6 kg
27 € /ha
25 € /ha
Pégomyie KARATE K
1 ou 2
traitement (s)
BEST
DECIS EXPERT
7 € /ha
1,25 l
16,5 € /ha
1,5 l
21 € /ha
0,0625 l
7 € /ha
SCHUSS 0,25 kg
51 €/ha
SCHUSS 0,25 kg
PA R A S I T I S M E
SOUTERRAIN
J AU N I S S E E T PA R A S I T I S M E S O U T E R R A I N
Risque
Traitement
en plein
incorporé
AZTEC(2)
0,35 l
+ Huile
24 € /ha
SUMITON
1,0 l
30 € /ha
ENDURO
0,6 l
25 € /ha
KARATE K
1,5 l
20 € /ha
BEST
1,5 l
21 € /ha
Standard
FORCE TS 4 g
26 €/ha
en cas de risque taupin
ou atomaire
NEMATODE
TIPULES
Standard
Standard
TEMIK 9 kg 127 €/ha
Puceron
1 ou 2
traitement (s)
CARDINAL 11 kg 160 €/ha
TAUPINS
BLANIULES
TIPULES
CURATER(1) 12 kg 32 €/ha
ou
SPI 7,5 kg 31 €/ha
Puceron
2 ou 3
traitements
(1) ou Rampar, Carboter Adia.
(2) ou Doctus
Les informations, indications et prescriptions figurant dans nos articles sont le résultat de recherches et expérimentations réalisées dans des conditions spécifiques.
Les conditions de leur mise en œuvre doivent être adaptées à chaque situation particulière. Nous ne pouvons par conséquent apporter de garantie sur le résultat ou les conséquences de l’application des conseils ou indications figurant dans cette publication.
14
Le Betteravier français - n° 816 - 13 janvier 2004
TITUT TEC
INS
ETTERAVE
AB
IQUE DE L
HN
I B
Performances des produits
ES PERFORMANCES des produits ou associations
sont présentées selon une nouvelle formule,
celle des "graphiques radar". Pour chaque produit
ou association, la performance est donnée pour six
ravageurs considérés comme prioritaire : taupin, blaniule, larve de tipule, atomaire, jaunisse et pégomyie. L’efficacité globale du produit est donnée par
la surface blanche qui "additionne" les performances
sur chaque ravageur.
Selon la connaissance des parcelles et le niveau
de risque envisagé, on pourra choisir telle ou telle
solution.
L
Parasitisme aérien
Les vols de pucerons verts ont été peu
importants en 2003 alors que les pucerons noirs étaient plus présents. Les
foyers de jaunisse virale sont demeurés
peu fréquents et limités en surface. La
vigilance doit pourtant demeurer.
Les parcelles concernées par des
attaques de pégomyie ne sont plus limitées à la bordure maritime mais sont
retrouvées même en zone plus continentales. Ces infestations peuvent être très
localisées à une ou quelques parcelles
d’un secteur donné. Des notations ont été
effectuées dans les essais de variétés
pour identifier d’éventuelles différences
de sensibilité. Si des différences ont bien
été notées, il n’est pas possible
aujourd’hui de les regrouper car les classements sont parfois très différents.
Seules les observations de terrain permettent de noter l’arrivée des pontes et de
prévoir les premières éclosions. L’année
2003 a connu des infestations importantes en mai. Le 20 mai, les responsables ITB de Seine-Maritime indiquaient
10 % de feuilles "minées" et la présence
d’œufs sur 80 % des plantes. Ces indications peuvent aujourd’hui être considérées comme les meilleures pour déclencher une intervention. Des mesures
Attaque d’acariens
en bordure de parcelle.
complémentaires sont en cours afin de
les confirmer ou de les préciser.
Ce seuil était atteint 7 jours plus tard dans
l’Aisne, signe de l’extension géographique du ravageur.
