Discours de Pape Diouf à la Rencontre Citoyenne du Florida Palace

Commentaires

Transcription

Discours de Pape Diouf à la Rencontre Citoyenne du Florida Palace
 Discours de Pape Diouf
à la Rencontre Citoyenne du Florida Palace
Mardi 11 mars 2014
Pape Diouf mobilise les Marseillais
Chers tous,
C’est un plaisir de vous voir et vous entendre si enthousiastes.
Merci !
La campagne des élections municipales est entrée dans sa
dernière ligne droite. Mais pour nous, ça ne change rien !
Nous continuons notre travail d’écoute des Marseillaises et des
Marseillais. Comme nous le faisons avec vous, ce soir.
Nous continuons d’affirmer notre volonté de gouverner
autrement, de gouverner au service de Marseille et des
Marseillais. Avec vous, pour vous.
On vous a dit : « Diouf, il n’a pas de programme ».
Si un programme est un catalogue de promesses et mensonges
inconsidérés, alors oui, nous n’avons pas de programme !
Mais si un programme est un engagement que l’on prend
ensemble, pour notre destin commun, alors oui, j’ai un programme. Un
contrat citoyen pour changer la donne.
Que dit le contrat que nous vous proposons pour les six années à venir ?
D’abord, il rappelle ce que vous savez tous : Marseille va mal.
Parce que les inégalités n’ont jamais été aussi grandes ; parce que les
déséquilibres entre quartiers sont immenses ; parce que le niveau de
chômage est élevé, notamment parmi les jeunes et les femmes ; parce
que la Démocratie est confisquée par des professionnels de la politique,
en place depuis des décennies, qui sont d’abord préoccupés par leurs
intérêts personnels.
Notre contrat rappelle ensuite que Marseille et les Marseillais ont
besoin d’une ambition nouvelle, réelle.
Ce dont nous avons besoin désormais, et avec urgence, ce ne sont
plus des mots, mais des actes. Des actes nouveaux, réalisés par des
hommes et des femmes neufs, compétents, guidés uniquement par
l’intérêt collectif.
Ce contrat citoyen, qu’est ce que c’est ?
D’abord, c’est une méthode de démocratie participative. Un
engagement à écouter la population, les acteurs associatifs et
économiques. C’est là que se trouve la vérité de notre ville, sa capacité
d’innover et de créer.
Et de la même façon que nous le faisons depuis des semaines, le
premier acte de ma mandature sera de rencontrer, connaître,
écouter ces acteurs, ces citoyens, cette société civile riche
d’espérance et de talents.
Mon engagement de démocratie est aussi un engagement de mixité,
d’égalité, dont témoigne notre objectif de 25% de logements sociaux sur
chaque arrondissement, et non seulement dans les secteurs sacrifiés
depuis des décennies.
Ensuite, le contrat citoyen c’est une éthique, une volonté.
Celle de remettre l’espoir au centre de la gouvernance, celle de rétablir
des finances publiques saines, celle de mettre fin aux petits
arrangements entre amis et aux combines détestables.
Bien sur, cette volonté de démocratie et d’éthique ne résoudra pas seule
les difficultés économiques et sociales des Marseillais.
Mais elle répond à ce qui fait le plus de mal à notre ville aujourd’hui : la
perte de confiance, de parole et d’espoir.
Il est essentiel de restaurer la confiance et l’espoir avant toute chose,
avant même de s’atteler à ce qui est prioritaire : l’éducation,
l’emploi, le logement.
C’est la confiance retrouvée qui nous permettra de travailler ensemble
au développement économique de Marseille, au rayonnement de la
Métropole.
Sans confiance, pas d’entreprise, pas d’investisseurs, pas
d’emplois.
Je vous parle d’espoir, et je vois bien que certains d’entre vous
sont septiques.
Laissez moi vous dire de quel espoir je parle. Pourquoi je sais que c’est
essentiel.
Je suis arrivé ici il y a un peu plus de 40 ans. J’étais un enfant. Seul. J’ai
tout fait pour m’en sortir, j’ai galéré, comme on dit ; j’ai enchaîné les
petits boulots. Tout ça a été parfois très difficile.
Mais avec le recul, après avoir été journaliste, puis agent de joueurs et
Président de l’Olympique de Marseille, je sais ce que Marseille m’a
apporté. Je sais ce que je dois à cette ville et à ses habitants. Ma
volonté c’est de rendre aux Marseillais un peu de cet espoir qu’ils
m’ont donné, un peu de la force et de la rage qu’il m’a fallu pour
