LE PIED BOT VARUS EQUIN

Commentaires

Transcription

LE PIED BOT VARUS EQUIN
LE PIED BOT VARUS EQUIN
Cet article n’a aucunement la prétention de vous apprendre à
soigner un pied bot varus équin, il est simplement écrit pour vous
rappeler sa définition et quelques principes de sa prise en
charge.
Nous pouvons tous un jour être confrontés à cette malposition. Il
peut être intéressant d’en entendre parler de nouveau.
Le pied bot varus équin est une déformation tridimensionnelle en
inversion, associant un équin et un varus de l’arrière pied et une
adduction de l’articulation sous-talienne et médio-tarsienne.
C’est une pathologie congénitale qui touche 0,2% des naissances.
70% sont des garçons et dans 50% des cas le problème est
bilatéral.
Cette malformation à toujours existée : Héphaïstos, Siptah,
Talleyrand, Hippocrate, Scarpa,…
Sandrine Le Moigne-Busset - 2010
1
Anatomie du pied
Le concept du bloc calcanéo-pédieux (pied talus selon Méary et
Queneau”1950”).
Selon Faraboeuf, le calcanéum « tangue, vire et roule sous le
talus ».
Ce qui entraine automatiquement l’association de trois mouvements
qui
donnent
l’inversion
(flexion
plantaire
+
adduction
+
supination) et l’éversion (dorsiflexion, abduction + pronation)
autour de l’axe de Henké.
Il existe aussi une interdépendance du bloc calcanéo-pédieux et de
l’unité talo-tibio-fibulaire.
Si le pied est en pronation : la jambe est en rotation interne.
Si le pied est en supination : la jambe est en rotation externe.
Le talus est un os singulier, il est privé d’attache tendineuse.
Cette articulation ressemble un peu à l’articulation de la hanche.
Le bloc calcanéo-pédieux bouge autour du talus et le ligament en
haie en est le pivot central.
Dans le pied bot varus équin, la déformation est due à un défaut
osseux et articulaire. La tête du talus n’est plus dans l’axe du
corps ; elle forme un haricot courbe en dedans ; ce qui provoque
un défaut d’orientation du thalamus dans les 3 plans avec parfois
une subluxation du naviculaire qui masque parfois l’équin.
Le verrouillage des attitudes vicieuses par rétractation des
partis molles entraine une adduction du bloc calcanéo-pédieux et
une adduction de la médio-tarsienne.
Sandrine Le Moigne-Busset - 2010
2
Le déséquilibre musculaire dû aux fibulaires inefficaces et à
l’affaiblissement des extenseurs rend le triceps et le tibial
postérieur trop puissant et l’abducteur du I prédominant.
Diagnostique différentiel
Le pied bot varus équin est peu rencontré.
On voit plus souvent :
 Pied calcaneus :
attitude en
dorsiflexion avec
limitation de la
flexion
plantaire ; peut
être associé à un
valgus du bloc
calcanéo-pédieux.
Sandrine Le Moigne-Busset - 2010
3
 Pied supinatus :
attitude en
supination de
l’ensemble du bloc
calcanéo-pédieux
avec une course
articulaire
sagittale de
cheville normale.
 Pied métatarsus varus :
attitude en adduction
de l’avant pied +/déformation de
l’arrière pied.
 Pied convexe :
déformation avec
luxation dorsale de
l’articulation
médiotarsienne,
notamment de
l’articulation taloclaviculaire +/associée à un équin de
l’arrière pied.
Sandrine Le Moigne-Busset - 2010
4
La clinique
Un pied bot varus équin est irréductible entièrement.
Il y a une association de 3 déviations :
 un équin dans la talo-crurale et le calcanéum est
ascensionné
 un varus de l’arrière pied
 une addition du médio et avant pied avec un bord latéral
convexe.
La supination est automatique.
Il peut exister des sillons cutanés (calcanéen et médio-tarsien)
qui augmentent la gravité de la déformation.
Le déséquilibre musculaire chez un bébé est difficile à évaluer.
Mais il existe une rétractation du triceps et une faiblesse des
fibulaires ce qui induit un amincissement du mollet.
D’autres
signes seront visible rapidement ou plus tardivement
comme un excès de peau, une inégalité de longueur des membres
inférieurs qui entraine
une différence de pointure (si non
bilatéral).
Sandrine Le Moigne-Busset - 2010
5
Tous ces aspects cliniques ont amenés à la classification
DIMEGLIO qui est la plus utilisée.
Elle est codifiée par un score donné compte tenu de la
réductibilité de 4 déformations principales :
 La rotation du bloc calcanéo-pédieux dans le plan
horizontal : il faut regarder l’alignement des axes de
la rotule et du talus ;
 L’équin de l’arrière pied dans le plan sagittal :
prendre l’axe de la jambe par rapport à la malléole
interne et l’axe du bord interne du pied par rapport à
la malléole interne ;
 Le varus de l’arrière pied dans le plan frontal :
prendre l’axe de la face postérieure de la jambe par
rapport à l’axe vertical au milieu du calcaneus ;
Sandrine Le Moigne-Busset - 2010
6
 L’adduction de l’avant pied dans le plan horizontal. Sur
un pied normal l’axe passant par le milieu du talon
perpendiculairement à l’axe bi-malléolaire passe entre
le 2ème le 3ème orteil. Dans un pied bot, il passe plus à
l’extérieur. Il faut en tester la réductibilité.
Réductibilité :
de
de
de
de
90° à 45°
45° à 20°
20° à 0°
0° à –20°
4 points
 3 points
 2 points
 1 point
L’existence d’éléments péjoratifs augmente d’un point par éléments
le score précédant; ce sont :