Si cette première génération a été importante, la seconde apparue vers le 20 juillet
a été aussi importante en ce qui concerne
les pontes. Les températures extrêmes
notées à cette période, plus de 30°C, ont
réduit presque à néant les éclosions et
la présence de mines. Aucune intervention n’a été conseillée.
Les fortes températures et la sécheresse
observées dès la fin du mois de juin ont
provoqué la multiplication des acariens.
Ce ravageur passé sous silence depuis
1999 a fait un retour remarqué. Dès le
10 août, de forts symptômes étaient
visibles sur le feuillage, symptômes souvent confondus avec ceux liés au stress
hydrique.
Malgré l’importance visuelle des symptômes, les pertes demeurent plus faibles
(tableau 1), que celles enregistrées en
1999 dans les essais, 8 à 33 % de gain
selon les lieux. Etant donné que les premiers acariens étaient visibles dès le 10
juillet, on peut penser que ces applications sont intervenues sur des populations installées.
Des notations effectuées dans les Obser-
vatoires des variétés confirment que des
différences de sensibilité existent, mais
elles sont moins marquées que celles
notées en 1999. Seule une surveillance
régulière des parcelles lors d’épisodes de
sécheresse liés à des températures supérieures à 25°C permettront d’intervenir en
temps utile.
La page de gauche présente les différents
schémas de protection selon le risque, les
graphiques ci-dessus présentent les performances des produits ou associations
sur les principaux ravageurs souterrains
ou aériens. Ces données sont issues de
l’expérimentation ainsi que des observations en culture.
L’Imprimo est le produit le plus performant pour contrôler les infestations de
jaunisse virale. Dans les parcelles régulièrement touchées par des attaques
importantes de taupin, blaniule ou tipule,
un complément avec une dose réduite
d’un microgranulé, Curater 10 kg/ha ou
Spi 6 kg/ha, est nécessaire. Contre les
larves de taupin, une application de
Schuss 0,25 kg/ha assure une protection
efficace. Rappelons que ce produit doit
être incorporé.
Toute intervention en végétation sur ces
ravageurs souterrains est inefficace ;
aucun produit n’est autorisé pour cet
usage.
Le Betteravier français - n° 816 - 13 janvier 2004
15
La Technique B etteravière
■
TITUT TEC
INS
ETTERAVE
AB
IQUE DE L
HN
I B
Non traité
Traité Talstar
16/08
Rendement = 61 t/ha
Acariens traité Talstar
16/08
Rendement = 57,6 t/ha
Traitement contre les acariens : La Chapelle-Saint-Sulpice (77)
Attention en particulier aux parcelles de
betteraves derrière chanvre où le risque
atomaire est accentué.
Au cas où l’Imprimo n’est pas choisi au
semis, la protection contre la jaunisse doit
prévoir 1 ou 2 traitements après Témik ou
Cardinal, et 2 à 3 applications dans les
autres cas. Ces applications seront réalisées à la réception des Avis de traitement que l’ITB diffuse régionalement. Le
choix des produits et de la dose se fera en
tenant compte des indications du
tableau 2.
En dehors des pucerons vecteurs de jaunisse, un ravageur doit désormais être
surveillé dès le milieu du mois de mai, il
s’agit de la pégomyie. La première génération est la plus préjudiciable. Son
contrôle permet de diminuer fortement
l’incidence des pertes potentielles. Le
seuil d’intervention est de 10% de
plantes avec larves mineuses accompagné de nombreuses pontes.
L’absence de pontes signifie en effet que
l’ensemble de la génération est éclos et
que les dégâts ne vont pas s’accentuer.
Il s’écoule environ 8 jours entre l’observation des premières pontes et le dépassement du seuil qui justifie une intervention.
Pour les générations suivantes, ce délai
est souvent plus court, mais, là encore,
seule l’observation permet de décider
d’une intervention, voir exemple 2003
avec de très nombreuse pontes en juillet
mais pas de larves vivantes.