m’en sortir.
On nous parle du rêve américain.
Moi, je veux que nous restaurions ensemble LE RÊVE MARSEILLAIS.
Le rêve de cette ville généreuse et accueillante, entreprenante et
novatrice, ouverte sur le monde, riche de tous ses habitants et non
seulement de quelques privilégiés. LE RÊVE MARSEILLAIS.
Bâtissons-le ensemble !
On vous a dit : « Diouf, il va faire perdre la gauche et gagner
Gaudin ».
Eh bien, laissez dire !
Je suis là pour faire gagner nos valeurs fondamentales d’humanisme et
de générosité.
Je me présente à vous pour renouer les liens entre élus et citoyens et
servir l’intérêt des Marseillais, de notre Ville, de notre métropole. Est-ce
de gauche ? Est-ce de droite ?
C’est citoyen, d’abord !
Bien sur, il y a un candidat qui est le maire sortant. En place depuis près
de vingt ans. Dont le mandat est marqué par l’immobilisme, la
confiscation du pouvoir et les opérations immobilières aberrantes. Et en
voulant faire gagner notre contrat citoyen, c’est d’abord le Maire
sortant que nous voulons battre.
Je suis, nous sommes, une réponse à la volonté forte de faire évoluer le
système.
Je suis, nous sommes, une alternative à Jean-Claude Gaudin et ses
équipes.
Et comment allons nous faire gagner nos idéaux ?
En proposant à tous ceux qui ne votent plus ou votent par dépit, de
voter enfin de façon positive, avec espoir.
La Démocratie ne peut se satisfaire de 60% d’électeurs qui ne votent
pas. Ce n’est plus de la Démocratie !
Mais pourquoi voteraient-ils si les candidats sont tous les mêmes, issus
du même moule, attachés à une même volonté, celle de durer et de
conserver le pouvoir ?
Aujourd’hui, avec les trois cents trois candidats des listes changer
la donne, je propose une autre réponse, une autre perspective, un
nouvel espoir.
Ces listes sont les vôtres. Elles vous ressemblent, par la diversité des
profils, des expériences, des origines des candidats. Elles sont les
seules qui soient à l’image du peuple de Marseille.
Et je dis, à vous qui vous apprêtez à vous abstenir ; à vous qui
pensez confier votre suffrage à des candidats extrémistes qui
utilisent votre souffrance et vos colères, rejoignez-nous ! Vous qui êtes
ici, dites-le leur !
Retrouvez goût à la chose publique en nous faisant confiance, en
permettant l’émergence d’élus nouveaux, de méthodes de travail
nouvelles.
Rendre la politique aux citoyens et Marseille aux Marseillais.
Ce n’est pas un rêve.
C’est mon objectif.
Pour cela, j’ai besoin de vous ! J’ai besoin que nous soyons le plus
nombreux possible, ensemble, forts. Dès le 23 mars, dès le premier tour.
Je sais bien que certains pensent que tout cela n’est pas possible. Que
l’on ne peut changer le système. Et pourtant… Que s’est-il passé à
Porto, dans ce grand port du Portugal, cette ville aux inégalités criantes,
cette ville au passé prestigieux et à l’avenir en berne ? Eh bien, depuis
2013 son maire est un citoyen. Comme moi. Un simple citoyen qui
s’est présenté en dehors des partis politiques, porté par la volonté et
l’urgence de changer la donne, au service de l’intérêt général.
C’est possible à Porto et ça ne le serait pas à Marseille ? Allons donc !
On me dit qu’il est étrange de passer de la présidence de l’Olympique de
Marseille au mandat de Maire. Mais qu’ai-je fait à l’OM ? J’ai rétabli la
santé financière et sportive du Club. J’ai écouté et j’ai défendu partout où
il le fallait les intérêts de mon club, de mes joueurs et de mes
supporteurs.
C’est ce que je sais faire. C’est ce que je ferai pour ma ville.
Voilà chers amis ce que je voulais vous dire.
Avec les huit têtes de liste, nous sommes à votre disposition. Demain,
nous serons là pour servir notre ville et vous servir.
Mais aujourd’hui, dès le 23 mars, nous avons besoin de vous.
C’est parce que nous serons forts au soir du premier tour que nous
pourrons peser sur le deuxième tour, que nous pourrons influer
sur l’avenir de Marseille.
Alors soyez présents à ce rendez-vous démocratique, à ce rendez-vous
essentiel pour notre ville, pour nos jeunes, pour notre avenir commun.
Dès le 23 mars. N’attendez-plus !
Je vous remercie.
Pape Diouf
Rencontre Citoyenne au Florida Palace, mardi 11 mars 2014