le sillon postérieur marqué,
le sillon médial marqué,
la rétractation de l’aponévrose plantaire,
la qualité des muscles.
L’addition des points donne un score sur 20 (16+4) qui permet de
déterminer la gravité du pied bot et son évolution. Il est donc
important de le refaire régulièrement.
 Grade I
 bénin, 20% des pieds
 score de 0 à 5
 pied souple et correctible par manipulation
 Grade 2
 Modéré, 33% des pieds
 score de 5 à 10
Sandrine Le Moigne-Busset - 2010
7
 pied boudiné et peu maniable
 Grade 3
 sévère, 35% des pieds
 score de 10 à 15
 Grade 4
 très sévère, 12% des pieds
 score de 15 à 20
 la
rigidité
résiste
à
d'assouplissement
Sandrine Le Moigne-Busset - 2010
toute
tentative
8
Les
radios
ne
sont
pas
faites
systématiquement
puisque
l’ossification du pied chez le nourrisson est tardive.
Elles sont souvent demandées en même temps que l’avis chirurgical
si nécessaire.
Sandrine Le Moigne-Busset - 2010
9
Les traitements
Le traitement peut être chirurgical mais aux environs de l’âge de
la marche (10 mois jusqu’à 10 ans). Il y aura donc toujours un
traitement fonctionnel :
 soit par mise ne place de plâtres successifs (méthode
Poncetti),
 soit par traitement par kinésithérapeute.
Je ne traiterais pas dans cet article du traitement, cependant je
souhaite vous donner les erreurs à éviter.
Il faut impérativement prendre un enfant dès qu’il se présente :
un pied bot varus équin est une urgence. Il doit être traité dans
les premières semaines.
L’enfant doit être calme : les pleurs provoquent des rétractions
de défense dans le sens déformatique.
On ne doit pas commencer par traiter l’équin.
Toutes les mobilisations doivent être pratiquées en décoaptation
pour ne pas léser les noyaux osseux.
Il est aussi important de suivre le développement psychomoteur de
l’enfant :
 0/6 semaines : schéma en triple flexion
 6/20 semaines : passage progressif schéma extension avec
pallier maximum 12/15
 5 mois équilibre schéma extension/flexion
 8 mois recherche position debout
 9/10 mois diminution tonus
 marche 16 mois
L’enfant est à prendre dans sa globalité. Par ailleurs, souvent le
pied bot varus équin se combine avec un schéma moteur désorganisé.
Il est donc intéressant de travailler dès que possible la
proprioception.
 http://pied.rd.free.fr/
 http://www.hassante.fr/portail/upload/docs/application/pdf/fiche_synth
ese_recos_pied_du_nourrisson_maj_mai_2006.pdf
 http://www.maitriseorthop.com/corpusmaitri/recherche.php?s_term=pied+bot
 Document du Dr Philippe Peyrou (CHU Limoges) chirurgien
pédiatrique
 Livret de formation du CHU de Bordeaux
Sandrine Le Moigne-Busset - 2010
10