Après un été 2003 très chaud où les acariens ont fait leur retour, il faudra surveiller à nouveau ce ravageur en 2004 car
son développement ne dépend que des
conditions climatiques locales. Surveiller
particulièrement les bordures près
Résultats en poids valeur de 2 tests sur l’efficacité des traitements acariens
des chemins enherbés, ou à côté
Lieu
Date du
traité
Témoin
Gain apporté
de luzernière ou de champ de
traitement
par
le traitement
maïs.
Les vols de noctuelles défoliat/ha
t/ha
%
trices peuvent intervenir dès le
Chevry-Cossigny (77)
8 août
80,17
73,86
8,5
mois de juin, mais plus souvent
La Chapelle-Saint-Sulpice (77)
16 août
61,02
57,63
5,9
en juillet. Il faut intervenir
lorsque 50 % des plantes pré- Tableau 1
sentent des perforations des
feuilles avec des chenilles d’une
taille inférieure à 2 cm.
vérisation. En 2003, ce ravageur a été dée. Une bonne efficacité ne peut être
La lutte contre la teigne se limite habi- surtout préjudiciable par le développe- obtenue qu’en mouillant abondamment,
tuellement aux cultures non irriguées et ment de pourritures consécutives à sa 600 l/ha environ, en tout début d’attaque.
une intervention est rarement justifiée présence, Rhizopus en particulier. Pour
économiquement, compte tenu des 2004, si ce parasite se développe à noufaibles efficacités obtenues avec une pul- veau, une intervention pourra être déci-
Notes d’information
Produits conseillés en végétation
Produit
puceron,
jaunisse
Aztec
0,35 l + huile
Best
1,5 l
Décis Protech
Décis Protech
Décis Expert
Enduro
0,6 l
Karaté K
1,5 l
Karaté K
Karaté Xpress
Karaté Xpress
Karaté Zeon
Karaté Zeon
Sumiton
1l
Talstar
pégomyie
noctuelle
défoliatrice
acarien
teigne
1,5 l
0,42 l
0,5 l
0,0625 l
1,25 l
0,125 kg
0,125 kg
0,15 kg
0,0625 l
0,0625 l
0,075 l
0,3 l
Prix
euro/ha
24
21
8
9
7
25
20
16,5
7
8,1
7,25
8,7
30
27
Le suivi des notes d’information de l’ITB
permet de faire face aux différentes
attaques de parasites : pucerons, pégomyie, noctuelles, acarien, … Ces notes
d’information ne sont qu’une indication
de la présence observée par les régionaux de l’ITB dans votre département.
Elles doivent être confrontés aux observations de terrain réalisées par chacun
afin de tenir compte des conditions
agro-climatiques locales.
Pour les planteurs qui le souhaitent,
il est possible de s’inscrire au :
01 42 93 33 13
Ce service est proposé gratuitement et
sans frais.
Ces notes d’information sont également
disponibles sur le site internet de l’ITB.
Tableau 2
La rubrique "La Technique betteravière" est rédigée par l’ITB - Reproduction interdite sans autorisation de l’éditeur
INSTITUT TECHNIQUE DE LA BETTERAVE - 45, rue de Naples - 75008 Paris - Tél : 01.42.93.13.38 - Fax : 01.42.93.22.84 - www.itbfr.org
Président, Luc DÉMAZURE - Vice-président, François LORANT - Directeur Général, Eric CHOPPIN de JANVRY - Directeur Technique, Marc RICHARD-MOLARD
16
Le Betteravier français - n° 816 - 13 janvier 2004

Documents pareils

Télécharger le document

Télécharger le document B : Bétanal - T : Tramat - G : Goltix - V : Venzar - C : Centium - Z : Zepplin - I : Isard - Mg : Mercantor Gold -Tbi : Tornado Combi - BB : Bétanal Booster - S : Safari - M : Menhir

Plus en détail